Vous êtes sur la page 1sur 7

LES EFFETS DU CONTRAT

Un contrat qui a été dûment formé sera désormais la loi des parties contractantes.
Dans la mesure ou le contrat est valable, c'est-à-dire que toutes les conditions de
validité du contrat sont réunies et le contrat ne va pas à l’encontre de l’ordre public, le
contrat s’impose aux parties. On parle alors de la force obligatoire du contrat.

Art 1134 du CCM

Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites.

Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel ou pour les causes que
la loi autorise.

Elles doivent être exécutées de bonne foi.

La Force obligatoire du Contrat

I. Le contrat, loi des parties

L’article 1134 alinéa 1 du code civil pose clairement le principe : "les conventions
légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites"

Puisque le contrat est la loi des parties, il ne s’applique qu’aux contractants et ne profitent
pas aux tiers du contrat.

Ex s’il y a un contrat entre votre voisin et vous qui vous consacre un droit de passage, les
autres voisins ne pourront pas y bénéficier.

Le principe fondamental de l’effet relatif de lien obligatoire est posé par l’article 1165 du
Code Civil :

« Les conventions n'ont d'effet qu'entre les parties contractantes; elles ne nuisent point au
tiers, et elles ne lui profitent que dans le cas prévu par l'article 1121. »

Kaveesh Gopaloodoo (Komalesh)

celles de leurs ayants cause universels. ex le représenté qui est lié par le contrat et non pas le représentant.-le lien obligatoire n’atteint pas les tiers qui ne peuvent ni exiger l’exécution de l’obligation. ni être tenu de l’exécuter.de leurs créanciers chirographaires. un héritier peut renoncer la succession. Question : Qui sont les personnes obligées [tenues par l’obligation] ? La situation des obliges originaires. une partie peut décider que les obligations qu’elles contractent ne sont pas transmissibles aux héritiers. Pour échapper aux dettes. toutefois. à moins que le contraire ne soit exprimé ou ne résulte de la nature de la convention.  Les Obligés originaires sont les parties au contrat. Kaveesh Gopaloodoo (Komalesh) .  Les ayants cause universels et a titre universel -les héritiers. le légataire universel ou a titre universel reçoit tout ou une partie du patrimoine qui consiste en des biens et aussi bien que les dettes. les personnes qui figurent matériellement au contrat ne sont pas toujours celles qui sont obligées. -l’obligation ne lie pas les tiers mais elle existe a leur égard. Toutefois. Art 1122 On est censé avoir stipulé pour soi et pour ses héritiers et ayants cause.

Ainsi il y a 4 exceptions a l’effet relatif du contrat ou un tiers se trouve créancier par l’effet d’un contrat auquel il est étranger 1. dans le cas d’une stipulation pour autrui 2. La contre lettre ILa Stipulation pour autrui Définition La SPA est l’opération par laquelle une personne. Toutefois. La promesse de porte fort 4. Le Domaine de la stipulation pour autrui Kaveesh Gopaloodoo (Komalesh) . et l’actif et le passif l’intéresse Exception au principe de l’effet relatif du Contrat il y a certains cas ou le législateur est intervenu pour obliger les tiers a un contrat. que celle-ci exécutera une prestation au profit d’un tiers. le promettant. le stipulant. ils peuvent poursuivre leurs debiteur de leur debiteur par l’action oblique. le bénéficiaire. convient avec une autre personne. dans le cas ou une action directe lui est confiée 3.  Les créanciers chirographaires Bien qu’ils ne soient pas liés par les obligations qui doivent être exécutées par le debiteur. Ils ont un droit de gage sur l’ensemble du patrimoine de leur debiteur.

Kaveesh Gopaloodoo (Komalesh) . le stipulant a une action en resolution au cas d’inexécution." La SPA crée 3 séries de rapports Entre le stipulant et le promettant Entre le promettant et le tiers bénéficiaire Entre le stipulant et le tiers bénéficiaire 1. Entre le stipulant et le promettant -Le stipulant est créancier de l’exécution au profit du tiers.article 1121 du Code civil : "On peut pareillement stipuler au profit d'un tiers. celui-ci devient créancier sans être ni partie ni ayant cause de l’une des parties. -Si le contrat est synallagmatique. Entre le promettant et le tiers bénéficiaire Ici. le contrat produit effet a l’égard du tiers bénéficiaire. lorsque telle est la condition d'une stipulation que l'on fait pour soi-même ou d'une donation que l'on fait à un autre. Celui qui a fait cette stipulation ne peut plus la révoquer. que le promettant se trouve lie directement au tiers bénéficiaire. si le tiers a déclaré vouloir en profiter. il peut ainsi contraindre le promettant d’exécuter le contrat. 2. cad.

Les créanciers du stipulant et le tiers bénéficiaire Les créanciers du stipulant peuvent se payer sur l’ensemble des biens qui composent le patrimoine de leur debiteur. La créance ne fait jamais partie du patrimoine du stipulant L’acquisition d’un droit direct pale bénéficiaire contre le promettant des la conclusion de la stipulation a d’importantes conséquences les rapports entre le bénéficiaire. b. a. sa créance contre le promettant passe a ses héritiers. c. Des le jour du contrat. le stipulant. d’une part. L’acceptation a pour effet de rendre irrévocable la stipulation pour autrui. car le droit est ne sur la tête du bénéficiaire des l’instant ou la stipulation a été conclue. Lorsque le tiers bénéficiaire décède avant l’exécution. b. Les héritiers du stipulant et le tiers bénéficiaire Kaveesh Gopaloodoo (Komalesh) . d’autre part. cette créance n’est jamais entrée dans le patrimoine du stipulant. il est en droit de poursuivre directement le promettant sans être obligée de s’adresser au stipulant. et avant toute acceptation de sa part. ses héritiers et créanciers.Le bénéficiaire devient créancier par l’effet du contrat et a une action directe contre le promettant. Entre le stipulant et le tiers bénéficiaire Le stipulant peut révoquer le bénéfice de la stipulation tant que le tiers ne l’a pas accepté. 3. Conséquences de ce droit direct du bénéficiaire a. Il en est ainsi même lorsque le tiers décède avant d’avoir accepter le bénéfice de la stipulation. Puisque le bénéficiaire est directement titulaire d’une créance l’encontre du promettant. que le bénéficiaire acquiert le droit a la prestation du promettant. Le tiers bénéficiaire a une action directe contre le promettant pour le contraindre a l’exécution.

le promettant. L’action directe ne doit pas être confondue avec l’action oblique qui est celle par laquelle le créancier d’un debiteur négligent intente.Les héritiers du stipulant sont également sans droits sur la prestation due au tiers bénéficiaire par le promettant. En effet. cette acceptation contrairement a l’acceptation d’une offre de contracter ne fait pas naître d’obligation car la créance entre le promettant existait dans le patrimoine du tiers des la conclusion du contrat passé entre le stipulant et le promettant. elle ne fait donc point partie de sa succession. au nom de son debiteur et pour le compte de tous les créanciers. L’acceptation a donc pour seul effet de supprimer le droit de révocation qui appartenait au stipulant. pour atteindre directement le debiteur de son debiteur. Toutefois. un tiers acquiert un droit direct et une action directe contre l’un des contractants . les actions que le debiteur ne se donne pas la peine d’exercer. Ce droit direct naît de la volonté commune du stipulant et du promettant de rendre le tiers créancier. cette prestation n’est pas entrée dans le patrimoine de leur auteur. d L’acceptation par le tiers bénéficiaire Le droit du bénéficiaire devient irrévocable à partir du jour ou il accepte la stipulation. L’action directe permet au créancier de passer par-dessus la tête de son debiteur. Kaveesh Gopaloodoo (Komalesh) . II L’action directe Grâce a SPA.

Arrets a consulter 1. et le tiers par laquelle le porte-fort souscrit une obligation de faire.III La Promesse de Porte Fort 1. ou l'exécution d'une obligation qui incombe au tiers . qui est de convaincre le tiers de réaliser ou d'exécuter un engagement. le promettant engage sa responsabilité contractuelle pour inexécution de son obligation– Aux termes de l'article 1120 du Code civil. Le refus du tiers de ratifier l'acte rend définitivement inopposable au tiers l'acte réalisé par le porte-fort : cet acte est caduc . le porte-fort est celui qui promet "le fait" d'un tiers. le porte-fort n'ayant pas tenu sa promesse engage sa responsabilité contractuelle à l'égard du cocontractant.La promesse de porte-fort est une opération juridique à trois personnes. le bénéficiaire. sous forme de ratification. La ratification décharge le porte-fort de toute responsabilité. Gobin v Daby 2013 SCJ 250 Kaveesh Gopaloodoo (Komalesh) . Le "fait du tiers" peut ainsi être un fait matériel pour lequel on se porte fort . le promettant. le mécanisme de la promesse de porte-fort permet à un représentant qui accomplit un acte juridique sans pouvoirs.Définition. elle produit rétroactivement ses effets. de se porter fort d'obtenir a posteriori l'habilitation qui lui fait défaut. le promettant est libéré. mais s'il ne le réalise pas. Dans l'interprétation traditionnelle de ce texte. ou une ratification de l'acte réalisé par le porte-fort pour le compte du tiers.Régime Juridique Si le tiers réalise le fait promis. 2. ou un engagement juridique qui devra être passé par le tiers .