Vous êtes sur la page 1sur 4
Fiche pratique www.primalliance.fr page 1/4 LE CIRCUIT HYDRAULIQUE 1 Les différentes distributions 1 1 .1
Fiche pratique www.primalliance.fr page 1/4
Fiche pratique
www.primalliance.fr
page 1/4

LE CIRCUIT HYDRAULIQUE

1

www.primalliance.fr page 1/4 LE CIRCUIT HYDRAULIQUE 1 Les différentes distributions 1 1 .1 Distribution monotube

Les différentes distributions

11.1 Distribution monotube : un départ.

Ce système est le plus simple. La totalité du débit d'eau traverse tous les corps de chauffe les uns après les autres ce qui nécessite d'ailleurs une pompe d'une puissance un peu plus importante que pour les autres types de distribution. Ce type d'installation présente un inconvénient du fait que l'on ne peut pas régler la puissance calorifique des différents corps de chauffe.

11.2 Distribution bitube : deux départs depuis le générateur.

Illustration : CARDONNEL ingénierie ©
Illustration : CARDONNEL ingénierie ©
Illustration : CARDONNEL ingénierie ©
Illustration : CARDONNEL ingénierie ©

Illustration : CARDONNEL ingénierie ©Photo

: COMAP ©

Illustration : CARDONNEL ingénierie ©Photo : COMAP © Fiche pratique www.primalliance.fr page 2/4 LE CIRCUIT
Fiche pratique www.primalliance.fr page 2/4
Fiche pratique
www.primalliance.fr
page 2/4

LE CIRCUIT HYDRAULIQUE

11.3

www.primalliance.fr page 2/4 LE CIRCUIT HYDRAULIQUE 1 1 .3 Distribution hydrocablée ou pieuvre Chaque corps de

Distribution hydrocablée ou pieuvre

Chaque corps de chauffe est desservi individuellement à partir d'un distributeur commun pour l'aller et d'un collecteur commun pour le retour. Les tuyaux utilisés sont de faible diamètre en polyéthylène réticulé. Ils cheminent dans des fourreaux préalablement coulés dans la chape du plancher ou placés en faux-plafond ou dans les cloisons.

plancher ou placés en faux-plafond ou dans les cloisons. Les avantages sont nombreux : • l’élasticité

Les avantages sont nombreux :

l’élasticité des tubes PER et l’absence de raccord intermédiaire permettent d'enfiler les tubes dans les fourreaux ou de les retirer si nécessaire,

les tubes sont invisibles sur la plus grande partie de leur parcours,

la faible perte de charge sur chaque circuit de distribution permet de faire tourner le circulateur à plus faible vitesse (longévité accrue et moindre bruit),

lorsqu'un radiateur ne demande pas de chauffage, la circulation d'eau est arrêtée et les pertes thermiques amoindries,

la

est facilitée car il

s’agit

amoindries, • la est facilitée car il s’agit pose d’ensembles préfabriqués, • un investissement

pose

d’ensembles préfabriqués,

un investissement inférieur à une distribution monotube ou bitube.

Fiche pratique www.primalliance.fr page 3/4 LE CIRCUIT HYDRAULIQUE 2 Calorifugeage des tuyauteries La pose de
Fiche pratique www.primalliance.fr page 3/4
Fiche pratique
www.primalliance.fr
page 3/4

LE CIRCUIT HYDRAULIQUE

2

www.primalliance.fr page 3/4 LE CIRCUIT HYDRAULIQUE 2 Calorifugeage des tuyauteries La pose de calorifuges est

Calorifugeage des tuyauteries

La pose de calorifuges est préconisée afin de limiter les pertes de chaleur dans les locaux non chauffés. Ces pertes sont huit fois plus importantes que pour des tuyauteries non calorifugées.

On trouve sur le marché trois familles de produits :

les fibres minérales en coquilles ou en rouleaux,

les manchons de caoutchouc cellulaire,

les mousses rigides de polyuréthane, phénolique, polyéthylène.

Les bandes ou coquilles de laine minérale nécessitent un revêtement de protection :

bandes de toiles enduites au plâtre, feuilles de PVC, gaines aluminium préformées.

Le caoutchouc cellulaire est plutôt réservé aux petits diamètres. Mis à part le calorifuge en bande, les autres produits sont préformés aux différents diamètres du commerce.

Dans la pratique, il est préférable d’assurer une épaisseur de laine minérale de 20 mm jusqu’au DN 15, de 30 mm jusqu’au DN 50, de 40 mm pour les diamètres supérieurs. Il faut également prendre soin de calorifuger les vannes ou autres accessoires.

Les calorifuges doivent être certifiés ACERMI.

vannes ou autres accessoires. Les calorifuges doivent être certifiés ACERMI. RECOMMANDATIONS TECHNIQUES ET MATÉRIELS
Fiche pratique www.primalliance.fr page 4/4 LE CIRCUIT HYDRAULIQUE   3 Désembouage et équilibrage de
Fiche pratique www.primalliance.fr page 4/4
Fiche pratique
www.primalliance.fr
page 4/4

LE CIRCUIT HYDRAULIQUE

 

3

  3 Désembouage et équilibrage de l’installation

Désembouage et équilibrage de l’installation

  L’embouage se produit essentiellement dans les zones de pertes de charge à cause du
 

L’embouage se produit essentiellement dans les zones de pertes de charge à cause du dépôt des matières en suspension : phénomènes d’entartrage et de corrosion produits par les appoints d’eau.

Les organes se bouchent et empêchent le passage de l’eau dans les émetteurs qui, du coup, ont du mal à monter en température. De plus la vitesse de passage plus importante conduit à des sifflements.

Le déséquilibre peut se matérialiser par des écarts de température supérieur à 3°C entre les différentes pièces.

Lors du désembouage, il est préférable de procéder à des traitements doux pour éviter de percer les tuyauteries ou les émetteurs (détartrage et rinçage). Il convient de rajouter un inhibiteur de corrosion lors du remplissage du circuit. Une telle opération est donc toujours associée à un rééquilibrage de toute l’installation.

Pour éviter le désembouage, il est possible d’installer des filtres, des pots à boues et

Pour éviter le désembouage, il est possible d’installer des filtres, des pots à boues et il est souhaitable de traiter l’eau régulièrement.