Vous êtes sur la page 1sur 3

SoIutio

V

SYSTÈMES DE CONTRÔLE-COMMANDE
SYSTÈMES
DE CONTRÔLE-COMMANDE
SoIutio V SYSTÈMES DE CONTRÔLE-COMMANDE les (SNCC, DCS Fiabilité, robustesse, qualité, complétude ou Systèmes
les (SNCC, DCS Fiabilité, robustesse, qualité, complétude ou Systèmes numériques de contrôle-commande en
les
(SNCC,
DCS
Fiabilité,
robustesse, qualité, complétude
ou
Systèmes numériques de contrôle-commande
en anglais)
Aujourd’hui,
se sont imposés dans les processus
industriels continus. Malgré leur prix élevé et leur approche propriétaire.
le
monde des SNCC et celui
des contrôleurs d’automatismes
programmables
(PAC)
tendent
à converger vers
les
puissants
hyperviseurs des Process Automation Systems
(PAS).
aptisés
Distributed
Control
System
(DCS) en
anglais,
les
Systèmes
numériques
de
contrôle-com
mande
(SNCC)
ne défraient pas
la chronique. Normai:
ils
sont sûrs,
fiables,
robustes et
complets
Depuis
les
années
1970,
ces systèmes
élaborés, intégrés,
main
tenus et souvent déployés
teurs eux-mêmes comme,
par
des
construc
entre
autres,
ABB,
Bosch
Rexroth,
Emerson,
Honeywell,
Schneider Electric grâce
à l’acquisition
centes
d’Invensys
(marques
Foxboro,
Triconex
et
Wonderware),
Siemens
ou
Yokogawa, se sont
ifiustrés
dans
les
industries
à processus continu. Lesquels ne peuvent
souffrir aucune interruption
de service.
On
pense ainsi
à la
chimie,
la
pétrochimie,
la
cimenterie,
la
fonderie de métaux
ou
de
verre,
la production
d’eau ou d’électricité
En toute discrétion,
leurs formidables
quali
tés
technologiques
les
ont amenés
à être
considérés
comme
le
«top» en matière
de
contrôle-commande industriel.
Bref,
dans un
monde où tout
va
bien, pourquoi parle-t-on
aujourd’hui des
SNCC?
Leur leadership
se
fissure-t-il?
(SNCCI
mis en place par
ABB. Les SNCC
Salle de contrôle synoptique d’un système numérique de contrôle-commande
assurent
continus.
la fiabilité, la robustesse et la cohérence des processus industriels
SNCC:
un grand nombre de qualités
de contrôle-commande
Corporation, elle-même rachetée
par
Delphi
1992
Le premier système
qui o été revendue
en
àYokoawa
en
raison
industriel d’un processus
continu,
baptisé
Automotive en 2002.
«Mais
les réels
développe
de sa trop faible taille
par
rapport
à celle
des
acteurs
«RW-300x>,
a été
mis
en oeuvre en
1959
des
souvient
Cyril Rolland,
à ments
DCS
se
sont accélérés
surtout avec des
du
marché)),
res
se
la raffinerie de pétrole Texaco de
Port
Arthur,
ponsable
et
export
de
Codra
constructeurs comme Yokoawa et Honeywell
marketing
dans
soixante-dix,
Ingénierie
Informatique, un éditeur de
auTexas (Etats-Unis) par Ramo-Wooldridge
les
années
En
France,
il
y avait
solu
Corporation
par
la
suite
parTRW
de supervision
—absorbé
son offre Panorama
Contrôle Bailey,
une
division
du
groupe
Cegelec, lions
avec
créée au départ pour
Commissariat
E2,
le
à
l’énergie atomique et
aux
énergies
alterna
L’essentiel
tives
(CEA).
« Dans
leurs secteurs de prédilection,
les
avec
DCS restent
Les systèmes
numériques de contrôle-
. Mais,
des technologies,
l’évolution
commande s’appliquent aux
processus
sont en
de converger,
prépondérants. Tant au niveau de leur base installée
les SNCC
train
aux
de production continus
côtés des automatismes
manufacturiers,
que pour de nouveaux projets
dès
(acier, verre,
lors
que
ceux—ci
met en perspective
eau, électricité
de
des hyperviseurs fédérateurs
)
l’industrie lourde.
vers
(PAS).
ont
une
§rande
ampleur»,
Jehan d’Anthouard, responsable du support
Historiquement,
ces
systèmes
pro
prié
entre
deux
Aujourd’hui, les parois
les
technique pour
systèmes
d’automadsa
et
mondes (process
et manufacturier)
taire étaient fermés, mis en oeuvre
les
lion en France chez
Une raison
maintenus par la marque.
deviennent de
en
poreuses.
plus
ABB.
plus
à cela:
grande force du
c’est de pouvoir
la
SNCC,
MESURES
875 -MAI 1015
- www.mesiares.com

Solutions

Solutioi

emboutissage, usinage, soudage, packaging, Schéma général système hybride d’un SNCC d’ABB (BOOxA)
emboutissage, usinage, soudage, packaging,
Schéma
général
système
hybride
d’un
SNCC
d’ABB
(BOOxA)
emballage
«Pendant longtemps,
la
régulation
et
la logique
étaient réalisées
par
des
équipements
différents.
Pour la
régulation, il
y
avait des
cartes
es
d’entrées/sortf
analogiques qu’on ne
trouvait pas
dans
les
automates
—lesquels
ne
disposaient que
d’entrées/sorties logiques.
‘t!
Du coup, il fallait utiliser
[I
des
passerelles
de
communication
entre les
deux
Panel
800
X?E3
mondes,
retrace Cyril Rolland
(Codra).
Avec
technologies,
les
SNCC ont gagné
en
l’évolution
des
De
même,
les
automatisme.
automates
ont
acquis
des
de
De
fonctionnalités
régulation.
PIC
7E5
les
(Programmable Logic
Controller),
auto
matismes sont alors
devenus des PAC.
Par
consé
de
quent, l’un s’est inspiré
l’autre sous la pression
des
clients
qui
ont exigé
d’avoir
de
la
régulation
DC$
et
du
séquentiel PAC
au
sein
d’un
système
AC500
Automate
unique
d’informatique
industrielle. Ce
mouve
ou
automate tiers
embryonnaire
dans
les
Protection
E/S
1990,
s’est
S800
ment,
années
IED
des
développé dans les années
et accéléré
les
2000
dans
années
2010)).
centrales
de
de Bosch Rexroth permet de
synchroniser les applications
multi-axes des solutions
Malgré ce
mouvement de convergence,
Le
système IndraMotion
MLC
décentralisées avec une
plate-forme de contrôle flexible.
vives
différences
entre
les
deux
mondes
«Tout
d’abord,
le
des
persistent.
DC$ s’adresse à
Tableaux
ET
processus
très
spécifiques
décantation,
filtrage,
piloter un atelier à production continue
dans
tendent à converger
vers
des
systèmes
hy
:
Transmotteurs
brassage,
fil
et cette
brides pilotés
par
les
PAS
(Process Automation
montée ou baisse
en
température, mélange,
son entièreté. Cette complétude
co
Hart
sans
Selon les
Systems).
vapo-craquage, ajout d’additifs, séchage
hérence se fondent sur des
contrôleurs
de
Automatisation
Electrification
Automatisation
Sécurité
Robots
secteurs
d’activité,
ces
processus
sont
extrêmement
procédés,
des
bus de terrain pour acquérir
de l’énergie
des procédés
des process
et automates
DCS, PAC, PAS:
techniques, voire
critiques.
Et ils
réclament d’être
les
données issues des
capteurs
(tempéra
vers la convergence
conçus
par
des
experts
à
la
croisée des
méthodes
ture, pression, débit
)
ainsi que des réseaux
SNCC.
des
technologies»,
ana—
à des réseaux Ethernet temps
industrielles,
des
secteurs et
On y
le
d’ABB
des connexions
réel
tiers,
ainsi qu’à des
programmables tiers.
Preuve de l’ouverture des
les SNCC se
voit que
réseau Hart
admet
automates
rapides (dont, depuis peu,
différents réseaux
A la hase,
sont focalisés sur des
homme-
problématiques de régulation.
Or,
dans
un
lyseThierry Jules-Rosette, ingénieur d’appli
Ethernet dieIs),des interfaces
chez Bosch Rexroth.
«En
machine
(IHM)
pour les
opérateurs,
des
processus
industriel,
il
y
a
généralement
cation
en France
raison
de
ces
spécificités, l’ingénierie
d’intégration
superviseurs
et des
outils
d’ingénierie très
deux grands aspects: la régulation
(tempé
PAC, qui travaillent de
façon
séquentielle,
â influencer
les
est généralement réalisée parles
équipes à la marque
mence
acteurs des systèmes
le
monde de l’hybride parvient
au
même
qui porte sur un
fournis pour le développement.
Parfois, les
rature, pression,
débit
)
du DCS
Vallée
(Rockwell
accomplissent des tâches hors de portée des
SNCC —jusqu’ici
très
SNCC,
monolithiques,
résultat que celui du
mais peut-être
de
SNCC
complètent
leur
traitement
de
matière
et
l’automatisme
»,
remarque Olivier
pro
constructeurs
priétaires et fermés.
«Au
final, superviseurs,
PAC,
A
contrôleurs SNCC.
s’il
On pense en particulier
pas
recourt
à des
automates
réseaux
Automation).
contrario, les automates du
gamme
de
produits
avec
leurs
propres
(logique)
qui la met en
forme:
découpe,
de
Control, à la
seaux
et
peuvent être
au Motion
marques
robotique
et à la
automates
diffé
et superviseurs de
com
marques différentes!
automates programmables.
et
mande numérique.
Autre
les
rentes
pourtant
un
ensemble
qui
Message reçu
les
SNCC.
différence,
constituer
5/5
par
acteurs du
«Sur leur pré carré, les
processus
continus, les DC$
les
fournit toutes
fonctionnalités
et la cohérence d’un
«Avec
des
les
de
cycle
l’évolution globale
et
des PAC-SCADA
architectures
temps
sont plus
gardent une image de
RaIls des
technolo
DCS. Tandis que
les
les
rapides
que ceux des DŒ
«Nettement
la réputation d’être
de
SNCC ont
technologies
infé
l’informatique
industrielle,
gies
industrielles
capables
de
gérer
des
à
les
à leur tour, dans un monde
rieurs à 2
millisecondes pour
les PAC. De
10
que les
entrés,
plus
100 moins ouverts
PAC-SCADA dont
com
SNCC sont
-
centaines de boucles de régulation,
lance
avec
des
millisecondes pour
les
SNCC,
posants sont d’emblée
conçus pour
des
architectures
ouvert,
moins propriétaire
possibilités
reprend Thierry
ac
Olivier Vallée,
responsable
marke
_%Ç
les
en
de
vers
des
Certains PAC
ouvertes et interopérables. En réalité,
fournisseurs
crues
matière
Jules-Rosette (Bosch Rexroth).
communication
sys
ting
en
France
chez
Rockwell
—r
de DCS
des
des
de
d-
affichent même
des
temps
de cycles de quelques
efforts pour ouvrir leurs
tèmes
ceux
concurrents,
l’intégration
cen
font, à leur tour,
tiers:
Automation,
spécialiste
des
auto
taines de
nanosecondes!))
systèmes)),
nouveaux
équipements
PAC
reliés
au
superviseur
commente Cyril Rolland
(Cadra).
mates
programmables.
Mais,
dans
de se
s’il
propriétaire
du DCS, la possibilité
relier à
des
Reste que,
même
prend des parts de mar
la
majorité
des
applications
Agressivité commerciale mesurée
bases
de
données
ouvertes
et de
se
connecter
à des
ché au DŒ, l’hybride ne peut
pas
pour
au
d’automatisation, on n’a pas
de l’hybride
cas,
de
tant chasser sur tous
les terrains. «En tout
logiciels
gestion
d’entreprise
(ERP
pour
forcément besoin d’un
DCS.»
II faut
PAC
pas
les
terres
de
les
DCS
que les
acteurs
Resource
dire
du
sur
l’industrie lourde
ont été
Enterprise
Planning;
PGI
pour
Moralité:
aujourd’hui,
les
à s’engager les premiers
En revanche, l’hybride peut
bien inspirés
dans
sont très bien implantés.
Progiciels
de
gestion intégrés,
NDLR),
SNCC se font donc de plus
le développement d’outils de cominunica
aller là
il
A partir
n’était présent,
estime
Olivier
taille Jehan
d’Anthouard
(ABB).
en plus
concurrencer par les
des
de
d’une commande reçue
on va alors
l’ERJ
lancer
tion ouverts et temps
réel. Certes, pas â tous
Vallée. Notamment
pour re-vamper
installa
systèmes de contrôleurs d’auto
des
de
ordres
de
de
la
en même
temps.
Mais
l’évolution est bien
tions obsolètes
fabrication,
planification
(voir encadré page
32, NDLR)
pro
matismes programmables
(PAC
»
ou
des
des
disposent
d’une
que
ordres
réelle.
qui
Conséquence:
l’approche modulaire
pour équiper
industries
duction ainsi
d’exécution
pour Programmable Automation
Controller),
du monde
séquentiel,
qui touche
tous
les
partie
process
et
d’une
partie
manufacturière.
On
l’aura compris, la convergence du
monde
associés aux superviseurs
SCADA (Supewisory
Comme,
typiquement,
dans
l’agroalimentaire.
est
niveaux d’un système (réseaux, contrôleurs,
de la régulation et de celui sur séquentiel
Control
And
Data Acquisition).
En
outre,
les
le tandem
IHM,
superviseurs,
hyperviseurs),
est
Aujourd’hui,
PAC-SCADA
peut adresser
en
inéluctable.
Elle
s’appuie
sur l’Ethernet
deux mondes, celui des SNCC (propriétaires
in
les
et
un seul
deux univers
à dustriel (EtherNet/IP, Prolinet, ModbusTC1
Qui plus
est,
c’est cette
offrir ainsi
système
train de triompher.
et fermés) et celui du manufacturier (un
peu
de
qui,
à présent,
condition
rester dans la même marque.>) En clair,
EtherCAT,
CC-Link,
Sercos,
La
suite
des produits compacts
d’ABB
comprend
des contrôleurs,
des
etc.
conception modulaire
com
Powerlink,
plus
ouvert
et
surtout
très
modulaire),
111M,
- www.mesures.com
MESURES
2015
$75
-
MM 2015
MESURES
875
MM
-
wwwmesures.cOm
-

Solutions

Rockwell Automation boute un SNCC obsolète hors les murs Le spécialiste des automatismes industriels vient
Rockwell Automation boute un SNCC obsolète hors les murs
Le spécialiste des automatismes industriels
vient d’équiper une usine californienne
de cogénération, précédemment motorisée
par un SNCC. Résultat, moins de pannes, des
reprises d’activité plus rapides et une plus
grande facilité à se conformer aux réglemen
tations environnementales.
‘t.
I
,‘-
—.
Grâce à deux unités de cogénération disposant
de turbines à gaz, Ripon Cogeneration fournit
de l’électricité à la majorité des foyers et des
entreprises de la Californie du nord et du centre.
Discrète sur le nom de son précédent fournis
seur de SNCC, la société, fondée en 1088, s’est
adressée à Rockwell Automation pour rempla
cer son SNCC devenu obsolète par une solution
moderne baptisée PlantPAx. Honnêtement,
Ripon Cogeneration partait de loin. Entre autres,
les opérateurs de l’usine étaient obligés de
récolter à la main les données de production!
On s’en doute, il en résultait un taux d’erreurs
énorme. Conséquence logique, des déviations
dans les variables du procédé, même petites,
déclenchaient la mise hors ligne de l’ensemble
du système. Ce qui contraignait cette usine de
cogénération d’une capacité de 50 mégawatts
à s’arrêter , jusqu’à trois fois par jour!
Ripou Cogeneration, qui fournit de l’électricité en Califotnie, a misé sur un système de supervision de Rockwell Automation.
Grâce au nouveau système PlantPAx de Rockwell
Automation, le taux d’arrêts intempestifs a été
réduit de 90% et le temps de remise en route,
de 30%. En outre, le nouveau système inclut
un logiciel d’historisation des données ainsi
qu’un portail de visualisation, d’analyse et de
génération de rapports qui fournit un aperçu
instantané de la production. Autrement dit,
PlantPAx réutilise toutes les données d’histo
rique du système de contrôle-commande et
se focaliser plus aisément sur leurs tâches de
production. Par ailleurs, le système de Rockwell
Automation combine la commande de process
et la sécurité, et comporte 750 points d’E/S —
sa capacité pouvant aller jusqu’à la collecte
de 1 000 points de mesure. Quant à l’ancien
réseau de communication propriétaire, il a été
remplacé par le réseau temps réel EtherNet/lP.
Un réseau plus ouvert qui facilite l’installation
du nouveau système ainsi que l’intégration
de tous les sous-systèmes de l’usine.
« Outre la réduction significative des coûteux
arrêts de production, nous pouvons à présent
nous conformer aux réglementations, en
particulier aux réglementations sur la réduction
des émissions de C02, explique Brett Weber,
automatise les rapports quotidiens de produc
tion, permettant aux opérateurs de l’usine de
directeur des opérations et de la maintenance
chez Ripon Cogeneration. Nous yparvenons
parce que les commandes sont automatisées
et que les opérateurs peuvent facilement surveiller
en temps réel les variables grâce aux tableaux
de bord de PlantPAx».
Gigabit Ethernet )
qui offre des capacités
temps réel très élevées. Et sur les standards
d’interopérabilité de l’OPC Foundation
(Object Liuking and fmbeddîng for Process
Control). Lesquels portent, entre autres, sur
l’accès aux données, les alertes, les batchs,
l’échange de données entre serveurs au tra
vers de réseaux industriels, les historiques,
la sécurité, l’échange de données complexes
(dont les documents XML), les commandes,
faut développer du code, prévoir des phases de dévelop
pement et d’intégration plus complexes. Tendis que
l’outil d’ingénierie du DCS embarque de façon
consubstantielle un très grand nombre de fonctions en
standard: journaux de bord, historique, archivage,
applications spécifiques, traitement par
lots ., pré
les architectures unifiées
«Dans cet esprit,
les derniers contrôleurs de la famille 800xA d’ABB
se couplent à différents systèmes. Notamment à ceux
qui résultent des fusions d’ABB (Builey Controls,
Elsag Bailey Fischer & Porter, Hurtmann &
Braun Mais aussi à des systèmes concurrents
comme Honeywell, Emerson ou Siemens », liste
Jehan d’Anthouard.
Une chose est sûre le PAS est le grand
gagnant de l’unification hybride. « L’idée, c’est
de cesser de fragmenter la production entre régula
tion et séquentiel pour la centraliser sur un PAS qui
apparaît alors comme im méga-système capable de
fédérer tous les sous-systèmes d’une usine. Le PAS
se place tout en haut de la pyramide de production,
juste derrière l’ERP », poursuit Thierry Jules-
Rosette (Bosch Rexroth). Mais rien n’est tout
rose. « Sans remettre en cause la pertinence de la
convergence vers le PAS, le DCS propose déjà une solu
tion tout intégrée, à lu différence du PAC-SCADA où
on associe des PLC de différents constructeurs à un
superviseur. L’intégration n’étant pas standardisée, il
vient Jehan d’Anthouard (ABB). Quant aux
niveaux de développement, ils ne sont pas universels.
L’éditeur des programmes de chaque système pourra
descendre plus ou moins bas dans les couches du
système. Dam les DCS, on peut aller chercher le plus
petit paramètre tout au fond de la boîte. Mais dans
les PAS, il faudra se contenter de paramètres plus su
perficiels, sauf au prix d’un très grand effort d’ingé
nierie en intégration».
Erick Haehnsen/TCA-inflov24
MESURES 875 - MAT 2015 - wwwmesureS.cOm
32