Vous êtes sur la page 1sur 3

Canevas et compte-rendu de la séquence de vie de classe sur le thème de la violence.

Point de départ:
Scénario détaillé de l'impolitesse d'une place de parking ravie dans un centre commercial, de
l'altercation verbale puis de la joute physique subséquentes.
Cf. le scénario.

1. Réflexions visées
2. Mise en pratique (dont questions réponses possibles)
3. Scénarios

1. Réflexions visées :

Synthèse (à didactiser selon la classe).

Thème: Violence (s).


Problématique: La violence peut-elle être justifiable et acceptable?

I- Nature de la « violence »
A/ Définitions qualitatives.
B/ Conceptualisation par la hiérarchisation justificatrice?

II- Portée des violences.


A/ Portée générale. Justification contextuelle selon la cause puis selon la nécessité
(objectifs).
B/ Portée appliquée dans le champ scolaire.

I- Nature de la « violence »
A/ Définitions qualitatives.
• Ex: tlfi donne :
« Force exercée par une personne ou un groupe de personnes pour soumettre, contraindre
quelqu'un ou pour obtenir quelque chose. »
http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?13;s=3994150935;r=1;nat=;sol=2;
Comparer à hostilité, agressivité.
• Formes multiples:
Manifestations connues: discriminations : racisme machisme homophobie apparence ...
• Contextes variés:
Colère, vengeance, défense, jeu, accident...

B/ Conceptualisation par la hiérarchisation justificatrice?


• Echelle de violences:
1. violence physique
2. violence verbale
3. violence morale (harcèlement, menaces non-verbales, pression, manipulation, exclusion)
 lois limitées contre la violence morale.
Par ordre d'immédiateté du danger.
• Violence commise versus violence subie et ressentie.

• Actes à composantes multiples ou variables.


• Viol, discrimination, ...

II- Portée des violences.


A/ Portée générale. Justification contextuelle selon la cause puis selon la nécessité (objectifs).
• Triple critère d'appréciation: intentionnalité, agressivité, souffrance de la victime.

• la victime (=> souffrance mesurable? )


• la loi
• l'agresseur.
• Renversements 'agresseur' 'victime'
• Eléments de responsabilité ?
• Solutions.
• Enrayer la spirale de la violence le plus tôt possible dans l'incident
• Prévention
• apprentissage du contrôle de soi et de la maîtrise des sentiments.
• Gradation de la sanction et circonstances (aggravantes ou atténuantes).
• Nécessité de la gradation
• plus le danger est immédiat, plus la violence sera réprimée pour être évitée.
• Responsabilité moindre mais existante de quiconque provoque – ou répond à – la violence.

B/ Portée appliquée dans le champ scolaire.

• spécificités de l'école:
• vase clos + responsabilité
• l'avenir: citoyens de demain
• Mineurs = adaptation et pédagogie.
• Violences d'élèves et violences d'adultes.
• Légalité et illégalité
• nécessité: objectifs personnels et objectifs collectifs. L'intérêt de l'élève.
• Préliminaire: nécessité de l'école (dé/plaisir de l'avenir professionnel, social et politique).

2. Mise en pratique

a. 3 représentations théâtralisées de la situation


b. réflexion collective guidée par synthèse pré-construite didactisée.
c. Rappel conseils d'applicabilité scolaire immédiate.

Préliminaire:
• Consignes des trois phases.
• Disposition en cercle des chaises (pas de tables) sur une seule ligne.

a. 3 représentations théâtralisées de la situation

Changement d'acteurs entre les représentations 2 et 3.


Un des deux intervenants délivre les consignes de jeu et explications de scénario au premier groupe
d'acteurs pendant que l'autre indique au reste de la classe son rôle de spectateur averti, d'auteur et
d'acteur de substitution. Ils doivent au préalable formuler le but: désamorcer voire éviter les
situations de conflit ouvert.

Représentation 1: représentation complète, sans interruption, fidèle au scénario.


Représentations 2 et 3:
La classe doit respecter les règles de prise de parole (lever le doigt silencieusement en attendant
d'être désigné par un intervenant), alors dire 'STOP': les acteurs se figent, l'élève peut modifier le
scénario, voire (si sérieux) demander un retour rapide, ou prendre la place d'un acteur pour jouer le
rôle à son idée.
Appui: les intervenants peuvent eux-mêmes provoquer des interruptions et suggérer simultanément
plusieurs pistes pour stimuler la participation.
Représentation 3: les intervenants peuvent profiter d'interruptions pour solliciter des élèves peu
diserts.

b. réflexion collective guidée par synthèse pré-construite

Les derniers acteurs peuvent rester debout.


• Reconstruction à mesure au tableau de la synthèse, sous sa forme didactisée, par le jeu des
questions-réponses.
• Ensuite, synthèse de synthèse: reformulation de trois éléments saillants majeurs à être capable
de restituer.

Exemples de questions-réponses de la reconstruction par induction:

− reconstruction des définitions:


 demande de: exemplification + énumération + définitions très accessibles +
hiérarchisation.
 « Certains élèves ont dit qu'il fallait éviter de se faire frapper, que se faire insulter c'est
moins grave. Comment s'appellent ces deux formes de violence? »
> violence physique versus verbale.

 « Toutes les violences sont physiques ou verbales? Il n'existe pas une troisième forme de
violence? (si nécessaire:) un violence où on ne frappe pas, où on ne parle pas, mais où
on fait quand même souffrir l'autre? »
> violence morale.

piège:
 « Laquelle est la plus grave, laquelle est la moins grave? » (si doute, exemplifier:) « si
quelqu'un te donne un coup de pied dans le ventre, c'est plus grave ou moins grave que
de te traiter de « gros porc / sale PD / sale noir » etc. ? »
> la violence physique peut être dangereuse pour la santé et même pour la vie au
même titre que la violence verbale et la violence morale, où les répercussions seront
souvent à plus long terme, mais peuvent mener au désespoir et au suicide, ou
simplement à passer une mauvaise journée.

c. Rappel conseils d'applicabilité scolaire immédiate.


• désamorcer sa violence propre, celle des autres élèves (techniques de maîtrise de soi...)
• recours systématique et immédiat aux adultes à portée. (responsabilité)

3. Scénarii