Vous êtes sur la page 1sur 14

ANDR, MON MATRE

Hommage Andr Gorz


Franoise Gollain

La Dcouverte | Revue du MAUSS

2008/1 - n 31
pages 545 557

ISSN 1247-4819
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


Article disponible en ligne l'adresse:
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2008-1-page-545.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Gollain Franoise, Andr, mon matre Hommage Andr Gorz,
Revue du MAUSS, 2008/1 n 31, p. 545-557. DOI : 10.3917/rdm.031.0545
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour La Dcouverte.


La Dcouverte. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions
gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute
autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf
accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage
dans une base de donns est alement interdit.
ANDR, MON MATRE. HOMMAGE ANDR GORZ 545

Andr, mon matre


Hommage Andr Gorz*
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


Franoise Gollain

1
La philo, a rend fou, et puis cest de la politique ! me lana
ma mre. Cest donc contre mon milieu familial que je dcidai
17 ans de minscrire en licence de philosophie, mloignant dfini-
tivement dun monde sans livres o la fascination pour lobjet livre
ne suffisait pas contrebalancer la drision lgard des intellec-
tuels aux mains non calleuses. Je mloignai de ce milieu que je
ressentais comme essentiellement brutal pour le monde captivant
des ides. Mon attraction pour la philosophie exprimait tout la
fois et contradictoirement un dsir dabstraction et de dsincarna-
tion, et une tentative maladroite de trouver une place, ma place,
dans le monde que je ne savais comment habiter. Ce dsir dexister
concrtement on my own terms me porta naturellement 19 ans
vers plus de concret : lengagement dans le mouvement fministe
et la sociologie, via lenseignement dAlain Caill luniversit
de Caen, une sociologie cultivant ses liens avec la philosophie
morale et politique. Je lus alors Critique de la division du travail,
puis cologie et politique, puis les autres livres dAndr Gorz, ds
le dbut littralement aimante. Nous nous sommes rencontrs
vingt ans plus tard.
Il est sans conteste lauteur dont les thses ont exerc linfluence la
plus dcisive sur mes options intellectuelles et mes choix existentiels,
mais jai encore une autre dette, plus personnelle, son gard.

Cet hommage est paru dans le n 4 de la revue Entropia, Dcroissance et


utopie , Parangon, Lyon, printemps 2008, que nous remercions de son aimable
autorisation den publier une version un peu abrge.
546 LHOMME EST-IL UN ANIMAL SYMPATHIQUE ? LE CONTRHOBBES

Je formai 12 ans le plan secret de surpasser par mes rsultats


scolaires ces lves du lyce bourgeois (comme on disait
lpoque) que je frquentais et qui recevaient argent de poche et
cours de piano. Cest ainsi que je poursuivis ma trajectoire de
bonne lve et suis devenue une intellectuelle, mais au terme dun
trs long dtour tant ma fait dfaut le sentiment de lgitimit. Le
soutien que ma manifest Andr ma par consquent t prcieux ;
un soutien bienveillant et affectueux dans ma tentative dcrire,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


mme lorsquelle chouait. Ses remarques contre mon attitude
hypercritique, fondes sur son exprience personnelle, exprimaient
souvent le mlange de satisfaction et de frustration gnr par cette
activit : Miracles et mystres de lcriture : on ne dit jamais ce
que lon pense et finalement, ce quon a dit peut se rvler meilleur
que ce quon pensait et voulait dire. This is to say that an author
may never catch up with his publications1.
Certains de nos changes ainsi que ma lecture de son auto-
analyse en forme dessai philosophique, Le Tratre [1964/2005a],
et de Lettre D. [2006], son dernier livre crit cinquante ans plus
tard, mont galement aide mieux cerner certains aspects et
ressorts du travail intellectuel. Y sont, me semble-t-il, videntes
ses pulsions opposes dinscription dans le monde et de refus
du monde dialectique luvre tout au long de sa vie ainsi
que son effort pour se construire une place, ft-elle dans la mar-
ginalit. Donnant voir sans fard une certaine inadaptation de
lintellectuel(le), ou de certains au moins dentre eux, Andr ma
fait accepter lide que je pourrais en tre une, si japprenais
prolonger de manire crative les monologues intrieurs au cours
desquels je mefforais indfiniment de dbrouiller le monde
et dont javais pris lhabitude la fin de ladolescence dans une
poque politise.
On sait que la proccupation sociologique et conomique
dAndr prolonge sa philosophie morale et existentielle ; on
mesure moins combien cette philosophie prolonge elle-mme la

1. Phrase en anglais dans le texte qui signifie quelque chose comme cela veut
dire quil se peut bien quun auteur ait toujours une longueur de retard par rapport
ses publications (extrait dune lettre que ma adresse Andr et qui fait partie dune
correspondance assez rgulire que nous avons entretenue de dcembre 1997 jusqu
quelques jours avant son dcs).
ANDR, MON MATRE. HOMMAGE ANDR GORZ 547

rflexion sur soi. Je me propose donc, en guise dhommage mon


matre et ami, de rappeler quel point les thmes de la libert et
de lalination, centraux dans son uvre, avaient une rsonance
toute personnelle pour lui. Sa dfense de la possibilit dagir en
tant que sujet et notamment son projet dune cologie politique
fonde sur les aspirations lautonomie et lautodtermination
sont en effet insparables dun effort exigeant au niveau person-
nel pour exister en tant que sujet. Plus prcisment, je tenterai
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


de restituer lenracinement personnel de sa vision humaniste de
lmancipation et dindiquer combien lhonntet intellectuelle
dAndr, ses analyses prophtiques du capitalisme et sa construc-
tion utopique pour changer le monde sont absolument insparables
de la rigueur de sa tentative pour se comprendre soi-mme, pour
travailler avec et sur son angoisse dhomme et construire le sens
de son existence.

Sartre, Marx et Merleau-Ponty

Linterminable criture de son premier manuscrit, rdig pendant


dix annes partir de 19462, avait reprsent une fuite strile qui
manifestait son choix fondamental de ne pas exister, savoua Andr
au dbut du Tratre, et le dtermina entreprendre de se tirer au
clair soi-mme plutt que lhomme en gnral , de cesser de croire
quun problme puisse jamais tre rsolu [et de] retrouver cette certi-
tude : quune philosophie ne peut dispenser de vivre [2005a, p. 60].
Comme le prcise Jean-Paul Sartre dans sa prface, il sagit non dune
ruse dexposition, mais dune vritable entreprise de dvoilement de
soi [ibid., p. 16] et soi-mme ; car Le Tratre a t conu comme
lexprimentation pratique sur soi dune mthode dauto-analyse et de
conversion morale travers le travail de lcriture. Son projet tant
de remonter au sens originaire dun vcu, Andr y dissque sans
concessions ce quil nomme son complexe infantile de nullit et
son masochisme, ainsi que son exprience de la non-appartenance et

2. Publi chez Galile en 1977 seulement, Fondements pour une morale expose
sa philosophie quon peut rsumer succinctement en ces termes : dans lidal, chaque
individu devrait pouvoir spanouir aux trois niveaux des valeurs vitales, esthtiques
et pratico-morales.
548 LHOMME EST-IL UN ANIMAL SYMPATHIQUE ? LE CONTRHOBBES

de lexil lie une situation historique prcise et qui confirma encore


ce choix originel de nullit3. Cette combinaison complexe infantile
et exil produisit, au sortir de la guerre, un jeune homme domin
pour longtemps par le got de lanantissement et de labstraction et
qui ne sidentifiait aucune nation, communaut, ou culture humaine,
questionnant toutes les normes.
Cette exprience a dvelopp chez Andr un fort sentiment de la
contingence de lexistence, un recul rflexif par rapport sa culture
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


et sa langue, et finalement une prise de distance par rapport tout
ce quil faisait. On comprend alors quil ait t immdiatement
rceptif la philosophie sartrienne selon laquelle, en labsence dun
sens pralable, nous sommes condamns nous inventer en tant que
sujet, donner sens notre existence. Son point de dpart absolu
tait que les individus sont libres dans tout ce quils font et que ceux
qui dnient cette libert ne font quen souffrir4. Cette philosophie lui
fournit la cl dune comprhension de lui-mme et de son rapport
au monde et enracina en lui la certitude que lhomme est capable
dauto-mancipation et dautodtermination [ibid., p. 17].
En affirmant lautonomie dun sujet qui sautoproduit, il entendait
galement rester fidle lanthropologie philosophique de Marx,
son intuition selon laquelle le travail est lactivit par laquelle les
hommes se produisent eux-mmes et leur monde5. Dans Le Tratre,
il rapproche lide marxienne de travail de celle de choix seffec-
tuant et sincarnant et reprend son compte lexigence expose par
Marx : saccomplir en se prenant pour fin. La personne se ralise
totalement et accde luniversel en produisant avec tous un monde
humain [2005a, p. 79]. Or et cela restera le fondement de la
critique gorzienne du salariat , ce travail-l nest plus possible dans
un cadre professionnel en raison de lalination quimplique la mga-
machine et de labstraction du travail-emploi. La raison fondamen-

3. Trs brivement : n en 1923 Vienne dans un milieu petit-bourgeois et


conformiste dun pre juif et dune mre catholique dominatrice et exigeante, Grard
Horst (le vrai nom dAndr) a vcu la monte du nazisme et lannexion de lAutriche
par le IIIe Reich, puis la guerre, seul, en Suisse. Il a ensuite migr Paris et connu la
prcarit des permis de rsidence temporaires jusqu lobtention de sa naturalisation
en 1954.
4. En anglais : you suffer your freedom [Lodziak et Tatman, 1997, p. 119].
5. Cf. LIdologie allemande ainsi que les dernires uvres les Grundrisse et le
chapitre IV posthume du Capital o Marx expose sa thorisation de lalination.
ANDR, MON MATRE. HOMMAGE ANDR GORZ 549

tale de notre alination est lordre conomique qui rend impossible


de vouloir ce que nous faisons. Lhomme est impossible dans ce
monde-ci, donc cest ce monde quil faut changer, imprativement
[ibid., p. 80]. Aprs Marx, le message dAndr sera alors que le seul
sens possible du dveloppement historique est le libre dveloppe-
ment de lindividualit et que celui-ci exige la relgation des valeurs
conomiques, faute de quoi le monde sombre dans la barbarie ; do
son projet utopique, tiss sur une quarantaine dannes : celui dune
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


socit o la sparation entre les travailleurs et leur travail rifi, et
entre ce dernier et son produit en dautres termes, la dtermination
htronome des besoins dans lconomie de march serait vir-
tuellement abolie, les moyens de production devenant virtuellement
appropriables et susceptibles dtre mis en commun6.
Andr a produit non seulement une synthse de lexistentialisme
et de la thorie marxiste de lalination, mais galement une critique
sociale fonde sur une conception du sujet comme individu autonome
et incarn. Comme la tabli son ami et biographe Finn Bowring,
cette synthse doit normment linfluence de la thse phnomno-
logique de lenracinement dans le monde vcu (le Lebenswelt), et tout
particulirement de Merleau-Ponty. Posant le primat de la perception
et de lintersubjectivit, ainsi que la corporit de la conscience, ce
dernier raisonnait sur lincarnation de lindividu dans le monde de
manire surmonter lalternative entre une pure libert et un pur
dterminisme. Dans cette perspective, lindividu nest pas le sujet de
lhistoire puisquil existe dans un univers socioculturel et langagier
dj structur, mais il nen est pas non plus le produit, puisquil y
prend part et influe sur les institutions par lusage quil en fait.
partir de ce mme postulat selon lequel les conditions concr-
tes de notre existence ne sopposent pas notre libert, quelles
en sont la substance mme, cest bien un apprentissage personnel
quAndr sest assign au terme du Tratre : dans quelle mesure
puis-je utiliser ce que je suis devenu comme rsultat de lduca-
tion et de la culture qui mont influenc pour devenir lorigine
de mes propres actions ? sest-il demand. Tout en prenant en
compte le sujet comme libert et transcendance, il reconnaissait
comme Merleau-Ponty lirrductibilit de lexistence corporelle.
Il tait dailleurs convaincu que lexistence corporelle-sensorielle

6. Voir ma brve prsentation [Gollain, 2007, p. 63-79].


550 LHOMME EST-IL UN ANIMAL SYMPATHIQUE ? LE CONTRHOBBES

constitue un lieu de rsistance lordre alinant de la culture. Cette


conception phnomnologique du monde vcu lui permettait de
prendre le parti du sujet contre la socit , pour reprendre les
termes dAlain Touraine7. Certaines situations nous permettent
de faire correspondre notre exprience sensorielle nos besoins
corporels et nos aspirations esthtiques ou thiques tandis que
dautres, au contraire, nous linterdisent.
En rsum, existentialisme, marxisme thories de lalination
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


centres sur la critique de la forme marchandise et la recherche
dune authenticit de lexistence et phnomnologie font tous trois
valoir que lexprience de lautoproduction de soi est essentielle pour
remettre en question les normes sociales. Autrement dit, le fondement
de tout anticapitalisme doit tre lintentionnalit dun sujet sensible
et producteur de sens, et la libration des capacits motionnelles
et imaginatives des individus constitue une condition essentielle du
changement social ; concrtement, rappropriation de la production
et de la consommation et tentative rflexive de se librer de nos
alinations subjectives sont toutes deux impliques dans un projet
politique radical. La dsalination y rsulte la fois dune action
politique et sociale et dun travail de transformation personnelle.
De fait sont intrinsquement lies dans son uvre sa critique
sociale radicale inspire du marxisme, sa perspective existentialiste
et la rflexion phnomnologique sur sa propre exprience person-
nelle. Il mavait sembl indniable, la lecture du Tratre, que le
projet fond sur la difficult dAndr exister en tant quindividu
constituait le carburant motionnel de sa production de thorie
ou plus exactement dune philosophie concrte. Spontanment port
la contestation et la rflexion et excellent pdagogue, ses exigen-
ces philosophiques taient en effet insparables de son lgendaire
professionnalisme journalistique et de la clart de son criture : Je
me conois comme un philosophe rat tentant de faire passer en
contrebande ses rflexions philosophiques initiales en traitant des
thmes ostensiblement politiques et sociologiques8 , avoue-t-il lors

7. Andr mavait expliqu que cette parent qui pourra surprendre tait due au
fait que Touraine tait lun des rares auteurs contemporains se reconnatre une dette
envers Sartre. Sur cet aspect de sa pense, voir Gorz [1997, p. 199-226].
8. Jander et Maischein [1989, p. 273]. Cet entretien intitul A discussion with
Andr Gorz on alienation, freedom, utopia and himself avait t men en allemand
en 1983. Jai traduit partir de langlais.
ANDR, MON MATRE. HOMMAGE ANDR GORZ 551

de lun de ses bilans, expliquant que par philosophie il entend le


traitement de la question pose par la philosophie grecque, savoir
quand suis-je rellement moi-mme, cest--dire pas un simple
produit dtermin de lextrieur par des forces et des influences
extrieures, mais responsable de mes propres actions, penses,
sentiments, valeurs et ainsi de suite9 ?
Andr ajoutait alors que lambition prsente au terme du Tratre
demeurait clairement de nature littraire ou philosophique puisquil
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


sagissait de tenter de manifester la part du silence, de lineffable, de
la solitude prsente en tout individu. Il a, de ce point de vue, avou
navoir depuis avanc quen termes journalistiques, dans la mesure
o lautre pan de son engagement tait fond sur la reconnaissance
de ce que la rsolution de tous les problmes de lexistence est
au-dehors , dans la ralit du monde. Cela motivait son effort pour
toucher les syndicats, les tudiants, les mal adapts du travail et de
la consommation de manire gnrale, au moyen du journalisme par
lequel il apprit exprimer des questions complexes de manire sim-
ple. Le progrs effectu rside donc au-del de lintention littraire
initiale, concluait-il [ibid., p. 306]. On ne soulignera jamais assez
cet gard que cet indispensable passeur entre la philosophie et
lcologie politique , dune trop grande discrtion certes, tait
anim par un souci pratique, le souci de proposer des alternatives
concrtes, dune pense humble se coltinant le rel10 . Or, comme
nous allons maintenant le voir, cette orientation vers le concret
rsultait dun combat personnel.

Dorine le singulier contre luniversel

Andr considrait quen poursuivant jusquau bout son sen-


timent de nullit, dexil et de dsespoir, il avait pu accder la
vrit mtaphysique de la condition humaine. Quon accorde ou
non crdit au fait quil ait pu saisir, dans sa situation singulire,
certains aspects de la condition de tous, on ne saurait douter que

9. Ibid., p. 274.
10. Ces trois courts extraits sont tirs de lhommage de Jean Zin [2007] qui,
parmi ceux publis cette date, saisit mon sens avec le plus de justesse la personne
et lcrivain, notamment sa double volont dauthenticit et dengagement dans
lhistoire de son temps.
552 LHOMME EST-IL UN ANIMAL SYMPATHIQUE ? LE CONTRHOBBES

Le Tratre, puis sa Lettre D. nous donnent une ide du travail de


la dialectique universel-singulier prsent chez tout auteur. Comme
le note Bowring, le fait que luvre de Gorz ait une signification
personnelle remarquable, enracine dans les conditions particulires
de son enfance, ne devrait pas pour autant nous conduire sous-
estimer sa valeur intellectuelle. Tout crivain a t un jour un enfant,
et chaque livre est le produit dune histoire individuelle. Ce qui
rend la contribution de Gorz unique, cependant, est le fait que cet
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


crivain ait fourni lui-mme le difficile effort de comprhension de
la source de sa compulsion crire, quil ait partag les rsultats de
ce travail avec des milliers dtrangers, et quil ait ce faisant allg
la dtermination historique que reprsentait ce choix originel, quil
ait personnalis son projet, se le soit ainsi appropri [Bowring,
2000, p. 85 cest moi qui traduis].
Port luniversel pour les meilleures mais galement les pires
raisons, il semble que sa vie ait en effet t un long chemin vers lac-
ceptation de sa singularit. Dnoncer dans Le Tratre sa propension
vivre dans lintriorit ne lempchait pas dy persvrer, a-t-il
reconnu depuis. Sa rinscription dans le rel grce la dcouverte
qucrire pourrait reprsenter un chemin vers les autres fut alors
conditionne par trois facteurs : son travail de journaliste bien
sr ; sa rencontre avec Sartre en 1946 qui, crit-il, entendait la vie
comme cette recherche comme quoi un homme tente dinventer
un chemin [2005a, p. 301] et qui accusa le jeune homme de mpri-
ser le concret et dtre essentialiste ; enfin et surtout sa rencontre
avec Dorine, sa future femme, en 1947, qui a marqu le tournant
majeur de sa vie en ce que cette rencontre de lamour lui donna
envie dexister.
Or, sa volont de slever au-dessus de sa situation singulire,
et notamment de la banalit dune histoire damour, lavait conduit
dans Le Tratre en tronquer le rcit ; au point que son engage-
ment envers Dorine11 y apparat comme un serment formel justifi
au nom de principes universels abstraits. Sa Lettre D., crite
cinquante ans plus tard, tait un correctif au Tratre et, comme lui,
se voulait une autocritique froce tout en tant une clbration de
celle qui fut tellement absente de ses publications. Cette fuite
devant lexistence qui mavait amen la pense thorique []

11. Dsigne sous le pseudonyme de Kay.


ANDR, MON MATRE. HOMMAGE ANDR GORZ 553

my enfermait comme dans une bulle. Le Tratre tait un travail de


libration, mais je ny donnais aucune place lamour, et mme je
le trahissais12 , put-il admettre ensuite.
Et quelle trahison ! Tous deux ayant rompu avec leur famille
et leur pays, ils ressentirent dans leur longue union, jusqu leur
dpart de la vie ensemble le 22 septembre 2007, le besoin de
crer ensemble, lun par lautre, une place dans le monde qui [leur
avait] t originellement dnie [2006, p. 19]. Pourtant, tandis
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


quAndr tait clairement introverti, Dorine tait sociable et de
plain-pied dans la vie [ibid., p. 72] et navait besoin de personne
pour se faire sa place dans le monde [ibid., p. 26], admit-il. Elle
lui avait, expliquait-il, fait aimer la nature et, globalement, fait
dcouvrir quon peut accepter le monde dans le dtail tout en le
condamnant dans son ensemble, et ainsi uvrer dans le sens de sa
transformation, faute de quoi on se maintient dans une rvolte sans
compromis mais inefficace. Il y a plus. Dorine la accompagn dans
la presque totalit de ses reportages au cours desquels il interrogeait
sur le terrain non seulement lexpression de lexploitation et de
lalination, mais galement de multiples exprimentations sociales.
Les dossiers trs complets quelle compilait ont dailleurs rendu
possible son travail de journaliste. Elle fut galement sa premire
lectrice avant tout envoi lditeur.
Lettre D. a ritr pour moi le choc ressenti lors de ma lecture
du Tratre. Un choc fait de sentiments contradictoires. Dception
dune part : derrire mon auteur favori Andr Gorz, le thoricien
influent de la libration alias Michel Bosquet, le grand reporter
brillant stait tout ce temps tenue une femme intelligente et forte,
illustrant un schma masculin-fminin traditionnel : un personnage
public soutenu par une prsence fminine qui incarnait pour lui le
corps, le concret, lmotionnel, la sociabilit, le rel ; en un mot :
le particulier13. motion forte dautre part face cette incroyable

12. Tir du beau texte de son ami Michel Contat [2006], crit aprs son entretien
avec Andr loccasion de la parution de Lettre D.
13. Il sagit, qui plus est, dun schma dexclusion des femmes dont les milieux
intellectuels franais me prouvent constamment lactualit, redoublant ainsi mon
sentiment dexclusion de classe de celui dune exclusion de genre. Les femmes sont
par exemple trop souvent prsentes comme pouses ou partenaires des intervenants
lors des colloques et autres rencontres, et demeurent en nombre largement minoritaire
comme intervenantes.
554 LHOMME EST-IL UN ANIMAL SYMPATHIQUE ? LE CONTRHOBBES

et peu commune honntet sur la posture existentielle initiale qui


motivait limpersonnalit dun discours thorique, face cet effort
pour venir lexistence, et cet aveu du rle dterminant dun autre
sujet dans sa capacit surmonter le refus dexister.
Il tait quelquun dinsupportable durant les annes qui pr-
cdrent Le Tratre mais, aprs lavoir crit, il est devenu plus
humain , a confirm Dorine14. Andr lui-mme fut constern de se
relire de nombreuses annes plus tard et savoua le besoin obses-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


sionnel de mlever au-dessus de ce que je vis, sens et pense, pour
le thoriser, lintellectualiser, tre un pur esprit transparent [2006,
p. 53]. Aussi loin que je me souvienne, javais toujours cherch
ne pas exister. Tu as d travailler des annes durant pour me faire
assumer mon existence. Et ce travail, je crois bien, na jamais t
bien achev [ibid., p. 25]. Il exprima en effet durant ses derni-
res annes le sentiment davoir observ sa vie distance, en dpit
de moments pendant lesquels il prit avec un sentiment durgence
la rsolution de vivre vraiment dans le prsent. Lettre D., dont
lcriture supposait la libration de lmotion , lui a finalement
appris, confiait-il, se laisser aller davantage . Cest lun des
rares moments o je massume en tant qutre sensible, sujet.
Dans mes textes philosophiques, jai mis une certaine passion
dfendre le sujet, mais est-ce que je massumais comme sujet ?
Dans labstrait, oui, mais pratiquement, peu15.
Quand jai connu Andr, presque dix ans avant sa mort, il avait
fait dindniables progrs en humanit et mapparut tout de suite
dans son paisseur, en tant que personne, avec une attention la
matrialit de lexistence quotidienne qui nest pas trangre la
simplicit avec laquelle le couple recevait ses visiteurs. Il tait
vident galement quil avait fini par poser quelques racines et
quil tait, selon ses propres termes, maintenant plus franais
quautre chose16 .
Andr a donc fait mme si cest incompltement le chemin
du refus de la dtermination son assomption. Le rsultat est ce

14. Autour de Lettre D. avec Andr Gorz et D. , entretien avec Batrice


Leca [2006].
15. Ces fragments sont extraits de Philosophie en situations : Andr Gorz,
philosophe davenir , entretien avec Franois Noudelmann, premire diffusion sur
France Culture le 14 octobre 2005, rediffusion le 28 septembre 2007.
16. Ibid.
ANDR, MON MATRE. HOMMAGE ANDR GORZ 555

prix. Il faut accepter dtre fini : dtre ici et nulle part ailleurs, de
faire a et pas autre chose, maintenant et pas jamais ou toujours ;
ici seulement, a seulement, maintenant seulement, davoir cette vie
seulement : telle est la conviction qui conclut Le Vieillissement17,
fragment publi dans Les Temps modernes de dcembre 1961 et
janvier 1962, et reproduit en pilogue la rdition du Tratre
en 2005 avec un court paragraphe introductif qui se termine par
cette question : Quarante plus tard, la question qui y est explore
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


avec intransigeance demeure : Comment entrer dans cette socit
sans renoncer aux possibilits et aux dsirs quon porte en soi ?
[2005b, p. 375]. Il a apport une rponse, ne serait-ce que partielle,
cette question par son engagement dans et par lcriture. Alors que,
trs jeune homme, il avait choisi dcrire par terreur de lidentifica-
tion18, toute dtermination par les autres, par lhistoire, lintellectuel
engag quil est devenu passera galement par lcriture. Cest sur
ce point que jaimerais insister pour conclure.

Ambivalence de lcriture et place de lintellectuel

[]
On crit pour mettre de lordre et du sens dans le monde pour
recrer ou (ce qui revient au mme) anantir ce qui est dans lima-
ginaire et supporter ce faisant ce qui nest pas supportable, votre
propre existence y compris [] pour recrer par le verbe le monde
et vous-mme. Le militantisme nest pas premier. Les intellectuels
militants ne sont pas des intellectuels militants , mcrivait-il. Son
exprience personnelle lavait en effet convaincu de la dsadapta-
tion de lcrivain et de lintellectuel en gnral pour qui le monde
commun reste critiquable et rinventer continuellement . Ce
dphasage de lintellectuel, mexpliquait-il, est quelque chose quil
a en commun avec les minorits agissantes et les germes dun autre
monde sont l19. Les intellectuels ne peuvent cependant que nourrir

17. Cette citation en est la phrase finale [Gorz, 1961-1962, p. 405].


18. Comme il en tait fort conscient, la ncessit dutiliser des pseudonymes
pour des raisons dabord professionnelles lui a en mme temps permis de multiplier
les identits pour mieux rejeter la sienne.
19. Dj dans Le Tratre, il ne doute pas que lintellectuel est objectivement du
ct de la ngativit , des forces rvolutionnaires [2005a, p. 363].
556 LHOMME EST-IL UN ANIMAL SYMPATHIQUE ? LE CONTRHOBBES

la discussion qui mnera une action politique par la pression des


vnements sil existe des gens rsolus et politiquement actifs20.
Depuis son exprience de la nullit et de lexil, Andr avait natu-
rellement choisi le camp des petits21 , des opprims et des exclus.
Cest par ceux qui ont perdu toute place quune place nous sera
donne , mcrivait-il encore, paraphrasant Walter Benjamin que
cite son ami Herbert Marcuse la fin de LHomme unidimensionnel.
Mon origine modeste ma spontanment porte choisir le mme
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


camp. Ma rencontre en tant qutudiante avec la problmatique
largie de lalination dveloppe par lcole de Francfort ainsi que
lvaluation du travail salari laune de la norme de lautonomie
propose par Andr mont demble ouvert une voix alternative
lidologie travailliste et au mythe de la classe ouvrire.
Fier dtre pargn par certains travers lis au statut universitaire,
la question concrte de sa place part sur la scne intellectuelle
restait nanmoins pour Andr source dinconfort, comme je lai
dcouvert non sans surprise. Ainsi, cet autodidacte de gnie, ayant
fcond limagination politique et utopique de nombreux penseurs
et militants en France et ltranger, semblait, par moments au
moins, envier la mince lgitimit que confre un doctorat ! Sans
lgitimit, il est difficile de se faire prendre au srieux. Il le savait
pourtant par ailleurs : Les vritables usurpateurs ne seraient-ils
pas ceux qui ont lautorisation de dire nimporte quelle btise en
vertu de leur titre et de leur notorit ? Et surtout : La vrit
est que je suis un bricoleur, un maverick22 []. Lappartenance ,
lintgration dans un mouvement sont le dernier de mes soucis.
Jen suis incapable.
Peu soucieux de fonder une cole, Andr fut pourtant du de
laccueil rserv son Immatriel [2003] en France, et me disait
ces deux dernires annes son sentiment davoir t oubli. En
vrit, il laisse derrire lui une poigne dex-collaborateurs, damis
et de lecteurs parpills, certes, mais qui savent que ses crits sont
de ceux, trop rares, dont nous avons tellement besoin parce quils
permettent vritablement de rester sur les rails de la radicalit, quils

20. Les citations contenues dans ce paragraphe ainsi que dans les deux suivants
sont toutes tires de lettres quAndr ma adresses.
21. Dans le langage de mon arrire-grand-mre, et par opposition aux gros .
22. En anglais dans le texte. Terme signifiant individu non conformiste.
ANDR, MON MATRE. HOMMAGE ANDR GORZ 557

aident penser hors des prsupposs et cadres majoritairement


accepts. Je veux esprer que ces individus continueront puiser
dans son uvre comme dans un compost essentiel et inciteront de
nouveaux lecteurs la dcouvrir.

Bibliographie
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 84.90.241.131 - 01/03/2014 12h03. © La Dcouverte


LECA Batrice, 2006, Autour de Lettre D. avec Andr Gorz et D. , entretien
diffus le 20 dcembre 2006 sur France Culture (rediffus le 26 septembre
2007).
BOWRING Finn, 2000, Andr Gorz and the Sartrean Legacy, Basingstoke,
Macmillan.
CONTAT Michel, 2006, Andr Gorz, le philosophe et sa femme , Le Monde
des livres, 27 octobre.
GOLLAIN Franoise, 2007, Andr Gorz ou le refus de la domination du travail-
emploi , Entropia, n 2, printemps, p. 63-79.
GORZ Andr, 1977, Fondements pour une morale, Galile, Paris.
1997, Misres du prsent, richesse du possible, Galile, Paris.
[1964], 2005a, Le Tratre, suivi de Le Vieillissement, Gallimard, Folio
Essais , Paris.
[1961-1962] 2005b, Le Vieillissement, prcd de la rdition de Le Tratre,
Gallimard, Folio Essais, Paris.
2003, LImmatriel. Connaissance, valeur et capital, Galile, Paris.
2006, Lettre D. Histoire dun amour, Galile, Paris.
JANDER Martin et MAISCHEIN Rainer, 1989, A Discussion with Andr Gorz on
alienation, freedom, utopia and himself , postface The Traitor, Verso,
Londres.
LODZIAK Conrad et TATMAN Jeremy, 1997, A dialogue with Andr Gorz ,
postface Andr Gorz. A Critical Introduction, Pluto Press, Londres et
Chicago.
ZIN Jean, 2007, Andr Gorz, la richesse du possible , Multitudes, n 31,
hiver (consultable ladresse http://jeanzin.fr/).