Vous êtes sur la page 1sur 5
L‘IMPOT DES PERSONNES PHYSIQUES: PLAN DE L’ENSEIGNEMENT DE MICHEL DE WOLF LAINTRODUCTION L*impor des personnes physiques est celui des impdts sur les revenus qui s‘applique aux habitants ire essentellement les personnes physiques qui ont abl en Belgique leur L'impot des personnes physiques entend imposer les contribuables en fonction de leur capacité contributive, selon une échelle progressive, Le taux marginal d’imposition est déja de 45% plus axe communale additionnelle, soit environ 48%, ds 20.660 EUR imposabies par an (exercice d'imposition 2016). En raison notamment de la progressivité, les barémes fiscaux, c'est-2-dire les montants en euros dans le Code, et les revenus cadastraux sont indexés. L’indexation, organisée par les articles 178 et 518 du CIR, se fait selon des taux différents, en raison notamment du moment oit elle a été mise en place et de son gel partiel & certaines époques pour des raisons budgétaires, L’arrondi se fait aux dix euros les plus proches, sauf quelques exceptions, dont les revenus cadastraux (2 euro). Les coefficients sont, & lexercice d’imposition 2016: = pour les quotités du revenu imposable globalement exemptées d'imp6t et les limites des ressources des personnes & charge: 1,7321; ~ pour les revenus cadastraux: 1,705 ~ pour Ja plupart des autres montants: 1,5271. L*impot des personnes physiques reste tres marqué par une conception cédulaire, se traduisant notamment par une définition énumérative limitative des revenus imposables (répartis en quatre catégories) ainsi que par des taux distinets imposition. ‘Voyez Impot des personnes physiques - Précis, Larcier, 2013, 419 pages (en collaboration avec J. Thilmany et J. Malherbe - préface de K. Gens). IL REVENUS IMMOBILIERS L’article 7 du CIR articule l’imposition des revenus immobiliers. [1 vise notamment les revenus implicites qui sont censés découler de ta propriété d’immeubles batis sis en Belgique. L'imposition fait appel & la notion de revenu cadastral, qui constitue une estimation duu revenu locatif net de 1975. Les revenus cadastraux n’ont plus fait objet d'une péréquation générale depuis lors, en raison de Pimpopularité d'une telle mesure, mais aussi de son intérét désormais limité dans le chef de I"Etat fédéral, Le revenu cadastral sert en effet surtout de base (apres indexation mais sans autre coefficientage) & la perception du précompte immobilier - impot régional qui n’a normatement plus rien d’un acompte, et auquel les communes et les provinces ajoutent généralement des centimes additionnels. Le précompte immobilier fait Mobjet de réductions, notamment en faveur des chefs de famille occupants (voyes les différentes versions des art, 257 et 259 du CIR et leur équivalent dans le Code flamand de la fiscalité), Par rapport une péréquation, [indexation (art, 178 et 518) et le coefficientage (art. 7) des revenus cadastraux ne constituent qu'un pis-aller, de moins en moins équitable et méme de plus en plus incorrect, ‘mathématiquement. AT'IPP (cfr. art. 7 du C.LR.), sauf exceptions (issues parfois d’éventuels régimes transitoires): = le propriétaire qui occupe son habitation propre est exonéré (art. 12, J 3), L*habitation propre correspond normalement au domicile fiscal, lequel se déduic en principe de inscription au registre national, du lieu d’établissement du ménage ou d'autres éléments de fait (voyez les art, 2, J ter, 1° et 15°, du C.LR., et 5/5, J 4, al. 228 de la L.S.F.); = Te propriétaire qui occupe une autre habitation est taxé sur fe revenu cadastral indexé muhiplié par 1,40; = le proprigtaire qui donne en location "privée" son immeuble bati sis en Belgique est Ggalement taxé sur le revenu cadastral indexé multiplié par 1,40, et non sur les loyers réellement percus; = le propriétaire qui occupe son immeuble bati sis en Belgique a des fins professionnettes ne doit rien ajouter & ses autres revenus (art, 37); de facto, it est en effet imposé, en comparaison du professionnel locataire, sur des revenus professionnels implicites; = le proprigtaire qui donne en location "professionnelle" son immeuble biti sis en Belgique est imposé sur le plus grand des deux montants suivants: fe revenu cadastrat indexé multiplié par 1,40, ou le loyer net sensu lato, celui-ci correspondant au loyer brut sensu lato diminué de frais forfaitaires et plafonnés (art. 13); = le propriéwaire qui occupe son immeuble bat sis en Belgique & des fins mixtes, sera imposé de manitre proportionnelle selon les régimes applicables a une occupation privée et A une occupation professionnelle; e qui donne en location son immeuble bati sis en Belgique & des fins mixtes sera en principe imposé comme si la location était professionnelfe pour le tout, 4 moins qu'une ventilation ne soit autorisée (art. 8). Selon la jurisprudence majoritaire, fa situation de fait prévaut ~ méme si elle correspond & une violation du contrat de bail, laquelle devra se résoudre en dommages et iméréts. Des revenus immobiliers ainsi déterminés pourront étre déduits les intéréts des dettes contractées spécifiquement en vue d’acquérir ou de conserver les biens immobiliers autres que I’habitation propre (art, 14). Celui qui acquiert une premigre habitation pour occuper & titre d'habitation propre (laquelle ne génére pas de revenu immobilier imposable) pourra quant 2 lui bénéficier d'une "réduction impOt pour habitation propre", Celle-ci sera fonction du montant des intéréts et des remboursements de capital de emprunt lui ayant permis d’acquérir cet immeuble (art. 145/37 ess). Ce "bonus logement" est soumis & diverses conditions et limites. 11 releve aujourd'hui de ta marge d’autonomie des Kégistateurs régionaux. Il, REVENUS MOBILIERS. Section fre - Jes revenus imposables Sont imposables en tant que revenus mobiliers (art. 17): - les dividendes; = les intéréts; - les revenus de la location, etc. de biens mobiliers; = les revenus compris dans certains rentes viageres ou temporaires; = les droits d’auteur et droits voisins. Ne sont par contre pas imposubles, sauf exceptions, les plus-values sur capitaux et biens mobiliers, et en particulier les plus-values sur actions. Ceci conduit nombre de contribuables a tenter de transformer des revenus mobiliers imposabies en plus-values non imposables. Les SICAV fournissent A cet égard un véhicule légai de transformation de dividendes en plus-vatues. Le législateur a cependant pris quelques mesures anti-abus. L*imposition des revenus mobiliers les plus significatifs, et notamment des dividendes et des intéréts, releve exclusivement de "Etat fédéral, a l'exclusion des Régions, et sans taxe communale additionnelle, Section 2 - la méthode et les taux d*imposition Les revenus mobiliers sont imposables un taux distinet si ceci est plus favorable que fe (aux progressif (art. 171). Le cas échéant, le prélevement du précompte mobilier est libératoire (art. 313), Le contribuable dont le taux marginal d’imposition est nul peut cependant choisir de déctarer {out ou partie de ses revenus mobiliers précomptés, en vue de récupérer le précompte retenu. Ce régime entraine une inéquité mathématique par rapport aux revenus immobiliers et professionnels. Il s‘explique (outefois, notamment, par une volonté de réduire la tentation de ta fraude fiscale. De fait, dans certains cas (comme celui de revenus locatifS pergus par un particulier), aucun précompte mobitier ne doit étre retenu - ce qui conduit souvent, en fait, a Pabsence de toute imposition. Le précompte mobilier est généralement pergu lorsque les revenus sont servis par un débiteur professionnel belge ou par la voie d'un intermédiaire financier belge. Le taux d’imposition est en principe de 25% (art. 269 et 519), mais il existe aussi des taux plus bas, comme 15% (certains droits d'auteur, intéréts de dépéts d’épargne non exonérés ou de bons Etat émis a la fin 2011, certains dividendes...). 5 Pour les intéréts, une directive européenne (2003/48/CE) a mis en place un systéme d'information des autorités fiscales de "Etat membre de résidence lorsque des intéréts sont pergus dans un autre Etat membre de l'Union européenne. A lorigine, en Autriche, en Belgique et au Luxembourg, il Giait possible d’chapper A cette information moyennant ta retenue sur les intéréts d'un prélevement qui a graduellement été porté & 35%, et dont les (rois quarts du produit sont destinés A revenir anonymement d I"Btat de résidence. Ces mécanismes ont été étendus d divers Etats et territoires tiers. Depuis le Ler janvier 2015, Autriche est ta demigre place de {Union européenne ne pratiquant pas I'échange automatique de renseignements. I! est vrai quentre-temps, 'échange de renseignements est devenu si pas la norme, du moins la priorité au niveau mondial (notamment avec les Etats-Unis d’ Amérique et leur fameuse loi “FATCA"). La directive 2003/48/CE a elle- méme été modernisée, et étendue dans son champ d"application, par la directive 2014/48/UE. Les modifications impliquent qu’ partir du ler janvier 2017, les Etats membres de "Union européenne devront recalibrer les mécanismes en vigueur de manigre, notamment, & mieux viser les bénéficiaires effectifS qui se cacheraient derrigre diverses constructions juridiques (établies le cas échéant dans des pays tiers), élargir la notion d’agent payeur, et appréhender davantage de produits financiers assimilables & des créances productives «intéréts. Quoique, d 35%, le taux du préfevement soit plus étevé que Pimposition prévue par te CIR, et que son paiement ne soit pas libératoire, des contribuables continuent & le revendiquer lorsqu'ils encaissent des intéréts en Autriche ou dans certains Etats tiers, de maniére & dissimuler d'autres fraudes (droits de succession, chiffre d'affaires professionnel non déclaré...)