Vous êtes sur la page 1sur 60

PROJET DE FIN D’ETUDE

INSA de Strasbourg - Spécialité Génie Civil
2014

MISE AU POINT D’UN OUTIL DE GESTION DES AVANCEMENTS
SYNTHETISANT DES DONNEES D’UNE MAQUETTE NUMERIQUE
ET DE PLANNINGS

Auteur : Thomas BOUCLAND
INSA de Strasbourg, spécialité Génie civil, option aménagement du territoire
Référent entreprise : Philippe LOGETTE
Ingénieur principal travaux, Pertuy Construction
Référent école : Abdallah GHENAIM
Professeur des universités, responsable de la spécialité Génie Civil INSA de Strasbourg
Réalisé chez : Pertuy Construction
Chantier du Centre Hospitalier de Belfort Montbéliard (90) – Site médian

Projet de fin d’étude
2014

2/60

REMERCIEMENTS
Pour mener à bien ce projet, j’ai reçu l’aide de nombreuses personnes que je tiens à
remercier ici.
Tout d’abord Philippe Logette en tant que tuteur entreprise qui a su rester disponible
pour mes interrogations, a pris le temps d’échanger avec moi et a cru à mon projet.
Ensuite, Abdallah Ghenaim en tant que tuteur école qui malgré un emploi du temps
chargé m’a apporté des réponses à mes interrogations.
Mais aussi, Laurent Garnier, responsable de projet, qui m’a accueilli pour la seconde
fois au sein de son équipe et m’a soutenu au sein de l’entreprise.
Franck Vampouille, responsable second œuvre et Patrice Munsch, responsable Gros
œuvre, qui ont su se rendre disponibles et être à l’écoute.
Merci aux projeteurs : Raphaël Benucci, Fabrice Junk et Farid Essadik, pour leur
explication et leur aide concernant le monde du BIM et de la maquette numérique.
Mais encore Etienne Machurey et Matthieu Girardet, ingénieurs travaux pour leur
disponibilités et leur retour sur mon projet.
Merci aussi à tous les autres : Matthieu Curie, Guillaume Duchanoy, Pascal Buck,
Alexandra Spittael, Christelle Nicolier, Benoit Rochard, Redouane Chiadmi et ceux que
j’oublie pour leur accueil, leur sympathie et leur bonne humeur.

Thomas BOUCLAND

Projet de fin d’étude
2014

3/60

RESUME
Le centre hospitalier de Belfort-Montbéliard – Site médian est un grand projet lancé en
2012 de 100'000 m² de surface hors d’œuvre brut répartie sur 7 niveaux. Le marché, traité en
macro-lot, impose un contrôle du planning rigoureux et un suivi des avancements au plus
juste. Le projet, aux données multiples et variées, consiste à instaurer un outil de gestion des
avancements à l’aide d’un logiciel du BIM : Navisworks®. L’outil mis en place permet la
synthèse des données contractuelles de plannings, d’une maquette numérique et financières.
Le suivi est alors possible en 5 dimensions : spatiale (3D), temporelle, et financière. Les
modules mis en place permettent d’assurer le suivi des travaux et de réaliser des prévisions
d’avancements ou d’activités. En restant simple d’utilisation, l’outil génère des visuels clairs
et des avancements quantifiés avec précision.
ABSTRACT
The new hospital center of Belfort-Montbéliard is a major project begun in 2002; it is
composed of 97’000 m² of floors spread on 7 levels. The specificities of the deal require a
strict following of the planning and a precise following of progress. The project, composed of
various and numerous data, consists in bringing together contractual planning, data from a
building information model and construction costs. The process can then be followed in 5
dimensions: space (3D), time and cost. The different elements created can, more than just
checking for progress, predict progress and generate activity previsions. Nevertheless, the
instituted tool is easy to use and produce soft view of progress.
MOTS CLES
BATIMENT – TRAVAUX – AVANCEMENT – BIM - NAVISWORKS ®

Thomas BOUCLAND

............................... 21 5............................................................1) L’importation des données de la maquette numérique ................ 9 2) Présentation du chantier .......................... 16 3............................... 29 7............................................ 23 5.....................2) Une équipe encadrante ...................................................................................... 3 Table des figures.............................................2) Pertuy construction ............................................................................1) La maquette numérique – Revit® .......................................................................................... 18 4................................................................................................................................................................................... 17 4) Les objectifs du projet ......................................................... 2 Résumé .................................................................. 16 3...................................................................1) Les chiffres clefs.........................................................................................................................................4) Avancement ... 18 5) Les outils à disposition ............................... 9 1..............................................2) Les acteurs du projet ........... 18 4......... 6 Table des tableaux ....................3) Financement ..1) Le zoning ......................................2) Les plannings ............................................................................................. 8 1) Présentation de l’entreprise ................................................................................... 31 7................................................................................2) Le suivi du planning ............................................................................................................................ 37 Thomas BOUCLAND ............... 21 5................................ 25 6..................................................................... 11 2.....................................................................................................................1) Le projet.. 11 2.................................................................. 13 2................................................................................................................................................................................................... 25 6... 28 7) Principe de l’outil ..............................2) Les plannings – MS Project ...................................................................2) Le cahier des charges........................................................................................................3) Le suivi des avancements ..............................1) Le groupe Bouygues ......................................... 27 6.............................................................................................................................................................. 30 7...Projet de fin d’étude 2014 4/60 SOMMAIRE Remerciements ......................3) l’activité .............................3) Un outil 4D – Navisworks® .......................................................... 14 3) Pertuy construction sur le projet ........ 16 3... 24 6) Etat des lieux .........................................................1) Problématique ........................................................................................................................................................................................... 7 Introduction ................................ 9 1......................................................

.................... 50 9............... 48 9................................................ 46 9....................................................................................... 44 9.............................4) Etablissement du catalogue d’élements ........................................................................................ 59 Annexes .....................7) Prévision d’activité .............................................................................................................................1) Etancheité et suivi de planning ............................ 45 9. 47 9..............Projet de fin d’étude 2014 5/60 8) Essais et points bloquant ........................................................ 44 9....................................................................................... 54 11) Perspectives ... 42 9) Développement de l’outil ................................6) L’extraction de vues ........ 60 Thomas BOUCLAND ...............................................................................................................2) Automatisation de la sélection.............................................................. 52 10) Le niveau 3 : un lancement à l’échelle .............................................................................................................. 56 Conclusion ............ 58 Bibliographie ...............................................................................1) Adaptation de l’export ..................................................................................................................3) Automatisation de la liaison avec le planning .......................................5) Personnalisation de la quantification ....................................................... 40 8........... 40 8..................................2) Zone témoin et avancement .................................................................................................

..................................... 23 Figure 20 : Extrait du planning sur MS Project® ..... 20 Figure 16 : Vue en 3D du bâtiment issue de Revit® ........................................................................................................................................ 17 Figure 12 : Vue depuis la G1 ................................ 18 Figure 14 : Schéma de l'ensemble des données d'entrée de l'outil .............................................................. 37 Thomas BOUCLAND ................................................................................................................................................................................................................................................................................... 33 Figure 36 : Données de la simulation ...................... 10 Figure 3 : Effectif Pertuy Construction – Janvier 2014 .......... 19 Figure 15 : Contraintes de l'outil ...... 24 Figure 23 : Plan de découpage............................................. 15 Figure 10 : Pertuy Construction sur le CHBM .......... 31 Figure 31 : Extrait tableau de tâches ..........................................................Projet de fin d’étude 2014 6/60 TABLE DES FIGURES Figure 1 : Le groupe Bouygues ..................... 35 Figure 39 : Module Time Liner et prévision d'activité ................................... 14 Figure 9 : Proportion des sous-lots en prix de vente .........Janvier 2014 ............................. 10 Figure 4 : Plan de reperage des bâtiments .................................................................................................... 16 Figure 11 : Avancement à fin janvier 2014 ......... 12 Figure 6 : Vue sur un patio .................................................................................................................................................................................................................................................. 26 Figure 26 : Schéma récapitulatif des plannings en place ................................................. 32 Figure 35 : Données associées aux tâches ........................................................................................................ 17 Figure 13 : Schéma des besoins........... 36 Figure 40 : Principe du catalogue d'eléments ................................................................................................. 22 Figure 19 : Logo du logiciel MS Project® .............................................. 32 Figure 33 : Vue avec rendu standard .......................................................................................................... 28 Figure 28 : Schéma récapitulatif outil ............................................................. 9 Figure 2 : Pertuy construction au sein de BYEFE .................. 34 Figure 37 : Vue de l'outil semaine 26 ................................... 32 Figure 32 : Extrait du module Time Liner........................................................................................................ 26 Figure 25 : Vue 2D ............................................................................ 21 Figure 17 : Vue intérieure du bâtiment issue de Revit® ................................................................................... 29 Figure 29 : Principe d'extraction de Revit .............................................. 35 Figure 38 : Extrait de l'équivalent planning – 127 tâches sur les 1008 ................................................................ 27 Figure 27 : Schéma de principe de détermination de l'activité ..................................................... 32 Figure 34 : Vue avec apparence Time liner.................................................................................. 24 Figure 22 : Vue issue du logiciel Navisworks® .................................................. 23 Figure 21 : Schéma de principe du 4D .......................................... 12 Figure 7 : Vue de l'entrée............ 30 Figure 30 : Liens Ms Project Navisworks® .......................................................................................................................... 22 Figure 18 : Logo du logiciel Revit® 2014 ................................................... 25 Figure 24 : Vue 3D ................................................................ 11 Figure 5 : Vue extérieure du bâtiment MCO .......................................................................... 12 Figure 8 : Répartition en pourcentage des montants du marché .......................................

.....................Suivi étanchéité........................................................................................................... 49 Thomas BOUCLAND ........................................................ 51 Figure 52 : Vue de suivi plafond ............................................. 45 Tableau 3 : Types de tâches.................................................................................................................................. 51 Figure 53 : Répartition de l'avancement .................................... 37 Figure 42 : Démarche de métré ................................................................................... 40 Tableau 2 : Jeux de sélection ...................................... 53 Figure 55 : Bilan de l'outil ................................Projet de fin d’étude 2014 7/60 Figure 41 : Propriètés des éléments du catalogue ................ 38 Figure 44 : Principe de gestion de l'activité......................................................................................................... 57 TABLE DES TABLEAUX Tableau 1 : Types de tâches ........................... 47 Figure 49 : Vue de prévision au 31 juillet 2014 ....................................................... 54 Figure 56 : Vue de prévision cloison niveau 3 ........................................11 Oct 2014 .................... 42 Figure 47 : Axes de développement .............................................................................................................................................................................................................................................................................................. 50 Figure 50 : Vue de suivi au 15 mai 2014.............................. 38 Figure 43 : Detail point de connexion entre module ................ 55 Figure 57 : Vue de prévision sol niveau 3.................................................................................30 Sept 2015 ........................................................................................... 52 Figure 54 : Outil de calcul d'avancement .................................. 41 Figure 46 : Extrait simulation de la zone témoin ..................... 50 Figure 51 : vue de prévision sans repères ....... 39 Figure 45 : Extrait de la simulation ................................. 44 Figure 48 : Hiérarchie du catalogue d'élements ............................ 55 Figure 58 : Perspéctives............. 46 Tableau 4 : Paramètres extraits......................................................Suivi d'étanchéité ...........

Le présent rapport s’attache dans un premier temps à présenter le chantier.Projet de fin d’étude 2014 8/60 INTRODUCTION Pour ce projet de fin d’étude. Enfin. Un état des lieux des ressources à disposition est établi au vue du cahier des charges. Dans un second temps. les objectifs et le cahier des charges sont détaillés afin de définir les axes de développement de l’outil. il est décrit une série de perspectives d’évolutions de l’outil afin de permettre son amélioration. Au sein de ce contexte est apparu le besoin de développer un outil synthétisant de nombreuses sources de données pour garantir un suivi et un pilotage au plus juste tout en offrant un visibilité d’ensemble. ses acteurs et ses enjeux. Le rapport s’attache à présenter le principe général arrêté pour l’outil avant de mettre en relief une série de problème en s’appuyant sur deux essais. Par la suite. Le projet consiste à la mise en place d’un outil de gestion des avancements. Les projets de grandes envergures comme celui-ci sont caractérisés par des quantités mises en œuvre importantes et des moyens conséquents. Les grands projets imposent donc un suivi rigoureux pour un calendrier respecté et des coûts maitrisés. Il est développé la mise en place de l’outil à échelle réelle sur le niveau 3 débutant en corps d’état intérieur début juin. son ampleur. j’ai rejoint l’équipe de Pertuy Construction sur le chantier du Centre Hospitalier de Belfort-Montbéliard – Site Médian. il est détaillé les solutions mis en œuvre pour lever les points bloquant et présenter un outil fonctionnel. Thomas BOUCLAND .

de Colas et de Bouygues immobilier. elle est constituée de Bouygues Construction. Losinger Marazzi. du logement et des équipements publics. de même que Quille Construction. Pertuy Construction est implanté dans le Grand Est de la France où elle bénéficie d’une bonne implantation régionale et exprime ses compétences dans les domaines du médical. FIGURE 1 : LE GROUPE BOUYGUES 1.2) PERTUY CONSTRUCTION Pertuy Construction est une filiale de Bouygues Entreprises France-Europe (BYEFE). les télécommédias et depuis 2006 l’énergie et le transport avec une participation au sein de l’Alstom. GFC Construction. DV Construction et Acieroid.Projet de fin d’étude 2014 9/60 1) PRESENTATION DE L’ENTREPRISE 1. Bouygues Belgium. de l’industrie. ce groupe industriel à forte culture d’entreprise s’organise autour de trois axes : la construction. Thomas BOUCLAND . La construction constitue toutefois la filière historique du groupe. Norpac.1) LE GROUPE BOUYGUES Le groupe Bouygues a été créé en 1952 par Francis Bouygues.

Début février 2014. L’effectif à fin janvier 2014 était de 550 personnes réparties comme suit : 213 244 Cadres ETAM Compagnons 93 FIGURE 3 : EFFECTIF PERTUY CONSTRUCTION – JANVIER 2014 Thomas BOUCLAND .8 millions d’euros secteurs du bâtiment. malgré un contexte difficile Pertuy Construction a su dégager une activité d’environ 13. industrie et travaux-service confondus.Projet de fin d’étude 2014 10/60 FIGURE 2 : PERTUY CONSTRUCTION AU SEIN DE BYEFE Pertuy Construction porte le statut de Société Anonyme (SA) ayant enregistré en 2012 une activité de 211 millions d’euros.

Obstétrie. un local de production de froid et une plateforme fluides médicaux . abrite notamment une chaufferie bois. de gynécologie-obstétrique. pédiatrie-néonatalogie.1) LE PROJET Le projet de ce site médian de centre hospitalier de Belfort-Montbéliard a démarré entre février et juin 2012 avec le lancement des appels d’offres à l’initiative du centre hospitalier de Belfort-Montbéliard. des salles d’imagerie … Il est aussi prévu un parking sous-terrain et une hélistation en toiture. responsable de la production en énergie du site. réanimation. Le projet est implanté sur une parcelle de 25 ha avec une pente moyenne de 10% situé à Trèvenans dans l’axe Belfort-Montbéliard (Franche-Comté. Le bâtiment principal de l’hôpital dit MCO pour Médecine. Le bâtiment logistique. Il sera connecté à l’hôpital par une galerie souterraine. qui accueillera entre autre la laverie et la cuisine. une chaufferie mixte gaz-fioul. Il constitue un marché dissocié à charge du groupe Vinci en partenariat public privé (PPP) . 10 blocs obstétricaux. à proximité de la gare TGV Belfort-Montbéliard. les locaux électriques. L’hôpital se composera de quatre bâtiments distincts : • • • • Le bâtiment du SMUR qui est actuellement figé dans l’attente d’une possible évolution par le client .Projet de fin d’étude 2014 11/60 2) PRESENTATION DU CHANTIER 2. Chirurgie. Ce projet est né du besoin d’un pôle majeur hospitalier pour l’aire urbaine (axe Belfort-Montbéliard). soins intensifs … Le site accueillera 21 blocs opératoires. France). de chirurgie. Le bâtiment Energie. Le projet prévoit à terme 772 lits et abritera les services de médecine conventionnelle. FIGURE 4 : PLAN DE REPERAGE DES BATIMENTS Thomas BOUCLAND .

Niveau 3 : bloc opératoire et obstétrical. psychiatrie. FIGURE 5 : VUE EXTERIEURE DU BATIMENT MCO FIGURE 7 : VUE DE L'ENTREE FIGURE 6 : VUE SUR UN PATIO Thomas BOUCLAND . pharmacie . Niveau 4 : Laboratoires. direction. restaurant personnels et locaux techniques . Niveau 1 : dialyse. Le bâtiment ne se distingue peu de par sa forme mais plus par la présence de patios de taille et de forme variables selon les niveaux et de par sa façade en mur rideau. morgue. stérilisation. unités d’hébergement . Son emprise au sol évolue en fonction des niveaux dans la mesure où le bâtiment s’élève sur la colline. unités d’hébergement . néonatalogie . on peut toutefois considérer une emprise de 250 m de long sur 95 m de large. sur 7 niveaux. pédiatrie. Niveau 5 : hélistation.Projet de fin d’étude 2014 12/60 Le bâtiment MCO compte une surface hors d’œuvre brute (SHOB) de 100 000 m². soit 73 000 m² en surface hors d’œuvre nette (SHON). Niveau 2 : urgences. La répartition des locaux par niveaux au sein du bâtiment MCO est la suivante : • • • • • • • Niveau -1 : parc de stationnement et locaux techniques Niveau 0 : hall d’entrée principal. hôpital de jour.

Projet de fin d’étude 2014 13/60 2.Doublage . Gros Œuvre et Charpente Métallique Couverture Etanchéité Serrurerie .Isolation Menuiseries intérieures . Sous-lot 01A Sous-lot 01B Sous-lot 01C Sous-lot 01D Sous-lot 01E Sous-lot 01G Sous-lot 01H Fondation.Métallerie Cloisons . Les acteurs du projet sont les suivants : Maître d’ouvrage Architecte Architecte associé BET TCE Bureau de Contrôle CSPS OPC Centre Hospitalier de Belfort-Montbéliard (CHBM) Brunet – Saunier Architecture Serge Gaussin et Associés SNC Lavallin SAS Veritas + Socotec Veritas Planitec BTP Le chantier est géré en macro-lots et est chapeauté par une maîtrise d’œuvre en groupement solidaire composée comme suit : Architecte mandataire Architecte associé BET TCE BET HQE BET Acoustique Brunet Saunier architectes SGA architecte SNC Lavallin – Illkirch Tribu CIAL Lecocq Les macro-lots et les titulaires des lots sont les suivants : Lot 01 Lot 02 Lot 03 Lot 04 Lot 05 Lot 06 Gros œuvre et fondation Façades Electricité CVC / Plomberie / Fluides médicaux Appareils élévateurs Aménagements extérieurs Pertuy construction Metalsigma Cofely ineo Patricola Schindler Transroute L’entreprise Pertuy intervient sur le lot 01 qui est lui-même subdivisé comme indiqué ci-dessous.Agencement Peinture Faux-plafonds Thomas BOUCLAND .2) LES ACTEURS DU PROJET Le projet est traité en marché public avec appel d’offre ouvert soumis aux dispositions du code des marchés publics.

Toutefois. Thomas BOUCLAND .5 M€ 3 M€ 185.3) FINANCEMENT Le financement du projet est réparti comme suit : Fonds de modernisation des établissements de santé (FMESPP).Projet de fin d’étude 2014 14/60 2.5 M€ 258 M€ Les montants des marchés sont relativement variant et il est possible de juger de l’importance de chaque lot via ses parts de marché comme le présente la figure ci-après. Schindler 1% Transroute 5% Patricola 23% Pertuy 46% Inéo 13% MétalSigma 12% FIGURE 8 : REPARTITION EN POURCENTAGE DES MONTANTS DU MARCHE Pertuy Construction apparait ainsi prépondérant et est donc moteur pour l’avancement des travaux. plan hôpital Avance plans hôpital 2012 et 2007 Cession des bâtiments et terrains Emprunts TOTAL 33 M€ 36. l’entreprise n’a pas la liberté de décision propre au marché en entreprise générale.

4 M€ 3. GO et CM Couverture Etanchéité Serrurerie – Métallerie Cloisons – Doublage .8 M€ décomposé comme suit : Sous-lot 01A Sous-lot 01B Sous-lot 01C Sous-lot 01D Sous-lot 01E Sous-lot 01G Sous-lot 01H Fondation.8M€ Lot 01 Total 67.Projet de fin d’étude 2014 15/60 La part de marché attribuée au lot 01 détenu par Pertuy construction est de 67.Isolation Menuiseries intérieures – Agencement Peinture Faux-plafonds 36.8 M€ La représentation graphique ci-après permet de mettre en avant que le gros œuvre représente à lui seul la moitié du marché de Pertuy Construction.4 M€ 2.3 M€ 6.8M€ 3. Sous-lot 01H 6% Sous-lot 01G 9% Sous-lot 01E 12% Sous-lot 01A 56% Sous-lot 01D 9% Sous-lot 01C 3% Sous-lot 01B 5% FIGURE 9 : PROPORTION DES SOUS-LOTS EN PRIX DE VENTE Thomas BOUCLAND .2M€ 7.6 M€ 5.

… Pour ma part.2) UNE EQUIPE ENCADRANTE L’équipe encadrante de Pertuy construction sur le chantier se compose principalement : • • • • • • • • D’un responsable projet D’un responsable sécurité D’un pôle gestion D’un pôle méthode D’un pôle gros œuvre D’un pôle consultation sous-traitants D’un pôle corps d’état secondaires D’une assistante chantier.Projet de fin d’étude 2014 16/60 3) PERTUY CONSTRUCTION SUR LE PROJET 3. j’ai n’ai pas directement intégré l’un des pôles mais suis resté sur une mission transversale de planning avec une hiérarchie directe dans le pôle corps d’état secondaires. d’un assistant technique.1) LES CHIFFRES CLEFS Pertuy Construction sur l’opération c’est : 41 mois d’intervention 59 000 m3 de béton 4 000 tonnes d’acier 161 000 m² de surface hors d’œuvre 97 000 m² de plancher 47 000 m² de surface de voile 31 000 m² de surface étanchée 94 000 m² de surface de cloisons 57 000 m² de surface de sols souples 4 000 portes 67 000 m² de surface de faux plafonds FIGURE 10 : PERTUY CONSTRUCTION SUR LE CHBM 3. Thomas BOUCLAND . L’organigramme est disponible en annexe.

Projet de fin d’étude
2014

17/60

3.4) AVANCEMENT
A mon arrivé sur site, l’avancement général était le suivant :

Avancement marché Pertuy

33%

Avancement marché en part propre

47%

Avancement marché en sous traitance

11%
0%

10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

FIGURE 11 : AVANCEMENT A FIN JANVIER 2014

Le sous-lot 01A – Gros œuvre est majoritairement réalisé en part propre ce qui n’est
pas le cas des autres sous-lots principalement sous-traités. Ainsi, à fin janvier 2014, la moitié
des travaux réalisés en part propre étaient déjà réalisés et seulement un dixième des travaux
sous-traités.

Les faits marquants à fin janvier étaient les suivants :



Le gros œuvre débutait les verticaux du niveau 3.
L’étanchéité du bâtiment Energie arrivait à son terme.
Les corps d’état secondaires terminaient les négociations des lots : cloisons,
menuiseries intérieurs et faux-plafonds.
Les plans des locaux témoins étaient validés.

FIGURE 12 : VUE DEPUIS LA G1 - JANVIER 2014

Thomas BOUCLAND

Projet de fin d’étude
2014

18/60

4) LES OBJECTIFS DU PROJET
4.1) PROBLEMATIQUE
Un projet de cette ampleur implique de pouvoir projeter sa vision dans l’avenir et de
suivre avec attention le déroulement des travaux sous peine de voir l’opération échapper à
tout contrôle.
La gestion du planning global du chantier est assurée par l’OPC chargé de faire
respecter celui-ci et d’assurer les interactions entre lots.
Il est donc essentiel pour Pertuy Construction d’assurer le suivi de ses avancements et
de pouvoir se projeter dans l’avenir pour anticiper les problèmes en interne tout comme les
interactions avec les autres lots.
De ces postulats, le projet consiste à développer un outil de suivi des avancements
synthétisant les données connues du projet.
4.2) LE CAHIER DES CHARGES
L’outil doit répondre à des besoins pour Pertuy Construction en interne dans le but
d’assurer sa part de marché. L’outil doit également répondre à des besoins de communication
vers la maîtrise d’œuvre via les pièces contractuelles ou via des éléments d’analyse. Le
schéma ci-dessous résume les besoins auxquels l’outil doit apporter une réponse.

FIGURE 13 : SCHEMA DES BESOINS

Thomas BOUCLAND

Projet de fin d’étude
2014

19/60

L’ensemble de ces besoins transcrit la nécessité de synthétiser les informations et
d’en faciliter leur analyse. En effet, un bâtiment de 250 m de long sur 90 m de large, de
multiples zoning, un planning marché de 4216 tâches rendent difficile une vision globale du
projet et compliquent le pilotage.
Une série de besoins propres à la gestion de l’opération se dissimule derrière
l’ensemble de ces tâches : la facturation des sous-traitants et la prévision d’activité.
Un suivi de l’avancement correct, facilite et garantit une facturation adaptée du soustraitant au travail réalisé et évite donc la sous-facturation et la sur-facturation.
Sur tout chantier et encore plus sur les chantiers de grandes envergures, il est
nécessaire de pouvoir fournir une prévision d’activité. Cette demande est issue directement
de la hiérarchie. Habituellement, sur les chantiers, la prévision d’activité est variante de 15 %
Sur un chantier de l’ampleur du CHBM, une variation de 15 % d’activité représente des
sommes d’argent importantes pouvant aller jusqu’à 400 000 € sachant que l’activité
mensuelle est d’environ 2,7 millions d’euros.
Au vue de ces éléments nouveaux, il serait intéressant d’inclure une dimension de
prévision et de bilan financier au sein de l’outil unique en plus de sa dimension travaux.

Données
travaux
Données
contractuelles

Données
financières

Outil
unique
FIGURE 14 : SCHEMA DE L'ENSEMBLE DES DONNEES D'ENTREE DE L'OUTIL

Thomas BOUCLAND

L’outil doit être évolutif. L’outil doit être simple d’utilisation. Il doit pouvoir prendre en compte des modifications des plans sur ordre de la maîtrise d’ouvrage / maitrise d’œuvre mais aussi les recalages ou modifications du planning. La problématique de la gestion de planning et d’avancement est souvent liée à des problèmes d’utilisation de logiciels.Projet de fin d’étude 2014 20/60 L’outil doit également répondre à des contraintes d’utilisation qui sont énumérées ciaprès. Tous ne maitrisent pas ces outils ou n’en disposent pas sur son poste car la licence payante n’est pas mise à disposition de tous par l’entreprise. L’outil doit être accessible à tous. Un outil trop complexe ou trop long à utiliser perdra son sens et un retour aux techniques habituelles serait fait et ce au-delà des problématique d’utilisation de logiciel. Accessible Evolutif Simple FIGURE 15 : CONTRAINTES DE L'OUTIL Thomas BOUCLAND .

Le logiciel intègre l’ensemble des données des objets du chantier : chaque porte avec ses caractéristiques. Thomas BOUCLAND . Ainsi toutes les données du projet sont toutes intégrées dans une maquette numérique. les cloisons.1) LA MAQUETTE NUMERIQUE – REVIT ® Le chantier a fait le choix dès son commencement de réaliser le chantier à l’aide d’une maquette virtuelle complète du bâtiment. il convient désormais de faire un état des lieux des outils en place et des éléments potentiellement utilisables. La force de Revit® est la gestion paramétrique des données contrairement à AutoCAD® qui gère uniquement le dessin. FIGURE 16 : VUE EN 3D DU BATIMENT ISSUE DE REVIT ® La maquette numérique constitue une base de données complète pour tous les souslots de Pertuy Construction puisqu’elle contient les éléments gros œuvres. 5.Projet de fin d’étude 2014 21/60 5) LES OUTILS A DISPOSITION Au vue des besoins et du cahier des charges. Avec ce choix le chantier a fait son entrée dans l’univers BIM : Building Information Modeling. Et la modification de la base de données met à jour les différents plans automatiquement. les types de sol. les faux plafonds. chaque cloison et ses caractéristiques … C’est à partir de ces données que sont générés les plans. les menuiseries intérieures … Le chantier a retenu le logiciel commercialisé par Auto Desk : Revit®.

Ainsi le logiciel peut par exemple fournir la surface de plafond d’un type déterminé ou encore le nombre de châssis vitré avec une certaine propriété. Sur le chantier. c’est toute la diffusion de plan. hors détails spécifiques. Elle permet de fournir des vues en 3 dimensions comme les figures présentées mais aussi des vues en plan similaires à celle que l’on pourrait obtenir d’AutoCAD® ou d’un autre logiciel de dessin.Projet de fin d’étude 2014 22/60 FIGURE 17 : VUE INTERIEURE DU BATIMENT ISSUE DE REVIT ® La mise à jour de la base de données de la maquette numérique par les projeteurs avec l’appui des ingénieurs permet de posséder à tous moment une vision complète du projet. L’avantage non négligeable du modèle numérique à gestion paramétrique est la possibilité d’extraire des métrés des données entrées. FIGURE 18 : LOGO DU LOGICIEL REVIT ® 2014 Thomas BOUCLAND . Ce format est lui accessible à tous par le biais d’un logiciel en libre accès : Autodesk Design Review®. Un export de vue avec l’ensemble des paramètres des objets du dessin est néanmoins possible via un format d’extension DWFX. Le logiciel Revit® n’est toutefois pas laissé à libre disposition de tous sur le chantier au vue de la complexité d’utilisation et du coût de la licence. qui est gérée via la maquette numérique.

Toutefois.Projet de fin d’étude 2014 23/60 5. d’enchaînement ou de date. Sur le chantier. Thomas BOUCLAND . Ce logiciel permet le pointage des tâches traçant ainsi un avancement des travaux. l’OPC a opté pour le logiciel MS Project® commercialisé par Microsoft®. le logiciel ne permet pas de gérer les zones affectées par l’ordonnancement. Ce type de logiciel utilise notamment la représentation en diagramme de Gantt en tant que représentation graphique qui est la représentation la plus courante et usitée. FIGURE 20 : EXTRAIT DU PLANNING SUR MS PROJECT ® La gestion du planning est complexe sur l’opération de par le nombre de tâche et la multiplicité des zonings utilisés pour le repérage selon les lots.2) LES PLANNINGS – MS PROJECT L’utilisation de logiciel de gestion de planning sur les chantiers est depuis longtemps répandue. FIGURE 19 : LOGO DU LOGICIEL MS PROJECT ® Le logiciel MS Project® permet la gestion d’un planning à l’aide de tâches qui interagissent entre elles via des contraintes de durée.

Projet de fin d’étude 2014 24/60 5. Afin de mener à bien le projet. FIGURE 22 : VUE ISSUE DU LOGICIEL NAVISWORKS ® Thomas BOUCLAND . C’est donc à partir de cette interface de choix que sera développé l’outil unique.3) UN OUTIL 4D – NAVISWORKS ® En parallèle des outils de modélisation 3D. Le logiciel Navisworks® en permettant la localisation des zones de travaux permet de percevoir s’il y a réellement une interaction et ce aussi bien dans un plan horizontale que verticale dans la mesure où le projet est en 3D. l’univers du BIM a vu se développer des outils de gestion de chantier intégrant d’autre dimension comme la dimension temporelle. il est fait le choix de retenir le logiciel commercialisé par Auto Desk : Navisworks®. Le logiciel permet d’apporter une vision spatiale au planning que ne permet pas MS Project . Ainsi sur MS Project® deux tâches simultanées peuvent seulement alerter sur la possibilité d’une interaction entre celle-ci. ® La vue ci-après permet aisément de comprendre la facilité de lecture d’une vue de travaux en cours pour peu qu’une légende soit créée. C’est ce qu’on appelle le BIM 4D. L’utilisation d’un tel logiciel pour le suivi des avancements rendrait le couple plan papier / feutre fluorescent obsolète. 3D 1D Revit 4D MS Project Navisworks FIGURE 21 : SCHEMA DE PRINCIPE DU 4D Ce logiciel permet de connecter des éléments d’un planning avec des éléments d’une maquette numérique et de les faire interagir aussi bien dans le temps et dans l’espace à l’aide d’indicateurs couleur par exemple.

Il est toutefois à noter que les tâches de planning perde du sens dans le cas de zones superposées.Projet de fin d’étude 2014 25/60 6) ETAT DES LIEUX Cette partie fait l’analyse des données en termes de planning sur le chantier. les zones définies au sein du planning sont inchangeables. De ce constat. Toutefois différents découpages ont été utilisés : • • • • • Découpage par zones de plan de synthèses Découpage par zones de plan de gros-œuvre Découpage par zones d’action des grues Découpage par services de l’hôpital Découpages par terrasses pour l’étancheur Ainsi selon le lot étudié ou la référence du planning. Afin de faciliter le travail de correspondance. l’utilisation d’un modèle complet et non par zone facilite le suivi d’un planning.1) LE ZONING Le chantier de par sa taille a été découpé par bâtiment puis en différentes zones pour le bâtiment MCO. En effet. L’utilisation de Navisworks® permet d’éliminer cette contrainte. il avait été mis en place un plan superposant une partie des découpages. 6. il était nécessaire de faire les correspondances. FIGURE 23 : PLAN DE DECOUPAGE Thomas BOUCLAND . Elle présente les différents plannings et zonings puis s’attache à faire des choix pour l’outil mis en place.

d’autre part de s’affranchir des interactions dû au découpage du bâtiment. La notion de vue utilisée ici constitue bien un modèle dans lequel il est possible de se déplacer et d’extraire les informations des éléments. Deux options de vue ont donc été retenues pour le suivi du projet : • Une vue en 3D comprenant les dalles. Après un premier test. la maquette numérique pèse à elle seule plus de 5. Le fichier généré demande une quantité de mémoire trop importante pour un ordinateur standard. Pour donner une idée. La notion de vue se différencie donc de la notion de point de vue qui elle qualifie l’équivalent d’une image. la navigation dans le logiciel est lente et les temps de chargement long. l’étanchéité et les façades pour assurer le suivi de l’étanchéité en interface avec le gros œuvre et le lot du façadier. l’outil doit être utilisé par les conducteurs de travaux pour pointer l’avancement de leurs sous-traitants. Or. la première idée pour la mise en place de l’outil unique est d’utiliser la maquette numérique sous sa forme complète. Il convient donc de procéder à un export partiel de la maquette. l’idée est rejetée.Projet de fin d’étude 2014 26/60 Par conséquent. FIGURE 25 : VUE 2D La dimension intermédiaire de ces vues permet d’une part d’être visible et lisible sur des formats écran ou A4.6 Go et Revit® nécessite 4 GB pour fonctionner. L’extraction des données de la maquette sera développée dans une partie à venir. voiles et façades. Thomas BOUCLAND . incluant dalles. FIGURE 24 : VUE 3D • Des vues 2D comprenant l’ensemble des éléments du 2nd œuvre par niveaux.

Ces dates et ces tâches permettent d’anticiper des interactions avec les autres lots. les plannings notifiés comportent les dates d’intervention de l’ensemble des lots du chantier. Ceux-ci sont destinés à un pilotage plus fin du chantier. différents types de planning avec chacun ses particularités et ses exigences. Celle-ci notifie des évolutions du planning contractuel suite aux modifications du projet. Les évolutions de planning n’étant notifiées que tous les trimestres environ. l’outil unique devra intégrer : • • Le planning notifié par la maîtrise d’œuvre. car il constitue l’échéance à respecter et les dates d’intervention des autres lots pour la gestion de interactions. Ce planning constitue la référence vis-à-vis de la maîtrise d’œuvre et de la maitrise d’ouvrage. Thomas BOUCLAND . Le planning des marchés de sous-traitance qui permettront le pilotage et le suivi de l’activité de ceux-ci.2) LES PLANNINGS Il existe. De plus. Il existe un 3ème et dernier type de planning.Projet de fin d’étude 2014 27/60 6. Ce planning se veut généralement plus exigeant que le planning notifié par la maîtrise d’œuvre. Ceux-ci traduisent l’accord en termes de délai fixé par Pertuy Construction pour la réalisation de leurs travaux. ce sont les plannings des marchés de sous-traitance. Il est exigé un planning à 4 semaines transmis de façon hebdomadaire par chaque entreprise. sur le chantier. A partir de ce planning contractuel. FIGURE 26 : SCHEMA RECAPITULATIF DES PLANNINGS EN PLACE Dans le but d’assurer le suivi des avancements. Comme évoqué précédemment les missions d’OPC ont été attribuées sur ce chantier à l’entreprise Planitec BTP. Pertuy met en place un planning objectif en interne qui est remis à jour ponctuellement.

FIGURE 27 : SCHEMA DE PRINCIPE DE DETERMINATION DE L'ACTIVITE Thomas BOUCLAND . Pertuy Construction soumet ses avancements à la maîtrise d’œuvre pour facturation en suivant sa propre DPGF le liant au maître d’ouvrage. le temps. Une fois validée. il est important de rappelé que le chantier du CHBM constitue un des grands projets de Pertuy Construction et génère donc des flux monétaires importants pour l’entreprise. En parallèle. Cette situation est validée par le conducteur travaux de chez Pertuy suivant le sous-traitant.Projet de fin d’étude 2014 28/60 6. En cherchant à intégrer cette donnée à l’outil. Hors. L’activité en elle-même est établie via le pointage plus ou moins rigoureux de quantités réalisées par poste qui aboutit à une situation de travaux caractérisant l’avancement global du poste.3) L’ACTIVITE La prévision d’activité de Pertuy Construction n’est estimée que grossièrement à l’heure actuelle en fonction des grands points d’arrêts du planning. la correspondance est faîte avec la description du prix global et forfaitaire (DPGF) du marché de sous-traitance et le sous-traitant est rémunéré. Une prévision plus fine serait profitable afin de prévoir une activité générale pour l’entreprise. les finances). Les sous-traitants de Pertuy-Construction produisent chaque mois une situation de travaux faisant état de l’avancement. il est possible de parler de BIM 5D (les 3 dimensions de l’espace.

Le schéma ci-dessous présente la démarche globale de l’outil et les parties développeront les principes des deux modules du logiciel.Projet de fin d’étude 2014 29/60 7) PRINCIPE DE L’OUTIL Après de nombreuses explorations du logiciel Navisworks®. Chacune de ces fonctions répond à un besoin de l’outil à partir de certaines données de bases. Les adaptations et les automatisations seront présentées dans les parties suivantes. Ainsi la fonction de suivi du planning sera assurée par le module de Time Liner du logiciel tandis que la fonction de pointage sera assurée par le module de Quantification. des fonctions de pointage. le plus aisé est de séparer les fonctions de prévision. FIGURE 28 : SCHEMA RECAPITULATIF OUTIL Thomas BOUCLAND . La mutualisation des informations s’opérera à l’aide d’un code couleur.

comme énoncé précédemment il est retenu des configurations ou points de vue spécifique. Thomas BOUCLAND . d’inclure l’ensemble des données concernant les objets de la maquette. Une mise à jour est néanmoins possible de ces plans via le logiciel.1) L’IMPORTATION DES DONNEES DE LA MAQUETTE NUMERIQUE Les données de base du logiciel Navisworks® se compose d’un fichier issu d’une maquette numérique ou de plan type plan AutoCAD®. Ainsi. lui.Projet de fin d’étude 2014 30/60 7. A partir de ces éléments. le second pour le sol et le dernier pour les faux plafonds. …) Caractéristique acoustique FIGURE 29 : PRINCIPE D'EXTRACTION DE REVIT Néanmoins. Le suivi des revêtements muraux doit. afin de faciliter le travail des projeteurs. Ces informations sont donc intégrées uniquement en tant que données dans la maquette numérique. la maquette numérique n’a pas été exploitée à 100% de sa capacité. Ce format permet. Dans ce cas. faire l’objet d’une étude complémentaire. Ces fichiers en DWFX garantissent de maitriser la base de données sur laquelle est effectué le suivi ce qui n’est pas possible en travaillant directement sur le fichier source de la maquette numérique. Les extractions de Revit® sont faîtes au format DWFX. C’est-à-dire que les données sont associées à un objet spécifique dans le modèle. le suivi se fera à partir de 3 plans par niveau : le premier pour les cloisons. les types de revêtements muraux ou le type de sol n’ont été saisis qu’en tant que caractéristiques de la pièce. Les faux plafonds à l’inverse on fait l’objet d’une intégration complète au sein de la maquette numérique. Il est possible d’actualiser le plan support par un nouveau et d’en analyser les différences. Le suivi de la pose des menuiseries intérieures est intégré au sein d’un des plans. une cloison détiendra entre autre les caractéristiques suivantes : • • • • Longueur Surface nette Famille (BA 13 . BA 18 . en réglant les paramètres d’extraction.

Les plannings sont importés en spécifiant les correspondances des différents champs. début réel. Thomas BOUCLAND . type de tâche. chaque ligne contient les informations relatives à une tâche : nom.Projet de fin d’étude 2014 31/60 7. La construction est simulée par l’apparition des objets ou leur changement de couleur. Cette action est réalisée via le tableau des tâches. début planifié.2) LE SUIVI DU PLANNING Le logiciel Navisworks® possède un module appelé « Time Liner ». Une fois les tâches importées. il est développé ci-dessous le paramétrage des tâches et la sélection des objets. Les démarches d’importation étant traitées. Celui-ci permet de générer une simulation des travaux. Il est nécessaire de définir le chemin d’accès au document de référence et de commander la génération de la hiérarchie. mais l’intérêt est ici d’utiliser directement les tâches des plannings qui nous concernent. L’actualisation du planning n’est générée que si l’actualisation est commandée via le logiciel. L’importation est possible via un fichier MS Project®. Il peut être défini pour chaque objet et pour chaque tâche une apparence : • • • Avant la tâche Pendant la tâche Après la tâche Il faut pour cela raccorder à une tâche : un objet de la maquette ou une sélection d’objet ainsi qu’un type de tâche définissant l’action à réaliser. Au sein de ce tableau. fin réelle. il convient de définir l’ensemble des types de tâches souhaités et les sélections d’objet. fin planifié. durée. sélection d’objet. Au sein de l’outil les tâches peuvent être ajoutées manuellement. FIGURE 30 : LIENS MS PROJECT NAVISWORKS ® La possibilité d’importation des documents de planning et la possibilité de leur mise à jour fait de ce module un outil de choix car simple et évolutif.

Projet de fin d’étude 2014 32/60 FIGURE 31 : EXTRAIT TABLEAU DE TACHES Les types de tâche se définissent via l’onglet d’apparence. Il sera revenu plus en détail sur cet aspect par la suite. Ceci impose de saisir manuellement la nomenclature à chaque nouveau fichier. Cette action nécessite donc de déterminer à l’avance une série de thématique à mettre en relief. Une liste des actions et des aspects doit être préalablement établie afin de configurer les rendus visuels des tâches. de le faire apparaitre dans son état définitif ou de le faire apparaitre en couleur avec une transparence déterminée. FIGURE 33 : VUE AVEC RENDU STANDARD FIGURE 34 : VUE AVEC APPARENCE TIME LINER La définition des types de tâche constituera dans l’outil le point de connexion entre prévision et avancement. Il est à noter que l’export de cette nomenclature et des paramètres raccordés ne semblent pas possible. FIGURE 32 : EXTRAIT DU MODULE TIME LINER Les rendus visuels permettent de masquer l’objet. Thomas BOUCLAND . Les tâches étant paramétrées. il convient de s’intéresser aux sélections d’objet.

Elle permet d’éviter la répétition des sélections pour les actions de prévision. Par conséquent. le paramètre de performance acoustique vaut 37 dB ou encore le nom de l’objet contient « cloison ». La sélection dans l’arborescence du projet est anecdotique dans la mesure où l’usage de fichier DWFX rend celle-ci peut lisible. La sélection par jeux de recherche sera donc à privilégier dans la conception de l’outil. Ceci ne serait pas le cas avec un travail directement sur le fichier source de la maquette Revit®. ce type de sélection répond aux attentes en termes de modularité. Les données associées à chaque tâche peuvent donc être résumées selon le schéma cidessous. La sélection manuelle présente l’avantage d’être très interactif et visuel mais ne permet pas une automatisation.Projet de fin d’étude 2014 33/60 La sélection des objets de la maquette peut se faire par trois moyens différents : • • • Par sélection des éléments dans l’arborescence du projet Par sélection dans le modèle 2D ou 3D Par recherche des objets en fonction des critères Les ensembles d’objets sélectionnés peuvent être enregistrés au sein de ce qui est appelé « jeux ». Elle est adaptée pour des sélections limitées ou sans critères communs. Les conditions portent sur les paramètres des objets comme par exemple. Les jeux de recherche sont enregistrables. FIGURE 35 : DONNEES ASSOCIEES AUX TACHES Thomas BOUCLAND . La sélection est ainsi complète et peut être très spécifique. La sélection manuelle pourra toutefois elle être utilisée pour le pointage. La sélection par l’outil de recherche permet une sélection d’un ensemble d’objets répondant à des conditions. exportables et réutilisables au sein d’autres fichiers.

d’évoluer dans la vue (changement d’échelle. FIGURE 36 : DONNEES DE LA SIMULATION Le module permet de simuler l’enchainement des tâches mais aussi de faire un arrêt temporel ou encore de voir l’état à une date spécifique. Une durée maximale d’une minute maintient l’attention de l’observateur en vérifiant la lisibilité des enchainements. Le module d’ajout de texte nécessite de disposer des codes en anglais pour la mise en forme. Pour cela. Il est essentiel d’apposer le titre du projet. et ce même durant la simulation. jour) et une légende des couleurs utilisées. Il convient d’adapter la police et la couleur du texte à la vue en veillant à ne pas surcharger l’affichage. le pas. La force de l’outil est la possibilité. Pour ce qui est du pas de temps. Thomas BOUCLAND . ceux-ci sont disponibles en annexes. La durée de la simulation doit. démarre la configurer la simulation. Un texte peut être ajouté à la vue. elle. il convient de choisir la plage de temps. être en corrélation avec la plage temps et le pas de temps. Cela garantit un détail correct des enchainements de tâches. translation).Projet de fin d’étude 2014 34/60 Une fois toutes ces données entrées. une référence temporelle (semaine. rotation. il est à privilégier le jour si le document n’est pas destiné à être exporter en vidéo. La plage de temps définit les dates entre lesquelles la simulation va se dérouler. la durée et le texte à intégrer dans la vue. Le pas de temps et la durée doivent être choisis judicieusement.

date de l’extrait. de mutualisation de données et de visualisations de l’enchainement des travaux. Il est proposé ci-dessous la comparaison entre une vue sur Navisworks® et une vue en diagramme de Gantt de MS Project®. plus facile de localiser les zones d’interactions. FIGURE 37 : VUE DE L'OUTIL SEMAINE 26 FIGURE 38 : EXTRAIT DE L'EQUIVALENT PLANNING – 127 TACHES SUR LES 1008 Il est.Projet de fin d’étude 2014 35/60 La simulation ainsi obtenu permet de suivre l’enchaînement des tâches aussi bien du point de vue spatial que temporel. les zones où les travaux sont terminés et donc d’apprécier le hors d’eau hors d’air et les zones. Le planning fait référence à 3 zonings distincts. En cela. et de nombreuses ont déjà été réalisées. de façon évidente. il répond bien aux attentes en termes de prévisions d’interactions. Thomas BOUCLAND . Le planning incorporé dans Navisworks® comporte 1008 tâches dont 92 sont en cours au 06/07/2014.

il a été retenu une autre méthode. La répartition du montant des travaux se ferait soit proportionnellement au pourcentage d’avancement ce qui a peu de sens pour certaines tâches comme la réalisation d’une dalle. ce n’est toutefois pas la technique retenue. Une modification de prestation supposerait de reprendre le montant de travaux de chaque tâche impactée. soit en fin de tâche ce qui donnerait une prévision d’activité en escalier. l’information véhiculée aurait peu de sens. Thomas BOUCLAND . le métré et la correspondance DPGF pour chaque service de chaque niveau. Dans le cas de tâches de planning peu détaillées. La prévision se fera à l’aide des jeux de sélection utilisés pour la simulation mais via le module de quantification qui va être développé. C’est-à-dire pour les cloisons. La technique ne fournirait qu’une prévision peu réaliste. De plus. l’exploitation des données se ferait à partir de MS Project® et non Navisworks® ce qui multiplierait les interfaces et nuirait donc à la simplicité d’utilisation. La condition d’utilisation de ce module pour la prévision d’activité est l’attribution à chaque tâche du planning d’un montant de travaux. Time Liner Chronophage Prévision d’activité Faible adaptabilité Faible réalisme FIGURE 39 : MODULE TIME LINER ET PREVISION D'ACTIVITE La technique a une faible capacité d’adaptation car l’attribution d’un montant de travaux à chaque tâche fige les prestations prises en compte. une prévision peu réaliste et une activité chronophage.Projet de fin d’étude 2014 36/60 L’utilisation du module Time Liner pour la prévision d’activité est possible. Cette technique n’a pas été retenue pour plusieurs raisons : une faible capacité d’adaptation. Cette technique présente toutefois l’inconvénient de nécessiter des extraits de données à des dates précises et ne génèrera pas seul un suivi évolutif. par exemple. En raison de ces nombreux inconvénients. La technique est de plus chronophage car il serait nécessaire de réaliser le long travail d’attache de montant des travaux aux tâches.

De plus. Lorsqu’un objet est métré. une description et une apparence de métré. Thomas BOUCLAND . Cette fonction permet un suivi visuel des objets métrés en toute simplicité.3) LE SUIVI DES AVANCEMENTS Le logiciel Navisworks® possède un module appelé « Quantification ».Projet de fin d’étude 2014 37/60 7. Nom Elément Description Apparence FIGURE 41 : PROPRIETES DES ELEMENTS DU CATALOGUE Le catalogue d’élément peut être enregistré et exploiter dans d’autres fichiers. Le métré se fait ensuite en plaçant des sélections d’objets du modèle numérique dans les éléments du catalogue. longueur. Lors de la création manuelle d’un élément dans le catalogue. il est ajouté au tableau de suivi du métré. largeur. FIGURE 40 : PRINCIPE DU CATALOGUE D'ELEMENTS Une série de catalogue type sont fournis avec le logiciel Navisworks®. lorsqu’un objet est métré. Le métré des éléments se fait une fois un catalogue d’éléments établi qui divise le métré par types d’éléments. mais il est également possible de le créer manuellement. surface. il doit être spécifié son nom. Au sein de ce tableau figure les données de chaque objet métré au sein de l’élément sélectionné : code de l’objet. aire … Le logiciel se charge ensuite de faire la somme. Le catalogue permet de mettre en place des groupes d’éléments et donc de subdiviser le métré. Ce module permet de réaliser un métré des objets du modèle importé. L’élément créé peut ensuite être placé au sein d’un groupe. il se voit appliqué l’apparence défini pour l’élément du catalogue au sein duquel il est placé.

Projet de fin d’étude 2014 38/60 FIGURE 42 : DEMARCHE DE METRE Dans le cas du développement de l’outil. C’est-à-dire repérer et métrer les cloisons qui ont été implantées ou encore celles dont la première peau est posée. 1ère peau … Le catalogue est ensuite configuré pour faire correspondre l’apparence des objets quantifiés à celle des types de tâches. il est recherché un pointage des objets dans un état donné. Le module de Quantification passe alors d’un outil de métré à un outil de suivi par ce biais. FIGURE 43 : DETAIL POINT DE CONNEXION ENTRE MODULE Thomas BOUCLAND . les différents types de tâches mis en œuvre précédemment pour le module Time Liner : implantation. le but n’est pas d’effectuer un métré au sens strict du terme. la fonction initiale du module de Quantification est détournée. Dans le projet. au sein du catalogue d’éléments. le but n’est pas ici de connaitre le linéaire de cloison de tel type ou encore le nombre de châssis vitré de cette catégorie. Il est créé. Les apparences du module de prévision et du module de suivi sont donc similaires et comparables. Pour ce projet. En effet.

FIGURE 44 : PRINCIPE DE GESTION DE L'ACTIVITE Pour la détermination de l’activité prévisionnelle. cette gestion se fait après un export du catalogue d’élément et du tableau de métré sur Excel®. Le tableau est ensuite remis en forme et les quantités comparées à la DPGF du marché de sous-traitance puis à la DPGF de Pertuy Construction afin de donner un avancement et par poste de DPGF et une activité à facturer. la gestion de l’activité est jugé inadaptée au sein du logiciel Navisworks®. il est appliqué la même technique en utilisant cette fois des groupes d’éléments spécifiques dans le module quantification basés sur les sélections réalisée pour le module Time Liner. Par conséquent. fonction prise en charge par le logiciel. Comme évoqué précédemment. Ceci garantira une prévision au plus juste de l’activité.Projet de fin d’étude 2014 39/60 La comparaison visuelle entre avancement des travaux prévisionnels et avancement des travaux réels est ainsi réalisable et aisée. Thomas BOUCLAND .

le second sur un modèle 2D portant majoritairement sur du pointage d’avancement. le planning de l’étancheur et le planning de l’OPC pour le lot 02. Type de tâche Zone libre Zone mise à disposition des autres lots Pose des châssis en façade Zone occupée par le lot 02 Pose de modules « Shadow box » en façade Zone occupée par le lot 02 Pose de l’étanchéité Zone occupée par l’étancheur Etanche Zone étanchée. il convient de simuler : • • • • La pose du pare-vapeur et du complexe d’étanchéité La mise à disposition des dalles béton soit. le planning de coulage de relevés et souches. Il a été mis en place 5 types de tâches associés chacun à une couleur. d’après le DTU n°43.SUIVI ETANCHEITE Thomas BOUCLAND Couleur Vert Rouge Violet Jaune Noir Apparence modèle . travaux terminés Aucun Travaux terminés dans la zone TABLEAU 1 : TYPES DE TACHES . La simulation synthétise 3 zonings différents : zoning gros œuvre. 8. zoning étancheur. 21 jours calendaires après la date de coulage La fin de coulage des relevés et souches en toiture Les interventions du lot 02 avec notamment les périodes de mise à disposition des toitures La simulation regroupe 4 plannings distincts : le planning de coulage de dalle. Pour pouvoir garantir un suivi de l’étanchéité.1) ETANCHEITE ET SUIVI DE PLANNING Le premier essai a porté sur la modélisation en 4 dimensions de l’interface entre le lot façade du macro-lot 02 (hors marché Pertuy) et le sous-lot 01B étanchéité de Pertuy Construction. zoning lot 02.Projet de fin d’étude 2014 40/60 8) ESSAIS ET POINTS BLOQUANT Cette partie fait l’état des lieux des deux premiers essais réalisés : le premier sur un modèle en 3D et portant majoritairement sur du suivi de planning.

Les objets gros œuvre comme les dalles n’intègrent aucun découpage connu du projet. Comme indiqué précédemment. deux types de problèmes ont été détectés : ceux liés à l’export de la maquette numérique et ceux liés aux liaisons planning / objet exporté. Seul les dalles. Dans ce cas. ni aucun complexe d’étanchéité. Les sélections par outil de recherche doivent être maximisées et des sélections automatiques mises en place.SUIVI D'ETANCHEITE Lors de ce première essai. Les jeux de sélection ont été réalisés manuellement. Il faut pouvoir automatiser ici le processus de liaison.Projet de fin d’étude 2014 41/60 Le modèle a permis d’optimiser la date de démarrage et d’alerter les travaux de gros œuvre vis-à-vis d’un possible retard et de réduire les interactions avec le lot 02. Thomas BOUCLAND . elles sont de deux natures : l’une de sélection et l’autre de liaison. L’outil répond donc bien à ces objectifs. il a été nécessaire d’enregistrer des sélections d’objets. Le liaisonnement aux tâches ainsi bien avec les jeux de sélection qu’avec les types de tâches est un travail long et répétitif. Concernant les problématiques de passage de la 3D à la 4D. Afin de permettre l’interaction planning/maquette. Ce travail est long et manque de précision. La mise en place de ce modèle 4D permet de rapidement repérer les points d’alerte du planning et d’ajuster le planning du sous-traitant en charge de l’étanchéité. il s’agit d’ensemble d’éléments de façade et de terrasses. Le premier point bloquant vient de la réalisation même de la maquette numérique. il est donc nécessaire de mettre en place des objets spécifiques correspondant aux terrasses. les façades et les bardages ont été exportés. FIGURE 45 : EXTRAIT DE LA SIMULATION . la problématique du poids de la maquette numérique et des temps de chargement est résolue ici pour l’export partiel.

d’un poste technique et d’une portion de circulation. Le travail s’est déroulé en deux temps : tout d’abord la phase de modélisation de l’avancement théorique. les menuiseries et les cloisons. la taille réduite de la zone permet un attachement par sélection manuelle relativement aisé. puis la phase de pointage. Thomas BOUCLAND . Il a été réalisé à cette occasion un seul plan de suivi pour le sol.Projet de fin d’étude 2014 42/60 8. et enfin de liaisonnement.2) ZONE TEMOIN ET AVANCEMENT Le 2ème essai porte sur la réalisation d’une comparaison entre avancement théorique et réelle de la zone témoin ainsi que sur un export de données de métré. Mais la nécessité de mettre en place une automatisation dans la sélection se dessine clairement. puis d’importation du planning. La zone témoin est constituée de 4 chambres. La première étape est donc la phase de modélisation. FIGURE 46 : EXTRAIT SIMULATION DE LA ZONE TEMOIN Dans ce cas. La modélisation de l’enchainement des tâches est peu significative sur une zone de cette taille mais permet de bien en saisir l’enchainement. Comme dans le cas précédent cette étape début par une phase de préparation des jeux de sélection. Elle est réalisée pour être le reflet de la réalisation future et permettre des ajustements.

Pour cela. Le logiciel semble incapable d’extraire les données des objets métrés. L’objet est métré en tant qu’élément mais les surfaces de porte ou de cloison ne sont pas différenciées. Ainsi la vue de pointage a bien la même apparence que celle de la simulation. La mémorisation de ce catalogue permettrait des économies de temps au passage d’un fichier à un autre. 2ème peau. Le catalogue d’élément a été réalisé pour correspondre aux tâches du planning et au type de tâche. ragréage et pose sol/menuiserie. un problème c’est posé concernant la sélection des pièces. aucune différenciation des objets n’est permise. la fonction de quantification ne fonctionne pas. De plus. il faut constituer le catalogue d’élément puis glisser-déposer les éléments. Pour ce qui est du liaisonnement avec le planning. Thomas BOUCLAND . Ces évolutions devront rendre l’outil encore plus simple d’utilisation et évolutif. Seul leur contour était sélectionnable et donc l’interaction en couleur du sol n’était pas possible. la petite taille de celui-ci permet de se soustraire au problème de répétitivité mais dans le cas d’un passage à grande échelle cela semble nécessaire d’automatiser la liaison. Seul 5 types de tâches ont ainsi été retenus : implantation. Toutefois. Ce point rend doublement inutilisable en l’état le module de quantification. ils ont aussi mis en avant des points nécessitant de poursuivre le développement de l’outil et de mettre en place des processus d’automatisation. Ces premiers tests ont permis de mettre en avant les capacités de l’outil aussi bien de synthèse (multiples zonings et tâches) que d’analyse (rendu visuel et interactif). Néanmoins. Ce problème doit être remédié pour permettre un suivi visuel efficace. Le nombre de 5 apparences semble constituer un bon maximum de couleurs distinctes. La phase de pointage a ensuite été réalisée. Le module de quantification doit donc être revu. Cet essai a également mis en avant la nécessiter d’opter pour un choix de couleur adapté et en nombre réduit. La multiplication des couleurs brouille la lecture de la simulation. 1ère peau.Projet de fin d’étude 2014 43/60 De plus.

revêtements muraux. Thomas BOUCLAND . Le premier problème repose sur la non extraction de l’objet pièce.Projet de fin d’étude 2014 44/60 9) DEVELOPPEMENT DE L’OUTIL Au vue des problématiques soulevées par les premiers essais. il a été apporté une série de modifications et d’améliorations à l’outil pour répondre aux points bloquants soulevés précédemment. Il faut spécifier d’extraire les données y compris les pièces. il a été mis en avant deux problèmes concernant le type d’objet : pièce. elle est extraite en tant que contour. Liaison Catalogue Sélection Export Quantification Développement Exploitation FIGURE 47 : AXES DE DEVELOPPEMENT 9.. De plus. Le même problème se pose pour les extraits de plan de plafond. la sélection manuelle en est difficile car doit se faire sur le contour.1) ADAPTATION DE L’EXPORT Lors de l’utilisation d’un export en 2D. Cette astuce permet de saisir les objets par tous points des surfaces et d’en modifier l’apparence sur toute leur surface également. La technique consiste à coloriser en blanc l’ensemble des pièces et plafond. Le second problème repose sur la sélection de l’objet pièce. la modification de l’apparence ne s’applique qu’au contour de la forme et n’aboutit pas à une version lisible de suivi. Or l’importance de l’objet a déjà été décrite.. Par défaut. ce problème est solvable dans les paramètres d’extraction au format DWFX dans le logiciel Revit®. . il contient les informations relatives aux revêtements des sols. Les premiers tests ont également permis de valider la solution d’opter pour 3 plans 2D par niveau pour le suivi des corps d’états secondaires. La solution au problème se situe dans Revit® et doit être développé en collaboration avec un projeteur.

Ils sont crées dans le but d’être attachés aux tâches des plannings. Catégorie Objets inutiles Pratique Lot 01C Lot 01E Lot 01H Service Nom Equipements Cotations Nuage Texte Béton Façade Pièces Plafond Châssis Grille de désenfumage Placard Huisserie Plafond plâtre type PF4 Plafond démontable Sélection de type d’objet par service Utilisation Objets parasitant la vue Objets utiles pour repérer le bâtiment mais dont la présence rend difficile la sélection Objets à sélectionner seuls à l’unité Objets à sélectionner seuls à l’unité Objets à sélectionner seuls à l’unité avec pose différée Objets appartenant tous au même service. la sélection manuelle reste donc nécessaire. Ils sont créés dans le seul but de pouvoir les masquer. la maquette numérique n’intègre pas l’information de localisation du service pour certains objets. Le fichier est disponible en annexe. utilisé pour le module de prévision TABLEAU 2 : JEUX DE SELECTION Ces jeux de recherche sont enregistrer au format XML et sont par conséquent réutilisables entre les fichiers. Thomas BOUCLAND . Le tableau suivant fait la liste des jeux de recherche retenus et de leurs critères. Néanmoins.Projet de fin d’étude 2014 45/60 9. Il est mis en place des séries de jeux différents : • • • Les jeux d’objets polluants : ces objets rendent la lecture du plan difficile et n’ont aucune utilité dans le suivi.2) AUTOMATISATION DE LA SELECTION Les lots des corps d’états secondaires ont mis en avant la nécessité de se munir de jeux de sélection issus de jeux de recherche de part la multiplicité des éléments. Les jeux d’objets pour l’outil de Time Liner : ils se composent de sélections complètes d’un type d’objet par service. Les jeux d’objets pour l’usage : ils se composent d’objets nécessitant d’être masqués pour faciliter la sélection manuelle lors du pointage de l’avancement.

Il est définit dans le tableau ci-dessous la liste des types de tâches et leurs paramètres d’apparence. L’automatisation de la liaison avec le planning repose sur les paramètres d’importations dans Navisworks® du fichier MS Project®. Néanmoins. Le but est d’en personnaliser deux : un pour le type de tâche et l’autre pour le jeu de sélection. Les jeux de sélection ont été développés dans la partie précédente. cela implique d’avoir au préalable clairement définit les types de tâches et les jeux de sélection. Thomas BOUCLAND . le nombre d’apparences distinctes est limité pour une bonne lecture des vues de suivi. La solution développée consiste à enrichir le fichier source du planning. Ainsi les données sont importées dans le logiciel. Sur MS Project . Il suffit désormais de définir un raccordement automatique entre les champs personnalisés et les types et jeux attachés. Nom Implantation 1ere peau Apparence Jaune Violet 2eme peau Fait Vert Vert Description Rails implantés 1ere peau et bandes réalisées Pose des huisseries et des cadres des grilles de désenfumages et des gaines 2eme peau et bandes réalisées Pose des portes Pose du sol Pose des plafonds Pose des placards TABLEAU 3 : TYPES DE TACHES Le tableau du catalogue d’éléments en sera le reflet.3) AUTOMATISATION DE LA LIAISON AVEC LE PLANNING Le raccord des jeux de sélection et des types de tâche aux tâches des plannings est long et répétitif. ® L’avantage de la personnalisation du ficher MS Project® est la possibilité d’utiliser les fonctions de copier coller ce qui permet un gain de temps important.Projet de fin d’étude 2014 46/60 9. La connexion automatique des tâches avec les types et les jeux se fait via la fonction d’attachement automatique. Le travail réalisé sur le modèle 3D à montrer les limites de l’attachement manuel. Au vue de l’essai. Il convient alors de spécifier une connexion entre les champs personnalisable du fichier Navisworks® et les champs personnalisés du fichier MS Project®. ce n’est pas le cas des types de tâches. Le module de Time Liner permet en effet lui aussi de personnaliser un certain nombre de champ. il est possible d’ajouter des champs personnalisés.

Les éléments développés par la suite ne sont compatibles pour certains qu’avec cette arborescence. le découpage doit se faire en fonction des lots. Le fichier Excel® est disponible en annexe.4) ETABLISSEMENT DU CATALOGUE D’ELEMENTS Comme il a été mentionné précédemment. La hiérarchie suivante est donc arrêtée : Suivi Date 1 Date 2 Implantation Implantation Implantation 1ère peau 1ère peau 1ère peau 2ème peau 2ème peau 2ème peau Fait Fait Fait FIGURE 48 : HIERARCHIE DU CATALOGUE D'ELEMENTS Cette hiérarchie est réalisée sur un tableau Excel® type proposé par Navisworks® puis exporté via une macro en fichier XML. Thomas BOUCLAND . La nomenclature est strictement identique à celle des types de tâche. Il convient de plus de créer des groupes de hiérarchies supérieures permettant de différencier les éléments de pointages et les éléments de prévisions d’activité. Par conséquent. Le catalogue reste ainsi modulable. le catalogue d’élément doit être construit sur la même trame que les types de tâches et les marchés de sous-traitance.Projet de fin d’étude 2014 47/60 9. Ce fichier XML est ensuite importé dans Navisworks® directement en tant que catalogue. Une modification de celle-ci implique des modifications dans les fichiers liés.

…) L’ajout de propriétés textuelles a permis le filtrage des objets après l’extraction vers Excel® Thomas BOUCLAND . Pour palier à ce problème et personnaliser ce module. longueur.Projet de fin d’étude 2014 48/60 9.xml permet de définir les propriétés extraites : nom et nature (texte. …) dans le module de quantification. decimal). Ce fichier spécifie où sont situées les données et dans quel champ de propriété les extraire. double.xml permet d’extraire les données situées dans le fichier importé de la maquette numérique. Par conséquent. Ces fichiers ont été réalisés par mimétisme des existants.xml La modification du fichier TakeoffConfigurationTemplate. Ce travail a constitué une partie majeure du travail dans la mesure où les deux fichiers ont été revus dans leur intégralité. Autodesk® permet la modification de deux fichiers sources du programme en XML. nombre. les deux fichiers sources ont été intégralement modifiés pour s’adapter au projet. Il s’agit des fichiers : • • TakeoffConfigurationTemplate. nombre (float. Il intègre leur nom et leur nature informatique : texte (String).5) PERSONNALISATION DE LA QUANTIFICATION Les premiers essais du module de quantification ont démontré le non fonctionnement du module de quantification. Ils doivent remplacer les fichiers localisés dans les dossiers programmes selon les chemins suivants : • • C:\Program Files\Autodesk\Navisworks Simulate 2014\Quantification\templates C:\Program Files\Autodesk\Navisworks Simulate 2014\Quantification\takeoff_maps La modification de ces fichiers a permis l’intégration des données souhaitées lors de l’extraction : • • Les quantités sont extraites correctement (surface. L’objectif de la modification de ces fichiers est double : permettre l’extraction des données et inclure un champ d’identification du type d’objet. La modification du fichier TakeoffPropertyMap.xml TakeoffPropertyMap. Les fichiers modifiés sont disponibles en annexe.

L’exploitation de ces données se fera via des macros.Projet de fin d’étude 2014 49/60 Les données extraites sont résumées dans le tableau suivant : Nom Longueur Surface Volume Périmètre Famille Famille2 Feu Acoustique Sol Secteur Mur Localisation du paramètre DWF – Côtes DWF – Côtes DWF – Côtes DWF – Côtes DWF – Données d’identifications DWF – Autre DWF – Autre DWF – Autre DWF – Données d’identifications DWF – Données d’identifications DWF – Données d’identifications Nom du paramètre Longueur Surface Volume Périmètre Nom du type Nom de la famille Protection feu Acoustique (dB) Rw+C Finition du sol PP-Secteur Finition du mur Type Nombre Nombre Nombre Nombre String String String String String String String TABLEAU 4 : PARAMETRES EXTRAITS L’extraction vers le fichier Excel® est néanmoins peu pratique et peu lisible. Thomas BOUCLAND . Le fichier se compose d’une liste de l’ensemble des objets métrés avec les données extraites associées. Cette phase est développée dans la partie prévision d’activité.

Il est toutefois possible d’apposer un texte que l’on réservera au titre. Ainsi l’ensemble des cloisons prendra l’apparence 1ère peau uniquement quand la tâche sera terminée. Pour les vues de prévision. Comme décris précédemment. FIGURE 49 : VUE DE PREVISION AU 31 JUILLET 2014 Le deuxième cas correspond à l’extraction de vues de suivi.Projet de fin d’étude 2014 50/60 9. un texte est généré par le module Time Liner. Le logiciel permet l’extraction de vues au format images : JPEG ou PNG. Il convient néanmoins de bien configurer l’extraction. La légende doit donc être établie séparément. FIGURE 50 : VUE DE SUIVI AU 15 MAI 2014 Thomas BOUCLAND .6) L’EXTRACTION DE VUES L’extraction de vues est nécessaire lors des réunions avec les sous-traitants de même que pour conserver l’historique de suivi. Il n’y a pas alors possibilité d’utiliser un texte généré automatiquement. Une bonne définition de celuici permet d’être utilisé en légende et titre. Le premier cas correspond à l’extraction de vues de prévision. Il convient de différencier deux cas. les tâches sont décomposées en service.

Avec cette astuce. Pour augmenter la lisibilité. il faut forcer l’apparence des pièces en blanc avec une transparence de 100%. Ces éléments constituent des repères. Pour le suivi des plafonds. FIGURE 52 : VUE DE SUIVI PLAFOND Thomas BOUCLAND . il convient d’adopter technique similaire : coloriser en gris avec une transparence de 70%. pour améliorer la vue et faciliter la lecture.Projet de fin d’étude 2014 51/60 Dans tous les cas. l’utilisation des jeux de sélection béton et façade sont essentielles. Cela permet de percevoir les changements de types de plafond et de se repérer sans polluer la vue. FIGURE 51 : VUE DE PREVISION SANS REPERES Un problème apparait néanmoins lors du suivi de sol en parallèle des cloisons : la lisibilité des cloisons est réduite. les pièces restent sélectionnables et ne pollue pas la vue.

il est retenu des pourcentages d’avancement en fonction de la tâche. La DPGF du sous-traitant concerné n’est pas insérée automatiquement. Il devra répondre à trois objectifs principaux : ® • • • Mettre en forme et extraire les données du tableau Synthétiser les données Donner un avancement et une activité Il est décidé de traiter séparément la prévision d’activité des différents lots afin de conserver une plus grande souplesse de modification. Cette dissociation n’est pas handicapante car le suivi de chaque sous-lot fait l’objet d’un plan hors cas menuiserie et cloisons. Ce choix est lié à deux contraintes : d’une part conserver une trame fixe permettant une automatisation du processus.7) PREVISION D’ACTIVITE Le module de prévision d’activité pour les raisons énoncées précédemment se fait sur Excel .Projet de fin d’étude 2014 52/60 9. d’autre part cela permet de basculer avec la DPGF de Pertuy vis-à-vis de la maîtrise d’ouvrage. Pour le suivi du lot plâtrerie qui dispose de tâche spécifiquement divisées : implantation. La répartition est la suivante : Erreur 5% Implantation 20% 2ème peau 45% 1ère peau 30% FIGURE 53 : REPARTITION DE L'AVANCEMENT Thomas BOUCLAND . 1ère peau et 2ème peau.

NAVISSuiviCloison génère un tableau contenant les quantités bilan rentrées à l’élément de catalogue Suivi. La macro génère ensuite les formules et colonnes pour données les prévisions d’avancement sous condition de remplir les champs quantité et prix unitaire marché.Projet de fin d’étude 2014 53/60 Pour automatiser les démarches. FIGURE 54 : OUTIL DE CALCUL D'AVANCEMENT Thomas BOUCLAND . La feuille générée est disponible en annexe tout comme les codes de macro sous forme de modules Visual Basic® pouvant être intégrés au sein de ces propres macros. La macro génère ensuite les formules et colonnes pour données l’avancement sous condition de remplir les champs quantité et prix unitaire marché. L’outil est ainsi automatisé et simple d’utilisation. il est créé 3 macros : NAVISMiseEnForme supprime les données inutiles de l’extraction automatique et les met en forme NAVISPrévisionCloison génère un tableau contenant les quantités bilan rentrées aux deux éléments de catalogue spécifiée initialement en date1 et date2.

Il nécessite toutefois un léger temps d’adaptation au logiciel mais dans le contexte d’un pointage seul. liaisonnement du modèle numérique au planning. les prévisions peuvent être générée et le suivi effectué. C'est-à-dire : extraction des données de la maquette numérique. Une fois ce travail fait. Le pointage en lui-même est rapide dans la mesure où il nécessite un temps équivalent à l’utilisation du feutre fluorescent et du papier. génération de la simulation en image. les objectifs sont atteints : un outil simple. évolutif regroupant de multiples données. l’utilisation est simple. puis. accessible. extraction de prévision d’activité et enfin pointage au sein de l’outil. Il représente donc l’opportunité de lancer l’outil en temps réel et à échelle réelle.Projet de fin d’étude 2014 54/60 10) LE NIVEAU 3 : UN LANCEMENT A L’ECHELLE Le démarrage du niveau 3 en corps d’état intérieur est prévu pour le mois de mai et le début du mois de juin. Les ajustements des différents modules et techniques auront lieu à l’avancement lors du lancement des différents lots et avec chaque conducteur travaux. En première approche. Néanmoins. La démarche décrite plus haut est donc adoptée. FIGURE 55 : BILAN DE L'OUTIL Thomas BOUCLAND . établissement du planning objectif. La véritable valeur ajoutée porte sur l’ajout de donnée multiple permettant la génération de métré et donc d’avancement automatique. il est à noter que la mise en place de l’outil nécessite 2 à 3 heures de configuration par plan pour le rendre opérationnel.

11 OCT 2014 FIGURE 57 : VUE DE PREVISION SOL NIVEAU 3. FIGURE 56 : VUE DE PREVISION CLOISON NIVEAU 3 .30 SEPT 2015 En comparaison. Thomas BOUCLAND . Il est présenté ci-dessous une série de vues prévisionnelles à différentes dates. il est bon d’ajouter que l’outil a reçu un accueil positif par les équipes travaux qui apprécient ces fonctionnalités.Projet de fin d’étude 2014 55/60 De plus. l’ensemble de ces données représentent : • • • • 506 tâches de planning 1 plan de repérage des zones 4 plans de repérage portant sur le niveau complet 20 plans d’implantation découpés par service Cet exemple à l’échelle démontre parfaitement l’utilité et les capacités de l’outil. Les tableaux de données de prévisions d’activité ne sont pas données ici pour raison de confidentialité.

Tout d’abord le caractère évolutif du projet est démontré par sa nature même néanmoins une modification d’un plan lors de l’exécution d’un niveau semble difficile. Des problématiques de qualités des images d’extraction sont aussi un sujet. L’établissement de cette historique Thomas BOUCLAND . Ce module pourrait être réutilisé. Ce travail constitue une action conséquente au vue des nombreux intervenants mais qui accélèrerait les processus d’analyse. La filiale Quille Construction du groupe Bouygues Construction a mis en place un module permettant au sein d’un fichier Excel® de calculer les surfaces murales de chaque local. Sur ce point. Il est basé sur le périmètre des pièces et les ouvertures dans les cloisons délimitant les pièces. Cette partie propose de mettre en avant les évolutions envisagées pour l’outil. Le document mutualiserait les informations pour créer un avancement et une activité globale. Les modules de suivis traités à l’heure actuelle dans l’outil ne concerne pas les revêtements muraux. Le sujet mérite en tout cas d’être étudié. En effet. Une automatisation de l’archivage des données de suivi et une compilation de celles-ci permettraient un suivi graphique pour ajouter un visuel financier au visuel d’avancement. Les quantités brutes n’existent pas dans la maquette numérique. Le logiciel n’offre pas la possibilité en 2D d’augmenter suffisamment la qualité d’image pour un rendu détaillé. de nouvelles ambitions sont apparues ou simplement des continuités qu’il serait intéressant de développer avec du temps supplémentaire. Tout comme un document capable de synthétiser l’ensemble des données de chaque sous-lot par niveau. ni certain détail intérieur comme les relevés du sol souple en plinthe.Projet de fin d’étude 2014 56/60 11) PERSPECTIVES Ce travail de mise en place de l’outil ne constitue ici qu’une première étape dans son cycle de vie. Le pointage ce ferait de la même façon mais seul le numéro de pièce serait extrait. Néanmoins pour le suivi des revêtements muraux des pistes sont envisageables. Une automatisation de la liaison vers les DPGF des sous-traitants est à envisager. Des problématiques liées à l’extraction des données apparaissent avec des temps d’attente de plus en plus longs. Des possibilités sont à étudier comme la fusion de plan ou encore avec un ordinateur plus puissant le travail direct sur la maquette numérique. Les fichiers de personnalisation de données extraites pourraient être plus spécifiques ainsi les données en nombre moins importantes et plus ciblées. au cours de sa réalisation. Il pourrait alors être développé un module faisant le lien entre les fichiers Excel® et donnant ainsi le type de revêtement mural et sa quantité. il faudra attendre une évolution du concepteur de Navisworks®. La base de données créée au cours du suivi des différents lots permettra d’établir un historique du chantier et d’avancement des travaux.

vision difficile au vu de la durée d’intervention. Une dernière fonction de l’outil peut être envisagée. en phase de chiffrage. En effet. Il s’agit d’une fonction de prévision de main d’œuvre. les diverses remarques issues de l’utilisation courante doivent être intégrées. Enfin pour faire vivre cet outil.Projet de fin d’étude 2014 57/60 favoriserait une vision précise de la fin de projet. l’appui sur une maquette numérique et un planning permettrait de généré une prévision d’activité par lot mais aussi une prévision de moyens à mettre en œuvre. Mise à jour Main d'oeuvre Rapidité Perspectives Peinture Rendus Historique FIGURE 58 : PERSPECTIVES Thomas BOUCLAND .

Pour parvenir à ce résultat. Le projet a permis de mettre en œuvre un outil apte à synthétiser des données de repérage. A partir de ces éléments. l’outil mis en place a été déployé pour piloter l’étanchéité puis sur le niveau 3 pour les corps d’état secondaires pour donner des prévisions d’avancement et assurer le suivi du lot plâtrerie.Projet de fin d’étude 2014 58/60 CONCLUSION Le chantier du Centre Hospitalier de Belfort-Montbéliard – Site Médian se présente comme un chantier d’envergure avec des chiffres conséquents en termes de quantité. surface. Thomas BOUCLAND . finance). financière et de suivi afin de fournir un pilotage et un suivi des avancements précis. l’outil s’appuie sur les logiciels comme Navisworks® issu du BIM. Ce sont ces chiffres et les obligations contractuelles qui ont poussé à la mise en place d’un outil de gestion des avancements. sol et plafond. De nombreuses perspectives semblent envisageables pour l’outil qui confirme les avantages du BIM sur chantier. L’univers du BIM est encore à l’heure actuelle dans sa phase de développement et l’instauration au sein des équipes chantier est encore difficile par manque de connaissance des outils. Les fichiers développés au cours du projet constituent une première bibliothèque support pour l’entreprise qui pourra être mis en œuvre sur d’autres chantiers. De nombreux fichiers annexes d’automatisation ont été instaurés. durée et moyens. de planning. simple et évolutif. temps. Les logiciels utilisés ont été modifiés et des modules détournés de leur fonction première pour répondre au mieux aux objectifs. Il faut donc dans les années à venir s’attendre au développement d’un suivi en 5 dimensions (espace.

autodesk.autodesk. DUPUYDS.autodesk. Michel . Claude Jean . Dimitri . Trino . Réalisation d’un Cycle ou Phasage en 4D avec Navisworks 2013 Thomas BOUCLAND . Tutoriel vidéo sur Navisworks® 6) DUMOULIN. Présentation BIM Day Bouygues 2013 5) AROICHANE Michel.com/support/navisworksproducts/learn-explore#?sort=score> 3) Forum d’échange sur Navisworks® 2014 – chapeauté par AUTODESK Disponible sur internet : <http://forums. Aide Navisworks® 2014 Disponible sur internet : <http://help.com/view/NAV/2014/FRA/> 2) AUTODESK .Projet de fin d’étude 2014 59/60 BIBLIOGRAPHIE 1) AUTODESK . BELTRAN.com/t5/Navisworks-General/bdp/372> 4) AROICHANE Michel. Rencontre de l’innovation Bouygues 2009 7) DABASSE. Guide d’utilisation de Navisworks® 2014 Disponible sur internet : <http://knowledge.

xml 6) TakeoffPropertyMap.xml 7) Feuille de prévision du lot cloison au niveau 3 8) Feuille de suivi du lot cloison au niveau 3 9) Macro NAVISMiseEnForme 10) Macro NAVISPrévisionCloison 11) Macro NAVISSuiviCloison 12) Fichier de suivi Navisworks® interface lot 02 / sous lot 01B 13) Fichier de suivi Navisworks® cloison niveau 3 14) Fichier de suivi Navisworks® sol niveau 3 Thomas BOUCLAND 60/60 .Projet de fin d’étude 2014 ANNEXES 1) Organigramme du chantier 2) Lexique de texte pour le module TimeLiner 3) Fichier d’export de jeux 4) Catalogue d’éléments 5) TakeoffConfigurationTemplate.