Vous êtes sur la page 1sur 4
Produit biologique : Bon pour vous, Bon pour la planète Mauro F C Lins (

Produit biologique : Bon pour vous, Bon pour la planète

Mauro F C Lins (mauro@dr-organico.com)

06/2010

Mots-clés : produits biologiques, agriculture, santé, Brésil, environnement, substances toxiques

---------------------------------

Les produits biologiques arrivent. Au début, la culture de consommation des produits biologiques au Brésil était vue comme une attitude d’un groupe plutôt restreint de “marginaux” ou de “hippies”. Cela paraissait plus une mode réduite à un petit groupe de consommateurs très spécifiques et probablement, quelque chose de temporaire. Sauf qu’aujourd’hui, les produits biologiques ont des bases robustes dans la communauté scientifique à tel point que certains organismes comme, par exemple, la Commission Européenne lors de sa campagne « Agriculture Biologique Bon pour la nature, Bon pour vous » 1 .

Les avantages des produits biologiques peuvent être regroupés en trois caractéristiques principales : Les produits biologiques sont plus nutritifs, les produits biologiques ne contiennent pas de substances toxiques pour notre santé (plus sains) et les produits biologiques sont meilleurs pour la planète.

1. Plus nutritifs. En 2007, des scientifiques de l’Université de Davis en Californie – ont constaté que des tomates issues de l’argiculture biologique contenaient près du double d’un antioxydant extrêmement important, la quercétine 2 . Des scientifiques Espagnols, en 2008, ont documenté le fait que les oranges issues de l’agriculture biologique étaient plus riches en minéraux, antioxydants et disposaient également d’une meilleur qualité sensorielle. Les niveaux de caroténoïdes, substances reconnues saines, étaient 40% plus élevés dans des oranges biologiques. L’étude a été publiée dans l’important Journal of the Science of Food and Agriculture 3 . Des chercheurs du Ministère de l’Agriculture des États-Unies (USDA), dans une étude publiée en 2009 dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry 4 , ont conclu qu’il “est tentant de spéculer qu’avec l’agriculture moderne, nous sommes limités, au moins d’une certaine manière, à la production de produits qui promeuvent la santé dans nos régimes alimentaires, qui pourraient être présents à des niveaux plus élevés dans les aliments issus de l’agriculture biologique ou dans les aliments produits avant les techniques de contrôle de pestes de l’agriculture moderne”. Durant le Symposium “Living Soil, Food Quality and the Future of Food” (Sol vivant, Qualité Alimentaire et Futur des Aliments), présenté lors de la rencontre annuelle de l’American Association for the Advancement of Science – AAAS (Association Américaine pour l’Avancée de la Science) en Février 2009, des chercheurs de l’Université de l’état de Washington, de l’Université de Davis en Californie et The Land Institute, basés sur des études réalisés pendant les 10 dernières années, incluant aussi d’autres centres de recherche, ont conclu et publié que 5 :

- Les tomates issues de l’agriculture biologique ont des niveaux significativement plus

élevés de solides solubles et de molécules naturelles appelées métabolites secondaires, qui incluent les flavonoïdes, licopènes et vitamine C.

- L’étude de 27 champs d’épinards biologiques démontre des niveaux significativement

plus élevés de flavonoïdes et de vitamine C et des niveaux plus réduits en nitrates. Les

nitrates dans les aliments sont considérés néfastes à la santé humaine, car ils forment des composés cancérigènes (nitrosamines) dans le tractus gostrointestinal et peuvent transformer l’hémoglobine en une forme incapable de transporter l’oxygène dans le sang.

Fondée en 1848, la AAAS est la plus grande société scientifique dans le monde et publique dans la fameuse revue scientifique Science, le périodique le plus lu au monde, avec 10 millions de lecteurs.

Récemment, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments a publié une étude qui montre la supériorité nutritionnelle des aliments biologiques 6 . L’auteur de cette étude, Prof. Denis Lairon de l’Université d’Aix-Marseille, a aussi mis l’emphase sur la sécurité des produits biologiques, en concluant que 94-100% des produits biologiques ne contenaient pas de résidus de pesticides et comportaient 50% moins de nitrates, composants que beaucoup de scientifiques s’accordent à reconnaître comme capable de provoquer le cancer.

2. Moins de chimie (Plus de Santé). En plus d’être plus riches en nutriments, les produits biologiques sont une alternative pour ne pas entrer en contact avec des substances chimiques (les agrotoxiques ou élégamment appelés : défensifs agricoles) dont les effets sur notre santé commencent à être questionnés, pour ceux qui sont encore utilisés, puisqu’il n’y a plus aucun doute sur les préjudices posés par plusieurs autres qui ont déjà été retirés du marché. Des études associent l’exposition des agrotoxiques avec plusieurs types de conditions et maladies, allant de certains types de cancer, comme par exemple celui de la prostate 7 , tumeur au cerveau chez les enfants 8 , hypertension pendant la grossesse 9 , problèmes mentaux chez les enfants 10 jusqu’à l’occurrence d’obésité 11,12 . Les enfants exposés aux pesticides pendant la vie utérine présentent trois fois plus de chances d’être obèses à 6 ans 13 . Bien que beaucoup d’études aient été réalisées hors du Brésil, nous devons nous rappeler que le Brésil est le plus gros consommateur d’agrotoxiques au monde (Source. ANVISA) 14 .

3. Meilleurs pour la planète. L’utilisation inadéquate de la terre (déforestation) et l’utilisation de fertilisants chimiques sont aussi des grands coupables du réchauffement global. Les émissions provenant des pratiques agricoles conventionnelles dépassent les émissions de CO 2 de toutes les voitures, camions, trains et avions du monde. Si les 1.4 millards d’hectares cultivés dans le monde étaient transformés en cultures biologiques dès maintenant, on réduirait de 40% les émissions de carbone du monde. Ceci serait réalisé par le séquestre du carbone dans le sol, réduction de la déforestation et réduction des gas à effet de serre associés à l’utilisation des fertilisants chimiques. Ces données figurent dans le Chapitre 3 “Farming and Land Use to Cool the Planet” (Agriculture et l’Utilisation de la Terre pour Refroidir la Planète) du rapport State of the World (État du Monde), publié par WorldWatch Institute en

2009 15 .

Ainsi, la consommation des produits biologiques possède aujourd’hui des arguments solides et scientifiques qui justifient complètement l’investissemet dans ce type de culture et de mode de vie. Le Brésil peut et doit être le grand fournisseur d’aliments pour le monde, un monde qui va de plus en plus rendre difficile l’entrée de produits contenant des résidus d’agrotoxiques.

L’agriculture biologique est capable d’alimenter le monde, contrairement à ceui a toujours été dit, raisonnement corroboré par les Nations Unies qui affirme haut et fort que l’agriculture biologique peut sustenter le monde tout en ayant un impact environnemental inférieur 16,17 .

Références :

2. Ten-year comparison of the influence of organic and conventional crop management practices on the

content of flavonoids in tomatoes. Mitchel AE et al, J Agric Food Chem. 2007, 55(15):6154-9.

3. Effects of agricultural practices on instrumental colour, mineral content, carotenoid composition, and

sensory quality of mandarin orange juice, cv. Hernandina. Beltran-Gonzales et al, J Sci of Food and Agriculture, 2008, 88(10):1731 1738.

4. Phytoalexin-Enriched Functional Foods, Boue et al, J. Agric. Food Chem., 2009, 57 (7): 26142622.

6. Nutritional quality and safety of organic food. A review. Lairon, Denis. http://www.agronomy-

7. The growing incidence of prostate cancer in the French Caribbean islands, Martinique and Guadeloupe:

A possible causal role of pesticides. Belpomme et al, International Journal of Oncology, 2009 (35): 433.

8. Parental Exposure to Pesticides and Childhood Brain Cancer: U.S. Atlantic Coast Childhood Brain

Cancer Study, Shim, Y. K. et al; Environ Health Perspect 117:10021006 (2009).

9. Pesticide Exposure and Hypertensive Disorders During Pregnancy, Saldana, T.M et al, Environ Health

Perspect, 2009, (117):13931396.

10. Potential developmental neurotoxicity of pesticides used in Europe, Bjørling-Poulsen, M; Andersen, HR

& Grandjean, P. - Environmental Health 2008, (7):50.

11. Transgenerational inheritance of environmental obesogens - Porta, M.; Duk-Hee, L.; Puigdomènech,

E. Occupational and Environmental Medicine 2009, (66):141-142.

12. Maternal levels of dichlorodiphenyl-dichloroethylene (DDE) may increase weight and body mass index

in adult female offspring - Karmaus, W et al, Mudd, J Zhang, Occupational and Environmental Medicine 2009, (66):143-149.

13. Exposure to hexachlorobenzene during pregnancy increases the risk of overweight in children aged 6

years, Smink, A. et al, Acta Pædiatrica, 2008, 97(10):1465 1469.

16. United Nations Food and Agriculture Organization, Organic Agriculture and Food Security, May 2007.

17. UNCTAD, UNEP, Organic Agriculture and Food Security in Africa, Oct. 2008.

-----------------------

Traduction pour Rede Verde Conservation Network Inc. : Sophier Rivier