Vous êtes sur la page 1sur 17

6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4

1 / 17
6,0,1 Présentation
− Fonction première de la couche réseau : l'adressage en vue de tft des données sur réseau

6,1,1 Anatomie d'une adresse IPv4


− Logique binaire et booléenne et adressage de type « décimale à point »
− décimale à point : 4 octets de 8 bits, soit 32 bits traduits en 4 nombre décimale séparés des points
− 32 bits définissent l'adresse d'un hôte => nbre variable de bits définissent les parties hôte et réseau

6,1,2 Connaissance des nombres : conversion binaire / décimal


− Principes de numérotation pondérée = calcul en base 10 ou base 2 ou 16 ou ...
− Système binaire = calcul base 2 avec deux chiffres : 0 et 1

6,1,3 Exercice de conversion


6,1,4 Connaissance des nombres : conversion décimal / binaire
6,1,5 Exercices de conversion

6,2,1 Les différents types d'adresse d'un réseau Ipv4


− adresse réseau : référence du réseau
− adresse de diffusion : adresse spécifique pour envoyer à tous les hôtes du réseau
− adresse d'hôte : adresse spécifique aux périphériques
− Préfixes réseau : /....
− Longueur de préfixe : nombre de bits de l'adresse qui représentent la partie réseau
− Masque de sous-réseau : définit le nombre de bits alloués au réseau et à l'hôte

Réseau Adresse Plage d'hôtes Broadcast


réseau
172,16,4,0/ 172,16,4,0 172,16,4,1 172,16,4,254 172,16,4,2
24 55
172,16,4,0/ 172,16,4,0 172,16,4,1 172,16,4,126 172,16,4,1
25 27
172,16,4,0/ 172,16,4,0 172,16,4,1 172,16,4,62 172,16,4,6
26 3
172,16,4,0/ 172,16,4,0 172,16,4,1 172,16,4,30 172,16,4,3
27 1
− Note: l'adresse de réseau peut rester inchangée mais la plage d'hôtes varie

6,2,2 Calcul des adresses réseau, d'hôte et de diffusion


− Adresse réseau => tous les bits d'hôte sont à 0
− Adresse de diffusion => tous les bits d'hôte sont à 1
− première adresse d'hôte = Adresse réseau + 1 bit
− dernière adresse d'hôte = Adresse de diffusion – 1 bit
− exercices

134,52,122,238/ Derniers octets Derniers Adresse


22 (bin.) octets(déc) complète
Réseau ,011110| 120,0 134,52,120,0
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
2 / 17
00,00000000
Diffusion ,011110| 123,255 134,52,123,255
11,11111111
1° adresse ,011110| 120,1 134,52,120,1
00,00000001
Dernière ,011110| 123,254 134,52,123,254
adresse 11,11111110

138,107,240,208 Derniers octets Derniers Adresse


/23 (bin.) octets(déc) complète
Réseau ,1111000| 240,0 138,107,240,0
0,00000000
Diffusion ,1111000| 241,255 138,107,241,255
1,11111111
1° adresse ,1111000| 240,1 138,107,240,1
0,00000001
Dernière ,1111000| 241,254 138,107,241,254
adresse 1,11111110

145,11,143,43/2 Derniers octets Derniers Adresse


4 (bin.) octets(déc) complète
Réseau |00000000 0 145,110,143,0
Diffusion |11111111 255 145,110,143,255
1° adresse |00000001 1 145,110,143,1
Dernière |11111110 254 145,110,143,254
adresse

130,16,20,220/2 Derniers octets Derniers Adresse


5 (bin.) octets(déc) complète
Réseau ,1|0000000 128 130,16,20,128
Diffusion ,1|1111111 255 130,16,20,255
1° adresse ,1|0000001 129 130,16,20,129
Dernière ,1|1111110 254 130,16,20,254
adresse

158,55,132,22/2 Derniers octets Derniers Adresse


6 (bin.) octets(déc) complète
Réseau ,00|000000 0 158,55,132,0
Diffusion ,00|111111 63 158,55,132,63
1° adresse ,00|000001 1 158,55,132,1
Dernière ,00|111110 62 158,55,132,62
adresse
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
3 / 17

170,109,177,59/ Derniers octets Derniers Adresse complète


27 (bin.) octets(déc)
Réseau ,001|00000 32 170,109,177,32
Diffusion ,001|11111 63 170,109,177,63
1° adresse ,001|00001 33 170,109,177,33
Dernière ,001|11110 62 170,109,177,62
adresse

6,2,3 Les différentes types de communication

− Mono-diffusion : envoi d'un paquet d'un hôte à un autre


− adresse de destination = hôte de destination
− Diffusion : envoi d'un paquet d'un hôte à tous les hôtes
− exemple: mappage, demande d'adresse, échange d'informations de routage
− si hôte a besoin d'informations,
− il envoie une requête à l'adresse de diffusion,
− les hôtes concernés renvoient un message mono-diffusion
− idem si hôte a besoin d'envoyer des informations à d'autres hôtes
− les envois sont donc limités au réseau local ou en fonction de la configuration du routeur
− diffusion dirigée : à tous les hôtes d'un réseau particulier
− diffusion limitée : au réseau local
− l'adresse 255,255,255,255 n'est pas transmise par un routeur
− le routeur définit ainsi un domaine de diffusion
− Multidiffusion : envoi d'un paquet d'un hôte à un groupe d'hôtes
− exemple: distribution de vidéo/audio, logiciels, échange d'informations de routage
− avantage : réduction du trafic, maintien de la bande passante
− le client doit s'abonner à un groupe de multidiffusion
− le groupe est représenté par une seule adresse de destination multidiffusion
− les adresses 224,0,0,0 à 239,255,255,255 sont réservées à la multidiffusion

6,2,4 Plage d'adresses Ipv4 réservées

− Plage complète d'adresses : 000,000,000,000 => 255,255,255,255


− adresse d'hôte : 000,000,000,000 => 223,255,255,255
− adresse locale-lien pour routage??? 169,254, 1 , 0 => 169,254,254,255
− adresses de multidiffusion :
− locales (TTL=1 => ne dépasse pas le routeur) 224, 0 , 0 , 0 => 224, 0 , 0 ,255
− étendue globale 224, 0 , 1 , 0 => 238,255,255,255
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
4 / 17
− exemple « Network Time Protocol » 224, 0 , 1 , 1
− ??? 239, 0 , 0 , 0 => 239,255,255,255
− Adresses expérimentales : 240, 0 , 0 , 0 => 255,255,255,254

6,2,5 Adresses publiques et privées


− adresses privées utilisables unique par réseau mais sans limitation sur des réseaux différents car
elles sont invisibles sur internet :
− 10,0,0,0 / 8 soit 10, 0 , 0 , 0 => 10,255,255,255
− 172,16,0,0 / 12 soit 172, 16, 0 , 0 => 172, 31,255,255
− 192,168,0,0 / 16 soit 192,168, 0 , 0 => 192,168,255,255
− Traduction des adresses de réseau (NAT)
− service de traduction d'adresses privées en adresse publique
− installés sur des périphériques en périphérie d'un réseau privé
− adresses publiques :
− attribuées à des hôtes publiquement accessibles
− certaines sont réservées à un usage spécial
− exercices

6,2,6 Adresses spéciales


− les adresses réseau et broadcast
− les adresses de route par défaut :
− 0,0,0,0 / 8 (soit, de 0,0,0,0 => 0,255,255,255,255)
− les adresses de bouclage :
− 127,0,0,0 / 8 (soit, de 127,0,0,0 => 127,255,255,255)
− 127,0,0,1 (utile pour tester un périphérique sur un hôte local)
− les adresses locales-liens :
− 169,254,0,0 / 16 (soit, de 169,254,0,0 => 169,254,255,255)
− attribuées automatiquement par l'OS si réseau petir, PtoP, non relié à un DHCP
− paramètre TTL=1
− les adresses TEST-NET :
− 192,0,2,0 / 24 (soit, de 192,0,2,0 => 192,0,2,255)
− réservé à des fins pédagogiques (pour des domaines tels www.exemple.com)
− doivent être invisibles sur internet

6,2,7 Adressage hérité


− les anciennes classes réseau : A, B, C , D (multidiffusion) et E
(expérimentales)
− classe A : 1,0,0,0 => 127,255,255,255 ??? 27 N et (224-2) H
− classe B : 128,0,0,0 => 191,255,255,255 ??? 2 N et (216-2) H
14

− classe C : 192,0,0,0 => 223,255,255,255 ??? 221 N et (28-2) H


− classe D : 224,0,0,0 => 239,255,255,255 ?? N et (2???-2) H
− classe E : 240,0,0,0 => 255,255,255,255 ?? N et (2???-2) H
− Limites de l'adressage par classe
− grand gaspillage d'adresses chez certains et besoins non couverts chez
d'autres
− système abandonné mais subsiste parfois
− ex: détermination automatique par l'OS du masque de sous-réseau
− Adressage sans classe : système en cours actuellement

6,3 Attribution d'adresses


6,3,1 Préparation de l'adressage d'un réseau
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
5 / 17
− un adressage est préparé et documenté
− éviter les doublons d'adresse
− fournir et contrôler l'accès aux ressources et aux réseaux externes
− surveiller la sécurité et les performances liées notamment au trafic
− affecter des adresses dans la plage d'adresses du réseau aux :
− périphériques finaux
− serveurs et périphériques
− hôtes accessibles depuis internet
− périphériques intermédiaires
− affecter des adresses privées en fonction de :
− nombre de périphériques connectés / nombre d'adresses publiques
disponibles
− accessibilité des périphériques depuis l'extérieur du LAN
− si adresses privées avec accès internet sont fournies, quid du NAT

6,3,2 Adressage statique ou dynamique pour les périphériques


− adressage statique : pertinent pour imprimantes, serveurs, ... accessibles
pour les clients
− nécessite la configuration manuelle pour l'hôte (temps d'encodage ,
documentation)
− adresse IP, masque de sous-réseau, passerelle par défaut
− avantage : stabilité, contrôle
− adressage dynamique : pertinent pour utilisateurs grâce à DHCP qui :
− fournit : adresse IP, masque de sous-réseau, passerelle par défaut, ...
− a besoin d'un pool d'adresses non permanentes à affecter « à la
demande » à ses clients :
− hors adresses déjà utilisées/réservées pour des périphériques au sein du
réseau local
− en fonction des besoins des utilisateurs (portables mobiles)

6,3,3 Attribution d'adresses à d'autres périphériques


− l'affectation des adresses doit être logique et documentée et la surveillance
du réseau (par exemple avec Wireshark) sera plus aisée si l'identification est
cohérente
− adresses pour serveurs et périphériques
− les ressources réseau ont besoin d'une adresse statique
− les adresses statiques représentent des points de concentration de trafic
− adresses pour hôtes accessibles depuis internet
− ce seront des adresses statiques généralement affectées à des serveurs
− ce seront aussi des adresses publiques (sinon nécessité de NAT)
− adresses pour les périphériques intermédiaires (hub, switch, point d'accès
sans fil, ...)
− sont également des points de concentration
− fournissent un emplacement propice à la gestion, à la surveillance et à la
sécurité
− « devraient » recevoir une adresse de couche 3 statique afin de les activer
en tant qu'hôtes spécifiques pour la configuration, la surveillance, le
dépannage du réseau
− Adresses pour routeurs et pare-feu
− disposent d'une adresse par interface qui, chacune, relie à un réseau
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
6 / 17
spécifique
− convention d'affectation des interfaces de routeur : la + grande/petite de
la plage d'adresses du réseau spécifique (facilite le travail du support)
− sont également des points de concentration du trafic entrée/sortie du
réseau

6,3,4 Qui attribue les différentes adresses

− si hôtes d'un réseau doivent être accessibles depuis internet => nécessité
d'adresses publiques
− l'utilisation d'adresses publique est réglementée par l'IANA (Int. Assigned
Numbers Authority)
− l'IANA se répartit cette tâches entre Registres Internet Régionaux

6,3,5 Le FAI
− Rôle : loue à ses clients un bloc d'adresses en fonction des besoins justifiés
(pas de portage)
− Services : en fonction du niveau de services : DNS, messagerie et
hébergement de site Web, ...
− Niveaux de FAI et hiérarchie des FAI / réseau fédérateur internet :
− niveau 1 : fournisseurs (inter)nationaux, grandes administrations et
niveaux inférieurs
− avantages: fiabilité et débit liés à la proximité du réseau internet
− désavantages : coût des accès
− niveau 2 : petites entreprises
− fournissent services de base + serveurs Web, développement et gestion
de sites Web
− désavantages : accès plus lent et moins fiable que « niveau 1 »
− niveau 3 : particuliers, petites et moyennes entreprises dans une zone
géographique données
− besoin majeur des clients: connectivité et support technique

6,3,6 Vue d'ensemble du protocole Ipv6


− création de IPv6 suite à :
− épuisement des adresses Ipv4
− nécessité d'adressage étendu
− amélioration du traitement des paquets
− optimisation de l'évolutivité et de TTL
− mécanisme QoS
− sécurité intégrée
− caractéristiques :
− 128 bits
− résoudre les limites de Ipv4
− ajout de nouveaux protocoles
− mise en place progressive

6,4 Éléments présents sur un réseau


6,4,1 Masque de sous-réseau : définition des parties réseau et hôte
− nombre de bits qui correspondent à la partie réseau = « longueur de préfixe »
− masque de sous-réseau : 1 bit/position réseau; 0 bit/position hôte
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
7 / 17
− longueur de préfixe == masque de sous-réseau
− configurations possibles sur 8 bits (1 octet) :
− 00000000 = 0 = 0
− 10000000 = 0 + 128 = 128
− 11000000 = 128 + 64 = 192
− 11100000 = 192 + 32 = 224
− 11110000 = 224 + 16 = 240
− 11111000 = 240 + 8 = 248
− 11111100 = 248 + 4 = 252
− 11111110 = 252 + 2 = 254
− 11111111 = 254 + 1 = 255

6,4,2 Application de l'opération AND : de quoi est composé le réseau ?


− l'adresse réseau est extraite de l'adresse IP via son addition logique avec le
masque de sous réseau : « adresse IP » AND « masque de sous-réseau » =
« adresse réseau »
− addition logique =
− 1 AND 1 = 1
− 1 AND 0 = 0 soit, opération qui renvoie 1 si toutes les entrées sont
=à1
− 0 AND 1 = 0
− 0 AND 0 = 0
− Pourquoi cette opération ?
− Détermination par les routeurs d'une route acceptable pour un paquet
entrant
− Détermination par l'hôte source de l'envoi vers un hôte local ou vers la
passerelle
− dans les deux cas, il est nécessaire de comparer l'adresse réseau de l'hôte
et du destinataire obtenue chacune par l'opération AND entre leur
adresses IP respectives et leur masque de sous-réseau respectifs
− Importance de la maîtrise de cette opération
− comprendre le fonctionnement et le comportement d'un réseau
(anticipation) du point de vue des périphériques réseau
− les calculatrices sont interdites pendant l'examen de certification !

6,4,3 Processus d'opération AND

6,5 Calcul d'adresses


6,5,1 Notions de base sur la création de sous-réseaux
− création de sous-réseaux via l'emprunt de bits les plus lourds de la partie hôte
− plus de bits « hôte » sont empruntés pour devenir « réseau »
− plus le nombre de réseaux grandit
− plus le nombre d'adresses décroît
− en empruntant 1 bit, on obtient deux réseaux notés « 1 » et « 0 » à hauteur
de ce bit =>formule :
nombre de bits empruntés
− nombre de sous-réseaux = 2 ou 2^nombre de
bits empruntés
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
8 / 17
nombre de hôtes laissés
− nombre d'hôtes = (2 -2) ou (2^nombre de hôtes
laissés - 2)
− exemple 1 : création de deux adresses réseau
− l'adresse réseau
− 192,168,1,0 /24 (MSR : 255,255,255,0) pour 253 hôtes
− devient via l'emprunt d'un bit de poids fort au dernier octet
− deux adresses sous-réseau pour 126 hôtes chacun
192,168,1,0 /25 (MSR : 255,255,255,128)
et
192,168,1,128 /25 (MSR : 255,255,255,128)
− exemple 2 : création de trois adresses réseau
− l'adresse réseau
− 192,168,1,0 /24 (MSR : 255,255,255,0) pour 253 hôtes
− devient via l'emprunt de deux bits de poids fort au dernier octet
− quatre adresses sous-réseau pour 2^6 soit 64 hôtes chacun
192,168,1,0 /26 (MSR : 255,255,255,192) (plage : 192,168,1,1 –
192,168,1,62)
et
192,168,1,64 /26 (MSR : 255,255,255,192) (plage : 192,168,1,65 –
192,168,1,126)
et
192,168,1,128 /26 (MSR : 255,255,255,192) (plage : 192,168,1,129
– 192,168,1,191)
et
192,168,1,192 /26 (MSR : 255,255,255,192) inutilisée dans cet
exemple
− exemple 3 avec six adresses sous-réseau

6,5,2 Création de sous-réseaux : découpage des réseaux à des tailles


appropriées
− déterminer le nombre total d'hôtes : hôtes, périphériques, ... interfaces de
routeur
− déterminer le nombre et la taille des réseaux ; regroupement d'hôtes
communs
− création de sous-réseaux sur base géographique, utilisation, propriété
− élaboration d'un diagramme réseau en vue du schéma d'adressage
− exemple : 800 hôtes => bloc adresse / 22 car avec 10 bits : 2^10 – 2
=1022
− attribution d'adresses depuis le bloc adresses global
− commencer par les plus gros sous-réseaux
− prévoir la survenance de demandes plus importantes
− via le découpage des sous-réseaux par l'emprunt de bits de poids fort dans
les octets « hôtes »
− vérifier le non-chevauchement des blocs d'adresses
− se fait plus aisément à l'aide d'une feuille de calcul
− outil : calculatrice de sous-réseau http://vlsm-calc.net
6,5,3 Création de sous-réseaux: découpage d'un sous-réseau
− découpage de sous-réseau = utilisation de masque de longueur variable VLSM
− lié à nécessité d'affecter souvent un nombre variable et non fixe
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
9 / 17
d'adresses à un sous réseau
− lié à l'existence de sous-réseaux avec deux hôtes seulement - exemple:
interfaces de routeur
− lié à la nécessité de créer plus de sous-réseaux pour moins d'hôtes
− lié à la nécessité de ne pas gaspiller des adresses
− lié à la possibilité de définir au départ des besoins en hôtes les bits d'hôtes
disponibles pour créer des sous-réseaux
− à l'aide d'outils tels VLSM_Subnetting_Chart.pdf qui permettent grâce à sa
distribution tabulaire (colonne = niveau de découpage du réseau et lignes =
nombre de sous-réseaux) d'intégrer les ressources « réseau » sur base des
besoins en partant des plus importants en volume.

6,5,4 Définition de l'adresse réseau


6,5,5 calcul du nombre d'hôtes
6,5,6 Définition d'adresses d'hôte, réseau et diffusion
6,5,7 Attribution d'adresses
6,5,8 Adressage d'un inter-réseau organisé en niveaux
− 48 hôtes : 10,0,4,53 / 26
− 176 hôtes : 10,0,2,78 / 24
− 489 hôtes : 10,0,1,29 / 23

6,6 Test de la couche réseau


6,6,1 Envoi d'une requête ping à 127,0,0,1 : test de la pile locale
− commande ping (rappel)
− commande de protocole ICMP avec utilisation d'un datagramme ICMP Echo
Request/reply
− commande ping sur l'adresse spéciale réservée du bouclage local : 127,0,0,1
− utilitaire qui vérifie la configuration IP via la couche réseau du protocole IP
− si erreur, c'est que TCP/IP ne fonctionne pas sur l'hôte

6,6,2 Envoi d'une requête ping à une passerelle : test du réseau local
6,6,3 Envoi d'une requête ping à un hôte distant : test du LAN distant
Note: l'absence de réponse peut s'expliquer par l'existence de stratégie de sécurité
− exercices

6,6,4 Traceroute (tracert) : test du chemin


− tracert permet d'identifier le chemin entre deux hôtes
− repérage
− jusqu'à la destination demandée
− des sauts liés à routeurs ou autres dispositifs
− via la réception successive de ICMP Time exceeded
− par incrémentation progressive du TTL en fonction des réponses des
routeurs traversés
− affiche la durée de transmission pour chaque saut
− affiche * si le paquet est perdu et l'adresse IP du saut où le problème s'est
produit
− lorsque la destination est atteinte : envoi d'un ICMP Echo Reply ou d'un
message indiquant que le port n'est pas accessible (ICMP Port
Unreachable)
− exercice
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
10 / 17

6,6,5 ICMPv4 : protocole de prise en charge des test et de la messagerie


− protocole de messagerie de la suite TCP/IP (couche 3)
− Host confirmation
− ICMP Echo Request => ICMP Echo Reply
− Unreachable Destination or Service
− ICMP Echo Request => ICMP Destination Unreachable accompagné de
codes explicatifs :
− fourni par router : 0 (réseau inaccessible ) 1 (hôte
inaccessible)
− fourni par hôte final : 2 (protocole inaccessible) 3 (port
inaccessible)
− Time exceeded
− envoyé et parfois justifié par routeur suite à TTL = 0
− Route redirection
− ICP Echo Redirect
− envoyé et documenté par un routeur
− informations sur meilleure route pour une destination donnée
− Source Quench (épuisement de la source)
− ICMP Source Quench demande à l'hôte source de cesser les requêtes ICMP
− cet écho est ensuite traité au niveau de la couche transport qui régule
alors les flux

6,7 Travaux pratiques et exercices


6,7,1 Ping et traceroute
6,7,2 Examen d'un paquet ICMP
6,7,3 Adresses Ipv4 et création de sous-réseaux, 1° partie
6,7,4 Adresses Ipv4 et création de sous-réseaux, 2° partie
6,7,5 Configuration de sous-réseaux et de routeurs
6,8 Résumé du chapitre

6,8,1 Résumé et révision


Les adresses IPv4 sont hiérarchiques et comportent des parties réseau, sous-réseau
et hôte. Une adresse IPv4 peut représenter tout un réseau, un hôte particulier ou
l’adresse de diffusion du réseau.

Différentes adresses sont utilisées pour la transmission de données monodiffusion,


multidiffusion et diffusion.

Les organismes d’adressage et les FAI attribuent des plages d’adresses aux
utilisateurs qui, en retour, attribuent ces adresses à leurs périphériques réseau, de
manière statique ou dynamique. La plage d’adresses attribuée peut être divisée en
sous-réseaux en calculant et en appliquant des masques de sous-réseau.

Une préparation scrupuleuse de l’adressage est nécessaire pour optimiser


l’utilisation de l’espace d’adressage disponible. La taille, l’emplacement, l’utilisation
et l’accès sont autant de facteurs déterminants lors de la planification de
l’adressage.
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
11 / 17
Une fois mis en oeuvre, un réseau IP doit être testé pour vérifier sa connectivité et
ses performances.
− Dans ce chapitre, apprentissage de :
− Expliquer l'adressage IP et convertir des nombres binaires à 8 bits en
nombres décimaux ;
− Donner une adresse IPv4, la classer suivant son type et expliquer comment
l'utiliser dans le réseau ;
− Expliquer comment les adresses sont affectées aux réseaux par les
fournisseurs de services Internet et dans les réseaux par les
administrateurs ;
− Déterminer la partie réseau de l'adresse d'hôte et expliquer le rôle du
masque de sous-réseau dans la division des réseaux ;
− Calculer les composants d'adressage appropriés d'après des informations
d'adressage IPv4 et des critères de conception donnés ;
− Utiliser des utilitaires de test courants pour vérifier et tester la connexion
réseau et le statut opérationnel de la pile de protocole IP sur un hôte.
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
12 / 17
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
13 / 17
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
14 / 17
6, Dans quels cas les adresses Ipv4 réservées et spéciales sont-elles utilisées ?
− Adresses de multidiffusion :
− la plage d’adresses de multidiffusion IPv4 224.0.0.0 à 239.255.255.255 est
réservée à des fins spécifiques.
− Adresses privées
− Les blocs d’adresses privées sont les suivants :
− 10.0.0.0 à 10.255.255.255 (10.0.0.0 /8)
− 172.16.0.0 à 172.31.255.255 (172.16.0.0 /12)
− 192.168.0.0 à 192.168.255.255 (192.168.0.0 /16)
− Les blocs d’adresses d’espace privé, comme illustrés, sont réservés aux
réseaux privés.
− L’utilisation de ces adresses n’est pas forcément unique dans les réseaux
extérieurs.
− Les hôtes qui ne nécessitent pas d’accès à Internet peuvent utiliser des
adresses privées.
− Plusieurs hôtes de réseaux différents peuvent utiliser les mêmes adresses
d’espace privé.
− Les paquets qui utilisent ces adresses comme source ou destination ne
doivent pas apparaître sur le réseau Internet public.
− Le routeur ou pare-feu du périmètre de ces réseaux privés doit bloquer ou
convertir ces adresses.
− Route par défaut :
− route IPv4 par défaut sous la forme 0.0.0.0.
− L’utilisation de cette adresse réserve également toutes les adresses du
bloc d’adresses 0.0.0.0 – 0.255.255.255 (0.0.0.0 /8).
− Bouclage :
− l’adresse de bouclage IPv4 127.0.0.1 est une adresse réservée.
− Les adresses 127.0.0.0 à 127.255.255.255 sont réservées au bouclage
dans lequel les hôtes dirigent le trafic vers eux-mêmes.
− Adresses locales-liens :
− les adresses IPv4 du bloc d’adresses 169.254.0.0 à 169.254.255.255
(169.254.0.0 /16) sont conçues pour être des adresses locales-liens.
− Ces adresses peuvent être affectées automatiquement à l’hôte local par le
système d’exploitation dans les environnements où aucune configuration
IP n’est disponible.
− Elles peuvent être utilisées dans un réseau Peer to peer restreint ou pour
un hôte qui ne parviendrait pas à obtenir automatiquement une adresse
auprès d’un serveur DHCP.
− Adresses TEST-NET :
− Le bloc d’adresses 192.0.2.0 à 192.0.2.255 (192.0.2.0 /24) est réservé à
des fins pédagogiques.
− Ces adresses peuvent être utilisées dans de la documentation et des
exemples de réseaux.
− Contrairement aux adresses expérimentales, les périphériques réseau
acceptent ces adresses dans leur configuration.
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
15 / 17

9, Citez les caractéristiques qui distinguent l'IPv6 de l'IPv4


− IPv6 propose les fonctions suivantes que ne propose pas IPv4 :
− Gestion des paquets améliorée
− Évolutivité et longévité accrues
− Mécanismes de qualité de service
− Sécurité intégrée
− Pour proposer cela, IPv6 offre :
− Adressage hiérarchique 128 bits : pour développer les capacités
d’adressage
− Simplification du format d’en-tête : pour améliorer la gestion des paquets
− Support amélioré des extensions et des options : pour une
évolutivité/longévité accrues et une gestion améliorée des paquets
− Fonction d’étiquetage des flux : comme mécanismes de qualité de service
− Fonctions d’authentification et de propriété privée : pour une sécurité
intégrée
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
16 / 17
6 - Chapitre 6 – Adressage du réseau IPv4
17 / 17

QUIZ