Vous êtes sur la page 1sur 74
Mémoire de fin d’étude effectué au sein de: Sous le thème: REDACTION DE MANUEL DE
Mémoire de fin d’étude effectué au sein de: Sous le thème: REDACTION DE MANUEL DE
Mémoire de fin d’étude effectué au sein de: Sous le thème: REDACTION DE MANUEL DE
Mémoire de fin d’étude effectué au sein de: Sous le thème: REDACTION DE MANUEL DE

Mémoire de fin d’étude effectué au sein de:

Sous le thème:

REDACTION DE MANUEL DE PROCEDURES ET ANALYSE DU CONTROLE INTERNE DU DEPARTEMENT PIECE DE RECHANGE

ANALYSE DU CONTROLE INTERNE DU DEPARTEMENT PIECE DE RECHANGE Préparé par: Mlle. Karafi bissam Janvier-mars2005 Encadré

Préparé par:

Mlle. Karafi bissam

Janvier-mars2005

INTERNE DU DEPARTEMENT PIECE DE RECHANGE Préparé par: Mlle. Karafi bissam Janvier-mars2005 Encadré par: Mr silver

Encadré par:

Mr silver

Mémoire de fin d’étude Table de matières ……………………………………………………

Mémoire de fin d’étude

Mémoire de fin d’étude Table de matières ……………………………………………………

Table de matières…………………………………………………… Remerciement……………………………………………………… Introduction………………………………………………………….

Première partie :

Partie théorique…………………………….

I.

Généralité………………………………………………

II.

Présentation et enjeux d’un manuel de procédures………………….…………………………

III

La méthodologie adoptée pour la rédaction et la présentation d’un manuel de procédures………………………………

Deuxième partie :

Le contrôle interne…………………………

I.

Objectif et phase de l’audit opérationnel……………………

II

Analyse du contrôle interne mis en place par la CAC

II

Evaluation définitive du contrôle interne…………………

Troisième partie :

Manuel de procédures………………………

I. Objectif du manuel de procédures………………………………………………

II. Représentation du cycle achat

III. Principes généraux………………………………………………….

IV. Description du processus……………………………………………….

V. Documents et supports utilisés…………………………………………… Textes et réglementation de référence……………………

Conclusion…………………………………………………………… Bibliographie…………………………………………………………. Annexe ……………………………………………………………….

KARAFI BISSAM

Annexe ……………… ………………………………………………. KARAFI BISSAM
Annexe ……………… ………………………………………………. KARAFI BISSAM
Annexe ……………… ………………………………………………. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Introduction générale « Tu me dis, j’oublie. Tu me montres, je

Mémoire de fin d’étude

Introduction générale

« Tu me dis, j’oublie. Tu me montres, je me rappelle. Tu m’impliques, j’apprends. »

Telle est la déclaration d’un écrivain français qui a su mettre en évidence l’importance de l’implication pour toute personne désirant aiguiser ses connaissances.

Le stage est, en effet, un moment important dans la vie de l’étudiant, dans la mesure où ce dernier arrive à mettre en confrontation directe son savoir théorique et le savoir faire exigé par le monde professionnel.

Consciente de cette importance, l’ISCAE a introduit ,dans le cadre de ces programmes, un stage d’une durée de 2 mois destiné aux étudiants de 4 ème année leur offrant l’opportunité de mettre à l’épreuve leurs connaissances acquises à l’ISCAE en les confrontant aux problèmes concrets qui se posent à l’entreprise pour aboutir à la rédaction d’un mémoire de fin d’étude.

En ce qui me concerne, il m’a été possible d’effectuer mon stage de fin d’étude au sein de la centrale automobile chérifienne (CAC) au sein du département pièce de rechange.

KARAFI BISSAM

d’étude au sein de la centrale automobile chérifienne (CAC) au sein du département pièce de rechange.
d’étude au sein de la centrale automobile chérifienne (CAC) au sein du département pièce de rechange.
d’étude au sein de la centrale automobile chérifienne (CAC) au sein du département pièce de rechange.
I. GENERALITE : Mémoire de fin d’étude 1-1 Présentation du mémoire : Etant un travail

I. GENERALITE :

Mémoire de fin d’étude

1-1 Présentation du mémoire :

Etant un travail à finalité professionnelle, le mémoire de fin d’étude est une recherche appliquée qui apparaît comme un couronnement du cursus universitaire.

Cette recherche suppose une complémentarité entre les apports théoriques et l’expérience professionnelle ; et sa valeur ajoutée réside dans cette articulation théorie/pratique.

Le thème de mon mémoire est l’élaboration d’un manuel de procédures et l’analyse du contrôle interne du département pièce de rechange ,service achat et logistique de la centrale automobile chérifienne.

Justification du choix de thème :

Intérêt objectif:

Ce sujet est en relation avec l’actualité que vit la centrale automobile chérifienne. Celle ci, étant en pleine restructuration besoin de nouveaux manuels qui lui permettront de formaliser les taches de ses entités.

L’entité concernée par ce thème est l’administration achat.

Cette entité vient de changer son système organisationnel en 2004 ,lequel changement nécessite l’élaboration d’un manuel de procédures : tache qui m’a été confiée lors de mon stage.

le guide de procédures relatif à la gestion des achats s’inscrit dans un large

contexte qui comprend deux importants chantiers mis en œuvre de manière

successive et complémentaire : un « plan d’action » à visée réglementaire,

budgétaire et financière acté par l’ équipe de la direction pièce de rechange

KARAFI BISSAM

visée réglementaire, budgétaire et financière acté pa r l’ équipe de la direction pièce de rechange
visée réglementaire, budgétaire et financière acté pa r l’ équipe de la direction pièce de rechange
visée réglementaire, budgétaire et financière acté pa r l’ équipe de la direction pièce de rechange
Mémoire de fin d’étude destiné à mettre fin à un certain nombre de dysfonctionnements et

Mémoire de fin d’étude destiné à mettre fin à un certain nombre de dysfonctionnements et disposer de

bases fiables pour une gestion rationnelle et optimale des moyens, un projet « pilotage de l’établissement » qui a pour but de promouvoir et de pérenniser une démarche de gestion par objectifs et d’évaluation.

Il a pour objectifs :

de garantir la conformité des pratiques à la réglementation.

de créer un référentiel commun de procédures.

de sensibiliser les acteurs aux avantages que l’on peut attendre de la réduction des risques et des incertitudes engendrées par des usages routiniers et approximatifs.

de valoriser les savoir-faire existants.

de créer des liens dynamiques entre les composantes de l’établissement et les services centraux

Intérêt personnel :

et les services centraux Intérêt personnel : Le thème répond parfaite ment à mes attentes et

Le thème répond parfaitement à mes attentes et ma grande volonté

d’aborder un sujet qui se focalise sur l’organisation.

Le thème me permet d’apprendre un métier qui nécessite un travail de terrain appuyé des différentes connai ssances acquises da ns métier qui nécessite un travail de terrain appuyé des différentes connaissances acquises dans le domaine du management.

connai ssances acquises da ns le domaine du management. Le thème me permet d’aborder un sujet

Le thème me permet d’aborder un sujet qui touche largement les entreprises et qui est considéré jusqu'à maintenant comme un exercice assez délicat mené généralement par un cabinet d’audit ou un service d’audit interne.

KARAFI BISSAM

un exercice assez délicat mené généraleme nt par un cabinet d’audit ou un service d’audit interne.
un exercice assez délicat mené généraleme nt par un cabinet d’audit ou un service d’audit interne.
un exercice assez délicat mené généraleme nt par un cabinet d’audit ou un service d’audit interne.
Mémoire de fin d’étude Mon stage avait pour objectif de : Mettre en pratique mes

Mémoire de fin d’étude

Mon stage avait pour objectif de :

Mettre en pratique mes connaissances acquises en matière d’audit et de l’organisation.

acquises en matière d’audit et de l’organisation. Acquérir de nouvelles compétences rela tives aux outils de

Acquérir de nouvelles compétences relatives aux outils de conception, de description et de description et de formalisation des procédures. tives aux outils de conception, de description et de description et de formalisation des procédures.

Apprendre à avoir un esprit d’analyse et de synthèse. Apprendre à rédiger un manuel de procédures avec un style facile et précis, pratique, et adapté aux utilisateurs.

facile et précis, pratique, et adapté aux utilisateurs. Apprendre à réaliser la mission demandé e en
facile et précis, pratique, et adapté aux utilisateurs. Apprendre à réaliser la mission demandé e en
facile et précis, pratique, et adapté aux utilisateurs. Apprendre à réaliser la mission demandé e en

Apprendre à réaliser la mission demandée en respectant les délais alloués.

1-2 Méthodologie de travail :

Le présent mémoire est le fruit d’un effort mené tout au long de mon stage afin de concevoir et mettre en place un manuel de procédures pour la direction achat de la centrale automobile chérifienne.

Pour cela, j’ai opté pour une approche progressive allant de l’acquisition des connaissances vers la conception de ce manuel. La méthodologie de travail est la suivante :

période

Travail réalisé

15/01/05au 21/01/05

Prise de connaissance générale de l’entreprise

25/01/05au 05/02/05

Tournée des différents services de l’administration de pièces de rechange

07/02/05 au 14/02/05

Analyse du contrôle interne

20/02/05au 24/02/05

Analyse du circuit achat

24/02/05 au 02/03/05

Rédaction des procédures

04/03/05 au 15/03/05

vérification

KARAFI BISSAM

achat 24/02/05 au 02/03/05 Rédaction des procédures 04/03/05 au 15/03/05 vérification KARAFI BISSAM
achat 24/02/05 au 02/03/05 Rédaction des procédures 04/03/05 au 15/03/05 vérification KARAFI BISSAM
achat 24/02/05 au 02/03/05 Rédaction des procédures 04/03/05 au 15/03/05 vérification KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude La méthode utilisée pour l’ élabora tion et la présentation du

Mémoire de fin d’étude

La méthode utilisée pour l’ élaboration et la présentation du manuel de procédures permet une lecture à plusieurs niveaux en fonction des attentes des utilisateurs.

Les personnes directement chargées de la gestion des achats peuvent ainsi consulter, selon leur besoin et leur positionnement : soit le contexte réglementaire de l’étape, soit la description détaillée de la procédure et les fiches techniques synthétiques qui s’y rattachent, soit les modèles de documents- supports.

Les autres acteurs, au niveau décisionnel, y trouveront les circuits et les procédures qui garantissent la rationalisation nécessaire à la mise en œuvre d’une démarche de pilotage et pourront repérer, dans la chaîne des opérations, les lieux et les moments clés pour agir stratégiquement.

Le document dont la réalisation s’échelonne sur deux mois , a été élaboré de à partir d’un état des lieux des circuits et des pratiques existantes mises en perspective avec la réglementation en vigueur.

Il est conçu comme un document de référence à un double titre : conformité aux normes réglementaires et échanges sur la base d’un langage commun.

Il convient, enfin, de préciser qu’il ne s’agit pas d’une « bible » intangible et figée mais d’un manuel évolutif qui tiendra compte de l’évolution de la gestion dans ce département .

C’est la raison pour laquelle la méthode utilisée pour sa réalisation, basée sur une dynamique de coopération et de changement, est régulièrement réactivée avec tous les services concernés.

KARAFI BISSAM

de coopérati on et de changement, est régulièrement réactivée avec tous les services concernés. KARAFI BISSAM
de coopérati on et de changement, est régulièrement réactivée avec tous les services concernés. KARAFI BISSAM
de coopérati on et de changement, est régulièrement réactivée avec tous les services concernés. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude II. Définition et enjeux d’un manuel de procédures : La documentation

Mémoire de fin d’étude

II. Définition et enjeux d’un manuel de procédures :

La documentation qualité est désormais présentée comme un outil en direction de tous les collaborateurs devant vivre et évoluer en même temps que le système qualité lui même.

C’est dans cet esprit qu’elle peut être abordée avec en outre l’objectif de la concevoir de la façon la plus simple possible.

La dynamique adoptée et recherchée à l’égard de la documentation du système qualité repose sur une boucle réactive qui génère et allie les documents ,les rapports d’enregistrement et les actions préventives et correctives qui déroulent elles même de l’examen des documents et des divers modes de vérification existants.

Une exigence fondamentale de la démarche qualité est que les éléments du système qualité mis en œuvre soient documentés.

L'assurance qualité c'est maîtriser son processus de travail et son organisation et c'est prouver ce que l'on écrit.

La maîtrise du processus de travail ne se réalise que par le passage de la tradition orale à la tradition écrite .

la rédaction de ce manuel

base du système de management de la qualité.

est une condition sine qua non pour avoir une

la pratique requiert l’écriture dont les avantages ne sont pas indéniables

L'écrit en effet :

oblige à la réflexion permet l'homogénéisation de l'information, la mémorisation et la vérification de l'information devient une référence pouvant être facilement diffusée autorise le classement et l'archivage des informations : "le bon document au bon endroit".

KARAFI BISSAM

autorise le classement et l'archiv age des informations : "le bon document au bon endroit". KARAFI
autorise le classement et l'archiv age des informations : "le bon document au bon endroit". KARAFI
autorise le classement et l'archiv age des informations : "le bon document au bon endroit". KARAFI
Mémoire de fin d’étude L'architecture documentaire du système qu alité comportait dans la norme ISO

Mémoire de fin d’étude

L'architecture documentaire du système qualité comportait dans la norme ISO version 94, quatre niveaux :

comportait dans la norme ISO version 94, quatre niveaux : MAQ :management de la qualité La

MAQ :management de la qualité

La norme ISO version 2000 exprime quant à elle ces exigences documentaires en ces termes.

2-1 Définition :

Dans une organisation, les acteurs réalisent des opérations multiples que l’on peut décomposer en un nombre fini de processus liés entre eux.

chaque processus correspond à une activité de production ou de gestion

déterminée qui implique le déroulement

remplir une finalité globale. Cette finalité relève généralement d’une même fonction, par exemple au sein d’une même direction.

d’un ensemble d’actions visant à

Ainsi, selon l’entreprise, selon sa taille et la complexité de ses techniques, il est possible de distinguer des processus de fabrication, de prospection clientèle, d’achat, de vente, etc.

KARAFI BISSAM

possible de distinguer des processus de fabrication, de prospection clientèle, d’achat, de vente, etc. KARAFI BISSAM
possible de distinguer des processus de fabrication, de prospection clientèle, d’achat, de vente, etc. KARAFI BISSAM
possible de distinguer des processus de fabrication, de prospection clientèle, d’achat, de vente, etc. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude par découpage progressif, chacun de ces processus peut être divisé à

Mémoire de fin d’étude par découpage progressif, chacun de ces processus peut être divisé à son tour en éléments simples :les procédures. Au cours de la réalisation de chacune de ces procédures, un petit groupe de personnes réalise une suite ordonnée de taches visant à obtenir un résultat déterminé

Une procédure est :

--un enchaînement de taches élémentaires standardisées. --déclenchée en amont par l’expression d’un besoin quelconque. --limitée en aval par l’obtention d’un résultat attendu.

Sur un plan matériel, les procédures sont regroupées à l’intérieur d’un même ensemble qu’est le manuel de procédures.

Chaque procédure se présente donc comme une suite de taches effectuées dans une même séquence de temps, par un nombre limité d’acteurs appartenant à un même sous ensemble.chacune de ces taches suppose une série logique d’opérations ou de gestes élémentaires obéissant à des règles techniques données.

Une fiche de procédures contient alors un ensemble d’instructions permettant de traiter une situation, définie par un événement initial et un résultat final.

A l’image de cette définition, il est possible de désagréger les processus d’une entreprise en procédures, qui sont elles mêmes découpables en taches ou en opérations, qui sont à leur tour dissociables en une suite de gestes ordonnés

Mission -processus- procédures -taches

Un manuel de procédures est un document uniformisé qui décrit l’ensemble des procédures de toutes les activités de l’entreprise ou bien d’un cycle spécifique.

KARAFI BISSAM

l’ensemble des procédures de toutes les activité s de l’entreprise ou bien d’un cycle spécifique. KARAFI
l’ensemble des procédures de toutes les activité s de l’entreprise ou bien d’un cycle spécifique. KARAFI
l’ensemble des procédures de toutes les activité s de l’entreprise ou bien d’un cycle spécifique. KARAFI
Mémoire de fin d’étude 2-2 Utilité d’un manuel de procédures : Pour l’entreprise, avoir un

Mémoire de fin d’étude

2-2 Utilité d’un manuel de procédures :

Pour l’entreprise, avoir un manuel de procédures peut être assimilé à un investissement, bien que de l’ordre immatériel.

Le manuel de procédures est un document qui sert de médiatisation du système d’information en direction de l'extérieur.

Il est en effet mis à disposition des intervenants , dans les relations contractuelles et commerciales et réside donc en un outil de communication de l'engagement qualité. Il sert également d'outil de communication interne. En outre, sa rédaction permet:

de mieux définir l'organisation, les moyens et méthodes utilisées

de lever les ambiguïtés

d'apporter la connaissance suffisante du système de management

de donner la confiance dans la conformité au référentiel qualité

En tant que document représentatif, sa gestion et son évolution résultent et font suite à :

un audit

une révision annuelle

tout changement dans l'organisation et les moyens associés

une demande interne ou externe

Sa structure peut adopter plusieurs formes selon le fonctionnement de l'entreprise, son organisation, son système qualité et la gestion de celle-ci.

Il contient en grande majorité les politiques et engagements de l'entreprise. Sa lecture doit permettre au lecteur d'avoir une connaissance suffisante du cycle décrit.

Son objectif est de décrire le système de management appliqué au sein de l'organisme. Il est en cela "l'image écrite" de l'entreprise.

KARAFI BISSAM

appliqué au sein de l'organisme. Il est en cela "l'i mage écrite" de l'entreprise. KARAFI BISSAM
appliqué au sein de l'organisme. Il est en cela "l'i mage écrite" de l'entreprise. KARAFI BISSAM
appliqué au sein de l'organisme. Il est en cela "l'i mage écrite" de l'entreprise. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Il doit être adapté aux besoins des utilis ateurs. Sa rédaction

Mémoire de fin d’étude Il doit être adapté aux besoins des utilisateurs. Sa rédaction a un coût qui peut être élevé, mais l’effet correspondant est à rapprocher des bénéfices attendus par l’organisation.

Au-delà de la diversité des contextes, un manuel de procédures peut remplir de multiples fonctions servant à capitaliser les savoirs faire, son apport est à la fois pédagogique et organisationnel.

son apport est à la fois pédagogique et organisationnel. Un support organisationnel : Les apports d’un

Un support organisationnel :

Les apports d’un manuel de procédures au niveau organisationnel peuvent être résumés en ce qui suit :

Une transcription d’un savoir organisé :

La mise par écrit des procédures vise à décrire les taches effectuées (de manière organisée) par les différents acteurs. Elle sert à détailler les actions qu’ils réalisent ensemble, à expliquer les enchaînements des opérations et leurs synchronisations. L’objectif de la rédaction des procédures consiste à expliquer dans un langage directement accessible, qui fait quoi, ou, quand, comment et pour quelle fin.

Une mémoire de l’organisation :

Les manuels de procédures servent à capitaliser les savoirs faire individuels et collectifs. Ils facilitent le stockage et la mise en ordre. Ils forment une véritable mémoire de l’organisation.

Parce qu’ils apportent une assurance de régularité dans le temps, les manuels de procédures sont un facteur de fiabilité et de qualité pour les partenaires de l’entreprise.

Une diffusion du savoir-faire :

Les procédures dressent la liste des actions, qui à la suite d’un évènement donné, permettant d’aboutir au résultat escompté. Elles sont un moyen de divulguer sous forme de documents accessibles à tous, les méthodes préconisées dans l’entreprise et de faire connaître les conséquences d’erreurs éventuelles.

KARAFI BISSAM

préconisées dans l’entreprise et de faire connaître les conséquences d’erreurs éventuelles. KARAFI BISSAM
préconisées dans l’entreprise et de faire connaître les conséquences d’erreurs éventuelles. KARAFI BISSAM
préconisées dans l’entreprise et de faire connaître les conséquences d’erreurs éventuelles. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Elles servent à raconter le f onctionnement de l’organisation. Un support

Mémoire de fin d’étude Elles servent à raconter le fonctionnement de l’organisation.

servent à raconter le f onctionnement de l’organisation. Un support pédagogique : Un aide mémoire individuel

Un support pédagogique :

Un aide mémoire individuel :

La première utilisation possible d’une fiche de procédures est celle d’un simple check List.l’erreur et l’oubli sont des faiblesses bien humaines ,elles surviennent la plus souvent à l’improviste. L’existence d’une documentation écrite permet à chacun de s’autocontroler, sans crainte, de se dévaloriser aux yeux de ses collègues. il sert ainsi d’aide mémoire.

Un outil de formation :

Théoriquement, la formation des agents relève de leurs supérieurs hiérarchiques. Toutefois on sait que, sous la pression du quotidien, ces derniers n’accordent guère le temps à cette tache. Le manuel de procédure est un bon moyen pour répondre à cette difficulté. Il divulgue une bonne partie des informations nécessaires.

Un repère pour l’encadrement :

Si les fiches de procédures répondent d’abord aux besoins des exécutants, elles remplissent aussi une fonction moins connue : constituer une base d’information pour les responsables hiérarchique.

Disposant d’une vue générale sur les taches accomplies sous leur ordre, ils en ignorent souvent les détails pratiques. Le manuel de procédures leurs donnent accès à des descriptifs dont ils n’auraient autrement qu’une vision abstraite.

ils peuvent ainsi prendre connaissance des taches exécutées sous leurs responsabilité ,avoir une idée plus claire du fonctionnement de leur équipe et éviter certaines improvisations.

KARAFI BISSAM

,avoir une idée plus claire du fonctionnement de leur équipe et éviter certaines improvisations. KARAFI BISSAM
,avoir une idée plus claire du fonctionnement de leur équipe et éviter certaines improvisations. KARAFI BISSAM
,avoir une idée plus claire du fonctionnement de leur équipe et éviter certaines improvisations. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Un support structurant : Un cadre commun entre des logiques distinctes

Mémoire de fin d’étude

Un support structurant :

Un cadre commun entre des logiques distinctes :

L’entreprise est un univers diversifié ou s’affrontent des actions et des logiques souvent contradictoires . On peut citer par exemple les litiges traditionnels qui opposent les gens du service commercial à ceux du service financier. Sans pouvoir dissiper totalement leurs dissensions, l’existence d’un cadre documentaire unique fournit une base de communication ente eux. Les procédures constituent donc un langage commun qui donne de la fluidité à l’organisation.

Un instrument de décentralisation :

Les procédures structurent des responsabilités au sein de l’organisation ,elles peuvent être un facteur de décentralisation. Elles fixent les méthodes qui sont admises au sein de l’entreprise . Lorsque la soumission à des règles est bien acceptée par les intéressés, la description rigoureuse et détaillée des taches constitue une garantie d’efficacité. Favorisant une prise de champs de la part des supérieurs hiérarchiques, elle donne aux exécutants un sentiment d’une meilleure autonomie.

Une piste de l’auditeur :

Le manuel de procédures constitue une référence et un outil au service du contrôle interne. Un manuel décrivant l’organisation, les procédures et les responsabilités de chacun devient un outil privilégié du contrôle interne. L’existence conjointe des procédures et de l’audit conditionne en partie le respect des règles de l’organisation. En gros l’audit est nécessaire au respect des procédures et les procédures sont utiles au bon déroulement de l’audit. Mutuellement indispensable, ils sont inséparables l’un de l’autre.

KARAFI BISSAM

au bon déroulement de l’audit. Mutuellement indispensable, ils sont inséparables l’un de l’autre. KARAFI BISSAM
au bon déroulement de l’audit. Mutuellement indispensable, ils sont inséparables l’un de l’autre. KARAFI BISSAM
au bon déroulement de l’audit. Mutuellement indispensable, ils sont inséparables l’un de l’autre. KARAFI BISSAM
Un code de conduite : Mémoire de fin d’étude Sur un plan collectif, le manuel

Un code de conduite :

Mémoire de fin d’étude

Sur un plan collectif, le manuel de procédures est comparable au code de la route, il définit les comportements, applicables par tous, pour des circonstances réelles, précisées à l’avance.

La valeur de ce code est entretenue par l’existence des contrôles. Pour être crédible, le manuel devrait être constamment mis à jour.il devrait s’adapter à l’évolution des techniques. Simultanément, la démarche de formalisation devrait reposer sur un engagement collectif.

formalisation devrait reposer sur un engagement collectif. Un élément du système de gestion : Un ensemble

Un élément du système de gestion :

Un ensemble documentaire :

Les manuels de procédures visent à instaurer un stockage ordonné des consignes afin d’en assurer la diffusion et l’actualisation.il s’agit en fait de compiler les procédures, d’organiser leurs mises à jour successives et de garantir leur transmission systémique aux utilisateurs.

La notion de note de service est alors réservée aux instructions qui ont une durée de vie limitée.

Les manuels de procédures apportent, par conséquent, une garantie de diffusion et facilitent l’accessibilité des informations.

Ils constituent une base documentaire suivie de façon centralisée pour un usage décentralisé. Il est néanmoins à remarquer que la recherche de l’information paraît souvent longue et fastidieuse aux utilisateurs du coup, ils ont tendance à préférer l’usage de leur mémoire, plus rapide d’accès.

Une mise à plat de l’existant :

Elle constitue en effet un excellent

l’organisation. Pour faire évoluer les méthodes de travail, il faut donc commencer par maîtriser celles qui sont mis en place. L’analyse des procédures écrites facilite la détection des failles et la constitution des boucles de contrôles.

point de départ pour une rationalisation de

KARAFI BISSAM

des failles et la constitution des boucle s de contrôles. poi nt de départ pour un
des failles et la constitution des boucle s de contrôles. poi nt de départ pour un
des failles et la constitution des boucle s de contrôles. poi nt de départ pour un
Mémoire de fin d’étude Une composante du système d’information : Comme pour les logiciels, les

Mémoire de fin d’étude

Une composante du système d’information :

Comme pour les logiciels, les procédures font partie du système d’information et

de la gestion de l’entreprise. Outre qu’ils facilitent l’amélioration des processus. les manuels de procédures constituent aussi une excellente base d’analyse pour

les projets d’informatisation puisqu’ils donnent connaissance des processus de travail.

un accès direct à la

2-3 Architecture d’un manuel de procédures :

Toutes les procédures sont regroupées à l’intérieur d’un même ensemble : le manuel de procédures. ce manuel peut avoir des dimensions conséquentes.il est alors divisé en sous- ensemble homogène.

Décomposition :

Le manuel de procédures se décompose en plusieurs volets, selon la taille et l’activité de l’entreprise. Cette décomposition se fait par diréctions, par département ou par services.

Ce découpage peut être croisé par un découpage par fonction(commerciale, administratives) ou aussi par type d’usage.on peut dissocier les procédures d’exploitation, les procédures périodiques(sauvegarde, maintenance, contrôle) et les procédures exceptionnelles(diagnostics, lancements).

Plan type :

Le manuel de procédures peut être décomposé en plusieurs partie et chaque partie peut comporter à son tour trois sous parties : les généralités introductives, les fiches de procédures, et enfin les annexes et tables complémentaires.

KARAFI BISSAM

généralités introductives, les fiches de procédures, et enfin le s annexes et tables complémentaires. KARAFI BISSAM
généralités introductives, les fiches de procédures, et enfin le s annexes et tables complémentaires. KARAFI BISSAM
généralités introductives, les fiches de procédures, et enfin le s annexes et tables complémentaires. KARAFI BISSAM
Introduction générale du manuel : Mémoire de fin d’étude L’introduction permet de rappeler les objectifs

Introduction générale du manuel :

Mémoire de fin d’étude

L’introduction permet de rappeler les objectifs qui ont conduit à la mise en place de l’outil et explique la structure génerale.elle sert aussi à donner des indications pratiques pour la consultation et la recherche d’informations à l’intérieur du manuel.

Il peut donner des précisions concernant la philosophie d’application des procédures (degré d’obligations des consignes, recours en cas de diffidultés,importance des controles, principe de mise à jour….)

Les fiches de procédures :

Pour chaque procédure prise individuellement, on retrouve la même structure logique : description synthétique de la procédure, diagramme de flux et fiche descriptive des taches.

La description synthétique de la procédure :

Elle fournit une vue générale du manuel en rappelant sous une forme succincte l’objectif de la procédure et ses principales caractéristiques(le cas échéant son point de départ, sa fréquence, les acteurs concernés, le volume d’activité correspondant), les services émetteurs (rédacteurs, vérificateurs, validateurs), la liste des destinataires, et l’historique de mise à jour.

Le descriptif de la procédure : diagramme des flux et fiches des taches :

C’est à ce niveau que se trouve l’essentiel des informations concernant la procédure : son déroulement chronologique, les noms des intervenants (individus, ou services)et le contenu des taches. Selon les besoins, on peut ajouter des fiches techniques (règles et modes opératoires détaillés), des exemples de supports (bordeaux, tableaux types, copies, d’écrans informatiques, plans cotés….)

Les supports :

Le diagramme de circulation :

Couramment appelé (flow-chart), le diagramme de flux présente une vue globale de l’enchaînement des principales phases du déroulement d’une procédure.on y trouve les acteurs concernés, le point de départ (l’événement

KARAFI BISSAM

déroulement d’une procédure.on y trouve les ac teurs concernés, le point de départ (l’événement KARAFI BISSAM
déroulement d’une procédure.on y trouve les ac teurs concernés, le point de départ (l’événement KARAFI BISSAM
déroulement d’une procédure.on y trouve les ac teurs concernés, le point de départ (l’événement KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude déclenchant), les principales étapes, les documents circulants et le résultat recherché.

Mémoire de fin d’étude déclenchant), les principales étapes, les documents circulants et le résultat recherché. Le diagramme donne la structure de base et fournit une réponse rapide aux principales questions : face à telle situation, qui fait quoi, ou et à quelle fin ? Le diagramme comprend une cartouche d’en tête et le diagramme proprement dit. La cartouche permet de préciser les éléments généraux et les données de classement :

Nom et logo de l’entreprise. Direction et service principalement concernés Code de classement des procédures Pagination Périodicité d’application Titre de la procédure Nom du rédacteur et dernière date de remise jour.

La grille de diagramme dessine le circuit de déroulement.elle présente le point d’entrée et de sortie ainsi que les visas hiérarchiques. Chacune des colonnes correspond à l’un des acteurs de la procédure.

Le diagramme a donc l’avantage d’indiquer rapidement les éléments clés, les flux entrants et sortant ainsi que les principales phases.

Les fiches de taches :

La fiche des taches contient la description narrative, relativement complète des circuits .les opérations à réaliser sont présentées dans leurs succession chronologique. Les fiches donnent une réponse explicite aux questions : qui fait quoi et comment ? Elles permettent de trouver au premier coup d’œil les acteurs concernés (opérateurs, services ou directions concernés),

Les noms des intervenants y sont immédiatement visibles. Elles permettent également de comprendre l’enchaînement des travaux entre les différents intervenants, en spécifiant ce qu’ils reçoivent et ce qu’ils transmettent.

Les supports dérivés :

Le choix des modèles de support est fait en liaison avec les utilisateurs.on peut s’inspirer de la variété des modèles existants. Il est aussi possible de concevoir

KARAFI BISSAM

peut s’inspirer de la variété de s modèles existants. Il es t aussi possible de concevoir
peut s’inspirer de la variété de s modèles existants. Il es t aussi possible de concevoir
peut s’inspirer de la variété de s modèles existants. Il es t aussi possible de concevoir
Mémoire de fin d’étude des manuels à plusieurs volumes. Par ex emple, on peut confectionner

Mémoire de fin d’étude des manuels à plusieurs volumes. Par exemple, on peut confectionner des aides mémoire sous forme de tableaux simplifiés, complétés par des documents détaillés destinés à la formation des nouveaux opérateurs.

Il est évidemment possible d’imaginer une infinité de modéles.certaines présentations correspondent à des besoins spéciaux.

Les procédures d’urgence : instrument de contrôle

La procédure d’urgence intervient lorsqu’un système dérive aux limites du fonctionnement autorisé. Son rôle est de l’aider à ramener l’installation vers une situation de sûreté, en prenant le moins de risque possible. Dans le cas des procédures d’urgence, il est important de tester la compréhension des documents auprès des utilisateurs.

Les planning :

Les outils de planification servent à ordonner les séquences d’opérations afin d’optimiser l’affectation des moyens. Les méthodes de planification classique par histogramme (de gant) visualisent le suivi des opérations et la réparation des ressources. Chaque étape est représentée par un segment horizontal proportionnel à sa durée de réalisation. Lorsque l’enchaînement se complexifie il est utile de recourir à une technique de planification en réseau temporel. la plus classique est la méthode PERT.

KARAFI BISSAM

de recourir à une technique de planification en réseau temporel. la plus classique est la méthode
de recourir à une technique de planification en réseau temporel. la plus classique est la méthode
de recourir à une technique de planification en réseau temporel. la plus classique est la méthode
Mémoire de fin d’étude 2-4 Les principes de base pour posséder de bonnes procédures les

Mémoire de fin d’étude

2-4 Les principes de base pour posséder de bonnes procédures

les exigences concernant la maîtrise des documents :

Une procédure documentée doit être établie pour :

Approuver les documents quant à leur adéquation avant diffusion

Revoir, mettre à jour si nécessaire et approuver de nouveau les documents.

Assurer que les modifications et le statut de la version en vigueur sont identifiés.

Assurer que les documents restent lisibles et facilement identifiables.

Assurer que les documents d'origine extérieure sont identifiés et que leur diffusion est maîtrisée.

Empêcher toute utilisation non intentionnelle de documents périmés et les identifier de manière adéquate s'ils sont conservés dans un but quelconque.

KARAFI BISSAM

périmés et les identifier de manière adéquate s'ils sont conservés dans un but quelconque. KARAFI BISSAM
périmés et les identifier de manière adéquate s'ils sont conservés dans un but quelconque. KARAFI BISSAM
périmés et les identifier de manière adéquate s'ils sont conservés dans un but quelconque. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Il importe beaucoup que le personnel s'implique dans la rédaction :

Mémoire de fin d’étude Il importe beaucoup que le personnel s'implique dans la rédaction : en participant à leur élaboration ou en étant sollicité au stade du projet (avant officialisation).

ant sollicité au stade du projet (avant officialisation). Les procédures doivent être courtes et compréhensibles.

Les procédures doivent être courtes et compréhensibles. courtes et compréhensibles.

Les procédures doivent être courtes et compréhensibles. Elles doivent être disponibles et connues par le pe

Elles doivent être disponibles et connues par le personnel directement concerné et facilement accessibles pour les autres.

concerné et facilement acc essibles pour les autres. La mise en oeuvre d'une procédure dans un

La mise en oeuvre d'une procédure dans un service et la surveillance de cette mise en oeuvre incombe au responsable de service.

Il importe que les procédures évoluent lorsque nécessaire. Seul l'exemplaire à jour doit être disponible sur la lieu de travail : le bon document au bon endroit.

III. La méthodologie adoptée pour la rédaction et la présentation d’un manuel de procédures :

Rédiger les procédures impliquent une raisonnement en terme de processus d'entreprise. Il s'agit en effet d'adapter la norme à la réalité de l'entreprise et donc à écrire le "juste nécessaire" correspondant au besoin de l'entreprise. Il n'existe pas d'inventaire exhaustif des procédures à établir.

W. Edwards Deming dans son ouvrage "Qualité" conseille aux entreprises d'utiliser "les procédures et les documents comme outils libérateurs qui relèguent les problèmes déjà résolus au stade de routine et permettent aux facultés créatrices d'être disponibles pour les problèmes non encore résolus."

Je veux bien préciser que la rédaction de procédures ne s'effectue pas en réponse à une obligation normative, mais bien pour contribuer à ouvrir et à renforcer la réactivité de l'entreprise.

De plus elles participent à rendre intelligibles pour les utilisateurs, la

complexité des relations entre les unités de l'entreprise et leurs liens avec

l'extérieur (clients, partenaires, fournisseurs

).

Ainsi, indirectement, leur

KARAFI BISSAM

et leurs liens avec l'extérieur (clients, parten aires, fournisseurs ). Ainsi, indirectement, leur KARAFI BISSAM
et leurs liens avec l'extérieur (clients, parten aires, fournisseurs ). Ainsi, indirectement, leur KARAFI BISSAM
et leurs liens avec l'extérieur (clients, parten aires, fournisseurs ). Ainsi, indirectement, leur KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude conception et leur écriture concourent à une sorte de réforme de

Mémoire de fin d’étude conception et leur écriture concourent à une sorte de réforme de l'entendement concernant l'entreprise dans ses missions et façons de les accomplir.

La rédaction d’un manuel de procédures exige le respect de 6 points importants :

maîtrise de la documentation

maîtrise des enregistrements

audit interne

maîtrise du produit non-conforme

action corrective

action préventive

Il est incontournable :

- d'écrire ce qu'il faut faire. (ce sont les procédures et les modes opératoires) - Faire ce qui est écrit. (on le voit par les audits qualité internes) - Ecrire ce qui est fait. (c'est les enregistrements qualité) - Améliorer l'existant. (c'est les actions correctives)

KARAFI BISSAM

st les enregistrements qualité) - Améliorer l'existant. (c'est les actions correctives) KARAFI BISSAM
st les enregistrements qualité) - Améliorer l'existant. (c'est les actions correctives) KARAFI BISSAM
st les enregistrements qualité) - Améliorer l'existant. (c'est les actions correctives) KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude 3-1 Canevas type d'une procédure Une procédure comprend au minimu m

Mémoire de fin d’étude

3-1 Canevas type d'une procédure

Une procédure comprend au minimum les paragraphes suivants :

1. Objet : but de la procédure : on peut également justifier cette procédure

2. Domaine d'application : où, quand, sur quoi l'objet de la procédure s'applique.

3. Equipements; documents associés : éléments auxquels il est fait appel pour

le processus décrit (matériels, modes opératoires, procédures, logiciels )

4. Références : normes internes ou externes régissant la procédure

5. Définitions : les termes spécifiques utilisés dans la procédures sont

explicités afin de faciliter compréhension et communauté de langage.

6. Contenu : qui fait quoi comment.

7. Annexes : joint à un document à titre informatif.

3-2 Les principales étapes suivies pour élaborer les procédures :

peuvent être les suivantes :

1.Détermination de l'étendue de la procédure

2. Détermination des différents acteurs intervenant dans la procédure, pour consultation et concertation

3. Entretiens individuels sur la façon dont sont élaborés les activités relatives à la procédure

KARAFI BISSAM

3. Entretiens individuels sur la façon dont sont élaborés les activités relatives à la procédure KARAFI
3. Entretiens individuels sur la façon dont sont élaborés les activités relatives à la procédure KARAFI
3. Entretiens individuels sur la façon dont sont élaborés les activités relatives à la procédure KARAFI
Mémoire de fin d’étude 4. Elaboration d'une première ébauche du diagramme de cheminement du processus

Mémoire de fin d’étude

4. Elaboration d'une première ébauche du diagramme de

cheminement du processus

5. Soumission du diagramme auprès des personnes concernées

6. Apport de modifications si nécessaire avec reprise du circuit

préalable

7. Rédaction de la procédure à partir du diagramme adopté

8. Soumission de la procédure auprès des personnes concernées

9. Apport de modifications si nécessaire avec reprise des étapes

antérieures (7 à 8)

10. Remise de la procédure auprès de la Direction pour

approbation

11. Test et expérimentation de la procédure

12. Approbation par l'approbateur

13. Implantation et mise à jour de la procédure.

3-3 Construire et faire vivre des procédures

Cet impératif implique une procédure des procédures qui définisse les règles d'élaboration et de gestion de toutes les procédures de l'entreprise. A ce titre, son élaboration nécessite un consensus entre tous ceux qui participent à la rédaction des autres procédures.

Logigramme général de l'élaboration d'une procédure

Un problème se pose quant à la mention des modes opératoires dans les procédures. Est-ce à la procédure de faire référence aux documents qui sont en

KARAFI BISSAM

opéra toires dans les procédures. Est-ce à la procédure de fa ire référence aux documents qui
opéra toires dans les procédures. Est-ce à la procédure de fa ire référence aux documents qui
opéra toires dans les procédures. Est-ce à la procédure de fa ire référence aux documents qui
Mémoire de fin d’étude aval en l'occurrence les modes opératoires, ou bien est-ce dans les

Mémoire de fin d’étude aval en l'occurrence les modes opératoires, ou bien est-ce dans les modes opératoires qu'il importe de mentionner en référence les procédures afférentes ?

Aucune méthode n’est imposée pour les renvois d'un document à l'autre. C'est à l'entreprise d'adopter le système qui lui convient, si possible simple et gérable, dans notamment les mises à jour.

Il importe en effet de songer qu'un changement de mode opératoire affecte la procédure et implique sa modification si le choix est fait de mentionner les modes opératoires dans les procédures. A l'inverse, si les modes opératoires se réfèrent aux documents amonts : leur modification n'affecte pas les procédures. Cela dit, les procédures sont des outils de diffusion du savoir faire de l'entreprise et sont destinées aux personnes qui réalisent les actions qui y sont décrites, à ce titre, elles requièrent un certain niveau de précision. Aussi il est également justifié de citer les modes opératoires dans les procédures afin que le lecteur puisse obtenir une connaissance exhaustive du procédé.

3-4 les modes opératoires

Le troisième niveau de documentation comprend les instructions de travail qui expliquent en détail certains des étapes critiques des procédures du système.

Elles découlent en effet des procédures créées. C'est la mise en oeuvre des procédures du système qui permet de déterminer les activités qui nécessitent leur développement. Leur identification établie, il s'agit alors de procéder à leur rédaction sous une forme qui facilite leur lisibilité.

Elles aident le personnel à bien exécuter leur tâche du premier coup. En cela les instructions de travail constituent un outil de référence en matière de savoir faire de l'entreprise et des activités qui lui sont inhérentes.

Adaptées à ses lecteurs, les instructions de travail peuvent résider en un schéma simple, ou un document pouvant intégrer les éléments suivants : Objet, domaine d'application, responsabilités, références, instructions, avis de révision et logigramme. C'est selon la sensibilité de l'entreprise et de ses modes de fonctionnement, et les lecteurs, c'est-à-dire les opérateurs, "premiers clients" de cette instruction. Il faut bien évidemment se décider quant à la pertinence de l'instruction. Parmi ces documents on peut trouver les consignes, les plans de contrôle etc

KARAFI BISSAM

de l'instruction. Parmi ces documents on peut trouver les consignes, les plans de contrôle etc KARAFI
de l'instruction. Parmi ces documents on peut trouver les consignes, les plans de contrôle etc KARAFI
de l'instruction. Parmi ces documents on peut trouver les consignes, les plans de contrôle etc KARAFI
Mémoire de fin d’étude 3-5 les enregistrements Ils servent à apporter la preuve de ce

Mémoire de fin d’étude

3-5 les enregistrements

Ils servent à apporter la preuve de ce qui a été fait. Les enregistrements permettent de démontrer que l’application des procédures est conformes aux exigences spécifiées. Ils sont destinés à fournir des preuves tangibles des activités effectuées ou des résultats obtenus en matière d’application de procédures.

Ces documents contiennent donc les informations sur les activités effectuées et les résultats obtenus. Ce sont eux qui sont consultés lors d'audits qualité.

Non seulement ils contribuent à compléter utilement le système d'information et la communication au sein de l'organisation, mais aussi, ils démontrent que les éléments du système qualité sont mis en oeuvre et respectent les exigences normatives. Lors de leur conception, il importe de s'interroger sur leur finalité, leur circuit, la nature des informations qui y sera collectée, ainsi que leur accès et classement.

Il importe que les procédures relatives aux enregistrements spécifient les dispositions prises pour maîtriser leur identification, les méthodes de collecte, d'indexation, de classement et d'accessibilité, de même que les moyens de stockage, de mise à jour et leur durée de conservation. Leurs changements et modifications doivent également être inclus dans les procédures.

De plus, l'accès aux enregistrements des clients et des sous contractants s'il est autorisé doit également être défini. En tant qu'outils de verrous et d'audits internes, leur présentation doit adopter une forme lisible et appropriée. Les enregistrements peuvent être informatisés, sur papier. Les enregistrements peuvent consister en :

un procès verbal de revue de direction, un formulaire de vérification des ressources, un bon de vente, un bon d'achat, un formulaire d'inspection, un bon d'inventaire, un journal des résultats. C'est à dire des documents qui existent déjà pour la plupart.

KARAFI BISSAM

un journal des résultats. C'est à dire des documents qui existent déjà pour la plupart. KARAFI
un journal des résultats. C'est à dire des documents qui existent déjà pour la plupart. KARAFI
un journal des résultats. C'est à dire des documents qui existent déjà pour la plupart. KARAFI
Mémoire de fin d’étude QUESTIONS - SYNTHESE Trop de documents écrits ne tuent-ils pas la

Mémoire de fin d’étude

QUESTIONS - SYNTHESE

Trop de documents écrits ne tuent-ils pas la procédure ?

Il est sûr qu'il faut savoir se limiter. Si une procédure est trop lourde, les gens ne

la lisent pas. Par exemple il ne faut pas écrire les remarques de base logiques.

C'est un risque dans les procédures d’achat au début. Il se peut quelquefois qu'il

y ait des excès. Il ne faut oublier que nous avons affaire à des personnes formées pour leur métier.

L'objectif n'est pas d'écrire les spécificités des métiers. C'est un risque qui existe au départ et c'est de cette façon que les procédures peuvent être allégées en enlevant ce qui est propre aux différentes professions.

Qui écrit la procédure des procédures ?

Elle émane souvent du comité de pilotage, elle est au départ de tout. Elle doit donc partir de personnes motivées.

Durée limite d'une procédure ?

Elle peut être définie dans la procédure des procédures. Ce n'est pas obligatoire , Certaines procédures sont revues régulièrement comme celles concernant le "process" et ne sont donc pas concernées. Les procédures "système" sont moins souvent revues car elle sont complexes, spécifiques à la norme.

Où commence la déclaration des non-conformités par rapport au piège de la délation ?

C'est un peu le risque des non-conformités. Il faut arriver (comme tout le cadre de l'assurance qualité) qu'elles ne soient pas vécues comme une délation du travail fait mais comme une amélioration de la qualité. Il n'y a que par la dialogue et la communication que l'on y arrive.

KARAFI BISSAM

améliorati on de la qualité. Il n'y a que par la dialogue et la communication que
améliorati on de la qualité. Il n'y a que par la dialogue et la communication que
améliorati on de la qualité. Il n'y a que par la dialogue et la communication que
Mémoire de fin d’étude Elles peuvent avoir un grand intérêt pour montrer quelquefois un manque

Mémoire de fin d’étude Elles peuvent avoir un grand intérêt pour montrer quelquefois un manque de renouvellement de matériel qui est parfois mal géré. Par l'intermédiaire des non- conformités tout un parc de matériel a été remplacé.

Quand est-ce que se fait la validation de la procédure ?

elle se fait en amont et en aval.

Qui approuve les procédures quand elles impliquent l'interface entre deux services ?

La communication et la concertation sont les seules solutions quand il y a des problèmes dans le cas des interfaces. Il faut appliquer les procédures écrites, il faut donc absolument mettre en place toute une étape de concertation.

.

Avant de commencer la rédaction du manuel de procédure ,j’ai jugé nécessaire de faire l’analyse du contrôle interne pour s’en servir des conclusions tirées lors de la rédaction du manuel.

v-Contrôle interne :

Je note bien que la mission qui m’a été confiée est une mission d’audit

d’efficacité ce qui revient à dire que je vais m’intéresser

pertinence des procédures mises en place par l ‘entreprise en vue d’améliorer l’efficacité .

particulièrement à la

l’audit opérationnel constitue une phase déterminante de la démarche d’audit interne dans la mesure ou elle consiste à vérifier l’existence et le fonctionnement effectif et permanent des procédures de gestion de l’entreprise.

Je veux préciser que dans cette partie je parle d’audit en terme de généralité tout simplement parce que le contrôle interne et la prise de connaissance constituent 70% du travail d’un auditeur ainsi un contrôle interne efficace conduit généralement à donner cette image fidèle

KARAFI BISSAM

d’un auditeur ainsi un contrôle interne efficace conduit généralement à donner cette image fidèle KARAFI BISSAM
d’un auditeur ainsi un contrôle interne efficace conduit généralement à donner cette image fidèle KARAFI BISSAM
d’un auditeur ainsi un contrôle interne efficace conduit généralement à donner cette image fidèle KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude 4-1 Objectif et phases de l’audit opérationnel : Le contrôle de

Mémoire de fin d’étude

4-1 Objectif et phases de l’audit opérationnel :

Le contrôle de la réalisation d’une opération de gestion par l’auditeur interne ne saurait rester subjectif. il doit nécessairement se fonder sur un certain nombre de règles et principes qui constituent les procédures de l’entreprise.

Le jugement de l’auditeur sur le déroulement des opérations est donc directement fonction de sa connaissance des politiques appliquées dans la mesure ou les procédures reflètent le management de l’entreprise.

je commence en premier lieu par donner un aperçu sur les objectifs de cette analyse et définir les phases de cette mission.

Molière a crée le personnage de M.jourdin, l’homme qui parlait en prose sans le savoir ,de la même manière ,toute entreprise fait obligatoirement du contrôle interne même sans le savoir

Qu'on se rassure, l'audit interne du cycle achat –fournisseur n'est pas une embuscade. Interne, il permet de veiller et surveiller le système et ses objectifs sont clairs :

1. Donner des éléments, indices, pistes pouvant contribuer à améliorer le système de management des achats.

2. Déterminer l'efficacité, la vitalité du système de management des achats mis en oeuvre pour atteindre les objectifs prédéfinis .

3. Déterminer la conformité ou la non conformité des éléments du système de management des achats de la qualité aux exigences prescrites

Les objectifs de l'audit du cycle achat -fournisseur étant en effet de veiller à ce que l'entité auditée respecte les 3 points suivants:

KARAFI BISSAM

-fournisseur étant en effet de veiller à ce que l'entité auditée respecte les 3 points suivants:
-fournisseur étant en effet de veiller à ce que l'entité auditée respecte les 3 points suivants:
-fournisseur étant en effet de veiller à ce que l'entité auditée respecte les 3 points suivants:
Mémoire de fin d’étude • La conformité • L'efficacité • l'aptitude à atteindre les objectifs

Mémoire de fin d’étude

La conformité

L'efficacité

l'aptitude à atteindre les objectifs L'audit met en effet en évidence

l'articulation entre les éléments suivants :

Amélioration

entre les éléments suivants : Amélioration Eléments stables et instables Dégradation Il importe de

Eléments stables et instables

suivants : Amélioration Eléments stables et instables Dégradation Il importe de prendre en compte , les

Dégradation

Il importe de prendre en compte , les modifications importantes du système de management, tout changement d'organisation, une modification de la politique de management , l'introduction de nouvelles technologies et le suivi des actions correctives.

Ce travail met l'accent sur son aspect pratique : comment s'y prendre en effet ? qui ? avec quel esprit ? quels supports ?

en effet ? qui ? avec quel esprit ? quels supports ? la Préparation Cette préparation

la Préparation

Cette préparation est l’œuvre de l'auditeur désigné. Elle implique de :

KARAFI BISSAM

? la Préparation Cette préparation est l’œuvre de l'a uditeur désigné. Elle implique de : KARAFI
? la Préparation Cette préparation est l’œuvre de l'a uditeur désigné. Elle implique de : KARAFI
? la Préparation Cette préparation est l’œuvre de l'a uditeur désigné. Elle implique de : KARAFI
Mémoire de fin d’étude • Définir le champ, périmètre et cadre d'action du contrôle interne

Mémoire de fin d’étude

Définir le champ, périmètre et cadre d'action du contrôle interne et ses finalités : procédures, services, processus

Définir les objectifs du contrôle interne

Analyser les documents (procédures, logigrammes) qui seront examinés lors de l'audit : il s'agit d'en effectuer une lecture rapide afin de s'imprégner du sujet

Elaborer le questionnai

Faire valider la préparation par la personne et / ou fonction habilitée (si nécessaire).

Le plan du contrôle interne :

il comporte les points suivants :

Objectifs de l’analyse du contrôle interne

Champ et périmètre du contrôle

Personnes du champ du contrôle

Documents de référence

Planning du contrôle interne

L' Examen

Il se déroule suivant le plan établi en respectant les délais impartis. Il s'agit de procéder selon deux niveaux : les responsables en premier, les responsables opérationnels ensuite.

: les responsables en premier, les responsables opérationnels ensuite. A. l'analyse documentaire : KARAFI BISSAM

A. l'analyse documentaire :

KARAFI BISSAM

: les responsables en premier, les responsables opérationnels ensuite. A. l'analyse documentaire : KARAFI BISSAM
: les responsables en premier, les responsables opérationnels ensuite. A. l'analyse documentaire : KARAFI BISSAM
: les responsables en premier, les responsables opérationnels ensuite. A. l'analyse documentaire : KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Concerne en premier lieu le Manuel de procédures, modes opératoires. Les

Mémoire de fin d’étude Concerne en premier lieu le Manuel de procédures, modes opératoires.

Les premières questions sont :

Le document est-il connu ?

est-il disponible ?

Est-il à jour ?

Qui pilote comment ?

Les responsabilités sont-elles clairement définies

?

Le processus est-il décrit ?

les enregistrements sont-ils prévus ?

En ayant à l'esprit les interrogations suivantes :

logique et caractère adapté des descriptions (processus, modes opératoires)

Analyse des phases et tâches décrites par rapport à leur apport dans le système (valeur ajoutée)

Couverture des risques potentiels par les exigences spécifiées

Ressources disponible pour répondre aux exigences

Efficacité des dispositions établies => efficacité

Interrogations identiques pour les données et dossiers :

Identification

Constitution

Enregistrement

Signatures

Sauvegarde informatique

Archivage

KARAFI BISSAM

• Constitution • Enregistrement • Signatures • Sauvegarde informatique • Archivage KARAFI BISSAM
• Constitution • Enregistrement • Signatures • Sauvegarde informatique • Archivage KARAFI BISSAM
• Constitution • Enregistrement • Signatures • Sauvegarde informatique • Archivage KARAFI BISSAM
B. l'Entretien : Mémoire de fin d’étude Qui n'a pas vu ou lu ou entendu

B. l'Entretien :

Mémoire de fin d’étude

Qui n'a pas vu ou lu ou entendu ceci ?

Entre ce que je pense ,ce que je veux dire ,ce que je crois dire, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez ,ce que vous croyez comprendre ,ce que vous voulez comprendre ,et ce que vous comprenez il ya 9 possibilités de ne pas s’entendre.

qui est assez criant de vérités quand même !

Aussi le contrôle interne est un exercice délicat qui réclame du doigté dans la façon de communiquer et de recevoir les messages. Une mauvaise communication induit systématiquement à un mauvais contrôle interne.

Il importe donc au moment de l'audit d'être vigilent sur les points suivants :

 

la présentation physique

Au début de l'entretien :

l'attitude

la correction et le respect de l'interlocuteur

 

l'attitude et le rythme de l'enquête

l'ordre et la méthode

la souplesse

Pendant le déroulement de l'entretien

l'impartialité et l'objectivité

l'empathie et la sympathie

 

l'ouverture et la franchise

le recoupement des réponses

les notes

le cadre de l'entretien

KARAFI BISSAM

la franchise • le recoupement des réponses • les notes • le cadre de l'entretien KARAFI
la franchise • le recoupement des réponses • les notes • le cadre de l'entretien KARAFI
la franchise • le recoupement des réponses • les notes • le cadre de l'entretien KARAFI
Mémoire de fin d’étude   • un rapport impersonnel • les recommandations A la fin

Mémoire de fin d’étude

 

un rapport impersonnel

les recommandations

A

la fin de l'enquête

le bénéfice du doute

 

la surprise

l'observation mineure

 

les informations spontanées

l'auto-recommandation

les situations particulières

les conflits internes

les diversions

le camouflage

1. L'attitude clé réside dans la formulation, la reformulation, et

la manière de poser les questions :

L'attitude clé réside dans la formulation, la reformulation, et la manière de poser les questions :
L'attitude clé réside dans la formulation, la reformulation, et la manière de poser les questions :
L'attitude clé réside dans la formulation, la reformulation, et la manière de poser les questions :

KARAFI BISSAM

L'attitude clé réside dans la formulation, la reformulation, et la manière de poser les questions :
L'attitude clé réside dans la formulation, la reformulation, et la manière de poser les questions :
L'attitude clé réside dans la formulation, la reformulation, et la manière de poser les questions :
Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM

Mémoire de fin d’étude

Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM

KARAFI BISSAM

Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude = > Il importe avant tout de recueillir les faits c

Mémoire de fin d’étude

= > Il importe avant tout de recueillir les faits

= > Il importe avant tout de recueillir les faits c l'observation • Descendre un processus
= > Il importe avant tout de recueillir les faits c l'observation • Descendre un processus
= > Il importe avant tout de recueillir les faits c l'observation • Descendre un processus

c l'observation

Descendre un processus ou un flux matière / produit

Remonter un processus ou le circuit d'un produit

Sonder les dossiers : un ou deux dossiers pris au hasard par l'auditeur

Sonder un dossier proposé par l'audité

Demander à l'audité de réaliser une action ou une suite d'actions prévues dans la procédure ou l'instruction. Technique à utiliser lorsque l'action prédéfinie est souvent réalisée

Observation instantanée : observer le déroulement d'une opération

Suivre la manière dont les événements sont pris en compte pour faire évoluer le système qualité

Efficacité et efficience :

o

KARAFI BISSAM

ements sont pris en compte pour faire évoluer le système qualité • Efficacité et efficience :
ements sont pris en compte pour faire évoluer le système qualité • Efficacité et efficience :
ements sont pris en compte pour faire évoluer le système qualité • Efficacité et efficience :
Mémoire de fin d’étude o Efficience = rendement satisfaisan t qui implique les notions de

Mémoire de fin d’étude

o Efficience = rendement satisfaisant qui implique les notions de performance, d'économie et d'optimisation

4-2Analyse du contrôle interne mis en place par la CAC :

L’analyse du système de contrôle interne du circuit achat intervient après la prise de connaissance des sources significatives d’information.

Cette analyse permet au réviseur, grâce à un grand nombre d’interrogations précises de dégager d’une part, les sécurités qui garantissent la bonne comptabilisation des opérations et d’autre part de détecter les défaillances qui font naître un risque d’erreur ou de fraude.

Les contrôles spécifiques, mis en place par l’entreprise pour assurer un traitement fiable des données comptables du circuit achat, sont conçus pour atteindre les huit objectifs suivants relatifs au traitement des données :

Les séparations de fonctions sont suffisantes. Tous les achats de l’entreprise sont correctement autorisés et comptabilisés. Les achats comptabilisés correspondent à des dépenses réelles de l’entreprise. Ces dépenses sont faites dans l’intérêt de l’entreprise et conformément à son objet. Tous les achats enregistrés sont faits dans l’intérêt de l’entreprise et conformément à son objet . Tous les avoirs à obtenir sont enregistrés. Toutes les dettes fournisseurs concernant les marchandises et services reçues sont enregistrées dans la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.

la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.
la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.
la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.
la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.
la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.
la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.
la bonne période. Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis.

KARAFI BISSAM

Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis. KARAFI BISSAM
Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis. KARAFI BISSAM
Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement suivis. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Avant de procéder à l’analyse et l’éval uation préliminaire mise en

Mémoire de fin d’étude Avant de procéder à l’analyse et l’évaluation préliminaire mise en place par la CAC, il convient d’examiner la séparation des taches et de déterminer les facteurs de risques inhérents à l’activité donnant lieu à des erreurs indépendamment de l’existence du contrôle .

des erreurs indépendamment de l’existence du contrôle . La séparation de fonctions : Les opérations concernant

La séparation de fonctions :

Les opérations concernant la demande d’achat, la passation de commande, la réception des pièces, le règlement, le traitement informatique et l’enregistrement en comptabilité générale doivent être séparées de façon appropriée pour que tous les objectifs de contrôle soient atteints.

Apprécier la séparation de fonctions en ce qui concerne :

Emission des demandes d’achats. Etablissements des commandes. Autorisation des commandes Réception des pièces de rechange ou de service Comparaison quantitatives et qualitatives des pièces de rechange ou services reçus avec la commande. Comparaison facture/bon de commende Imputation comptable Vérification de l’imputation comptable Contrôle des factures Suivi des avoirs à recevoir Tenue du journal achat Tenue de l’inventaire permanent Tenue des comptes individuels fournisseurs. Rapprochement des relevés fournisseurs avec les comptes Rapprochement du compte collectif fournisseur avec la balance fournisseur Centralisation du journal d’achats Signature des chèques Envoi des chèques Acceptation des traites Tenue du journal des effets à payer Tenue du journal de trésorerie

KARAFI BISSAM

Acceptation des traites Tenue du journal des effets à payer Tenue du journal de trésorerie KARAFI
Acceptation des traites Tenue du journal des effets à payer Tenue du journal de trésorerie KARAFI
Acceptation des traites Tenue du journal des effets à payer Tenue du journal de trésorerie KARAFI
Mémoire de fin d’étude Une séparation de tache adéquate diminue la possibilité d’erreurs ou d’irrégularité

Mémoire de fin d’étude

Une séparation de tache adéquate diminue la possibilité d’erreurs ou d’irrégularité non détectées, en prévoyant des traitements séparés réalisés par des personnes différentes lors des diverses étapes d’une opération, ainsi qu’une supervision des travaux effectués.

Il s’agit alors de

répondant aux questions suivantes

s’assurer du respect du principe de séparation de taches en

Questions

Réponses

Qui décide du montant des approvisionnements ?

RA

Qui signe les bons de commandes ?

Directeur du département de PR

Qui reçoit les marchandises ?

Magasin

Qui vise les autorisations de règlement ?

RA

Qui établit les chèques ou les effets en règlement du fournisseur ?

Comptable

Qui signe les effets ou chèques ?

DG

Qui enregistre les factures fournisseurs en comptabilité ?

Comptable

Qui enregistre les règlements en comptabilité ?

Comptable

DG :directeur général RA :responsable des achats

Conclusion :

Les personnes chargées des règlements (c’est à dire, celles qui autorisent, émettent et signent les chèques, ne sont pas impliquées dans les fonctions d’achats, de réception de marchandises ou de comptabilisation). Par conséquent, le principe de séparation de taches est de manière générale respectée.

KARAFI BISSAM

Par conséquent, le principe de séparation de taches est de manière générale respectée. KARAFI BISSAM
Par conséquent, le principe de séparation de taches est de manière générale respectée. KARAFI BISSAM
Par conséquent, le principe de séparation de taches est de manière générale respectée. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Les facteurs de risques liés à l’activité sont les suivants :

Mémoire de fin d’étude

Les facteurs de risques liés à l’activité sont les suivants :

Le volume de pièces de rechange acheté est élevé. Il y a une grande diversité dans la nature des pièces et fournitures reçues. La structure de tarification est complexe (de nombreux facteurs interviennent dans la facturation, la variation du taux de change, fret, droit de douane.

la va riation du taux de change, fret, droit de douane. Guide d’évaluation : Dans un
la va riation du taux de change, fret, droit de douane. Guide d’évaluation : Dans un

Guide d’évaluation :

Dans un cycle d’achat classique, les huit objectifs de contrôle et les exemples de questions qui nous aident à déterminer les endroits ou des contrôles sont nécessaires .

Objectifs du contrôle :

Tous les achats sont comptabilisés

Considérations de contrôles :

Il existe des procédures pour empêcher ou détecter la non-comptabilisation dans les livres de dettes vis à vis des fournisseurs pour les marchandises ou des services reçues, ou des créances sur des fournisseurs pour des marchandises ou des services refusés .

Exemple de question :

Quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour :

S’agissant des achats :

S’assurer qu’un bon de réception est émis pour toutes marchandises reçues? S’assurer que tous les achats de pièces ou de services sont comptabilisés dans le journal des achats . S’assurer que le service achat est informé chaque fois que des marchandises ou des services sont reçues par la société.

KARAFI BISSAM

service achat est informé chaque fois que des marchandises ou des services sont reçues par la
service achat est informé chaque fois que des marchandises ou des services sont reçues par la
service achat est informé chaque fois que des marchandises ou des services sont reçues par la
S’agissant des achats refusés : Mémoire de fin d’étude S ’assurer qu’un document est ém

S’agissant des achats refusés :

Mémoire de fin d’étude

S ’assurer qu’un document est émis pour toute marchandise non acceptée lors de la livraison ou retournée au fournisseur après livraison .

S’assurer que le service achat est informé chaque fois que les marchandises sont refusées ou que des prestations de services rendues

à la société

ne sont pas acceptées.

S’assurer que des demandes d’avoirs sont émises chaque fois que des marchandises ou des prestations de services sont refusées ou retournées.

Objectif de contrôle :

Tous les achats comptabilisés sont réels

Considération de contrôle :

Il existe des procédures pour s’assurer que les achats fictifs, des retours sur achats fictifs, ou des achats dont l’objet ne correspond pas à l’activité de l’entreprise ne sont pas comptabilisés dans les livres, ou que des achats et retours ne sont pas comptabilisés plusieurs fois.

Exemples de question :

Quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour :

S’agissant des achats :

S’assurer qu’il n’existe pas d’achats de marchandises ou de prestations de services ne correspondant pas à l’activité de l’entreprise. S’assurer que les magasiniers n’acceptent pas des marchandises non commandées. S’assurer que les marchandises ne sont pas acceptées sans contrôle des quantités et de qualité . S’assurer les magasiniers n’émettent pas des bons de réception quand les marchandises n’ont pas été reçues .

KARAFI BISSAM

magasiniers n’émette nt pas des bons de réception quand les marchandises n’ont pas été reçues .
magasiniers n’émette nt pas des bons de réception quand les marchandises n’ont pas été reçues .
magasiniers n’émette nt pas des bons de réception quand les marchandises n’ont pas été reçues .
Mémoire de fin d’étude S’assurer que les factures fournisse urs ne comportent pas d’erreurs concernant

Mémoire de fin d’étude

S’assurer que les factures fournisseurs ne comportent pas d’erreurs concernant les quantités de marchandises reçues, les services rendues ou les dates de règlement etc. S’assurer que la comptabilité fournisseur ne comptabilise une dette sans que les marchandises ou les prestations de services n’aient été reçues. S ‘assurer que la comptabilité fournisseurs ne comptabilise pas deux fois une même facture.

S’agissant des achats refusés

S’assurer que les demandes d’avoirs ne sont émises sans raison . S’assurer qu’il n’y a pas d’erreur dans les demandes d’avoirs concernant les quantités de marchandises ou les services refusés. S’assurer qu’il n’y a pas d’émission de plusieurs demandes d’avoir pour la même opération. S’assurer que les différences entre les demandes d’avoirs et les avoirs correspondants des fournisseurs sont détectées et analysées.

Objectifs de contrôle :

Tous les achats comptabilisés

sont correctement évalués.

Considérations de contrôle :

Il existe des procédures pour s’assurer que les achats et les retours sur achats ne sont pas évalués à des montants erronés.

Exemples de questions :

Quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour :

S’assurer que les prix unitaires sur les factures des fournisseurs, sur les demandes d’avoirs, et sur les avoirs des fournisseurs ne sont pas erronés . S’assurer que la multiplication des quantités par les prix unitaires est exacte . S’assurer qu’il n’existe pas d’erreurs de calcul dans les autres éléments monétaires figurant sur les facteurs des fournisseurs, des demandes d’avoirs, et les avoirs des fournisseurs, tels que les escomptes pour règlement comptant, la TVA, et les déductions des avances ou dépôts.

KARAFI BISSAM

tels que les escomptes pour règlement comptant, la TVA, et le s déductions des avances ou
tels que les escomptes pour règlement comptant, la TVA, et le s déductions des avances ou
tels que les escomptes pour règlement comptant, la TVA, et le s déductions des avances ou
Mémoire de fin d’étude S’assurer qu’il n’y a pas d’erreur d’ addition dans les factures

Mémoire de fin d’étude

S’assurer qu’il n’y a pas d’erreur d’addition dans les factures des fournisseurs, dans les demandes d’avoirs, et dans les avoirs des fournisseurs.

objectifs de contrôle :

Tous les achats sont comptabilisés dans la bonne période.

Considérations de contrôle :

Il existe des procédures pour s’assurer que les achats, les retours sur achats, et les dettes correspondantes ne sont pas comptabilisées dans la mauvaise période.

Exemples de questions :

Quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour :

S’assurer que le service fournisseur est informé rapidement chaque fois que les marchandises ou les prestations de services sont reçues ou que des marchandises ou des prestations de services sont reçues ou que des marchandises ou des prestations de services sont refusées.

S’assurer que les bons de réception, les factures fournisseurs, les demandes d’avoirs et les fichiers de données reflètent les dates réelles des opérations(par exemple la date de réception).

S’assurer que les réceptions et les refus de marchandises ou de prestations sont enregistrées sans délai.

S’assurer que les informations relatives à la séparation des exercices sont obtenues et utilisées.

_ objectif de contrôle :

Tous les achats comptabilisés sont correctement imputés.

considération de contrôle :

KARAFI BISSAM

de contrôle : Tous les achats comptabilisés sont correctement imputés. considération de contrôle : KARAFI BISSAM
de contrôle : Tous les achats comptabilisés sont correctement imputés. considération de contrôle : KARAFI BISSAM
de contrôle : Tous les achats comptabilisés sont correctement imputés. considération de contrôle : KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Il existe des procédures pour s’assurer qu e les achats et

Mémoire de fin d’étude Il existe des procédures pour s’assurer que les achats et les retours sur achats sont débités et crédités aux bons de comptes du grand livre et de la comptabilité auxiliaire.

exemples de questions :

quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour :

s’assurer qu’il n’y a pas, sur les factures et sur les avoirs des fournisseurs, d’erreurs dans la description des marchandises et des prestations reçues. s’assurer qu’il n’y pas, dans les demandes d’avoirs, d’erreurs dans la description des marchandises ou des prestations refusées ainsi que dans les noms des fournisseurs. S’assurer qu’il n’y a pas d’erreurs de codification des achats et des retours sur achats pour imputation aux comptes du grand livre, tels que les achats de pièce de rechange.

objectif de contrôle :

Tous les achats comptabilisées sont correctement totalisés .

considérations de contrôle :

il existe des procédures pour s’assurer que les débits et crédits des journaux liés aux achats et aux retours sur achats sont correctement totalisés .

Exemple de questions :

quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour :

s’assurer qu’il n y a pas d’erreurs de totalisation des achat (par exemple ,dans les sous totaux et totaux du journal des achats) .

objectif de contrôle :

tous les achats comptabilisés sont correctement enregistrés et centralisés :

considérations de contrôle :

il existe des procédures pour s’assurer que les totaux des achats(ou du journal des achats)sont correctement reportés sur le grand livre.

Exemples de questions :

KARAFI BISSAM

des achats(ou du journal des achats)sont correctement reportés sur le grand livre. Exemples de questions :
des achats(ou du journal des achats)sont correctement reportés sur le grand livre. Exemples de questions :
des achats(ou du journal des achats)sont correctement reportés sur le grand livre. Exemples de questions :
Mémoire de fin d’étude Quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par

Mémoire de fin d’étude Quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour :

S’assurer qu’il n’ya pas d’erreurs de centralisation des fichiers achats(ou journal des achats) au grand livre . S ‘assurer qu’il n’y a pas de double enregistrement ou centralisation dans le grand livre ou en comptabilité auxiliaire

KARAFI BISSAM

n’y a pas de double enregistrement ou centralisation dans le grand livre ou en comptabilité auxiliaire
n’y a pas de double enregistrement ou centralisation dans le grand livre ou en comptabilité auxiliaire
n’y a pas de double enregistrement ou centralisation dans le grand livre ou en comptabilité auxiliaire
Mémoire de fin d’étude 4-3 Evaluation définitive du contrôle interne : Après application du test

Mémoire de fin d’étude

4-3 Evaluation définitive du contrôle interne :

Après application du test de permanence ,il ressort que les forces dégagées au titre de l’évaluation préliminaire du contrôle interne sont des atouts du cycle achats fournisseur . L’examen des procédures comptables et du système du contrôle interne a permis de déceler des défaillances qui nécessitent des améliorations.

Je mets en exergue les plus significatifs :

Procédure de mise en concurrence systématique et formalisée des fournisseurs locaux. Rapprochement entre les achats budgétés et ceux réalisés. Enregistrement manuel des réceptions sur le registre des entrées. Contrôle sur les cadeaux.

L’évaluation de chacune des procédures ci dessous fait ressortir des faiblesses pour lesquelles des recommandations s’imposent :

pour lesquelles des recommandations s’imposent : Procédure de mise en concurrence systématique et

Procédure de mise en concurrence systématique et formalisée des

fournisseurs :

La centrale automobile chérifienne procède fréquemment à des consultations de fournisseurs (pour les achats locaux). Elle ne s’assure pas d’effectuer les achats aux conditions optimales.

Recommandations :

Il est nécessaire de procéder à des consultations périodiques d’au moins trois fournisseurs pour les principaux produits. les devis conçus doivent être portés dans un tableau comparatif des différentes conditions obtenues. Ce tableau est accompagné des devis afin de s’en servir de support pour le choix du fournisseur. Dans ce même sens ,certains fichiers peuvent servir de tableau de bord :

Fichier fournisseur :

Listing des fournisseurs répertoriés (une page par produit acheté, un fournisseur par ligne)

KARAFI BISSAM

: Listing des fournisseurs répertoriés (une page par produit acheté, un fournisseur par ligne) KARAFI BISSAM
: Listing des fournisseurs répertoriés (une page par produit acheté, un fournisseur par ligne) KARAFI BISSAM
: Listing des fournisseurs répertoriés (une page par produit acheté, un fournisseur par ligne) KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Listing des produits(une page par fournisseur, un produit par ligne, avec

Mémoire de fin d’étude Listing des produits(une page par fournisseur, un produit par ligne, avec la capacité de production.

Fichier prix :

Pour chaque produit(une page par fournisseur) la quantité passée en commande, et la date de la commande. La comparaison des prix proposées par les fournisseurs. L’acheteur devrait être au courant des prix des produits ,il devra développer une sensibilité du marché en amont. Cette sensibilité lui permettra non seulement d’informer son aval en temps réel mais aussi d’acheter aux meilleurs moments et avec les meilleurs arguments.

aux meilleurs mo ments et avec les meilleurs arguments. Rapprochement entre les acha ts budgétés et

Rapprochement entre les achats budgétés et ceux réalisés.

Faiblesse :

Le budget achat établi par la CAC est un budget global, de ce fait ,le rapprochement entre le budget et les achats réel ne permet pas de donner une visualisation de l’écart.

Recommandations :

Il serait plus judicieux de ventiler le budget d’achats en sous budgets . Absence de contrôle sur le suivi séquentiel des bons de réception sur le registre des entrées.

Les entrées doivent être pré numérotées et notées sur le registre des entrées selon un ordre chronologique de façon à ce que le magasinier puisse les vérifier en permanence .

Faiblesses :

Absence de contrôle sur les cadeaux .

Risques existant :

Possibilités d’une entente qui handicape la réalisation des achats dans des conditions optimales .

Recommandations :

Instaurer au sein de la société un système de contrôle concernant les achats .

KARAFI BISSAM

. Recommandations : Instaurer au sein de la société un syst ème de contrôle concernant les
. Recommandations : Instaurer au sein de la société un syst ème de contrôle concernant les
. Recommandations : Instaurer au sein de la société un syst ème de contrôle concernant les
Mémoire de fin d’étude Partant de la démarche appliquée au moment du contrôle in terne

Mémoire de fin d’étude

Partant de la démarche appliquée au moment du contrôle in terne ,j’ai tenté d’assimiler la démarche d’audit relative au circuit achats à travers un cas pratique.

Ceci a permis d’approcher les étapes de cette démarche à savoir ,la prise de connaissance des contrôles mis en place par la centrale automobile chérifienne, l’analyse de ces contrôles ,leurs évaluations et la proposition des mesures correctives.

L’intérêt de cette partie est de répondre au pourquoi ,quand, et comment ?

Il ne faut pas perdre de vue qu’un audit s’adresse aux faits ,procédures et non aux personnes et pourtant ,un audit implique toujours des personnes dont le travail est vérifié.

KARAFI BISSAM

et non aux personnes et pourtant ,un audit implique toujours des personnes dont le travail est
et non aux personnes et pourtant ,un audit implique toujours des personnes dont le travail est
et non aux personnes et pourtant ,un audit implique toujours des personnes dont le travail est
Mémoire de fin d’étude Sujet traité : Objectif du manuel de procédures Toute entreprise, toute

Mémoire de fin d’étude

Sujet traité : Objectif du manuel de procédures

Toute entreprise, toute direction a décidé à un moment donné de son évolution de rédiger son manuel de procédures.

Par procédures, il faut entendre principalement les consignes d’exécution des taches, les documents utilisés, leur contenu, leur diffusion et leur conservation, les autorisations et approbations, la saisie et le traitement des informations nécessaires à la vie de l’entreprise et à son contrôle.

Le présent manuel de procédures a pour objet de permettre la compréhension du système de traitement des informations nécessaires à la vie de l’entreprise et à son contrôle.

KARAFI BISSAM

du système de traitement des informations néce ssaires à la vie de l’ entreprise et à
du système de traitement des informations néce ssaires à la vie de l’ entreprise et à
du système de traitement des informations néce ssaires à la vie de l’ entreprise et à
Mémoire de fin d’étude Sujet traité : Représentation du cycle achat Cycle achats/fournisseurs/décaissement :

Mémoire de fin d’étude

Sujet traité :Représentation du cycle achat

Cycle achats/fournisseurs/décaissement :

Evaluation des besoins Choix du fournisseur offrant le meilleur rapport qualité /prix Passation des commandes aux fournisseurs Contrôle des réceptions Vérification des pièces justificatives Imputation des factures d’achat Mise à jour des états des stocks Etablissement des titres de paiement Gestion des comptes fournisseurs Etablissement de la balance fournisseur

KARAFI BISSAM

des titres de paiement Gestion des comptes fournisseurs Etablissement de la balance fournisseur KARAFI BISSAM
des titres de paiement Gestion des comptes fournisseurs Etablissement de la balance fournisseur KARAFI BISSAM
des titres de paiement Gestion des comptes fournisseurs Etablissement de la balance fournisseur KARAFI BISSAM
KARAFI BISSAM Mémoire de fin d’étude

KARAFI BISSAM

Mémoire de fin d’étude

KARAFI BISSAM Mémoire de fin d’étude
KARAFI BISSAM Mémoire de fin d’étude
KARAFI BISSAM Mémoire de fin d’étude
Mémoire de fin d’étude Sujet traité : Achat :Principes généraux La procédure des achats varie

Mémoire de fin d’étude

Sujet traité :Achat :Principes généraux

La procédure des achats varie selon la nature des produits achetés :

Pièce de rechange Marchandises Fournitures de bureau et divers

La procédure peut varier même au niveau des achats de la même catégorie. il ya lieu de faire la distinction entre :

Les achats locaux Les achats import

KARAFI BISSAM

la même catégorie. il ya lieu de faire la distinction entre : Les achats locaux Les
la même catégorie. il ya lieu de faire la distinction entre : Les achats locaux Les
la même catégorie. il ya lieu de faire la distinction entre : Les achats locaux Les
Mémoire de fin d’étude DESCRIPTION SYNTHIQUE OBJET DE LA PROCEDURE : Décrire les différentes étapes

Mémoire de fin d’étude

DESCRIPTION SYNTHIQUE

OBJET DE LA PROCEDURE :

Décrire les différentes étapes du processus d’achat et les moyens à mettre en œuvre pour le réussir.

Charte des achats

Pouvoirs Procédures Politique d’engagements d’achats contractuelle Achats des Achats de pièces Achats de
Pouvoirs
Procédures
Politique
d’engagements
d’achats
contractuelle
Achats des
Achats de pièces
Achats de
Achats de
travaux
prestations
services
Achats en
Achats
Sous- traitance
d’externalisation

KARAFI BISSAM

de Achats de travaux prestations services Achats en Achats Sous- traitance d’externalisation KARAFI BISSAM
de Achats de travaux prestations services Achats en Achats Sous- traitance d’externalisation KARAFI BISSAM
de Achats de travaux prestations services Achats en Achats Sous- traitance d’externalisation KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Intervenants internes Intervenants externes Le département de pièce de rechange

Mémoire de fin d’étude

Intervenants internes

Intervenants externes

Le département de pièce de rechange

Transitaire

La direction technique

La douane

Le département financier

L’assurance

 

Le transporteur

Evénement déclencheur

Résultat attendu

La commande

La satisfaction de la commande en terme de (délai, qualité du service, prix).

KARAFI BISSAM

La commande La satisfac tion de la commande en terme de (délai, qualité du service, prix).
La commande La satisfac tion de la commande en terme de (délai, qualité du service, prix).
La commande La satisfac tion de la commande en terme de (délai, qualité du service, prix).
Mémoire de fin d’étude DESCRIPTION DETAILLEE Phase Référence Exprimer le besoin d’achat A001

Mémoire de fin d’étude

DESCRIPTION DETAILLEE

Phase

Référence

Exprimer le besoin d’achat

A001

Analyser le besoin d’achat

A002

Passation de la commande

A003

Réception de la commande

A004

Réception des factures

A005

Analyse des reliquats

A006

KARAFI BISSAM

Réception de la commande A004 Réception des factures A005 Analyse des reliquats A006 KARAFI BISSAM
Réception de la commande A004 Réception des factures A005 Analyse des reliquats A006 KARAFI BISSAM
Réception de la commande A004 Réception des factures A005 Analyse des reliquats A006 KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude Descriptif des phases AOO1-Déclenchement du besoin - demande d’achat- : Il

Mémoire de fin d’étude

Descriptif des phases

AOO1-Déclenchement du besoin - demande d’achat- :

Il s’agit des Achats de pièce de rechange et accessoire des véhicules. Achats des travaux. Achats de matériels. Achats de prestations. Achats de services.

Cette demande peut émaner du service technique, concessionnaires, clients divers ou bien des autres services de l’entreprise.

Il faut bien préciser que la démarche est pratiquement la même pour les achats de travaux, matériels, prestations, services. Les achats de pièces de rechange présente une certaine particularité.

Demande d’achat d’article : pièce de rechange et accessoire du véhicule :

D’abord il convient de distinguer 3 types de clients pour les pièces de rechange .

Le réseau concessionnaire.

L’atelier. Les Clients divers (client au comptoir, revendeur, garagiste).

L’atelier. Les Clients divers (client au comptoir, revendeur, garagiste).

1.Le réseau concessionnaire :

Avant la passation de la commande, le client peut demander un devis. La demande est reçue par l’agent au comptoir .ce dernière consulte sur système la disponibilité des pièces et des prix.

KARAFI BISSAM

par l’agent au comp toir .ce dernière consulte sur système la disponibilité des pièces et des
par l’agent au comp toir .ce dernière consulte sur système la disponibilité des pièces et des
par l’agent au comp toir .ce dernière consulte sur système la disponibilité des pièces et des
Mémoire de fin d’étude L’agent doit viser le devis avant son envoi au client. Pour

Mémoire de fin d’étude L’agent doit viser le devis avant son envoi au client. Pour les montants significatifs, les devis doivent être visés par le directeur du département. Cette procédure est la même pour tous les clients.

Le point de départ de l’opération est le bon de commande. Ce dernier est envoyé par fax ou par courrier au service « vente au comptoir.

Un des agents du service procède à une consultation sur le système pour vérifier ou compléter les références des pièces commandées et leurs disponibilités. Dans ce cas de figure, il se pose deux hypothèses :

Hypothése1 : l’article existe en magasin en quantité suffisante.

Hypothèse 2 : l’article en question n’existe pas, ou existe en quantité insuffisante.

En cas de disponibilité des pièces, l’agent remet le bon de commande au service magasinier. ce dernier s’occupe de la préparation des colis.

Dans le cas ou les pièces ne sont pas disponibles en stock, l’agent du comptoir informe le concessionnaire et lui demande de lui confirmer à nouveau sa commande. celle ci prend la forme d’un nouveau bon de commande.

Ensuite, le bon de commande est retourné à l’agent du comptoir pour l’édition automatique de la facture client.(celle ci est établie en 3 exemplaires de 3 couleurs différentes : jaune, rouge et blanche).

La facture jaune est conservée par le magasinier, elle est nécessaire pour

procéder à la sortie

des articles du magasin.

Les pièces sont ensuite envoyées au client concessionnaire par le biais d’un transporteur.

La facture rouge est transmise à la comptabilité. Enfin la facture blanche est remise au client après avoir été cachetée et signée par l’agent au comptoir.

Par ailleurs, le magasinier réalise quotidiennement un rapprochement entre l’ensemble des factures de la journée avec l’état récapitulatif des factures que le système informatique permet d’éditer.

Une fois la facture est éditée, la mise à jour des stocks se fait automatiquement.

KARAFI BISSAM

permet d’éditer. Une fois la facture est édit ée, la mise à jour des stoc ks
permet d’éditer. Une fois la facture est édit ée, la mise à jour des stoc ks
permet d’éditer. Une fois la facture est édit ée, la mise à jour des stoc ks
2.les clients divers : Mémoire de fin d’étude Les clients divers sont composés des clients

2.les clients divers :

Mémoire de fin d’étude

Les clients divers sont composés des clients au comptant et des clients en compte.

Les clients en comptant sont des clients qui paient au comptant leurs achats d’articles.

Les clients en compte sont des clients avec qui la centrale automobile chérifienne a conclu des accords spéciaux. Il s’agit des sociétés de leasing, de location……ces clients disposent d’un délai de règlement de 30 jours.

Les bons de commande des clients en compte doivent impérativement contenir le numéro de compte et le cachet de la société.

Il arrive que le client précise le nom de la personne qui va récupérer la pièce en question. Dans ce cas, le bon de commande doit comporter le numéro de la CIN de la personne chargée de la réception des articles. Cette opération n’est pas toujours systématique une personne connue par les agents du comptoir ne présente pas sa CIN.

Ensuite la commande est traitée de la même manière que pour la vente au concessionnaire Toutefois, en cas de non disponibilité des pièces, le client doit faire une avance de 50% sur le montant global de la commande. Ensuite l’agent au comptoir passe la commande et remplit un cahier des commandes. La facture doit contenir le visa de la personne ayant récupéré les articles ainsi que le cachet et la signature du vendeur.

3.l’atelier

Il convient de distinguer les pièces à forte rotation et les pièces à faible rotation.

Les articles à faible rotation :

Pour procéder aux travaux de réparation de l’atelier exprime un besoin en pièces de rechange.

KARAFI BISSAM

: Pour procéder aux travaux de réparation de l’atelier exprime un besoin en pièces de rechange.
: Pour procéder aux travaux de réparation de l’atelier exprime un besoin en pièces de rechange.
: Pour procéder aux travaux de réparation de l’atelier exprime un besoin en pièces de rechange.
Mémoire de fin d’étude Ce besoin est matéria lisé sous la forme d’un ordre de

Mémoire de fin d’étude Ce besoin est matérialisé sous la forme d’un ordre de réparation. Cet ordre de réparation doit être signé par le chef d’atelier, le directeur technique

et le magasinier de l’atelier. Cet ordre comporte un certain nombre

d’informations : la désignation, la référence, la quantité.

Cet ordre est ensuite transmis au magasinier. ce dernier consulte le système pour savoir la disponibilité des articles demandés.

Dans l’affirmatif les pièces sont remises à un agent assurant le lien entre les 2 services (le piqueur). L’ordre de réparation ou le bon d’atelier est composé de 2 duplicata :1 jaune et un autre blanc. La copie blanche est gardée par le magasinier, la copie jaune est remise au piqueur.

A la fin de la journée, les OR sont transmis à une opératrice pour les saisir sur le

système. Cette opération permet la mise à jour des stocks.

Les articles à forte rotation :

Pour ce genre d’article CAC a mis en place un service appelé « magasin service expresse» ce service a pour vocation de répondre rapidement aux besoins des clients. les besoins du service sont préalablement définis. en effet ,une série d’articles jugés à forte rotation à été paramétrée dans le système.

Le besoin du service est calculé d’une façon hebdomadaire. Le responsable des ventes vérifie sur le système l’état de stock du service express.

Pour chaque référence un stock minimum et un stock maximum ont été définis.

Si à la consultation du système on s’aperçoit que le stock minimum est atteint,

un ordre de transfert est automatiquement édité par le système. Il est ensuite

transmis au magasinier qui prépare la commande.

Enfin le magasinier du service express et le magasinier du service PDR procèdent tous les deux au pointage de la liste des pièces physiques avec les ordres de transfert.

KARAFI BISSAM

R procèdent tous les deux au pointage de la liste de s pièces physiques avec les
R procèdent tous les deux au pointage de la liste de s pièces physiques avec les
R procèdent tous les deux au pointage de la liste de s pièces physiques avec les
Mémoire de fin d’étude AOO2-Passation de la commande : La demande d’achat : Dans cette

Mémoire de fin d’étude

AOO2-Passation de la commande :

La demande d’achat :

Dans cette étape, le magasinier déclenche l’opération d’achat en opérant sur le système informatique une demande d’achat, adressée au service des achats. Lorsque le service d’achat reçoit la demande d’achat, il réalise une série d’opérations avant d’établir le bon de commande et l’envoyer définitivement au fournisseur.

Il faut bien préciser que ces étapes concernent surtout les achats locaux. Car les

achats de pièces de rechange en import sont réglementés selon les protocoles qui

lient la CAC avec les maisons mères.

La collecte d’information sur le produit commandé :

Le rôle du responsable d’achat, consiste à ce niveau à chercher l’ensemble des fournisseurs qui commercialisent ce type de produit, également les prix pratiqués sur le marché et la qualité disponible.

La collecte d’information sur le fournisseur.

La comparaison et la sélection du fournisseur.

A

partir des informations collectées sur chaque fournisseur, on passe au choix de

la

meilleure offre, ce choix dépend du degré d’importance de chaque critère de

sélection.

La négociation :

On relève 2 grandes étapes principales dans une négociation à savoir :

Première étape : elle concerne surtout le prix, la qualité et le délai de livraison…

Deuxième étape : elle concerne le choix du mode de paiement.

KARAFI BISSAM

la qualité et le délai de livraison… Deuxième étape : elle concerne le choix du mode
la qualité et le délai de livraison… Deuxième étape : elle concerne le choix du mode
la qualité et le délai de livraison… Deuxième étape : elle concerne le choix du mode
Mémoire de fin d’étude Ces deux étapes concernent aussi bien l’achat local que l’achat en

Mémoire de fin d’étude Ces deux étapes concernent aussi bien l’achat local que l’achat en import, la seule différence réside dans les formalités de dédouanement, mode de paiement, Incoterms…. Une fois ces questions sont résolues, le service achat établit un bon de commande.

A003-Réception de la commande :

Le bon de livraison :(pour les achats locaux)

C’est un document établit par le fournisseur et signé par le magasinier qui accuse réception de la marchandise, et vérifie également son exactitude et sa conformité aux éléments du bon de commande et de la demande d’achat.

Le bon de réception (pour les achats locaux et les achats en import) :

Une fois le contrôle de la marchandise est terminé, le magasinier signe le bon de réception Pour la marchandise qu’il a reçue avec ces observations et ces remarques.

A004-Réception de la facture :

La facture est reçue par courrier ou par anticipation par fax. Arrivée au service achat, la facture est classée par fournisseur, le responsable procède au rapprochement de la facture avec le (BC, BR) en cas achat import et avec le (BL, BC, BR)

En cas d’achat locaux. Il compare et contrôle les montants, notamment les prix qui doivent être conformes aux prix négociés.

KARAFI BISSAM

Il compare et contrôle les montants, notamment les prix qui doivent être conformes aux prix négociés.
Il compare et contrôle les montants, notamment les prix qui doivent être conformes aux prix négociés.
Il compare et contrôle les montants, notamment les prix qui doivent être conformes aux prix négociés.
Mémoire de fin d’étude Lorsque la société importera un produit ,une pièce de l’étranger, le

Mémoire de fin d’étude

Lorsque la société importera un produit ,une pièce de l’étranger, le service achat transmet à l’agent une copie de la facture proforma. C’est une concrétisation de l’offre du vendeur. Elle est utilisée pour obtenir une autorisation d’import et effectuer les formalités nécessaires.

1- PREPARATION DE L’ENGAGEMENT D’IMPORTATION :

C’est un document établi en 5 exemplaires signés par la CAC et domicilié auprès d’une banque (intermédiaire agrée) permettant le passage en douane de la marchandise et son règlement financier.

Il doit contenir les renseignements suivants.

Nom, adresse, activité, et code de l’importateur.financier. Il doit contenir les renseignements suivants. Désignation, nomenclature, origine, provenance, poids, et

Désignation, nomenclature, origine, provenance, poids, et valeur globale de la marchandise.Nom, adresse, activité, et code de l’importateur. Le bureau de dédouanement. La date, le cachet et

Le bureau de dédouanement.provenance, poids, et valeur globale de la marchandise. La date, le cachet et la signature de

La date, le cachet et la signature de l’importateur.globale de la marchandise. Le bureau de dédouanement. Une fois préparé, ce document sera transmis, accompagné,

Une fois préparé, ce document sera transmis, accompagné, de la facture proforma et du bon de commande au service financier qui le transmettra à son tour à la banque pour qu’il soit endossé.

2-L’ARRIVE DES MARCHANDISES AU PORT:

Lorsque la marchandise arrive au port ,le transporteur envoie un avis d’arrivé de la marchandise par fax pour informer la société. En attendant que le transitaire vienne pour récupérer la marchandise du port, le transporteur la dépose dans ces magasins . La mission du service achat se réduit à assurer le suivi entre le transporteur et le transitaire .

3-CONSTITUTION DU DOSSIER IMPORT :

le dossier import doit comporter les documents suivants :

Facture fournisseur: le dossier import doit comporter les documents suivants : Assurance La facture transit La fiche

Assurancedoit comporter les documents suivants : Facture fournisseur La facture transit La fiche de liquidation de

La facture transitles documents suivants : Facture fournisseur Assurance La fiche de liquidation de douane. la facture transporteur.

La fiche de liquidation de douane.suivants : Facture fournisseur Assurance La facture transit la facture transporteur. A la fin ,le transitaire

la facture transporteur.La facture transit La fiche de liquidation de douane. A la fin ,le transitaire prend possession

A la fin ,le transitaire prend possession de la marchandise et termine les formalités douanières

par l’imputation de l’engagement d’importation de l’engagement d’importation qui sera remis au

responsable financier accompagnée de la facture définitive.

KARAFI BISSAM

d’importation qui sera remis au responsable financier accompagnée de la facture définitive. KARAFI BISSAM
d’importation qui sera remis au responsable financier accompagnée de la facture définitive. KARAFI BISSAM
d’importation qui sera remis au responsable financier accompagnée de la facture définitive. KARAFI BISSAM
Mémoire de fin d’étude A005-Paiement de la facture : A l’arrivée des 3documents (facture, BC

Mémoire de fin d’étude

A005-Paiement de la facture :

A l’arrivée des 3documents (facture, BC, BL) en cas d’achat local et les 2 documents (facture, BC) en cas d’achat import, le service comptable vérifie les conditions de forme et de fond pour le paiement de la facture et établit une autorisation de dépense signée par le directeur financier.

Une fois l’autorisation de dépense est signée ,le chèque ou l’effet sera établi pour être remis au directeur adjoint qui vérifie les conditions de paiements ,et met son aval sur l’autorisation de paiement.

Enfin le secrétaire général ou PDG signe le chèque ou l’effet après avoir vérifier les pièces justificatives, et remet les documents au service comptable pour envoyer le chèque ou l’effet au fournisseur et procéder à l’imputation comptable de l’opération de paiement.

Points importants à traiter dans la procédure d’achat :

Traitement des avoirs :

Les avoirs se présentent dans les cas suivants :

Erreur dans la saisie de la référence du client ou de la pièce. Retour de la pièce par le client. Retour de la pièce par l’atelier.

1- Erreur de saisie :

En ces d’erreur sur la référence du produit ou sur le code du client, la facture erronée est présentée au responsable des ventes de PDR .ce dernier oppose son visa sur la facture. La facture d’avoir est éditée et doit comporter le visa du responsable des ventes du PDR. Ce dernier paraphe la facture d’avoir et la remet pour visa au directeur du département. L’édition de la facture d’avoir permet une mise à jour des stocks.

KARAFI BISSAM

au directeur du département. L’édition de la facture d’avoir permet une mise à jour des stocks.
au directeur du département. L’édition de la facture d’avoir permet une mise à jour des stocks.
au directeur du département. L’édition de la facture d’avoir permet une mise à jour des stocks.
2- Retour d’article : Mémoire de fin d’étude Le retour d’article par un client doit

2- Retour d’article :

Mémoire de fin d’étude

Le retour d’article par un client doit être obligatoirement autorisé par le directeur du département. Ce dernier oppose son visa sur la facture et sur l’avoir. La suite de la procédure est identique à celle prévue dans le cas d’une erreur de saisie.

3- Avoir atelier :

L’avoir d’atelier est matérialisé par un bon d’atelier .ce dernier doit être visé par un certain nombre de personnes :

le chef d’atelier.

Le directeur technique.

Le magasinier des pièces de rechange.

Le responsable des ventes.

Le directeur du département pièce de rechange.

Le bon d’atelier est fait en 2 exemplaires de couleur différente : l’un est remis à l’opératrice pour saisie (le blanc), l’autre (le jaune) est gardé par l’atelier. La saisie faite par l’opératrice permet la mise à jour des stocks.

INDICATEURS

Identification

Quantification

Rotation

Taux de rotation de la pièce

Prévision de vente

Prévision du CA

Diversité des modèles

Nombre de modèles, nature d’article

KARAFI BISSAM

de vente Prévision du CA Diversité des modèles Nombre de modèles, nature d’article KARAFI BISSAM
de vente Prévision du CA Diversité des modèles Nombre de modèles, nature d’article KARAFI BISSAM
de vente Prévision du CA Diversité des modèles Nombre de modèles, nature d’article KARAFI BISSAM
ANNEXES Mémoire de fin d’étude DOCUMENTS ET SUPPORTS UTILISEES : Identification Usage Dossier import  

ANNEXES

Mémoire de fin d’étude

DOCUMENTS ET SUPPORTS

UTILISEES :

Identification

Usage

Dossier import

 

Bon de réception