Vous êtes sur la page 1sur 18
Chapitre 9: Théorème de l’Energie Cinétique
Chapitre 9:
Théorème de l’Energie Cinétique
Plan
Plan

I. Puissance, Travail, Énergie potentielle

1)

Puissance

2)

Travail

3)

Énergie potentielle

II. Théorème de l’énergie cinétique

1)

Théorème de l’énergie cinétique relatif à un point matériel

2)

Théorème de l’énergie cinétique relatif à un solide

3)

Théorème de l’énergie cinétique relatif à un ensemble de solides

III. Application

I- Puissance, Travail, Energie potentielle
I- Puissance, Travail, Energie potentielle

Une façon intéressante d’obtenir une équation scalaire du mouvement est d’écrire le théorème de l’énergie cinétique que l’on exposera une fois que l’on aura défini les

notions de puissance, travail et énergie cinétique.

1)

Puissance

a) Puissance des efforts exercés sur un point matériel et sur

un système matériel :

F

La puissance observé de E0 ou d’une force

matériel P est la fonction numérique, notée, définie par :

, appliquée à un point

P

F

0

F V

.

0 P

On écrit la puissance des forces concentrées et réparties agissant sur un système matériel comme suit :

P

V

PdFP

F

0

0

.

b) Puissance des forces et des couples-efforts exercés sur des solides :

Soit un solide soumis à des forces concentrées ou réparties. A étant un point lié au solide (S) considéré, on a :

V  P   V PdFP   0 A .   
V
P
V
PdFP
 
0 A
.
 
APdFP
.
0 S
F
0
0
S
S
V
 A .
dF P
dF
P ,
, AP
0
0 S
 S
S
 

 A .R
, AP, dF P
V 0
SS
0 S
 S 
A .R
 
.
 

AP
dF P
V 0
SS
0 S
S
V
AR
.
  
. M 
A
0
SS
0 S
SS
C
S
 A
0
F
S
S
A

Donc :

Donc : P F 0   C 0  S    . F

P

F

0

C

0

S

.

F

S

P F 0   C 0  S    . F S 
P F 0   C 0  S    . F S 

S

Remarque : la puissance des efforts exercées sur une réunion de solides est la somme des puissances des efforts exercées sur chacun des solides

c) Liaisons parfaites entre solides :

une liaison est parfaite si, pour tous les mouvements géométriquement permis, la puissance développée par les efforts de contact est nulle.

Soient (S1) et (S2) deux solides en contact,

P

L

0

R

12

.

V

12

C

 

12

.

M

12

C

0

pour tous les mouvements géométriquement permis.

C appartenant à l’espace de contact

2)

Travail

a) Travail d’une force agissant sur un point matériel :

 

Le travail observé de E0 entre les instants t0 et t1, d’une force point matériel P est :

F

agissant sur un

où :

P

F

0

 

t

 

 

1

P F

0

tdt

F

0

0

, t

1

t

t

0

W

est la puissance de la force défini auparavant.

b) Travail de forces ou couples-efforts exercés sur des solides

où :

P

F

0

 

t

 

 

1

P F

0

tdt

F

0

0

, t

1

t

t

0

W

est la puissance exercée sur la réunion des solides.

Cas d'une force constante parallèle à un déplacement en ligne droite

W

F AB
F AB
A
A

B

Cas d'une force constante non parallèle au déplacement

F F A q B q
F
F
A
q
B
q
F AB cosθ
F AB cosθ

W

Unité de travail = Newtonmètre = Joule

Unité de Puissance = Joule/second =Watts

q  p/2 dl F dW 0 dl q < p/2 q > p/2 dl
q  p/2 dl F dW 0 dl q < p/2 q > p/2 dl
q  p/2
q  p/2

dl

q  p/2 dl F dW 0 dl q < p/2 q > p/2 dl F

F

dW

0
0

dl

q < p/2
q < p/2
q > p/2
q > p/2

dl

q  p/2 dl F dW 0 dl q < p/2 q > p/2 dl F

F

dW 0
dW
0

Travail moteur

> p/2 dl F dW 0 T r a v a i l m o t

le système fourni du travail

F dW 0
F
dW
0

Travail résistant

r le système fourni du travail F dW 0 Travail résistant le système doit recevoir du

le système doit recevoir du travail pour aller de A à B.

dW

dW F dl cos θ

F dl cosθ

Le travail peut être négatif ou positif

3)

Énergie potentielle

a) définition :

- Des efforts exercés sur un système matériel () en mouvement par rapport à E0

admettent une énergie potentielle dans E0 si et seulement si il existe une fonction

numérique Ep dépendant des paramètres de position telle que, dans tout

mouvement de () par rapport à E0 on a :

P

F

0

 

dE

p

dt

- lorsque l’énergie potentielle existe, elle n’est définie qu’à une constante d’addition près.

- le travail entre t0 et t1 des efforts admettant une énergie potentielle est :

W F

0

t

0

, t

1

t

1

t

0

P

F

0

 

t dt

t

1

t

0

dEp

dt

dt

 

t

1

t

0

dEp

Ep

t

0

Ep

t

1

ce travail est égale à la diminution de l’ énergie potentielle entre t0 et t1.

La variation de l'énergie potentiel au cours d' un déplacement élémentaire dl est égale et de

signe opposé au travail de la force.

W

A

B B Fdl dE E E B p p A B p A A
B
B
Fdl
dE
E
E
B
p
p
A
B p
A
A
W E E A B p A p B
W
E
E
A
B
p
A p
B

Si une force dérive d'une énergie potentielle, le travail de cette force lors d'un déplacement

AB quelconque ne dépend que du point de départ A et du point d'arrivée B.

Si une force dérive d'une énergie potentielle, le travail de cette force est nul sur un contour fermé.

W

A

E E 0 A p A p A
E
E
0
A
p
A p
A

Une force qui dérive d'une énergie potentielle est appelée force conservative.

Réciproquement:

Si le travail d'une force lors d'un déplacement quelconque ne dépend que du point de départ et du point d'arrivée, on dit que cette force est conservative et dérive d'une énergie potentielle.

b) Ep d’un système matériel soumis au champ de la pesanteur :

Soit le système matériel () de masse m. Soit terrestre. On pose :

g l’accélération de la pesanteur

g

 

gz

0

z

est le vecteur unitaire de la verticale ascendante.

0

On a :

d’où :

P

F

0

 

 

 

mgz V

0

.

G

0

d

0

OG

mgz .

0

dt

d

dt

mgz . OG

0

  mg

E

p

.
.

mgOG z

0

d

dt

z

0

. OG

c) Ep d’un ressort linéaire reliant deux solides :

P P

0

xu

P

0

 u
u

x

u

est un vecteur unitaire

 xu P 0  u x où u  est un vecteur unitaire Force de

Force de rappel : F k x a.u

P

1

On a :

P F

0

d’où :

 k  x  a  u.V  P  0 d  OP
 k
x  a
u.V
P
0
d
OP
0
 
k
x
a
u
.
 
k
x
a
u xu
.
dt
d
1
2
 
k
x
a
dt
 
2
 
E
1 k
x  a
2
p
2 
II- Théorème de l’Energie cinétique
II- Théorème de l’Energie cinétique

1)

Théorème de l’énergie cinétique relatif à un point matériel

de l’énergie cinétique relatif à un point matériel F Soit puissance observée du repère galiléen R

F

Soit

puissance observée du repère galiléen R0 de cette force est :

une force appliquée à un point matériel P de masse m. la

P

F

0

 F.V  P  0
 F.V
P
0
F  m.  P  0 d       
F  m.
P
0
d

m
P
.
V
P
m
V
P
.
V
P
0
0
0
0
dt
d
1
2
d
1
2
m
V

P

m V
P
0
0
dt
2
 
dt
 
2
 

d

dt

 

E

c0

P

 

En appliquant le PFD au point on a :

Donc, la puissance devient :

 

P

 
 

F

0

 

d

c0

P

 

P

F 0

dt

E

,

t

1

t

1

t

0

P

F

0

 

t dt

D’où :

Autre forme du théorème

W

F

0

t

0

t

1

t

0

dE

t

1

t

0

c 0

dt

dE

c

0

E

c

0

t

1

E

c

0

t

0

dt

Théorème de l’Energie Cinétique

Page 13

2)

Théorème de l’énergie cinétique relatif à un solide

Le théorème de l’énergie cinétique relatif à un solide (S) est :

P

F 0

d

dt

E

c0

S

Autre forme du théorème

W  t , t   E  t   E  t
W
 t
, t
 E
t
 E
t
F
0
1
c
0
1
c
0
0
0

III- Exemple d’Application

Exercice II-4 : Mouvement d’un disque soumis à un poids et à l’action du ressort

: Mouvement d’un disque soumis à un poids et à l’action du ressort Théorème de l’Energie

1.

Équation traduisant la CRSG :

xa0 1

2. a- Théorèmes généraux de la dynamique :

TRD :

TMD en C :

F



m

g

G

M C,F



  suivant

x :

suivant y :

T

mgsin

-kx

mx 

N-mgcos

0

g

C,

aT m

2 2 

a

4

b- Par dérivation (1) donne :



x



a

0



a

 

 x

d après

'

4et 2

3

2

mxkx mg sin

(4)

on a

:

T

 

m  x   kx  mg sin  (4) on a : T 

(3)

m

 x

2

(2)

4

3.

a- Énergie cinétique et Puissance :

E

c

0

1

1

2

I

mx

2

2 O

,

z

0

2

1

mx

2

1

2

a

m

2 2

2

2

3

4

0

.

V

0

P

r

kxx

C

 

kxx

mg

cos

y

0

.

P

P

mg

sin

x

0

I

car V

0

I

P

R

RV

.

0

0

0

V

0

C

mgx sin

mx

2

b- Le théorème de l’énergie cinétique donne :

P

F

0

 

dE

c 0

dt

kxx

mgx

sin

3

2

mxx

x

kx

mg sin

3

2

mxx

  x    kx  mg sin    3 2 mxx

La solution

x0 correspond à l’immobilité du disque est sans intérêt.

3

 

Donc :

2

mxkx mg sin

Fin………