Vous êtes sur la page 1sur 45
Justifications Détaillées Cyril Plomteux Journées des 22 et 23 avril 2010 1
Justifications Détaillées Cyril Plomteux Journées des 22 et 23 avril 2010 1

Justifications Détaillées

Cyril Plomteux

Justifications Détaillées Cyril Plomteux Journées des 22 et 23 avril 2010 1

Journées des 22 et 23 avril 2010

1

Justifications Détaillées Cyril Plomteux Journées des 22 et 23 avril 2010 1
Justifications Détaillées Cyril Plomteux Journées des 22 et 23 avril 2010 1

Sommaire

• Principes généraux

• États limites STR

– Vérification des inclusions (compression, flexion composée, cisaillement)

• États limites GEO

– Portance de l’inclusion vis à vis du sol (Résistance en pointe, Frottement le long du fût),

– Mobilisation du frottement négatif sur l’inclusion,

– État des contraintes dans le matelas de répartition (Résistance au cisaillement du matelas),

• Dimensionnement des dallages sur inclusions rigides

• Dimensionnement des semelles sur inclusions rigides

sur inclusions rigides • Dimensionnement des semelles sur inclusions rigides Journées des 22 et 23 avril

Journées des 22 et 23 avril 2010

2

Principes Généraux

• Les justifications des ouvrages sur sol renforcé par inclusions rigides sont menées en conformité avec l’Eurocode 7.

• Celui-ci demande de vérifier les états limites de service (ELS) et les états limites ultimes (ELU).

• Pour les ouvrages sur sol renforcé par inclusions rigides, les états-limites à vérifier sont liés à la résistance intrinsèque des matériaux mis en place (STR) ainsi qu’à la valeur de leur interaction entre eux et avec les terrains en place (GEO).

• Cependant l’Eurocode 7 ne traite strictement que des fondations profondes et des fondations superficielles.

• Nécessité et volonté de continuité de la réglementation des fondations profondes et superficielles pour les ouvrages sur sol renforcé par inclusions rigides .

et superficielles pour les ouvrages sur sol renforcé par inclusions rigides . Journées des 22 et

Journées des 22 et 23 avril 2010

3

Continuité fondions profondes/superficielles

• Selon l’EC7, il convient de ne pas appliquer directement les dispositions des fondations profondes aux pieux prévus pour réduire les tassements,

– C’est le cas des inclusions rigides placées sous des fondations d’ouvrages lorsqu’elles sont utilisées uniquement pour réduire les tassements.

– A l’inverse, lorsque les inclusions sont nécessaires pour justifier la stabilité ELU de l’ouvrage, les dispositions des fondations profondes doivent être appliquées.

de l’ouvrage, les dispositions des fondations profondes doivent être appliquées. Journées des 22 et 23 avril

Journées des 22 et 23 avril 2010

4

Principes Généraux

• On distingues ainsi deux domaines d’ouvrages :

– Domaine 1: Ouvrages pour lesquels les inclusions sont nécessaires à la stabilité (et à la portance) de l’ouvrage (à la vérification des ELU GEO)

=> Continuité avec les fondations profondes

– Domaine 2: Ouvrages pour lesquels les inclusions sont utilisées principalement pour réduire les tassements (la contribution à la capacité portante est faible ou négligeable – Les ELU GEO peuvent être vérifiés sans prendre en compte les inclusions)

=> Continuité avec les fondations superficielles

en compte les inclusions) => Continuité avec les fondations superficielles Journées des 22 et 23 avril

Journées des 22 et 23 avril 2010

5

Approches de calcul

Vérification de la résistance pour les états limites de la structure et du sol dans les situations permanentes et transitoires (EC7 2.4.7.3) :

les situations permanentes et transitoires (EC7 2.4.7.3) : • Dans le cas général , l’approche de
les situations permanentes et transitoires (EC7 2.4.7.3) : • Dans le cas général , l’approche de
les situations permanentes et transitoires (EC7 2.4.7.3) : • Dans le cas général , l’approche de
les situations permanentes et transitoires (EC7 2.4.7.3) : • Dans le cas général , l’approche de

Dans le cas général, l’approche de calcul 2 de l’EC7 doit être adoptée. Elle utilise la combinaison des facteurs partiels suivants :

A1 ‘+’ M1 ‘+’ R2

Dans le cas particulier des remblais sur inclusions rigides, en cohérence avec le choix fait pour les ouvrages en sols renforcés (norme d’application NF P 94 270), c’est l’approche 3 qui devra être retenue. Elle utilise la combinaison des facteurs partiels suivants :

(A1* ou A2^) ‘+’ M2 ‘+’ R3

– * sur les actions provenant de la structure ;

– ^ sur les actions géotechniques.

Journées des 22 et 23 avril 2010

6

* sur les actions provenant de la structure ; – ^ sur les actions géotechniques. Journées

États Limites d’ordre STR

• EC7 2.4.7.1 « Rupture interne ou déformation excessive de la structure ou d’éléments de structure, dans lesquels la résistance des matériaux de la structure contribuent significativement à la résistance » : États limites vis- à-vis de la résistance des matériaux.

1. Vérification des inclusions (compression, flexion composée, cisaillement, flambement)

2. Vérification des renforcements horizontaux (géotextile…),

3. Vérification des dallettes

4. Vérification de la structure (dallages, radiers, semelles)

des dallettes 4. Vérification de la structure (dallages, radiers, semelles) Journées des 22 et 23 avril

Journées des 22 et 23 avril 2010

7

Résistance à la compression

• La valeur caractéristique fc * du matériau est fonction de la résistance conventionnelle f c pondérée par des coefficients k 1 , k 2 décrits dans l’Eurocode 7 ou dans les cahiers des charges particuliers, et k 3 selon le tableau suivant (§ 2.3.3.1.1.2):

k3 domaine Sans essai Essai de qualité Essai de portance 1 1.00 1.40 1.72 Sous
k3
domaine
Sans essai
Essai de qualité
Essai de portance
1
1.00
1.40
1.72
Sous semelles et radiers
(4 inclusions et plus)
2
1.50
2.17
2.17
1
0.74
1.09
1.30
Semelles isolées ou filante
(moins de 3 inclusions)
2
1.50
2.17
2.17
Dallages ou ouvrages en
terre
2
1.50
2.17
2.17
Valeur de ce
coefficient k3 ?

f

c

*

f

c

k

3

=

k

1

.

k

2

– f c = min(f c28 , f cj , f cmax )
– k 1 et k 2 fonction de la méthode de forage et de l’élancement ;
– k 3 fonction du type d’ouvrage en cas de contrôle renforcé ou de procédures supplémentaires d'essai in-situ ;

en cas de contrôle renforcé ou de procédures supplémentaires d'essai in-situ ; Journées des 22 et

Journées des 22 et 23 avril 2010

8

Résistance à la flexion composée

• A l’ELS, la contrainte maximale de compression du béton est limitée à :

– 0,6 min(f c ; f c *) à étendre pour les matériaux dont f c <12 MPa

• la contrainte moyenne de compression sur la seule section comprimée est limitée à :

– min(0,3 f c * ; 0,45 f c ) à étendre pour les matériaux dont f c <12 MPa

• A l’ELU, la contrainte de compression est limitée à :

– 0,80 x min(f c , f c * ) /1.50 en absence d’armature

– min(f c , f c * ) /1.50 en présence d’armature.

adm adm = 10 = MPa = = M M N N + + +
adm
adm
= 10
=
MPa
=
=
M
M
N
N
+
+
+
=
=
=
adm
adm
= 10
=
MPa
M
M
= =
N
N

Commentaire : Le cas des matériaux de résistance f c < 12 MPa, correspond à des inclusions rigides réalisées en mortier ou en béton de sol (Jet-grouting, soil mixing…), avec des dosages en ciment ou en liant inférieurs aux normes concernant les bétons.

avec des dosages en ciment ou en liant inférieurs aux normes concernant les bétons. Journées des

Journées des 22 et 23 avril 2010

9

Résistance au cisaillement

• Pour des inclusions non armées, on doit vérifier la contrainte de cisaillement à l’ELU (EC2 12.6.3). Pour une inclusion soumise à un effort tranchant V ed et un effort normal N ed agissant sur la section comprimée A c de l’inclusion, on considère les contraintes de calcul suivante:

– = k V ed / A c

cp

cp = N ed / A c

avec k = 1.78

• Pour clim = f cd – 2 [f ctd . (f ctd +f cd )] 0,5

• On doit vérifier que cp < f cvd (f cvd = résistance de calcul en cisaillement) où:

si cp <

cp >

• si

clim

clim

f cvd = (f ctd ² + cp .f ctd ) 0,5

f cvd = (f ctd ² + cp .f ctd - [( cp - clim )/2]²) 0,5

– f cvd : résistance de calcul en cisaillement et en compression du béton
– f cd : résistance de calcul en compression du béton
– f ctd : résistance de calcul en traction du béton

du béton – f c t d : résistance de calcul en traction du béton Journées

Journées des 22 et 23 avril 2010

10

Résistance au cisaillement

3 B10 2.5 B15 B20 2 B25 1.5 1 0.5 Besoin de limitations 0 complémentaires
3
B10
2.5
B15
B20
2
B25
1.5
1
0.5
Besoin de limitations
0
complémentaires ?
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
cv (MPa)
f
(MPa)cvd
0 complémentaires ? 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 cv

Journées des 22 et 23 avril 2010

11

Résistance au cisaillement

• Dans le cas d’inclusions comportant des armatures d’effort tranchant inclinées (angle ), l’effort tranchant résistant est la plus petite des valeurs (EC2 6.2.3):

V

Rd s

,

=

V

Rd

,max

A sw

=

s

c

.

z f

.

ywd

.

b

w

.

z

.

.(cot

1

.

f

cd

+

cot

).sin

(

. cot

+ cot

) ( 2 ) 1+ cot
)
(
2
)
1+ cot

• Où:

– s est l’espacement des spires,

– f wd est la résistance de l’acier (= f c / s ),

– cotθ peut varier entre 1 et 2,5,

– z est le bras de levier,

, – c = 1, – 1 est un coefficient de réduction de la résistance du béton fissuré à l’effort tranchant,

– b w =

de la résistance du béton fissuré à l’effort tranchant, – b w = Journées des 22

Journées des 22 et 23 avril 2010

12

États Limites d’ordre GEO

• EC7 2.4.7.1 « Rupture ou déformation excessive du terrain, dans lequel la résistance des sols ou des roches contribue de façon significative à la résistance » : États limites vis-à-vis des interactions entre les éléments de structure et le sol et au sein des éléments de sol.

1. Portance de l’inclusion vis à vis du sol (Résistance en pointe, Frottement le long du fût),

2. Mobilisation du frottement négatif sur l’inclusion,

3. Interaction du renforcement horizontal (géotextile…) avec la couche de forme (Adhérence),

4. État des contraintes dans le matelas de répartition (Résistance au cisaillement du matelas),

5. Contraintes appliquées au sol entre les inclusions,

au cisaillement du matelas), 5. Contraintes appliquées au sol entre les inclusions, Journées des 22 et

Journées des 22 et 23 avril 2010

13

Portance de l’inclusion vis-à-vis du sol

Q Tassement Contraintes Inclusion wp(0) ws(0) ws(0) wp(0) R s- = frottement négatif h Point
Q
Tassement
Contraintes Inclusion
wp(0)
ws(0)
ws(0)
wp(0)
R s- =
frottement
négatif
h
Point
neutre
Sol
R s+ =
frottement
positif
Inclusions
Inclusion
Sol
compressible
R
b
Profondeur
Profondeur
Q
+
R
=
R
+
R
s
b
s
+
Déformations
Contraintes
Équilibre des efforts
Mobilisation des
contraintes
14
Journées des 22 et 23 avril 2010

Comportement de l'inclusion en pointe

Comportement de l'inclusion en pointe Combarieu O. – Calcul d’une fondation mixte • Valeur limite de
Comportement de l'inclusion en pointe Combarieu O. – Calcul d’une fondation mixte • Valeur limite de

Combarieu O. – Calcul d’une fondation mixte

• Valeur limite de l’effort en pointe :

– R b = k . q c

– R b = k . p l

méthode pénétrométrique,

méthode pressiométrique.

Les valeurs R b définies conventionnellement font référence à un tassement de 10% du diamètre.
Les valeurs R b définies
conventionnellement font
référence à un tassement
de 10% du diamètre.

• Les valeurs de k sont celles de l’Eurocode ou celles des cahiers des charges particuliers.

• On cherche une équation de comportement en pointe w b = f(q b )

w   K E . q m  b k ; 
w
K E
.
q
m
b k
;

b

(

H

)

=

2.

r

b

.

q

;

b k

.ln 1

b ( H ) = 2. r b . q ; b k   .ln

q

b

K : premier coefficient de Frank & Zhao

r b : rayon de l’inclusion

E m : module pressiométrique

Frank & Zhao r b : rayon de l’inclusion E m : module pressiométrique Journées des

Journées des 22 et 23 avril 2010

15

Comportement de l'inclusion en frottement

Comportement de l'inclusion en frottement • • • w s = 2. r b . q
Comportement de l'inclusion en frottement • • • w s = 2. r b . q

w

s

=

2.

r

b

.

q

'.

K E

m

s

.ln 1

q

s

Valeur limite en frottement latéral :

– q s méthode pénétrométrique,

– q s méthode pressiométrique.

Les valeurs de q s sont celles de l’Eurocode ou celles des cahiers des charges particuliers.

On cherche une équation de comportement le long du fût w s = f( )

K’ : second coefficient de Frank & Zhao r b : rayon de l’inclusion E m : module pressiométrique au niveau considéré

On doit également vérifier que le frottement mobilisé au dessus du point neutre est compatible avec la relation:

=

'

v

.

K

.tan

neutre est compatible avec la relation: = ' v . K .tan Combarieu O. – Calcul

Combarieu O. – Calcul d’une fondation mixte

Journées des 22 et 23 avril 2010

16

Comportement de l'inclusion en frottement

S-max = -61 kPa S-max = -35 kPa S-max = -44 kPa S-max = -36
S-max = -61 kPa
S-max = -35 kPa
S-max = -44 kPa
S-max = -36 kPa
S-max = -19 kPa
S-max = -32 kPa
Point neutre
S-max =+18 kPa
S-max = +52 kPa
S-max =+42 kPa
S-max = +140 kPa
Journées des 22 et 23 avril 2010

17

État de contraintes dans le matelas

Efficacité : ratio des charges transmises aux inclusions

Efficacité : ratio des charges transmises aux inclusions Capacité : ratio des contraintes transmises aux inclusions

Capacité : ratio des contraintes transmises aux inclusions

Capacité : ratio des contraintes transmises aux inclusions SRR : ratio des contraintes transmises au sol

SRR : ratio des contraintes transmises au sol

contraintes transmises aux inclusions SRR : ratio des contraintes transmises au sol Journées des 22 et
Journées des 22 et 23 avril 2010
Journées des 22 et 23 avril 2010

18

État de contraintes dans le matelas

BS 8006 (1995) : basé sur la théorie de Marston & Anderson (1913)

(1995) : basé sur la théorie de Marston & Anderson (1913) Svanø & al. (2000) basé
(1995) : basé sur la théorie de Marston & Anderson (1913) Svanø & al. (2000) basé

Svanø & al. (2000) basé sur la méthode de Carlsson

Journées des 22 et 23 avril 2010
Journées des 22 et 23 avril 2010

19

État de contraintes dans le matelas

Terzhagi (1943)

État de contraintes dans le matelas Terzhagi (1943) Combarieu q 0 + r ( m .
État de contraintes dans le matelas Terzhagi (1943) Combarieu q 0 + r ( m .

Combarieu

q 0

contraintes dans le matelas Terzhagi (1943) Combarieu q 0 + r ( m . h )
+ r ( m . h ) m . h colonnes fictives q = 1
+
r
(
m
.
h
)
m
.
h
colonnes fictives
q
=
1
e
r
r
+
q e
r
r
s
0
m
H
R
r
QP +
q + S
a
4
aK
tan
m
=
r
2
2
s
s
a
20
Journées des 22 et 23 avril 2010

État de contraintes dans le matelas

Hewlett & Randolph (1988)

For low height of embankment

Hewlett & Randolph (1988) For low height of embankment For high height of embankment 21 Journées
Hewlett & Randolph (1988) For low height of embankment For high height of embankment 21 Journées
Hewlett & Randolph (1988) For low height of embankment For high height of embankment 21 Journées

For high height of embankment

& Randolph (1988) For low height of embankment For high height of embankment 21 Journées des

21

& Randolph (1988) For low height of embankment For high height of embankment 21 Journées des

Journées des 22 et 23 avril 2010

État de contraintes dans le matelas

Kempfert (1997) & code allemand EBGEO (2004)

le matelas Kempfert (1997) & code allemand EBGEO (2004) q 0 : surcharge d: diamètre de
le matelas Kempfert (1997) & code allemand EBGEO (2004) q 0 : surcharge d: diamètre de

q 0 : surcharge d: diamètre de l’inclusion

s m : distance maximale entre inclusions

Pour H > s m /2 Pour H < s m /2

h g = s m /2 h g = H

Journées des 22 et 23 avril 2010
Journées des 22 et 23 avril 2010

22

État de contraintes dans le matelas

1.00 0.90 Svanø et al. 0.80 Kempfert Terzaghi 0.70 BS8006 Hewlett 0.60 0.50 0.40 0.30
1.00
0.90
Svanø et al.
0.80
Kempfert
Terzaghi
0.70
BS8006
Hewlett
0.60
0.50
0.40
0.30
0.20
0.10
s
= 1.4 m
0.00
0.0
1.0
2.0
3.0
4.0
5.0
6.0
Height of embankment [m]
a = 0.40 m
= 6.5%
= 35°
Efficiency
3.0 4.0 5.0 6.0 Height of embankment [m] a = 0.40 m = 6.5% = 35°

Journées des 22 et 23 avril 2010

23

État de contraintes dans le matelas

• Nécessité d’une méthode de vérification pour les matelas de répartition, en particulier pour des épaisseurs limitées au regard de l’espacement entre les inclusions (cas des dallages…),

1. Détermination analytique de schémas de rupture (colonne fictive, spirale logarithmique…),

2. Analyse dans le cadre général du calcul à la rupture:

Approche statique par l’intérieur : Champs de contraintes statiquement admissible vérifiant à la fois l’équilibre des efforts intérieurs et les conditions aux limites en efforts. => La valeur obtenue selon cette approche est un minorant de la valeur limite.

Approche cinématique par l’extérieur : mécanisme de rupture par blocs vérifiant les conditions de pertinence. => La valeur obtenue selon cette approche est un majorant de la valeur limite.

=> La valeur obtenue selon cette approche est un majorant de la valeur limite. Journées des

Journées des 22 et 23 avril 2010

24

État de contraintes dans le matelas

4000 3500 3000 conservation des charges 2500 AS : c'=0 kPa - phi'=40° AS :
4000
3500
3000
conservation des charges
2500
AS : c'=0 kPa - phi'=40°
AS : c'=0 kPa - phi'=45°
2000
AS : c'=10 kPa - phi'=45°
1500
saint Ouen
1000
500
0
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
qs (kPa)
25
Journées des 22 et 23 avril 2010
qp (kPa)

Dimensionnement des dallages

Charges sur dallage :

- 59 kN par pied de rack (de dimensions 15 cm x 15 cm) [ surcharge uniformément répartie équivalente : 1,56 t/m²] [ surcharge répartie sous racks : 3,4 t/m²]

- La disposition des pieds de rack n’est jamais connue avec certitude

inter-rack Allée centrale rack pied de rack 5,9 t 1,56 t/m² 3,4 t/m² 3.0 m
inter-rack
Allée centrale
rack
pied de rack
5,9 t
1,56 t/m²
3,4 t/m²
3.0 m
2.7 m
1.0 m
0.3 m
26
Journées des 22 et 23 avril 2010

Dimensionnement des dallages

Dimensionnement des dallages Journées des 22 et 23 avril 2010 27
Dimensionnement des dallages Journées des 22 et 23 avril 2010 27

Journées des 22 et 23 avril 2010

27

Dimensionnement des dallages Journées des 22 et 23 avril 2010 27

Dimensionnement des dallages

Modèle Numérique Complet

Dimensionnement des dallages Modèle Numérique Complet Charges réparties sous le rack : 3,4 t/m² Surcharges ponctuelles
Dimensionnement des dallages Modèle Numérique Complet Charges réparties sous le rack : 3,4 t/m² Surcharges ponctuelles

Charges réparties sous le rack : 3,4 t/m²

Numérique Complet Charges réparties sous le rack : 3,4 t/m² Surcharges ponctuelles Journées des 22 et
Numérique Complet Charges réparties sous le rack : 3,4 t/m² Surcharges ponctuelles Journées des 22 et
Numérique Complet Charges réparties sous le rack : 3,4 t/m² Surcharges ponctuelles Journées des 22 et

Surcharges

ponctuelles

Numérique Complet Charges réparties sous le rack : 3,4 t/m² Surcharges ponctuelles Journées des 22 et

Journées des 22 et 23 avril 2010

28

Dimensionnement des dallages

Dimensionnement des dallages Journées des 22 et 23 avril 2010 29

Journées des 22 et 23 avril 2010

Dimensionnement des dallages Journées des 22 et 23 avril 2010 29

29

Dimensionnement des dallages

• Il est possible (et nécessaire) de découpler l’étude du dallage et l’étude des interactions autour de chaque inclusion de la manière suivante :

– étude du comportement d’une cellule élémentaire centrée sur une inclusion permettant d’établir le moment dans le dallage sous cette charge uniforme de référence, ainsi que la distribution de réactions en tête du modèle, équivalente à l’ensemble matelas + sol renforcé,

– étude du dallage et de sa géométrie complète, sous l’ensemble des cas de charges de dimensionnement, à partir des réactions équivalentes du sol renforcé déduite de la cellule élémentaire.

• Il convient de mener l’étude de la cellule élémentaire à partir de charges uniformes dont la résultante sur une maille est du même ordre de grandeur que la charge étudiée (superposition de charges ponctuelles…)

• Il faut être capable d’évaluer séparément les effets des différents éléments d’influence de manière à être capable de les recomposer pour l’ensemble des configurations possibles :

• L’effet des charges (type, amplitude et géométrie),

• L’effet des joints,

• L’effet des bords,

• L’effet des inclusions rigides,

Journées des 22 et 23 avril 2010

30

des joints, • L’effet des bords, • L’effet des inclusions rigides, Journées des 22 et 23

Dimensionnement des dallages

Méthode des « coefficients de réaction »

Méthode du « sol équivalent avec moment additionnel »

– Cellule élémentaire,

– Distribution des réactions en tête de modèle,

– Distribution de ressorts surfaciques équivalents à l’ensemble matelas + sol renforcé

• Étude du dallage assimilé à une plaque sur appuis élastiques « différentiés » par zone.

– Cellule élémentaire

– Module de déformation équivalent et moment complémentaire

– Calage de la résultante des charges

• Calcul du dallage au DTU13.3 avec caractéristiques de sol homogénéisé + moment additionnel en fonction de la résultante des charges

de sol homogénéisé + moment additionnel en fonction de la résultante des charges Journées des 22

Journées des 22 et 23 avril 2010

31

Dimensionnement des dallages

0 0 0.4 0.8 1.2 -4000 -8000 -12000 -16000 Kv 34 kPa Kv [kPa/m]
0
0
0.4
0.8
1.2
-4000
-8000
-12000
-16000
Kv 34 kPa
Kv [kPa/m]

Méthode des « coefficients de réaction »

-12000 -16000 Kv 34 kPa Kv [kPa/m] Méthode des « coefficients de réaction » 32 Journées
-12000 -16000 Kv 34 kPa Kv [kPa/m] Méthode des « coefficients de réaction » 32 Journées
-12000 -16000 Kv 34 kPa Kv [kPa/m] Méthode des « coefficients de réaction » 32 Journées

32

Journées des 22 et 23 avril 2010

Dimensionnement des dallages

14.00 12.00 R=0.2 m 10.00 R=0.3 m R=0.4 m R=0.5 m 8.00 R=0.6 m discrétisation
14.00
12.00
R=0.2 m
10.00
R=0.3 m
R=0.4 m
R=0.5 m
8.00
R=0.6 m
discrétisation
6.00
4.00
2.00
0.00
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1.2
1.4
1.6
-2.00
-4.00
-6.00
Moment [kN.m/m]

• Choix dans la discrétisation de la distribution de Kv,

• Validité d’un Kv unique pour l’ensemble des charges,

• Création de discontinuités dans le modèle,

• Calcul relativement compliqué

Journées des 22 et 23 avril 2010

33

Création de discontinuités dans le modèle, • Calcul relativement compliqué Journées des 22 et 23 avril

Dimensionnement des dallages

Méthode du « sol équivalent avec moment additionnel »

30 Dallage 25 Matelas Traction en fibre 20 supérieure 15 Sol compressible 1 10 5
30
Dallage
25
Matelas
Traction en fibre
20
supérieure
15
Sol
compressible 1
10
5
nappe
0
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1.2
1.4
Traction en fibre
-5
Sol
-10
Sol
inférieure
amélioré 1
Sol
amélioré 2
-15
compressible 2
M 15,6 kPa
M 34 kPa
M 84 kPa
0.4000
Diamètre
D = 0,42
m
0.3000
0.2000
Ancrage
0.1000
Substratum
0.0000
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1.2
1.4
-0.1000
-0.2000
M 15,6 kPa
M 34 kPa
M 84 kPa
34
Journées des 22 et 23 avril 2010
M/sigma [kN.m/m3]
M [kN.m/m]

Dimensionnement des dallages

Dimensionnement des dallages Coupe 1 Coupe 2 Coupe 3 Coupe 4p Coupe 4 Coupe 5 Coupe

Coupe 1

Coupe 2

Coupe 3

Coupe 4p

Coupe 4

Coupe 5

Coupe 6

Coupe 7

Coupe 8

Coupe 8p

Coupe 9

Coupe 10

Coupe 10p

Coupe 11

Coupe 12

Coupe 13

Journées des 22 et 23 avril 2010

35

6 Coupe 7 Coupe 8 Coupe 8p Coupe 9 Coupe 10 Coupe 10p Coupe 11 Coupe
Sans joint - Inclusions Charge uniforme 15.6 kPa Bandes alternées 34 kPa Pieds de racks
Sans joint - Inclusions
Charge uniforme 15.6 kPa
Bandes alternées 34 kPa
Pieds de racks 59 kN
Ensemble des résultats pour toutes les coupes étudiées
Ensemble des résultats au droit des rangées d’inclusions
Ensemble des résultats entre les rangées d’inclusions
Ensemble des résultats au droit des pieds de racks
36
Journées des 22 et 23
avril 2010
Sans joint - E eq 37 Journées des 22 et 23 avril 2010
Sans joint - E eq
37
Journées des 22 et 23 avril 2010
joint 2D - Inclusions 38 Journées des 22 et 23 avril 2010
joint 2D - Inclusions
38
Journées des 22 et 23 avril 2010
joint 2D - E eq 39 Journées des 22 et 23 avril 2010
joint 2D - E eq
39
Journées des 22 et 23 avril 2010

Dimensionnement des semelles superficielles

• De manière comparable aux massifs en sol cloué, la valeur de la résistance de
• De manière comparable aux massifs en sol
cloué, la valeur de la résistance de chaque
inclusion est le minimum entre :
n.Q
– La résistance de calcul à l’extérieur du
mécanisme de rupture :
t
Q s+ + Q b
n.Q
• avec Q s+ résistance mobilisée par frottement (positif) sur la
partie extérieure
s-
• Q b résistance mobilisée sous la pointe de l’inclusion
– la valeur limite de calcul de l’effort pouvant être
transmise par le sol à l’inclusion à l’intérieur du
mécanisme de rupture :
n.Q s+
Q s- + Q t
• avec Q s- effort transmis par frottement (négatif) sur la partie
intérieure
• Q t effort transmis sur la tête de l’inclusion
n.Q b
Q
+
Q
=
Q
+
Q
t
s
b
s
+
Q = n.Q
+ Q
• Il faut observer que les valeurs limites Q s+ (résultante
du frottement positif sous le plan neutre) et Q b
(contrainte limite en pointe) sont généralement
indépendantes du niveau de chargement. Mais ce n’est
pas vrai de Q t (contrainte limite en tête d’inclusion) et
Q s- (effort transmis par frottement négatif au dessus du
plan neutre) qui dépendent du niveau de chargement.
t
sol
40
Journées des 22 et 23 avril 2010

Dimensionnement des semelles superficielles

Cellule élémentaire

Charge verticale isolée Qn

Cellule élémentaire Charge verticale isolée Qn Modèle Numérique Complet Remblais Sol compressible Couche

Modèle Numérique Complet

Charge verticale isolée Qn Modèle Numérique Complet Remblais Sol compressible Couche d’ancrage Journées des

Remblais

Sol compressible

Couche d’ancrage

isolée Qn Modèle Numérique Complet Remblais Sol compressible Couche d’ancrage Journées des 22 et 23 avril

Journées des 22 et 23 avril 2010

41

Dimensionnement des semelles superficielles

Cas 3 : matelas de 50 cm d'épaisseur 0 -300 -250 -200 -150 -100 -50
Cas 3 : matelas de 50 cm d'épaisseur
0
-300
-250
-200
-150
-100
-50
0
50
100
150
-1
-2
-3
IR1-STAT
IR1-FIN
-4
IR1-SEISME
IR2-STAT
IR2-FIN
-5
IR2-SEISME
Linéaire (IR2-SEISME
Linéaire (IR1-SEISME
-6
-7
-8
-9
Effort axial N [kN]
Cas 3 : matelas de 50 cm d'épaisseur
0
-10
-8
-6
-4
-2
0
2
4
6
8
10
-1
-2
-3
IR1-STA
IR2-STA
-4
IR1-FIN
IR2-FIN
-5
-6
-7
-8
Moment [kN.m]
42
Journées des 22 et 23 avril 2010
Cote [m]
Cote [m]

Dimensionnement des semelles superficielles

Dimensionnement des semelles superficielles F q=(F-2.Q1)/S q=F/S q=(F-2.Q1)/S Q1 Q1 Q1 Q1 Si e < B/4

F

q=(F-2.Q1)/S q=F/S q=(F-2.Q1)/S Q1 Q1 Q1 Q1
q=(F-2.Q1)/S
q=F/S
q=(F-2.Q1)/S
Q1 Q1
Q1 Q1

Si e < B/4 alors M < Mmax et T < Tmax

50% dans les inclusions

100% dans les inclusions F.B/8 M F/2 T Q1 -B/2 B/2 Q1 -F/2
100% dans les inclusions
F.B/8
M
F/2
T
Q1
-B/2
B/2
Q1
-F/2
les inclusions 100% dans les inclusions F.B/8 M F/2 T Q1 -B/2 B/2 Q1 -F/2 Journées

Journées des 22 et 23 avril 2010

43

Dimensionnement des semelles superficielles

Journées des 22 et 23 avril 2010
Journées des 22 et 23 avril 2010

44

Dimensionnement des semelles superficielles

Journées des 22 et 23 avril 2010
Journées des 22 et 23 avril 2010

45