Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

QUOTIDIEN

NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 18° : ALGER 22° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
18°
: ALGER
22° : TAMANRASSET
p. 2

Mardi 7 février 2017 - 10 Djumada Al-Oula 1438 - N° 1525 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

FÊTE NATIONALE DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE

 

ALGÉRIE-FRANCE

ALGÉRIE-ALLEMAGNE

DIPLOMATIE

PARTENARIAT

ÉDUCATION :

M. Omar Yusuph Mzee nouvel ambassadeur de Tanzanie en Algérie P. 24

Le Président Bouteflika félicite la Gouverneure générale M me Patsy Reddy

P. 24

ÉCONOMIQUE :

Le renforcement de la coopération entre les 2 pays au centre d'entretiens entre Benghebrit et l'ambassadeur allemand

P. 24

L’Algérie est pour la France un allié

décisif

P. 24

PREMIER ANNIVERSAIRE DE LA CONSTITUTION RÉVISÉE :

Couronnement des réformes politiques et renforcement de l'unité nationale

La révision de la Constitution, qui célèbre aujourd’hui son premier anniversaire, est venue couronner un processus de réforme politique, initié par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avec pour objectif principal la consolidation de l'Etat de droit, l'ancrage de la démo- cratie et le renforcement de l'unité nationale. Adoptée par le Parlement le 7 février 2016, la nouvelle loi fonda- mentale du pays, fruit d'une large consultation avec des partis poli- tiques et des personnalités nationales entamée en 2011, ambitionne aussi l'amélioration de l'organisation et du fonctionnement de certaines institu- tions de la République. Concernant la consolidation de l'unité nationale, la Constitution amendée a, notamment, élevé tamazight au rang de langue nationale et officielle avec création de l'Académie algérienne de la langue amazighe, placée auprès du président de la République. En vue de la conso- lidation de la démocratie, le texte sti- pule que l'alternance démocratique par la voie des urnes sera confortée à travers la réélection du président de la République une seule fois. Cette disposition est exclue de toute révi- sion constitutionnelle.

P. 3

Ph : M.Naït Kaci (archives)
Ph : M.Naït Kaci (archives)

LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION, M. GRINE À PARTIR DE BÉJAÏA :

«Les chaînes accréditées autorisées à couvrir les meetings électoraux»

Internet : L’Algérie n’a jamais eu l’intention, ni évoqué l’éventualité de bloquer les réseaux sociaux

P. 4

LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DU DÉVELOPPEMENT RURAL ET DE LA PÊCHE, M.CHELGHOUM :

«L’Etat soutient les investisseurs pour développer l’agriculture en Algérie»

P. 4

AMÉLIORATION DU SERVICE PUBLIC DOUANIER

Signature d’une convention Douanes-Cread

P. 6

FORMATION

PROFESSIONNELLE

Ouverture à Alger du 4 e Salon national de la formation continue et par apprentissage

P. 7

SANTÉ CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE MOSTAFA BENBOULAÏD: Combien Zitouni d'heures de sommeil nous faut-il
SANTÉ
CENTENAIRE DE LA NAISSANCE
DE MOSTAFA BENBOULAÏD:
Combien
Zitouni
d'heures
de sommeil
nous
faut-il
pour être
?
en forme
rend un vibrant
hommage
au héros de
la Révolution
P.p 12-13
P. 17
HISTOIRE
F TBALL LIGUE 1 MOBILIS (19 E JOURNÉE) Le MCA pour conforter sa position en
F
TBALL
LIGUE 1 MOBILIS
(19 E JOURNÉE)
Le MCA pour
conforter sa
position en tête,
faux pas interdit
pour la JSK
P. 21
MDN
MDN

LUTTE CONTRE

LE TERRORISME

2 casemates

pour terroristes détruites par les forces de l'ANP à Béjaïa

P.

4
4

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 7 février 2017 D’ EIL Horaires des prières Mardi 10

2

DK NEWS

Mardi 7 février 2017

D’ EIL

Horaires des prières

Mardi 10 djumada-al-oula

Mardi 10 djumada-al-oula
Mardi 10 djumada-al-oula
Fajr 06:09 Dohr 13:02 Asr 15:58 Maghreb 18:24 Isha 19:46
Fajr
06:09
Dohr
13:02
Asr
15:58
Maghreb
18:24
Isha
19:46

DU 15 AU 18 FÉVRIER 2017 À LA SAFEX

La 11 ème édition du Siphal

sionnelles, selon la même source. Cette édition "devrait accueillir plus de 5000 visiteurs, essentiellement des pharmaciens d'officines qui pourront visiter pas moins de 100 stands occupés par les plus grands laboratoires algériens et étrangers exerçant dans l'industrie pharma- ceutique ainsi que l'ensemble des institutions représentant le secteur et ses corporations professionnelles", précise la même source.

La 11éme édition du Salon inter- national de la pharmacie et para- pharmacie en Algérie (Siphal) aura lieu du 15 au 18 février 2017 à la Sa- fex (Alger), ont annoncé hier les or- ganisateurs de la manifestation dans un communiqué. Prévue au pa- villon U du Palais des expositions, ce salon spécialisé réunira les profes- sionnels et les institutions représen- tant l'industrie pharmaceutique ainsi que ses corporations profes-

pharmaceutique ainsi que ses corporations profes- 4 4 PALAIS DES EXPOSITIONS Ouverture du Salon de la

4

4

PALAIS DES EXPOSITIONS

Ouverture du Salon de la formation continue

DES EXPOSITIONS Ouverture du Salon de la formation continue La 4e édition du Salon de la

La 4e édition du Salon de la formation continue et par apprentissage «Carre- four formation 2017», ouvrira ses portes aujourd’hui, au Palais de la Culture, Moufdi-Zakaria, Alger. La manifestation se poursuivra jusqu’au 8 février.

DEMAIN AU PALAIS DES EXPOSITIONS

Inauguration du Salon international de la promotion immobilière

L’inauguration du Salon international de la promotion im- mobilière et de l’aménagement urbain (SIPIAU 2017), aura lieu demain à partir de 9h, au pavillon G du Palais des Expo- sitions des Pins maritimes, Alger.

GALERIE BAYA Exposition de l’artiste Mohamed Chaffa Ouzzani

La galerie Baya, sise au Palais de la Cul- ture, Moufdi-Zakaria, abrite jusqu’au 11 fé- vrier, une exposition de peintures e l’artiste Mohamed Chaffa Ouz- zani, intitulée «Cou- leurs en prose».

Chaffa Ouz- zani, intitulée «Cou- leurs en prose». LIBRAIRIE CHAÏB DZAÏR Rencontre avec le bédéiste Slim

LIBRAIRIE CHAÏB DZAÏR

Rencontre avec le bédéiste Slim

Les éditions ANEP, organi- sent cet après-midi à partir de 15h à la librairie Chaïb Dzaïr sise 1, avenue Pasteur Alger- Centre, une rencontre avec le bédéiste et caricaturiste algé- rien Slim. La rencontre sera suivie d’une séance vente-dé- dicace.

La rencontre sera suivie d’une séance vente-dé- dicace. LES 10 ET 11 FÉVRIER À ALGER 20

LES 10 ET 11 FÉVRIER À ALGER

20 e Congrès national de radiologie

La Société algérienne de radiologie et d'imagerie mé- dicale (SARIM), organise les 10 et 11 février à Alger, le 20e Congrès national de radiolo- gie, les journées du prin- temps d’imagerie digestive et l’atelier des juniors: Image- rie de la tête et du cou.

l’atelier des juniors: Image- rie de la tête et du cou. LE 21 FÉVRIER À ALGER
l’atelier des juniors: Image- rie de la tête et du cou. LE 21 FÉVRIER À ALGER
LE 21 FÉVRIER À ALGER 6 e Commission mixte algéro-allemande La 6e Commission mixte algéro-alle-
LE 21 FÉVRIER À ALGER
6 e Commission mixte
algéro-allemande
La 6e Commission
mixte algéro-alle-
mande se tiendra les
21 et 22 février à Alger,
indique un communi-
qué du ministère de
l'Industrie et des Mines.
Dans ce cadre, le minis-
tre de l'Industrie et des
Mines, Abdesselam
Bouchouareb, s'est en-
tretenu avec l'ambassa-
deur d'Allemagne à Al-
ger, Michael Zenner,
sur les préparatifs en
cours pour la tenue des
travaux de cette com-
mission mixte, précise
le communiqué. Lors
de cette rencontre, les
deux parties ont ex-
primé leur "satisfac-
tion quant à l'état
d'avancement des pré-
paratifs et, plus large-
ment, de l'esprit et de la
qualité de la coopéra-
tion économique no-
tamment industrielle
entre l'Algérie et l'Alle-
magne", selon la même
source.
Météo
Max
Min
Alger
18°
11°
Oran
19°
11°
Annaba
16°
12°
Béjaïa
18°
08°
Tamanrasset
22°
04°
CONSTANTINE
Bientôt une résidence
pour les cancéreux
4
Une nouvelle résidence, première d'un ensem-
ble de quatre maisons d'accueil de Dar Waha des-
tinées aux malades atteints du cancer et leurs ac-
compagnateurs, sera inaugurée samedi pro-
chain, ont indiqué des responsables de l'associa-
tion Waha d'aide aux cancéreux de Constantine.
Une rencontre sera organisée, en marge de cette
inauguration, en présence de nombreux invités
et médecins spécialistes, dont Pr Messaoud Zitouni
qui présentera, à cette occasion, une évaluation
du Plan national anti-cancer et l'incidence de cette
lourde pathologie en Algérie. Implantée à l'unité
de voisinage (UV) 18 de la nouvelle ville Ali Mend-
jeli, cette première résidence baptisée Aicha est
composée de douze chambres doubles avec com-
modités, réalisées en 26 mois grâce à "l'engage-
ment de mécènes et de bienfaiteurs", a-t-on in-
diqué. La résidence se limitera, dans un premier
temps, à l'hébergement des malades atteints de
cancer qui viennent de loin ainsi que leurs
proches, en attendant que les espaces réservés à
la restauration, aux loisirs et à l'activité éducative
et culturelle soient, à leur tour, finalisé, a-t-on
ajouté. L'association Dar Waha, qui a acquis un
terrain de 6 000 m2 auprès des services des Do-
maines pour la somme de 18 millions de dinars,
compte achever les trois autres résidences au
cours du 1re trimestre 2018, selon la source.

DU 23 AU 29 MARS AU PALAIS DES EXPOSITIONS 21 e Salon international de l'artisanat traditionnel

Sous le thème : «L'Artisanat au cœur de l’économie», l'Agence nationale de l'artisanat tradi- tionnel (ANART), organise du 23 au 29 mars au Palais des Exposi- tions des Pins maritimes, Alger, le 21e Salon international de l'ar- tisanat traditionnel.

21e Salon international de l'ar- tisanat traditionnel. DU 25 AU 28 FÉVRIER À EL OUED Salon

DU 25 AU 28 FÉVRIER À EL OUED

Salon du bâtiment et des travaux publics du Sud

Sous le thème "Tout pour réusir les chantiers du bâti- ment", la wilaya d'El Oued, abritera du 25 au 28 février 2017, la 1ère édition du Salon national du bâtiment et des tra- vaux publics du Sud.

national du bâtiment et des tra- vaux publics du Sud. LE 11 FÉVRIER À L’OPÉRA D’ALGER

LE 11 FÉVRIER À L’OPÉRA D’ALGER Spectacle musical «Madiba»

La troupe du spectacle musical «Madiba», monté en hommage à Nel- son Mandela, se produira sur la scène de l’opéra d’Alger Boualem- Bessaïh (Ouled Fayet, Alger), samedi 11 février à partir de 19h.

(Ouled Fayet, Alger), samedi 11 février à partir de 19h. ALGÉRIE TELECOM Journée d'étude sur la

ALGÉRIE TELECOM

Journée d'étude sur la gestion comptable des œuvres sociales

Le comité de participa- tion d'Algérie Telecom, a organisé mercredi 1er février, une journée d'étude portant sur la ges- tion des œuvres sociales, au niveau de l'amphithéâ- tre du siège de la Direc- tion générale. Cette jour- née s'est déroulée en pré- sence de plusieurs cadres dirigeants d'Algérie Telecom, représentant la Direction générale, du président du CP ainsi que du secrétaire général du syndicat d'entreprise. Cette rencontre qui a été rehaussée de la présence des hauts cadres de l'entreprise dénote du dynamise et de l'harmonie qu'Algérie Télécom veille à faire perdurer en- tre l'administration et son partenaire social. A cette oc- casion, le comité de participation a fait appel à deux in- tervenants en leurs qualités de commissaires aux comptes pour partager leur expertise en matière de ré- férentiel comptable. Les orateurs ont également exposé les caractéristiques de l'information financière à l'ensem- ble des représentants régionaux du CP conviés à cette séance d'initiation.

financière à l'ensem- ble des représentants régionaux du CP conviés à cette séance d'initiation.

Mardi 7 février 2017

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

PREMIER ANNIVERSAIRE DE LA CONSTITUTION RÉVISÉE :

Couronnement des réformes politiques et renforcement de l'unité nationale

La révision de la Constitution, qui célèbre aujourd’hui son pre- mier anniversaire, est venue couronner un processus de réforme politique, initié par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avec pour objectif principal la consolida- tion de l'Etat de droit, l'ancrage de la démocratie et le renforce- ment de l'unité nationale.

Adoptée par le Parlement le 7 février 2016, la nouvelle loi fondamentale du pays, fruit d'une large consultation avec des partis politiques et des personnali- tés nationales entamée en 2011, ambi- tionne aussi l'amélioration de l'organi- sation et du fonctionnement de cer- taines institutions de la République. Concernant la consolidation de l'unité nationale, la Constitution amendée a, no- tamment, élevé tamazight au rang de langue nationale et officielle avec créa- tion de l'Académie algérienne de la langue amazighe, placée auprès du pré- sident de la République. En vue de la consolidation de la démo- cratie, le texte stipule que l'alternance dé- mocratique par la voie des urnes sera confortée à travers la réélection du pré- sident de la République une seule fois. Cette disposition est exclue de toute révision constitutionnelle. Dans le même cadre et concernant le renforcement des libertés démocra- tiques, le texte affirme que la liberté de manifestation pacifique et la liberté de la presse sont garanties, ainsi que le droit d'accès aux informations et données et la garantie de leur circulation. La place de l'opposition a également été renforcée dans la nouvelle Constitu- tion, qui stipule notamment que l'oppo- sition parlementaire pourra désormais saisir le Conseil constitutionnel sur les lois votées par le Parlement. Le pouvoir législatif et son contrôle sur l'action du gouvernement est égale- ment renforcé dans la nouvelle loi fon- damentale, qui indique, entre autres, que

nouvelle loi fon- damentale, qui indique, entre autres, que la majorité parlementaire sera consul- tée par

la majorité parlementaire sera consul- tée par le président de la République pour la nomination du Premier minis- tre et que le recours aux ordonnances présidentielles est limité aux seuls cas d'urgence durant les vacances parle- mentaires. Il est également fait obliga- tion au Premier ministre de présenter annuellement au Parlement la Déclara- tion de politique générale. Concernant les nouvelles disposi- tions destinées à conforter la crédibilité et la régularité des élections, la Consti- tution révisée a prévu la mise en place d'une Haute instance indépendante de surveillance des élections. Au chapitre du renforcement de l'Etat de droit, le nouveau texte affirme l'enri- chissement des droits et libertés indivi- duels et collectifs et le renforcement de l'indépendance de la justice. Concernant ce dernier point, le docu- ment énonce, entre autres, la prohibition de toute intervention dans le cours de la justice, l'inamovibilité du juge du siège dans le cadre de la loi et le renforcement de l'autonomie du Conseil supérieur de la magistrature. Parmi les dispositions prises au pro- fit des justiciables, il est notamment proclamé le caractère exceptionnel de la détention provisoire. A propos des améliorations organisa- tionnelles et fonctionnelles de certaines institutions, le texte amendé institue, au niveau du Parlement, la sanction du nomadisme politique par la perte du mandat parlementaire, l'instauration d'une session annuelle unique de dix

mois, la primauté du Conseil de la nation dans l'examen des projets de lois relatifs à l'organisation territoriale, à l'aména- gement du territoire et au découpage ter- ritorial. Le Conseil constitutionnel, quant à lui, a enregistré l'affirmation de son in- dépendance avec une exigence de hautes qualifications juridiques de ses mem- bres. Dans un message adressé au Parle- ment à l'occasion de l'adoption de la Constitution révisée, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, l'avait qualifié d'étape «historique porteuse d'avancées démocratiques irrévocables» pour le peuple algérien et la Nation. «Qu'il me soit permis, en ce jour mé- morable dans l'histoire de notre pays, de nourrir une ambition citoyenne et légi- time, partagée avec les représentants du peuple et en communion avec l'ensem- ble des Algériennes et des Algériens, l'ambition d'inaugurer, ensemble, une étape historique nouvelle porteuse d'avancées démocratiques irrévocables pour notre peuple, et pleine de grandes promesses pour notre nation», avait-t-il indiqué. Affirmant que l'Algérie «vient d'écrire une nouvelle page de son histoire politique et constitutionnelle», le chef de l'Etat avait déclaré qu'«une ère promet- teuse s'ouvre aujourd'hui pour notre peuple, une ère marquée par des conquêtes démocratiques substantielles et illustrée notamment par des acquis ir- réversibles visant la préservation des constantes nationales et des principes fondateurs de notre société».

LÉGISLATIVES 2017 :

Ould Abbès : «Remettre le flambeau à une génération de jeunes loyaux»

Le parti du Front de libération nationale (FLN) oeuvre pour remettre le flambeau à une génération de jeunes "loyaux" qui seront présents en grand nombre dans les listes de candida- ture pour les législatives de 2017, a affirmé hier à Koléa (Ti- pasa) le secrétaire général de cette formation politique Dja- mel Ould-Abbas. La philosophie du président de la République, et président du FLN, Abdelaziz Bouteflika, vise le "renforce- ment de la continuité des générations, en remettant le flam- beau à des jeunes gens chevronnés, compétents et des plus loyaux", a déclaré Djamel Ould Abbès lors de la Conférence nationale des jeunes, organisée à l’occasion du premier an- niversaire de l’amendement constitutionnel. Le SG du FLN a affirmé, en outre, que les "jeunes auront une place dans le pro- chain Gouvernement algérien qui sera issu du nouveau Par- lement", prévoyant une "grande victoire" du FLN aux pro- chaines législatives avec, a-t-il estimé, une "majorité écrasante de sièges au Parlement, au vu de l’histoire riche de ce parti." S’adressant aux jeunes militants de sa formation politique ayant pris part à cette conférence, M. Ould Abbès les a assuré qu’ils "seront présents en grand nombre dans les listes de candida-

ture aux prochaines législatives", soulignant qu’un avantage sera accordé, en la matière, à la tranche d’âge située entre 20 et 40 ans. Le secrétaire général du parti FLN a également réi- téré son combat contre tout ce qui pourrait perturber l’opé- ration de candidature, dont "l’argent sale et le favoritisme". La femme aura également, a-t-il affirmé, une "place de choix" dans le prochain Parlement, après lui avoir donné la place qui lui sied dans les listes de candidature, a ajouté M. Ould Abbès, en se disant "satisfait" de la marche de l’opération d’examen des dossiers de candidatures, "qui sont soumis à des critères claires

et fixés à l’avance", a-t-il assuré. Par ailleurs, le secrétaire gé- néral du parti du Front de libération nationale a abordé les dif- férentes étapes traversées par la nouvelle Constitution amen- dée et adoptée le 7 février 2016, louant cette initiative du pré- sident de la République Abdelaziz Bouteflika, qui a £uvré, pour ce faire, depuis son investiture, en réfléchissant à l’amende- ment constitutionnel par étapes et en accordant une "impor-

aux

tance suprême" à la "liberté d’expression, à la femme,

jeunes, à la préservation de l’unité nationale et à l’amazighité", et bien d’autres acquis, a-t-il dit.

LE PRÉSIDENT DE

LA HAUTE

INDÉPENDANTE DE

SURVEILLANCE

ÉLECTIONS M.DERBAL :

«Constitutionnaliser

et doter la

d'une loi organique

pour assurer la transparence de

INSTANCE

DES

HIISE

l'opération électorale»

Le président de la Haute instance indépen-

dante

Abdelwahab Derbal, a estimé hier à Alger que le fait de constitutionnaliser et de doter la HIISE d'une loi organique est à même de renforcer la transparence de l'opération électorale. Animant une conférence au Conseil de la nation intitu- lée «la Haute instance indépendante de surveil- lance des élections: entre exigences de transpa- rence et nécessité de diffusion de la culture élec-

des élections (HIISE),

de

surveillance

torale», M. Derbal a indiqué que le fait de doter l'instance d'une loi organique fixant sa compo- sition et ses prérogatives «est à même de renfor- cer la transparence de l'opération électorale». «La constitutionnalisation de l'instance atteste de l'importance de la transparence de l'opéra- tion électorale», a ajouté M. Derbal précisant que

la composition de l'instance (magistrats et com-

pétences nationales) «dénote de l'implication du citoyen dans la gestion des affaires publiques». Dans ce contexte, le conférencier a évoqué les prérogatives de l'instance qui couvrent toutes les

étapes

que d'autres

pen-

dant

prérogatives fixées par la Constitution. La loi organique attribue à l'instance 11 pré- rogatives avant le début de l'opération électorale, parmi lesquelles, «s'assurer des agents chargés des opérations électorales, des listes de candi- datures, de la non utilisation des biens de l'Etat au profit des candidats ou des partis, et de la pré-

paration de l'opération électorale», a-t-il souli- gné. Les prérogatives de la HIISE, s'étendent à l'ac- compagnement de l'opération électorale, à tra- vers 6 prérogatives portant sur « l'organisation de l'opération électorale, à partir de l'ouverture

dépouillement»,

des

ainsi qu' à d'autres prérogatives, dévolues à la

même instance et qui concernent l'étape qui suit

le dépouillement, à savoir la réception des pro-

cès-verbaux, a ajouté M.Derbal En plus des ces prérogatives, la loi organique relative à la HIISE,

a attribué «des prérogatives générales « définies

dans ses articles 15 à 24. Il est à rappeler que la HIISE, qui est compo- sée de 410 membres, dont 205 magistrats pro- posés par le Conseil supérieur de la magistra- ture, et 205 autres (la moitié) représentés par des

compétences indépendantes, choisies parmi la société civile, avait tenu sa première réunion le 22 janvier dernier. En outre, la HIISE a été chargée, en vertu de

la Constitution, de veiller en toute indépendance,

à la consolidation de la crédibilité des élections

et régularité,

depuis

du corps

et

de

l'opération

et après

électorale

(avant,

le

scrutin), ainsi

urnes jusqu'à

la

fin

du

d'assurer leur

le début

transparence

de

la convocation

électoral jusqu'à la proclamation des résultats provisoires du scrutin. La HIISE dispose également de larges pou- voirs, dont notamment, celui de demander au Parquet la réquisition de la force publique ou de

le saisir de faits constatés susceptibles de revê-

tir un caractère pénal.

Les membres des permanences de la HIISE installés à partir de demain

La Haute instance indépendante de sur- veillance des élections (HIISE) procédera, du 08 au 16 février 2017, à l'installation des membres des permanences aux niveaux local et à l'étranger, a indiqué dimanche un communiqué de cette instance. La décision d'installation de ces membres -mandatés par la force de la loi- intervient sur instruction du président de la HIISE, Ab- delwahab Derbal au terme de la réunion de la Commission permanente de l'instance à l'effet d'organiser l'opération de déploiement des permanences de wilaya à travers le ter-

ritoire national ainsi qu'à l'étranger, suite à la promulgation du décret présidentiel por- tant convocation du corps électoral pour les élections législatives du 04 mai 2017, selon la même source. La HIISE a entamé ses travaux dans le ca- dre des prérogatives que lui confère la Constitution. Elle doit s'assurer du respect des dispo- sitions juridiques relatives aux listes électo- rales nécessaires et de toutes les mesures ré- gissant le processus électoral pour faire réussir cette échéance nationale. Le prési-

dent de la République, Abdelaziz Boute- flika a signé, jeudi, le décret présidentiel por- tant convocation du corps électoral, pour l'élection, le 4 mai prochain, des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN), mettant ainsi en branle le processus de re- nouvellement, pour un mandat de cinq ans, de la composante de la chambre basse du Parlement. La HIISE a tenu sa pre- mière réunion le 22 janvier. Elle est compo- sée de 410 membres, 205 magistrats propo- sés par le Conseil supérieur de la magistra- ture, et 205 compétences indépendantes

choisies parmi la société civile. La Consti- tution confère à la Haute instance la mission, en toute indépendance, de consolider la crédibilité des élections et de veiller à leur transparence et probité, depuis la convoca- tion du corps électoral jusqu'à la proclama- tion des résultats provisoires du scrutin. Elle dispose de larges attributions, dont celle de demander au Parquet la réquisition de la force publique ou de le saisir de faits constatés susceptibles de revêtir un carac- tère pénal.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Mardi 7 février 2017

LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Deux casemates pour terroristes détruites par les forces de l'ANP à Béjaïa

détruites par les forces de l'ANP à Béjaïa Deux (2) casemates pour terroristes ont été dé-

Deux (2) casemates pour terroristes ont été dé- truites dans une opération de ratissage, menée di- manche à Bejaia, par un détachement de l'Armée nationale populaire (ANP), a indiqué hier le mi- nistère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors d'une opération de fouille et de ratissage menée

à Béjaia, un détachement de l'Armée nationale po-

pulaire (ANP) a découvert et détruit le 5 février 2017,

deux (2) casemates pour terroristes», précise le MDN. Par ailleurs, dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, des détachements de l'ANP et des élé- ments de la Gendarmerie nationale, «ont appré- hendé à El Oued (4e Région militaire), Relizane et Tlemcen (2e RM), six (6) narcotra-

fiquants et saisi une quantité de kif traité s'élevant

à deux (2) quintaux et quarante deux kg, ainsi que

(10.930) unités de différentes boissons et trois (3) véhicules», alors qu'un autre détachement de l'ANP «a saisi lundi 6 février 2017, à Djebel Antar, wilaya de Bechar (3e RM), une quantité de 175 kg de kif traité». A Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar (6e RM), des détachements de l'ANP ont intercepté (8) contrebandiers à bord de quatre (4) camions et deux (2) véhicules tout-terrain et saisi (38) tonnes de denrées alimentaires, (4.000) litres d'huile de table, (34.628) unités de médicaments, (11.520) uni- tés de produits détergents, (4.350) litres de carbu- rant et (4) détecteurs de métaux». En outre, «d'autres détachements ont arrêté à Tamanrasset, In Guezzam, Ghardaïa, Tlemcen et Bechar (47) immigrants clandestins de diffé- rentes nationalités», conclut la même source.

RELIZANE

Arrestation de sept ressortissants africains de différentes nationalités

Les unités de la Gendarmerie nationale de Relizane ont arrêté, dernièrement, sept ressortis- sants africains de différentes nationalités, dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, a-t-on appris hier auprès de ce corps de sécurité. Ces immigrés clandestins ont été arrêtés dans deux opérations, la première sur la RN 4 où cinq Africains de Guinée, du Mali et du Bénin ont été interceptés à bord d’un bus de transport de voya- geurs, selon un communiqué du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Relizane dont une copie a été remise à l’APS. Deux autres ressortissants marocains ont été arrêtés au centre-ville de Hmadna. Ils se sont in- troduits frauduleusement en territoire national

à travers la bande frontalière algéro-marocaine, a-t-on indiqué. Ces ressortissants en séjour illégal ont été

présentés devant la justice. Ils ont été condamnés

à trois mois de prison avec sursis et remis à la sû- reté de wilaya de Relizane pour leur reconduction vers leurs pays d'origine, a-t-on ajouté.

LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION, HAMID GRINE À PARTIR DE BÉJAÏA :

« Les chaînes accréditées autorisées à couvrir les meetings électoraux »

Les chaines de télévisions, ayant des bureaux accrédités en Algérie sont libres de couvrir les meetings électoraux lors des prochaines législatives mais libérées de la mission, inhérente à la diffusion des expressions électorales directes, a indiqué, hier à Béjaia, le ministre de la communication, Hamid Grine.

à Béjaia, le ministre de la communication, Hamid Grine. «Cette mission sera de l’apa- nage des

«Cette mission sera de l’apa- nage des médias publics (télé- vision et radio)» a-t-il précisé,

relevant que cette option a été décidée d’un commun accord avec les responsables des chaines privées, notamment celles émettant depuis l’étran- ger et disposant de bureaux ac- crédités en Algérie. «Il y’en cinq qui relèvent de

l’autorité de régulation de l’au-

diovisuel et qui sont soumises

à un cahier des charges dont la

transgression peut valoir des sanctions pouvant aller jusqu’au retrait de l’autorisa- tion». Les autres chaines en re- vanche, une cinquantaine re-

lèvent directement de l’auto- rité publique. Le ministre, intervenant à l’occasion d’un point de presse, animé en marge d’une conférence sur «connaitre les médias- le citoyen a le droit à une information fiable» a es- timé cependant que ces der- niers mois, certaines chaines, jugées excessives dans leur traitement dans l’information ont fait un effort d’améliora-

tion dans le traitement de leur information. «Je n’ai pas vu de choses excessives», a-t-il af- firmé, indiquant que l’exi- gence, demeure «le profes- sionnalisme et l’impartialité».

INTERNET

L’Algérie n’a jamais eu l’intention, ni évoqué l’éventualité de bloquer les réseaux sociaux

Le ministre de la Communication, Hamid Grine a indiqué, hier, que «l’Algé- rie n’a jamais eu l’intention de bloquer les réseaux sociaux», utilisés parfois avec excès pour écorner son image. «Jamais, elle n’a eu l’intention, ni évo- quer l’éventualité de bloquer les réseaux sociaux», a-t-il affirmé, soulignant que cette attitude est inscrite au titre du «prix à payer pour la démocratie». Intervenant, à l’occasion d’une confé- rence sur «le droit du citoyen à une infor- mation fiable», M.Grine, n’a pas manqué cependant de mettre en garde contre «les excès», «les dérapages» et les malveil- lances pouvant naitre de l’usage de ces ré- seaux. «Il faut être vigilant», a-t-il souli- gné en évoquant certaines sources, pro- duites essentiellement par des groupes d’intérêts a-t-il dit. Abordant la question des médias natio- naux, le ministre, a estimé que malgré quelques excès ils «restent patriotiques et responsables».

LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DU DÉVELOPPEMENT RURAL ET DE LA PÊCHE, M.CHELGHOUM :

« L’Etat soutient les investisseurs pour développer l’agriculture en Algérie »

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdeslam Chelghoum, a indiqué hier

à Hassi-Messaoud (80 km Est d’Ouar-

gla) que l’Etat soutenait les investis- seurs pour promouvoir et développer l’agriculture en Algérie. «L’Etat apporte différentes formes de soutien aux investisseurs afin de leur permettre de concrétiser leurs projets et de contribuer au dévelop- pement de l’agriculture en Algérie»,

a affirmé le ministre, lors de l’inspec- tion d’une exploitation agricole dans

la zone de Gassi-Touil, au deuxième jour d'une visite de travail dans la wi- laya. M.Chelghoum a salué, à l’occa- sion, les investisseurs pour les ef- forts fournis pour le développement de l’agriculture dans cette région sa- harienne, estimant, à ce propos, que

la région «s’oriente, outre la produc-

tion d’hydrocarbures, vers la diversi- fication économique à laquelle aspire

le pays, à travers des projets dévelop-

pés par de jeunes agriculteurs qui mettent en valeur des milliers d’hec- tares». Le fait positif constaté est la pro-

duction de cultures stratégiques, no- tamment la céréaliculture et les cul- tures fourragères, dans la région, dans le sillage des orientations de

l’Etat visant la réduction de la facture d’importation de lait, a-t-il noté. M.Chelghoum a, à ce titre, exhorté les investisseurs à £uvrer à la diversi-

titre, exhorté les investisseurs à £uvrer à la diversi- fication de la production agricole, en investissant

fication de la production agricole, en investissant notamment le cré- neau de production de blé tendre, ac- tuellement importé par l’Etat en

quantités jugées importantes. Le ministre a inspecté, dans cette région, l’exploitation de Banou-Mes-

saoud, d’une superficie de 1.000 hec- tares, employant une cinquantaine de travailleurs permanents et dédiée à la céréaliculture (blé dur), la ph£nicicul- ture et l’oléiculture. Il a, sur site, répondu favorable- ment à une doléance des proprié- taires de cette exploitation pour l’ex- tension de sa surface à 3.000 ha sup- plémentaires. Le ministre de l’Agriculture a vi- sité, au terme de sa tournée de travail dans la wilaya, l’exploitation Ouled Ali

Semaâ de 250 ha, consacrée à la pro- duction de céréales mais aussi de cultures fourragères dont une bonne partie est commercialisée dans les Hauts plateaux, avant d’appeler les parties concernées à hâter la remise du titre foncier concernant une exten- sion de l’exploitation à 250 autres hectares. La commune de Hassi-Messaoud compte trois périmètres agricoles, à savoir celui de Belhirane (5.000 ha), regroupant 18 exploitants dont 11 sont déjà opérationnels, le périmètre de Feidjet El-Baguel (1.050ha), ex- ploité par 5 bénéficiaires, et celui de Gassi-Touil (19.500 ha) totalisant 78 investisseurs, dont 32 ayant entamé leurs activités.

APS

Mardi 7 février 2017

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

LE MINISTRE DES RESSOURCES EN EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT, M.OUALI L’A ANNONCÉ :

« Un rapport sur la situation de l’environnement bientôt soumis au Gouvernement »

Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelkader Ouali, a annoncé hier à Blida qu’un rapport sur la situation du secteur de l'environnement sera bientôt soumis au Gouvernement.

«Ce rapport mettra en lu- mière les problèmes rencon- trés par le secteur, avec des propositions pour les régler, tout en valorisant les nom- breuses politiques concréti- sées, sur le terrain, en ma- tière de protection de l’envi- ronnement», a expliqué M.Ouali, à l’ouverture d’un colloque national sur le «Par- tenariat pour l'environne- ment». La «constitutionnalisa- tion» du secteur de l'envi- ronnement est un «événe- ment exceptionnel» que «peu de pays ont vécu», a souli- gné le ministre, estimant que ce fait est le «reflet de l’impor- tance suprême conférée à ce secteur par les autorités pu- bliques» et ce, à travers no- tamment la création de sept institutions dédiées à ce sujet, dont l’ Observatoire natio- nal de traitement du pro- blème des déchets solides et l’ Observatoire national de l’environnement. Le ministre a aussi souli- gné l’importance «croissante» de ce secteur, au fil des an- nées, citant le nombre de lois dédiées à son organisation, lesquelles sont passées d’une loi en 1983 à 12, actuellement. «Il est temps de mettre en application ces lois instituées au profit de l’environnement et d’exploiter les différentes structures créées à cet effet», a-t-il préconisé, estimant que la protection de l’environ- nement est une «responsabi- lité collective» impliquant tous les organismes et en- treprises publics et privés. Après avoir reconnu la dif- ficulté de l’ancrage d’une culture environnementale dans la société, M. Ouali a estimé que cette tâche n’est

la société, M. Ouali a estimé que cette tâche n’est pas «impossible, si tous le monde

pas «impossible, si tous le monde y met du sien», in- sistant sur le rôle du citoyen dans la réussite de cette dé- marche. Il a appelé, dans ce sens, les associations activant dans ce domaine, au nombre de plus de 2500 à l’échelle natio- nale, à multiplier les cam- pagnes de sensibilisation et de volontariat pour le net- toyage des cités et leur embel- lissement. S’exprimant sur le thème de ce colloque, ayant vu la participation d’une centaine d’associations et de cher- cheurs dans le domaine envi- ronnemental, le ministre a déclaré que le contexte actuel et les nouveaux enjeux envi- ronnementaux nous impo- sent d’adopter une nouvelle méthodologie, basée sur la consécration d’un «partena- riat entre les autorités pu- bliques, les organisations de la société civile et les associa- tions du domaine, dans un objectif de création d’un en- vironnement propre et sain, susceptible de préserver la santé du citoyen et d’amé- liorer son cadre de vie». Cette rencontre a donné lieu à l’exposition de do- léances des associations ver- sées dans le domaine, paral- lèlement à l’examen des op- portunités de développement d’un partenariat entre les autorités publiques et la so- ciété civile, avec la mise au point d’une feuille de route et d’un plan environnemental opérationnel. Ce 3eme et dernier col- loque du genre, après ceux

organisés, en 2016, à Tlemcen et Sétif, verra la tenue de six ateliers axés sur différents thèmes liés, entre autres, à l’économie verte, à l’éduca- tion environnementale et à la protection des ressources en eau. La rencontre se poursui- vra mardi avec la program- mation d’une visite du minis- tre aux nombreuses surfaces vertes créées dernièrement à travers la wilaya de Blida, ainsi qu'aux différents quar- tiers réaménagés, au titre de la mise en £uvre du partena- riat entre les autorités de la wilaya, la société civile et les associations environnemen- tales.

Protection de l'environne- ment : bientôt une enquête sur la confection des sacs en plastique

M.Ouali a annoncé l’ou- verture prochaine d’une en- quête sur la confection des sacs en plastique et leur conformité aux normes inter- nationales. «Le ministère compte bientôt ouvrir une enquête pour déterminer le niveau de conformité de certaines usines de confection de sacs en plastique aux normes in- ternationales en vigueur», a indiqué le ministre dans une déclaration à la presse, en marge de l’ouverture d’un colloque national sur le «Par- tenariat pour l'environne- ment». M.Ouali a fait part, dans ce sens, de la constitution pro- grammée de «commissions de wilaya qui auront la charge

de contrôler le travail de ce type d’usines et de faire le constat de leur respect des lois réglementant cette acti- vité». Il a tenu à souligner que les «personnes qui confec- tionnent ce type de plastique sont connues et sont en conformité avec les normes en vigueur», mais, «il existe d’autres producteurs non connus qui ne respectent pas ces règles», a-t-il précisé. Le ministre a, en outre, expliqué que les sacs en plas- tique produits selon les normes en vigueur ont une «durée de vie limitée», à l’op- posé de ceux dont la confec- tion n’est pas respectueuse des règles, «dont la décompo- sition n’intervient qu’ après une centaine d’années, au moins», constituant ainsi un «véritable danger pour l’en- vironnement», selon lui. Abordant les premiers ré- sultats d'une opération initiée par son département minis- térielle pour recenser les risques que constituent certaines usines sur l’envi- ronnement, il a indiqué que «80 % des usines activant à Alger exploitent les tech- niques recommandées en matière d’épuration des eaux usées, avant de les reje- ter», qualifiant ce taux de «positif». Il a observé que les «20 % des usines restantes rejet- tent directement leurs eaux usées dans les cours d’eau et les plages, constituant ainsi un danger pour la santé pu- blique et l’environnement». M.Ouali a fait part, au titre des actions visant à mettre un terme à ces dépassements, de l’organisation de rencon- tres avec les représentants de ces usines ayant abouti à la prise de décisions dont, a-t-il rappelé, «infliger une amende à toute usine pol- luant l’environnement». «Il ne sera permis à aucun investissement d’être concré- tisé sur le terrain, s’il consti- tue un danger pour l’environ- nement», a-t-il prévenu, me- naçant qu’il sera «mis fin à tout dépassement en la ma- tière par la force de la loi».

CAMPAGNE INTERNATIONALE POUR LE CLIMAT:

15 projets algériens sélectionnés

Quinze projets algériens ont été sélec- tionnés au titre d'une campagne interna- tionale pour le climat, a-t-on appris di- manche à Oran du responsable de la communication du Bureau «R20 Med» as- surant la représentation méditerra- néenne de l'Organisation non gouverne- mentale (ONG) R20 (Regions of climate action). Ces quinze projets, émanant de diffé- rentes wilayas du pays, ont été retenus dans le cadre de la campagne internatio- nale «100 projets pour le climat», lancée par l'ONG R20 avec la Fondation Leonardo DiCaprio et d'autres partenaires, a précisé à l'APS Houari Anès. Le Bureau «R20 Med», basé à Oran, a, quant à lui, joué un rôle de facilitateur pour impliquer toutes les parties poten- tiellement concernées, a-t-il expliqué. Agissant en coordination avec les col- lectivités territoriales et les institutions publiques au niveau national, le «R20 Med» a identifié au total 24 projets, dont

15 ont été finalement retenus par les or- ganisateurs pour leur impact positif sur l'environnement et au plan socio-écono- mique. Ces projets portent sur la réalisa- tion d'infrastructures faiblement émet- trices de dioxyde de carbone (CO2) et touchent à divers domaines tels ceux de la gestion durable des déchets, de l'effi- cacité énergétique et des énergies re- nouvelables. «Les wilayas participantes ont favorablement accueilli l'initiative prise par le R20 aux côtés des décideurs, industriels et investisseurs afin d'accélé- rer l'émergence de projets d'infrastruc- tures faiblement émettrices de CO2», a- t-on souligné. La wilaya d'Oran qui s'at- telle aux préparatifs des Jeux méditerra- néens qu'elle accueillera en 2021, a ainsi mandaté le R20 pour explorer les possi- bilités et opportunités de développe- ment de plusieurs opérations au sein de la région, dont celle intitulée «Jeux mé- diterranéens neutres en carbone» (village et complexes olympiques), fait-on sa-

voir de même source. Le R20 Med a été installé à Oran en juin 2013 suite à la si- gnature d’un accord-cadre de partenariat entre le gouvernement algérien repré- senté par le ministère chargé de l'Environ- nement et l'ONG R20. Ses trois domaines d’intervention sont «la gestion et la valorisation des dé- chets», «l’efficacité énergétique» et «les énergies renouvelables». Le tri sélectif à la source des déchets ménagers figure parmi les grandes ac- tions réalisées à Oran depuis la signature de l'accord, en plus de la création d'une unité pilote de compostage des déchets verts et organiques en partenariat avec la Direction de l'environnement et l'EPIC CET (Centre d'enfouissement technique). La Fondation portant le nom de l'ac- teur américain Leonardo DiCaprio a été, quant à elle, créée en 1998 avec pour mission d'encourager la mise en oeuvre de solutions innovantes pour la protec- tion du climat et de l’environnement.

ENVIRONNEMENT

Près de 80% des entreprises industrielles ont installé des stations d'épuration des eaux usées

Sur un total de 140 entreprises industrielles,

près de 80% ont répondu favorablement aux avis de la wilaya d'Alger appelant à cesser la pollu- tion des eaux du lac de Reghaia en procédant à l'installation de stations d'épuration des eaux usées, apprend-on samedi auprès des services de la Direction des forêts et de la ceinture verte de la wilaya d'Alger. Lors d'une journée de sensibilisation orga- nisée aux Jardin d'essai (El Hamma), mar- quant la Journée mondiale des zones humides ( JMZH), le chef de département des forpets de

la wilaya d'Alger, Abdelkader Messabes, a indi-

qué que l'on dénombre 140 entreprises situées

à proximité du lac de Reghaia dont 80% avaient

répondu favorablement aux avis de la wilaya d'Alger et se sont empressées d'installer des sta- tions d'épuration des eaux usées au moment où les autres entreprises restantes font l'objet de surveillance et de suivi par les services compé- tents. L'action de sensibilisation et de surveil- lance de la Direction des forets et de la ceinture

verte de la wilaya d'Alger, s'inscrit dans le cadre d'un plan global arrêté par la wilaya qui repose sur l'institution d'une commission intersecto- rielle (ressources en eau, travaux publics, en-

qui a

pour mission la protection de cet espace vital. A cet effet, M. Messabes a affirmé que la Di- rection des forets «a tiré la sonnette d'alarme» en raison majeure du taux de pollution enregis- tré au lac de Reghaia par le lancement, dans une première étape, d'un programme de protection

qui prévoyait l'envoi d'avis aux entreprises in- dustrielles qui jetaient leurs déchets liquides et solides dans le lac et alentours. Après finalisation de l'installation des stations d'épuration des eaux usées initiée en 2015, la commission a envisagé l'entame de la deuxième étape qui consiste à épurer les eaux du lac pour être suivie d'un processus de réintégration des êtres vivants qu'il renfermait auparavant et parvenir à l'investissement et du tourisme en- vironnemental. Au niveau de la capitale, il existe un nombre considérable de zones humides comme celle d'Oued Mazafran et le barrage de Douéra. En dé- pit de comportements nuisibles, leur état reste cependant, «excellent», selon Amina Ouakad, ingénieur spécialisée en aquaculture au Jardin d'essais. Imène Saidi, commissaire au départe- ment des forets, a souligné quant à elle, la «grande pression» qui pèse sur les zones hu- mides à Alger, y compris sur le lac de Reghaia, imputant cela au taux important de pollution environnementale qui influe sur la flore, la faune et la qualité de l'eau outre l'exploitation irrationnelle des eaux et des ressources pisci- coles. Un programme d'action wilayal visant la protection et l'épuration des eaux a été mis au point pour en faire un espace environnemen- tal modèle, a-t-elle tenu à dire. D'autre part, la journée de sensibilisation a été marquée par la présence de près de 300 élèves venus de différentes écoles et d'associa- tions activant dans le domaine de la protection de l'environnement qui ont pris part aux ateliers axés autour de la construction d'un bassin d'eau, de projection de films documentaires et enfin, la création d'un jardin aquatique, a dé- claré Sanaa Djebali, chargée de la communica- tion au Jardin d'essais. Des membres du club «Ifer» pour la protec- tion de l'environnement d'Ain Benian ont évo- qué abondamment l'importance de préserver la propreté des eaux et d'éviter leur pollution. Par ailleurs, Azzedine Benyacine, chargé des zones humides au centre d pèche de Zeralda,

a précisé que la préservation des zones humides

était indispensable pour perpétrer la vie de cer- taines espèces d'oiseaux comme le flamant rose et le tadorne de belon.

APS

vironnement, agriculture et forets

)

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Mardi 7 février 2017

AMÉLIORATION DU

SERVICE

PUBLIC DOUANIER

Signature d’une convention Douanes- Cread

La Direction générale des Douanes (DGD) et le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread) ont signé hier à Alger une convention en vue du développement des compétences et de la modernisation de l'administration douanière.

Paraphée par le directeur gé- néral des Douanes, Kaddour Bentahar, et le directeur du Cread, Yacine Belarbi, cette convention s'inscrit dans le cadre de l'exécution des orientations du plan stratégique des douanes al- gériennes 2016-2019, notamment celles relatives à leur ouverture sur leur environnement et l'amé- lioration du service public doua- nier. Cette coopération portera sur trois volets principaux: le contrôle douanier, les rensei- gnements, ainsi que la gestion des ressources humaines et des compétences, a expliqué M. Ben- tahar. Les deux parties s'engagent ainsi à développer leurs échanges bilatéraux en matière de re- cherche à travers l'organisation de conférences sur les diffé- rentes thématiques, l'élabora- tion par le Cread des études pour la DGD selon ses besoins, l'asso- ciation de spécialistes de la DGD aux différents travaux de re- cherche du Cread et l'organisa- tion de manifestations scienti- fiques liées à l'activité douanière.

SELON L’ONS Baisse de l'activité commerciale au 3 e trimestre 2016

L'activité commerciale a poursuivi sa baisse au troisième trimestre 2016 notam- ment dans le commerce en gros des matières premières, des demi produits et des ma- chines et matériels d'équipement, a appris l'APS auprès de l'Office national des statis- tiques (ONS). Selon une enquête-sondage d'opinion menée par l'ONS auprès de 533 entreprises commerciales (tous secteurs juridiques confondus), il est aussi observé que la plupart des détaillants se plaint de l'indisponibilité de certains produits. Plus de 85% des grossistes et près de 64% des détaillants interrogés relèvent avoir en- registré des ruptures de stocks de produits (matières premières, demi produits, ma- chines et matériels d'équipement) durant l'avant dernier trimestre de l'année écoulée. Il a également été relevé que près de 39% des grossistes et 24% des détaillants tou- chés par cette enquête se sont approvision- nés auprès du secteur privé uniquement, principalement ceux de la droguerie, quin- caillerie, appareil électroménager et parfu- merie. Mais plus de 56% des grossistes et plus

Il s'agit aussi de la participa- tion des douanes aux activités de recherche du Cread, de la créa- tion conjointe d'unités mixtes de recherche et de l'organisa- tion de formations par le Cread au profit des fonctionnaires des douanes. Quant au résultat de cette coopération entre les deux insti- tutions, il va constituer «un ou- til de modernisation et de déve- loppement de l'administration des douanes», a expliqué le même responsable selon lequel cette convention consacre le principe d'ouverture de l'admi- nistration sur le monde de la recherche. Pour sa part, M. Belarbi a fait valoir que cette forme de coopé- ration entrait dans le cadre de la stratégie de la Direction générale de la recherche du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, qui prône la collaboration du Cread avec les institutions économiques de l'Etat et ses administrations. «A travers cette recherche, nous allons essayer de contribuer

travers cette recherche, nous allons essayer de contribuer avec les cadres de l'administra- tion des douanes

avec les cadres de l'administra- tion des douanes pour l'identifi- cation des moyens et des tech- niques de l'amélioration du ren- dement et de la modernisation des outils de travail», a soutenu le directeur du Cread. Cette col- laboration avec les Douanes n'est d'ailleurs pas la première pour le Cread qui avait, auparavant, déjà élaboré une recherche portant sur le thème de l'usager de l'ad- ministration douanière. Pour rappel, le Cread, qui est sous tu-

telle du ministère de l’Ensei- gnement supérieur et de la re- cherche scientifique, a pour mis- sions de mener des recherches théoriques appliquées sur le dé- veloppement économique, et d'étudier, entres autres, les condi- tions économiques et sociales nécessaires au renforcement de l’intégration intersectorielle, de la création et de la maîtrise tech- nologiques et d’une gestion effi- cace aux niveaux macro et mi- croéconomiques.

de 57% des détaillants se sont approvisionnés auprès des secteurs public et privé à la fois, particulièrement ceux de l'agro-alimen- taire. Quant aux prix d'acquisition des pro- duits, ils ont été jugés «plus élevés», selon 22% des grossistes et près de 82% des détaillants, notamment ceux de l'agro-alimentaire, des textiles et des machines et matériels d'équi- pement, tandis que le reste des commerçants les ont jugés «stables». Par ailleurs, plus de 90% des grossistes et 83% des détaillants enquêtés ont acheté leurs marchandises en première main, alors que plus de 17% des détaillants, notamment ceux des matières premières et demi produits, les ont achetés en deuxième ou troisième main. Le taux de satisfaction des commandes en produits est jugé supérieur à 50% par rapport aux besoins exprimés, selon près de 54% des grossistes et 59% des détaillants enquêtés, es- sentiellement de l'agro-alimentaire, des tex- tiles et de la droguerie, quincaillerie, appa- reil électroménager et parfumerie. Pour les prix de vente, ils ont été jugés «éle-

vés» par rapport à ceux du 2ème trimestre 2016, selon 66% des détaillants et 27% des grossistes, notamment pour l'agro-alimen- taire, les textiles et les machines et matériel d'équipement, tandis que le reste des com- merçants les jugent «plus stables». En ce qui concerne le transport des mar- chandises, plus de 92% des détaillants et 40% des grossistes interrogés disposent de leurs propres moyens de transport, alors que plus de 18% de ces grossistes déclarent avoir rencontré des difficultés de transport, notamment ceux des machines et matériel d'équipement. Quant à l'état de la trésorerie, il a été jugé «moyen» par plus de 89% des gros- sistes et plus de 76% des détaillants enquê- tés, et «bon» par 22% des détaillants. En ou- tre, près de 39% des grossistes et 59% des dé- taillants ont eu recours à des crédits ban- caires, notamment les commerçants des droguerie, quincaillerie, appareil électromé- nager et parfumerie et ceux des machines et matériel d'équipement. Une part de 87% des grossistes et plus de 30% des détaillants concernés n'ont pas eu de difficultés à contracter ces crédits.

FORMATION PROFESSIONNELLE Ouverture à Alger du 4 e Salon national de la formation continue et par apprentissage

La 4e édition du Salon na- tional de la formation continue et par apprentissage a ouvert ses portes hier au Palais de la culture Moufdi Zakaria, à Alger, sous la thématique: «L'emploi et la for- mation pour booster le dévelop- pement économique». «Ce salon de trois jours se veut un espace de rencontre en- tre les différents acteurs de la for- mation professionnelle afin de leur permettre de proposer leurs prestations et développer des partenariats», a indiqué le com- missaire du Salon, Ali Belkhiri. Cet espace consiste, aussi, à permettre aux écoles de «propo- ser des formations spécialisées en direction d'entreprises à la re- cherche de partenaires pour prendre en charge leurs plans de formation interne», a-t-il expli- qué. Il a rappelé, à cet égard, que l'entreprise «a besoin de for- mer ses employés de manière ré-

gulière afin de mettre à niveau leurs connaissances et savoir faire et développer leurs compé- tences, pour faire face à la com- pétitivité sur le terrain». La salon concerne, également et d'une manière particulière, «les jeunes qui sont à la re- cherche d'une formation sus- ceptible de leur ouvrir la voie à un emploi, et aussi de perfectionner la formation pour ceux qui ont en déjà», a ajouté M. Belkhiri. «Il s'agit également des jeunes universitaires qui ont créé leurs propres entreprises, mais qui manquent d'expérience et de connaissance en matière de ges- tion et de management», a-t-il re- levé, précisant que jeunes entre- preneurs «pourraient, grâce à ce salon, trouver des conseillers pour les accompagner dans leur entreprise». «Notre objectif est de faciliter le contact entre ces différents

acteurs en mettant à leur dispo- sition cet espace pour échanger idées et expériences et de faire des propositions pour développer les partenariats», a-t-il fait savoir. Pour M. Belkhiri, ce genre d'es- paces «peut jouer un rôle impor- tant dans le secteur économique, notamment, en matière d'enca- drement, d'orientation et de dé- veloppement d'une ressource humaine de qualité». Dans le même sillage, Musta- pha Ouallouche, organisateur, a souligné, pour sa part, «l'impor- tance de la formation en étant un élément majeur pour élever le ni- veau de la ressource humaine et ainsi améliorer le produit local, et contribuer au développement de l'économie nationale». Les participants à ce salon «se pencheront sur les moyens à même de permettre de trouver des solutions aux problèmes liés à la formation et encourager les

jeunes à s'orienter vers le do- maine de la formation profes- sionnelle, particulièrement les métiers, et chercher comment assurer à ces jeunes un meil- leur encadrement et une meil- leure orientation», a-t-il indi- qué. Une douzaine d'exposants re- levant des secteurs public et privé prennent part à ce salon, dont, notamment, la Société na- tionale du transport routier (SNTR), l'Entreprise nationale de la navigation aérienne (ENNA), l'Institut de formation en électricité et gaz (IFEG) du groupe Sonelgaz. Par la même occasion, les organisateurs ont annoncé l'organisation de la 1ère édition du Salon régional de la formation et emploi du 13 au 15 mars à Sétif, tandis que le 11ème Salon national du recrutement aura lieu du 18 au 20 avril à Alger.

INDUSTRIE

Un taux d'intégration minimal de 40% pour rentabiliser l'industrie véhicules

Un taux d'intégration de 40% représenterait le taux minimal pour rentabiliser l'industrie mécanique en Algérie, mais constitue un ob- jectif plus ou moins réalisable dans les cinq pro- chaines années, a estimé hier à Alger un chef d'entreprise du secteur. «Le montage automobile SKD n'est pas via- ble si l'on n'arrive pas progressivement à un taux d'intégration nationale de 40%, car au des- sous de ce taux, il est plus rentable d'importer des véhicules que de les monter en Algérie», a avancé Adel Bensaci, président du cluster mé- canique de précision, au Forum d'El Moudja- hid qui a été consacré aux clusters. Les clusters sont des réseaux d’entreprises constitués notamment de PME activant dans le même créneau, qui peuvent être ancrés loca- lement ou répartis sur plusieurs zones géogra- phiques, avec l'objectif de conquérir des mar- chés qui n’auraient pas été accessibles par des entreprises seules. Selon lui, les véhicules montés actuellement en Algérie coûtent plus chers que les mêmes produits importés. Quant à l'objectif visé par la création du clus- ter mécanique, M. Bensaci a expliqué que ce re- groupements d'entreprises espérait offrir une alternative locale aux cinq (5) milliards de dollars de pièces de rechanges importées par l'Algérie annuellement. «Nous importons 99% de nos besoins en la matière (pièces de rechange) et ce marché doit être récupéré par les sous-traitants natio- naux», a insisté le président du cluster méca- nique de précision qui a été créé en janvier 2017 par cinq sociétés fondatrices. Reconnaissant que l'existence de concur- rents au sein du cluster peut créer parfois «quelques frictions», ce jeune industriel a toutefois assuré que les sociétés adhérentes, dont le nombre devrait augmenter à une ving- taine incessamment, «gagneront beaucoup plus à travailler ensemble surtout qu'elles ac- tivent dans un marché local à forte croissance

et qu'elle sont mieux écoutées à l'international

lorsqu'elles sont regroupées».

A ce propos, il a cité l'exemple d'un construc-

teur aéronautique européen qui exige des fournisseurs de pièces de rechange de se re- grouper en cluster. Présent à cette rencontre, le président du cluster numérique «Algeria digital cluster», Ah- med Mehdi Omarouayache, a considéré qu'un cluster permettait à une société d'«avoir l'agi- lité d'une petite entreprise et la force de pro- position du groupe». De son côté, le président du cluster boissons d'Algérie, Mourad Bouattou, a fortement plaidé pour la création de clusters dans les autres sec- teurs.

«Notre cluster a permis à ses membres une visibilité à l'international. Les étrangers viennent nous rencontrer en tant que groupe car nous partageons une vi- sion commune et nous parlons d'une seule voix. Le cluster est un accélérateur de réussite:

seul on peut aller vite, ensemble on ira loin»,

a résumé le président de ce cluster créé en 2012

et regroupant 25 adhérents entre producteurs

de boissons et opérateurs de la chaîne logis- tique.

Il a souligné que les sociétés adhérentes

comptaient créer une centrale d'achat en ex- pliquant qu'actuellement, les producteurs na- tionaux de boissons importent 150.000 tonnes/an de polyéthylène (utilisé pour la fa- brication de bouteilles en plastique) et que la bouteille représente la moitié du coût du pro- duit. C'est dans ce sens que les adhérents de ce cluster comptent mettre sur pied une centrale d'achat pour effectuer des importations grou- pées de matières premières dans le but d'ache- ter moins cher et de faire ainsi baisser les coûts de production. Selon les participants à ce forum, il existe en Algérie une dizaine de clus- ters seulement contre 240 en France.

APS

Mardi 7 février 2017

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

Les emplois aidés ont la cote

En ce qui concerne la politique d’appui à l’emploi, M. Boudiaf

a indiqué qu’au total, 42.950 personnes ont trouvé un emploi à

Alger en 2016, dont 1.674 grâce au dispositif d’aide à l’insertion

professionnelle et 3.072 autres dans le cadre des contrats de tra- vail aidé.

Les autres emplois son pourvus par le système de placement habituel. M. Boudiaf a expliqué que le Dispositif d’aide à l’inser- tion professionnelle (DAIP) a permis le placement de 1.674 jeunes «dans un contexte où le secteur de l’administration a gelé

le recrutement et où les dispositifs de placements sont orientés

vers le secteur économique public et privé». «D’un autre côté, nous avons placé dans le cadre du Contrat de travail aidé (CTA), 3.072 personnes en 2016 ce qui fait que le nombre d’employés en poste depuis 2009 grâce à de dispositif est de 10.700», a ajouté le directeur de l’emploi. L’ensemble des secteurs d’activité ont absorbé en premier lieu les demandeurs d’emploi issus de la formation professionnelle ainsi que les diplômes titulaires de certificat d’aptitude profes- sionnelle et de brevets de technicien supérieur. Dans l’enseignement supérieur, ce sont les diplômés en sciences commerciales et financières et dans les TICS qui sont absorbés plus facilement. Les moins bien placés sont les diplômés en médecine et

dans le secteur de la santé en général, orientés vers le secteur de

la fonction publique.

Les efforts de la wilaya d’Alger pour encourager l’emploi de jeunes s’expriment aussi par le biais de la coordination intersec- torielle entre l’ANSEJ et la CNAC et l’intervention du wali pour donner la priorité aux jeunes promoteurs en leur réservant 20% de la commande publique. «On a transmis la liste de détenteurs de projets à la direction des travaux publics et à la direction de l’hydraulique et celle de l’urbanisme pour tenir compte de ce paramètre. Il y a aussi la direction de réaménagement des quartiers qui

a retenu 173 projets dans le cadre de la réservation de 20% de la commande publique aux jeunes promoteurs», a expliqué le di- recteur de l’emploi.

FINANCES L’impact positif de la LF 2017 sur les entreprises économiques mis en évidence à Aïn Defla

Les participants à une journée d’étude sur l’impact de la loi de finances 2017 sur les entreprises économiques ont mis en exergue, hier à Aïn Defla, les retombées positives de ce texte en matière d’encouragement de la production nationale à la faveur notamment de l’instauration d’un climat de compétitivité. Organisée par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Aïn Defla en collaboration avec l’antenne locale de l’agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), cette ren- contre à laquelle de nombreux opérateurs économiques ont pris

part, a été l’occasion pour mettre en évidence les aspects fiscaux

et douaniers de cette loi ainsi que les mesures incitatives visant

à encourager les produits locaux. Lors de son intervention, le Dr

Benaoula Hakim, enseignant à la faculté des sciences économiques de l’université Djillali Bounaâma de Khémis Miliana, a soutenu qu’à la faveur de LFC 2017, les entreprises économiques peuvent «jouer» sur les prix de revient de leurs marchandises et ce par une plus grande «maîtrise» des facteurs s’y rapportant. Selon lui, une entreprise désireuse d’augmenter ses revenus doit «inéluctablement» écarter de sa gamme de production les produits dont la part sur le marché n’est pas valorisée, invitant les responsables des entreprises à faire preuve d'«anticipation» par une exploration continue des créneaux offerts par le marché. Le conférencier a également mis l’accent sur la «moralisation de l’acte commercial» par la proscription de toutes les pra-

tiques «immorales» et «illicites» invitant les responsables des en- tités commerciales à ne pas «raisonner» en tant que commerçant mais en tant qu’entreprise ayant une responsabilité sociale. De son côté, le responsable de l’inspection divisionnaire des douanes à Chlef, Sahnouni Mustapha, a mis en évidence les me- sures en matière de facilités douanières contenues dans la LFC 2017, soutenant que ces mesures contribueront à consolider la pro- duction nationale. Il a, en guise d’illustration, cité la réduction des droits douaniers appliqués sur certaines matières pre- mières entrant dans la confection de certains produits, soutenant que cette mesure est à même d’encourager les opérateurs éco- nomiques à se lancer dans l’exportation. S’exprimant sur la taxe appliquée sur l’orge et l’aluminium, M.Sahnouni a indiqué que cette mesure vise à encourager la consommation de ce produit

et à protéger le marché national contre l’importation de produits

fabriqués à l'échelle locale. Le directeur de la CCI de Aïn Defla, Belkacem Abass a, pour sa part, souligné que son établissement reste mobilisé pour prêter aide et assistance à tous les porteurs de projets désirant créer une activité économique dans la wilaya, faisant état d’opportunités pour les investisseurs locaux et natio- naux. Il a, dans ce cadre, estimé nécessaire l’intensification de l’information et de la communication en direction des investis- seurs, observant que la diversification de l’économie nationale ne doit pas être une «vue de l’esprit».

APS

Des formateurs préconisent le perfectionnement technique des stagiaires dans les entreprises après l'obtention du diplôme

Les entreprises du secteur économique ont besoin de former leur personnel notamment dans le domaine technique afin de parfaire les connaissances acquises après l’obtention de leurs diplômes, ont souligné hier à Alger des responsables de la formation lors d’un Salon national consacré à ce thème.

Le directeur de l’Institut de for- mation en électricité et gaz de So- nelgaz, Djebbar M’hidi, a indiqué lors d’une conférence de presse que «2.500 stagiaires sont pris en charge en 2016 pour leur perfec- tionnement ou pour des forma- tions d’intégration pour les nou- velles recrues». «On ne peut pas recruter un universitaire dans le domaine technique sans passer par la forma- tion car c’est une exigence de sé- curité pour l’employé, le client et le matériel et c’est suite à ces for- mations que les candidats sont employés», selon M. Djebar. Il a précisé que «ces formations portent sur le management et sur le domaine technique pour ré- pondre aux besoins de Sonelgaz qui forme aussi tous les agents de ses sous-traitants dans le domaine du gaz et de l’électricité, de l’infor- matique ou autres disciplines en- core». «Nous formons aussi des employés dans le domaine des énergies nouvelles car dans les cinq prochaines années, il y aura de nouvelles centrales qu’il faudra gérer», a-t-il expliqué. De son côté, la directrice du Centre de qualification et de recy- clage de l’Etablissement national de la navigation aérienne (CQRENA), a déclaré que «les ingé- nieurs et les techniciens supé- rieurs subissent de nombreuses formations dans le domaine de l’aéronautique car il y a des équi- pement de surveillance de pointe dont le fonctionnement nécessite un personnel qualifié selon les recommandations de l’Organisa- tion internationale de l’aviation civile». «450 contrôleurs aériens et des techniciens, tous des nouvelles recrues, subissent des formations au centre de qualification», pré- cise-t-elle. En ce qui concerne la formation dans les grands do- maines du développement éco- nomique, le directeur général de

du développement éco- nomique, le directeur général de l’Ecole supérieure algérienne des affaires, Patrick

l’Ecole supérieure algérienne des

affaires, Patrick Michelitti, a sou- ligné que cette institution est en- gagée dans la formation continue

à travers des MBA et des masters

spécialisés en management de té- lécom, sur la supplay chain ((ap- provisionnement), le transport et la logistique ou encore le marke- ting digital et le e-commerce. «Ce sont tous des secteurs de pointe tout comme ceux des indus- tries pharmaceutique et des ser- vices», a-t-il ajouté. Dans le domaine du bâtiment, le responsable de Kit construc- tion, a expliqué que cette entre- prise a signé un accord avec les promoteurs immobiliers pour for- mer 500 agents spécialisés dans l’entretien des parties collectives des bâtiments «pour se charger de l’entretien des cités afin d’em- pêcher leur dégradation conti-

nue». Enfin, le commissaire du Salon national de la formation continue, Ali Belkhiri, a souligné que «Le transport arien, le secteur

minier, le tourisme et l’industrie automobile sont autant de do- maines qui recrutent et qui ½ ont donc besoin de former leur person- nel pour bien produire et faire face à la concurrence». «Lors de ce Salon, nous avons mis l’accent sur la formation continue au profit du secteur économique même si toutes les instituions ont besoin de mettre à niveau les compétences de leur personnel «, a indiqué M. Bel- khiri. Une quarantaine d’institu- tion et d’écoles de formation ont participé à ce Salon qui se poursuit jusqu’au 8 février et lors desquels des candidats à la formation peu- vent s’informer des diverses oppor- tunités offertes.

ALGER

Plus de 68% des emplois dans les BTPH dans la wilaya ne trouvent pas preneur

Plus de 68% des 135.464 emplois proposés par des entreprises à Al- ger ne trouvent pas preneur en rai- son des réticences à l'égard du secteur du Bâtiment, travaux pu- blics et hydraulique (BTPH), a in- diqué à l’APS le directeur de l’em- ploi de la wilaya, Boudiaf Mohamed Charaf Eddine. «Lors de l’exercice 2016, plus 42.900 demandes d’emploi ont été satisfaites pour répondre à une offre de près de 135.500 postes, soit un taux de plus de 68 % et des milliers d’emplois qui restent à pourvoir», a précisé M. Boudiaf. Il a ajouté que «certains de- mandeurs d’emploi expriment des réticences à occuper des postes qui sont offerts par le secteur du BTPH» ce qui explique en partie cet

écart entre l'offre et la demande. Pour résorber ce déficit, les maîtres d’ouvrage font appel à la main d’£uvre étrangère, a-t-il in-

diqué, ajoutant que la direction de l’emploi a enregistré 28.940 expa- triés en 2016: la plupart dans le BTPH avec comme première natio- nalité, les Chinois. «On ne peut pas recourir à la main-d’£uvre étrangère sans pas- ser par la prospection de la main- d’£uvre locale même si c’est grâce

à elle (main-d’£uvre étrangère)

que des projets ont connu une

nette progression ou sont achevés

à Alger», explique le directeur de

l’emploi. Il a ajouté que la direction «re- censé les métiers déficitaires dont la liste a été transmise au secteur

de la formation professionnelle pour ouvrir des sessions de forma- tion à partir de février 2017», a-t-il ajouté en donnant les exemples de metiers tels que le technicien su- périeur conducteur de projet, le soudeur-tuyauteur, le topographe et le grutier pour les travaux pu- blics ou encore le chimiste d’ana- lyse industrielle et le dessinateur en construction métallique. La répartition de l’offre par secteur juridique donne en dernier

lieu celle émanant du secteur des secteurs du BTPH et de l’agricul- ture. Ce sont les services qui occu-

pent la première place suivis par l’industrie qui, grâce au pro- gramme d’encouragement de l’Etat à l’investissement, a induit 14.210 offres d’emploi.

Ph : Archives

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mardi 7 février 2017

PAIEMENT ÉLECTRONIQUE :

Plus de 240 cartes CIB Gold d’Algérie-Poste établies pour Ouargla

Au moins 246 cartes interbancaires (CIB) de type Gold, d’Algérie-Poste, permettant une di-

versité d’opérations financières, ont été établies pour sa clientèle de la wilaya d’Ouargla, a-t-on appris dimanche de responsables locaux de l’en- treprise. Ces cartes, dont 146 ont été déjà retirées par leurs bénéficiaires, soit 67% des cartes jusque-

là établies, donnent la possibilité à leur déten-

teur d’effectuer, pour le moment des retraits

d’argent, en attendant de l’élargir à d’autres opé- rations de paiement électronique, telles que le règlement des factures (électricité, eau, rede- vances téléphoniques et d’internet et autres), et d’opérer des achats en ligne, a précisé à l’APS le chef de département monétique à Algérie- Poste, Mohamed El-Amri. Afin de répondre à la demande de la clientèle d’Algérie-Poste de la wilaya d’Ouargla, une deuxième opération d’établissement de ces cartes, portant sur 475 unités, est en cours et les cartes ainsi que les codes d’accès seront remis

à leurs titulaires une fois réceptionnées du

centre national de personnalisation des cartes électroniques de Birtouta (Alger), a-t-il ajouté. L’opération d’établissement de cette carte

s’effectue à travers une demande par Internet sur le site électronique d’Algérie Poste, dans le cadre d’une stratégie de modernisation des prestations du secteur, notamment avec l’orien- tation vers le développement de l’e-commerce,

a expliqué M.El-Amri. Pour promouvoir cette opération, des cam- pagnes de vulgarisation sont menées actuelle- ment par Algérie-Poste pour toucher un large public et leur faire connaitre les avantages multiples de ce nouveau support financier. Des portes ouvertes ont ainsi été organisées

à Ouargla du 22 au 26 janvier dernier et d’autres

projetées dans les communes de Hassi-Mes- saoud, El-Hedjira, Touggourt et Taibet, en plus de l’animation d’émissions sur les ondes de la

radio locale et la distribution de dépliants sur

le thème.

MASCARA

Entrée en service de trois stations 4G

Trois stations de technologies de télépho- nie et internet haut débit (4G) sont en service dans la wilaya de Mascara, a-t-on appris di- manche du chargé d’information à l’unité opé- rationnelle d’Algérie Télécom (AT). Deux stations sont opérationnelles depuis janvier dernier à Hachem et Mohammadia pour une capacité initiale de 1.600 lignes té- léphoniques et internet, contribuant à l'amé-

lioration des prestations d’AT, surtout que Ha- chem était dépourvue de ce genre d’équipe- ments. La station de Hachem couvre la commune

et les village avoisinants, alors que celle de Mo-

hammadia les quartiers supérieurs de la ville,

le nouveau pôle urbain et des villages proches

pour satisfaire la demande croissante sur les services de téléphonie et d'internet 4G. Il a été procédé, au mois de février en cours, à la mise en service d’une troisième sta- tion à Tighennif d’une capacité de 800 nou- velles lignes, la deuxième du genre dans cette ville, qui enregistre une forte demande en té- léphonie et internet 4G. Avec la mise en service des stations de Mohammadia, Hachem et Tighennif, le nom- bre de stations de transmission de 4G ex- ploitées est de 37 dans la wilaya dont 18 instal- lées et mises en service en 2016. Le nombre d’abonnés au téléphone et in- ternet haut débit 4G a atteint, dans la wilaya de Mascara, 17.000 dont 8.000 connectés au ré- seau en 2016.

APS

MOSTAGANEM

Le tramway livré à la fin du premier semestre 2018

Le projet du tramway de Mostaganem devra être livré à la fin du 1er semestre de l’année 2018, a appris l’APS du wali, Abdelwahid Temmar. Le wali a indiqué, dans une déclaration à l’APS, qu’un délai de 12 mois supplémentaires a été accordé, à partir d’avril prochain, au groupement franco-espagnol chargé de la réalisation du projet.

Le partenaire étranger, composé des entreprises française «Alscom» et espa- gnole «Corsan Isolux», avait demandé un dé- lai de 20 mois pour renforcer les équipes et achever les travaux afin de livrer le chantier au premier semestre 2018. Cette décision a été prise lors d’une ren- contre, tenue le 17 janvier dernier au siège du ministère des Travaux publics et des

Transports, en présence des cadres du sec-

teur, du wali de Mostagamen et des repré- sentants du groupement franco-espagnol, a-t-on indiqué e même source. Un délai de trois mois (1er trimestre de l’année en cours) a été donné à ce groupe- ment étranger pour relancer le chantier et reprendre les travaux. «En cas de non reprise du chantier, il sera procédé à l’annulation du contrat avec ce groupement» a menacé le wali, ajoutant qu’ «une commission a été mise en place pour préparer des rapports mensuels sur l’avancement des travaux du tramway».

Abdelwahid Temmar a également indi-

qué qu’une réunion sera tenue prochaine- ment avec les responsables du groupe- ment étranger pour définir un nouveau ca- lendrier de travail, sachant que le taux d’avancement du chantier a atteint les 50%. De son coté, le directeur régional des pro-

jets de tramways et des transports par câbles,

HabibBekhedda,aindiqué,dansunedécla-

ration à l’APS, que les travaux du chantier

ont été relancés après la rencontre tenue en

janvier dernier, en présence des représen- tants du ministère des travaux publics et des transports et du partenaire étranger. Le même responsable a assuré que le

chantierfaitl’objetd’uncontrôlequasi-quo-

tidien de l’état d’avancement des travaux par

les services de la direction régionale et ceux de la wilaya durant la période retenue de trois mois pour la relance du chantier et le renforcement des moyens comme il a été

décidé lors de la réunion de janvier.

«En cas de nouveau retard, nous pren- dronslesmesuresrèglementairescontenues dans le contrat», a prévenu le même respon- sable. Le chantier du tramway de Mostaga- nem devait être livré le 15 janvier 2017, comme le stipulait le contrat signé en août 2013 pour un montant total de 26,5 milliards DA. «Le non achèvement du projet est du aux retards dans la réalisation de travaux d’amé-

est du aux retards dans la réalisation de travaux d’amé- nagement urbain et ronds-points devant ap-

nagement urbain et ronds-points devant ap- porter un plus au cadre de vie des citoyens ainsi que dans la réhabilitation du vieux-bâti au centre-ville de Mostaganem», a précisé le wali. Le projet du tramway a généré 1.000 postes d’emploi durant sa phase de réalisa- tion et 500 autres permanents durant sa phase d’exploitation. Le réseau s’étend sur 14,2 km et comporte 24 stations réparties sur deux lignes. La première reliera la zone «Salamandre» au pôle universitaire de Kharrouba en pas-

sant par le centre-ville, le vieux quartier de Tijdit et la faculté de médecine, sur une dis- tance de 12,2 km. La seconde ligne reliera l’ancienne gare ferroviaire de Mostaganem à la nouvelle gare routière via les cités «5 juil- let» et «Benyahia Belkacem», sur une dis- tance de 2 kms. Le projet comporte égale- ment la réalisation d’un centre de mainte- nance, un bloc administratif et un centre de contrôle et de pilotage. A la mise en service du tramway, 25 wagons seront exploités pour assurer 5.000 voyageurs par heure, in- dique-t-on.

Production prévue de 124.000 qx

de pomme de terre précoce

Une production de 124.000 quintaux de pomme de terre précoce (primeur) est attendue dans la wilaya de Mostaga- nem en cette saison agri- cole 2016-2017, a-t-on ap- pris dimanche auprès de la direction des services agri- coles (DSA). Cette récolte est pré- vue sur une superficie de 550 hectares dans les com- munes côtières de la wilaya dont Hadjadj, Hassi Ma-

meche et Achaacha pour un rendement de 180 à 200 qx/ha, a-t-on ajouté. La cueillette de ce tu- bercule de large consom- mation sera lancée au dé- but de mars prochain, ce qui permettra de faire bais- ser les prix actuellement à 70 DA le kilogramme aux marchés de la wilaya. La wilaya de Mostaganem avait enregistré, la saison agricole précédente, la même production sur une

superficie de plus de 500 ha. Par ailleurs, 2.000 qx de pomme de terre d’ar- rière saison de la saison agricole en cours 2016- 2017 ont été stockés dans le cadre du système de ré- gulation SYRPALAC. A noter qu’une produc- tion de 943.750 qx de pomme de terre d’arrière saison a été réalisée sur une superficie de 3.775 ha.

GHARDAÏA

Plus de 500 projets d’investissement retenus depuis 2012

Pas moins de 501 projets d’investisse- ment pour la création de petites et moyennes entreprises (PME) ont été re- tenus depuis 2012 à Ghardaïa par les services concernés de la wilaya, a-t-on ap- pris hier de la Direction locale de l'Indus-

trie et des Mines (DIM). Sur ce nombre de dossiers retenus, 284

arrêtés d’investissement ont été établis et localisés sur une assiette foncière globale de 337 hectares répartis sur les com- munes de la wilaya, a expliqué à l’APS le directeur de wilaya du secteur, Abdelkrim Miloudi. Ces projets d’investissement, instruits favorablement par les services concernés de la wilaya chargé de l’investissement, se répartissent essentiellement entre les secteurs de l’industrie (146 projets) consi- déré comme le plus générateur d’emplois, le tourisme (55), les services (29) et la fa- brication de matériaux de construction (25), a-t-il souligné. Sur ce nombre de projets d’investisse- ment, dont l’enveloppe financière est es- timée à plus de 28 milliards DA, seuls 48 projets sont en cours de réalisation sur le

terrain et aucun n’est encore opération- nel, a signalé M.Miloudi qui juge cette dy- namique «faible». Pour cela, une action d’assainisse- ment du foncier industriel déjà attribué aux investisseurs sera entamée à travers la wilaya, au même titre que l’assainisse- ment du foncier agricole, en vue de récu- pérer le foncier non exploité et le mobi- liser pour répondre à la demande crois- sante des investisseurs potentiels. De nombreux acteurs économiques lo- caux ont appelé à mettre en place des mé- canismes pour lutter contre les compor- tements de mauvaise foi des pseudos in- vestisseurs qui s’approprient le foncier in- dustriel ou agricole sans le rentabiliser. Dans ce sens, prés de 600 réserves fon- cières par l’extension des zones indus- trielles et d’activités existantes, ont été mo- bilisées et mises à la disposition des inves- tisseurs, a révélé le DIM. Pour renforcer cette dynamique d’in- vestissement dans la région qui contribue à la création d’emplois et accompagner et aider les jeunes à intégrer la vie profes- sionnelle, les pouvoirs publics ont lancé

de nombreux projets de création de nou- velles zones industrielles et d’activités, telles la zone industrielle d’Oued Ne- chou (Ghardaia) de 100 hectares, la zone industrielle d’Oued Métlili de 300 hectares dédiée exclusivement aux grandes unités Industrielles. Cinq nouvelles zones d’activité sont en cours de création à Métlili II avec 50 ha et Métlili El-Djadida (60 ha), El-Menea (50 ha), Berriane Madagh (17 ha) et Laroui (16 ha). Actuellement, le tissu industriel de la wilaya de Ghardaïa dispose de prés de 4.300 entreprises, dont 3.800 micro- en- treprises (moins de trois personnes) et 500 moyennes entreprises occupant une po- pulation de 18.000 travailleurs, indique- t-on. La wilaya de Ghardaïa dispose égale- ment de deux zones industrielles de 230 hectares (Guerrara et Bounoura) qui ont connu une opération de réhabilitation et d’extension, ainsi que huit zones d’acti- vités totalisant 247 hectares, dont quatre ont bénéficié d’une opération de réhabi- litation et d’extension pour mobiliser de nouvelles assiettes foncières.

Ph : Archives

Mardi 7 février 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

SELON LA PROTECTION CIVILE

Plusieurs blessés et de nombreux dégâts matériels causés par les fortes rafales de vent

Plusieurs blessés et de nombreux dégâts matériels ont été enre- gistrés ces dernières 24 heures suite aux fortes rafales de vent qui souf- flent sur les régions Nord du pays, a indiqué hier un communiqué de la Protection civile.

Dans la wilaya d’Alger, deux effon- drements ont été enregistrés, à savoir un mur de clôture d’un parking à la rue des frères Merrakchi (commune de Belouizdad), ainsi que l'effondrement de la toiture de trois habitations pré- caires au lieu dit El Eddoum dans la commune de Bordj el Kiffan, selon le même source. Toujours dans la wilaya d'Alger, les éléments de la Protection civile ont ef- fectué 22 interventions, suite aux chutes et déracinements d’arbres, causant des blessures légères à deux personnes dans les communes d’El Harrach et des Eucalyptus. Dans la wilaya d’Oran, deux per- sonnes ont été légèrement blessées

ASSASSINAT D’UN ÉTUDIANT À TIZI-OUZOU :

Le présumé auteur entre les mains de la police

Le présumé auteur de l’assassinat ven- dredi soir à Tizi-Ouzou d’un étudiant a été remis par ses parents à la police hier, a-t- on appris de source sécuritaire locale. Le mis en cause dans cette affaire, un trentenaire originaire de Ouacifs, a été aus- sitôt auditionné par les policiers chargés de l’enquête à la Sûreté de wilaya de Tizi- Ouzou, a-t-on affirmé de même source. "L’enquête menée par la police et du- rant laquelle plusieurs personnes ont été auditionnées, a permis d’identifier le pré- sumé assassin, qui est connu des services de sécurité et était activement recherché en vue de son interpellation dans le cadre de cette affaire", a-t-on souligné. La victime, Djamel Souaki (21 ans) avait été mortelle- ment poignardée vendredi lors d’une rixe non loin du portail de la résidence uni- versitaire Hasnaoua I, rappelle-t-on.

de la résidence uni- versitaire Hasnaoua I, rappelle-t-on. ALGER Décès de trois personnes par asphyxie au
de la résidence uni- versitaire Hasnaoua I, rappelle-t-on. ALGER Décès de trois personnes par asphyxie au

ALGER Décès de trois personnes par asphyxie au monoxyde de carbone

Trois (3) personnes sont décédées par asphyxie suite à l'inhalation du monoxyde de carbone dans la commune de Oued Ko- reich (Alger), selon un bilan des dernières 24h de la Protection civile. "Trois personnes sont décédées as- phyxiées par le monoxyde de carbone émanant d'un chauffe-bain à l'intérieur de leur domicile à Climat-de-France dans la commune de Oued Koreich", précise la même source. Les éléments de la Protec- tion civile sont également intervenus pour prodiguer des soins d'urgence à trois au- tres personnes incommodées par le mo- noxyde de carbone émanant d’un appareil de chauffage d’une habitation dans la wi- laya de Guelma.

de chauffage d’une habitation dans la wi- laya de Guelma. suite à l’effondrement d’un mur exté-

suite à l’effondrement d’un mur exté- rieur d’une mosquée dans la com- mune de Kemine, selon la même source, précisant que les victimes ont été traitées sur place. A la place Gam- betta (Oran), deux autres personnes ont été légèrement blessées, après la chute d’un madrier sur un véhicule. Dans la wilaya de Médéa, 13 interven- tions des éléments de la Protection ci- vile ont été effectuées suite aux chutes et déracinements d'arbres dans plu- sieurs communes, alors que deux per- sonnes ont été légèrement blessées après l'effondrement d’une toiture d’une habitation au lieu dit Chelaala. Dans la wilaya de Tizi Ouzou, deux effondrements de toiture ont été enre-

gistrés dans les communes de Draa El Mizan et Tigzirt sans faire de victimes, rassure la même source, ajoutant que quatre interventions ont été effectuées après le déracinement d’arbres dans les communes de Tizi Ouzou, Irdjen et Azzefoun. Par ailleurs, dans la wilaya de Bejaia où plusieurs arbres ont été éga- lement déracinés à cause des fortes rafales de vent, le bilan de la Protection civile fait état d'une personne blessée suite a la chute d’un panneau publici- taire à proximité de la gare routière de la commune de Bejaia. L'effondrement partiel d’une toiture d’un chalet à Be- jaia a causé aussi des blessures à une personne dans la commune de Oued Ghir.

TLEMCEN

Saisie de 76 kg de kif traité à Maghnia

Les éléments du ser- vice régional de lutte contre le commerce illicite de drogues et psycho- tropes de la direction de la sûreté de wilaya de Tlem- cen ont saisi 76 kg de ré- sine de cannabis et arrêté trois trafiquants, a-t-on appris, dimanche auprès de la cellule de communi- cation de cette direction. Agissant sur informations

ORAN :

Saisie d'un quintal de kif traité et arrestation de 2 trafiquants

faisant état d’un réseau activant au niveau de Maghnia dans la contre- bande de drogues, les élé- ments de ce service ont entamé leurs investiga- tions et surveillance de suspects ayant abouti au démantèlement de ce ré- seau. L’opération a permis la saisie de cette quantité de drogue et l’arrestation

de trois trafiquants, deux véhicules utilisés dans le transport de la marchan- dise prohibée et d’une somme de 700.000 DA re- présentant les revenus de cette activité, a-t-on ajouté de même source. Le ser- vice compétent a ouvert une enquête pour déter- miner la destination de la drogue et identifier les au- tres membres du réseau.

Les services de la Sûreté de wilaya d’Oran ont saisi samedi un (1) quintal de kif traité et l'arrestation de deux narcotrafiquants, a-t- on appris dimanche du chef de la cellule d’in- formation de ces ser- vices. Cette opération a eu lieu, selon le commis- saire Abderrahmane Rahmani, après l’ex- tension de la compé- tence vers Alger dans

l’affaire de saisie de trois quintaux de kif traité par les ser- vices de la sûreté de daira de Boutlélis

en début d'année courante. Les services de la sûreté de daira de Boutlélis appuyés par la brigade mo- bile de la police judiciaire (BMPJ) d’Oran ont suivi les mouvements d’une bande de trafic de drogue. L’opération s’est étendue à hai Bab-Ezzouar (Al- ger), destination de la drogue qui était dissimulée à l'intérieur d'un véhicule et s'est soldée par l'arrestation du li- vreur et le destinataire et la saisie de la quantité de kif suscitée et d'une

et la saisie de la quantité de kif suscitée et d'une somme de 1,2 million DA,

somme de 1,2 million DA, a-t-on indi- qué. Les deux mis en cause origi- naires du Centre et dans l'Ouest du pays sont âgés d’une trentaine d’an- nées, a-t-on ajouté, signalant que l’en- quête se poursuit pour connaître le restant des membres de ce réseau. Les services de la sûreté de daira de Boutlélis et la BMPJ de la sûreté de wi- laya d’Oran ont arrêté, en début janvier dernier, deux personnes poursuivies dans une affaire de trafic de drogue et saisi trois quintaux de kif traité, a-t-on rappelé.

CONSTANTINE

178 patients pris en charge par l’unité d'hospitalisation à domicile d’El Khroub

L’unité d'hospitalisation à domicile et de prise en charge de la douleur (HAD), domiciliée à l'hôpital Mo- hamed Boudiaf de la commune d'El Khroub (Constan- tine), a pris en charge 178 patients au cours de l’année 2016, a-t-on appris dimanche du coordinateur de cette unitéµ; Dr. Amor Bouchagour a fait savoir à ce sujet que les soins prodigués dans le cadre de l'hospitalisation à domicile a concerné en majorité des femmes, au nom- bre de 109, sur un total de 178 malades recensés au ti- tre de l’année écoulée, dont 25 sont atteint d’un cancer. Se positionnant à la jonction entre le secteur hospi- talier et ambulatoire, l’unité HAD d’El Khroub a assuré, durant le précédant exercice, la prise en charge de 73 maladesvictimesd'accidentsvasculairescérébraux(AVC) dont 48 de sexe féminin ainsi que des malades chro-

niques, dans un état d'invalidité prolongée, a précisé cette même source. Constituant «une alternative de soins» visant à hu- maniser la prise en charge médicale et psychologique d'une certaine catégorie de malades, l’unité HAD d’El Khroub a effectué 80 séances de psychothérapie ainsi que de la rééducation fonctionnelle à raison de 10 séances par semaine en moyenne, en plus de l’organi- sation de 15 sorties par mois, a-t-il par ailleurs ajouté. L'unité d'hospitalisation à domicile et de prise en charge de la douleur a distribué, en outre, plus de dix (10) glucomètres aux malades diabétiques et dix (10) ma- telas anti-escarres, à titre gracieux, et assure également

le transport des malades dans une ambulance médica-

liséepoureffectuerleursexamensdanslescentresd'ima-

gerie médicale, a-t-il détaillé. Les patients bénéficiant d'une hospitalisation à domicile sont généralement des patients atteints de maladies chroniques invalidantes ou encore des malades en fin de vie ayant été préalable- ment hospitalisés et qui ne peuvent pas le rester indé- finiment, a-t-il en outre précisé. Proposant des soins palliatifs, de la rééducation et un

suivi médical aux patients concernés, l'équipe en place de l'HAD, composée de kinésithérapeutes, de psycho- logues cliniciens, d'assistantes sociales et d'une infir- mière a été renforcée dernièrement par la venue d’une seconde infirmière, a-t-on indiqué. A noter que cette unité de soins à domicile, visant à présenter des pres- tations humanisées dans un environnement familier,

a été lancée le 31 décembre 2013 grâce au concours de l’hôpital et de la commune d’El Khroub notamment.

LOGEMENTS SOCIAUX:

Une trentaine d'habitants d’Ahl Laksar ferment le siège de l’APC

Une trentaine d’habitants de la commune d’Ahl Lak- sar, une trentaine de kms au sud-est de Bouira, ont fermé

dimanche le siège municipal en guise de protestation contre ce qu’ils appellent «l’attribution douteuse, injuste

et inéquitable de logements sociaux».

Les protestataires, des jeunes pour la plupart, se sont rassemblés devant le portail principal de la mairie avant

de le fermer pour «protester contre l’attribution illégale

et inéquitable de logements sociaux». Ils accusent le pré-

sident de l’Assemblée populaire communale (APC) d’Ahl

Laksar d’avoir attribué «dans la non transparence et l’in- justice» des logements à des personnes dans la localité de Wettouf. Le président de l’APC d’Ahl Laksar, Arezki Hammiche, a nié toutes ces accusations, et indiqué que

la fermeture du siège est «une action illégale». Il a ex-

pliqué à l’APS que ces citoyens protestent contre l’attri- bution de neuf logements pour des citoyens du vieux village de Wettouf afin de permettre aux autorités locales de démolir l’habitat précaire . «C’est le wali Mouloud Ché- rifi qui nous instruit en décembre dernier d’attribuer ces neuf logements sociaux à ces citoyens de Wettouf pour démolir les habitations précaires et faire une ex- tension de la route nationale qui traverse ce village», a assuré M. Hammiche. Ces neuf logements sont le reste du programme des 72 logements sociaux déjà at-

tribués à leurs bénéficiaires, a-t-il tenu à préciser. Il a aussi rappelé que plusieurs des protestataires ont déjà bénéficié de logements qu’ils ont vendus par la suite. Par ailleurs, le président de l’APC d’Ahl Laksar, a tenu

à assurer qu’un programme de 50 logements socio-lo-

catifs est en cours de réalisation au chef lieu commu- nal. «J’appelle donc tous les citoyens interessés à éta- blirdesdossierspourlestransmettreàunecommission de Daira qui tranchera» a-t-il dit à l’APS. La municipa- lité d’Ahl Laksar a bénéficié d’un programme de loge- ment rural de 1100 unités, ainsi que de 300 autres so- cio-locatifs. En outre, le terrain pour la construction de 100 logements AADL est désigné, a relevé M. Hammiche. APS

Ph : Archives

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 7 février 2017

HONDURAS

17 morts et 35 blessés

dans une collision sur une autoroute

17 morts et 35 blessés dans une collision sur une autoroute Au moins 17 personnes ont

Au moins 17 personnes ont trouvé la mort et 35 autres bles- sées dimanche lorsqu'un bus de passagers est entré en colli- sion avec un semi-remorque dans le sud du Honduras, a rap- porté la presse locale. La collision s'est produite sur l'autoroute qui relie la capitale, Tegucigalpa, et le sud du pays. Elle a fait «au moins 17 morts et 35 blessés dimanche matin», se- lon le quotidien La Prensa. Parmi les victimes, 14 sont décédées sur place, et trois autres ont succombé à leurs blessures à l'hôpital. Les journalistes pré- sents sur place ont parlé d'une «scène dantesque», indiquant que l'intérieur du bus était «rem- pli de corps», selon le quotidien Diez. Les autorités n'ont pas en- core déterminé les causes exactes de l'accident, mais les au-

torités ont arrêté le conducteur du camion, qui était apparem- ment en excès de vitesse. Ils l'ont placé en détention «pour l'empê- cher de se faire lyncher par les fa- milles en colère», a ajouté le Diez. Les familles des victimes se sont réunies devant l'hôpital pour attendre des nouvelles de leurs proches. Certains des sur- vivants de l'accident seraient dans un état critique. Selon le Groupe de veille sur la violence de l'Université nationale auto- nome du Honduras, les acci- dents de la route ont été «la deuxième cause de décès» dans le pays au cours du premier se- mestre 2016. Sur cette période, le bilan des victimes d'accidents de la route s'est élevé en moyenne à 117 morts par mois, soit 4 par jour environ.

L'OBJECTIF PRINCIPAL DU SOMMEIL :

Effacer les souvenirs inutiles

Le but principal du sommeil est d'ef- facer les souvenirs inutiles et de conser- ver les plus impor- tants, a révélé hier une étude améri- caine publiée dans le revue Science. L'homme passe un tiers de sa vie à dor- mir, afin de reconsti- tuer ses réserves d'énergie dépensée lors d'une journée, mais aussi «pour ou- blier les choses inu- tiles et vider sa mé- moire», ont indiqué des chercheurs amé- ricains. Les scienti- fiques ont mené une expérience sur des

souris en les divisant en deux groupes. Un groupe a été privé de sommeil, le second pouvait se reposer à son gré. Les rongeurs qui ont eu la possibi- lité de dormir avaient dans leur corps de fortes concentrations de la protéine «Ho- mer1a», responsable de la conservation des souvenirs les plus nécessaires. En même temps, leur nombre de synapses (zones de contact en- tre les neurones) dans le cortex avait chuté de 20 %. Ces synapses sont res- ponsables de la mé-

moire et de la capa- cité d'apprentissage. Les scientifiques ont expliqué que le cerveau supprimait ainsi les éléments inutiles de la mé- moire. Les rongeurs en état d'éveil n'ont pas démontré de telles réactions. «En fait, le sommeil n'est pas un temps d'inac- tivité pour le cerveau. Par conséquent, il ne faut pas se priver de repos la nuit. Sans sommeil, les souve- nirs importants sont en danger, ils peu- vent être perdus», a expliqué l'un des chercheurs.

COLOMBIE

Un séisme de magnitude 5,7 secoue le centre

Un séisme de magnitude 5,7 a frappé hier le centre de la Co- lombie, dont la capitale Bogota, selon les premières infor- mations officielles qui ne font pas état de dégats. La se- cousse a été enregistrée à 5 km au sud-est de la commune de Colombia, dans le département de Huila (centre), a indi- qué le Service géologique colombien (SGC), précisant qu'elle a été ressentie à Bogota mais aussi à Cali, troisième ville du pays. "Jusqu'à présent il n'y a pas de dégâts", a souli- gné le président colombien Juan Manuel Santos sur son compte Twitter, se fondant sur les informations de l'Unité nationale de gestion des risques de catastrophes (UNGRD).

ROYAUME-UNI

Plus de 150 mosquées britanniques ouvertes au public

Plus de 150 mosquées à travers le Royaume- Uni ont ouvert leurs portes au public de différentes confessions, dimanche, afin d’expliquer les vraies préceptes et valeurs de l’Islam, selon les organisateurs.

Ils étaient nombreux à se rendre aux mosquées de Londres, pour prendre part à la troisième édition annuelle de la manifestation «Visit my mosque» (visiter ma mosquée), organisée par le Conseil des musul- mans britanniques (MCB), a-t-on constaté. Les mosquées de Londres, se trouvant pour la plus part, dans les villesàfortepopulationmusulmane, ont rassemblé des centaines de Bri- tanniques de différentes confes- sions, pour leur expliquer que l’Is- lam «n’est pas une religion de sang et de terrorisme, comme le véhicu- lent certains médias et politiques dans le monde, mais, une religion de tolérance, de solidarité, et de justice». La manifestation a drainé plus de monde que les deux premières édi- tions, relèvent les organisateurs. «Certains curieux de voir nos lieux de culte, mais beaucoup par solida- rité, après la décision du président américain d’interdire l’accès aux Etats Unis à 7pays majoritairement musulmans», a souligné l’adjoint du secrétaire général du MCB, Omer Hamdoon à l’APS.

du secrétaire général du MCB, Omer Hamdoon à l’APS. «DonaldTrumppensequel'islam est hostile à la paix. Les

«DonaldTrumppensequel'islam

est hostile à la paix. Les mosquées bri- tanniques lui prouvent le contraire aujourd’hui», a-t-il dit. Un décret si- gné fin janvier dernier par le prési- dent américain, Donald Trump, sur l’immigration interdit pendant trois mois toute entrée sur le territoire américain aux ressortissants de sept pays majoritairement musulmans:

le Yémen, l’Iran, la Libye, la Soma- lie, le Soudan, la Syrie et l’Irak. Il a fermé également pendant quatre mois l’entrée à tous les réfu- giés de toutes nationalités confon- dues. Un juge fédéral américain a bloqué samedi, le decret. A la mos- quée de Finsbury park, des visiteurs non musulmans, à l’instar de Denis Helpsting, et Patricia Williams, ont affirmé que leur participation à

l’événementvisaitàmontrerleurop-

position à «l’islamophobie prônée par le président américain». «Les musulmans sont nos amis, nos voisins, nos concitoyens, nous devons tous être solidaires avec eux face à toutes les accusations qui vi- sent à ternir l’Islam», ont-ils affirmé. Présent à la même mosquée, le

leader du parti travailliste, Labour Party, Jeremy Corbyn a mis en évi- dence, dans une intervention, l’im- portance des valeurs de tolérance et de cohabitation entre les religions, qualifiant de «terrible» tout ce que vit le monde, «notamment ces deux dernières années durant lesquelles les musulmans ont été diabolisés à tort». Il s’est également dit «préoc- cupé par le nombre croissant de crimes haineux contre les musul- mans et l'islam au Royaume-Uni». La révérende britannique, Pau- line Nashashibi, a exprimé, pour sa part, sa compassion avec les peuples syrien et palestinien, qui «vivent sans paix ni justice dans un climat politique difficile, marqué par la multiplication des tentatives de dres- ser des murs entre les communau- tés», a-t-elle dit. 500 organisations musulmanes régionales et locales, activant au Royaume-Uni, sont affi- liées au Conseil britannique mu- sulman. La communauté musul- mane du Royaume-Uni compte en- viron trois millions, soit, environ 5% de la population. Il existe quelque 1.750 mosquées dans le royaume.

SELON UNE ÉTUDE

La prise de poids des femmes après un accouchement serait avant tout liée à leur mode de vie

Une nouvelle étude publiée en début de se- maine par l'Ecole d'infir- mières de l'Université du Michigan a noté que la prise de poids des femmes après un accou- chement serait avant tout liée à leur mode de vie et à l'âge. Dans le cadre de cette nouvelle étude, Olga Yakusheva, professeur associée de l'Ecole d'infir- mières, a comparé le gain de poids à long terme des femmes ayant en-

fanté, et celui des femmes qui n'avaient pas eu d'enfants. Mme Ya- kusheva et ses collèges ont examiné des don- nées recueillies auprès de 30 000 femmes ayant eu entre un et quatre en- fants. Ils ont découvert que le poids atteint par la plupart des femmes un ou deux ans après leur grossesse était en fait quasiment identique à ce qu'il aurait été même si elles n'avaient pas eu

d'enfant. Cette conclu- sion contredit la croyance populaire selon laquelle les kilogrammes pris au cours de la grossesse se- raient responsables d'une prise de poids du- rable. Cette prise de poids durable est en fait da- vantage liée au mode de vie et à l'âge de la mère, qui n'a souvent plus le temps à consacrer à l'exercice physique après la naissance d'un enfant. «Beaucoup de

femmes font un régime sévère et pratiquent une activité physique pen- dant quelques temps après leur accouchement dans l'espoir de revenir à leur poids pré-grossesse, et sont au final découra- gées par les résultats. Il vaudrait beaucoup mieux adopter une approche holistique, basée sur un mode de vie sain à long terme, avant, pendant et après la grossesse», a dé- claré Mme Yakusheva.

AFGHANISTAN

Abondantes chutes de neige, plusieurs villages isolés après des avalanches meurtrières

Plusieurs villages du nord-est montagneux de l'Afghanistan étaient isoléshieraprèsd'abondanteschutes de neige qui ont provoqué une série d'avalanches meurtrières, ont rap- porté des responsables locaux. Deux provinces sont particulièrement touchées, le Badakhshan et le Nou- ristan, ont précisé les responsables cités par des agences. Les premiers bilans font état de plus d'une centaine de morts au total, dont 64 enregistrés dans un village du Nouristan dévasté par une avalanche dimanche soir. «Nous savons que plusieurs autres villages du même district de Bargma-

tal sont ensevelis sous trois mètres de

les routes d'accès sont

bloquées et nous tentons de secou- rir la population par hélicoptère», a indiqué le gouverneur provincial du Nouristan, Afiz Abdul Qayyom. «A l'heure actuelle, c'est surtout la po- pulationquiorganiselessecoursavec les responsables de districts», a-t-il précisé. Dans la province voisine du Badakhshan, le premier bilan des intempéries fait état de 19 morts dans trois districts, mais de très nombreuses localités sont égale- ment coupées du monde depuis le début des chutes de neige jeudi,

neige (

)

laissant présager des bilans hu- mains beaucoup plus lourd. «Douze districts au total sont hors d'atteinte ce matin en raison de la neige et des avalanches» qui se suc- cèdentdepuistroisjours,s'estalarmé le porte-parole du gouverneur, Na- weed Ahmad Froutan. Lundi, la météo était plus clé- mente et les chutes de neige ont cessé, ont précisé ces responsables, ce qui facilite les rotations d'hélicop- tères. Le nord, l'est et le centre de l'Af- ghanistan ont subi de très abon- dantes chutes de neige ces derniers jours, y compris la capitale Kaboul.

Mardi 7 février 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

JAPON

Echec d'une mission de nettoyage de déchets spatiaux en orbite autour de la Terre

Une mission expérimentale japonaise de nettoyage de dé- chets spatiaux en orbite autour de la Terre a échoué, ont annoncé hier ses responsables. Plus de 100 millions de dé- chets, dont des morceaux de vieux satellites et de fusées, seraient en orbite autour de la Planète bleue, présentant un risque pour l'avenir de l'exploration de l'es- pace, ont averti les responsables. Expédié en décembre dernier, un vaisseau de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS) était équipé d'une longe de quelque 700 mètres qui devait se déployer pendant la fin de la mission du ravitailleur pour effec- tuer un test. En pratique, cette tige électrodynamique, constituée de fils d'acier et d'aluminium, devait, grâce à des effets électromagné- tiques, déplacer des détritus. Il s'agissait en fait de les ralen- tir pour les faire descendre dans des orbites de plus en plus proches de la Terre afin qu'ils fi- nissent par décrocher et se consu-

MÉDITERRANÉE

mer dans l'atmosphère. «Nous pensons que la longe ne s'est pas déployée», a déclaré à la presse le chercheur Koichi Inoue, respon- sable de ce projet. «Il est bien sûr décevant de constater que nous avons terminé la mission sans atteindre un de ses principaux objectifs», a-t-il déclaré. Cette ex- périmentation devait servir de base pour la constitution ulté- rieure d'une longe bien plus im- posante (5.000 à 10.000 mètres) jugée nécessaire pour nettoyer de façon efficace dans l'espace. L'agence d'exploration spa- tiale japonaise ( Jaxa), qui effectue des missions très diverses avait dû renoncer l'an passé à un satellite, Astro/Hitomi, devenu soudaine- ment muet et dont la situation dans l'espace avait été jugée dés- espérée. Plus récemment, elle a tenté un tir d'une mini-fusée expérimen- tale, mais l'engin a lui aussi cessé soudain de communiquer et la mission a été interrompue en cours de route.

1.500 migrants

secourus ces dernières 48 heures

de route. 1.500 migrants secourus ces dernières 48 heures Au moins 1.500 mi- grantsontétésecourus ces dernières

Au moins 1.500 mi- grantsontétésecourus ces dernières 48 heures en Méditerra- née, indique un bilan fourni par les gardes- côtes italiens. Ce bilan porte à plus de 4.500 le nombre de migrants secourus depuis mer- credi, un chiffre élevé en hiver où le rythme des traversées ralen- tit habituellement en raison des conditions météo difficiles. Di- manche, 900 migrants naviguant sur trois embarcations de for- tune ont été secourus

ESPAGNE :

en Méditerranée cen- trale par le navire de la marine espagnole Ca- narias, inséré dans le dispositif Eunavfor- Med, ainsi que par des navires de marine marchande. Samedi, ce sont quelque 600 migrants qui avaient été récupérés sains et saufs aux cours de neuf opérations distinctes menées notamment par le Diciotti, navire des gardes-côtes ita- liens. L'Italie et la Libye ont signé un memo- randum d'accord pré- voyant un renforce-

ment de leurs fron- tières respectives pour parvenir, avec l'aide de l'Union européenne, à endiguer les flux mi- gratoires partant d'Afrique du Nord vers l'Italie. Les secours de ces derniers jours de- vraient porter à envi- ron 8.500 le nombre de migrants arrivés sur les côtes italiennes de- puis le début de l'an- née, tandis qu'au moins 227 autres sont morts ou disparus en janvier au large de la Libye.

Une douzaine de migrants parviennent à regagner Melilla

Une douzaine de migrants sont parvenus hier à l'aube à passer par-dessus la clôture de l'enclave espagnole de Melilla, parmi une centaine d'autres, selon la préfecture locale. Quelque cent migrants originaires d'Afrique subsaharienne ont tenté de traverser la clôture dans la matinée, a indiqué une porte-parole de la préfecture de Melilla, citée par l'AFP. Environ "une douzaine" ont réussi à l'escalader et à passer de l'autre côté pour se rendre au centre d'accueil temporaire (CETI), où ils peuvent en principe déposer une demande d'asile. Un policier et un garde civil ont été blessés. Deux migrants ont été conduits à l'hôpital, a-t-on précisé. Plus de 13.200 migrants sont arrivés en Espagne en 2016, dont plus de 5.000 par voie terrestre, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

CHINE

La population atteindra 1,42 milliard d'ici 2020

CHINE La population atteindra 1,42 milliard d'ici 2020 La population de la Chine de- vrait s'élever

La population de la Chine de- vrait s'élever à environ 1,42 milliard d'ici 2020, selon la Commission na- tionale de la santé et de la planifi- cation familiale. Fin 2015, la population du pays s'élevait à environ 1,37 milliard. Le taux annuel de croissance na- turelle de la population sera d'en- viron six pour mille, alors que la proportion hommes-femmes à la naissance en Chine devrait être ré- duite à 112 garçons pour 100 filles d'ici 2020. Les principaux objec- tifs de la Chine en matière de pla- nification familiale ont été at-

teints pendant la période du 12e plan quinquennal, de 2011 à 2015. Le taux de croissance naturelle de la population s'est maintenu à cinq pour mille, alors que la pro- portion hommes-femmes parmi les nouveau-nés est passée de 117,94 à 113,51. La commission a appelé à plus de soutien concernant le retour des femmes au travail après avoir donné naissance à un enfant et a encouragé les employeurs à défen- dre un équilibre entre le travail et les relations familiales parmi les employés.

Au moins 39 morts dans des incendies lors de la fête du Printemps

Au moins 39 per-

baisse annuelle de

cendie dans les lieux

sonnes ont trouvé la mort dans des incen- dies lors des vacances de la fête du Printemps en Chine, a indiqué le ministère de la Sécurité publique. Pendant les sept jours fériés, 13.796 feux se sont déclarés à l'échelle nationale, en

11,8%. Le bilan s'est éta- bli à 39 morts, soit une diminution de 26,4%. Le ministère, cité par l'Agence Chine nou- velle, a fait savoir que la police dans l'ensemble du pays avait renforcé les inspections concer- nant les risques d'in-

célèbres, les centres commerciaux, les sites religieux, les zones dé- diées aux feux d'arti- fice et les sites accueil- lant une foire du tem- ple. Plus de 896.000 risques d'incendie ont été détectés, a ajouté la même source.

EST DE LA CHINE 6 personnes mortes d'intoxication au gaz

Six personnes sont mortes d'in- toxication au gaz dimanche dans la province chinoise de l'Anhui (est), ont indiqué les autorités locales. L'incident a eu lieu dans le vil- lage de Yangxiaoying du district du Changfeng, d'après le départe- ment de la communication du dis-

trict. Les victimes, originaires du district de Lixin, dans l'Anhui, se- raient décédées après avoir utilisé des briquettes pour chauffer la maison qu'elles louaient, a dé- claré la police. L'enquête sur cet incident se poursuit.

QATAR

Un record de froid et des vents violents

Le Qatar, pays du Golfe au cli- mat habituellement chaud, a enre- gistré dimanche un record de froid avec 1,5 degré Celsius et des vents violents, selon un communiqué des services météorologiques. Cette température, la plus basse depuis le début des relevés météorolo- giques, a été mesurée par la station d'Abou Samra, dans le sud-ouest de la péninsule, selon le communiqué cité par l'agence de presse QNA. Le précédent record de 3,8 de- grés Celsius avait été enregistré au Qatar en 1964, selon la même

source. Le Qatar et plusieurs pays du Golfe connaissent depuis quelques jours une baisse générale des températures, parfois accom- pagnée de vents violents, selon les services météorologiques. Aux Emirats arabes unis (EAU), des vents violents de nord-ouest ont soufflé vendredi et le Jebel Jais, mont de l'émirat de Ras el-Khai- mah, a connu de rares chutes de neige. La neige a atteint 10 cm par endroits et la température est tom- bée à moins de 2 degrés Celsius sur ce mont de 1.911 m.

INCENDIE DANS UN COMPLEXE ABRITANT L'OPÉRA DE KOWEÏT : pas de victimes

Un incendie s'est déclaré hier dans un grand complexe abritant l'opéra de Koweït inauguré en octobre, a annoncé le département de la défense civile sans faire état de victime. L'incendie, qui a pris sur le toit d'un des quatre bâtiments formant le complexe lors d'une opération d'entretien, a été maîtrisé et il n'y a pas eu de blessés, a précisé ce département dans un communiqué. Le centre culturel avait été inauguré le 31 octobre. Il inclut une salle d'opéra de 2.000 places.

12 DK NEWS

SAN

Mardi 7 fé

COMBIEN D'HEURES DE SOMMEIL NOUS FAUT-IL POUR ÊTRE EN FORME ?

Face au sommeil, nous ne sommes pas tous égaux. Si un adolescent n'a pas besoin de dormir autant qu'un nourrisson, il doit compter quelques heures de plus qu'un adulte ou un sénior. À chaque tranche d'âge son temps de sommeil. Détails.

Pour être en forme toute la journée, rien

de telle qu'une bonne nuit de sommeil. Oui,

mais combien de temps doit-on dormir précisément ?

À chaque âge son besoin de sommeil

Un panel de 18 spécialistes de la National Sleep Foundation, organisme américain vi- sant à promouvoir l'éducation au sommeil, s'est penché sur 300 publications scienti- fiques pour émettre de nouvelles recom- mandations. Les chercheurs se sont rendus compte

que les besoins en sommeil varient au cours

de la vie et ont scindés les âges en neuf ca-

tégories. A chaque tranche d'âge corres- pond un nombre d'heures de sommeil recommandé. Ainsi, les nouveau-nés de- vraient dormir entre 14 à 17 h ; les nourris- sons : 12 à 15 h ; les bébés : 11 à 14 h ; les

jeunes enfants : 10 à 13 h ; les enfants : 9 à 11

h ; les adolescents : 8 à 10 h ; les jeunes

adultes : 7 à 9 h ; les adultes : 7 à 9 h et les se- niors : 7 à 8 h.

à 9 h ; les adultes : 7 à 9 h et les se- niors :

Les scientifiques notent que le fait de dormir un peu plus ou un peu moins que ces recommandations pourrait représenter le symptôme d'un trouble. Toutefois, en matière de sommeil, il n'existe pas de normes.

Tenir un journal du sommeil et appréhender ses besoins

Chacun ressent des besoins différents selon ses habitudes. En effet, les adultes dorment en moyenne 8 heures par nuit mais certains se satisfont de 6 heures quand d'autres peuvent rester endormis pendant 9 ou 10 heures. Ces différences sont liées à des facteurs génétiques définissant notre chronotype (ou horloge interne). Pour apprécier votre besoin de sommeil, vous pouvez tenir un journal lors d'une pé- riode sans contraintes (vacances, par exem- ple) ou lorsque vous travaillez. Le Réseau Morphée propose de noter vos habitudes de sommeil pendant 3 semaines minimum. Essayez ! Vous saurez si votre besoin de sommeil est égal à vos habitudes réelles.

LE MANQUE DE SOMMEIL, SOURCE DE NOMBREUX DANGERS POUR LA SANTÉ

Quand vous ne dormez pas assez, vous avez un appétit d'ogre, êtes d'humeur massacrante et avez du mal à vous concentrer. Mais ces petits désagréments ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Troubles de la mémoire, risque de surpoids, vieillisse- ment accéléré. Voici trois exemples des effets néfastes que font peser des nuits trop courtes sur notre organisme. Les chercheurs s'intéressent de plus en plus aux conséquences sur le long terme du manque de sommeil. Pour cause, ce mal contemporain concerne presque tout le monde et em- poisonne la vie sur le long terme, rappelle l'émission Slee- pless America, qui sera diffusée le 30 novembre sur la chaîne National Geographic. Le documentaire dresse un panorama des dangers pour la santé en se focalisant sur le manque de sommeil des Américains. L'enquête a été réalisée avec l'expertise de l'institut na- tional de la santé américain et de l'académie américaine de médecine du sommeil. Alors que 40% des adultes et 70 % des adolescents estiment ne pas dormir assez, on découvre que de mauvaises nuits peuvent surexposer à la maladie d'Alzheimer. En fait, quand on dort suffisamment, le cer- veau arrive à évacuer les substances chimiques nocives

comme la béta-amyloïde, protéine dont l'accumulation sous forme de plaques nuit au système nerveux. Le som- meil est donc important pour permettre au cerveau de fonctionner de façon optimale et d'assurer sa mission de "nettoyage", rappelle le documentaire.

La fatigue influence aussi la gestion d'équipe

Des troubles du sommeil liés au travail en horaires dé- calés peuvent donner naissance à différentes pathologies, comme l'apnée du sommeil, le syndrome des jambes sans repos, ou plus grave encore des maladies cardiaques, du diabète ou de la dépression. Moins connu est l'effet que ce mauvais sommeil peut avoir sur l'attitude des chefs d'équipe au travail. Une étude de l'université de Washing- ton et parue en novembre pointe la tendance des managers à malmener leur équipe et à saboter leur productivité. La liste des désagréments est loin d'être exhaustive. Inu- tile de rappeler que la fatigue ruine les volontés des candi- dats au régime ou à une alimentation saine. Qui n'a jamais eu envie de trouver du réconfort dans une douceur pour se redonner un coup de fouet ?

dans une douceur pour se redonner un coup de fouet ? Se coucher tôt, la meilleure

Se coucher tôt, la meilleure astuce pour tenir ses résolutions

Vous avez l'intention de prendre de nouvelles habitudes en 2015 ? Dans ce cas, commencez par bien dormir. Le manque de sommeil ruine toute notre bonne volonté, selon une

étude. Pour la nouvelle année, vous vous êtes préparé une liste de bonnes résolutions : dépenser moins d'argent dans du shopping, reprendre le sport, arrêter de

fumer

être sérieusement mis à mal par un état de fatigue prononcé. Richard Wiseman, psychologue à l'Univer-

Ces projets pourraient bien

sité de Hertfordshire, au Royaume- Uni recommande 7 heures de som- meil par nuit au minimum si on veut tenir ses résolutions. Après avoir interrogé un panel de 1 000 adultes sur leur sommeil et leur capacité à tenir leurs résolu- tions, le spécialiste est arrivé à la conclusion que le manque de som- meil venait à bout de la volonté et de la motivation à entreprendre des changements. En effet, 60 % des sondés qui dormaient en moyenne huit heures par nuit ont réussi à

tenir leurs résolutions, contre 44% chez les petits et mauvais dor- meurs. Sans surprise, le manque de som- meil et la fatigue accumulée ont poussé les participants à faire l'in- verse de leurs résolutions, comme grignoter des sucreries au lieu d'al- ler faire du sport. Garder son self- control et persévérer dans ses décisions comme celle de faire un régime, passe donc par une bonne nuit de sommeil. Le psychologue re- commande d'ailleurs de rester plus

longtemps au lit plutôt que de se forcer à faire du sport le matin. A la place, il conseille de réserver un créneau gym en fin de journée. "Le cerveau a besoin d'énergie pour faire quelque chose qu'on n'a pas vraiment envie ou qu'on arrive diffi- cilement à faire. Or, si on est en manque de sommeil, on ne dispose pas de l'énergie suffisante. Les per- sonnes qui décident d'aller à la gym le matin par exemple finissent par renoncer car le fait de se lever tôt pour faire du sport les prive de som-

In topsanté.fr

TÉ

vrier 2017

DK NEWS 13

FORME :

LES BONS GESTES AU RÉVEIL POUR BIEN COMMENCER LA JOURNÉE

Ces temps-ci, on se fait violence pour s'extirper du lit après les hurlements du réveil. Et on finit par culpabiliser de cet état de léthargie. Pas la peine de se brusquer ! Quelques astuces permettent de réveiller ses muscles et de redynamiser son organisme en douceur. Vous est-il déjà arrivé d'envier la nonchalance et le plaisir avec lequel le chat étire ses pattes et son dos après un sommeil profond ? Cette jalousie sera bientôt derrière vous, une fois adoptée la bonne routine forme du réveil. Ce rituel va transformer vos potentielles mauvaises habitudes (aller illico sous la douche au saut du lit ou encore sauter le petit-déjeuner) en un cercle vertueux : on tonifie le corps et on met en route la dépense énergétique. Plus éveillée et en forme, on prépare notre corps à affronter plus facilement le stress et les autres contrariétés qui peuvent se profiler dans la journée.

L'hydratation

Le premier réflexe de ce «warm up» matinal renvoie au b.a-ba des routines bien-être :

l'incontournable verre d'eau à jeun. Dilué avec du jus de citron ou pas, l'eau au réveil détoxifie l'organisme et relance le transit. On enclenche ensuite le réveil musculaire en effectuant ces mouvements, toujours à jeun (et avant la douche) :

Des moulinets avec les bras

En position debout, le dos bien droit, on ouvre les bras et on effectue des moulinets. 10 fois dans un sens et 10 fois dans l'autre.

La rotation du golfeur

On imite le «swing» du joueur de golf en faisant une légère rotation des hanches. Dans le même temps, on transfère les appuis de la jambe gauche vers la jambe droite si on tourne à droite. C'est- à-dire qu'on plie la jambe gauche en déplaçant le poids du corps sur la jambe droite. On associe ce mouvement de jambe à une rotation légère du buste et en balançant les bras de gauche à droite, comme si on lançait une balle de golf. On rentre bien le ventre pour ne pas creuser le dos. Puis on fait la même chose de l'autre côté. Une série de 10.

Le réveil des chevilles

On tourne les chevilles dix fois dans un sens et dix fois dans l'autre.

La marche sur place

On poursuit le réveil du corps avec une marche sur place. Debout, on monte sur ses orteils et on redescend. On imagine qu'on marche sur des talons invisibles mais sur place. On fait deux séries de 10 mouvements.

L'étirement du bas du dos

Debout, on enroule son dos et on plie ses jambes de façon à essayer de toucher ses orteils. Les plus souples peuvent faire cet exercice jambes tendues.

LENTILLES DE CONTACT

LES BONS GESTES POUR ÉVITER L'INFECTION

On les porte sans même y penser, et pourtant, nos lentilles de contact peuvent devenir de vrais nids à bactéries. Une équipe de chercheurs américains nous donne 3 règles d'hygiène essentielles pour éviter l'infection.

En France, près de 5 millions de personnes portent régulièrement des lentilles de contact. Mais si ce dispositif de correction de la vue est pratique, il peut également causer un certain nombre de soucis de santé. En effet, des len- tilles mal nettoyées peuvent engendrer des in- fections fongiques ou bactériennes, et notamment des kératites infectieuses. Dans une étude publiée dans la revue scientifique Optometry and Vision Science et portant sur plus de 110 personnes, une équipe de chercheurs américains s'est penchée sur la question. Verdict : 66 % des paires de lentilles analysées ont été testées positives à la pré-

Une

sence de micro-organismes infectieux statistique qui fait froid dans le dos !

3 règles pour éviter les infections

Selon les chercheurs, 3 règles d'hygiène sont essentielles pour éviter les infections. Primo, il est important de bien se laver les mains à l'eau et au savon avant de toucher ses lentilles : une évidence ! Ensuite, il ne faut surtout pas oublier de bien essuyer leur boite après l'avoir nettoyée :

hors de question de la laisser sécher à l'air libre. Enfin, évitez de mélanger les marques :

si votre boite et votre liquide désinfectant sont de deux marques différentes, le risque d'infec-

sont de deux marques différentes, le risque d'infec- tion est présent. "Il est essentiel de prendre

tion est présent. "Il est essentiel de prendre soin de sa boîte à lentilles, ajoute Anthony Adams, l'un des auteurs de l'étude. C'est en

effet là que se développent les micro-orga- nismes responsables des infections." Nous voilà prévenus !

7 ERREURS À NE PLUS FAIRE AVEC SES LENTILLES DE CONTACT

Près de cinq millions de personnes portent des lentilles de contact en France, soit plus de 6% de la population. Vous aussi ? Alors sachez que le port de lentilles de contact nécessite des précautions d'utilisation. Pour éviter les infec- tions, il est en effet essentiel de savoir s'y pren- dre. Voici des erreurs courantes à corriger sans attendre !

Erreur n°1 : Nettoyer ses lentilles de contact avec de l'eau du robinet

À cours de solution pour vos lentilles, vous avez peut-être déjà été tenté de les nettoyer à l'eau du robinet. Erreur : l'eau du robinet peut en effet déformer les lentilles de contact sou- ples et les faire gonfler. Elles ne sont alors plus adaptées à vos yeux. En outre, cela peut favo- riser la prolifération des bactéries et favoriser les infections oculaires.

Erreur n°2 : Utiliser la même solution plusieurs jours de suite

Autre geste à bannir : réutiliser plusieurs fois la solution pour nettoyer vos lentilles. Ainsi, rincez toujours le boitier dans lequel vous mettez vos lentilles la nuit et mettez sys- tématiquement de la solution neuve. À défaut, elle perdrait de son pouvoir désinfectant.

Erreur n°3 : Ne pas nettoyer son boitier à lentilles

Avant de verser votre solution pour lentilles de contact, nettoyez précautionneusement le boitier afin d'éviter qu'un film ne se forme au

le boitier afin d'éviter qu'un film ne se forme au fond de celui-ci et qui pourrait

fond de celui-ci et qui pourrait provoquer des infections.

Erreur n°4 : Garder ses lentilles pendant trop longtemps

Par soucis d'économie, vous vous êtes peut- être déjà laissé aller à garder les mêmes len- tilles plus longtemps que recommandé. Bannissez cette habitude qui multiplie par 5 le risque de souffrir de kératite, une inflamma- tion de la cornée qui peut s'avérer grave. La majorité des lentilles de contact classiques doivent être renouvelées tous les 3 mois. De même, on ne garde pas 3 ou 4 jours des len- tilles journalières ou 3 ou 4 mois des lentilles mensuelles : au bout d'un moment, la lentille

s'encrasse et l'oxygène ne passe plus dans la cornée. Référez-vous toujours à la notice d'utilisation et aux conseils de votre ophtalmo.

Erreur n°5 : Ne pas se laver les mains avant d'enlever ses lentilles

Encore un geste d'hygiène essentiel pour éviter la prolifération des microbes. Il est pri- mordial de vous laver les mains à l'eau et au savon avant de manipuler vos lentilles de contact. Les bactéries présentes sur vos mains peuvent en effet coloniser vos lentilles et en- trainer des infections oculaires.

Erreur n°6 : Laisser ses lentilles dans la même solution

Vous ne portez vos lentilles que de temps à autres, par exemple pour faire du sport ou du- rant le week-end ? Hors de question pour au- tant de les laisser dans la même solution le reste du temps. Une solution stagnante est un lit idéal pour la prolifération des microbes. Ainsi, pour une bonne hygiène, il est néces- saire de changer la solution chaque jour, même si vous ne mettez pas vos lentilles.

Erreur n°7 : Dormir avec ses lentilles

À moins que votre ophtalmo vous ait donné le feu vert pour les garder durant la nuit, veil- lez à toujours enlever vos lentilles lorsque vous dormez. Elles peuvent en effet provoquer des irritations et des kératites. Méfiance, donc !

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mardi 7 février 2017

NIGERIA :

Des protestations contre la politique du gouvernement

: Des protestations contre la politique du gouvernement Des centaines de personnes ont mani- festé hier

Des centaines de personnes ont mani- festé hier à Lagos pour protester contre la politique économique du gouvernement nigérian et réclamer des solutions à la récession qui frappe le pays, ont rapporté des médias. Environ 500 personnes se sont rassem- blées en début de matinée au Stade natio- nal de la capitale économique nigériane, brandissant des pancartes : «Les chô- meurs ont faim et sont en colère» ou encore «Je ne me tairais plus». Les manifestants ont ensuite entamé une marche pacifique en direction du Théâtre national, au rythme de tambours et de trompettes, en chantant «Assez, c'est assez!». A l'origine de l'appel à manifester, la star d'afro-pop 2Face avait fait marche arrière dimanche, invoquant des raisons de sécurité pour annuler le rassemble- ment, qui avait auparavant été interdit par la police. «Chers Nigérians, après consultations, il apparaît que la manifestation îOneVoice prévue à Lagos et Abuja le lundi 6 février est sérieusement menacée de détourne- ment par des intérêts qui ne sont pas en ligne avec nos idéaux», avait affirmé la star dans un clip diffusé sur son Instagram. «Le message que je veux faire passer ne vaut pas de mettre en danger la vie d'un seul Nigérian», avait-il dit. Dans la capitale administrative Abuja, plusieurs dizaines de personnes ont éga- lement répondu à l'appel, et marché en direction du palais présidentiel pour pro- tester contre la gestion de la crise écono- mique par l'administration du président Muhammadu Buhari, élu en mars 2015. Le Nigeria et ses 190 millions d'habi- tants est frappé depuis deux ans par la chute des cours du pétrole, une inflation qui frôle les 20% et une corruption endé- mique.

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC

L'UA a atteint a un degré de maturité suffisant pour «contrer les plans du Maroc»

Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a déclaré hier à Alger que l'Union africaine (UA) a atteint un degré de maturité et d'indépendance suffisant pour contrer les plans et tentatives du Maroc visant à porter atteinte à l'Acte constitutif de l'organisation panafricaine.

«L'UA a atteint un degré de maturité et d'indépen- dance dans ses décisions lui permettant de contrer les plans et tentatives du Maroc d'attenter aux dispositions de l'Acte constitutif de l'or- ganisation panafricains», a indiqué M. Ould Salek, lors d'une conférence de presse animée au siège de l'ambas- sade sahraouie à Alger, affirmant que «la majorité sinon tous les Etats afri- cains s'attendent à ce que le Maroc s'engage au respect de ce qu'il a signé et ratifié (Acte constitutif de l'UA)». M. Ould Salek a indiqué en outre que l'UA a décidé d'admettre le Maroc comme 55ème Etat membre de l'Union suivant un «consen- sus parmi les Etats mem- bres de l'UA», affirmant qu'«aucun vote n'a eu lieu comme tentent de le faire croire les médias maro- cains». Aussi, a ajouté le chef de la diplomatie sahraouie, «l'adhésion a eu lieu confor- mément à l'article 9 et l'arti- cle 29 de l'Acte constitutif de l'UA basé sur le respect des frontières héritées à l'indé- pendance et la non utilisa- tion de la force pour l'acqui- sition de territoires «des principes sacro-saints». A présent, a-t-il soutenu, «il y un fait, c'est que le Maroc siège sous le même

toit africain aux côtés de la République arabe sah- raouie démocratique (RASD), et le hasard a fait que la coordination entre

les pays de la zone 5 de l'UA

(Afrique du Nord), est assu-

rée par la République sah-

raouie. C'est un fait accom-

pli auquel le Maroc doit s'en

accommoder». Si le cas contraire se pré- sente, a averti M. Ould Salek, «le Maroc n'aura pas

à faire à la RASD, mais plu-

«le Maroc n'aura pas à faire à la RASD, mais plu- tôt à un ensemble d'Etats

tôt

à un ensemble d'Etats et

changer la position de

aux instances de l'UA». Après l'adhésion du Maroc à l'UA au terme du 28ème sommet des Chefs

l'Union vis-à-vis du Sahara occidental». «Même les Pays qui le soutiennent ne seront

d'Etat et de gouvernement

pas en mesure de le défen- dre, partant du fait que le

de

l'UA tenu les 30 et 31 jan-

gouvernement marocain a

vier derniers à Addis Abeba,

ratifié et signé sans condi-

a

fait remarquer Ould

tion et sans réserve aucune

Salek, «on assiste à l'ouver-

de l'Acte constitutif», a sou-

ture d'une dynamique dont le Maroc n'aura aucun argu- mentaire à employer pour

tenu M. Ould Salek. Le responsable sahraoui a, en outre, souligné que

«peu importe la nature de l'agenda motivant la demande du Maroc d'inte- grer l'UA, l'Union africaine en est consciente des inté- rêts du continent qui se croisent avec ceux de la communauté internatio- nale». «Donc l'UA conti- nuera à jouer son plein rôle pour trouver des solutions africaines aux problèmes de l'Afrique».

BLOQUÉE À L’AÉROPORT DE CASABLANCA

La militante de la cause sahraouie Claude Mangin-Asfari empêchée d’entrer au Maroc

La militante française pour la cause sahraouie, Claude Mangin-Asfari, est blo- quée depuis dimanche à l’aéroport de Casablanca où les autorités marocaines l’ont empêchée d’entrer sur le territoire marocain, a-t-on appris hier de l’AARASD. Depuis hier soir 5 février, Claude Mangin-Asfari est bloquée à l’aé- roport de Casablanca où elle est arrivée vers 18h00. On lui a pris son passeport, et signifié qu’elle n’avait pas le droit d’entrer au Maroc. Elle ne peut accéder à sa valise, car on veut l’inciter à remonter de suite dans l’avion. Mais elle refuse», a indiqué un communiqué de l’Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique, parvenu à l’APS. La mili- tante française est en effet l’épouse de Naâma Asfari, un militant sahraoui incar- céré depuis plus de 6 ans près de Rabat, condamné à 30 ans de prison par un tribu- nal militaire en 2013, et dont le procès et celui de ses 23 co-accusés a été cassé le 27 juillet dernier pour «absence de preuves».

Depuis 6 ans, Claude Mangin-Asfari rend régulièrement visite à son mari à la pri- son, jusqu’au mois d’octobre dernier où les autorités marocaines lui avaient inter- dit l’entrée au Maroc. Le militant sahraoui des droits de l’homme, Naâma Asfari, arrêté en 2010 dans le cadre du démantèlement du camp de protestation pacifique de Gdeim Izik, a porté plainte pour torture auprès de la justice française et du Comité des Nations unies contre la torture (CAT) qui a dénoncé, le 12 décembre 2016, le Maroc pour avoir pratiqué la torture sur détenu politique, et pour n’avoir procédé à «aucune vérification» des allégations de torture qu’il a énoncées. Le CAT lui a demandé une enquête «approfondie et impartiale» sur ces allé- gations et lui a recommandé fortement de s’abstenir de «tout acte de pression, d’inti- midation ou de représailles susceptibles de nuire à l’intégrité physique et morale du plaignant et de sa famille».

MAROC :

Echauffourées entre manifestants et forces de l'ordre à Al-Hoceima

Des échauffourées ont éclaté dimanche à Al-Hoceima, dans le nord du Maroc, entre manifestants et forces de l'ordre faisant près d'une trentaine de blessés parmi les policiers, ont rapporté hier les médias citant les autorités locales. Ces heurts interviennent plus de trois mois après la mort d'un vendeur de poisson, Mouhcine Fikri, écrasé par le mécanisme de compactage d'une benne à ordures alors qu'il tentait de s'opposer à la saisie de sa marchandise, le 28 octobre dans la ville d'Al- Hoceïma en 2016 suivie d'une vague de manifestations

populaires dans cette localité du Rif et dans tout le pays. Dimanche, un sit-in devait être organisé dans la ville pour "commémorer la mort d'Abdelkrim El-Khattabi", figure régionale et chef militaire de la "République du Rif" dans les années 1920, selon un représentant local de l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH) cité lundi par l'AFP. Mais "les forces de l'ordre ont bloqué toutes les entrées d'Al-Hoceima pour empêcher les gens venus des villages avoisinants pour manifester", selon ce militant, qui affirme que "depuis la mort de

Mouhcine Fikri, toutes les manifestations organisées à Al- Hoceima étaient pacifiques et il n'y a jamais eu de violences du côté des manifestants". Le sit-in était organisé aussi en soutien au vendeur de poisson tué dans une benne à ordures après son interpellation par la police. Des affrontement ont éclaté dans l'après-midi jusqu'au soir entre des manifestants et forces de l'ordre à Boukidan, une commune d'al Hoceima, alors que les habitants formaient un cortège pour rejoindre le centre ville où le sit-in devait débuter. Selon des médias, la police à

fait usage d'armes à balles en caoutchouc ou de bombes lacrymogènes pour disperser ce rassemblement. Selon les autorités locales, ces échauffourées ont éclaté dimanche "suite à l'organisation d'un sit-in de protestation" qui a "bloqué volontairement la voie publique". Selon des médias, "certains manifestants ont procédé à des jets de pierres", blessant 27 policiers. Selon Nasser Zafzafi, chef de file de la contestation locale s'exprimant sur sa page facebook, "les militants voulaient se réunir et présenter

un document final exposant les revendications des populations", mais "la machine répressive" a empêché les manifestants de se rassembler et a bloqué plusieurs entrées de la ville. Des activistes locaux ont tenu ces derniers mois plusieurs manifestations à Al- Hoceïma pour réclamer toute la lumière sur les circonstances du décès et ses éventuels responsables, posant également des revendications plus sociales et politiques comme la lutte contre le chômage ou la corruption.

APS

Ph : Archives

Mardi 7 février 2017 MONDE DK NEWS 15
Mardi 7 février 2017
MONDE
DK NEWS
15

SYRIE

Début d'une réunion à Astana du groupe de travail commun pour le règlement de la crise en Syrie

ÉTATS-UNIS :

Des personnalités démocrates soutiennent la suspension du décret migratoire de Trump

Un groupe de personnalités du parti démo- crate aux Etats-Unis, dont les ex-secrétaires d'Etat John Kerry et Madeleine Albright, a demandé hier à une cour d'appel fédérale de poursuivre le blocage du décret migratoire du président Donald Trump. Ce décret «mal conçu, mal mis en oeuvre et

mal expliqué» porte atteinte à la sécurité natio- nale, font-ils valoir dans un mémoire adressé à

une cour d'appel fédérale de San Francisco. Signé le 27 janvier et suspendu depuis ven- dredi par la justice américaine en attendant l'examen d'une plainte des Etats de Washington

et du Minnesota, ce décret interdit l'entrée du

territoire américain aux ressortissants de sept pays majoritairement musulmans (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen). Un appel de l'administration Trump contre la suspension du décret a été rejeté dimanche par la cour d'appel fédérale de San Francisco, à laquelle de nombreux mémoires et documents étaient envoyés tôt lundi. Le groupe de personnalités démocrates signa- taires du mémoire comprend également plu- sieurs responsables de l'administration de l'an- cien président Barack Obama comme l'ex-

conseillère à la sécurité nationale Susan Rice, l'ex-chef de la CIA Leon Panetta ou l'ex-secrétaire

à la Sécurité intérieure Janet Napolitano. «Nous considérons ce décret comme suscepti- ble en fin de compte de nuire à la sécurité natio- nale des Etats-Unis plutôt que d'améliorer notre sécurité», estiment-ils. «Le fait de remettre en vigueur ce décret ferait des ravages dans des vies innocentes ainsi que dans les principales valeurs américaines». Le mémoire estime notamment que ce décret pourrait mettre en danger les soldats américains sur le terrain et désorganiser la coopération anti- terroriste, tout en nourrissant la propagande du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (Daech/EI). M. Trump a pour sa part critiqué la décision de la justice, tweetant dimanche: «N'arrive pas à croire qu'un juge mette notre pays en pareil péril. Si quelque chose arrive, tenez-le pour res- ponsable ainsi que le système judiciaire. Les gens affluent. Mauvais».

PAKISTAN Un diplomate afghan tué par un agent de sécurité

Un diplomate afghan a été tué par balle hier dans le consulat d'Afghanistan à Karachi, au

Pakistan, par un agent de sécurité, a rapporté la police locale. Le troisième secrétaire du consulat afghan, Mohammed Zaki, est mort suite aux tirs d'un agent de sécurité, désormais en garde à vue,

a annoncé l'officier de police Azad Khan à la

presse. Les raisons du meurtre ne sont pour l'instant pas connues. L'ambassadeur d'Afghanistan au Pakistan, Omar Zakhilwal, a indiqué que l'assassinat a été commis par un agent de sécurité afghan dans l'enceinte du consulat, précisant que «le meurtre semble être lié à une dispute personnelle». Les forces de sécurité ont bouclé le consulat et ont ensuite arrêté l'auteur de la fusillade.

Une réunion du groupe de travail commun pour le règlement de la crise en Syrie a été ouverte lhier au niveau des experts dans la capitale kazakhe Astana, a rapporté l'agence de presse syrienne Sana.

Astana, a rapporté l'agence de presse syrienne Sana. capitale kazakh accueillera une réunion technique le 6

capitale kazakh accueillera une réunion technique le 6 février au quelle partici- pera des représentants de l'ONU pour examiner les résultats de la mise au point d'un mécanisme de contrôle du cessez-le-feu en Syrie. Après avoir obtenu fin 2016 un cessez-

le-feu général en Syrie, la Russie, la Turquie et l'Iran, ont organisé fin janvier à Astana, une rencontre réu- nissant pour la première fois depuis le début du conflit syrien des représen- tants du gouvernement et de l'«opposition armée». Les négociations multilaté-

ALLEMAGNE Les conservateurs soutiennent Merkel en vue des législatives

«Des experts de la Russie, de l'Iran, de la Turquie et de l'ONU parti- ciperont à la 1ère réunion du groupe d'opérations communes», a indiqué le ministère russe de la Défense dans un commu- niqué relayé par Sana. «Les entretiens seront axés sur l'exécution du régime de la cessation des hostilités, la mise au point des mesures de supervi- sion de ce régime, ainsi que les moyens d'éviter toute violations», a-t-on précisé. L'agence syrienne a éga- lement rapporté que «des questions relatives à l'ache- minement des aides huma- nitaires en Syrie seront abordés». L'émissaire onusien pour la Syrie, Staffan de Mistura avait expliqué la semaine dernière que la

rales d'Astana ont pour objectif principal de trou- ver un terrain d'entente sur l'après-conflit en Syrie en

totale coordination avec les efforts des Nations Unies. Outre le gouvernement syrien, elles avaient accueilli notamment 27 des

31 groupes de l'opposition

syrienne ayant convenu de former une délégation unique qui a représenté

leurs intérêts lors de la ren- contre. Les prochains pourpar- lers politiques sur la Syrie se tiendront le 20 février à Genève sous l'égide des Nations unies «sur la base de la résolution 2254 du Conseil de sécurité, des décisions pertinentes du Groupe international d'ap- pui syrien et sur la base du communiqué de Genève du

30 juin 2012».

TURQUIE

Plus de 760 suspects de liens avec Daech en garde à vue

Plus de 760 personnes suspectées de liens avec le groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (Daech/EI) ont été placés en garde à vue après la vaste opération lancée dimanche dans 29 provinces turques contre des cellules du groupe terroriste, selon la direction générale de la sécurité. Ces opérations simultanées ont permis l'arrestation de 763 suspects, dont des ressortissants étrangers, selon la même source, ajoutant que le groupe se préparait actuellement à perpétrer des attentats dans le pays. Le groupe terroriste avait revendiqué la dernière attaque sanglante contre un club privé dÆIstanbul la nuit du jour de lÆAn qui avait fait 39 tués et 65 blessés. Lors des opérations, les policiers ont aussi retrouvé des documents et des matériaux numériques relatifs à l'organisation terroriste, «deux pistolets sans licence, quatre fusils et 372 cartouches.» Selon un décompte de la presse turque, plus de 5.000 suspects terroristes ont été arrêtés, quelque 3.290 étrangers présumés membres du groupe de 95 pays ont été déportés et la Turquie a refusé lÆentrée sur son territoire à plus de 38.269 personnes. Selon le ministère de la Justice, au moins 780 personnes parmi lesquelles 350 étrangers sont en détention, dont certaines ont déjà été condamnées, pour des liens avec Daech.

les chrétiens-sociaux bavarois depuis 2015 et sa décision d'ouvrir l'Allemagne à des centaines de milliers de migrants fuyant la guerre ou cherchant de meilleures conditions de vie. "Je n'ai pas l'intention de changer de position là-dessus", a-t-elle dit. Mme Merkel, qui reste favorite du scrutin de septembre, est confrontée à la fois au retour en grâce des sociaux-démocrates (SPD), portés par leur populaire candidat Martin Schulz, et à l'essor des populiste de droite de l'AfD qui se nourrissent notamment des inquiétudes générées par sa politique migratoire, selon la même source. La nomination surprise de M. Schulz, un ancien président du Parlement européen sans réelle expérience politique en Allemagne, a revitalisé le SPD. Selon une enquête d'opinion pour le journal populaire Bild de l'institut INSA, publiée lundi, les sociaux-démocrates prennent pour la première fois la tête de la course avec 31% des intentions de vote (+4), soit un point de plus que la CDU/CSU qui perd trois points. Mme Merkel a dans ce contexte souligné lundi une nouvelle fois que cette campagne électorale sera sa "plus difficile". "Comme le montrent les sondages, on a avant tout pour mission de bien nous battre", a-t-elle dit.

Les deux grandes formations politiques conservatrices allemandes ont formalisé hier leur soutien à la chancelière Angela Merkel, en vue des législatives de septembre prochain, sans pour autant régler leur désaccord sur l'accueil des demandeurs d'asile, selon des sources médiatiques. Après deux jours de réunion avec l'Union chrétienne démocrate CDU de Mme Merkel, le chef des conservateurs bavarois (CSU) Horst Seehofer a annoncé son "soutien" à la candidature de la chancelière à un quatrième mandat même si elle refuse de plafonner les arrivés de migrants en Allemagne. Après près de 12 ans de gouvernement Merkel, "personne ne peut sérieusement contester le fait que l'Allemagne va bien sur le plan intérieur et que sur le plan des relations internationales l'Allemagne fait brillamment figure d'îlot de stabilité", a-t-il souligné devant la presse au côté de la chancelière. M. Seehofer a affirmé que son parti voulait "gagner" lors des législatives mais il a maintenu sa menace de ne pas rejoindre un futur gouvernement Merkel "si elle n'accepte pas de limiter à 200.000 les arrivées annuelles de migrants". La chancelière a de nouveau rejeté lundi cette revendication qui envenime ses relations avec

IRAN/ÉTATS-UNIS

des sanctions à l'encontre de multiples entités et personnes impliquées dans le programme de missiles balistiques ira- nien et soutenant une force militaire ira- nienne, en réponse au récent tir d'essai d'un missile balistique par l'Iran.

APS

Téhéran déplore les politiques «hostiles» adoptées par les Washington à son encontre

L'Iran a déploré hier les politiques «hostiles et menaçantes» adoptées par le gouvernement américain à son encon- tre. «Je pense que nous devrions être patients et ne pas commenter précipi- tamment les politiques de la nouvelle

administration américaine», a déclaré Bahram Qasemi, porte-parole de la Diplomatie iranienne, lors d'un point de presse. «Nous devrions attendre pour voir comment ils gèrent les questions internationales», a-t-il relevé. Les Etats-Unis ont annoncé vendredi

16 DK NEWS CULTURE Mardi 7 février 2017
16 DK NEWS
CULTURE
Mardi 7 février 2017

FESTIVAL DU FILM AFRICAIN DE LOUXOR

3 films algériens en compétition

Trois oeuvres cinématographiques algériennes sont programmées en compétition du 6e Festival du film africain de Louxor (Egypte) prévu du 16 au 22 mars prochain, a-t-on appris auprès des organisateurs. Les courts métrages «Le voyage de Keltoum» de Anis Djaâd et «Kindil Al Bahr» de Damien Ounouri ainsi que le long métrage documentaire «Tahqiq fel el djenna» (Enquête au Paradis), dernière £uvre de Merzak Allouache, seront en lice à cette 6ème édition. Récemment primée au 30e Festival international des programmes audiovisuels (Fipa) de Biarritz (France), «Tahqiq fel djenna», une production franco-algérienne, explore le phénomène de l'extrémisme religieux à travers l'histoire d'un groupe de journalistes qui mènent un enquête sur ce fléau étranger à la société algérienne. «Tahqiq fel djenna» est programmé dans la section «Films de libérations» avec des oeuvres comme «Nasser's Republic» de l'Américain Michal Goldman, «Mali Blues» de l'Allemand Lutz Gregor ou encore «La révolution ne peut être télévisée» de la Sénégalaise Rama Thiaw. Dans la catégorie court métrage, «Le voyage de Keltoum», dernière oeuvre de Anis Djâad et «Kindil Al Bahr» de Damien Ounouri seront en lice avec «Maux d'elles» de Firoza Zahir Houssen (Madagascar), «Marabout» de Alassane Sy (Sénégal), «Kaleidoscope» de Martin Githinji (Kenya) ou encore «Agora» de Abdallah Yahya (Tunisie). Outre le Festival de Louxor, «Le voyage de Keltoum» est en compétition à la même période au 25e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) au Burkina Faso, au Festival du cinéma africain, d'Asie et d'Amérique latine de Milan (Italie), et au Festival international du court métrage de Taroudant (Maroc). La compétition de la section long métrage de fiction compte, quant à elle, onze oeuvres en lice pour le grand prix. Fondé par l'auteur égyptien Sayed Fouad en 2012, le Festival africain du film de Louxor vise à décentraliser les manifestation culturelles en Egypte et à soutenir le cinéma africain en encourageant la coopération et la coproduction, selon ses promoteurs. En 2015, le documentaire «Fi Rassi rond-point» (Dans ma tête un rond- point) de Hassan Ferhani avait remporté le prix du Meilleur accomplissement artistique», un des trois prix de la catégorie, alors que «Rêveries de l'acteur solitaire» de Hamid Benamra avait reçu une mention spéciale du jury du même festival.

TIZI OUZOU

Célébration du premier anniversaire de l’officialisation de tamazight

Le premier anniversaire de l’officialisation de la langue amazighe a été célébré lundi à la maison de la culture Mouloud Mammeri sous le thème «Constitutionnalisation de tamazight, consolida- tion de l’identité natio- nale et de la culture algé- rienne».

A l’ouverture de la manifestation qui a eu lieu au niveau du hall des expo- sitions de l’établissement, la directrice de la culture, Nabila Goumeziane, a considéré que la consécra- tion de tamazight comme langue officielle à l’issue de la dernière révision de la Constitution en 2016 est «un évènement important qui est venu consolider l’identité nationale et affir- mer la richesse et la diver- sité de la culture algé- rienne». «Nous avons dépassé l’étape de la consécration et nous devons passer à celle du travail acadé- mique et de la recherche linguistique et scientifique dans la perspective de la promouvoir et de la déve- lopper», a-t-elle soutenu. Nabila Goumeziane a tenu par cette occasion à rendre hommage à tous ceux qui ont £uvré pour la pérennité de cette langue parmi les artistes les cher- cheurs et les écrivains, notamment ceux qui sont passés de l’oralité à l’écrit, à l’image de l’anthropo- logue et linguiste Mouloud Mammeri «dont le nom ne peut se détacher du com- bat identitaire et des efforts

consentis pour la préserva- tion de Tamazight». Selon elle, le développe- ment et le confortement de la langue amazighe en tant que pilier de l’identité nationale nécessite la conjugaison de tous les efforts et l’implication de différents acteurs et sec- teurs comme l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche scienti- fique, les maisons d’édi- tions, les laboratoires de recherche, le haut com- missariat à l’amazighité et le mouvement associatif. Présent à la cérémonie d’ouverture de la manifes- tation Kheled Guermah, le père de Massinissa Guermah, première vic- time des évènements du printemps noir de 2001, a déclaré être «heureux que tamazight soit (langue) nationale et officielle», tout en précisant que les citoyens comptent sur les chercheurs et les universi- taires pour la développer. «Nous récoltons le fruit de nos sacrifices. Je rends hommage à tous les défen- seurs de la cause identi- taire et les martyrs des évè- nements tragiques de 2001», a-t-il lancé. Pour sa part, Boudjemaâ Aziri, chargé de l’enseignement et de la recherche au niveau du haut commissa- riat à l’amazighité, a pré- cisé lors d’une conférence que «Tamazight doit unir tous les Algériens en lui accordant un aspect natio- nal à travers notamment la généralisation de son enseignement et son intro- duction dans la sphère offi- cielle.»

Ph : Archives
Ph : Archives

Dans ce cadre, le HCA a conclu un protocole d’ac- cord avec le ministère de l’Education nationale auquel une stratégie de généralisation progressive de l’enseignement de tamazight a été proposée. «Pour 2017, nous nous sommes fixés l’objectif d’élever le nombre de wilaya concernées par cette démarche à 24. Et grâce à la bonne volonté des respon- sables du secteur de l’édu- cation nous avons atteint les 32 wilayas», a-t-il pré- cisé. Il a affirmé également que des cours de Tamazight au profit des adultes sont assurés au niveau de 22 wilayas contre neuf (09) en 2016 à travers le réseau de l’association Iqraa. Par ailleurs, et dans la perspective d’introduite cette langue à l’intérieur des institutions, le HCA organise des journées de formation au profit des fonctionnaires de certains

secteurs comme la justice et la sécurité sociale, a-t-il fait savoir. L’autre point sur lequel travail l’instance est celui de l’introduction de tama- zight dans la sphère offi- cielle à travers des travaux de traduction de certains documents officiels comme la nouvelle consti- tution qui a été traduite dans son intégralité, ainsi que la proclamation du premier novembre 1954 et la plate-forme du congrès de la Soummam. Boudjemaâ Aziri a mis l'accent également sur la nécessité de publier des thèses réalisées en tama- zight et leur mise à la dis- position de la commu- nauté universitaire et scientifique publique, d'élaborer un dictionnaire de tamazight, en plus d’une documentation spé- cialisée dans différents domaines, en vue de ren- dre cette langue fonction- nelle et usuelle.

Préparation du dossier de demande de création d’un institut national de langue et culture amazighes

Un dossier de demande de création d’un institut national de langue et culture amazighes est en cours de préparation par l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, a-t-on appris lundi de son premier respon- sable. "Nous sommes en train de ficeler le dossier qui sera soumis au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour demander la créa- tion de cet institut", a expliqué à l’APS le recteur, préci- sant que "toutes les conditions pour l’aboutissement de cette démarche sont réunies". Cette procédure, lancée depuis quelques années déjà et visant à élever le Département de langue et culture amazighes (DLCA) de Tizi-Ouzou au rang d’institut national, a été préalable- ment approuvée par le conseil d’administration de

l’université de Tizi-Ouzou, a ajouté Ahmed Tessa. L’objectif visé par ce projet est d’"assurer une autono- mie budgétaire à cet institut qui lui permettra d’amélio- rer ses conditions matérielle et pédagogique, mais aussi celles des enseignants chercheurs et mettre les moyens nécessaires permettant le développement de cette insti- tution", a souligné le recteur. Le DLCA de Tizi-Ouzou, ouvert en 1990, a permis de former de nombreux ensei- gnants qui ont contribué au lancement et à la générali- sation de l’enseignement de tamazight au niveau d’au- tres départements, notamment ceux de Bejaia et de Bouira, ainsi que dans le secteur de l’éducation natio- nale, en mettant sur le marché de l’emploi une moyenne de 500 diplômés/an, a-t-il rappelé.

BOUIRA

Lancement d’une session de formation au profit des RAM du centre et du sud-centre du pays

Une session de formation de trois jours a été lancée lundi au centre national de sport et de loisir de Tikjda (Est de Bouira) au profit des gestionnaires du registre de l’artisanat et des métiers (RAM) de 14 wilayas du centre et Sud-centre, dont l’ob- jectif est d’unifier les méthodes de ges- tion, a-t-on appris des organisateurs. Devant s’étaler jusqu’au 8 du mois en cours, cette rencontre regroupe les direc- teurs des chambres de l’artisanat et des

métiers de 13 wilayas à l’image de Bouira, Boumerdes, Blida, Alger, Tizi Ouzou, Tamenrasset, Tipaza, Chlef et Ain Defla ainsi que Lagouat et Djelfa. Plusieurs ate- liers et réunions marqueront cette session de formation pour débattre des lacunes et différents problèmes auxquels fait face le registre de l’artisanat ainsi que pour expli- quer la réglementation en vigueur, a expliqué à l’APS, le directeur de la cham- bre de l’artisanat et des métiers (CAM) de

Bouira, Abdous Azzedine. "Cette session de formation a pour objectif aussi d’amé- liorer les méthodes de gestion des RAM, ainsi que de faciliter les mesures adminis- tratives et surtout d’assainir le fichier national de l’artisanat et des métiers", a précisé le responsable. La présentation du guide des mesures de gestion du regis- tre de l’artisanat et des métiers, suivi sur l’application des dispositions contenues dans ce guide ainsi que des débats autour

des préoccupations devant être exprimées lors de cette rencontre par les directeurs des CAM des wilayas participantes consti- tueront les principaux axes de cette ses- sion, selon M. Abdous. Cette session de formation s’inscrit dans le cadre des ins- tructions données par la ministre délé- guée chargée de l’artisanat traditionnel à l’issue d’une rencontre régionale tenue en mois de décembre dernier.

APS

Mardi 7 février 2017

HISTOIRE

DK NEWS 17

CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE MOSTAFA BENBOULAÏD:

Zitouni rend un vibrant hommage au héros de la Révolution

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a rendu un vibrant hommage dimanche à Batna au chahid Mostafa Benboulaïd, lors de la cérémonie d’ouverture du colloque international consacré au centenaire de la naissance cette grande figure de la Révolution nationale. Nous demeurerons toujours redevables envers les héros de notre histoire et les symboles de notre patrie à l’instar de Mostefa Benboulaïd, a affirmé M. Zitouni dans une allocution de ce colloque organisé à l’uni- versité Batna1, en présence d’une délégation de plusieurs ministres, du secrétaire générale de l’Organisation nationale des moudjahidine et du commandant général des Scouts musulmans algériens.

Les générations futures ‘’puiseront toujours dans ce patrimoine historique les ressources nécessaires face aux crises et en feront un point d’appui sur la voie de nouveaux succès et réalisations, a ajouté le ministre. Le devoir de reconnaissance et de fierté nous impose de toujours revenir aux pages de notre glorieuse histoire qui constitue le ‘’ciment de notre unité natio- nale’’, a noté le ministre estimant que les sacrifices des générations successives ont de tout temps constitué ‘’une source d’immunité’’ pour une Algérie forte et sé- curisée. Selon M. Zitouni, la célébration du centenaire du chahid Mostefa Benboulaïd nous amène à honorer avec humilité la mémoire de ce héros et de ses autres frères qui ont façonné la gloire de l’Algé- rie et, à travers eux, les idéaux du natio- nalisme, de l’abnégation et du sacrifice. De son côté, le secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahi- dine, Saïd Abadou, a relevé que l’his- toire a retenu que Benboulaïd a donné sa vie et tout ce qu’il possédait pour la patrie en se plaçant à la tête du peloton des hommes nobles ayant illuminé la voie du sacrifice devant les convois de chouhada. Compagnon du chahid, le moudjahid Salah Goudjil a parlé du rôle de Benbou- laïd dans la planification du déclenche- ment de la Révolution libératrice entamée immédiatement après les massacres du 8

entamée immédiatement après les massacres du 8 mai 1945 en puisant dans ses biens l’argent pour

mai 1945 en puisant dans ses biens l’argent pour acheter les armes. Pour Goudjil, Benboulaïd mérite le ti- tre de ‘’père de la Révolution libératrice’’ et les historiens doivent mettre en lumière les différentes phases du militantisme du chahid qui avait les moyens pour couler une vie paisible au sein de sa famille très aisée, mais a préféré la prison et les pour- suites, avant de tomber en martyr. Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Tahar Had-

jar, a évoqué, pour sa part, les avancées réalisées par le pays, grâce aux sacrifices de la génération de novembre, dans les secteurs de l’éducation et de l’enseigne- ment, appelant les étudiants présents au colloque à préserver ‘ les acquis si chère- ment obtenus. Placée sous l’égide du président de la République Abdelaziz Bouteflika, la célé- bration du centenaire de la naissance de Benboulaïd a donné lieu dimanche à la te- nue à la salle Assihar d’une exposition sur

la’’mémoire nationale réunissant 9 wi- layas. Un défilé imposant a en outre ras- semblé, à l’occasion, 10.000 participants qui ont battu le pavé de la maison de la cul- ture à la salle Assihar le long de l’avenue de l’Indépendance. Les festivités entamées samedi ont été clôturées par la baptisation de l’université de Batna 2 du nom du chahid Mostefa Ben- boulaïd, en plus d’une cérémonie de re- cueillement devant la tombe du chahid à Nara dans la commune de Menaâ a été ob- servée par la délégation officielle qui a vi- sité ensuite dans la ville d’Arris la maison du chahid transformée en musée. Dans la soirée, la délégation a assisté à une opérette sur les différentes phases de combat pour la liberté du peuple algérien. Le wali Mohamed Salamani a, au nom des moudjahidine, de la population et des res- ponsables de la wilaya de Batna, offert au président de la République Abdelaziz Bouteflika l’exemplaire du Saint Coran sur lequel les premiers moudjahidine avaient prêté serment devant Benboulaïd lors de la réunion de Legrine tenue la dernière semaine du mois d’octobre 1954 dans la maison de Ben Messaouda, dans le village de Boulefrayès (commune d’Ouled Fa- dhel). Des membres de la famille du chahid ont été, par ailleurs, distingués au cours de ces festivités.

APS

ORAN

Colloque national fin février sur l'uléma Mohamed Ben Amar El Houari

Un colloque natio- nal sur la vie et les oeuvres de l’uléma imam et saint-patron Mohamed Ben Amar El Houari est prévu les 27 et 28 février courant à Oran, a-t-

pation d’une pléiade d’enseignants et chercheurs de 12 uni- versités du pays. Une série de conférences est pro- grammée lors du col- loque qui abordera

accomplir le pèleri- nage et ensuite, tou- jours dans sa quête de recherche du Savoir, à El Qods (Palestine) et à Damas (Syrie) pour enfin regagner le pays.

on appris dimanche

deux axes traitant de

Dans une époque

des organisateurs.

la

vie et de l'époque

où marquée par le

Cette rencontre traitera de la person- nalité de Sidi El Houari (1350-1439), de sa contribution à

de

L'imam Abou Abdellah Mohamed Ben Amar El Houari est un célèbre érudit

Sidi El Houari.

Kalaa (Relizane), qui

soufisme, il se consa- cra à la méditation et s'abreuva de savants soufis de Bejaia dont cheikh Ahmed Ben

la vie scientifique et

d’Oran né à Houara,

Idriss

et

El

culturelle à Oran et en Algérie et de sa vie

dans la région d’El

Ouaghlissi. Doté d'un grand

spirituelle, notam-

a

voyagé dans plu-

savoir, l'Imam El

ment côté soufisme, selon le comité d’or-

sieurs cités célèbres à la recherche du

Houari s'installa fina- lement à Oran et

ganisation. Organisé par le laboratoire des manuscrits de la civi-

Savoir foulant les sols de Béjaia, Tlemcen, Fès (Maroc), Tunis (Tunisie), la Libye et

ouvrit des écoles coraniques et d'en- seignement du fiqh et du hadith.

lisation musulmane

le

Caire (Egypte) où il

Parmi ses œuvres,

en Afrique du nord de la faculté des sciences humaines et isla- miques de l’univer- sité d’Oran 1 «Ahmed Benbella», ce col- loque verra la partici-

s'était installé un bon moment à la mos- quée d’El Azhar, avant de se rendre aux deux Lieux saints de l'islam en Arabie Saoudite pour y

«Ettashil», «Charh el mounfaridja», «Essahw oua tanbih», «Ettibiane» et «Tabsirat essa'il».

BATNA :

Récupération de 37 pièces archéologiques remontant à l’époque romaine à Barika

Trente-sept (37) pièces archéologiques remontant à l’époque romaine ont été récupérées par la brigade de recherche de la Gendarmerie nationale à Barika (Batna), a-t-on appris hier auprès du groupement territorial de la gendarmerie nationale de la wilaya. Agissant sur renseignements, les services de ce corps de sécurité ont découvert ces pièces dans le domicile d’une personne âgée de 29 ans, sans antécédents judiciaires, provenant de fouilles illicites effectuées sur le site archéologique de Setina, sis au village de Faidh El Bach dans la commune de Barika, a précisé la même source. Une fois les procédures judiciaires effectuées, la perquisition du domicile du prévenu a permis de saisir plusieurs pièces archéologiques, notamment un moulin manuel en pierre, un pilon en pierre de forme cylindrique et deux pièces en poterie, qui ont été acheminées vers le siège de la brigade de la gendarmerie pour les besoins de l’enquête, alors que la personne impliquée dans cette affaire est toujours en fuite, a-t-on fait savoir. Des photos des pièces saisies et du site archéologique ont été également prises par les services compétents de la section territoriale de la Gendarmerie nationale de Barika, qui ont aussi entendu le représentant de l’office national de gestion et d’exploitation des biens culturels de la wilaya de Batna, lequel a procédé à l’inventaire des pièces saisies en vue de les remettre à la direction de la culture, conformément aux instructions de la Cour de justice de Barika. Une enquête a été ouverte pour destruction de biens culturels proposés à la classification et inscrits sur la liste de l’inventaire supplémentaire, tandis que les investigations se poursuivent pour l’arrestation du suspect afin de le faire comparaître devant la justice.

APS

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mardi 7 février 2017

Programme de la soirée

20:55 Chicago Med Créée par : Ami Canaan Mann Avec : Colin Donnell, Oliver Platt
20:55
Chicago Med
Créée par : Ami Canaan Mann
Avec : Colin Donnell, Oliver Platt
Un patient âgé est admis
pour une forme rare de
démence, mais les
docteurs Charles et
Rhodes ont du mal à
s'accorder sur le
traitement qui lui
convient le mieux.
Natalie et Sarah
prennent en charge une
femme qui a été mordue
par son chien. Ethan
Choi passe la journée
sur le terrain avec une
équipe d'urgentistes. Le
personnel est sous
tension car des membres
d'une commission
d'experts doivent passer
à l'hôpital pour évaluer
les équipes.

Jeux

passer à l'hôpital pour évaluer les équipes. Jeux 21:00 Pleins feux A la fin des années

21:00

Pleins feux

pour évaluer les équipes. Jeux 21:00 Pleins feux A la fin des années 1950, Alice Margaux

A la fin des années 1950, Alice Margaux est une star incontestée des comé- dies de boulevard. Extra- vagante et cabotine, la co- médienne n'hésite pas à modifier les textes, mal- mener ses partenaires de jeu et à mépriser son di- recteur et ex-mari, Clé- ment Pourquier. Tout bascule le jour où surgit une inconnue dans sa loge. Prénommée Cathe- rine, cette passionnée de théâtre va bousculer le cours des choses

passionnée de théâtre va bousculer le cours des choses 20:55 21:00 Quand on a 17 ans

20:55passionnée de théâtre va bousculer le cours des choses 21:00 Quand on a 17 ans R

de théâtre va bousculer le cours des choses 20:55 21:00 Quand on a 17 ans R
de théâtre va bousculer le cours des choses 20:55 21:00 Quand on a 17 ans R
de théâtre va bousculer le cours des choses 20:55 21:00 Quand on a 17 ans R

21:00

Quand on a 17 ans

Réalisateur : André Téchiné Avec : Sandrine Kiberlain , Kacey Mottet Klein

Avec : Sandrine K iberlain , K ace y Mottet K lein Damien vit avec sa

Damien vit avec sa mère Marianne, médecin, dans une petite ville de montagne. Alors que tout deux attendent le retour du père de Damien, un militaire en mission à l'étranger, Damien est agressé par Thomas, un élève de sa classe. C'est à la mère de ce même Thomas que Marianne vient prodiguer des soins peu de temps après. Au lycée, entre Damien et Thomas, l'ambiance est de

21:00Au lycée, entre Damien et Thomas, l'ambiance est de Chasseurs d'appart' : le choc des champions

lycée, entre Damien et Thomas, l'ambiance est de 21:00 Chasseurs d'appart' : le choc des champions

Chasseurs d'appart' : le choc des champions

DIVERTISSEMENT

: le choc des champions DI VE RT I SS EMENT Après Lyon, les meilleurs chasseurs

Après Lyon, les meilleurs chasseurs d'appart' de Bor- deaux s'affrontent pour dé- crocher une place pour la fi- nale nationale du choc des champions. Tour à tour, les trois agents immobiliers, qui ont déjà brillé lors de précé- dentes émissions, sélection- nent un bien répondant aux exigences d'un même client. A l'issue des visites, celui-ci dé- signe l'habitation qu'il a pré- férée faisant gagner un point à l'agent immobilier. S'il fait une offre d'achat qui est ac- ceptée, le chasseur d'appart' remporte trois points. Le can- didat comptabilisant le plus gros score est sélectionné pour la finale nationale au cours de laquelle il devra chercher un nouveau bien dans une ville qui lui est in- connue. Le gagnant pourra

dans une ville qui lui est in- connue. Le gagnant pourra remporter 10 000 euros. Meurtres

remporter 10 000 euros.

Meurtres à

Avignon

gagnant pourra remporter 10 000 euros. Meurtres à Avignon Lors de travaux effectués à la grande

Lors de travaux effectués à la grande bibliothèque pon- tificale du palais des Papes, des ouvriers tombent par hasard sur une chambre forte, construite pour proté- ger le pape Benoît XIII. A l'in- térieur, ils découvrent le squelette d’une femme. Lau- rence Ravel, commandante à la PJ d’Avignon, est en charge de l’enquête. Sa nièce, Julie Ravel, comman- dante à la tête d'une section de criminologie comporte- mentale au 36 quai des Orfè- vres, rejoint son équipe le matin même. Mais la ren-

contre est difficile et com-

pliquée.

plus en plus électrique.
plus en plus électrique.

“Celui qui désespère des événements est un lâche, mais celui qui espère en la condition humaine est un fou.”

* Albert Camus

Citation

Samouraï-Sudoku n°1499

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°1499 1. Immunise contre

Mots croisés n°1499

1. Immunise contre un poison

7. Qui se meut avec agilité - Fils de

 

Filet de pêche carré - Médecin américaind'originerusse

2.

Sem

8. Combat, rixe à coups de poing -