Vous êtes sur la page 1sur 88
LÉGISLATURE 2012 - 2017 LES DÉPUTÉS LES PLUS INFLUENTS À L’ASSEMBLÉE NATIONALE, DANS LA PRESSE

LÉGISLATURE 2012 - 2017

LES DÉPUTÉS LES PLUS INFLUENTS

À L’ASSEMBLÉE NATIONALE, DANS LA PRESSE ET SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

1
1

AVANT-PROPOS

AVANT-PROPOS Quels sont les députés qui parviennent le mieux à faire adopter leurs idées ? Ceux

Quels sont les députés qui parviennent le mieux à faire adopter leurs idées ? Ceux qui suscitent l’adhésion de leurs pairs dans l’hémicycle s’appuient-ils aussi sur les médias et les réseaux sociaux pour mener leurs combats et partager leurs positions ? Les plus adeptes de Twitter ou de Facebook sont-ils les plus influents ? Alors que la XIVème législature arrive à terme, Rumeur Publique, agence de communication d’influence globale, a mené une étude pour répondre à ces questions la première qui considère les trois principaux canaux d’influence dont disposent aujourd’hui nos parlementaires : le travail à l’Assemblée, la presse, et les réseaux sociaux. Car les trois comptent désormais, sans que l’un ait plus de valeur a priori que l’autre en matière d’efficacité : un passage au journal télévisé a bien évidemment un impact sur les débats à l’Assemblée. Une campagne Twitter bien menée peut influer sur le cours des discussions, en faisant émerger des critiques, mais aussi de nouvelles propositions.

Les résultats font apparaître trois profils distincts - les « piliers du Parlement », les « stars des médias » et les « as du clavier » - et un dernier, les « pros de l’influence » : ceux qui utilisent au mieux l’ensemble des dispositifs existants pour faire passer leurs idées. Signe que la bataille des idées ne se gagne plus seulement sur les bancs de l’Assemblée.

Fabiola Flex Directrice Conseil, Directrice du pôle Affaires publiques

SYNTHÈSE

Ce classement est inédit car c’est le premier qui évalue la capacité des Députés à faire vraiment entendre leurs positions aussi bien à l’Assemblée Nationale que dans la presse ou sur les réseaux sociaux. Aussi, il n’est pas fondé sur le nombre de séances auxquelles le Député a assisté mais sur les résultats obtenus, comme le nombre d’amendements qu’ils a fait adopter, le nombre de retombées dans la presse ou le taux de retweet sur Twitter.

Quatre grandes catégories de Députés se distinguent assez nettement:

1 Les pros de l’influence

Ils figurent en tête du classement général, car ils ont réussi à faire entendre leurs positions aussi bien au sein de l’Assemblée qu’auprès des médias et sur les réseaux

- Christian Paul (n°1 du classement général) est le chef de file des Frondeurs. Il a fait adopter de nombreux amendements contre l’avis du Gouvernement et l’a critiqué ouvertement dans la pressece qui a probablement contribué aux difficultés de la gauche à parler d’une seule voix durant le quinquennat.

- Laurent Grandguillaume (n°2) est surnommé « le Démineur » par la presse en raison de la capacité

qu’on lui prête à traiter des dossiers difficiles (oppositions entre artisans et auto-entrepreneurs, entre

les taxis et Uber). A chaque fois, ses négociations – qu’il médiatisait et menait parfois en direct sur les réseaux sociaux - ont débouché sur l’adoption de propositions de loi ou d’amendements en ligne avec ses préconisations.

- Eric Ciotti (n°3), bien que siégeant dans l’opposition, a par exemple gagné la bataille médiatique qu’il mène depuis 2012 sur la légitime défense des policiers en faisant reprendre et adopter ses propositions de loi par la gauche début 2017.

2 - Les piliers du Parlement

Ce sont ceux qui contribuent le plus efficacement au travail parlementaire, en faisant par exemple adopter des amendements, mais ils sont peu connus du grand public. Ainsi, Valérie Rabault (n°1 de la catégorie Assemblée Nationale) est, en tant que Rapporteure générale du Budget, la Députée la plus écoutée de l’Assemblée sur toutes les questions liées aux Finances publiques, c’est-à-dire un grand nombre de sujets. Gérard Bapt (n°2) exerce la même fonction sur le Budget de la Sécurité sociale. Et comme la plupart de ses collègues bien placés dans notre classement, Razzy Hammadi (n°3) a été Rapporteur de deux projets de loi importants (« Egalité et Citoyenneté » et « Consommation »). Dans l’opposition, s’il est plus difficile de faire voter ses propositions par l’Assemblée, on peut par exemple noter le nom de Lionel Tardy (Député d’opposition qui a fait adopter le plus d’amendements).

3 - Les stars des médias

Ils ne sont pas ceux qui contribuent le plus au travail parlementaire, mais utilisent au mieux la presse pour faire passer leurs positions. Tous les noms bien connus du grand public se retrouvent dans le top 10 : François Fillon arrive en tête suivi par plusieurs candidats à la primaire de la Droite, en partie parce que le classement a été réalisé sur des données de janvier à décembre 2016, les Primaires de la

SYNTHÈSE

droite s’étant tenues en novembre. Jean-Christophe Cambadélis (premier Député de gauche de la catégorie presse), Benoit Hamon ou Cécile Duflot figurent également en haut de ce classement.

4 - Les as du clavier

Ils sont les meilleurs pour toucher efficacement une cible spécifique, qu’ils ne pourraient pas forcément atteindre via la presse traditionnelle notamment. Ainsi, Nathalie Kosciusko-Morizet (n°1 sur Twitter) semble utiliser ce réseau pour tisser des liens avec le monde de la tech tandis que Marion Maréchal Le Pen (n°1 sur Facebook) semble s’adresser, via Facebook, à des personnes moins consommatrices de presse traditionnelle. D’autres personnalités peu visibles dans la presse traditionnelle émergent également sur les réseaux sociaux: on peut par exemple noter Valérie Fourneyron et Lionel Tardy sur Twitter ou Thierry Robert et Annick Le Loch sur Facebook.

Grandes lignes de la méthodologie

Les 572 Députés (sur 577) qui ont siégé l’intégralité de l’année 2016 ont été testés. La liste complète des critères utilisés pour établir le classement est la suivante :

- A l’Assemblée Nationale (sur l’ensemble de la législature 2012 2017) :

- Nombre d’amendements adoptés

- Nombre de rapports signés

- Dans la presse : nombre de mentions dans la presse nationale et locale (sur l’ensemble de l’année

2016)

- Sur les réseaux sociaux (état des lieux en janvier 2017) :

- Nombre de followers sur Twitter

- Nombre moyen de retweets obtenus pour chaque tweet, rapporté au nombre de followers

- Nombre de likes sur la page Facebook

- Nombre de personnes ayant mentionné la page Facebook dans les sept derniers jours

Source des données collectées : Regards Citoyens (l’association, que nous remercions vivement, édite

le site NosDeputes.fr, open data en licence Creative commons), Data Observer, Twitter, Facebook et Traacker.

SYNTHÈSE

Classement général: les 10 Députés les plus influents

1. Christian Paul (Socialistes, Nièvre)

2. Laurent Grandguillaume (Socialistes, Côte-d’Or)

3. Éric Ciotti (Les Républicains, Alpes-Maritimes)

4. Richard Ferrand (Socialistes, Finistère)

5. François de Rugy (Socialistes, Loire-Atlantique)

6. Christophe Castaner (Socialistes, Alpes-de-Haute- Provence)

7. Denis Baupin

(Non inscrits, Paris)

8. Cécile Duflot

(Non inscrits, Paris)

9. Éric Woerth (Les Républicains, Oise)

10. Karine Berger (Socialistes, Hautes-Alpes)

SYNTHÈSE

Top 10 de la catégorie « Influence à l’Assemblée Nationale »

1. Valérie Rabault (Socialistes, Tarn-et-Garonne)

2. Gérard Bapt

(Socialistes, Haute-Garonne)

3. Razzy Hammadi (Socialistes, Seine-Saint-Denis)

4. Danielle Auroi (Non inscrits, Puy-de-Dôme)

5. Gilles Savary

(Socialistes, Gironde)

6. Alain Tourret (Radicaux, Calvados)

7. Richard Ferrand

(Socialistes, Finistère)

8. Michel Issindou

(Socialistes, Isère)

9. Olivier Dussopt

(Socialistes, Ardèche)

10. Marietta Karamanli (Socialistes, Sarthe)

Ardèche) 10. Marietta Karamanli (Socialistes, Sarthe) Les Députés les plus influents – Rumeur Publique –
Ardèche) 10. Marietta Karamanli (Socialistes, Sarthe) Les Députés les plus influents – Rumeur Publique –

SYNTHÈSE

Top 10 de la catégorie « Influence dans la presse »

1. François Fillon (Les Républicains, Paris)

2. Bruno Le Maire (Les Républicains, Eure)

3. Jean-François Copé (Les Républicains, Seine-et-Marne)

4. Nathalie Kosciusko-Morizet (Les Républicains, Essonne)

5. Jean-Christophe Cambadélis (Socialistes, Paris)

5. Jean-Christophe Cambadélis (Socialistes, Paris) 6. Benoît Hamon (Socialistes, Yvelines) 7. Laurent
5. Jean-Christophe Cambadélis (Socialistes, Paris) 6. Benoît Hamon (Socialistes, Yvelines) 7. Laurent

6. Benoît Hamon (Socialistes, Yvelines)

7. Laurent Wauquiez (Les Républicains, Haute-Loire) (Les Républicains, Haute-Loire)

7. Laurent Wauquiez (Les Républicains, Haute-Loire) 8. Cécile Duflot (Non inscrits, Paris) 9. Jean-Frédéric

8. Cécile Duflot (Non inscrits, Paris)

9. Jean-Frédéric Poisson (Les Républicains, Yvelines)

10. Marion Maréchal Le Pen (Non inscrits, Vaucluse)

10. Marion Maréchal – Le Pen (Non inscrits, Vaucluse) Les Députés les plus influents – Rumeur
10. Marion Maréchal – Le Pen (Non inscrits, Vaucluse) Les Députés les plus influents – Rumeur
10. Marion Maréchal – Le Pen (Non inscrits, Vaucluse) Les Députés les plus influents – Rumeur

SYNTHÈSE

Top 5 de la catégorie « Influence sur Twitter »

1. Nathalie Kosciusko-Morizet (Les Républicains, Essonne)

2. Henri Guaino

(Les Républicains, Yvelines)

3. François Fillon

(Les Républicains, Paris)

4. Cécile Duflot

(Non inscrits, Paris)

5. Benoît Hamon

(Socialistes, Yvelines)

inscrits, Paris) 5. Benoît Hamon (Socialistes, Yvelines) Top 5 de la catégorie « Influence sur Facebook

Top 5 de la catégorie « Influence sur Facebook »inscrits, Paris) 5. Benoît Hamon (Socialistes, Yvelines) 1. Marion Maréchal – Le Pen (Non inscrits, Vaucluse)

Top 5 de la catégorie « Influence sur Facebook » 1. Marion Maréchal – Le Pen
Top 5 de la catégorie « Influence sur Facebook » 1. Marion Maréchal – Le Pen

1. Marion Maréchal Le Pen (Non inscrits, Vaucluse)

2. Gilbert Collard

(Non inscrits, Gard)

3. François Fillon

(Les Républicains, Paris)

4. Benoît Hamon

(Socialistes, Yvelines)

5. Bruno Le Maire

(Les Républicains, Eure)

Yvelines) 5. Bruno Le Maire (Les Républicains, Eure) Les Députés les plus influents – Rumeur Publique
Yvelines) 5. Bruno Le Maire (Les Républicains, Eure) Les Députés les plus influents – Rumeur Publique
Yvelines) 5. Bruno Le Maire (Les Républicains, Eure) Les Députés les plus influents – Rumeur Publique

SOMMAIRE

Paroles de Députés

10

Interview de Christian Paul, Député le plus influent

11

Interview de Laurent Grandguillaume, deuxième Député le plus influents

12

Interview de Valérie Rabault, Députée la plus influente à l’Assemblée Nationale

13

Interview de Lionel Tardy, Député d’opposition qui a fait adopter le plus d’amendements

14

Classement général

15

Catégorie « Influence à l’Assemblée Nationale »

29

Classement complet

30

Zoom sur le top 20 des Députés d’opposition

42

Catégorie « Influence dans la presse »

43

Catégorie « Influence sur les réseaux sociaux »

57

Classement de l’influence sur Twitter

58

Top 20 Twitter indépendamment de la notoriété

70

Classement de l’influence sur Facebook

71

Top 20 Facebook indépendamment de la notoriété

84

Annexes

85

Sources et méthodologie

86

Remerciements

87

PAROLES DE DÉPUTÉS

PAROLES DE DÉPUTÉS

Interview de Christian Paul, Député le plus influent

Interview de Christian Paul, Député le plus influent Avec de bons résultats aussi bien à l’Assemblée

Avec de bons résultats aussi bien à l’Assemblée Nationale qu’en presse et sur les réseaux sociaux, vous êtes, selon notre classement, le Député le plus influent de la législature. Comment utilisez-vous la complémentarité entre ces trois canaux pour peser sur les décisions politiques ? Ma première réaction a été d’interroger votre méthode d’évaluation…Ce qu’elle semble confirmer, c’est que le travail parlementaire de fond doit s’accompagner d’une information permanente via tous les médias, sans en privilégier un seul, et sans en oublier un seul. Les médias s’additionnent, même sans grands moyens, mais avec l’enthousiasme d’une équipe, et beaucoup d’engagement.

Dans quelle mesure pensez-vous que cette influence a permis de faciliter l’émergence des Frondeurs dans la politique française ? Peut-être est-ce, au contraire, la transgression qui permet d’être entendu. Ce que vous appelez fronde, je le nomme émancipation parlementaire. C’est une initiative - sans précédent sous la Vème République - qui n’eut rien d’individuelle. Des dizaines de députés ont considéré en conscience qu’ils devaient s’exprimer pour exiger le respect des engagements pris par la gauche et éviter une catastrophe politique en 2017. Notre souhait était que soit établi un véritable contrat de majorité. L’exécutif l’a refusé. Vous connaissez la suite ! Devant l’absence d’un dialogue normal en démocratie, nous avons dû utilisé la méthode des lanceurs d’alerte, l’interpellation hors des cadres habituels, avec une disponibilité permanente. Les médias sociaux, les chaines d’infos rééquilibrent les forces en présence.

Comment pensez-vous conserver ce niveau d’influence après les élections d’avril et de juin ? La fin justifie les moyens. Une stratégie de communication n’a de sens que pour servir des causes justes. Elles sont le moteur et le carburant de l’influence. Elles n’ont pas manqué depuis 2012. Après les élections, quel qu'en soit le résultat, nous aurons à imaginer et à agir : pour penser l’avenir du travail, reconstruire l’Europe dans un monde chaotique, réinventer la gauche française. Il faudra plus que de l’influence : des collectifs inspirés, et une parole publique forte. « Des formes nouvelles, sinon rien », disait Tchekhov.

PAROLES DE DÉPUTÉS

Interview

de

Laurent

Grandguillaume,

deuxième

Député

le

plus

influent

deuxième Député le plus influent Avec de bons résultats partout (Assemblée Nationale,

Avec de bons résultats partout (Assemblée Nationale, presse, réseaux sociaux) vous êtes, selon notre classement, le deuxième Député le plus influent de la législature. Avez-vous défini une stratégie pour cela ? Aucune. Par contre, j’ai un principe auquel je ne déroge jamais : agir uniquement lorsque cela est utile. Jamais vous ne me verrez « communiquer pour communiquer» - je préfère attendre des résultats concrets avant de dire quoi que ce soit. Je n’ai d’ailleurs diffusé que quelques communiqués de presse sur tout mon mandat. Idem à l’Assemblée. Au début de la législature j’ai essayé d’assister à tous les débats. Mais j’ai rapidement réalisé un jour de discussion très technique que me concentrer sur mes expertises (ubérisation, évolution du travail, nouvelles formes d’emploi, etc.) serait plus efficace. Jamais je ne cèderai à la dictature du nombre. Je préfère utiliser le temps disponible pour des déplacements sur le terrain. C’est ainsi, je pense, qu’au final on peut gagner la bataille des idées.

La presse vous surnomme « le Démineur » Comment utilisez-vous la complémentarité entre ces trois canaux sur les dossiers sensibles que vous traitez ? Leur complémentarité apparaît naturellement en cours de dossier lorsque la méthode de travail est solide. Et j’applique toujours la même : après un diagnostic partagé, je m’assure de la solidité des solutions possibles auprès des institutions pertinentes, et je tente de co-construire ces dernières avec d’autres parties prenantes. Les réseaux sociaux sont une source d’idées. La presse, elle, est tenue informée des différentes étapes. Pour la loi sur l’expérimentation « Zéro chômeur longue durée » par exemple, je suis passé par le Conseil d’Etat – via le Président de l’Assemblée Nationale et le CESE pour m’assurer de la « solidité » ma proposition de loi, co-construite avec ATD Quart-Monde notamment. Elle a été votée à l’unanimité à l’Assemblée et au Sénat.

Vous avez échangé en direct sur les réseaux sociaux, parfois vivement, avec les parties prenantes de vos dossiers. Les débats, demain, auront-ils lieu sur les réseaux sociaux plutôt que dans l’Hémicycle ? Je ne pense pas. Le débat est partout. Je me sers des réseaux sociaux pour recueillir des propositions, des critiques et avoir d’autres sources d’information : ceux qui m’interpellent sur Twitter ne sont pas forcément ceux qui le font par courrier, ou que je pourrais rencontrer sur le terrain. Ils permettent aussi de diffuser ses idées: lors du conflit taxi / VTC / LOTI / plateformes, Uber a dépensé des millions d’euros de communication. J’ai diffusé mes messages avec un budget quasi nul ! Et la loi que j’ai défendue dans ce cadre a été votée à l’unanimité à l’Assemblée nationale et au Sénat.

PAROLES DE DÉPUTÉS

Interview de Valérie Rabault, Députée la plus influente à l’Assemblée Nationale

Députée la plus influente à l’Assemblée Nationale Vous êtes, selon notre classement, la Députée la plus

Vous êtes, selon notre classement, la Députée la plus influente de l’Assemblée. Comment l’expliquez-vous ? Il faut rendre à César à César ce qui est à Césaret reconnaître que la fonction de rapporteure générale du budget ouvre un large horizon d’intervention. En étant en première ligne les lois de finances, on touche à de très nombreux aspects de la vie de nos concitoyens. Par exemple, avec les lois de finances adoptées fin 2016, on a fait bouger les lignes tant pour le centre national de la variété, que pour 550 000 retraités qui ont vu leur CSG baisser de 30 à 46 par mois. Là, c’est du très concret. Ensuite, il y a la manière dont on fait vivre cette fonction: il est possible d’avoir une touche plus personnelle. Je me suis défini une ligne de conduite : quand on vote, il faut impérativement savoir qui paie, à qui cela bénéficie, et pour combien. Cela peut paraître aller de soimais la réalité parfois technocratique des textes montre que malheureusement les choses ne fonctionnent pas toujours ainsi. C’est au nom de cette ligne que par exemple en juin 2014, j’ai fait une « saisie sur pièce et sur place » au Ministère des finances, pour récupérer des données qui me paraissaient indispensables pour éclairer le débat sur le pacte de responsabilité, et qui ne nous avaient pas été fournies. Une première, ont dit certains ! D’autres m’ont critiquée, car cela pouvait donner l’impression d’aller à l’encontre du Gouvernement. Pour moi, c’était juste une exigence démocratique :

hors de question de voter sans comprendre toutes les implications. Etre rapporteure du budget, c’est assurer le lien entre le Gouvernement et sa majorité. Certains défendent l’idée qu’il faut à tout prix « faire passer auprès de ses collègues les propositions du Gouvernement ». Je ne vois pas les choses ainsi : à mes yeux c’est d’abord être au service du Parlement, en loyauté avec le Gouvernement. Au nom de cette vision, il m’est arrivé à plusieurs reprises de donner des avis défavorables à des propositions du Gouvernement

En dépit de ce rôle à l’Assemblée, le grand public vous connaît peu. Pourquoi n’utilisez-vous pas davantage la presse et les réseaux sociaux ?

Effectivementla mention « peut mieux faire » serait assez juste. A ce jour, je ne délègue pas la gestion de Twitter, Facebook ou de mon site Internet. Or comme je passe beaucoup de temps sur les sujets de fond (250 heures en commission et en séance pour le débat budgétaire de l’automne 2016, hors préparation des

ce

qui, je vous l’accorde, est regrettable. Car la politique, c’est aussi faire connaître et expliquer clairement ce qu’on fait.

rapports parlementaires), il m’en reste moins pour faire de la communication

Comment pensez-vous conserver de l’influence si vous êtes réélue en juin mais que la majorité change ? Une élection est toujours un reset. A ce stade, je ne me projette pas dans l’après juin. La seule chose certaine est que je continuerai à me battre à l’intérieur de mon parti et de mon groupe pour défendre l’idée d’une vision globale de la fiscalité des ménages (car à la fin c’est toujours le même portemonnaie qui paie, que ce soit un impôt national ou local) et une approche non techno des questions économiques car ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.

PAROLES DE DÉPUTÉS

Interview de Lionel Tardy, Député d’opposition qui a fait adopter le plus d’amendements

d’opposition qui a fait adopter le plus d’amendements Vous êtes le Député d’opposition qui a fait

Vous êtes le Député d’opposition qui a fait adopter le plus d’amendements durant cette législature. Quelles sont les raisons de ce succès ? Pour faire adopter des amendements, il faut tout d’abord être très présent à l’Assemblée, sans quoi ils ne sont pas défendus. Bien que membre de la Commission des Affaires économiques, je dépose et défends souvent des amendements dans d’autres commissions. Les amendements que j’ai pu faire adopter ont souvent été travaillés en amont avec des experts qui n’ont pas accès à l’Assemblée nationale ; ils sont également souvent retravaillés entre la commission et la séance. Forcément, en tant que député de l’opposition, ils sont généralement le fruit d’un compromis, mais souvent adoptés à l’unanimité. Certains amendements sont aussi destinés à améliorer la rédaction et la qualité des textes de lois… j’estime que cela fait partie du travail de base de tous les députés, et en la matière il y a du travail. Nous sommes là avant tout pour faire la loi et amender les textes qui nous sont proposés.

Vous êtes également très bien classé sur Twitter alors que le grand public connaît peu votre nom. Quelle est, pour vous, l’utilité de ce canal de communication? J’utilise Twitter pour son immédiateté, c’est le grand avantage de cet outil. Il me permet d’être informé sur tout. Mon compte Twitter est essentiellement suivi par des décideurs et des journalistes : il est particulièrement suivi car je rends compte en direct du suivi des débats, de l’adoption des amendements en commission, de mes interventions(même si aujourd’hui on peut suivre les débats en commission en direct). J’ai commencé à l’utiliser ainsi dès 2010. Twitter est également incontournable pour la campagne présidentielle et pour faire passer les messages d’un candidat.

Comment comptez-vous être « influent » après les élections d’avril et de juin ?

Si je suis réélu, je compte tout simplement continuer à faire mon travail de

j’essaierai sans doute de m’impliquer davantage sur le contrôle et

l’évaluation du gouvernement et de l’application des lois, une fonction qui n’est pas assez utilisée par les parlementaires, qui souvent se contentent de légiférer et d’empiler les lois sans assurer le « service après-vente ».

législateur

CLASSEMENT

GÉNÉRAL

Ce classement de l’influence globale des Députés a été établi à partir des positions de chacun dans les trois classements: à l’Assemblée Nationale, dans la presse et sur les réseaux sociaux. L’objectif est de faire ressortir ceux qui utilisent au mieux les différents leviers d’influence qu’ils ont à leur disposition.

CLASSEMENT GÉNÉRAL

 

Score

Député-e

Groupe

Circonscription

Rang

Rang

Rang

Rang

AN

presse

Twitter

Facebook

1

46

Christian Paul

Socialistes

Nièvre

35

15

99

78

2

51

Laurent Grandguillaume

Socialistes

Côte-d'Or

15

31

81

130

3

52

Éric Ciotti

Les Républicains

Alpes-Maritimes

129

12

21

7

4

54

Richard Ferrand

Socialistes

Finistère

7

45

45

174

5

57

François de Rugy

Socialistes

Loire-Atlantique

73

20

117

39

6

61

Christophe Castaner

Socialistes

Alpes-de-Haute-Provence

38

37

171

43

7

64

Denis Baupin

Non inscrits

Paris

26

24

172

111

8

68

Cécile Duflot

Non inscrits

Paris

187

8

4

12

9

73

Éric Woerth

Les Républicains

Oise

146

27

38

53

10

76

Karine Berger

Socialistes

Hautes-Alpes

81

49

104

94

11

77

André Chassaigne

Communistes

Puy-de-Dôme

98

39

135

51

12

80

Guillaume Larrivé

Les Républicains

Yonne

148

34

55

58

13

82

Michèle Delaunay

Socialistes

Gironde

58

100

78

95

14

86

Yann Galut

Socialistes

Cher

53

47

105

208

15

86

Hervé Gaymard

Les Républicains

Savoie

78

124

59

54

16

87

Razzy Hammadi

Socialistes

Seine-Saint-Denis

3

106

103

198

17

91

Thierry Mariani

Les Républicains

Français hors de France

155

67

40

59

18

91

Patrick Mennucci

Socialistes

Bouches-du-Rhône

110

26

175

98

19

92

Sandrine Mazetier

Socialistes

Paris

40

136

136

62

20

92

Isabelle Attard

Non inscrits

Calvados

95

52

201

56

21

94

Valérie Rabault

Socialistes

Tarn-et-Garonne

1

54

140

311

22

98

Jean-Frédéric Poisson

Les Républicains

Yvelines

244

9

46

36

23

99

Christophe Caresche

Socialistes

Paris

14

83

295

105

24

100

Philippe Vigier

UDI

Eure-et-Loir

138

41

161

80

25

101

Olivier Faure

Socialistes

Seine-et-Marne

167

55

107

57

26

102

Pascal Terrasse

Socialistes

Ardèche

117

72

144

87

27

105

Patrick Bloche

Socialistes

Paris

30

94

133

249

28

108

Gilles Savary

Socialistes

Gironde

5

122

83

311

29

108

Jean-Christophe Lagarde

UDI

Seine-Saint-Denis

285

19

13

28

30

111

Sébastien Denaja

Socialistes

Hérault

33

79

128

311

31

117

Jean-Patrick Gille

Socialistes

Indre-et-Loire

28

130

273

114

32

118

Sergio Coronado

Non inscrits

Français hors de France

76

134

192

93

33

118

Jean-Marc Germain

Socialistes

Hauts-de-Seine

65

70

222

218

34

120

Dominique Potier

Socialistes

Meurthe-et-Moselle

36

109

238

192

35

120

Annie Genevard

Les Républicains

Doubs

196

105

50

68

36

120

Arnaud Leroy

Socialistes

Français hors de France

23

132

279

132

37

122

Germinal Peiro

Socialistes

Dordogne

67

108

68

311

38

122

Carole Delga

Socialistes

Haute-Garonne

275

17

122

26

39

122

Hervé Mariton

Les Républicains

Drôme

150

14

94

311

40

125

Olivier Dussopt

Socialistes

Ardèche

9

141

184

267

41

126

Dominique Raimbourg

Socialistes

Loire-Atlantique

37

90

287

216

42

126

Christophe Borgel

Socialistes

Haute-Garonne

91

53

239

231

43

128

Gérard Bapt

Socialistes

Haute-Garonne

2

103

290

266

44

129

Jean-Christophe Fromantin

Non inscrits

Hauts-de-Seine

189

96

127

74

45

130

Catherine Coutelle

Socialistes

Vienne

39

131

130

311

46

132

Laurence Abeille

Non inscrits

Val-de-Marne

74

156

110

219

CLASSEMENT GÉNÉRAL

 

Score

Député-e

Groupe

Circonscription

Rang

Rang

Rang

Rang

AN

presse

Twitter

Facebook

47

133

Pascal Popelin

Socialistes

Seine-Saint-Denis

12

127

206

311

48

136

Erwann Binet

Socialistes

Isère

96

174

166

108

49

137

Georges Fenech

Les Républicains

Rhône

339

38

22

45

50

138

Charles de Courson

UDI

Marne

158

110

100

190

51

141

Sébastien Pietrasanta

Socialistes

Hauts-de-Seine

154

60

181

235

52

143

Stéphane Travert

Socialistes

Manche

19

145

268

260

53

144

François-Michel Lambert

Socialistes

Bouches-du-Rhône

66

133

264

202

54

145

Damien Abad

Les Républicains

Ain

163

137

191

76

55

147

Élisabeth Guigou

Socialistes

Seine-Saint-Denis

242

143

61

49

56

147

Corinne Erhel

Socialistes

Côtes-d'Armor

80

126

158

311

57

147

Guy Geoffroy

Les Républicains

Seine-et-Marne

131

219

24

160

58

148

Lionel Tardy

Les Républicains

Haute-Savoie

144

187

76

151

59

148

Victorin Lurel

Socialistes

Guadeloupe

185

196

89

38

60

149

Brigitte Allain

Non inscrits

Dordogne

68

177

93

311

61

150

Paul Molac

Socialistes

Morbihan

41

209

198

201

62

150

Nathalie Kosciusko-Morizet

Les Républicains

Essonne

441

4

1

8

63

151

Philippe Baumel

Socialistes

Saône-et-Loire

82

201

27

311

64

151

Michel Vauzelle

Socialistes

Bouches-du-Rhône

214

50

244

136

65

152

Benoist Apparu

Les Républicains

Marne

399

29

25

29

66

153

Barbara Romagnan

Socialistes

Doubs

121

161

250

101

67

153

Valérie Boyer

Les Républicains

Bouches-du-Rhône

377

43

65

11

68

154

Olivier Falorni

Radicaux

Charente-Maritime

212

84

19

311

69

155

Daniel Fasquelle

Les Républicains

Pas-de-Calais

161

87

124

311

70

156

Romain Colas

Socialistes

Essonne

124

175

143

193

71

159

Alexis Bachelay

Socialistes

Hauts-de-Seine

199

113

228

102

72

160

Denys Robiliard

Socialistes

Loir-et-Cher

13

295

31

311

73

160

Paul Giacobbi

Radicaux

Haute-Corse

165

116

178

222

74

161

Luc Chatel

Les Républicains

Haute-Marne

409

36

28

48

75

162

Hugues Fourage

Socialistes

Vendée

84

152

218

283

76

162

Nathalie Appéré

Socialistes

Ille-et-Vilaine

219

97

186

155

77

163

Marc Le Fur

Les Républicains

Côtes-d'Armor

232

101

194

117

78

164

Dominique Lefebvre

Socialistes

Val-d'Oise

109

128

223

289

79

166

Véronique Massonneau

Socialistes

Vienne

88

135

257

293

80

166

Jacques Myard

Les Républicains

Yvelines

305

62

30

233

81

167

Benoît Hamon

Socialistes

Yvelines

491

6

5

4

82

168

Pouria Amirshahi

Non inscrits

Français hors de France

314

81

82

134

83

168

Laurent Wauquiez

Les Républicains

Haute-Loire

487

7

9

9

84

168

Philippe Doucet

Socialistes

Val-d'Oise

256

82

281

50

85

169

Noël Mamère

Non inscrits

Gironde

77

42

464

311

86

169

Danielle Auroi

Non inscrits

Puy-de-Dôme

4

291

113

311

87

169

Jean Leonetti

Les Républicains

Alpes-Maritimes

302

120

108

63

88

170

Alain Tourret

Radicaux

Calvados

6

167

365

311

89

172

Yves Jégo

UDI

Seine-et-Marne

394

73

64

32

90

175

Pierre-Alain Muet

Socialistes

Rhône

162

198

189

139

91

177

Bruno Le Maire

Les Républicains

Eure

521

2

8

5

92

178

Marie-Anne Chapdelaine

Socialistes

Ille-et-Vilaine

16

241

271

281

CLASSEMENT GÉNÉRAL

 

Score

Député-e

Groupe

Circonscription

Rang

Rang

Rang

Rang

AN

presse

Twitter

Facebook

93

178

Marie-George Buffet

Communistes

Seine-Saint-Denis

175

121

464

10

94

178

Rudy Salles

UDI

Alpes-Maritimes

207

224

173

31

95

178

Joël Giraud

Radicaux

Hautes-Alpes

71

114

388

311

96

178

François Pupponi

Socialistes

Val-d'Oise

55

160

345

295

97

180

Philippe Bies

Socialistes

Bas-Rhin

29

246

221

311

98

181

Geneviève Gaillard

Socialistes

Deux-Sèvres

31

173

367

311

99

182

Pascal Cherki

Socialistes

Paris

315

63

208

126

100

183

Philippe Noguès

Non inscrits

Morbihan

209

179

160

159

101

183

Alain Claeys

Socialistes

Vienne

93

69

464

311

102

183

Jérôme Chartier

Les Républicains

Val-d'Oise

390

46

52

175

103

184

Catherine Lemorton

Socialistes

Haute-Garonne

206

92

195

311

104

184

François Fillon

Les Républicains

Paris

548

1

3

3

105

184

Nicolas Sansu

Communistes

Cher

128

182

275

211

106

184

Carlos Da Silva

Socialistes

Essonne

191

129

155

311

107

185

Christophe Cavard

Socialistes

Gard

97

142

322

311

108

186

Nicolas Dupont-Aignan

Non inscrits

Essonne

530

16

16

6

109

186

Jean-Luc Laurent

Socialistes

Val-de-Marne

229

202

91

165

110

187

Régis Juanico

Socialistes

Loire

61

225

237

311

111

187

Jean-François Lamour

Les Républicains

Paris

317

111

179

89

112

187

Pierre Lellouche

Les Républicains

Paris

324

59

114

244

113

188

Claude Bartolone

Socialistes

Seine-Saint-Denis

536

13

14

13

114

189

Jean-Yves Le Bouillonnec

Socialistes

Val-de-Marne

22

285

395

125

115

190

Éric Alauzet

Socialistes

Doubs

63

232

323

229

116

191

Fabrice Verdier

Socialistes

Gard

156

144

324

220

117

192

Maud Olivier

Socialistes

Essonne

69

256

209

290

118

192

Claude Goasguen

Les Républicains

Paris

280

78

126

311

119

193

David Douillet

Les Républicains

Yvelines

478

65

42

27

120

193

Christine Pires Beaune

Socialistes

Puy-de-Dôme

52

296

153

311

121

194

Mathieu Hanotin

Socialistes

Seine-Saint-Denis

319

115

202

91

122

194

Guillaume Bachelay

Socialistes

Seine-Maritime

136

158

263

311

123

194

Thomas Thévenoud

Non inscrits

Saône-et-Loire

224

71

335

241

124

195

Françoise Dumas

Socialistes

Gard

115

148

330

311

125

195

Delphine Batho

Socialistes

Deux-Sèvres

402

68

26

203

126

195

Marie-Arlette Carlotti

Socialistes

Bouches-du-Rhône

378

75

147

118

127

195

Marion Maréchal-Le Pen

Non inscrits

Vaucluse

572

10

6

1

128

196

Henri Guaino

Les Républicains

Yvelines

550

25

2

21

129

196

Yves Blein

Socialistes

Rhône

44

240

299

311

130

197

Cécile Untermaier

Socialistes

Saône-et-Loire

11

341

199

277

131

197

Anne-Yvonne Le Dain

Socialistes

Hérault

48

292

286

215

132

197

Frédéric Lefebvre

Les Républicains

Français hors de France

524

35

41

22

133

198

Laurent Baumel

Socialistes

Indre-et-Loire