Vous êtes sur la page 1sur 3
LES CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX Homogénéité : On dit quun matériau est homogene, sil posséde les mémes caractéristiques en tous ses points Lthomogeneite d'un materiaux considéré dépend de échelle de étude. Llacier qui est considéré comme étant un matériaux homogéne en mécanique ne lest pas en réalité si on le regarde & échelle atomique. De méme le béton qui niest pas considéré homogéne pour des études a l'échelle de la mécanique peut I'stre si on considére la dimension des ouvrages de béton étudiés dans le génie civil Isotropie :: On dit quun matériau est isotrope lorsquil posséde les mémes caractéristiques dans toutes les directions. Lisotropie est également un état idéal que l'on rencontre rarement dans la nature ou dans les réalisations de homme. Pour une planche de bois, nous remarquons que les fibres végétales apparaissent dans le sens de sa longueur ce qui représente un aspect pratique pour le sciage @ partir du tronc d'arbre mais ce la correspond surtout a un avantage mécanique : disposées ainsi, les fibres conférent a la planche une résistance optimale. L'exemple n'est pas unique, la plupart des matériaux laminés, extrudés, estampés ... possédent une structure fibrée dont les caractéristiques mécaniques sont accrues dans la direction des fibres, Les matériaux composites sont congus avec une structure volontairement anisotrope pour s'adapter aux sollicitations mécaniques. Caractéri ni x Les relations établies en RdM permettront de prévoir le comportement d'un corps solide de formes diverses, sous leffet d'actions mécaniques dont la réparttion, la direction et intensité sont d'autant de facteurs qui interviennent dans les calculs Pour connaitre a priori le comportement d'un matériau donné sous effet de solicitations standard, on procéde a des essais afin de mesurer ces parametres du comportement, a L'Essai de Traction essai consiste a partir dune machine appropriée, a tirer avec un effort progressif sur les deux tétes dune éprouvette de forme normalisée. Mevare da deplcencnt Traction car Cippoantee eelen ane Col connee Lorsarctle de Traction de dinersione nornalicces Différentes étapes de lessai de traction Section Sde Méprowette Ene CC -— Eprouvette avant la traction Section $"< Efiortde Traction T = Pendant la Traction - Comportement Elastique ee > Deformation Plastique Etape2 Etape4 Etaped [ \— - = Eprouvette aprés la rupture Un enregistrement de l'allongement de l'éprouvette entre deux repéres permet de mettre en évidence le comportement élastique et plastique du matériau qui la constitue @ travers un graphe. Des paramatres ccaractéristiques du matériau peuvent alors étre défini. Graphe d'un essai de traction’ 5 3 10 15 as [Sure graphe de gauche. on étudie Fallongement de [Sur le graphe de droite, on fait apparaitre les Ireprouvette en fonction de leffort appliqué, c'est ||parametres du matériau, @ savoir le pourcentage lune courbe propre a 'éprouvette testée \dallongement, en fonction de la contrainte qui est le apport de I'effort de traction sur ta section Ieprouvette. Dans la courbe des caractéristiques intrins&ques du matériaux (celle de droite), on fait apparattre deux zones Zone de comportement élastique (Zone A) Léprouvette est sollicitée par une contrainte s < Re, pendant cette phase Ia, une suppression de Teffort de traction entrainerait un retour de I'éprouvette & ses dimensions normales ‘On dit que la forme de la courbe est réversible, et que le comportement de I’éprouvette est élastique. Re ou so (Nimm2) est la contrainte de limite élastique du matériau Crest un parametre trs important de la résistance des matériaux puisque lon cherchera en permanence, pendant la durée de vie dune piéce, a ce que les sollicitations auxquelles elle est soumise, la maintienne dans sa zone de comportement élastique. Zone de comportement plastique (Zone B) Le comportement plastique du matériau est atteint lorsquion dépasse la limite élastique Re. A partir de ‘ce moment Ia, une suppression de Teffort de traction sur 'éprouvette laisse apparattre une déformation dite rémanente, c'est a dire que 'éprouvette ne retrouve plus sa forme initiale, la déformation n'est plus réversible. Le comportement plastique de l'éprouvette permet de faire apparaitre les caractéristiques suivantes a La contrainte de limite a la rupture Rm c'est la valeur maximale de la contrainte pendant lessai de traction, La contrainte de limite élastique 0,2% : pour beaucoup de matériau, Ia courbe d'essai de traction ne montre pas un passage tres net du domaine élastique au domaine plastique, on définit alors une limite élastique & 0,2 % notée Re0,002 comme étant la contrainte provoquant un allongement rémanent de 0,2 %. a Le coefficient de striction qui caractérise la variation relative de la section a Le coefficient de poisson qui caractérise la variation relative de diametre. Autres essais, autres tests Les essais de dureté : Ils consistent 4 déformer la surface de la piéce a tester a l'aide dun pénétrateur ‘sphérique, conique ou pyramidal sur lequel on applique une charge connue, Ces essais s'appellent Brinnel ou Wickers (la dureté s'exprime par le quotient de la force appliquée sur Taire de Tempreinte laissée sur la piéce) ou encore essai Rockwell, on mesure la profondeur rémanente de penetration. Les essais de chocs : les paramatres de ténacités déterminés par les essais de traction nvont plus de sens si fon a faire a des chocs. (charge appliquée en moins d'1/100éme de seconde). C'est pourquoi ‘on fait des essais de chocs qui mesurent 'énergie nécessaire pour briser une éprouvette d'un seul coup, 2 Les essais de fatigue : Une piéce sollicitée de maniére répétitive peut se rompre sans pour autant que les actions mécaniques exercées sur cette piéce n/amenent le matériau a ses limites de ténacité. La rupture est la conséquence de la progression dune fissure qui prend naissance sur un défaut inteme ou exteme de la piéce. Pour cet essai on comptabilise le nombre de cycle que peut subir une éprouvette ‘sous des solicitations connue et inférieures aux limites de tenues du matériau. Retour