Vous êtes sur la page 1sur 22

o

Maria Pia Manetti Guide de classe
Maria Pia Manetti
Guide de classe

Trait d’uni n

Sommaire

Introduction

 
3
3

Pour commencer

16
16
Unité 0 Unité 1 Unité 2 Unité 3 Unité 4 Unité 5 Unité 6 Fiches
Unité 0
Unité 1
Unité 2
Unité 3
Unité 4
Unité 5
Unité 6
Fiches
Chansons
 
17
17
23
23
38
38
52
52
64
64
76
76
88
88
99
99
108
108

Conception graphique (maquette intérieure) et réalisation : Jasmine Pipart Couverture : Garyfallia Leftheri

Illustration des fiches : Garyfallia Leftheri, Zachos Papadopoulos, Alan Rowe, Tomek Giovannis, Christos Skaltsas

© Éditions Trait d’union, 2014 16, rue Kanari - 10674 Athènes Tél. : 210 36 35 268 Fax : 210 36 35 017 e-mail : info@traitdunion.gr www.traitdunion.gr

INTRODUCTION

Les principes de la méthode

Arthur et Lilou s’adresse aux élèves du primaire à partir de 9 ans. Les deux niveaux de la méthode amènent au niveau A1 du DELF Prim. Arthur et Lilou entraîne les élèves aux cinq compétences du CECR : compréhension orale, compréhension écrite, production orale individuelle, production orale en interaction, production écrite. Arthur et Lilou suit une démarche actionnelle, favorisant l’interaction des élèves à travers la réalisation de tâches inscrites dans le quotidien de la classe et faciles à mettre en œuvre. Elle demande une participation active aux élèves et développe leur confiance en eux-mêmes ainsi que leur autonomie. Elle propose un enseignement motivant qui procure du plaisir chez les élèves et stimule leur soif d’apprendre.

L’élève, acteur de son apprentissage

Les élèves à qui s’adresse Arthur et Lilou sont des préadolescents, des enfants qui commencent à revendiquer une certaine autonomie et dont le jugement ainsi que les centres d’intérêts se développent. Ces enfants doivent se sentir encouragés dans leur désir d’autonomie. C’est pourquoi il est indispensable qu’ils aient l’impression d’agir en apprenant. La démarche pédagogique de la méthode fait prendre à l’élève une part active à la construction de sens :

l’élève est constamment sollicité et encouragé à émettre des hypothèses sur le thème de l’unité, la situation de dialogue, le sens de mots inconnus ou le fonctionnement de certaines règles de grammaire. Au début de chaque unité, le contrat d’apprentissage établit une sorte de pacte entre l’enseignant et les élèves qui se sentent pris en compte et apprennent à tenir des engagements. Dans le cahier d’activités, le portfolio et l’auto-dico participent au développement de l’autonomie de l’élève. Ma page perso lui permet de s’exprimer librement sur ses centres d’intérêt personnels.

Le plaisir d’apprendre

L’apprentissage du français doit être d’autant plus stimulant que les élèves qui apprennent cette langue à l’école ne l’ont pas forcément choisie. La méthode propose des activités ludiques de toutes sortes.

l

Dans le livre de l’élève :

3

Des exercices abondamment illustrés ou d’ordre ludique (Écoute et colorie, Remets les étiquettes dans l’ordre, Classe dans le bon cahier, Entoure…)

3

Des jeux de rôle dans la rubrique En scène !

3

Des chansons, des éléments de civilisation et un jeu dans la rubrique Récréation

3

Des activités de bricolage ou de cuisine (Atelier).

l

Dans le cahier d’activités : mots fléchés, anagrammes, alphabet codé, mot mystérieux, puzzles, dessins, coloriages…

l

Dans le guide de classe : activités ludiques complémentaires proposées aux enseignants pour aider les

élèves à assimiler les structures. Les six personnages de la méthode ont l’âge des élèves et grandissent avec eux de niveau en niveau. Ils partagent les mêmes centres d’intérêt (animaux, vêtements, loisirs…), ce qui favorise l’identification et stimule l’apprentissage.

La prévalence de l’oral

À ce niveau d’apprentissage, l’oral est privilégié. La plupart des leçons débutent par une compréhension orale. Les encadrés lexicaux sont enregistrés pour favoriser la mémorisation et assurer une bonne prononciation du français. La rubrique À vos micros ! aborde des points de phonétique qui posent des difficultés aux élèves débutants. La rubrique En scène ! propose des jeux de rôle à partir d’un canevas illustré qui reprend tous les éléments de la leçon.

3
3

Les activités de bricolage et les jeux favorisent l’interaction orale entre les élèves. L’écrit n’est pas laissé de côté pour autant. Les unités comprennent des petits exercices écrits qui favorisent la systématisation et la mémorisation des structures enseignées. Le cahier d’activités propose également une large gamme d’exercices écrits et une production écrite plus longue à la fin de chaque unité dans la rubrique C’est quoi, mon score ?

Une dimension interculturelle

Les élèves découvrent la France et les Français tout au long du manuel, soit de façon implicite (éléments de civilisation intégrés dans les leçons), soit explicite, dans la rubrique Récréation. Arthur et Lilou éveille la curiosité des élèves et leur permet de comparer leur culture à celle des autres et d’accepter les différences. En particulier, les enfants découvrent qu’une classe française est composée d’origines ethniques différentes, que les écoles françaises n’ont pas les mêmes horaires, qu’il y a des fêtes qui ont plus d’importance en France que dans leur pays, que les familles françaises sont très diversifiées (familles monoparentales, familles nombreuses…), etc.

Ensemble pédagogique

Le livre de l’élève

Il est constitué de 6 unités comprenant :

3

2 leçons d’une double page chacune

3

Récréation, double page proposant une chanson, des éléments de civilisation ainsi qu’un jeu à faire en classe

3

Atelier, page de travaux manuels ou de cuisine

Structure d’une leçon :

3

Compréhension orale ou écrite (unités 3 et 4, leçon 1)

3

Découverte du lexique et de la grammaire

3

Activités de mémorisation et de systématisation (exercices de grammaire et de lexique)

3

Rubrique À vos micros ! (phonétique, leçon 1)

3

Rubrique En scène ! (jeux de rôle, leçon 2)

Le cahier d’activités

Il comprend :

3

Des exercices de grammaire et de vocabulaire

3

Un exercice de phonétique reprenant le phénomène étudié

3

Ma page perso, page préparant aux épreuves du DELF prim A1

3

C’est quoi, mon score ?, bilan noté comportant deux épreuves : compréhension et production écrites

3

Un portfolio pour chaque unité

3

Un auto-dico illustré

3

Une annexe comprenant les formes à découper pour la partie Atelier.

Le guide de classe

3

Il présente les principes pédagogiques de la méthode et explique le déroulement de chaque leçon.

3

Il donne de nombreux conseils méthodologiques aux enseignants.

3

Il propose une grande variété d’activités ludiques ainsi que du matériel supplémentaire sous forme de fiches photocopiables.

3

Il fournit tous les corrigés des activités du livre de l’élève ainsi que les transcriptions des documents sonores.

3

Il comprend un test photocopiable pour chaque unité.

Le livre du professeur

Il regroupe en un seul manuel le livre de l’élève et le cahier d’activités avec les corrigés.

4
4
Les CD
Les CD

Arthur et Lilou comporte deux CD audio :

3

Le CD de classe comprenant les enregistrements des documents sonores, des exercices d’écoute, le lexique de chaque leçon, la phonétique ainsi que les chansons et leur version karaoké.

3

Un CD comprenant uniquement les chansons de la méthode et leur version karaoké.

Le livre numérique

Il comprend le livre de l’élève et le cahier d’activités, l’ensemble des documents sonores ainsi que la totalité des corrigés des exercices.

Conseils aux enseignants

Rassurer
Rassurer

Pour que l’élève soit impliqué dans l’apprentissage du français, il est nécessaire de le rassurer et de l’encourager. Les unités du manuel ont une structure pédagogique récurrente : Découverte/Sensibilisation

Compréhension orale ou écrite

Réinvestissement (jeu). Les activités de chaque leçon ne sont proposées qu’après une préparation progressive et deviennent faciles à réaliser. D’autre part, l’élève apprend vite à reconnaître les étapes de la leçon, ce qui contribue à le rassurer. Pour impliquer davantage l’élève et le rendre acteur de son apprentissage, il est nécessaire de lui faire prendre conscience de toutes les étapes de l’apprentissage. Il est donc important de lui expliquer ce qui sera enseigné dans chaque session : Aujourd’hui, on va apprendre les couleurs. Aujourd’hui, on va faire les nombres de 0 à 12, etc. Ne jamais négliger la page du contrat d’apprentissage qui ouvre chaque unité et établit un pacte entre l’enseignant et l’élève. L’enseignant ne doit pas manquer d’instaurer un rituel dans sa classe : salutations, date ou jour de la semaine marqué au tableau, etc. Il est utile, également, d’expliquer les consignes des activités avant de les donner à faire aux élèves en proposant, si nécessaire, des exemples concrets. Dans l’unité 0, mais également tout au long de la méthode, l’élève découvrira qu’il connaît déjà certains mots, soit parce qu’ils sont identiques dans sa langue (mots transparents), soit parce qu’ils font partie de son vécu. L’enseignant doit toujours insister sur cet aspect pour encourager ses élèves : le français n’est pas une langue difficile, vous voyez, vous connaissiez déjà tout cela, vous l’avez appris sans le savoir.

Reproduction/Systématisation (exercices)

sans le savoir . Reproduction/Systématisation (exercices) Production (jeux de rôle) Récompenser Il est très

Production (jeux de rôle)

(exercices) Production (jeux de rôle) Récompenser Il est très important de féliciter les

Récompenser

Il est très important de féliciter les élèves (en français) lorsqu’ils réussissent à faire une activité : Bravo ! C’est très bien ! Tu as bien travaillé ! Continue comme ça ! L’enseignant peut impliquer le reste de la classe dans ce processus de gratification. Par exemple, les élèves peuvent voter pour la meilleure récitation de leurs camarades (rubrique En scène !), les applaudir, les féliciter en français. On peut également prévoir des « bons points » pour les élèves qui ne font pas forcément les activités sans faire de fautes mais qui ont le plus d’humour, le plus d’imagination, etc. Enfin, l’affichage est très important pour motiver les élèves. Ne pas manquer d’afficher dans la classe, sur un panneau réservé à cet effet, ou, si cela est possible, de publier les différents travaux des élèves sur le blog de l’école ou dans le CDI.

L’usage de la langue maternelle

Beaucoup d’enseignants se sentent obligés de recourir systématiquement à la langue maternelle pour expliquer le lexique aux élèves. En fait, l’usage de la langue maternelle est un cercle vicieux : plus l’enseignant utilise sa langue pour les explications, plus les élèves s’habituent à cette solution de facilité et moins ils fournissent d’efforts pour réfléchir en français ! Or, à ce stade d’apprentissage, les mots nouveaux font partie d’un vocabulaire concret qu’il est inutile de traduire parce qu’il est abondamment illustré dans

5
5

la méthode ainsi que dans le cahier d’activités. Si les élèves acquièrent le réflexe d’essayer de comprendre sans traduction, ils seront à même, les années suivantes, de comprendre des notions abstraites, ce qui contribuera à faciliter la tâche de l’enseignant. Nous conseillons également à l’enseignant de ne pas hésiter à utiliser son corps comme moyen pour expliquer. Se déplacer dans la classe, montrer des objets du doigt, mimer, faire des gestes explicites, réciter les dialogues, sont autant de moyens efficaces pour se faire comprendre. Pour faire comprendre les questions comme Qui c’est ? Il est comment ? Où il est ?, etc., il faut suggérer les réponses par d’autres questions. Par exemple : Qui c’est ? C’est Lilou ? Où elle est ? Dans la cour ? À la cantine ?, etc. Le guide de classe propose de nombreuses stratégies pour éviter l’emploi de la langue de départ. Nous vous en donnons ici un bref aperçu :

3

Utilisation de l’auto-dico dans le cahier d’activités,

3

Emploi des fiches photocopiables du guide de classe,

3

Dessins ou photos,

3

Utilisation de mots de la même famille,

3

Sensibilisation aux mots transparents.

L’enseignant doit donc éviter le plus possible d’utiliser la langue maternelle. Cependant, lorsque son emploi est absolument nécessaire, il faut montrer aux apprenants qu’il s’agit d’un moment exceptionnel, d’une « parenthèse », au moyen d’un signal : geste particulier qui marque le début et la fin de la discussion en langue maternelle, clochette, cartes spéciales ou petit drapeau montrés à cet effet. Enfin, au début de l’année scolaire, l’élève peut être autorisé à s’exprimer dans sa langue maternelle. Il est important de toujours reformuler en français ce qu’il dit. Progressivement, on exigera que les élèves parlent de plus en plus longtemps dans la langue cible.

Utiliser le livre numérique

On le sait bien, les élèves adorent tout ce qui touche à l’informatique. Le livre numérique est un moyen de stimuler constamment leur intérêt. Il est également un outil très pratique pour visualiser les mots du lexique, afficher les encadrés grammaticaux et corriger les exercices d’un simple clic !

Exploitation d’Arthur et Lilou

Livre de l’élève

l Contrat d’apprentissage

Faire observer la page d’ouverture de l’unité. Elle sert à montrer aux élèves à quelle étape ils sont ou quelle étape ils ont franchie à chaque session. Il est nécessaire d’y revenir dès qu’un nouveau point est abordé.

Nous déconseillons de traduire systématiquement les compétences qui sont présentées dans cette page. Toutefois, au début, l’enseignant pourra parler avec les élèves [LM] de ce qu’ils vont apprendre. Il est nécessaire de stimuler leur curiosité, par exemple, en annonçant ce qu’ils vont devoir fabriquer ou à quel jeu ils vont jouer.

l Découverte du thème de l’unité

Le dessin accompagnant le contrat d’apprentissage peut servir comme point de départ pour découvrir le thème de chaque unité. Faire toujours lire les titres (unité et leçons). De même, faire observer le dessin qui ouvre la leçon. Demander aux élèves de faire des hypothèses sur la situation de communication en posant des questions sur l’identité des personnages, sur le lieu, sur leurs activités, etc. Il faut, bien entendu, éviter de poser les questions en langue maternelle. L’enseignant pourra se faire comprendre en faisant des gestes explicites et en suggérant des réponses possibles. Par exemple : C’est qui ? Montrer le personnage dans le dessin, puis faire un geste interrogatif. C’est Lilou ? C’est Arthur ?, etc. Les élèves chercheront à répondre en langue maternelle. L’enseignant écrira les mots clés en français au tableau. Les hypothèses seront vérifiées lors des écoutes progressives.

l Compréhension orale

Prévoir au moins trois écoutes pour chaque enregistrement. La première écoute se fait habituellement avec le dialogue caché. Pour ce faire, les élèves devront fabriquer un cache dès le début de l’année scolaire.

Prévoir des écoutes en continu et des écoutes fragmentées pour faciliter la compréhension.

6
6

Dire aux élèves qu’ils ne doivent pas comprendre tous les mots du dialogue mais se concentrer uniquement sur les réponses aux questions qui leur sont posées. C’est pourquoi il est nécessaire d’orienter l’écoute en posant des questions spécifiques avant de passer l’enregistrement. Après avoir écouté l’enregistrement plusieurs fois, les élèves pourront faire les activités de compréhension orale. Cependant, certaines activités seront plus faciles à effectuer si l’on passe d’abord par l’étape de découverte du lexique.

l Lexique

Il est absolument déconseillé de traduire les mots du lexique ! L’enseignant dispose d’un matériel iconographique abondant pour expliquer le sens des mots nouveaux. Le guide de classe donne d’autres conseils pour faire découvrir et faire assimiler le lexique aux élèves. Il est utile de toujours terminer l’apprentissage du lexique par l’utilisation de l’auto-dico, à la fin du cahier d’activités.

l Grammaire

Comme pour le lexique, il ne faut pas utiliser la langue maternelle pour les explications de grammaire ! D’autre part, pour que les cours ne deviennent pas fastidieux, il faut éviter d’utiliser du métalangage ou trop d’explications techniques. Les encadrés grammaticaux ne contiennent pas de métalangage et le professeur peut recourir à différentes stratégies pour visualiser les points de grammaire et les faire assimiler. Toutefois, en fonction de l’âge et du niveau de ses élèves, l’enseignant pourra décider du moment où il introduit le métalangage. Celui-ci est utilisé dans le précis grammatical (Ma petite grammaire). Le professeur pourra y recourir pour fixer les structures avec les élèves. Les phénomènes grammaticaux sont toujours en relation avec les objectifs de communication de l’unité. Pour que l’enseignement ait du sens, le professeur doit écrire au tableau des phrases complètes comprenant le point étudié. Il est moins utile d’apprendre le crayon que C’est le crayon de Quentin, par exemple. Il peut utiliser un code couleur pour mettre en évidence les phénomènes : par exemple, bleu pour le masculin, rouge pour le féminin, vert pour le pluriel, etc. Pour faire assimiler les conjugaisons, l’enseignant peut faire chantonner les verbes étudiés ou les faire réciter rythmiquement en imposant une gestuelle particulière. Il peut également utiliser le jeu de la balle (voir guide, page 26). Enfin, le guide de classe lui propose des activités d’assimilation supplémentaires comme différents jeux et l’utilisation d’étiquettes syntaxe qui permettent aux élèves de former des phrases complètes à partir de mots mélangés.

l À vos micros !

Cette rubrique consacrée à la phonétique présente les points qui posent des difficultés aux débutants :

intonation, liaison et certains phonèmes. Les élèves découvrent le phénomène à étudier dans la comptine, au début de la rubrique. L’enseignant doit recopier cet exemple au tableau et le lire en exagérant la prononciation du phénomène étudié. Il peut le mettre en évidence à l’aide de craies de couleur. Passer l’enregistrement plusieurs fois. Demander à plusieurs élèves de répéter et corriger systématiquement la prononciation. La découverte du phénomène à étudier est suivie d’activités, toujours enregistrées. Les élèves répètent des mots ou des phrases ou bien doivent discriminer deux phonèmes. Le cahier d’activités possède également un exercice de phonétique pour mieux assimiler.

l En scène !

Les élèves élaborent un dialogue à partir d’un canevas : dessins ou bulles qui suggèrent les répliques. Cette activité interactive est très importante parce qu’elle permet à l’enseignant de vérifier les acquis réels de la leçon. Le professeur doit former des groupes, selon le nombre de personnages requis. Il est important de donner aux élèves le temps nécessaire à la préparation de l’activité (10 minutes environ) et de circuler en classe pour aider les élèves à préparer leur dialogue.

La récitation des dialogues est également une phase très importante parce qu’elle permet à toute la classe de jouer un rôle actif. Pendant qu’un groupe joue, les camarades peuvent noter sur un papier tous leurs commentaires qu’ils communiqueront à la fin de chaque production. Le professeur peut également désigner un jury d’élèves qui votera pour le meilleur dialogue. Insister particulièrement sur l’intonation, la prononciation et la gestuelle.

l

Récréation

Cette rubrique est une rubrique de détente. Elle s’articule autour de trois activités ludiques :

3 La chanson Activité de rebrassage, elle reprend le lexique et les structures de l’unité sur un rythme moderne, facile à mémoriser. Elle permet aux élèves d’assimiler ce qui a été vu dans l’unité et d’apprendre à bien prononcer tout en s’amusant.

7
7

Passer la chanson plusieurs fois. Au bout de deux ou trois écoutes, les enfants fredonnent la mélodie. Pour faire mémoriser, le professeur peut chanter une phrase que les élèves répètent. Ou alors, les élèves chantent un couplet après l’autre. Demander aux élèves d’accompagner la chanson de mimiques ou de gestes particuliers.

3

L’interculturel Des photos ou des dessins enrichissent le thème de l’unité et permettent aux élèves de faire des comparaisons entre leur propre culture et celle qu’ils découvrent dans la méthode. C’est aussi l’occasion, pour l’enseignant, de réemployer dans un autre contexte le lexique et les structures de chaque unité. Faire observer les photos ou les dessins et les faire décrire en dirigeant les élèves au moyen de questions. Écrire éventuellement quelques mots clés au tableau. Ne pas oublier de poser des questions qui poussent les élèves à comparer avec leur propre pays, leur école, leur famille, etc.

3

Le jeu Le jeu permet de réutiliser de manière ludique les acquis de la leçon et apprend à l’élève à respecter des règles simples, à se socialiser et à agir en français. En même temps, il lui permet de dédramatiser ses fautes de français. Les règles illustrées, pages 63-64, permettent aux élèves de jouer presque en autonomie. Le professeur forme des groupes dont le nombre est précisé à chaque jeu et leur fait découvrir les règles, en langue maternelle si nécessaire. Il doit prendre le temps de donner des exemples avant de commencer. Pendant le jeu, circuler en classe pour surveiller les groupes et, éventuellement, corriger. Lorsque un élève gagne, il doit dire : J’ai gagné ! Il est important de féliciter les gagnants en disant : Bravo ! Tu as gagné ! Le reste de la classe applaudit.

l

Atelier

Il ne faut pas négliger cette étape de l’apprentissage qui permet aux élèves d’agir et d’interagir en français et de réinvestir leurs acquis. En même temps, elle contribue à leur transmettre des valeurs positives (collaboration et entraide) et elle développe leur dextérité et leur créativité. Les objets fabriqués sont toujours utiles, ce qui contribue à donner du sens à l’activité. Ils sont faciles à réaliser et nécessitent un matériel peu onéreux, souvent recyclé (boîtes de céréales, pages de magazines, etc.). Au début de l’année, l’enseignant peut demander le matériel de base (feuilles de papier Canson®, ciseaux, colle, feutres). Il leur donnera le lexique de base (ciseaux, colle, feutres, etc.) en français et veillera à ce que les élèves communiquent en français. Nous conseillons aux enseignants de réaliser eux-mêmes les créations en s’arrêtant à chaque étape et en circulant dans les rangs pour faciliter le travail des élèves. Inciter les élèves à interagir en français. Ne pas oublier de féliciter les élèves pour leurs réalisations. Si possible, les afficher ou les photographier.

8
8

Page d’accueil

Page d’ouverture
Page d’ouverture

Illustration

permettant

de découvrir

le thème

de l’unité

Contrat d’apprentissage Présentation des compétences et des tâches de l’unité

Leçons 1 et 2

Grammaire
Grammaire
Document déclencheur Exercices d’assimilation Questions de compréhension Jeu de rôle à partir d’un canevas
Document déclencheur
Exercices d’assimilation
Questions de
compréhension
Jeu de rôle à partir d’un
canevas illustré
Phonétique
Lexique
9

Récréation

Chanson

Rubrique

interculturelle

Atelier
Atelier

Activité

de bricolage

Annexes
Annexes

Précis

grammatical

10
10
interculturelle Atelier Activité de bricolage Annexes Précis grammatical 10 Jeu Recette de cuisine Règles de jeu
interculturelle Atelier Activité de bricolage Annexes Précis grammatical 10 Jeu Recette de cuisine Règles de jeu
interculturelle Atelier Activité de bricolage Annexes Précis grammatical 10 Jeu Recette de cuisine Règles de jeu

Jeu

Recette de cuisine

Règles de jeu

Cahier d’activités

Les exercices suivent la progression lexicale et grammaticale du livre de l’élève. Ils peuvent être donnés à faire à la maison mais ils peuvent être faits également en classe, pour travailler de manière plus ludique, à deux ou à plusieurs, surtout lorsqu’il s’agit de mots fléchés, d’alphabets codés, d’anagrammes, etc. Dans ce cas, le guide donne pour chaque exercice la démarche à suivre. Lorsqu’il s’agit de devoirs, l’enseignant peut décider de les préparer oralement en classe avant de les donner à faire par écrit à la maison. Ainsi, les élèves verront l’exercice trois fois : en classe, chez eux, et au moment de la correction. Il est conseillé de ramasser les cahiers et de procéder à une correction individuelle.

les cahiers et de procéder à une correction individuelle. l Ma page perso Cette page permet

l Ma page perso

Cette page permet aux élèves de se préparer aux épreuves écrites du DELF Prim. En même temps, il s’agit d’une page personnelle où l’élève s’exprime librement. L’enseignant intervient peu ou pas du tout. Cependant, il peut indiquer aux élèves où trouver le lexique et les structures dont ils ont besoin pour faire les activités de cette rubrique, en les renvoyant, par exemple, à l’auto-dico ou au précis grammatical à la fin de la méthode.

11
11

l C’est quoi, mon score ?

Ce bilan noté permet aux enseignants de percevoir les points forts et les points faibles de leurs élèves et d’ajuster leur enseignement en fonction de leurs résultats. Il se déroule en deux phases :

1. Compréhension écrite d’un texte bref.

2. Production écrite à partir de dessins.

Le bilan est noté sur 20. La première épreuve est notée sur 5. Pour la deuxième épreuve, qui est notée sur 15, l’enseignant peut attribuer un point par forme verbale ou mot de vocabulaire en enlevant un demi-point si l’orthographe lexicale ou grammaticale n’a pas été respectée.

Par exemple :

Qu’est-ce que c’est ? (1 point).

C’est (1 point) une (1 point) gomme (0,5 point).

Bien entendu, l’enseignant peut adopter le barème qui lui conviendra.

Selon la note qu’il aura reçue, l’élève entoure les smileys correspondants au portfolio où il fera son auto-évaluation.

au portfolio où il fera son auto-évaluation. , puis il est renvoyé Compréhension écrite / 5

, puis il est renvoyé

où il fera son auto-évaluation. , puis il est renvoyé Compréhension écrite / 5 Production écrite

Compréhension écrite / 5

Production écrite / 15

Évaluation

l Mon portfolio

Le portfolio correspond aux prescriptions du CECR. Il offre aux élèves un regard sur leur propre apprentissage. En évaluant ses points forts et ses faiblesses, l’élève développe son autonomie et se sent responsabilisé. L’évaluation du portfolio tient compte des compétences suivantes : compréhension orale (J’écoute), compréhension écrite (Je lis), production orale individuelle (Je parle), production orale en interaction (Je parle avec mon voisin), production écrite (J’écris). Il s’agit d’une rubrique personnelle. Le rôle de l’enseignant se limite, ici, à aider les élèves à comprendre les items du tableau. Lire chaque phrase et l’expliquer en langue maternelle. L’élève coche le smiley qui correspond à son stade d’apprentissage. Il est conseillé de faire compléter le portfolio après avoir fait C’est quoi, mon score ?. De cette manière, l’élève peut plus facilement évaluer ses acquis. Toutefois, l’enseignant peut décider de le faire remplir au fur et à mesure, après chaque séance, ou en fin d’unité.

12
12

Production orale

individuelle

Production orale

en interaction

Production orale individuelle Production orale en interaction Compréhension orale Compréhension écrite Production

Compréhension orale

Compréhension écrite

Production écrite

l Mon auto-dico

À la fin de chaque unité, ou de chaque leçon, les élèves constituent leur dictionnaire. Les mots y sont illustrés et classés par thèmes. Les élèves écrivent le mot correspondant à côté de chaque dessin. Ils doivent utiliser des couleurs différentes selon le genre et le nombre des mots illustrés : bleu pour le masculin, rouge pour le féminin et vert pour le pluriel. L’enseignant ramasse les cahiers régulièrement pour vérifier et corriger éventuellement.

13
13

Vive le français !

Vive le français ! 14
14
14
15
15

Pour commencer…

Pour impliquer les élèves dans l’apprentissage du français, le professeur doit les encourager à découvrir le matériel à leur disposition. Laisser les élèves ouvrir leur livre et leur cahier d’activités, les toucher, les manipuler. Leur montrer la page d’accueil de la méthode, page 3. Indiquer Arthur et Lilou et leur dire, en langue maternelle, qu’il s’agit des personnages principaux de la méthode qui leur souhaitent la bienvenue dans la méthode. Passer l’enregistrement, CD piste 2. Leur expliquer que cette page les informe sur ce qu’ils vont faire pendant l’année. L’apprentissage du français sera amusant. Les élèves vont chanter, bricoler, jouer en apprenant le français. Leur faire voir les différentes parties d’une unité : les deux leçons, les rubriques Récréation et Atelier. Leur montrer la structure de la méthode. Faire voir les différentes parties du livre : les unités, le précis grammatical (pages 61-62) et les règles de jeu (pages 63-64). Puis, lire le mode d’emploi (pages 6-7) avec les élèves. Leur faire observer attentivement tous les pictogrammes. Leur expliquer qu’ils leur serviront à comprendre plus facilement les énoncés des exercices et qu’ils peuvent les regarder à tout moment s’ils ont des difficultés. En dernier lieu, leur faire découvrir le cahier d’activités : le mode d’emploi, la structure d’une unité (exercices, Mon portfolio, Ma page perso, C’est quoi, mon score ?, Mon auto-dico et annexe bricolage).

16
16
0 Unité
0
Unité

Vive le français !

Objectifs

Reconnaître le français parmi d’autres langues à l’oral et à l’écrit Répéter l’alphabet et épeler les prénoms Découvrir les personnages de la méthode Faire le point sur ce que les élèves connaissent déjà de la France et du français

Découvertes

Les pays où on parle français Les symboles de la France Quelques Français célèbres Les mots transparents La géographie de la France, quelques spécialités

L’unité 0 constitue une étape importante de l’apprentissage du français car il s’agit, pour de nombreux élèves, de leur premier contact avec cette langue. L’enseignant doit mettre en œuvre tous ses moyens pour réussir ce contact en rassurant les élèves et en leur montrant qu’ils ont déjà certaines connaissances en français.

l

Établir le « contrat d’apprentissage ». Expliquer que l’unité 0 est une unité spéciale qui leur permet de prendre conscience de ce qu’ils savent déjà de la France et du français et de comprendre aussi à quoi sert d’apprendre cette langue.

l

Ne pas oublier de fixer certaines règles concernant l’utilisation de la langue maternelle pendant le cours. Dire aux élèves qu’à partir de là, l’enseignant parlera surtout en français, mais que les élèves peuvent répondre dans leur langue maternelle.

l

Lire le titre Vive le français ! avec une intonation exagérée. Donner d’autres exemples de l’expression

Vive

utilisée pour des équipes de football ou des pays. Si nécessaire, traduire l’expression ou expliquer

[LM] que Vive + nom est une expression qu’on utilise pour montrer qu’on aime beaucoup quelque chose, pour exprimer son admiration ou son enthousiasme envers quelqu’un ou quelque chose.

l

Passer aux premières activités. Ne pas oublier que l’objectif de l’unité 0 est de mettre les élèves en confiance. S’ils font des fautes dans cette unité, il ne faut pas les relever, mais simplement reformuler en français.

C’est quelle langue ?

L’objectif des activités 1 et 2 est de reconnaître le français parmi d’autres langues à l’oral, puis à l’écrit.

page 8

Activité 1

 
Piste 3
Piste 3

l

Avant de passer à l’activité, entamer une discussion en langue maternelle. Demander aux élèves de citer leurs chanteurs préférés et de dire dans quelle langue ils chantent. Pour se faire comprendre en français, donner des exemples : Mon chanteur préféré, c’est… Il chante en anglais. Ma chanteuse préférée, c’est… Elle chante en français.

l

Faire une première écoute en s’arrêtant à la fin de chaque extrait. Demander aux élèves de reconnaître les langues mais sans confirmer pour l’instant.

l

Repasser tous les extraits en continu. Les élèves font l’activité.

 
 

Corrigé

Chansons françaises : 2 et 5

1 : Chanson russe - 3 : Chanson espagnole - 4 : Chanson italienne - 6 : Chanson grecque

page 8

Activité 2

l

Faire observer les phrases de l’activité. Faire déduire aux élèves qu’il s’agit de Bonjour ! dans différentes langues.

l

Demander aux élèves s’ils peuvent reconnaître ces langues. Faire retrouver le mot français.

Corrigé

Cocher : Bonjour !

Langues utilisées (de gauche à droite et de haut en bas) : allemand, anglais, italien, chinois, français, russe, grec, arabe, turc

17
17
0 Unité
0
Unité

L’alphabet

Vive le français !

Les élèves découvrent l’alphabet français.

page 8

Activité 3

 
Piste 4
Piste 4

l

Faire observer les lettres de l’alphabet. Si possible, écrire au tableau ou afficher les lettres sur le TBI pour que les élèves puissent suivre plus facilement.

l

Demander aux élèves de dire combien il y a de lettres. Écrire 26 au tableau. Demander s’il y a des lettres qu’ils ne connaissent pas. Les prononcer et les écrire au tableau. Demander aussi combien de voyelles [LM] a l’alphabet français. Faire comparer avec leur propre alphabet.

l

Passer l’enregistrement une première fois en s’arrêtant après chaque lettre. Les élèves répètent.

l

Attribuer une lettre à chaque élève qui l’écrit sur une feuille. Repasser l’enregistrement en faisant une pause après chaque lettre. Les élèves lèvent la feuille correspondante.

l

Repasser l’enregistrement en continu. Les élèves répètent l’alphabet collectivement.

l

Passer à l’activité 4.

 
Activité supplémentaire On peut faire réaliser par les élèves une frise avec les lettres de
Activité supplémentaire
On peut faire réaliser par les élèves une frise avec les lettres de l’alphabet et l’afficher.

page 8

Activité 4

 
Piste 5
Piste 5

Faire chanter la chanson. Les élèves lèvent les feuilles des lettres correspondantes.

 

Transcription

 
 

A

B C

A

B C

D

E F

D

E F

G

H I

G

H I

 

J K L

J K L

 
 

M

N O

M

N O

P

Q R

P

Q R

S

T U

S

T U

V

W

V

W

 

XY Z

XY Z

 
 

Maintenant je les connais Toutes les lettres de l’alphabet

Maintenant je les connais Les lettres de l’alphabet français

 

Après plusieurs écoutes, l’enseignant passe le karaoké de la chanson (CD chansons, piste 2).

page 6

 

Cahier d’activités

 

l

Exercice 6 Les élèves travaillent individuellement. Correction collective. Après la correction, demander à des élèves de réciter l’alphabet par cœur. Désigner un élève. S’il se trompe ou s’il n’arrive pas à se souvenir de l’ordre des lettres, faire enchaîner par un autre élève.

Corrigé

Lettres manquante : B, E, G, I, J, M, Q, U, V, Y, Z

 

Ta nouvelle bande de copains

Les élèves découvrent les personnages de la méthode et apprennent à épeler leur prénom.

page 9 Activité 5 l Les élèves ont déjà fait connaissance avec Arthur et Lilou
page 9
Activité 5
l Les élèves ont déjà fait connaissance avec Arthur et Lilou à la page 3. Leur dire [LM] qu’ils vont voir
Arthur, Lilou et leurs amis et apprendre comment ceux-ci s’appellent.
18
0 Unité
0
Unité

Vive le français !

0 Unité Vive le français ! l Lire le titre de la rubrique. Montrer le dessin

l

Lire le titre de la rubrique. Montrer le dessin et dire : C’est Arthur. Arthur est le copain de Lilou, Kim, Noah, Manal et Quentin. C’est la bande de copains d’Arthur.

l

Lire la consigne. Épeler le prénom d’un élève en guise d’exemple, puis désigner des élèves qui lisent d’abord le prénom d’un personnage, puis l’épellent.

l

Désigner d’autres élèves qui épellent leur propre prénom.

l

Dicter des prénoms français en les épelant. Éviter les prénoms avec des caractères spéciaux. (Ils seront vus dans Arthur et Lilou, niveau 2.)

Remarque Donner majuscule et minuscule. Il est peut-être également utile de leur dire que lorsqu’on
Remarque
Donner majuscule et minuscule.
Il est peut-être également utile de leur dire que lorsqu’on épelle deux consonnes identiques, on
dit, par exemple, deux -l.

Ici, on parle français !

page 9

Activité 6

 

Les élèves découvrent la francophonie en Europe et au Québec.

l

Montrer les petites cartes et demander : Qu’est-ce que c’est ? Dire : Ce sont des cartes de géographie.

l

Aider les élèves à identifier les pays correspondants. Si possible, utiliser une carte du monde à cet effet. Ne pas trop insister à ce stade sur la prononciation des noms de pays.

l

Demander quels élèves sont allés dans ces pays et s’ils savent quelles langues on y parle. Renvoyer au titre de la rubrique : Ici, on parle français !

l

Faire l’activité A. Les élèves peuvent travailler à deux. Corriger collectivement. À ce stade, il est inutile de préciser que le Québec n’est pas un pays mais une province. Faire remarquer que la France a une forme facile à reconnaître (hexagone). On peut également renvoyer les élèves à la carte de la page 12.

l

Faire l’activité B. Désigner des élèves qui épellent les noms de pays. Ne pas insister sur l’accent aigu de Québec (les caractères spéciaux seront vus dans le niveau 2).

 

Corrigé A. 1. La France - 2. La Suisse - 3. La Belgique - 4. Le Luxembourg - 5. Le Québec

page 5

 

Cahier d’activités

l

Exercice 2 Les élèves travaillent individuellement. Ils peuvent consulter les cartes du livre de l’élève, page 9. Correction collective. L’enseignant demande aux élèves d’identifier les autres cartes (Grèce et Italie). Passer dans les rangs pour vérifier l’activité.

Corrigé Case à cocher : 4

La France, c’est ça !

Chaque élève a une image de la France qui provient de son vécu. Les activités 7 et 8 ont pour but de mettre en commun toutes ces représentations. Faire lire le titre. Demander aux élèves de dire ce qu’il y a dans la frise de l’unité (un béret, la tour Eiffel, un croissant). Avant de démarrer les activités, faire une petite discussion en posant [LM] aux élèves les questions suivantes : Quand je dis France, à quoi vous pensez ? Qu’est-ce que vous imaginez ? Orienter la discussion en demandant s’ils connaissent des spécialités, des voitures, des monuments, des marques de vêtements, de parfum, etc.

19
19
0 Unité
0
Unité

Vive le français !

page 10

Activité 7

 

Les élèves découvrent l’un des symboles de la France : le drapeau tricolore.

l

Commencer par leur faire dessiner le drapeau de leur pays.

l

Faire observer les drapeaux. Demander aux élèves s’ils les connaissent et s’ils peuvent les associer à un pays.

l

Demander aux élèves de retrouver le drapeau français. Attirer l’attention sur le fait que les drapeaux de la Russie, des Pays-Bas et de la France sont très proches, puisqu’ils ont les mêmes couleurs mais dans un ordre ou un sens différents. Puis faire dessiner des drapeaux français qu’on affichera sur le panneau de la classe ou dont on fera une guirlande.

l

Expliquer à quels pays correspondent les autres drapeaux. Si nécessaire, montrer ces pays dans un atlas.

 

Corrigé

Cocher le drapeau 7. Pays des drapeaux : 1. Liban - 2. Allemagne - 3. Grèce - 4. Égypte - 5. Belgique - 6. Russie - 7. France - 8. Pays-Bas

page 5

 

Cahier d’activités

l

Exercice 1 Les élèves travaillent individuellement. L’enseignant passe dans les rangs pour vérifier l’activité.

page 10

Activité 8

 

Faire l’activité individuellement. Mise en commun. Donner tout ce que les élèves n’auront pas trouvé.

 

Corrigé

Cocher la baguette, la DS 3, la tour Eiffel, le sac Chanel, le camembert, le défilé du 14 juillet (les Champs- Élysées), Notre-Dame de Paris, le béret, la marinière, le flacon Dior, les macarons, les espadrilles, les crêpes, le château de Chenonceau

page 6

 

Cahier d’activités

l

Exercice 4 Les élèves travaillent individuellement. Pour rendre cette activité plus ludique, l’enseignant peut former des groupes de trois à quatre élèves et leur demander de réaliser un collage avec des symboles français (mode, gastronomie, monuments, etc.) qu’ils auront découpés au préalable dans des magazines. Passer dans les rangs pour vérifier l’activité.

Corrigé

Production personnelle.

Voilà des Français célèbres !

page 11

Avant de faire l’activité, demander aux élèves s’ils connaissent des Français célèbres. Leur donner des exemples pour qu’ils comprennent le mot célèbre.

Activité 9

l

Faire lire le titre de la rubrique et faire observer les photos des Français célèbres.

l

Dire aux élèves [LM] qu’il s’agit de Français connus dans le monde entier. Leur demander s’ils connaissent ces personnes.

l

Faire observer également la grille avec les petits dessins. Leur expliquer que chaque dessin symbolise la personne célèbre, indique sa spécialité. Faire coïncider Napoléon 1 er avec sa couronne en guise d’exemple.

l

Les élèves peuvent faire l’activité à deux. Mise en commun.

20
20

Corrigé

Toque de chef : 2 - Flacon Chanel : 6 - Panier de basket : 7 - Micro : 3 - Piano : 5 - Couronne : 8 - Pellicule de film : 1 - Éprouvette : 4

0 Unité
0
Unité

Vive le français !

0 Unité Vive le français ! Activité supplémentaire L’enseignant peut demander aux élèves de faire une
Activité supplémentaire L’enseignant peut demander aux élèves de faire une recherche sur Internet et d’apporter
Activité supplémentaire
L’enseignant peut demander aux élèves de faire une recherche sur Internet et d’apporter des photos de
Français célèbres dans le domaine de leur choix. Faire réaliser en groupes de trois à quatre élèves des
collages avec ces photos. Demander aux élèves d’écrire sous chaque photo les nom et prénom de ces
personnes.
DONNÉES CULTURELLES 1. Omar Sy : acteur et humoriste français, né en 1978, connu pour
DONNÉES CULTURELLES
1.
Omar Sy : acteur et humoriste français, né en 1978, connu pour son rôle aux côtés de François Cluzet dans le
film Intouchables
2.
Hélène Darroze : grand chef cuisinier français et propriétaire du restaurant gastronomique qui porte son nom,
seule femme en activité ayant obtenu deux étoiles dans le Guide Michelin depuis 2003
3.
Zaz : chanteuse française née en 1980, connue pour le titre J’en veux pas, tiré de son premier album sorti en
mai 2010
4.
Marie Curie : savant français né en 1867, connu pour ses recherches sur les radiations. Elle est la seule femme
à avoir reçu deux prix Nobel et dans deux disciplines différentes, la physique et la chimie.
5.
Hélène Grimaud : pianiste née en 1969, elle se produit avec les plus grands orchestres philarmoniques et a reçu
de prestigieux prix de musique. Elle est connue également pour son amour des loups.
6.
Coco Chanel : grande couturière française, elle crée la mode des années 20 et 30. Elle est la première à lancer
un parfum, le n o 5.
7.
Tony Parker : joueur français international de basket-ball, il est le premier joueur français à avoir été sacré
champion NBA.
8.
Napoléon 1 er : né en 1769 et mort en 1821, il a été empereur de 1804 à 1815.

Tu connais déjà le français !

Les élèves connaissent déjà quelques mots en français qu’ils ont entendus en famille, en voyage, au cinéma, à la télévision ou à la radio, ou encore au restaurant. Les activités 10 et 11 leur font prendre conscience que le français est très présent dans leur vocabulaire sans qu’ils le sachent.

page 11

Activité 10

 

l

Expliquer aux élèves qu’ils connaissent sûrement déjà quelques mots en français. Ensuite, leur donner le temps d’observer les mots de l’activité et d’entourer ceux qu’ils connaissent.

l

Lire les mots et demander aux élèves qui comprennent de lever la main. Ceux qui comprennent expliquent aux autres.

l

Faire produire d’autres mots.

page 11

Activité 11

 

Les élèves peuvent faire l’activité à deux. Mise en commun.

 

Corrigé De gauche à droite : 2 - 4 - 5 - 1 - 7 - 8 - 3 - 6

page 5

 

Cahier d’activités

l

Exercice 3 Les élèves peuvent travailler à deux. Il serait préférable qu’ils ne regardent pas dans leur livre pour faire cette activité. L’enseignant passe dans les rangs pour vérifier.

Corrigé Production personnelle.

21
21
0 Vive le français ! Découvre la France ! page 12 Activité 12 Unité
0
Vive le français !
Découvre la France !
page 12
Activité 12
Unité

Les élèves découvrent la France au niveau géographique (villes, fleuves, mers, montagnes) ainsi que quelques spécialités culinaires, monuments, infrastructures sportives, attractions, etc.

l Laisser le temps aux élèves d’observer la carte. Leur demander de décrire ce qu’ils voient. Leur poser des questions (LM) par catégories pour les aider, par exemple : Quels fleuves il y a en France ? Comment s’appellent les montagnes ? Quelles spécialités on trouve en France ?, etc. Reformuler les réponses en français.

DONNÉES CULTURELLES Les pays limitrophes : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne Les fleuves :
DONNÉES CULTURELLES
Les pays limitrophes : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne
Les fleuves : la Seine, la Loire, la Garonne, le Rhin, le Rhône, la Saône
Les montagnes : le Jura, les Alpes, le Massif central, les Pyrénées
Les mers : la Mer du Nord, La Manche, l’Océan atlantique, la Mer Méditerranée
Une île : La Corse
Les villes : Calais, Lille, Rouen, Paris, Brest, Reims, Strasbourg, Lyon, Bordeaux,Toulouse, Montpellier, Marseille,
Bastia…
Les monuments : l’abbaye du Mont-Saint-Michel, les maisons à colombages (Strasbourg), les châteaux de la
Loire, le pont d’Avignon
Les spécialités culinaires : les biscuits Lu (Nantes), le foie gras (Aquitaine), le saucisson (Lyon)
Les vins : le champagne (Reims), le bordeaux
Les infrastructures sportives : le stade de France (Paris)
Les transports : le tunnel sous la Manche, l’Airbus
Les sports : ski et snowboard (Alpes, Pyrénées), Formule 1 (Le Mans)
Des personnages de bande dessinée : Bécassine,Titeuf
Autres activités : le festival de la bande dessinée (Angoulême), le Festival de Cannes, la porcelaine (Limoges)

Remarque Après avoir fait toutes les activités de l’unité 0, l’enseignant peut revenir sur le « contrat » initial et demander aux élèves [LM] à quoi sert, selon eux, d’apprendre le français. Faire le point en langue maternelle : découvrir un nouveau pays, une nouvelle langue, comprendre des chansons françaises, connaître des spécialités culinaires, des monuments, des chanteurs, acteurs, musiciens, sportifs célèbres, lire des BD, pouvoir partager ses centres d’intérêt avec des francophones de son âge, visiter la France et les pays où l’on parle français sans avoir de problèmes pour se faire comprendre, faire ses études, etc.

22
22

page 6

Cahier d’activités

l Exercice 5 Les élèves peuvent travailler à deux. Il peuvent regarder la carte dans leur livre (p. 12). Correction collective. Ne pas oublier de situer chaque ville sur la carte.

Corrigé Angoulême, Paris, Limoges, Marseille, Strasbourg

Vienne est également une ville française mais elle n’apparaît pas sur la carte p. 12.