Vous êtes sur la page 1sur 8

MADAGASCAR

La lettre d’information ATPC/CLTS


Assainissement total piloté par la communauté

Edition numéro 001 – Décembre 2009

Cette première lettre d’information du CLTS (Community Led Total Sanitation) a


pour but d’informer les acteurs du secteur WASH sur les avancées de la mise en
Sommaire œuvre du CLTS à Madagascar. La lettre d’information sortira tous les mois et fera
état des progrès de la mise en œuvre de l’approche, son adoption et sa
Historique et popularisation au niveau national. Elle donnera aussi les conseils, les liens utiles et
définition les contacts nécessaires pour permettre la mise à l’échelle de cette approche.
N’hésitez pas à nous envoyer vos rapports, témoignages relatifs à la mise en
ATPC à Madagascar œuvre de cette approche.

Événements Historique et définition


majeurs  
L’approche CLTS) ou ATPC (Assainissement Total Piloté par la Communauté)
Réseau des provient des travaux réalisés au Bengladesh par le Dr Kamal Kar en fin 1999 et en
formateurs et 2000 dans le cadre de l’évaluation du « Programme traditionnel d’eau et
animateurs CLTS d’assainissement » mis en œuvre par WaterAid Bengladesh et son partenaire local
– VERC (Village Education Resource Center).
L’utilisation des méthodes d’ERP (Evaluation Rurale Participative) pour permettre
Les zones
aux communautés locales d’analyser leurs conditions sanitaires et d’intérioriser
d’intervention
collectivement l’impact de la défécation à l’air libre sur la santé publique et sur
l’environnement a conduit à la découverte de l’approche CLTS.
Résultats 2008-
2009 Le CLTS est une approche qui facilite le processus d’implication et de
responsabilisation des communautés à arrêter la défécation à l’air libre et suscite
Activités et des actions pouvant leur permettre de construire les latrines sans prescription d’un
résultats attendus modèle prédéterminé, ni appui financier ou subvention des acteurs de
2010 développement, des partenaires financiers et du gouvernement.
   
Evaluation équipe ATPC/CLTS en 7 mots
MTR à Ambositra • Approche adressant particulièrement l’aspect dignité humaine lié à
l’assainissement au delà des aspects socio-économiques
• Réveille le sens du dégoût et de la honte au sein de
Way Forward
la communauté
  • Aucune subvention n’est autorisée

ATPC à Madagascar
Madagascar fait partie des pays qui restent loin de l’atteinte des OMD dans le
domaine de l’assainissement. Si en 1990, la couverture pour un système
d’assainissement adéquat était de 8%, l’utilisation partagée des ouvrages
d’assainissement de 14%, l’utilisation des latrines traditionnelles de 12%, la
défécation à l’air libre était de 67% tout milieu confondu, en 2006, la défécation à
l’air libre a considérablement diminué passant de 67 à 37%, l’utilisation des
latrines traditionnelles a augmenté, et 19% de la population partagent la même
infrastructure d’assainissement. Ainsi, seulement 12% de la population utilisent
des latrines améliorées (JMP, 2008).

De tels résultats ont été jugés modestes au regard des différentes approches
participatives expérimentées auprès des populations. Les représentants de
Madagascar lors de la conférence Africasan de février 2008 ont ainsi opté de bâtir
l’assainissement dans leur pays autour de l’approche Community Led Total
Sanitation (CLTS) adaptée au contexte Malgache.

A Madagascar, 37% de la population rurale et urbaine confondue pratique encore


la défécation à l’air libre, soit environ 7 088 000 personnes. Ainsi plus de 518 000
tonnes d’excréments sont rejetés dans la nature chaque année et, de ce fait,
constituent une source importante de contamination et de maladies liées à l’eau.

Evénements majeurs

Introduction du CLTS à Madagascar


 
L’approche ATPC/CLTS a été introduite pour la première fois à Madagascar en
octobre 2008 dans la région d’Amoron’i Mania. Une équipe de 3 facilitateurs, avec
l’appui technique du Centre régional pour l’eau potable et l’assainissement
(CREPA) et de la section WASH du bureau régional de l’UNICEF du Kenya ont
facilité cette formation de formateurs durant 5 jours de travaux sur terrain. 45
participants issus de 16 partenaires associés et répartis dans 10 régions ont été
formés. Au cours de la formation, le CLTS a été déclenché dans 10
communautés et trois chefs naturels ont été identifiés pour ensuite présenter
leurs plans d’action communautaire en séance publique dans la salle de la mairie
d’Ambositra (région d ‘Amoron’i Mania). L’organisation et le suivi après formation
ont été facilités par Hygiene Improvement Project (HIP).

Mise en œuvre du CLTS à Ambositra Les enfants au cours du déclenchement à Ambositra

Tuléar

Une formation a aussi eu lieu en mai 2009 à Toliara I. 25 participants ont été
formés sur le CLTS et des déclenchements ont été réalisés dans 10 fokontany
des arrondissements de Mahavatsa I et de Mahavatsa II. Des actions ont été
menées sur les réhabilitations des WC déjà existants, sur la mise en place des
<<dina>> ou charte des Fokonolona sur l’assainissement et le nettoyage du
Fokontany.

Dans tous ces Fokontany, les points communs restent : la surpopulation urbaine,
l’inexistence du plan d’urbanisme au niveau local, la vie en communauté des
habitants, la prédominance de la pratique de défécation à l’air libre ainsi que la

2
multiplication des projets d’assainissement concentrés sur la mise en place de
latrines publiques depuis l’épidémie de choléra de 1999 -2000.
 
Sofia

Dans la région de Sofia, l’Hopitaly Vaovao Mahafaly de Mandritsara (HVM)


partenaire formé, a initié cette approche en juin 2009. Un groupe de femmes a
pris la décision de changer de comportement vis-à-vis de la défécation à l’air libre
(élimination des défécations à l’air libre). Cet engagement a été suivi par la mise
en place des latrines simples à dalles en béton lavable et une éducation à l’hygiène
sur la bonne utilisation des latrines. Aujourd’hui, le village d’Andilana situé à 7 km
de la ville de Mandritsara au sein duquel le déclenchement a eu lieu est qualifié
<<Village modèle de l’année 2008 et 2009>> sur le plan de l’assainissement et de
l’hygiène.

Le département de la santé communautaire de l’HVM organisera une visite


d’échange les 17 et 18 décembre pour les groupes de femmes et les comités
villageois de santé des 34 villages avec lesquels il développe des programmes de
santé et de développement à base communautaire. 400 femmes y participeront.

Analanjirofo

Pour la région d’Analanjirofo, le partenaire ASOS a réalisé un déclenchement en


CLTS. 4 fokontany sont Zero défécation à l’air libre dans la commune rurale de
Mahanoro, district de Fénérive Est.

Anosy et Androy
Dans la région Androy, le Catholic Relief Services, partenaire de mise en œuvre
du CLTS, a réalisé des déclenchements dans 11 sites cibles. 18 animateurs ont été
formés en CLTS et un mécanisme de suivi a été mis en place avec le partenaire
de mise en œuvre.

Dans la région Anosy et sur Ambovombe ville, l’ASOS Sud, partenaire de mise en
œuvre, a réalisé des déclenchements sur 12 sites cibles. 4 animateurs ont été
formés et un mécanisme de suivi est mise en place avec le partenaire de mise en
œuvre.

Atsinanana
Dans la région Atsinanana, l’ONG St Gabriel, partenaire de mise en œuvre du CLTS
a réalisé des déclenchements dans les 80 sites cibles. 14 animateurs ont été
formés en CLTS. Le suivi est assuré par le partenaire de mise en œuvre.

E –conférence
Une conférence électronique (e-conférence) a été initiée du 22 au 24 juin 2009
avec la participation de plus de 50 personnes dans le but d’échanger les
expériences développées par les différents partenaires, de planifier d’une manière
concertée les réponses au besoin de l’assainissement et l’élimination de la pratique
de défécation à l’air libre ainsi que de mettre en place un mécanisme de suivi de la
mise en œuvre de l’ATPC/CLTS. Une rencontre face-à-face entre les partenaires
réunis au sein de Diorano-WASH (coalition de plus de 120 ONGs) a été organisée
par la suite le 25 juin 2009 pour présenter et partager les recommandations de
l’e-conférence et afin également de définir ensemble la poursuite de la mise en
œuvre de l’approche.

Ateliers
3 groupes de travail ont été mis en place après l’e-conférence :
3
Groupe 1 : pour l'élaboration de la stratégie d'introduction/ d'information de
l'ATPC/CLTS dans l'ensemble du pays (animé par l’Association Miarintsoa)
Groupe 2 : pour l'élaboration de la stratégie d'accélération de l'implication des
acteurs actuels (animé par HIP et UNICEF)
Groupe 3 : pour l'élaboration de la stratégie de mise à l'échelle de l'ATPC/CLTS
(animé par Wateraid, Voahary Salama et UNICEF)
Les résultats des travaux sont en cours et une réunion de validation est prévue
avant la fin de l’année 2009.

Visite d’échange à Ambositra/Betafo


En novembre 2009, une trentaine d’acteurs nationaux et des membres du Fonds
mondial de l’assainissement à Madagascar ont effectué une visite d’échange sur
les sites d’Ambostira et de Betafo.

Visite d’échange à Ambohimanambola Enfant du village Vinaninony(ODF)

Cette visite a permis de convaincre une fois de plus les sceptiques de l’approche,
de sa prise en compte dans les stratégies d’assainissement nationales.
 

Latrine construite à Vinaninony Latrine construite à Vinaninony

4
CARTE RESEAU DES PARTENAIRES CLTS

ASOS
- SAHI
- HVM

- JICA
- SANTENET II
- SAGS
- SAF FJKM
Sofia - MANORINTSOA
- MIN SAN
- MIN EAU
Analanjirofo - MIHAINGO
- MEN
- MCN/FAA
- FCD
FAMONJENA
- VOAHARY
SALAMA
- HIP
MIN EAU

ST GABRIEL
Analamanga

Bongolava Atsinanana

- ECA - MAHAVITA
- CARITAS - MIN EAU
- WATER AID
Vakinankaratra - AMI
- CNEAGR
Menabe
Amoro’i Mania

- HIP
- MIN EAU
- VOAHARY Haute
SALAMA Matsiatra - HIP
- SAFF FJKM
- CRNV
- WASH
- ASOS
- DREN Atsimo
- MCDI andrefana
- BMH MIN EAU
- CU
- SAGE Atsimo
- MIN SAN atsinanana
- MIN EAU
- TAMAFA
- CRM

Anosy ASOS

- CRS Androy
- ASOS

5
Résultats 2008-2009

Région Vakinankaratra
Betafo : 23 villages ODF
Région Amoron’i Mania
Ambositra
ƒ 3 villages ODF (Fasimena, Tatabe, Sahalava)
ƒ 3 villages dont le taux d’accès aux latrines est à 100%
ƒ 3 villages dont le taux d’accès aux latrines est à 90%
ƒ 4 villages dont le taux d’accès aux latrines est < 75%
Région Anosy
ƒ 5 zones de défécation nettoyées à 100%
ƒ 1 zone de défécation nettoyée à 80%
ƒ 15 latrines construites pour 27 ménages
Région Androy :
ƒ 10 zones de défécations nettoyées à 85%
ƒ 85 latrines construites pour 470 ménages
Région Analanjirofo
ƒ 4 villages ODF (Bejorofo, Antanimena, Volakatra, Antanambao Tsara)

Région Atsinanana
ƒ 118 latrines construites et 20 latrines améliorées

Latrine construite à Imanombo Latrine en cours de construction à Imanombo

Les latrines construites sont toutes fabriquées par des matériaux locaux (paille,
bois, cactus, brique,…..).

6
Nettoyage de la zone de défécation à Amboasary 

Latrine construite en planche à Maroalimainty Latrine en paille construite à Maroalipoty


 
Des visites de suivi ont été effectuées pour superviser les partenaires de mise en
œuvre, et installer un processus de suivi des activités (masque de suivi). Un
mécanisme de vérification et de certification des villages ODF a été conçu en
incluant des commissions restreintes et des commissions élargies. Des comités
WASH sont déjà en place pour renforcer ces commissions. Certains membres de
ces commissions sont présents dans ces comités tels que les chefs fokontany, les
chefs CSB, les directeurs d’EPP.

Evaluation faite par une équipe de l’UNICEF à Ambohimanambola


Une évaluation a été faite par une équipe de l’UNICEF composée du staff des
autres sections (éducation, politique sociale) sur les sites de Vinaninony (43
ménages) et Ambatolahy (10 menages0.

Les faits marquants :


- Propreté du village
- lieux de défécation transformés en champs de culture
- diminution du nombre d’enfants malades (moins d’enfants emmenés à
l’hôpital)
- Construction de latrines dans les différents endroits du village

Site de défécation a l’Air libre devenu champs de mais Latrine conçue par les villageois

Résultats :
7
23 villages sont déclarés ODF

Les facteurs de réussite:

• la bonne approche pour la mobilisation de la communauté (participation


des acteurs dans l’approche)
• le suivi fréquent des socio-organisateurs des ONG
• l’identification des personnes clés pour appuyer la mobilisation

Les perspectives :

• la continuité des actions de mobilisation pour que les villageois


s’approprient le projet et atteindre l’objectif zéro défécation à l’air libre
• la discussion avec les villageois afin d’améliorer leur système de « latrine »
(entretien, aération…) même si on n’a pas besoin de normes
• le renforcement des capacités des responsables au niveau des
communautés et de la mairie pour assurer la pérennité des actions en
impliquant plus les femmes
• Une meilleure synergie des actions sur terrain en profitant des expertises
des ONG.

Plan pour 2010 et Way Forward


Cinq axes stratégiques sont à prendre en compte pour la mise à l’échelle. Il s’agit
de :

• organiser des ateliers et des rencontres pour partager les enseignements


et les expériences principalement les cas de réussite organiser des visites
transnationales et nationales (Etats, régions, districts) comprenant une
interaction directe avec les localités FDAL (expliquer c’est quoi), les
leaders naturels et les champions de l’approche ATPC

• organiser des rencontres de suivi et des débats pour envisager au besoin


un changement d’orientation politique En guise d’accompagnement, il
s’agira de :

• identifier les organismes désireux adopter l’approche ATPC, les mettre


avec d’autres entités réputées pour leurs bonnes pratiques et organiser
une formation pratique

• recueillir, publier et diffuser des témoignages de réussite et d’échec


régionaux, nationaux ou organisationnels, des supports de formation et
d’apprentissage, des conseils, des vidéos, etc.

• éviter les supports trompeurs qui pourraient induire de mauvaises


pratiques.