Vous êtes sur la page 1sur 8

Trimestriel : n° 000 Janvier - Février - Mars 2006

Sommaire
EDITORIAL 2
POUTCHI ?
PRESENTATION DU BUREAU 2 Pourquoi AGT ne participe pas aux compétitions organisées par le Club des
POUTCHI ? 3
CONTRUCTION
Gommiers de la Martinique ?
DU NOUVEAU QUAI 4
Outil indispensable pour
notre école de voile

VWEL JOU D’LAN 4


CHANTIER : REPARATION
DE PEGASE 4

BREIZH MADININA – AGT 5


Échange culturel avec les bretons

DOLCE VITA A CALIFORNIE 5


PORTRAIT 6
FICHE TECHNIQUE 6
NOUVEAUX MEMBRES 7
PROJETS 7
LES COLLEGIENS AU GOMMIER 8
PAWOL MATJE SE ROCH 8

Bord de mer, Californie


97232 Le Lamentin (Martinique)
Tél. : 0596 39 71 56

Directeur de la publication
Claude BLAMEBLE.

Mise en Page :
Raymond MICHIGANT.
VWEL JOU D’LAN
Impression : Renouer avec la tradition
Association Gommier et Tradition.

Photos :
Association Gommier et Tradition.

Ont participé à ce numéro :


Jean-Paul SAINTE-ROSE,
Patrick PETITO,
Frédéric BELLEMARE,
Richard SAINT-AIME, CONSTRUCTION
Raymond MICHIGANT, DU NOUVEAU QUAI
Claude BLAMEBLE… Outil indispensable
pour notre école de voile
DOLCE VITA A CALIFORNIE
Des étudiants italiens au gommier
édito
N° 000 PAGE 2

LAVWA KA BA , une voix Notre champ d’investigation est


porteuse de ce qui se voit dans la assez large pour que toutes les com-
voie engagée de la tradition. pétences soient utiles et utilisées.
Ce nouveau moyen de commu- LAVWA KA BA ne traitera pas
nication devra nous servir à tisser exclusivement des sujets émanant de
un réseau entre nos adhérents l’association, nous souhaitons être
voire nos sympathisants. l’écho de tout événement nautique et
LAVWA KA BA se veut plus particulièrement le volet tradi-
informatif et pédagogique avant tionnel.
tout. Nous ne pouvons prétendre Nous espérons que notre paru-
détenir tous les savoirs et savoir- tion trimestrielle reflètera, au fil du
faire, mais nous tenons à partager temps, l’état d’esprit affiché dans ce
ce que nous pensons être utile à la premier numéro.
sauvegarde de notre patrimoine. Contribuons à ce que notre jeu-
Nous tenons à rester une asso- nesse ne remette pas à demain toutes
ciation ouverte à tous, conviviale les occasions de s’enraciner pour
où chacun peut connaître un épa- qu’elle ne se perde pas en chemin.
nouissement à travers nos activités
qu’elles soient culturelles ou spor- Patrick PETITO
tives.

Présentation du bureau
-Membre fondateur
Tradition, -Président depuis 1998
Patrimoine,
Histoire,
Racines,
Mémoire,
Ténacité, Président
Humilité, Patrick PETITO

Solidarité,
-A rempli la fonction de secrétaire -Après les fonctions de trésorier,
Endurance, de 2000 à 2005. est maintenant secrétaire.
Vigilance, -Depuis janvier 2006, il est le nou- -Met sa polyvalence de coursier
veau trésorier. dans la formation des jeunes
Cohésion, -Coursier sur MWEN PA SAV. régatiers.
Loyauté, -Met au service de l’association ses -Conseiller médical de l’associa-
compétences de graphiste. tion.
Discipline, -Coursier sur MWEN PA SAV.
Concentration, Trésorier
Raymond MICHIGANT Secrétaire
Initiation, Alexandre HOUCOU
Pédagogie,
Proximité, -Il lui incombe la responsabilité de -Sa plume efficace nous est
Loisirs, maintenir la convivialité et tout ce souvent utile.
qui concerne la maintenance. -Sa maîtrise de l’organisation
Sport, -Coursier sur MWEN PA SAV. nous est souvent salvatrice.
Tourisme, ...

Assesseur Assesseur
Jean-Paul SAINTE-ROSE Claude BLAMEBLE
N °
0 0 0
N° 000 PAGE 3

mal intentionnés de la part du ne pas se tromper de président !

POUTCHI ?
« père » de « Welcome 2 » à propos Est-ce un hasard, si le construc-
de M.P.S. Il nous en voulait peut-être teur de « Welcome 2 » est le
vraisemblablement d’avoir terminé même qui n’a pas su finir la rénova-
une rénovation qu’il avait entamée et tion de Mwen Pa Sav ?
Pourquoi AGT ne participe pas aux com- pour laquelle il avait reçu le paiement Est-ce un hasard si Mwen Pa Sav
pétitions organisées par le Club des intégral. Après six mois d’arrêt des est le gommier qui a contesté en
Gommiers de la Martinique ? travaux, nous pouvions quand même 2005 la suprématie de « Welcome
récupérer notre bien. 1 » et de Gilbert Sainte-Rose ?
Mais revenons au litige qui nous Est-ce un hasard si 2005 a mon-
Cette année (2005-2006), beau- oppose au C.G.M. Lors de l’Assem- tré l’efficacité de l’école de voile
coup de nos sympathisants se po- blée Générale Ordinaire express du d’AGT ?
sent des questions sur notre non- 14 janvier 2006, la question Ce qui est sûr c’est qu’elle n’est
participation aux compétitions orga- « Welcome 2 » n’a pas été abordée plus citée en référence depuis une
nisées par le Club des Gommiers de au prétexte que personne n’avait certaine lettre parue dans France-
la Martinique (C.G.M). Afin que no- demandé son inscription à l’ordre du Antilles. Même si dans son propre
tre position soit claire pour tout le jour. Pour les membres du C.A du Challenge, elle représente plus du
monde, nous allons retracer l’histori- C.G.M notre (nos) courrier(s) ne tiers de la flottille des gommiers de
que de cette « affaire ». mérite(nt) pas un débat, ni même une compétition.
Lors du tour des yoles 2005, une réponse. Excusez-nous, monsieur le Prési-
embarcation a été présentée à la Ils n’ont réagi qu’à la parution de la dent du Club des Gommiers de la
télévision. Elle a plus ou moins la lettre du patriarche (qui nous égrati- Martinique, si notre position est
forme du gommier mais elle est gne au passage) qui nous est d’ailleurs plus conforme à vos discours que
construite comme une yole. Son attribuée, alors que nous avons tou- vos propres actes. Votre langage
concepteur la baptise « Yomié ». jours voulu « laver le linge sale en imagé et pédagogique présente le
Fabriquée pour relever des défis famille ». gommier comme la plus vieille ra-
(tour de la Martinique sans escale Malgré les propos insidieux du cine nautique de la Caraïbe.
avec F. Vert-pré), elle est testée lors président Largen, nous avons tou- Attention ! à trop vouloir couper
de trans-canaux. jours respecté nos engagements puis- la racine on entraîne la mort de
Déjà à ces occasions, nous som- que nous avons payé plus de 700 € l’arbre.
mes interpellés par le fait que cette pour l’inscription de trois embarca- Promouvoir le gommier de com-
embarcation soit classée au même tions aux compétitions du C.G.M. pétition ne passe pas par la volonté
titre que les gommiers, alors que la Aujourd’hui, on veut nous faire de ressembler à l’autre, mais par
yole qui nous accompagne ne l’est passer pour des rétrogrades qui n’ai- celle d’être soi-même.
pas. ment pas le gommier. Notre prési-
Pour nous, tout cela ne restait dent serait un dictateur qui impose « tipoul suiv tikanna,
qu’une expérience, un prototype ses choix à tous les membres de i mo nenyen ! »
montrant l’ingéniosité de nos char- Gommier et Tradition. Attention à
pentiers de marine. Mais, il s’agissait KBÉ
en fait des premières rafales annon-
çant une tempête à faire perdre
« larèl » .
Le 30 décembre 2005, le C.G.M
souhaitait officiellement la bienvenue
à « Welcome 2 ». Il nous demandait
en outre d’accepter la participation
du « Yomié » au challenge du 22 mé,
habituellement réservé aux seuls
gommiers.
Nous avons fait connaître notre
position, nous avons fourni une pro-
position de jauge et nous avons mis à
la disposition de tout membre du
C.G.M « Mwen Pa Sav » pour vérifier
le caractère monoxyle de notre
gommier.
En effet depuis la Côte Caraïbe Photo extraite du livre de Serge LUCAS : « Gommier : canot caraïbe » - 1989.
2005, nous faisons l’objet de propos
« Si le gommier est « bwa fouyé*», l’autre embarcation traditionnelle, la yole, est conçue à
partir d’une ossature sur laquelle on assemble des planches.

N °
0 0 0 * Bwa fouyé : embarcation de type monoxyle
CONSTRUCTION DU NOUVEAU QUAI
N° 000 PAGE 4

Outil indispensable pour notre école de voile


D’une longueur de 16m et moderne. Tout cela dans une ambiance
d’une largeur de 1,50m le nouveau conviviale comme d’habitude. Réalisé au
quai est un élément très important frais de l’association, souhaitons que
pour faciliter les embarquements et cette ouvrage dure longtemps pour le
les débarquements lors des activités confort de tous.
nautiques de notre association.
Grâce au savoir faire de cer-
tains de nos membres (Alvin hardel,
Léo Petito, Laurent Hardel, Louis
Georges Malfleury, Patrick Petito,
Gaby Neris, Charles Samot etc…) il
nous a fallu d’un week-end de car-
naval pour sa réalisation. Véritable
prouesse technique nos
« ingénieurs » en herbe nous garan-
tissent un ouvrage stable, fonction-
nel, robuste et d’une architecture Jean-Paul SAINTE-ROSE

VWEL JOU D’LAN


L’innovation pour cette nouvelle année fut incontestable-
ment ‘’Vwel Jou D’lan’’ un nouveau concept où c’est la pre-
mière régate de l’année : le 1er janvier . Les différentes équipes
sont composées d’hommes mariés, de célibataires et enfin de
jeunes. Suivie d’une 3ème mi-temps où tradition oblige , le
vermouth est de rigueur uniquement.
A l’année prochaine avec plus d’embarcation et surtout de
jeunes.
Jean-Paul SAINTE-ROSE

CHANTIER : Réparation de Pégase


PEGASE
reprend son envol

Ce gommier des Trois-ilets appar-


tenant à messieurs Henrius PATRICE
et Rosembert MENCE a été mis
gracieusement à notre disposition
depuis 6 ans environ.
MAPIPI des courses dans les
années 80, son état imposait une Alvin HARDEL
réparation importante.
Cette opération a été conduite
par les membres de la commission Nous avons mainte-
« travaux et réparation ». nant un gommier plus Laurent HARDEL
stable et plus opération-
nel pour l’apprentissage.

Patrick PETITO
N °
0 0 0 Léo PETITO
N° 000 PAGE 5

BREIZH MADININA-AGT
Echange culturel avec les bretons
Toujours dans l’esprit d’échange et de
fraternité, AGT pour les connaisseurs
continue son travail d’information. Pour
preuve le samedi 18 février pour la 2ème
fois nous recevions les bretons résidant
en Martinique. Nos invités ont beaucoup
apprécié ce moment d’échange tradition-
nel : gommier, musique, danses, rafraî-
chissements et repas furent les temps
forts du samedi. Un très bon moment
convivial où la tradition sort grandie de
ce genre d’échanges.
Rendez-vous est déjà pris pour l’année
prochaine.
Tout cela
Jean-Paul SAINTE-ROSE
dans une

DOLCE VITA A CALIFORNIE


ambiance

conviviale

comme
Toujours dans l’esprit de faire en kayak était également de la
découvrir et partager notre patri- partie. d’habitude...
moine et notre passion, l’associa- Vint ensuite l’heure du déjeuner
tion recevait le dimanche 12 mars où les jeunes découvrirent la cui-
un groupe d’étudiants italiens en sine traditionnelle grâce aux doigts
visite dans notre île pour un de fées de nos cordons bleus
échange culturel avec des étu- (Elise, Nicole, Flore et Domini-
diants du lycée du Marin. que). Après ce copieux repas,
Après l’ historique sur le gom- l’après-midi fut plus calme, consa- la barrière de la langue fût un dé-
mier et une initiation sommaire, cré au bronzage pour certaines ou tail. Ce fut une très belle expé-
la joyeuse équipe s’est lancée dans à la sieste pour d’autres. Un très rience pour tous les participants.
le bain. Une visite de la mangrove riche moment dans l’ensemble où
Jean-Paul SAINTE-ROSE

N °
0 0 0
N° 000 PAGE 6

PORTRAIT
La fille courage
Quand certains avaient mal aux fesses ils avaient mal aux mains, quand
d’autres avaient des douleurs aux cuisses eux c’étaient aux bras. Telles
sont les souffrances du teneur d’écoute.
Il est celui qui se tient près du chef d’équipage : le patron. Comme son
nom l’indique il tient les écoutes. Certains pensent que c’est une tâche
peu ou pas assez physique ou encore la considère comme étant la moins
risquée, ou la moins fatigante. Mais son rôle est toutefois aussi important
qu’un autre sur le gommier. Il se révèle souvent déterminant et sauve le
navire quand sa réaction est vive.
Vivacité, force, endurance, courage sont les qualités qu’elle a dévelop-
pées. Elle a tenu les écoutes d’un certain TONBE LEVE, de MWEN PA
SAV et aujourd’hui pour le RESTAN du challenge AGT. Chez elle, on
peut presque parler d’une histoire de famille. Son grand-père était pa-
tron, son père et son frère pratiquent le gommier tandis que maman est
la fidèle supportrice toujours présente pour les encourager. Pour son
jeune âge, son expérience en est presque déroutante. D’année en année,
elle a su progresser aux côtés de Pédrick PETITO sur TONBE LEVE et
lui montre actuellement qu’elle connaît son rôle dans l’équipage. Preuve
en est que les vétérans de MWEN PA SAV ont su lui faire confiance à
plusieurs reprises et maintenant c’est le tour de LE RESTAN de profiter
de son potentiel.
Son intérêt se porte aujourd’hui sur la barre puisqu’il paraîtrait qu’elle
souhaite remplacer un XXXXX à la barre d’un certain bateau. Qui ne
tente rien n’a rien et elle a raison d’essayer à ce poste. Nous y trouve-
Nous y trouverons peut être rons peut être le patron tant espéré pour l’équipage féminin d’AGT.
le patron tant espéré pour
l’équipage féminin d’AGT. Mais revenons en à son portrait, on la verra sur la plage tel une fille
calme, gentille, et réservée, qui écoute les autres et qui parle peu pour ne
pas dire jamais. Toutefois, à la moindre agression elle lâche son regard
tueur, sa pince acérée et sa dentition faisant fuir le plus grand requin
blanc.
Une telle description ne pourrait parler que d’une personne HARDEL
Audrey.
Léïla et Pédrick PETITO

FICHE TECHNIQUE
Le virement de bord (VDB)
Parmi les deux manœuvres permettant de changer d’amure celle qui est la plus souvent
utilisée est le virement de bord car moins périlleuse que l’empannage.
Au VDB ce changement d’amure se fait généralement d’un bord de près à l’autre.
Avant d’entamer cette manœuvre nous devons nous assurer que le gommier soit équilibré
et qu’il ait de la vitesse. Une fois ces conditions sont réunies, le patron demande à son équi-
page s’il est prêt à virer. Si la réponse est favorable il annonce le virement et pousse la barre,
en même temps le dernier bois passe son bois dressé et se tient prêt pour le rappel.
Le canot se dirige vers le vent, la voile se dégonfle, il perd de la vitesse. Pour garder de
l’erre, l’équipage doit veiller à l’équilibre tout au long de la manœuvre.
Arrivé face au vent la voile fasseye, le patron change de place et tire la barre, le matelot
d’écoute se lève et change ses écoutes de coté, de l’avant dernier au deuxième bois on passe
son bois dressé et l’équipage continue à équilibrer le gommier.
L’embarcation continue sa trajectoire et s’écarte du vent, la voile se gonfle, le premier bois
change de coté.
Une fois que la voile a changé de côté tous les équipiers se préparent à effectuer le rappel
une fois le VDB terminé.
N ° La voile est gonflée, on entame un nouveau bord.
0 0 0 Richard SAINT-AIME
N° 000 PAGE 7

NOUVEAUX MEMBRES PROJETS


Toute dynamique puise son éner-
gie dans la mise en œuvre de projets.
Notre association doit sa vitalité à ce
type de fonctionnement. Cette di-
mension de la vie associative se dé-
cline à travers un investissement qui
concerne divers champs d’applica-
tion.

Notre école de voile se fixe pour


Malige JOURSON objectif la pérennité de la voile tradi-
tionnelle c’est pour cette raison que
cette année nous préparons un équi-
page de moins de 16 ans en rempla-
cement de celui qui fit notre fierté
durant ces trois dernières années .

Nous nous sommes engagés dans


la réalisation d’un gommier entière-
ment conçu en Martinique. Ce sera
l’occasion de mettre en valeur cet
élément de notre patrimoine nauti-
que. Cette réalisation fera l’objet de
production de documents écrits,
Notre temps fort annuel « 10 jou lanmè Lanman- vidéo …. Dans un souci de rendre
tin » sera désormais une biennale. accessible à tous les informations de
cette embarcation encore trop mé-
Cette année, nous proposerons deux week-ends connue.
d’activités les 4 et 10, 11 juin 2006, dont le pré- Patrick PETITO
programme se définit comme suit :
Le 4 juin 2006 : Jounen neg sikri
Le 10 juin 2006 : inter-
entreprise gommier
Le 11 juin 2006 : Jounen Mapipi

Mathilde POIX

* Baptême de gommier à voile.


Jimmy JOLET
* Randonnée dans la mangrove
en Kayak de mer.
* Visite en yole à moteur du co-
hé du Lamentin.
* Repas traditionnel sur place.

Nos tarifs
Adultes : 35€
Enfants (-12 ans) : 20€

à la demande de groupe de personnes


(association, comité d'entreprise, hôtels,...),
30 pers. min.

N °
0 0 0 Magalie VINEL
N° 000 PAGE 8

LES COLLEGIENS AU GOMMIER


La voile traditionnelle support des apprentissages

Les actions d’AGT en milieu scolaire ont commencé depuis l’an-


née scolaire 2002-2003. Nous avons mis en place des cycles d’ap-
prentissage de 10 séances dont les objectifs sont les suivants :
- amener les élèves à naviguer en autonomie
- acquérir le lexique créole et français nécessaire à la pratique du
gommier
- mettre en œuvre l’interdisciplinarité autour du gommier

Actuellement nous avons des conventions avec :


- le collège de Petit-Manoir (3 classes)
- le collège de Saint-Joseph
- le collège de Godissard
- le foyer de l’Espérance (2 classes)

Grâce à monsieur Daniel DOBAT professeur de créole plus


connu sous le patronyme « MANDIBELE » qui utilise le gommier
comme support d’apprentissage de la langue, nous avons organisé
des journées découvertes avec quelques classes du collège Edouard
Glissant, Eda Pierre, Lorrain.

Nous avons eu aussi à intervenir avec une classe du lycée de DU-


COS et une autre du collège Notre Dame du Morne Rouge sur des
projets concernant l’énergie.

Patrick PETITO

PAWOL MATJE SE ROCH


Yo ka pèd tèt yo

« San tradision pa ni Soit disant pour des raisons classement dans les régates
péyi », c’est la devise de de performance ou de mo- notre position reste la
notre association, visiblement dernisation, voire plus ridicule même : question de principe.
Mi YOLE Mi
pas partagée par tout le de concurrence avec la yole. S’il faut être mal vu par le
GOMMIER, voici monde… Notre plus ancienne embar- comité directeur et certains
Le Club des gommiers de la cation à voile est menacée. coursiers ce n’est pas grave
venu le temps du
Martinique autorise la partici- De plus une telle décision car nous avons notre cons-
« tout venant » pation d’une embarcation devrait être prise en assem- cience pour nous.
faite de lattes et de planches blée générale après discussion Jusqu'à mise à plat de ce
dans nos régates. de bois dit ’’ gommier ’’ aux avec les membres voire un problème AGT ne participera
régates de la saison. vote. Mi yole mi gommier à aucune manifestation du
Sachant que par définition voici venu le temps du « tout Club des Gommiers de la
qu’un gommier est une em- venant » dans nos régates et Martinique.
barcation monoxyle (creusé ‘’tout moun kontan’’ la vi a
bel, bravo woulo... Pli ta pli triss..
dans un tronc d’arbre), il
nous est très difficile de tolé- En conclusion, quelque soit
rer une telle dérive. la dérive prise par certaines
embarcations et surtout leur Jean-Paul SAINTE-ROSE
N °
0 0 0