Vous êtes sur la page 1sur 6

3/3/2017

LaForceduminimalisme:unentretienavecJean­ClaudeMilner­Cahierspourl’analyse(anelectronicedition)

Concept and Form:

The Cahiers pour l’Analyse and Contemporary French Thought

LaForceduminimalisme:unentretienavecJean­ClaudeMilner

ProposréunisparKnoxPeden,àParis,le28novembre2008

KP:DansvotrelivreL’ŒuvreclairevousdécrivezlesCahierspourl’Analysecommesymptomatiquedu‘premierclassicismelacanien’lequelest

hyperstructuraliste.Vousproposezlasuivantecommelaconjecturehyperstructuraliste:‘lastructurequelconqueadespropriétésnonquelconque’.

Commentcetteconjecturea­t­elleinfluencélesCahierspourl’Analyse?LesCahiersétaienthyperstructualisteenquelsens?

JCM:Ilfautbiencomprendrequ’enparlantde‘premierclassicisme’etd’hyperstructuralisme,jeproposemapropreinterprétationetjelaproposeaprèscoup.A

l’époqueoùlesCahierspourl’Analysesesontconstitués,cestermesn’existaientpas.IlesttoutàfaitpossiblequeparmilesparticipantsauxCahierspour

l’Analyse,plusieursoumêmelamajoritéd’entreeuxnesereconnaissentpasdansmoninterprétationdel’entreprise.C’estunepremièreremarque.

Jepensequ’effectivementonnepeutpassaisircettebrèveentreprisequiaétélesCahierspourl’Analysesionnepensepasaumouvementstructuralistequi sedéployaitàcemoment­là,et,sid’autrepart,onnes’interrogepassurladoubleinterprétationpossibledustructuralisme.Dedeuxchosesl’une.Oubien,la structurequelconquen’apasdepropriétés,cequiveutdirequ’unestructuren’adepropriétésquesielleestparticularisée(telsystèmephonologique,tel systèmedeparentéetc).Oubien,etc’estcequimesemblespécialementexplicitechezLacan,lastructurequelconquedontonnespécifieaucuntermeen particulierad’oresetdéjàdespropriétés.Ilmesemblequec’estcelaquiestprésentéparLacandansl’appendicede‘LaLettrevolée’;ens’appuyantsurdes réseauxmathématiques,Lacanessayedemontrerqu’ensedonnantleminimumdeparticularisationspossibles,onarriveàfaireémergerdespropriétésnon­ quelconques.L’hyperstructuralismechercheàétablirlespropriétésnon­quelconquesdelastructurequelconque.Cespropriétésnon­quelconquesnaissentdu fonctionnementmêmedelastructurequelconque.Cettedernièreestdonccréatricedepropriétés;elleestenquelquesorteactive.Ilmesemblequece programmedominelapremièrepartiedel’œuvredeLacan,cequejel’appellelepremierclassicisme.C’estquelquechoseàquoi,moi,j’étaistrèssensible;cela

apparaîtdansmonarticle‘LePointdusignifiant’(CpA3.5);celaapparaîtaussi,mesemble­t­ildansletextedeJacques­AlainMiller,‘ActiondelaStructure’

Considéronsl’idéequelastructurepuisseavoiruneaction;qu’est­cequecetteaction?Cetteactionconsisteàfaireémergerdessingularitésparleseuljeudela

structure.Delàlecaractèreactifdelastructure.Delàaussilecaractèreactifdusignifiant,participeprésentactif,s’opposantauparticipepassépassifdu

signifié.Or,Lacanrecourtpeuausignifié;enprivilégiantleparticipeactif,lesignifiant,ill’arrachedefaitaucouplesignifiant/signifié.Ilcassececouple.Ilchoisit

deverserlesignifiantducôtédecequ’ilappellel’actionpure,pureenceciqu’elleestposéeenelle­mêmeetnonpasensymétriqueinversedelapassivité.En

faisantunethéoriedel’actiondelastructure,onfaitunethéoriedusignifiantentantqu’ilestactif;ondémontrequelesignifiantn’estsignifiantquedansla

mesureoùilgénèreunestructureetquelastructuren’eststructurequ’entantqu’ellegénèrelarelationd’unsignifiantàunautresignifiant.

KP:Dansl’AvertissementdupremiernuméroJacques­AlainMillerécrit‘L’épistémologieànotresenssedéfinithistoireetthéoriedudiscoursdelascience(sa

naissancejustifielasingulier)’.Ilyadeuxchosesàconstater:laprécisiondusingulier,lascience,maisaussil’accentmissurl’histoireetlathéoriedudiscours

delascienceetnonpasl’histoireetlathéoriedelascienceensoi.Pourquoil’accentsurlasingularité?Etdepluscommentvousavezcomprislerapportentre

lascienceetsondiscours?

JCM:LàencorejenesuispassûrquejepuisseparleraunomdetousceuxquiontparticipéauxCahierspourl’Analyse.Laréflexionsurleplurieletlesingulier

concernantlascienceestarrivéetrèstôtparcequeç’aétéuneobjectionquiaétéd’embléeopposéeauxCahiers,etnotammentducôtédesalthusseriens.

FrançoisRegnaultaécritunarticleportantjustementsurlavariationdel’approchedel’épistémologiesuivantquelascienceestconsidéréecommeuneou

commeplurielle.Selonmoi,lascienceausinguliern’adesensquesielleestréduiteàlacoupureentrescienceetnon­science.Or,dupointdevuedela

structure,iln’ya,fondamentalement,qu’uneseulestructuredecoupure;c’estcelaquifondelesingulierdelascience.Celan’exclutpaslapossibilité

qu’effectivementilpuisseyavoirplusieurssciences,maissil’ons’entientàlastructure,lacoupureentrescienceetnon­scienceseretrouvedanstoutesles

sciences.Sousdesformesdifférentes,éventuellement,maisc’estlamêmestructuredecoupure.C’estainsiquejesaisissaislaquestiondel’épistémologieau

momentdesCahierspourl’Analyse.

Jepeuxêtreplusprécis.Déjààcemoment­là,etlàencorejeparleentantqu’individu,j’étaistroubléparlefaitquelascienceausingulier,c’était essentiellement,souslaplumedeLacan,laphysiquemathématique.Or,considéronslestructuralismeetlalinguistiquestructurale,maisaussilabiologie,qui,

danslesannées60,commençaitàseréférercommemodèleépistémologiqueàlalinguistiquestructurale;c’estlemomentoùlanotiondecodegénétiquea

commencéàdevenirleparadigmedominant.J’étaissensibleaufaitquejenevoyaispasderessemblancedirecteentrelaphysiquemathématiquedupointde

vuedesonparadigmeetleparadigmedelalinguistiquestructuraleouleparadigmedelabiologie.J’accordaisbeaucoupd’importanceaufaitqu’ilfallaitd’une

partpréservercettediversitéetd’autrepartmaintenirlanotiondescienceausingulier.Maréponseétaitcelle­ci:lascienceausingulier,c’estlacoupureentre

scienceetnon­science;or,lacoupureentrescienceetnon­scienceseretrouvesousdesformesdiversesdanslaphysiquemathématique,danslalinguistique,

danslagénétique.Unpointhistoriquecapital:jevousrappellequetoutceladoitêtreréinterprétéàlalumièred’unmondeintellectueloùPoppern’existepas.

KP:Liéeàcettenotiondelacoupureestl’importanced’AlexandreKoyréetcequevousappelez’galiléismeétendu’dansLePériplestructuraletL’Œuvreclaire.

Pourriez­vousdireunmotsurlalecturedeKoyréencetemps­là?C’estévidentqu’ilaétéunpenseurcapitalpourLacan.Cettenotionde‘galiléisme’,comme

figuredelamodernité,commenta­t­elleinfluencévotrepenséeetcelledevoscollèguesàl’époque?

JCM:Ilfaudraitdistinguerentrecequejepensaisàl’époqueetcequejedismaintenant.Letermedegaliléisme,c’estuntermequej’aiforgéasseztard;jene dispasqu’iln’existaitpasavantmoi,maiss’ilexistait,jenel’aijamaisrencontré.Jel’aiutilisédansL’ŒuvreclaireetdansLePériplestructural,maiscen’est pasuntermequ’onemployaitdanslesCahierspourl’Analyse;sciencegaliléenne,oui,maisgaliléisme,non.Pourquoiest­cequejeparledugaliléismedansle Périplestructural,c’estessentiellementpourpouvoirintroduirelanotionde‘galiléismeétendu’.Enfait,sijen’avaispasàintroduirelegaliléismeétendu,je n’auraispasbesoindeparlerdegaliléisme.Orlanotiondegaliléismeétendun’estpasdutoutkoyréenne.MaisdanslesCahierspourl’Analyse,Koyré évidemmentestlaréférence.Sivousvoulez,jediraisque cen’estpasunparadoxe,maisdepointdevuedelaprésentationdestermes,ilyaeuun déplacementdanslanotiondecoupureépistémologique.

LacoupureépistémologiqueestuntermequiaétéinventéparBachelardetKoyrén’utilisepasvéritablementcettenotion.Cequ’ildécrit,c’estl’émergenced’une

figurenouvelledelascience,marquéeparGalilée.Quelquechoseestenjeu,unvéritablerenversementparrapportàcequiprécédait.Pourlapremièrefoisde

l’histoire,lesentitésmathématiquesneserventpasàpenserl’éternel,maisserventàpenserlepassager.Pourunaristotélicien,ilyaunedifférencedenature

3/3/2017

LaForceduminimalisme:unentretienavecJean­ClaudeMilner­Cahierspourl’analyse(anelectronicedition)

entrelemondedesêtrescélestes,auxquelss’appliquentdesloismathématiquesparcequecesêtrescélestessontéternels,etlemondesublunaire,lemonde

terrestre,quiestsoumisàlagénérationetàlacorruption,etauquellesentitésmathématiquesnes’appliquentpasdemanièreexplicative.Mais,ditKoyré,avec

Galiléeilyaquelquechosedetoutàfaitparticulierquisepasse:premièrement,lesêtrescélestesnesontpasdesêtresparfaits–problèmedestaches

solaires,etc.–et,pourautant,celan’empêchepasquelesloismathématiquespuisseêtredéfiniespoureux;secondement,desloismathématiquespeuvent

êtredéfiniespourlemondesublunaire.

Sousl’influence,jepense,d’AlthussernousavonspenséquelanotionbachelardiennedecoupureépistémologiquepermettaitdedécrirelarupturequeKoyré

décrivait.JenesuispassûrqueKoyrélui­mêmeauraitacceptécetteformulation.Vousvoyezbiendumêmecoupcommentonpouvaitêtreamené­entout

cas,moijel’étais­àpenserlanotiondecoupureenelle­mêmecommelanotionfondamentale.Penserlanotiondecoupureenelle­même,c’estlapenser

commeunenotionstructurale;alors,effectivement,c’estbienlamêmenotionquipermetdecomprendrelacoupureépistémologiquetellequeBachelardla

décrivaitetledéplacementdediscoursquedécritKoyré.

KP:VoussuggérezdansL’Œuvreclairequel’idéalenjeudanslesCahierspourl’Analyseétaitceluid’analyseplutôtqueceluidelasciencetellequelle,une

observationquisoulèveunequestionaproposdurapportentrelesdeuxtermes:lascienceetl’analyse.Cerapport,commenta­t­ilpenséoucompris?La

psychanalysea­t­ilétéunevariantd’unconceptd’analyseplusgénéral,oubien‘l’analyse’leplusfondamental?

JCM:Cequej’aiditdansL’ŒuvreclaireetcequejedisaprèsdansLePéripleStructuraltourneautourdelaquestiondelamathématisation.Lascience,avec

l’articledéfinisingulier,c’estlaphysiquemathématique.Elleusedelamathématiqueausenspleinduterme;Descartesestàlafoisunmathématicienetun

physicien–jepenseàlaDioptrique.Einsteinn’apasétéuntrèsbonmathématicien,maispeuimporte.Iln’yaaucundoutesurlefaitquecequ’ilutilisedansla

théoriedelarelativité,cesontleséquationsquadratiques,parfaitementdéfiniesenmathématiques.Parcontraste,lalinguistiquestructuraleutilisetrèspeude

mathématiquesausensstrict.Enfait,ellen’enutilisepasdutout.

Donc,premièrequestion:sionconsidèrequelalinguistiquestructuraleestunevarianted’unesciencegaliléenne,est­cequeçaneveutpasdirequel’onentend

lamathématiqueautrementouque,dansl’opérationgaliléenne,lamathématisationstricteestseulementlavarianteparmid’autresd’uneopérationpluslarge?

ChezLacan,vousavezdestentativesdemathématisationstricte,jeprendsl’exempledel’appendiceà‘LaLettrevolée’,maisiln’estpasvrai,sivousprenezla

définitiondusignifiant‘lesignifiantreprésentelesujetpourunautresignifiant’,quecetteformuleelle­mêmesoitd’embléemathématiqueoumême

mathématisable.

Sionvaducôtédumarxisme,ilpassaitàl’époquedesCahierspourl’Analyse,pourunedesvariantes,unedesformesdelacoupureépistémologique;par

rapportauxéconomiespolitiquesquil’avaientprécédé,ilétaitpensécommeunesciencegaliléennedel’économieetpluslargementdesformationssociales.Or,

ladimensiondelamathématisationstricteenestpratiquementabsente.LesformuleslittéraliséesduCapitalnesontpasdesformulesmathématiquesausens

strictduterme.Onnepeutselivrersurellesàaucuneopérationmathématique,simpleoucomplexe.Onpeutmêmedirequelanotiondeplus­valuechezMarx,

siondevaitlaconfronterauxmathématiques,apparaîtraitprécisémentcommeirréductibleàuncalcul.Leséconomistespeuventtoutcalculersauflaplus­value,

est­ontentédesoutenir.

Nousavonstrèstôtrencontréceparadoxe.Pourmapart,j’ailesentimentdenel’avoirclairementrésoluquebeaucoupplustard.Mêmesijepensemaintenant

quelarésolutionétaitenpuissancedanslanotiond’analyse.Maislarésolutionelle­même,dansmoncas,m’estapparueaprèscoup,aprèsdelonguesannées.

Lanotiond’analyse,çaditquecequ’ilyad’essentieldansunesciencegaliléenne,cen’estpasl’usagedelamathématique.Lamathématiquen’estqu’unedes

variantespossiblesdecequiestessentiel,etqu’àl’époquedesCahierspourl’Analyse,nousappelionsprécisémentl’analyse.Plustard,dansLePériple

structural,jel’appelle–etçareprésenteundéplacement,évidemment–lalittéralisation.Ilyasciencegaliléennedèsqu’ilyalittéralisation;lamathématisation

estunedesformespossiblesdelalittéralisation,maiscen’estpaslaseule.

C’estlàunpointdevuegénéralsurlanotiondesciencegaliléenne;jel’aidéveloppédefaçonparticulièreàproposdelalinguistiquedansmonIntroductionàune

sciencedulangage.Onpeutdirequ’aveclanotiondelittéralisation,larelationentrelascienceetl’analysedevientclaireetprécise;maiscommecettenotion

n’estpasencorenettedanslesCahiers,larelationentrelascienceetl’analyseydemeureobscure.Pourrépondreàvotredernièrequestion,lapsychanalyse

étaitbienentendul’unedesformesdel’analyse.L’hypothèsedesCahierspourl’Analyse,c’estquec’étaitexactementlamêmeanalysequevoustrouviezchez

Freud,quevoustrouviez,mettons,chezSpinozaetquevoustrouviezchezMarx.Jenepensepasquecettepositionauraitpuêtresoutenuejusqu’aubout.

KP:Uneautrequestionliée:silemarxismeétaitconsidérécommele‘galiléisation’del’économiepolitique,lapsychanalyseserait­ellele‘galiléisation’dequoi

précisément?Unepsychologieantérieureouplusancienne?Uneanthropologie?

JCM:Freudintitulaitl’unedesespremièrestentativesdesynthèse:‘Projetpourunepsychologiescientifique’

d’unepsychologie.Cequisupposequ’aucunepsychologienemérited’êtreconsidéréecommeunesciencegaliléenne.Unesciencehumaine,peut­être,mais

c’esttoutautrechose.C’estcequifaitqueLacanrefuselesscienceshumaines.C’esttrèsimportantpourluiquelapsychanalysenesepensepascommeune

sciencehumaine.D’abordparcequ’iln’yadesciencesquegaliléennes;lessciencesnon­galiléennessontuneillusion;orlesscienceshumaines,sionlesprend

ausérieux,seprésententcommedessciencesradicalementnon­galiléennes.Lapsychanalysepeuts’intéresserauxscienceshumaines,maisjustementpour

endéterminerlapartd’illusion;maiscequiladétermineelle­même,danssonrapportauxsciences,cenepeuventêtrequelessciencesgaliléennes.Par

ailleurs,ilnefautpasconfondreLacanetlesCahierspourl’Analyse.IlestclairqueLacan–illedira,d’ailleurs,explicitement–considéraitquelesCahierspour

l’Analyse,c’étaittrèsbien,maisquec’étaitautrechose.

doncoui,jepensequeceseraitla‘galiléisation’

KP:Jevoudraispassermaintenantdel’épistémologieàl’ontologieetvousposerunequestionàproposd’uneremarquequevousavezfaiteàlafinduPériple

structural.Jevouscite:‘Lamarquelaplusévidentedel’ontologiestructuralerésidaitdansl’inséparabilitédel’êtreetdelaposition’.Voiciunedéfinition

frappante,claireetconcisedel’ontologiestructuraliste.Décririez­vouslesCahierspourl’Analysecommeuneprojetontologiquedanscestermes?

JCM:Jepensequec’étaitunprojetd’ontologie,trèscertainement.VouscitezLePéripleStructural;jefaisremarquerquedansSaussure,ilyaun bouleversementparrapportàlatraditionontologiqueoccidentale,puisqu’ilséparel’êtreetl’unicité.Dansl’ontologieclassique,l’êtreetl’unvontdepair.Alorsque cequiapparaissaitdansleCoursdelinguistiquegénérale,c’estladéfinitiond’untyped’êtrequifondamentalementn’estpasun.Etc’estàmonavisceque Lacanacomprisendéfinissantlesignifiantcommereprésentantlesujetpourunautresignifiant.Çaveutdirequel’altérité‘pourunautre’estaucœurdel’undu signifiant;quelquepart jecroisquec’estdans‘L’Étourdit’,maisjenesuispassûr,Lacanposequelesignifiantnereprésenteque’pour’.Çaveutdirequele signifiantentantqu’êtrenepeutpasêtreun.Ilestimpossibledelepenseràlafoisentantqu’êtreetentantqu’un.Ilyaunprojetontologique,etjepenseque dansles‘Cahiers’,çaapparaît.Peut­êtrequejemetrompe,maisilmesemblequeletexteoùçaapparaîtleplusclairement,c’estdans‘LePointdusignifiant’

(CpA3.5).Cequedanscetexte,j’essaiedemettreenplacedefaçontentative,c’estl’hypothèsePlatonPlaton,qui,Dieusait,représentepourlatraditioncelui

quinoueensemblel’unetl’être,procède,dansleSophiste,àunedisjonction.C’est­à­direquel’êtreestsouslaformed’unechaîne.

KP:C’estfascinantdevoirdans‘LePointdusignifiant’l’emploid’unconceptnouveauettoujoursenconstruction–c’est­à­dire‘lasuture’–dansuneanalysede

Platon.PourquoiceretouràPlaton,etlestextesduSophisteetduParménideenparticulier,danslesCahiers?

JCM:Surcepoint,jepensequel’articlelui­mêmeétaitpersonnel,maisl’intérêtpourcequej’appelleraislestextesdelogiquepure,étaitpartagéparplusieurs.

Quecesoientlestextes‘logiques’dePlaton,autrementditleSophisteouleParménide,ouquecesoitlalogiquedeHegeloulalogiquemathématique.Tousles

3/3/2017

LaForceduminimalisme:unentretienavecJean­ClaudeMilner­Cahierspourl’analyse(anelectronicedition)

textesdecetordre.L’intérêtpourPlatonn’estpasun‘retour’àPlaton;iln’estpasàséparerdesautresintérêts:pourquoiRussellcommentéparGödel?pourquoi

Frege?

Cequinousintéressaitàcemomentlàdanscestextes,c’étaitlapossibilitéderaisonnersurdestermessanssubstanceparticulièreetdefaireapparaîtredes

propriétésparticulièresoumêmesingulières.Puisqu’ellesnedépendaientpasd’unesubstanceparticulière,cespropriétésdevaientdépendredelanécessitéde

lastructureelle­même.Celasupposequelastructuresoitproductriceparelle­mêmedepropriétés.Sansquej’enaieeuconscienceàcemoment,celarevenait

àadmettrequelesjugementsanalytiquespeuventêtreféconds;delàl’importancedeFrege,quitente,ens’opposantouvertementàKant,defonder

l’arithmétiquesurdesjugementsanalytiques.Delàaussil’importancedePlaton;onapumontrerquelesdialoguessocratiquesreposentsurl’hypothèsequ’en

analysantunepropositiondesoninterlocuteur,Socratepouvaitytrouverdespropositionsentièrementnouvelles.DanslachaîneduSophiste,c’estenanalysant

untermequ’onfaitsurgirdestermesnouveaux.Onretrouveainsi,paruneautrevoie,lemotanalyse.J’yperçoisaujourd’huicequeLakatosauraitappeléun

lemmecachéetquejerésumerais,enréférenceàKant:‘certainsjugementsanalytiquessontféconds’.Onretrouveaussi,paruneautrevoie,ceque

j’appelleraisaujourd’huil’hyperstructuralisme.

IlestvraiqueRussellauraitsûrementrejetécelemme.RussellpartagenéanmoinsunpointcommunavecPlaton;chezluiaussi,vousretirezauxtermestoute

substanceparticulière.Vousraisonnezsurlestermesetvousfaitesapparaîtredescontraintesquinerelèventpasdel’expérienceetquipourtantsont,pourun

empiristecommeRussell,aussicontraignantesquedescontraintesempiriques.Autrementdit,l’empiriste,disonsdelatraditionanglaise,dira:‘Vousnepouvez

pasfairen’importequoiavecunobjetempirique;ilrésiste’.Ehbien,ditRussell:‘Vousnepouvezpasfairen’importequoiavecunobjetlogique;ilrésiste’.

KP:Ilyalàuneautrequestionconcernantlerapportentreleconceptdenombreetleconceptdel’être,cequiaétéunthèmecentralauxCahiers.Ilmesemble

quepourBadioulerapportentrelesmathématiquesetl’ontologiequeMillervisaitdévelopper,ilétaitaumieuxuneanalogie,tandisqueMiller,lui,ilvoulait

pousserjusqu’auboutcettenotionquelalogiquedeFregepossédaituneportéeontologique.Jevoulaisvoussollicitervospenséessurcesujetparcequevotre

proprepositionn’estpastoutàfaitclairedans‘LePointdusignifiant’.

JCM:Jecroisqu’ilyalàquelquechosequepeudegensontcomprisàcemoment­là.C’estquejeparledePlatonenfaisantl’hypothèsequePlatonnesaitpas

cequec’estquelenombreounelesaitpascomplètement.Etpourquoi?Parcequ’iln’apasleconceptduzéro.CequiveutdirequelorsquePlatonraisonne,et

jepensequec’estunpointextrêmementimportant,quandilraisonnesurlesnombres,ilraisonnetoujoursenréférenceàdesnombresquipuissentavoirune

représentationgéométrique,etcelaestliéaufaitqu’iln’apasleconceptduzéro.D’oùl’importancedutextedeFregesurlezéro,l’importanceaussides

questionsqueposeLeibniz:est­cequelepointgéométriqueestdel’ordreduzérooudel’ordreduun?

Al’époque,ilyavaitchezmoiunehypothèseontologique;lesignifiant,selonmoi,faisaitexploserl’ontologieclassiqueetlalogiquedusignifianténonçaitleslois

formellesdecebouleversement.Parrapportàcettehypothèse,lalogiquemathématique,toutenfournissantdesinstrumentsdepensée,demeurait

subordonnée.IlmesemblequeMillerétaitprochedecetteposition.Badiou,àcemoment­là,pensaitaucontrairequelediscoursontologiquenedevaitpas

s’affranchirdesloispropresàlalogiquemathématique.Survotrediagnostic,jesuistoutàfaitd’accordencequiconcernelepassé;jenepourraispasparler

pourlapériodeprésente.Badiouadéveloppéunedoctrinepropre,trèscomplète,maisévolutive;parexemple,entreL’Êtreetl’événementetLogiquesdes

mondes,ilyaunbougéetlebougéestencoreplusprofondsil’onpenseàlapériodedesCahiers.QuantàJacques­AlainMiller,jenesaispascequ’ildirait

aujourd’huisurcettequestion.

Pourmapart,commejevousl’aidit,dans‘LePointdusignifiant’,j’accordebeaucoupd’importanceaufaitquePlaton,n’ayantpasl’idéeduzéro,nesauraitpas

avoiruneidéecomplètedunombre.Cequifaitquequandilconstituesachaîneavecunnombrefinidetermes,ilfautbiencomprendrequec’esthomonyme

d’unechaînemoderneoùilyauraitun,deux,trois,quatre,cinqtermes;cen’estpaslamêmechaînepuisquepourPlatonunn’apasdeprédécesseur,parcequ’il

n’yapasdezéro.

KP:PourHeideggeraussi,LeSophisteaétéuntexteclé,etlerapportentrel’êtreetlenon­êtreaétéunequestioncapitale.Heideggera­t­ilétéenjeu?

JCM:Jecroisqu’ilyaunegrandedifférenceentrelesdifférentsmembresdesCahierspourl’Analysedecepointdevue­là.Personnellement,àl’époque,je

n’avaisaucunefamiliaritéaveclestextesdeHeidegger.N’oubliezpasquejenesuispasdeformationunphilosophe.Jesuisdeformationunlinguiste.Alafin

desannées60,maconnaissanceétaitclassique;c’est­à­direquetoutcequejeconnaissais,c’étaitlestextesdePlaton,deDescartes,deKant

personnelle,jelisaisbeaucoupdeLeibnizetdeHegel.MaisHeideggern’étaitpasdutoutfamilierpourmoi.Jel’ailuettravaillédepuis,maisdansuntoutautre

contexte.Paropposition,jesaisqueJacques­AlainMilleravaitdeHeideggeruneconnaissanceprofonde.

parvolonté

KP:VotrearticlesurAragon,avecceluideRegnaultsurGombrowicz,sontparmilescontributionslesplusremarquablesauxCahiers.Pourriez­vousdireunmot

surlesoriginesdenuméro7,‘Dumytheauroman’?

JCM:AudépartcesarticlesétaientprévuspourêtrepubliésdanslesCahiersMarxistes­Léninistes.Cettepublicationasuscitébeaucoupdecontroversesau

seindelacelluledesétudiantscommunistesàlaquellenousappartenions,Jacques­AlainMilleretmoi,àcemomentlà.FinalementlenumérodesCahiers

Marxistes­Léninistesabienétéimprimé,maisiln’apasétédiffusé.Aprèscela,l’articledeFrançoisRegnaultetlemienontétéreprisdanslesCahierspour

l’Analyse.Doncl’originedecesdeuxtextesaudépartn’étaitpaslesCahierspourl’Analyse,quin’existaientpasaumomentoùilsontétéécrits.Onpeutmême

direquec’estparcequecestextesontrencontrédesdifficultéspourêtrepubliésdanslesCahiersMarxistes­LéninistesqueJacques­AlainMilleretmoiavons

décidédecréerunerevueoùnousn’aurionspasàrendredecomptes.D’oùeffectivementcetteimprécisionchronologiqueetlelapsdetempsentrel’écriturede

cestextesetleurpublicationdanslesCahierspourl’Analyse.Cependant,lefaitqu’ilsétaientpubliésdansles‘Cahierspourl’Analyse,’alorsqu’ilsn’avaientpas

étéécritspourlesCahierspourl’Analyse,cefaitveutdirequ’ilsapparaissaientcommen’étantpasétrangersauprojetdelarevue.

KP:VousprenezdepuisquelquesdécenniesunepositioncritiquesurlesCahierspourl’Analyse.DansLePériplestrucutral,parexemple,vousdécrivezvotre

proprerencontreavecletravaildeChomskycomme‘unrenversementtotaldepointdevue’.Vousmettezl’accentsursonabrogationduminimalisme

épistémologiquepour‘développersurlastructureunehypothèsequisoitassezrichepourrendrecomptedel’acquisitionlinguistique’.

Pourvous,leprojetdeChomsky,quiinsistesurlesélémentsphysiologiquesetbiologiquesdelaparoleetdulangage,est­t­ilsurvenuleseffortsdesCahiers

pourl’Analyse?Avotreavis,est­cequelaréintroductionduphusisdansleprojetdeChomskyacompromisla‘logiquedusignifiant’développéedansles

Cahiers?

JCM:Cen’estpasçalepointdurenversement.Lepointdurenversement,c’estjustementdeconsidérerqu’unethéoriedoitavancerleshypothèseslesplus complexespossibles.Evidemmentçarenvoieàuneépistémologiedetypepoppérien.Dupointdevuedel’histoiredesidées,ceseraittrèsintéressantque

quelqu’unsepenchesurl’histoiredelaprisedeconnaissancedePopper.Jepensequec’esten1960quebeaucoupdechosessesontjouées.En1960,Popper

commenceàêtreconnuenlangueanglaise,etc’estàcemoment­làqu’uneséparationsefaitentrel’épistémologiedelanguefrançaiseetl’épistémologiede

langueanglaise.L’épistémologiedelanguefrançaiseavaitétéextrêmementimportante,ycomprisinternationalement.LestravauxdeKoyréontexercéune

grandeinfluence;enparticulier,ilssontàlabasedestravauxdeKuhn.Envérité,Kuhnestunproduitdel’épistémologiedelanguefrançaise.Cette

épistémologieaplusieurscaractéristiques;elleenaune,trèsimportante:satotaleindifférenceàlalogique.L’épistémologiedelangueanglaiseaucontraire

accordaitbeaucoupd’importanceàlaformelogiqueduraisonnementscientifique.Néanmoins,ellespartagentuneconvictioncommune:leminimalisme

théorique.Unethéoriescientifiquedoitreposersurlepluspetitnombred’axiomespossible.

3/3/2017

LaForceduminimalisme:unentretienavecJean­ClaudeMilner­Cahierspourl’analyse(anelectronicedition)

LatraductiondePopperenanglaisamodifiél’approche.Or,àcemoment­là,Poppercontinuedenepasêtrepratiquéenlanguefrançaise.S’établitalorsune

séparation.L’épistémologiedelangueanglaise,enparticulierauxEtats­Unis,vaprendreuncheminpopperien,toutàfaitséparédel’épistémologiedelangue

française,quicontinued’ignorerPopper.Sanslesavoir,nousavonsété–etlà,jeparledefaçonpluslarge,nonseulementdesCahierspourl’Analyse,mais

aussidesalthusseriens–nousavonsétéinscritsdanscemomentoùPopperestentraindemodifierl’horizondel’épistémologiedansl’espacedelalangue

anglaise,sansquenous,àcemoment­là,enayonsvéritablementconscience.

LelivredeChomskyauqueljefaisallusion,c’estAspectsdelathéoriesyntaxique;jel’ailudansl’avionquim’amenaitauMITenSeptembre1966etjel’aiplus

tardtraduitenfrançais.Chomskyyexposeuneépistémologiedetypepopperien.C’estdoncparluietnonparPopperquej’aidécouvertcetteépistémologieet

cefutl’occasiond’unrenversementintellectueltotal.Chomskyd’ailleursnementionnepasPopper.Personnenesaitexactementpourquoi.Est­cequ’ilnele

connaissaitpas?Auquelcas,ilauraitretrouvéparlui­mêmelesthèsespopperiennes.Autreénigmedel’histoiredesidées.

EntoutcasilestclairqueChomskyaréussiauseindelalinguistiqueuneopérationépistémologiqueimportante.Ilaretiréaustructuralismelinguistique

l’évidencedontiljouissaitjusque­là;l’unedesmanièredeluiretirercetteévidence,c’étaitderapporterlestructuralismelinguistique–etjepensequ’ilavait

raisonsurcepoint–àuneépistémologiedutypeminimaliste.Ayantfaitcela,ilpouvaitpointerdeuxfaits:(a)quelestructuralismesedonnaituneépistémologie

sanss’enrendrecompte,(b)quecetteépistémologien’allaitpasdutoutdesoi.Puisilargumentaitqu’envérité,onpouvaitconstruireuneépistémologie

exactementinverse,maximalisteetnonpasminimaliste.Or,dupointdevued’uneépistémologiemaximaliste,lestructuralismeapparaissaitcommeune

entreprisefaible,pauvre.Puisquepeufalsifiable!Surtout,cequiétaitlecas,silestructuralismelinguistiquen’étaitpashyperstructuraliste;caralorson

considéraitqu’unestructurequelconquen’avaitpasdepropriétés,qu’onétaitincapablededéfinirlespropriétésd’unestructureengénéral.Cequifaitquela

notiondestructure,enelle­même,devenaitunenotionvide.

C’estçalevrairenversementpourmoi,celuidontjeparledansLePériplestructural.J’avaisétéforméàuneépistémologieminimaliste;jedécouvraisqu’elle

n’allaitpasdesoi.Aprèscela,ilyaeueffectivementledéveloppementdeplusenplusnaturalistedelalinguistiquechomskyenne,maiscen’estpascelale

renversementpourmoi.Soyonsclairs.Moi­même,j’aiété,quandjetravaillaisdanslecadrechomskyen,trèssceptiqueàl’égarddecesdéveloppements.Non

paspourdesraisonsdedroit,delégitimité,parcequ’aprèstout,oui,pourquoipas?Pourquoinepasdirequelesstructureslinguistiquessontinscritesdansle

corps?

Cen’estpasçaquim’achoqué.Monobjection–jel’aiécrite–c’estquetantqu’onnepeutpasdonnerdespreuvesexpérimentales,alors,direquec’est physiologique,c’estsimplementbaptiserlesobjets.Direquelestransformations–destransformationslinguistiquesqueChomskyd’ailleursfinirapar abandonner maispeuimporte–représententdesprocessus,endernièreinstance,neurobiologiques–pourquoipas?maistantqu’onn’apasd’observationsou depreuvesrecevablesparlaneurobiologie,c’estdubavardage.D’où,pourmoi,au­delàdeChomsky,l’extrêmescepticismequej’aiéprouvéàl’égarddu cognitivisme,quimeparaissaitunmoyend’éviterlaquestiondelapreuveempirique.Ilm’aétédonnéd’assisteràdesdiscussionsentredesreprésentantsdes neurosciencesetdescognitivistes;lesreprésentantsdesneurosciencesdisaientauxcognitivistes:‘Enfin,vousracontezdeshistoires!Nousvoulonsdes observationsrecevablesparlaneuroscience’.Lescognitivistesdisaient‘Non!Puisquenous,cequenousconstituons,c’estunensemblederèglesqui permettentderendrecomptedescomportementsobservables’.

KP:‘Lesconditionsdelapossibilité’.

JCM:C’estça.Jemedisaisenmoi­même:ça,c’estunraisonnementcartésien.Simplement,ilaconduitDescartesàconstruireunephysiquequis’estrévélée

inconsistanteetunephysiologiequis’estrévéléinconsistante.Maisjereviensàl’épistémologiemaximaliste.Autantlapossibilitéd’uneapproche

neurophysiologiqueouneurobiologiqueapeud’effetsàl’égarddel’approchedesCahierspourl’Analyse–ellenelesconcernepas­,autantl’émergenced’une

épistémologiemaximalisteconstitueuneobjectionvalide.Autrementdit,c’estunequestionàposer:est­cequel’Analysetellequ’elleapparaîtdansletitredes

Cahierspourl’Analyseestuneanalysequivaviserauminimalisme,c’est­à­direlepluspetitnombrepossibledeprincipespourobtenirleplusgrandnombre

possibledeconséquences,ouest­cequ’elledoitêtremaximaliste,avecleplusgrandnombrepossibled’hypothèsespourquelafalsificationsoitpossible?

Historiquement,c’estlapremièrevoiequiaétéchoisie.Ilnepouvaitenêtreautrement,puisquePoppernousétaitinconnu.

KP:Jepensequec’estvraiquelethèmeprincipaldanslesCahierspourl’Analyseétaitdecréerunequantitéminimaledesuppositionstoutengardantune

applicationmaximale.Maisilmesemblequ’ilyavaitdelarésistance,mêmeàl’intérieurduprojet.Jepenseenparticulieràlacontributiond’AndréGreendans

lequelilessaiederéintroduireuneidéed’affectquicomprendunesorted’élémentphysiologique.Certes,danslesnumérosdeplustard,onvoitmoinsceteffort

d’introduirel’affect.Onvoitquevousvousconcentrezplussurlaformalisation,etqueLeclairetriomphesurGreen.Auriez­vousquelquechoseàajoutersurla

contributiondeGreen?

JCM:Jepensequevousavezraisondescriptivement.C’estçaquis’estpassé.Leclaireatrèscertainementsouhaiténepasperdrelafinessed’analyse

empiriquedesphénomènespsychiques,maisenmêmetempsilsouhaitaitnepasperdrel’horizonduminimalismeépistémologique.C’estçaquirendlachose

intéressanteetenmêmetemps,mêmesicesontlescirconstancesextérieuresquiontconduitàl’arrêtdesCahierspourl’Analyse,jepensequelatensionentre

lesdeuxabordsseraitdevenuetrèsviteinsurmontable.Aujourd’hui,jesépareraisdeuxcasdefigure:oubienilyauneinstancedefalsificationoubieniln’yen

apas.Jediraisque,quandiln’yapasd’instancedefalsification,laseulearmedontondispose,c’estleminimalisme.Enrevanche,làoùlafalsificationest

possible,ilfautraisonnerentermespopperiens.Or,ilyadesdomainesoùlafalsificationestimpossible,oùiln’yapasd’instancedefalsification.Jepensepar

exempleàl’hypothèsedarwiniennedelasélectionnaturelle.Jedoutequ’ellesoitfalsifiable,ausensstrictduterme.Cequifaitsaforce,c’estsonminimalisme;

autrementdit,leminimalismereprendsesdroits.

Sivousregardez,parexemple,l’oeuvredeFreud,quePoppertraitaitavecassezdedédain,leminimalismeestàl’horizon,parexemplequandilsecontente,

danslaTraumdeutung,d’unedénominationnégativepourl’inconscient;c’estqu’ilnedisposepasd’uneinstancedefalsificationquiluipermettraitd’endonner

unecaractérisationpositive.Celadit,ontrouvechezluiuntrèsbelexemplederaisonnementpopperien,c’estlefort/da.C’estunraisonnementparfalsification

etc’estunexempled’épistémologiemaximalistepuisqueFreudpartd’unsystèmeoùilyavaitunseulprincipe,leprincipeduplaisir,pourallerversunsystème

oùleprincipedeplaisirnevaplussuffire.Çaveutbiendirequelecritèreduminimumnevapasl’emporter.Etpourquoinel’emporte­t­ilpas?Parcequelejeu

del’enfantfalsifielathéorieoùn’existequeleseulprincipedeplaisir.

KP:C’estuneexcellenteobservationetunbonexemple.Maisonpourraitpeut­êtredireque,plusquepopperien,leraisonnementdeFreuddansAu­delàdu

principedeplaisirestpresquelakatosien.J’aimeraisvousposerunequestionsurlarelationentrePopperetLakatos,etsurlacritiquedecederniersurle

principedefalsificationdePopper.JesaisquecelanousamèneunpeuloindesCahierspourl’Analyse,maisvousenavezdéjàparlédansvotretravail.

Lakatosdonneuneimagequej’aimebien.Ilditquecen’estpasquelanaturecrie‘non!’authéorèmeduscientiste,maisplutôtqu’ellecrie‘inconsistant!’La

théorieestobligédeseréviser,dechanger,maisellen’estpastoutàfaitfalsifiée.C’estuneimagequiévoquel’insistancedeCavaillèssurl’idéede‘rature’

dansledéveloppementdelascience.PourLakatos,iln’existepasdethéorèmequiseverraitunjourcomplèteouterminé;elleseratoujoursinterrompue.

Dansvotrechapitre,‘LeDoctrinaldelascience’dansL’Œuvreclaire,vousdonnezuneimagepuissantedel’inconscientlacanienmisenligneavecl’infini

commepropriétéintrinsèquedel’univers:‘L’infinieestcequiditnonàl’exceptiondelafinitude;l’inconscientestcequiditnonàlaconsciencedesoicomme

privilège’.SelonLakatos,lanature,parl’actedecrier‘inconsistant’metenquestionetsoutientenmêmetempslesujetdelascience.Ilmesemblequeles

Cahierspourl’Analysevoulaitmontrercommentlesujetestdelamêmefaçonrenforcéetaffaibliàlafois.

3/3/2017

LaForceduminimalisme:unentretienavecJean­ClaudeMilner­Cahierspourl’analyse(anelectronicedition)

JCM:Oui,jeneseraispascontrecelointainécho,puisquesurlemomentmême,sinousavionspuavoiraccèsàLakatos,çanousauraitpassionnés,maisça, cesontdesratésdel’histoire.Jenesuispascontrecetécho,maisjevoudraisdirequeL’Œuvreclairen’estpasdanslesCahierspourl’Analyse. Réciproquement,monobjet,dansL’Œuvreclaire,n’étaitpasderéexaminerlesCahiers.Alors,cequevousdites,oui,jenesuispascontre avecsimplement unajout;jeleprésentedansmestermes,maisjepensenepastrahircequiétaitprésentsouslaplumed’autresquemoi.Cetajout,levoici:laconvocationqui étaitàl’œuvreàcemoment­là,c’étaitquelemomentdecequidit’non’estlui­mêmesuturé.Delà,parexemple,lemodedelecturequiconsisteàchercher dansuntextelepointoùquelquechoseestenquelquesortepassésoussilence,etaffirmerquec’estlàquel’essentielsepasse.Donceffectivement,ilyaun rapportavecl’épistémologielakatosienne,sinonquelepointd’inconsistancequel’ondécouvreetquiétaitdissimulé,estimmédiatementaussilaconditiondela consistanceapparentedecequiétaitvisible.

KP:VousavezditqueL’Œuvreclairen’estpasausujetdesCahierspourl’Analysemaisilaquandmêmel’aird’unbilan,d’unarrièreregard.Etjediraisqu’ilya

descontinuitésentrelesdeux,parexemple,dansl’idéedelacontingenceentantquenécessitéetdusujetcommelesiteoùçasepasse.Ilmesembleque

c’estdans‘LePointdusignifiant’,quec’estquelquechosequevousessayezdecomprendreentantquejeunehommeetàlaquellevousretournezdans

L’Œuvreclaire.Etencoreunefois,vousparlezdePopper,etvousditesquelquechosemagnifique(cen’estpasunecitationexacte):Poppernousaideàpenser

lacontingenceparcequ’ilnousdonneuneversiondelasciencedanslaquelleleréférentdoitpouvoir–logiquementoumatériellement–êtreautrequ’iln’est.Là,

c’estlacontingence.Noushabitonsdansununiversdecontingence,unthèmequirestecapitaldanslaphilosophiefrançaisecontemporaine.Delà,j’aimerais

vousdemandersivouspensezquelesquestionsquevousposiezdanslesCahierspourl’AnalysesonttoujoursenjeudanslaFranceintellectuelle

d’aujourd’hui?Ya­t­ildescontinuitésentrequevousfaisiezàcetteépoque­làetcequevousêtesentraindefaireaujourd’hui?

JCM:Jediraisquec’estvraipourL’Œuvreclaire,puisquevousyfaitesallusion,maisc’estvraipourbeaucoupdechosesquej’aiécrites.Quandj’aiécrit

L’Œuvreclaire,j’avaisbeaucouppratiquéLakatos,Holton,Feyerabend,Quine,Duhem;cettelittératureétaittrèsdiscutéedanslemilieudelalinguistique

chomskyenne.Maisdemanièreplusparticulière,j’avaisététrèsimpressionnéparlelivred’ErnstMachsurlaphysiquedeNewton.Engros,cequejevoulais

faireavecL’Œuvreclaire,c’étaitunerelecturedeLacanàlamanièredontErnstMachrelitNewton,enisolantlesaxiomes,enexaminants’ilssontconsistants

etc.Pourquoij’aifaitça?toutsimplementparcequejemesuisposélaquestion:est­cequeçarésiste?Est­cequequelquechosetientdeLacan,sionle

soumetàunquestionnementdetypeErnstMach?Est­cequel’onpeutformulerunnombrefinidepropositionsfondamentales?Est­cequecespropositionssont

consistantesentreelles?Est­cequ’ilyunouplusieurspointsinconsistants?Enfait,L’Œuvreclaireestunetentatived’examendeLacan,maisc’estunexamen

auquelLacan,sij’osedire,arésisté.J’enaiconcluquejenem’étaispastrompéàl’époquedesCahierspourl’Analyseenaccordantl’importanceàLacan.

Sijefaiscetteremarque,c’estparcequetouslestextesquim’importaientàl’époquedesCahierspourl’Analysenesubissentpasl’épreuvedemanièrepositive.

Ilestclairque,parexemple,pourmoi,enrelisantlestextesd’Althusser,sijelesfaispasseraufiltre‘ErnstMach’,çasedéfait.Maisc’estvraiaussi,àmes

yeux,pourCanguilhem.JediraislamêmechosedeKoyré.Ilyauneparthistoriquequiesttoutàfaitimportante,maislespropositionsgénéralesmeparaissent

aujourd’huiextrêmementpauvres.CelapourdirequetouteslesréférencesquelesCahierspourl’Analysepouvaientsedonnernerésistentpasàunréexamen.

Lacan,trèscertainement,oui.Marx,trèscertainementaussi,mêmesij’interprèteMarxd’unemanièretotalementdifférentedecellequiaétélamienneàce

moment­là.Donc,pourrépondreàvotrequestion,vousavezraisondejugerquebeaucoupdechosesquej’aifaitesdanscesdernièresannéessontun

réexamendesquestionsquiétaientprésentespourmoiàl’époquedesCahierspourl’Analyse,maislaréponsen’estpastoujoursdemêmenature.Dans

certainscas,çarésisteàl’examen,etdanscertainscas,l’examenestdéfavorable.

KP:Doncdiriez­vousqu’ilfauttrouver‘newanswersforoldquestions’?

JCM:Peut­être,‘orthatfromoldquestions,weshouldbuildnewquestions’. 1 Puisquevousposezlaquestiondelavieintellectuelletellequ’elleestaujourd’hui, jepensequ’elles’estdétournéedesquestionsquiseposaientàl’époquedesCahierspourl’Analyse.Parexemple,jecroisquetouteslesquestions ontologiquessonttotalementhorsduchamp.Jepensequelavolontédeseposerdesquestionssurlecaractèreenquelquesortefécondd’unestructure,toute

cesquestions­làneretiennentplusl’attention

l’Analyseestunmodedequestionnementquiestdevenutrèslointain.J’aiditqu’onétaitdansunmondeoùPoppern’existaitpasetmaintenantPopperexiste.

Jenedispasqu’ilalederniermot,maisilexiste.Ilnefautpasoublieraussiqu’aumomentoùnousécrivions–c’estvraiaussipourLacanetFoucault–la

languefrançaiseétaitunelangueintellectuellementvivanteetayantencoreunecertaineaudience,la‘FrenchTheory’existait.Jepenseaujourd’huiqueçan’est

plusvrai.Jepensequecequiseditenfrançais,duseulfaitqueçaseditenfrançais,estinaudible.Pourdireleschosesautrement,jepensequelefrançaisest

unelanguemorte.

J’aimêmelesentimentquedefaçonglobalelemodedequestionnementquiétaitceluidesCahierspour

KP:Maiscelavousdonnedel’espoirpeut­êtredevoirlesanglophoness’intéressentauxCahierspourl’Analyse.

JCM:Oui,oui.J’ensuistrèscontent.Maisc’estpourdirequ’ilyaundéplacement.

KP:C’estclairqu’ilyaunairnostalgiqueàlafinduPériplestructurale.Vousintroduisezdupessimismequandvousditesquec’estcommesicettesortede

questionnementn’avaitjamaiseulieuoubienqu’unpessimistecroiraitqu’ellen’avaitjamaiseulieu.Serait­ilmêmesouhaitablequecesquestionsontologiques

reviennent?

JCM:I’mnotfondof‘comebacks.’Youknow,BusbyBerkeleyoncewrote,beforehetriedtokillhimselfinfact,‘thereisnocomebackforahasbeen’.Enfait,il

n’yade‘comeback’quepourles‘hasbeen’.Maiscequejeveuxdire,c’estquecequ’onappelaitla‘FrenchTheory’etquiaeuunecertainecélébritédansle

mondeanglophonen’areprésentéqu’unepartiedeschosesquisefaisaient.Ça,c’estunpremierpoint.Ledeuxièmepoint,etlà,volontairement,jenel’aipas

évoquéparcequeladémonstrationseraittroplongue,jepensemaintenantqueparmilesgrandsauteurs,lesgrandesinterventionsdiscursivesenlangue

françaisedansladernièrepartieduXXes.,l’unedesplusgrandeauraétécelledeFoucault.Plusimportante,selonmoiqueDeleuze.Or,lemondedesCahiers

pourl’AnalyseestunmondeoùFoucaultetDeleuzecommencentseulementàexister.Ilsviennentdepublierdeslivresmajeurs,maisbon,l’essentielest

encoreàvenir.Or,jecroisqueFoucaultconstituel’undestrèsimportantsbougésduXXes.Jepensequeycomprissurlaquestiondel’ontologie,ilauraitpu

êtreuninterlocuteurfondamental,maisleschosesnesesontpaspasséescommeça;lesCahierspourl’Analysesesontinterrompus,puislui­même,àpartir

d’uncertainmoment,nevoulaitpasavoird’interlocuteurenFrance.

KP:Deleuzeoffreuncasintéressantparcequ’ilsemblequec’estseulementaujourd’huiquelesanglophonescommenceàlireDifférenceetrépétitioncommeun

ouvragetraitantdesquestionsstructuralistes.Maisj’ail’impressionquelesstructuralistesdel’époquenelisaientpasDeleuze.

JCM:Vousavezraison.Deleuzeacommencéàdevenirimportantplustard,àunmomentoùlestructuralismeavaitcommencédedécliner.

KP:IlmesemblequelesCahierspourl’analysefaitpartied’unetrèslonguehistoired’unmoderationalistedepenserquiressurgitdetempsentempsen

France.

JCM:Oui,jepensequ’ilyaunecontinuitédonteffectivementDescartesfaitpartie.Maisjenel’exprimeraispasentermesderationalisme.Jediraisqu’ilya

danslatraditionfrançaiseunesortedeprosedelapensée,maisilfaut,enfin,onsouhaitequ’audétour,cesprosesrencontrentdesquestionsquifontexploser

laprose.JepenseauxMéditationsdeDescartesouauxPenséesdePascal;jepourraisajouterlederniertextedeCavaillès.Cen’estpaslasystématicité

allemande,quiestarchitecturale;c’estplutôtdel’ordredel’enchaînementderaisons,quiestlinéaire.Cen’estpasnonpluslabellecoordinationanglaise(je

penseàLocke,àBerkeleyouàHume)quiévite,enapparenceaumoins,lespointsd’explosionetlesconcaténations.Danslacontinuitéàlaquellejepense,

3/3/2017

LaForceduminimalisme:unentretienavecJean­ClaudeMilner­Cahierspourl’analyse(anelectronicedition)

l’effetd’enchaînementdemeure,quellequesoitlalongueurdelachaîne;ildemeuremêmesilachaîneenunpointrencontreunélémentquilabrise.Oui,je

pensequ’ilyaquelquechosedecetordrequiapparaîtdanslesCahierspourl’Analyse,ycomprisdansleurintérêtpourlanotiondechaînesignifiante.

Ouidoncàunecontinuité,maiselledoitêtrecorrigéeparlapriseencomptedecirconstanceshistoriquesparticulières.LesCahierspourl’Analysesontfaitspar

desgenstrèsjeunesquisortentdirectementdelaformationuniversitaire;ilstémoignentdequelquechosequisepassedanscertainslieuxdel’université

françaiseàcemoment.Cemoment,jel’aidécritdansLePériplestructural;lathéorie,quiavaiteupourlieuprivilégiél’Allemagneetlalangueallemande,étaiten

quelquesorteerrante,ellen’avaitplusnilieunilangue.JepensequechezAlthusser,ilyaeulavolontédefairequelalanguefrançaise,etdanslalangue

françaiseParis,etdansParisl’université,etdansl’universitél’EcoleNormaledelarued’Ulm,etdansl’EcoleNormaledelarued’Ulmsonpropreséminaire,son

propreenseignement,deviennentlelieud’accueildecettethéorieerrante.

Nousavonsétésaisisparcemoment­là;mêmesilesCahierspourl’AnalysedépendentdeLacanetnond’Althusser,ilssontanimés,selonmoi,d’une convictionquileurvientd’Althusser,laconvictiontranquillequelalanguefrançaiseestd’oresetdéjàdevenuelalanguenaturelleduconcept.C’estàlafoisun momentdelalanguefrançaiseetunmomentdecequej’appellel’errancedelathéorie,errancegéographiqueetlinguistique,néeduconstatquelalangue

allemandenepouvaitplusêtrelalangueduconcept,àcausede1933,etdelaconvictionquelalangueanglaiseavaitdepuislongtempscédéàlaforme­

marchandise.Dois­jepréciserquecesjeuxautourdeslanguesrelèvent,selonmoi,aumomentoùjevousparle,dumirage?

Notes

1.TheseandotherEnglishpassagesintheinterviewwereoriginallyspokeninEnglish.