Vous êtes sur la page 1sur 2

BAC S 2010 Antilles-Guyane CALCULATRICE INTERDITE

Exercice II : Aspect énergétique d’un système {Solide-Ressort} (5,5 points)


Correction © http://labolycee.org

1. Équation différentielle associée au système {solde, ressort} et solution.

1.1. Le mobile,
ur étudié dans le référentiel « table à coussin d’air », subit : ur
- son poids P , R
r r
- la force de rappel du ressort F , F m G
ur
- la poussée de l’air issu de la table R . ur
P
O
uu
r x0
i x
r uu
r Figure 1
1.2. F = −k.x. i
ur r ur uur
1.3. D’après la seconde loi de Newton, appliquée au mobile : P + F + R = m. aG .
d2 x
Par projection suivant l’axe horizontal Ox : 0 – k.x + 0 = m. 2
dt
2
dx
Soit m. 2 + k.x = 0
dt
d2 x k
ou encore 2 + .x = 0.
dt m
 k 
1.4. x = xM.cos  × t + ϕ

 m 
dx k  k 
= – xM. . sin  × t + ϕ

dt m  m 
dx2
k  k 
= – x . . cos  × t + ϕ 
dt 2
M
m  m
 
d2 x
On remplace, dans l’équation différentielle, 2 et x par les expressions ci-dessus.
dt
k  k  k  k 
– xM. . cos  × t + ϕ + . xM.cos  × t + ϕ = 0
 m  m 
m  m   
k  k 
(–1+1). . xM.cos  × t + ϕ  = 0.

m  m 
Cette égalité est vérifiée quelles que soient les valeurs de t, xM et ϕ .
 dx 
1.5. à t = 0 s : - la vitesse initiale est nulle : vx (0) =   = 0
 dt  t =0
k
. sin ϕ = 0
soit – xM.
m
xm, k et m sont des constantes non nulles, alors sin ϕ = 0, donc ϕ = 0 ou ϕ = π

- et le solide est en x = x0 alors x(0) = xM.cos ϕ = x0


avec ϕ = 0 alors xM = x0,
avec ϕ = π alors –xM = x0, or xM > 0 donc on retient ϕ = 0 et xM = x0 = +4,0 cm.
2. Introduction de l’énergie potentielle uuuuuuuurélastique.
uuuuuuuur
2.1. D’après la 3 loi de Newton, Fop / ressort = −Fressort / op
ème

uur r
Fop = −F .
uur uu
r
Fop = k.x. i
uur uu
r uur uu
r uur uuur
2.2. Fop (A) = k.x A . i et Fop (B) = k.xB . i , or xB > xA donc Fop ≠ Cte . Au cours du déplacement, la
valeur de la force, exercée par l’opérateur, augmente. uur uuur
uur
2.3. Pour un très petit déplacement dl , on peut considérer que Fop = Cte .
uur uur
δ W = Fop . dl
uu
r uur
δ W = k.x. i .dx. i
δ W = k.x.dx
uur B xB
1
B
2 1 1
2.4. A →B op = ∑ δ = ∫ =  .k.x  = .k.xB − .k.x A
2 2
W (F ) W k.x.dx
A xA 2 A 2 2
uur
Remarque : WA →B (Fop ) > 0, le travail est effectivement moteur au cours du déplacement.
uur
2.5. Énergie potentielle élastique : ∆ EP = W( Fop )
1 1
EPB – EPA = .k.xB − .k.x A
2 2

2 2
1 2
ainsi EP = .k.x
2
3. Énergie mécanique du système solide-ressort
1
3.1. EC = .m.V2 avec EC en joules, m en kg, V en m.s-1.
2
3.2. EM = EC + EPe
1 1
EM = .m.V2 + .k.x2
2 2
m
3.3.1. Période propre T0 = 2π .
k
3.3.2. À partir du document 1 (sans frottements), on lit 3T = 0,99 s donc T = 0,33 s
De même pour le document 2 (avec frottements), on trouve T = 0,33 s.
On constate que les frottements n’ont, ici, pas d’influence sur la pseudo-période.
On peut considérer, dans ce cas, que T = T0 = 0,33 s.
m
3.3.3. T0 = 2π .
k
m
T02 = 4π 2.
k
2
k.T0
m=
4π2
15 × 0,332
m= = 4,1.10–2 kg d’après l’aide au calcul.
4π 2

3.3.4. À t = 0 s, V(0) = 0 alors EC(0) = 0 J. La courbe 2 représente EC(t).


Et x(0) ≠ 0 alors EP(0) ≠ 0 J. La courbe 3 représente EP(t).
EM = EC + EP = Cte si les frottements sont négligeables. La courbe 1 représente EM(t).
3.3.5. Les courbes des documents 3 et 4 diffèrent car lorsque la soufflerie ne fonctionne pas à
plein régime (document 4), le solide subit des frottements de la part de la table. Une partie de
l’énergie mécanique est alors dissipée sous forme de chaleur. L’énergie mécanique du système
diminue au cours du temps.