Rapport annuel 2008

2
Sommaire
Pages
Billet du Président 3
Organisations partenaires 4
Billet du Directeur 5
Centre d’appui social et d’insertion (CASI) 6
Hébergement de nuit d’urgence 8
Service social et consultation (SSC) 10
Gestion de budget spécialiséer (GBS) 12
Consultation conjugale Lausanne, Orbe et Echallens 13
Ateliers d’insertion et Magasins (AIM) 14
Les Epiceries Caritas 15
Les Boutiques NiouLouke 16
Centrale alimentaire de la région lausannoise (CARL) 17
Bénévolat 18
Cours de français pour personnes migrantes 19
DUO 20
« Tout compte fait », une nouvelle mesure du secteur Bénévolat 20
Accompagner… la vie 21
Rapport Fiduciaire 22
Comptes : Bilan 23
Compte d’exploitation par projets 24
Compte d’exploitation par nature 26
Récapitulation des comptes annuels 27
Annexes aux comptes 28
Provenance des fonds 29
Provenance et utilisation des moyens 30
Organes 31
3
Billet du Président
Les réalisations et projets de Caritas Vaud furent légion en 2008 ; malheureusement la
pauvreté augmente et les moyens financiers viennent à manquer !
Nous sommes très heureux
d’avoir pu rouvrir, au prin-
temps, le Centre d’appui
social et d’insertion (CASI)
de Lausanne, au Chemin de
la Colline 6, et de réaliser le
déménagement du CASI de
Vevey dans des locaux plus
spacieux et fonctionnels, inaugurés lors de notre
Assemblée générale du 5 juin 2009. Le secteur
Bénévolat a brillamment obtenu la certification edu-
Qua le 22 mai ; son offre de cours de français s’est
enrichie sur Nyon, étendue sur Gland et installée
dans de nouveaux locaux à Yverdon.
Le 10 octobre, nous fêtions les 10 ans du Service
d’Aide Juridique aux Exilé-e-s (SAJE), une associa-
tion que nous soutenons avec quatre autres par-
tenaires. Elevé au niveau d’un véritable secteur en
2008, le Service social et consultation (SSC) décro-
chait, le même mois, la charge de la conduite d’un
projet visant à la création d’une ligne téléphonique
« Info Budget » et un important mandat du Canton
pour la lutte contre le surendettement.
Le 1
er
novembre, c’est le service de l’accompagne-
ment de personnes en fin de vie qui marquait ses 30
ans d’existence avec deux soirées à l’Espace cultu-
rel des Terreaux. A cette occasion, il se rebaptisait
« Accompagner…la vie » ! Durant ce même mois, les
communes de Veyey, Montreux et La Tour-de-Peilz
confirmaient les crédits nécessaires à la réalisation
et à l’exploitation du nouvel accueil de nuit, qui
s’ouvrira au printemps 2009.
Le 5 décembre, Caritas Vaud inaugurait sa 5ème
Epicerie à Renens. Le 20 décembre enfin, nous
avons achevé l’année en organisant l’action « un
million d’étoiles » à Lausanne, Yverdon et Nyon ;
un appel à la solidarité avec les pauvres du monde
entier, en Suisse et dans notre canton.
2008 voit aussi le renforcement de l’équipe de direc-
tion pour décharger le directeur et donner à chaque
secteur son propre patron. Avec 60 collaborateurs
salariés (= 40,5 postes entiers) et 375 collabora-
teurs bénévoles (= 20 personnes à 100 %) nous ne
pouvons plus conduire notre institution comme il y
a 10 ans ! Ainsi, aux côtés de Messieurs Yves Pom-
maz, responsable du secteur des CASI et accueil
de nuit, Patrick Bussmann, responsable du secteur
Atelier d’Insertion et Magasins et Gabriel Oguey,
responsable du secteur Administration, Madame
Tamara Kazadi a été nommée responsable du Ser-
vice social et consultation. Madame Christine Burki,
responsable du secteur Bénévolat, nous ayant mal-
heureusement quitté pour une nouvelle orientation
professionnelle, elle a été remplacée par Madame
Christine Müller Ulrich, et nous sommes très heu-
reux de pouvoir garantir, avec elle, les prestations
de cet important secteur.
La bonne volonté et la compétence de tous et
dans toutes nos actions sont importantes, mais il
faut aussi les moyens financiers de les réaliser et
d’en assurer l’exploitation. Or, nous avons connu
de mauvaises surprises en 2008. Pour les inves-
tissements, il manque toujours CHF 100’000.-
pour couvrir les réalisations, et ce malgré des
dons extraordinaires de la Loterie Romande de
CHF 470’000.-. Du côté des dons, il manque
également environ CHF 250’000.-. Grâce à nos
petites réserves, nous maintenons le déficit à
CHF 200’844.86 ; il reste néanmoins une partie
des investissements non couverts.
J’aimerais remercier tous ceux qui nous ont aidé
à concrétiser les réalisations et assurer le suivi des
prestations aux côtés des pauvres. Nous comptons
sur vous, chers amis, chers donateurs et collabora-
teurs salariés et bénévoles, pour la suite. La situation
actuelle nous demande encore davantage et nous
sommes reconnaissants de votre aide et dépen-
dants de votre soutien. Merci de votre effort au nom
de nos bénéficiaires.
Paul J. Zimmermann
Président
4
Organisations partenaires
Caritas Vaud est membre des institutions ci-dessous
L’association Caritas Suisse
La Coopérative Epicerie Caritas
La Fédération ecclésiastique catholique romaine du canton de Vaud (FEDEC-Vaud)
L’association SAJE (Service d’Aide Juridique aux Exilés)
La CARL (Centrale alimentaire de la région lausannoise)
Le Réseau ARCOS (Association réseau de la communauté sanitaire de la région lausannoise)
Palliative Vaud
L’ASBV (Association des services bénévoles vaudois)
La Paix du Soir
Le Mont-Pèlerin
La Main Tendue, Vaud
ABS, accueil a bas seuil
ACOR, SOS Racisme
La Fondation Œuvre Ste-Hélène
Point d’Eau Lausanne
L’association JOKER
La SVUP (Société vaudoise d’utilité publique)
L’ARTIAS (Association romande et tessinoise des institutions d’action sociale)
L’ARPIH, centre romand de formation sociale
Le CREI (Conseil romand des entreprises d’insertion)
Dettes Conseils Suisse
Le Centre Patronal vaudois
La FRTSCC (Fédération romande et tessinoise de consultation conjugale)
La Paternelle
Caritas Vaud travaille en réseau avec
Le Réseau national Caritas
Le Département Solidarités (FEDEC-Vaud)
Les Conférences St-Vincent de Paul
ASOLAC (Association sociale et œcuménique de la Côte)
ESEME (Entraide sociale et œcuménique Morges et environ)
La Plateforme Bénévolat (Croix-Rouge, Caritas Vaud et Pro Senectute Vaud)
La Plateforme Consultation conjugale Vaud (CSP, Caritas Vaud, Profa)
La Plateforme Gestion de budget spécialisée (CSP, Caritas Vaud, Unafin - Unité d’assainissement
financier de la Ville de Lausanne)
La Plateforme Asile Migration (CSP, Appartenances, EPER, Français en Jeu, SOS Asile)
La Plateforme cantonale « Cours de français pour personnes migrantes à revenu modeste »
La Plateforme Nyon-Intégration
La Plateforme Yverdon-Intégration
Prospective et Services Privés (CSP, Pro Senectute Vaud, Pro Infirmis Vaud, Profa, le GRAAP,
la Croix-Rouge vaudoise, Intégration Pour Tous (IPT), le Centre d’accueil MalleyPrairie, les Ligues
de la Santé)
5
Billet du Directeur
Faire doublement face à la crise ! Fin 2008, la Suisse entre en récession et tous les
indicateurs montrent qu’elle sera durable. Dans le même temps, conséquence directe
ou non de cette crise, Caritas Vaud enregistre un fort recul de ses dons en fin d’an-
née. Aurons-nous les moyens suffisants pour faire face aux besoins des nombreuses
personnes que la crise ne manquera pas de basculer dans la pauvreté ?
La crise n’épargnera pas
la Suisse. Les indicateurs
virent au rouge : baisse du
carnet de commandes de
nos entreprises d’exporta-
tion, récession, chômage
partiel, la barre des 200’000
chômeurs sera allègrement
franchie d’ici à la fin de l’année 2009 ! Nos assu-
rances sociales vont être mises sérieusement à
contribution alors même qu’elles envisageaient un
programme d’austérité pour résorber leur déficit.
Par chance, nos collectivités publiques ont connu
quelques bonnes années, de même que les entre-
prises. Nous avons quelques réserves, alors gar-
dons la tête froide, notre protection sociale doit
jouer sa mission à fond : ce n’est pas le moment
de jeter les plus faibles « par-dessus bord » !
Caritas Vaud connaît aussi un passage délicat en
cette fin 2008. Le développement important et
rapide de nos prestations et projets accentue le
déséquilibre entre la faiblesse de nos réserves et
un budget d’exploitation qui passera la barre des
8 millions en 2009. Nous avons dû aussi consentir
à d’importants investissements qui n’ont pas tous
été couverts par des donations privées, malgré
le fort soutien, cette année encore, de la Loterie
Romande. Enfin, le développement rapide des
ventes dans nos Epiceries Caritas nous contraint à
revoir de fond en comble le fonctionnement de ce
dispositif si nous voulons éviter qu’il ne génère des
pertes insurmontables pour l’association.
La bonne nouvelle, c’est que le financement de
secteurs importants de l’association comme les
CASI se trouve garanti par de nouveaux accords
avec le Canton et les communes. De plus, Cari-
tas Vaud s’est vue mandatée pour des presta-
tions et projets importants dans le domaine de la
lutte contre le surendettement. Enfin, le Service
de prévoyance et d’aide sociale renouvelle sa
confiance en nos programmes dans le domaine
de l’insertion socioprofessionnelle, mesures qui
s’étendent dorénavant aux bénéficiaires de l’as-
surance invalidité.
C’est sur le plan des dons que nous avons dû
déchanter en fin d’année : près de CHF 100’000
de moins que prévu ! La crise n’explique pas tout ;
nous devons aussi professionnaliser la récolte de
fonds si nous voulons maintenir nos prestations.
C’est dans ce but que le Comité a décidé la mise
en place d’une commission qui lancera, dès 2009,
un important programme dont l’intitulé nomme clai-
rement l’objectif ambitieux que nous nous fixons :
trouver le million !
Mais voilà qu’en cette fin 2008, les premières victi-
mes de la crise viennent solliciter un surcroît d’aide
de notre part. Nos équipes ne connaîtront pas de
chômage partiel en 2009 ! J’aimerais, en guise de
conclusion, exprimer à tous mes collègues et à
tous les bénévoles de l’association ma profonde
reconnaissance et admiration pour leur enga-
gement et la qualité de leur travail. C’est un vrai
bonheur et un véritable honneur d’occuper la place
de capitaine au milieu d’un tel équipage ! Un merci
aussi tout particulier aux membres du Comité et à
son Président, qui ne comptent pas leurs heures
pour nous aider à tenir le cap.
Pierre-Alain Praz
Directeur
6
Centre d’appui social et d’insertion (CASI)
Pour le secteur, 2008 reste l’année des déménagements ! Vevey et Lausanne prennent
possession de leurs nouveaux locaux.
Le CASI de Vevey a fermé, au
printemps, son atelier de la rue
d’Italie pour emménager sur
deux étages dans les locaux de
l’ancienne Eglise Méthodiste
de Vevey, rue du Clos 8. En
juin, c’est le CASI de Lausanne
qui quitte la rue César-Roux 29
pour reprendre une partie des locaux que Caritas avait
loué pour la CARL, chemin de la Colline 6.
Qui dit déménagements dit aussi importants investisse-
ments ! Nous tenons ici à remercier la Loterie Romande
qui, une fois de plus, est venue à notre aide avec une
subvention de CHF 200’000. Ce don, associé à une
participation de près de CHF 60’000 de l’OFAS, nous a
permis de couvrir les investissements consentis à Vevey ;
en revanche c’est près de CHF 100’000 qui manquent
encore pour les travaux au CASI de Lausanne.
En ce qui concerne les budgets d’exploitation des CASI,
nous avons par contre obtenu une formidable recon-
naissance de la part du Service de prévoyance et d’aide
sociale (SPAS), qui a consenti à intégrer, dès 2009, la
plus grande part des frais de fonctionnement de nos
structures dans le cadre de la facture sociale. L’utilité et la
pertinence de l’offre d’accueil et d’insertion de nos cen-
tres de jour sont enfin reconnues sur le plan cantonal.
Autre nouvelle réjouissante, nos CASI ont signé un
contrat avec l’Office AI du canton, nous permettant de
faire reconnaître notre capacité à accueillir des assurés
au bénéfice des nouvelles mesures de réinsertion mises
en place dans le cadre de la 5ème révision de l’AI. Cet
office a souligné la qualité et la pertinence du travail d’ob-
servation effectué par nos équipes.
On retiendra, par contre, une ombre au tableau en 2008 :
la sous utilisation de la mesure ESSOR par les centres
sociaux régionaux, ce qui a incité le SPAS à la retirer du
catalogue des mesures subventionnées par le Canton.
Une fois encore, nous relevons un fort taux d’occupation
de nos CASI. Cet intérêt grandissant s’explique d’une
part, par notre capacité à accueillir des mesures AI et,
d’autre part, par la volonté d’ouvrir nos ateliers sur l’ex-
térieur. En effet, en 2008 nous avons réalisé une mul-
titude d’activités de service : déménagements à Vevey,
valorisation des objets encombrants à Lausanne, arti-
sanat à Nyon et, pour Yverdon : création d’un atelier de
conciergerie au profit d’associations, soumissionnement
avec « Lausanne Roule » pour la création d’un disposi-
tif de vélos en libre service, et réalisation de nombreux
chantiers externes. Dans ce contexte, la réalisation d’une
semaine de travaux dans un alpage valaisan, dans le
cadre de l’aide aux paysans de montagne organisée par
Caritas Suisse, a constitué une expérience intéressante
et originale pour nos participants.
Toutes ces activités s’inscrivent dans notre volonté
d’offrir à nos participants une reconnaissance de leurs
aptitudes, de les aider à retrouver une image valorisante
d’eux-mêmes et leur permettre de se rapprocher du
monde du travail.
Yves Pommaz
Responsable Secteur Centre d’appui social
et d’insertion (CASI)
Fréquentation des journées d’ouvertures des CASI – 2007-2008
Total 2007 Lausanne Yverdon Vevey Nyon Total 2008
Journées d’ouverture 598 183 197 200 157 737
Nbre de journées /
participants
8’210 1’665 3’311 3’430 1’671 10’077
Nbre de personnes
différentes
255 156 69 106 42 373
Nbre moyen
de personnes
12.12 9.1 16.8 17.2 10.6 13.4
Taux d’occupation 86.31 53.5 140.1 100.9 88.7 95.8
Nbre de repas 8’925 1’860 3’185 3’951 2’008 11’004
7
Ancien serrurier indépendant, Christian a géré son
entreprise pendant 20 ans. Il est fier de parler des
portails et autres enseignes de commerces qu’il a
réalisés et qu’il voit encore dans les rues.
Puis, ce fut la fameuse spirale infernale qui fait géné-
ralement suite à un problème de santé pour un
patron : fermeture de l’entreprise, chômage, désin-
tégration totale de la famille. Et il s’est retrouvé seul,
sans travail fixe ni régulier, dans la précarité. La Fon-
dation Intégration Pour Tous lui conseille alors d’aller
au Point-Virgule pour retrouver une occupation, un
espace de sérénité et des contacts.
Christian vient désormais tous les jours au Point-
Virgule, lieu où il peut exprimer sa créativité et son
habileté. Son activité du moment : créer des sets
de table. Mais il sait aussi très bien faire à man-
ger. Le week-end, il tient un stand au marché aux
puces. Cette activité lui permet, là aussi, d’avoir des
contacts et de mettre à profit son don de bricoleur. Il
restaure les objets et répare lui-même les meubles.
Christian dit avec beaucoup de reconnaissance
qu’il ne serait probablement plus là s’il ne pouvait
aller tous les jours au Point-Virgule, et s’il n’était pas
entouré par les collaborateurs de Caritas.
C’est une des fondatrices de l’Association ASO-
LAC, créée en 2002 pour «venir en aide aux per-
sonnes en difficulté vivant dans notre région par le
biais d’une action sociale concertée, conduite dans
l’esprit de la diaconie» (www.asolac.ch). Deux axes
sont mis sur pied : un centre de jour, Point-Virgule,
et des repas communautaires à Nyon, Gland et
St-Cergue (un par mois et lieu).
Ursula, cheville ouvrière de l’association, est active
dans les deux volets : elle fait le pain au Point-Vir-
gule (c’est une excellente cuisinière) et participe
aux trois repas communautaires de la région.
Assistante sociale de profession, Ursula voulait
poursuivre son action en aidant les personnes
vivant proche de chez elle.
Aider non seulement les gens dans la précarité,
mais aussi ceux qui manquent de liens sociaux.
«J’ai décidé de m’investir autant et donner de mon
temps pour aider les autres, les rencontrer, parta-
ger et cheminer avec eux», dit Ursula, pour qui le
lien social est essentiel. Il se fait immanquablement
autour des tables réunissant 8 personnes. Pas de
solitaires ou d’isolés. On y est reçu comme à la
maison. Des fleurs ornent toutes les tables, les
assiettes sont très bien présentées, le repas est
excellent et le service est fait par les bénévoles.
Et c’est aussi une rencontre des générations, on
y trouve enfants et grands-parents réunis autour
des tables. Ces ren-
dez-vous hebdoma-
daires, Ursula fait en
sorte d’y participer,
si possible.
Typologie des personnes fréquentant les CASI, année 2008
Christian, habitué du Point-Virgule à Nyon et des repas communautaires
Ursula, bénévole au Point-Virgule
Al MlS
5%
Rl MlS
3%
Al
53%
Rl
16%
Autres
23%
Témoignage
Témoignage
8
Hébergement de nuit d’urgence
Cela fait près de cinq ans que Caritas Vaud gère
avec succès La Lucarne, le centre d’héberge-
ment de nuit d’urgence de la ville d’Yverdon-les-
Bains. Contrairement aux structures similaires
fonctionnant en ville de Lausanne, La Lucarne a
opté pour un centre de nuit offrant aux usagers
un maximum de convivialité et de services. Ainsi,
ses portes s’ouvrent dès 19h00, repas du soir
et petits-déjeuners sont servis dans la structure
et les veilleurs s’efforcent d’y entretenir un maxi-
mum de convivialité. La présence régulière d’une
assistante sociale permet un travail de réorienta-
tion des usagers et une aide au relogement.
Le succès de ce modèle a convaincu les com-
munes de la Riviera de confier à Caritas Vaud
la création d’une structure similaire en ville de
Vevey. Profitant des possibilités offertes par le
bâtiment abritant les nouveaux locaux du CASI,
Caritas Vaud a soumis un projet qui a rencontré
l’accord des partenaires régionaux ainsi que du
SPAS. Ainsi, un étage entier du bâtiment de la
rue du Clos 8 à Vevey sera affecté à ce centre.
On y trouvera 18 lits, une cuisine, une salle de
séjour, 2 douches avec WC, 2 WC séparés avec
lavabo et une chambre pour les veilleurs.
Tout en accordant une priorité d’accueil aux
personnes en provenance de la Riviera, l’of-
fre d’hébergement d’urgence s’adressera aux
personnes sans domicile ou faisant face à des
difficultés momentanées de logement, à celles
confrontées à des problèmes de dépendance ou
marginalisées.
Ce nouveau centre est devisé, pour l’aménage-
ment et l’acquisition du mobilier, à CHF 160’000,
somme prise en charge dans sa quasi totalité
par la Loterie Romande. Le budget annuel d’ex-
ploitation s’élève à CHF 390’000; il est pris en
charge pour la plus grande part par les subven-
tions publiques du canton (SPAS) et des villes
de Vevey, La Tour-de-Peilz et Montreux, le solde
devant être couvert par les contributions privées
et les recettes des nuitées. Le centre ouvrira ses
portes en avril 2009.
La Lucarne, nuitées et taux d’occupation - 2008
Total
2007
Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Total
2008
Hommes 4’078 303 342 299 350 294 262 350 356 294 320 357 334 3’861
Femmes 288 4 32 4 10 47 67 82 69 37 35 39 53 479
Total nuitées 4’366 307 374 303 360 341 329 432 425 331 355 396 389 4’342
Taux
d’occupation
80% 66% 86% 65% 80% 73% 73% 93% 91% 74% 76% 88% 83% 79%
Non-résidents 401 45 48 38 32 33 44 43 28 36 44 44 40 475
Résidents 133 4 9 17 13 9 8 7 9 9 7 13 8 113
Total
personnes
534 49 57 55 45 42 52 50 37 45 51 57 48 588
Les communes de Vevey, La Tour-de-Peilz et Montreux confient à Caritas Vaud le
mandat de créer et gérer, dès 2009, un nouveau centre d’hébergement d’urgence
pour la Riviera vaudoise !
9
La Lucarne, répartition des nuitées selon la provenance – 2008
Canton de vaud
7%
Autres (étrangers
sans papiers)
59%
Nord vaudois
23%
Autres cantons
11%
Les trois communes de La Tour-de-Peilz, Mon-
treux et Vevey se sont réunies pour aider à
l’ouverture du Hublot. Comment cette union a-t-
elle pu se faire ?
M
me
Rimella : La collaboration dans la région
fonctionne parfaitement bien, et ce depuis de
très longues années.
Un «service des affaires intercommunales» fonc-
tionne depuis la fin des années 80, financé par
les 10 communes de l’ancien district de Vevey
(www.sai-riviera.ch), aujourd’hui, il occupe cinq
collaborateurs. En ce qui concerne les affaires
sociales, les trois villes que vous citez font front
commun, et pratiquement toutes les aides et
subventions sont le fruit de cette collaboration.
Pour ce qui est du projet de « logement d’ur-
gence », les trois services ont préparé un rapport,
facilement adopté par les trois Municipalités puis
les Conseils communaux. Le besoin était impor-
tant et les communes sont contraintes, par la Loi,
de veiller à ce que toutes les personnes puissent
disposer d’un logement.
Il faut savoir que seule la commune de La Tour-de-
Peilz a la chance de bénéficier de quelques appar-
tements communaux de secours. Le marché du
logement sur la Riviera étant tendu, la solution
proposée par Caritas est pour nous excellente.
Quel est le soutien effectif des trois communes de
La Tour-de-Peilz, Montreux et Vevey au Hublot ?
M
me
Rimella : Nous prenons en charge une part
des frais d’exploitation, CHF 160’000.- par année,
partagés selon une clé la répartition suivante : pour
50 % en fonction du nombre d’habitants et l’autre
50 % en fonction des dossiers RI des résidents
des trois communes. Il est à relever que le Service
de prévoyance et d’aide sociale s’est également
engagé pour une participation équivalente à celle
de la région. De plus, nous nous sommes enga-
gés, auprès de Caritas, de prendre en charge le
financement de l’aménagement des locaux, au
cas où les fonds nécessaires n’auraient pas été
trouvés. A terme, nous souhaitons que les autres
communes du district adhèrent à ce projet en
participant au financement.
Quels sont vos tout prochains projets com-
muns ?
M
me
Rimella : Nous avons, avec les directions
des affaires sociales des trois communes, un
projet de logements de transition, avec une
structure d’assistance au logement. Nous som-
mes en train d’élaborer le préavis à l’intention
des municipalités et des conseils
communaux de nos trois com-
munes pour sa mise en place.
Nous sommes confiants et espé-
rons pouvoir concrétiser ce projet
en 2010.
En conclusion, je voudrais dire
combien notre région est active
dans la collaboration intercom-
munale. Un projet de fusion
éventuelle des 10 communes est
d’ailleurs sur le métier.
3 questions à Madame Nicole Rimella, Syndic de La Tour-de-Peilz
10
Service social et consultation (SSC)
Avec 9 collaboratrices dont 4 nouvelles engagées en cours d’année, le nouveau sec-
teur SSC double de volume une année à peine après sa création. Ce développement
est à mettre en priorité en lien avec le nouveau mandat d’aide au désendettement
confié par le Canton à trois organisations, le CSP, l’Unité d’assainissement de la Ville
de Lausanne (Unafin) et Caritas Vaud.
En 2008, le SSC a posé les
bases de son organisation
et développement futur.
Une fois sa responsable
nommée en septembre
2008, le secteur s’est tout
d’abord doté d’un secré-
tariat chargé de la réponse
téléphonique et de l’appui administratif, tant du
service social que du service de consultation
conjugale. Cet appui administratif devra encore
se doter de logiciels adéquats pour développer
les différentes bases de données du service. Le
service social, quant à lui, a réorganisé ses forces
pour répondre aux différents mandats qui lui sont
confiés, à savoir :
Les permanences sociales : présentes dans
les quatre CASI, elles répondent de manière poly-
valente à toute demande, assurant un important
travail d’écoute et de réorientation des deman-
des vers les services adéquats. Seules les situa-
tions passant à travers les mailles du filet social
public sont prises en charge, ceci pour éviter tout
« doublon ». Pour ces situations, nos assistantes
sociales déposent de nombreuses demandes de
fonds, dont la pertinence est appréciée, auprès
de fondations privées.
Le service de Gestion de budget spécialisée
(GBS) : mis en place courant 2008 dans le cadre
du programme cantonal de lutte contre le suren-
dettement, ces services seront appelés demain
à prendre en charge les situations de personnes
surendettées. Caritas Vaud s’est vue attribuer la
mise en place de services GBS pour les régions
suivantes : le Chablais vaudois, la Riviera, Mor-
ges-Aubonne et la Côte.
Les cours AGIR : reconnus comme un outil de
prévention contre le surendettement, ces cours
d’aide à la gestion se sont proposés dans toutes
les régions du canton. Ils offrent à nos assistan-
tes sociales l’occasion d’enrichir leurs méthodes
d’intervention par un travail social de groupe.
La conduite de différents projets sociaux :
les compétences de gestion de projet acquises
au sein du secteur nous ont permis de mener à
bien différents projets sociaux, le plus important
consistant en la conduite du projet cantonal visant
la création d’une hotline pour prévenir le suren-
dettement.
Ce développement rapide est réjouissant ; il
demande beaucoup de créativité et de souplesse
à une équipe encore jeune. Des efforts importants
portant tant sur les aspects d’organisation que de
formation seront déployés ces prochains mois et
années pour accompagner le développement de
notre service.
Tamara Kazadi
Résponsable du secteur SSC
11
Jocelyne, Suissesse, mère de deux enfants
(dont le dernier de 16 ans vit encore avec elle).
Assistante médicale, Jocelyne a souvent pro-
digué des conseils aux patients de l’hôpital
ou des deux autres médecins chez qui elle a
travaillé. Les réseaux, elle les connaît bien; les
aides, elle sait où aller les chercher.
Et voilà qu’un jour, elle tombe malade, perd
son travail, retrouve un emploi et le perd de
nouveau. La spirale infernale est en route.
Son divorce l’avait laissée avec des dettes, le
compte bancaire à sec. S’accumulent alors
les factures qu’elle ne peut pas honorer dans
les délais et qui ont des incidences catastro-
phiques, comme celle de devoir payer comp-
tant ses médicaments, faute d’avoir payé son
assurance maladie.
Elle qui savait si bien aiguiller les autres, le jour
où elle en a eu besoin, elle n’a pas eu le réflexe.
C’est difficile de faire le pas, d’oser aller qué-
mander une aide financière pour payer son loyer
ou les cours de son fils. La première fois qu’elle
demande à sa commune, c’est pour aider à
payer les frais de dentiste de son fils. Elle télé-
phone en disant qu’elle appelle une patiente,
Madame X et, lorsqu’elle se présente, elle est
reçue par une amie à elle, avec beaucoup de
chaleur et de discrétion. Coup du sort ? Non,
dit-elle, plutôt une chance ! Elle se sent alors
encouragée à oser accepter qu’on l’aide.
Ce sont tout d’abord les Cartons du cœur qui
viennent lui remplir le frigo. Elle se souvient
de leur émerveillement, à elle et son fils, en
découvrant ce que les généreuses personnes
ont livré.
La voilà qui s’enhardit et qui accepte de
s’adresser à Caritas. Aujourd’hui, une assis-
tante sociale la suit et l’aide à gérer ses factu-
res en retard et à planifier ses paiements et ses
dépenses. Elle ne sait comment dire combien
l’accompagnement qu’elle reçoit est impor-
tant. Elle n’a pas de mot pour dire sa recon-
naissance pour l’accueil reçu, sans jugement
et avec tant de compréhension.
Pour Jocelyne, c’est le début d’un recommen-
cement. Le travail qui l’occupe actuellement
la satisfait, mais il n’est pas assez régulier ni
assez rémunérateur. Il lui permet de rencontrer
du monde, d’apprendre une foule de choses,
mais son ambition est de retrouver un emploi
plus stable en lien avec sa formation.
Les consultations et entretiens téléphoniques par régions 2008
Morges
20
Riviera
390
Nyon
219
Lausanne
643
Bex
43
Témoignage
12
Gestion de budget spécialisée (GBS)
Ces trois institutions se sont donc constituées
en Plateforme de Gestion de budget spécialisée
(Plateforme GBS) et se sont partagé le territoire
cantonal, selon leur implantation préalable sur
le terrain, pour offrir une prestation de soutien
à l’assainissement de dettes aux personnes
concernées. La Gestion de budget spécialisée
est financée et pilotée par le SPAS.
Le rayon d’action de Caritas Vaud, pour la pres-
tation d’aide à l’assainissement de dettes, se
situe dans les régions de la Riviera et du Cha-
blais, ainsi que de Morges et La Côte.
Le Service de prévoyance et d’aide sociale du canton (SPAS) a mandaté le Service
social de Caritas Vaud, en partenariat avec l’Unité d’assainissement financier de la
Ville de Lausanne (Unafin) et le Centre social protestant, dans le but de venir en aide
à la population surendettée dans notre canton.
Diplômée de la Haute école en santé sociale de
Sion en 2007, son premier engagement fut à la
Ville de Lausanne, au service Unafin (Unité d’as-
sainissement financier). Une étape idéale pour
prendre un des postes créés à Caritas Vaud lors
de la mise en route de la plateforme «Gestion de
budget spécialisée» en automne dernier.
«L’accompagnement fait avec les bénéficiaires
est important administrativement, mais ne peut
se faire sans un véritable travail social en paral-
lèle», explique Daniela Bozanic. Créer les pro-
cédures de désendettement demande un long
travail d’analyse, de recherches de solutions et
de négociations avec les créanciers. Toutefois,
ce travail serait inutile si un accompagnement
ne se faisait pas afin d’aider à la mise en place
de nouveaux mécanismes de fonctionnement
chez les bénéficiaires. Le travail porte également
autour de l’apprentissage de «vivre avec ses
dettes», les situations financières de certaines
personnes étant parfois impossibles à assainir.
Daniela Bozanic aime ce travail. Pour la qualité
des relations tout d’abord. Parler de ses dettes
ou de son budget est encore tabou. Il est néces-
saire d’établir un lien de confiance qui assurera
une collaboration efficace, une relation enri-
chissante et privilégiée. Elle aime aussi ce tra-
vail pour ce qu’elle y apprend dans le domaine
juridique, les réseaux, les nouvelles structures
mises à disposition, etc. Et surtout, pour les
aides concrètes qu’elle peut apporter, trouver
des solutions pour permettre aux personnes de
se sortir de situations souvent dramatiques.
Avec émotion, Daniela Bozanic évoque le cas
de cette jeune maman de 27 ans au chômage,
élevant seule sa fille sans aide financière du
père. Grâce à sa détermination, elle a retrouvé
un travail mais gagne moins que lorsqu’elle
était au chômage. Le cumul du retard des paie-
ments des factures s’est donc aggravé. Daniela
a trouvé une fondation qui lui a fourni une aide
financière lui permettant de se mettre à jour avec
ses paiements, évitant ainsi de sombrer dans la
fameuse spirale du surendettement.
Par cet exemple, Daniela Bozanic veut illustrer
que de se trouver dans une situation financière
inextricable n’est pas tabou et qu’il ne faut pas
hésiter à demander de l’aide. Les assistants
sociaux de Caritas sont à disposition pour éta-
blir un bilan financier et proposer un accompa-
gnement concret afin d’éviter que la situation ne
se péjore.
Daniela Bozanic, assistante sociale à Caritas à Morges.
Témoignage
Consultation conjugale Lausanne,
Orbe et Echallens
Pour la première fois depuis sa création, la Pla-
teforme réunira en congrès l’ensemble des colla-
boratrices et collaborateurs des trois institutions
partenaires. Un premier bilan positif de trois années
de collaboration intensive est tiré à cette occasion.
L’année 2008 a été marquée par l’ancrage des
consultations périphériques d’Echallens et d’Orbe,
qui commencent à être connues. Le bouche à
oreille commence à fonctionner, ce qui est un très
bon signe. Les consultations sont en nette aug-
mentation par rapport à l’année précédente. Les
professionnels du réseau contactés pour la présen-
tation de cette nouvelle prestation dans les régions
nous réservent un bon accueil. Les Centres Sociaux
Régionaux (CSR), qui hébergent nos consultations,
sont des lieux agréables. La pluridisciplinarité au
sein de ces deux CSR est un aspect important, tant
pour des échanges personnels, professionnels, que
pour la mise en avant de notre prestation.
La plus grande part de notre travail est l’accueil et
le suivi des couples pour un travail d’ordre psycho-
logique. La palette d’offres est large dans la mesure
où nous recevons aussi bien les personnes seules
qu’en couple, que nous pratiquons de l’entretien
unique à la thérapie de couple, selon la demande
et le besoin de la situation. Cette dernière année,
nous avons entendu, de la part des couples, beau-
coup de questions autour de leur rôle de parents,
du fonctionnement « en couple parental », de pla-
ces dans les familles, d’éducation, d’autorité avec
les enfants. Nous sommes alors souvent à cheval
entre « la consultation conjugale » et « la guidance
parentale ». Notre projet 2009 sera alors de défi-
nir plus précisément les spécificités de ces deux
volets.
Marie-Laure Annaheim Lambert
Conseillère conjugale
En 2008, Caritas Vaud a assuré la présidence de la Plateforme consultation conjugale
Vaud. Deux manifestations importantes sont organisées pour mieux la faire connaître, à
l’exemple du symposium « Couple, famille et habitat » qui rencontre un franc succès.
Consultations conjugales (nombre de consultations) – 2007-2008
Lausanne Orbe Echallens Total
Total 2008 130 120 88 338
Total 2007 152 27 34 213
14
Ateliers d’Insertion et Magasins (AIM)
En 2008, le secteur AIM a poursuivi sa croissance et inauguré une nouvelle Epicerie
Caritas à Renens. Sur le plan de son personnel, ce sont désormais 12 professionnels
qui coordonnent les activités du secteur.
Autour des 12 personnes
salariées à plein temps et
des 4 apprentis en mesure
FORJAD, nous sommes
soutenus par environ 180
bénévoles, avec qui nous
développons un partena-
riat de plus en plus clair
et professionnel. 35 civilistes sont venus effec-
tuer leur affectation au dépôt de Sévelin et ont
pu démontrer leur capacité d’employés polyva-
lents.
L’ensemble de nos activités nous permet de
soutenir des personnes en insertion profession-
nelle. L’une de nos priorités consiste à tisser
un réseau avec d’autres entreprises, ceci pour
ouvrir un maximum de nouvelles opportunités
professionnelles pour les personnes accueillies
dans nos mesures d’insertion. Nous bénéficions
ainsi d’une collaboration avec plus d’une cen-
taine d’entreprises du canton, qui nous soutien-
nent dans l’une ou l’autre de nos activités. En
2008, La Coop, Login et Valrhône sont devenus
nos nouveaux partenaires. Notre collaboration
avec BAT se poursuit et nous organisons avec
elle de multiples activités en faveur des Jeunes
Adultes en Difficulté (JAD) : coaching, balades,
dons d’habits, repas communautaires, sport,
soutien à des cours.
En 2008, nous avons débuté un nouveau contrat
de partenariat avec l’Office AI. Ainsi, depuis le
mois de juillet, nous accueillons jusqu’à 5 per-
sonnes, en reconversion professionnelle, dans
notre dispositif, dans des mesures visant l’entraî-
nement à l’endurance, l’entraînement progressif
et le travail de transition.
Seule ombre au tableau, le secteur AIM reste tou-
jours déficitaire. En 2008, la marge des Epiceries
Caritas a été bien plus faible que budgetée. Ainsi,
l’importante progression des ventes a entraîné un
déficit d’exploitation de CHF 102’616 ! Une impor-
tante réorganisation du dispositif a été décidée en
fin d’année, ceci afin d’être mieux en mesure de
maîtriser nos marges à l’avenir. Autre projet sur la
sellette, l’atelier Joker, qui boucle avec une perte
de CHF 73’942. Ici aussi, ce sont les réserves de
Caritas Vaud qui sont venues éponger le déficit.
Décision a été prise de viser l’équilibre pour cet
atelier en 2009 déjà, faute de quoi nous serions
contraints d’envisager sa fermeture.
Patrick Bussmann
Responsable de secteur
15
Les Epiceries Caritas
Le chiffre d’affaire est à la hauteur des attentes
des responsables. La progression régulière, de
l’ordre de 8 à 10 % par mois, laisse présager
une fréquentation identique à celle de Vevey d’ici
quelques mois. Le chiffre d’affaire de Renens est
actuellement le même que celui de l’Epicerie de
Morges, ouverte à fin 2004.
Rappelons que les Epiceries Caritas ont été
développées pour permettre aux personnes en
situation de détresse financière d’acheter des
denrées alimentaires et des biens de consom-
mation courante à des prix réduits. Elles soula-
gent les budgets les plus serrés, tout en évitant
le gaspillage des biens qui ne peuvent plus être
écoulés dans le commerce de détail. Elles offrent
une palette de 150 produits et garantissent 10
produits de première nécessité aux prix les plus
bas du marché.
Les bénéficiaires, désignés par les services
sociaux publics et privés, sont détenteurs d’une
carte de légitimation. Ce contrôle est nécessaire,
les fournisseurs tenant à ce que les marchandi-
ses qu’ils cèdent gratuitement (ou à bon mar-
ché) parviennent à ceux qui en ont véritablement
besoin.
Nous n’avons pas réussi à maintenir nos mar-
ges de 30 % et, malgré une augmentation très
nette de notre chiffre d’affaire, notre résultat en
fin d’année reste déficitaire.
L’Epicerie de Renens
Ouverte en octobre 2008, inaugurée le 5 décembre, l’Epicerie de Renens, située à la
rue de l’Avenir 9, a rapidement démontré son utilité.
Epicerie 2005 2006 2007 2008
Lausanne 309’508.60 368’043.00 526’999.40 606’212.90
Yverdon-les-Bains 19’208.70 194’655.06
Vevey 4’455.40 65’257.65 152’948.15 200’627.35
Clarens 59’621.70 19’291.10
Morges 48’762.65 47’881.65 73’231.75 98’298.10
Renens 13’716.55
Total 422’348.35 500’473.40 772’388.00 1’113’509.96
Epiceries Caritas, évolution du chiffre d’affaire - 2005-2008
16
Les Boutiques NiouLouke
Dans l’ensemble, les ventes
de nos Boutiques NiouLouke
progressent en 2008. Ceci
s’explique par un bel assortiment et la qualité des
vêtements vendus. Une meilleure collaboration
interne (séances régulières des coordinatrices de
boutiques) nous a permis de renforcer notre dis-
positif. Durant cette même année, certaines bouti-
ques ont aussi vendu des productions d’artisanats
réalisées par les participants de nos CASI.
Les équipes bénévoles en charge des Boutiques NiouLouke confirment les excellents
résultats de leurs magasins en 2008 !
Boutique 2005 2006 2007 2008
Lausanne « Tunnel » 65’755.25 86’185.85 69’500.00 68’732.95
Lausanne «La Tour » 32’735.45 25’213.40 22’700.70 31’414.50
Lausanne « Morges » 46’159.15 60’177.25
Yverdon 46’270.95 36’479.40 41’197.05 41’216.00
Nyon 38’944.70 44’187.45 55’700.20 64’755.20
Clarens 111’135.15 123’044.20 119’534.45 135’585.80
Total 294’841.50 315’110.30 354’791.55 401’881.70
Boutiques NiouLouke, évolution du chiffre d’affaire - 2005-2008
Le parcours scolaire de
Raoul fut assez chaotique ; à
tel point qu’il arrête sa sco-
larité avant la fin de la der-
nière année, persuadé qu’il
ne réussira pas les examens
finaux.
Les mauvaises fréquenta-
tions ont entraîné de mauvais
plans. De plus en plus nom-
breux, jusqu’au jour où il est
arrêté, puis placé en internat
à Sion, dans un centre de préapprentissage
pendant une année. Le seul moyen pour lui de
couper les ponts et recommencer une nou-
velle vie. D’abord dans une Ecole de coiffure,
puis comme monteur de sono dans les voitu-
res, avant de se retrouver au chômage ; Raoul
cherche sa voie professionnelle.
Son assistant social lui propose d’être dans les
tout premiers jeunes à bénéficier de la mesure
JAD à Caritas (programme qui offre à des Jeu-
nes Adultes en Difficulté la possibilité de vivre
une première expérience professionnelle posi-
tive dans un contexte d’« entreprise sociale »).
Il passe 2 mois dans les Epiceries puis effectue
un stage à la Migros. C’est alors qu’une place
d’apprentissage de Gestionnaire en logistique
se crée et que le responsable des AIM, Patrick
Bussmann, la lui propose.
Raoul accepte immédiatement et s’inves-
tit beaucoup dans ce défi. Il terminera son
apprentissage en juin de cette année avec
beaucoup de chances de réussite. Ses notes
sont excellentes et il prépare ses examens
avec sérénité.
Très apprécié à Caritas, Raoul est responsa-
ble des commandes des Epiceries et gère les
frigos. Il a aussi passé son permis de cariste,
voulant se donner une carte supplémentaire
pour son métier, auquel il consacre toute son
énergie.
Raoul se sent bien dans ce travail. Il a même
de l’ambition : continuer les études pour obte-
nir un brevet ou une maîtrise afin d’acquérir de
nouvelles responsabilités.
Témoignage
Raoul, 26 ans, apprenti au dépôt alimentaire
17
2008 est marquée par un
événement d’importance,
la journée « portes ouver-
tes » du 30 septembre,
manifestation qui a connu
un réel succès et a suscité
de nombreuses pistes de
réflexion. Un tout grand
merci à tous ceux et celles qui ont apporté leur
contribution.
Des visites cadencées ont permis une visite
approfondie des arcanes de la CARL ainsi que,
pour ceux qui le souhaitaient, les partenaires
avec lesquelles nous collaborons (Epiceries Cari-
tas, Boutiques NiouLouke, atelier Joker).
Le programme comprenait également la pré-
paration de palettes d’aliments pour tutoyer la
pratique, évaluer son coût, et 4 conférences
représentatives de nos préoccupations : Mme
Verena Keller, professeure à l’EESP-HES-SO,
a présenté le thème de la pauvreté en Suisse,
paradoxalement en augmentation malgré une
conjoncture économique favorable. M. le Dr
Pedro Marques-Vidal, de l’Institut universitaire
de Médecine Sociale et Préventive, la question
de l’insécurité alimentaire : perte du pouvoir
d’achat et modification des acquisitions alimen-
taires, conséquences sur la santé. M. Charles
Charvet, adjoint du chimiste cantonal, a exposé
les exigences légales en matière de distribution
de denrées alimentaires. M. René Knüsel, pro-
fesseur à l’Unil, a proposé des réflexions sur la
place de l’alimentaire dans le dispositif social :
trois types d’intervention, des mesures financiè-
res facilitant l’accès aux ressources indispensa-
bles, un accès facilité aux produits de base et
la suppression de l’intermédiaire monétaire pour
fournir directement aux bénéficiaires.
Une centaine de personnes, professionnels
de l’action sociale, associations non membres
intéressées à rejoindre la CARL, fournisseurs,
et représentants des autorités publiques et reli-
gieuses, ont constitué l’assistance appréciant
ces différents éclairages et développements.
Je suis heureux de remercier nos donateurs, sans
lesquels notre activité ne saurait se déployer, la
Ville de Lausanne pour son large et indispen-
sable soutien : pour la première fois depuis sa
création, la CARL voit accroître son budget de
fonctionnement qui passe de CHF 460’000 en
2008 à CHF 500’000 en 2009.
En conclusion, je cite volontiers M. Carlo Knöpfel
dans l’Almanach social de Caritas suisse 2009 :
« Au vu de l’évolution probable de l’économie,
on doit s’attendre à ce que le nombre de per-
sonnes touchées par la pauvreté demandant un
soutien va nettement augmenter ces prochaines
années. »
Le mot du président, Monsieur Michel Conti
Centrale alimentaire de la région
lausannoise (CARL)
Produits
laitiers/kg
Viandes
et Poissons
/kg
Fruits et
Légumes
/kg
Pain et
produits de
base/kg
Plats
cuisinés
/kg
Boissons
/kg
Douceurs
/kg
Non-food/
kg
Total/kg
2005 165’161 4’306 78’908 61’825 37’882 21’962 19’477 2’024 391’545
2006 102’560 8’874 76’722 84’767 115’945 142’311 63’115 9’232 603’526
2007 125’247 9’077 118’504 102’870 93’736 118’272 45’395 12’666 625’767
2008 107’704 10’847 127’783 113’516 72’315 65’882 22’601 9’054 529’702
% 20.33 2.05 24.12 21.43 13.56 12.44 4.9 1.17 100
CARL, évolution des produits distribués – 2005-2008
18
Bénévolat
Le défi que représente la gestion de près de 400 bénévoles (recrutement, formation,
suivi), la coordination de plusieurs domaines d’activité et les nombreux liens avec le
réseau nous incitent aujourd’hui à renforcer les structures d’un secteur qui a connu
un fort développement ces dernières années.
Fort chamboulement aussi,
puisque 2008 coïncide
avec le départ de Christine
Burki qui, en cinq années
d’engagement, a donné
au bénévolat ses lettres de
noblesse dans notre asso-
ciation. Dernière réalisation
d’importance de « l’ère Burki », le secteur Bénévo-
lat décroche, en mai 2008, la certification eduQua,
ce qui donne une motivation supplémentaire aux
formatrices et aux collaboratrices du secteur pour
répondre encore mieux aux standards de qualité,
garants d’une organisation professionnelle des for-
mations.
2008 voit aussi naître un nouveau projet dans
le secteur : le programme « Tout compte fait », à
l’origine mis sur pied par le CSR d’Orbe, a été
repris dans le courant de l’année par le secteur
Bénévolat de Caritas Vaud. Une coordinatrice,
Rita Galvan, a donc été engagée avec pour mis-
sion d’étendre le programme « Tout compte fait »
dans le canton, répondant ainsi à la mise sur pied
de la politique cantonale en matière de surendet-
tement. Autre changement de taille : la formation
des bénévoles accompagnant des personnes en
fin de vie ou atteints de maladie grave et de lon-
gue durée s’est donnée pour la dernière fois au
sein de Caritas Vaud. Dans le domaine des cours
de français, la Plateforme Yverdon-Intégration
offre à notre service l’occasion de construire de
nouveaux partenariats en faveur des migrants.
Le travail en réseau a confirmé toute son impor-
tance pour le bénévolat, non seulement pour
pouvoir promouvoir l’engagement bénévole,
mais aussi pour renforcer les programmes d’ac-
tivités. Les partenaires institutionnels que sont
Pro Senectute et la Croix-Rouge, réunis en pla-
teforme avec Caritas Vaud, partagent le souci lié
à l’engagement et à la formation des bénévoles.
Un programme conjoint d’introduction à l’enga-
gement bénévole et de formation continue est
mis sur pied chaque année et remporte un franc
succès. Les relations avec les subventionneurs
donnent également lieu à des rencontres régu-
lières de réseau, et permettent à Caritas Vaud
de répondre aux objectifs fixés par la politique
sociale promue par le Canton et la Confédéra-
tion.
Christine Müller Ulrich
Responsable du secteur
19
Cours de français pour personnes migrantes
Les cours de français visent à l’apprentissage ou à
l’amélioration des compétences en français tant au
niveau oral qu’écrit. Pour répondre à une demande
importante, des cours se sont ouverts à Gland, en
plus de ceux existant à Nyon et à Yverdon. En paral-
lèle, un « atelier citoyen » a été mis sur pied à Nyon
et le cours de préparation à la naturalisation s’est
poursuivi à Yverdon, en étroite collaboration avec la
Commune et la commission de naturalisation. Dans
cette ville, Caritas Vaud a œuvré à la création de la
Plateforme Yverdon-Intégration, réunissant la Com-
mune avec les associations Lire et Ecrire, Apparte-
nances, Caritas Vaud et le Centre social protestant.
A la rentrée 2008, l’ensemble des ces associations
regroupaient leurs prestations dans de spacieux et
nouveaux locaux financés par la Commune, pour ce
qui concerne les loyers, et par la Loterie Romande
pour les investissements.
Sur le plan de l’organisation du service, la coordi-
nation des cours de français a été modifiée suite au
départ de la coordinatrice de Nyon, Sandra Colaone.
Leana Ebel, alors coordinatrice à Yverdon, a pris
la responsabilité de l’ensemble des cours donnés
dans le canton ; elle assume également la responsa-
bilité pédagogique des cours de français.
Ce sont 375 personnes qui ont occupé
421 postes différents au sein des acti-
vités bénévoles de Caritas Vaud. Dans
le poste Divers, on trouve la CARL, le
centre de tri de vêtements, l’adminis-
tration, le programme Joker ainsi que
la participation à des évènements. En
regard de 2007, où 362 bénévoles
étaient comptés, on peut dire que leur
nombre est stable pour un nombre
plus important d’activités (ouvertu-
res de nouveaux cours de français à
Gland, d’une Epicerie à Renens et du
programme « Tout compte fait »).
L’objectif de nos cours consiste à offrir à une population migrante adulte disposant de peu
de moyens financiers la possibilité de suivre gratuitement un enseignement de qualité.
Statistiques pour les 39 semaines annuelles de cours
Nbre d’apprenants Nbre de nationalités Nbre d’heures
Nyon 150 23 760
Yverdon-les-Bains 212 45 956
Gland 61 14 150
Total 423 82 1’866
375 collaborateurs bénévoles
19%
7%
8%
20%
3% 8%
8%
17%
10%
DUO
TCF
CASI
Cours F
Epiceries
ALV
Divers
Comité
Boutiques
37’725 heures de bénévolat
12'921
114
3'797
4'447.5
380 2'226
3'501.5
9'429
909
DUO
Boutiques
CASI
TCF
Epiceries
Cours F
Divers
ALV
Comité
20
DUO
« Tout compte fait »
Bien que soutenu par les autorités cantonales, la
promotion de la pertinence d’un accompagnement
bénévole pour des jeunes adultes en difficulté reste
un défi face aux professionnels. Le programme
DUO aura fait l’objet de présentations régulières
dans les CSR et auprès des conseillers en inser-
tion. Le SPJ, le Centre régional d’orientation sco-
laire et professionnel de Nyon et l’UTT (Unité de
Transition au Travail) ont manifesté leur intérêt pour
ce programme en sollicitant aussi des présenta-
tions et en envoyant des bénéficiaires. Le 4 juillet,
les jeunes en DUO ont bénéficié d’une action de
sensibilisation aux risques liés à l’endettement,
ceci dans le cadre de la campagne cantonale de
prévention contre le surendettement.
En automne 2008, des contacts fructueux avec
les responsables de Lausanne-Région laisseront
entrevoir la possibilité de lancer un nouveau volet
du programme DUO à l’attention des 15-18 ans.
Giovanna Laffranchi
Coordinatrice
Les travailleurs sociaux constatent que, de plus en
plus, les personnes en situation de précarité finan-
cière demandent une aide pour leur gestion admi-
nistrative et la structuration de leur budget. Les
participants de la mesure AGIR de Caritas Vaud,
qui ont acquis des compétences dans la gestion
quotidienne de leur budget, souhaitent être conso-
lidés et renforcés grâce à une expérience pratique.
C’est donc une aide à long terme, non limitée dans
le temps, que le programme « Tout compte fait »
offre.
Le programme « Tout compte fait » est un sou-
tien social simple par des bénévoles formés. Ces
derniers ne sont ni des assistants sociaux, ni des
professionnels de la relation d’aide. Juste des per-
sonnes qui s’engagent à mettre à disposition leur
expérience personnelle et leur vécu professionnel.
Leurs intérêts et leurs compétences garantissent
une bonne maîtrise des demandes ayant trait à la
gestion de la vie quotidienne et du budget. Ils sont
soutenus et encadrés par le secteur Bénévolat, qui
offre une formation et une analyse de pratique. Ce
secteur oriente les bénévoles en fonction de leurs
atouts et de leurs capacités.
En automne 2008, « Tout compte fait » obtenait un
soutien financier important de la part du Départe-
ment de la Santé et de l’Action Sociale, ceci dans le
cadre de son programme cantonal de lutte contre
le surendettement.
Rita Galvan
Coordinatrice
La promotion de la mesure DUO a constitué une priorité de la coordinatrice tout au
long de l’année. 38 jeunes auront bénéficié de la mesure en 2008 !
L’objectif du programme « Tout compte fait », la nouvelle mesure du secteur Béné-
volat, est de prévenir le surendettement des personnes dans la précarité. Eviter que
leurs dettes ne s’amplifient démesurément.
21
« Tout compte fait »
La maladie d’une personne très chère, un travail d’ap-
proche et de compréhension de son être, une confé-
rence de Madame Poletti « la crise du milieu de vie »,
sont autant d’événements qui ont eu une véritable
influence dans la vie de Carina. Enseignante, mère de
famille heureuse à qui il ne manquait rien…, elle s’est
alors retrouvée à se poser de vraies questions existen-
tielles. Quel sens allait-elle donner à sa vie? Elle savait
une chose : elle voulait faire de l’accompagnement.
C’est tout naturellement vers Madame Poletti qu’elle
s’est tournée pour se former.
Ceci fait, elle s’inscrit à Caritas. Deux mois se sont
écoulés sans aucune demande pour elle. Alors le
doute s’est installé : « est-ce que vraiment on veut de
moi pour ce travail, est-ce que je suis juste dans ce
cheminement ? » Profondément, elle espérait que le
premier accompagnement qu’elle aurait à accomplir
serait celui d’une grand-maman. Et bien, c’est préci-
sément celui-là qu’elle a eu : une famille chaleureuse
et attentive a fait appel à Caritas pour entourer leur
maman jusqu’à son dernier souffle. Un véritable
cadeau pour Carina, qui dit avoir tant reçu.
Le rôle de l’accompagnante, pour Carina, est essen-
tiellement une qualité d’écoute, un regard qui voit ce
qu’il y a de beau chez la personne, au-delà de la mala-
die, des gestes emplis de douceur et de respect.
Parfois, la parole n’est même pas nécessaire pour dia-
loguer avec la personne qui peut, silencieusement ou
pas, revisiter toute sa vie. L’accompagnante est sans
attente, elle ne peut régler les problèmes ou transfor-
mer la personne. Elle ajoute : «Si tous n’ont pas une
belle mort, on peut les aider par une présence « sin-
cère et de cœur» à vivre ce moment difficile, mais si
important de la vie ».
C’est une bénévole reconnaissante du respect et de
l’accompagnement qu’elle reçoit de Caritas : «les réu-
nions avec le groupe de bénévoles sont des moments
de partage très enrichissants qui nous lient les uns aux
autres». L’ouverture d’esprit, le
suivi et le professionnalisme des
responsables font que Carina est
heureuse d’avoir choisi Caritas.
Témoignage
Accompagner… la vie
Depuis que notre service est devenu un partenaire actif
du programme cantonal susmentionné, nous avons
vu émerger de nouveaux besoins dans le domaine
de l’accompagnement. D’une part, les familles et le
personnel soignant souhaitent accompagner les per-
sonnes dans les derniers instants de la vie : la mort
fait moins peur qu’il y a 30 ans ! D’autre part, des
soins palliatifs performants modifient la vie des per-
sonnes gravement malades. Ces dernières vivent
plus longtemps en bénéficiant d’une bonne qualité
de vie. Autrement dit, il ne s’agit plus uniquement
d’un accompagnement lors des derniers instants de
vie, mais également sur du moyen et long terme. Ce
changement intéresse nos bénévoles ; mais il appelle
un élargissement de leur engagement et il pose de
nouvelles exigences en termes de formation.
Dans cet objectif, Caritas Vaud a œuvré, de concert
ave ces groupes de bénévoles et les institutions par-
tenaires du programme de soins palliatifs, à la mise en
place d’une formation cantonale. Dès 2009, Le Service
de la Santé publique subventionnera Caritas afin de
promouvoir le travail d’accompagnement ds bénévo-
les. Une belle reconnaissance pour notre association.
Céline Gillieron
Coordinatrice
Pour fêter ses 30 années d’engagement dans l’accompagnement de personnes grave-
ment malade et en fin de vie, Caritas Vaud rebaptise son service : « Accompagner la vie ».
Carina, bénévole du service Accompagner … la vie
Accompagner… la vie - statistiques 2008
Lausanne Leysin
Montreux-
Vevey
Morges-
Aubonne
Nyon Payerne
Vallée de
Joux
Yverdon-
les-Bains
Total
Nbre bénévoles 14 4 16 10 12 4 8 16 84
Nbre heures
accompagnement
981 54.5 538 999 524 558 333 460 4’447.5
22
Rapport fiduciaire
23
Bilan au 31 décembre 2008
2008 2007
Actif CHF CHF

Actif circulant
Liquidités 571’482.94 511’317.70
Titres et parts sociales 224’944.00 261’748.00
Réalisable, débiteurs 243’420.54 304’855.64
Stocks 76’514.10 142’949.20
Comptes de régularisation actif 194’875.60 211’724.80
1’311’237.18 1’432’595.34
Actif immobilisé
Biens mobiliers 433’967.92 192’227.05
Biens immobiliers - -
Garanties de loyers 99’621.60 103’276.85
533’589.52 295’503.90
Excédents de charges
CARL - Excédents de charges reportés 28’756.77 9’133.28
28’756.77 9’133.28
Total actif 1’873’583.47 1’737’232.52
Passif
Capitaux étrangers
Engagement à court terme, créanciers 295’651.54 285’278.18
Créancier hypothécaire à court terme - 100’000.00
Prêts, avances 410’000.00 -
Comptes de régularisation passif 15’876.20 141’859.55
Engagement à long terme - -
721’527.74 527’137.73
Provisions pour investissements
Provision Investissement des secteurs 370’358.90 -
370’358.90 -
Capital des fonds et provisions
Fonds formation - -
Fonds service social 275’569.48 378’896.68
Fonds de projets 146’928.03 165’728.03
Fonds des secteurs 22’000.00 90’621.90
444’497.51 635’246.61
Capital de l’organisation
Fonds de l’organisation au 01.01 519’459.18 650’589.91
Réserve de réévaluation 18’585.00 55’389.00
Excédent de produits/(charges) du P.P. -200’844.86 -131’130.73
Fonds de l’organisation au 31.12 337’199.32 574’848.18
Total passif 1’873’583.47 1’737’232.52
24
Compte d’exploitation 2008
Charges d’exploitation par projets Charges Charges Total 2008 Total 2007
directes de administratives
projets 2008 2008
Ateliers d’Insertion et Magasins (AIM)
Encadrement, coaching 126’564.45 3’837.10 130’401.55 171’603.15
Ateliers et dépôts 612’669.52 18’574.55 631’244.07 505’628.77
Atelier Joker 176’368.75 5’347.05 181’715.80 155’392.25
CARL Centrale alimentaire 469’870.51 14’245.25 484’115.76 518’733.28
Epiceries Caritas 1’383’290.52 41’937.85 1’425’228.37 886’003.92
Boutiques NiouLouke 260’119.66 7’886.20 268’005.86 290’118.20
3’028’883.41 91’828.00 3’120’711.41 2’527’479.57
Centres d’appui social et d’insertion
CASI Lausanne 348’675.60 10’570.95 359’246.55 208’761.65
CASI Yverdon 205’590.06 6’232.95 211’823.01 223’507.00
CASI Vevey 374’078.63 11’341.10 385’419.73 273’040.20
CASI Nyon 218’045.13 6’610.55 224’655.68 237’434.53
La Lucarne, centre d’hébergement 378’322.54 11’469.75 389’792.29 373’245.20
1’524’711.96 46’225.30 1’570’937.26 1’315’988.58
Service social et consultation
Service social 324’260.59 9’830.75 334’091.34 428’641.35
AGIR - Hotline - Projets 185’279.01 5’617.20 190’896.21 47’431.10
Consultations GBS 66’122.60 2’004.70 68’127.30 -
Consultation conjugale 123’113.29 3’732.50 126’845.79 111’007.00
698’775.49 21’185.15 719’960.64 587’079.45
Bénévolat et réseau d’entraide
Formation et recrutement 105’111.85 3’186.70 108’298.55 114’092.50
DUO 90’628.12 2’747.60 93’375.72 121’648.30
Cours de français 157’872.58 4’786.30 162’658.88 107’141.35
Accompagnement en fin de vie 132’270.94 4’010.10 136’281.04 93’461.81
Aidants sociaux «Tout compte fait» 20’460.06 620.30 21’080.36 -
506’343.55 15’351.00 521’694.55 436’343.96
Migration
SAJE 160’245.55 - 160’245.55 124’286.60
160’245.55 - 160’245.55 124’286.60
Secteurs de coordination
Direction et administration 553’354.76 - 553’354.76 600’687.60
Journal et communication 59’342.20 1’799.12 61’141.32 57’259.96
Recherche de fonds 230’388.37 6’984.80 237’373.17 275’315.90
843’085.33 8’783.92 851’869.25 933’263.46

Total des charges d’exploitation 6’762’045.29 183’373.37 6’945’418.66 5’924’441.62

Résultat du compte d’exploitation -463’028.75 -339’894.26
Total des produits d’exploitation 6’482’389.91 5’584’547.36
25
Produits d’exploitation par projets Total 2008 Total 2007
Ateliers d’Insertion et Magasins (AIM)
Produits de prestations 1’570’850.78 1’159’604.56
Subventions publiques 1’140’275.09 1’089’608.95
Contributions privées 174’769.25 90’600.00
Autres revenus 5’106.85 14’667.15
Dons affectés 704.00 6’375.00
2’891’705.97 2’360’855.66
Centres d’appui social et d’insertion
Produits de prestations 65’902.30 70’709.70
FEDEC-Vaud 200’000.00 255’000.00
Subventions publiques 1’084’000.20 949’700.00
Contributions privées 120’000.00 41’109.25
Autres revenus 28’732.85 1’704.95
Dons affectés 16’659.05 5’612.20
1’515’294.40 1’323’836.10
Service social et consultations
Produits de prestations 20’656.50 14’438.30
FEDEC-Vaud 100’000.00 50’000.00
Subventions publiques 345’635.00 208’886.30
Contributions privées 90’100.00 35’800.00
Autres revenus 3’584.08 4.75
Dons/remboursements/tranches de vie 121’869.50 150’152.85
681’845.08 459’282.20
Bénévolat et réseau d’entraide
Produits de prestations 45’732.50 42’979.35
FEDEC-Vaud 100’000.00 100’000.00
Subventions publiques 257’199.45 198’926.25
Contributions privées 60’071.75 106’800.00
Autres revenus 5’878.60 2’557.05
Dons affectés 39’675.10 5’813.85
508’557.40 457’076.50
Migration
Contributions privées 90’000.00 60’000.00
90’000.00 60’000.00
Secteurs de coordination
Produits de prestations 32’207.75 56’824.25
FEDEC-Vaud 330’000.00 325’000.00
Subventions publiques 6’440.75 7’909.50
Contributions privées 12’000.00 25’000.00
Autres revenus 26’295.04 27’188.00
Recherches de fonds/mailing 204’670.15 245’583.65
Part des projets aux frais administratifs 183’373.37 235’991.50
794’987.06 923’496.90

Total des produits d’exploitation 6’482’389.91 5’584’547.36
26
Compte d’exploitation 2008
Compte d’exploitation par nature Total 2008 Total 2007
Charges
Salaires 2’719’910.25 2’475’014.65
Charges sociales 474’702.70 423’497.55
Frais du personnel 73’405.75 81’912.85
Honoraires pour prestations de tiers 339’074.85 284’112.20
Indemnités civilistes 82’234.95 82’014.80
Frais de bénévoles 20’717.65 19’723.70
Total des charges de personnel 3’710’046.15 3’366’275.75

Frais administratifs 187’970.01 216’651.21
Annonces publicitaires 12’850.00 8’379.55
Assurances choses 40’335.75 37’811.15
Taxes et cotisations 24’930.35 20’283.90
Charges financières 11’056.09 6’840.36
Autres frais 3’197.75 4’317.55
Total des frais de fonctionnement 280’339.95 294’283.72

Outillage & matériel pour ateliers/magasins 1’091’928.68 732’001.94
Matériel d’animation 39’100.90 30’701.35
Total outillage & matériel 1’131’029.58 762’703.29

Entretien et réparation divers 145’264.72 149’252.16
Charges ménagères, produits nettoyage 22’358.00 19’045.35
Loyers et charges 868’489.75 634’775.00
Total des frais d’entretien & de loyers 1’036’112.47 803’072.51

Prestations individuelles 140’580.30 191’814.55
Assistances «Tranches de vie» 6’116.40 2’867.90
Alimentation 40’453.85 37’689.45
Prestations en partenariat 160’245.55 121’786.60
Total des prestations individuelles 347’396.10 354’158.50

Total des amortissements 257’121.04 107’956.35

Participation direction/secrétariat central 183’373.37 235’991.50

Total des charges d’exploitation 6’945’418.66 5’924’441.62
Produits

Produits de prestations 1’735’349.83 1’344’556.16
Subvention FEDEC-Vaud 730’000.00 730’000.00
Subventions publiques 2’833’550.49 2’455’031.00
Contributions privées 546’941.00 359’309.25
Autres revenus 69’597.42 46’121.90
Recettes recherches de fonds 205’700.15 244’271.75
Dons affectés et «Tranches de vie» 77’853.15 32’230.85
Rbt prestations individuelles, appels fondations 100’024.50 137’034.95
Participation direction/secrétariat central 183’373.37 235’991.50

Total des produits d’exploitation 6’482’389.91 5’584’547.36
Résultat d’exploitation -463’028.75 -339’894.26
27
Récapitulation des comptes annuels
Caritas Vaud en général
2008 2008 2007 2007
Charges Produits Charges Produits
Charges / Produits de l’exploitation 6’945’418.66 6’482’389.91 5’924’441.62 5’584’547.36
Charges / Produits hors exploitation
Dons, legs, Caritas général 153’027.85 220’539.55
Produits et charges de l’exercice antérieur 166.55 2’979.00 829.10
CARL, solde subvention communale
Produits des biens immobiliers 32’181.40
Adaptation valeur immobilière rte d’Oron
Charges extraordinaires locaux Colline 6 36’607.10 85’508.70
Utilisation Fds Cours Yverdon
SPOP-CFE (déménagement) 8’400.00
Utilisation Fds Cours Nyon
Loterie Romande agencement 5’071.75
Utilisation Fds Accompagner... la vie
Legs attribué 2006 28’000.00
Solde disponible du Service social 2’112.10
Caritas Markt, agencement Epicerie Vevey 3’000.00
Loterie Romande > Provision invest. AIM 165’230.75
Loterie Romande > Provision Sleep-in 120’000.00
Loterie Romande > Provision. Cours Alpha 40’000.00
Loterie Romande > Provision Bénévolat 14’978.00
Winterthur, solde s/indemn. > Fds secteurs 27’150.15
Produits Entreprise sociale > Fds projets 55’000.00 960.00
Charges Entreprise sociale > Fds projets 53’800.00 10’760.00
Subvention locaux cours > Fds secteurs 8’400.00
Amortissements extraordinaires 12’970.95
Attrib. à Provisions pour investissements 370’358.90
Attribution au Fonds social 2’112.10
Attribution au Fonds formation
Attribution au Fonds projets 55’000.00 960.00
Attribution au Fonds des secteurs 35’550.15
Dissolution Fonds des secteurs 68’621.90 12’970.95
Dissolution du Fonds formation 16’160.00
Dissolution du Fonds aides individuelles 103’327.20 17’087.10
Dissolution du Fonds de projets 73’800.00 10’760.00
CARL, excédent de charges 19’623.49 9’133.28
TOTAUX 7’502’822.96 7’301’978.10 6’073’132.62 5’942’001.89

Attribution au Fonds de l’organisation
(Résultat de l’exercice)
Perte 200’844.86 131’130.73
7’502’822.96 7’502’822.96 6’073’132.62 6’073’132.62
28
Annexes aux comptes de l’exercice 2008
1. Informations générales
1.1 Cadre juridique
Nom : Caritas Vaud
Forme juridique : Association
Statuts : du 1 juin 1999
Buts de l’Association : Caritas Vaud a pour but général l’accomplissement, dans l’esprit de la diaconie, d’une
mission caritative et sociale reconnue par l’Eglise catholique en Pays de Vaud. Elle entend
en particulier :
- accueillir, soutenir et accompagner les personnes en difficulté,
- promouvoir la solidarité et l’entraide,
- gérer des institutions sociales poursuivant des objectifs compatibles avec ses buts.
1.2 Principes comptables et méthodes d’évaluation
Les conventions générales comptables ont été appliquées conformément aux principes généraux d’établissement
et de présentation des comptes définis par le Code des Obligations et la norme Swiss GAAP RPC 21 (Fondation
pour les recommandations relatives à la présentation des comptes).
La comptabilité et les comptes annuels sont conformes aux dispositions légales, aux statuts de l’Association et
aux prescriptions de la Fondation ZEWO (service spécialisé suisse des institutions d’utilité publique collectant des
dons).
1.3 Rémunération de l’organe dirigeant
Le Comité de Caritas Vaud exerce sa fonction à titre bénévole. Aucune rémunération n’a été versée.
1.4 Commentaires complémentaires au bilan et à l’exploitation
La version détaillée et commentée des comptes annuels peut être consultée sur demande à Caritas Vaud, rue
César-Roux 8, 1005 Lausanne.
2. Evolution des fonds
L’utilisation du Fonds social de CHF 103’327.20 finance partiellement l’achat de marchandises de première néces-
sité dans les Epiceries Caritas pour CHF 100’000 et couvre l’excédent des aides individuelles accordées en 2008
pour CHF 3’327.20.
Le Fonds de projets a été doté de CHF 55’000 correspondant à des contributions en faveur du projet « Entreprise
sociale » et dissous de CHF 73’800 dont CHF 53’800 de charges pour le projet « Entreprise sociale » et CHF 20’000
pour le financement partiel de l’agencement du CASI de Lausanne.
CHF 68’621.90 ont été dissous du Fonds des secteurs, soit :
- CHF 28’000.00 pour le fonctionnement du secteur « Accompagner la vie »
- CHF 27’150.15 affecté à la provision pour le remplacement du véhicule de la CARL
- CHF 8’400.00 pour l’agencement des cours de français à Yverdon
- CHF 5’071.75 pour l’agencement des cours de français à Nyon
Le Fonds de l’organisation est diminué de CHF 237’648.86, soit :
- d’une part, de CHF 36’804 qui correspondent à la réévaluation des titres à leur valeur moyenne au 31.12.2008
dissous de la réserve de réévaluation
- d’autre part, de CHF 200’844.86 correspondant à l’excédent de charges de l’exercice 2008.
Tableau de variation du capital 2008
Existant initial
au 01.01.08
Dotation Utilisation
Existant final
au 31.12.08
Moyens provenant du financement propre
Fonds de l’organisation 519'459.18 519'459.18
Réserve de réévaluation 55'389.00 -36'804.00 18'585.00
Résultat de l’exercice -200'844.86 -200'844.86
Capital de l’organisation 574'848.18 - -237'648.86 337'199.32
Moyens provenant de fonds
Fonds service social 378'896.68 - -103'327.20 275'569.48
Fonds de projets 165'728.03 55'000.00 -73'800.00 146'928.03
Fonds des secteurs 90'621.90 - -68'621.90 22'000.00
Capital des fonds 635'246.61 55'000.00 -245'749.10 444'497.51
29
Provenance des fonds en 2008 et 2007
Composition des recettes 2008 2007
Soutien privé / donations
Cotisations des membres 2’820.00 4’560.00
Dons, legs, Caritas général 153’027.85 220’539.55
Dons affectés à des projets 35’218.15 30’322.95
Appels journal «Tranches de vie» 14’635.00 4’980.00
Remboursements, appels fondations 100’024.50 137’034.95
Quêtes des paroisses vaudoises 18’459.30 18’609.55
Campagnes de recherches de fonds 187’240.85 225’662.20
Repas de soutien 19’039.65 28’669.45
530’465.30 670’378.65
Contributions de tiers
FEDEC-Vaud 730’000.00 730’000.00
Caritas Suisse 130’000.00 115’000.00
Caritas Markt - 20’600.00
Loterie Romande 524’978.00 -
Autres œuvres d’entraide / organisations 227’100.00 223’709.25
1’612’078.00 1’089’309.25
Total du soutien privé / donations 2’142’543.30 1’759’687.90
Contributions publiques
Subventions fédérales AI 83’696.50 161’400.00
Contribution fédérale Mode d’Emploi 146’417.99 117’620.05
Subvention fédérale CFE 29’400.00 46’200.00
Subventions cantonales 1’604’235.80 1’240’510.80
Subvention cantonale Dîme de l’Alcool 60’000.00 60’000.00
Subventions communales 901’400.20 837’700.15
2’825’150.49 2’463’431.00
Total du soutien public 2’825’150.49 2’463’431.00
Produits de prestations
Ventes de marchandises 1’605’753.13 1’213’066.91
Produits de prestations 110’557.05 102’819.80
1’716’310.18 1’315’886.71

Total des produits de prestations 1’716’310.18 1’315’886.71
Autres revenus
Revenus de la fortune 4’472.29 3’180.83
Dissolutions de fonds 446’593.96 188’108.78
Affectation de fonds à l’exploitation 41’471.75 -
Autres revenus / Recettes extraordinaires 123’284.13 97’712.62
Excédent de charges CARL en attente d’affectation 19’623.49 9’133.28
635’445.62 298’135.51
Total des autres recettes 635’445.62 298’135.51

Participation des projets aux charges administratives
(répartition interne) 183’373.37 235’991.50
TOTAL DES RECETTES DE L’EXERCICE 7’502’822.96 6’073’132.62
30
Provenance et utilisation des moyens
en 2008
Provenance des moyens 2008
Produits de
prestations
22%
Subventions publiques
36%
Autres revenus
2%
Diss. Fonds/provisions
6%
Dons
7%
FEDEC-vaud
9%
Contributions
privées
18%
Utilisation des moyens 2008
Frais administr./fonction
4%
Frais d'entretien
et de loyers
15%
Prestations individuelles
3%
Amortissements
4%
Participation dir. +
secrétariat central
3%
Salaires et frais
de personnel
53%
Frais d'outillage
et de mat.
16%
Prestations en partenariat
2%
31
Organes
Comité
Président
Paul J. Zimmermann-Legrand, Arzier
Vice-président
vacant
Aumônier
vacant
Membres
Françoise Merlo, membre du Bureau, Gland
Irène Wettstein, membre du Bureau,Vevey
Maia Wentland Forte, Pully
Marie-Claude Moser Collaud, Yvonand, entrée lors de l’AG 2008
Jean-Marie Brandt, Pully
Jacques Dumas, Lutry
Eric Gentizon, Yverdon-les-Bains, démission lors de l’AG 2008
Eric Schneider, Giez, entré lors de l’AG 2008
Jean-Pierre Grossrieder, Yvonand
Alphonse Miserez, St-Sulpice
Alain Sandmeyer, Veytaux
Henri Sattiva, Lausanne
Organe de révision
Fiduciaire Favre & Perreaud SA, Lausanne
Direction
Pierre-Alain Praz, directeur
Christine Burki, resp. secteur Bénévolat
Christine Müller Ulrich, dès le 1
er
décembre 2008
Tamara Kazadi, secteur Sevice social et consultation, dès le 1
er
septembre 2008
Yves Pommaz, resp. secteur Centre d’appui social et d’insertion
Patrick Bussmann, resp. secteur des Ateliers d’insertion et Magasins
Gabriel Oguey, resp. secteur Administration
Provenance et utilisation des moyens
en 2008
Caritas Vaud
Rue César-Roux 8
1005 Lausanne
Tél. 021 320 34 61
Fax 021 320 34 01
info@caritas-vaud.ch
www.caritas-vaud.ch
Lausanne et environs :
Ch. de la Colline 6
1007 Lausanne
Tél. 021 625 46 76
Nyon – La Côte :
Route de l’Etraz 20
1260 Nyon
Tél. 022 361 03 84
Vevey – Riviera :
Rue du Clos 8
1800 Vevey
Tél. 021 923 78 50
Yverdon – Nord Vaudois :
Rue du Curtil-Maillet 23
1400 Yverdon-les-Bains
Tél. 024 420 33 62
Service d’Aide Juridique
aux Exilés (SAJE)
Rue Enning 4
Case postale 7359
1002 Lausanne
Tél. 021 351 25 51
Pour vos dons : CCP 10-10936-3
Système de management certifié
ISO 9001 : 2000, No 21045-01, OFAS-AI 2000