Vous êtes sur la page 1sur 256
BertHou GrEMAUX M*VOEGELE -GRAMMAIRE | SSPGONJUGAISON |" | ORTHOGRAPHE COURS MOYEN REPERTOIRE DES EXEMPLES PROPOSES PAR LA COMMISSION « LE LAY » Les propo: ns dans la phrase je SusET He, wears Qu’il vienne me surprendrait. Qui vivra verra. © ComPLEMENT Du Nom (ou DU PRONOM).. Cadet Rousselle a trois maisons Qui n’ont ni poutres ni chevrons. @ ComPLimENT DU VERBE : 1. Objet .... Je veux qu’on soit sineére. 2. Circonstance —— Lempsre.s sc. oe Quand le chat n’est pas 1a, les souris dansent. — Cause ......... J’aime l'araignée et j’aime Vortie, Paree qu’on les hait, — But.. Donnez afin qu’on dise ; il a pitié de nous. — Condition...... Je le ferais encore, si j'avais a le faire, 1. Relevez les propositions subordonnées sujets. Qui veut voyager loin ménage sa monture. — Qui dort dine. — Qui séme Porage récolte la tempéte. — Qui a bu boira. — II est possible que je viene. — I] est. interdit de monter sur les pelouses. — I] est inutile d’insister. 2. Relevez les propositions subordonnées compléments dobje La dame au nez pointu répondit que la terre était au premier occupant (La Fonraixn). — Le distrait. Tl voit que son épée est mise du cété droit, que ses bas sont rabattus sur ses talons et que sa chemise est par-dessus ses chausses (La Bruyire). — Je pensais que tu rentrerais plus tét. 3. Indiquez la nature de la circonstance exprimée par les propositions subordonnées en italique (temps, cause, but, condition). Jacques avait une mine superbe parce qu'il rentrait de vacances. — Chez nous, quand. le peuple est content, il faut qu'il danse (A. Davver). — Si Peau d’ Ane m’était conté, j'y prendrais un plaisir extréme (La Fontaine). — Descends que je Vembrasse. (La Fonraine). — Quand Mitsou a terminé sa promenade sur le piano, il s’avance vers moi d’un air candide et calin (A. LicHTENBERGER). — Je me charge d’obtenir votre grace @ condition que vous nous rendies la liberté (T. Gavrier). — Elle ferme la lumidre afin que les moustiques ne pénétrent pas. 4. Donnez le nombre, la nature et la fonction des propositions contenues dans ces phrases : a) Le héron poursuivi s’était perdu dans Tespace, od nos yeux ne pouvaient plus Ie voir; les faucons le voyaient pour nous et attendaiont qu'il redescendit (G. pe Nervat). — 6) La béte saute parce qu'elle veut gagner le pré qui longe la route (A. France). —c) Quand le temps était particuliérement beaug un bateau nous prenait a la céte et nous conduisait assez loin en mer (E. FRoMENTIN). IMPRIME EN FRANCE D. L. 1<* crim. 1966. 660 129 - Imprimerie de Sceaux, 5, rue Michel-Charaire, & Sceaux. PRESENTATION DE L’OUVRAGE La matiére de cet ouvrage, composé dans le méme esprit que notre cours élémentaire, a été divisée en 29 semaines afin d’assurer aux éléves qui se présentent au concours d’entrée ‘en 6° des lycées et colléges, une préparation compléte au moment de l’examen, Chaque semaine comprend 6 moments consacrés a I’étude de la langue. A. — Grammaire. Notre souci d’avoir terminé le programme pour la période des examens, nous a amenés & proposer deux lecons de grammaire durant chacune des quatre premigres semaines, la seconde legon remplagant Ia dictée de contrle. ‘Afin de faciliter l’assimilation de important programme de grammaire du cours moyen, (programme établi par la Commission Beslais, repris et précisé par la commission Le Lay) nous avons traité chaque point avec la plus grande simplicité, évitant toute subtilité propre & déconcerter l'enfant. Notre but est de fournir @ l’éléve du cours moyen une solide armature de connaissances précises, qu’il pourra par la suite enrichir et nuancer sans confusion. Nous avons donné une grande place & l'analyse : — analyse du groupe de mots est étudiée au cours des six premiéres semaines, — Lanalyse du mot compiéte réguligrement chaque legon de grammaire, — analyse de la phrase, étude systématique des différentes constructions possibles avec les mots de liaison, commence dés la quatriéme semaine. Elle est complétée en fin Couvrage par l’étude détaillée des propositions sujets et compléments circonstanciels dans les limites fixées par la nomenclature officielle. ‘Cependant, nous avons réservé I’étude de la fonction des propositions subordonnées et Temploi des expressions subordonnée relative et subordonnée conjonctive jusqu’a ce que le pronom relatif et la conjonction de subordination aient fait objet d’une legon particuliére. B. — Orthographe. 1° La page d’ORTHOGRAPHE D’USAGE comprend : @) Une révision des régles étudiées au C.E. (numérotées 1, 2, 3, etc.). 5) Une liste de mots usuels, ayant trait 4 un méme sujet. Certains de ces mots per- mettent un rappel des régles connues; les autres, non codifiables, sont @ apprendre par caeur. Afin qu’ils reviennent souvent sous la plume de I’éléve, nous nous sommes efforcés de les employer dans tous nos exercices de la semaine. c) Une dictée préparée, choisie (ainsi que la dictée de contréle) pour sa concordance avec les connaissances de la classe en grammaire et en cpnjugaison. 2° La lecon d’ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE est faite en liaison soit avec la legon de grammaire, soit avec la legon de conjugaison précédentes. Les régles du cours moyen portent les lettres A, B, C. C, — Conjugaison. Nous avons réparti sur Jes 29 semaines le long et difficile programme de conjugaison fixé par les Instructions officielles, de facon 4 n’apprendre que peu de chose a la fois, & voir © Librairie Classique Eugéne Belin, 1951. 13 chaque difficulté en détail, a revenir sans cesse sur les mémes remarques pour obtenir de Venfant une certaine spontanéité dans la recherche du verbe, du groupe, du temps, de la personne, et dans l’application des régles. Les cas particuliers sont examinés avec précision : verbes en ier, yer, guer, quer, iller, eler, eter, indre, soudre... Chaque legon débute par un contréle des acquisitions. Elle se poursuit par un travail oral ayant pour but de faire passer dans le langage de l'enfant le temps étudié. Elle se termine par des exercices destinés A créer, 14 encore, des automatismes d'accord. D. — La page de synthése. La PAGE DE syNTHESE comprend 3 parties : 1. Révision des éléments étudiés durant Ia semaine. 2. Exercices d’analyse et de construction de phrases. 3. Dictée de contréle et questions, E. — La page récréative. La PAGE RECREATIVE termine, comme au C.E., chaque semaine. Elle ne comporte, pendant les 4 premiéres semaines, qu’un exercice de mots croisés. Ces mots croisés sont & dessein trés simples. Leur but est de permettre une révision agréable et variée de la conjugaison, de la grammaire, et du vocabulaire a Poccasion. A partir de la 11° semaine, nous introduisons dans cette page un jeu nouveau : la correction de textes. Le danger dun tel jeu, nous le connaissons. Ne risquons-nous pas dimposer a enfant une image fautive des ‘mots? Pour limiter ce danger, nous n’avons introduit dans nos textes que des fautes d’accord — aucune faute d’usage — et nous avons adopté l’écriture cursive, évitant ainsi cette sorte de consécration que donneraient aux fautes les caractéres d’imprimerie. Quels profits tirons-nous de ce jeu? Il se présente comme une chasse aux fautes, et les enfants y sont ardents : corriger les fautes commises par d’autres, faire la meilleure chasse, voila qui les amuse! Aprés expérience, ce jeu nous est apparu comme un exercice d’attention extrémement profitable et comme un moyen efficace d’apprendre aux éléves A relire leurs propres textes. La recherche des fautes peut se faire oralement et en commun. Aprés avoir examiné Ie texte et noté sur une feuille leurs remarques, les enfants signalent les fautes, indiquent la correction & apporter et justifient cette correction par le rappel des régles. Par la suite, on peut en faire un exercice écrit, chacun devant recopier le texte sans faute, et souligner les corrections apportées. Nous avons parfois ajouté un jeu de ponctuation et daccentuation qui, présenté dans cette page, parait moins ennuyeux. Rappelons que ce cours suit scrupuleusement la nomenclature officielle de 1949, nomen- clature confirmée en 1959 par la Commission Beslais. Nous l’avons, en outre, complété par un répertoire des exemples proposés par la Commission Le Lay (Circulaire du 24 octo- bre 1961). On trouvera ce répertoire a la fin de l’ouvrage avec quelques exercices, qui donnent A ces exemples leur véritable portée. Nous ne voudrions pas terminer sans remercier M. RAY-LAMBERT a qui ce livre doit son attrait. Les Aureus. SEMAINE GRAMMAIRE 4re 20 Be 6e Te Be ge 10° ite 12¢ 13¢ vat 15° 16° 17° - 180 19¢ 20° 2te 22¢ 23¢ 24e 25e 26¢ 27¢ 28¢ 29e Mots. Lettres. Syllabes Le verbe et son sujet L’attribut du sujet Le complément d’objet du verbe Les comp. circonstan- ciels du verbe Le comp. d’attribution du verbe La proposition Les 3 sortes de propos. Le nom commun Le nom propre Le genre des noms Lenombredanslesnoms Lrarticle L’adjectif qualificatit Les fonctions du nom Le féminin des adjectits qualificatifs Le pluriel des adjectifs qualificatits Remarques sur l'accord de V'adj. qualificatit Liadjectif possessif L’adjectif démonstratif Ladjectif numéral Ladjectif indéfini Les ‘adj. interrogatifs et exclamatifs Le pronom personnel Fonctions du pronom personnel Lepronom démonstratif Le pronom possessif Le pronom indéfini Le pronom relatif La subordonnée relative La conjonction La subordonnée conjonctive L’adverbe La préposition Les propositions (rév.) Formation des mots Verbes transitifs et intransitifs Révision Exemples proposés par la Commission Le Lay | 46 94 102 110 118 126| 134 \142 150 158 166 174 182 190 198 206] 214) 222) (eal 230) 3 | 9 Pe 2541 ay ORTHOGRAPHE D’USAGE La rentrée L’automne Les travaux de Vautomne La chasse La Toussaint La maison La famille La veillée Pluies et vents Jeux et sports Noél Le Jour de l’An Lhiver Le feu - Le chauffage La santé Le commerce Les repas Les pauvres gens Le village - La ville Fétesetréjouissances Les animaux domestiques Les animaux sauvages Le printemps Les voyages La mer - Les riviéres| Le travail - Les meétiers Le savoir Nos sens Le ciel - L’été Regles @orthographe ¢ devant a-o-u 8 ou ss Les mots commengant par ac Les mots commengant par @p g devant a-o-u Les mots commengant par gi Le g dur m devant m-b-p Mots commencant par af-ef-of Noms terminés par le son ou Mots terminés par le son a Noms terminés par le son eur Noms terminés par le son i Noms terminés par le son u Noms terminés par le son & Noms terminés par té ou tié! Noms terminés par le son & Mots terminés par le son our Noms terminés par le son oir Noms terminés par le son o! Noms terminés par le son eu Noms terminés par le son ement| Noms terminés par le son zon Noms terminés par eil-el-euil Noms terminés par eille- elle-euille| Le son euil Noms terminés par ail-aille Derniére lettre d’un nom ou dun adjectif Mots commengant par il, im, in, ir a@’usage 16 24 32 40 4s 56 64 72 80 88 96 104 112 120 128 136 144 152 160 168 176 184 192 200 208 216 224 232 250 SEMAINE ire Qe 3e 4e 6e 7 ge ge 10° aie 12e 13° 140 15° 16° 17° 18° 19¢ 20° 24° 220 23¢ 24e 25° 26¢ 27¢ 28¢ 29° —5 ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Ou et ot L’accord du verbe Emploi de Vinfinitit Distinguer le nom du yerbe Les verbes en dre et en tre Le pluriel des noms composés La - la - Va - Vas aeta Est et Et Féminin des adjectifs en al, el, ell Accord des adjectifs de couleur Révision de l'accord de I’adj. qualif, Son et sont Ces et ses Derniére lettre d’un participe passé Quelque - méme - tout Quel - quels - quelle - quelles - qu’elle - qu’elles Leur et leurs Le - la - les - 1’ devant un verbe Se et ce Crest - s'est - c’était - s’était... Sujet apparent - sujet réel On - ont - on n? Pronoms relatifs en el Le sujet qui Révision du participe passé Quand - quant - qu’en Adverbes en ement - emment - amment Participes passés en i - u - t Participe présent ou adjectif verbal Régles d’orthographe grammaticale p. 9 aly) 25 33 105 113 121 129 137 145 153 161 169 177 185 193 201 209 217 225 233 252 CONJUGAISON, Le verbe varie Les 3 groupes Le mode indicatif; le présent de Vindicatif Le présent de l’indicatif. Verbes du 3° groupe Liimparfait de Vindicatit Remarques sur les verbes du 1e* groupe Le passé simple (verbes du 1¢r et du 2¢ gr.) Le passé simple (avoir et étre) Le passé simple (verbes du 3¢ groupe) Le futur simple Remarques sur les verbes en eler - eter La conjugaison négative Le pass¢ composé Lraccord du participe passé L'accord du participe passé Le plus-que-parfait Le passé antérieur Le futur antérieur La conjugaison interrogative Le mode conditionnel - Le pré- sent Le mode conditionnel - passé La forme pronominale Le mode subjonctif - Le pré- sent Liimparfait du subjonctif Les temps composés du sub- jonctif La forme passive - Le compl. agent Le mode impératif Le Les modes infinitif et participe Les verbes impersonnels Tableaux de conjugaison 10 18 26 34 42 50 58 66 74 82 90 98 106 114 122 130 138 146 154 162 170 178 186 194 202 210 218 226 234 240 1"¢ SEMAINE GRAMMAIRE Mots - Lettres - Syllabes Un instituteur d'autrefois. Notre maitre était un excellent homme, & qui, pour bien mener I’école, il ne manquait qu'une chose : le temps. Il nous consacrait le peu de loisir que lui laissaient ses nombreuses fonctions. Il gérait les biens d’un propriétaire étranger au village. Il présidait a la rentrée des foins, a l’abatage des noix, a la cueillette des pommes. Notre maitre était barbier. De sa main légere, il rasait les notabilités de l’endroit, le maire, le curé, le notaire... Notre maitre remontait et réglait I’horloge du village. C’était sa fonction d’honneur. J.-H, Fapre, Souvenirs enlomologiques. (Delagrave, édit. AU TRAVAIL : 1. — Vous savez tous lire et écrire. — Vous avez appris cela a I’école. Mais avant de savoir lire et écrire, vous saviez déja vous exprimer, vous saviez parler. Pour parler, vous vous servez de mots. Notre, maitre, était, un, sont des mots. Ces mots sont assemblés pour former des phrases. La phrase se termine généralement, par un point. Temps est le dernier mot de la 1** phrase. Combien y a-t-il de mots dans la 2¢ phrase? 2. — Les mots sont formés de petits signes appelés lettres. Dans le mot, notre, il y a5 lettres. Gombien de lettres y a-t-il dans le mot maitre? 3. — Lorsque vous prononeez le mot élait, vous émettez 2 sons différents : é1ail. — Chacun de ces sons s'appelle une syllabe. — La 1¥° syllabe « é» ne com- prend qu'une lettre, la seconde : « iait », quatre lettres. Cherchez dans la classe des objels dont les noms sont formés de 2 syllabes, de 3 syllabes. 7 CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR 1. Pour parler et pour écrire, nous nous servons de mots. Exemples : notre, maitre, était. 2. Les mots sont formés de petits signes appelés lettres. La langue frangaise utilise 26 lettres qui constituent l'alphabet : a, b, ¢ d,e,fig,h, i,j, k,l, m,n,0,p,q,r,s,t,U, v, W, x, ys Z Ces 26 lettres se divisent : en lettres-voyelles : a, €, i, 0, u, y, et en lettres-consonnes. 3, L’ensemble des lettres que l'on prononce d'une seule émission de voix s'appelle une syllabe. Dans était, ily a 2syllabes : était. A la fin d'une ligne, il faut toujours couper les mots par syllabes. Exemples : hom-me, lais-saient, Exercices 1. Classez les mots suivants par ordre alphabétique : lycée, professeur, exactitude, nouveau, grammaire, directeur, pensionnat, lecon, devoir, bureau. 2. Faites la liste des noms des éléves de votre rangée en les classant par ordre alpha- bétique. 3. Ecrivez le nom des objets contenus dans votre plumier ou dans votre trousse, et dressex~ en la liste par ordre alphabétique. 4, Classez les mots suivants par ordre alphabétique : compas, camaraderie, cahier, commune, calcul, courage, couverture, comprendre, compter. 5. Server-vous du dictionnaire et cherchez le sens des mots suivants : orthographe, scolarité, dictionnaire, discipline, négligence, collége. 6. Jouons a pigeon-vole : les éléves Levent la main chaque fois que le maitre prononce un mot commencant par une voyelle : renirée, attention, école, récréation, arrivée, maitre, cahier, éléve, camarade, récompense, gibeciér écolier, livre, instruction, ardoise, sortie, examen, étud 7. Copiez les 3 premiéres phrases du texte : « Un instituteur dautrefo un point sous chaque voyelle. », en mettant 8. Copiez les mots suivants en séparant les syllabes par un tiret : Les vacances ter- minées. — Le travail scolaire. — La récréation animée. — La brochure illustrée. — Une école accueillante. — Le livre intéressant ou ennuyeux. — Le hon éléve, assidu, travailleur, ordonné. — La récompense méritée. —- L’insti- tuteur sévre. — L’éléve paresseux fait 'école buissonniére. — Le devoir soigné. Nota. — On trouvera page 238 des exercices concernant la formation des mots. ae ire SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE LA RENTREE ETUDIONS CES MOTS : 1. — Quelles régles nous viennent a l’esprit? la rentrée; la classe; la scolarité; un cours; un concours; un banc. 2. — Apprenons par coeur : un dipléme; un brevet; un certificat; un examen; un lycée (de méme : un musée, un scarabée) ; la bibliotheque; la discipline; I'enseignement; le mobilier scolaire. 3. — Verbes et mots de la méme famille : — s’instruire : instruit, instruction, instructeur, instructif. — apprendre : appris, un malappris, apprentissage, apprenti (e). —compter : compte, compteur, comptoir, comptabilité, comptable, acompte. Dictée préparée En classe. [On a distribué les cahiers de compositions. Et, pendant que Monsieur Seurel écrit au tableau Pénoneé des problémes, un silence imparfait s'établit, mélé de conversations d voix basse, coupé de petits cris étouffés et de phrases dont on ne dit que quelques mots pour effrayer son voisin... Monsieur Seurel se retourne de temps en temps, en regardant tout le monde d’un air d la fois sévére et absent]. Et ce remue-ménage cesse complitement une seconde, pour reprendre ensuite, tout doucement @abord, comme un ronronnement. A. Fournrer, Le Grand Meautnes. [Cours moyen 1** année.) (Emile-Paul, édit.). Quelles régles vous rappellent les mots en italique? Complétez les mots inachevés en remplagant les points par ¢ ou ¢ : Les vacan. . .es sont terminées. — Nous commen... .ons l'année avec de bonnes résolutions, — Les gar...ons s’acheminent vers I’é...ole. — L’éléve apprendra sa le...on d'histoire et sa ré...itation. — Le ,commer...ant dé...ore la fa...ade de sa vitrine. — Nous effa..-ons notre ardoise. — Il effa...e le tableau noir. — Le re... .eveur poi. . .onne les billets. — Je re. . .evais un catalogue. — Tu lan... .ais une pierre. =e re SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Ou et On Ou étes-vous allés en vacances ? A la mer ou & la montagne? Exercices 1, Remplacez les points par ou - ot : Que préférez-vous ? les cours d'histoire .... ceux de géographie ? — Jusqu’... pousserez-vous vos études ? — De la fenétre ... je passe le plus clair de mon temps, j’apercois les éléves de V’école voisine qui jouent aux billes .. A cache-cache durant la récréation. — Etudiez-vous la langue anglaise Ta langue allemande? — Cet enfant qui a toujours de mauvaises notes est étourdi . fatigue. 2. Méme ecercice : ... que j'aille, je ne m’ennuie jamais. — La rue est animée est le moment... les écoliers sortent de l’école. — Au temps ... l'on ne connais- sait pas encore l'imprimerie, les livres étaient rares et coateux. — La classi j'ai appris A lire était claire et spaciense. — Pendant ses heures de loisir, Jean dessine ... lit des livres d’aventures. — Dans le village .. . je passe mes vacances je peux A volonté pécher ... chasser. 3. Méme exercice : ... as-tu rangé ce livre? Dans la biblioth@que ... dans ton sac? — Dans cette classe, ... que vous portiez vos regards, vous ne rencontrez qu’éléves attentifs. — ... as-tu mis ton livret scolaire? Tes meilleures notes sont-clies celles de francais ... de mathématiques? — D'... venez-vous? du stade de la piscine? — ... passerez-vous votre dimanche? — Allez ... il vous plaira, mais rentrez de bonne heure pour terminer vos devoirs. Méme exercice : Comme récompense, vous aurez des images ... des bons points, des bonnes notes ... des billets de satisfaction. — Je ferai un bouquet ... les roses domineront et je l'offrirai & ma mére ... & mon institutrice. — Dans la clairigre ... le soleil est tamisé, qu'il fait bon réver ... lire. — Cet établissement seolaire s’éléve .., s'étendaient jadis les terrains vagues. — Ici ... la, vous serez toujours aussi bien, — ... allez-vous? — L’an prochain serez-vous interne externe? 5. Construi: ez 5 phrases contenant a la fois ou et o — 10 ire SEMAINE CONJUGAISON Le Verbe varie AU TRAVAIL : |. Le radical et la terminaison : jétudi | tu étudi ais il étudi | era radical terminaison Il. Le verbe varie suivant : 4. le nombre (singulier ou pluriel) : Pélave écoute les éléves écoutent 2. la personne : je copie tu copies 3. le temps : aujourd'hui j'étudie demain j'étudierai Le temps indique & quel moment se passe action. 4, le mode, qui est la fagon dont le verbe présente I’action qu'il exprime. Il y a 6 mode: le mode indicatif : j'étudie le mode conditionnel : j'étudierais (si j'en avais le temps) le mode subjonctif : il faut que j'étudie f : étudier pe : étudié; étudiant le mode infini le mode parti Remarquons les variations de la terminaison. Séparons radical et terminaison dans les verbes : tu compteras, vous écriviez, elles lisent, nous épelons. Enumérons les 3 personnes du singulier, puis les 3 personnes du pluriel. Donnons : la I? personne (singulier et. pluriel) la 2¢ personne (singulier et pluriel) la 3° personne (masculin et féminin singulier el pluriel). Que désignent ces personnes : désigne la personne qui parle, etc. ie Nous connaissons 5 temps : le présent, imparfait, le futur, le passé composé el le plus-que- parfait. Faisons une phrase avec le verbe éludier en employant chaque temps. Quand so passe Laction exprimée au’ présent? 2 Pimparfait? au futur? Dans les exemples donnés, remar- quons que nous employons le méme verbe (étudier), au méme temps (pré- sent), ala méme personne (1 personne du singulier, sauf pour Pimpératif) Le verbe indique une action cer- taine. Lraction présentée esl soumise & une condition. Laction comme incertaine. esl présentée Liaction est. présentée comme un ordre, un conseil. Faisons une phrase a chacun des 4 premiers modes. = CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR Le verbe comprend 2 parties : le radical et la term — radical : étudi — terminaison : La terminaison varie suivant : 1. le nombre (l'enfant étudie, singulier — les enfants étudient, pluriel) ; 2. la personne (j'étudie, tu étudies); 3. le temps oi se situe l’action (présent, passé, futur); 4, le mode qui est la maniére da présenter l’action. Il y a 6 modes que nous étudierons en détail : le mode indicati conditionnel, le mode subjonctif, le mode impératif, le mode infinii le mode participe. Exercices oraux 4. A quel temps, & quelle personne sont employés les verbes suivants : Je travaille. — Le maitre explique. — Tu écouteras. — Nous récitions. — Les écoliers ont joué. — Vous corrigerez. — Elles étaient attentives. 2. Essayons de reconnaitre & quel mode sont exprimées les actions suivantes : Tu oupres ton livre. — Vous irez jouer plus tard. — Si nous étions sages, nous aurions une récompense. — Chantons. — Je doute que tu m’écoutes. — Il faut travailler. Exercices écrits 1. Par un trait vertical, séparez le radical de la terminaison. Ex. : chanter, chantjer. Chanter; i tions; tu effaces; elles entraient; on jouera. ir; attendre; je réfl il comprendra; vous écouterez; nous comp- 2. A quel temps, a quelle personne sont conjugués les verbes suivants : Nous étudierons. — Vous écrivez. — On travaillait. — Tu as compté. — Elles étaient attentives. — Je m’applique. — Il finissait son devoir. — Ils écouteront. 3. A quel mode sont exprimées les actions suivantes Tu feuillettes ton dictionnaire. — Les écoliers s'instruiront. — Vous irlez jouer si vous aviez terminé votre devoir, — Il faut que j'étudie pour étre instruit, — Rangez. vos livres. — Sortons. — Jouer est agréable. L’an dernier, j’avais neuf ans. — eA Dpa— ite SEMAINE GRAMMAIRE Le verbe et son sujet 1. Les enfants se dirigent vers I’école. — Les hirondelles nous quittent. — La cloche sonne. 2. Le ciel est nuageux. 3. Nous devions étudier la division a un chiffre. Plusieurs de ces petites opérations étaient écrites au tableau. (G. Dusamer). AU TRAVAIL : 1. — Que font les enfants? Ils se dirigent vers I’école. — Que font les hiron- delles? Elles nous quittent. — Que fait la cloche? Elle sonne. — Les mots dirigent, quitteni, sonne qui expriment ee que font les personnes, les animaux ou les choses s'appelient des verbes. — Dites ce que font les vendangeurs, le cheval, les feuilles. Posons la question : qui est-ce qui ou qu’est-ce qui avant chaque verbe. Les mois enfants, hirondelles, cloches, qui désignent, les personnes, les animaux ou les choses qui font une action, s'appellent. sujets du verbe. Cherchez quels peuvent éire les sujets des verbes : s'appliquer, bourdonner, grincer... 2. — Remarque : Le verbe indique parfois un état : le ciel est nuageux. Cher- chons le sujet du verbe en posant la question ; qu’est-ce qui? avant le vere. Cherchez ce qui peut éire gris, triste, odorant... 3. — Le sujet peut étre formé : d'un mot : ils se dirigent vers I’école. d'un groupe de mots : Plusieurs de ces petites opérations étaient écrites au tableau 4. — Nous savons que le verbe s’accorde en nombre (la clocho sonne, les cloches sonnent), el en personne (je sonne, tu sonnes) avec son sujet. ae Exercices 1. Complétez Vexercice suivant en remplacant les points par un verbe : Les feuilles . Ientement, — La blanchisseuse ... le linge. — Le vent ... — Les jours ... — Le loup ... Pagneau. — Le magon ... une maison. — Les vendangeurs ... le raisin. — Le maitre ... les devoirs. — L’éléve ... une opération. 2. Complétes Verercice suivant en trouvant un sujet convenable & chacun des verbes ci-aprés : ... apprend sa lecon. — -.. interroge I’éléve. — ... essuie les meubles. —... lit’ son journal. — ... lie une gerbe. — ... miaule. — ... aboie. — ... frappe les vitres. — ... vérifie ses comptes. 3. Soulignes les verbes d'un trait et leurs sujets de 2 traits : Jocelyne étudie ses lecons. — Guy recoit une récompense. — Liinstituteur copie l'emploi du temps au tableau. — Le maitre instruit ses éléves et les prépare au certificat d'études. — L’enfant soigneux tient ses livres propres et convenablement couverts. — Les hirondelles partiront bientot vers des contrées plus douces. — La bibliothéque eontient des livres passionnants. 4, Soulignez les verbes d'un trait et les mots ou groupes de mots sujets de 2 traits : Le signal de la rentrée. — Le Directeur introduisit un sifflet d’étain entre les poils de sa barbe et... siffla... Un second coup de sifflet et la foule enfantine com- menca de marquer le pas... Troisiéme coup de sifflet et chacun se mit en route... Les différentes classes se groupaient en longues files doubles... Un coup de sifflet retentit et la cour entiére chanta. G. DunameL, Le Notaire du Havre. (Mercure de France, édit.). 5. Méme exercice avec le texte : En classe, p. 8. ouons avec les Mots 1. MOTS GROISES : Horizontalement : 1. Le contraire de présent. — 2. Partie de la charrue qui creuse le sillon. Etudié cette semaine en orthographe grammaticale. — 3. Note 41,2 3 4 5 6 de musique. 2° personne du singulier. — 4. Verbe | aller, futur, 1" personne du pluriel. — 5. Quand Pune d’elles nous fait mal, nous allons' chez le dentiste. — 6, Allure du cheval, entre la marche et le galop. Verticalement : 1. L’éléve qui fréquente régu- ligrement I’école est un écolier ... — 2. Verbe signi- fiant : avaler un liquide. — 3. Les 2 premiéres lettres de scolarité. Verbe avoir, 3 pers. du plur. du présent de I'indicatif. — 4. Toutes les consonnes || du verbe tenter. — 5. 1" personne du pluriel. — 6. 2e pers. sing. Note de musique : c'est aussi la 2e pers. du sing. a l'envers. om RW NR it 2° SEMAINE GRAMMAIRE Lattribut du sujet C0 im rr 1. Le ciel est menagant 2. Le ciel parait menagant Le ciel semble menagant Le ciel reste menagant Le ciel demeure menagant Le ciel devient menagant 3. w.La journée est transparente et pure. L’automne semble un beau souvenir de I’été Et ne menace pas encor les feuilles mOres. Le ciel est une coupe immense de clarté. Louis Mencren, Les voit de la terre et du temps. (Calmann-Lévy, édit.). AU TRAVAIL : 1. — Lisons la 17 phrase. Quel en est le verbe? Quel est le sujet de co verbe? Le, mot menacant indique comment est le sujet: ciel. fl indique une maniére d’étre qui lui est donnée, attribuée. On dit que menacant est. attribut du sujet ciel. 2. — L’attribut du sujet en est généralement séparé par le verbe éire. Mais il peut aussi en étre séparé par un autre verbe et particuliérement par l’un des verbes paraitre, sembler, devenir, resier, demeurer. 3. — Dans exemple n° 3, cherchons les attributs des sujets journée, automne, ciel. Remarque : L’altribut peut étre formé : dun mot: [a journée est transparente, dun groupe de mots : l'aulomne semble un beau souvenir de V’été. A Laide des verbes étre, paraitre, sembler, devenir, rester, diles ce que vous savez des feuilles, des arbres, du ciel, des vendangeurs, du brouillard, des hirondelles... enacant. evint mena Exercices 4. Mettez: une croix sous les verbes, les sujets des verbes entre parenthéses ef soulignez les altributs des sujets. Cette année l’'automne est précoce. — Le temps semble maussade. — Les beaux jours deviennent rares. — Le chemin est boueux et impraticable. — Le vigneron parait heureux de ses vendanges. — Les champs sont labourés. — Le sol est fertile ou stérile. — Les derniéres feuilles seront bientét fanées. — Les lourds nuages paraissaient menagants. — Le brouillard devenait épais et dense. — Les pruniers étaient nus, les pommiers étaient jaunes; l’air était humide et tiéde. (L. Pencaup). 2. Méme exercice que n° 1: Les chevaux reviennent du labour; leur démarche est pesante; ils paraissent las, fourbus. — Les hirondelles semblent affolées. — Les grands bois deviennent mélancoliques. — La nature, a qui sait la voir, n’est pas dépourvue de charmes. — Les teintes des feuilles sembient issues d’une palette de peintre. — La ville entiére me sembla morne et dépeuplée et je restai longtemps immobile a la fenétre. (A. Tuevnter). 3° Méme exercice que n? 1: Ceci est exact; cela est faux. — Tes arbres fruitiers sont encore feuillus; les miens sont déja dépouillés. — Se distraire est nécessaire. — Dick est un chien de chasse. — L’automne et le printemps sont mes saisons préférées; des deux autres sai- sons, l'une est trop froide, l'autre est trop chaude. — Nous sommes les premiers. —« Je suis le grand nettoyeur des champs : vers, sauterelles, mulots, tout cela est bon pour moi », disait le corbeau. (Guyav). 4, Donnez un attribut @ chacun des sujets suivants : Le laboureur est ... — Le corbeau est ... — Le sillon est ... — Les feuilles sont ... — Le temps est ... — La fleur est ... — La hotte est ... — La pomme est ... — Les vendangeurs paraissent ... — La grappe semble ... — L’au- tomne parait ... — La brume devient ... — Le ciel devient ... 5. Formez une phrase avec chacun des mots suivants que vous emploierez comme attri- buts. Vous utiliserez les verbes : étre, paraitre, sembler, devenir, rester : gris; m@r; brumeux; délicieux; doré; dépouillé; jaunie; fanée; matinal; vide; assombri; boueux; dénudé; terne; mélancolique; lugubre; pourpre. — 16 — 2° SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE L'AUTOMNE ETUDIONS CES MOTS : 1. — Quelles régles nous viennent a Pesprit? un automne tardif ou précoce; les feuilles mortes; la mélancolie; la splendeur de l’automne. 2. — Apprenons par cceur : les feuilles recroquevillées; les glands; les chataignes; les marrons (les marronniers); la bogue; un chrysanthéme; un dahlia; le brouillard. 3. — Verbes et mots de la méme famille : jaunir; tourbillonner; joncher le sol; — voltiger : vol, voler, envol, s’envoler, voleter, volée, envolée, survoler, volage, voliére, volatile, volaille. Dictée préparée La chute des feuilles. Crest une belle journée d’automne. On se croirait en été mais les feuilles tombent, Sur le tapis de feuilles mortes qui craque sous les pas, d'autres feuilles tombent. Elles tombent lentement, mais continuellement et sont bralées par la gelée de la nuit. [Séches et couleur de rouille, elles ne tiennent plus aux arbres qu’a peine, ¢t, si Léger que soit le souffle du vent, il les cueille I'une aprés l'autre. Se détachant de la branche, tournoyant un instant dans la lumiére dorée, elles rejoignent enfin, avec un petit bruit triste, leurs seurs déja flétries qui jonchent le sable de Vallée}. F. Corre, La Forél. [Cours moyen 1'¢ année.] (Lemerte, édit.), Quelles régles vous rappellent les mots en italique? Remplacez les points pars ou ss : Le pécheur a pris un énorme poi. .on. — La teinture d'iode est un poi...on. — Tous les soirs, j’embra...e mes parents, je leur donne un bai.. .er. — Le soleil embra.. .¢ le ciel. — La fillette dé. . .obéi.. .ante est privée de de..-ert. — Le chameau a été appelé le vai...eau du dé.. ert. — Le fiveau de P'Oi...e a bai. . .. — L’automobiliste imprudent écra.. .¢ un chien. — La blanchi...eu...e décra..-e le linge. ai 2° SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Accord du verbe 1. Quand approchait Ia saison des vendanges, tout prenait dans la cour un aspect de travail. LAMARTINE. (Qu’est-ce qui approchait ? Qu’est-ce qui prenait ?) Il, Pierre et Jean cueillent les grappes dorées. (Qui est-ce qui cueillent 2) Exercices 1. Ecrivez aw présent les verbes entre parenthises : Dés septembre le vendangeur, le vigneron, le laboureur se (préparer) travailler. — Jacques et Guy (gauler) les noix, Violette et Jocelyne les (ramasser). — Le marronnier et le platane (jaunir), se (dépouiller); le cyprés (garder) sa parure. — Serge et André (cucillir) les raisins. — Georges et Jeanne (briler) les feuilles mortes. — Le paysan (lancer) son grain a la volée. — Le fermier et son domestique (labourer) et (ensemencer) les champs dés le début de l’automne. 2. Méme exercice : Le semeur (jeter) les grains, qu’ (enterrer) ensuite la herse. — Paul et Monique (chercher) du bois mort.— Robert et Jean (aller) a la chasse. — Les pommes et les poires (8tre) mires, le fermier se (préparer) a les cueillir. — Vers le cellier (s’avancer) les charrettes chargées de raisin. — Dans le jardin (voltiger) les feuilles mortes. — Dans le champ (aller et venir) le laboureur. 3, Méme exercice : Dans les allées du pare (rouler) les marrons que les enfants (pour- suivre). — Sur les fils télégraphiques (s'assembler) les hirondelles. — A ce moment (apparaitre) les premiers corbeaux. — Sur les tombes nettoyées (fleurir) dahlias et chrysanthémes. — Les derniéres feuilles (se détacher) de l'arbre que (secouer) le vent. — Voici le sanglier que (rabattre) les chasseurs. — Les oiseaux (venir) picorer les miettes de pain que (jeter) Jeanne. 4, Méme exercice : Sous les lourdes grappes (fléchir) les ceps; les échalas les (soute- nir). — Les peupliers, dépouillés, (dresser) leurs cimes pointues. — Quand (appro- cher) les premiers froids, les oiseaux de passage (émigrer), le brouillard (devenir) plus épais, les laboureurs (fumer) et (labourer) leurs champs et derriére eux (s‘allonger) les sillons. — Ensuite ils (ensemencer). — Alors, sur ces labours (passer) la herse qui (enterrer) le grain. — Dans le ciel (voler) des nuées @’hiron- delles qui (fuir) vers les pays chauds. 5. Construisez 5 phrases se rapportant @ Vautomne et renfermant chacune une inversion du sujet. 6. Construises 5 phrases se rapportant & Vautomne et dont chaque verbe aura plusieurs sujets au singulier. — 18 — 2¢ SEMAINE CONJUGAISON Les trois groupes AVONS-NOUS BIEN RETENU? Qu’est-ce que le mode? Combien y a t-il de modes? Quels sont-ils ? AU TRAVAIL : 4, Au point de vue de la conjugaison, les verbes sont classés en 3 groupes. Nous connaissons déja le 12" et le 2° groupes. Le 1er groupe comprend les verbes comme parler : infinitif terminé par er; premiére per- sonne du singulier de I'indicatif présent terminée par e. Le 2° groupe comprend les verbes comme grandir : infinitif terminé par ir et participe présent terminé par issant (grandissant).. Le 3¢ groupe comprend tous les autres verbes : Verbes comme partir (infinitif en ir, parti- cipe présent en ant : partant). Verbes comme voir. Verbes comme entendre. 2 Le eet le 2° groupes ne comprennent que des verbes & conjugaison réguliére. Le 3° groupe comprend des verbes & conjugaison irréguliére. Trouvons 4 verbes du 1*F groupe se rapportant & Pautomne. Trouvons 4 verbes du 2° groupe se rapportant auc feuilles et auz fruits de Pautomne. Eerivons leur participe présent. Trouvons 4 verbes du 3° groupe en ir. Trouvons 4 verbes du 3° groupe en oir. Trouvons 4 verbes du 3¢ groupe en re. Récitons le présent et Vimparfait des verbes: parler, compler..., puis des verbes : grandir, finir... (conjugaison réguliere). Récitons le présent du verbe venir (conjugaison irréguliére). 3. Les verbes du er groupe (parler, je parle), dont la 1% personne du singulier de Vindicatif présent se termine par un e, sont des verbes en e. Les verbes du 2¢ et du 3¢ groupes (finir, je finis ; voir, je vois) sont des verbes Poe 2° SEMAINE Exercices oraux 1. A quel groupe appartiennent les verbes suivants : palir; chanter; apercevoir; courir; choyer; tourbillonner; mentir; interrompre; partir; acheter; croire? x Trouvez 6 verbes de chaque groupe. Exercices écrits 1, Classe en 3 colonnes (Ie, 2¢, 3° groupes) les verbes suivants : ralentir; joncher; » 2%, 3° group i 5 jaunir; dépouiller; tournoyer; mourir; sentir; eroitre; raccourcir; défendre: marcher; recevoir; boire; dormir; bondir; crier; se réjouir; faire; lire, S Trouvez 6 verbes du I°t, 6 verbes du 2° et 12 verbes du 3° groupes (3 en IR, 3 en OIR, 2 en DRE, 2 en IRE, 2 en AIRE). 3. Berives entre parenthéses, aprés chaque verbe, son infinitif et le groupe auquel it appartient : Dans les prairies qui bordaient la Loire, les peupliers perdaient les belles feuilles jaune clair qui planaient un instant, puis tournoyaient et s’abattaient dans Vherbe, 04, sur le vert pale du regain, elles ressemblaient & des louis d’or. (A. Mavnors). — 0 — 2° SEMAINE GRAMMAIRE Le complément d’objet du verbe Travaux rustiques. Si une pluie froide retient le laboureur au logis, il peut préparer divers ouvrages qu'il faudrait hater aux beaux jours : il forge le tranchant émoussé du soc, marque ses troupeaux ou mesure ses grains. D’autres taillent des pieux aigus ou des fourches menagantes et préparent, pour attacher la vigne, Vosier flexible. Le moment est venu de tresser des corbeilles et de broyer le grain sous la meule. D’aprés Vincie, Les Géorgiques. AU TRAVAIL : — Si je dis simplement : une pluie froide retient, Vidée exprimée par le verbe retenir est-elle compléte? Qui, la pluie peut-elle retenir A la maison? Si je dis : une pluie roide retient le laboureur, le sens du verbe retenir est complété par l'expression : «le laboureur »; on dit que : le laboureur est le complément du verbe refenir. Mémes remarques avec préparer, forger, marquer, mesurer, tailler, tresser, broyer. 2. — Dans la phrase : le laboureur mesure ses grains, l'action faite par le labou- reur (mesurer) s’exerce sur les grains. Sur quoi s’exercent les actions de tailler, de préparer, de tresser, de broyer? On dit que ses grains est le complément d’objet’ du verbe mesurer, el, d'une facon générale, on appelle complement d’objet le mot ou le groupe de mots désignant. la personne, animal ou la chose sur lesquels s’exerce l’action faite par le sujet du verbe. Sur qui s’exerce I’action de retenir, faite par la pluie? 3. — Dans les phrases : il peut préparer divers ouvrages, il peut travailler & divers ouvrages, il peut s’occuper de divers ouvrages, quel est le complément d’objet des verbes préparer, travailler, s'occuper? Dans la 1 phrase, le complément d’objet est relié directement au verbe. On appelle complement d’objet direct du verbe préparer. On le trouve en posant la question qui ou quoi aprés le verbe. Dans les 2 autres phrases, le complément d’objet du verbe, est uni a ce verbe par les mots &, de, qu'on appelle prépositions. On dit que : divers ouvrages est le complément d’objet indirect du verbe. = Exercices 1. Donnes la fonction des groupes de mots en gras du texte : « Travaux rustiques ». 2. Complétes les verbes suivants par un complément d’ objet direct : Les feuilles jonchent .. — Le cantonnier balaie ... — La fillette gourmande déguste ... — L’échalas soutient ... — Le fermier gaule ... — On tire ... du tonneau. — Le vigneron taille... — Les vendangeurs remplissent ....— Maman péle ... — Le ulteur plante ... — La bourrasque déracine ... — Le vent fait grincer — La grive picore ... — Le semeur lance ... — Le jardinier cultive - 3. Complétes les verbes suivants par un compliment d’objet indirect : Le vent s'acharne —L’enfant s'applique 4 ... — L’automne contraste avec ... — Pierre se moque de... — Le fils resemble & ... — Grand-pére se souvient de ... — Les spectateurs assistent A... — Mes parents causent avec ... — Le cultivateur pense A... 4. Indiquez si les groupes de mots en italique sont compléments d'objet directs (c.0.d.) ou compléments d objet indirects (c.0.i.) : L’amiral commande la manquvre; homme veriueux commande a ses passions. — Je crois toujours mes parents. — La fléche manque le but. — Le déserteur manque a son devoir. — Ce peintre manque de talent. — Le bon éléve mérite une récompense. — Le Général Kléber a bien mérité de la Patrie. — Le touriste regarde un beau paysage. — L’avare regarde a la dépense. — Le laboureur tient les mancherons de la charrue. — Le bon chef tient & Vestime de ses subordonnés. 5. Méme eaercice avec les pronoms en italique : Vous lui parlez. — Je me tais. — Il me sourit. — Il pense A moi. — Elle s’évanouit. — Il fe demande un renseigne- ment. — Je Caiderai. — Je le récompenserai. — Nous les emménerons. — Ils nous raméneront. — Il se souvient de vous. — Méfiez-vous d'euz. Nora. — On trouvera page 238 un exercice concernant les verbes transitifs et intransitifs. Jouons avec les Mots MOTS CROISES ; Horizontalement : 1. Verbe du 1°* groupe & Vinfinitif signifiant demeurer. — 2. Pluie soudaine et violente. — 3, Contraire de commencement. — 42 3 4 5 6 4. Roi des Huns surnommé « le Fiéau de Dieu », — | 5. Anagramme de lire (les 4 lettres mélangées). — 6. Verbe du 1° groupe a linfinitif signifiant : marcher sans but précis. || Verticalement : 1. Coup de vent violent et de peu de durée. — 2. Verbe du ter groupe a l'infinitif signifiant parer. — 3. Verbe du 3¢ groupe a linfinitif signifiant percevoir une odeur. — 4. Les lettres Initiale et finale de tourbillonner. Partie commune a lire, sire, rire, mire. — 5. Anagramme de sale (les 4 lettres mélangées). — 6. Terminaison de I'infinitif de certains verbes du 3° groupe. 12 mois. oo Rw Ny 3° SEMAINE GRAMMAIRE Les compléments circonstanciels du verbe Le complément @ attribution du verbe AU TRAVAIL : 1, — Complément d’objet et complément circonstanciel du verbe : Le fermier laboure son champ. Le fermier laboure tout le jour. Les expressions en italique complétent toutes deux le verbe labourer d'une maniére directe, et pourtant, elles n’ont pas le méme sens : la 17 (son champ) désigne la chose sur laquelle passe l’action faite par le sujet : c'est un complément d’objet. Ia 2¢ (Jout le jour) indique & quel moment le fermier laboure : c'est un com- plément circonstanciel de temps. 2. — Les compléments circonstanciels du verbe (temps, maniére, lieu) : Tout le jour, sans reléche, le fermier travaille dans les champs. Le fermier travaille -» quand? —> tout le jour lout le jour est complément circonstanciel de temps du verbe /ravailler. Le fermier travaille > comment? —> sans.relache sans relache est complément circonstanciel de maniére du verbetravailler. Le fermier travaille > o&? —> dans les champs dans les champs est complément circonstanciel de lieu du verbe iravailler. Remarque : le complément circonstanciel est trés souvent un groupe de mots. 3. — Le complément d’attribution du verbe. Le fermier distribue du fourrage & ses bétes. Le complément : a ses béles, indique a qui profite l’action faite par le fermier. On Vappelle complement d’attribution du verbe disiribuer. Le complément @ attribution peut aussi indiquer & qui nuit l’action faite par le sujet. — Exemple : Le renard dérobe une poule : a qui? au fermier. tribution rouve en posant le qui, trib 4 qui Exercices 1. Ecrivez, entre parenthéses, aprés chaque verbe la question (quoi? oi? quand? com- ment?) d laquelle répondent les compléments en italique : (Ce matin-la), Venfant et le vieux labouraient (au fond de la Woévre). Coliche pesait (sur les manches de la charrue), tandis que le petiot courait (4 grandes enjambées), faisait claquer (son fouet), se penchait pour enlever (une pierre) (sur le passage du coutre). Le sillon s’allongeait; le soc coupait (la terre) et la rejetait (comme une étrave). E. Mossy, Fils de gueux. (Revue de Paris). 2, Copiex Vecercice suivant et indiquez, entre parenthéses, le sens (objet, lieu, maniére, temps) des compléments en italique : (Ce matin-ld), mon grand-pére consentit & me confier (un attelage). La charrue pénétra (dans le sol détrempé); j'eus (ce trés grand plaisir) de creuser (un sillon), (des sillons) (E, Gutrtaumin). — (Dans le haut du champ), un vieillard poussait (son areau de forme antique). — Le vieux laboureur travaillait (en silence) (sans efforts inutiles) (G. Sawn). — (Avec des cris joyeuz), ils entrent (dans la vigne). 3. Méme exercice que n° 2: En automne. — On commence A briler (Jes herbes) (dans les jardins), on gaule (les noiz), on dresse (des échelles) pour dénicher (les derniers fruits). Les raisins se pressent (en foule) (au long des treilles), les chataignes pointent (dans la bogue piquante), qui les défend. On arrache (les pommes de terre); des femmes courbées, attentives, font jaillir (dans une parcelle voisine) (les pesantes grappes souterraines). On voit luire (de temps & autre) (le fer des pioches). " Cuantxs Sunvestne, Pleine lere. 4. Complétes les phrases suivantes en ajoutant > Clon, fait), a) un complément @ objet direct (question : quoi?) et un complément @attribution (a qui? pour qui?) : La fermiére donne ... — Pierre offre ... — Le tonnelicr fabrique ... — Je reprends ... — Le maitre adresse . b) un complément circonstanciel de temps (question : quand?) : Les vendanges commencent ... — Les hirondelles reviendront ... — L’année scolaire se ter- mine le . L’automne commence le ... ¢) un complément circonstanciel de liew (question : 0?) : Les vendangeurs versent les grappes ... — Le soc de la charrue étincelle ... — Le fermier rentre ses chevaux ... — Les nuages s’amoncellent ... d) un complément circonstanciel de maniére (question : comment?) : Les vendan- geurs travaillent ... — Le cultivateur contemple sa récolte ... — Le charron répare l’essiew — Les éléves écoutent le maitre ... = si > 3° SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE LES TRAVAUX DE L'AUTOMNE ETUDIONS CES MOTS : 1.— Quelles ragles nous viennent A esprit? la treille; les comportes; le pressoir; le cidre; la charrue; la herse. 2. — Apprenons par cosur : les vendanges; un viticulteur; un vigneron; un échalas; le cep; une hotte; un fat; une barrique; un baril; le marc; le moat. Les mots de la famille de char (charrier, charrue, carrosse) prennent 2 r, sauf chariot. 3. — Verbes et mots de la méme famille : Labourer : labour, labourage, laboureur. Semer _ : semoir, semailles, semeur, semence, ensemencer, ensemencement. Dictée préparée Semailles en Beauce. [Jean, ce matin-la, un semoir de toile bleue noué sur le ventre, en tenait la poche ouverte de la main gauche, et, de la droite, tous les trois pas, il y prenait une poignée de blé que d’un geste, a la volée, il jetait. Ses gros souliers trouaient et emportaient la terre grasse, dans le balancement cadeneé de son corps). ...Seul, en avant, il marchait, 'air grandl; ef, derri¢re, pour enfouir le grain, une herse trainait lentement, attelée de deux chevaux qu'un chaffetier poussait d longs coups de fowet réguliers, claquant au-dessus de teurs oreilles. [Cours moyen 17° année.] E, Zoua, La Terre. (easquelle, édit.). Quelles régles vous rappellent les mots en italiqui Remplacez les points par ¢ ou cc : C'est en a. .élérant A tort que l'automobiliste fa provoqué un a...ident. — Les beaux meubles se font en a....ajou ou en palis- sandre. — En grimpant sur un a...acia Jean a fait un a...roc A sa culotte. — Richelieu fonda T'A...adémie Francaise. — Le commergant réserve un bon a... ueil A ses clients. — Louvrier a regu un a...ompte a valoir sur son salaire. — La foule a...lame l’a...robate. ee ees 3° SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Emploi de Pinfinitif I. Les vendangeurs ne cessent de chanter (Les vendangeurs ne cessent de rire). I On entend chanter es vendangeurs (On entend rire les vendangeurs). Les vendangeurs ont chanté. Exercices 1. Termine les verbes entre parenthéses par ¢ ou er : Le paysan se hate de (labour. . .) son champ, de I’ (ensemenc...), de le (hers...) avant les grands froids. — Le vigneron a (vers...) le raisin dans les cuves. — On a (ramass...) et (rentr...) les derniers fruits de la saison : noix, pommes, chataignes. — L’automne approche, les hirondelles se medrese & nous (quitt...). — La vendange donne a l'homme le courage d’ ( .) jusqu’au printemps (B. Vatorox). — Le feu a (bral...) dans la cheminée. 2. Méme exercice : Des les premiers jours d’automne, on voit les hirondelles s’ (align...) sur les fils télégraphiques et (prépar...) leur grand voyage. — Les gargons de ferme ont (ramen...) les charrettes en faisant (claq...) leur fouet. — Le vent violent fait (tomb. . .) les derniéres feuilles : elles vont (jonch. . .) le sol et (obstru...) les caniveaux, — Les chiens, redoublant d’ardeur, ont (arrét...) le cerf. 3. Méme exercice : Le paysan s'arréte, laisse (err...) un moment ses regards sur les sillons bien droits, et, satisfait, continue & (labour. ..). — On voit les feuill (plan. ..), (tourbillonn. ..), se (heurt...) puis se (pos...) doucement sur le sol. — Le laboureur a (ensemenc...) son champ; il va pouvoir (all...) se (repos. .). Le vent a (siffl...) sans (discontinu. ..). — Avant de (quitt...) le champ, les arracheurs de pommes de terre font (bral...) les fanes, — Les raisins vont s' (entass...) dans les hottes, avant d’ (all...) emplir les cuves. 4. Méme exercice : Pour ses labours, le fermier a (achet...) une paire de boeufs Le petiot, faisant (claq...) son fouet, se penchait pour (enlev...) une pierre, sur le passage du coutre. — Le vent n'a pas (cess...) de (souffl...) cette nu Fentendais (yrine. ..) la girouette. — Nous irons (ramass...) les feuilles mortes : elle: ‘um,..) le jardin, — Pierre aime micux (vendang...) que (moissonn, ..). 3° SEMAINE CONJUGAISON Le mode indicatif Le PRESENT de L’INDICATIF AVONS-NOUS BIEN RETENU? Citons 3 verbes du [°F groupe; 3 verbes du 2° groupe; 3 verbes du 3° groupe en ir, en oir, en re. AU TRAVAIL : 1, Le mode indicatif présente des actions certaines. Le mode indicatif comprend 8 temps : 5 temps passés : imparfait, passé simple, passé composé, plus-que-parfait, passé anté- rieur. | temps présent : présent. 2 temps futurs : futur simple, futur antérieur. 2. Le présent de lindicatif s’emploie : pour exprimer une action qui s'accomplit au moment oi ’on parle; pour exprimer des actions habituelles, des vérités générales. 3. Nous savons conjuguer le présent : des auxiliaires avoir et étre; des verbes du [er groupe; des verbes du 2° groupe; des verbes aller et venir. En ce moment, j’tudie : action certaine. Exprimons de méme une action passée et une action future au mode indicatif. Enumérons les cing temps que nous avons étudiés au cours élémen- taire. Qui peut les utiliser en de courles- phrases? Enumérons les actions que l'on accomplit en ce moment, dans la classe. Enumérons les travaux que l'on accomplit habituellement, en automne, en été... Récitons le présent des verbes avoir, élre, parler, grandir. Ecrivons sous la dictée : elle grandit, etc... Rappelons nos régles de conju- gaison n™ 13, 19, 23, 25: quand le sujet est je. elle, on, ou un nom singul Is, elles, ou un nom plurie! (Voir liste des régles, page 250). lu es, Pour bien écrire la terminaison d'un verbe, posons-nous ces questions : quel verbe? quel groupe? quel temps? quelle personne ? yh CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR Le mode indicatif présente I’action comme certaine. Le présent de lindicatif s'emploie pour exprimer des actions certaines qui s’accomplissent au moment ou Pon parle, ou qui sont habituelles. PRESENT DE L’INDICATIF ETRE GAI (£) AVOIR PARLER GRANDIR je suis gai (e) rai chaud je parle je grandis tu es gai (e) tu as chaud tuparles _tu grandis il est gai il a chaud il parle il grandit nous sommes gais (es) nous avons chaud nous parlons nous grandissons vous tes gais (es) vous avez chaud yous parlez vous grandissez ils sont gais ils ont chaud ils parlent __ils grandissent (Revoir les ragles 13, 19, 23, 25.) Exercices oraux 4. Donnons les terminaisons : tu es; elle pleure; les enfants récitent; tu chantes; nous finissons; je suis; vous étes; on palit. 2. Nous devons faire attention en écrivant les verbes manger, avancer. Pourquoi? Conjuguons-les au présent. Récitons les régles 1 et 5. 3. Donnons les terminaisons : je crie, je finis, on bondit, elle oublie, tu joues... Justifions. Exercices écrits 1. Conjuguez au présent de Vindicatif : avoir faim et manger. — Etre content et applaudir. — Jouer et crier. 2. Mattex les verbes au présent de Vindicatif : Je (remercier). — On (étre gai). — Le chitaignier (jaunir). — Tu (suer). — Mon frére (grossir). — Tu (brunir). — Je (choisir). — Tu (étudier), — Elle (guérir). — I (parier). — Je (saluer).— On (dénouer) une corde. — Les jours (diminuer). — Nous (palir). — Les dahlias (se flétrir). — Vous (maigrir). ~ . Eerivez la terminaison des verbes et indiquez entre parenthéses Vinfinitif, le groupe, le mode, le temps et la personne : Je secou... les branches basses des pommiers. Les fruits rouges tomb... et rebondi... dans l’herbe ou tu les ramass... pendant que mon frére et mon pére von... porter les sacs pleins sous le hangar. Maman tri... les plus beaux fruits pour le dessert. 4. Analysez les verbes du n° 2 : groupe, mode, temps, personne. — a 3° SEMAINE GRAMMAIRE La proposition Rentrons, La nuit descend. Les comportes sont pleines. Le soir, les lourds chariots descendent vers le pressoir. Les grives ont picoré les grappes dont elles sont si friandes. (A. TuEvnrer). AU TRAVAIL : Nous avons étudié depuis le début de l'année : le verbe, son sujet, lattribut du sujet, les compléments du verbe. Si l'on excepte l'attribut du sujet, tous les autres termes se rattachent au verbe. L’ensemble dos mots formés par le verbe et les termes qui s'y rattachent constitue une proposition. Le verbe est le centre, le noyau de la proposition. Disons, pour l'instant, qu’une proposition ne peut exister sans un verbe, et contentons-nous d’admetire que dans une phrase, il y a autant de propositions que de verbes conjugués. Ainsi dans la phrase : Les grives ont picoré les grappes dont elles sont si friandes, il y a 2 verbes conjugués done 2 propositions. La proposition la plus simple n’est formée que d’un seul mot : un verbe. Exemple : rentrons. La proposition peut comprendre également : a) un verbe et son sujet. Exemple : la nuil descend. b) un verbe, son sujet et lattribut du sujet. Exemple : les comportes sont pleines. c) un verbe, un sujet et divers compléments. Exemple : le soir, les lourds chariots descendent vers le pressoir. CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR On appelle proposition l'ensemble des mots formés par le verbe et les termes qui se groupent autour de lui pour dire ce que fait le sujet du verbe ou comment il est. La proposition peut comprendre : 4e Un seul verbe. Exemple : rentrons, 2° Un verbe et son sujet. Exemple : Ia nuit descend. 3° Un verbe, son sujet et I’attribut du sujet. Exemple : les comportes sont pleines. 40 Un verbe, son sujet et divers compléments. Exemple : le soir, les lourds chariots descendent vers le pressoir. Dans une phrase, il y a autant de propositions que de verbes conjugués. Pour trouver le nombre de propositions, il faut toujours commencer par chercher le nombre de verbes conjugués. pee Exercices 1. Copiez Pexercice suivant. Soulignez les verbes et indiquez entre parenthéses le nombre de propositions contenues dans chaque phrase : Lorsque les fruits des autres arbres s’étiolent au soleil, ou passent vite, les raisins écartent les feuilles, cherchent le rayon, se dilatent et resplendissent de joie (J. pz Prsqurpoux). Des escouades de femmes parcouraient les longues rangées de ceps, tranchaient le raisin dru et le jetaient dans les paniers (IF. Mrstrat). Les fouleurs gagnaient les comportes réparties dans les allées, y jetaient les fruits et retournaient vers les coupeurs. 2. Sur le modéle : le laboureur travaille, tout le jour, sans relache : sujet verbe attribut compléments Ie laboureur travaille tout le jour — sans relache. donnez, avec précision, la fonction des mots ou des groupes de mots entre parenthéses : (Cette année), (la récolte) sera (abondante), — (Les vendangeurs) travaillent (avec joie), (dans la vigne). — (Le vigneron) admire (les grappes pesantes), — (De la treille), montent (des chants joyeux). — (Les grives) aident (les ven- dangeurs). — (Le ciel) devient (sombre) : rentrons. — (Le soc de la charrue) s'enfonce (dans la glébe). « Copiex le texte suivant. — Séparez les propositions par un trait vertical. Indiquez les verbes (v), les sujets (s), les atiributs (a), les compléments d’objet (c.0.), les com- pléments circonstanciels (c.¢.) : Les gars & demi-nus versaient les paniers pleins dans les récipients des chars... — Les charretiers transportaient la vendange dans les celliers voutés. — Des bras robustes déchargeaient les cuveaux débordants de moat; dans le large fouloir, le fouleur de vendange piétinait, nu-jambes et nu-bras sur les tas de raisins. F, Mistnat, Mémoires et Récits. (Pion, édit.). Jouons avec les Mots MOTS CROISES : Horizontalement : 1. C’est la question qu'il faut 42 3 4 5 6 poser pour trouver le complément circonstanciel de temps. — 2. Verbe user, présent de l'indicatif, 17° per- sonne du singulier. — 3, Verbe aérer, présent de Vindicatif, 3° personne du pluriel. — 4. Etendue de terre entourée d'eau de tous cétés. — 5. Qui existe vraiment. — 6, Contraire d’ami. Verticalement : 1. Vient aprés trois. — 2. Verbe user, présent de lindicatif, 3° personne du singulier. Préposition. — 3. Mot signifiant : « qui est en Pair ». — 4. 3¢ personne du féminin singulier. — 5. Petite aes montagne de sable. — 6. Verbe avoir, présent de Vindicatif, 17 personne du singulier. ou Rw NH 4° SEMAINE GRAMMAIRE Les 3 sortes de propositions Le chasseur apergoit un liévre. UI épaule et il presse sur la détente. Son chien court apras la béte qui a été touchée. Dés que la nuit tombe, les lapins sortent de leur terrier. fee AU TRAVAIL : Soulignons les verbes de ces 4 phrases. 1, — Dans la 1° phrase, il n’y a qu’un seul verbe, donc une seule proposi- tion. Cette proposition est appelée indépendante parce qu’elle ne dépend d’aucune autre proposition. Consiruisons quelques propositions indépendantes. 2. — Dans la 2° phrase, il y a 2 verbes donc 2 propositions. Mais on peut supprimer le mot et, et le remplacer par un point-virgule; nous obtenons alors 2 propositions indépendantes ayant un sens complet. 3. — Dans la 3° phrase, il y a également 2 verbes donc 2 propositions. Lisons la L¥ proposition : Son chien court apres Ia béte... Quelle béte? Cette proposition a besoin d’étre complétée. Elle est complétée par la 2¢ proposition : qui a été touchée. Celte 2° proposition s'appelle proposition subordonnée parce qu’elle est sous les ordres de la 1*°, qui, pour cette raison, s'appelle proposition principale. Quel est le mot qui réunit ces 2 propositions? Encadrons-le; ce mot est appelé mot de liaison. On distingue généralement 2 sortes de mols de liaison : les pronoms relatifs et les conjonctions de subordination. Remarque : I! arrive parfois qu’une phrase ne commence pas par la propo- sition principale, mais par la proposition subordonnée. Exemple : Dés que la nuit tombe, les lapins sortent de leur terrier. aap 5 CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR — Il existe 3 sortes de propositions : 1° La proposition indépendante qui a un sens complet par elle-méme. Exemple : Le chasseur apercoit un liévre. 2° La proposition principale qui est toujours complétée par une autre proposition. Exemple : Son chien court apres la bate —> 3° La proposition subordonnée qui complete la proposition principale. Exemple : > qui a été touchée. La proposition subordonnée est reliée 4 la proposition principale par un mot de liaison. Les principaux mots de liaison sont : des pronoms relatifs : des conjonctions de subordination : qui, que, dont, ot, lequel. comme, si, que, quand, lorsque, dés que, parce que, pendant que. Exercices 1. Transformez chacune des phrases suivantes en 2 propositions indépendantes séparées par un point-virgule : Le chasseur rentre exténué, car il a arpenté les guérets toute la journée. — Sa carnassiére est pleine et il rentre satisfait. — Il a tué quatre perdrix mais il a manqué deux livres. — Son voisin est moins heureux car il rentre bredouille. — Le chien flaire une piste, puis il tombe en arrét. 2. A Vaide des mots placés entre parenthases, forme: des phrases composées d'une principale et d'une subordonnée. — Faites quelques modifications, s'il y a liew : (Qui) : La meute traque le cerf; il détale affolé. — (Pendant que) : Les chiens bientdt le cernent; les piqueurs sonnent du cor. — (Parce qu’) : Les chasses sont nombreuses dans cette région; elle est tres giboyeuse. — (Dont) : On y chasse en particulier le cerf et le chevreuil; leur chair est trés estimée. 3. Copiez les phrases suivantes. — Soulignez les verbes. — Encadrez [—] les mots de liaison et tirez un trait ondulé sous les propositions subordonnées Médor rapporte la perdrix que son maitre a tuée. — Le braconnier pose ses collets quand la nuit descend. — Dick aboie lorsqu’il apergoit un levraut. — Le chevreuil fuit devant la meute qui le poursuit. — Nous repartions, quand deux perdrix passérent brusquement au-dessus de nous. — Le chien tombe en arrét devant un terrier dans lequel se cache certainement un lapin inquiet. 4, Méme exercice que n° 3: Das que je fus tout seul, j’armai mon fusil; j’avancais sans aucune crainte, lorsqu’é vingt pas sortit une ombre (J.-E. Beneca). — Les chasseurs retirérent de leur carnier, des perdrix dont Peeil mi-clos gardait un reflet de vie. — Le garde-chasse surprend un braconnier qui tend un collet. — Lorsque Vhiver approche, des bandes de canards sauvages sillonnent le ciel. = 4° SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE LA CHASSE ETUDIONS CES MOTS : seryouy/" 1.— Quelles régles nous viennent a l’esprit? I le permis de chasse; la carnassiére (synonymes : carnier, gibeciére); le fusil; la perdrix; le sanglier; le chevreuil. 2. — Apprenons par cceur : un faisan; un braconnier; un rabatteur; la chasse 4 courre; la meute; le flair; le cerf; la venaison; rentrer exténué, bredouille. Cherchons dans le dictionnaire : un per- dreau; un lapereau; un levraut ; un faon; un endroit giboyeux. 3. — Verbes : rabattre le gibier, le traquer; viser; pulluler; se terrer (terre, terrier, etc.); se clapir (clapier); détaler. Dictée préparée Une partie de chasse. [On se levait & cing heures; a cing heures et demie on partait. Le rendez-vous était souvent 4 deux ow trois lieues; on les faisait a pied; on chassait jusqu’A la nuit, sans autre repos qu’une heure pour diner d’un morceau de pain ef d’un peu de beurre qu’on partageait avec son chien, et le soir, on revenait encore a pied]. Le régime était rude! Mais que de pices abattues! Les carnassiéres crevaient sous le fardeau. Par toutes les mailles, le poil et la plume faisalent saillie... trente perdrix n’étonnaient pas, un jour d’ouverture. René Bazin. Ma fanle Giron. [Cours moyen 1* année.] (Nelson, édit.). Quelles régles vous rappellent les mots en italique? Remplacez les points par p ou pp : Le chasseur a. .elle son chien; il a.. .ergoit un liévre. — L’animal a. . .rivoisé s'a...roche sans crainte. — S’ouvrir ’'a avec un a.. .éritif, c'est ouvrir une porte avec une fausse clé. — A. . .itoyons-nous sur le sort des malheureux. — De belles a. . .liques murales décorent I’a. . .artement. — Le café froid a. . aise la soif. — Les spectateurs a. . .laudissent bruyamment. — En quittant Pécole, il nous faudra a...rendre un métier. Beets 4° SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Distinguer le nom du verbe Ce liévre craintif. a un sommeil inquiet. Médor sommeille devant sa niche. Exercices 1, Complétez s'il y a liew et soulignez les noms que Von peut confondre avec un verbe : Dés son révei le chasseur part avec son chien. — Le chasseur se réveil. de bonne heure pour surprendre le gibier. — Le chat ne sommeil... que d’un ceil, son sommeil. .. est léger. — A la pointe du jour, le coq lance son appel...; il appel... tous les travailleurs, — Cet accident d’avion endeuil. bien des familles. — Pierre est en deuil de son pére. — Le commergant vend sa marchandise au détail...; il la détail. N Méme exercice : Jean calcul... rapidement; il est premier en calcul... — S'accueil... Pautomne avec joie. — J'ai rendu visite & mon camarade : il m’a fait bon accueil... — Les pompiers sont arrivés avec leur appareil... de sauve- tage. — Le paquebot ne tardera pas 4 quitter le port : il appareil--. déja. — Le soldat a répondu présent a Pappel... — Tu appel... ton camarade. 3. Méme exercice : Le chasseur n’oubli... pas son permis : cet oubli... pourrait lui valoir une contravention. — Le chien flair... et quéte dans la plaine; son flair... délicat le ménera vite au but. — Le chasseur maladroit soupir... de désappointement : il pousse un profond soupir. Médor et son maitre par- courent le labour... 4 la recherche du gibier. — L'attelage labour... dans le brouillard. — Le corbeau cri... dans la plaine glacée; son cri... est lugubre. 4, Méme exercice : Quel chasseur ne désir... rapporter sa gibeciére bien garnie? Crest son plus cher désin... — Aussi essaietil d'avoit un tit... tede suste il ne tir. .. qu’aprés avoir bien visé. — Quel ennui ... ! Il neige : Jean, ne pou- vant sortir, ennui... sa maman. —L’avion vient de prendre son vol. ..; il vol... encore & faible hauteur. — Maman me conseil... de bien travailler : je suivrai son conseil. .. Trouvez un verbe au présent de Vindicatif, ayant la méme prononciation que chacun des noms suivants et conjuguez-le aux 3 personnes du singulier et a la 3° personne du pluriel du présent de Vindicatif : travail, réveil, émail, appel, détail. 6. Conjuguez les verbes suivants aux 8 personnes du singulier du présent de Uindicatif, et écrivez entre parentheses le nom ayant la méme prononciation : a) trier b) éveiller ©) exiler d) reculer flairer clouer filer signaler désirer plier saluer ferrer GREMAUX - COURS MOYEN peru 4° SEMAINE CONJUGAISON Le PRESENT de L’?INDICATIF (verbes du 3°m° groupe) AVONS-NOUS BIEN RETENU? Donnons les terminaisons du verbe parler au présent de I'indicatif avec les sujets tu, vous, il, nous, elles, je. — Méme exercice avec le verbe grandir. — Quelles régles nous rappelle la conjugaison des verbes ranger et rincer? AU TRAVAIL : 1. Terminaisons des verbes du 3¢ groupe au présent de lindicatif : s-s-t ou ssed (sauf quelques exceptions). VOIR COURIR PRENDRE je vois je prends tu vois tu prends il voit il prend je cours tu cours il court 2. Verbes irréguliers : ALLER VENIR je vais je viens nous allons nous venons ils vont ils viennent Le radical des verbes irréguliers se modifie en cours de conjugaison. 3. Remarques : Certains verbes comme cueillir, offrir, ouvrir... se conjuguent au présent comme les verbes du 1°" groupe : Ex, : je cueille, tu cueilles, il cueille. Les terminaisons de pouvoir, valoir et vouloi Ex. Ragle C. — Les verbes du 3° groupe en tir (ortir) perdent le t de leur infinitif aux 2 premiéres personnes du singulier de l'indi- sont x, x,t! : je peux, tu peux, il peut. catif présent. Ex. : je sors, tu sors, il sort. Conjuguons de méme les verbes lire, eniendre Vérifions la justesse de nos ragies de conjugaison : quand le sujel est je..., tu..., elc. (régies n™ 13, 19, 23, 25). Conjuguons oralement les verbes dire (vous dites), faire (vous faites), boire, mourir, savoir, prendre... Les modifications’ sont faciles & saisir & loreille. Gonjuguons au présent les verbes offrir, ouvrir. Conjuguons au présent le verbe voutoir. Conjuguons au présent les verbes partir, mentir, sentir... Pour bien écrire la terminaison d'un verbe, réfléchissons toujours quel verbe? quel groupe? quel temps? quelle personne? Exercices oraux Donnons la terminaison des 3 personnes du singulier de l'indicatif présent des verbes : tonir; offrir; pouvoir; sentir; lire, Kcrivons sous la dictée il boit; tu viens; je pars; tu peux; elle va; les enfants viennent; on rit. Exercices écrits Conjuguez au présent de Uindicatif (2° personne du singulier et du pluriel) : savoir; dire; boire; tenir; faire; apercevoir. Conjugues au présent de Vindicatif : poursuivre le gibier; découvrir une piste; partir; valoir son voisin. Mettes les verbes au présent de Vindicatif : Vous (dive) vrai. — Tu (tuir) les men= teurs. — On (se découvrir) lorsqu’on (entrer) chez quelqu’un, — Je (dormir) bien. — Vous (faire) ce que vous (pouvoir). — Jean (se tenir) droit. — Traquer le cerf (plaire) & mon oncle. — La chouette et le hibou (voir) dans la nuit. — Les fautes que (commettre) ses enfants (décevoir) maman, — Tu (consentir) a travailler. — Ma sceur (lire) parfaitement. Ecrivez les terminaisons (indicatif présent) et indiquez entre parenthéses ; Ite, 20 ou 3° groupe : Je li... un conte. — Je li... un fagot. — Le chat se tapi... sous le buffet. — Tu. éeri... une lettre. — On cri... trop fort. — Je noire’... mes chaussures. — Tu envoi... une lettre. — Je voi... une perdrix, — I] condui. sa voiture habilement. — Ce que chant... mon frére et ma sour me plat... Analyses les verbes suivants (groupe, mode, temps, personne) : on entend; vous buvez; tu épies; elle court; je grossis; vous faites; ils apprennent. pee 4° SEMAINE GRAMMAIRE Le nom commun — Le nom propre Il ne reste plus dans le pays qu’un vieux coquin de li&vre. A Tarascon, ce livre est trés connu des chasseurs. On lui a donné un nom. Il s'appelle le Rapide. On sait qu'il a son gite dans la terre de Monsieur Bompart. Aupnonse Daupsr, Tarlarin de Tarascon. (Flammarion, édit.). AU TRAVAIL : 1. — Les mols : chasseurs, Bompart servent 4 nommer des personnes; les mots : lidure, le Rapide servent 4 nommer des animaux; les mots : pays, Tarascon servent A nommer des choses. Ces mots s’appellent des noms. 2. — Mais le mot chasseurs désigne toutes les personnes qui portent un fusil sur l’épaule et une gibeciére au cété. Il est commun A tous les chasseurs. On dit que c’est un nom commun. 3. — Monsieur Bompari ne désigne qu’une seule personne : le propriétaire de la terre. Bompart est un nom propre. Faisons des remarques semblables pour : livre et le Rapide, pour pays et Tarascon. Par quel genre de lettres commencent les mots Tarascon, Rapide, Bompart, Alphonse, Daudet? 4, — Remarquons que les noms communs peuvent toujours étre précédés des pelits mots : le, la, les, ’, un, une, des, au, aus, du, que Von appelle des articles. ‘Nommons 5 noms communs de personnes, d’animauz, de choses. — 5 noms propres de personnes, d'animauz, de pays. CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR —— 4. Le nom est un mot qui nomme les personnes, les animaux et les choses. Exemples : les chasseurs, le livre, le pays. 2. Le nom commun s'applique a toutes les personnes, & tous les animaux, A toutes les choses ayant un caractére commun. Exemiples : les chasseurs, le lidvre, le pays. 3, Le nom propre ne s’applique qu’d une seule personne, un seul animal, une seule chose. Exemples : Bompart, le Rapide, Tarascon. Les noms propres commencent toujours par une majuscule. 4, On peut toujours placer devant le nom commun un petit mot appelé article. Les articles sont : le, la, tes, , un, une, des, au, aux, du. Pree 7 ca Exercices Relevez sur le calendrier les fétes a souhaiter cette semaine. — Relevez les noms de dix communes avoisinant celle que vous habites. 2. Copies Vexercice suivant en soulignant d’un trait les noms communs et de deuz traits les noms propres : Le départ de Tartarin. — Das l’aube, tout Tarascon était sur pied, encombrant le chemin d’Avignon. Toute cette foule se pressait devant la porte de Tartarin qui s’en allait tuer des lions chez les Teurs. Tartarin de Tarascon, en effet, avait cru de son devoir, allant en Algérie, de prendre le costume algérien : large pantalon bouffant en toile blanche, petite veste collante 4 boutons de métal, deux pieds de ceinture rouge autour de l’estomae, le cou nu, le front rasé, sur sa téte une gigantesque chéchia. A. Daupgr, Tartarin de Tarascon. (Flam. édit.). 3. Un éléve étourdi a oublié de mettre des majuscules a certains mots. Copiez Vexercice suivant en corrigeant ses fautes : Une lueur éclata dans la nuit. karl venait de tirer. les deux chiens ’élancérent. Et pierrot et plongeon nous rapportérent des bétes sanglantes (sraveassant). — Le carnier de Maitre trotabas faisait l’admiration de la ville. fabriqué sur ses plans par chabaud, le bourrelier, il comportait d’innombrables poches (PAUL ARENE). 4, Relevezles noms communs del exercice nS etcopiez-lesenles faisant précéder d'un article 5. Soulignes les noms d'un trait et les verbes de 2 traits : Le chasseur rentre, le sourire aux lévres, car la journée a été bonne, — La maman, attendrie, regarde sourire l'enfant. — Le diner est servi. — Monsieur ne rentrera pas diner, — Le flair du ehien, lui permet de suivre le ligvre a la trace. — Le chien flaire une piste. La nuit tombe. — Le jour de la Toussaint, les familles se recueillent devant les tombes de leurs chers disparus. Nota. — On trouvera page 238 un exercice concernant les adjectifs, infinitifs, participes, employés comme noms. Jouons avec les Mots MOTS CROISEs : Horizontalement : 1. Verbe courir, présent de Vindicatif, 1° personne du singulier. — 2. Verbe rire, présent de l'indicatif, 1" personne du singulier. Métal 2 3 4 5 6 précieux. — 3. Verbe oser, présent de I'indicatif, 3 personne du singulier. Note de musique. — 4. Les pa initiales de Sud-Est. Verbe étre, présent de l'indicatif, 2° personne du singulier. — 5. Verbe savoir, présent de l'indicatif, 1" personne du singulier. — 6. Participe passé du verbe avoir. Verbe tuer, présent de I'indi- catif, 3° personne du singulier. Verticalement : 1. La partie du fusil que l'on place au défaut de I'épaule. — 2. La perdrix en est un. — 3. Verbe user, présent de I'indicatif, 3° personne du singulier. — 4. Verbe @tre, présent de Iindicatif, 3© personne du singulier. — 5. Verbe sortir, présent de l'indicatif, 17° ou 2» personne du singulier. — 6. Terminaison de I'infinitif de certains verbes du 3° groupe. Pronom personnel, 1" personne du singulier. oun wn 5° SEMAINE GRAMMAIRE Le genre des noms Une femme, le visage voilé, se recueille sur la tombe d’un étre cher. Elle dépose respectueuse- ment un bouquet de chrysanthémes. AU TRAVAIL : 1, — Les noms devant lesquels on peut mettre le ou un sont du genre masculin. Exemples: le visage, un bouquet. Citez quelques noms du genre masculin. 2. — Les noms devant lesquels on peul mettre la ou une sont du genre féminin. Exemples-: ia tombe, une femme. Gilez quelques noms du genre féminin. 3. — On hésite parfois sur le genre de certains noms. Exemple : un chrysanthéme. Certains noms masculins ont un homonyme fémi- nin : un erépe de deuil n’a aucun rapport avec une crépe, sorte de patisserie. 4. — Le tableau ci-aprés nous montre comment on forme généralement le féminin des noms. MASCULIN FEMININ TRANSFORMATION un ami une amie i) le fermier la fermiére er en ére Je lion la lionne n en nne le coiffeur la coifleuse eur en euse le peureux la peureuse eux en euse Taviateur Vaviatrice teur en trice = hg CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR ——— 1. Les noms devant lesquels on peut mettre Ie ou un sont du genre mas- culin, Exemples : le visage, un bouquet. 2. Les noms devant lesquels on peut mettre la ou une sont du genre féminin, Exemples : la tombe, une femme. 3. On forme généralement le féminin d’un nom en ajoutant un e au masculin. Exemple : un ami, une amie. Le tableau ci-contre, A savoir par cceur, indique comment certains noms particuliers font leur féminin. Remarque : les noms terminés par n doublent cette consonne au féminin sauf ceux qui sont terminés par in. Exemples : le lion — la lionne ; le voisin — la voisine. Exercices 1. Classez les noms suivants daprés leur genre + La Toussaint; une tombe; un deuil; un cercueil; la douleur; un linceul; un monu- ment; un cavean; le fossoyeur; une couronne; le décés; un cortége; le défunt; la défunte; une dalle; la destinée; la mort; une agonie; un chrysanthéme; lor- phelin; le conyoi; une génération; le repos; le souvenir. 2. Mettes les noms suivants au féminin = voisin; le cousin; Vorphelin; le grain; un Normand; un apprenti. fermier; le boucher; le boulanger; le mercier; le laitier; I’écolier; le patissier. e) le paon; le patron; le Breton; le chien; le Parisien; le Gascon; I'Ttalien. d) le blanchisseur; le masseur; le diseur; le voleur; le malheureux; le vendangeur. e) Pauditeur; le spectateur; Pinspecteur; le directeur; l'acteur; le rédacteur. /) En esse. — le traitre; le comte; le duc; le prince; Phote. wo Mettez Je ow la, un ou une @ la place des points : Les hommes portent ... erépe & leur revers de veston en signe de deuil. — Joce- lyne dévore ... crépe avec appétit. — Chaque matin, la maman allume ... poéle. — Aujourd’hui elle fait griller des martons dans’... poéle. — ... vase, garni de fleurs, embellit la salle A manger. — ... vase s’accumule au fond des marais. 4. Construisez une phrase avec chacun des mots suivants, de fagon & bien en faire res- sortir le sens : Le vapeur, la vapeur. — Le voile, la voile. — Le mousse, la mousse. — Le livre, la livre. — Le manche, la manche. — Le page, la page. — Le moule, la moule. 5. Mettes wn ou une devant les noms suivants : Abime. — air. — alcool. — anniversaire. — armistice. — artére. — avion. — éclair. — chrysanthéme. — épitaphe. — hépital. — horloge. — hétel. — impasse. di orage. — ouvrage. — pét as 5° SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE LA TOUSSAINT — NOS MORTS ETUDIONS CES MOTS : 1. — Quelles régles nous viennent a l’esprit? l’agonie; le trépas; le linceul; le cercueil; les pompes funébres; la pierre tombale; un deuil; la douleur; le regret. 2. — Apprenons par ceeur : le décés; l’inhumation; les obséques; des funérailles; une couronne mortuaire; une dalle funéraire; le sépulcre; défunt, défunte. 3. — Verbes et mots de la méme famille : décéder; inhumer. Mourir : mort, mortel, immortel, mortalité, mortuaire, mortellement. Enterrer : terre, terrain, terrasse, terrassier, terrassement, enterre- ment, déterrer. Dictée préparée Le jour des morts. [C'est aujourd*hui le deux novembre, le jour qu'on appelle a la campagne le Jour des morts. Quand je suis libre, je passe ce jour dans le recueillement 4 Saint-Point, le plus prés possible du petit cimetiére de village sur lequel s'ouvre une petite porte dérobée de mon jardin, Li, repose, dans la terre qu'elle aimait, le cereueil de ma mére], tout auprés du cercueil plus petit que le sien, qu'elle serible avoir entrainé avec elle, comme le lit qui s'écroule fait écrouler le berceau a e6t6 du lit. [Cours moyen 1*° année.] Lamarrine, Le manuscril de ma mere. Quelles régles vous rappellent les mots en italique? Rapprochez les 2 parties de chaque mot en intercalant une lorsque cela est nécessaire. — Exemple : un diriglable > un dirigeable. un diriglable la rouglole un inglénieur la bourglade un pig|on la veng|ance la mangloire Voranglade un bourg ois le maglistrat Vang|oisse un draglon la riglole la négliglenee le villag|ois les nag|oires agin 5° SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Le présent de Pindicatif (Verbes en DRE et en TRE) ENTENDRE PEINDRE ABSOUDRE PROMETTRE jentends je peins j'absous je promets tu entends tu peins tu absous tu promets il entend il peint il absout il promet. Exercices oraux 4. Donnons la terminaison des 3 personnes du singulier de Vindicatif présent des verbes : répondre; répandre; rejoindre; battre. 2. [pelons la terminaison de : Tu (descendre). — Il (éteindre). — Je (résoudre). — Je (coudre). (Ne confondons pas verbes en soudre et verbes en oudre). — Tu (battre le blé). — Je (paraitre). — Tl me (connaitre). Exercices écrits 1. Conjuguez au présent de Vindicatif : — résoudre un probléme abattre un arbre entendre. — coudre un bouton paraitre gai sortir, 2, Mettez les verbes entre parenthéses au présent de Vindicatif : Tu (prétendre) tout savoir. — Le chasseur (atteindre) un litvre. — Je (résoudre) facilement. ce pro- bléme. — Maman (recoudre) un bouton. — Je (tordre) un torchon. — Dés que (parattre) le jour, j’ (entendre) mon pére se lever. — Tu (abattre) un vieil arbre dont les branches, par grand vent, se (fracasser) sur la route. — Je (reconnaitre) que je (commettre) une faute lorsque je me (battre) avec un camarade. — Mon frére nous (rejoindre). 3. Méme exercice (1°, 2° et 3° groupes): Nous (peindre) avec goat. — Tu (éteindre) la lampe. — Vous (hair) le mensonge. — Je (promettre) d’étre sage. — Elle (moudre) le café. — Pierre et Jacques (jouer) pendant que (travailler) leurs seurs. —~ Tu (paraitre) heureux. — On (ralentir) le pas. — Je ne (mentir) jamais, je (dire) toujours la vérité. — Tu (apprendre) tes lecons micux que tes compa- gnons, trop distraits, ne les (apprendre). i 5° SEMAINE CONJUGAISON DIMPARFAIT de INDICATIF AVONS-NOUS BIEN RETENU? Quelles actions s’expriment au préseni de l’indicalif? Quelles sont, aux personnes du singulier de Vindicalif présent, les ter- minaisons des verbes élre, avoir, jouer, grossir, iressaillir, menlir, rire, com- prendre, pouvoir, peindre. Conjuguons avec lu et vous : AU TRAVAIL : dire et faire. Hier, il pleuvait; aujourd'hui, le soleil luit. 1. L’imparfait de lindicatif est un temps passé, 2. L'imparfait de Pindicatif s'emploie généralement pour exprimer : a) Une action passée qui s'est prolongée : Hier, il pleuvai b) Une action qui s'est passée en méme temps qu'une autre : Je travaillais quand tu jouais. ©) Des actions qui étaient habituelles : Autrefois, on voyageait surtout a pied et & cheval. 3. Nous savons conjuguer l’imparfait de Vindicatif des verbes : avoir et étre; des verbes du /€T groupe; des verbes du 2¢ groupe; des verbes aller et venir. Dans notre exemple, A quel temps est employé le verbe luire? Pour- quoi? Quand pleuvait-il? — Hier désigne un temps passé. Le verbe pleuvoir est employé a imparfait. Indiquons ce que nous faisions pendant la derniére récréation. Dans une phrase, indiquons deux actions qui se sont passées en méme temps. Parlons d’autrefois : les serfs, les seigneurs, les école: Retenons Jes Lerminaisons, les mémes pour les 3 groupes : ais, ais, ait, ions, iez, aient (au 2¢ groupe : issais, je grandissais Remarquons les ons des verbes irrégulie e, je buvais, prendre, je prenais, éleindre, j*élei- gnais. Rappelons nos régles de conjugaison n” 13, 19, 23, 25 : Quand le sujet est... — 4 — CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR LIMPARFAIT DE L'INDICATIF Limparfait de Vindicatif exprime soit une action passée qui s'est prolongée, soit une action qui s'est passée en méme temps qu’une autre, soit des actions qui étaient habituelles. ETRE AVOIR PARLER GRANDIR j'étais gai (e) jfavais chaud je palais _je grandissais tu étais gai (e) tuavais chaud tu parlais —_tu grandissais il était gai il avait chaud il parlait il grandissait nous étions gais (es) nous avions chaud nous parlions nous grandissions vous étiez gais (es) vous aviez chaud vous parliez vous grandissiez ils étaient gais ils avaient chaud ils parlaient __ ils grandissaient Exercices oraux . AVimparfait de lindicatif, épelons les terminaisons du verbe avoir avec les sujets : tu, nous, on, je, vous, elles, il, les enfants. . Mame exercice avec les verbes : étre sage, sauter, bondir, faire. . Que remarquons-nous & Pimparfait des verbes : songer, lancer? Pourquoi? Réci- tons les régles 1 et 5. . Trois phrases a Vimparfait : a) pendant les vacances; }) lorsque j’étais petit; c) lorsqu’il m’est arrivé une peine ou une joie. Exercices écrits . Conjuguez a Vimparfait de Vindicatif : Continuer sa tache et réussir. — Avoir froid et étre enrhumé. — Rincer et ranger les verres. - Conjuguex au présent et d Vimparfait de Vindicatif (2° personne du singulier et du pluriel) : dire; faire; éteindre; prendre un bain; coudre; savoir; mettre un tricot. . Metiez les verbes & Vimparfait de Vindicatif : Le vent (bruire) dans les arbres. — On (résoudre) un probleme. — Tu (manger) et (boire) sobrement. — Le cortége funébre (avancer) lentement. — Je (suivre) le convoi d’un parent décédé, — Elle (chérir) ses parents. — Vous (écrire) mal. — La lune (luire) et les étoiles (scintiller). — Quand nous (étre petit), nous n’ (écouter) pas toujours les conseils que nous (donner) nos parents. — Les écoliers (savoir) leur legon : ils (répondre) sans hésiter. . Analysez les verbes suivants (groupe, mode, temps, personne) : nous buvions; je tapissais ma chambre; le chat se tapissait sous un meuble; tu écrivais; nous ions; elles maigrissaient; on descendait. 5° SEMAINE Qu’avons-nous étudi cette semaine? Exercices oraux 1. Construisez une phrase avec chacun des mots suivants, de facon a bien en faire res- r le sens : Le garde, la garde. — Un aide, une aide. — Le tour, la tour. — Le poéle, la poéle. — Le vase, la vase. — Le poste, la poste. — Le trompette, la trompette. 2. Donnes le jéminin des noms suivants : Vhomme, Voncle, le neven, le mari, le pére, le frére, le parrain, le fils, le roi, le sanglier, le cheval, le pore, le coq, le bouc, le singe, le boeuf, le loup, le mouton. 3. Conjuguez aux 3 personnes du singulier du présent de Vindicatif : Entendre gémir le blessé et le plaindre. Résoudre le probléme et paraitre satisfait. Perdre un parent et se mettre en deuil. 4, Conjuguez les verbes du n° 3 aux 3 personnes du pluriel de Vimparjait. 5. Mettez le 2° paragraphe de la dictée ci-dessous : a) G la 1° personne du singulier, b) a la 2 personne du singulier. Analyse 6. Donnez le nombre et la nature des propositions contenues dans les phrases suivantes : La fillette embellissait et fleurissait la tombe de sa grand-mére. On consolait l’orphelin et on lui venait en aide. 7. Construisez 3 phrases sur le modéle des phrases du n° 6. (Emploi de et). sort Dictée de contréle Visite au cimetiére. [Ce jour-la elle partait de bonne heure, Prés du cimetiére, elle entrait chez une marchande de couronnes. La, elle se reposait quelques instants; puis, se chargeant de couronnes d’immortelles, elle passait la porte du cimetiére, prenait l'allée A gauche du cédre de I'entrée, et faisait lentement son pélerinage de tombe en tombel. Elle jetait les fleurs flétries, balayait les feuilles mortes, nouait les couronnes, s'asseyait sur son pliant, regardait, songeait, détachait du bout de son ombrelle, distraitement, une moisissure de mousse sur -une pierre plate. E. et J. pe Goncourt, Germinie (Fasquelle, édit.). Questions 1. Expliques : Des immortelles, un pélerinage, des fleurs flétries. 2. Relevez 5 noms féminins et 5 noms masculins. 3. Releves les verbes 4 Vimparfait et mettez-les a la personne correspondante du pluriel, comme s'il s’agissait de 2 seeurs. 4, Donnez la fonction des mots ou des groupes de mots suivants : Ce jour-la; elle (partait); chez une marchande de couronnes; son pélerinage; de tombe en tombe. 1. MOTS CROISES : 4 2 3.45 67 6 ©ovNour wn | a Horizontalement : 1. Nom féminin désignant une inscription sur une tombe. — 2. Verbe visiter, imparfait de |’indicatif, 2e personne du singulier. — 3. Initiales de Quest-Est. Les 3 consonnes de reste. — 4. Nom masculin désignant I’endroit ot l’on décharge les navires. Verbe @tre, présent de l'indicatif, 2° personne du singulier. — 5. Petites montagnes de sable. — 6. Verbe aérer, présent de l’indicatif, 3° personne du singulier. — 7. Contraire de espéré. — 8. Verbe oser, présent de I'indicatif, 2° per- sonne du singulier. Verticalement : 1. Verbe évoquer, imparfait de l'indicatif, 3¢ personne du singu- lier. — 2. Piéce de bois que I’on enfonce en terre. Préposition. — 3. Terminaison des verbes du 2° groupe a la 1" personne du singulier de V’indicatif présent. Dans rez-de- chaussée. — 4. Contraire de hardis. — 5. Lettres initiale et finale de attribut. Fleuve d'italie. — 6, Ma mére, ma grand-mére, ma tante, sont mes — 7. Verbe hisser, présent de I'indicatif, 1% personne du singulier. Terminaison de l'infinitif de certains verbes du 3¢ groupe. — 8. Verbe &tre, présent de l’indicatif, 3° personne du singulier, Verbe suer, présent de l'indicatif, 2° personne du singulier. 2, MOTS EN TRIANGLE : 1 aunrwns 2 3 4 5 6 AYWNS . Fleur d’automne. . Verbe a l'infinitif, signifiant posséder. . Outil du jardinier, . Verbe lier, présent de I'indicatif, 1" personne du singulier. . Terminaison de [infinitif des verbes du 2s groupe. . Premiare voyelle. a 6° SEMAINE GRAMMAIRE Le nombre dans les noms Une chambre & coucher. — Voici les deux alcéves ot, derriére les rideaux, les deux lits dorment tout le jour... A gauche, voici, cdte A céte, les deux armoires... Voici, tout prés des armoires, la table ronde. Les quatre coins d’un tapis tombent devant ses quatre pieds, qu’ils cachent : ainsi, c'est le tapis quia I'air de la soutenir. «A droite, voici la cheminée dont les jambages et la tablette sont en bois peint en noir. H. Bacueuin, Le Serviteur. AU TRAVAIL : (Flammarion, édit.). — Relevons, dans le texte, les noms qui ne ésignent qu'une seule chose (Ex. : la able). Ces’noms sont au singulier, Construisons des phrases contenant un nom singulier. 2. — Combien y a-t-il @aledves ? de rideaux? de lits? d’armoires? Ces noms sont au pluriel. Consiruisons des phrases contenant un nom pluriel. 3. — Etudions comment on forme le pluriel des noms : SINGULIER PLURIEL TRANSFORMATIONS Une armoire des armoires +s un tapis des tapis Sans changement le creux les creux Sans changement. le gaz les gaz Sans changement. le fourneau les fourneaux anes le feu les feux +x le genou les genoux + X (7noms seulement en OU). le clou les clous + (tous les autres noms en OU). le local les locaux al en aux (sans e ). a CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR 4. Un nom est au singulier quand il désigne une seule personne, un seul animal, une seule chose. Exemple : une table, un tapis, la cheminée. 2. Un nom est au pluriel quand il désigne plusieurs personnes, plusieurs animaux, plusieurs choses. Exemple : les rideaux, les lits. 3. On forme généralement le plu singulier. Exemples I des noms en ajoutant un s au une alcve —+ des alc6ves; I'armoire —> les armoires. 4, Les noms terminés au singulier par au et eu prennent un x au pluriel. Exemples : un rideau, des rideaux; le feu, les feux. 5. Les noms terminés au singulier par ou prennent un s au pluriel sauf les 7 noms : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou qui prennent un x (Ragle n° 24). 6. Les noms terminés au singulier par al forment généralement leur pluriel en aux (sans e) Exemple : le local, les locaux. Il en est de méme de quelques noms en ail : un travail, des travaux, un vitrail, des vitraux. Exercices Releves les noms de la dictée p. 48, et indiquez leur genre et leur nombre. Exemple : Intéricur : nom commun, masculin singulier. . Mettez les expressions suivantes au pluriel + la fagade de l'immeuble le tapis du couloir la glace de l'armoire la demeure du _vigneron le il de la maison le prix d'une table le toit du pavillon le logis de louvrier _le cadenas de la grille Mettez les mote suivants au pluriel : un clow un rideau le joujou le genou un écrou le pieu un verrou le lieu le seau le trou un chou le tuyau le tonneau le hibou un adieu Ie fourneau le feu le matou Vescabeau le nevew Méme exercice que n° 3 : le local le caporal te pal le journal le vitrail le travail le général un chandail un chacal le total le bocal un éventail Tanimal le poitrail le cristal le cheval le maréchal le canal un hépital — le végétal un gouvernail l’ami un rail un signal le portail Mettes les mots suivants au singulier : les chateaux les tuyaux les tribunaux les travaux les escabeaux’ les tableaux les canaux _—les cerceaux les métaux _des totaux les chevaux les morceaux les drapeaux les quintaux des flambeaux les gaz des progrés des perdrix les nez des brebis egg 6° SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE LA MAISON ETUDIONS CES MOTS : Quelles régles nous viennent a l’esprit? la demeure; le le foyer; la facade; le seuil; le toit; le confort. domicile; 2. — Apprenons par cceur : un appartement spacieux ou exigu (une pidce exigué); la salle & manger; le corridor; une paroi; |'ameuble- ment; les meubles; le mobilier; un immeuble; le rez-de-chaussée; l’archi- tecle; une masure; une bicoque; un taudis; un hangar. 3. — Verbes et mots de la méme famille : emménager; déménager. Habiter ; habitant, habitation, habitable, inhabitable. Loger —: logis, logement, logeur, déloger. Batir —_: batiment, batisse. Dictée préparée Intérieur de maison provinciale. [Le vestibule était assez vaste et la peinture jaune de ses murs imitait la pierre; les joints étaient figurés par des files marron. L’escalier y prenait naissance. Les marches carrelées étaient bordées de bois. La rampe de fer s’ornait, au départ, d'une grosse boule de cuivre. En face de l’esealier, 4 droite dans le vestibule, se trouvait la salle a manger] garnie d’un buffet bas, d’une grande table cirée, de chaises paillées. Aux angles, des armoiries bombaient leurs panneaux. Un poéle en faience y supportait une colonne. H. ve Réicnrer, Le divertissement provincial. (Albin Michel, édit.). Quelles régles vous rappellent les mots en italique? Complétez les mots suivants : le. .ibier la. la la .. -itane la ...irouette la. le la e le .. -ilet le la ...iroflée a. .ironde . -igantesque le <. Jigot Ie J. cirofle le .. .isement a 6° SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Pluriel des noms composés Un chou-fleur. : des choux-fleurs. Une plate-bande : des plates-bandes. Une pomme de terre : des pommes de terre. Exercices 1. Mettez au pluriel les noms composés suivants : une reine-marguerite un chéne-li¢ge une moissonneuse-licuse un martin-pécheur un bateau-mouche un chat-tigre un chien-loup une borne-fontaine un oiseau-mouche un chou-rave un sapeur-pompi un chou-fleur 2. Méme exercice : un grand-pére une petite-fille un cerf-volant une plate-bande une belle-sceur un rond-point un rouge-gorge un. coffre-fort une basse-cour une chauve-souris une longue-vue un grand-oncle 3. Méme exercice : >, Be ai teal un chef-d’ceuvre un trait-d’dnion un croc-en-jambe un are-en-ciel un pied-a-terre un hors-d’cuvre une pomme de terre une gueule-de-loup un rez-de-chaussée 4, Méme exercice : Yeau-de-vie un wagon-citerne un marteau-pilon le bouton d’or une caric-lettre un chemin de fer un passe-droit un pince-nez un passe-lacet la grand-tante un sourd-muet un beau-frére 5, Méme exercice : un garde-manger un tire-bouchon un tire-ligne un garde-barriére un casse-noix un court-cireuit un porte-clefs un. essuie-mains un wagon-poste un porte-bouquet un porte-cartes un porte-bonheur = 50 6° SEMAINE CONJUGAISON Remarques sur les verbes en GUER-QUER-IER-YER-ILLER-GNER AVONS-NOUS BIEN RETENU? Quelles actions s'expriment au présent de Vindicalif? A Vimparfait de Vindicalif? Quelles sont les terminaisons de l'imparfail? AU TRAVAIL : 1. Verbes en guer et en quer : naviguer expliquer Remarquons que V'on écrit : un je navigue j'explique navigateur, une explication, nous naviguons nous expliquons Les verbes en guer et en quer s’écrivent gu ou qu & tous les temps et 4 toutes les personnes. lene Pourquoi écrit-on : je lie dans le p-everbesren} ler. premier cas et : je lis dans le second? a) lier ire A quel groupe appartiennent les verbes : crier, oublier? Conjuguons- je lie je lis les au présent. , Pourquoi écrit-on : hier, nous nous {Ions nous. lisons pritana eves. @ 11 Quel est le radical b) Imparfait : du verbe crier? Quelles sont les ter- minaisons de limparfait avec nous Crier : hier, nous criions et vous? pA Saree es Conjuguons a Vimparfait le verbe : oublier. A la 17 et & la 2° personnes du pluriel de I'imparfait de l’indicatif, les verbes en ier prennent 2 i (nous criions, vous criiez). 3. Verbes en yer : nettoyer, essuyer, payer. a) je nettoie nous nettoyons Conjuguons de méme les verbes . essuyer el payer (les verbes en ayer tu nettoies yous nettoyez Hatten gation yc ve pevenausl® il nettoie ils nettoient pale) Pourquoi fe ril-on : ylons? Ci oe ete chons le radical de neitoyer, les ter- nettoyer : hier, nous nettoyions minaisons de l'imparjait. i 5 Conjuguons & Pimparfait le verbe hier, vous nettoyiez Suan A la 1 et a la 2¢ personnes du pluriel de l’imparfait de indicatif, les verbes en yer s‘écrivent yions, yiez. 4, Verbes en iller et en gner : travailler, soigner. aujourd’hui, nous travaillons hier, nous travaillions aujourd’hui, nous soignons hier, nous soignions Conjuguons ces 2 verbes & la 2° personne du pluriel du présent él de Vimparfait_ de Vindicatif. emar- quons la difficullé de distinguer & Foreille le présent de Vimparfait, quand le sujet ost nous ou vous. Aux deux premigres personnes du pluriel, ne confondons pas les verbes en ier, yer, iller, gner, au présent et & l’imparfait de l'indicatif. Conjuguons-les 4 la personne correspondante du singulier. Ee Cherchons toujours personne? quand il vint, nous travaillions (...je travaillais : imparfait) ; vous oubliez vite (tu oublies vite : présent). : quel verbe? quel groupe? quel temps? quelle Exercices oraux Epelons les terminaisons : je nettoie; nous mangeons; il crie; tu lis un livre; tu relies un livre; on s’ennuie; nous balayons; hier, nous travaillions; aujourd'hui, nous nettoyons; hier, vous balayiez et nous essuyions; ils essuyaient; aujourd'hui, nous gagnons; hier, nous gagnions. Exercices écrits’ 1. Ecrivez a la I*° personne du singulier et du pluriel, aw présent et a Pimparfait de Vindicatif : nager; pincer; embarquer; voguer; essuyer; ployer; égayer; étudier; travailler; soigner; croire; rire. 2, Méme exercice & la 2° personne du singulier et du pluriel. 3. Conjuguez au présent et a Vimparfait de Vindicatif : — oublier son cahier — payer sa part — gagner au jeu — verrouiller la porte 4. Mettez les verbes au présent de Vindicatif et, entre parenthéses, indiquez la personne correspondante du pluriel : Il pleut, je me (réfugier) sous une porte cochére. — Elle (remercier). — Le camion (ralentir). — Tu (nier) la vérité. — J’ (essuyer) les meubles. — Mon frére (étudier), (lire), s’ (instruire), et ne s’ (ennuyer) pas. — Tu (envoyer) une lettre, tu en (recevoir) une. — Je (plonger), je (nager) et j’ (avancer) vers le radeau. — Ma scur se (parer) et (partir). — Tu (éteindre) la lampe. — Je (craindre) d’étre en retard. — Je (travailler) vite, il (travailler) lentement. 5. Méme ezercice 4 V'imparfait de Uindicatif. a 6° SEMAINE Qu’avons-nous étudié cette semaine? Exercices oraux 1. Mettez les noms suivants au singulier et donnez un mot de la méme famille : Les matelas; les tas; les cadenas; les permis; les bois; les repos; les amas; les pays; les puits; les bras; des accés; des commis; des exis; des marquis; des débours. 2. Mettez les verbes suivants & Pimparfait de Vindicatif : nous (appuyer) vous (ennuyer) nous (travailler) vous (cogner) vous (balayer) vous (rayer) nous (étudier) vous (trier) nous (copier) vous (conseiller) nous (tailler) vous (soigner) nous (gagner) nous (rir vous (distraire) nous (voir) yous (enseigner) nous (désigner) vous (traire) nous (crier) 3. Mettez les noms suivants au pluriel : un chien-loup un chéne-liége un coffre-fort un garde-champétre une grand-mére un chef-d’ceuvre un porte-plume un porte-monnaie un gratte-papier un timbre-poste une morte-saison une chauve-souris un grand-due un garde-magasin a g gi Analyse 4. Donnez le nombre et la nature des propositions contenues dans les phrases suivantes = Le menuisier chevillait ou rabotait. La ménagére raccommodait ou repassai 5. Construisez 3 phrases sur le modéle de celles du n° £ (un sujet pour 2 verbes et emplot de V'imparfait). Dictée de contréle [Maman s’éveillait toujours la premiére, bien avant le jour en hiver. A travers les derniers nuages de sommeil, nous l’entendions errer doucement dans la maison. Elle traversait notre chambre et clle examinait nos vétements, notre linge. Elle en prenait souvent une piéce et s’en allait la ravauder dans la cuisine. Un peu plus tard, maman descendait dans la rue pour acheter du pain. Elle tirait la porte dou- cement], Nous savourions en hate les derniéres minutes de sommeil. A peine de retour, maman nous embrassait pour nous encourager au réveil. G. Duuamen, Le Jardin des béles sauvages. (Mercure de France, édit. Questions 1. Pourquoi la maman s'éveillait-elle la premiére? 2. Relevez 5 noms au singulier et 3 noms aw pluriel 3. Pourquoi tous les verbes sont-ils a Vimparfait de l'indicatif? Conjugues s’éveiller & ce temps. 4, Donnes la fonction des groupes de mots : Maman; notre chambre; dans la cuisine; en hate. 6° SEMAINE 1. MOTS CROISES : 12 Sa Ome Now pan = Horizontalement : 1. Verbe scier, imparfait de l'indicatif, 1" personne du pluriel, — 2. Exclax mation. Les consonnes de sec. — 3. Revétement de bois, de marbre, etc., sur les murs d’un appar- tement. — 4, Pronom personnel, 3¢ personne du masculin singulier, Ce que doit étre un appartement. — 5. Verbe vatir, présent de I’indicatif, 3° personne du singulier. Abréviation de en ville. — 6, L’une des quatre saisons. Animal capable de porter de lourdes charges. — 7. Verbe rayer, présent de Vindicatif, 3° personne du singulier. Verticalement : 1, Grosses piéces de bois qui soutiennent le plancher d'une maison. — 2. Mai- son suisse. — 3. Mot signifiant trois fois, ou pour la troisiéme fois. — 4. Habitation russe, — 5. Cou- leur tirant sur le jaune. Verbe avoir, indicatif présent, 1" personne du singulier. — 6. Nom propre féminin. — 7. Liquide qui circule dans la plante et la nourrit, 2. Changez la premiére lelire des mots de la premiére colonne el vous trouverez le nom des habitations indiquées dans la deuxiéme colonne : taverne | habitation des hommes préhistoriques. butte habitation des Gaulois. base habitation de certaines peuplades négres. Calais habitation d’un prince. toge habitation d'une concierge. fente habitation des campeurs. 3. Beaucoup de gens onl Iravaillé @ la construction de ma maison; elle est maintenant lerminée, mais il resle sur le chanlier quelques inslrumenls de travail que j’aimerais rendre leurs propriétaires. A qui appartiennent ces objets? Un compas, une pelle, un fil & plomb, une scie, des tuiles, un rabot, un pinceau, un diamant 7° SEMAINE GRAMMAIRE Une veuve. Ma mare avait bien du mal a nous nourrir, bien qu’elle fit autant d’ouvrage qu'un homme avec la pioche, avec la serpe ou avec le rAteau. Ca me faisait du chagrin de voir cette pauyre femme couper des fagots, les porter sur son dos a la maison, sarcler Pavoine, faucher le pré, lier les gerbes, les battre avec le fléau devant la cour. Lamarrine, Le lailleur de pierre de Saint-Point. AU TRAVAIL : (Hachette, édit.). 1. — De quel genre sont les noms homme? rdteau? pioche? serpe? De quel nombre sont les noms homme? pioche? fagols? gerbes? Nous connaissons le genre et le nombre de ces noms grace aux mots : un, le, la, des, les, qui sont placés devant les noms et qu'on appelle des articles. 2. — Quand on dit : la maison, il s’agit de la maison de ma mére et non d'une autre; elle esl bien délinie; la est un article défini. Les articles définis sont : le, la, les, ’, au, aux, du, des. Cherchons dans le texte un nom précédé de 1’. Peut-on dite la’ avoine? Pour éviler la rencontre des 2 a, désagréable a loreille, on élide la 2° lettre de la. Employons ces articles définis dans de courles phrases. 3. — Au lieu de dire : @ la maison, on pourrait dire au logis qui remplace : & le logis; on contracte @ le en au. De méme aux remplace a les; du remplace de le; des remplace de les. 4, — Quand on dit un homme, on ne précise pas de quel homme il est question Un est un article indéfini. Les articles indéfinis sont : un, une, des. Employons ces articles dans de courtes phrases. Exercices 1. Copies le texte suivant. — Soulignez d'un trait les articles définis, de 2 traits les articles indéfinis et mettez entre parenthéses les noms qu’ils accompagnent : Les vieux. Dans le calme et le demi-jour d’une petite chambre, un bon vieux & pom- mettes roses, ridé jusqu’au bout des doigts, dormait au fond d'un fauteuil, la bouche ouverte, les mains sur ses genoux. A ses pieds, une fillette, habillée de bleu... lisait la Vie de saint Irénée dans un livre plus gros qu'elle... Cette lecture miraculeuse avait opéré sur toute la maison : le bon vieux dormait dans son fauteuil, les mouches au plafond, les canaris dans leur cage, li-bas sur la fenétre. A. Dauper, Contes choisis. (Flammarion, édit.). 2. Analysez les articles des phrases suivantes : Sur un canapé de paille tressée, est assise dans langle que forment la cheminée et le mur de laledve, une femme qui parait encore jeune (Lawanrine). — Ma mére était une paysanne, qui portait au menton, la trace d’une bréche faite par un fourchet (E. Lavisse 3. Metes les expressions suivantes au pluriel et soulignes les articles = un vieillard Tami une bru une fille un nourrisson le neveu Pépoux Poncle Vorphelin la sur la niéce le fils Pheéritier Vaieul un berceau 4. Remplacez les points par un article convenablement choisi + Jacques a déchiré ... page de son livre. — Le cortége royal s'avance précédé d’... page. — ... mousse hisse ... voile du bateau. — Deux enfants tiennent -+ voile de la mariée. — Le bon savon donne ... mousse abondante, — Le grand-pére remet ... manche & sa pelle. — La mére de famille raccommode ... manche déchirée du veston, — Blériot traversa ... Manche en 1909. — On trouve le prix de vente en faisant ... somme du prix de revient et du bénélice. — Grand- mére fait... léger somme, Heleves les articles de la dictée, p. 56, a partir de « Venfant », Indiquez la nature de ces articles et notez les noms qwils accompagnent. ea 7° SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE LA FAMILLE ETUDIONS CES MOTS : 1. — Quelles régles nous viennent a l’esprit? une niéce; un cousin affectueux; I’époux; la bru; un nourrisson; la parenté; la généalogie. 2. — Apprenons par coeur : l’aieul (les aieuls, les aieux); le grand- pére, la grand-mére; un vieillard; les ascendants; les descendants; le fils ainé; les nouveau-nés; les joies familiales; le dévouement maternel; Vindulgence maternelle; un orphelin (l’orphelinat). 3. — Verbes et mots de la méme famille : se dévouer, caresser, consoler. Aimer : amour, amoureux, amoureusement, aimable, aimablement, amabilité. Hériter : héritier, héritage, déshériter. Dictée préparée Ma mére. [Sur un canapé de paille tressée est assise une femme qui parait encore jeune, bien qu'elle touche déja 4 trente-cing ans. Cette jeune femme tient une petite fille endormie, la téte sur une de ses épaules. L’enfant roule encore dans ses doigts une des longues tresses noires des cheveux de sa mére, avec lesquelles elle jouait tout & Vheure avant de s’endormir]. Une autre petite fille plus Agée est assise sur un tabouret au pied du canapé; elle repose sa téte blonde sur les genoue de sa mére : cette jeune femme, c'est ma mére; ces deux enfants sont mes deux plus grandes seurs. Lamartine, Les Confidences. Quelles régles vous rappellent les mots en italique? Remplacez les points par g ou gu : Le soldat monte la ...arde devant la .. .érite. — Le rectangle a deux dimensions ; la largeur et la Jon. . .eur. — Tout ce que Pon gagne constitue un ...ain, — Les ba.. .ages sont, entassés dans le four...on. — Le chanteur s’accom- pagneala .. .itare. ~ Christophe Colomb fut un hardi navi...ateur. — Les pécheurs navi...ent de longs jours avant Warriver au lieu de péche. a 5 == 7° SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE La-la-Pa-Pas Crest 1a que j’habite (c'est en ce lieu que j'habite). Marie a désobéi, sa maman I’a punie. Marie avait désobéi, sa maman avait punie. Cette faute Ia rend malheureuse. Exercices 1, Remplacez les points par la, V'a, V'as, la : Ce bois-... est le lieu de promenade préféré de la petite Laure. — Jeanne a bien travaillé, sa maman ... récom- pensée. — Tout ...-bas au bout du village, se trouve ... maison de grand-mére. — Bébé est tombé, sa grande sceur ... consolé, — ... maman répare le désordre enfants ont fait ch et ... — Ce gargon-... témoigne de ... reconnais- s parents. — ... fillette est tombée, elle a sali sa robe et... déchirée. 2. Méme exercice : Quelle bonne maman j'ai ... — Tu iras ...-bas dans ... vallée, rendre visite a ta tante. — ... est |.. limite du jardin de mes parents, — A toutes mes autres cousines, je préfére cette cousine ... — ... maman est morte : cette fillette-..., qui est Painée des trois enfants, ... remplace. — C'est dans cette piéce-..., que ... famille passe ... soirée. — Ton frére était dans ... peine, tu... aidé. — ... marraine de Jean ... emmené au cirque. 3. Méme exereice : Cet oncle-..., ...-tu connu? — ...-bas, dans ce pré, ... petite Mari a sur surveillent.... chévre. — J’aime rester ..., tranquille, au coin du feu, — ... fille ainée aide... maman dans les travaux ménagers. — Ces deux garcons-... sont des fréres jumeaux. -dessus, bébé embrassa ses parents et courut vers ... chambre. — Quand ... fillette est triste, ... maman est toujours préte A... consoler. — Cette maison-... me plait; je ... louerai volonticrs, 4, Méme exercice : Cette dame, que vous voyez ... est... mére de ces quatre enfants. — Cet intérieur-. . ., si paisible, me fait envie, — Ce giteau-... fut savou- reux : ... maman lavait réussi, toute ... famille ... apprécié. — Ton aicule — C'est ... ma maison natale. Trons-nous ?— Ga et ... quelques gravures embellissent .. est venue te voir, tu de ce c6té-ci ou de ce cot salle & manger. gate 5. Construises 5 phrases renfermant chacune un ou plusicurs des mots suivants : la, , Pas, la. 7° SEMAINE CONJUGAISON Le PASSE SIMPLE 49 Verbes du ter et du 2° groupes. AVONS-NOUS BIEN RETENU? 1. — Quelles actions s’expriment 4 l’imparfait de [indicatif? 2. — Donnons, au présent et A Vimparfail (L* personne du singulier et du pluriel), les terminaisons des verbes : nettoyer, crier, soigner, lancer, plonger, essuyer. AU TRAVAIL : Pendant que nous lisions, 1. Le passé simple exprime une action nettement passée qui s'est accomplie & un moment précis. 2. Conjuguons au passé simple : a) Le verbe parler (1°* groupe). Seuls les verbes du 12 groupe ont au passé simple les terminaisons : ai, as, a, ames, tes, érent. b) Le verbe grandir (2° groupe). Le passé simple des verbes du 2* groupe commence comme le présent de lindicatif: je grandis, tu grandis, il grandit. M. le Directeur entra. Dans notre exemple, a quel temps est employe le verbe lire? Pourquoi? Voyons bien la différence qu'il y a_entre l'action de lire et action Wentrer : deux sont passées, mais “| lire ful Wune certaine durée, imprécise (imparfait) , Landis que Paction Wentrer fut de courte durée et s'est accomplie A un moment is (passé simple). Employons le pa des phrases comm dant que..., aussilol que simple dans L par: pen- Ne confondons pas Vinparfail : je parlais el le passé simple : je parl Pour éviter les fautes cons je par nous. EX. : lombais; celle fois, je me blessai (parfois, nous lombions; cette fois, nous nous blessémes) Conjuguons les verbes : avancer, nager, au pussé simple. (Régles 1 et 5). Gonjuguons au passé simple les verbes grossir, obéir. yon 7° SEMAINE CONJUGAISON Exercices oraux . Récitons de mémoire les temps étudiés en épelant les terminaisons. . Méme exercice, le maitre indiquant verbe et personne. mes, tu avangas (récitons les régles). . Epelons les terminaisons des verbes : Pendant que mon pére m’appelait, je chantais (nous...) & tue-téte. — Dés que je l'entendis, je m’approchat (nous...) 5. Que fites-vous hier? Exprimez-vous au passé simple. 1 2. 3, Bpelons les verbes : nous mang 4 Exercices écrits 1. Conjuguez au passé simple : — embrasser ses parents — expliquer une lecon. — lacer ses chaussures — bitir une caban — changer de linge — sauter et bondir. 2. Ferives aw passé simple les verbes entre parenthéses :- Maman (préparer) les repas. — J’ wyer) la vaisselle. — Nous (remplir) les brocs d’eau.— Tu (froncer) les sourcils. — On (ranger) son cartable. ese (palir). — Nous (rincer) les verres.. — Elles (obéir) et (manger) en silence. — Vous (passer) vite. — Il (brunir). — Je (guérir) rapidement. — Quand (rentrer) mes parents, je les (embrasser). 3. Mettez les pronoms personnels convenables : . secoudmes. — ... rangeai.— ... surgirent. — ++. vieillit. — ... passa. — ... accueillites. — ... effacdtes. — ... avancérent. — ... affection- nas. — ... choisimes. 4. Analysez les verbes suivants (groupe, mode, temps, personne) : Un pneu éclata, je sursautai; tu réussis car tu Vappliquas; nous bondimes; elles pa criates; on le soigna et il guérit. yi A ee 7° SEMAINE Qu’avons-nous étudié cette semaine? Exercices oraux 4. Analyses les articles : La maman aime ses enfants et les gate, — La grand-mére raconte a ses petits-enfants une histoire qui les intéresse. — La famille se com- pose du pére, de la mere, des fréres et des seeurs. — Je vais au bois cucillir du muguet. 2. Remplacez les points par la, li ou V’a : Cette enfant-... donne satisfaction & ses parents, aussi... gatent-ils. — ... petite fille et son grand-pére font une prome- nade dans ... forét. — Cette famille-... est heureuse; ... tendresse plus profonde unit ses membres. — C'est ..., au coin du feu, que ... grand-mére se tient toujours. — Ton frére s’est faché : tu ... trop ennuyé. — petite fille avait appris un compliment pour sa maman : elle ... bien r 3. Conjuguez au passé simple : a la °° personne du singulier et du pluriel : Pétrir la pate et l'enfourner. — Aimer ses parents et leur obéir. a la 2° personne du singulier et du pluriel : Tomber et palir de douleur. — Creuser les fondations et batir la maison. G la 3® personne du singulier et du pluriel : Blanchir le linge et le repasser, — Finir son travail et jouer. Analyse 4. Donnes le nombre et la nature des propositions contenues dans les phrases suivantes Les parents élévent, protégent, soignent et surveillent les enfants. Les enfants chérissent leurs parents, les respectent et leur obéissent. 5. Construisez 3 phrases sur le modéle de celles du n° 4 (un sujet pour plusieurs verbes). Dictée de contréle Mon grand-pére. [Mon grand-pére était un grand Vieillard, légérement voaté, mais solide et ner veux. Ses cheveux blonds, qui ne se sont jamais décidés & blanchir, tombaient en boucles sur le cou et encadraient un visage trés fier, aux yeux bleus, aux dents puis- santes, au menton carré. Son col, rabattu et ouvert en toute saison, sans cravate, montrait les veines, les muscles et les tendons d’un cou noueux]; on devinait, & cet échantillon, un corps parfaitement sec et sain, allégé de tout embonpoint par le perpétuel mouvement du travail. E. Asout, Le Roman d'un brave homme. (Hachette, édit.). Questions Que signifie : Allégé de tout embonpoint? Relovez les articles et indiquez entre parenthéses les noms qu'ils accompagnent. Conjuguez au passé simple les verbes : deviner et blanchir. rere Donnez la fonction des groupes de mots suivants : un grand vieillard; en boucles; un visage tres fier; son col. 1. MOTS CROISES : Horizontalement : 1. Masculin de Madame. — 2. Nos deux grands-péres. — 12 3 4 5 6 7 8 _ 3. Verbe raver, passé simple, 2° personne du singulier. Terminaison des verbes du 2¢ groupe ala 1% personne du singulier du passé simple. | — 5. Verbe amuser, passé simple, 2° personne du pluriel. — 6. Deux voyelles de filial. Verbe obéir, passé simple, 3° personne du singulier. — 7. Féminin de neveu. Premiére syllabe de maman. — 8. Préposition. Verbe lier, passé simple, 1° personne du singulier. Verticalement : 1. Féminin de parrain. |_| — 2. Animal de la basse-cour, femelle du jars. mel Le travail manuel est le travail qui se fait avec la... — 3. Masculin de ni&ce. — 4. Verbe suer, passé simple, 3¢ personne du singulier. Partie de la charrue. — 5. Pronom personnel du masculin pluriel. Prénom masculin. — 6. Marque générale du féminin pluriel. Verbe 6ter, indi- catif présent, 3° personne du singulier. — 7. Le mot amie, & I'envers. — 8. Verbe résister, passé simple, 1% personne du singulier. OVNow Awd = 2. HOMONYMES : Je suis le premier citoyen d'une commune. Qui suis-je? Je suis la fée du foyer. Les navires me parcourent en tous sens. Qui suis-je? 3. PROBLEME : Monsieur Durand est le pére de Pierre, de Simone, de Jeanne, de Guy, de Claire et de Roger. Combien a-t-il de fils, de filles ? Combien Guy a-t-il de sceurs ? de fréres 7 Leur cousin Charles a 3 fréres et 2 sceurs. Combien sont-ils d'enfants ? ee Gor Ladjectif qualificatuf 8° SEMAINE GRAMMAIRE Veillée au foyer. Nous sommes a, ce soir, paisibles sous la lampe. Mon pére lit, sa main pale contre sa tempe; Mon frére est accoudé, les yeux ailleurs, auprés De ma mére qui brode avec des doigts distraits Ou luit le reflet lent du foyer sur ses bagues; Parfois le chien, perdu dans ses beaux songes vagues, Etire de paresse et d’aise son flanc creux; Et je réve, parmi le grand silence, heureux. Gneom, Les clarlés humaines. AU TRAVAIL : (Flammarion, édit.). 1. — Quelles sont les personnes qui participent a cette veillée? N’y a-t-il pas un autre étre vivant qui y participe? Comment sont-ils, fous, sous la lampe? Gom- ment est la main du péré de auteur? Comment sont les doigts de sa mére? Le reflet du foyer? Les songes du chien? Les mols : paisibles, pale, distraits, lent, beaux, vagues, qui disent comment sont les étres el les choses, s'appellent des adjectifs qualificatifs. Le mot adjectif signifie : « placé a cété de ». 2. — Les adjectifs qualificatifs : pdle, distraits, lent, beaux, vagues, sont joints directement aux noms qu’ils qualifient; on dit qu’ils sont épithétes du nom. L'adjectif qualifieatit paisidles est. joint au pronom-sujet nous qu'il qualifie, par un verbe : le verbe étre; on dit qu’il est attribut du sujet nous. Cherchons, dans le texte, un autre adjectif qualificalif attribut du sujet. 3. — Remarquons que les adjectifs qualificatifs sont du’méme genre et du méme nombre que les noms ou pronoms qu’ils qualifient : paisibles nous (masc. plur.); pale > main (fém. sing. 4. — Les participes passés employés seuls : perdu, distraits, peuvent étre consi- dérés comme de véritables adjectifs. Exercices Ajoutes un adjectif qualificatif @ chacun des noms suivants : la veillée un fauteuil une histoire Ia fée la flamme la nuit la clarté la lampe — un conte. —un travail un feu —_ Ie cidre la cheminée les visiteurs les jeux Pobscurité le vent la bache Dans chacune des expressions suivantes, remplacez les adjectifs qualificatifs par leurs contraires : Un homme grand. — Un homme brave. — Un récit ennuyeux. — Une soirée bruyante. — Une pitce surchauflée. — Une lumiére éblouissante. — De grandes flammes. — Un chasseur adroit. — Du bois sec. — Une famille unie. — Une maison riante. Copiez Vexercice suivant en soulignant les adjectifs qualificatifs d'une fléche dirigée vers les noms quils qualifient : Pour faire un feu de bois. — Elle prit les pincettes et refit un nouvel écha- faudage avec les éléments dispersés du feu. C’est un grand art que de savoir équilibrer des baches presque éteintes, de placer oi il faut un beau tison qui sera la racine d'une nouvelle flamme, de dégager les cendres a endroit voulu, de ti parti des moindres brindilles pour réveiller le petit incendie. L, DELARvE-Marprvus, Graine au vent. (Ferenczi, édit.). Copiez Vexercice suivant en soulignant d'un trait les adjectifs épithetes et de deux traits les adjectifs attributs : Les lueurs coloraient inégalement les tétes; ici brillaient le front brun et les yeux clairs d’une petite paysanne curicuse; la, des bandes lumineuses découpaient le rude front des vieux hommes et dessinaient fantastiquement leurs vétements usés ou colorés (H. pe Barzac). — La maison du pécheur est devenue si calme aprés son départ, qu’elle parait inhabitée. Cependant, derriére les petites vitres, une femme semble anxieuse. La muit sera-t-elle belle? Le ciel demeurera-t-il pur? Analyse: les mots en italique des phrases suivantes : Nos soirées étaient calmes et silencicuses, troublées seulement par le tic-tac régulier de la vieille horloge et par la voix chevrotante de grand-mére qui nous contait de merveilleuses histoires animées de personnages fabuleux. Nous n’avions jamais sommeil et nous restions attentijs et charmés jusqu’au moment oi: notre mére donnait le signal du coucher. Ces soirées paisibles nous semblaient toujours trop courtes. Aprés notre départ, notre pére demeurait seul terminer quelque travail inachevé. == (Gh 8° SEMAINE ORTHOGRAPHE D’USAGE LA VEILLEE CONTES ET LEGENDES ETUDIONS CES MOTS : 1, — Quelles régles nous viennent a l’esprit? la veillée; le cercle de famille; un fauteuil; une flambée; une légende; la fée; le magicien. 2. — Apprenons par coour : une douce quiétude; une soirée silen- cieuse; un conte merveilleux, passionnant, captivant, fantastique; un héres légendaire, fabuleux; une énigme; la somnolence. 3. — Verbes et mots de la méme famille : Narrer : narration, narrateur. Conter : conte, conteur, raconter (homonymes de conte : comte, compte). Dictée préparée Une soirée en famille. [...Mon pére tirait les verrous et tournait la clé laissée dans la serrure. Nous allions d la cuisine; nous nous mettions quatre a table, mes parents, ma scour et moi. Ma seeur, de trois ans plus jeune que moi, était une mignonne petite fille, tres douce, tris fine, et qui ressemblait & mon pore. On parlait de choses de la journée; je bavar- dais beaucoup]. Le souper fini, ma mére, qui était debout depuis cing heures du matin, en toute saison, trés lasse et baillant, nous /aissait jouer, ma sceur et moi, 4 qui se déshabillerait le plus vite. E. LavissE, Souvenirs. (Calmann-Lévy, édit.). Quelles régles vous rappellent les mots en italique? Remplacez les points par m oun: De nos jours, la la, . .pe & pétrole et la cha... .- delle ont été re...placées par I’a...poule électrique. — Quelques baches fla...bent dans la cheminée. — Le jour de la féte nationale, des la...pions illuminent les deva...tures. — En vieillissant, mon pére prend de l'e...bo...point. — L’e...- ployé vérifie ses co...ptes. — Les ba...bins ga...badent joyeusement. — On m’a offert des bo...bons. Pi Gy 8° SEMAINE ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE deta & force de danser, Cendrillon a oublié l'heure. @ force de danser, Cendrillon avait oublié l'heure. Exercices 1. Remplacez les points par A ou a: Bébé quitte ... regret le cercle de famille pour aller se coucher. — Grand-mére .., raconté un conte merveilleux. — La veill touche ... sa fin; petit ... petit, les veilleurs se retirent. — Le petit Poucet ramené ses fréres ... la maison. Il ... chaussé les bottes de sept lieue: Pierre ... bien cherché les devinettes et les énigmes, mais n’ ... rien trouvé Le récit des exploits des héros antiques ... toujours été un passe-temps pas- sionnant. 2. Méme exercice : (justifies Vemploi de a en mettant avait entre parenthéses) : Liaieule - raconté des histoires du temps passé. — Le prince charmant, ... . réveillé la belle au bois dormant. .+. la veillée, Jean ... dit un conte de Noél. — La famille -++ quitté la salle & manger, pour se rendre au salon : la veillée ... commenc Jacques ... joué du piano et Marie consenti ... chanter} la soirée ... été trés bonne. — Le réveillon de Noél ... pris fin : les veilleurs se sont séparés regret. 3. Méme exercice : Le renard de la fable ... flatté le corbeau et ... réussi ... lui prendre son fromage. — On ... écrit sur Roland ct sur Charlemagne (l'empe reur ... la barbe fleurie), de jolies légendes, que les trouvéres aimaient raconter le soir au seigneur et... sadame. — Je me plais ... entendre les ayentures fantastiques des héros légendaires. — La bonne fée touché la citrouille de sa baguette magique et Cendrillon ... eu un beau carrosse. 4, Méme exercice : Le veilleur ... raconté des exploits de génies et de farfadets : ce récit ... passionné Claude. — L’enchanteur Merlin ... récompensé Coufi- Coufou de sa générosité, mais I’... ensuite punie de son orgueil. — ... toute autre chose, je préfére les longues veillée: la campagne. — Cette maison ;-. té abandonnée, depuis que Jean ... assuré y avoir vu une apparition. — La jolie histoire de Riquet ... la houppe ... charmé mon enfance. Remplacez les points par ma ou m’a et mettez m’avait entre parenthéses chaque fois que le sens le permet : A la veillée, le récit d’aventures invraisemblables, raconté par ... grand-mére, ... captivé. — Ce livre de contes ... éte offert par marraine. . tante ... raconté une légende bretonne : [horrible dragon ... @abord épouvanté, mais le courage du chevalier ... enthousiasmé. — Quand j'étais petit, ... mére ... souvent endormi en me chantant la berceuse du mar- chand de sable. — La peur des revenants ... toujours empéché de pénétrer seul dans ... chambre, la nuit. 6. Méme exercice en remplacant les points par ta ou t’a et en mettant Vavait entre parenthéses chaque fois que le sens le permet. ov GREMAUX - COURS MOYEN 3 stg 8¢ SEMAINE CONJUGAISON Le PASSE SIMPLE 2° Avoir et étre. AVONS-NOUS BIEN RETENU? Quelles actions s’expriment au passé simple? Trouvons quelques phrases avec un ou plusieurs verbes au passé simple. Conjuguons au passé simple les verbes : avancer, manger, grandir. Méme exercice, le maitre donnant le sujet : lu..., on..., nous..., etc. AU TRAVAIL : 4, Le passé simple du verbe tre g — Apprenons-le par caeur, puis récitons-le de mémoire en épelant les termi- naisons. — N’oublions pas, en conjuguant le verbe étre, accord de lattribut avec le sujet : Exemple : elle est gaie — ils sont gais — elles sont gaics. — Vérifions la justesse de nos régles de conjugaison n°: 13, 19, 23, 25: quand le sujet esl... 2. Le passé simple du verbe avoir chaud. — Apprenons-le par cur, puis récitons-le de mémoire en épelant les termi- naisons. — Vérifions encore la justesse de nos ragles de conjugaison n° 13, 19, 23, 25. 3. Maintenant que nous savons ce qu’exprime le passé simple, faisons quelques phrases oi! nous emploierons 4 ce temps, en variant les personnes, les verbes &tre et avoir. Ex. : Quand on me conta I’ de Cendrillon, je fus heureux. istoire Exercices oraux Au passé simple, épelons les terminaisons du verbe étre sage, avec les sujets : tu, nous, on, je, vous, elles, il, les enfants. Méme exercice avec le verbe avoir. Exercices écrits Conjuguez au passé simple : — avoir froid, étre malade, tousser puis guérir; — obéir, travailler, étre studicux, avoir du courage. Mettez au passé simple les verbes entre parenthéses : Tu (bondir), tu (étre mala- droit), tu (tomber), tu (avoir) mal & la jambe. — On (étre bavard) et on (avoir) une punition, — Vous (veiller) tard, vous (8tre las) et vous (avoir) sommeil. — Nous (avoir) une surprise, nous (tre satisfait) et nous (applaudir). — J (essayer) je (réussir), je (tre fier), je n’ (avoir) pas besoin d’autre récompense. Mettez au passé simple les verbes entre parenthéses : Grand-mére (tricoter) prés du feu, maman (rapiécer) un vétement, papa (finir) un ouvrage, grand-pére (avoir) la gentillesse de me faire réciter mes lecons, puis il (étre trop fatigué) pour me narrer ses souvenirs. — Ils (tre courageux), ils (avancer), puis ils (avoir) peur et ils (ralentir) le pas. . Analysez les verbes suivants (infinitif, groupe, mode, temps, personne) : Tu eus un livre; nous écoutames; je fus sage; ils eurent du chagrin; on fut heureux; vous obéites; elle eut peur; elles furent attentives. 8¢ SEMAINE Qu’avons-nous étudié cette semaine? Exercices oraux 1. Employez avec un nom, chacun des adjectijs suivants, d’abord comme épithete, puis ‘comme attribut. Exemple : une histoire meryeilleuse; U'histoire est merveilleuse. Silencieuse; triste; brillant; dangerenx; douce; captivant; calme; agréable. 2. Remplaces les points par a ou &, m’as, m’a ou ma: Maman ,.. été satisfaite de ... sagesse, elle ... récompensée et ... raconté de belles histoires. — Pendant la veillée, grand-mére ... découpé pour ... petite seeur des poupées en papier. — Tu ... dit un conte des Mille et une Nuits : cela ... beaucoup amusé, — Je n’ai eu aucune peine ... trouver les devinettes que tu™.. posées. 3. Mettez les verbes au passé simple : Il (neiger). — Les enfants (s’amuser). — Ils (lancer) des boules de neige. — J’ (édifier) un bonhomme dans la cour, j’ (avoir) froid aux mains au début, mais elles (étre) vite rouges et bralantes; avec mon frére nous (bombarder) le bonhomme avee des boules bien serrées, puis vous (arriver) pour nous aider. Analyse 4, Donnez le nombre et la nature des propositions contenues dans les phrases suivantes : — Une demi-douzaine de paysans entraicnt qui s'asseyaient dans les coins les moins éclairés. — La bougie jette une lumiére vacillante qui éclaire la table. 5. Construisez 3 phrases sur le modéle de celles du n° £ (Emploi de qui Dictée de contréle Une joyeuse flambée. [..L’heure du diner approchant, une bonne vint, qui jeta dans la cheminée, pour ranimer les biches endormies, une brassée de menu bois. Alors ce fut un beau feu clair, subitement une belle flambée joyeuse illuminant tout, et un grand rond lumineux se dessina au milieu de ’appartement, par terre, sur le tapis, sur les pieds des chaises, dans ces régions basses qui étaient précisément les miennes]. Et ces flammes dansaient, changeaient, s’enlacaient, toujours plus hautes et plus gaies, faisant monter et courir le long des murailles, les ombres allongées des choses... Prerre Lott, Le Roman d’un enjant. (Calmann-Lévy, édit.). Questions . Expliquez : les baches endormies; du menu bois; ces régions basses... les miennes. Donnez le contraire des adjectifs suivants : endormi; menu; joyeux; grand; bas; gai. Relevez les verbes au passé simple et conjuguez 'un de ces verbes @ ce temps. Donnez la fonction des groupes de mots : dans la cheminée; un grand rond lumineux; sur les pieds des chaises, et analysex les mots : endormies; grand. ROVE 8° SEMAINE 1. MOTS CROISES : Horizontalement : 1. Le comptable en fait (au pluriel). — 2. Adjectif qualificatif, mas- culin pluriel, signifiant : qui répandent une eSB eter 5) aisles de NoPLOUeree A Ce PB personage istrayait les seigneurs pendant les Tongues soirées d'hiver. — 5. Verbe avoir, passé simple, 2° personne du pluriel. Participe Bi passé du verbe avoir. — 6. Signal de détresse lancé par les navires en perdition. — 7. Adjectif qualificatif signifant lourd. Initiales de Nord- Est. — 8. Nom féminin synonyme de lisiére (en parlant d'un bois). Verbe @tre, passé || simple, 1* personne du singulier. Verticalement : 1. La grand-mére en raconte parfois un a la veillée. Premiére note de musique. — 2. La méme note de musique, a l'envers. Verbe du 1¢* groupe, & |"infiniti signifiant : user de ruse. — 3. Adjectif quali- ficatit signifiant : sur un seul ton, — 4, C'est un acte de courage que l'on raconte a la veillée. — 5. On dit : ton crayon, ... gomme. Les deux consonnes de vous. — 6. Préposition. — 7. Rideau qui se baisse et se lave devant une fenétre. Adjectif contraire de vétu. — 8. Verbe avoir, passé simple, 4" personne du pluriel. eNounwn 2. LE MOT - GIGOGNE (Voyez : gigogne, dans le dictionnaire.) En utilisant certaines lettres du mot fontaine, on peut former successivement les mots : faine, fonte, note, nota, étain, nation, Antoine, taon... En dix minutes, trouvez les mots qu'il est possible de former avec les lettres de : filament, ampoule, aveuglante, légendaire. 9° SEMAINE GRAMMAIRE Les fonctions du nom Une pluie froide et tranquille frappe les vitres de ma chambre. AU TRAVAIL : Cherchons dans cette phrase le mot le plus important du groupe sujet el du groupe complément. Pluie et vitres sont deux noms. Aprésle verbe, le nom est le mot le plus important de la phrase. Sa fonction est celle de tout le groupe qu'il forme avec les articles et les adjectifs qui l'accompagnent. Le nom peut étre : sugszt du verbe : La pluie s’infilire dans le sol (question : qui est-ce qui? ou qu’est-ce qui?). COMPLEMENT D’oBsET du verbe a) direct : J’enlends la pluie (question : qui? ou quoi? b) indirect : Sous sa lenle, le campeur se ril de la pluie (joint au verbe par une préposition). COMPLEMENT CIRCONSTANCIEL du verbe (lieu, temps, maniére) : Je me héle sous la pluie (question : 04? quand? comment?). COMPLEMENT D’ATTRIBUTION du verbe : Va donner du foin d la chévre (question : & qui? pour qui?). arrripur du sujet : La bruine est une pluie fine el conlinue. comPLEMENT du nom : Quelques gouttes de pluie commencenl & tomber. compLimeNr de ladjectif : Le cullivateur esi salisfait de celle pluie (le nom est réuni A Vadjectif qu'il compléte par une préposition). — it CE QU’IL FAUT BIEN RETENIR Le nom peut étre : 1° Sujet du verbe. Ex. : La pluie s’infiltre dans le sol. 2° Complément d’objet du verbe. a) Direct. Ex. : J'entends la pluie. b) Indirect. Ex. : Sous sa tente, le campeur se rit de la pluie. 3° Complément circonstanciel du verbe (lieu, temps, maniére). Ex. : Je me hate sous la pluie. 4° Complément d’attribution du verbe. Ex. : Va donner du foind la chévre. 5° Attribut du sujet. Ex. : La bruine est une pluie fine et continue. 6° Complément dunom. Ex. : Quelques gouttes de pluie commencent d tomber. 7° Complément de I’adjectif. Ex. : Le cultivateur est satisfait de cette | pluie qui redonnera un peu de fraicheur 4 son jardin. | 1. Mettez un V sous les verbes et soulignez le mot important du groupe attribut (en italique) + La gréle est une calamité pour les cultivateurs. — La tempéte devient maintenant un géritable cyclone. — Le vent est un indiscret qui se glisse sous les portes des maisons. — Une averse est une pluie soudaine et violente. — La brise est un vent dour soufflant de la mer. 2. Mame exercice que n° 1 en soulignant le mot important du groupe sujet (en italique) : Un vent violent et glacé soulfle du nord. — Des nuages noirs et menacants obseur- cissent le ciel. — Un doux zéphyr vous frole le visage. — Une bourrasque déchainée siffle dans les grands arbres. — Un ouragan impétueuz se déchaine. — De larges gouttes de pluie commencent & tomber 3. Méme exercice que n° 1 en soulignant le mot important du groupe complément (en italique) Le vent. — Il fait tomber (les cheminé ), il renverse (les pots de fleurs posés sur le rebord des fenétres...) Il gémit (dans les cimetiéres) (et dans les cordages des navires), il préte (sa voix lugubre) (aux grands arbres de la forét). (Mais dans la lande) (et sur la mer...), il rit, il chante (a plein gosier), il dirige (de glorieux orchestres) ANpRE Saviano, Une femme dans chaque port. (Flammarion, édit.). Ajoutez un compliment @ chacun des noms suivants : Une nuée de... Les gouttes de Les grands froids de... Le grondement du... Une rafale La douceur de. Le craquement dune. Le hurlement de... La caresse du... 5. Analysez les mots en italique : La gréle. — Un hurlement prolongé montait, grandissait des profondeurs noires de la campagne. On aurait dit le galop d'une armée dévastatrice qui approchait. Les femmes avaient couru sur le seuil : elles virent une nuée de cuivre voler ct se tordre dans le ciel livide (E. Zoua). 6. Donnez la fonction des noms de Vexere en 3. * Les Maitres qui désireraient faire étudier d’autres fonetions du nom peuvent se reporter a ta page 255.