Vous êtes sur la page 1sur 24

FLN

«

8législatives du 4 mai

DJAMEL OULD ABBÈS L’A CONFIRMÉ :

ministres candidats aux

«

Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN) Djamel Ould Abbès a annoncé lundi à Alger que huit ministres, membres du parti ont présenté leurs dossiers de candi-

dature aux élections législatives prévues le 4 mai prochain.

P. 3

DK NEWS

QUOTIDIEN

NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 19° : ALGER 24° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
19°
: ALGER
24° : TAMANRASSET
p. 2

Mercredi 15 février 2017 - 18 Djumada Al-Oula 1438 - N° 1532 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-FRANCE

ALGÉRIE-OMT

MÉDIATION :

ALGÉRIE-MALI

ALGÉRIE-ESPAGNE

M.

Sellal reçoit

Lamamra :

GESTION ET MAÎTRISE

Le général-

M.

Emmanuel

DES RISQUES :

Macron

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu, lundi à Alger, M. Emmanuel Macron, en visite en Algérie, indique un communiqué des services du Premier ministre.

P. 24

M. Sellal reçoit le secrétaire général de l'Organisation mondiale du Tourisme

«L'Algérie n'identifie pas son action diplomatique à des agendas nationaux étroits»

«Le niveau de technicité» de la Protection civile algérienne

salué

en Espagne

pour une

visite de

travail

P. 24

P. 24

major Hamel

P. 24

P. 24

AU 5 E SOMMET GOUVERNEMENTAL MONDIAL À DUBAI

M. Babaammi présente la stratégie algérienne pour diversifier son économie

Le ministre des Finances Hadji Babaammi a présenté, mardi à Dubai à l'occasion de sa participation au 5e Sommet gouvernemental mondial, la stratégie adoptée par l'Algérie en vue de diversifier son économie, a indi- qué un communiqué du ministère. Cet exposé a eu lieu lors d'une réu- nion restreinte des ministres des Finances arabes, organisée en marge de ce sommet et consacrée à la pro- blématique de la diversification éco- nomique des pays exportateurs des hydrocarbures face à la baisse des prix du pétrole. En marge du som- met, le ministre des Finances a eu aussi des entretiens avec certains de ses homologues de pays arabes, avec lesquels il a été procédé à un échange de vues sur la situation économique mondiale et ses répercussions sur les économies de la région, souligne la même source.

P. 5

les économies de la région, souligne la même source. P. 5 PUBLICITÉ Protocole d'accord Tassili Airlines-Anep

PUBLICITÉ Protocole d'accord Tassili Airlines-Anep

P. 4

Protocole d'accord Tassili Airlines-Anep P. 4 RESSOURCES EN EAU Tindouf : M. Ouali souligne la nécessaire

RESSOURCES EN EAU

Tindouf :

M. Ouali souligne la nécessaire sécurisation de la région en eau potable

P. 3

P. 4

MARCHÉS

INFORMELS :

Apparition de 44 nouveaux sites en 2016

P. 5

SANTÉ
SANTÉ
: Apparition de 44 nouveaux sites en 2016 P. 5 SANTÉ Epilepsie Su sport pour calmer
Epilepsie Su sport pour calmer les crises P.p 12-13
Epilepsie
Su sport
pour calmer
les crises
P.p 12-13

HISTOIRE

70 E ANNIVERSAIRE DE CRÉATION DE L'OS (1947-1950)

L'efficacité du mode opératoire de l'OS à l'origine de son adoption dès le déclenchement de la Révolution

P. 17

F TBALL LIGUE 1 MOBILIS (21 E JOURNÉE) : MCA-ESS le vendredi 24 février au
F
TBALL
LIGUE 1 MOBILIS
(21 E JOURNÉE) :
MCA-ESS
le vendredi
24 février au stade
du 5-Juillet
P. 21
MDN
MDN

LUTTE CONTRE

LE TERRORISME

6 casemates pour terroristes

détruites

dimanche

à Boumerdès

P. 3

MDN LUTTE CONTRE LE TERRORISME 6 casemates pour terroristes détruites dimanche à Boumerdès P. 3

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mercredi 15 février 2017 D’ EIL Horaires des prières Mercredi 17

2 DK NEWS

Mercredi 15 février 2017

D’ EIL

Horaires des prières

Mercredi 17 djumada-al-oula

Mercredi 17 djumada-al-oula
Mercredi 17 djumada-al-oula
Fajr 06:01 Dohr 13:02 Asr 16:04 Maghreb 18:33 Isha 19:53
Fajr
06:01
Dohr
13:02
Asr
16:04
Maghreb
18:33
Isha
19:53

DGSN Le général-major Abdelghani Hamel en visite de travail en Espagne

nouveaux, la consolidation du parte-

nariat en matière de formation dans les sciences criminalistiques et l’examen de plusieurs sujets d’intérêt commun. Le DGSN, aura des entretiens avec

plusieurshautsresponsables,notam-

ment avec son homologue, le Directeur général de la police nationale espa- gnole, afin d'examiner les moyens de renforcer les relations bilatérales en- tre les polices des deux pays qui connaissent ces dernières années un développement notable.

Lire p. 24

À l'invitation de son homologue espagnol, M. German Lopez Iglesias, le général-major Abdelghani Hamel, Directeur général de la Sûreté natio- nale, effectue depuis hier, une visite de travail en Espagne, à la tête d’une dé- légation composée de cadres supé- rieurs de la Sûreté Nationale. Cette vi- site qui s'inscrit dans le cadre du ren- forcement de la coopération entre les policesdesdeuxpays,viseàl’échange d’expériences en matière de lutte contre le crime organisé et les crimes

en matière de lutte contre le crime organisé et les crimes MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID Commémoration

MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID

Commémoration de la Journée nationale du chahid

MOUDJAHID Commémoration de la Journée nationale du chahid Le musée national du moudjahid, organise cet après-midi

Le musée national du moudjahid, organise cet après-midi à partir de 14h, une conférence historique à l’occasion de la commémora- tion de la Journée nationale du chahid.

ARTS ET CULTURE Exposition dédiée à Abane Ramdane

L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, organise jusqu’au 21 février à l’espace des activités culturels Abane, une exposition dé- diée à l’un des héros de la guerre de libération Abane Ramdane.

des héros de la guerre de libération Abane Ramdane. COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA Vernissage de l’exposition

COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA

Vernissage de l’exposition de Djamel Gouraya et Saâd Djihad Attia

Le Complexe culturel de l'artiste Ab- delwahab-Salim de Chenoua (wilaya de Tipasa), organise cet après-midi à partir de 15h, le vernissage de l'exposition d'arts plastiques des artistes peintres Djamel Gouraya et Saâd Djihad Attia. L'exposition se poursuivra jusqu'au 28 février.

4 DU 27 AU 29 MARS AU CIC

Forum de l’industrie algérienne

Sous le thème «Perspectives In- dustrielles», le Forum de l’industrie algérienne se tiendra du 27 au 29 mars 2017 au Centre international de conférences (CIC) d’Alger. Il comp- tera plus de 2000 chefs d’entreprises, responsables politiques, experts en économie, organismes étatiques et or- ganisations patronales. Le premier dans sa catégorie alliant les principaux acteurs des filières éco- nomico industrielles, les personnalités étatiques, les experts économiques et les présidents des confédérations patronales qui viendront dans un climat d’échange, apporter leur contribution au développement de l’Algérie. Lors de ce forum, un dialogue sera instauré entre les différentes composantes de l’économie nationale afin de traiter les failles persistantes de l’industrie et élaborer un plan de travail durable et efficace qui pourra accompagner la politique économique nationale vers ses objectifs de croissance et de développement. En plus des conférences et débat le forum comprendra une exposi- tion internationale ouverte pour les industriels qui contri- bueront à la présentation, la valorisation et l’innovation des produits et des technologies. Organisé en partenariat avec les groupes Cévital, Condor, Amor Benamor et ETRHB Haddad, ce forum offrira une tribune neutre aux chefs d’entreprises à caractère industriel qui essayeront de converger leurs in- térêts pour relever le défi d’une Algérie exportatrice.

pour relever le défi d’une Algérie exportatrice. CONSEIL DE LA NATION Installation aujourd'hui des
pour relever le défi d’une Algérie exportatrice. CONSEIL DE LA NATION Installation aujourd'hui des
CONSEIL DE LA NATION Installation aujourd'hui des responsables de structures renouvelées Le Conseil de la
CONSEIL DE LA NATION
Installation aujourd'hui
des responsables de
structures renouvelées
Le Conseil de la
nation tiendra au-
jourd'hui une
séance plénière qui
sera consacrée à
l'installation des
responsables de ses
structures renouve-
lées récemment au
niveau des groupes
parlementaires, in-
dique hier un com-
muniqué de la
chambre haute du
parlement. La
séance se tiendra à
9H30, a précisé la
même source.
Météo
Max
Min
Alger
17°
08°
Oran
19°
07°
Annaba
17°
08°
Béjaïa
18°
08°
Tamanrasset
25°
10°
UNIVERSITÉ DE BOUMERDÈS
4
Séminaire sur la
formation en métiers
du multimédia
et d’internet
Dans le cadre de la réalisation du projet de co-
construction d’une offre de formation à finalité
d’employabilité élevée (COFFEE), du programme
Erasmus+, financé par l’Union européenne,
l’université M’hamed Bougara de Boumerdès or-
ganise à la faculté des sciences, un séminaire sur
les métiers du multimédia et d’internet, animé
par des professeurs de l’université de Montpel-
lier (France).
LE 18 FÉVRIER AU SHERATON
Exposition
de l'entreprise
malaisienne EdMark
L'entreprise interna-
tionale d'origine malai-
sienne Ed Mark, organise
une exposition pour pré-
senter ses produits, sa-
medi 18 février à l'hôtel
Sheraton d'Alger.

LE 19 FÉVRIER À L’INESG Table ronde sur «La greffe des cellules souches»

Dans le cadre de ses activités scien- tifiques, l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG) organise dimanche 19 février à partir de 13h45, unetablerondeayantpourthème:«La greffe des cellules souches : une mé- decine régénératrice et réparatrice :

souches : une mé- decine régénératrice et réparatrice : quelles perspectives pour l’Algérie ?», animée par

quelles perspectives pour l’Algérie ?», animée par le profes- seur Kamal Sanhadji.

DEMAIN SUR LA CHAÎNE 1

Les dangers du dépassement à droite en débat

LA CHAÎNE 1 Les dangers du dépassement à droite en débat L'émission radio dédiée à la

L'émission radio dédiée à la Sécu- rité routière "Li Amnikoum", animée chaque jeudi sur les ondes de la Chaîne 1 par des cadres de la Sûreté nationale, sera consacrée demain de 16h à 17h, aux dangers liés au dépassement sur la droite.

16h à 17h, aux dangers liés au dépassement sur la droite. PALAIS DES EXPOSITIONS Atelier sur

PALAIS DES EXPOSITIONS Atelier sur «La valorisation des déchets»

En marge de la 13e édition du salon SIEE-Pollutec 2017, L’Agence nationale des déchets, organise ce matin à partir de 10h, à la salle des congrès de la Safex (Palais des Expositions, Pins-Maritimes), un atelier qui aura pour thème «La valorisation des déchets, efficacité économique et environnementale».

DEMAIN AU PALAIS DE LA CULTURE

16 e Salon «Talents et Emploi»

La 16e édition du salon "Ta- lents et Emploi " se tiendra du 16 au 18 février au Palais de la culture Moufdi-Zakaria à Alger et réunira plusieurs entreprises et secteurs confondus. Ce salon de trois jours constitue un "espace privilégié" de rencontres entre recruteurs et demandeurs d'emplois et où des offres d'emplois et mé- tiers divers seront proposés, offrant ainsi une précieuse opportunité de contacts entre demandeurs d'emplois et recruteurs. Devenue une tradition, la participation des entreprises au salon "Talents et Emploi", leur permet- tra d'actualiser et élargir leurs bases de données pour da- vantage d'efficacité dans le recrutement des compétences. Sa régularité, la pertinence de ses ciblages, sa forte mé- diatisation font de ce rendez-vous, l'espace qui répond aux besoins, parfois urgents, des entreprises pour la réa- lisation de leurs objectifs stratégiques. Les entreprises présentes comptent ainsi peser de tout leur poids, pour attirer les talents dans un marché marqué par la concur- rence, la mobilité et l'émergence de nouveaux métiers. Des mises à jour régulières sont postées sur le site www.talents-emploi.com et la page facebook de l'évène- ment https://www.facebook.com/talents.emploi.

sur le site www.talents-emploi.com et la page facebook de l'évène- ment https://www.facebook.com/talents.emploi.

Mercredi 15 février 2017

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

LÉGISLATIVES 2017 :

Installation des membres de la permanence d'Alger de la HIISE

Le membre de la commission permanente de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Tayeb Lahlali a procédé hier à l'installation des membres de la permanence d'Alger et la désignation du membre Idir Hassaine en tant que président de cette instance.

La permanence d'Alger, qui sera chargée de la surveillance du processus électoral lors des prochaines législatives prévues pour le 4 mai, est une ins- tance paritaire composée de 14 mem- bres, magistrats et représentants de la société civile. M. Lahlali, chargé de l'installation de toutes les permanences des wilayas du centre, a affirmé que la principale mis- sion de ces permanences était d'assu- rer une surveillance du processus élec- toral, à commencer par la révision des listes électorales tout en s'assurant du respect de la loi par les candidats notam- ment pour ce qui est de l'interdiction de l'utilisation des moyens de l'Etat durant tout le processus électoral. Le représentant de la HIISE a donné, à cet effet, des instructions aux mem- bres de la permanence quant à l'impé- ratif de veiller à la régularité de l'opé- ration de révision des listes électorales et de s'assurer qu'aucun candidat inter- dit ne se présente. Il a souligné la nécessité pour les can- didats de respecter toutes les mesures organiques de la campagne électorale, notamment celles liées à «l'utilisation des moyens de l'Etat dont le transport

des moyens de l'Etat dont le transport et les sièges» durant cette période, ainsi que la

et les sièges» durant cette période, ainsi que la signalement des «dépasse- ments enregistrés» dans ce cadre. La décision d'installation des mem- bres de cette permanence intervient en application des instructions du prési- dent de la HIISE, Abdelwahab Derbal,

à l'issue de la réunion de la commission permanente de la HIISE, en vue d'orga- niser l'opération de déploiement des permanences de wilaya, qui prendra fin

le 16 février, suite à la publication du dé- cret présidentiel portant convocation du corps électoral pour les prochaines lé- gislatives. Le président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika avait signé le 4 février le décret présidentiel portant convocation du corps électoral pour l'élection des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN), le jeudi 4 mai 2017, annonçant ainsi le lance- ment de l'opération électorale pour le renouvellement des membres de la chambre basse du parlement. La HIISE, composée de 410 membres dont 205 magistrats proposés par le Conseil supérieur de la Magistrature et 205 compétences indépendantes choi- sies parmi la société civile, a tenu sa pre- mière réunion le 22 janvier dernier. Elle «veille à la transparence et à la probité des élections présidentielles, lé- gislatives et locales et du référendum, depuis la convocation du corps électo- ral jusqu'à la proclamation des résultats provisoires du scrutin». Elle dispose de larges attributions dont celle de de-

mander au Parquet la réquisition de la force publique ou de le saisir de faits constatés susceptibles de revêtir un caractère pénal.

FLN :

Ould Abbès : huit ministres candidats aux législatives du 4 mai

Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN) Djamel Ould Abbès a annoncé lundi à Alger que huit ministres, membres du parti ont présenté leurs dossiers de candidature aux élections législatives prévues le 4 mai prochain. Il a précisé dans une conférence de presse à l'issue de l'installation de la commission nationale du parti du FLN chargée de l'étude des dossiers de can- didature, que «huit ministres du gou- vernement actuel qui sont également des responsables au sein du parti», ont déposé leurs dossiers de candidature aux prochaines élections législatives dans leurs wilayas», soulignant que le nombre «est appelé à augmenter dans les prochains jours». Il s'agit, a-t-il indiqué, du ministre des Transports et des Travaux publics Boudjemaa Talai, du ministre de la Santé, de la Population et de la Ré- forme hospitalière Abdelmalek Boudiaf, de la ministre des Relations avec le Parlement Ghania Eddalia, du ministre de l'Aménagement territorial, du Tou- risme et de l'Artisanat Abdelouahab Nouri, du ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche Abdeslam Chelghoum, du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Re- cherche scientifique Tahar Hadjar, du ministre des Ressources en eau et de

l'environnement Abdelkader Ouali et de

la ministre déléguée auprès du minis-

tre du Tourisme et de l'Artisanat Aicha

Tagabou. Concernant les rumeurs qui circu- lent sur la candidature du Premier mi- nistre Abdelmalek Sellal en tête de

liste du parti pour la wilaya d'Alger, M. Ould Abbes précisé que «M. Sellal n'a pas présenté sa candidature jusque-là mais

il est le bienvenu s'il se porte candidat

sur la liste du FLN».

«La responsabilité du Premier minis- tre est liée à l'autorité suprême du pays représentée par le président de la Ré- publique M. Abdelaziz Bouteflika», a-t-

il encore précisé. M. Ould Abbès a rappelé que le FLN

a enregistré jusque là «6 228 candi-

dats dans 48 wilayas». «Nous n'accepterons pas le blan- chiment d'argent ou l'argent sale qui avait terni l'image du parti», a-t-il dit ajoutant que la commission des candi- datures «sélectionnera les candidats dans la transparence et la démocratie». «Nous n'accepterons pas, au sein du FLN, la candidature de ceux qui ont porté atteinte au président de la Répu- blique Abdelaziz Bouteflika», a-t-il martelé. Après avoir affirmé que le prési- dent de la Haute instance indépen- dante de surveillance des élections Ab-

instance indépen- dante de surveillance des élections Ab- delouahab Derbal était «un homme sincère et rigoureux

delouahab Derbal était «un homme sincère et rigoureux dans son travail», M. Ould Abbès a appelé les partis poli- tiques qui comptent participer aux prochaines législatives «à charger leurs militants et leurs élus de surveiller l'opération électorale au niveau des bureaux de vote». La commission de l'étude des dos- siers de candidature du FLN qui compte 25 membres, achèvera son travail le 21 février, les listes définitives des candi- dats du parti devant être connues le 6 mars.

REBAINE :

Ahd 54 contre la politique du «siège vacant»

Le président du parti Ahd 54, Ali Fawzi Rebaine, a af- firmé hier à Alger que son parti était contre la poli- tique du «siège vacant» ap- pelant les citoyens à partici- per massivement aux légis- latives prévues le 4 mai. Lors d'une conférence de presse animée au siège de son parti, M. Rebaine a pré- cisé que sa formation poli- tique se préparait pour la campagne électorale, indi- quant que «Ahd 54 sera re- présenté au niveau de 25 ou

28 wilayas». M. Rebaine qui prévoit une campagne élec- torale «serrée» notamment avec la participation d'un nombre considérable de listes et de partis, a appelé les citoyens à voter pour des personnes «compétentes qui aiment leur pays». Par ailleurs, il a déploré les «obstacles que rencon- trent certains partis partici- pant à ces élections, notam- ment l'exigence d'avoir déjà obtenu 4% de voix lors des élections législatives précé-

dentes. Selon la loi orga- nique portant régime élec- toral, chaque liste de candi- dats présentée, soit sous l'égide d'un ou de plusieurs partis politiques, soit au ti- tre d'une liste indépendante, doit être parrainée soit par les partis politiques ayant obtenu plus de 4% des suf- frages exprimés lors des élections législatives précé- dentes ou par les partis ayant au moins 10 élus au niveau de la circonscription électo- rale dans laquelle la candi-

dature est présentée. Dans le cas où une liste de candi- dats est présentée au titre d'un parti politique ne rem- plissant pas l'une des deux conditions citées, ou au titre d'un parti qui participe pour la première fois aux élec- tions ou lorsqu'une liste est présentée au titre d'une liste indépendante, elle doit être appuyée, au moins, par 250 signatures d'électeurs de la circonscription électorale concernée pour chaque siège à pourvoir.

TINDOUF :

M. Ouali souligne la nécessaire sécurisation de la région en eau potable

Le ministre des Ressources en eau et de l’Environ- nement, Abdelkader Ouali, a mis l’accent, hier à Tin- douf, sur la nécessité de sécuriser la région en matière d’approvisionnement en eau potable (AEP). "Il est nécessaire d’œuvrer à sécuriser la région en matière d’approvisionnement en eau potable, en tenant compte des aspects de la production, de stockage et de distribution de l’eau, en vue d’une gestion rationnelle de cette ressource vitale", a souligné le ministre lors de l’inspection d’un chantier de réalisation d’un forage au champ de captage de Hassi Abdallah. Sur site, M. Ouali a souligné également la nécessité d’hâter l’achè- vement des travaux des quatre forages en cours de réa- lisation, dont celui de Hassi Abdallah, pour lesquels a été allouée une enveloppe de 150 millions DA. "Ces forages permettront, une fois opérationnels, d’offrir cette année une capacité de plus de 17.000 m3

d’eaux", a-t-il assuré, avant de se féliciter du taux de rac- cordement au réseau d’AEP de 98%, atteint dans la wi- laya de Tindouf. Après avoir appelé les responsables du secteur à dé- ployer davantage d’efforts pour atteindre les objectifs escomptés et visant à assurer une alimentation en eau potable 24/24 heures, le ministre s’est enquis, à la lu- mière d’un exposé de l’Agence nationale des res- sources hydriques (ANRH), de la situation et des pers- pectives des ressources en eau, ainsi que de la 3ème phase du plan directeur de l’eau potable et des eaux usées exposé par le bureau d’études "Sidat". Une enveloppe de 9,6 millions DA a été consacrée

à la réalisation d’une étude, en cours, liée au réseau d’alimentation en eau potable de la wilaya de Tindouf, susceptible de contribuer à l’amélioration de la situa- tion du réseau affecté par la salinité élevée caractéri- sant l’eau potable de la région, selon ce plan directeur. Le ministre des Ressources en eau a procédé, dans ce cadre, à la pose de la première pierre pour la réa- lisation d’une canalisation d’adduction de l’eau à partir du champ de captage de Hassi Abdallah pour une enveloppe de 400 millions DA. Il a indiqué que ce projet, reliant le champ de cap- tage de Hassi Abdallah à la station de déminéralisation de l’eau potable de Tindouf, permettra d’assurer un ap- provisionnement régulier en eau potable et la lutte contre les infiltrations et déperditions de l’eau.

M. Ouali a, sur site, appelé à accélérer les chantiers

pour livrer le projet dans les délais impartis, à réno- ver les différents réseaux raccordant les forages aux sta-

tions de pompage et de distribution, en vue de sécu- riser la distribution de l’eau et éviter les déperditions.

LUTTE CONTRE

LE TERRORISME

6 casemates pour terroristes détruites dimanche à Boumerdès (MDN)

Six (6) casemates pour terroristes à Boumerdès et une mine de confection artisanale à Bordj Bou-Arré-

ridj ont été détruites dimanche par des détachements de l'Armée nationale populaire (ANP), a indiqué hier le ministère de la Défense nationale (MDN), dans un communiqué. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détache- ment combiné de l'Armée nationale populaire a détruit le 12 février 2017, à Boumerdés/1° RM, six (06) casemates pour terroristes, tandis qu'un autre détachement a dé- couvert et détruit une mine de confection artisanale

à Bordj Bou Arreridj /5 °RM», précise le MDN. «Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des éléments de la Gendar- merie nationale et des Gardes-frontières ont saisi à Tlemcen /2° RM (130) kilogrammes de kif traité, tan- dis que des éléments des Gardes-frontières de Béni Ou- nif, wilaya de Béchar /3° RM ont saisi une autre quan- tité de (26,240) kilogrammes», ajoute la même source. «D'autre part, des détachements de l'ANP et des élé- ments de la Gendarmerie nationale ont arrêté, dans des opérations distinctes menées à Tlemcen, Béchar, Adrar, Djanet et In Guezzam, deux (02) contrebandiers et (32) immigrants clandestins de différentes nationa- lités africaines et ont saisi aussi deux véhicules tout- terrain, (700) grammes de dynamite, trois (03) détec- teurs de métaux, cinq (05) groupes électrogènes, deux (02) marteaux piqueurs et un téléphone satelli- taire», conclut le MDN.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Mercredi 15 février 2017

MARCHÉS INFORMELS:

Apparition de 44 nouveaux sites en 2016

MARCHÉS INFORMELS: Apparition de 44 nouveaux sites en 2016 Pas moins de 44 nouveaux marchés informels

Pas moins de 44 nouveaux marchés informels ont fait leur apparition en 2016 alors que 1.035 avaient été éradiqués depuis le lancement de l'opération de lutte contre ces sites commerciaux illégaux en août 2012, indique un rapport du ministère du Com- merce dont l'APS a obtenu une copie. Sur les 1.412 marchés informels qui existaient avant 2012, plus de 73% ont été éradiqués en qua- tre ans, soit 1.035 sites illégaux, indique le même rap- port qui souligne que parmi les 49.856 intervenants qui activaient dans ces marchés, 21.239 commerçants ont été réinsérés dans le circuit commercial légal, soit 42%. Pour rappel, le ministère de l'Intérieur et des col- lectivités locales avait lancé en août 2012, en colla- boration avec le ministère du Commerce, une large opération d'éradication des marchés infor- mels. En parallèle, de nombreuses mesures destinées

à la résorption de ce commerce illégal ont été prises dont la réalisation de centaines de projets de marchés de proximité et de marchés couverts. Ainsi, une enveloppe de 12 milliards de DA a été

dédiée à la réalisation de 783 marchés de proximité relevant du ministère de l’Intérieur et des collec- tivités locales. Jusqu'à fin 2016, 635 marchés de proximité ont été réceptionnés mais dont 242 marchés affectés mais non opérationnels et 163 non encore affectés alors que 148 unités restent à réaliser. Si des marchés sont restés non opérationnels, cela s'explique généralement par le refus d'inter- venants de s'y installer du fait de l'exiguïté des lo- caux et de l'éloignement de ces marchés des zones urbaines et commerciales, explique la même source. Il s'agit aussi de la non affectation des locaux aux propriétaires par les APC, de l'abandon de lo- caux par les bénéficiaires, de non achèvement de l’aménagement extérieur (électricité et eau) et de l'inadéquation de la superficie du local avec certaines activités commerciales. Concernant le projet de réalisation de mar- chés couverts par le ministère du Commerce, il pré- voyait initialement la réalisation de 291 de ce type de marchés pour une enveloppe financière de 10 milliards de DA. «Ce projet a été mis en place pour, notamment, améliorer les circuits de distribution des produits de large consommation et rapprocher les citoyens des centres d'approvisionnement en ces produits», souligne le rapport. Mais suite au gel ou à l'annulation de projets d'équipements publics, le nombre de projets de réa- lisation des marchés couverts, au niveau national, est passé de 291 à 80 marchés, lit-on dans le rapport. Jusqu'à fin 2016, le nombre de marchés couverts réceptionnés a été de 21 seulement: 11 à Mascara (dont 2 opérationnels), quatre (4) à Blida, trois (3)

à Constantine, deux (2) à Nâama et un (1) à Bouira.

PUBLICITÉ :

Protocole d'accord Tassili Airlines-Anep dans le domaine de la publicité

Le compagnie de transport aérien Tassili Airlines (TAL) et l'Entreprise nationale de communication, d'édition et de publicité (Anep) ont signé hier Alger un protocole d'accord de partenariat pour l'exploitat ion des supports et espaces publicitaires dont dispose cette compagnie aérienne.

Le protocole d'accord a été si- gné entre le P-dg de TAL, Belkacem Har- chaoui, et son homologue de l'Anep, Dja- mel Kaouane, en présence notamment du ministre de la Communication, Hamid Grine. Cet accord de partenariat consiste à mutualiser les ressources de ces deux en- treprises publiques pour l'exploitation des différents supports publicitaires de TAL sur le plan national et international, et la concrétisation des opportunités de la communication tels l'édition et l'impres- sion, la signalétique, le marketing ainsi que l'évènementiel. Dans ce sens, TAL assurera à l'Anep, dans une première étape, la diffusion des produits publicitaires à travers les écrans installés à bord de ses aéronefs des lignes nationales et internationales, et d'autres supports publicitaires telles la re- vue de cette compagnie aérienne servie à ses passagers.

Lors de la cérémonie de signature de cet accord, M. Grine a appelé les entre- prises, notamment publiques, à cibler les

les entre- prises, notamment publiques, à cibler les sociétés de communication répondant aux critères de

sociétés de communication répondant aux critères de l'expérience, de la compétiti- vité et de compétence à l'instar de l'ANEP pour établir des partenariats dans la com- munication et la publicité. Dans ce sillage, il a relevé que son dé- partement ministériel appelait, depuis plus de deux années, les entreprises pu- bliques et l'ANEP à établir des contrats dans le cadre du principe gagnant-ga- gnant, à créer des synergies et à mutua- liser leurs moyens en matière de la com- munication. Il a ainsi souhaité que l'accord TAL- Anep soit un exemple de référence pour les autres entreprises publiques afin qu'elles engagent des contrats avec l'Anep. «Je ne demande pas un régime de fa- voritisme, mais d'exiger, sans aucune appartenance, les critères de compétiti- vité, d'expérience et de compétence aux- quelles l'Anep répond», a-t-il soutenu. Le ministre s'est d'ailleurs interrogé quant aux raisons qui font que seule-

ment un nombre infime d'entre- prises publiques se soit engagé avec l'Anep pour établir des contrats dans le domaine de la communication alors que d'autres confient leurs marchés à des en- treprises de communication moins compétitives. De son côté, le P-dg de l'Anep a indiqué que la publicité sur les écrans à bord des avions de TAL était une priorité dans cet accord de partenariat, tout en relevant la disponibilité de l'Anep à proposer ses services à toutes les entreprises privées et publiques et à mettre à leur disposition son expérience, ses moyens ainsi que les compétences de ses cadres. Pour sa part, le P-dg de TAL a fait valoir que sa compa- gnie avait opté pour l'Anep pour prendre en charge toutes ses opérations de com- munication en utilisant des écrans et la re- vue de bord, et ce, sur la base des critères de compétitivité dont jouit cette entreprise publique de publicité. Pour rappel, TAL assure des lignes domestiques ainsi que cinq (5) dessertes internationales vers la France (Paris, Strasbourg, Marseille, Nantes, et Lyon) et compte ouvrir, durant le premier tri- mestre 2017, une ligne Alger-Nouakchott via Tindouf. Possédant une flotte de 12 aéronefs de divers types, cette compagnie a été créée en 1998 dans le cadre d'une joint-venture entre Sonatrach et la compagnie Air Algé- rie, avant de devenir une filiale à 100% de ce groupe pétrolier national depuis 2005.

à 100% de ce groupe pétrolier national depuis 2005. Le ministre de la Formation et de

Le ministre de la Formation et de l'En- seignement professionnels, Mohamed Mebarki, a affirmé lundi à la Nouvelle Ville Sidi Abdellah (Alger) que son départe- ment ministériel s'orientait vers la création de nouvelles spécialités dans le domaine des TIC afin de s'adapter à l'économie nu- mérique. S'exprimant en marge d'une vi- site de travail dans les wilayas de Tipasa et d'Alger, le ministre a indiqué que «la nou- velle politique du gouvernement vise à do- ter le secteur de la formation profession- nelle de nouvelles spécialités en adéqua- tion avec la révolution technologique que connaît le monde dans le but de fournir une main d'oeuvre qualifiée qui puisse contribuer au développement de l'écono- mie numérique du pays». Le numérique est la nouvelle révolution économique et tous les secteurs écono- miques doivent s'y intégrer, a ajouté le mi- nistre, indiquant que cette nouvelle révo- lution engendrera «la disparition d'anciens métiers et l'apparition de nouveaux mé-

tiers, d'où la nécessité de s'y préparer à tra- vers la formation».

Le secteur de la formation s'oriente vers de nouvelles spécialités dans les TIC pour s'adapter à l'économie numérique

Le secteur s'oriente vers «les métiers en relation avec les TIC, le numérique et au- tres» a fait savoir M. Mebarki, indiquant

que son département ministériel s'attelait

à ouvrir de nouvelles spécialités au niveau

des différents instituts que comptent le pays. Fournir une main-d'oeuvre qualifiée dans ces nouveaux métiers contribuera lar- gement au développement des entre- prises économiques et sociales du pays, et pourrait constituer une alternative aux hy- drocarbures, a-t-il souligné. Le ministère a procédé, dans ce sens,

à la création de centres d'excellence de for- mation professionnelle dans les nouvelles spécialités en vue d'adapter la formation aux besoins du secteur économique. Cette démarche vise, selon le ministre,

à assurer à la ressource humaine une

formation spécialisée et stratégique d'ex- cellence à travers la signature de conven- tions de partenariat avec des secteurs d'activités et des entreprises publiques, pri- vées et étrangères. Plusieurs centres d'excellence ont été ouverts à travers les différentes wilayas du pays dont celui, créé en septembre 2016, spécialisé dans le domaine de l'énergie et

ceux spécialisés dans les domaines du bâtiment et des travaux publics et de

l'agriculture, ainsi que le centre prévu pour la session de février courant à Bou Ismaïl (Tipasa) spécialisé dans les TIC et la télé- phonie. A cette occasion, le ministre a

procédé à la signature d'une convention de partenariat entre la direction de la for- mation professionnelle de Tipasa et l'en- treprise publique de production des appa- reils électroniques portant dotation du cen- tre de Bou Ismaïl en appareils informa- tiques. Le ministre de la Formation et de l'En- seignement professionnels avait entamé

sa visite dans la wilaya de Tipasa par l'ins- pection de plusieurs installations rele- vant de son secteur à Cherchell et Hadjout avant de se rendre au centre d'appels d'Algérie Télécom qui organise des ses-

sions de formation dans plusieurs spécia- lités à l'instar des fibres optiques et de té- léphonie. Le ministre a ensuite effectué une visite d'inspection à l'agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques à la nouvelle ville de Sidi Abdallah où des explications lui ont été fournies sur les dernières technologies ac- quises par l'entreprise de téléphonie mo- bile «Huawei» en matière de télécommu- nication et de plateformes numériques.

95% des agences de communication n’ont aucune relation avec le secteur

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a estimé lundi à Tissemsilt que 95% des agences de communication et de publicité ac- tivant à l’échelle nationale «n’ont aucune re- lation avec la communication, le marketing et encore moins avec la publicité». En marge de la célébration de la journée mondiale de la Radio, le ministre a souligné, lors d’un point de presse, qu’ «il existe plus de 5.000 agences de communication et de publi- cité à l’échelle nationale alors que dans les faits 95% d’entre elles n’ont aucune relation avec la communication, le marketing et encore moins avec la publicité». «Nous sommes face à un secteur marqué par l’anarchie», a ajouté le ministre, rappelant que son département «s’attelle, depuis plus d’une année et demi, à organiser le secteur,

depuis plus d’une année et demi, à organiser le secteur, avec les spécialistes». Il a précisé

avec les spécialistes». Il a précisé que «les pro- jets de textes règlementaires concernant la pu- blicité sont prêts et seront soumis au prochain Parlement».

Par ailleurs, Hamid Grine a estimé que les sessions de formation, initiées par son dépar- tement depuis 2014, ont permis de réduire les cas de diffamation. «Nous sommes sur la bonne voie. Nous avons atteint le stade de la responsabilité», s'est-il félicité. A ce propos, il a rappelé que 40 sessions de formation ont été organisées au profit des jour- nalistes, ce qui représente 70% du programme de son ministère portant formation et recy- clage des journalistes. Concernant la création de chaines de ra- dios privées, le ministre a précisé que cette question n’est pas à l’ordre du jour. Par contre, il a précisé que l’octroi des agré- ments définitifs des chaines de télévisions pri- vées sera achevé après les prochaines élections législatives et ce, dans le cadre des missions

dévolues à l’Autorité de régulation de l’audio- visuel (ARAV). Par ailleurs, Hamid Grine a insisté sur «l’ob- jectivité, le professionnalisme et la crédibilité» dont doivent faire preuve les chaines pri- vées devant couvrir les prochaines élections législatives. Il a également invité les médias à s’intéres- ser à la culture, estimant que «la culture sans les médias ne peut émerger et réussir». Enfin, concernant la journaliste d’une chaine de télévision privée, blessée par balles lundi dans la ville irakienne de Mossoul, Ha- mid Grine a assuré avoir pris attache avec le directeur de cette chaine pour s’enquérir de l’état de santé de la victime, déplorant ce qui est arrivé à cette journaliste algérienne.

APS

Mercredi 15 février 2017

COOPÉRATION

DK NEWS 5

FINANCES

M. Babaammi présente

à Dubaï la stratégie algérienne pour diversifier son économie

BANQUE MONDIALE

La réduction de l’effort de pêche mondial pourrait générer 83mds de dollars de gains

La réduction de l’effort de pêche mondial permettrait de re- constituer des stocks de poissons aujourd’hui surexploités en générant une rentabilité importante, a indiqué hier la Banque mondiale. Dans un nouveau rapport sur le secteur de la pêche dans le monde, la BM chiffre à 83 milliards de dollars les gains supplé- mentaires que pourrait générer le secteur de la pêche, avec, à la clé, une source de revenu plus que bienvenue dans les pays en développement et une plus grande sécurité alimentaire dans le monde. Selon cette nouvelle publication, qui s’intitule "The Sunken Billions Revisited", actualisant une précédente étude parue en 2009, "la réduction de l’effort de pêche mondial permettrait de reconstituer des stocks de poissons aujourd’hui surexploités et d’accroître le poids, la valeur et le prix des prises". "Cette étude confirme ce que nous avons pu observer dans différents contextes nationaux: réduire la pression sur les océans, ça paye", indique Laura Tuck, vice-présidente de la BM pour le développement durable. "Une gestion plus durable de la pêche, mise en œuvre selon des modalités adaptées aux conditions locales, peut procurer des gains considérables sur le plan de la sécurité alimentaire, de la réduction de la pauvreté et de la croissance à long terme" relève-t-elle. L’étude souligne le déséquilibre entre les moyens mis en œu- vre dans les activités de pêche, toujours plus élevés, et le niveau des prises, en stagnation voire en déclin, et calcule les gains sup- plémentaires que pourrait générer une réforme globale de la pêche. Cette analyse révèle un manque à gagner économique d’environ 83 milliards de dollars en 2012, par rapport à un scé- nario optimal. Ce résultat n’est pas statistiquement différent de l’estimation établie pour l’année 2004, qui a été revue à la hausse après l’étude de 2009 entre 50 et 88 milliards de dol- lars. Les deux estimations soulignent l’urgence de la réforme et l’importance des gains économiques que pourrait procurer une gestion plus durable des pêches dans le monde, précise la BM. Si le rapport plaide vigoureusement pour la nécessité d’in- vestir dans la reconstitution des réserves halieutiques, il ne pro- pose pas un chemin de réforme unique. De fait, les efforts entrepris dans les différents pays montrent qu’il est possible de réduire la surpêche grâce à des réformes adaptées au contexte local et qui permettent, au bout du compte, d’améliorer les moyens de subsistance des populations côtières et de sécuriser leurs emplois. La réduction de l’effort de pêche mondial permettrait éga- lement au processus biologique d’inverser le déclin durable des stocks de poissons observé dans de nombreuses régions du globe, explique la BM. Environ 90 % des stocks de poissons qui font l’objet d’un suivi par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agri- culture (FAO) sont pleinement exploités ou surexploités, contre 75% en 2005. Au problème de la surpêche, s’ajoutent en outre ceux de la pollution, du développement des littoraux et des effets du chan- gement climatique.

Le ministre des Finances Hadji Babaammi a présenté, hier à Dubaï à l'occasion de sa participation au 5e Sommet gouvernemental mondial, la stratégie adoptée par l'Algérie en vue de diversifier son économie, a indiqué un communiqué du ministère.

Cet exposé a eu lieu lors d'une réunion restreinte des ministres des Finances arabes, organisée en marge de ce sommet et consacrée à la problématique de la diversi- fication économique des pays ex- portateurs des hydrocarbures face à la baisse des prix du pétrole. En marge du sommet, le mi- nistre des Finances a eu aussi des entretiens avec certains de ses homologues de pays arabes, avec lesquels il a été procédé à un échange de vues sur la situation économique mondiale et ses ré- percussions sur les économies de la région, souligne la même source. Les relations bilatérales et les voies et moyens à mettre en £uvre en vue de les raffermir, de les consolider et de les développer ont également été au centre des entretiens, précise-t-on. M. Babaammi, ajoute le com- muniqué, a également rencontré certains responsables des institu- tions financières internationales et régionales. Le ministre qui était accompa- gné du gouverneur de la Banque d'Algérie Mohamed Loukal, a aussi rencontré le gouverneur de la Banque Centrale des Emirats arabes unis. Le 5e Sommet gouvernemen- tal mondial qui s'est ouvert mardi par le Cheikh Mohamed Ben Ra- shed Al Maktoum, vice-Président des Emirats arabes unis, Prési- dent du Conseil des Ministres et Gouverneur de l’Emirat de Dubaï, se tient avec la participation de plus de 4.000 dirigeants et repré- sentants de plusieurs pays, des

ALGÉRIE-ESPAGNE

et repré- sentants de plusieurs pays, des ALGÉRIE-ESPAGNE responsables d'organisations et d'institutions

responsables d'organisations et d'institutions internationales, d’éminentes personnalités, du secteur privé, d’experts et de chercheurs du monde entier. Ont également pris part à cette nouvelle édition, le secrétaire gé- néral des Nations unies (ONU) Antonio Guterres, la directrice générale du Fonds monétaire in- ternational (FMI) Christine La- garde, le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim, de l’administrateur du Pro- gramme de l'ONU pour le déve- loppement (PNUD) Helen Clark et de la directrice générale de l’UNESCO Irene Bokova. Ce Sommet a pour objectif d'échanger sur l'avenir des pays et les effets des changements ra- pides que connaît le monde sur les communautés. Il est également considéré comme une plateforme pour dé- battre des solutions proactives et novatrices pour relever les dé- fis auxquels font face les différents pays, notamment dans les do- maines de l’économie, de la fi- nance, du changement clima- tique, de la sécurité alimentaire, de la santé et de l'éducation. Au cours de son intervention, Cheikh Mohammed Ben Rashed Al Maktoum a abordé la problé-

matique de poursuite de l'édi- fice de la civilisation qu'a connue le monde arabe. Il a également abordé les défis auxquels font face les pays arabes dans leur processus de dévelop- pement, tout en présentant l’ex- périence de son pays en la ma- tière. Mme Lagarde a indiqué, pour sa part, que les gouverne- ments, notamment ceux des pays développés, doivent intégrer dans leurs politiques la préoccupa- tion de protéger les populations des effets dévastateurs de la mon- dialisation qui sont aujourd’hui amplifiés par le progrès techno- logique. A ce titre, a-t-elle poursuivi, le chômage provoqué par la mon- dialisation, est en grande partie lié au remplacement du travail hu- main par la machine. De son côté, l’Administrateur du PNUD Helen Clark a déclaré que l’ONU a parcouru un long chemin depuis sa création en 1945 en prévenant beaucoup de conflits dans le monde. Cependant, a-t-elle indiqué, l’Organisation fait aujourd’hui face à de nouveaux défis avec la vague des nouveaux conflits ré- gionaux notant que la meilleure façon de garantir la paix est de promouvoir le développement.

Signature de deux conventions financières

Deux conventions financières ont été signées, hier à Al- ger, entre le ministère des Finances et des établisse- ments financiers espagnols pour la modernisation du sys- tème d'information et des marchés financiers. Le financement de ces contrats sera imputé sur le Fonds hispano-algérien de développement de la convention de conversion de la dette algérienne vis-à-vis de l'Espagne signé en juin 2006. D'une valeur de 7,2 millions d'euros et portant sur l'ac- quisition des systèmes d'information des marchés fi- nanciers (Bourse d'Alger et les intermédiaires finan- ciers), le premier contrat a été conclu entre la Direction générale du Trésor et le consortium espagnol BME Innova- AFI (Analistas financieros internacionales). BME Innova est la filiale de Bolsas Mercados Espagnoles, gestionnaire des marchés des valeurs mobilières en Es- pagne, alors que l'AFI est un bureau d'études spécialisé dans la consultation et l'expertise financières. Le document a été paraphé par le Directeur général du Trésor, Fayçal Tadinit, et la directrice de BME Innova, Ma- ria Paugas, et le responsable d'AFI, Javier Pordas, en pré- sence du ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé de l'Economie numérique et de la modernisation systèmes financiers, Mouatassam Boudiaf, et de l'ambas- sadeur d'Espagne à Alger, Alejandro Polanco Matas. Ce projet vise à hisser le fonctionnement du marché fi- nancier algérien au niveau des standard internationaux et permettra une meilleure transparence, sécurité et compétitivité par la mise en place d'un système de cota- tion, de supervision et de règlement, ainsi que sa connexion

avec les intermédiaires du marché des valeurs d'Etat, a- t-on expliqué lors de la cérémonie de signature. Quant au second contrat, d'une valeur de 5,3 millions d'euros, il porte sur l'informatisation des systèmes de paie- ment de la Direction générale de comptabilité. Il a été signé par le Directeur général de la comptabi- lité auprès du ministère des Finances, Mohamed Larbi Gha- nem, et les responsables d'AFI ainsi que de RSI et de Nessa lesquels sont des bureaux d'études espagnols spécialisés dans l'informatique des banques et la modernisation des systèmes financiers. Tout en favorisant les échanges électroniques dans un environnement sécurisé, ce projet consiste en l'acquisi- tion d'une solution comportant des logiciels, des matériels et des services conformes aux normes adoptés par la Banque d'Algérie afin de dématérialiser les instruments de paiement. Sa réalisation permettra également une meilleure exécution des opérations budgétaires (recettes et dé- penses) par une mobilisation rapide qui élimine les dé- lais de dénouement des paiements suite à des ruptures dans les échanges entre les opérateurs. Ce nouveau système aura un impact sur la gestion de la trésorerie de l'Etat, notamment dans le domaine de l'op- timisation de la mobilisation des recettes et de la prévision, a-t-on avancé. Dans son allocution, M. Boudiaf a expliqué que ces pro- jets entraient dans le cadre d'un accord signé entre l'Al- gérie et l'Espagne portant sur la conversion de la dette al- gérienne vis-à-vis de l'Espagne, et ce, pour la réalisation

de projets de développement considérés comme priori- taires par les deux parties. «Ces projets seront réalisés, conformément aux clauses de cet accord, par des sociétés espagnoles dont le savoir- faire est reconnu et apprécié», a souligné le ministre dé- légué. En relevant que ces deux accords seront d'un «apport considérable» pour la modernisation du marché financier algérien, M. Boudiaf a avancé qu'ils constituaient aussi «un jalon supplémentaire» pour le renforcement de la coopé- ration entre l'Algérie et l'Espagne. Pour sa part, l'ambassadeur d'Espagne à Alger a estimé que ces accords confirmaient l'excellent niveau des rela- tions bilatérales entre son pays et l'Algérie, que ce soit dans les secteurs économique, politique et autres, et s'est réjoui de la participation des entreprises espagnoles dans la mo- dernisation du système financier algérien. Pour rappel, l'Algérie et l'Espagne avaient également signé en octobre dernier une convention portant sur la conversion d'une partie de la dette algérienne, détenue par l'Espagne, en investissements agricoles dans la filière oléi- cole. Cette convention prévoit de convertir une dette de sept (7) millions d'euros détenue par l'Espagne en investisse- ments espagnols pour l'intensification de la production oléicole à travers la mise en oeuvre d'une exploitation d'une superficie de 150 hectares à M'sif (wilaya de M'sila) pour la culture intensive d'oliviers.

APS

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Mercredi 15 février 2017

ALGÉRIE-FRANCE

M. Macron pour un renforcement des relations par des partenariats multisectoriels

ALGÉRIE-FINLANDE:

Le renforcement des relations au centre d'une rencontre entre Bouras et Svinhufvud

Le développement des relations entre l'Algé- rie et la Finlande notamment au plan parlemen- taire a été au centre d'une rencontre qui a re- groupé lundi à Alger, le vice-président de l'As- semblée populaire nationale (APN), Djamel Bouras, et l'ambassadrice de Finlande à Alger, Tuula Svinhufvud. Selon un communiqué de l'APN, M. Bouras a présenté à cette occasion un «aperçu sur la composante de l'APN et le climat démocratique qui règne lors des travaux avant d'évoquer le rôle de l'Algérie dans la région et tout particulière- ment, ses efforts pour venir à bout du terro- risme». Il a salué «la sagesse du président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika, qui a jeté les bases pour un retour à la stabilité et à la sécurité à tra- vers les différentes régions du pays après la dé- cennie noire». «La promotion de la place de la femme et le renforcement de son rôle dans le domaine po- litique afin d'accéder aux postes de responsabi- lité dans les différentes assemblées élues et institutions comptent parmi les réformes les plus importantes entamées par l'Algérie sur initiative du Président Bouteflika», a-t-il encore précisé. Au plan international, M. Bouras a appelé à «soutenir les causes justes de par le monde à leur tête la cause palestinienne et le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination», réitérant l'«en- gagement permanent de l'Algérie à oeuvrer sur la base des résolutions de l'ONU tant elles se rap- prochent de ses principes immuables de sa po- litique étrangère fondée sur le dialogue et l'unité pour le règlement des conflits». Il a appelé aussi à la «relance de la coopéra- tion parlementaire pour établir un partenariat économique diversifiée afin de hisser le niveau d'échange entre l'Algérie et la Finlande estimé actuellement à 45 millions de dollars par an». De son côté, l'ambassadrice de Finlande a ex- primé son «admiration à l'égard des réalisations de l'Algérie grâce à la volonté politique du Pré- sident Bouteflika durant ces dernières années notamment en direction de la femme algé- rienne». Elle a fait part également de sa «considération de l'approche algérienne dans le traitement des questions posées sur la scène internationale», se disant satisfaite de la convergence de vues des deux pays concernant le retour de la sécurité et de la stabilité dans la région d'autant plus que les crises au Sahel pourraient constituer une menace sécuritaire même pour l'Europe». S'exprimant sur la coopération bilatérale, Mme Svinhufvud a souhaité voir «le développe- ment de la coopération bilatérale et son élargis- sement à d'autres nouveaux domaines», souli- gnant l'expérience finlandaise dans certains domaines comme l'agriculture, les ressources en eau et la protection de l'environnement». Elle appelé enfin, à l'«encouragement de l'investissement et des rencontres entre les opérateurs économiques des deux pays».

M. Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle 2017 en France, a indiqué hier à Alger que le renforcement des relations entre l'Algérie et la France devrait se faire à travers des partenariats multisectoriels.

«Le renforcement de la re- lation entre l'Algérie et la France passe par une série de partenariats renforcés, un partenariat diplomatique et sécuritaire, académique, cul- turel, linguistique, éducatif et, également, par un partena-

candidat à la présidentielle française a re- levé l'existence d'un partena- riat «extrême- ment vif en Al- gérie»,

riat économique», a t-il déclaré

deuxième

à la presse à l'issue d'un entre-

tien avec le ministre de l'In- dustrie et des mines, Abdesse- lam Bouchouareb. «Nous avons envisagé l'im- portance des dossiers relatifs aux énergies renouvelables, en particulier le solaire dans le- quel beaucoup d'appels d'of- fres vont être passés, et égale- ment de la volonté qui est la nôtre de renforcer ce partena- riat par les infrastructures et l'échange des talents», a-t-il poursuivi. Il a aussi estimé que des pistes de coopération étaient possibles dans les domaines des infrastructures et de la construction, de la logistique et de l'industrie agroalimen- taire. M. Macron a également eu un entretien avec le président du Forum des chefs d'entre- prises (FCE), Ali Haddad, à l'issue duquel il a souligné à la presse que la France et ses entreprises devraient contri- buer à la diversification de l'économie algérienne. Evoquant le numérique, la

ALGÉRIE-OMT

algérienne. Evoquant le numérique, la ALGÉRIE-OMT Ce partenariat algéro-fran- çais, selon lui, sera

Ce partenariat algéro-fran- çais, selon lui, sera important à la fois pour l'Algérie en vue de diversifier son économie, et pour les entreprises françaises qui en profiteront pour déve- lopper leur «vivacité». Pour M. Macron, ce parte- nariat est également impor- tant «dans le cadre d'une stra- tégie africaine que les deux pays doivent partager», l'Algé- rie étant, a-t-il poursuivi, le premier pays d'Afrique et ce- lui qui a vocation à travailler avec l'ensemble des pays du continent à travers, notam-

ment, la mise en place de la route transsaharienne et la stratégie du pays en terme d'infrastructures de transport et énergétiques. A ce propos, M. Haddad a indiqué que le développement de ce partenariat gagnant-ga- gnant doit absolument passer par l'axe Paris-Alger-Johan- nesburg, «l'Afrique étant le marché de demain». «Les entreprises algé- riennes ont besoin du savoir- faire, de la technologie et de la formation françaises», a es- timé le président du FCE.

marché fran- cophone au monde après la France, avançant la possibilité de la création de «géants numé- riques» grâce à une coopéra- tion algéro- française. Soutenant qu'une part importante de la coopération repose aussi sur l'énergie, M. Macron a considéré que l'Algérie avait la vocation et la possibilité d'être le premier fournisseur d'éner- gie solaire au monde. De sur- croît, il a fait savoir que lors de sa rencontre avec M. Haddad, les deux parties se sont entre- tenues sur la capacité à déve- lopper l'entreprenariat avec un environnement d'affaires stable et ouvert, conjugué à une mobilité géographique entre les deux pays qui per- mettra d'atteindre ces objec- tifs économiques.

programme ambitieux bénéfique pour les pays concernés». De son coté, M.Rifai a souligné «la détermination de l'OMT à accompagner l'Algérie dans son processus de dévelop- pement, notamment en matière de tou- risme», et « la ferme volonté de l'Algérie à aller de l'avant après avoir retrouvé sé- curité et stabilité grâce à la direction éclairée du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika». Il a indiqué que sa rencontre avec le ministre du Tourisme a permis de «conve- nir d'un programme ambitieux en ma- tière de formation et de qualification qui puisse fournir une main d'oeuvre qua- lifiée capable de gérer les établissements touristiques».

Nouri appelle l'OMT à accompagner l'Algérie en matière de formation

Le ministre de l'Aménagement du territoire, du tourisme et de l'Artisanat, Abdelouahab Nouri a appelé lundi l'Or- ganisation Mondiale du Tourisme (OMT)

à accompagner l'Algérie en matière de for-

mation afin de renforcer les capacités de qualification et de gestion dans le secteur du tourisme. Dans une déclaration en marge de sa rencontre avec le secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai, le ministre a souligné l'impératif «de tirer profit de l'expérience de cette organisation dans le domaine de la formation et de la qualification afin de pouvoir proposer une destination touris- tique d'excellence» d'autant plus que, a- t-il dit, l'Algérie «a retrouvé sécurité et sta- bilité au cours des dernières années».

ALGÉRIE-HONGRIE

Il a appelé dans ce sens à «contribuer à la promotion du tourisme en Algérie pour attirer les touristes étrangers». Rappelant «l'importance qu'accorde le

gouvernement au secteur du tourisme au vu des atouts importants qu'il recèle, des atouts à exploiter pour la promotion du tourisme», le ministre a souligné par la même occasion «les projets touris- tiques en cours de réalisation qui néces- sitent une main d'oeuvre qualifiée pour gérer ce genre d'établissements» . Par ailleurs, le premier responsable du secteur du tourisme a mis en avant l'im- portance pour l'Algérie d'accueillir une rencontre régionale pour renforcer les ca- pacités statistiques des pays du nord et de l'ouest de l'Afrique, afin d «aboutir à un

Volonté de relancer la coopération universitaire

L'Algérie et la Hongrie ont ex- primé la volonté de relancer leur coopération universitaire, a af- firmé hier à Alger, l'ambassadeur de Hongrie en Algérie, Mme Helga Katalin Pritz. «Les gouvernements hongrois et algérien tendent à relancer leur coopération universitaire car c'est très avantageux du point de vue économique», a indiqué la res- ponsable lors d'une rencontre avec des représentants du secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. La diplomate a présenté à cette occasion une évaluation du pro-

gramme de bourses universitaires offertes aux étudiants algériens dans le cadre d'une coopération in- tergouvernementale en vigueur depuis 2014. Elle s'est félicité du fait que «le quota de 100 bourses prévu soit to- talement exploité puisque 100 étu- diants algériens sont actuellement inscrits dans des universités hon- groises au titre de l'exercice 2016/2017», contrairement aux deux années précédentes où «le programme n'était pas assez connu». Dans ce programme de bourses, la Hongrie assure la gratuité des

études, la couverture sociale, offre un soutien (logement et vivre) tan- dis que la bourse est complétée par le gouvernement algérien. Le programme offre des forma- tions dans une centaine de filières accessibles en langue anglaise alors que le nombre est plus consé- quent en langue hongroise. L'ambassadeur a exprimé, par la même occasion, son souhait de voir les étudiants algériens postu- ler davantage à l'avenir à ce pro- gramme, dont la date limite pour l'année universitaire 2017/2018 ex- pire le 5 mars (www.stipendium- hungaricum.hu). Mme Helga a

souligné qu'entre l'Algérie et la Hongrie, il «y a forte histoire d'échanges d'expertise durant les années 70-80 où plusieurs mil-

liers de coopérants hongrois tra-

vaillaient en Algérie (

perts algériens ont suivi des forma- tions professionnelles en Hon- grie». Estimant «nécessaire» de ren- forcer la coopération interuniver- sitaires, elle a relevé l'existence d'un «potentiel important dans la participation conjointe (Algérie et Hongrie) dans d'autres pro- grammes de l'Union européenne comme ceux intitulés Ersamus et

et des ex-

)

Horizon 2020». En matière d'attrac- tivité, elle a soutenu, notamment, que l'enseignement supérieur en Hongrie, qui «possède de riches traditions universitaires, est com- pétitif à l'échelle internationale». Pour sa part, le directeur de la coopération et des échanges inter- universitaires au ministère de l'Enseignement supérieur, Sahari Athmane, a indiqué que ce pro- gramme évolue de manière «posi- tive», plaidant pour «un meilleur développement» de cette coopéra- tion algéro-hongroise dans le sec- teur de l'enseignement supérieur. APS

Mercredi 15 février 2017

COOPÉRATION

DK NEWS 7

CONFÉRENCE AFRICAINE SUR LA GOUVERNANCE DE L'INTERNET (CAGI), TENUE LUNDI À ALGER

Les acteurs des TIC appelés à investir dans les infrastructures en Afrique

Les participants à la Conférence africaine sur la gouvernance de l'internet (CAGI), tenue lundi à Alger, ont invité les grands acteurs des TIC à investir dans les infrastructures en Afrique et souligné l'importance d'un dialogue pour un partage équitable des bénéfices de l'internet. «Nous invitons les grands acteurs des TIC à inves- tir dans les infrastructures dont ils tirent profit dans les pays africains, et les fournisseurs de services de communication électronique à engager un dialogue pour un partage équitable des bénéfices de l'internet», ont indiqué les participants dans la Déclaration d'Al- ger ayant sanctionné les travaux de la Conférence. «Nous demandons aux Etats africains de partici- per aux différents forums de Gouvernance de l'Inter- net, et de faire en sorte que leur rôle soit plus que consultatif dans la gestion des ressources Internet afin d'améliorer l'équité, l'efficacité et la compétitivité», ont, par ailleurs, appelé les participants dans la Dé- claration lue par la ministre de la Poste, des Techno- logies de l'information et de la communication, Imane-Houda Faraoun, à la clôture des travaux. Ainsi, les participants se sont engagés à élaborer une charte d'utilisation d'internet ayant pour objec- tif de «protéger les utilisateurs de l'internet, y com- pris contre la propagande des groupes terroristes et l'extrémisme violent et de veiller à la protection des droits de l'homme en ligne». Ils se sont entendus en outre à £uvrer à la mise en place d'«un cadre global, transparent et inclusif de gou- vernance de l'internet basé sur les principes d'ouver- ture, qui inclut la liberté d'expression, le respect et la protection de la vie privée, l'accès universel et l'inter- opérabilité technique, l'éthique et le respect de la di- versité culturelle et linguistiques dans le cybers- pace». Un autre point qui figurait dans la Déclaration, «le développement d'un internet accessible et abordable sûr et fiable». L'engagement des participants africains, a porté également sur «la promotion de la coordination en- tre les instances traitant de la gouvernance de l'inter- net dans les Etats africains». La Déclaration d'Alger souligne également l'«uti- lité de mettre en place des mécanismes nécessaires à la protection des enfants en ligne et mener le plai- doyer pour que l'internet contribue à la lutte contre les fléaux sociaux». Les participants, (ministres africains en charge du secteurs, conseillers techniques, experts, représen- tants de l'Union africaine, secrétaires généraux et chefs de délégations et représentants des organisations in- ternationales) se sont entendus aussi à «développer une stratégie commune pour que les bénéfices éco- nomiques de l'Internet profitent au continent africain, et à promouvoir l'identité numérique africaine en fa- vorisant le contenu local et le multilinguisme et en- courager l'innovation, la formation technologique et les start-up africaines notamment en faveur de la jeu- nesse».

ALGÉRIE-MALI

M. Salif Traoré : «Le Mali veut tirer profit de «la grande expérience» de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme»

Le ministre malien de la Sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré, à réitéré lundi à Alger la volonté de son pays de promouvoir le partenariat sécuritaire avec l'Algérie, et tirer profit de «la grande expérience» de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme.

«Nous avons un ennemi

commun qui s'appelle le ter- rorisme. l'Algérie à une grande expérience dans ce domaine. C'est pourquoi la raison

)

est de voir dans quelle me- sure on peut aller plus loin dans la coopération sécuri- taire», à déclaré M. Traoré à l'issue d'un en- tretien avec le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Ab- delkader Messahel. «Avec l'Algérie nous comptons renforcer notre sécurité dans le cadre du partenariat Sud-Sud», a-t-il ajouté. M. Traoré qui s'est en- tretenu avec M. Messahel sur la situation sécuritaire et de la mise en œuvre de l'Ac- cord de paix et de réconcilia- tion au Mali, issu du pro- cessus d'Alger, à rendu hom- mage à l'Algérie «pour l'inté- rêt et l'appui constant qu'elle apporte au peuple malien ainsi qu'à la stabilité de ce

principale de ma visite (

pays frère (le Mali)». Dans ce contexte le mi- nistre malien a rappelé le succès de la réunion de haut niveau du Comité de suivi de l'Ac- cord, tenue vendredi à Ba- mako, sous la présidence de l'Algérie. «Cette réu- nion nous a permis d'arri- ver à des déci- sions qui, nous espérons, vont nous permettre d'arriver à nos objectifs plus rapidement», a-t-il dit. L'Accord de paix et de ré- conciliation au Mali, signé dans une première étape en mai 2015, et dans une deuxième phase en juin de la même année, par toutes les parties maliennes à Bamako, avait été obtenu après cinq

parties maliennes à Bamako, avait été obtenu après cinq rounds de dialogue, engagé en juillet 2014

rounds de dialogue, engagé en juillet 2014 sous la conduite d'une médiation internationale, dont l'Algérie a été le chef de file. Interrogé sur la dernière réunion du «G5 Sahel», où le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, avait souli- gné la nécessité d'aller plus loin dans la réalisation du «Sahel de Défense», M.

Traoré a indiqué que cette démarche vise à aborder le problème de terrorisme «de plus près». Pour une lutte efficace contre le terrorisme, «il faut tout d'abord commencer par compter sur soi-même», a-t- il expliqué, soulignant que l'initiative n'«est pas exclu- sive, mais elle s'ajoute à d'au- tres actions».

Salif Traoré salue le rôle de la Police algérienne dans la lutte contre la criminalité aux niveaux régional et international

Le ministre malien de la Sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré, a sa- lué lundi le rôle de «chef de file» de la police algérienne dans le renforce- ment de la coopération entre les polices aux niveaux régional et international en matière de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes. Lors d'une rencontre avec le direc- teur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, et des cadres du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales, M. Traoré a salué «le rôle de chef de file de la police algérienne dans le renforcement de la coopération entre les polices aux ni- veaux régional et international en ma- tière de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes», a précisé un com- muniqué de la Direction générale de la

Sûreté nationale (DGSN). Le responsa- ble malien a précisé que sa visite en Al- gérie visait «à renforcer les domaines de coopération entre les polices algé- rienne et malienne», a ajouté le com- muniqué. M. Traoré s'est dit «émerveillé par le haut niveau atteint par la police algé- rienne en termes d'utilisation des tech- nologies de pointe», saluant «l'expé- rience de la police algérienne en ma- tière de modernisation et de respect des droits de l'homme qui lui a valu, a-t-il dit, de devenir un modèle aux niveaux régional et international». Lors de sa visite au Centre de com- mandement et de contrôle de la Sûreté nationale à Alger, le ministre malien a assisté à un exposé sur les missions et l'organisation de la DGSN et les diffé-

rentes étapes qui ont jalonné le par- cours de la police algérienne en matière de formation de ressources humaines, de modernisation, d'action de proxi- mité, de sensibilisation et d'utilisation des moyens de pointe dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes dans le cadre du respect des droits de l'homme. L'hôte de l'Algérie a également pris connaissance des dif- férentes étapes de la coopération et du partenariat entre la police algé- rienne et ses homologues de par le monde et ses principales missions, notamment le déploiement des bri- gades chargées de la lutte contre la criminalité à travers l'exploitation de systèmes intelligents, la gestion et la fluidification de la circulation et la prise en charge des appels au 1548.

ALGÉRIE-LIBYE

Messahel : « Poursuite des efforts de l'Algérie en faveur d'une solution politique inclusive en Libye »

Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a rappelé lundi les fondamentaux de la démarche et de l'action de la diplomatie algérienne pour rapprocher les points de vues des parties li- byennes et à promouvoir la solution politique en Libye, loin de toute ingérence extérieure. Répondant à une question de l'APS sur «les efforts que déploie l'Algérie en direction des parties libyennes pour les aider à trou- ver une solution à la crise multiforme que connaît leur pays», il a évoqué «l'action de la diplomatie algérienne qui a consisté à rap- procher les points de vues des parties li- byennes et à promouvoir la solution politique en dehors de toute ingérence extérieure, à

travers le dialogue inclusif, la réconciliation nationale à même de préserver la souverai- neté, l'intégrité territoriale, l'unité de ce pays et la cohésion de son peuple, loin de toute considération politique et idéolo- gique». «Les lignes directives de cette démarche ont été défendues avec constance autant au- près des nombreuses délégations libyennes composées de responsables politiques, de Chefs militaires, de parlementaires, de no- tables et de représentants de la société civile qu'auprès des différents partenaires inter- nationaux avec lesquels l'Algérie oeuvre à fa- voriser l'avènement d'une solution poli- tique définitive à la crise en Libye», a soutenu le ministre.

Pour ce faire, il a renouvelé l'appel à l'ensemble des parties libyennes à «dépas- ser leurs différends, à placer l'intérêt de leur pays au-dessus de toute considération pour permettre au peuple libyen frère de recou- vrer la paix, la stabilité et la sécurité et à s'en- gager dans le seul combat qui vaille, celui du développement et du progrès». Il a aussi annoncé, que «le gouvernement algérien a décidé d'octroyer une nouvelle aide humanitaire de 30 tonnes composée es- sentiellement de produits alimentaires en faveur du peuple libyen frère». Cette aide est destinée aux populations frontalières qui vivent des conditions éprou- vantes du fait de la persistance de la crise qui sévit dans le pays.

Par cette même occasion, le gouverne- ment algérien fournira une aide de 20.000 litres de diesel destinée aux hôpitaux de Ghat et d'Oubari confrontés à de grandes difficul- tés de fonctionnement en raison de ruptures récurrentes et prolongées d'électricité. Cette aide sera acheminée dans les pro- chains jours, a-t-il fait savoir. Le ministre a également précisé que «cette aide qui vient s'ajouter aux autres aides humanitaires déjà consenties par l'Algérie, témoigne de la solidarité agissante du gouvernement et du peuple algériens à l'endroit de la Libye et de son peuple auxquels ils sont unis par un destin commun et par des liens séculaires de voisinage et d'histoire».

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mercredi 15 février 2017

EL-TARF

Plus de 400 familles relogées à El Chatt

Quatre cent vingts (420) familles rési-

dant dans des habitations précaires dans la commune d’El Chatt (El Tarf ) ont été relo- gées lundi. S’inscrivant dans le cadre d’un quota de

732 logements destinés à la résorption de l’ha-

bitat précaire (RHP), cette première phase a

permis de reloger les heureux bénéficiaires

à travers quatre sites, à savoir Salah Bouteldja, Messaoudi Lakhdar, Boukhbiza Boumend- jel et Hamid Salam dans des appartements neufs dotés de l’ensemble des commodi- tés, a indiqué le président de l’assemblée po- pulaire communale (P/APC),Yacine Tah- raoui. Le wali d’El Tarf, Mohamed Lebka, accom- pagné du président de l’assemblée populaire de la wilaya (APW), Tahri Hatem, s’est, pour sa part, félicité du bon déroulement de l’opé- ration de déménagement qui a nécessité la mobilisation d’importants moyens humains

et matériels, tout en rappelant les efforts dé-

ployés par l’Etat pour l’éradication de l’ha- bitat précaire. La deuxième phase de ce quota, prévue pour mercredi prochain, porte, quant à elle, sur 318 logements RHP, répartis à travers les cités Aitouche Ajdar, El Zhani Medjazi et Se- naoui Soltane, a-t-on affirmé. Une autre opération portant sur le reloge- ment de 592 familles résidant au lieudit la SAS, est par ailleurs prévue prochainement, a-t- on soutenu de même source. Un total de pas moins de 1.472 logements destinés à la résorption de l’habitat pré- caire (RHP) a été attribué à la commune d’El Chatt depuis 2013, a-t-on rappelé, tout en in- diquant que les sites récupérés après démo- lition des habitations précaires seront affec- tés à la réalisation de projets divers (équipe- ments publics et logements).

BATNA

La formation de tailleur de pierre proposée à la rentrée de février

La formation de tailleur de pierre et de marbre est proposée pour la rentrée de février par le centre de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA) de la commune de T’kout (Batna), a indiqué lundi le directeur de wilaya du secteur, Mohamed Halassi. Cette formation sera d’abord assurée en apprentissage puis, dès la réception des équipements de formation, en formation résidentielle, a précisé ce responsable dans une conférence de presse, soulignant que l’objectif est de «former les jeunes selon les techniques modernes susceptibles de leur évi-

ter la maladie de la silicose». Il a également relevé que le centre de cette commune, connue pour le métier réputé dan- gereux pour la santé de la taille de pierre, of- fre aussi des formations en agriculture, me- nuiserie et céramique. Ouvert en 2014, le CFPA de T’kout qui dispose d’une capacité de

250 places pédagogiques, verra l’ouverture,

dès septembre prochain, d’un internat et d’un service de demi-pension afin d’attirer un plus grand nombre de stagiaires vers le centre, ac- tuellement fréquenté par seulement 70 jeunes, dont 50 en formation résidentielle.

Des actions de sensibilisation ont été or- ganisées pour sensibiliser les jeunes de la wi- laya aux opportunités de qualification pro- fessionnelle offertes par les 30 établisse- ments de formation dont 10 de statut privé,

a encore noté le directeur du secteur. Les inscriptions pour la session de février

a permis d’enregistrer jusqu’au 9 du mois,

3.700 jeunes pour un total de 8.509 postes of- ferts, a ajouté le même responsable qui a rap- pelé que le secteur a accueilli, lors de la ses- sion de septembre passé, 5.818 inscrits por- tant à 17.122 le total des stagiaires en forma- tion.

APS

GHARDAÏA

Le programme de mise à niveau d’El-Menea a atteint plus des deux tiers

L’état d’avancement du programme de mise à niveau urbaine de la ville d’El-Menea, chef-lieu de la wilaya déléguée éponyme

(275km au sud de Ghardaïa), a atteint un taux de

réalisation de plus des deux

tiers (85%), a appris hier l’APS du directeur de l’urbanisme, de l’architecture et de la construction (DUAC) de la wilaya de Ghardaïa.

Ce programme, visant la requalifica- tion et le renouvellement urbain des dif- férents quartiers sous-équipés et l’amé- nagement des entrées de la ville, a porté

principalement sur l'aménagement de ces quartiers, l'amélioration du réseau routier, l’extension de l’éclairage public et la création de nouveaux espaces verts et places publiques, a indiqué M. Abde- laziz Siouda. Les travaux des projets de ce pro- gramme, qui se poursuivront durant l’année courante selon une approche participative avec la société civile, ont né- cessité un financement, pour la seule an- née 2016, de plus de 1,3 milliard DA, a-t- il précisé. L’objectif de ce programme est de renforcer l’attractivité de la ville et d’of- frir des infrastructures adaptées, un espace écologique et un cadre de vie à même de favoriser le bien-être et l’épa- nouissement social et culturel des habi- tants de cette région à grandes potentia- lités touristiques et agricoles, a souligné

potentia- lités touristiques et agricoles, a souligné le DUAC. Pas moins de 63 km de voiries

le DUAC. Pas moins de 63 km de voiries ont été viabilisées et bitumées pour améliorer la mobilité urbaine, ajouté à cela la réa- lisation de 06 km linéaires de réseaux d’eau potable (AEP) et 08 km de ré- seaux d’assainissement, ainsi que l’amé- nagement de quatre aires de jeux et quatre placettes et le renforcement de l’éclairage public sur une distance de 08 km, a fait savoir M.Siouda. La région d’El-Menea est aujourd’hui le théâtre d’importantes transforma- tions, sous l’effet de grands chantiers d’aménagement lancés par les pouvoirs publics pour sa mise à niveau et sa mo- dernisation, afin de la hisser parmi les pôles attractifs pour l’investissement porteur de richesses, pour asseoir les bases d’un développement durable. En matière de construction de loge- ments, un nouveau pôle urbain à Hassi El-Gara, qui s’étend sur plus de 600 hec- tares extensibles, a été viabilisé pour un montant de près de 2 milliards DA afin

de recevoir un programme de lotisse- ment pour la réalisation de quelque 4.000 logements individuels, 500 loge- ments ruraux, 1.500 logements sociaux locatifs et 100 logements du programme A.A.D.L (agence d’amélioration et de développement du logement) , selon le DUAC. Plus d’une vingtaine d’entreprises et une dizaine de bureaux d’études ont été sélectionnés pour la réalisation de ces travaux d’amélioration urbaine qui ont généré plus d’un millier d’emplois. Pas moins de 5 milliards DA ont été consommés auparavant (2015) pour la mise à niveau urbaine et la restructura- tion des différents quartiers des villes d’El-Menea et Hassi El-Gara, afin de redonner l’éclat et l’attractivité à cette co- quette oasis, a rappelé la meme source. L’objectif de ces actions est d’amélio- rer l’intégration de cette région, consi- dérée de tout temps comme «passage obligé» pour le commerce transsaharien, dans le développement durable.

MASCARA

Démarches pour l’exploitation de 34 marchés de proximité

Les communes de la wilaya de Mascara ont en- treprisdesdémarchespour la rentabilisation de locaux de 34 marchés de proxi- mité non exploités, a-t-on appris lundi du directeur du commerce. Lakhcheb Seif-eddine a indiqué que les communes disposant des marchés de proximité inexploités ont envoyé des mises en demeure aux commerçants concernés pour l’exploitation de leurs locaux, sous peine d’an- nuler les arrêtés d’affec- tation et les remettre à d’autres ou les reconvertir en structures de service. La wilaya de Mascara a re-

SAÏDA

Lancement prochain de pépinières- pilotes de plantes médicinales dans les zones steppiques

Des pépinières pilotes de plantes mé- dicinales seront réalisées «prochaine- ment» dans les zones steppiques de la wi- laya de Saida, a-t-on appris lundi du com- missaire régional de la steppe.

censé 34 marchés de proxi- mité inexploités sur 50 dont 17 nouveaux réalisés par l'entreprise publique «Batimétal» depuis 2011. Des instructions ont été adressées aux chefs de dai- ras et présidents d’APC pour lancer la mise en £uvre de l’instruction du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, promulguée en 2016 et concernant les marchés de proximité inexploités privant les communes de recettes. Le directeur du commerce a indiqué que cetteinstructionl’intérieur permet de reconvertir ces marchés en structures de

services pouvant générer des recettes aux com-

munesdontdessallesd’ex-

positions, de fêtes et de sports. Pas moins de 185

commerçants activent au niveau de 16 marchés de proximité exploités actuel- lement dont certains dans

l'informelquivoientleursi-

tuation réglée et bénéfi- cieront bientôt de locaux. Pour rappel, la wilaya de Mascara a bénéficié de 18

marchés de proximité dont la réalisation a été confiée

àBatimétal.Parmicesmar-

chés, 17 ont été achevés, de même que 200 locaux en préfabriqué dont 37 ont été lancés en exploitation.

médicinales on compte surtout le thym, le romarin et le cresson qui se répandent à travers les zones de Mekmen, Redjem Laagab (Maamoura) et Benhouar (Ain Skhouna) et revêtent une importance économique et écologique. Ces plantes sont utilisées pour traiter certaines maladies dont rénale, biliaire, digestive et dentaire, mais aussi contre les mauvaises odeurs. La wilaya de Saida est une région steppique qui recèle cette richesse de plantes médi- cinalesgrâceàsonsolcalciqueaidantàleur croissance, selon des cadres du commis- sariat régional. La superficie des zones step- piques de la wilaya de Saida est de 365.000 hectares.

Cespépinièresserontréaliséesdansles

communes d'Ain Skhouna et de Maa-

moura, a indiqué Abdelwahab Maachou,

signalant que le commissariat régional de la steppe de Saida a recensé, depuis 2000 à ce jour, 300 espèces de plantes médici- nales. Ce genre de plantes a proliféré dans les zones steppiques de la wilaya à la faveur d'un programme concrétisé dans ce cadre portant sur la mise en place de périmètres steppiques protégés. Parmi les plantes

SIDI BEL-ABBÈS

Lancement de la mise à niveau de la zone industrielle

Une opération de mise à ni- veau et de réhabilitation de la zone industrielle de Sidi Bel-Abbès a été lancée lundi, dans le cadre de l’extension du tissu foncier à 60 hectares, a-t-on appris de la direc- tion de l’industrie de la wilaya. Une enveloppe de 1,2 milliard DA est consacrée pour la mise à ni- veau de cette zone industrielle se- lon des normes mondiales dans un délai de 16 mois. Les travaux de cette opération portent sur la réalisation de diffé- rents réseaux (eau potable, assai- nissement, électricité) et le revête- ment de la chaussée. Ce projet dont le coup d'envoi a été donné par la directrice régio- nale de l’Agence nationale d’inter- médiation et de régulation fon- cière (ANIREF), Mme Kébir en compagnie du directeur de l’indus- trie de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, Mebarki Abdelkader, est première du genre permettant de lancer des projets d’investissement dans la ré- gion. La concrétisation de cette opé- ration permettra de fournir des as- siettes foncières pour abriter des projets d’investissement dans di- vers domaines, créer des condi- tions favorables aux activités d’in- vestissement dans cette zone pour- voyeuse d’emplois.

Mercredi 15 février 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

ORAN

De nouvelles sûretés pour une couverture sécuritaire totale

La couverture sécuritaire sera prochainement portée à «100 %» à Oran à la faveur de la réception de nouvelles infrastructures du corps de la Sûreté nationale, a indiqué lundi le chef de la Sûreté de la wilaya, le contrôleur de police Salah Nouasri.

«Six nouvelles infrastruc- tures, entre sûretés urbaines et de daïras, seront bientôt opérationnelles à Oran», a précisé M. Nouasri dans une déclaration à l'APS à l'issue d'une cérémonie en l'hon- neur d'une trentaine de tra- vailleurs de ce corps admis à la retraite. Différentes zones de la wilaya bénéficient de ces réalisations, dont Sidi El- Bachir, El-Hassi, Oued Tlélat, Aïn El-Turck et Arzew, a fait savoir le responsable. La concrétisation de cette opération intervient, a-t-il souligné, dans le cadre de l'application de la politique de modernisation tracée par le Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le géné- ral-major Abdelghani Hamel.

nationale (DGSN), le géné- ral-major Abdelghani Hamel. Selon la même source, la cou- verture sécuritaire au

Selon la même source, la cou- verture sécuritaire au niveau de la wilaya d'Oran est estimée actuellement à 90 %. «Les nouveaux sièges por- teront ce taux à 100 %», s'est félicité M. Nouasri en insistant sur les résultats enregistrés

par ses services dans le cadre de la lutte contre la délin- quance et la criminalité. «Cet acquis est d'autant impor- tant pour les citoyens que pour le personnel du corps de la sûreté de wilaya», a-t-il ajouté, expliquant que «les

structures à venir seront do- tées d'équipements modernes offrant de meilleures com- modités de travail et de for- mation». M. Nouasri avait présidé une cérémonie or- ganisée en l'honneur 35 re- traités du corps de la sûreté de la wilaya, tenue en présence du président de l'Association des retraités de la Sûreté na- tionale d'Oran, Sidi Moha- med Ouici, et de nombreux invités. Par la même occa- sion, quatre femmes travail- lant au sein de ce corps, lau- réates de la saison sportive 2015/2016 dans diverses disci- plines telles la boxe et le tir, ont été également honorées après avoir été déjà distin- guées la semaine dernière par le DGSN à Alger.

BÉJAÏA

27.000

plants pour restaurer les espaces perdus l’été dernier au parc national de Gouraya

Un programme de reboisement de 21.000 plants visant la restauration des espaces brûlés, en juillet dernier, du parc national de Gouraya (PNG) a été re- tenu par la conservation locale des forêts qui escompte le concrétiser par le biais d’une opération de volontariat. Financé par le groupe Sonatrach et soutenu par le Croissant-Rouge algérien (C.R.A) et le mouvement associatif de la ville de Bejaia, le programme se prédes- tine à «revivifier les espaces perdus et ré- tablir leur paysage touristique», a souli- gné Ali Mahmoudi, le conservateur des forêts qui fixe sa concrétisation entre le 18 février et le 31 mars 2017.

DOUANES Saisie d'importantes quantités de pièces détachées d'occasion au port sec de Rouiba

Les brigades des Douanes ont saisi dimanche au port sec de Rouiba un conteneur avec d'importantes quanti- tés de pièces détachés et d'autres mar- chandises déclarées comme étant des effets personnels entrant dans le cadre du système douanier relatif au certifi- cat de changement de résidence (CCR),

a indiqué lundi un communiqué de la

Direction générale des Douanes. La marchandise saisie est composée de 105 moteurs d'automobile, 200 auto- radios, 45 pneus, 1 moto de grosse cy-

lindrée, 7 vélos, 23 appareils de sou- dure, de téléphones portables, d'appa- reils électroménagers et de pièces dé- tachées. Ces marchandises ont été découvertes à l'intérieur d'un conte- neur de 40 pieds dont le propriétaire

a tenté de leurrer les services des

Douanes en les déclarants comme étant des effets personnels entrant dans le cadre du système douanier re- latif au certificat de changement de ré- sidence, a ajouté la même source. Les services des Douanes ont également imposé au contrevenant une amende de près de 30 millions de dinars.

Quelque 200 hectares sont ainsi visés. Ils concernent autant l’espace du Parc que sa périphérie immédiate qui englobe près de 14 villages répartis entre le quar- tier de Dar-Nacer, à la périphérie Nord de la ville, et la zone de Mézaia, à l’ouest, fortement affectée lors de ces derniers in- cendies. Le feu qui n’avait pas fait de vic- times, ni touchés les habitations a sur- tout valu par son impact sur le manteau végétatif, ayant détruit des potagers et des dizaines d’arbres fruitiers, a-t-il rap- pelé. Aussi la replantation va-t-elle donner la priorité aux espèces originelles brû- lées, notamment le figuier et le caroubier

(15.000 plants) et compléter autant que faire se peut par des essences fores- tières, a-t-on ajouté. L’incendie du parc de Gouraya, un site emblématique sur les hauteurs de Bejaia, ayant détruit 198 hectares de végétation, a traumatisé plus d’un. Contenu dans la zone Ouest, d’aucuns ont pris peur de le voir s’éten- dre vers la région orientale qui regroupe l’essentiel des sites historiques et touris- tiques très fréquentés et qui de plus surplombe le port pétrolier. Finalement, il y a eu plus de peur que de mal. La végétation brûlée, en plus du phénomène de sa régénération naturelle, va être restaurée dans toute sa splendeur.

SKIKDA

Démantèlement d’un réseau spécialisé dans la falsification de dossiers pour visas

Un groupe de six (6) individus, âgés entre 25 et 38 ans, spécialisé dans la falsification de pièces constituant le dossier pour obtention d'un visa «Schengen», a été déman- telé par la brigade éco- nomique et financière de la Police judiciaire de Skikda, a-t-on appris

lundi auprès de la Sûreté

de wilaya. Les suspects ont fait l’objet de plusieurs opéra- tions d’investigation qui ont mené à l’arrestation de l’un d’entre eux la se- maine dernière dans la ville de Skikda. Il été trouvé en sa possession des documents falsifiés ayant trait aux dossiers

de demande d’obtention du visa «Schengen», a fait savoir la même source, précisant que les docu- ments saisis ont été trans- férés au service concerné pour l’enquête d’usage. Les résultats de l’en- quête ont démontré que

Les résultats de l’en- quête ont démontré que le suspect principal opé- rait dans des cybercafés,

le suspect principal opé- rait dans des cybercafés, où il falsifiait des docu- ments administratifs et bancaires d’établisse- ments privés et publics, notamment des certifi- cats d’activité fiscale, des fiches familiales, des fiches individuelles, des fiches de paie et des cer- tificats de congé, a-t-on précisé à la sûreté de wi- laya. Le mis en cause se ser- vait de moyens techno-

logiques développés afin de dupliquer et d’impri- mer les documents pour les vendre par la suite à ses clients à des prix excé- dant 35.000 DA, a-t-on souligné, ajoutant que les recherches et les investi- gations menées dans le domicile du suspect ont permis de confisquer d’autres documents falsi- fiés ainsi que l’arresta- tion de ses complices. Après la constitution du dossier pénal et l’achè- vement des démarches judiciaires, avec la consti- tution de plusieurs ins- tances et secteurs rele- vant de la wilaya de Skikda comme partie civile, les six prévenus ont été pré- sentés lundi devant le pro- cureur de la République près le tribunal de Skikda et ont été mis en détention pour «faux et usage de faux de documents à usage commercial, ban- caire et administratif».

BLIDA

Transfert prochain du service pédiatrique de l’hôpital Hassiba Ben Bouali à l’hôpital M’hamed Yazid

Le service pédiatrique de l’hôpital Hassiba Ben Bouali de Blida, spécialisé en gynécologie obstétrique, sera «bientôt» transféré à l’hôpital M’hamed Yazid, soit dès le parachèvement de ses travaux de réaménagement, a-t-on appris lundi du directeur de la Santé de la wilaya. Selon Mohamed Djemai, les travaux de réamé- nagement de l’hôpital M’hamed Yazid, spécialisé auparavant en chirurgie orthopédique (une spé- cialité transférée précédemment à l’hôpital Franz Fanon), toucheront tous ses pavillons qui seront dotés en équipements médicaux modernes, garan- tissant la meilleure prise en charge possible des en- fants de la wilaya, mais aussi d’autres wilayas voi- sines. Ce transfert a également pour objectif de «re- lever la capacité d’accueil de l’hôpital Hassiba Ben Bouali de 75 à 100 lits à l’avenir, car l’établis- sement enregistre une grande pression «au vu du nombre considérable de femmes enceintes, y af- fluant de quatre (4) wilayas, soit Blida, Ain Defla, Tipasa et Médéa», a souligné le même responsa- ble. En outre, M. Djemai a signalé le lancement at- tendu «dans deux mois» d'opérations chirurgicales au niveau de l’hôpital d’El Affroune (à l’ouest de Blida), également spécialisé en gynécologie obs- tétrique, et entré en service en août dernier. «Cet établissement hospitalier a contribué, dans une large mesure, à la réduction de la pres- sion sur l’hôpital Hassiba Ben Bouali, car il assure la couverture de toute la partie Ouest de la wilaya», s’est-il félicité, assurant que la structure garantit «une prise en charge idoine des parturientes, grâce aux équipements de pointe dont elle dispose».

AÏN DEFLA

Lancement d’une campagne de sensibilisation sur les fléaux sociaux

Une campagne de sensibilisation et de préven- tion contre les fléaux sociaux en milieu scolaire vi- sant les établissements du cycle secondaire de Aïn Defla a été lancée lundi à l’initiative de l’associa- tion d’information et d’orientation des jeunes, a- t-on appris de son président. L’objectif de cette cam- pagne consiste à attirer l’attention des jeunes sur les dangers que font peser sur eux un certain nombre de fléaux et de comportements à l’image notamment de la toxicomanie, de la violence toutes ses formes ainsi que de la mauvaise utilisa- tion des réseaux sociaux, a indiqué Abdellah Kes- soul, signalant que l’opération a été lancée en col- laboration avec l’office des établissements des jeunes (ODEJ). Faisant remarquer que des statis- tiques font état de la recrudescence de «manifes- tations négatives» au sein des structures de l’en- seignement secondaire, il a précisé que cette opé- ration, qui s'étalera jusqu’au 17 mars prochain, tou- chera nombre de daïra de la wilaya. Saluant l’ini- tiative prise par l’association d’information et d’orientation des jeunes, le proviseur du techni- cum Ibn Khaldoun, Ziane Bouziane Ahmed , a mis en évidence l’importance des campagnes de sen- sibilisation dans la prise de conscience des élèves des dangers encourus notamment par les mau- vaises fréquentations. Mettant l’accent sur le fait que les relations avec les jeunes doivent principa- lement être basées sur la confiance et le dialogue, il a noté que cette frange de la société est la plus ex- posée aux fléaux sociaux en raison de sa vulnéra- bilité et de son manque de mâturité. Selon lui, la redynamisation des activités culturelles et sportives au sein des établissements scolaires ainsi que l’association des parents à débattre de la problé- matique des fléaux sociaux sont à même d’en di- minuer l’étendue, a-t-il estimé.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mercredi 15 février 2017

CHINE

11 mineurs ensevelis

après une explosion dans une mine du centre

ensevelis après une explosion dans une mine du centre Onze personnes sont portées dispa- rues suite

Onze personnes sont portées dispa- rues suite à une ex- plosion dans une

hier les autorités de la ville de Loudi. L'explosion s'est produite mardi

travaillaient sous terre. Dix-sept per- sonnes ont été éva- cuées saines et

mine de charbon

vers 1h37 (heure lo-

sauves, et une autre

de la province chi-

cale) dans la mine

a

été blessée. Les

noise du Hunan dans le centre du pays, ont indiqué

de charbon de Zou- bao, à Loudi, alors que 29 personnes

opérations de se- cours sont en cours.

TAIWAN

Le bilan d'un accident de car s'alourdit à 33 morts

Le bilan d'un accident de car s'alourdit à 33 morts L'accident d'autocar survenu lundi soir à

L'accident d'autocar survenu lundi soir à l'est de Taiwan a fait 33 morts, ont annoncé hier les au- torités locales dans un nouveau bilan. Le précédant bilan faisait état de 32 morts. Quarante-quatre personnes, dont le chauffeur et un guide touristique, se trouvaient à bord du véhicule. La plupart des passagers étaient des personnes âgées. Parmi les victimes, 30 sont mortes sur le lieu de l'accident, et

trois autres sont décédées à l'hô- pital, selon le département local de la Protection civile. Les onze autres personnes reçoivent des soins dans six hôpitaux de la ré- gion. Aucun touriste étranger ou originaire de la partie continen- tale de la Chine ne se trouvait à bord du car. Le véhicule était sur la route du retour après une visite à Tai- chung à l'occasion de la floraison des cerisiers.

ÉTATS-UNIS/VENEZUELA Des sanctions américaines imposées au vice-président du Venezuela pour accusation de trafic de drogue

Les Etats-Unis ont imposé lundi des sanctions financières au vice-président du Venezuela Tareck El Aissami, accusé de trafic de drogue, se- lon un communiqué du Trésor américain. Ces sanctions sont «l'aboutissement de plusieurs années d'enquête visant d'importants trafi-

quants de drogues aux Etats-Unis et dé- montrent que l'in- fluence et le pouvoir ne protègent pas ceux qui s'engagent dans des activités il- légales», affirme le communiqué. Selon le Trésor américain, le vice- président «a facilité la livraison de drogue au Venezuela via son

contrôle des décol- lages d'avions d'une base aérienne véné- zuélienne ainsi que celui des ports». Il «a reçu des paie- ments pour avoir fa-

cilité la livraison de cargaisons de drogues appartenant

au

réseau vénézué-

lien de Walid Makled

Garcia». APS

SELON UNE ÉTUDE

Des traces de pollution chimique au fond des abysses

Les plus grandes profondeurs océaniques n'échappent pas aux pollutions d'origine humaine, révèle une étude publiée lundi, qui a décelé des traces de produits chimiques interdits sur de minuscules crustacés vivant dans les abysses.

«Nous voyons encore les abysses comme un royaume lointain et immaculé, préservé de l'action de l'Homme, mais nos travaux mon- trent que malheureusement cela est loin de la vérité», souligne Alan

Jamieson, chercheur à l'Université de Newcastle (Royaume-Uni), co- auteur de cette étude parue dans une revue spécialisée. Pour collecter ces crustacés, ressemblant à des mini-crevettes translucides et appelés amphi- podes, des outils spéciaux ont été conçus, permettant de descendre dans la fosse des Mariannes, la plus profonde connue (près de 11 km), près de l'île de Guam, et dans la fosse de Kermadec (plus de 10 km), au nord de la Nouvelle-Zé- lande, toutes deux dans le Paci- fique.

la Nouvelle-Zé- lande, toutes deux dans le Paci- fique. Même dans ces lieux reculés, au plus

Même dans ces lieux reculés, au plus profond de la croûte terrestre, les amphipodes, rares organismes à pouvoir vivre à de tels profon- deurs et niveaux de pression, affi- chaient des niveaux «extraordi-

naires» de contamination chi- mique, écrivent les chercheurs. La présence de PCB (polychlo- robiphényles), bannis il y a 40 ans, et de PBDE (polybromodiphénylé- thers), longtemps utilisés pour ignifuger matières plastiques et textiles, a notamment été prouvée. PCB et PBDE étaient présents dans tous les échantillons, préle- vés à des profondeurs différentes (entre 6 et 11 km) et dans les deux fosses, précisent les chercheurs. «Trouver ces polluants dans un des endroits les plus reculés et inaccessibles de la Terre nous fait

réaliser l'impact dévastateur, à long terme, de l'Homme sur la planète», souligne Alan Jamieson. Les écosystèmes des grandes failles marines, générées par la tectonique des plaques, restent peu connus et peu explorés, sou- ligne l'équipe, pour qui il s'agit de «la dernière grande frontière éco- logique». Entre les années 1930 et 1970, 1,3 million de tonnes de PCB ont été produites dans le monde. Depuis, selon des estimations, quelque 35% auraient fini dans l'océan et les sédiments. Dans la fosse des Ma- riannes, les plus forts taux de PCB constatés étaient 50 fois plus éle- vés que ceux relevés sur des crabes de rizières alimentées par une des rivières les plus polluées de Chine, soulignent les scientifiques.

ESPACE

L'Inde va lancer un nombre record de 104 satellites en un seul vol

L'Inde a annoncé le lancement mercredi d'un nombre record de 104 satellites à bord d'une seule fusée. "Un lanceur doit dé- coller du centre spatial de Sriharikota (sud-est)", a indiqué mardi l'agence spatiale indienne ISRO dans un communiqué. Le véhicule transpor- tera à son bord un satel- lite d'observation de la Terre de 714 kilo- grammes et 103 "nanosa- tellites", presque tous de pays étrangers, d'un poids combiné de 664 kilogrammes. Si la mis- sion réussit, l'Inde dé- crocherait le record du plus grand nombre de

dé- crocherait le record du plus grand nombre de satellites envoyés en un seul lancement. La

satellites envoyés en un seul lancement. La Russie détient ac-

tuellement le record, avec 39 satellites lancés en un seul coup en juin

2014.

L'Inde, dont le pro- gramme spatial est ré- puté pour son optimisa- tion des coûts, est en compétition sur ce cré- neau avec d'autres ac-

teurs internationaux et

affiche l'ambition de de- venir une véritable puis- sance spatiale. Le pays développe notamment une navette réutilisable, qui pour- rait permettre de lan- cer des satellites à des prix bien inférieurs aux cours actuels. Il a aussi réussi à pla- cer une sonde en orbite autour de Mars pour un coût de seulement 73 millions de dollars, à comparer avec les 671 millions de dollars d'une mission améri- caine similaire, Maven, de la Nasa. L'ISRO étudie aussi des idées de missions

vers Jupiter et Vénus.

ENVIRONNEMENT

Alerte jaune au smog à Pékin

et Vénus. ENVIRONNEMENT Alerte jaune au smog à Pékin Pékin a émis hier une alerte jaune

Pékin a émis hier une alerte jaune à la pollution de l'air, alors qu'un nouveau cycle de smog frappe la ca- pitale chinoise, ont relevé les autorités locales. Cette alerte prévoit un indice de la qualité de l'air supérieur à 200, soit une concentration des PM 2,5 de plus de 150 microgrammes par mètre cube d'air, pen- dant deux jours consécutifs, précise un communiqué du bureau municipal des mesures d'urgence face à la pollution de l'air. La qualité de l'air de- vrait s'améliorer jeudi aux

alentours de midi, d'après les prévisions. Les travaux de construc- tion en extérieur seront li- mités, tandis que davan- tage de travaux de nettoyage des routes seront effectués, rapporte l'agence Chine- Nouvelle. Pékin dispose d'un sys- tème d'alerte à la pollution de l'air à quatre couleurs, le rouge représentant le ni- veau le plus élevé, suivi par l'orange, le jaune et le bleu. Le smog est prévu dans de nombreuses parties du nord de la Chine jusqu’à aujourd’hui.

Mercredi 15 février 2017

SANTÉ

DK NEWS 11

ÉPIDÉMIE D'EBOLA:

3% des personnes infectées responsables de 61% des contagions

Environ 3% des personnes infectées par le virus Ebola ont été responsables de 61% de toutes les contagions en Afrique de l'Ouest lors de l'épidémie apparue entre 2014 et 2015, a déterminé une étude publiée lundi dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Ces "super-propagateurs" de l'infection jouent un rôle tellement important dans des épidémies qu'il est essentiel de mieux les identifier afin de contenir plus effica- cement des flambées infectieuses, ex- plique cette équipe internationale de re- cherche menée par l'Université de Prin- ceton avec des chercheurs de l'Université d'Oregon, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et des Instituts na- tionaux américains de la santé (NIH). L'épidémie d'Ebola en 2014 a été d'une ampleur sans précédent en Afrique alors que les premières mesures de contrôle ont toutes échoué, pointe l'étude. Cette épidé- mie a fait au total 11.310 morts, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les scientifiques estiment qu'une meilleure compréhension de ces "super- propagateurs" du virus aurait permis de mieux les cibler et d'intervenir plus effi- cacement plutôt que de concentrer tous les efforts sur l'ensemble des popula- tions. Ces chercheurs ont conclu que ces personnes dans le cas de la flambée d'Ebola en 2014 appartenaient à un certain groupe d'âge et se trouvaient davantage parmi les populations que dans les cen- tres de traitement. Ils ont ainsi continué à propager l'in- fection après qu'un grand nombre des pre- mières personnes malades eurent été

grand nombre des pre- mières personnes malades eurent été emmenées dans les centres de soins où

emmenées dans les centres de soins où la transmission était beaucoup mieux

contrôlée. Selon ces chercheurs, si ces "su- per-propagateurs" avaient été complète- ment identifiés, près des deux tiers des in- fections auraient pu être évitées. Ils pointent le fait que leur rôle a pro- bablement été sous-estimé dans cette étude qui s'est concentrée seulement sur

les malades décédés et enterrés

avec toutes les précautions requises pour évi-

ter une contamination de l'entourage. "Nous voyons désormais que ces super- propagateurs jouent un rôle plus impor- tant qu'initialement estimé", relève Ben- jamin Dalziel, professeur de biologie à l'Université d'Etat d'Oregon, principal co-auteur de l'étude. Il explique que les données sur l'épi- démie provenaient essentiellement des malades dans les centres de soins et peu du reste de la population.

ÉTATS-UNIS

Les personnes âgées prennent de plus en plus de médicaments affectant leur cerveau

Le nombre de personnes âgées aux Etats-Unis prenant au moins trois médicaments affectant leur cerveau a plus que doublé en une décennie, selon une étude publiée lundi. Cette forte augmentation s'est surtout produite parmi les personnes âgées qui résident dans les zones rurales, où le taux de visites chez le médecin a plus que triplé pendant cette même période. Les médicaments prescrits sont une combinaison d'opioïdes, d'antidépresseurs, de tranquillisants et des antip- sychotiques, précise l'étude parue dans une revue spécia- lisée. Cette polypharmacie agissant sur le système ner- veux central est "préoccu- pante" en raison du risque particulier que fait courir chez

les personnes âgées une telle combinaison de médicaments. Outre les chutes et les bles- sures qu'elle occasionne, les auteurs citent également les risques quand ces personnes prennent le volant, ainsi que les pertes de mémoire et d'au- tres problèmes cognitifs. Combiner des antidouleurs opioïdes avec certains médica- ments tranquillisants est par- ticulièrement préoccupant, comme en témoigne une ré- cente mise en garde de l'agence américaine des pro- duits alimentaires et des mé- dicaments (FAA), en raison du risque accru de décès. Cette équipe de chercheurs de l'Université du Michigan notamment a analysé des don- nées provenant d'un échan- tillon représentatif de cabi-

nets de médecins entre 2004 et 2013 provenant des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Alors que seulement 0,6% des visites chez le médecin par des personnes de plus de 65 ans ont résulté dans la pres- cription de trois ou davantage de médicaments agissant sur le système nerveux central en 2004, ce nombre est monté à 1,4% en 2013. "L'accroissement de cette polypharmacie pourrait indi- quer que les personnes âgées recherchent de plus en plus une aide médicale et acceptent de prendre des médicaments pour traiter des problèmes de santé mentale. Mais c'est préoccupant vu le risque de ces combinaisons", relève le Dr Donovan Maust, psychiatre

gériatrique de l'Université du Michigan et principal auteur de cette étude. Encore plus inquiétant, près de la moitié des per- sonnes de plus de 65 ans qui prennent ces cocktails de mé- dicaments ne semblent pas avoir été diagnostiquées préa- lablement de problèmes de santé mentale, d'insomnie ou de douleur chronique, pour lesquels ils sont le plus souvent prescrits. "Nous espérons que les plus récentes recomman- dations pour prescrire ces mé- dicaments par l'American Ge- riatric Society en 2015 vont encourager les médecins et les patients à repenser les risques potentiels et les bien- faits de ces combinaisons de médicaments", ajoute le Dr Maust.

SELON UNE ÉTUDE CLINIQUE PUBLIÉE DANS UNE REVUE AMÉRICAINE

La réduction de la tension artérielle peut sauver 100.000 vies par an aux Etats-Unis

Les Etats-Unis pourraient réduire le nom- bre de décès annuels de plus de cent mille en appliquant agressivement une réduction de la tension artérielle, a déterminé une étude cli- nique publiée lundi dans une revue améri- caine. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs recommandent d'abaisser la limite au-delà de laquelle une personne est actuellement consi- dérée comme souffrante d'hypertension. Dans le détail, cette limite pour la tension systolique et diastolique doit être ramenée se- lon eux respectivement de 140 mmHg et 90 mmHg, à 120 mmHget 80 mmHg. "Les bénéfices pour la santé publique d'adopter un traitement agressif de l'hyperten- sion sont énormes", souligne Adam Bress, professeur adjoint à l'Université de l'Utah, principal auteur de l'étude. Les chercheurs ont utilisé des données provenant d'une enquête fédérale sur la santé et la nutrition (NHNES) menée de 1999 à 2006 et l'essai clinique Sprint (Systolic Blood Pressure Intervention Trial) ef- fectué avec 9.361 participants. Ces derniers étaient âgés de 50 ans et plus, présentaient un haut risque de maladies car- diovasculaires et n'avaient pas d'antécédent de diabète ou d'accident vasculaire cérébral. Ils se sont concentrés sur un échantillon re- présentatif d'environ 2.000 hommes et femmes

pour calculer ces projections. Selon l'essai cli- nique Sprint, abaisser ces limites à 120 mmHg et 80 mmHg pourrait réduire la mortalité cardiovasculaire de 27% dans cette population comparativement au taux actuel. "Le risque ré- sultant d'une tension artérielle excessive est d'environ 80% pendant toute la vie aux Etats- Unis", précise le Dr Richard Cooper, professeur

à la faculté de médecine de l'Université Loyola

de Chicago, qui a collaboré à l'étude. Pour par- venir à ces objectif de réduction de la tension artérielle, les patients devraient prendre trois ou quatre médicaments au lieu de deux actuel- lement, selon lui. "Actuellement environ 80 millions d'Américains souffrent d'hyperten- sion soit un sur trois et le coût pour les soigner se monte au total à 80 milliards de dollars par an", précise le Dr Bress. Les médicaments nécessaires pour atteindre ces nouveaux ob- jectifs sont déjà sur le marché, sont sûrs, effi- caces et bon marchés, ajoute-t-il. Ces médecins pensent que l'objectif minimum serait d'abais-

ser la limite pour la tension artérielle systolique

à au moins 130 mmHg. Il faudrait aussi, suggèrent-ils, effectuer des essais cliniques pour aider les médecins à contrôler la tension artérielle quand les pa- tients sont chez eux.

OBÉSITÉ

Un gène prometteur contre l'obésité découvert chez un ver

Des chercheurs australiens et danois ont découvert chez un ver un gène responsable de la sensation de satiété qui pourrait aider à combattre l'obésité. Ce gène baptisé "ETS-5" contrôle les si- gnaux du cerveau aux intestins et dé- clenche la sensation de satiété ainsi que le besoin de dormir ou de faire de l'exercice après avoir mangé, expliquent ces scienti- fiques dont la recherche est publiée lundi dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS). Un gène similaire existe chez les hu- mains et cette découverte ouvre la voie à la mise au point d'une molécule qui pourrait aider à contrôler le surpoids en réduisant l'appétit et en activant le désir de faire da-

vantage d'exercice physique, souligne Ro- ger Pocock, professeur adjoint à l'Univer- sité Monash en Australie. Quand les intestins ont emmagasiné suffisamment de graisse, le cerveau re- çoit alors un message indiquant au ver d'arrêter de bouger, déclenchant une phase de somnolence, ou au contraire de conti- nuer à se mouvoir s'il n'est pas rassasié, ex- plique le chercheur. Le 'Caenorhabditis elegans', un petit ver rond et transparent d'environ un mil- limètre, est très prisé des chercheurs pour la simplicité de son cerveau qui ne compte que 302 neurones et 8.000 synapses, les branchements entre ces cellules céré- brales. En comparaison, un être humain

compte cent mille milliards de neurones et plus de 160.000 kilomètres de connexion cé- rébrales. Ce ver partage jusqu'à 80% de gènes avec les humains et environ la moitié de ses gènes connus sont impliqués dans des maladies humaines, précise le professeur Pocock. "Dans la mesure où ces vers partagent un si grand nombre de gènes avec les hu- mains, ils constituent un très bon modèle de recherche pour mieux comprendre des processus biologiques comme le métabo- lisme ainsi que des maladies", explique-t- il.

Ces chercheurs ont découvert le rôle du gène "ETS-5" en analysant des neurones

dans le cerveau de ces vers et en contrôlant leur réponse à l'apport de nourriture. Ils ont constaté qu'à l'instar des mammifères, un régime alimentaire riche suscite un réponse du cerveau différente de celle déclenchée par des aliments pauvres en nutriments. Chez les mammifères, la consommation d'aliments riches en graisses et en sucres stimulent l'appétit, ce qui conduit à l'obé- sité. Il s'agit de la première découverte d'un gène régulateur du métabolisme, ouvrant la voie à un médicament capable d'agir sur le contrôle de l'intestin par le cerveau et le sentiment de satiété, selon le professeur Po- cock.

APS

12 DK NEWS

SAN

Mercredi 15

EPILEPSIE : DU SPORT POUR CALMER LES CRISES

La pratique régulière du sport constitue un outil thérapeutique intéressant pour diminuer l'intensité et la fréquence des crises, souligne l'association Epilepsie France.

Les personnes épileptiques n'ont pas de raison d'être sur le banc de touche en matière de pratique spor- tive. Au contraire, l'activité physique devrait être davantage considérée comme une corde supplémentaire à l'arc thérapeutique. C'est ce qu'a rap- pelé l'association Epilepsie France, à l'occasion de la journée internatio- nale de l'épilepsie lundi 8 février. Michèle Vidal est professeure d'ac- tivités physiques spécialisée dans l'éducation sportive de patients épi- leptiques au centre de lutte contre l'épilepsie de la Teppe, près de Va- lence (Drôme). Son expérience sur le terrain l'a convaincue de l'effet anti- épileptique du sport auprès des pa- tients qu'elle accompagne. "Pour le moment peu d'études scientifiques viennent valider les bienfaits du sport pour le patient épileptique, mais sur le terrain, on observe une réelle dimi- nution de la fréquence et de l'inten- sité des crises lors de la pratique", explique-t-elle à l'AFP. Par un mécanisme complexe, le sport arriverait dans le cerveau à pré- venir les courts-circuits à l'origine des crises d'épilepsie, ces décharges d'influx nerveux anormaux. "Il y a

ces décharges d'influx nerveux anormaux. "Il y a moins de crises, souvent elles sont moins sévères.

moins de crises, souvent elles sont moins sévères. Et chez certains pa- tients, cela va améliorer des troubles

qui vont accompagner l'épilepsie : des troubles anxieux, dépressifs, du som-

meil

Huberfeld, neurologue à l'Hôpital La Pitié-Salpêtrière à Paris, interrogé par Francetvinfo.

juge de son côté le Dr Gilles

",

Un avis médical avant de commencer

Les bienfaits du sport sur les pa- tients seraient multiples. Le bien-être ressenti diminuerait le stress, la peur et l'anxiété, facteurs de risque des crises d'épilepsie. Mais les patients gagneraient en confiance, se sentant moins stigmatisés à cause de la mala- die. Avant de se mettre à un sport, il est conseillé de demander un avis médical qui orientera vers des activi- tés les moins à risque quand on est épileptique. Les activités comme l'es- calade, l'alpinisme et la plongée sous- marine sont à éviter par exemple. Et plus généralement toute pratique doit être encadrée par un profession- nel.

LES FEMMES ENCEINTES ENCOURAGÉES À ALLAITER

Chez les femmes enceintes souf- frant d’épilepsie, l’allaitement se- rait conseillé. Cela abaisserait les risques liés à l’exposition du bébé in utero aux traitements contre l’épilepsie de la mère. Chaque année en France, 5 000 bébés naissent de mamans souf- frant d’ épilepsie . La grossesse chez ces femmes épileptiques n’est pas sans danger pour le bébé. Cer- tains médicaments contre l’épilep- sie peuvent augmenter le risque de malformations congénitales et de troubles autistiques chez l’enfant, comme l’a établi une étude norvé- gienne publiée dans Epilepsia en juillet dernier. Des chercheurs du CHU de Ber- gen en Norvège publient de nou-

veau sur le sujet mais pour appor- ter cette fois-ci une nouvelle plus rassurante aux futures mamans. Dans la revue scientifique JAMA neurology, cette étude conclut qu’un allaitement d’un an pourrait limiter les risques liés à l'exposition du futur bébé aux médicaments an- tiépileptiques pendant la grossesse. Les chercheurs se sont appuyés sur les données d’une cohorte nor- végienne de mères et d’enfants nés entre 1999 et 2009. Les mères ont fourni des infor- mations spécifiques concernant les évolutions motrices et sociales, le développement du langage et le comportement de leurs bébés à l’âge de 6 mois, 18 mois puis à 36 mois. Les mamans ont également

indiqué si elles avaient allaité la première année suivant leur accou- chement. Le cas des mamans épileptiques qui ont suivi un traitement, et po- tentiellement exposé leur enfant pendant la grossesse à ces médica- ments, a été analysé. 223 bébés étaient concernés par cette exposi- tion in utero.

L’allaitement encouragé

Les résultats de l’étude souli- gnent que les enfants nés de ma- mans épileptiques et qui ont été allaités n’ont pas présenté de diffi- culté motrice que ce soit à l’âge de 6 mois, de 8 mois ou de 36 mois. Cela signifie que l’allaitement pourrait jouer un rôle protecteur

contre les dangers liés au traite- ment de l’épilepsie. "Les femmes souffrant d'épilepsie devraient être encouragées à allaiter leurs enfants ", prône l’étude. Dans plus de 90% des cas, la grossesse des femmes épileptiques se déroule sans complication pour le bébé. Les femmes épileptiques font néanmoins l’objet d’une sur- veillance étroite par leurs méde- cins. Il est conseillé dans la mesure du possible qu’elles consultent leur médecin trois mois avant la conception. Pendant la grossesse, des adaptations sont possibles à l’instar d’un ajustement du traite- ment ou du dosage médicamen- teux afin de réduire les risques.

Epilepsie : elle concernerait tous les cerveaux

Des scientifiques de l'Inserm ont réussi à modé- liser les crises d'épilepsie. Ils ont ainsi découvert qu'elles existent à l'état latent chez chacun de nous. Entre 0,6% et 0,7% de la population française serait concerné par l'épilepsie. Pourtant, selon des chercheurs de l'Institut national de la santé ( Inserm ), "la crise d'épilepsie existe à l'état la- tent dans tous les cerveaux." L'équipe des doc- teurs Viktor Jirsa et Christophe Bernard a mis au point une modélisation mathématique de l'épi- lepsie, publiée par la revue Brain . Dans l'étude, ils expliquent que les crises obéis-

sent à des règles mathématiques très simples, malgré la diversité de ses formes allant de la perte de conscience à une contraction muscu- laire ténue ou une absence de juste quelques secondes. Interviewé par le Figaro , Christophe Barnard ex- plique le mécanisme des crises d'épilepsie grâce à une image très simple : "Le cerveau serait un paysage où se promène un personnage. Mais dans cette contrée se dressent des châteaux in- terdits: si l'on y pénètre, on fait une crise d'épi- lepsie." Les châteaux sont entourés par des murailles, qui sont plus fragiles ou plus solides

en fonction de l'âge. "Ces murailles sont aussi franchissables par le jeune adulte si un événe- ment extrême (traumatisme crânien, électro-

choc

"La crise d'épilepsie est peut-être la forme d'ac- tivité la plus primitive que le cerveau peut géné- rer." L'épilepsie, maladie neurologique la plus courante après la migraine, est plutôt bien contrôlée aujourd'hui : la seule contrainte étant une prise de médicament quotidienne. Grâce au modèle mis au point par les chercheurs de l'In- serm, de nouveaux traitements, plus personna- lisés, pourront être mis au point.

)

le catapulte au sein du château", dit-il.

ANTÉ

In topsanté.fr

15 février 2017

DK NEWS 13

nt

a-

es

es

m-

es

La

a-

re

ur

es

ts

nt

a-

, il

vis

vi-

st

s-

s-

Et

ue

n-

e-

es

re

ts

la

es

ur

es

r-

e-

re

ur

la

e,

à

e-

n-

-

Epilepsie : du venin de serpent pour la comprendre La toxine du venin de serpent
Epilepsie : du
venin de
serpent pour la
comprendre
La toxine du venin de
serpent corail serait
impliquée dans les mêmes
mécanismes que l'épilepsie
ou la schizophrénie. L'étude
de ce venin permettrait de
mieux comprendre la
maladie.
Une équipe de chercheurs
vient de percer le mystère du
venin du serpent corail, un
reptile du Costa-Rica
particulièrement venimeux.
Une découverte qui risque
d'avoir des répercussions sur
la santé de l'homme car les
chercheurs ont découvert
que la toxine de ce venin était
impliquée dans les mêmes
mécanismes que l'épilepsie
ou la schizophrénie.
"Ce que nous avons trouvé,
c'est la première toxine
animale connue (appelée
MmTX), et de loin la plus
puissante, qui cible les
récepteurs GABA(A), les
cellules nerveuses
responsables de l'épilepsie",
explique le Dr Frank
Bosmans, un des co-auteurs
de cette découverte.
Chez les mammifères, les
récepteurs GABA(A) sont très
importants, car ils jouent un
rôle indispensable dans la
communication entre le
cerveau et la moelle épinière.
L'épilepsie, la schizophrénie
et les douleurs chroniques
sont trois pathologies
causées
par
un
dysfonctionnement de ces
récepteurs. Le Dr Bosmans et
son équipe envisagent donc
d'utiliser le venin du serpent
corail comme un outil, pour
mieux comprendre
comment fonctionnent les
récepteurs et découvrir quel
dysfonctionnement peut
provoquer l'épilepsie ou la
schizophrénie.
Ce n'est pas la première fois
que des chercheurs utilisent
le venin de serpent pour
mettre au point des
traitements. Récemment, les
chercheurs français de
l'Institut de pharmacologie
moléculaire et cellulaire de
Nice ont découvert que le
venin du mamba noir, l'un
des serpents les plus
dangereux d'Afrique,
contenait des protéines
antidouleur identiques à
celles de la morphine. Cette
découverte pourrait
permettre la mise au point
d'un nouvel antalgique ayant
moins d'effets secondaires.

UN BOÎTIER ET UN

IMPLANT

POUR PRÉVENIR LES CRISES

Des chercheurs australiens ont mis au point un boîtier muni d’un système de voyant qui vire au rouge pour annoncer l’arrivée d’une crise d’épilepsie. Une technologie qui pourrait améliorer le quotidien des per- sonnes souffrant d’épilepsie.

"Savoir à quel moment une crise peut se produire pourrait améliorer de façon specta-

culaire la qualité de vie et l'autonomie des épi-

leptiques", explique Mark Cook, un des chercheurs à l’origine de l’invention qui est

convaincu que cela peut révolutionner la vie

des patients. Munis de leurs boîtiers, ils pour- raient modifier leur comportement en fonc- tion de la couleur du voyant. S’il est rouge, signe de l’imminence d’une crise, ou blanc, risque probable, ils éviteront de se mettre dans des situations potentiellement "dangereuses comme conduire ou nager", ajoute le cher- cheur.

Comment un simple appareil peut réussir à

prédire une crise d’épilepsie ? La prouesse scientifique et technologique est racontée dans la revue britanniqueLancet Neurology. L’appareil est implanté sous la poitrine du pa- tient et relié à des électrodes qui captent l'acti-

vité électrique du cerveau. Le miracle de la

technologie permet de transmettre les infor- mations à un boîtier manuel qui calcule la pro-

babilité d’une crise d’épilepsie . Il traduit ce

calcul par une lumière bleue, si le risque est faible ; blanche, si le risque est probable, et

rouge si le risque est important.

Ce nouveau système faciliterait la vie des épileptiques en leur permettant de prendre leurs médicaments uniquement de manière

ponctuelle quand le risque de crise est élevé.

En France, 400 000 personnes souffrent d’épilepsie et pourraient bien profiter un jour de cette avancée scientifique.

bien profiter un jour de cette avancée scientifique. UN SEUL ET UNIQUE MÉDICAMENT POUR STOPPER LES

UN SEUL ET UNIQUE MÉDICAMENT POUR STOPPER LES CRISES

L’eslicarbazepine rendrait la

jour peut être intéressante pour

gestion quotidienne de la maladie plus simple pour les malades at- teints d’épilepsie. Un médicament que l’on ne prend qu’une seule fois par jour pour stopper les crises d’épilepsie se révèlerait tout aussi efficace qu’une médicament à prendre

les patients nouvellement diag- nostiqués qui ont besoin d’ap- prendre à gérer leur traitement". "L'étude montre que l’eslicarbazé- pine serait aussi efficace que la carbamazépine pour prévenir les crises d’épilepsie, un médicament plus ancien et plus prescrit dont il

deux fois, selon une nouvelle

est dérivé," a déclaré le Dr Sean

étude financée par le laboratoire

Hwang, neurologue au Centre de

portugais BIAL-Portela & Ca., et qui sera présenté le 19 avril à lors du congrès annuel de l’Académie

soins de l’épilepsie de Great Neck, à New York (Etats-Unis). Actuelle- ment la carbamazepine, commer- cialisé au début des années 60, est

américaine de neurologie, à Van- couver (Canada)

le premier médicament prescrit

"Avoir une option thérapeu-

aux patients qui souffrent de crises

tique qui permet de ne prendre un

d’épilepsie, que ces crises soient

médicament qu’une seule fois par

partielles (sans perte de connais-

seule fois par partielles (sans perte de connais- sance) ou complexes (avec perte de conscience). Une

sance) ou complexes (avec perte de conscience). Une étude menée sur les deux médicaments a révélé que 71% des patients qui prenaient

de l’eslicarbazépine et 76% de ceux qui prenaient la carbamazé- pine n’avaient pas connu de crise pendant au moins 6 mois.

NOUVELLE PISTE THÉRAPEUTIQUE CONTRE LES CRISES D'ÉPILEPSIE

Le développement de composés pro- tecteurs des neurones ouvre de nou- veaux espoirs pour traiter l'épilepsie. Ces substances limiteraient la fré- quence des crises.

effets sur le cerveau. Une étude réalisée sur des souris et publiée dans Scientific Reports , une rubrique du journal Na- ture. Les chercheurs ont baptisés ces composés protecteurs "LAU" et les ont brevetés. Dans leur étude, ils expli- quent que les composés LAU bloquent les signaux inflammatoires qui sur- viennent habituellement pendant les crises d'épilepsie et qui perturbent la communication entre les neurones . Ces cellules du cerveau, et plus préci-

sément leurs prolongements (appelés épines dendritiques) sont donc conser- vées et leur connectivité est maintenue, ce qui limite l'apparition de nouvelles crises. "La préservation des épines dendritiques et l'évitement des crises qui en découle ont été observés jusqu'à 100 jours après le traitement, ce qui suggère que le processus de dévelop- pement de l'épilepsie a été arrêté" se fé- licite le docteur Nicolas Bazan, auteur principal de l'étude, sur le site EurekA- lert .

Mieux vaut prévenir que guérir. Cet

adage peut s'appliquer à la recherche

contre les crises d' épilepsie : des cher- cheurs en neurosciences de l'univer- sité de Louisiane (Etats-Unis) ont mis au point des composés neuroprotec- teurs qui permettraient de diminuer la fréquence des crises et de réduire leurs

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mercredi 15 février 2017

LIBYE

Libération de 13 Egyptiens enlevés dans l'Est

Treize (13) Egyptiens kidnappés par un des hommes armés dans l'est de la Libye ont été libé- rés, a annoncé hier l'armée égyptienne. Les 13 Egyptiens «avaient été kidnappés par un groupe criminel armé dans la région d'Ajdabiya» en Libye, a indiqué le porte-parole de l'armée égyptienne, le colonel Tamer al-Rifaï, dans un communiqué. Leur libération a été rendue possible grâce à la «coordination avec le commandement général de l'armée libyenne», conclut le texte.

GUINÉE-BISSAU

Le président reproche au Parlement de «bloquer» le fonctionnement normal du pays

au Parlement de «bloquer» le fonctionnement normal du pays Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a

Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a reproché au Parlement de «bloquer» le fonction- nement normal du pays par son refus de permet- tre la discussion du programme du gouverne- ment. Dans un discours devant la conférence inter- nationale sur le contrôle des finances publiques des Pays de la langue officielle portugaise (PALOP), M. Vaz a estimé que la crise en Guinée- Bissau était due «à une obstruction claire» du Parlement orchestrée par la direction de cet ins- tance. Pour le chef de l'Etat, il n'y a pas de problème militaire dans le pays, mais «une crise imminente politico-institutionnelle» alimentée par le Parlement, qui refuse de permettre l'examen du programme de gouvernance qui peut favoriser à ses yeux le développement du pays. M. Vaz a estimé que la position de la prési- dence du Parlement peut être considérée comme une forme de «démocratie violente» puisque la session plénière de l'organe n'est pas en mesure d'adopter des lois en conformité avec le mandat que le peuple a donné à ses membres. L'impasse politique qui dure depuis plus 18 mois en Guinée-Bissau empêche le Premier ministre de faire adopter son programme et son budget par l'Assemblée nationale dominée par le Parti africain de l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC).

SITUATION EN LIBYE :

Lamamra appelle la communauté internationale à un «examen de conscience»

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra a appelé, hier à Bruxelles, la communauté internationale à un «examen de conscience» sur la situation en Libye, l'exhortant à prendre les mesures nécessaire afin de favoriser «une solution libyenne».

«La communauté inter- nationale doit faire son examen de conscience et voir dans quelles circons- tances certains membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont jeté de l'huile sur le feu au lieu de prendre des mesures d'apaisement, d'inclusion et de nature à favoriser une solution», a-t- il déclaré lors d'une confé- rence internationale de haut niveau sur la média- tion. Selon le chef de la diplo- matie algérienne, la com- munauté internationale «a

matie algérienne, la com- munauté internationale «a raté l'occasion» de faire une transition pacifique et

raté l'occasion» de faire une transition pacifique et inclusive en Libye comme l'avait préconisée l'Union africaine (UA) en 2011. «Malheureusement, nous n'avons pas été suivis, nous avons été isolés par le processus international», a-t-il regretté. Aujourd'hui, a-t-il pour- suivi, les difficultés «perdu- rent» en raison de l'ab- sence d'«un seul agenda pour le peuple libyen», mais également pour toute la communauté internatio- nale. «Il faut trouver un moyen d'harmoniser

toutes les approches», a-t-il préconisé», rappelant que l'action diplomatique de l'Algérie en Libye vise à «encourager une solution libyenne» à la crise. «Nous souhaitons qu'il y ait un agenda unique des Libyens et qu'il soit sou- tenu par toute la commu- nauté internationale sans qu'il y ait d'agenda concur- rent ou conflictuel», a-t-il précisé à l'APS. La facilitation de l'Algérie consiste, selon le ministre, à «consolider l'accord signé le 17 décem- bre 2015» et à faire en sorte

que si cet accord doit être amendé, «cela se fera de manière consensuelle». Il mis l'accent, à ce titre, sur la nécessité d'aller vers la «réconciliation natio- nale» afin que «les Libyens, ensemble, se mettent d'ac- cord sur leur avenir, leurs institutions, leur armée nationale et leurs forces de sécurité». M. Lamamra a estimé que les Libyens doi- vent pouvoir «aller vers une transition inclusive, puis vers des élections démo- cratiques sur la base de la nouvelle constitution, en cours d'élaboration». Il a exhorté, dans ce contexte, la communauté internationale à «donner la priorité» à la reconstruc- tion de l'Etat libyen qui constitue, a-t-il dit, «incon- testablement» un moyen de lutter «légitimement» contre le terrorisme dans le cadre du respect de sa souveraineté et de son inté- grité territoriale. «Combattre le terro- risme par des interven- tions militaires en Libye ne fera qu'aggraver le pro- blème», a-t-il prévenu.

MALI La mise en œuvre de l'accord de paix au Mali "remise sur les rails", affirme M.Lamamra

La dernière réunion du Comité de suivi de la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, a permis de «remettre sur les rails» le proces- sus de mise en oeuvre effective de cet accord, a affirmé hier à Bruxelles le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération inter- nationale, Ramtane Lamamra. «La réunion de vendredi (à Bamako) est une session de haut niveau du Comité de suivi présidé par l'Algérie. Cette réunion a remis sur les rails le processus de mise en oeuvre de l'accord de paix», signé en 2015, a-t-il déclaré à l'APS en marge d'une conférence de haut niveau sur la médiation. Selon le chef de la diplomatie algérienne, l'accord de paix et de réconciliation au Mali faisait face à de «blocages très importants» sur-

montés depuis grâce aux efforts de l'Algérie qui a été à la tête de l'équipe de médiation internationale ayant permis la conclusion de l'accord. Le ministre malien de la Sécurité

et de la Protection civile, Salif Traoré,

avait affirmé lundi à Alger que des

«avancées» ont été enregistrées sur le terrain depuis la signature de l'ac- cord de paix au Mali, saluant l'Algérie pour son soutien diplomatique et sécuritaire. Le chef de la diplomatie algé- rienne s'est réuni vendredi à Bamako avec un certain nombre de ministres du gouvernement du Mali, plus les parties signataires ainsi que les représentants de la communauté internationale. «La médiation de l'Algérie au Mali

a enrichi la doctrine et la pratique de

la médiation au niveau internatio-

nal», a soutenu M. Lamamra, rappe-

lant que le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, ainsi que les diffé- rents mouvements politico-mili- taires au Mali ont sollicité les autori- tés algériennes pour demander sa

médiation, alors même que les Nations unies, la CEDEAO, l'UA, l'UE et l'OCI avaient toutes un mandat pour engager des discussions. «La médiation de l'Algérie a per- mis de réunir toutes les organisa- tions qui avaient des mandats et qui ont toutes accepté de travailler au sein d'une équipe internationale de médiation dirigée par l'Algérie à laquelle se sont joints la France et les Etats-Unis d'Amérique en tant qu'amis de l'équipe de médiation», a- t-il ajouté. Le ministre a fait savoir, dans ce

contexte, que l'Algérie a initié le

même processus pour la Libye.

AFRIQUE-ZIMBABWE

Une réunion internationale d'urgence hier à Harare face à l'invasion de chenilles

Une réunion d'urgence sous l'égide de l'ONU a eu lieu mardi dans la capitale zimbabwéenne Harare afin de discuter de mesures contre l'invasion d'une chenille légionnaire qui a endommagé les cul- tures céréalières de plusieurs pays afri- cains et fait craindre des pénuries ali- mentaires. Des experts représentant 13 pays seront réunis pendant trois jours à Harare, sous l'égide de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). La semaine dernière, le Centre inter- national pour l'agriculture et les bios- ciences (Cabi) avait souligné que ces che- nilles se «propageaient rapidement» sur le continent africain. Cette organisation

internationale à but non lucratif basée au Royaume-Uni avait également prévenu que ces chenilles «pourraient se propager dans les prochaines années en Asie tropi- cale et en Méditerranée, devenant une menace majeure pour le commerce agri- cole mondial». L'agence de l'ONU a prévenu que cette invasion, combinée aux problèmes de propagation de criquets, «pourrait être catastrophique» pour l'Afrique australe qui souffre déjà de sécheresses répétées provoquées par le phénomène climatique El Nino. «Cette phase de l'invasion a débuté mi- décembre 2016 en Zambie», a expliqué Kenneth Wilson, professeur à l'Université de Lancaster (Grande-Bretagne), dans

une note publiée lundi. «L'invasion s'est maintenant propagée jusqu'à l'Afrique du Sud. Ces chenilles légionnaires se nour- rissent de nombreuses céréales de base, elles peuvent donc provoquer des pénu- ries alimentaires dans la région», a-t-il relevé. Il a précisé que ces chenilles d'au- tomne, qui s'attaquent aussi aux champs de coton, de soja, de pommes de terre et de tabac, pourraient avoir été introduites en Afrique via des végétaux importés. Les pesticides chimiques peuvent être une solution, mais sur le continent amé- ricain ces chenilles légionnaires ont déve- loppé une résistance aux insecticides. En décembre, les autorités zam- biennes ont fait appel à l'armée pour

acheminer des pesticides dans plusieurs provinces affectées par ces insectes. La «chenille légionnaire d'automne», originaire des Amériques et récemment introduite en Afrique, a déjà fait des ravages dans les champs de céréales en Zambie, au Zimbabwe, en Afrique du Sud et au Ghana. Le Malawi, le Mozambique et la Namibie seraient également affectés. Selon des experts, c'est la première fois que cette espèce cause de telles destruc- tions de champs en Afrique. Ces chenilles dévorent le maïs, le blé, le millet et le riz, des aliments de base en Afrique australe, une région déjà frappée par l'une des pires sécheresses de ces der- nières années.

APS

Mercredi 15 février 2017 MONDE DK NEWS 15
Mercredi 15 février 2017
MONDE
DK NEWS
15

ONU

Guterres appelle à améliorer la gouvernance pour rétablir la confiance des populations

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a souligné l'importance d'améliorer la gouvernance pour rétablir la confiance des populations, a indiqué l'ONU.

«Si on examine les problèmes actuels de gouvernance au niveau des pays, entre les pays ou de gou- vernance multilatérale dans le monde, nous faisons face à un terri- ble manque de confiance», a ajouté M. Guterres qui s'exprimait lundi à l'occasion du 5e Sommet mondial des gouvernements à Dubaï (Emirats arabes unis) a précisé l'Onu. Il a en outre déploré «un manque de confiance entre les peu- ples, entre les gouvernements et la classe politique. Il y a un manque de confiance entre les pays et un manque de confiance concernant la gouvernance des institutions multi- latérales mondiales», a poursuivi le chef de l'ONU. Le Sommet mondial des gouver- nements est une plateforme qui réunit chaque année des dirigeants et des décideurs politiques et qui présente les tendances à venir en matière de politique économique, de services gouvernementaux, de gouvernance ou encore d'innova- tion. M. Guterres a jugé qu'une réforme était nécessaire pour «réconcilier les gens avec la classe politique».

pour «réconcilier les gens avec la classe politique». Selon lui, il est indispensable d'améliorer la

Selon lui, il est indispensable d'améliorer la gouvernance et d'améliorer la confiance entre les gouvernements et les populations. «Nous avons besoin de solutions mondiales et les solutions mon- diales requièrent des institutions multilatérales capables de jouer leur rôle», a-t-il soutenu. Il a par ailleurs renouvelé sa détermination à réformer l'ONU, notamment les secteurs du déve- loppement et des opérations de maintien de la paix, insistant sur la

nécessité de réformer la manière dont l'ONU est gérée. «Nous avons des réglementations qui empê- chent l'ONU d'agir efficacement. Nous devons créer une confiance mutuelle entre les diffé- rents Etats membres - le Groupe des pays occidentaux, le G77, tous les autres - pour leur faire com- prendre qu'il est dans l'intérêt de tous d'avoir une ONU plus souple, plus décentralisée, avec des procé- dures plus simplifiées», a-t-il conclu.

PALESTINE-ISRAËL Le président libanais appelle à préserver El Qods des tentatives de judaïsation israéliennes

Le président libanais Michel Aoun a souligné hier devant la Ligue des Etats arabes la nécessité de préserver El Qods occupée des tentatives de judaïsation israéliennes. Devant les représen- tants permanents des Etats membres de la Ligue arabe, M. Aoun a appelé les pays arabes à «unir leurs efforts pour préserver le caractère d'El Qods», troisième lieu saint de l'islam où s'y mêle l'identité musul- mane et chrétienne. Le chef de l'Etat liba- nais, qui s'est entretenu avec le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit, a aussi accusé Israël de vouloir «judaïser la Palestine». «Pouvons-nous imagi- ner El Qods sans l'espla- nade des Mosquées, sans l'église du Saint-

nade des Mosquées, sans l'église du Saint- Sépulcre?», a-t-il dit lors de son allocution, qui clô-

Sépulcre?», a-t-il dit lors de son allocution, qui clô- turait une visite de deux jours au Caire entamée lundi par une rencontre

du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Les déclarations de M. Aoun interviennent alors que la question d'un pos-

sible transfert de l'ambas- sade des Etats-Unis vers la ville sainte d'El Qods

est vivement dénoncé par les Palestiniens et la com- munauté internationale. De son côté, la Ligue arabe a dénoncé mardi dans un communiqué un projet de loi adopté dimanche par le «Knesset» israélien (Parlement) interdisant aux mosquées d'em- ployer des haut-parleurs pour al Adhan (appel à la prière). Le projet de loi «est une nouvelle atteinte» d'Israël à «la liberté de culte en Palestine et à El

ber-

Qods occupée (

ceau des trois religions monothéistes», selon le communiqué. Après sa visite au Caire, le président liba- nais s'est par la suite rendu en Jordanie.

),

SYRIE

L'armée régulière syrienne élimine 200 terroristes de Daech près de Palmyre

Les forces gouvernemen- tales syriennes ont éliminé 200 terroristes du groupe ultra-radical autoproclamé "Etat islamique" (EI/Daech) près de la ville antique Palmyre, dans la province syrienne de Homs, a rap-

porté hier la presse syrienne. "Les divisions de l'armée syrienne ont éliminé plus de

180 bâtiments de terroristes,

dont 60 postes de résistance,

15 entrepôts d'armes, de

munitions et de matériel militaire, 43 véhicules blindés et des camion- nettes munis d'armes de gros cali- bre", a indiqué la presse syrienne,

de gros cali- bre", a indiqué la presse syrienne, citant des sources sécuritaires russes et syriennes.

citant des sources sécuritaires russes et syriennes. "200 terroristes de Daech ont été éliminés", a-t-on ajouté. Les militaires syriens soute-

nus par les forces aériennes russes, qui ont opéré "plus de 90 sorties depuis le 6 février, ont réussi de libérer 805km² de territoire des terroristes de l'EI" dans la province de Homs. Depuis la fin 2016, les affrontements font rage aux abords de Palmyre. Au terme d'une violente offensive, Daech a repris fin décembre la cité antique, libérée quelques mois plus tôt par l'armée syrienne appuyée par l'aviation militaire russe

INDE:

Une responsable politique condamnée à 4 ans de prison pour corruption

La Cour suprême indienne a condamné hier à quatre ans de prison pour corruption une responsable politique qui s'apprêtait à diriger le Tamil Nadu, important Etat du sud du pays où une guerre de succession fait rage après le décès de sa matriarche, selon des médias. Décédée des suites d'une longue maladie en décem- bre dernier, Jayalalithaa a laissé un vide politique, n'ayant pas de successeur désigné, selon les agences. Après une série de "rebondissements" suivis par les télévisions indiennes, l'une de ses proches, V K Sasikala, 59 ans, aurait dû prêter serment cette semaine pour devenir la nouvelle chef de l'exécutif du Tamil Nadu, selon la même source. Mardi, la Cour suprême d'Inde a mis un coup d'arrêt à l'ascension de cette ex-vendeuse de cassettes vidéos qui n'a jamais occupé de responsabilités politiques. Dans un jugement, la plus haute instance judiciaire du pays a annulé sa relaxe dans une vieille affaire de cor- ruption et l'a condamnée à "quatre ans de prison, dix ans d'inéligibilité et une amende de 100 millions de roupies (1,4 million d'euros)". Sasikala, qui n'était pas présente à l'audience à Delhi, n'a pas réagi dans l'immédiat. Elle se trouvait dans un hôtel proche de Chennai, capitale du Tamil Nadu, avec des élus de son parti, All India Anna Dravida Munnetra Kazhagam (AIADMK), selon la même source. "Ce verdict montre que les acteurs de la vie publique ne devraient pas verser dans la corruption", a commenté devant la presse le dirigeant de l'opposition, M K Stalin.

CHINE-G20

La Chine plaidera le multilatéralisme lors d'une réunion ministérielle du G20 demain à Bonn

lors d'une réunion ministérielle du G20 demain à Bonn Le chef de la diplomatie chinoise Wang

Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi plaidera pour le multilatéralisme lors d'une réunion ministé- rielle du G20 jeudi et vendredi à Bonn (Allemagne), à laquelle participera également son homologue améri- cain Rex Tillerson, ont rapporté des médias. La présence du ministre chinois avait été mise en doute à la suite du différend entre Pékin et Washington autour de Taïwan depuis l'élection de Donald Trump, selon les médias. Le ministre était d'ailleurs initialement censé participer au même moment à un événement à Pékin. Finalement M. Wang se rendra bien à la réunion du G20 avant de participer en fin de semaine à une confé- rence sur la sécurité à Munich, a indiqué mardi Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. La Chine espère que la rencontre du G20 "enverra des signaux positifs pour soutenir le multilatéralisme, amé- liorer la gouvernance mondiale et générer une économie mondiale innovante, interconnectée, ouverte et inclu- sive - ce qui est d'une grande importance dans le contexte actuel", a ajouté M. Geng. Pékin s'irritait par ailleurs du refus de Washington de reconnaître le principe de la "Chine unique" - que Donald Trump s'était dit prêt à mettre en question. Donald Trump a finalement désamorcé en partie la crise en assurant lors d'un récent entretien téléphonique avec son homologue chinois Xi Jinping qu'il adhérait au principe de la Chine unique, qui interdit toute relation diplomatique entre des Etats étrangers et Taïwan, consi- déré par Pékin comme une de ses provinces.

APS

16 DK NEWS CULTURE Mercredi 15 février 2017
16 DK NEWS
CULTURE
Mercredi 15 février 2017

GRÈVE À L'ESBA

Les étudiants arrêtent leur grève de la faim

Les étudiants de l'Ecole supérieure des Beaux- arts d'Alger (Esba) en grève de la faim dans l'en- ceinte de l'école ont arrêté leur action lundi après- midi, après avoir obtenu du ministre de la Culture l'engagement de la tenue d'une séance de travail «mixte», a constaté un journaliste de l'APS sur place. Les huit étudiants qui observaient une grève de la faim depuis le 5 février ont tous évacué les locaux de l'école, après une courte visite- la deuxième depuis vendredi- du ministre de la Culture à l'Esba. Azzedine Mihoubi s'est engagé avec les étu- diants de tenir «mercredi»(aujourd’hui, ndlr) une séance de travail réunissant «des représentants des ministères de la Culture, et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, les enseignants de l'école des étudiants», selon le document remis à l'APS. Cette séance de travail devra se pencher sur les problèmes «pédagogiques», posés dans la plate- forme des revendications». Elle représente une des revendications princi- pales dont la satisfaction conditionnait la reprise des cours par les étudiants, selon le même docu- ment. Lors d'une réunion conjointe tenue dimanche entre les cadres du ministère de la Culture et des étudiants de l'Esba, le SG ministère avait réitéré les engagements des pouvoirs publics à prendre en charge l'hébergement des étudiants à «assu- rer» la restauration et à «renforcer» les moyens de transport, comme premières mesures applicables avant la fin de la semaine. L'Esba où l'arrêt des cours se poursuit pour le 2ème mois consécutif, est secouée depuis la ren- trée universitaire 2016-2017 par un mouvement de protestation des élèves contre les mauvaises conditions socio-pédagogiques. Outre l'amélioration des conditions d'héberge- ment et de restauration pour des élèves internes, les étudiants réclament la révision des pro- grammes de formation, l'accès à la post-gradua- tion et l'équivalence des diplômes décernés par l'Esba. Depuis 2015, ces questions font régulièrement l'objet des revendications des étudiants de l'école.

ORAN

11 e Festival du conte en mars 2017

Le onzième Festival du conte se tiendra du 13 au 18 mars 2017 à Oran sous le slogan «Si le goual m’était conté», a-t-on appris des organisateurs. Cette édition, qui verra la participation de 25 conteurs, revêtira un caractère maghrébin. Aux côtés de conteurs algériens, deux de Tunisie, un du Maroc et un autre de Mauritanie prendront part, pour la première fois, à ce festival pour mettre en exergue le patrimoine populaire au Maghreb arabe, a souligné la présidente d’as- sociation de promotion de la lecture «Le Petit lec- teur». Ce rendez-vous culturel entrant dans le cadre du projet visant à valoriser et protéger le patri- moine immatériel, financé par le ministère de la Culture et l’Union européenne (UE), accueillira une pléiade de conteurs du Liban, de Syrie, de France, d'Espagne, des Etats unis d’Amérique et du Congo, a indiqué la conteuse Djamila Hamitou. Des artistes de différentes wilayas du pays pré- senteront un cocktail de contes populaires algé- riens en langues arabe et amazighe pour faire connaitre plus le patrimoine national que recèle chaque région. La nouveauté dans cette édition est la partici- pation de dix jeunes conteurs sélectionnés parmi 24 amateurs à une formation en conte populaire, qui se tiendra du 7 au 12 mars prochain au com- plexe touristique «Les Andalouses» sous la direc- tion de deux conteurs français professionnels per- mettant aux jeunes de présenter des spectacles en groupes et en individuels lors de cette manifesta- tion. Les organisateurs ont prévu des cercles de conte populaire aux établissements scolaires, au parc d’attraction «Ibn Badis», aux bibliothèques, des centres culturels d’Oran, de Sidi Bel-Abbès, de Mostaganem et de Tlemcen.

M’SILA

Le film Chronique des années de braise en clôture des journées cinématographiques de Bou Saâda

Le film algérien «Chronique des années de braise», du cinéaste Mohamed Lakhdar Hamina, a été projeté mardi en clôture des journées cinématographiques de Bou Saâda, organisées du 11 au 14 de ce mois.

Les Bousaâdi sont venus nombreux à la pro- jection de ce film, ayant remporté la palme d’or au festival de Cannes, en 1975, et qui retrace l’his- toire de la Révolution, à travers des repères histo- riques, démontrant que le 1er Novembre 1954 n'est pas un «accident de l'histoire», mais l'abou- tissement d'un long pro- cessus de souffrances, de combats d'abord poli- tiques et puis militaires, entrepris par le peuple algérien contre le fait accompli de la colonisa- tion française qui a débuté par un débarque- ment à Sidi Fredj en 1830. Cette manifestation orga-

nisée à l’initiative de la direction de la culture de la wilaya de M’sila a été marquée par la projec- tion des films «Hors la loi» de Rachid Bouchareb, «Le colonel Lotfi» d’Ahmed Rachedi, «El Harraga blues» de Moussa Haddad, «Khadra et les autres» ou le par- cours d’une femme employée à la cinéma- tique d’Alger et un docu- mentaire intitulé «Les enchantements au pied du mont de Kerdada». Des expositions d’af- fiches sur le cinéma algé- rien et de photographies de la ville de Bou Saâda ont été également organi- sées à l’occasion.

Saâda ont été également organi- sées à l’occasion. TIZI OUZOU : Une quinzaine de participants à

TIZI OUZOU :

Une quinzaine de participants à la 7 e édition du Salon beauté et bien-être

Une quinzaine de sociétés et d’écoles de formation parti- cipent à la 7e édition du salon de beauté et de bien-être qu’organise depuis dimanche la société «Evenmencia» à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Cinq wilayas sont présentes à cette manifestation qui réinvestit les espaces d’exposition de la maison de la culture après trois années d’absence, en l’occurrence Alger, Constantine, Tizi Ouzou, Tamanrasset et Souk Ahras, a-t-on appris du directeur de la société organisatrice, Amara Karim. Lancé en 2007, le salon suscite de plus en plus l’in- térêt des professionnels de la beauté, des cosmétiques et de la parapharmacie qui y trouvent une aubaine pour faire connaître leurs produits, s’échanger les expériences et sur- tout écouler leurs marchandises à des prix concurrentiels, a-t-il expliqué à l’APS. «Nous avons lancé le salon en 2007 ici à Tizi Ouzou et nous avons pu en faire un évènement annuel qui a gagné la confiance des professionnels des métiers de beauté et de bien être. Après la 6e édition qui s’est tenue en 2013, le salon s’est éclipsé pendant trois ans. Nous reprenons cette année avec l’espoir de pérenniser ce rendez-vous très prisé par les producteurs et le large public de la région», a-t-il affirmé. En plus des laboratoires

et des entreprises spécialisées dans la fabrication des pro- duits cosmétiques et des parfums, l’édition de cette année connaît la présence de salons de coiffure et d’esthétiques ainsi que des écoles privées de formation à l’instar de «Mains Magiques» qui proposent des stages dans ces spécia- lités. La direction de la formation et de l’enseignement profes- sionnels a saisi l’opportunité offerte par le salon pour infor- mer et sensibiliser les visiteurs, notamment les femmes, sur les offres de formation proposées par les établissements du secteur en prévision de la rentrée professionnelles du 26 février prochain. Des réductions sur les prix des produits et sur des ser- vices proposés par les exposants ont été opérées à l’occa- sion, en vue d’attirer un maximum de clients qui, pour la plupart, découvrent une nouvelle gamme de produits qu’ils ne rencontrent pas souvent sur les étals des magasins spé- cialisés, a fait remarquer M. Amara. Le salon qui se poursuivra jusqu’au 16 du mois en cours est également un espace pour sensibiliser le consommateur sur la nécessité d’un retour aux produits de beauté fabri- qués à base d’ingrédients naturels et avec des techniques artisanales, en vue de préserver sa santé tout en s’offrant le plaisir de se faire beau, a-t-il souligné.

BOUMERDÈS

Premier tour de manivelle à Zemmouri El Bahri de la série «Familles du nord»

Le premier tour de manivelle d’une série télé- visée intitulée «Familles du nord» a été donné lundi à Zemmouri El Bahri (à l’est de Boumerdès) en présence de nombreuses figures artistiques nationale et maghrébine, dont Bahia Rachedi, Faouzi Saichi et Abdelkader Chellouche. Le tournage de cette nouvelle série télévisuelle prendra une cinquantaine de jours et se fera entre la région de Zemmouri El Bahri, Boumerdès, Alger et la capitale de Tunisie, a indiqué à l’APS le responsa- ble du projet, Abdelhakim Dheif. Participent à cette œuvre artistique «85 comédiens, campant des rôles princi- paux, représentés par des figures connues de la scène nationale et arabe, outre 15 autres comédiens dans des rôles principaux secon-

15 autres comédiens dans des rôles principaux secon- daires et 245 autres rôles secondaires», a précisé

daires et 245 autres rôles secondaires», a précisé le même responsable, ajou- tant que parmi les comé- diens figurent ceux venus de huit (8) pays arabes dont, outre l’Algérie, la Libye, la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, la Jordanie, la Syrie et les Emirats arabes unis. Parlant de cette nouvelle série, Abdelhakim Dheif a expliqué qu'il s’agit d’un «drame social» dont le scé-

nario a été co-écrit par Fatin Chokria ( Jordanie) et Abdeslam Dahou (Algérie), tandis que la réalisation a été confiée au metteur en scène Aymane Nasreddine de Jordanie et au réalisateur Abdeslam Dahou d’Algérie. La production de cette série télévisuelle est inscrite dans le cadre d’un partena- riat artistique entre une entreprise de production algérienne privée et huit (8)

pays arabes, a-t-il ajouté, signalant que sa distribu- tion sera assurée par l’Entreprise libyenne d’in- formation «Karaouane». La série, qui sera diffu- sée en 30 parties d’une qua- rantaine de minutes cha- cune, devrait être projetée durant le mois de Ramadhan prochain dans 12 pays arabes, en plus de l’Entreprise de la télévision nationale, qui a exprimé, à ce jour, «son accord de prin- cipe pour sa diffusion», dans l’attente du résultat des négociations, en cours, à ce sujet. Ce drame télévisuel aborde de nombreuses his- toires vécues par des familles de plusieurs pays arabes, vivant en voisinage, avec dans chaque partie un nouveau sujet traité, dont l’émigration, la solidarité familiale et le chômage.

APS

Mercredi 15 février 2017

HISTOIRE

DK NEWS 17

70 E ANNIVERSAIRE DE CRÉATION DE L'OS (1947-1950)

L'efficacité du mode opératoire de l'OS à l'origine de son adoption dès le déclenchement de la Révolution

L'Organisation

spéciale (OS), se distinguait par un

mode opératoire "unique" en termes de structuration

et d'organisation militaire, ce qui

a permis son adoption dès

le déclenchement de

la Révolution,

a affirmé

hier à Alger, Djamel Yahiaoui, historien, spécialisé dans l'histoire de

la Révolution.

Intervenant au Forum El Moudjadid, à l'occasion du 70e anniversaire de créa- tion de l'OS (1947-1950), M. Yahiaoui a souligné que l'efficacité de la structura- tion de l'OS avait permis son adoption dès le déclenchement de la Révolution, instaurant ainsi le cadre militaire de la guerre de Libération nationale et une nouvelle méthode pour l'Armée de libé- ration nationale (ALN). Cette organisation à caractère para- militaire placée, trois ans durant sous le commandement de dirigeants "révolu- tionnaires", a préservé le caractère confidentiel et abouti à la concrétisation effective de l'idée de transition d'une lutte politique à une lutte armée, a puir- suivi M. Yahiaoui, également chercheur au Centre nationale d'études et de recherches sur le mouvement national et la Révolution du 1 novembre 1954. Parmi les principaux facteurs ayant favorisé la continuité de l'action de l'OS en cette période, malgré les tentatives de l'administration coloniale pour la mettre à nu, la primauté du collectif sur l'individuel, ce qui traduit "la poursuite des ses actions, en dépit de l'alternance de 3 dirigeants à sa tête", en l'occurrence le père spirituel de l'organisation,

l'occurrence le père spirituel de l'organisation, Mohamed Belouizdad, en sus de Hocine Ait Ahmed et Ahmed

Mohamed Belouizdad, en sus de Hocine Ait Ahmed et Ahmed Ben Bella. Le choix rigoureux d'éléments effi- caces dans les rangs de l'Organisation spéciale faisait sa force, outre la défini- tion de certaines conditions d'adhésion, dont une expérience de deux ans au

moins au sein du mouvement national, une intensive formation paramilitaire. L'OS était divisée en plusieurs réseaux, chacun investi d'un rôle spéci- fique, dont un chargé de trouver des abris secrets pour cacher les militants de l'organisation, un réseau de commu-

nication et un autre logistique. Mustapha Zerkaoui, un des mem- bres de l'OS a mis en avant les qualités de Mohamed Belouizdad qui "n'avait jamais cru que l'Algérie obtiendrait sa souveraineté par la seule voie politique. APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 504 290 du 15/02/2017
RÉPUBLIQUE
ALGÉRIENNE
DÉMOCRATIQUE
ET
POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 504 290 du 15/02/2017
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 25102490 du 15/02/2017
RÉPUBLIQUE
ALGÉRIENNE
DÉMOCRATIQUE
ET
POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 25102490 du 15/02/2017

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mercredi 15 février 2017

Programme de la soirée

DÉTENTE Mercredi 15 février 2017 Programme de la soirée 20:55 21:00 Fais pas ci, fais pas

20:55

Mercredi 15 février 2017 Programme de la soirée 20:55 21:00 Fais pas ci, fais pas ça

21:00

Fais pas ci, fais pas ça

Avec : Bruno Salomone, Isabelle Gélinas

fais pas ça Avec : B runo Salomone, I sabelle Gélinas En 2022, cinq ans ont

En 2022, cinq ans ont passé. Alors que l'entre- prise Fabja och Vally est menacée de rachat, les Bouley partent à Jaipur, en Inde, pour rencontrer les parents de Ravija, la fiancée d'Eliott, laissant Salomé en garde chez les Lepic. Après la disparition de Squicky, son écureuil, Renaud déprime. Char- lotte est désormais mariée à Marta, et Christophe est devenu antiquaire vin- tage. Quant à Lucas, il a trouvé sa voie : il veut faire des vidéos sur Inter-

net.il a trouvé sa voie : il veut faire des vidéos sur Inter- 20:55 21:00 Football

trouvé sa voie : il veut faire des vidéos sur Inter- net. 20:55 21:00 Football /

20:55trouvé sa voie : il veut faire des vidéos sur Inter- net. 21:00 Football / Ligue

sa voie : il veut faire des vidéos sur Inter- net. 20:55 21:00 Football / Ligue
sa voie : il veut faire des vidéos sur Inter- net. 20:55 21:00 Football / Ligue
sa voie : il veut faire des vidéos sur Inter- net. 20:55 21:00 Football / Ligue

21:00

Football / Ligue des champions

REAL MADRID (ESP) / NAPLES (ITA)

des champions RE AL MAD RI D (E SP ) / N APL E S (ITA)

Pour conserver leurs chances intactes d'entrevoir les quarts de finale, les Madrilènes emme- nés par leur quadruple Ballon d'Or Cristiano Ronaldo doivent s'imposer le plus largement pos- sible lors de ce huitième de fi- nale aller, dans leur stade San- tiago Bernabeu. La tâche s'an- nonce toutefois difficile pour les tenants du titre qui affrontent des Napolitains sans pression dans le costume d'outsiders. Emmenés par Marek Hamsik, et Dries Mertens, Naples possè- dent de sérieux atouts offensifs pour marquer ce fameux but à l'extérieur si important en coupe d'Europe, avant un match retour chaud et palpi- tant au stade San Paulo dans

21:00un match retour chaud et palpi- tant au stade San Paulo dans Top chef EPI SOD

retour chaud et palpi- tant au stade San Paulo dans 21:00 Top chef EPI SOD E

Top chef

EPISODE 4

Grey's Anatomy

Créée par : Rob Corn Avec : Ellen Pompeo, Sarah Drew

Créée par : R ob Corn Avec : E llen Pompeo, Sarah Dre w Jackson se

Jackson se trouve auprès de Tatiana, une patiente qu'il suit depuis quatre ans et qui va enfin pou-

voir quitter l'hôpital. Du coup, il se remémore tous les moments de sa rela-

tion avec April

leurs dif-

ficultés actuelles, leur

mariage

toute première rencontre à l’hôpital.

jusqu'à leur

Jeux

Des racines et des ailes

MAGAZINE DE REPORTAGES

Jeux Des racines et des ailes MAGA Z IN E DE REPO RTAGES Début de la

Début de la quatrième semaine d'épreuves pour les dix candi- dats encore en lice. Pour le pre- mier défi, six d'entre eux doi- vent créer un plat ou un dessert associant la tomate à un fruit de leur choix, avec pour objectif

d'impressionner Frédéric Jau- nault. Pour corser la chose, ils changent de brigade. Au cours de l'épreuve suivante, les quatre autres participants se rendent au Meurice, palace de la capi- tale. Ils y rencontrent Cédric Grolet, qui se mesure à eux en réalisant des desserts à l'appa- rence de fruits. Enfin, la der- nière chance, pour cinq des candidats, consiste à rendre gastronomique le poisson pané.

A l'issue de cette épreuve, jugée

à l'aveugle, un des chefs de bri-

gade peut, sans même le savoir,

éliminer un de ses candidats. un des chefs de bri- gade peut, sans même le savoir, Culminant à 4 810 mètres,

peut, sans même le savoir, éliminer un de ses candidats. Culminant à 4 810 mètres, le

Culminant à 4 810 mètres, le mont Blanc est le plus haut sommet d’Europe occidentale. En compagnie de Ludovic Ra- vanel, géomorphologue au CNRS, survol du massif à la dé- couverte des sommets emblé- matiques et des récits qui ont fait les grandes pages de l’alpi- nisme. Christine Boymond- Lasserre, guide, fait visiter des palaces et certaines des plus belles villas de Chamonix. L’historien et auteur Pierre- Louis Roy retrace l’incroyable épopée de la construction du té- léphérique de l’aiguille du Midi. José Vouillamoz, généticien de la vigne, se rend au cœur des spectaculaires vignobles du Va- lais et l’architecte Nathalie Du- four dévoile les plus beaux châ- teaux du val d’Aoste. Enfin, rencontre avec Pascal Brun, pi-

lote des cimes depuis 30 ans.du val d’Aoste. Enfin, rencontre avec Pascal Brun, pi- quinze jours. “Seul l'amour peut garder quelqu'un

quinze jours.
quinze jours.

“Seul l'amour peut garder quelqu'un vivant.”

* Oscar Wilde

Citation

Samouraï-Sudoku n°1505

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°1505 1. Art d'incruster

Mots croisés n°1505

1. Art d'incruster au marteau des fi- letsdécoratifsd'orsurunesurface métalliqueciselée
1.
Art d'incruster au marteau des fi-
letsdécoratifsd'orsurunesurface
métalliqueciselée
sique-Prénomféminin
8. Rivière de l'Asie - Gâteau aux
fraises
2.
Spumescent - Habitants
9. Ensemble des sommes allouées
3.
Tumeurs graisseuses bénignes -
Nielsbohrium
sur un budget - Dans la rose des
vents
4.
Interjection- Fleuve de l'antique
10.Jehol-Ouvragesexposantlesré-
Sogdiane
sultatsd'unerecherche
5. Proposition - Vol
11.Brisalesdents-Proportionner
6. Filet - Candela
12.Sélénium-Rivaux-Adjectifpos-
7.
Partie inférieure dusystème juras-
sessif
1. Femme de lettres française
France
2. Laborieux - Pronom
Site archéologique du
Mexique - Connaît
7.
personnel - Ville des Pays-
Bas
8.
Assiduité
3.
Changement - Légèrement
9.
Chiquenaudes données
froide
sur le nez - Envers
4. Câbles - Licol
10. Américium - Radio-
5. Canada - Attachées
Terme de tennis -
Conjonction - Fer - Thulium