Vous êtes sur la page 1sur 42

Sciences de l'ingénieur en incendie

Sciences de l'ingénieur en incendie L. GAY – E. WIZENNE Electricité De France - Recherche et
Sciences de l'ingénieur en incendie L. GAY – E. WIZENNE Electricité De France - Recherche et

L. GAY – E. WIZENNE

Electricité De France - Recherche et Développement Département Mécanique des Fluides, Energies et Environnement

6 quai Watier, 78401 CHATOU

août 2010

 

Sommaire

 
  • 4.2. CARACTÉRISATION DU DÉGAGEMENT D'ÉNERGIE

57

  • 4.3. MÉCANISMES DE COMBUSTION EN PHASE

60

 
  • 4.4. RENDEMENT DE LA COMBUSTION AU SEIN DE LA FLAMME

61

  • 4.5. DÉGRADATION DES COMBUSTIBLES

62

Pyrolyse des solides

  • 4.5.1. ........................................................................................................

63

  • 1. EDF ET LA SÛRETÉ INCENDIE

...................................................................................................

7

Pyrolyse des liquides

  • 4.5.2. .......................................................................................................

64

 
  • 5. FEUX LIBRES

.............................................................................................................................

67

1.1.

L'INCENDIE ET LE PARC NUCLÉAIRE EDF

.....................................................................................

7

1.2.

LA SÛRETÉ INCENDIE À EDF

 

8

  • 5.1. FLAMMES DE FEUX DE NAPPES OU DE SOLIDES

68

1.3.

LE RÔLE D'

EDF R&D

...............................................................................................................

9

  • 5.1.1. Zone de panache thermique seul

69

  • 2. GÉNÉRALITÉS SUR L'INCENDIE

..............................................................................................

10

  • 5.1.2. Zones de flamme et panache thermique

71

  • 5.1.3. Hauteur de flamme

73

2.1.

FEU DE SAPIN

 

10

  • 5.1.4. Effets du vent pour un feu en extérieur

............................................................................

76

2.2.

DÉFINITIONS ...........................................................................................................................

11

 
  • 5.2. FLAMME DE JETS

77

2.3.

TRIANGLE DU FEU

 

11

  • 6. FEUX À L'INTÉRIEUR DES BÂTIMENTS

79

2.4.

PHÉNOMÉNOLOGIE DU FEU

12

2.4.1.

Illustration à l'aide d'une bougie

.......................................................................................

12

  • 6.1. CARACTÉRISTIQUES D'UN FEU EN INTÉRIEUR

79

2.4.2.

Feu libre

16

  • 6.2. DÉVELOPPEMENT DE L'INCENDIE

80

2.4.3.

Feu confiné

17

  • 6.3. CONVECTION DE L'AIR FRAIS ET DES FUMÉES

82

2.4.4.

Phases d'un incendie

.......................................................................................................

20

  • 6.3.1. Convection naturelle à travers les ouvertures verticales

.................................................

82

2.5.

L'INCENDIE, UN PHÉNOMÈNE PAR NATURE

21

 
  • 6.3.2. Convection naturelle à travers les ouvertures horizontales

.............................................

84

2.6.

ORDRES DE GRANDEUR EN INCENDIE

22

  • 6.3.3. Convection forcée par ventilation mécanique

..................................................................

85

2.7.

ENJEUX DE LA SÉCURITÉ INCENDIE

23

  • 6.3.4. Interaction air/foyer

85

2.8.

QUELQUES CHIFFRES

23

  • 6.4. CEILING-JETS

86

 
  • 6.4.1. Stratification des températures

87

  • 3. RAPPELS DE PHYSIQUE

25

  • 6.4.1.1. Calcul simplifié de la hauteur d'interface

....................................................................................

89

3.1.

NOTIONS FONDAMENTALES

25

 
  • 6.4.1.2. Calcul simplifié de la température de zone chaude

89

  • 6.5. RÉGIME DE CROISSANCE "PRÉ-FLASHOVER"

..............................................................................

90

3.1.1.

3.1.2.

3.1.3.

3.1.4.

3.1.5.

3.1.6.

Etats de la matière

Masse volumique

Gaz et vapeurs

Pression

Effet cheminée

Pression de vapeur saturante

25

.............................................................................................................

25

.................................................................................................................

26

26

27

..........................................................................................

27

  • 6.6. PROGRESSION DE LA FLAMME

Combustibles liquides

  • 6.6.1. ......................................................................................................

Combustibles solides

  • 6.6.2. .......................................................................................................

  • 6.7. TEMPÉRATURE EN PRÉ-FLASHOVER

    • 6.7.1. Convection naturelle : modèle de McCaffrey, Quintiere et Harkleroad (MQH)

92

92

94

96

96

Mélanges de gaz

..............................................................................................................

28

   
  • 6.7.2. Convection forcée : modèle de Foote, Pagni et Alvares (FPA)

.......................................

  • 6.8. RÉGIME ÉTABLI OU "POST-FLASHOVER"

.....................................................................................

98

3.1.7.

99

 
 

3.1.8.

3.1.9.

Chaleur et Température

...................................................................................................

Nombres de similitude et adimensionnels

28

30

3.2.

INTRODUCTION AUX TRANSFERTS

32

  • 6.8.1. Débit et puissance en post flashover : modèle de Kawagoe (1958)

  • 6.8.2. Courbes de températures normalisées en "post-flashover"

  • 6.9. INFLUENCE DES PAROIS

99

100

101

3.3.

CONDUCTION

 

33

3.3.1.

Régime permanent

33

  • 7. CODES DE MODÉLISATION DES INCENDIES

.......................................................................

102

3.3.2.

Régime transitoire

............................................................................................................

34

 

3.3.2.1.

Systèmes minces

 

35

  • 8. COURBES NORMALISÉES ET RÉSISTANCE AU FEU

104

3.3.2.2.

Systèmes épais

36

3.4.

CONVECTION ..........................................................................................................................

37

 
  • 8.1. COURBES

104

3.5.

RAYONNEMENT .......................................................................................................................

39

  • 8.2. COMPORTEMENT AU FEU DES PRINCIPAUX MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

106

3.5.1.

Définitions

39

 
  • 8.2.1.1. .........................................................................................................................................

Acier

106

Béton

  • 8.2.1.2. ........................................................................................................................................

107

3.5.2.

3.5.3.

3.5.4.

Lois d'émission

Réception du rayonnement

Rayonnement dans les feux

.................................................................................................................

40

..............................................................................................

40

41

  • 8.2.1.3. ..........................................................................................................................................

Bois

  • 8.2.1.4. .................................................................................................................................

Plastiques

Matériaux de protection

  • 8.2.1.5. ............................................................................................................

108

108

108

3.5.5.

Rayonnement dans les gaz et fumées

42

 
 

3.5.5.1.

Rayonnement

des

gaz

................................................................................................................

42

  • 9. ETUDES DE RISQUE INCENDIE EN CENTRALES NUCLÉAIRES

.........................................

109

3.5.5.2.

Rayonnement des suies

.............................................................................................................

43

  • 9.1. ETUDES DE CONCEPTION

109

 

3.5.5.3.

Modélisation des milieux fluides

44

 

3.5.6.

Absorption/transmission dans les fumées (macroscopique)

...........................................

45

  • 9.2. ETUDES PROBABILISTES DE SÛRETÉ

110

3.5.7.

Emission dans les fumées (macroscopique)

46

10.

RÉGLEMENTATION INCENDIE ET ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ INCENDIE

111

3.5.8.

Echanges radiatifs entre surfaces

47

 

3.5.9.

Rayonnement macroscopique des flammes

48

 
  • 10.1. TEXTES

111

 

3.5.9.1.

Emetteur ponctuel équivalent (point source)

..............................................................................

49

  • 10.1.1. Code de la construction et de l'habitation (CCH)

112

3.5.9.2.

Modèle de flamme solide (forme de flamme simplifiée)

..............................................................

50

Code de l'environnement

  • 10.1.2. ...............................................................................................

114

 

Code du travail

  • 10.1.3. ...............................................................................................................

115

  • 4. COMBUSTION

 

51

  • 10.2. INTERVENANTS DE LA CONSTRUCTION

116

4.1.

IGNITION

51

Conseil

  • 10.2.1. ...........................................................................................................................

116

4.1.1.

Limites d'Inflammabilité

52

Autorisations

  • 10.2.2. ..................................................................................................................

116

 

4.1.1.1.

Influence

de

la

....................................................................................................

température

54

Contrôle

  • 10.2.3. ..........................................................................................................................

116

4.1.1.2.

Influence

de

la

pression

54

  • 10.3. INSTRUMENTS RÉGLEMENTAIRES POUR LA CONSTRUCTION

117

4.1.2.

Diagrammes d'inflammabilité

...........................................................................................

55

Règles de l'art

  • 10.3.1. ................................................................................................................

117

Sciences de l'ingénieur en incendie 3 Sciences de l'ingénieur en incendie 4

Sciences de l'ingénieur en incendie

 

3

Sciences de l'ingénieur en incendie

Sciences de l'ingénieur en incendie

4

 

10.3.2.

Normes

...........................................................................................................................

117

10.3.3.

Agréments

......................................................................................................................

117

10.4.

CERTIFICATIONS ................................................................................................................

118

10.5.

CLASSEMENT DES MATÉRIAUX

118

 

10.5.1.

Réaction au feu (contribution à l'incendie)

.....................................................................

118

10.5.2.

Résistance au feu (aptitude à remplir sa fonction)

121

10.5.3.

Classements particuliers

................................................................................................

122

10.6.

CONCLUSION SUR LA RÉGLEMENTATION DE LA CONSTRUCTION

123

10.7.

ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ INCENDIE

124

 

10.7.1.

Organisation territoriale

..................................................................................................

124

10.7.2.

Plans d'organisation

.......................................................................................................

124

10.7.3.

Services d'incendie

124

10.7.4.

Organisation des établissements

...................................................................................

125

10.7.4.1.

Interlocuteurs

125

10.7.4.2.

Organisation interne

125

11.

DÉTECTION ET EXTINCTION

126

11.1.

SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE

126

11.2.

DÉTECTEURS AUTOMATIQUES .............................................................................................

126

 

11.2.1.

Détecteurs de fumées

....................................................................................................

126

11.2.2.

Détecteurs thermiques

...................................................................................................

127

11.2.3.

Détecteurs de flammes

..................................................................................................

128

11.3.

INTRODUCTION À L'EXTINCTION

129

11.4.

EXTINCTION PAR L'EAU

130

 

11.4.1.

Actions

130

11.4.2.

Applications

....................................................................................................................

130

11.4.3.

Additifs

130

11.5.

EXTINCTION PAR

131

 

11.5.1.

Action

131

11.5.2.

Applications

....................................................................................................................

131

11.6.

EXTINCTION PAR POUDRES

132

11.7.

EXTINCTION PAR AGENTS GAZEUX CHIMIQUES

133

11.8.

GAZ INERTES

133

11.9.

MOYENS D'EXTINCTION

134

 

11.9.1.

Moyens hydrauliques classiques

...................................................................................

134

11.9.2.

Extinction automatique de type sprinkler

.......................................................................

134

11.9.3.

Brouillard d'eau

135

11.9.4.

Automatique à mousse

135

11.9.5.

Automatique gaz

135

12.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

..................................................................................

136

Nous remercions Bernard Gautier et Olivier Pagès pour leur contribution à l'élaboration du module incendie.

Contenu

L'objectif de ce cours est d'apporter une compréhension générale des phénomènes physiques mis en jeu lors d'un incendie, d'introduire l'approche prédictive des incendies par la modélisation et d'aborder les moyens de prévention et de protection.

1 e partie :

Présentation générale de l'incendie

types d'incendies et enjeux, phénoménologie du feu

2 e partie :

Rappels de physique

transferts de masse et de chaleur (conduction, convection, rayonnement), combustion, pyrolyse

3 e partie :

Modélisation de l'incendie

feux libres et à l'intérieur des bâtiments, codes et études de

risque

4 e partie :

Réglementation et protection

prévention, moyens de lutte

Remarques

- des exercices pratiques seront proposés durant le cours.

- lorsqu'elles ne sont pas spécifiées, les unités utilisées dans ce cours sont les Unités du Système International (U.S.I).

10.3.2. Normes ........................................................................................................................... 117 10.3.3. Agréments ...................................................................................................................... 117 10.4. C ERTIFICATIONS ................................................................................................................ 118 10.5. C LASSEMENT

Sciences de l'ingénieur en incendie

5

10.3.2. Normes ........................................................................................................................... 117 10.3.3. Agréments ...................................................................................................................... 117 10.4. C ERTIFICATIONS ................................................................................................................ 118 10.5. C LASSEMENT

Sciences de l'ingénieur en incendie

6

1.

EDF ET LA SURETE INCENDIE

1.2. La sûreté incendie à EDF

1.1. L'incendie et le parc nucléaire EDF

L'incendie est la première source d'agression interne :

~ 60 départs de feu/an

Coûts

pour

58 tranches nucléaires.

- Cattenom 2004 : 22 j d'arrêt à 450 k€ = 10 M€

- renouvellement des systèmes incendie du parc français EDF :

500 M€ (Plan Action Incendie 1999-2006).

Causes

Mécanique échauffement par frottement (pièces en friction). Physique échauffement de surface (carcasse d’un projecteur). Thermique feux nus (cigarette), étincelles (moteurs), travaux de soudage (permis feu), installation de chauffage (maintenance bâtiment). Electrique les plus fréquentes. Du type dynamique (courts-circuits, surintensité, section de câble mal calibré) ou statique (frottements, foudre). Chimique réaction de produits (peintures, vernis, solvants). Biologique combustion (mélange de chiffons gras, huile dans une poubelle, etc.)

Combustibles potentiels

Liquides de type hydrocarbure

Fuel, Huile, Solvant, etc.

Matériels électromécaniques

Armoire et

coffret électriques,

Transformateur,

Onduleur,

redresseur, Batterie, Moteur, Cellule

Autorité de

Sûreté

Nucléaire

IRSN

Sécurité Nucléaire

(support

tech-

nique)

Prévention et lutte contre les actes de malveillance
Prévention et
lutte contre les
actes de
malveillance
Actions de sécurité civile en cas d'accident
Actions de
sécurité civile en
cas d'accident
1. EDF ET LA SURETE INCENDIE 1.2. La sûreté incendie à EDF 1.1. L'incendie et le
Sûreté Nucléaire
Sûreté Nucléaire
Radioprotection (personnes, environnement)
Radioprotection
(personnes,
environnement)

Dispositions techniques et mesures pour conception, construction, fonctionnement, arrêt, démantèlement, transport matières radioactives

sûreté incendie
sûreté
incendie
EDF division ingénierie EDF division production nucléaire EDF R&D (support)
EDF division ingénierie
EDF division production
nucléaire
EDF R&D
(support)
 

disjoncteur, Micro informatique, pupitre, etc.

Autorité de Sûreté Nucléaire : autorité administrative indépendante qui participe au contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection et à

Câbles électriques

Câble de puissance, Câble contrôle- commande, Câble de mesure

l'information du public.

Matériaux divers

Bois,

Papier, Cellulose, Plastique,

etc.

Sciences de l'ingénieur en incendie 7 Sciences de l'ingénieur en incendie 8

Sciences de l'ingénieur en incendie

7

Sciences de l'ingénieur en incendie 7 Sciences de l'ingénieur en incendie 8

Sciences de l'ingénieur en incendie

8

1.3. Le rôle d' EDF R&D

Appui pour la défense de la doctrine incendie lors :

  • - d'études de risque incendie

  • - d'études probabilistes de sûreté incendie (EPS-I)

1/ Résultats expérimentaux

à l'échelle 1 ou labo (ex: dysfonctionnement des matériels électriques à la température et à aux fumées)

2/ Simulations numériques

1.3. Le rôle d' EDF R&D Appui pour la défense de la doctrine incendie lors :
  • - Corrélations T, flux = f (puissance foyer, inertie parois, facteur de ventilation)

1.3. Le rôle d' EDF R&D Appui pour la défense de la doctrine incendie lors :
  • - MAGIC (code à zones)

développé à EDF R&D depuis 20 ans, maturité industrielle (EPR), utilisé internationalement (EPR) et accrédité à la NRC, limitations dues à l'hypothèse de stratification, 2 zones de valeurs homogènes, pas d'effet de positionnement cible/foyer.

  • - Code_Saturne

élargissement du domaine de validité de MAGIC (volumes plus grands, géométries complexes), valeurs locales des scalaires, meilleure description des écoulements, code IPS (Important pour la Sûreté), version industrielle attendue, compétence interne R&D et collaborations.

1.3. Le rôle d' EDF R&D Appui pour la défense de la doctrine incendie lors :
1.3. Le rôle d' EDF R&D Appui pour la défense de la doctrine incendie lors :

Sciences de l'ingénieur en incendie

9

  • 2. GENERALITES SUR L'INCENDIE

2.1. Feu de sapin

Vidéo d'un feu de sapin de Noël dans un salon réalisé par le NIST

Figure 1. Feu de sapin
Figure 1.
Feu de sapin

L'intérêt de cette vidéo est la visualisation des principaux phénomènes mis en jeu lors d'un incendie.

1.3. Le rôle d' EDF R&D Appui pour la défense de la doctrine incendie lors :

Sciences de l'ingénieur en incendie

10

2.2. Définitions

Départ de feu

peut être signalé lors d'une ronde, par l'activation de détecteurs, fumerolles, etc.

Feu

Dégagement simultané de chaleur, de lumière et de flamme produit par la combustion vive de certains corps (bois, charbon, etc.).

Incendie

Feu développé (en se propageant, cause des dégâts importants).

2.3. Triangle du feu

Pour qu'il y ait un feu, il est nécessaire de trouver les trois composantes du triangle du feu : combustible, comburant et énergie.

2.2. Définitions Départ de feu peut être signalé lors d'une ronde, par l'activation de détecteurs, fumerolles,

Figure 2.

Triangle du feu

Nature des trois éléments

Le combustible peut être solide, liquide ou gazeux. Le comburant est généralement l’oxygène de l’air (21 % vol).

L’énergie d’activation peut être thermique (flamme), naturelle (soleil), biologique (fermentation), chimique (oxydation), mécanique (frottement) ou électrique (statique ou dynamique).

Si l’on retire de ce triangle

le combustible le comburant l’énergie d’activation

l’extinction résultera du manque de matière à brûler.

l’extinction se fera par étouffement ou inhibition. l’extinction du sinistre se fera par refroidissement ou effet de souffle.

2.2. Définitions Départ de feu peut être signalé lors d'une ronde, par l'activation de détecteurs, fumerolles,

Sciences de l'ingénieur en incendie

11

2.4. Phénoménologie du feu

Le feu est caractérisé par le couplage entre la production d'énergie par la combustion et le dégagement de combustible sous l'effet de la chaleur. Il en résulte un phénomène instationnaire dilatable, croissant ou décroissant.

2.4.1. Illustration à l'aide d'une bougie

Pour illustrer ces phénomènes, prenons le cas d'une bougie.

retour flux en
retour
flux en
transfert radiatif
transfert
radiatif
retour flux en transfert radiatif pyrolyse cire fondue

pyrolyse

retour flux en transfert radiatif pyrolyse cire fondue

cire fondue

entraînement de l'air par convection

naturelle ou forcée

Figure 3.

Bougie

Les différentes étapes d'un feu de bougie :

2.2. Définitions Départ de feu peut être signalé lors d'une ronde, par l'activation de détecteurs, fumerolles,

Sciences de l'ingénieur en incendie

12

  • - allumage de la mèche, qui s'échauffe,

  • - la cire solide commence à fondre,

  • - diffusion dans la mèche par capillarité,

  • - la cire dans la mèche pyrolyse,

  • - combustion des volatiles libérés,

  • - rayonnement en retour sur la cire solide, dû principalement aux suies,

Auto-alimentation du foyer dû aux phénomènes couplés

Pyrolyse

Décomposition d'un solide ou d'un liquide en produits volatiles avec un cassage de chaînes carbonées ex bois CH 4 oxydoréduction

Débit massique surfacique de pyrolyse

< 60 g/m 2. s

=> vitesse en surface de l'ordre du ~ mm/s

- allumage de la mèche, qui s'échauffe, - la cire solide commence à fondre, - diffusion

Sciences de l'ingénieur en incendie

13

De forts gradients

- allumage de la mèche, qui s'échauffe, - la cire solide commence à fondre, - diffusion

Figure 4.

Gradients dans une bougie

Combustion: réactants froids produits chauds : ρ ~ 1 à 0,1kg/m 3 :

Force de flottabilité importantes

(ρ - ρ 0 )g

Expansion thermique importante ∂ρ/t 0 Oscillations amplifiées dues au cycle

Grandes structures de tourbillons (~ dimension du bac du foyer)

bouffées des gaz chauds (2-3 Hz)

+ oscillation globale (< 0,1 Hz)

Dilution de la fumée par de l'air frais (modifie la température, les

concentrations, etc.)

Gradients de température de 1400 °C à la température ambiante.

- allumage de la mèche, qui s'échauffe, - la cire solide commence à fondre, - diffusion

Sciences de l'ingénieur en incendie

14

Exemple de gradients de vitesse et température

1/ Brûleur poreux, injection de méthane, HRR = 45 kW (Mc Caffrey)

Exemple de gradients de vitesse et température 1/ Brûleur poreux, injection de méthane, HRR = 45

2/ Brûleur poreux, injection de propane HRR = 25 kW Reynolds 40 – 5000 (LCD)

Exemple de gradients de vitesse et température 1/ Brûleur poreux, injection de méthane, HRR = 45
Exemple de gradients de vitesse et température 1/ Brûleur poreux, injection de méthane, HRR = 45

Sciences de l'ingénieur en incendie

15

2.4.2. Feu libre

Pour un foyer en extérieur (feu libre), les phénomènes sont :

  • - Echauffement du combustible,

  • - Dégradation (vaporisation, pyrolyse),

  • - Combustion en phase gazeuse,

  • - Convection naturelle des gaz chauds, entraînement d'air et alimentation de la combustion en oxygène,

  • - Rayonnement des suies et des gaz chauds, notamment en retour vers le combustible.

Exemple de gradients de vitesse et température 1/ Brûleur poreux, injection de méthane, HRR = 45

Figure 5.

Echanges thermiques au niveau du foyer

Exemple de gradients de vitesse et température 1/ Brûleur poreux, injection de méthane, HRR = 45

Sciences de l'ingénieur en incendie

16

2.4.3. Feu confiné

Pour un foyer en intérieur (feu confiné), le confinement va agir sur la pyrolyse de deux façons opposées :

  • - en augmentant le flux radiatif en retour vers la surface, en provenance des flammes, fumées chaudes, parois et objets environnants

augmentation de la pyrolyse,

  • - la diminution de la concentration en oxygène entraîne une diminution

du rendement de combustion, donc des flux rayonnés diminution de la pyrolyse.

Les phénomènes suivants peuvent se produire :

  • - Circulation des gaz, envahissement des locaux par les fumées,

entraînement d'air frais extérieur,

  • - Flux des flammes, fumées et parois vers les combustibles potentiels,

  • - Propagation du feu (élargissement de la zone touchée, ignition de nouveaux foyers).

6. Rayonnement des flammes, fumées et parois -> foyers secondaires 4. Stratification des gaz chauds et
6. Rayonnement des flammes, fumées
et parois -> foyers secondaires
4. Stratification des gaz
chauds et de l'air frais
2. Panache =
pompe
3. Entraînement
d'air frais

5. Augmentation de la pyrolyse par rayonnement

1. Combustion d'une flamme de diffusion
1. Combustion d'une
flamme de diffusion
2.4.3. Feu confiné Pour un foyer en intérieur (feu confiné) , le confinement va agir sur

Sciences de l'ingénieur en incendie

17

D'autres phénomènes peuvent se produire :

- Réchauffement

des

structures

sous

l'action

conjuguée

du

rayonnement, de la convection et de la conduction, - Destruction des structures influant sur le développement du feu,

- Réinflammation des imbrûlés aux ouvertures ou dans les conduits de ventilation, lors de la présence d'air frais.

- Etc.

2.4.3. Feu confiné Pour un foyer en intérieur (feu confiné) , le confinement va agir sur

Figure 6.

Propagation d'un feu en intérieur

2.4.3. Feu confiné Pour un foyer en intérieur (feu confiné) , le confinement va agir sur

Sciences de l'ingénieur en incendie

18

Au cours

d'un

feu

en

intérieur,

6

régions

distinctes

peuvent

être

caractérisées, 5 zones de "température" et 1 zone de "flux" :

 

1/ la flamme

zone de combustion, T jusqu'à 2000 °C.

2/ le panache

 

zone de gaz chauds provenant de la combustion et du mélange avec l'air frais entraîné. Température plus élevée que dans toute autre région des fumées.

3/ le ceiling-jet

zone d'impact et d'écoulement radial du panache. Echanges thermiques avec les parois et mélange avec de l'air frais température inférieure à celle du panache.

4/ la zone chaude

accumulation des fumées par effet piston.

 

5/ la zone froide

alimentation du foyer en air frais.

6/ la zone de flux

superposée à la zone froide. rayonnement issu de la flamme et des fumées engendrant une propagation de l'incendie et la perte des cibles thermiques.

zone de ceiling-jet zone de panache zone chaude zone de raynnement de flamme zone froide zone
zone de ceiling-jet
zone de panache
zone chaude
zone de raynnement
de flamme
zone froide
zone de flamme

Figure 7.

les 6 régions caractéristiques d'un feu confiné

Au cours d'un feu en intérieur, 6 régions distinctes peuvent être caractérisées, 5 zones de "température"

Sciences de l'ingénieur en incendie

19

2.4.4. Phases d'un incendie

La variable n° 1 en incendie est le temps.

On distingue classiquement cinq phases : l'ignition (allumage du foyer), le pré-flashover (développement "lent" du foyer), le flashover (embrasement généralisé), le post-flashover (feu pleinement développé) et l'extinction (§ 6.2). L'alimentation en oxygène caractérise rapidement le régime atteint.

Température

Pré- Flashover Postflashover flashover Ignition temps Feu pleinement développé Décroissance
Pré-
Flashover
Postflashover
flashover
Ignition
temps
Feu pleinement développé
Décroissance
Figure 8. Phases d'un incendie en milieu confiné & Q & Courbe de puissance Q B
Figure 8.
Phases d'un incendie en milieu confiné
&
Q
&
Courbe de puissance
Q
B C
D
E'
C'
&
&
Q Q
=
max
t
t
&
&
E
Q =
Q
max
t
t
&
2
E
D
Q = αt
A
E
t A
t B
t D
t E
t C'
t E'
Temps

Figure 9.

Puissance théorique d'un foyer en milieu confiné

Au cours d'un feu en intérieur, 6 régions distinctes peuvent être caractérisées, 5 zones de "température"

Sciences de l'ingénieur en incendie

20

2.5. L'incendie, un phénomène par nature incontrôlé

De nombreux phénomènes physiques couplés thermique, chimie, mécanique des fluides, combustion, etc.

2.6. Ordres de grandeur en incendie

Température

 

dans la flamme

1000-2000 °C

De nombreux paramètres souvent mal connus

 

dans le panache thermique

600-1000 °C

ignition, géométrie, nature des matériaux, propriétés thermochimiques et mécaniques, ventilation, etc.

Energie

 
  • 1 m 3 d'air

~3 MJ

  • 1 kg de matériau organique

1-5 MJ

13 MJ/kg

 
PCI câbles
 

PCI câbles

Puissance

Cigarette

Ampoule électrique

5 W

   

Homme à l'activité normale Corbeille de papier en feu

60 W 100 W 100 kW

  • 1 m² d'essence

Voiture Palettes en bois, 3 m de hauteur Camionnette

2.5 MW 3-5 MW 7 MW 10 MW

Puissance d'un réacteur nucléaire

200 MW

Figure 10.

Feu de mobilier (NIST)

Poids lourd sans matière dangereuse

30 MW

Figure 11. Feu de réservoir
Figure 11.
Feu
de réservoir
 

Poids lourd avec matière dangereuse Réservoir d'hydrocarbures

plusieurs centaines de MW 900-1300 MWe 2700-4114 MWth

Puissance maximale par porte 1x2 m

4 MW

Densité de flux thermique 0-300 kW/m 2

Effets du rayonnement

Echanges convectifs

Densité de flux thermique 0-300 kW/m Effets du rayonnement Echanges convectifs
 

gaz chauds /paroi

0-50 W/m 2 .K

Conditions du flashover

température densité de flux

500- 600 °C 20 kW/m 2

Sciences de l'ingénieur en incendie 21 Sciences de l'ingénieur en incendie 22

Sciences de l'ingénieur en incendie

21

Sciences de l'ingénieur en incendie

Sciences de l'ingénieur en incendie

22

2.7.

Enjeux de la sécurité incendie

 

1/ L’incendie est présent dans tous les secteurs de l’activité humaine

 

Feux extérieurs stockage extérieur, réservoirs, puits pétroliers, forêts, pont de navires.

 

Feux intérieurs

domestique, tertiaire, industriel, feux de navires ou d’avions :

 

-

locaux d’habitation, ERP,

-

halls, entrepôts, atriums, mezzanines,

 

-

tunnels et couloirs, galeries.

2/ Objectifs de la sécurité incendie

la protection des personnes, la protection des biens matériels (infrastructures, marchandises, etc.), la limitation de l’immobilisation (production, distribution, service, etc.), la protection de l’environnement (industrie, nucléaire, feux de forêts, etc.).

La compréhension de l’incendie a différents objectifs :

 
  • - Evaluation des risques (dommages matériels, propagation du feu,

toxicité, rejet de polluants)

  • - Conception et dimensionnement des systèmes de protection et d'intervention,

  • - Mouvements de personnes, conception de l'évacuation,

 
  • - Analyses post-incendies (responsabilités),

 

Conséquences

  • - ultérieures

:

corrosion,

poussières,

etc.

immobilisation.

Des conséquences sans commune mesure avec les causes initiales.

 

Incendie dans le

tunnel du Mont blanc : court-circuit dans

un camion

réfrigérant transportant de la margarine 39 morts, 22 véhicules détruits.

2.8.

Quelques chiffres

Accidents industriels en 2006

industrie chimique 12 %, transports terrestres 9.8 %, agriculture 7.5 %, agro-

alimentaire 6.3 %, assainissement 5.1 %, bois 4.7 % (source BARPI)

L'incendie est la cause principale d'accidents.

2.7. Enjeux de la sécurité incendie 1/ L’incendie est présent dans tous les secteurs de l’activité

Sciences de l'ingénieur en incendie

23

Type d'événement

2006

2006

1992 à 2006

nombre

répartition (%)

répartition (%)

Incendies

 
  • 619 54

53

Rejets de matières dangereuses

 
  • 607 53

50

Effets dominos

 
  • 137 12

4

Explosions

76

  • 6.6 5.8

 

Projections, chutes d'équipements

32

  • 2.8 2.7

 

Figure 12.

Répartition des accidents technologiques en France de 1992 à

2006 /BARPI Bureau d'Analyse des Risques et Pollutions Industrielles /

Exemples d'incendies

France (récents) : Crédit Lyonnais, Eurotunnel, tunnel Mont-Blanc, bibliothèque de Lyon, vieux hôtels et HLM parisiens.

Europe :

Tunnels routiers Autriche, Suisse, Aéroport RFA, Château de Windsor,

Ghislenghien (pipeline gaz Belgique), métro Londres, Séoul. Monde : TMI - Brown Ferry, WTC, forêts australienne, californienne et portugaise.

Incendies domestiques

en France

~ 250 000 / an (déclaration aux assurances) ~ 10 000 victimes / an dont 800 morts

en Europe

~ 5000 morts / an

(source CNPP)

Coût des incendies

les plus importants avant 1997 (données des assurances)

04/92 : Industrie Chimique 11/92 : Raffinerie la Mède 03/94 : Centrale thermique

81 M€ 401 M€ 82 M€

 

57M€

08/94 : Agro-alimentaire 05/96 : Crédit-Lyonnais 11/96 : Eurotunnel

298 M€ 305 M€ dont 173 M€ assureurs français

08/97 : Silo à grain de Blaye 20 M€

NB : 2001, année noire pour les catastrophes naturelles ou causées par l'homme dans le monde. 33 000 morts (2 fois plus qu'en 2000), 34,4 Md$ dont 19 pour le 11/09.

2.7. Enjeux de la sécurité incendie 1/ L’incendie est présent dans tous les secteurs de l’activité

Sciences de l'ingénieur en incendie

24

3.

RAPPELS DE PHYSIQUE

3.1.3. Gaz et vapeurs

3.1. Notions fondamentales

  • 3.1.1. Etats de la matière

  • 3 états de la matière - solide, liquide, gaz

Pression 2 LIQUIDE SOLIDE Point critique 3 Point triple VAPEUR 1 Température
Pression
2
LIQUIDE
SOLIDE
Point critique
3
Point triple
VAPEUR
1
Température

Figure 13.

Diagramme de phases d'un corps pur /3/

  • 3.1.2. Masse volumique

  • 3 états qui possède une masse et occupent un espace, d'où la notion de :

masse volumique

ρ = Masse / Volume [kg/m 3 ]

ordres de grandeur, à 0 °C et 1 atm :

ρ [kg/m 3 ]

eau

mercure

pétrole

air

1000

13600

750

1,29

3. RAPPELS DE PHYSIQUE 3.1.3. Gaz et vapeurs 3.1. Notions fondamentales 3.1.1. Etats de la matière

Sciences de l'ingénieur en incendie

25

On applique la loi des gaz parfaits

ou PV= nRT P/ρ = rT
ou
PV= nRT
P/ρ = rT

avec

P

pression [N/m 2 ou Pa]

V

volume [m 3 ]

n

nombre de moles

T

température [K]

R

constante universelle des gaz parfaits = 8,314 [J.mole -1 .K]

r

constante thermodynamique du gaz = R/M mol [J.K.kg]

M mol masse molaire [kg/mol]

3.1.4. Pression

Milieu hydrostatique P A = P B = P C

Pression statique : P= P 0 - ∫ρgdz La pression au sol est indépendante de la forme de colonne d'eau ou d'air.

Formule de Bernoulli (ligne de courant) : P +ρgh + ½ ρv 2 = C te

3. RAPPELS DE PHYSIQUE 3.1.3. Gaz et vapeurs 3.1. Notions fondamentales 3.1.1. Etats de la matière

A

3. RAPPELS DE PHYSIQUE 3.1.3. Gaz et vapeurs 3.1. Notions fondamentales 3.1.1. Etats de la matière

B

H 5,50 cm
H
5,50 cm

C

Figure 14.

Pression statique

3. RAPPELS DE PHYSIQUE 3.1.3. Gaz et vapeurs 3.1. Notions fondamentales 3.1.1. Etats de la matière

Sciences de l'ingénieur en incendie

26

3.1.5. Effet cheminée

/8/

De l'air frais est entraîné par convection naturelle et chauffé dans une cheminée.

La différence de pression et la vitesse à la sortie sont égales à :

Δ

P

int - ext

=

(

ρ

f

− ρ

c

)

g H

V

=

− ρ

2

ρ

f

c

ρ c
ρ
c

g H

3.1.5. Effet cheminée /8/ De l'air frais est entraîné par convection naturelle et chauffé dans une
V
V

air

chaud

T c

3.1.5. Effet cheminée /8/ De l'air frais est entraîné par convection naturelle et chauffé dans une

air frais T f

Figure 15.

Effet cheminée

3.1.6. Pression de vapeur saturante

pression d'équilibre vapeur/liquide à température T donnée :

P

o =

(

0.2185 E / T )

+

F

E et F dépendent du fluide.

H 2 0

T (°C)

  • 100 150

350

P (atm)

1

15 200

T> T(Point critique) : vapeur seule

Rq : la température correspondant à l'état de vapeur saturante correspond grossièrement au point d'inflammabilité des liquides (cf. § combustion).

3.1.5. Effet cheminée /8/ De l'air frais est entraîné par convection naturelle et chauffé dans une

Sciences de l'ingénieur en incendie

27

3.1.7. Mélanges de gaz

La composition d'un gaz peut être exprimée en termes de pression partielle

P I des composants :

P

=

P

i

P

i

= χ .P

i

i

o

avec

χ

i

=

η

i

η

j

3.1.8. Chaleur et Température

La chaleur est une énergie : capacité à produire un travail.

L'énergie ne se crée pas ni ne se perd mais change de forme. 1 er principe sur un système fermé : δU = δQ + δW Bilan d'énergie sur un système ouvert : δU = δQ -δW p -Σm i h i

.

Soit pour un Gaz Parfait à volume constant : VC v δ(ρT) = δQ -Σm i C p T i

.

ou

VC p δ(ρT) = δQ -Vδp -Σm i C p T i

.

1 calorie : énergie nécessaire pour élever la température d'1 g d'eau de 1 °C

1 cal = 4,18 J

Température (T,θ) : mesure du niveau d'énergie calorifique d'un corps K= °C +273,15

Capacité calorifique massique (c p élever 1 kg de matériau de 1 °C [J.kg

) : énergie calorifique nécessaire pour

-1 .K -1 ]

3.1.5. Effet cheminée /8/ De l'air frais est entraîné par convection naturelle et chauffé dans une

Sciences de l'ingénieur en incendie

28

ex: sous 1 atm et 20 °C /3/ /5/

Matériau

cp

ΔH LV

ρ [kg/m 3 ]

T ébullition

[J.kg -1 .K -1 ]

[J.kg -1 ]

[C]

H 2 O

  • 4183 (liquide)

2257 .10 3

1000

100

  • 1890 (vapeur)

0,6

Air sec (21% O 2 ; 79 % N 2 )

  • 1003 1,2

     
  • C 6 H 6

943

  • 490 10 3

874

80,1

  • C 7 H 16

 
  • 448 10 3

675

98.4

Cu

400

 

8940

 
 

2061

1000.10

3

   

NH 3 (pur) Laine de verre

380

     

Béton

1100

     

Figure 16.

Propriétés de différentes matières

Chaleur latente de vaporisation (L v ) : énergie calorifique nécessaire pour passer une unité de masse de liquide, préalablement porté à la température d'ébullition, à l'état de vapeur [J.kg -1 ].

liquide vapeur : gazéification ou vaporisation solide liquide : fusion solide vapeur : sublimation

Vapeur

 
 
 

Eau à 100°C

 

(P : 1013

 
 

Chaleur

Figure 17.

Vaporisation

ex: sous 1 atm et 20 °C /3/ /5/ Matériau cp Δ H LV ρ 

Sciences de l'ingénieur en incendie

29

3.1.9. Nombres de similitude et adimensionnels

On utilise fréquemment des rapports caractéristiques le plus souvent adimensionnels dans l'expression des lois de transfert empiriques (et l'expression de similitudes expérimentales). Voici une liste des plus

couramment utilisés en thermique :

ex: sous 1 atm et 20 °C /3/ /5/ Matériau cp Δ H LV ρ 

Figure 18.

Nombres de similitude /6/

ex: sous 1 atm et 20 °C /3/ /5/ Matériau cp Δ H LV ρ 

Sciences de l'ingénieur en incendie

30

Nombre

Expression

 

Interprétation physique

   

h l

 

résistance interne à la conduction /

Bi =

k

résistance externe à la convection

 

Fo =

α t

 

nombre sans dimension pour la

l

2

conduction transitoire

   

2

2

forces d'inertie /

Fr =

u

u

ρ

forces de gravité

 

=

 

Lg

 

L g Δρ

   
   

D

 

diffusivité massique /

Le =

α

diffusivité thermique

 

Ar

=

g

β Δ

TL

=

Gr

 

forces ascensionnelles/forces

 

U

2

 

Re

2

d'inertie

 

Ra = Gr . Pr

   
 

Sc =

 

μ

viscosité sur diffusion des espèces

ρ D

 
 

Ri =

Ra

 

rôle comparable à Archimède

Re

2

Biot

 

Fourier

 

Froude

Lewis

Archimède

 

Raleigh

 

Schmidt

 

Richardson

avec

U

0

fluide telle que :

 

β

(

T T

)

β =

1 T
1
T

Figure 19.

Nombres sans dimension /1/

vitesse, L longueur, θ différence de température, δ dilatabilité du

=

ρ

− ρ

ρ

pour un fluide parfait en incompressible (T = 293 K)

Nombre Expression Interprétation physique h l résistance interne à la conduction / Bi = k résistance

Sciences de l'ingénieur en incendie

31

3.2. Introduction aux transferts thermiques

Les trois modes de transferts thermiques sont le plus souvent intimement liés.

Conduction

Distribution homogène (diffusion) de l'énergie cinétique des zones de température élevée à celles de valeur faible :

loi de Fourier Δ

T

=

1 T

 

a

t

Comportement des bâtis et des "cibles", résistance au feu

Convection

L'échange thermique superficiel entre la paroi et le fluide résulte d'un mélange complexe de phénomènes de conduction et de transport. Le plus souvent ramené à une loi simple linéaire :

ϕ = h( ΔT )

Echanges fumées/paroi ou fumées/cibles

Rayonnement

Transfert d'une partie de l'énergie cinétique par émission de rayonnement électromagnétique. Principalement à travers les fluides. Relation de Stephan-Boltzmann: Φ = ε σT 4

fumées

Echanges foyers/cibles et foyers/parois, rayonnement des

Transport

Le mouvement des particules entraîne le déplacement de la quantité d'énergie qu'elles portent: h i = ρ i Cp i T i . Principalement dans les fluides. Convection naturelle: mouvement engendré par les forces gravimétriques (gradient de masse volumique ou de température). Convection forcée : mouvement engendré par une force mécanique engendrant des écarts de pression.

Propagation de l'incendie par circulation des fumées chaudes

Nombre Expression Interprétation physique h l résistance interne à la conduction / Bi = k résistance

Sciences de l'ingénieur en incendie

32

3.3. Conduction

L'équation de la chaleur traduit la distribution homogène (diffusion) de

l'énergie cinétique des zones de température élevée à celles de valeur faible.

T

c

En un point M, à température T, elle s'écrit de façon générale :

r ∂ T − div ( .gradT ) λ + ρ C − p = 0
r
∂ T
div ( .gradT )
λ
+ ρ
C
p
=
0
∂ t

λ,

ρ et C sont dépendants de T, p (puissance de la source) dépend de M et

de T.

Dans un milieu sans source interne, en considérant que λ,

peu :

1 ∂ T Δ T = (équation de Fourier) a ∂ t
1 ∂ T
Δ
T
=
(équation de Fourier)
a
∂ t

en utilisant la diffusivité thermique a = λ / ρC .

En mono-dimensionnel, l'équation de Fourier s'écrit

d

2

T

=

La densité de flux thermique conductif s'écrit:

 

ρ et C varient

1

T

a

(

t

)

[W/m 2 ]

dx

2

r ϕ = −λ .gradT

3.3.1. Régime permanent

En intégrant l'équation de Fourier sur une paroi de composition homogène :

Sur plusieurs tranches successives :

ϕ =

T

c

T

f

1

h

c

+ Σ

L

i

λ

i

+

1

h

f

T

T

c

H

L 1 L 2 L 3 T 1 T 2
L 1
L 2
L 3
T 1
T 2

T C f

T

Figure 21.

Paroi multi-couches en régime stationnaire /1/

Rq : l'analogie électrique s'applique bien à ce type de problème où

U=RI avec I~ϕ , U~T, R~L/λ.

3.3.2. Régime transitoire

L'équation de la chaleur en transitoire peut être résolue analytiquement dans

des cas simples. De nombreuses expériences permettent d’admettre le

critère distinctif suivant entre systèmes minces et épais, basé sur le nombre

de Biot /6/.

h . l = B i λ
h . l
=
B i
λ

ϕ =

λ

L

( T

1

T

2

)

T 1

     

- systèmes minces

: Bi < 0.1

 

- systèmes épais

: Bi > 0.1

 

h

coefficient linéarisé d'échange fluide/paroi

l

épaisseur du solide

 

T 2

λ

conductivité du solide

 

x=0

x = L

Figure 20.

Paroi mono-

couche en régime stationnaire /1/

3.3. Conduction L'équation de la chaleur traduit la distribution homogène (diffusion) de l'énergie cinétique des zones

Sciences de l'ingénieur en incendie

33

  • Sciences de l'ingénieur en incendie

34

3.3.2.1. Systèmes minces

Un système est considéré mince si la résistance thermique interne est faible

devant la résistance externe /10/. Dans ce cas, on admet une distribution de

température uniforme dans le corps à tout instant. Supposons que le solide

soit soumis à un flux constant q t . La solution de l’équation de chaleur est :

t T − T = q .As. o t ρ .C.V En prenant q = h.(
t
T
T
=
q .As.
o
t
ρ .C.V
En prenant q
=
h.( T
T )
, on a:
t
g
T
T
=
( T
T
)
( T
T
o
g
o
g
o
ρ.V.C
τ =
h.As
avec
As
C
h
T
température [K]
T
o
T
g
t
temps [s]
V
volume de la cible [m 3 ]
ρ
λ

température des gaz [K]

3.3.2.1. Systèmes minces Un système est considéré mince si la résistance thermique interne est faible devant

).e

(

t

)

τ

surface exposée au flux [m 2 ]

capacité calorifique du matériau [J.K -1 .kg -1 ]

coefficient de convection + rayonnement [W. K -1 .m -2 ]

température de référence [K]

masse volumique de la cible [kg.m -3 ]

conductivité de la cible [W.K -1 .m -1 ]

3.3.2.2. Systèmes épais

Si la résistance thermique interne est grande devant la résistance externe, la

température dans le corps n’est pas homogène /10/. La résolution de

l’équation de chaleur pour un solide considéré semi-infini conduit à

l’expression suivante ( mur soumis à un flux constant q t ) :

1 ⎛ t ⎞ 2 = 2q ⎜ ⎟ o t ⎜ ⎟ ⎝ π λ
1
t
2
= 2q
o
t
π λ ρ
.
.
.C
 

T

T

avec

s

T s température de surface.

De façon plus générale, le problème de la conduction de la chaleur dans une

paroi en transitoire peut être résolu de façon numérique. La méthode des

différences finies est une façon d'approcher ce problème. De nombreux

schémas existent.

Ex: maillage sur un point courant dans une paroi dans le code MAGIC

λ .

j

T

n

+

i-1

1

T

i

n

+

1

e

j

+ λ .

j

T

n

+

i+1

1

T

i

n

+

1

e

j

= ρ

j

C e

j

j

T

i

n

+

1

T

i

n

Δ t

Remarque

L'une des difficultés dans l'approche numérique est d'avoir un maillage

adapté; on peut utiliser des critères relatifs à la fréquence caractéristique des

sollicitations du système t

*

(période de variation des conditions limite) :

Nœud courant

Δx =

* a × t
*
a × t
3.3.2.1. Systèmes minces Un système est considéré mince si la résistance thermique interne est faible devant

Sciences de l'ingénieur en incendie

35

3.3.2.1. Systèmes minces Un système est considéré mince si la résistance thermique interne est faible devant

Sciences de l'ingénieur en incendie

36

3.4. Convection

Le

coefficient h

de

transfert

entre

un

gaz

en

mouvement et une paroi

( ϕ = h( ΔT ) )

est

lié

aux

caractéristiques

du

fluide

(viscosité, densité,

conductivité), de l'écoulement (vitesse, turbulence) et de la géométrie (angle

et dimensions).

 

Il se produit au sein d'une couche limite où les conditions passent des

conditions stables dans le gaz (u=u .,T= T ) aux conditions de paroi (u=0,

T= T surface ). Les couches limites thermiques et dynamiques sont distinctes.

3.4. Convection Le coefficient h de transfert entre un gaz en mouvement et une paroi (

Figure 22.

Couches limites /1/ et /2/

Drisdale /1/ propose de retrouver une expression de h en convection forcée

laminaire au-dessus d'une plaque plane :

en établissant que

δ = l(

8

)

1 / 2

et

δ

θ

Pr

1 /

3

en laminaire et en observant

Re

δ

 

ϕ ≈ λ (

T

 

)

, on obtient :

Nu

 

hl

λ

0.35 Re

1 / 2

Pr

1 / 3

que

δ

θ

=

la solution exacte étant:

Nu = 0.332 Re

1 / 2

Pr

1 /

3

En convection naturelle, le mouvement est engendré par les échanges

thermiques et les couches limites dynamique et thermique sont étroitement

liées.

3.4. Convection Le coefficient h de transfert entre un gaz en mouvement et une paroi (

Sciences de l'ingénieur en incendie

37

3.4. Convection Le coefficient h de transfert entre un gaz en mouvement et une paroi (

Figure 23.

Coefficients de transfert convectif /1/

3.4. Convection Le coefficient h de transfert entre un gaz en mouvement et une paroi (

Sciences de l'ingénieur en incendie

38

3.5. Rayonnement

3.5.1. Définitions

Le rayonnement thermique

est

le

transfert

d'énergie

par

ondes

électromagnétiques (photons) lié à la température des corps /6/.

3.5. Rayonnement 3.5.1. Définitions Le rayonnement thermique est le transfert d'énergie par ondes électromagnétiques (photons) lié

Figure 24.

Rayonnement électromagnétique /6/

Pour une source donnée, l'intensité du rayonnement dépend a priori de la

longueur d'onde λ et de la direction (Ox).

Flux total : puissance émise Φ [W]

Intensité :

I

ox

=

  • d Φ

ox

  • d Ω

flux par unité d'angle solide [W/Stéradian]

Luminance :

L

  • x =

  • d Φ

ox

  • d Ω

.S cos

θ

[W/m 2 /Sr]

Emittance :

M =

Φ

S

[W/m 2 ]

Flux surfacique émis dans un demi-espace. En isotrope : M= πL

3.5. Rayonnement 3.5.1. Définitions Le rayonnement thermique est le transfert d'énergie par ondes électromagnétiques (photons) lié

Figure 25.

Intensité de rayonnement /6/

3.5. Rayonnement 3.5.1. Définitions Le rayonnement thermique est le transfert d'énergie par ondes électromagnétiques (photons) lié

Sciences de l'ingénieur en incendie

39

3.5.2. Lois d'émission

Corps noir : émetteur idéal pour tout (λ , T) (noté °)

Loi de Planck :

  • M o

λ

=

2h

π

C

2

λ

5

hC

e

k

λ

T

1

h i =6.255.10 -34 [J.s] et k ii : 1.3805.10 -23 [J/K]

C: célérité de l'onde dans le milieu traversé [m/s].

Emittance du corps noir (intégration sur le spectre):

σ =5.67.10 -8 W.m -2 .K -4

(constante de Stefan-Boltzmann)

M°=σT

4

Emission isotrope (ou diffuse) loi de Lambert : I ox =I onormale .cosθ

3.5. Rayonnement 3.5.1. Définitions Le rayonnement thermique est le transfert d'énergie par ondes électromagnétiques (photons) lié

Figure 26.

Emissions isotrope et non-isotrope /6/

Corps non-noir : facteur d'émission monochromatique

ε

λ

=

  • M λ

T

  • M o λ

T

émissivité (f. d'émiss. total) :

ε

=

  • M T

  • M o T

3.5.3. Réception du rayonnement α (absorptivité) + τ (transmitivité) + ρ (réflexivité) = 1 Figure 27.
3.5.3. Réception du rayonnement
α (absorptivité) + τ (transmitivité) + ρ (réflexivité) = 1
Figure 27.
Rayonnement sur un corps /6/
Loi de Kirshoff (vérifié en rayonnement monochromatique) :
ε
= α
λ
λ

Corps gris : émission indépendante de λ (assez faux mais pratique)

Modèle le plus utilisé

i Constante de Planck

ii Constante de Boltzmann

3.5. Rayonnement 3.5.1. Définitions Le rayonnement thermique est le transfert d'énergie par ondes électromagnétiques (photons) lié

Sciences de l'ingénieur en incendie

40

CORPS GRIS et DIFFUSANT Φ /S= εσT 4 ε = α α+ρ+τ=1 I ox =I onormale
CORPS GRIS et DIFFUSANT
Φ /S= εσT 4
ε = α
α+ρ+τ=1
I
ox =I onormale .cosθ

3.5.4. Rayonnement dans les feux

Le rayonnement est un transfert rapide et à distance de l'énergie. Il met en

relation immédiate tous les composants exposés à une source.

La flamme

1/3 de

la puissance

du

feu

en

moyenne est due au rayonnement des

flammes. Il contribue majoritairement à la progression du feu.

Liquide

Puissance nécessaire

Puissance reçue par

à la pyrolyse (kW/m 2 )

rayonnement (kW/m 2 )

Alcool

1,22

0,21

Benzène

2,23

2,51

Essence

0,94

1,50

Kérosène

1,05

1,08

Les fumées

Figure 28.

Rayonnement et pyrolyse de fluides

Les fumées chaudes rayonnent vers les objets qu'elles contiennent et

absorbent tout ou partie du rayonnement qui les traverse (opacité). Par

ailleurs leur opacité engendre une gêne visuelle.

Les parois

Les parois s'échauffent et rayonnent vers les objets proches (éventuellement

sur leur face opposée au feu transmission).

Les matériels exposés

Les matériels à protéger vont être soumis au rayonnement des différentes

sources. Les flux reçus par les objets au voisinage du feu :

- à l'air libre (sous les fumées) : 100 % par rayonnement de la flamme.

-

Dans les fumées

fumées.

: souvent plus de 60 % par rayonnement des

Ordre de grandeur des flux dans les incendies /22/ : 0 à 25 kW/m 2

CORPS GRIS et DIFFUSANT Φ /S= εσT 4 ε = α α+ρ+τ=1 I ox =I onormale

Sciences de l'ingénieur en incendie

41

3.5.5. Rayonnement dans les gaz et fumées

3.5.5.1. Rayonnement des gaz

Seules les molécules hétéropolaires (H 2 O, CO 2 , CO, HCl) jouent un rôle actif

sensible face au rayonnement thermique. Leur émissivité et absorption

dépendent de la longueur d’onde incidente suivant un spectre discontinu.

Le rayonnement thermique proprement dit couvre les zones λ = 0.4 à

100 μm.

CORPS GRIS et DIFFUSANT Φ /S= εσT 4 ε = α α+ρ+τ=1 I ox =I onormale

Figure 29.

Spectre des longueurs d'ondes

1 0,5 H 2 0 0 0,8 1,0 2,0 5,0 10,0 Longueur d’onde incidente (µm) 1
1
0,5
H 2 0
0
0,8
1,0
2,0
5,0
10,0
Longueur d’onde incidente (µm)
1
0,5
CO 2
0
1,6
3,0
5,0
10,0
20,0
Absorption
Absorption

Longueur d’onde incidente (µm)

Figure 30.

Longueurs d'onde de flammes

CORPS GRIS et DIFFUSANT Φ /S= εσT 4 ε = α α+ρ+τ=1 I ox =I onormale

Sciences de l'ingénieur en incendie

42

3.5.5.2. Rayonnement des suies

Les suies (particules solides ou liquides constituées de carbone plus ou

moins halogéné formé au cours de la combustion) jouent un rôle fondamental

dans l'émission et la transmission/absorption du rayonnement thermique.

Elles suivent un spectre d’absorption continu complexe.

Lorsque les particules de suies sont petites devant la longueur de l’onde

incidente, on peut approcher ce spectre par la loi :

α ∝ 1 λ
α
∝ 1
λ

λ est la longueur d’onde incidente

Sinon, il faut prendre en compte des phénomènes complexes : réflexion

partielle, diffraction, absorption, transmission.

3.5.5.2. Rayonnement des suies Les suies (particules solides ou liquides constituées de carbone plus ou moins

Figure 31.

Suies en formation, vue microscopique /1/

3.5.5.3. Modélisation des milieux fluides

Approche analytique (très lourde)

  • - non linéarité des lois, notamment en température, associée à la forte turbulence au sein des flammes et des fumées modélisation locale instantanée

- lois spectrales d’absorption et d’émission très complexes

- milieu réactif : certains éléments ne sont pas à l’équilibre

thermodynamique local

- forte dépendance à la constitution chimique des produits et des suies

Par ailleurs, face à des combustibles et des conditions souvent mal connus

en conditions de terrain, un tel niveau de détail dans l'approche est inadapté

pour l'étude de risque.

Approche macroscopique (la plus courante en incendie)

- rayonnement des flammes : source d'émission globale

- rayonnement des fumées : milieu semi-transparent et gestion de la

quantité de suies

- comportement des parois et des matériaux solides : corps gris

diffusant.

3.5.5.2. Rayonnement des suies Les suies (particules solides ou liquides constituées de carbone plus ou moins

Sciences de l'ingénieur en incendie

43

3.5.5.2. Rayonnement des suies Les suies (particules solides ou liquides constituées de carbone plus ou moins

Sciences de l'ingénieur en incendie

44

3.5.6. Absorption/transmission dans les fumées

(macroscopique)

Milieu semi-transparent

x L =⋅ L exp( ∫ − K x dx ( ) ) λλ x 0
x
L
=⋅
L
exp(
K x dx
(
)
)
λλ
x
0
λ
0
émetteur luminance émise
récepteur luminance
volume de fumée traversé extinction
K λ ( x
)
x

reçue

  • L λ x

Figure 32.

Extinction du rayonnement par un milieu semi-transparent

L λ 0

Hypothèses

Corps gris (K indépendant de λ)

Milieu homogène (K indépendant de x) :

L

x

= τ

L

0

=

L

0

e

K x

Coefficient d’extinction K pour des fumées chargées en suies : aire spécifique

moyenne.

K dépend de la concentration en suies, c’est-à-dire :

  • - du volume de suies généré par le combustible,

  • - de la dilution occasionnée par le panache.

Le volume de suies généré est une caractéristique du combustible. Il

détermine l’aire spécifique moyenne (sur les longueurs d’onde) obtenue

expérimentalement /30/ :

3.5.6. Absorption/transm ission dans les fumées (macroscopique) Milieu semi-transparent x L =⋅ L exp( ∫ −

K = σ

cp

&

  • m p

&

V

&

  • m p

débit massique de pyrolyse [kg/s]

&

  • V débit volumique du panache [m 3 /s]

Taux de production de suies (/2/ §2.15)

σ cp = 7600 . ε
σ cp = 7600 . ε

ε = masse suies / masse combustible

3.5.6. Absorption/transm ission dans les fumées (macroscopique) Milieu semi-transparent x L =⋅ L exp( ∫ −

Sciences de l'ingénieur en incendie

45

3.5.7. Emission dans les fumées (macroscopique)

- Corps gris semi-transparent

  • - l’absorption est égale à l’émission : ε = α

  • - ce qui n’est pas transmis est absorbé :

τ = e

K x

 
 

et

α =

1

 

e