Vous êtes sur la page 1sur 110

Réussir son mémoire professionnel

universitaire

David CAPES

Aux étudiantes,
Aux étudiants,
qui ont eu
ou qui auront,
la patience
ou la passion,
d'interroger
une problématique
d'avenir
pour leur carrière...

1
Introduction

Nous avons choisi d'intituler cet ouvrage "Réussir son mémoire professionnel
universitaire" parce que nous souhaitons qu'il soit utilisable par son lecteur
comme un guide personnalisé de progression dans ce travail.

Mais si la rédaction et la soutenance de son mémoire professionnel


universitaire doit bien évidemment servir des buts personnels, l'enjeu de cet
exercice est justement de réussir à s'inscrire :
- dans la perspective dynamique d'une valorisation professionnelle, à plus ou moins court
terme, et
- dans le contexte immédiat de l'achèvement et de la validation d'une formation
d'enseignement supérieur.

Dans ce livre, lorsque nous parlons de la réalisation d'un mémoire


professionnel universitaire (que nous nommerons souvent mémoire dans le
texte), nous désignons des exercices très variables qui ont pour point commun
de répondre à l'ambition suivante :
Exposer une synthèse sur une question précise ayant un intérêt spécifique ou général pour
un secteur d'activité professionnelle, en se conformant à des exigences de type universitaire
(le mémoire pouvant être demandé par d'autres institutions pédagogiques que des
universités).

Mais il est clair qu'un tel mémoire peut tout à fait varier dans sa forme, selon
les consignes institutionnelles, les niveaux d'ambition et les choix personnels
qui le déterminent :
- il peut avoir moins de 20 pages ou plus d'une centaine;

2
- il peut présenter de façon structurée un ensemble d'informations préexistantes mais peut
aussi exposer une démarche d'enquête ou d'expérimentation, sa réalisation et ses résultats,
- il peut exiger une étude bibliographique poussée ou bien s'accompagner simplement de
quelques références suffisantes pour donner un arrière-plan théorique au traitement de la
question...

Par ailleurs, si votre mémoire - comme c'est très souvent le cas - s'appuie sur
l'expérience d'un stage dans une entreprise ou une organisation, vous devrez
harmoniser les deux démarches. 1

Une situation complexe, à gérer avec méthode

Quoi qu'il en soit, réaliser un mémoire professionnel universitaire est un


exercice qui vous oblige à prendre en compte l'ensemble des enjeux qu'il
représente pour vous-même et les différentes personnes et institutions qu'il
implique.

Ce livre vise à vous accompagner méthodologiquement dans cette situation


qui est complexe, au sens où y interagissent plusieurs agents en
interdépendance : vous étudiant, vos collègues et vos proches, les professionnels
impliqués dans le ou les secteurs d'activité qui vous concernent, les enseignants
qui vous accompagnent... Ce système d'interactions est complexe en tant qu'il
est "fait d'éléments imbriqués" mais il peut être analysé, et on peut définir des
2

interventions adaptées pour agir sur le potentiel du système, spécialement en


identifiant les logiques interdépendantes qui le structurent. Ce livre vise à vous
aider dans votre projet de rédaction du mémoire proprement dit, mais aussi dans
votre démarche de définition, d'exploration et de traitement de la question sur
laquelle portera votre mémoire.

1 Le livre de Michel Villette : Guide du stage en entreprise, (Paris, La découverte, 2004,


204p), est un bon ouvrage pour vous accompagner dans l'étape de réalisation d'un stage.
2 In : Dictionnaire historique de la langue française, p 459, (1992) Paris, Le Robert, sous la
direction d'Alain Rey.

3
Au delà de leur utilité pour cet exercice de mémoire, les sources théoriques
utilisées pour éclairer les propositions méthodologiques ou la réflexion, ont la
plupart du temps une valeur plus générale pour votre développement
professionnel. Chaque lecteur pourra choisir son niveau d'investissement dans
ce travail, sa démarche pouvant se limiter à la réalisation des exercices, aux
analyses de situations et à l'application des méthodes d'action proposés, pour
être aidé à réaliser son mémoire. Mais ceux qui voudraient approfondir les
arrière-plans théoriques de leur travail trouveront des références pour cela dans
le livre. En effet, à l'image de ce que vous devez faire dans votre mémoire, les
supports méthodologiques que nous présentons sont accompagnés de références
aux sources théoriques qui les inspirent.

Par exemple, nous avons commencé à le faire en insistant sur votre


confrontation à une situation complexe. Plusieurs fois dans ce livre, sans
imposer une théorisation trop poussée, nous nous référerons à des travaux visant
à éclairer les méthodes d'analyse et de traitement de situations complexes.
Ces travaux présentent un double intérêt :
- d'une part, ils fournissent des bases de réflexion et de méthode pour la
conception et la réalisation d'un mémoire professionnel universitaire,
- d'autre part, ils contribuent à éclairer la manière dont vous pouvez penser
votre professionnalisation, celle-ci étant un enjeu majeur en lien direct avec le
travail de mémoire. 3

Cette professionnalisation est au cœur de votre projet de mémoire. Un


mémoire doit démontrer que vous pouvez interagir avec des milieux
professionnels pour y acquérir et y développer des connaissances et des
compétences :
1/ dans le contexte des interventions durant votre formation,

3 Pour une introduction à ces travaux et à leurs applications au traitement de problématiques


professionnellement situées, on pourra lire : Réussir dans un monde complexe, de Robert
Axelrod et MichaleD.Cohen (Paris, Odile Jacob, 2001, 270p).

4
2/ dans le cadre de votre stage et de vos rencontres professionnelles,
3/ durant la réalisation de vos enquêtes, de vos expérimentations ou de vos synthèses
documentaires.

Parce que votre mémoire professionnel universitaire est orienté vers un milieu
professionnel, il faut appliquer ici les conceptions actuelles de l'organisation
apprenante, selon lesquelles la construction des connaissances et le
4

management des compétences doivent être pensés en se référant aux contextes


des activités concernées. La compétence dont vous devez faire état dans votre
mémoire doit s'appuyer sur une organisation par projet des différentes
personnes et institutions concernées par la question que vous traitez
(organisation qui sera souvent multidisciplinaire et qui associera les
connaissances des professionnels et des experts du domaine).

Mais votre travail ne doit pas être déterminé par le seul contexte des milieux
professionnels concernés par votre mémoire. Vous êtes également en situation
d'orienter votre travail selon les fonctions assignées à la réalisation d'un
mémoire dans le cadre du projet pédagogique de votre institution
d'enseignement supérieur. Les consignes données aux étudiants sont très
variables, de même que les objectifs assignés et les niveaux d'ambition attendus.

Certains responsables de cursus utiliseront la réalisation d'un mémoire comme


un outil de formation. Ils attendront des efforts de conformité aux exigences
académiques lors du traitement approfondi d'une problématique.

D'autres responsables considéreront que, durant leur formation, d'autres


moyens d'évaluation académique répondent à cet objectif. Dès lors, ils
insisteront prioritairement sur le fait que le mémoire est un moyen de
développement professionnel : il doit permettre d'acquérir et de démontrer la

4La lecture du Que-sais-je de Jean-Claude Tarondeau : Le management des savoirs permet de


prendre connaissance de ces approches qui se généralisent aujourd'hui dans une grande
diversité de milieux professionnels, que leurs activités soient techniques, industrielles,
administratives ou relationnelles.

5
maîtrise d'une problématique liée à un terrain professionnel. Dans ce dernier cas,
la demande de réalisation d'un mémoire se rapprochera d'un exercice de
rédaction d'un rapport de stage accompagnée d'un effort d'élargissement et de
théorisation d'une problématique qui sera prioritairement définie comme devant
être professionnellement située. Ce dernier cas de figure peut signifier
concrètement que les professionnels qui vous accueillent en stage sont en
situation de définir avec vous les orientations et eux-mêmes des critères
d'évaluation de votre travail, (ce qu'ils ne sont pas toujours enclins à faire).

Quel que soit le niveau d'ambition du travail qui vous est demandé, le terme
de problématique ou des expressions comme professionnellement située, ou
encore les termes déjà utilisés de situation de système ou de complexité
apparaissent bien comme des concepts de base nécessaires à une théorisation
minimale de votre travail.

Concilier ambitions académiques et de professionnalisation en développant


une employabilité

En accord avec l'orientation de professionnalisation, nous considérons ici que


vous devez prendre en compte prioritairement les professionnels concernés par
votre projet de mémoire :
- ceux qui interviennent dans votre parcours,
- ceux qui vous accueillent en stage ou vous consacrent du temps pour vos enquêtes,
- ceux qui éventuellement participeront à votre soutenance, ou encore - et c'est le plus
important :
- ceux qui liront dans votre curriculum vitæ l'intitulé de votre mémoire, et éventuellement
demanderont à le consulter.

La réalisation d'un mémoire professionnel universitaire est en effet un moyen


essentiel dans votre cursus ou carrière pour faire état de votre employabilité

6
(Finot, 2000). Celle-ci s'exprimant ici par vos capacités professionnelles à
5

maîtriser le traitement d'une question qui est un enjeu majeur dans le secteur
d'activité que vous ciblez, ce travail étant accompagné de garanties de rigueur et
de maîtrise des savoirs et méthodes universitaires. Il s'agira : de compétences
d'accès aux informations pertinentes, de capacités d'organisation et de mise en
forme de ces informations, d'esprit de synthèse, d'aptitudes à rédiger, de savoir-
faire de conception, réalisation et traitement d'enquêtes ou d'expérimentations,
mais aussi de capacités relationnelles, stratégiques et de persuasion.

Chaque professionnel concerné par votre travail doit pouvoir appréhender, au


mieux, et le plus rapidement possible :
- l'intérêt de votre projet de mémoire, lorsqu'il est sollicité pour vous aider à le concevoir et
à le réaliser,
- la valeur d'employabilité qui lui est associé, lorsqu'il participera à la soutenance ou
lorsque vous lui présenterez oralement ou lui donnerez à lire.
C'est cette anticipation de la future valeur professionnelle de votre diplôme,
enrichie d’une validation académique de votre travail qui assureront votre
réussite professionnelle. Mais il faut aussi décider de la manière dont la
réalisation d'un mémoire constitue également pour vous un défi personnel
d'accomplissement de votre potentiel.

Transformer un exercice imposé en support de projet personnel professionnel

L’exercice de réalisation d’un mémoire professionnel universitaire vous met


en face de votre volonté d’investissement personnel dans un projet personnel
professionnel. A une époque où l’accès par internet à des textes multiples
permet de procéder par « copier/coller » à des emprunts qui, dans certains cas,

5 Voir dans la bibliographie l'ouvrage d'A. Finot. Vous avez ici un exemple d'un mode
fréquent de référence à des sources bibliographiques : les noms d'auteurs mentionnés entre
parenthèses sont listés par ordre alphabétique en bibliographie. La date stipulée est celle de
l'ouvrage auquel se référer, elle est éventuellement suivie de la mention de la ou des page(s)
concernée(s).

7
pourront occuper l’essentiel du travail rendu, il n’est pas réaliste de s’imaginer
que les étudiants sont contraints, par l’exercice même, à réaliser un travail
personnel.

En fait, pour que l’exercice de mémoire soit une occasion de produire un


travail qui ait une vraie valeur personnelle et professionnelle, il faut plutôt
prendre appui sur deux leviers :
- d’une part l’attitude d’honnêteté de chaque étudiant vis-à-vis de soi-même et de ses
interlocuteurs professionnels et universitaires,
- d’autre part la prise de conscience du fait qu’au delà de l’exercice académique, c’est une
vraie opportunité de se confronter à soi-même en situation de devoir faire preuve d’un
professionnalisme.

Au delà du contrat passé avec l’institution d’enseignement supérieur, chaque


étudiant est libre du degré d’investissement personnel, mais c’est moins la
question du niveau d’implication personnelle qui est en jeu que la qualité du
travail réalisée spécialement du point de vue de la conjonction de buts
personnels et professionnels. Et pour définir ces objectifs très personnels, il faut
veiller à inscrire la réalisation de votre mémoire dans la continuité et dans une
bonne perspective de votre progression professionnelle.

Pour vous aider à faire face à vos responsabilités (quel que soit votre niveau
d’implication) nous avons conçu ce livre en 5 parties qui cherchent à
correspondre au cheminement progressif que vous pouvez connaître :
- les 3 premières parties visent à vous aider : d'une part à mieux cerner votre problématique
pour piloter votre projet de mémoire, d'autre part à tirer profit de votre travail d'exploration
de ses tenants et aboutissants pour préparer votre plan de travail,
- les 2 dernières parties vous accompagnent méthodologiquement dans la finalisation de
votre travail.

IMPORTANT :
Les trois premiers chapitres soulèvent des questions auxquelles vous devez pouvoir
répondre pour garantir une valeur à votre travail. Mais il est possible, sinon probable, que
vous ayez des difficultés à leur apporter des réponses. Il ne faut pas que vous en inquiéter.
Ce livre ne doit pas être utilisé simplement de façon linéaire. Il est utile de reprendre tel ou
tel chapitre et les exercices qu'il propose à différentes étapes de l'avancement de votre

8
travail. Les multiples accumulations de matériaux issus de votre réflexion, de vos
observations, de vos enquêtes et/ou expérimentations, de vos collectes de données, de la
rédaction de vos réponses aux questions posées dans ce livre (qui pourront être redoublées)
seront autant de ressources qui vous permettront de finaliser efficacement votre mémoire.

Une première partie qui vous centre sur votre dynamique personnelle

Ce livre ne présuppose pas que vous soyez a priori acquis à l’idée de chercher
à vous accomplir personnellement dans la réalisation d’un mémoire
professionnel universitaire. Nous ne vivons pas dans une société qui encourage
ce qui est en fait perçue par la majorité comme une naïveté impardonnable. Il
reste que chacun doit pouvoir répondre à la question que nous abordons dans
notre première partie : que signifie pour vous réussir un mémoire professionnel
universitaire ?

Dans le premier chapitre, nous vous proposons de repérer les éléments que
vous devez prendre en compte pour garantir que votre mémoire serve bien une
mise en valeur : soit de vos acquis, soit de vos perspectives professionnelles, et
mieux encore, si la chose est possible, à la fois la continuité et la dynamique de
votre progression personnelle et professionnelle.

Nous vous proposons ensuite dans le second chapitre une démarche de


questionnement structuré qui vise à initialiser votre progression personnelle et
professionnelle dans la conception et la réalisation de votre mémoire, favorisant
le développement de votre autonomie tout en facilitant votre relation avec votre
ou vos relais et tuteurs professionnels et/ou universitaires. C'est vous qui devez
trouver la structure personnelle d'organisation de votre projet. C'est cette
structuration qui permettra de prendre en charge la complexité due à
l'imbrication des objectifs : d'accomplissement personnel, de
professionnalisation et de validation académique.

9
Dans un troisième chapitre, nous chercherons à vous aider à définir des
opportunités à saisir et situer les impératifs à respecter au moment d'élaborer
votre projet de réalisation du mémoire, les impératifs étant, bien entendu,
variables selon les consignes que fixent les différentes institutions
d'enseignement supérieur.

Sur ce point, notons que pour respecter la diversité des objectifs pédagogiques
et des prescriptions méthodologiques des enseignants, ce livre n'enferme pas les
étudiants dans des choix pédagogiques trop contraignants, mais favorise plutôt
leur autonomie et l'ajustement de leurs démarches aux contextes d'enseignement
et de développement professionnel dans lesquels ils développent leurs projets.

Réussir son mémoire professionnel universitaire c'est aussi définir le niveau


personnel d'ambition et les priorités que l'on s'assigne - étant bien entendu que
chacun fait avec ses contraintes spécifiques et son propre système de valeurs. Ce
livre ne préjuge pas d'une seule définition de la réussite d'un mémoire, il cherche
plutôt à aider chacun à mieux définir ses objectifs et à les assumer.

Il n'en reste pas moins que nous préconisons d'envisager la réalisation d'un
mémoire professionnel universitaire comme un moyen privilégié de développer
une employabilité durable, en évitant de s'enfermer dans des perspectives à
court terme.

Vous profiterez pleinement du contexte académique si vous réussissez à


assurer un traitement de votre problématique professionnelle avec une valeur :
- de contextualisation (comment s'inscrit la problématique traitée dans les
débats et les enjeux, actuels et à venir ?),
- de théorisation (quelle connaissance, quelle compréhension peut-on avoir de
cette problématique ?),

10
- d'opérationalisation (quelles actions peut-on concevoir et mettre en place
pour traiter - au moins partiellement - les problèmes associés ?),
- de mise en perspective (comment devrait évoluer la problématique et les
situations auxquelles elle s'applique ? quelles conséquences pour les moyens
d'agir sur les problèmes associés ?).
Si votre mémoire doit idéalement répondre à ce type de questions, on
comprend la complexité de la tâche. Une question de base peut, dès lors, se
substituer aux précédentes : "par où commencer ?". Nous vous proposons
justement, dès le premier chapitre, un itinéraire méthodologique qui répond à
cette préoccupation légitime. Mais avant de clore cette introduction, nous
devons insister sur un point de méthode.

Quelques principes et concepts indispensables en préalable

L'ouvrage que vous avez entre les mains n'est pas un manuel complet de
méthodologie permettant d'assurer le traitement d'une problématique
professionnellement située. Pour tout ce qui concerne les travaux de terrain qui
accompagnent l'élaboration de la plupart des mémoires, vous devez compléter la
démarche exposée ici. L'étudiant en sciences humaines pourra se référer à des
ouvrages comme ceux regroupés sous l'intitulé L'enquête et ses méthodes, dans
cette même collection 128. L'étudiant en sciences et techniques devra s'orienter
vers des manuels de référence des disciplines universitaires ou des secteurs
professionnels. Les concepts et méthodes générales de management des
connaissances et des compétences que nous évoquons dans ce livre pourront être
approfondis en se référant à des ouvrages cités en bibliographie. Mais pour
permettre un accès immédiat aux concepts qui sous-tendent la réflexion, nous
voulons préciser le sens donné à quelques termes fréquemment utilisés et
clarifier les principes qui sont en arrière-plan de la démarche proposée dans ce
livre.

11
Quelles que soient vos ambitions, votre mémoire devra traiter une
problématique. C'est le questionnement qui produit la pensée, les réponses
apportées ne sont jamais que des résultats partiels du vrai travail qui est assuré
par la qualité de l'interrogation que vous devrez mener. Lorsqu'on emploie le
6

mot problématique, on sous-entend un ensemble de problèmes interdépendants.


Par ailleurs, dans le contexte d'un mémoire professionnel, il faut cerner dans
l'espace et dans le temps, la situation (ou le type de situation) à laquelle la
problématique est appliquée, ce qui conduira à définir les acteurs professionnels
que la problématique engage, mais aussi les facteurs qui l'influence ainsi que ses
déterminations historiques et ses tendances d'évolution. C'est en ce sens que l'on
parle de problématique professionnellement située.

Un bon exercice à réaliser pour définir une problématique qui puisse être décrite
comme un ensemble de problèmes interdépendants, consiste à chercher à rédiger
une question à laquelle on puisse associer des sous-questions. Cette question
devra être formulée de sorte que l'on ne puisse pas se contenter d'y répondre par
oui ou par non (on évite ainsi les "questions fermées").

Soit une réflexion sur un problème initialement formulé avec comme intitulé de
question : "faut-il dépénaliser la consommation de cannabis ?". Il s'agit d'une
question fermée à laquelle on répond par oui ou par non et qui ne permet pas
d'envisager un ensemble de problèmes associés correspondant à un enjeu de
professionnalisation. Dans le contexte de l'élaboration d'un mémoire d'une
formation spécialisée dans le secteur des politiques publiques de santé, cette
question pourra devenir une question de problématique professionnellement
située du type :
"De quelle manière peut-on organiser un réseau d'acteurs de l'éducation, de la santé, de la
police et de la justice pour agir sur les conséquences de la circulation et de la
consommation de cannabis à l'intérieur et autour des lycées ?"
Cette question pourra être décomposée en sous-questions comme suit :
Sous-question 1 : en quoi la population lycéenne est-elle une cible prioritaire de santé
publique ?

6 Les ouvrages de Michel Meyer (2000, 1986) posent les bases d'une réflexion fondamentale
sur ce point.

12
Sous-question 2 : qui peut être à l'origine d'une telle organisation en réseau ?
Sous-question 3 : qui peut animer un tel réseau ? avec quelle légitimité et quels moyens
humains et financiers ?
Sous-question 4 : à quelles conditions peut-on faire travailler ensemble les acteurs
concernés ?
Etc.
Pour que cette décomposition en sous-questions n'abolisse pas la prise en
compte de la complexité de la situation problématique, c'est-à-dire
l'interdépendance entre les problèmes qu'elle soulève, il faut garantir une
approche systémique à son traitement. 7

Garantir une approche systémique signifie ne pas chercher à réduire le


traitement de la problématique à un seul problème en face duquel il suffirait de
répondre par la meilleure solution. Il faudra chercher à prendre en charge la
globalité de la situation en réussissant à identifier différents paramètres d'action
sur le système, en constatant les contraintes qui s'imposent à lui, en identifiant
des stratégies d'action possibles, organisées en scénarios avec plans d'évaluation
en continu de leur mise en œuvre.
Après délimitation des frontières spatio-temporelles de la problématique, on
détermine la structure du système ainsi défini, et on formalise les actions
possibles sur le système concerné en cherchant à sauvegarder dans chaque étape
du traitement de la problématique la dynamique du système concerné. On peut
ainsi imaginer une décomposition en 4 axes de traitement de la problématique
exposée précédemment :
Axe de traitement 1 : Quelles sont les caractéristiques des problèmes associés à la
circulation et à la consommation de cannabis dans et autour des lycées ?
Axe de traitement 2 : Quelles opportunités et limites s'imposent aujourd'hui à qui veut
organiser en réseau des acteurs de l'éducation, de la santé, de la police et de la justice,
spécialement dans ce contexte ?
Axe de traitement 3 : Quelle stratégie d'initialisation de la démarche et quelles perspectives
d'évolution peuvent assurer une réussite de ce projet ?
Axe de traitement 4 : Dans quelle mesure la mise en œuvre du projet peut-elle
s'accompagner d'une interpellation pour agir sur les limites imposées aux acteurs par les
politiques publiques actuelles ?

7Deux Que-sais-je ? aideront à se familiariser avec cette approche : La systémique de Daniel


Durand, et plus spécifiquement pour les sciences sociales La systémique sociale de Jean-
Claude Lugan. (Voir bibliographie).

13
Cet exemple illustre comment l'approche systémique ne joue pas un rôle
simplement méthodologique mais aussi rhétorique, il structure la pensée en
même temps que l'expression. Il est aisé de comprendre comment un plan de
travail de recueil de données, d'enquête et de synthèse, mais aussi un plan de
rédaction du mémoire peuvent découler de cet effort de systématisation de la
problématique . Tout au long de notre ouvrage, nous chercherons à assurer ce
type d'accompagnement du travail de conception et d'organisation.
Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, nous devons attirer l'attention du
lecteur sur un point technique.

Très important :

Pour vous faire une idée d'ensemble et parcourir les différentes réflexions à
mener, vous pouvez lire une première fois l'ouvrage sans réaliser les exercices
qu'il propose.
Mais, dans un second temps, nous vous proposons de lire ce livre (ou pour
ceux qui le souhaite dès la première lecture), en ayant continuellement avec
vous un carnet et de quoi noter. Progressivement, vous constaterez qu'au fur et à
mesure que vous lisez le livre, et que vous répondez aux questions qu'il pose,
votre carnet se remplit de vos propres écrits qui sont à transférer dans votre
mémoire proprement dit (vous pouvez aussi accompagner votre lecture d'une
saisie sur fichier informatique). Le livre vise à accompagner vos différentes
étapes de conception-réalisation-présentation de votre mémoire, vous pourrez
revenir sur certains de ses chapitres en alternant lecture & relecture:
1_ du livre, 2_ de vos notes, 3_ de votre mémoire en progression.
Les différentes questions qui vous sont posées sont notées (Q1, Q2, etc. ) le
but de cette notation est de constituer une référence commune entre le livre et
vos notes. À certains moments, nous vous inviterons à reprendre ou à vous
reporter à des questions auxquelles vous avez déjà répondu en mentionnant par
exemple : " reprendre ici appui sur vos réponses à la question Q12. "Aussi
lorsque sur votre carnet d'accompagnement de la lecture de ce livre, vous
rédigez des réponses à nos questions, il est préférable de noter explicitement
"Q1 = ... "

14
PREMIÈRE PARTIE

Que signifie pour vous réussir votre


mémoire professionnel universitaire ?

Dans cette première partie, nous allons vous demander de répondre à


plusieurs questions qui, mises bout à bout, vous conduiront à une première
structuration de votre projet de mémoire.

Pour ceux qui ont des facilités à rédiger, cette structuration pourra d'ores et
déjà être l'occasion d'enrichir votre projet de pistes de travail voire d'éléments de
texte qui pourront être réintégrés au mémoire.

Que signifie - pour vous - réussir ce mémoire ?

Se poser la question de savoir ce qui signifie pour vous réussir un mémoire


professionnel universitaire est en soi structurant pour la pensée.
Votre réponse fonctionnelle à cette question peut se focaliser sur l'objectif à
atteindre : "je veux que le lecteur de mon mémoire, qu'il soit professionnel ou
enseignant, comprenne que j'ai traité une question essentielle pour un secteur
d'activité donné, démontrant ainsi que j'ai su développer un professionnalisme
auquel je prétends à la fin de ma formation."

Mais vous ne pouvez vous en tenir à cet objectif général, car il doit
s'accompagner de précisions sur au moins trois composantes majeures :

15
1/ les buts de professionnalisation que vous visez, ceux-ci devant être inscrits
dans la temporalité de votre trajectoire universitaire et professionnelle,
2/ vos objectifs personnels enrichis des avis et intérêts exprimés par des
professionnels ,
3/ la place du mémoire dans le contexte de votre formation.

C'est en parcourant par un questionnement structuré ces trois composantes de


votre réussite que vous pourrez préciser et enrichir la problématique que vous
voulez traiter, mais aussi que vous identifierez :
- des personnes-ressources à solliciter,
- des sources d'information à utiliser,
- des approches théoriques à développer ...

16
CHAPITRE 1

Quelle progression d'identité professionnelle


assurer avec la réalisation du mémoire ?

Nous posions la question : "Par où commencer ?" Etant entendu que vous êtes
sur le point de concevoir un mémoire dans un contexte d'enseignement
supérieur, vous devez nécessairement commencer par un bilan prospectif de
votre dynamique de développement professionnel. Stratégiquement, vous devez
être au clair avec votre identité en progression : quels buts servir ?, quels savoir-
faire développer ?, dans quelle dynamique d'échange de moyens s'engager ? ...
pour assurer votre progression professionnelle.

Le développement professionnel s'appuie sur plusieurs principes dont la


synergie entre les trois composantes de l'identité professionnelle : la "mission",
le "métier" et les "moyens". Ce chapitre a pour objectif de vous aider à préciser
8

le sens que prennent ces trois composantes dans votre cas personnel. Ces
composantes doivent être : au mieux partagée, au minimum en synergie, entre
vous et les structures avec lesquelles ou pour lesquelles vous travaillez.
La "mission" se définit comme : le but ultime que vous voulez servir - les résultats que
vous contribuer à obtenir - par votre participation à des activités professionnelles.
Le "métier" c'est l'ensemble cohérent des connaissances et des compétences mobilisées
en situation professionnelle.
Les "moyens" sont les ressources humaines, techniques, financières, informationnelles...
qui sont nécessaires à l'exercice de votre "métier", en amont ou en aval de sa propre
activité.

8 Les concepts utilisés ici sont empruntés à la stratégie. Pour approfondir ce domaine
académique et professionnel relevant des sciences de gestion, on pourra se référer à l'ouvrage
Stratégor : politique générale de l'entreprise sous la direction de Jean-Pierre Détrie ou encore
La stratégie de l'entreprise de Michel Marchesnay.

17
Il peut être difficile de traduire en termes individuels les concepts très
généraux exposés ici. Pour donner une idée de l'usage que vous pouvez faire des
concepts exposés ici, et pour vous amener à imaginer comment vous allez
utiliser votre mémoire pour servir votre stratégie de progression professionnelle,
nous allons donner l'exemple d'un étudiant qui, après un diplôme
d'enseignement supérieur en deux ans a choisi de réaliser une Licence
professionnelle.
Son diplôme initial de "technicien d'analyses biologiques et sanitaires
alimentaires" l'a conduit à développer l'identité professionnelle suivante :
Mission Contribuer à assurer la sécurité alimentaire des consommateurs.
Moyens Utilisation des instruments techniques spécialisés et de moyens
informatiques en aval de la mise en place de systèmes de production
ou de stockage.
Métier Contrôleur sanitaire sur des chaînes de transformation ou des espaces
de stockage de produits agro-alimentaires.

Imaginons, maintenant que cet étudiant ait désormais 6 années d'expérience :


il a exercé d'abord en qualité de contrôleur responsable de plusieurs restaurants,
puis, après avoir progressé dans son emploi, et ayant suivi plusieurs stages de
management, il est devenu manager d'équipes de contrôleurs. Comme il veut
encore progresser, après validation de ses acquis d'expérience, il s'engage dans
un Master de Management de la sécurité alimentaire. La validation finale de la
formation demande la réalisation d'un Mémoire professionnel universitaire. Il
veut profiter de la réalisation de ce travail pour s'investir dans ce qui l'intéresse
le plus : le management du personnel et des systèmes d'information. Il cherche à
redéfinir sa mission en l'orientant vers le nouveau métier qu'il veut exercer de
manager des systèmes d'information (toujours appliqué cependant à la sécurité
alimentaire).
Cette démarche le conduit à redéfinir le tableau suivant, partant de son métier
et précisant sa mission :
Métier Responsable des systèmes d'information et de management du
contrôle sanitaire alimentaire.
Mission Aider les entreprises à assurer la sécurité alimentaire des
consommateurs en utilisant les moyens d'informations les plus
fiables, les plus économiques et les plus faciles à utiliser.

18
Il reste à définir de quelle manière il va développer l'expérience qui lui
donnera les moyens de négocier un emploi dans les entreprises qui ont une taille
et sont organisées de sorte qu'ils puissent rémunérer une personne ayant ce
profil professionnel. Son enquête l'amènera à constater que certaines chaînes de
grande distribution sont en train de concevoir et mettre en place des systèmes
automatisés d'alerte et de contrôle des dates limites de consommation intégrant
la fonction de gestion des stocks.
Il négocie ainsi un échange de moyens dans le cadre de son stage de fin
d'études qui servira de support à son mémoire :
Moyens de Co-management du projet, Intégration à un Moyens alloués par
l'étudiant durant le stage synthèse et transfert des projet pilote en cours, l'entreprise durant le stage
solutions les plus adaptées, responsabilités confiées et
conceptualisation et rémunération.
traitement des enjeux de
management technique et du
personnel.

L'objectif stratégique au terme de la formation et de la réalisation du mémoire


professionnel universitaire est de faire correspondre son identité professionnelle
en face de celle de l'entreprise qui l'emploie, selon le schéma suivant :
Mission de Aider les Garantir la sécurité Mission de l'entreprise
l'étudiant entreprises à alimentaire aux clients tout en (pour l'activité concerné)
permettant de maîtriser les
assurer la sécurité
coûts pour obtenir des prix de
alimentaire des vente satisfaisants permettant
consommateurs en de rémunérer l'actionnariat.
utilisant les
moyens
d'information les
plus fiables,
économiques et
faciles à utiliser.
Métier de Responsable des Efficacité marketing et de Métierde
l'étudiant systèmes d'information de gestion des moyens de vente l'entreprise
et de stockage de produits.
contrôle sanitaire. (pour l'activité concerné)
alimentaire.

Idéalement pour devriez pouvoir appliquer ce type de réflexion à votre


situation. Nous verrons dans le courant des différents exercices proposés, qu'il
faudra revenir plusieurs fois sur vos acquis de réflexion pour réussir à obtenir
une vision globale et complète des différentes questions auxquelles vous devez
répondre avant de garantir une cohérence d'ensemble à votre projet de mémoire.

19
Mais, reprenons maintenant votre situation personnelle, et quitte à ne pas
trouver toutes les réponses, commençons par chercher à définir ce que serait
votre "mission". Préciser votre "mission" c'est définir les buts que vous voulez
servir en vous insérant dans des chaînes d'activités dans le cadre de votre
activité professionnelle personnelle. Un enchaînement d'activités produit un
résultat final, il faut que vous soyez au clair avec votre motivation de contribuer
- par votre activité professionnelle - à la réalisation de tel ou tel résultat. On peut
partir de la question suivante :
Q1-9 Quels buts voulez-vous servir en exerçant une activité professionnelle ?
(Vous pouvez d'abord lister vos buts, puis les classer par ordre de priorité. Exemples :
augmenter la satisfaction de clients, rendre plus performant des process de production,
sauver des espèces menacées, faire progresser la connaissance, optimiser les profits
financiers de l'entreprise, améliorer la qualité de vie dans les quartiers urbains difficiles,
distraire un large public, contribuer à des innovations technologiques, atténuer la
production de déchets... )

Il serait intéressant que vous puissiez exprimer votre mission dans un seul
intitulé synthétique, intitulé qui regrouperait les différents buts que vous aurez
listés, mais vous pouvez attendre d'être plus avancé dans votre réflexion pour le
faire. N'oubliez pas cependant que cet effort de synthèse vous permettra d'être
plus efficace dans le ciblage d'entreprises et organisations à prospecter, et au
terme de votre parcours de professionnalisation dans la mise en valeur de votre
profil professionnel.
Pour compléter ce travail de définition de votre mission, il faut examiner
comment elle peut être partagée ou au moins se trouver en synergie avec les
structures potentiellement intéressées par votre travail. Ce sont également les
centres d'intérêt qui vous voulez cibler avec le choix de votre problématique de
mémoire qui peuvent vous aider à orienter votre recherche des structures
concernées.

9 Nous vous rappelons qu'il est important de rédiger vos réponses à ces questions sur votre
carnet (ou fichier informatique) d'accompagnement de la lecture de ce livre, en n'oubliant pas
de commencer par " Q1= ... " de manière à retrouver ultérieurement vos réponses lorsqu'on
vous proposera de les réutiliser pour satisfaire les besoins d'autres étapes de votre travail.

20
En lisant les documents institutionnels ou en regardant les sites internet des
structures qui vous intéressent, cherchez à définir les "missions" des structures
avec lesquelles vous partager des préoccupations :
Q2- Quels sont les buts affichés par les structures qui sont ou devraient être intéressées
par votre mémoire ? (sans être dupes des "propagandes institutionnelles" il s'agit de
laisser de côté une analyse critique de la communication officielle des entreprises et des
organisations, et de s'appuyer sur les propos tenus dans leurs plaquettes et leurs sites
internet)

On peut espérer que vos réponses à ces deux premières questions ont donné
lieu à de riches développements et qu'elles peuvent en elles-mêmes enclencher
toute une dynamique de construction du mémoire. Mais on peut comprendre
aussi, spécialement si vous êtes jeune diplômé, que vous ne sachiez pas
vraiment vers quels buts vous orienter. On peut chercher à partir d'autres aspects
de votre travail. Pour la plupart des étudiants, la question traitée dans les
mémoires professionnels universitaires doit s'inscrit dans la continuité de leurs
acquis antérieurs. Pour d'autres étudiants, le suivi d'une formation
professionnalisante et le choix d'un sujet de mémoire sont au contraire des
moyens de gérer une rupture entre leurs acquis et leurs objectifs, et de réorienter
leur identité professionnelle. On peut donc chercher à faire un bilan de ces
acquis pour dégager des idées ou des perspectives. Car dans tous les cas, chacun
doit être à même de bien identifier les tenants et aboutissants de son parcours de
manière à ce que le choix de la question traitée dans son mémoire s'accompagne
d'une cohérence optimale (qui pour certains passeront par une argumentation de
leur choix de réorientation plus ou moins radicale).

Nous vous proposons un tableau pour mener à bien cette réflexion. À partir de
l'examen de votre curriculum vitæ détaillé (auquel il faudra ajouter la liste des
travaux conséquents d'étude thématiques ou d'études de cas réalisés en contexte
universitaire), il s'agit de remplir les colonnes 1 puis 3 des différents tableaux
suivants. Ces colonnes étant remplies, vous serez en situation de répondre
ensuite aux questions en gras dans la colonne centrale ce qui vous aidera à
cerner la place que doit prendre votre mémoire entre vos acquis et vos objectifs,

21
de manière à assurer une dynamique de progression de votre identité
professionnelle sous l'angle de la mission qu'elle veut servir.

Pour remplir les colonnes 1 et 3 il vous suffit de transférer des données


historiques mais en cherchant à apporter le plus possible de renseignements -
pour chaque expérience ou étude exposée. Pour les cases de la colonne 2 du
milieu, il s’agit après relecture des cases adjacentes dans les colonnes 1 et 3, de
vous vous positionniez tant vis-à-vis de vos acquis que de la direction que vous
voulez donner à votre projet de mémoire. Il est important que vous exploitiez le
maximum d'expériences, dans le plus grand nombre de structures ou d'études
réalisées, de manière à ce que vous ayez une richesse d'informations qui puisse
vous aider à dégager de nombreuses réponses aux questions de la colonne 2.

I. Acquis et orientations de la "mission" à servir.


1. 2. 3.
Expérience : Buts servis dans ce Conséquences Par Expérience et par structure
contexte d'expérience professionnelle pour l'orientation de commentaires sur votre volonté :
Structure : les missions des structures vos choix de - de prendre en compte, de prolonger,
d'accueil de vos activités d'amplifier ce type d'expérience...
problématique(s) et
- de poursuivre le partage de buts et
secteur(s) d'activité
missions avec ce type de structures
Expérience_1 : Compte tenu des buts servis lors de
Brève description des activité, Quelles problématiques cette expérience_1 : voulez-vous les
reprendre ou les poursuivre dans le
puis exposé des buts servis : pourraient vous
cadre des expériences à acquérir ou des
... liste ... suivie si possible d'un intitulé permettre travaux à réaliser pour le mémoire ?
de synthèse le cas échéant Vos buts visés s'expriment-ils de la
de prolonger le service de même manière ? Avez-vous de
ces buts ? nouveaux objectifs ?
Structure 1 : brève description de la
structure avec qui ou pour qui Quelles démarches ? Compte tenu de votre connaissance de
l'expérience 1 a été réalisée
avec quelles structures ? structure 1 : avez-vous la volonté de
Mission affichée (pouvant être identique poursuivre une collaboration dans
pour inscrire ces objectifs ?
ou similaire à vos buts servis) l'optique des missions affichées par ce
type de structure .
Expérience_n ... Compte tenu de cette expérience_n ...
idem...
Structure n ... ... de votre connaissance de structure 1
Etude_1 : Compte tenu des buts servis dans le
Brève description de l'étude réalisée Quelles problématiques cadre des activités étudiées lors de
étude_1 : voulez-vous les reprendre ou
puis exposé des buts servis pourraient vous
les poursuivre dans le cadre des
par les activités étudiées : permettre expériences à acquérir ou des travaux à
... liste des différentes activités ... le cas échéant réaliser pour le mémoire ?
suivie si possible d'un intitulé de de prolonger le service de Vos buts visés s'expriment-ils de la
synthèse ces buts ? même manière ? Avez-vous de
nouveaux objectifs ?

22
Etude_n ... Compte tenu de cette étude_n ...
idem...

Sur le même principe, nous vous proposons de définir des orientations de


choix de votre problématique à partir de vos acquis et de vos objectifs en termes
de métier. La description de vos acquis dans la première colonne du tableau et
l'expression des jugements que vous portez sur ces expériences doivent vous
permettre de dégager des idées de problématiques qui serviront opportunément
vos objectifs de développement par la structuration d'un ensemble cohérent de
connaissances et compétences.

II. Acquis et orientations du "métier" à développer.


1. 2. 3.
Expérience : Connaissances et Conséquences Par Expérience
compétences acquises et mobilisées pour l'orientation de commentaires sur votre volonté :
dans le contexte de cette expérience vos choix de - d'approfondir, de prolonger ces
problématique(s) et acquis...
secteur(s) d'activité - de poursuivre le partage de buts et
missions avec ce type de structures
Expérience_1 : Quelles problématiques Compte tenu du bilan retiré de cette
Liste des connaissances et pourraient vous permettre : Expérience_1 :
compétences de prolonger vos acquis de voulez-vous
puis connaissances et compétences ? - prolonger ces acquis,
intitulé synthétique ou de vous orienter vers d'autres - vous orienter vers d'autres objectifs
du "métier" exercé connaissances et compétences ? d'apprentissage.
dans le contexte de cette expérience
Quelles démarches ?
avec quelles structures ?
pour inscrire ces projets ?
Expérience_n ... Compte tenu de cette expérience_n ...
idem...

Etude_1 : Compte tenu des métiers concernés par


Brève description de l'étude réalisée Quelles problématiques les activités étudiées lors de étude_1 :
voulez-vous en approfondir les contenus
puis exposé des métiers impliqués pourraient vous
dans le cadre des expériences à
par les activités étudiées : permettre acquérir ou des travaux à réaliser pour le
... liste des différentes activités ... le cas échéant mémoire ? Vos intérêts pour ces
suivie si possible d'un intitulé de de prolonger métiers s'expriment-ils de la même
synthèse l'approfondissement des manière ? Avez-vous de nouveaux
connaissances et compétences qui intérêts ? Pour quels champs de
vous intéressent ? connaissances, quels types de
compétences ?

Etude_n ... Compte tenu de cette étude_n ...


idem...

23
En reprenant vos réponses aux questions Q1 et Q2, et vos réponses aux
questions contenues dans les deuxièmes colonnes de vos tableaux, vous pouvez
maintenant lister toutes les idées de problématique, et de structures à contacter.
Mais pour compléter cette démarche de définition d'une question à traiter, ainsi
que les modalités de son traitement, il reste à examiner la dynamique des
moyens que vous pouvez y engager. Nous reviendrons sur ce point dans le
troisième chapitre.

Dans l'immédiat, à partir des résultats obtenus avec cet examen de vos acquis
et de la clarification de votre volonté de leur donner ou pas des suites dans le
cadre de vos objectifs de mémoire, vous êtes préparés à clarifier les buts que
vous voulez fixer à la conception-réalisation-présentation du mémoire.

24
Chapitre 2

Quels buts fixer à la conception-réalisation-


présentation du mémoire ?

Poursuivre une réflexion sur les buts à atteindre vis-à-vis de ces destinataires est
un bon moyen d'éviter les angoisses de la page blanche avec leurs cortèges de
démarrages qui n'en finissent pas de ne pas démarrer. Par ailleurs, en
commençant par se concentrer sur la fin du processus de conception-réalisation-
présentation de son mémoire, on se donne une chance de percevoir le chemin à
parcourir. C'est aussi un bon moyen de créer des conditions favorables à la
planification des étapes du travail.

Il s'agit de vous préparer à ce que - au terme d’une réflexion d’ensemble, qui


sera enrichie d’idées, de références, de citations, de résultats d’enquêtes et de
recherches - les phases de conception, de réalisation et de présentation de votre
mémoire se trouvent liées entre elles par les buts que vous voulez atteindre.
Pour améliorer la définition de ces buts ou pour en enrichir le contenu, il est
utile que votre questionnement porte sur les destinataires des efforts que vous
envisagez.
Que souhaitez-vous que votre mémoire apporte :
- à vous-même et à ceux avec lesquels vous partagez vos idées et qui vous soutiennent dans
vos projets ?
- aux professionnels qui exercent dans le secteur dans lequel vous voulez exercer une
activité ?
- aux enseignants qui encadrent et accompagnent votre travail ?

25
Même si, dans ce chapitre, nous faisons comme si vous étiez laissé à vous-même
- le but étant de vous mettre en situation de développer une autonomie vis-à-vis
de la dynamique d'élaboration du projet de mémoire - il est évident que vous
devrez ajuster nos propositions de méthode avec les modalités d'encadrement
pédagogique de la formation que vous suivez. Mais comme nous l'avons déjà
dit, vous êtes le seul à même de coordonner les diverses contributions qui
doivent d'agencer pour produire au final votre mémoire.

Essayer de démarrer avec des "questions JE"

Il est logique et structurant de commencer par chercher à définir ce que vous


voulez accomplir comme buts personnels avec ce mémoire, mais aussi la
manière dont vous envisagez un partage de ces objectifs avec vos proches.
Une série de quatre questions peut favoriser et préciser votre implication
personnelle dans ce projet :
Q3 - Quels sont les secteurs d'activité auxquels je veux me référer dans mon mémoire ?
(pour l'instant vous pouvez les lister, une hiérarchie sera à réaliser plus tard, commencez
donc par les lister le plus précisément possible, et sans limitation de nombre)
Q4- Quelles sont les questions que j'envisage de traiter parce qu'à partir de ce que je sais,
elles devraient intéresser les professionnels de ce secteur ? (et donc : pourquoi sont-elles
importantes ?, mais aussi : pour qui ?)
Q5- Qu'est-ce qui m'intéresse personnellement dans les questions que j'envisage de
traiter ? Pourquoi ces questions m'importent-elles ? Quelles sont les compétences
personnelles que je veux développer en me focalisant sur ces questions ?
Q6- Qu'en pensent mes proches et mes amis ? me voient-ils m'occuper durablement de ces
questions ?

Vous pouvez utiliser vos réponses aux questions et au tableaux du premier


chapitre. Vous devez faire l'effort de répondre à ces questions en rédigeant des
phrases qui commence avec le pronom sujet "Je...". Vous n'êtes pas tenu de
répondre dans l'ordre. Il s'agira de détailler le plus possible vos réponses, sans
vous freiner si vous vous sentez enclin à rédiger des annotations et
commentaires. Si vos proches et vos amis sont prêts à rédiger pour vous aider,
faites les réagir par écrit à vos réponses aux questions Q1, Q2, Q3 et Q4, ils
répondront ainsi à la question Q5.

26
Dans l'idéal, c'est très simple, mais peut-être vous sentez-vous très mal à l'aise
avec ces questions, peut-être vous sentez-vous renvoyé(e) à votre incapacité de
savoir ce que vous voulez. Cela peut s'expliquer par votre situation de jeune
diplômé, spécialement si ce mémoire professionnel universitaire a une fonction
de passerelle d'entrée dans la vie professionnelle. D'une manière différente, si
vous êtes en reconversion professionnelle, ce temps de transition a peut-être
déstabilisé la confiance que vous aviez dans votre identité et votre devenir
professionnel, ce qui inhibe l'expression de vos buts personnels. Dans ces cas, la
réalisation du mémoire concentre trop d'enjeux sources de stress ou d'angoisse
de l'inconnu, et il serait contre-productif de vous forcer coûte que coûte à définir
vos objectifs personnels de professionnalisation. Il faut alors envisager d'autres
questions d'exploration en tournant son regard vers les secteurs professionnels
qui vous intéressent pour vous préparer à revenir ultérieurement aux "questions
JE".
Dans les théories du traitement des problématiques complexes, on s'attache à repérer et
appliquer des principes d'inhibition et d'activation, ces deux actions de base s'appliquant à
ce qui est soit local, soit large dans le contexte d'une situation donnée. (Axelrod et Cohen,
2001, chap. 3). Dans le cas où votre capacité à définir une dynamique de projet de
rédaction du mémoire serait inhibée (inhibition locale), il faut trouver le moyen d'activer
une dynamique de projet (activation large) en passant par le contexte professionnel.

Nous allons dès lors vous proposer de répondre à des questions qui engagent les
acteurs professionnels des secteurs d'activité qui vous intéressent, étant entendu
que les questions auxquelles vous devez répondre doivent faire l'objet d'une
enquête professionnelle (même si elle est réalisée auprès d'un nombre très
restreint de personnes, c'est la dynamique qui importe). Ceux qui auront des
réponses aux Questions 3 à 6 réaliseront cette deuxième étape comme un moyen
d'évaluer, de préciser et éventuellement de repositionner leurs objectifs. Ceux
qui démarrent avec peu d'éléments pourront d'abord demander à quelques
professionnels de leur indiquer des enjeux d'actualité dans leurs secteurs puis
utiliser ces premiers résultats d'enquête pour répondre (partiellement pour
commencer) aux Questions 3 à 6 et, ensuite, formuler plus précisément leurs
Questions 8 à 10.

27
Nous vous proposons ainsi d'envisager un "cercle vertueux" de réciprocité
d'enrichissement entre :

structuration-exposition recueil d'avis et d'idées

d'un projet personnel de professionnels

Q3àQ6 Q 8 à Q 11

IV. Cercle vertueux des motivations et intérêts personnels et professionnels.

Tout votre talent d'enquêteur consistera à faire accepter à vos interlocuteurs


professionnels qu'ils vous consacrent du temps. D'un côté, c'est en montrant que
vous avez étudié et que vous commencez à maîtriser des enjeux du secteur
d'activité professionnel que vous ciblez, que vos interlocuteurs accepteront de
vous consacrer du temps. D'un autre côté, c'est en prenant appui sur ce que des
contacts professionnels vous ont permis de préciser, que vous pourrez redéfinir
votre projet et intéresser plus efficacement vos futurs interlocuteurs.

Explorer, préciser, évaluer les contextes de positionnement de vos objectifs


de professionnalisation

Nous vous proposons donc de procéder par enquête. La démarche d'enquête doit
être précédée de la préparation de vos prises de contact. Pour ce faire répondez à
la série de questions suivantes :
Q7- Avec quels types de professionnels est-ce que j'aimerais : échanger des idées sur telle
question à traiter, tel ensemble de problèmes à explorer, de solutions à envisager, à
étudier, à tester ? Est-ce que je connais précisément les personnes ? - en activité à quel
endroit ? Si je ne les connais pas qui peut m'aider à les identifier ?
Il s'agit ensuite d'appliquer une démarche d'enquête assez simple. Elle pourra
être réalisée par téléphone. Notons que cette démarche pourra servir
concomitamment à la recherche de stage. Il est plus facile de ne pas se mettre en

28
position de demandeur de stage, et le fait d'enquêter sur l'opportunité d'une
problématique de mémoire pourra, dans certains cas, être une bonne occasion
d'élargir la discussion vers l'éventualité de la réalisation d'un stage dans la
structure. Dans tous les cas il faudra veiller à respecter le contrat passé lors de la
démarche d'enquête : si vous annoncez que vous appelez pour clarifier des
objectifs de rédaction de mémoire, le passage dans le cours de la conversation à
la question de votre recherche de lieu de stage devra être assuré dans le respect
de votre interlocuteur. Dans ces domaines, nous le verrons au chapitre suivant,
vos démarches doivent s'ajuster avec les modalités de l'encadrement
pédagogique assuré par l'établissement. Voilà la démarche que nous proposons :
Q8- (Argumentaire d'introduction : Bonjour, je suis en train de préparer la réalisation
d'un mémoire professionnel. Je souhaite que la question qu'il traite soit le plus possible
adaptée aux préoccupations des professionnels. Auriez-vous 10 à 15 minutes à m'accorder
? _ Voilà, la question que je souhaiterait traiter c'est : [ vous devez ici formuler une
question problématique professionnellement située selon l'exemple donné en introduction ]
_ Est-ce que cette question vous paraît intéressante ? _ Est-ce que l'analyse que je fais des
enjeux ... correspond à ce que vous rencontrez dans votre exercice professionnel ? _
Voyez-vous la problématique sous le même angle ? (si inadéquation => ) _ Qu'est-ce qui
vous semble plus un enjeu / une question importante à traiter ? _ Comment analysez-vous
la situation ? ...
Vous devez synthétiser les réactions des professionnels suscitées par l'annonce et la
discussion de votre problématique, vous devez ensuite rédiger une réponse à la question
=> Quel type d'intérêt les professionnels ont-ils exprimé lorsque je leur ai annoncé et
développer mon projet de faire un mémoire qui traite cette question ? (vous pouvez rédiger
différentes réponses aux questions notées Q8.1., Q8.2., etc, si vous faites évoluer
l'expression de votre problématique au cours de votre enquête).
Q9- Quelle(s) autre(s) piste(s) m'ont ils données ? (idem Q9.1., Q9.2. ...)
Q10- Quelles idées de problématique retenez-vous de ce recueil d'avis ?
Q11 -Après les réactions et les propos obtenus grâce à ces prises de contact, qu'est-ce qui
fait que je souhaite travailler avec ce types personne ?,
Q11- Compte tenu des informations recueillis auprès des professionnels du secteur, qu'est-
ce qui fait que je souhaite travailler avec ce types personne dans ce contexte d'activité
professionnelle, pour servir quels buts ?
Après avoir procédé à un enrichissement circulaire entre les Questions de 3 à 6
et les Questions de 7 à 11, tout en reprenant vos acquis du premier chapitre et
vos réponses aux question Q1 et Q2, vous devez aboutir à la formulation d'une
problématique à laquelle vous appliquerez la question suivante :
Q12- Que recouvre exactement le professionnalisme que le traitement de la problématique
envisagée devrait vous permettre de développer - permet-il de postuler à plusieurs types
d'emplois - correspond-t-il à un besoin durable de professionnels capables de traiter ces
questions ? - est-il transférable à d'autres secteurs d'activité ? pour éviter que ma
recherche d'opportunités d'insertion soit trop restreinte ...

29
Cette synthèse de vos questionnements antérieurs doit permettre de définir la
plus value de professionnalisation que peut représenter la réalisation de votre
mémoire.

Ne vous inquiétez pas si vous n'avez pas encore des réponses étoffées à la série
de 12 questions, vous pourrez y revenir. Ayant commencé à définir par vous-
mêmes vos buts personnels de professionnalisation, vous pouvez désormais
mieux profiter de l'accompagnement pédagogique qu'ils peuvent vous apporter.
Mais ici encore, même s'il vous faut garantir que les obligations pédagogiques
seront satisfaites par le traitement que vous envisagez de la problématique qui
vous intéresse, il vous reviendra à vous de définir les ambitions (relevant du
"facultatif") que vous lui adjoindrez.

30
CHAPITRE 3

Quelles obligations garantir, quelles ambitions


viser par la réalisation du mémoire ?

Depuis la mise en place des Licences professionnelles en France en 1999 suivis 10

par les Masters professionnels en 2002, qui prévoient "la rédaction de


11

mémoires et d'autres travaux personnels", les Universités et institutions


d'enseignement supérieur ont entamé une réforme de leurs parcours de formation
à finalité de professionnalisation dans le sens de la construction d'un espace
européen. Cet effort d'harmonisation (avec 3 types de diplômes à Bac +3
Licence, +5 Master, et +8 Doctorat) est accompagné d'une individualisation des
pratiques pédagogiques, ainsi que le met en évidence le rapport de mars 2002 de
la commission nationale "améliorations pédagogiques à l'université" 12

préconisant l'organisation pédagogique de l'université autour de l'étudiant


considéré comme "acteur de sa formation et plus généralement de sa vie".
Ces orientations suivies par les institutions d'enseignement supérieur ont pour
contrepartie la nécessité pour les étudiants de développer des capacités
d'autonomie dans la construction de leurs parcours de formation, dans leurs
choix d'orientation et spécialement lorsqu'ils choisissent des voies
professionnalisantes, dans la conduite de leurs apprentissages, tant en milieu
professionnel que dans le cadre des enseignements académiques.

10 Voir l'arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle qui prévoit à son
article premier tant l'application d'une pédagogie qui met l'étudiant en situation d'élaborer un
projet personnel de professionnalisation, que l'épreuve de la rédaction et de la soutenance
orale d'un mémoire.
11 Arrêté du 25 avril 2002 relatif au diplôme national de master.
12 Groupe de travail animé par François Petit, à l'époque président de l'Université Grenoble 2.

31
Dans ce contexte, la réalisation d'un mémoire est souvent considérée comme une
étape de formation déterminante dans cette optique de prise d'autonomie de
l'étudiant justement parce qu'elle concentre plusieurs objectifs :
- l'implication personnelle de l'étudiant dans la construction du parcours d'apprentissage,
spécialement dans le choix et le mode de traitement de la problématique par l'étudiant,
- la professionnalisation et l'orientation vers le ou les secteurs d'activités choisis comme
terrains de stage et/ou d'enquête,
- l'enrichissement mutuel des acquis de formation par croisement des connaissances et
compétences des milieux professionnels et des enseignements et des recherches des
universitaires (y compris dans le contexte de l'évaluation qui la plupart du temps associera
universitaire et professionnel).

Nous vous avons proposé de répondre aux questions-guide du premier chapitre,


pour vous amener à commencer à développer cette autonomie. Il s'agit
cependant, pour vous, de bien repérer la place de l'exercice de rédaction et
soutenance d'un mémoire dans la formation que vous suivez. De manière à
cerner la forme et le niveau de l'ambition fixée par vos responsables
pédagogiques, nous allons utiliser les travaux de Guy Le Boterf qui est un auteur
de référence sur la question du développement des compétences. Car c'est bien
l'acquisition de compétences qui est en jeu avec la réalisation d'un mémoire
professionnel universitaire, au sens où une compétence peut être définie comme
une mobilisation de ressources dans le cadre d'une action professionnelle qui
s'inscrit au carrefour (Le Boterf, 1994, p17) :
- de l'implication d'un sujet,
- d'un contexte de situation professionnelle,
- d'un acquis antérieur ou en cours de formation.

Le formation d'enseignement supérieur que vous suivez est professionnalisante


au sens où elle favorise ce développement de compétences :
- l'acquisition et/ou l'utilisation de connaissances pour expliquer et agir sur des situations
rencontrées dans tel contexte professionnel,
- la compréhension de principes et méthodes utilisés par les professionnels, l'analyse qu'on
peut en faire et la distance que l'on peut établir, de manière à envisager les améliorations
qui peuvent y être apportées,

32
- l'observation et/ou l'expérience effective des compétences exercées en contexte
professionnel, suivie d'exercices de description de ces expériences , dans le but d'évaluer
les acquis de l'étudiant, de les valider et de définir des voies de progression dans le
professionnalisme.

On comprend aisément comment la réalisation et la soutenance d'un mémoire


basé sur une ou plusieurs expérience(s) et/ou enquête(s) professionnelle(s)
concentre ces différents objectifs. Mais la forme et le niveau d'ambition que
chaque formation assigne à cet exercice varient significativement. Ce n'est pas
nécessairement la distinction entre les niveaux de formation de Licence et de
Master qui influence le plus les attentes associées au mémoire; c'est plutôt le
saut qualitatif attendu par le parcours de formation.
De manière à cerner ce saut qualitatif, nous transposons certains travaux de Guy
Le Boterf dans un tableau qui schématise les différents types d'objectifs
13

assignables à un mémoire professionnel universitaire. La numérotation des


différents types d'acquis attendus sera reprise dans la suite du texte pour
expliciter comment, en tant qu'étudiant, vous pouvez vous préparer à répondre à
ces objectifs. Le tableau se lit de bas en haut. Les cases ne se correspondent pas
strictement une à une. Dans chaque colonne plusieurs éléments peuvent
correspondre à votre situation.
Nous vous proposons de lire le tableau suivant en marquant dans la colonne de
gauche adjacente
- d'une croix (X) chaque case correspondante à une obligation, et
- d'un rond (O) chaque case correspondant à une opportunité de travail dans le
contexte de la réalisation de votre mémoire.
Ce travail de sélection de ce qui vous concerne dans ce tableau en terme
d'obligation (X) et/ou d'opportunité (O) préparera vos réponses aux questions de
synthèse Q13 à Q16.
Pour vous donner une idée du résultat visé, nous vous présentons deux cas
d'étudiants inspirés de nos expériences d'accompagnement de travaux de

13Voir les pages 149 à 154 du livre De la compétence (1994), et 192 à 195 de Compétence et
navigation professionnelle (2000).

33
mémoire, à partir desquels nous vous donnerons ensuite des exemples de
réponses de synthèse Q13 à Q16 apportées après utilisation du tableau.

Voici les deux cas d'étudiants utilisant ce support :


Alexiane est en dernière année d'un Master professionnel dans un institut de biologie des
hydrosystèmes. Elle doit réaliser un mémoire professionnel en prenant appui sur un ou
plusieurs des 3 stages suivis durant sa formation. Elle a coché les cases :
_ I, II, III, V, VII => les stages qu'elle a réalisés dans des entreprises d'analyse de l'eau et
des administrations évaluant les incidences sur la qualité des eaux et des milieux
aquatiques de mesures agri-environnementales, lui ont permis - après un temps
d'observation (I) - de participer à (II) puis d'assumer la réalisation complète (III) de tâches
de prélèvement et d'analyse d'échantillons avec des implications personnelles (V) dans
l'élaboration de protocoles d'expérimentation; son dernier stage lui ayant permis par
ailleurs de collaborer avec des organisations agricoles dans le recherche de solutions
techniques (VII).
_ 1-, 2-, 6-, 7-, et 8- => Pour son mémoire, Alexiane envisage de réaliser des analyses de
cas des situations qu'elle a rencontrées (1) et des problèmes rencontrés lors de la recherche
de solutions à la gestion agri-environnementale (2); elle les utilisera comme des supports
de traitement de la problématique de l'évaluation de l'efficacité des mesures agri-
environnementales sur la qualité des eaux (6) - avec le projet de les compléter par une
étude documentaire élargie à plusieurs départements pilotes en France (7) de manière à
modéliser une démarche d'ensemble (8) que des organisations professionnelles agricoles
pourraient mettre en place en collaboration avec les administrations de l'eau.
_ a), b), c), e), g), h) => Alexiane avec ce projet de mémoire professionnel utilise ces
connaissances (a) pour exposer ces analyses et met en évidence une mobilisation des
savoirs et méthodes acquis en formation (b) par analyse des situations professionnelles,
elle expose ses compétences de diagnostic et d'amélioration des procédures appliquées (c),
et sa capacité à construire des protocoles d'expérimentation (e). Elle complète ces acquis de
maîtrise et d'ingénierie technique par la démonstration de capacités de synthèse
documentaire et bibliographique (g) à partir desquelles elle démontre une compétence de
traitement global et d'évaluation des mesures agri-environnementales visant à contrôler les
impacts sur la qualité de l'eau.

Le deuxième exemple est le suivant : Wilhelm est en dernière année de Licence


professionnelle dans un institut de gestion administrative et financière des associations,
coopératives et mutuelles. Après 4 stages suivis durant la formation, il doit réaliser un
mémoire professionnel qui doit s'appuyer sur un projet contractualisé avec une structure
d'accueil. Il a coché les cases :
_ III, IV, VIII, X => Les stages que Wilhelm a réalisé l'ont tout de suite mis en situation de
s'organiser dans son travail (III) d'assistant du comptable et des secrétaires des structures.
Dans le cadre son dernier stage, il a du gérer des craintes, surmonter des oppositions,
prendre en compte des contre-propositions - associés à des enjeux relationnels et de
pouvoir - (IV) lorsqu'il s'est vu confié un projet (VIII) de mise en place d'un système de
comptabilité analytique des activités d'une association organisant des activités théâtrales et
employant des intermittents du spectacle. C'est sur la base de la mise en place, avec le
Directeur de la structure, d'un système d'informations comptables et financières, qu'il a

34
proposé de contractualiser un projet de mémoire sur le contrôle de gestion des activités
théâtrales - permettant d'aider à équilibrer les comptes des structures tout en assurant une
sécurité de rémunération au plus grand nombre d'employés (X).
_ 3-, 4-, 7-, et 10- => Avec l'appui du Directeur membre d'un groupe de travail national sur
le sujet, Wilhelm va rédiger un mémoire sur la problématique du contrôle de gestion des
activités théâtrales qui va synthétiser ses propres acquis d'expérience de réorganisation
d'activités comptables et administratives (3), avec une insistance sur la maîtrise des enjeux
psychosociologiques et managériaux (4), il va réaliser une enquête auprès des structures les
plus avancées sur ce sujet au plan national en vue d'élargir son analyse de la problématique
(7). Il va prendre en compte les changements récents du régime des allocations chômage
des intermittents ainsi que les travaux parlementaires et politiques en cours en vue d'ajouter
une réflexion prospective à son mémoire (10).
_ a), b), c), d), e), h) et i) => Wilhelm va ré-intégrer ses connaissances et compétences de
base (a) et montrer sa maîtrise de méthodes et de savoirs (b) dans le travail d'analyse de ses
expériences d'administration et de comptabilité qui mettront aussi en évidence ses
capacités à diagnostiquer un existant et à définir des objectifs d'amélioration (c) en prenant
en compte les enjeux humains et organisationnels (d). Il montrera des capacités à concevoir
et à réaliser une enquête (e), et des aptitudes à définir une démarche de projet (h) de mise
en place d'un système de contrôle gestion basé sur une expertise d'analyse des coûts
d'activité et salariaux (i).

Ces deux exemples donnent une idée de la manière dont vous pouvez utiliser
le tableau.
En procédant par une lecture de bas en haut, un support pour rédiger avec
vous, vous vous demandez - colonne par colonne, puis ligne par ligne - si
l’action décrite correspond à vos acquis d’expérience ou de travail réalisé,
attendu ou opportun. Si c’est le cas, vous transcrivez dans une forme adaptée à
votre situation ce à quoi le descriptif vous fait penser.

Vous n’êtes pas tenu d’utiliser toutes les cases du tableau et il n’est pas utile de
chercher à ce que vos formulations se rapprochent des intitulés. Le but est de
vous proposer un balayage systématique de possibles, pas de vous imposer le
parcours de cet éventail. Ce que vous devez réussir à faire c’est produire - sous
une forme organisée - vos propres idées d’objectifs à atteindre avec votre
mémoire, que ces objectifs soient dictées par des impératifs pédagogiques ou
relèvent à votre ambition personnelle.

35
V. Inventaire des possibles : impératifs et opportunités de réalisation du mémoire
(à remplir en commençant par la base)

X. Mission d'étude et de 10- Analyse, utilisation des j) Exercer des compétences de


planification stratégique dans un tendances d'évolution et facteurs management stratégique d'une
secteur d'activité. d'influence interagissant entre le activité en s'appuyant sur
secteur et son environnement. l'expertise d'un secteur.
IX. Mission à responsabilité 9- Synthèse d'acquis, i) Maîtriser une vision
globale de gestion d'une activité modélisation d'un secteur synthétique d'un secteur, ses
dans un secteur donné. d'activité et de ses problématiques caractéristiques actuelles et
prioritaires. perspectives d'évolution.
VIII. Conception, planification, 8- Modélisation des processus et h) Conceptualiser la gestion de
amorce... d'un projet. des cycles des activités projet comme processus intégrant
concernées par la problématique. des ressources d'expertise et des
savoir-faire de management.
VII. Réalisation d'études évaluant 7- Recueil et traitement g) Assurer : Exploitation de bases
un existant, mesurant des écarts, d'informations cernant les enjeux de données, traitements
aidant à des décisions... d'évaluation et de décision statistiques, analyses juridiques et
associés à une problématique. administratives, synthèses
documentaires/bibliographiques...
VI. Mission de manage-ment d'un 6- Analyse traitement d'une ou f) Allouer les ressources et les
projet préconçu. plusieurs situations à problèmes moyens nécessaire aux différentes
en tant que caractéristiques d'une phases d'un projet. Piloter en
problématique. continu.
V. Conception, réalisation de 5- Explication, vérification e) Appliquer des outils et
protocoles d'expérimentation d'hypothèses, compréhension et méthodes d'expérimentation et/ou
et/ou de démarches d'enquêtes. objectivation, des situations et d'enquête par observation,
représentations. entretien, questionnaire...
IV. Responsabilités ou 4- Analyse, traitement d) Mobiliser des théories des
contribution aux activités de d'implications psychologiques, sciences sociales et du
management de personnel. sociologiques et managériales de management adaptées aux
situation(s)/problème(s). situations à traiter.
III. Responsabilités de tâches à 3- Analyse, traitement d'enjeux c) Réaliser un diagnostic de
organiser. d'organisation de situation et en dégager des
situation(s)/problème(s). objectifs atteignables.
II. Position d'exécution ou d'étude 2- Recherche d'améliorations et b) Se référer à des méthodes à
de documents. de solutions de situation(s) et/ou appliquer, des savoirs à mobiliser
problème(s) professionnel(s). en situation professionnelle.
I. Position d'observation de 1- Description, analyse de a) Décrire et analyser des
situations. situation(s) et/ou problème(s) situations ou des documents en
professionnel(s). les reliant aux savoirs acquis.
O O O
? ? Modalités de traitement de la ? Compétences professionnelles et
x Supports d'expérience pour la x problématique associable à x universitaires évaluées
? rédaction du mémoire ? l'expérience ?

36
C'est à vous maintenant, de recenser les obligations et les possibles dans les trois
colonnes du tableau suivant et - si possible - de traduire ce repérage en
description de votre projet, étant entendu que vous avez toute latitude pour
modifier les termes utilisés ou l'organisation des contenus. Par ailleurs, 4
questions de synthèse vous seront posées pour synthétiser votre situation.

Après re-lecture des cases du tableau que vous avez considérées comme
correspondant à votre situation, (obligation : X, opportunité : O) vous pouvez
rédiger vos réponse aux questions générales suivantes :
Q13- Sur quelles expériences peut se baser la réalisation de mon mémoire ?
Q14- Quelle problématique envisagez-vous de traiter ? selon quelles modalités ?
Q15- Quelles compétences universitaires et professionnelles sont exigés par mon
établissement d'enseignement supérieur ? ( X )
Q16- Quelles autres compétences universitaires et/ou professionnelles ai-je l'opportunité
d'acquérir ou de conforter avec la réalisation de mon mémoire ? ( O )

Nous verrons au terme du chapitre 5 que votre choix d'opportunités (O) et donc
votre réponse à la question Q16 pourront être modifiés après une réflexion
stratégique sur vos buts (mission) et vos objectifs de professionnalisation
(métier). Pour le moment, faites avec vos avis sur le moment à la première
lecture de ce tableau.
Il faut aussi envisager que vous pouvez lire ce tableau à un moment où vous ne
connaissez pas encore : ni les consignes données par l'encadrement pédagogique
de votre formation, ni les opposrtunités concrètes que vous pouvez saisir sur le
terrain de vos stages, ou dans le contexte des limitations imposées par vos
disponibilités en temps ou par les ressources que vous pouvez allouer à
d'éventuels travaux complémentaires de recherche documentaire, d'enquête ou
d'expérimentation.
Comme nous l'avons signalé, les outils qui vous sont proposés ici peuvent être -
et dans certains cas doivent être - plusieurs fois utilisés, compte tenu des
changements que vous constatez dans votre progression, des enrichissements

37
réciproques qu'il produisent. Mais revenons à nos deux exemples d'étudiants qui
eux ont achevés leurs parcours.

Alexiane dont nous avons décrit précédemment la situation d'étudiante en biologie des
hydrosystèmes peut structurer son projet en répondant ainsi aux 4 questions :
Q13- "Mon mémoire prend appui sur mes expériences concernant le contrôle de l'efficacité
des mesures agri-environnementales sur la qualité des eaux."
Q14- "Je vais traiter la problématique globale de la mise en place et de l'évaluation de ce
type de mesures, en synthétisant les acquis de mes expériences que je vais élargir aux
programmes pilotes existants".
Q15- "Mon université me demande de montrer dans mon mémoire des capacités à
appliquer les connaissances acquises, et à maîtriser la méthodologie de l'expérimentation,
ce qui sera assuré par mon travail de synthèse."
Q16- "J'ajoute à ces attentes une étude documentaire et des enquêtes, qui me permettront
de concevoir un modèle dont des organisations professionnelles agricoles peuvent
s'inspirer pour gérer avec efficacité des mesures agri-environnementales sur la qualité des
eaux; ainsi mon mémoire me permet de proposer un profil professionnel adaptable à
différents besoins de recrutement : depuis une gestion technique de dispositifs jusqu'à la
mise en place d'une démarche complète ".

L'étudiant Wilhelm peut y répondre ainsi :


Q13- "Mon mémoire décrit une expérience réussie de mise en place d'un système de
contrôle de gestion d'activités théâtrales en explicitant les techniques à utiliser, la démarche
pouvant être appliquée, et les manières de surmonter des obstacles."
Q14- "Je veux traiter la problématique du contrôle de gestion d'activités théâtrales,
spécialement avec la spécificité de la gestion des intermittents du spectacle. Mon analyse
de l'expérience que nous avons réalisée sera enrichie par une enquête qui permettra de
réaliser une synthèse des expériences et proposer une démarche d'ensemble compatible
avec les différents cas étudiés ".
Q15- "Mon université me demande de traiter une problématique qui intègre des savoir-
faire d'administration et de comptabilité, ce qui est le cas."
Q16- "Je veux profiter de la réalisation de ce mémoire - en bénéficiant de l'encadrement
d'un directeur innovant dans ce domaine, pour acquérir des compétences de contrôle de
gestion et m'intégrer à un groupe de travail national. je valoriserai ainsi au mieux ma
licence professionnelle ce qui me permettra de postuler pour des postes de directeur adjoint
administratif et financier dans des structures importantes".

Il est possible que vous ne soyez pas en mesure de produire une description si
explicite et complète de votre situation vis-à-vis de votre situation. Il reste peut-
être encore trop d'inconnus au moment où vous lisez cette partie. C'est la raison
pour laquelle vous devez utiliser le carnet de lecture personnelle et
éventuellement revenir sur ces questions. Ne vous inquiétez pas de questions
sans réponses, vous reviendrez sur ces manques au fur et à mesure de votre

38
progression pour essayer de les compléter de manière à obtenir une vision
globale de votre projet.

Nous espérons que votre travail de rédaction est assez avancé pour pouvoir
réaliser l'exercice. Dès lors, nous pouvons maintenant essayer de définir les
moyens à engager avec votre projet de mémoire, question que nous avions laissé
en attente à la fin du premier chapitre. Reprenez vos réponses aux questions
Q15 et Q16 et comparez ces réponses avec vos objectifs rédigés à partir des
tableaux préconisés dans le premier chapitre. Y-a-t-il des écarts entre le résultat
de votre réflexion sur votre identité professionnelle et cette première réflexion ?
Si ce n'est pas le cas, vous pouvez commencer à ressentir cette satisfaction
qu'il accompagne le sentiment d'avoir trouvé une cohérence interne à votre
projet ... (Mais ne vous laissez pas trop illusionner par ce sentiment, considérez-
le seulement comme une gratification temporaire). Si vous constatez des écarts,
réjouissez-vous ! (Je plaisante). Quoi qu'il en soit, c'est une occasion pour vous
de redéfinir :
- soit vos choix d'opportunité dans le tableau des modalités possibles de traitement de votre
problématique,
- soit les moyens que vous voudriez désormais engagés, pour développer votre identité
professionnelle.

Ainsi, se dégage une dynamique d'identité professionnelle. Reprenez, vos


réponses aux questions Q1 et Q2, modifiez-les si besoin est (appelez-les :
Q1.1.= et Q2.2.=) après avoir relu tout ce que vous avez écrit jusqu'ici. Vous
obtenez ainsi : une "mission" à servir, un "métier" à exercer, et des "moyens" à
mobiliser efficacement. La réalisation de votre mémoire professionnel doit être
l'expression de cette cohérence entre ces trois composantes. Mais il faut que
votre identité professionnelle personnelle se développe en interaction avec
l'identité d'une structure employeuse (ou cliente dans le cas d'une activité en
profession libérale) dans des contextes : de partage de buts (mission), de
synergie de savoir-faire (métier), et d'engagements contractualisés de moyens.
Votre mémoire doit donc être conçu et rédigé en anticipant sur la place qu'il

39
pourra tenir entre vous et vos employeurs ou vos clients dans la perspective de
cette dynamique.
Il est évident que vous aurez à renégocier vos objectifs lorsque vous
constaterez que vos aspirations ne correspondent pas aux limitations qui vous
seront imposées dans la structure d'accueil de stage, ou encore par le manque de
ressources et/ou de temps pour tout ce qui concerne votre terrain de
professionnalisation.

Quoi qu'il en soit, cette mise à plat des possibles, ayant permis de déterminer des
obligations institutionnelles et des opportunités, a défini au moins partiellement
votre positionnement professionnel personnel. Avec ce positionnement, il s'agit
pour vous de vous situer dans une dynamique de projet entre impératifs
pédagogiques, ambitions personnelles et perspectives professionnelles.

40
DEUXIÈME PARTIE

Structurer un projet de mémoire prenant


appui sur votre contexte de formation

Après avoir envisagé votre projet de mémoire en tant qu'il doit servir la
construction de votre identité professionnelle, après avoir précisé et enquêté sur
les domaines et les enjeux que vous voulez aborder, après avoir mieux défini les
caractéristiques de votre travail, votre niveau d'ambition et vos sources de
motivation, vous allez pouvoir structurer votre projet de mémoire en prenant
appui sur ce que peut vous apporter le contexte de votre formation.
Nous commencerons par examiner la manière dont vous pouvez identifier
votre positionnement entre impératifs pédagogiques, ambitions personnelles et
perspectives professionnelles.
Nous verrons ensuite comment vous pouvez interagir avec vos enseignants et
intervenants pour préciser les orientations qui présideront à l'élaboration de
votre problématique.
Nous verrons enfin comment l'exploration des travaux existants portant sur
les questions et les domaines académiques et professionnels que vous avez
identifiés est une étape préalable à la définition de votre problématique, étape
qui n'est pas seulement nécessaire, mais qui doit aussi être envisagée pour ce
qu'elle recèle d'utile à l'avancée de votre réflexion et de productif pour votre
travail de rédaction du contenu de votre mémoire.

41
CHAPITRE 4

Entre impératifs pédagogiques, ambitions


personnelles et perspectives professionnelles

Nous avons insisté sur l'importance d'un positionnement personnel dans le


contexte des formations professionnalisantes. Car si des impératifs
pédagogiques balisent en quelque sorte votre parcours, c'est seulement en
affirmant des ambitions personnelles, et en anticipant des perspectives
professionnelles que vous pourrez enclencher un processus de projet absolument
nécessaire tant pour la réussite de votre parcours de formation que pour la
réalisation et la soutenance de votre mémoire. Si les objectifs pédagogiques
déterminent pour beaucoup votre travail, la plupart du temps, ils laissent une
marge importante d'interprétation aux étudiants de sorte que la réalité de leur
travail varie selon l'ambition qu'ils fixent eux-mêmes à leur travail.

Nous vous proposons de répondre à 12 questions à choix forcé qui visent à


dégager votre profil de votre positionnement. Il est important que vous vous
déterminiez sans vous laisser influencer par l'idée d'un jugement qui serait porté
sur votre éventuel manque d'ambition. Le minimum d'exigence est de toute
façon fixé par les responsables de la formation, il fait partie intégrante du
contrat de formation que vous avez passé. Et si vous vous fixez une ambition
qui va au delà de ce minimum, vous serez aussi évalué sur vos aptitude à faire
face aux exigences que ces ambitions entraînent.
Il ne faut donc pas préjuger d'un bon ou d'un mauvais positionnement puisque
c'est votre gestion des conséquences de ce positionnement qui décidera de son
opportunité et de sa valeur. Cette même logique d'évaluation de vos choix
s'appliquera lorsque après la lecture du titre de mémoire et de son descriptif dans

42
votre curriculum vitæ, on cherchera à vous faire parler de son contenu ou à le
lire. Il s'agira alors de garantir que ce contenu ne déçoive pas. Il est donc
essentiel que vous soyez au clair avec vos ambitions.
Prenant appui sur des propositions méthodologiques d'Abraham A. Moles
dans Les sciences de l'imprécis(1995) , nous avons conçu un support d'aide à la
14

définition de votre positionnement d'ambition. Ce support ne doit pas être


envisagé comme un test psychotechnique ou de personnalité, il n'a pas été conçu
dans cette optique. Hormis l'aspect ludique associé à cet exercice, il a pour
objectif de vous obliger à vous poser des questions qui vous sensibilisent aux
choix que vous devez faire.
Vous devez répondre aux 12 questions qui suivent en entourant - pour chaque
question - exclusivement 3 ou 2 symboles correspondant à l'une des 3
expressions : "tout à fait d'accord", "plutôt d'accord", "pas d'accord". Vous aurez
ensuite à calculer le nombre de symboles entourés ce qui dégagera un profil.

14Cet ouvrage pourra être par ailleurs très utile à nombre d'étudiants pour structurer leur
mémoire, c'est aussi pour cette raison que nous le mentionnons comme référence.

43
VI. Questionnaire à choix forcé pour dégager votre profil d'implication.

1_ Ce mémoire c'est le vôtre. Vos centres d'intérêt, et vos objectifs personnels sont prioritaires. Vous ne devez pas vous
déterminer en fonction des attentes des uns ou des autres.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" OO

2_ Réussir votre mémoire c'est avant tout achever brillamment votre cursus d'enseignement supérieur. Cette réussite
influencera de façon importante la qualité de votre insertion professionnelle.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" 

3_ Il faut choisir sa problématique en s'appuyant prioritairement sur les avis des professionnels et des enseignants qui orientent
notre travail.
"Tout à fait d'accord" OOO"Plutôt d'accord" OO"Pas d'accord" 

4_ Vous voulez que votre sujet corresponde avant tout à des opportunités concrètes d'insertion professionnelle, même si vous
devez restreindre vos ambitions universitaires.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" 

5_ Vous voulez choisir une problématique qui vous permette de mener une réflexion personnelle et approfondie, peu importe
les enjeux d'actualité ou les sujets à la mode.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" OO

6_ Le choix de votre problématique doit vous permettre de mettre en valeur vos aptitudes académiques, les préoccupations des
professionnels ne doivent pas trop vous influencer.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" 

7_ La réalisation de votre mémoire doit être l'occasion pour vous de bien traiter un sujet pertinent pour un secteur d'activité bien
ciblé, même s'il faut laisser de côté vos intérêts.
"Tout à fait d'accord" OOO"Plutôt d'accord" OO"Pas d'accord" 

8_ Votre mémoire professionnel doit avoir prioritairement une valeur pour vos futurs employeurs, quitte à ce que votre travail
déçoive pour partie vos enseignants.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" 

9_ Avant toute chose, votre mémoire doit exprimer vos choix et vos orientations personnelles, il ne doit pas être influencé par
les conseils qu'on vous donne.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" OO

10_ Votre mémoire doit mettre en valeur vos acquis de connaissances et votre maîtrise de méthodes, votre expérience
professionnelle n'a pas autant d'importance.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" 

11_ Il faut adapter votre mémoire aux opportunités de réussite universitaire et d'insertion, même si vous devez laisser de côté
les questions qui vous intéressent personnellement.
"Tout à fait d'accord" OOO"Plutôt d'accord" OO " Pas d'accord" 

12_ Votre mémoire doit prioritairement s'appuyer sur les professionnels concernés par votre sujet, les connaissances
académiques sont moins pertinentes.
"Tout à fait d'accord" "Plutôt d'accord" "Pas d'accord" 

En procédant au calcul de la somme de chacun des quatre symboles :


,,, O , vous obtenez un score de chaque symbole. Vous ajoutez 3
points de bonus à votre meilleur score, et 1 point de bonus au symbole qui suit.

44
Si vous avez 2 symboles ex æquo, accordez 2 points de bonus à chacun d'entre
eux. Si vous avez 3 ou 4 ex æquo en premiers scores, ou si vous avez des ex
æquo en deuxième position, ne modifiez pas ces scores.
Le positionnement qui se dégage résulte de la valeur que vous accordez à 4
types d'ambition :
= développer votre professionnalisme  = assurer une performance académique
 = vous affirmer personnellement O = saisir des opportunités de réussite
En reportant vos scores sur le diagramme suivant, vous obtenez quatre points
sur les axes d'abscisses et d'ordonnées. En reliant entre eux ces points vous
obtenez un quadrilatère. Votre profil se définit en fonction des différences entres
les 4 aire occupées entre les segments ,, et O.
L'aire / est celle de l'investissement personnel professionnel,
L'aire / est celle de l'ambition académique personnelle,
L'aire / Oest celle de la conformité académique,
L'aire O/ est celle de l'adaptation au marché de l'emploi.
Reportez vos points et rejoignez-les sur le schéma suivant pour obtenir votre
hiérarchisation entre les aires d'ambition.
VII. Votre profil d'implication dans le travail du mémoire.


18 conformité
ambition académique
personnelle académique

 18 0 18 O

investissement
personnel adaptation au marché
professionnel de l'emploi

18

Finalisation du schéma : il faut ajouter un tracé de règle de 0 à 18

45
L'exercice est conçu de manière à ce que vous soyez contraint de "sacrifier"
une ou 2 ambitions, de sorte qu'un profil dominant se dégage. À partir ce ces
choix, nous vous invitons à vous poser quelques questions, et à prendre en
compte les recommandations suivantes :
Si votre score en ambition de professionnalisation ""est inférieur ou égal à 4 :
Vos objectifs de professionnalisation ne semblent pas assez précis ou motivants pour
dynamiser votre profil. Demandez-vous quels sont les activités vers lesquelles vous voulez
vous orienter (reprenez la démarche des Questions 1 à 7 du début de ce livre), de manière à
redéfinir votre démarche de projet de mémoire en garantissant une place plus importante à
la finalité de professionnalisation.

Si votre score en ambition de performance académique "" est inférieur ou égal à 4 :


Avez-vous mesuré tous les risques associés à la négligence des critères d'évaluation
académique ? N'oubliez pas que vous êtes dans une formation d'enseignement supérieur.
Même si des enseignants ou des intervenants peuvent vous inciter à modérer vos ambitions
académiques pour assurer prioritairement votre professionnalisation, il serait dommage de
ne pas tirer bénéfice de la valeur qu'apporterait une performance académique pour vos
acquis professionnels.

Si votre score en ambition d'affirmation personnelle "" est inférieur ou égal à 4 :


Il est possible que les consignes de votre formation, que votre situation personnelle ou
encore que vos traits de personnalité vous incitent à restreindre votre implication
personnelle dans ce travail de mémoire. Hormis le manque de motivation qui peut résulter
de cette situation, vous devez penser au fait que votre capacité à mettre en valeur vos
compétences professionnelles bénéficiera de l'engagement personnel que vous aurez su
démontrer dans la réalisation de ce mémoire.

Si votre score en adaptabilité pour saisir des opportunités "O" est inférieur ou égal à 4 :
Les choix que vous avez faits sont marqués par une volonté de ne pas vous laisser
influencer. Si cette démarche présente l'avantage de favoriser l'épanouissement de votre
personnalité professionnelle, elle risque de vous empêcher de saisir des opportunités
d'acquisition de connaissances et compétences qui peuvent être très utiles pour une
insertion professionnelle réussie.
Comme nous l'avons expliqué, le principe du choix imposé associé à cet
exercice aboutit nécessairement à des résultats qui forcent le trait. Dès lors, il
faut relativiser tant vos résultats que ces conseils. L'exercice, en vous faisant
parcourir l'éventail des possibles, vise prioritairement à vous aider à mieux
cerner votre dynamique propre d'ambitions et de motivations. Vous pouvez
d'ailleurs réaliser l'exercice à plusieurs moments de votre démarche de
formation, pour mesurer et prendre en compte votre progression.

46
Pour bien conduire cette progression, il faut qu'elle serve la dynamique de
votre identité professionnelle. Les chapitres qui suivent visent à vous aider à
mieux la cerner et l'affirmer.

47
CHAPITRE 5

Utiliser vos interactions avec les enseignants,


les intervenants et les professionnels

Nous avons déjà évoqué le fait que l'harmonisation dans l'espace européen
des programmes français d'enseignement supérieur accentue des principes de
pédagogie personnalisée qui mettent l'étudiant en position d'être acteur à part
entière de son projet de formation. La rédaction d'un mémoire est un exercice
qui accentue cette tendance. C'est dans le contexte des interactions entre vous,
étudiant, et vos enseignants, les intervenants et les professionnels que vous
rencontrez que se construit votre projet. Les occasions d'interaction et
d'interférence entre ces divers intervenants : enseignants, chercheurs ou
professionnels peuvent vous déstabiliser dans la mesure où s'y expriment
nécessairement des contradictions. Il est intéressant de considérer ces
contradictions comme des opportunités de mise à l'épreuve de la cohérence et de
la dynamique de votre progression personnelle. Encore faut-il que vous soyez en
position de gérer ces interactions plutôt que de les subir.

Certaines équipes pédagogiques prévoient un encadrement bien défini pour


accompagner tant l'élaboration de votre projet que la réalisation de votre
mémoire. Cela se déroule dans un cadre précis, et on attend de l'étudiant qu'il ne
s'en écarte pas trop. D'autres laissent l'étudiant se construire son parcours
personnel en le laissant gérer ses relations avec les enseignants, des chercheurs,
divers intervenants, ou professionnels. Quelle que soit votre situation, vous

48
devez avoir à l'esprit que - sans que vous dérogiez aux principes de suivi de
mémoire qui sont prévus dans le cadre de votre formation - il est nécessaire que
vous envisagiez toutes ces interactions comme des opportunités formelles ou
informelles de progression dans votre projet de mémoire.
Ce qu'on peut appeler le "management de l'interpellation" , est une approche
15

qui s'applique ici.


Il s'agit :
- d'une part, pour les responsables pédagogiques, d'organiser le parcours d'enseignement de
manière à ce que les étudiants aient des occasions d'interagir avec les enseignants et les
intervenants, constituant des opportunités d'amélioration et d'ajustement du parcours,
- d'autre part, pour les étudiants, de développer des capacités et une liberté d'interpellation
de l'institution de formation, dans une démarche de responsabilité, en prenant en compte
les contraintes et les limites imposées à tous, en privilégiant les propositions objectives et
la négociation, aux conflits d'autorité ou de légitimité.

De façon schématique, nous vous proposons d'avoir à l'esprit cinq cas de


figure correspondent à cinq types de mode de gestion des interactions avec les
enseignants, les intervenants et les professionnels. Les préconisations qui
suivent sont conditionnées par leur adaptation aux situations que vous pouvez
connaître. A vous de faire preuve de diplomatie et de capacité d'initiative. Nous
vous proposons d'avoir à l'esprit ces différentes démarches d'interpellation de
manière à pouvoir, le cas échéant saisir les occasion de les appliquer.
Dans vos interactions avec les enseignants, les intervenants et les
professionnels, vous pouvez connaître les 5 cas de figure suivants :
1- Ils vous communiquent des orientations ou des consignes que vous
reconnaissez comme valables, et donc vous pouvez :
chercher à garantir que vous les avez comprises et que vous savez
comment les traduire dans vos choix et dans votre travail, il s'agira
ensuite de les confronter à d'autres orientations imposées ou
préconisées dans le contexte de la formation en réussissant à gérer
d'éventuelles contradictions...

15Un courant d'analyse critique, représenté par exemple par Pete Thomas (1998), prend appui
sur le concept d'interpellation au sens du penseur français Louis Althusser, pour analyser les
conditions à réunir pour que les discours mettant en avant le développement d'autonomie ne
se réduisent pas, dans les faits, à des principes de prise en compte a minima des potentiels
personnels.

49
2- Ils vous communiquent des orientations ou des consignes qui vous
semblent ne pas servir vos intérêts, et donc vous pouvez:
vous faire expliquer leur bien fondé, exposer vos craintes et vos
contre-propositions. Puis éventuellement : changer d'approche,
négocier des aménagements (avec des garanties pour votre évaluation
académique), ou encore constater que vous êtes contraints par ces
exigences et donc aménager votre projet en fonction...
3- Ils vous communiquent des orientations ou des consignes qui vous
semblent trop imprécises et trop peu nombreuses, et donc vous pouvez :
avancer personnellement dans votre travail, et, régulièrement,
interpeller les enseignants et intervenants pour recueillir des avis et
éventuelles orientations, demandant à connaître la liste des critères ou
une éventuelle grille d'évaluation du mémoire écrit et de la
soutenance...
4- Ils vous délivrent des enseignements didactiques ou méthodologiques qui
correspondent bien à vos situations d'expérience ou votre problématique, et donc
vous pouvez :
les interpeller pour qu'ils orientent vos recherches bibliographiques,
qu'ils vous aident à structurer votre réflexion, vous informent sur la
situation, les enjeux et les attentes de tel ou tel secteur d'activité, vous
conseillent sur l'offre de compétences que vous voulez obtenir avec
votre mémoire...
5- Ils vous délivrent des enseignements didactiques ou méthodologiques qui
ne correspondent pas à vos situations d'expérience ou à votre problématique, et
donc vous pouvez :
les interpeller pour identifier si votre situation et vos centres d'intérêts
sont en rupture, ou simplement en décalage par rapport aux
préoccupations majeures et aux enjeux d'actualité des secteurs
d'activité concernés, pour éventuellement réorienter vos démarches
ou pour obtenir des idées de projets alternatifs.

En complément des opportunités de clarification de votre projet qui peuvent


accompagner ces interactions avec les intervenants dans le cadre de votre
formation et de vos situations professionnelles, ce sont les écrits pré-existants
qui sont une autre source majeure d'évaluation de vos projets, cette
confrontation devant être aussi envisagée comme un moyen d'enrichir votre
travail.

50
CHAPITRE 6

Confronter vos projets de problématique à


l'état des travaux et ouvrages existants

A plusieurs reprises, nous avons associé la réalisation de votre mémoire à une


démarche de développement professionnel orientée vers les secteurs d'activité
qui vous intéressent. Dans ce chapitre, nous voulons plutôt insister sur le fait
que votre projet de professionnalisation - qui sera influencé par le choix de votre
problématique - doit être enrichie par une confrontation aux travaux
académiques existants ou en cours.
Vos enseignants-chercheurs, ou des chercheurs qui interviennent dans votre
formation, peuvent vous guider dans cet effort de détermination de la place que
tient, dans le contexte académique, la problématique à laquelle vous pensez.
Tout en vérifiant que cette démarche ne vous éloigne pas d'opportunités de
professionnalisation par votre travail, il est dans certains cas opportun d'évaluer
la contribution que votre mémoire pourrait apporter à l'état de l'art des travaux
académiques déjà réalisés sur votre problématique ou d'autres approchantes. Il
ne s'agit pas de détourner votre travail de mémoire professionnel vers une forme
de mémoire de recherche, mais simplement de profiter du fait que vous êtes
encore en situation d'apprentissage dans une institution d'enseignement
supérieur. Parce que cette institution s'appuie nécessairement pour ses
enseignements sur des acquis de travaux académiques et/ou sur ses propres
activités de recherche, il est important de savoir profiter de ce contexte.
Dans ce domaine, il est évident que vous avez une importante latitude
d'investissement dans ce domaine, selon votre personnalité, mais aussi en

51
fonction des soutiens ou réticences des responsables pédagogiques de votre
formation.
Que vous choisissiez de vous investir dans une recherche bibliographique
approfondie ou que vous envisagiez de vous en tenir au minimum pédagogique
attendu, la méthode que nous allons vous proposer présente plusieurs avantages:
1_ elle permet d'obtenir des tableaux qui vous donnent une vision synthétique de votre
analyse bibliographique, l'impression de ces tableaux vous aidera à rédiger votre mémoire,
2_ elle prépare les références que vous ferez aux contenus des ouvrages et articles, et
l'utilisation d'extraits que vous choisirez de réintégrer dans votre texte,
3_ elle aide à gagner du temps en anticipant la réalisation de votre liste bibliographique
que vous reproduirez à la fin de votre mémoire.
Nous vous proposons de réaliser un fichier de traitement de texte constitué
d'un tableau à colonnes avec une organisation des contenus qui pourra vous
servir au moment de la finalisation de votre mémoire. En effet, en sélectionnant
et copiant le contenu de la première colonne auteurs/textes, vous obtiendrez
votre future bibliographie à ajouter en fin de votre mémoire. Par ailleurs dans la
colonne ressources, comme son titre l'indique vous disposerez d'extraits à
réintégrer dans le rédactionnel de votre mémoire.
VIII. Tableau synoptique de références et ressources bibliographiques.
auteurs/textes : ressources :
NOM I. (I. : initiale du ou des prénom[s]): (année de 1_ intérêt de l'ouvrage ou de l'article pour le traitement de la
publication), problématique, par exemple : "Cet ouvrage/article :
=> pour les ouvrage Titre de livre en italiques , + Lieu de la - aide à définir la problématique parce qu'il la traite (dans telle
publication, ex : Paris, + Nombre de pages : x p. optique..., appliquée à tel contexte ...),
=> pour les articles "titre de l'article entre guillemets", Nom de - comporte des informations statistiques ou factuelles qui
la revue en italiques, + Vol et/ou N° et/ou Mois de publication, l'éclairent,
+ pages de l'article, ex :pp. 75-92. - fournit des concepts très utile pour éclairer ma
La bibliographie sera organisée par ordre alphabétique de problématique, les concepts de ... qu'il définit comme " ... "
manière à permettre au lecteur de votre mémoire de retrouver (date, page) sont intéressants parce que ...
très facilement l'auteur auquel vous vous référez dans votre - apporte des éléments d'information, des résultats d'enquête
texte de mémoire. Si vous vous référez à des publications d'un ou d'expérimentation qui éclairent le sujet que j'ai choisi de
même auteur qui a publié la même année par exemple en traiter,
2003, il a publié : Architecture et participation et Concevoir des - propose une grille d'analyse ou d'explication des
espaces de travail avec ses futurs utilisateurs, vous utiliserez : phénomènes ou des problèmes auxquels je m'intéresse , soit
(2003a) Architecture et participation pour désigner l'ouvrage parce qu'il les étudie directement, soit parce qu'il en étudie
dont le titre vient en premier dans l'ordre alphabétique en le d'autres et que je peux transférer ces acquis.
distinguant de : (2003b) Concevoir des espaces de travail pour
2_ extraits significatifs et/ou exploitables dans le texte du
la seconde publication (le même principe s'applique à un
mémoire, entre " ... " / chaque citation étant suivie des
article).
indications entre parenthèses : (date, page), données en
bibliographie.

Arrivé à la fin de cette deuxième partie, il est temps de récapituler en donnant


l'exemple d'un parcours d'étudiant qui aurait suivi les 6 chapitres. De manière à
évoquer une situation qui "parle" autant à un étudiant potentiel dans un parcours

52
en sciences de la société, qu'à un étudiant en sciences du monde physique, nous
prenons l'exemple d'un étudiante qui envisagerait de réaliser un mémoire sur la
problématique de l'aménagement des berges de cours d'eau, et qui réaliserait un
travail d'étude comparée de cas sur l'Isère et sur plusieurs de ses affluents. Cette
étudiante aurait construit son parcours dans un Master d'ingénierie des
ressources naturelles en développant grâce à son mémoire une employabilité qui
lui permette de ne pas s'enfermer dans une offre professionnelle de pur
technicien ou d'expert scientifique, mais de pouvoir aussi postuler pour des
emplois à responsabilité de gestion de programmes d'action. 16

Commençons par donner un extrait de son tableau de références et ressources


bibliographiques :
NGUYEN, T.D., BELLEUDY, P., PEIRY, J.-L., Cet article applique à une étude de cas les concepts
GIREL, J. & P. SAUVAGET (2002) : scientifiques adaptés à ma problématique et propose un
Hydrodynamique et végétation d'une île de l'Isère. La modèle d'analyse des interactions entre la présence végétale
Houille Blanche, 2/2002, 24-31. et l'hydrodynamique. Cependant, la caractéristique insulaire du
cas étudié pose des limites à une transposition aux cas que je
vais étudier.
PEIRY, J.-L., GIREL, J., PAUTOU, G. & D. Dans cet ouvrage, la perspective européenne permet de
NGUYEN (1999) : L’aménagement de l’Isère en dégager une mise en perspective historique et de se référer
France, une évolution centenaire. In : "Aménagement aux évolutions qui ont abouti aux orientations actuelles de la
et protection environnementale des rivières en Directive Cadre Eau. Je vais m'en servir pour resituer les
Europe", J.M de Urena (Ed.), Presses Universitaires différents cas étudiés au regard des évolutions historiques des
de Cantabria, 195-299. pratiques qui influencent l'état des berges concernées.
VAUTIER, F., PEIRY, J.-L. & J. GIREL (2002) : Pour la partie de mon mémoire qui est constitué de
Développement végétal dans le lit endigué de l'Isère en préconisations techniques, cet article permet de donner des
amont de Grenoble : du diagnostic à l'évaluation des exemples concrets.
pratiques de gestion. Revue d'Ecologie Terre et Vie,
supplément 9, 65-79.

Examinons maintenant comment elle aurait répondu aux 16 Questions-guide


de ces deux premières parties :
Q1 = Je veux que mon activité professionnelle aide à améliorer l'état de l'environnement,
spécialement celui des ressources et des milieux aquatiques, par la diffusion de
connaissances, la conscientisation et l'influence des comportements des aménageurs des
berges de cours d'eau.
Q2 = Les communes et intercommunalités qui devraient être intéressées par mon travail
n'ont pas toutes des buts de préservation et de valorisation de l'état environnemental des
cours d'eau, il peut donc y avoir un écart entre leurs buts et ceux que je veux servir

16 José A. Prades dans L'éthique de l'environnement et du développement, (1995) montre


comment, dans le vaste domaine du développement durable, émergent de nouvelles approches
multidisciplinaires. Le même type d'approche est applicable aux évolutions des formations
professionnalisantes dans de nombreux autres domaines que celui de la prise en compte de
l'environnement.

53
professionnellement. Les entreprises de travaux d'aménagement devraient aussi s'intéresser
à mes capacités d'expertise, mais encore faut-il qu'elles changent leur conception des
finalités auxquels leurs aménagements doivent répondre. Je sais que le service
environnement du conseil général s'intéresse à mon travail parce qu'il peut les aider à
définir des objectifs sur le secteur que j'étudie.
Q3 = Je veux profiter de mon travail de mémoire pour étudier à la fois les activités des
donneurs d'ordre de travaux d'aménagement de berges, et celles des entreprises qui
réalisent ces travaux.
Q4 = Je m'intéresse à plusieurs questions : pourquoi les cahiers des charges des communes,
des intercommunalités ou de syndicats de tel secteur sont-ils si pauvres en préconisations
environnementales ? (quelles différences de qualité des cahiers des charges selon les
catégories de structures et les rédacteurs ?); pourquoi lorsque ces préconisation existent les
entreprises ont-elles des difficultés à les appliquer ?, comment le service environnement du
Conseil général peut-il améliorer cette situation ?
Q5 = Je cherche à définir un projet d'insertion professionnelle en même temps que je
cherche des réponses à ces questions. Je veux savoir comment je peux être la plus efficace
pour changer l'état des cours d'eau. Je suis surtout une technicienne de l'environnement, je
sais que je dois devenir plus "politique" dans mon approche et étudier des textes juridiques
et administratifs, mais aussi comprendre comment fonctionnent des administrations et des
entreprises.
Q6 = Mes proches me soutiennent, mais ils me demandent si je ne confonds pas
militantisme et activité professionnelle. Ils craignent que je ne trouve pas de travail parce
que je suis trop exigeante.
Q7 = J'ai surtout rencontré les administratifs du Conseil général, je crains de m'ennuyer si
je dois travailler dans un service où il semble que l'on ait peu de prise sur la réalité. Dans
les structures locales, les personnes que j'ai vues semblent avoir peu de temps et de moyens
à consacrer à l'environnement et je m'imagine que les entreprises - que je ne connais pas du
tout - ne sont pas prête à recruter un spécialiste de l'environnement. Il reste les bureaux
d'études, des chargés d'études sont intervenus dans notre formation, mais lorsque je leur ai
demandé s'ils pouvaient influencer la prise en compte de leurs expertises par les donneurs
d'ordre et les entreprises, ils m'ont dit qu'ils considéraient que ce n'était pas de leur ressort.
Q8 = J'ai mené une enquête légère pour recueillir des avis sur la problématique suivante :
quelles informations faudrait-il diffuser pour améliorer les interventions d'aménagement
des berges du point de vue de leurs impacts sur la biodiversité et le maintien des ripisylves
(zones végétales situées sur les berges). J'ai fini par comprendre que le vrai problème
n'était pas celui du manque d'information mais celui de l'inadéquation entre les
préconisations des bureaux d'études et les capacités techniques des entreprises qui
répondaient aux appels d'offres.
Q9 = Un bureau d'études m'a proposé de rencontrer le dirigeant d'une entreprise de travaux
d'aménagement intéressé par le développement d'un département d'ingénierie écologique
avec eux. Le conseil général de son côté envisage de former les entreprises aux nouvelles
techniques.
Q10 = J'ai donc ré-orienter ma problématique vers la question suivante : de quelles
manières peut-on concomitamment augmenter les exigences environnementales dans les
cahiers des charges et développer des compétences d'ingénierie écologique chez les
entreprises ?

54
Q11 = J'envisage désormais de travailler dans ce bureau d'études innovant, voire même
dans l'entreprise, même si je me suis aperçu durant mon enquête du fait que le dirigeant
était le seul à vouloir s'impliquer en faveur d'une amélioration des pratiques.
Q12 = Je vais étudier la chaîne d'activité depuis l'expertise du bureau d'études jusqu'à la
direction technique des chantiers, en passant par le travail de rédaction des cahier des
charges. Je ne sais pas trop quel positionnement je vais prendre, si je vais développer des
compétences administratives, approfondir mes compétences d'expertise, ou m'impliquer
dans la collaboration avec les responsables techniques des chantiers.
Q13 = Je vais étudier la totalité d'une chaîne : expertise - cahier des charges - réalisation
sur trois sites et proposer un mode d'action au conseil général, comprenant l'élaboration de
plans de formation avec diffusion d'un guide de rédaction des cahiers des charges et des
contraintes nouvelles aux structures locales qui conditionnent l'accord de subventions
départementales.
Q14 = Ma problématique est devenue la suivante : quel programme d'actions coordonnées
à direction des donneurs d'ordre, des bureaux d'études et des entreprises d'aménagement
peut-il réussir à améliorer qualitativement les chantiers d'entretiens des berges ?
Q15 = Je dois réaliser des études de cas de terrain dans le cadre de mon Master, les 3 cas
étudiés corresponde au type de connaissances que je dois mobiliser dans mon mémoire.
Q16 = J'ajoute à cette expertise une analyse des systèmes de décision politico-
administratives, chose nouvelle pour moi mais dont je mesure l'importance majeure pour
faire en sorte que les connaissances et les prescriptions environnementales soient suivies
d'effet. Je regrette de ne pas avoir le temps d'approfondir les enjeux plus techniques et
économiques qui font partie de la problématique, je ne ferais que les effleurer.

Ce cas d'expérience, inspiré par le parcours réalisé par une étudiante que nous
avons suivi, met en évidence l'importance pour l'étudiant tant de clarifier son
ambition et ses objectifs personnels de réussite académique et professionnelle
que de définir un projet de développement d'une employabilité.
Dans les trois dernières parties de l'ouvrage, nous avancerons dans notre
exploration et mise en œuvre de l'exercice du mémoire professionnel
universitaire :
- en tant qu'il se structure à partir du choix d'une problématique,
- comme un travail en progression et en réajustement continu,
- à mener concrètement dans la perspective d'une évolution professionnelle.

55
TROISIÈME PARTIE

Traiter une question qui anticipe votre


validation académique et votre valorisation
professionnelle

Certains mémoires universitaires professionnels doivent intégrer l'application


d'une méthode hypothético-déductive, d'autres doivent contenir des analyses
statistiques, des travaux d'expérimentation, d'enquête, ou encore de recherche
opérationnelle, d'autres supposent la structuration d'une problématique en
appliquant une approche plus qualitative. 17

Dans les limites de cet ouvrage, nous voulons simplement insister sur l'intérêt
que les étudiants trouveront à anticiper la validation académique de leur travail.
Nous n'apporterons que des éléments très généraux de méthode en vue de
montrer qu'un effort d'application d'une démarche de recherche, est finalement
très utile pour mieux cerner un questionnement, y compris lorsqu'il vise à
développer un professionnalisme.
Il s'agira ensuite de garantir que la structuration de la problématique permet
de bien prendre en compte les enjeux professionnels qui y sont associés, et enfin
de bien inscrire son traitement dans une temporalité adaptée, de manière à ce
qu'une valeur prospective, pour le secteur professionnel visé, soit bien contenue
et mise en valeur dans le mémoire.

17 Pour les travaux hypothético-déductifs et les recherches expérimentales ou quantitatives,


les étudiants se réfèreront aux manuels préconisés dans le cadre de leurs formations
spécialisées. Pour les méthodologies qualitatives, signalons le Dictionnaire des méthodes
qualitatives en sciences humaines et sociales sous la direction d'Alex Mucchielli (1996).

56
CHAPITRE 7

Adopter une démarche de recherche pour


cerner votre questionnement.

Dans les limites de cet ouvrage, nous ne pouvons pas raisonnablement


prétendre résumer en quelques lignes le choix que vous pourriez faire d'une
démarche de recherche à appliquer à votre problématique. Nous voulons
simplement insister sur le fait que ces dernières années, dans de nombreux
domaines d'activité, un besoin essentiel est apparu de nouveaux professionnels
qui puissent allier : capacités d'expertise scientifique ou académiques et
aptitudes de management des situations. Ce besoin correspond à l'apparition de
principes de fond de réorganisation des activités humaines ayant des
dénominations variées comme : le développement durable, la territorialisation
de l'action publique, l'innovation technologique, la personnalisation des services
sociaux ou de santé, le management des systèmes d'informations et de
connaissances, l'ingénierie des chaînes d'activité dans une économie
mondialisée, etc. Nombre de ces nouvelles logiques d'organisation de secteurs
professionnels entiers donnent lieu à des offres de formation universitaire
professionnalisante qui suppose à la fois la maîtrise de connaissances, de
méthodes de recherche académiques, de vérification scientifique, d'innovation
technique, et le développement de compétences d'intervention en équipe
multidisciplinaire sur des situations professionnelles. Cette tendance de fond
impose aussi des changements dans la manière dont sont menées les activités de
recherche qui sont réalisées en parallèle de ces parcours de professionnalisation.
Recherche et professionnalisation doivent être pensés non pas comme
antinomiques mais comme les deux versants d'une même dynamique de

57
développement de connaissances et de compétences. Nombre d'activités de
18

recherche sont elles mêmes en train d'être reconfigurées en favorisant la


structuration d'équipes multidisciplinaires avec la mise en place d'un modèle de
"recherche intégrée" tout à fait adapté à la démarche que peut adopter un
étudiant dans une formation professionnalisante.
Selon cette approche : "Le processus de recherche cesserait d'être perçu comme un
mouvement autonome ou manipulé (selon les cas) mais apparaîtrait comme un processus
global et socialement intégré dans lequel toutes les contingences, contraintes et
opportunités issues de la contextualisation pourraient être explicitées et donc se prêter à
une gestion réflexive." (Gibbons, Nowotny et P.Scott, 2003, p. 98)
Mais dans de nombreux cas, les principes épistémologiques et pédagogiques
qui devraient s'appliquer à ces nouvelles situations ne sont pas encore tout à fait
en place. Vous êtes peut-être en situation de devoir rédiger un mémoire
universitaire professionnel dans le contexte d'un programme de Licence ou de
Master professionnels ou d'un autre parcours qui, en caricaturant, vous oblige à
pratiquer un grand écart conceptuel entre :
- d'une part certaines interventions d'enseignants-chercheurs très impliqués dans des
activités de recherche essentiellement déterminées par orientations données par des
communautés académiques, et
-d'autre part des apports de professionnels qui peuvent contredire la réflexion distancée ou
critique de ces pratiques exprimée dans les travaux de recherche.
De façon générale, mais plus encore si vous connaissez cette situation, vous
devez vous construire une méthode de pensée qui vous permette, au minimum,
de mettre de l'ordre entre ces éventuels extrêmes. Pour ce faire, nous vous
proposons une réflexion organisée qui vous permette de définir la place d'une
démarche de recherche dans le cadre de votre projet de mémoire.
La théorisation des "conduites à projet" réalisée par Jean-Pierre Boutinet
(1999) est ici très utile. Opérant une distinction entre trois registres qui
s'applique bien à la dialectique de votre situation : l'empirique, le scientifique et
l'opératoire, il nous propose le schéma suivant d'un projet :

18La pensée de Kurt Lewin - connu pour avoir appliqué à la recherche des principes comme :
"There is Nothing So Practical as a Good Theory" Rien n'est plus utile qu'une bonne théorie
ou "If you want truly to understand something, try to change it." Si vous voulez vraiment
comprendre un phénomène, essayez de le changer (1951) - permet encore aujourd'hui de
concevoir des liens dynamiques entre activités académiques et professionnelles.

58
Schéma 7.1. "Mode d'appréhension ternaire du projet" selon J-P Boutinet (1999, p. 27)

. empirique : fonction adaptatrice


Niveaux d'utilisation
fonction
fonction théorique
théorique
du
projet . scientifique fonction épistémologique
fonction épistémologique

. opératoire : fonction pragmatique

Pour éclaircir votre projet de réalisation d'un mémoire professionnel, vous


pouvez prendre appui sur ces distinctions pour examiner:
1_ quels sont vos objectifs relevant de l'empirique (décrire un/plusieurs
phénomènes pour comprendre les adaptations à réaliser à la situation
problématique),
2_ ceux relevant de l'opératoire (agir sur un/plusieurs phénomènes associés à
la problématique)
3_ la manière dont vous envisager de prendre appui sur une fonction
théorique (comprendre un/plusieurs phénomènes et leurs interactions) et/ou sur
une fonction épistémologique (maîtriser sa connaissance d'un/plusieurs
phénomènes) du ou des projets scientifiques associés au traitement de votre
problématique (que celle-ci soit marquée par l'empirique ou l'opératoire).
Nous vous proposons de répondre à cinq questions qui retiennent l'essentiel
de ce cadrage théorique, en évitant de vous imposer une forte ambition de
scientificité, ce qui peut ne pas correspondre à votre situation personnelle.
Q17- Dans quelle mesure voulez-vous avec votre mémoire décrire une réalité, faire le tour
d'une question en mobilisant des connaissances ? Quelle-est cette réalité ? Quelle est la
question à laquelle vous voulez répondre ? (ne pas rédiger une question fermée, prendre
appui sur les réponses aux questions antérieures : Q4, Q8, Q9, Q10, Q14)
Q18- Dans quelle mesure voulez-vous avec votre mémoire décrire comment on peut ou on
devrait agir sur une réalité, ou encore faire le tour d'une question de pratique
professionnelle ? Quelle-est cette réalité ? Quels types d'action lui applique-t-on ? Quelle
est la question de pratique professionnelle à laquelle vous voulez répondre ? (commencez
à rédiger par exemple avec : "Comment peut-on ... ")
Q19- Votre but prioritaire avec ce mémoire est-il plutôt de décrire une réalité en faisant le
tour d'une question par une mobilisation de connaissances, ou bien plutôt de décrire
comment on peut agir sur une réalité, en faisant le tour d'une question correspondant à
une pratique professionnelle ?

59
Q20- Quels concepts, quels modèles théoriques, quelles méthodes allez-vous mobiliser
pour comprendre et agir sur l'objet de votre travail ?
Q21- Votre projet de mémoire s'appuie-t-il sur des connaissances existantes ou porte-t-il
en lui même un projet de production de connaissances ?

Pour compléter cette approche, nous vous proposons une schématisation qui met
en évidence comment peuvent être conjuguées des approches de sciences de la
société et d'autres appliquées au monde physique.

Le schéma (voir schéma 7.2.) ne présuppose pas bien sûr qu'un même étudiant
mette en œuvre les différentes démarches de recherche représentées, même si
certaines formations prévoient que les travaux de mémoire associent des
approches de sciences de la société et de sciences du monde physique (ce qui est
souvent le cas des formations du domaine du management public, de
l'environnement, de la santé, ou encore de l'ingénierie...). Il propose d'envisager
les différents cas de figure et les possibilités de mise en correspondance des
différentes approches. Dans certains cas, sans appliquer soi-même les démarches
de recherche, on attendra des étudiants qu'ils réintègrent dans leurs mémoires les
connaissances scientifiques appliquées par d'autres disciplines que celles qu'ils
appliqueront préférentiellement.

Mais il ne suffit pas de considérer la distinction entre sciences de la société et


sciences du monde physique, il faut aussi considérer en tant qu'objets
spécifiques les systèmes socio-techniques ou artificiels. Les "sciences de
l'artificiel" comme les appelle H-A. Simon (1991) doivent être sollicitées pour
mener à bien le traitement de problématique qui portent sur des objets qui
associent justement des composantes sociales et physiques. Plusieurs autres
sciences multidisciplinaires qui peuvent être moins orientées vers la gestion des
situations problématiques, permettent aussi d'associer dans une même démarche
scientifique les connaissances produites de part et d'autre de cette limite entre le
social et le physique qu'elles se nomment : géographie, sciences de
l'aménagement, ou encore sciences médicales ou de la cognition... Nous 19

19 On se reportera sur ce point avec profit au Que-sais-je ? : les épistémologies


constructivistes de Jean-Louis Le Moigne (1999).

60
voulons illustrer cette capacité de synthèse de plusieurs ressources théoriques et
de méthodes scientifiques en donnant un exemple de traitement d'une
problématique de mémoire qui exige d'associer compréhension de phénomènes
socio-culturels et expertise en sciences et techniques.

Schéma 7.2. Démarches de recherche appliquées aux phénomènes et à leurs interactions.

Hypothèses de : déterminations, explications, compréhensions, interventions sur...


un ou plusieurs phénomènes en interaction

Systèmes artificiels ou socio-techniques

élément
acteur 1
représenta-ions, symbolisa-ions, 1
aspects
comporte-ments, psycho- aspects instrumenta-
groupe 1 logiques physiques, lisation, système
logiques, ou chimiques
chaînes de
1
sociaux et/ou
modélisation, causalité,
du/des physio-bio-
mathéma- phéno- logiques modélisation, élement
acteur n mène(s) du/des
tisation... n
phéno- mathéma-
mène(s) tisation...
système
groupe n
n

sciences de la société sciences du monde physique

Prenons l'exemple d'un étudiant qui, à partir de compétences scientifiques dans le domaine
des déterminants du comportement alimentaire des animaux voudrait profiter de son
Master d'ingénierie agro-alimentaire pour développer des compétences de management de
la recherche et du développement dans une entreprise d'aliments pour chiens. Il s'intéresse
à la problématique de l'innovation permanente des produits alimentaires pour animaux et
de ses conséquences sur les chaînes de production. Une entreprise a manifesté un intérêt
pour son sujet. Ses dirigeants lui proposent de chercher à définir une chaîne de production
d'aliments pour animaux de manière à ce que les changements imposés par les fréquentes
innovations de la qualité gustative et nutritive puisent être rapidement et efficacement
intégrés. La question qui structure sa problématique devient : comment assurer un
continuum efficient entre résultats de la recherche et ingénierie de la production ? La
situation problématique support du traitement de la question se caractérise essentiellement
par la contrainte de garantir tout à la fois une flexibilité et une fiabilité suffisantes dans
l'organisation d'une chaîne de production d'aliments pour animaux, pouvant intégrer les
changements techniques issues des résultats de la recherche, l'ensemble s'accompagnant

61
d'une maîtrise des coûts. Pour y répondre, il examinera les acteurs en présence, définira des
catégories d'acteurs concernés, les représentations et comportements associés à leurs
activités compte tenu des formes actuelles d'organisation et des valeurs historiques des
différents salariés. Un enjeu majeur s'avèrera être celui de la méfiance des ingénieurs de
production vis-à-vis des innovations des chercheurs. L'étudiant en Master ayant les deux
cultures, il est bien placé pour élaborer des hypothèses de changement que l'on peut
appliquer à la situation. Cette approche relève plutôt de sociologie des organisations. 20 Mais
le mémoire comportera un exposé des derniers travaux sur les enjeux scientifiques et
techniques de l'innovation et de ce qu'elle change aux process de production.
Les sous-questions qui décomposeraient sa problématique pourraient-être, par exemple :
- Comment peut-on définir et mettre en place des changements organisationnels qui
s'accompagnent d'une nouvelle culture commune d'amélioration permanente de la qualité
(ici gustative) ?
- Comment les fonctions techniques doivent-elles être ré-agencées, de manière à combiner
flexibilité et fiabilité ?
- Quelles procédures de décision et de circulation d'informations doivent-elles être
rigoureusement mises en place pour prévenir les dysfonctionnements ?
- etc.
L'exemple qui précède nous montre comment une problématique, définie
comme un ensemble cohérent de problèmes interdépendants, est examinée sous
des angles qui peuvent relever des sciences sociales ou des sciences et
techniques, mais que la même démarche est applicable. Il s'agit de procéder à un
examen des connaissances pré-existantes utiles à la compréhension et/ou à
l'action sur la situation problématique complexe. Il faut exercer une réflexion
personnelle pour ajuster ces connaissances aux spécificités de la situation. On
procède à d'éventuelles enquêtes, expérimentations complémentaires, ou
synthèses documentaires, ainsi les contours de l'existant et du possible se
trouvent mieux cernés, de manière à pouvoir mettre en valeur comment un
professionnalisme peut permettre une gestion éclairée de la situation.
Comme nous l'avons annoncé au début de ce livre, et comme cet exemple
l'illustre, le projet théorico-pratique de mémoire universitaire professionnel doit
pouvoir s'exprimer synthétiquement sous la forme d'une seule question à
laquelle on cherche à répondre, cette question générique se décomposant "tout
naturellement" en sous-questions.
Après avoir identifié la place de votre problématique dans le cadre des
travaux pré-existants et après avoir garanti une rigueur méthodologique à votre

20 L'ouvrage collectif Le socio-manager (Boussard et alii, 2004) est un excellent support


d'initiation à la sociologie appliquée aux enjeux de gestion - y compris technique - tel que
ceux décrits avec cet exemple.

62
projet académique de traitement de votre problématique, il est utile que vous
finalisiez la structuration de votre problématique en vous référant aux enjeux
professionnels qui y sont associés, c'est cette étape du travail que nous voulons
examiner avec vous dans le chapitre suivant.

63
CHAPITRE 8

Structurer votre problématique par référence


aux enjeux professionnels associés.

Nous avons vu qu'indépendamment du niveau d'ambition de la théorisation


que vous associerez à votre travail de mémoire, la question que vous envisagez
de traiter devra être bien établie comme un moyen de développer un ensemble
de connaissances et compétences, empiriques et/ou opératoires associés à une
maîtrise dans l'utilisation de concepts et de théories.
Mais il reste que vous avez une marge de manœuvre importante dans votre
structuration de votre problématique. Ce travail de structuration est l'occasion de
réintégrer dans votre projet de mémoire les enjeux d'actualité du ou des secteurs
professionnels impliqués par votre problématique.
Rappelons qu'une problématique - formulable sous l'intitulé d'une question
générique, décomposable en sous-questions - est un ensemble de problèmes
interdépendants. Pour procéder utilement à la structuration de votre
problématique, nous allons vous proposer d'examiner cet ensemble par référence
à des écarts constatés entre l'existant et le souhaitable du point de vue des
normes, objectifs, acteurs, logiques et comportements, qui président aux
activités des secteurs professionnels concernés par votre problématique.
Parce que ces écarts seront envisagés à partir des résultats que votre travail de
mémoire devrait produire - si vous mettiez en oeuvre tel quel votre projet - nous
verrons que ce travail de mise en évidence des écarts vous amènera

64
probablement à envisager un réajustement de votre projet, "diplomatiquement",
diront certains, "pragmatiquement" pourrait-on dire aussi.
Reprenez vos réponses aux 5 questions Q17 à Q21.
A titre d'exemple, supposons qu'un étudiant y ait répondu de la manière
suivante :
Q17- Avec mon mémoire je veux décrire les problèmes qu'entraînent l'étalement des
grandes villes en France avec le développement de zones résidentielles dans les villages
adjacents aux infrastructures de périphérie. Je veux comprendre comment s'opère ce
phénomène, quels autres phénomènes l'accompagnent, comment ils interagissent. La
question à laquelle je veux répondre c'est : " Quel est le bilan des gains et des pertes de
valeur d'usage des espaces périurbains qu'entraîne l'étalement des grandes villes ?
Q18- Je suis dans un Master en politiques publiques, et j'envisage d'utiliser mon diplôme
pour postuler à des emplois de chargé de mission dans des Conseils généraux. Je veux
donc accentuer mon étude sur les différents instruments d'action publique pour contrôler
le phénomène. Ma question en terme de pratique professionnelle c'est :"Comment peut-on
au sein d'un conseil général coordonner des politiques de planification urbaine, de
construction, de transports publics, d'aménagement du territoire... en vue de contrôler
l'étalement urbain ou au moins en maîtriser les conséquences négatives ? "
Q19- Même si je veux vraiment approfondir la problématique de l'étalement périurbain en
vue de développer une capacité d'expertise sur la question, ma priorité c'est de profiter de
ce mémoire pour maîtriser les instruments d'action publique qui s'y réfère.
Q20- Je vais recenser les travaux existants en urbanisme et utiliser les données statistiques
du Centre d'Architecture Urbanisme et Environnement (CAUE) dans lequel je serai en
stage, ainsi que celles des services de l'Etat agissant sur le département. J'essaierais de
réaliser un travail en collaborant étroitement avec les services du Conseil général. Mon
modèle théorique central sera celui de l'analyse des systèmes politico-administratifs, avec
mobilisation de concepts et approches théoriques de la sociologie politique, de la
sociologie des organisations, du management stratégique et des sciences cognitives pour
examiner les opportunités et les limites qui accompagnent un effort que l'on peut chercher
à faire pour coordonner des décideurs de politiques publiques qui peuvent influencer
l'étalement périurbain.
Q21- Mon projet de mémoire s'appuie sur les connaissances existantes mais je vais
réaliser une enquête par entretiens qualitatifs auprès d'élus et d'administratifs pour
identifier : 1_ leur appréciation du bilan des gains et des pertes de valeur d'usage des
espaces périurbains qu'entraîne l'étalement des grandes villes, 2_ leur avis sur
l'opportunité de s'efforcer de coordonner des politiques de planification urbaine, de
construction, de transports publics, d'aménagement du territoire... pour contrôler
l'étalement urbain ou au moins en maîtriser les conséquences négatives. Je complèterai
cette enquête auprès des acteurs du département dans lequel je réaliserai le stage par un
collaboration avec la Fédération des CAUE.

Le projet de mémoire exposé ici peut être structuré plus précisément si on


cherche à définir des écarts entre un existant et un souhaitable.

65
Cette mesure d'écarts peut porter sur : les normes, les objectifs, acteurs,
logiques, attitudes et comportements en tant que facteurs qui caractérisent
aujourd'hui (et qui pourraient sous condition caractériser demain) la manière
dont est représentée, prise en compte et traitée la problématique.
Nous vous proposons de réfléchir à des possibles insertions de contenus dans
ce que l'on pourrait appeler un espace de structuration de la problématique qui
est constitué par une zone des écarts entre : _ d'une part l'attendu ou le
souhaitable et _ d'autre part le constaté ou l'accepté.

Tableau 8.1. Tableau des écarts pouvant être mis en évidence par le mémoire.
Normes établies Objectifs Acteurs plus ou Logiques et con- Attitudes, compor-
actuels moins engagés ceptions actuelles tements constatés

a) b) c) d) e)

Changements Nouvelles Influences Nouvelles Changements à


à promouvoir orientations à exercer rationalités opérer

Si l'on reprend le cas exposé précédemment, le projet de mémoire pourrait


donc se structurer de la manière suivante :
_ a) Les différents acteurs publics appliquent des normes (normes en tant
qu'obligations réglementaires ou que prescriptions urbanistiques) qui
interagissent avec le problème de l'étalement urbain, mais aucun des acteurs
n'évaluent régulièrement si les normes sont connues, adaptées aux contraintes
des acteurs, si elles sont intégrées aux comportements. On pourrait réunir les
acteurs concernés pour favoriser une meilleure utilisation des normes comme
instrument de régulation des comportements.
_ b) Le problème de l'étalement urbain est très souvent mentionné mais se
traduit par des prescriptions souvent peu contraignantes. Malgré le repérage de
territoires sensibles dans plusieurs études, il n'y a pas d'objectifs précis, ciblés
sur ces territoires. On pourrait formaliser un plan d'action en prenant en compte
les différentes capacités d'influence des comportements des acteurs étant donné
leurs contraintes, les incitations et réglementations utilisables.

66
_ c) Dans le compte rendu des travaux ou des études sur le problème de
l'étalement urbain, aucune prise de parole d'élus locaux ayant du poids politique
dans le département n'est mentionnée, la préoccupation est portée par des
techniciens, des experts ou des universitaires. Par ailleurs les conseillers
généraux de circonscriptions rurales les plus affectées par une rurbanisation
anarchique ne sont pas impliqués que dans des commissions traitant
d'urbanisme, d'aménagement ou de transports. Je vais profiter de la réalisation
de mon enquête pour interpeller les élus locaux qui pourraient se mobiliser en
faveur d'une volonté d'action coordonnée.
_ d) Mes premières prises de contact me laissent penser que le CAUE est vu
par les administratifs du Conseil général comme un organisme qui doit s'en tenir
à faire des études. La question se pose de savoir si les acteurs en présence
peuvent accepter de changer leur manière de prendre en compte et d'agir sur le
problème de l'étalement urbain en réorganisant leurs manières de travailler et de
collaborer entre eux.
_ e) Les responsables administratifs rencontrés jusqu'alors (spécialement ceux
des services du Conseil général) se sont montré réfractaires à l'idée de chercher
à agir sur ces problèmes de "rurbanisation", dont il relativise les incidences sur
la qualité de l'environnement et du patrimoine paysager. Il semble que seule une
forte injonction politique pourrait changer cette attitude, la réalisation de mon
enquête sera une occasion d'identifier les marges de manœuvre des changements
pouvant être opérés.
On comprend avec cet exemple que la construction d'un mémoire soulève des
enjeux de changements en face desquels il faut faire preuve de diplomatie voire
de ruse, ou bien encore reconnaître qu'il faut réviser ces ambitions en vue de
garantir une employabilité adaptée aux opportunités effectives plutôt qu'à ses
propres aspirations qu'une première démarche d'enquête aura révélé comme
étant irréalistes. Il est nécessaire de bien affiner vos objectifs de traitement
d'enjeux professionnels, en cherchant à garantir que les questions que vous
soulèverez vous permettront de rassurer vos interlocuteurs sur vos capacités à
les gérer. L'inscription dans le temps de votre problématique et de ses enjeux est
une bonne manière de réaliser ce travail.

67
Avec cet exemple, nous voyons que vous devez véritablement piloter votre
exploration des enjeux de la problématique que vous envisager de traiter. La
valeur de professionnalisation des contenus de votre mémoire est liée à la
manière dont les enjeux que vous soulever, peuvent être, une fois traités, suivis
de pistes pour l'action, qui - si vous savez montrer que vous savez en assurer la
réalisation - débouchent sur des opportunités d'insertion vers l'emploi.
Il est donc essentiel de ne pas choisir une problématique qui conduit
essentiellement à soulever des enjeux :
- qui ne sont pas traitables en l'état, pour des raisons techniques ou parce
qu'ils sont associables à des conflits indépassables à court ou moyen terme,
- qui peuvent être traités intellectuellement mais qui ne sont pas traduisibles
en plan d'actions professionnelles, permettant de mettre en valeur une
employabilité.
Mais, nous insistons sur le fait qu'il ne s'agit pas - au moment de définir votre
problématique - de vous enfermer dans une conception étroite d'une future
position professionnelle. Votre mémoire peut porter sur un sujet qui finalement
s'avèrera éloigné de votre futur emploi (ou de votre emploi actuel si vous êtes en
formation continue avec probabilité de retour dans votre structure actuelle).
L'important c'est de penser à un transfert des acquis de professionnalisation que
la réalisation de votre mémoire aura permis et vos potentiels d'insertion
professionnelle.
A nouveau, il faut vous demander comment les acteurs concernés - du ou des
domaines d'activité professionnelle dans lequel vous voulez vous insérer -
peuvent reconnaître vos compétences et votre maîtrise de connaissances en lien
avec votre problématique.
Il s'agit donc de garantir que le traitement de votre mémoire vous permettra de
développer différents niveaux de professionnalisation :
1/ une mission à assurer (buts et résultats visés par l'effort de traitement de la
problématique),
2/ une position de responsabilité à tenir (aptitudes à gérer des interactions avec d'autres
acteurs professionnels),
3/ des actions à faire réaliser ou à assurer vous-même (que ces actions soient concrètes,
intellectuelles ou de mise en forme d'informations...).

68
Notons que la clarification du point 1/ rejoint le questionnement initial sur
votre identité professionnelle développé au chapitre 1, et que l'effort d'apporter
des précisions aux points 2/ et 3/ est en relation avec le tableau V. d'inventaire
des possibles au chapitre 3. Comme nous l'avons indiqué, vous pouvez revenir
sur ces chapitres de manière à enrichir votre réflexion au point où vous en êtes,
ce retour sur les chapitres antérieurs pouvant être accompagné de la lecture de
vos réponses aux questions qui vous ont été proposées.
Au terme de ce huitième chapitre, le parcours que vous avez réalisé doit vous
permettre : d'une part de mieux cerner votre problématique pour piloter votre
projet de mémoire, d'autre part de tirer profit de votre travail d'exploration de
ses tenants et aboutissants pour préparer votre plan de travail.
Avant d'entrer dans cette phase, nous vous proposons d'achever cette étape de
votre réflexion visant à fixer une question à traiter, par l’examen des tenants et
aboutissants de l’inscription dans le temps de votre problématique.

69
CHAPITRE 9

Inscrire dans le temps le traitement de votre


problématique et de ses enjeux.

Selon la problématique que vous choisirez de traiter, la mise en perspective


historique devra dans certains cas être très approfondie, dans d'autres
simplement évoquée. Mais globalement aucun mémoire ne peut éviter de situer
dans le temps son sujet. Par ailleurs, cet effort d'inscription dans le temps de la
problématique est une occasion de préciser les enjeux qu'elle soulève et ceux
que vous vous proposez d'approfondir en vue de montrer que vous savez traiter
ces enjeux de manière adaptée.

Jean-Yves Prax (2000) et Dominique Genelot (2001) ont rédigé des ouvrages
qui peuvent aider les rédacteurs de mémoires professionnels universitaires à
prendre en compte dans leur travail les approches contemporaines de
management des situations professionnelles. Ils développent dans leurs ouvrages
(Prax, p. 45, Genelot, p. 98) un modèle similaire qui explique comment nous
nous représentons les situations en leur appliquant : une structure héritée du
passé (la grille d'interprétation), une schématisation de la réalité vécue au
présent (le contexte), des déformations générées par notre anticipation du futur
(nos intentions).

Si ces "filtres perceptuels", comme les appelle J-Y Prax (2000, p. 45), sont
inévitables puisqu'ils constituent l'activité cognitive de chacun d'entre nous.
Mais vous qui êtes engagés dans la réalisation d’un mémoire professionnel

70
universitaire, vous devez justement les interroger, tels qu’ils s’appliquent chez
vous et chez les professionnels et experts concernés par la question que vous
avez choisi de traiter. La réalisation de votre mémoire est un temps court qui
s'apparente au contexte présent partagé avec vos enseignants et les
professionnels concernés par votre travail. C'est à partir de l'éclaircissement de
ce contexte et de la manière dont il éclaire la problématique que vous lui
appliquerez deux types de démarches : l'une d'explicitation, l'autre
d'anticipation. La première concerne les influences du passé, la seconde la
manière dont les idées que les acteurs se font du futur les déterminent au
présent.

XII. Les trois temps du traitement d'une problématique (inspiré de Prax J-Y, et Genelot D.)

Grille d'interprétation Contexte vécu Projections


héritée du passé : au présent : du futur :
- déterminations, - économique, social, - tendances d'évolution,
- paradigme, valeurs, - politique, - orientations,
- expérience, - psychosociologique, - attentes, aspirations,
- culture, formation... - cognitif... - représentations...

Démarche d'explicitation Démarche d'anticipation

Mais pour chaque composantes temporelles, il faut envisager les


déterminations des acteurs sur deux plans. Pour chacune de ces démarches, il
faudra distinguer : 1/ les influences exercées sur les acteurs par les
représentations qu'ils se sont fait ou qu'ils se font encore des problèmes étudiés :
2/ les conséquences concrètes de leur utilisation de ces représentations pour
leurs actions sur le monde.

71
La démarche d'explicitation de la problématique cherchera à répondre aux
questions suivantes :
contexte actuel influencé par le passé grilles d'interprétation héritées du passé
influences Les acteurs concernés partagent-ils la même L'accord ou les désaccords actuels sont-ils
des représentations analyse de la situation problématique ? récents ou plus anciens ? Dans quels courants
Utilisent-ils les mêmes données d'observation idéologiques, scientifiques, de mouvements
sur les acteurs
ou statistiques ? Quels sont les conflits de professionnels ou de corporations s'inscrivent
valeurs ou idéologiques en arrière plan de ces les prises de position actuelles ? Les efforts
contradictions? Existe-t-il des travaux qui d'objectivation de la situation problématique
visent à objectiver la situation ? Sont-ils ont-ils été réalisés dans le passé ? Comment
diffusés et discutés ? Comment se positionner ont-ils été reçus ? Peut-on prendre appui sur
avec la réalisation du mémoire dans ce ces travaux pour interpeller à nouveau les
contexte ? acteurs ou bien le contexte est-il différent ?
effets concrets Les acteurs interviennent-ils de façon Peut-on mettre en évidence l'influence de
de l'application coordonnée sur les problèmes ? Si non : l'application des représentations du passé sur
pourquoi?, quelles sont les conséquences de le contexte concret actuel ? Si oui, comment ?
des représentations
ces incohérences ? Des rationalités objectives Si non, qu'est-ce qui s'y oppose ? Quels
ou pragmatiques s'appliquent-elles pour enseignements retirer de l'analyse du passé ?
modérer les effets concrets des conflits de Ces enseignements varient-ils selon les prises
valeurs ou idéologiques ? Comment se de parti ou les points de vue des différents
positionne la réalisation du mémoire dans ce acteurs ? Quelles données historiques
contexte ? objectives retenir ?

La démarche d'anticipation des évolutions de la problématique cherchera à


traiter les points suivants :
contexte actuel d'anticipation du futur intentions, projections du futur
influences Les acteurs concernés ont-ils des accords / Comment le travail de traitement de la
des représentations des désaccords sur des solutions d'action sur problématique peut-il agir sur les relations
la situation problématique ? Quels sont les entre les acteurs et leurs capacités à envisager
sur les acteurs
avis convergents et divergents ? Quel travail des actions pour favoriser une évolution de la
de clarification des enjeux et d'objectivation situation ? Un travail de prospective et de
des perspectives d'évolution peut-il être réalisé planification peut-il être réalisé ? Quelles
? Comment pourrait-il être reçu par tel ou tel ? évaluations de la pertinence des solutions ?
effets concrets Peut-on expliciter et définir objectivement Peut-on concevoir des principes d'évaluation a
de l'application quels changements ou résultats en accord posteriori des actions, objectivant les résultats
avec les objectifs visés peuvent être produits ? visés ? Comment seront mesurés ces résultats
des représentations
Comment ces efforts peuvent-ils influencer le : objectivement, quantitativement, et/ou par
dégagement de perspectives d'action ? des enquêtes d'appréciation ?

Nous vous proposons de résumer l'ensemble de l'utilisation que vous avez pu


faire de ces deux tableaux en répondant aux deux questions suivantes
Q22- Quels sont les résultats de la démarche d'explicitation que vous avez appliqué à
votre problématique ?
Q23- Quels sont les résultats de la démarche d'anticipation que vous avez appliqué à
votre problématique?

Avec cette dernière réflexion, vous devez être en situation de maîtriser la


problématique que vous voulez traiter. Vous devriez désormais être au clair
avec :
- la progression professionnelle personnelle que vous visez,

72
- une vision partagée avec professionnels et enseignants de la pertinence
d’une problématique enrichie par des idées sur les contenus obligatoires et
optionnels qui constitueront ,
- un positionnement personnel de votre projet conciliant performance
académique et développement professionnel, conforté par une dynamique de
collaboration avec les acteurs de la formation,
- la manière dont le traitement de votre problématique s’inscrit dans le
contexte des travaux existants, et la démarche de recherche que vous appliquez
en traitant votre problématique,
- les liens entre la question que vous examinez et les enjeux professionnels
qu’elle soulève, en prenant en compte l’inscription dans le temps de cet
ensemble.

Si vous disposez d’assez de réponses dans les différents domaines parcours


jusqu’alors, nous vous proposons dès lors de passer à l'étape de planification et
finalisation de votre projet de mémoire. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez
reprendre, selon les manques constatées, telle ou telle étape des chapitres
précédents.

73
QUATRIÈME PARTIE

Organiser la réalisation du mémoire


autour d'une problématique flexible

Au moment d'entrer dans une étape de réalisation du mémoire proprement dit,


vous pouvez souhaiter appliquer rigoureusement une démarche d'élaboration
d'un plan qu'il suffira que vous suiviez à la lettre. S'il est possible de procéder de
cette manière, il faut noter que cette méthode bien que rassurante, s’accompagne
de plusieurs risques :
- restreindre le champ de votre réflexion,
- limiter votre capacité à explorer les enjeux qui n'apparaîtront que tardivement dans votre
travail,
- vous empêcher d'intégrer à votre mémoire des aspects qui n'arrivent pas à trouver leur
place dans le cadre de votre plan.

Aussi, nous vous conseillons de ne valider le plan de votre travail qu’après


avoir commencé à rédiger certaines parties et sous-parties du mémoire.
Cependant, nous insistons sur la nécessité (et ce depuis les premières pages de
ce livre) d'anticiper très tôt le besoin de structurer votre travail. Ainsi, nous vous
proposons d'avoir à l'esprit que vous devez concilier deux principes qui
s'équilibrent et qui garantiront une richesse à votre travail (et ultérieurement sa
mise en valeur) :
- un principe de cohérence => la formulation de votre problématique et sa
structuration en sous-questions permettent d'organiser votre travail,
- un principe de flexibilité => puisque l'avancée dans la réalisation du
mémoire modifiera probablement son organisation, vous ne devez pas vous

74
enfermer initialement dans des choix trop contraignants de traitement de la
problématique sous la forme d'un plan trop précis.

Dans cette optique, dans les trois chapitres qui suivent, nous vous proposons :
- de chercher à classifier les composantes de votre travail, en vue de contrôler
au fur et à mesure que vous les produisez la place qu'il peuvent tenir en
recherchant un équilibre entre types de traitement (chapitre 10),
- de vous appuyer sur ces acquis pour prédéfinir un plan de traitement de la
problématique et d'envisager des enchaînements entre vos parties (chapitre 11),
- de rétro-planifier concrètement votre travail (chapitre 12).

75
CHAPITRE 10

Produire différentes composantes du mémoire


en visant une perspective d'ensemble.

Dans le prolongement de l'ensemble des remarques et orientations proposées


dans les 9 premiers chapitres, nous vous proposons de considérer que votre
mémoire aura d'autant plus de valeur - tant au plan académique que pour votre
professionnalisation - qu'il s'en dégagera une perspective d'ensemble de
traitement d'une problématique. Le schéma XIII suivant vise à illustrer que cette
perspective d'ensemble peut être assurée si les composantes : 1/ académiques, 2/
stratégiques, 3/ empiriques et 4/ opératoires de votre traitement de la
problématique sont :
- identifiées dans votre mémoire,
- liées logiquement entre elles,
- présentes dans des proportions et selon un ordre d'énonciation en accord
avec les liens logiques que vous avez établis entre elles.

Dans la suite de ce chapitre, nous allons utiliser les abréviations :


ACD pour désigner les composantes académique, STR pour les stratégiques,
EMP pour les empiriques et OPR pour les opératoires.
Comme le montre le schéma, c'est une circulation entre les pôles de la
connaissance, de la pensée, de l'action et de l'expérience qui produit ces
composantes. Une prise en compte des connaissances existantes éclairée par une
réflexion assure une rigueur académique au traitement de la problématique : de

76
quoi s'agit-il et que pouvons-nous en dire ? (ACD). Une pensée de l'action
éclaire les enjeux stratégiques : que faudrait-il faire et pourquoi ? (STR). Une
analyse de l'expérience réalisée en appliquant une méthode de production de
connaissance produit une base de savoir empirique : que se passe-t-il
concrètement et comment interagissent les phénomènes ? (EMP). Une visée
d'action éclairée par l'expérience définit des perspectives opératoires : comment
peut-on agir et selon quel enchaînement d'opérations ? (OPR).

Schéma 10.1. La problématique et ses composantes


pensée

ACD STR
composantes composantes
académiques stratégiques

connaissance Problématique action

EMP OPR
composantes composantes
empiriques opératoires

expérience

L'ordre logique que nous avons énoncé : Académique => Stratégique =>
Empirique => Opératoire n'est pas à suivre obligatoirement, il est indicatif d'une
certaine logique de traitement d'une problématique qui n'est pas la seule valable.
Ce qu'il faut garantir c'est : d’une part que votre manière d'exposer et de traiter
la question qui vous intéresse comporte des composantes relevant des différents
types ; et que d’autre part, vous établissez des liens logiques entre elles.
Nous vous proposons de réaliser un exercice pour vérifier votre position
actuelle vis-à-vis de ces exigences.

77
1_ Commencez par lister les éléments d'information que vous avez déjà réunis
ou que vous envisagez de réunir, nommez en détail ces contenus, quitte à
distinguer des sous-catégories.
2_ Classez ensuite ces éléments selon qu'ils constituent des composantes :
ACD, STR, EMP, OPR (ou avec une autre typologie l’important est de garantir
une classification).
3_ Reformulez alors en deux ou trois lignes ce que contient chacune des
quatre types de composantes.
Au terme de ces trois opérations, vous devez pouvoir répondre aux quatre
questions suivantes :
Q24- Sur quelles définitions, sur quels acquis théoriques et de connaissances vous
appuyez-vous pour cerner votre problématique ? (ACD)
Q25- Comment analyser-vous cette problématique de manière à préciser ses enjeux et la
manière dont on peut les traiter ? (STR)
Q26- Quels moyens théoriques et pratiques avez-vous de mieux connaître les phénomènes
qui sont associés aux enjeux de la situation problématique ? (EMP)
Q27- Quelles méthodes, quels savoir-faire pouvez-vous mobiliser pour préciser les
moyens de traitement ou d'action sur les enjeux associés à la problématique ? (OPR)
4_ Choisissez enfin de présenter votre problématique en enchaînant
logiquement dans un texte vos réponses à ces quatre questions en ne vous
obligeant pas à respecter l'ordre d'énonciation. En effet, vous pouvez tout à fait
avoir une logique différente de celle que nous avons exposée.
Il s'agirait par exemple d'un enchaînement qui partirait d'un constat OPR =>
Les acteurs professionnels sont confrontés à telle difficulté.
Constat qui serait rapproché de : ACD => Or, des travaux de recherche
existent sur cette question, mais ils ne sont pas connus par les professionnels.
Situation éclairé par une analyse stratégique : STR => Cependant, il semble
que cette méconnaissance soit en quelque sorte voulue, dans la mesure ou les
solutions issues de la recherche bouleversent trop de choses dans la pratique
quotidienne des professionnels.
Ce qui conduirait à un projet de connaissance empirique : EMP => Une
enquête de terrain et des expérimentations de changement permettraient de
mesurer : tant l'adaptation possible des travaux aux contextes professionnels,

78
que les éventuelles résistances aux changements imposés par cette
appropriation de connaissances.
Ce dernier travail permettant de revenir enrichi par la réflexion et
l'expérimentation à une amélioration possible des pratiques opératoires : OPR.
Quel que soit l'ordre que vous suivrez, la réalisation de ce travail doit vous
amener à mesurer les manques que vous devez pallier et la manière dont vous
pouvez le faire en partant des acquis que vous avez déjà obtenus. Bien
évidemment, de la réalisation de ce travail pourra très facilement découler un
plan particulièrement pertinent parce que servant le traitement de la
problématique tout en équilibrant l’exposé des différentes parties du travail.
Prenons l'exemple d'un étudiant qui s'intéresserait à la problématique de
l'usage de certains matériaux fluorescents pour des finalités de sécurité routière,
et qui aurait un ordre qui serait le suivant :
Q26- Des expériences réussies dans des laboratoires de chimie permettent de produire des
matières fluorescentes qui semblent être adaptées pour servir des objectifs d'amélioration
de la sécurité routière par traçage au sol. (EMP)
Q27- Pour mieux repérer comment les caractéristiques physiques des matières mises au
point en laboratoire peuvent correspondre aux attentes des acteurs de la sécurité
routière, il faut étudier la manière dont ils opèrent et les fonctionnalités qu'ils attendent.
(OPR)
Q25- Cette confrontation met en évidence la nécessité de passer par une phase de
partenariat entre Laboratoire de chimie et Service technique de l'équipement pour mettre
en place des sites pilotes expérimentaux permettant des mises au point finales des
nouveaux produits. Pour mettre en place ce partenariat, il va falloir faire collaborer sur
un projet commun des chercheurs et des techniciens. (STR)
Q24- Le besoin mis en évidence a par ailleurs conduit au constat qu'il faut repenser
scientifiquement les process chimiques en jeu, ce qui nécessite de redéfinir les bases
théoriques des futures expérimentations à mettre en place. (ACD)
L'enchaînement logique de ce mémoire est donc le suivant : EMP => OPR =>
STR => ACD. Après avoir examiné les différences de proportions entre les
quatre types de composantes, l'étudiante s'est rendu compte qu'il a
essentiellement développé la partie théorique du descriptif des acquis des
expériences empiriques EMP et les enjeux de redéfinition du projet scientifique
ACD. Or, cette étudiante ne souhaitant pas travailler dans des bureaux d'étude
ou des centres de recherche et développement mais plutôt intégrer des postes de
responsables de chaînes de production dans l'industrie. Elle a réorienté son
travail de mémoire en insistant beaucoup plus sur la partie OPR de son travail.

79
Prenons un autre exemple, celui d'un étudiant qui, dans le cadre d'une Licence
professionnelle de développement social, a choisi de traiter la problématique de
la collaboration avec les associations communautaires dans les projets locaux
d'insertion.
Il aurait abouti aux réponses suivantes :
Q26- Ayant l'expérience de stages réalisés d'une part dans une Mission locale pour
l'insertion des jeunes et d'autre part dans une association des Nord-Africains de
l'agglomération urbaine, j'ai l'expérience des difficultés qu'ont les pouvoirs publics locaux
en France à accepter des associations communautaires comme partenaires des projets
locaux d'insertion. Je vais analyser ces expériences et, en complément, je me référerai à
des comparaisons internationales sur ce point. (EMP)
Q24- Cette première réflexion me conduira à constater que le problème vient des excès
dans l'application d'un modèle français de « République une et indivisible », qui considère
que chaque citoyen doit être considéré comme un individu sans prendre en compte sa
communauté d'appartenance parce qu'on craint que des communautarismes détruisent
l'unité de l'Etat-nation. J'utiliserai des ouvrages qui exposent des analyses historiques,
juridiques, politiques et sociologiques qui vont dans ce sens (ACD)
Q27- Il est très difficile d'agir cette situation, le problème ne se situe pas au niveau de la
manière de mener des projets concrets mais dans les représentations des risques de
communautarisme qui existe au niveau des mentalités et dans l'interdit juridique et
administratif de prendre en compte la communauté d'appartenance. (OPR)
Q25- Il y a deux orientations stratégiques majeures pour faire avancer cette situation : la
première stratégie consiste à chercher changer le système français, par exemple avec des
principes de "discrimination positive" de lutte contre les freins à l'emploi liés à des
préjugés spécifiques comme ceux qui s'appliquent à l'encontre des maghrébins, voire
d’application de quotas selon des catégories d’appartenance, la seconde stratégie c’est
de mener des projets concrets sans rendre visible le fait qu'il s'agit d'actions de promotion
de communautés spécifiques. (STR)

Avant la réalisation de cet exercice, l'étudiant avait envisagé de faire un


mémoire qui se résume aux 2 premières parties : analyse d'expériences et
référence aux ouvrages théoriques (réponses à Q26 et Q24). L'exercice a mis en
évidence la faible teneur de professionnalisation de la problématique ainsi
exposée. L'étudiant a donc décidé de modifier son sujet. Il s'est donné pour
objectif de faire un mémoire sur la promotion de l'emploi des minorités. Il
diversifiera son examen de l'éventail des actions pouvant être menées, se
référant à ses expériences et aux activités dans les autres pays (EMP). Après
avoir situé les obstacles historiques et socio-politiques à agir dans la promotion

80
des communautés (ACD), il fera un point spécifique sur les enjeux stratégiques
actuels en France de conception et de mise en place d'actions de "discrimination
positive" dans la lutte contre les freins à l'emploi liés à des préjugés
d'appartenance communautaire. (STR) Il développera précisément la place que
peuvent prendre ses actions dans le contexte local à l’échelle intercommunale,
communale ou de quartiers (OPR).

Cette vérification de la cohérence et d'un équilibre entre des composantes


académiques, stratégiques, empiriques et opératoires, étant réalisée, vous
pouvez spécifier plus précisément les contenus de votre mémoire.

Techniquement, parce qu'à cette étape d'avancement de votre réalisation du


mémoire, vous n'en êtes pas encore à travailler la globalité de votre écrit, nous
vous proposons pour ce faire d'adopter une classification qui vous serve à
désigner les différents fichiers que vous allez créer et que vous réunirez dans
votre document final. L'intérêt de cette codification réside aussi dans le fait que
vous pourrez l'utiliser pour envoyer des fichiers clairement identifiés aux
personnes qui accompagnent votre travail (et qui sans doute doivent suivre les
travaux de plusieurs étudiants).
Nous vous proposons donc de nommer vos fichiers de traitement de texte
avec trois mentions : 1/ une abréviation désignant un type de doc 2/ les initiales
de vos prénom et nom, 3/ la date et le mois de création du document. Ainsi, si
vous avez écrit un document explicitant votre PROBlématique, que vous vous
appelez Jean BONNOT et que vous envoyez le document le 30 Janvier, votre
document s'intitulera :
PROB_JB_30_JV
Le but de cette classification est à la fois de faciliter un repérage rapide de
votre avancement dans un dossier informatique de votre mémoire en cours, et de
vous amener à préparer la conception finale de votre plan. Les noms que vous
donnerez à vos fichiers doivent correspondre à la logique qui est la vôtre. Ils
varieront d'un étudiant à un autre selon les contenus qui doivent traduire leur
projet en document final.

81
Vous pouvez prendre appui sur la logique exposé dans ce début de chapitre et
nommer vos fichiers : ACD, pour l'utilisation de sources académiques, : STR
pour l'analyse des enjeux stratégiques découlant de la problématique, : EMP,
pour l'appui de votre réflexion sur des données empiriques et d'expérimentation,
et : OPR pour les conséquences du traitement de la problématique en termes
opératoires. Mais, pour bénéficier d'une vision plus précise des contenus qui
seront ceux de votre mémoire, il est préférable que vous soyez plus précis sans
hésiter à créer des sous-fichiers.
On peut ainsi penser à : EXP = analyses d'expériences (déjà connus ou à
réaliser dans votre/vos lieu(x) de stage), RFX réflexions et analyses générales
concernant votre problématique que vous développez vous-même ou en que
vous empruntez (ici vous pouvez réintégrer les citations collectées au terme des
exercices du chapitre 6), HYP = hypothèses, protocoles de vérification,
évaluation des hypothèses d'explication + de résolution, ou encore : METH =
méthodologie (reprendre pour cela les acquis des chapitres 7 et 8), ENQ =
réalisation d'enquêtes,...
On peut penser à d'autres principes de production d'informations utiles pour
expliciter, décrire les situations problématiques étudiées : 1. SYNthèse
documentaire, 2. OBServation et recueil de propos, 3. ENTretien en face-à-face
ou de groupe ce qui implique un guide d'entretien, 4. QueSTionnaire
(échantillon + modalités de passation), 5. STaTistiques (+ éventuel traitement
quantitatif d'analyse de contenu),. THéoRies en arrière-plan pour assurer une
interprétation des informations exploitées en lien avec la problématique traitée.
Par ailleurs, en appliquant les principes proposés au Chapitre 6, rappelons que
vous pouvez créer plus précisément un document nommé : BIB. = sources
bibliographiques en 2 colonnes (pour récupérer la première au moment de
finaliser le mémoire) avec dans la première la liste des références selon les
formes imposées au plan académique pour une bibliographie, dans la seconde
colonne : pourquoi cet ouvrage/article est utile pour : éclairer la problématique,
la clarifier, permettre d'élaborer des hypothèses et des protocoles d'évaluation de
leur portée explicative ou résolutive, ainsi qu'éventuellement des extraits.

82
Et finalement, donnez-vous la liberté de créer un document regroupant des
parties de textes et informations inclassables à nommer : DIV = choses
DIVerses que vous n'arrivez pas à classer pour le moment...

Cette proposition de démarche ne conviendra pas à tous. Certains étudiants


préféreront traiter d'un seul tenant leur mémoire en travaillant sur le même
fichier. Si c'est votre cas, nous vous conseillons d'utiliser des tables des matières
automatiques qui sont des outils dans les logiciels de traitement de texte. En
choisissant des niveaux de titre différents que vous ne devez pas hésiter à établir
(quitte à les réduire ultérieurement) vous pourrez obtenir le même résultat, à
savoir faire apparaître les différentes composantes de votre travail.

D'autres étudiants peuvent être gênés par le principe de démarrer la création


de fichiers sans avoir établi un plan. Nous avons signalé le risque qu'il y avait à
se priver de certains contenus du mémoire qui peuvent échapper à la logique
présupposée par un plan trop détaillé. Mais comme nous l'avions annoncé, cet
aspect du travail que constitue la pré-définition d'un plan est l'objet de notre
prochain chapitre. Si certains étudiants préfèrent avoir défini leur plan avant
d'engager la production de textes, l'application de cette démarche est tout à fait
envisageable, tant qu'elle ne prive pas l'étudiant d'une flexibilité dans son
travail.

83
CHAPITRE 11

Concevoir un plan et des enchaînements


structurés par le traitement de la question.

Dans les chapitres précédents, nous avons incité à plusieurs réflexions et


préconisé différentes démarches méthodologiques qui sont utiles pour le travail
de définition d'un plan. Les choix que vous avez faits vous ont amené à produire
des éléments que vous devez organiser dans un plan qui doit servir à guider
votre lecteur dans un itinéraire de réflexion similaire à celui que vous avez suivi.
Mais il est rarement bon de considérer que l’itinéraire du lecteur doit se
définir à partir de celui du rédacteur du mémoire. Bien que vous puissiez penser
que le principe est artificiel, il faut en fait considérer que l’itinéraire de réflexion
que vous devez proposer à votre lecteur en lui présentant votre plan de travail
doit résulter d’une réinvention de votre propre itinéraire.
La logique de votre questionnement a pu être exploratoire, accompagnée
d’aléas, jalonnées d’observations s’avérant inutiles, d’hypothèses sans
pertinences voire d’égarement avec des questionnements sans résultats ou
encore d’impasses du raisonnement…
A partir des éléments que vous avez accumulés, vous avez une matière de
base qu’il s’agit d’organiser pour que votre lecteur puisse suivre votre pensée
sans être obligé de passer par les difficultés que vous avez rencontrées pour
aboutir à un enchaînement logique de votre réflexion et une mise en ordre des
résultats qu’elle a produits. Cependant, ces difficultés sont très riches de sens et
les enseignements que vous avez retirés en y étant confronté doivent autant que
possible être reformulées et réintégrées dans votre texte.A moins qu’une analyse

84
a posteriori de votre parcours méthodologique ne vous soit demandé, votre
lecteur n’a pas à passer par les aléas de votre itinéraire, il doit au contraire
pouvoir apprécier le résultat de votre travail.
Ainsi, au moment d’élaborer un plan, il faut faire preuve d’une forme de
créativité pour traduire ce qu’il y a d’errance sans significations dans votre
parcours en une aventure structurée (ce qui n’exclut pas les effets de suspense).
Il s’agit en quelque sorte « scénariser » le cheminement de la pensée pour qu’il
permette à votre lecteur de se construire une représentation progressive de
l’intérêt multiple de la problématique que vous avez choisi de traiter, au fur et à
mesure que vous apportez des éléments pour l’éclairer.
A moins que votre établissement d’enseignement supérieur ne préconise ou
ne vous impose ou un plan type pour votre mémoire, il faut, sans a priori
chercher à concevoir un plan qui mette en valeur de façon optimale :
- d’une part la pertinence du choix que vous avez fait d’une problématique et des moyens
retenus pour la traiter,
- d’autre part la richesse des résultats obtenus par ce travail de traitement.

Au moment de définir votre plan, il s’agit donc d’équilibrer entre l’adoption


d’une logique de pensée facile d’accès pour votre lecteur et une forme de
présentation qui met en valeur l’originalité de votre réflexion personnelle. C’est
votre plan de mémoire que vous devez concevoir mais dans une forme
partageable avec le plus grand nombre.
Pour réussir à concilier ces deux objectifs, nous vous proposons de vous exposer
plusieurs outils de structuration de la pensée et d’enchaînement du propos.

IMPORTANT :
Ces propositions de méthodologie sont à considérer comme des possibles. Elles n’ont pas
de valeur en soi, et si elles entrent en conflit avec les accompagnements méthodologiques
qui vous sont apportés, ou si elles ne vous parlent pas, elles doivent simplement être
envisagées comme des points de repère pour définir votre propre démarche de plan. La
réalisation d’un mémoire professionnel universitaire est aussi l’occasion pour vous de
démontrer votre habileté dans la construction d’un plan. Votre plan sera d’ailleurs évalué
au fur et à mesure de la lecture de votre texte. Votre lecteur va chercher à repérer si les
choix d’enchaînement de votre propos sont confirmés, spécialement au moment de
l’exposé des transitions. Il est donc essentiel que votre plan soit avant tout personnel.

85
Nous vous proposons une structure de base pour l’élaboration d’un plan selon
une logique d’enchaînement de votre réflexion et de votre propos structuré par
une dynamique de questionnement. 21

La structure de base est la suivante :


Question a /=> Questions a1, a2, an…
Questions a , a2, an => Réponses b1, b2, bn / Questions c1, c2, cn
1

Questions c1, c2, cn => Réponses d1, d2, dn


Réponses d1, d2, dn =>/ Réponse d
Réponse d / Question e.
Le symbole : /=> signifie « se décompose en : »,
- le symbole : => signifie « entraînent : »,
- le symbole : / signifie « a pour versant : »,
- le symbole : =>/ signifie « peut être synthétisé en : ».

Ramenée aux grandes lignes d’un plan de mémoire, cette logique de base se
traduit ainsi :
- Telle situation (identifiée par expérience ou connaissance) soulève des
questions (associées à des insatisfactions théoriques, empiriques ou
pratiques) qui peuvent être ramenées à une seule Question a qui résume
votre problématique, (il s’agit de répondre une question du type : « qu’est-
ce qui fait que telle situation pose problème ? »)
- Cette question Question a va générer des sous-questions Questions a1, a2,
an… auxquelles les différentes parties du plan vous répondre, produisant
ainsi des Réponses b1, b2, bn étant entendu que chaque réponse expose une
situation d’expérience ou de connaissance qui sous-entend et soulève au
final une série de nouvelles Questions c1, c2, cn

21 Les ouvrages de Michel Meyer déjà mentionnés permettent d’approfondir la réflexion sur
les fondements méthodologiques d’une pensée qui s’établit et s’organise à partir d’une
analyse de la pratique du questionnement.

86
- Ces Questions c1, c2, cn vont être traitées de manière à produire une série
de Réponses d1, d2, dn (avec des possibles constats de votre incapacité de
répondre à certaines questions dans les limites de votre mémoire, mais il
faut que ce cas de figure reste marginal)
- Ces Réponses d1, d2, dn doivent pouvoir être synthétisées en une Réponse
d.
- Cette Réponse d étant constituée par un exposé de situation de
connaissance et/ou d’expérience qui soulève nécessairement au moins une
Question e.

Cette logique d’organisation de la pensée étant très générale, elle permet de


concevoir un plan dans ses grandes lignes, mais qui est essentiellement
déterminée par une approche méthodologique qui se concentre sur le traitement
de la question problématique initiale. D’autres approches peuvent être croisées
avec cette approche méthodologique : l’approche stratégique et l’approche
thématique.

L’approche méthodologique que nous venons de détaillée est essentiellement


organisée à partir de la question problématique initiale, le plan vise à alors à
définir comment la question problématique exposée initialement peut-elle être
traitée en la décomposant en sous-questions à enchaîner selon un ordre logique
qui garantit que l’on apporte des réponses qui progressivement éclairent la
problématique initiale.

L’approche stratégique n’est pas centrée sur la question problématique, mais sur
la gestion de la situation problématique, le mémoire s’organise dès lors autour
d’un plan qui explique comment les acteurs concernés peuvent analyser la
problématique initiale, chercher à mieux la connaître, définir des moyens
d’action, évaluer les résultats que ces actions produisent…

87
L’approche chronologique considère que les enjeux de l’inscription dans le
temps de la problématique sont suffisamment importants pour que le mémoire
suive un plan qui détermine comment la situation problématique est le résultat
de déterminations du passé, quels sont les facteurs actuels qui l’influencent, de
quelle manière il est probable qu’elle évolue si rien n’est fait, et quelles actions
pourraient produire un avenir différent … (Confer. chapitre 9).

Ces trois approches ont été explorées dans les chapitres précédents de ce
mémoire, vous devez donc avoir déjà produit des éléments de réflexion qui
trouveront leur place en écho à telle ou telle de ces logiques de pensée. Par
ailleurs, étant donné que vous n’aurez sans doute pas travaillé une seule logique
parmi les trois (même si une logique est dominante dans votre travail), il faut en
fait envisager un plan qui croise les logiques. Le tableau 11.1. permet de
comprendre comment le croisement d’approche permet de concevoir le contenu
de différentes parties de votre mémoire, et au final de traduire dans un plan
l’enchaînement de ces parties.

Tableau 11.1. Croiser les approches : méthodologique, stratégique, thématique.

Approche stratégique Approche chronologique

1. La situation problématique 1. Les causalités qui


en tant que soulevant des déterminent l’état actuel de la
enjeux que doivent gérer les situation problématique.
Approche méthodologique acteurs. 2. Les facteurs et actions qui
2. Les différents enjeux de la influencent son évolution.
situation et leur traitement. 3. Anticipation des
3. Quelles conclusions pour infléchissements ou
un plan stratégique d’actions réajustements des actions sur
sur la situation. la situation.
1. Comment les acteurs ont
compris et géré la situation.
Quelles conséquences ?
Approche chronologique 2. Compréhensions actuelles
et actions possibles.
3. Conséquences probables
des changements et actions.

88
Ces possibles structurations de votre mémoire en restent au niveau des grandes
parties de votre travail. Pour entrer dans les aspects plus détaillés de votre plan,
il faut adopter un raisonnement par enchaînement d’opérations mentales. Cette
démarche est présente dans de nombreux manuels méthodologiques sous des
intitulés divers. L’approche est séquentielle. Il s’agit de garantir que votre
mémoire soit organisé en assurant une succession d’opérations mentales. Ces
opérations mentales ont pu être formulées différemment : S_O_R_A pour Situer
– Observer – Réfléchir – Affirmer, ou encore : S_P_R_I pour Situation –
Problème – Résolution – Information. Le principe est simple : toute opération
22

mentale en deuxième, troisième ou quatrième rang dans la séquence doit être


précédée par la ou les opérations mentales.
Donc : si dans votre mémoire vous affirmez, (A) il faut garantir que
précédemment dans votre texte vous avez produit une réflexion s’appuyant sur
une ou plusieurs observations, l’ensemble se référant à une situation bien
cernée.
Le caractère séquentiel est impératif mais pas l’exhaustivité dans
l’enchaînement des opérations mentales. Chaque A, R ou O doit nécessairement
être précédé d’un S. Mais une Situation peut servir à plusieurs O, R ou A. De
même une Affirmation peut s’appuyer sur plusieurs R et O. Et une Observation
peut être le point d’appui de plusieurs R et A.
Ainsi, un mémoire pourra présenter un plan qui se traduirait par la séquence
suivante : SOORRRASORRAARRORARRASORAAOORRRORA
Cette démarche très simple est très utile pour garantir une qualité à
l’enchaînement de votre propos après avoir défini une cohérence forte à votre
plan. Elle n’a pas de valeur absolue, on pourrait lui substituer un séquençage
avec d’autres opérations mentales.

Ce type de propositions méthodologiques sont multiples, le plus important c’est


de garantir que le plan que vous exposé se rapproche d’une pensée commune

22On se reportera à François Richaudeau (1995) pour plus de détail sur ces méthodologies ; la
démarche SPRI à laquelle il se réfère a été développée par L. Timbal-Duclaux.

89
que vous puissiez partager vous étudiant avec les professionnels et les
enseignants-chercheurs qui liront et évalueront votre mémoire.
John Dewey, dans un livre classique intitulé : Comment nous pensons (édition
française 2004, édition de référence 1933), ouvrage qui est en quelque sorte
fondateur des démarches modernes de méthodologie, propose un exposé de 5
étapes de réflexion qui garde toute leur pertinence pour organiser la présentation
de son travail de mémoire : « 1° On se trouve en présence d’une difficulté à
résoudre ; 2° on la localise, on la définit ; 3° une solution possible s’offre ; 4°
grâce au raisonnement, on établit les bases de la suggestion ; 5° en continuant à
observer et à expérimenter on est amené à adopter ou à rejeter cette suggestion,
c’est à dire à conclure pour ou contre (2004, p99).

La proposition méthodologique de John Dewey, qui vise à formuler la forme la


plus simple de l’enchaînement d’opérations mentales peut être enrichie par des
formulations d’étapes de pensée plus complexes comme par exemple : Définir _
Préciser _ Evaluer _ Anticiper.
D_P_E_A correspond ainsi à l’enchaînement logique suivant : D_éfinir la
situation problématique, P_réciser les difficultés à traiter, E_valuer des
hypothèses de connaissance ou d’action, A_nticiper les conséquences de ces
nouvelles représentations de la situation ou de la mise en œuvre des actions, ce
qui conduira à reD_éfinir la nouvelle situation problématique à laquelle dès lors
on fait (ou fera) face, P_réciser les nouveaux enjeux, E_valuer les hypothèses
afférentes, ce qui conduira à A_nticiper une évolution constatée et/ou de
nouvelles questions émergeant. 23

La réflexion que vous avez menée pour aboutir à l’élaboration de votre plan de
rédaction a sans doute croisé des questions d’organisation de votre temps de
travail, et de planification des différentes tâches que vous devez réaliser pour
produire les éléments à intégrer à votre mémoire. Nous vous proposons
d’adopter dans ce domaine une approche par rétro-planification.

23Ce type d’approche circulaire est à rapprocher de méthodologies comme la roue Plan-Do-
Check-Act de Deming, cf. Chardonnet et Thibaudon (2002).

90
CHAPITRE 12

Retro-planifier en ajustant vos temps de :


formation, lecture, expérience et enquête.

La réalisation de votre mémoire professionnel universitaire peut être envisagé


comme le résultat d'une chaîne de valeur. Cette expression est utilisée par des
théoriciens de la gestion de projet qui - en élargissant le concept emprunté à
Michael Porter - envisagent la chaîne de valeur comme : « La combinaison des
activités nécessaires à la fourniture de valeur... par delà les frontières [ des
organisations qui la produise ] ... » (Lorino, 2001, p 78).

Que vous soyez dans un établissement d’enseignement supérieur qui a établi des
règles précises de soutien à l’élaboration de votre mémoire, ou que vous soyez
dans un contexte d’encadrement qui vous laisse plutôt en situation d’autonomie
dans ce travail, vous devez gérer par vous-même les échéances auxquelles vous
faites face.

Nous voulons insister dans ce chapitre sur le principe de rétro-planification.


Selon cette approche, plutôt que d’élaborer des plans d’activité considérant la
situation présente comme un point de départ, il s’agit de raisonner au plus près
de la réalité des contraintes de gestion du temps en se référant à des échéances :
échéance ultime et échéances intermédiaires.

91
Il s’agit donc :
- d’une part de déterminer les tâches à enchaîner pour produire à temps les résultats
attendus à telle échéance,
- d’autre part de fixer le plus possible d’échéances intermédiaires.

Pour appliquer cette méthode, il faut avoir une vision claire de l’ensemble du
processus d’élaboration du mémoire. Chaque étudiant connaît une situation
particulière dans la mesure où ce ne sont pas seulement les conditions
d’organisation pédagogique qui influence sa situation mais la manière dont il
conduit sa scolarité dans le contexte de sa vie personnelle.

Il reste que nous pouvons proposer une schématisation (de type diagramme
d'ISHIKAWA, voir Schéma 12.1.) qui permet de visualiser l'enchaînement
du type d'activités que vous devez personnellement coordonner (personne ne le
fera à votre place), de manière à assurer le résultat le plus adapté à vos objectifs
de développement professionnel.

Schéma 12.1. Chaîne des activités produisant un mémoire universitaire professionnel.

Accompagnement
pédagogique, scientifique,
Apports académiques, méthodologique
didactiques, méthodologiques

Evaluation, ajustements,
Connaissances et avis de mises en perspective,
professionnels et personnes enrichissement, Etat final
enrichissant le projet d'employabilité mis
Etat d'employa-
en valeur
bilité au moment
lors de la soutenance
de la conception
et par la présentation
du mémoire
d'un intitulé et d'un
contenu d'un mémoire
Engagement personnel dans
un projet de mémoire
Formalisation, rédaction
expression personnelles,
structuration de la
soutenance
Compléments par enquêtes,
Expériences personnelles et expérimentations, synthèses
professionnelles du stagiaire documentaires...

92
Les termes qui sont employés ici ne sont peut-être pas adaptés à votre situation.
C’est à vous de prendre appui sur ce type de schéma pour définir votre propre
conception : 1/ des tâches que vous devez accomplir, 2/ des appuis dont vous
pouvez bénéficier, 3/ des échéances auxquelles vous devez vous référer pour
organiser l’enchaînement des tâches en prenant en compte les appuis dont vous
bénéficierez de fait ou que vous devrez solliciter.

Au final, le plus important c’est que vous soyez vous-mêmes en position


d’ajuster le cheminement personnel que vous allez connaître et la manière dont
il interagit avec l’environnement académique et professionnel dans lequel il
s’inscrit. Nous retrouvons ici les principes de gestion d’une situation
problématique complexe que nous avons énoncé en introduction de cet ouvrage.

93
CINQUIÈME PARTIE

Rédiger et soutenir dans la perspective de


votre évolution professionnelle

Dans cette cinquième et dernière partie, nous entrons dans le cœur du travail
de la rédaction.
Si vous avez suivi les propositions de méthode contenues dans les chapitres
précédents, si vous avez répondu aux questions qu’ils contiennent, si vous avez
organisé les matériaux que vous avez accumulés, vous avez en main tous les
éléments pour finaliser la rédaction de votre mémoire et préparer sa soutenance.

Après avoir exposé dans le treizième chapitre une perspective générale de


finalisation du mémoire qui vous aidera à entrer dans le processus de rédaction,
nous aborderons la rédaction proprement dite dans le quatorzième, avant de
terminer par un examen des enjeux associés à la soutenance.

L’entrée dans la phase de finalisation du mémoire doit être l’occasion de


d’unifier les différents composantes de votre mémoire dans une perspective
d’ensemble. Vous avez produit des éléments qui sont autant d’expression
personnelle de votre capacité d’analyse et de traitement d’une problématique.
Vous avez conçu un plan qui exprime la logique de votre travail et qui doit
pouvoir parler à un lecteur qui n’a pas parcouru le cheminement de votre
réflexion et de vos recherches. Il reste à réintégrer tous ces éléments dans un
texte final.

94
CHAPITRE 13

Rédiger un mémoire valorisant votre


cheminement et vos acquis personnels.

Au moment d’entrer dans la phase de rédaction, se pose la question du


pronom sujet que vous allez utiliser. L’utilisation du « je », du « on » et/ou du
« nous » ne va pas dans ce soi dans un mémoire. Cette question permet
d’aborder bon nombre d’enjeux de la rédaction. Le chercheur en linguistique
Guy Archard-Bayle explique que dans un mémoire la mise en scène du « moi »
24

de l’auteur est multiple. Vous devez être au clair avec « qui parle » lorsque vous
rédigez telle ou telle partie.

De manière schématique, on peut expliciter comment trois formes


d’expression devraient alterner dans les différentes parties de votre mémoire :
- lorsque le rédacteur du mémoire fait état de ses compétences académiques, il s’agit de
dire : voilà ce que « nous » pouvons dire de cette problématique…
-lorsqu’il cherche à produire une représentation partageable autant avec la communauté
académique qu’avec les acteurs professionnels concernés par son sujet, il s’agit
d’exprimer : voilà ce qu’« on » interroge, expérimente, apprend, constate … sur le
terrain…
- lorsqu’il exprime des choix personnels et restitue son itinéraire personnel et professionnel
il s’agit de raconter : voilà ce que « je » peux dire de mes objectifs et la manière dont j’ai
cherché à les atteindre et ce que j’en ai retiré.

24Auteur d’une étude non publiée : Eléments pour une description du mémoire professionnel
universitaire Université Pierre et Marie Curie et LaTTICe, UMR 8094 CNRS.

95
Il n’y a pas obligation à utiliser les 3 formes de pronom sujet dans votre
mémoire. Les contenus de votre mémoire, mais aussi les consignes académiques
décideront de vos préférences. Mais ce qu’il faut c’est rédiger en garantissant à
votre lecteur une compréhension rapide de : « qui parle » ?, « pour dire quoi ? »,
« ce propos ayant quel statut ? », « et s’appuyant sur quoi ? ».

L’utilisation d’un « nous » académique se justifie (voire s’impose) lors de


l’exposé initial de la problématique, et dans les parties du texte qui la traite au
plan théorique et/ou par analyse de pratiques. Ce « nous » est aussi attend bien
évidemment au moment d’exposer les conclusions auxquelles votre traitement
aboutit.

Dans ces parties du mémoire, le « je » du rédacteur du mémoire est un


« nous » qu’il cherche à partager avec la communauté académique et
professionnelle disposée à faire siennes sa réflexion et ses conclusions. Pour
éviter des confusions inextricables, il faudra faire attention à ce que le « nous »
qui est un « je » académique ne soit pas proche physiquement dans un texte du
« je » pronom personnel-professionnel.

Le « on » dit « de vérité générale », pourra servir de variante au « nous »


académique, mais pourra aussi servir à exposer des connaissances ou des
expériences plutôt issues du milieu professionnel : « on appelle : … », « on
reconnaît habituellement que… » , « on constate / considère… » , « on a pu
retirer comme enseignement de … ».

Ici, le « je » du rédacteur du mémoire est un « on» qui correspond au groupe


qui partage un langage ou des représentations communes, il peut aussi résulter
d’un travail de construction de cette vérité par étude documentaire, observation,
enquête et/ou expérimentation : « on constate … ». Ce « on » est aussi celui qui
permet d’introduire des auteurs : « on comprend en lisant M. Untel que … » ;
« on peut penser, comme le dit Mme Unetelle, que … ».

96
Le « je » doit enfin être utilisé lorsque le rédacteur du mémoire se met en
scène lui même dans son parcours personnel et professionnel.
Dans un premier cas, l’utilisation du « je » peut correspondre à des
expressions qui relèvent moins de l’exposé méthodologique, de l’affirmation
générale ou d’une conclusion au terme d’un raisonnement ou d’une démarche de
vérification, mais plutôt d’un engagement ou d’un vécu personnel voire
émotionnel.
Dans un second cas, le « je » est celui de la narration d’un acteur en situation.
Il s’agit pour le rédacteur du mémoire d’appliquer ici les règles de la narration
ce qui signifie bien sûr qu’au « je » de l’auteur du mémoire seront joint les
autres personnes engagées dans les contextes professionnels narrés. Il est
probable que la narration impose l’utilisation d’un « nous » qui sera celui du
groupe d’acteurs auquel l’auteur du mémoire appartient dans la situation
professionnelle qu’il évoque (il faudra éviter le plus possible la proximité dans
votre texte entre ce « nous » de narration et le « nous » académique).
Que le « je » soit employé du fait du statut du propos tenu par l’auteur du
mémoire, ou qu’il corresponde à un contexte de narration, dans les deux cas, le
« je » du rédacteur du mémoire est celui d’une personne engagée à part entière
dans ce qui est vécu ou raconté. Lorsque la personne est engagée dans ce qui est
affirmé, il faut se demander si l’affirmation est le résultat d’un travail
académique et/ou d’objectivation professionnelle ce qui entraîne l’usage d’un
« nous » ou d’un « on », ou s’il correspond à une prise de position qui justifie
l’utilisation d’un « je ».

Il est évident que les responsables de votre cursus académique ont une
latitude importante dans les consignes qu’ils peuvent vous donner dans ce
domaine. On comprend aussi que le contrat pédagogique qui sous-tend la
réalisation du mémoire influencera ces consignes. Encore une fois un éventail
de cas de figure est possible : depuis une attente de conformité académique qui
exigera peut être exclusivement l’utilisation du « nous » ; jusqu’au mémoire qui

97
doit être avant tout une narration de réalisation de stage enrichi d’une réflexion
personnelle avec utilisation attendue du « je ».

Nous ne voulons pas trop insister sur la valeur d’un mémoire qui témoigne
d’un vrai engagement personnel de manière à vous éviter de ressentir une
contradiction entre les préconisations contenues dans cet ouvrage et vos
conditions de réalisation de ce travail. Chaque étudiant se trouvera dans des
conditions plus ou moins encourageantes, et l’insistance sur la part
d’accomplissement personnel qui peut être associé au mémoire peut finalement
générer une forme de frustration contre-productive. De manière à permettre a
chacun de valoriser ses acquis quels qu’ils soient, nous proposons un tableau de
synthèse comme support d’assistance méthodologique pour la programmation et
l’enclenchement de votre rédaction. Ce support peut être un outil pour finaliser
votre projet de rédaction, mais aussi pour échanger avec les responsables du
suivi de votre mémoire de manière à vous mettre d’accord sur les buts et
orientations données à votre travail. L’effort de réalisation de cette fiche permet
de donner une vision synthétique du contenu de votre mémoire et vous conduit à
enclencher le processus de rédaction.

Tableau 13.1. Synthèse du projet de rédaction du mémoire.


Titre envisagé :

____________________________________________________________________________________________________

Q1 : Qu’est-ce qui donne aujourd’hui au sujet que vous avez choisi : un intérêt/une valeur?
--- --- --- --- --- --- ---

Q2 : A quelles situations, questions, problèmes, enjeux - professionnels… votre mémoire répond-il ?


--- --- --- --- --- --- ---

Q3 : Quels sont vos concepts, outils d'analyse, grilles de lecture ? Empruntés à qui ? Pourquoi les avez-vous choisis ?
J’utiliserai le concept de --- développé par --- parce qu’il me permet de … ainsi que le concept de… ---
qui aide à ---
J’utiliserai les analyses de --- grâce auxquelles on comprend mieux que --- --- --- ---
J'utiliserai le concept de --- développé par --- parce qu’il me permet de …
J’utiliserai comme grille de lecture --- inspirée de … dans le but de mieux cerner ---
Je me réfèrerai aux travaux de - - - qui ont montré que - - - en s'appuyant sur - - -

Q4 : Définissez un niveau d'ambition de votre travail :


1. cerner théoriquement une question en y ajoutant une étude de terrain, un travail de synthèse documentaire ou statistique,
une ou plusieurs expérimentations, des expériences par projet ...

98
2. approfondir une ou (plusieurs) hypothèse(s) en commençant à les évaluer, sans garantir leur vérification,
3 assurer la mise en place d'un ou plusieurs protocole(s) de vérification(s) des hypothèses..
A quelle(s) question(s) votre mémoire veut-il répondre ? et / ou Quelle(s) hypothèse(s) examinez-vous / vérifiez-vous ?
Si plus d’une question ou plus d'une hypothèse hiérarchisez les, et finalement formulez votre question/hypothèse centrale.
--- --- --- --- --- --- ---

Q5 : Par quels moyens : étude de documents, de statistiques, observations, entretiens, questionnaires…, étudiez-vous telle(s)
question(s); examinez-vous / vérifiez-vous telle(s) hypothèse(s) ?
Exemple : Je vais étudier …- étude de documents et statistiques qui me permettront de …
--- --- --- --- --- --- ---
Je réaliserai des observations de la manière dont … --- ---
Je vais réaliser des entretiens auprès de tant de ? que j’aurai sélectionner en fonction de certains critères (lesquels ?) ---
--- --- --- je diffuserai des questionnaires auto-administrables auprès de …--
Ces enquêtes me permettront de - confronter une étude théorique au terrain - examiner/vérifier une (des) hypothèse(s)...
Je vais mettre en place les conditions d'expérimentation suivantes - - - - - -

Q6 : Après examen théorique et pratique de la/les question(s) que vous avez choisi de traiter... / Après constat que votre (vos)
hypothèse(s) se vérifient ou non ... quelles conclusions en retirerez-vous ?

Q7 : En quoi ces conclusions sont-elles importantes pour les acteurs concernés par votre problématique ?
Quelles conséquences la réalisation de ce travail a-t-il pour votre avenir professionnel ?

Q8 : Quel plan allez-vous suivre pour exposer votre travail ? En introduction, j’expliquerai… dans ma partie 1. intitulée :
« , je … cette partie --- --- --- exposera dans ma partie 2 intitulée : « ,
je … cette partie … --- --- ---
--- --- --- dans ma partie N intitulée : « Je … cette partie traitera de ---
--- --- la Conclusion permettra de …--- --- Dans les annexes, on trouvera…--

Q9 : En quoi la réalisation de ce mémoire va-t-il développer votre professionnalisme et la valeur de votre offre/profil
professionnel aux yeux d'une organisation qui voudrait vous recruter ? Ou pour le service d'un client que vous assureriez dans
le cadre d'une activité indépendante ?
--- --- --- --- --- --- ---

Encore une fois, des ajustements de ce type d’outil seront nécessaires en


fonction de votre contexte d’encadrement pédagogique et de vos choix
personnels. Il reste que cette fiche synthétique vous met en situation de répondre
aux impératifs de rédaction que vous rencontrez au moment de rédiger. Si vous
répondez aux questions listés dans cette fiche et reprenez les contenus que vous
avez pu produire en réalisant les exercices proposés dans les chapitres
antérieurs, vous disposez d’un ensemble d’éléments qui vous rapprochent de
votre abouti. Au moment de finaliser votre texte, vous devez soigner tout
particulièrement les modalités de citation et de référence aux ouvrages et
auteurs, les enchaînements logiques en assurant une prise en compte des
différents destinataires.

99
CHAPITRE 14

Finaliser un texte enchaîné, appuyé sur des


références et adapté aux différents
destinataires.

Vous êtes désormais engagé dans la rédaction du mémoire.


Nous avons vu que la mise en valeur des contenus de votre travail dépendait
de leur lisibilité et de leur enchaînement logique.
Aussi, il est essentiel que vous apportiez une attention particulière :
- d’une part, à la forme de votre expression qui doit faire apparaître clairement le statut de
vos différentes parties et sous-parties, avec un soin apporté aux citations d’auteurs,
- d’autre part, à vos enchaînements logiques entre chaque partie et sous-partie, s’appuyant
sur le cheminement de votre pensée et assurant la transition entre des contenus ayant des
statuts différents.

Dans le dixième chapitre, nous vous avons proposé de mener une réflexion
qui a pu vous permettre de définir le statut de vos différentes parties et sous
parties. Par ailleurs, la réalisation du tableau des ressources théoriques au
sixième chapitre est un support à reprendre au moment d’envisager la
réintroduction de citations ou de référence à des ouvrages ou à des travaux.
Mais dans le contexte du travail de rédaction, vous devez avoir une réflexion
fine sur l’usage que vous faites du texte auquel vous vous référez.

Pour vous faciliter le travail de rédaction de l’insertion d’une citation dans


votre texte ou d’une phrase de référence à un ouvrage, vous devez répondre
précisément à la question de plus-value apportée par la référence au texte d’un

100
autre : « Qu’est-ce qu’apporte l’insertion de cette citation, la référence à ce texte
ou à ce document à ce que j’ai à dire ? »

Plusieurs possibilités de réponse à cette question s’offre à vous.


Sans prétendre à l’exhaustivité, mentionnons les cas suivants :
- l’auteur cité a développé une pensée ou a réalisé des travaux qui font référence sur la
question abordée, les citer permet de préciser les ressources théoriques sur lesquelles
l’étudiant s’appuie,
- l’auteur cité ou les ouvrages auxquels on se réfère ont plus à dire que ce que permet le
mémoire, en y reportant le lecteur l’auteur du mémoire inscrit son travail dans un contexte
de connaissances plus vastes tout en mettant en évidence la maîtrise de ces références,
- les textes que l’on cite ou auxquels on se réfère complètent les analyses contenues dans le
mémoire, l’étudiant enrichit les résultats qu’il a pu produire dans les limites de son propre
travail,
- les textes auxquels on se réfère abordent la question traitée ou telle sous-question
associée sous un angle qui complète celui que l’auteur du mémoire a pu approfondir ; cette
approche différente pouvant aussi permettre d’assurer des enchaînements ou d’ouvrir le
réflexion (exploitable dans des conclusions intermédiaires et dans la conclusion finale).

Faire l’effort de se demander précisément : à quoi sert d’insérer ici une


citation ou de se référer à un ouvrage ou à un document ; c’est autant de gagner
pour la rédaction de la phrase que vous devez assurer pour traduire votre pensée.
Et rappelons que si les textes et auteurs auxquels vous vous référez peuvent être
des points d’appui, d’enrichissement ou de mise en perspective de votre travail,
il faut aussi les envisager comme des moyens pour établir des liens logiques
entre les différentes parties et sous-parties de votre travail.

Si les références aux auteurs, et leur intégration dans un ensemble structuré


sont des enjeux majeurs pour la valeur académique de votre mémoire, il est
essentiel de reprendre le fil des réflexions développées dans les premiers
chapitres de ce livre concernant ses destinataires ultimes. Nous vous proposons
d’avoir à l’esprit la question suivante pendant que vous rédigerez votre mémoire
« en lisant ce mémoire quelles sont les qualités professionnelles qu’un
employeur (ou un client) potentiel pourrait identifier chez moi ? »

101
Le fait de rédiger en ayant à l’esprit cette question vous mettra en situation de
produire écrit qui puisse posséder une bonne lisibilité pour les destinataires
professionnels, étant entendu qu’il faut éviter de tomber dans des formes
d’expression ostentatoires du type : « J’ai pu acquérir grâce à cette démarche
d’enquête menée pour réaliser ce mémoire de véritables aptitudes ayant une
valeur pour des responsabilités professionnelles de …. »
.
En faisant un effort de rédaction pour donner une bonne lisibilité
professionnelle à votre mémoire, cela vous aidera lorsque dans le cadre de vos
démarches de recherche d’emploi vous proposerez à des recruteurs potentiels
d’en prendre connaissance. Cela facilitera également l’évaluation lors de la
soutenance et dans tous les cas améliorera votre confiance en vous.

Pour préciser l’éventail des attentes qui peuvent être celles des professionnels
nous proposons ci-après sept champs de compétences qui peuvent les intéresser.
1- Capacité d’identification, d'observation et d'analyse des enjeux et des situations
professionnelles associés à la problématique retenue : situations insatisfaisantes (en quoi ?,
selon quels critères ?, pourquoi ?) et qui peuvent être améliorées (comment ?, par qui ? en
cherchant à les conprendre/connaître comment ?).
2- Compétences de recueil et de traitement méthodiques des informations utiles pour
analyser les situations et les problèmes identifiés et rechercher des moyens d'amélioration
(quels ensembles d’informations ?, quelles méthodes de traitement ?).
3- Capacités à utiliser des sources théoriques pertinentes (quelles sources ?, comment sont-
elles utilisées ?, en quoi sont-elles pertinentes ?) pour aider à la compréhension des
situations et orienter vers des possibles solutions ?.
4- Compétences de communication exercées durant l'enquête (quelle démarche ?, quelles
compétences ?), si possible des compétences de management (lesquelles ?) pour tester
concrètement des hypothèses d'amélioration des situations problématiques étudiées.
5- Maîtrise de méthodes d’expérimentation ou de protocoles de vérification (quelles
méthodes?).
6- Compétences de réflexion, de théorisation, de rédaction exposant les problématiques
abordées, leur expression dans les situations concrètes, sollicitant des sources, l'ensemble
étant enrichi d'une pensée personnelle,
7- Hauteur de vue dans l’analyse et capacité à poser les termes de la réflexion à un niveau
de généralisation qui permet de ne pas être enfermé dans le traitement de situations
problématiques trop spécifiques.
8- Capacités de traduction de l’ensemble de ces acquis en démarches et compétences
professionnelles clairement identifiées : quelle utilité et modalité d’utilisation des
ressources théoriques et méthodologiques en situation professionnelle ?, quelles stratégies

102
en tant que professionnel ?, quelle prise de recul permise par ce travail en anticipant sur le
vécu professionnel de confrontation aux problèmes rencontrés sur le terrain ? …

Au moment de rédiger, il est utile d’avoir à l’esprit ces possibles et


d’anticiper les attentes que peuvent avoir les lecteurs professionnels de votre
mémoire. Cette démarche est motivante dans la mesure où elle vous met dans
une situation dynamique de vous construire professionnellement et de vous
préparer à des échanges, des mise en question voire à des confrontations avec
eux à partir du travail que vous avez réalisé.

Il faut bien sûr croiser ces attentes avec celles des enseignants-chercheurs,
même si eux-mêmes insisteront sur les destinataires professionnels de votre
travail compte tenu du cursus que vous suivez. Mais que vous rédigiez dans la
perspective d’une interaction avec des destinataires professionnels ou
universitaires, la question qui dès lors se pose est celle des critères et des
modalités d’évaluation de votre travail, cette question étant étroitement liée à
l’exercice de soutenance.

103
CHAPITRE 15

La soutenance : évaluation - détermination de


valeur de vos acquis et de vos perspectives.

Le mot « évaluation » en France est souvent accompagné de sous-entendus du


type : « contrôle unilatéral », ou encore : « jugement dans un contexte
d’inégalité de statut », lorsqu’il ne s’accompagne pas de connotations de
subjectivismes et de traitement « à la tête du client ». Nous proposons de
comprendre ce terme dans un sens plus riche pour tous, correspondant aux
approches actuelles de gestion des ressources humaines. L’évaluation y est
considérée comme un processus collaboratif de « détermination de valeur »
(cette détermination s’effectuant par des efforts d’objectivation).

L’évaluation de votre mémoire devient un effort collectif associant : étudiant,


professionnel(s), enseignant(s)-chercheur(s) qui cherchent à répondre à la
question : « que vaut le travail de cet étudiant ? » : _ Quels acquis a-t-il mis en
évidence dans votre écrit ? _ Comment durant la soutenance, l’étudiant se
montre capable de les conforter, les réviser, les compléter, les relativiser … ?
(étant entendu qu’il n’y a pas obligation à procéder à une autocritique, l’enjeu
étant surtout dans la prise de recul vis-à-vis de l’écrit) _ Quelles perspectives
de valorisation professionnelle se dégage de la dynamique de ce travail ? …

Ainsi l’exercice de soutenance doit être riche d’opportunités d’amélioration


de votre travail :

104
- par une prise de recul et une remise en question constructive des acquis obtenus avec le
travail écrit,
- par anticipation de vos efforts d’insertion professionnelle et/ou de progression
professionnelle (pour les étudiants en formation continue).

Les critères d’évaluation de votre travail écrit découleront des attentes


pédagogiques vis-à-vis du travail de rédaction du mémoire. Chaque institution
d’enseignement supérieur définira ces critères et pondérera de façon variable
leur application dans le cadre de l’évaluation écrite et orale.
Au cas où votre institution ne vous précise pas ses critères, à titre indicatif on
peut envisager quatre Domaines d’évaluation de l’écrit qui, chacun, peut valoir
un certain pourcentage de la note écrite du mémoire.
Domaine 1 : l’expression écrite sera évaluée, en examinant la maîtrise du
vocabulaire et de la syntaxe, de l’orthographe et de la présentation ; on y
ajoutera l’utilisation d’éventuels schémas, graphiques ou tableaux explicitant le
propos.
Domaine 2 : le traitement de la problématique sera déterminé en fonction
des arguments introductifs de la question abordée et de la démonstration
progressive de la valeur de la réflexion et des résultats produits, selon un plan et
un enchaînement du propos adapté au sujet.
Domaine 3 : la mobilisation de connaissances sera examinée à partir des
travaux utilisés ou réalisés : analyses, observations, études et documents pré-
existants, synthèses, enquêtes, expérimentations…
Domaine 4 : la valeur de professionnalisation sera définie en fonction de la
manière dont le traitement de la problématique a été utilisé par l’étudiant
comme moyen de générer des opportunités de professionnalisation : acquisitions
d’expérience et de compétences, interactions avec des professionnels, réflexions
sur l’exercice des futures fonctions, maîtrise des enjeux professionnels,
aptitudes de théorisation des pratiques et de prise de recul vis-à-vis des
situations…

105
Le volet « soutenance » de l’exercice de mémoire pourra être envisagé lui
aussi comme pouvant être décomposé en quatre domaines d’évaluation, qui
s’ajoutent aux quatre premiers.
Les deux premiers enjeux relèvent de la phase initiale d’exposé oral par le
candidat, les critères du troisième domaine d’évaluation sont examinés dans le
contexte des interactions avec les membres du jury, le dernier domaine
d’évaluation résulte autant de l’analyse des écarts entre l’écrit et l’oral que des
constats des capacités d’évolution de l’étudiant dans le cadre de l’entretien avec
le jury (ce qui ne veut absolument pas dire que le jury attend de chacun qu’il
sache renoncer à ses prises de position personnelles).
Domaine 5 : l’expression orale sera évaluée, en examinant la maîtrise du
vocabulaire et de la syntaxe, de la présentation de soi et de l’élocution.
Domaine 6 : l’efficacité rhétorique sera déterminée du point de vue de la
logique de la présentation orale, de la qualité de l’argumentation, de son
dynamisme, de la relation avec l’auditoire, de l’éventuelle utilisation de
supports.
Domaine 7 : les réponses au jury révèleront les aptitudes de l’étudiant _ 7.1.
à recevoir les remarques ou questions du jury, _ 7.2. à les assimiler même
lorsqu’elles ne correspondent pas aux structures cognitives qu’il a adoptées, _
7.3. à argumenter en réponse aux questions ou aux remises en question, en
démontrant un équilibre entre renoncement à ses convictions et souplesse de la
pensée, _ 7.4. à adopter une approche prospective et à mettre en perspective tant
les questions reçues que les réponses apportées.
Domaine 8 : la distanciation sera examinée tant à partir de ce que le candidat
aura acquis comme nouvelle vision de la problématique après relecture de son
travail, que dans le contexte des interactions avec le jury.

Concrètement, même si la chose n’est pas formalisée, la pratique d’évaluation


peut être sous la forme d’un curseur qui se déplace à partir des acquis obtenus
avec la note écrite. Selon que l’étudiant assure sur chacun des domaines
d’évaluation de l’oral une prestation qui vaut plus ou moins que la note obtenue
à l’écrit, la note globale variera.

106
Par exemple la note initiale étant 11/20, sur un domaine d’évaluation à l’oral,
selon la valeur de la prestation dans le domaine, cette note se verra ajoutée ou
retirée des points : -2 ; -1,5 ; -0,5 ; +0,5 ; +1 ; +1,5 ; +2. Le domaine
d’évaluation « réponses au jury » mérite une pondération allant de – 4 à + 4
compte tenu des enjeux soulevés par ce qu’il représente.
Si la valeur de la prestation orale dans le domaine correspond à 11/20, la note
sur le domaine sera neutre. A l’examen de chaque domaine la note qui est
reprise pour référence est la note écrite initiale. A la fin de l’examen des 4
domaines d’évaluation de l’oral, on obtient une note finale.

L’intérêt de formaliser la démarche multicritère décrite ici et de la reporter sur


une fiche d’évaluation remise au candidat réside dans le fait d’obtenir, par
exemple sous la forme d’un tableau, une visibilité de points forts et points
faibles de l’étudiant. Dans l’utilisation de la deuxième série de domaines
d’évaluation, le but est de répartir les différents bonus et pénalités de manière à
produire du sens pour l’étudiant, tant pour la répartition des points que pour
l’aboutissement d’une note finale. Ainsi, notre plaidoyer au début de ce chapitre
en faveur d’une évaluation comme « détermination de valeur » peut-il trouver
ici une traduction, étant entendu que dans ce type d’approche multicritère, les
candidats s’intéressent moins à la note finale qu’à la répartition des évaluations
qui a produit cette note.

107
Conclusion

D’aucuns nous annoncent que nous sommes entrés dans l’ère des travailleurs
du savoir. Mais depuis plusieurs années, nous sommes aussi entrés dans l’ère
des ères écourtées, avec l’apparition, à cadence de plus en plus rapide, de
nouvelles médiatisations d’intitulés à la mode. À la fin des années 1990 nous
entrions dans l’ère de la "société de l’information", relayée dix années plus tard
par "l’économie de la connaissance", qui devait s’accomplir à la fin de la
première décennie des années 2000 par : "le plein emploi" ! Puis la crise a
rattrapé tous ces mondes pour qu’ils constatent au début des années 2010 que
nous étions aussi entrés dans "l’ère des travailleurs pauvres", concomitante de
celle des "travailleurs des savoirs" … Qu’est ce qui peut permettre aux
étudiants d’aujourd’hui de continuer à s'investir dans des études aux
perspectives de valeur aléatoires ? Étudier a longtemps relevé d’un otium, un
loisir intérieur réservé à ceux qui vivaient sans la contrainte de retirer des
moyens d’existence par une activité professionnelle, pour l’amour de l’art et de
la connaissance en quelque sorte.
Avec ces quelques pages, nous avons voulu proposer la voie d’une autonomie
de pensée et de conduite qui renoue avec ces plaisirs tout en se tenant orientée
vers des valeurs d’application et de production de valeur. Puisque le parcours
d’étude d’un étudiant est désormais inscrit dans des institutions qui ne sont pas
nécessairement en situation de lui définir des orientations d’avenir, avec des
professionnels de l’éducation qui peuvent vivre des crises, le tout dans un
environnement instable et complexe… pourquoi ne pas se faire plaisir en se
construisant un espace-temps à l’intérieur duquel sont proposés des moyens de
cerner et maîtriser autant que faire se peut une problématique – le tout dans une
perspective de partage de ces résultats avec des érudits et des professionnels
concernés par la problématique, et déterminer avec eux une valeur optimale à
ces résultats : tant en terme d’exercice académique que d’application à des
situations professionnelles, sociales, personnelles, collectives...

108
Bibliographie

AXELROD R. & COHEN M.D. (2001) Réussir dans un monde complexe, Paris,
Odile Jacob, 270p.
BOUTINET J-P. (1999) Psychologie des conduites à projet, Paris, Que-sais-je ?,
Presses universitaires de France, 128p.
BOSSARD V., CRAIPEAU S., DRAIS E., GUILLAUME O., METZGER J-L., (2004) Le socio-
manager, Paris, Dunod, 379p.
CHARDONNET, A, THIBAUDON, D., (2002) Le guide du PCDA de Deming, progrès
continu et management, Paris, Editions d’organisation, 368p.
DÉTRIE J-P. (2005) dir. Stratégor : politique générale de l'entreprise, Paris,
Dunod, 551p.
DÉWEY J. (2004) Comment nous pensons, Paris, Les empêcheurs de penser en
rond,/Le Seuil, 298p.
DURAND D. (2002) La systémique, Paris, Que-sais-je ?, Presses universitaires de
France, 128p.
FINOT A. (2000) Développer l'employabilité, Paris, Insep Consulting, 104p.
GENELOT D. (2001) Manager dans la complexité, Paris, Insep Consulting, 357p.
LE BOTERF G. (1994) De la compétence, essai sur un attracteur étrange, Paris,
Editions d'organisation, 176p.
LE BOTERF G. (2000) Compétence et navigation professionnelle, Paris, Editions
d'organisation, 332p.
LE MOIGNE J-L. (1999) Les épistémologies constructivistes, Paris, Que-sais-je ?,
Presses universitaires de France, 128p.
LEWIN, K. (1951) Field theory in social science; selected theoretical papers. D.
Cartwright (Ed.). New York: Harper & Row.
LORINO P. (2001) Méthodes et pratiques de la performance, Paris, Editions
d'organisation, 551p.

109
LUGAN J-C. (2000) La systémique sociale, Paris, Que-sais-je ?, Presses
universitaires de France, 128p.
MARCHESNEY M. (1986) La stratégie du diagnostic à la décision industrielle,
Paris, Chotard, 248p - nouvelle édition en cours sous le titre la stratégie de
l'entreprise chez le même éditeur. Voir aussi son ouvrage Management
stratégique, accessible sur : http://asso.nordnet.fr/adreg/Adreg_08_MM.pdf
MEYER M. (1986) De la problématologie, Paris, Livre de Poche, Biblio Essais,
Mardaga, 352p.
MEYER M. (2000) Questionnement et historicité, Paris, Presses Universitaires de
France, 581p.
MOLES A. A. (1998) Les sciences de l'imprécis, Paris, Seuil, 360p.
MUCCHIELLI A. dir. (1996) Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences
humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 275p.
GIBBONS M., NOWOTNY H., SCOTT P. (2003) Repenser la science, Paris, Editions
Belin, 320p.
PRADES J. A. (1995) L'éthique de l'environnement et du développement, Paris,
Presses universitaires de France, 128p.
PRAX D. (2000) Le guide du knowledge management, Paris, Dunod, 271p.
RICHAUDEAU F. (1995) Ecrire avec efficacité, Paris, Albin Michel, 199p.
SIMON H-A. (1991) Sciences des systèmes, sciences de l'articifiel, Paris, Dunod -
Afcet Systèmes, 229p.
TARONDEAU J-C. (2003) Le management des savoirs, Paris, Que-sais-je ?, Presses
universitaires de France, 128p.
THOMAS P. (1998) Ideology and the Discourse of Strategic Management, in le
Journal EJROT, accessible sur : http://www.mngt.waikato.ac.nz/ejrot/
VILLETTE M. (2004) Guide du stage en entreprise, Paris, La découverte, 204p.

110