Vous êtes sur la page 1sur 24

ALGÉRIE-UA

Sellal représente le Président de la République

à la 1 re rencontre du Bureau de la Conférence de l'UA

1 r e rencontre du Bureau de la Conférence de l'UA Le président de la République,

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a chargé le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de le représenter aux travaux de la Première ren- contre du Bureau de la Conférence de l'Union africaine (UA) qui aura lieu aujourd’hui et demain à Addis-Abeba (Ethioipie), a indiqué hier un communiqué des services du Premier ministre. Cette réunion qui intervient au lendemain de la tenue fin janvier 2017 dans la capitale éthiopienne, du 28 e Sommet ordinaire

de l'UA qui a vu l'élection du président de la République, Abdelaziz Bouteflika au poste de vice-président de l'organisation, «devra se pencher sur l'agenda de l'union et l'ordre du jour du prochain sommet de l'organisation, prévu à la fin du premier semestre 2017, ainsi que sur l'installation de l'ensemble des nou-

veaux élus des différentes commissions», précise la même source.

P. 24

DK NEWS

QUOTIDIEN

NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 18° : ALGER 27° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
18°
: ALGER
27° : TAMANRASSET
p. 2

Mardi 14 mars 2017 - 15 Djumada Al-thani 1438 - N° 1555 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-FRANCE

M.Ould Khelifa :

«L'Algérie et la France entretiennent des relations ‘’excellentes’’ basées sur la concertation et la coopération»

P. 24

10 E SESSION DU CONSEIL D'ASSOCIATION ALGÉRIE-UE À BRUXELLES

Federica Mogherini :

L'UE est engagée à bâtir un partenariat ‘’plus substantiel’’ avec l'Algérie

P. 4

ALGÉRIE-CHINE

GISEMENT DE FER DE GARA-DJEBILET :

L'étude de faisabilité confiée au chinois Sinosteel

P. 6

ALGÉRIE-VIETNAM

La 11 e Commission mixte algéro- vietnamienne se tiendra les 20 et 21 mars à Alger

P. 24

LE MINISTRE DE L’ÉNERGIE, M.BOUTARFA L’A RÉAFFIRMÉ HIER À PARIS AU 15 E FORUM MONDIAL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Electricité-gaz : les efforts de l’Etat ont permis une couverture énergétique «optimale» de l’Algérie
Electricité-gaz : les efforts de l’Etat ont permis une
couverture énergétique «optimale» de l’Algérie

Les énergies renouvelables en Algérie, une

«priorité

nationale»

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, a réaffirmé hier à Paris, lors du 15e Forum mondial du développement durable, que les énergies renouvelables en Algérie sont une «priorité nationale», rappelant dans ce sens l’important programme national. «Sous l'impulsion du président de la République Son Excellence le président Abdelaziz Bouteflika, les énergies renouvelables ont été hissées au rang de priorité nationale.

P. 6

M.GRINE L’A DÉCLARÉ : « Les législatives , un test pour les médias dans le

M.GRINE L’A DÉCLARÉ :

«Les législatives,

un test pour les médias dans le respect de l'éthique et de la déontologie»

P. 3

JUSQU'EN 2020

Plus de 18.000

Pour un

artisans bénéficieront de cycles de formation en entrepreneuriat

étudiants-

comptables

P. 16

FINANCES-COMPTABILITÉ

rapprochement

P. 7

F TBALL PRÉSIDENCE DE LA FAF : L'AG élective reportée au 27 avril, le dépôt
F
TBALL
PRÉSIDENCE DE LA FAF :
L'AG élective
reportée au 27
avril, le dépôt
des candidatures
rouvert
P. 21

P. 2

SANTÉ
SANTÉ

MISE EN GARDE CONTRE UNE MAUVAISE UTILISATION D'INTERNET

MISE EN GARDE CONTRE UNE MAUVAISE UTILISATION D'INTERNET AVC du jeune adulte Les chercheurs ont découvert
AVC du jeune adulte Les chercheurs ont découvert un gène responsable P.p 12-13
AVC du jeune
adulte
Les chercheurs
ont découvert
un gène
responsable
P.p 12-13

Le ministère du Commerce

dément

être à l'origine des SMS

SÉTIF :
SÉTIF :

BILAN MENSUEL DE LA SÛRETÉ DE WILAYA :

450 affaires de crimes et délits traitées avec la saisie de 67 kg de kif traité

P. 9

DE LA SÛRETÉ DE WILAYA : 450 affaires de crimes et délits traitées avec la saisie

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 14 mars 2017 D’ EIL La ministre de la Solida-

2

DK NEWS

Mardi 14 mars 2017

D’ EIL

La ministre de la Solida- rité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Mounia Mes- lem Si Amer, accompagnée de la ministre de la Poste et des Technologies de l'Infor- mation et de la Communica- tion (MPTIC), Mme Houda

Imane Feraoun et du mi- nistre de la Formation et de l'Enseignement profession- nels, M. Mohamed Mebarki, présidera ce matin à 9h dans la wilaya de Tipasa, les festi- vités officielles de la journée nationale des personnes handicapées.

Horaires des prières

Mardi 15 djumada-al-thani

Mardi 15 djumada-al-thani
Mardi 15 djumada-al-thani
Fajr 05:26 Dohr 12:57 Asr 16:20 Maghreb 18:59 Isha 20:19
Fajr
05:26
Dohr
12:57
Asr
16:20
Maghreb
18:59
Isha
20:19

TIPASA

Célébration de la Journée nationale des personnes handicapées

de la Journée nationale des personnes handicapées 4 TRAVAUX PUBLICS ET TRANSPORTS Talai à Aïn Defla

4

TRAVAUX PUBLICS ET TRANSPORTS

Talai à Aïn Defla

4 TRAVAUX PUBLICS ET TRANSPORTS Talai à Aïn Defla Dans le cadre du suivi des projets

Dans le cadre du suivi des projets du secteur, le ministre des Travaux Publics et des Transports, M. Boudjema Talai, effectuera aujourd’hui, une vi- site de travail et d’inspection dans la wilaya de Aïn Defla.

ANNABA Rencontre nationale des établissements de santé

Le ministre de la Santé, de la Popu- lation et de la Réforme hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, présidera ce matin à partir de 8h30 à la salle des conférences de la wilaya d’Annaba, les travaux de la rencontre nationale des établissements de santé.

de la rencontre nationale des établissements de santé. GALERIE ASSELAH-HOCINE Exposition collective d’arts

GALERIE ASSELAH-HOCINE

Exposition collective d’arts plastique

L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, or- ganise jusqu’au 2 avril à la galerie d’arts Asselah-Ho- cine, une exposition collective d’arts plastique.

cine, une exposition collective d’arts plastique. Ooredoo lance une campagne de communication avec Zidane,

Ooredoo lance une campagne de communication avec Zidane, Madjer, Belloumi, Morceli et Antar Yahia

Fort de son statut de partenaire privilégié des champions, Oore- doo s’associe à de grandes figures du sport national et mondial dans une campagne de communication inédite déclinée dans un spot TV dif- fusé sur les principales chaines nationales et une campagne d’affichage urbain. Le spot TV réa- lisé avec la participation exceptionnelle de la star mondiale du foot- ball, Zinedine Zidane, et les ambassadeurs de la marque Oore- doo : les légendes vivantes du football national Rabah Madjer, Lakh- dar Belloumi et Antar Yahia, ainsi que le champion olympique Nourredine Morceli est une invitation à vivre l’expérience Oore- doo. Tourné dans les rues d’Alger, d’Oran et de Constantine, ce spotimmortalisedansdesimagesémouvantes,desAlgériensqui saisissent l’occasion d’une rencontre inattendue avec ces célé- brités de partager des moments mémorables dans un Selfie puis en postant leur photo sur la page Facebook de leur opérateur Oo- redoo. «Venez vivre l’expérience de Ooredoo ! » c’est par ce mes- sage que la légende du football mondial, Zinedine Zidane, invite les téléspectateurs à se joindre à Ooredoo reprenant en dialecte algérien«Haya!»(Allons-y!).Danscettenouvellecampagne,ces symboles algériens de réussite, de détermination et d’humilité, invitent tous les Algériens à s’unir autour de Ooredoo et à entrer dans un nouveau monde de communication mobile.

et à entrer dans un nouveau monde de communication mobile. CENTRE CULTUREL DE CHENOUA Commémoration du
et à entrer dans un nouveau monde de communication mobile. CENTRE CULTUREL DE CHENOUA Commémoration du
CENTRE CULTUREL DE CHENOUA Commémoration du 55 e anniversaire des Accords d’Evian A l'occasion de
CENTRE CULTUREL
DE CHENOUA
Commémoration
du 55 e anniversaire
des Accords d’Evian
A l'occasion de la
commémoration du
55e anniversaire des
Accords d'Evian, l'Of-
fice national de la cul-
ture et de l'informa-
tion (ONCI), organise
cet après-midi à par-
tir de 14h30, au com-
plexe culturel de l'ar-
tiste Abdelwahab-Sa-
lim de Chenoua (wi-
laya de Tipasa), une
conférence historique
animée par le Pr Ka-
chouan Abderrezak
et le Pr Touati Dah-
mane.
Météo
Max
Min
Alger
18°
11°
Oran
18°
13°
Annaba
18°
10°
Béjaïa
18°
14°
Tamanrasset
27°
13°
DEMAIN À ALGER
Conférence sur
«La déclaration
de New York pour
les réfugiés
et les migrants»
4
Les bureaux du Haut-Commissariat des Na-
tions unies pour les réfugiés (HCR) et de l’Orga-
nisation internationale pour les migrations (OIM)
à Alger, avec le soutien des ambassades du Canada
et de Suisse, organisent demain 15 mars, une
conférence relative à la Déclaration de New York
pour les réfugiés et les migrants adoptée par les
chefs d’État et de gouvernement et hauts repré-
sentants au siège des Nations unies le 19 septem-
bre 2016 (UN Doc A/RES/71/1). La conférence
qui réunira des spécialistes a pour objectif de faire
connaître les engagements pris par les Etats à New
York et les mécanismes de suivi et contrôle mis
en place.
4

MISE EN GARDE CONTRE UNE MAU- VAISE UTILISATION D'INTERNET

Le ministère du Commerce dément être à l'origine des SMS

Le ministère du Com- merce a démenti dans un communiqué être à l'origine des SMS met- tant en garde contre une mauvaise utilisation d'internet. "Le minis- tère du Commerce dé- ment être à l'origine des SMS via l'opérateur Mo- bilis mettant en garde contre une mauvaise utili- sation de l'internet", indique le communiqué. Les clients de l'opérateur de téléphonie mobile, Mo- bilis, ont reçu des SMS mettant en garde contre les conséquences d'une mauvaise utilisation de l'in- ternet.

d'une mauvaise utilisation de l'in- ternet. DEMAIN 0 10H Lakhdar Benkhellaf invité du Forum d' El
d'une mauvaise utilisation de l'in- ternet. DEMAIN 0 10H Lakhdar Benkhellaf invité du Forum d' El

DEMAIN 0 10H Lakhdar Benkhellaf invité du Forum d'El Djazaïr

Le Forum du quotidien El Djazaïr, re- çoit demain mercredi 15 mars à partir de 10h, M. Lakhdar Benkhellaf, député du Front de la Justice et du Développe- ment(FJD), dans le cadre d'une confé- rence-débat qui portera sur les pro- chaines législatives.

LIBRAIRIE CHAÏB DZAÏR Rencontre sur la vie et l'œuvre de Mouloud Feraoun

Les éditions ANEP, or- ganise cet après-midi à par- tir de 15h à la librairie Chaïb Dzaïr sise 1, avenue Pas- teur Alger-Centre, une ren- contre sur l’auteur Mou- loud Feraoun, son œuvre et sa vie animée par Mme Amhis Ouksel et son fils Ali Feraoun.

sa vie animée par Mme Amhis Ouksel et son fils Ali Feraoun. DEMAIN À L'INPED DE

DEMAIN À L'INPED DE BOUMERDÈS Colloque sur l’économie algérienne

En collaboration avec l’Institut national de pro- ductivité et de développement industriel (INPED), l’Organisation nationale du développement scientifique et technologique, organise les 15 et 16 mars la 1ère édi- tion du colloque annuel sur l’économie algérienne CAEA 2017, sous le thème "Evaluation de la performance de l'économie algérienne hors hydrocarbures".

Mardi 14 mars 2017

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

M. GRINE :

«Les législatives seront un test pour les médias dans le respect de l'éthique et de la déontologie»

Les élections législatives du 4 mai prochain seront une «sorte de test» pour les médias algériens en matière de respect des règles de l'éthique et de la déontologie dans l'exercice du droit de la liberté d'expression, a soutenu hier à Alger le ministre de la Communication, Hamid Grine.

«Ces élections seront une sorte de test de la liberté d'ex- pression et de professionna- lisme. On va voir si cette liberté d'expression inclut l'éthique et la déontologie», a-t-il déclaré lors d'un point de presse animé, en marge d'un séminaire de formation sur le journalisme et les réseaux sociaux. Pour le ministre, la liberté d'expression passe par «le respect de l'autre» à travers «des limites éthiques, déon- tologiques et profession- nelles», relevant que «si on va vers une presse d'attaque et d'injure, la liberté d'expres- sion n'est pas respectée». Le ministre a soutenu, dans ce sillage, que l'Algérie avait une presse «professionnelle et exigeante», qui veut toujours aller au «fond des choses», ajoutant que la liberté d'ex- pression est consacrée dans la Constitution et sur le ter-

pression est consacrée dans la Constitution et sur le ter- rain. Il a relevé que depuis

rain. Il a relevé que depuis 2014, avec le cycle de forma- tions initié par son départe- ment, son secteur a enregis- tré «moins de laxisme» et «un plus d'exigence», ajoutant que l'Algérie était prête à accueillir plus de 1.000 jour- nalistes étrangers, à condi- tion d'être dans «l'exacti- tude». Interrogé sur le mes- sage à adresser aux chaînes TV non accréditées en prévi-

sion des prochaines législa- tives, le ministre a précisé que «si on les rencontre et on le fera, on leur délivrera le même message: rigueur et exactitude dans le traitement de l'information et en tant que membre du gouverne- ment nous sommes contre l'abstention». «C'est juste des règles d'éthique et de déonto- logie, pas d'atteinte aux per- sonnes, de diffamation, d'in-

jures, de manipulation, c'est important d'aller vers une presse éthique et déontolo- gique et j'ai bon espoir lors de ces élections», a-t-il assuré. Interrogé sur l'accrédita- tion de nouvelles chaînes, M. Grine a indiqué que le gou- vernement ne pouvait pas aller au-delà de 11 chaînes (sur les 55 environ exis- tantes), précisant, dans ce cadre, qu'il ne restera que les «professionnelles et répon- dant aux cahiers de charge». M. Grine a relevé que l'Algérie avait une «presse responsable et consciente», ajoutant ne pas observer de «dépassements» notamment dans les chaînes de télévi- sion, car «je les regarde toutes». Questionné par ail- leurs, sur l'autorisation de création de radios privées, M. Grine a rétorqué que cela se ferait probablement dans deux ans.

MÉDIAS :

La crédibilité de l'information réside dans sa vérification (expert)

La crédibilité de l'information réside dans sa vérification et son recoupement, a indiqué hier à Alger le correspondant et éditorialiste au quotidien «Il Soro 24 Ore» et membre de l'insti- tut des affaires internationales de Rome, Ugo Tramballi, esti- mant que le Web a «tué» le fondement de l'information. «Les journalistes n'ont plus de relation directe avec les évé- nements à cause du Web, lequel a tué le fondement de l'infor- mation en ne vérifiant pas scrupuleusement l'information don- née», a-t-il soutenu lors d'un séminaire de formation portant sur le thème «le journalisme à l'aune des réseaux sociaux: le journaliste témoin ou protagoniste?». Ce spécialiste a préconisé que le journaliste soit un «trait d'union» entre les événements et les citoyens, insistant sur la nécessité de «vérifier et de recouper l'information avant de la

donner». Pour M. Tramballi, le vrai journaliste «ne devrait avoir pour motivation que l'information et non des motivations politiques», relevant, cependant, qu'il doit avoir «une critique constructive». Il a ajouté que le journaliste «n'a pas pour vocation de chan- ger le monde, mais il a pour mission de raconter le monde avec honnêteté et courage». M. Tramballi qui est également mem- bre du centre pour la paix au Moyen-Orient à Milan (Italie), a commencé sa carrière en 1976 au quotidien «Il Giornale» et à partir de 1983, il est envoyé spécial au Moyen-Orient, en Inde et en Afrique et correspondant de guerre au Liban, en Irak, en Iran, en Afghanistan et en Angola. Cette rencontre a vu la pré- sence notamment du ministre de la Communication, Hamid Grine, et de responsables de médias nationaux.

LÉGISLATIVES 2017 :

Le RND rend public son programme électoral

Le Rassemblement national démocratique (RND) a rendu public hier le programme électoral qu'il soumettra aux Algériens à l'occasion des élections législatives du 4 mai pro- chain. Le parti souligne que «depuis 1999, il soutient le prési- dent de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans la mise en £uvre de ses programmes successifs», ajoutant que le RND «concourt aussi au développement national avec la concrétisa- tion de ses propres propositions, au niveau du Gouvernement et du Parlement». Le RND note que c'est avec ce même esprit qu'il soumet aux électeurs, son programme qui véhicule une démarche articulée sur la «consolidation de la sécurité et de la stabilité du pays, et de l'unité de la Nation, la continuité, notamment à travers la pérennisation de la justice sociale et de la solidarité nationale». Le programme véhicule aussi une démarche d'«adaptation à la conjoncture financière, aux exi- gences d'une gouvernance plus efficace, aux impératifs de diversification et de compétitivité de l'économie, ainsi qu'aux attentes sociales d'une population croissante et jeune». Le programme du RND contient «des propositions au bénéfice de nos compatriotes résidant à l'étranger. Suggérant une démarche solidaire et participative en direction de la commu- nauté nationale, le RND estime que celle-ci «a démontré son engagement au service de l'Algérie chaque fois que les épreuves l'ont demandé». A titre illustratif, le RND cite l'engagement de cette commu- nauté «durant la lutte de libération nationale, avec sa solidarité envers notre peuple frappé par les calamités naturelles, et en partageant les douleurs et les joies de l'Algérie, depuis la tragé- die nationale jusqu'aux victoires de l'équipe nationale». Le Rassemblement qui dit nourrir des sentiments de respect et d'affection à l'égard de notre communauté expatriée, propose à son bénéfice des mesures articulées autour d'une démarche de «consolidation des liens entre l'Algérie et sa communauté à l'étranger, et pour associer cette dernière au développement

national». Dans un chapitre dédié à la préservation de l'unité, de la stabilité et de la sécurité du pays, le RND plaide pour «la préservation de l'Islam des sectes et courants et à la promotion du rôle des Zaouias, la consécration de Tamazight devenue langue nationale et officielle , et l'enseignement de l'Histoire millénaire de notre peuple». Il considère que préserver la sécurité et la stabilité du pays se fera grâce «au respect de la Constitution et des lois, au soutien à la lutte anti-terroriste et la vigilance citoyenne , à l'opposition à tout projet visant l'unité nationale ou la stabilité du pays». S'agissant de l'amélioration de la gouvernance, le RND soumet des propositions relatives à l'amélioration de «la Gouvernance territoriale, la gouvernance économique, et de la promotion de l'Etat de droit et des liber- tés». Dans un autre chapitre réservé à l'accélération de la tran- sition économique, le RND estimé que la transition écono- mique «est indispensable»soumettant pour sa concrétisation une série de propositions. Il s'agit notamment de «conforter l'environnement néces- saire à l'accélération de la transition économique, de mainte- nir et adapter le rôle moteur de la dépense publique d'investis- sement, de promouvoir une politique de développement équi- libré à travers le territoire et de maintenir et renforcer le sou- tien à l'investissement productif de biens et de services». Le RND propose aussi d'«dapter le système de formation et de recherche aux besoins de l'économie, de soutenir le dévelop- pement des exportations, d'accompagner et intensifier le renouveau agricole, de développer l'économie de la construc- tion, et de préserver l'indépendance énergétique du pays». Pour ce qui est de la politique sociale que le RND souhaite «dynamique, juste et solidaire», il propose une politique basée sur «la poursuite des réformes pédagogiques et sociales de l'éducation nationale, l'amélioration du système de santé publique, le développement de l'assistance et du soutien aux personnes handicapées».

Les listes électorales n'auront plus besoin d'assainissement à l'avenir

Le secrétaire général du ministère de

l'Intérieur et des Collectivités locales, Ho- cine Mazouz a révélé lundi que les listes électorales ne feront plus l'objet d'assai- nissement après l'élaboration en cours du fichier national de résidence. Invité du forum de la chaîne I de la Ra- dio nationale, M. Mazouz a indiqué que la modernisation de l'administration a rendu possible un recoupement des listes électorales et du fichier national de l'état civil permettant d'identifier les inscrits plus d'une fois et les personnes décédées. Cette procédure, a-t-il précisé sera conso- lidée davantage après la finalisation du fi- chier national de résidence grâce auquel il n'y aura plus besoin d'assainissement des listes à l'avenir".

M. Mazouz a expliqué que la radiation

ou l'inscription sur les listes électorales ne s'opérant pas automatiquement mais administrativement par les concernés, des anomalie étaient enregistrées comme la persistance de noms de personnes dé- cédées ou d'autres inscrits plus d'une fois, affirmant que cette situation a été corri- gée grâce à la modernisation de l'Adminis- tration. Il est à rappeler qu'à l'issue de la révi- sion annuelle ordinaire des listes électo- rales effectuée en octobre dernier et de la révision exceptionnelle qui a eu lieu du 8

au 22 février, le corps électoral a atteint 23 276 550 inscrits dont plus de 900 000 membres de la communauté algérienne établie à l'étranger. Plus de 287 000 citoyens doublement inscrits et prés de 436 000 personnes dé- cédées ont été radiés des listes électorales. Concernant les listes des candidats, M. Mazouz a estimé que le législateur algé- rien a été "souple" dans l'élaboration des lois régissant l'opération électorale en permettant à ceux qui contestent les listes annulées pour non conformité aux condi- tions légales d'introduire un recours au niveau de la commission administrative présidée par un magistrat puis devant la justice en cas de contestation de l'avis de la commission. Le recours devant la justice doit être in- troduit entre le16 et le 19 mars, le tribunal devant statuer entre le 20 et le 26 mars. Le représentant du ministère de l'Intérieur a mis l'accent sur "l'impartialité de l'admi- nistration" lors des élections, un principe consolidé, a-t-il dit, au titre du dernier amendement constitutionnel qui a consa- cré la pérennité de la Haute instance in- dépendante de surveillance des élections et qui traduit la forte volonté politique d'assurer le succès de l'opération électo- rale et de garantir la neutralité de l'admi- nistration".

M. Mazouz a rappelé que le travail de

l'administration prendra fin à 2 heures du matin le jour du scrutin pour laisser place aux encadreurs des centres et bureaux de vote qui seront plus de 500 000 le 4 mai. Parmi les formes d'impartialité de l'ad- ministration dans l'opération électorale, M. Mazouz a rappelé que les présidents des centres de vote auront, au lieu des wa- lis, l'exclusivité de faire appel à la force pu- blique en cas de troubles à l'ordre public ou tout autre atteinte au processus électo- ral". Répondant à une question concernant les bureaux itinérants, le secrétaire géné- ral du ministère de l'intérieur a indiqué qu'ils sont au nombre de 165, rappelant qu'ils dépassaient dans les années 90 les 5600 bureaux. S'agissant des préparatifs de la cam- pagne électorale, M. Mazouz a affirmé que "toutes les conditions étaient assurées en prévision de cet événement". Il a annoncé à cette occasion "la révision des structures organisationnelles au niveau des com- munes à travers la création de directions électorales".

APS

4 DK NEWS

COOPÉRATION

Mardi 14 mars 2017

MISE EN ŒUVRE DE L'ACCORD D'ASSOCIATION:

L'Algérie et l'UE signent une convention de financement de 20 millions d'euros

L'Algérie et l'Union européenne (UE) ont signé, hier à Bruxelles, une convention de financement d'un programme d’appui à la mise en œuvre de l'Accord d'association d'un mon- tant de 20 millions d'euros, financé exclusivement par l'Union. La convention a été signée par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ram- tane Lamamra, et la chef de la diplomatie européenne, Fede- rica Mogherini, ainsi que par le commissaire chargé de la po- litique européenne de voisinage, Johannes Hahn à l'occasion de la 10e session du Conseil d'association Algérie-UE. Selon une source diplomatique, ce programme (P3A) vise la mise à niveau des administrations et des institutions pu- bliques algériennes pour être en mesure de remplir les objec- tifs de l’Accord d'association Algérie-UE, en apportant à

celles-ci l'expertise et les outils de travail nécessaires à la réa- lisation des objectifs de l'Accord. Ce programme sera mis en £uvre pour une période de 48 mois à compter de la date de si- gnature de sa convention de financement. Depuis son lancement en 2007, les interventions du pro- gramme P3A ont porté sur des jumelages institutionnels, des actions ponctuelles telles que la mobilisation de l'expertise pri- vée à travers l'assistance technique pour réaliser les actions

à court et moyen termes, ainsi que sur des appuis spécifiques

à travers le programme d'assistance technique et d'échange

d'informations (TAIEX). «Ces actions portent sur l'assistance technique et d’échange d’informations qui permet la diffusion, à court terme, de sa- voir-faire et de bonnes pratiques, en particulier dans le cadre de l’élaboration des actes législatifs», a-t-on expliqué.

FEDERICA MOGHERINI

L'UE est engagée à bâtir un partenariat «plus substantiel» avec l'Algérie

L'Union européenne (UE) est engagée à bâtir un partena- riat «plus substantiel et affirmé» avec l'Algérie, selon la haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini. «Nous sommes engagés à construire un partenariat bilaté- ral plus substantiel et affirmé», a-t-elle déclaré, cité dans un rap- port annuel sur l'état des relations UE-Algérie publié à l'occa- sion de la 10e session de leur Conseil d'association qui s’est tenu hier à Bruxelles. La chef de la diplomatie européenne a estimé que les rela- tions bilatérales ont été «particulièrement intenses» depuis le dernier Conseil d'association tenu en juin 2015, relevant que «des progrès ont été réalisés dans de nombreux domaines de coopération, tant bilatérale que régionale». De son côté, le commissaire chargé de la politique euro- péenne de voisinage et des négociations sur l'élargissement, Jo- hannes Hahn, a réitéré le soutien de l'UE à l'Algérie «dans son processus de réformes politiques et macroéconomiques struc- turelles récemment engagées», estimant que ces réformes «per- mettront de resserrer les liens qui unissent les deux peuples». Dans ce rapport élaboré conjointement par la Commission eu- ropéenne et le Service européen pour l'action extérieure (SEAE), l'UE soutient que l'Algérie dispose de «capacités sécu- ritaires élevées» qui lui permettront de lutter «efficacement» contre le terrorisme et le crime transfrontalier, faisant état de l'existence de «discussions dans ces domaines» entre les deux parties. «L'Algérie continue de jouer un rôle clef de médiation notamment en Libye et au Sahel», a affirmé l'UE dans son rap- port, rappelant que l'Algérie est le premier pays de la rive-sud de la Méditerranée à participer au Mécanisme européen de pro- tection civile et à signer un arrangement avec la Commission européenne. L'UE fait état des progrès et réformes récemment engagées par l'Algérie et des priorités de coopération entre l'UE et l'Al- gérie, axés autour des secteurs d'intérêt mutuel tels qu'iden- tifiées dans les nouvelles «priorités de partenariat». Evoquant la révision constitutionnelle, le rapport note que la nouvelle Constitution algérienne «comprend des avancées démocratiques et institutionnelles», annonçant le déploiement d'une mission d'expertise électorale à l'occasion des élections législatives du 4 mai 2017, suite à l'invitation du gouvernement algérien. L'UE s'est félicitée également de la coopération algéro- européenne dans le domaine stratégique de l'énergie qui s'est avérée «très fructueuse» depuis 2015, note le rapport. «Les autorités algériennes ont adopté plusieurs plans sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l'action envi- ronnementale, le développement durable, l'eau, et ratifié l'ac- cord de Paris sur le climat», souligne le rapport. Le document fait état également de progrès dans la coopé- ration et le dialogue en matière de recherche et développement, d'enseignement supérieur, et de protection et valorisation du patrimoine culturel algérien.

10 e session du Conseil d'association Algérie-UE

L'Algérie et l'Union européenne (UE) ont entamé hier à Bruxelles les travaux de la 10e session de leur Conseil d'association, institué par l'Accord d'association signé en 2002 et mis en oeuvre en 2005 et qui a instauré un dialogue ouvert et une coopération globale entre les deux parties.

ouvert et une coopération globale entre les deux parties. Cette réunion annuelle est co- présidée par

Cette réunion annuelle est co- présidée par le ministre d'Etat, mi- nistre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ram- tane Lamamra et la chef de la diplo- matie européenne Federica Moghe- rini. Lors de cette nouvelle session de dialogue politique dont les travaux se déroulent à huis clos, l'Algérie et l'UE devraient, passer en revue l'état et les perspectives des relations de coopération et de partenariat et exa- miner les voies et moyens de leur im- pulser une nouvelle dynamique, se- lon une source diplomatique. Le Conseil d'association exami- nera, en outre, les thèmes des prio- rités du partenariat UE-Algérie, par- ticulièrement, la question de la mise en £uvre de la Constitution algé-

rienne, la gouvernance et la société civile, le soutien à la diversification de l'économie algérienne et les rela- tions commerciales. Il se penchera également sur la problématique de la migration et la mobilité, ainsi que la coopération dans le secteur de l'énergie. Ramtane Lamamra et Federica Mogherini, discuteront également de la situation régionale en Libye, au Mali et au Sahel. Ils échangeront aussi sur la l'intégration maghrébine et coopération régionale, ainsi que sur la prévention et la lutte contre le terrorisme et la radicalisation. La nouvelle session du Conseil d'association Algérie-UE devrait permettre d'entériner le document final portant les conclusions de l'évaluation conjointe de la mise en

£uvre de l'Accord d'association et ce- lui contenant les priorités conjointes de partenariat, définies au titre de la Politique européenne de voisinage rénovée à laquelle l'Algérie a parti- cipé activement lors du processus de révision. Trois conventions de finance- ment par l'UE seront également si- gnées lors du Conseil d'association dont une pour un programme d'ap- pui au développement des énergies renouvelables et promotion de l'ef- ficacité énergétique en Algérie d'un montant de 10 millions d'euros, une autre pour un programme de ré- forme des finances publiques (10 millions d'euros) et une dernière pour un programme d'appui à la mise en £uvre de l'Accord d'associa- tion (20 millions d'euros).

APPUI À LA RÉFORME DES FINANCES PUBLIQUES :

L'Algérie et l'UE signent une convention de financement de 10 millions d'euros

L'Algérie et l'Union européenne (UE) ont signé, hier à Bruxelles, une convention de financement par l'Union d'un programme d'appui à la réforme des finances pu- bliques d'un montant de 10 millions d'euros. La convention a été signée par le ministre d'Etat, mi- nistre des Affaires étrangères et de la Coopération inter- nationale, Ramtane Lamamra, et par la haute représen- tante de l'UE aux Affaires étrangères et la politique de sé- curité, Federica Mogherini, à l'occasion de la 10ème ses- sion du Conseil d'association Algérie-UE. Ce programme vise à «améliorer les performances de la gestion des finances publiques» à travers un appui à la mise en £uvre du Plan stratégique de modernisation des finances publiques, adopté par l'Algérie en mars 2016, avance une source diplomatique. «Les actions prioritaires prévues dans le cadre de ce programme vont permettre au ministère des Finances

d'aller vers une gestion budgétaire efficace, permettant une meilleure maîtrise de la dépense, axée sur la qualité et les résultats», a-t-on expliqué. Ce programme devrait également «renforcer l'ap- proche pluriannuelle dans le cadre de la préparation du budget en donnant une plus grande visibilité de l'évolu- tion du budget sur trois ans», selon la même source. Il devrait, en outre, «renforcer les marges de man£uvre» dont le gouvernement peut bénéficier pour rendre compatibles les programmes de dépenses aux ob- jectifs macro-économiques et aux capacités financières de l'Algérie. Les actions prévues dans le cadre de ce programme vont toucher l'ensemble des directions du ministère des Finances, notamment la Direction générale du domaine national (DGDN) pour «favoriser le climat des affaires et la transparence», a-t-on ajouté.

DÉVELOPPEMENT DES ÉNERGIES RENOUVELABLES:

L'Algérie et l'UE signent une convention de financement de 10 millions d'euros

L'Algérie et l'Union européenne (UE) ont signé, hier à Bruxelles, une convention de financement par l'Union d'un programme d'appui au développement des énergies re- nouvelables et à la promotion de l'efficacité énergétique en Algérie d'une valeur de 10 millions d'eu- ros. La convention a été signée par le ministre d'Etat, ministre des Af- faires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et la chef de la diplomatie euro- péenne, Federica Mogherini , ainsi que par le commissaire chargé de la

politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, à l'occasion de la 10ème session du Conseil d'asso- ciation Algérie-UE. Le programme a été adopté en 2016 au titre de l'instrument de po- litique européenne de voisinage (2014-2020), selon une source diplo- matique qui a souligné que «l’idée de ce projet a émergé, ces deux der- nières années, lors des différents échanges dans le cadre du dialogue Algérie-UE dans le domaine de l’énergie». Le programme vise à soutenir les autorités nationales dans la révi-

sion et l'élaboration de dispositifs institutionnels, politiques et régle- mentaires favorables à la mise en £uvre des politiques énergétiques durables à travers le déploiement des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique. Il vise également à contribuer à fa- ciliter l’investissement privé (na- tional et étranger) à moyen et à long terme dans des projets d’énergie renouvelable et d’efficacité éner- gétique, ainsi qu'à renforcer les ca- pacités techniques et de gestion des institutions dans ce domaine. APS

Mardi 14 mars 2017

COOPÉRATION

DK NEWS 5

FORMATION PROFESSIONNELLE:

La coopération algéro-française évoquée par Mebarki et une délégation du Sénat

Les relations entre l'Algérie et la France dans le domaine de la formation et de l’enseignement pro- fessionnels ont été examinées, hier à Alger lors d'une audience accordée par le ministre du secteur, Mohamed Mebarki, à une délégation du groupe d’amitié France-Algérie du Sénat français.

Les entretiens entre le ministre de la Formation et de l'Enseignement profes- sionnels et une délégation du groupe d'amitié France-Al- gérie du Sénat français, conduite par le sénateur Alain Neri du Puy-de-Dôme, en visite en Algérie, du 11 au 17 mars 2017 ont porté sur l’état des relations entre les deux pays, dans le domaine de la formation et de l’ensei- gnement professionnels. Les deux parties ont mis exergue «l’importance de la formation aux métiers dans le processus d’accompagne- ment des activités de la sphère productive et des in- vestissements étrangers en Algérie notamment fran- çais», précise un communi- qué du ministère. Lors de cette entrevue, M. Mebarki a présenté les ca- ractéristiques du système algérien de formation et d’enseignement profession- nels au double plan qualita- tif et quantitatif, en mettant

nels au double plan qualita- tif et quantitatif, en mettant en évidence les principaux axes de

en évidence les principaux axes de son plan d’action quinquennal, tout en en sou- lignant l’orientation qui a été donnée de «privilégier les modes de formation fai- sant intervenir l’entreprise dans l’acte pédagogique pour favoriser l’employabilité des apprentis». Il a également abordé les mesures en cours, en ma- tière de modernisation du

système d’orientation et les passerelles à construire en- tre les trois segments du sys- tème éducatif, dans le ca- dre d’une approche globale et cohérente du système édu- catif, ajoute le communi- qué. M. Mebarki a souligné, en outre, que les échanges et la coopération avec la France «sont d’ordre institutionnel et s’inscrivent en soutien au programme de réforme du

secteur de la formation et de l’enseignement profes- sionnels.» Il a expliqué que «ces échanges s’articulent, es- sentiellement, autour l’appui à la formation des forma- teurs et à l’encadrement ma- nagérial et la participation des firmes industrielles fran- çaises dans l’effort de ré- forme du dispositif d’ingé- nierie pédagogique». De son côté, le président du groupe d’amitié France- Algérie, après avoir pris note de l’approche développée par M. Mebarki, a rappelé que sa mission en Algérie vise à «renforcer les liens d’amitié entre les deux pays et rehausser la coopération technique au niveau de l’ex- cellence des relations poli- tiques». Il s’est engagé à faire connaitre la teneur de son entretien aux acteurs institu- tionnels français en charge de la formation et de l’éduca- tion.

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR:

La France souhaite développer la coopération dans un climat de «confiance»

Le président du groupe parlementaire d'amitié al- géro-français au Sénat fran- çais, Alain Neri, a souligné hier à Alger la volonté de son pays de développer la coopé- ration dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche dans un cli- mat de «confiance» et d'«amitié». Dans une déclaration à la presse à l'issue de son entre- tien avec le ministre de l'En- seignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, M. Neri a fait savoir que la France a «la volonté de déve- lopper la coopération et les échanges (dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scienti- fique, ndlr) dans un climat de confiance et d'amitié». Il a ajouté avoir longuement dis- cuté avec M. Hadjar sur la coopéra-

avoir longuement dis- cuté avec M. Hadjar sur la coopéra- tion bilatérale notamment les ques- tions

tion bilatérale notamment les ques- tions ayant trait à la formation, à l'éducation et à l'utilisation des langues étrangères ainsi que leurs développement. «Notre jeunesse (algérienne et française) a besoin de formation, d'éducation et d'ouverture sur le monde notamment à travers le déve- loppement des langues étrangères»,

a-t-il précisé. De son côté, le ministre a indiqué que les discussions ont été également centrées autour de l'apprentissage de langue française et les diffi- cultés rencontrées dans sa maîtrise. Dans le même cadre, M. Hadjar a rappelé que l'année universitaire 2015/2016 a en- registré le déplacement de «3.500 enseignants français vers l'Algérie et 5.000 ensei- gnants algériens vers la France». «Cela dénote de l'existence d'une relation très forte entre les universi- tés des deux pays», a-t-il soutenu, no- tant que le volet jeunesse, les ré- formes engagées et la nécessité d'améliorer le rendement et le ni- veau de performance du système d'enseignement supérieur ont égale- ment fait l'objet de discussions.

RENCONTRES PROFESSIONNELLES DE ANNABA :

Les activités portuaires et les habitations anciennes au menu des travaux

Les participants aux rencontres professionnelles d’Annaba, ont affirmé dimanche que les investissements algériens, en cours pour la promotion du secteur portuaire constituent une opportunité pour plusieurs entreprises françaises d’inves- tir ce créneau et lancer un partenariat fructueux. Organisées à l’initiative du consulat de France en colla- boration avec la Chambre du commerce et de l’industrie, CCI- Seybouse, ces rencontres sont consacrées aux volets des ac- tivités portuaires et des habitations anciennes. Assurant que l’orientation de l’économie algérienne vers la diversification des activités hors hydrocarbures est considérée par les opérateurs économiques comme «un ac- croissement des possibilités d’investissement pour les en- treprises françaises novatrices et compétitrices», ces parti- cipants ont également mis l’accent sur la nécessité de pro- mouvoir le partenariat entre les deux pays dans plusieurs do- maines d’activité. Ayant bénéficié durant les sept (7) dernières années d’un soutien financier de l’ordre de 300 millions d’euros consacrés à l’équipement et à des réaménagements, les ports de commerce algériens seront renforcés, selon Yassine Ha- fiane, PDG du groupe des services portuaires (SERPORT) par

un important port stratégique prévu à Cherchell (Tipasa), sus- ceptible d’ouvrir de nouvelles perspectives et de propulser un partenariat rentable dans les domaines en relation avec les activités portuaires. Ce même responsable a également ajouté, à cet effet, qu’un éventuel partenariat concrétisé dans ce contexte, touchera essentiellement la formation et le transfert de technologie liés aux systèmes d’information et au transfert des données. Au cours des travaux de ces journées professionnelles d’An- naba, qui ont vu la présence de représentants de plusieurs entreprises françaises et locales, activant dans le secteur des travaux publics, des énergies renouvelables, de l’électricité, de l’aménagement de l’environnement et d’architecture, les participants ont suivi des exposés portant sur les transactions économiques entre l’Algérie et la France, ainsi que les op- portunités d’investissement à l’Est du pays. Des exemples d’expériences de partenariat réussies en- tre des opérateurs locaux et français ont également été évo- qués lors de cette rencontre de deux jours, qui constituera, en outre, une occasion d’aborder la possibilité de créer des partenariats dans les secteurs du tourisme et des habitations anciennes.

Une mission du FMI salue la volonté de l'Algérie à s'engager dans la voie des réformes économiques

à s'engager dans la voie des réformes économiques Le chef de mission du Fonds monétaire interna-

Le chef de mission du Fonds monétaire interna- tional (FMI) en Algérie Jean François Dauphin a sa- lué dimanche à Alger «une vraie volonté» du pays à s'engager dans la voie des réformes économiques. «Je crois qu'il y a une vraie volonté aujourd'hui de s'engager dans la voie de ces réformes (écono- miques) pour permettre une croissance pérenne, qui

soit la plus inclusive possible et qui permettra de don- ner du travail aux jeunes sans que cela ne soit sou- mis aux aléas de la conjoncture pétrolière», a-t-il dé- claré à la presse à l'issue d'une audience avec le mi- nistre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale Mohamed El Ghazi. Il s'agit cependant d'un «chantier sur le long terme car l'économie ne se transforme pas du jour au lendemain», a souligné M. Dauphin qui conduit une mission de FMI en Algérie dans le cadre des consultations annuelles du Fonds sur l'économie al- gérienne. Il a notamment salué la «résistance» du marché de l'emploi en Algérie aux effets de la chute des cours du pétrole enregistrée dès 2014. «Jusqu'à présent le marché de l'emploi en Algérie

plutôt bien résisté au contre-choc pétrolier. On a vu une légère baisse du chômage qui reste à des niveaux relativement proches de ce qu'ils étaient il y a un ou deux ans», a-t-il constaté. Néanmoins «il faut être vigilant: le taux de chômage des jeunes est très élevé et donc toute la question est de savoir comment dynamiser l'économie, com- ment faire en sorte que l'économie se tourne vers des secteurs indépendants de la commande publique et du secteur des hydrocarbures afin d'avoir une source de création d'emploi indépendante des fluctuations du prix et de la production de pétrole», a recommandé M. Dauphin. Selon l'Office national des statistiques (ONS), le taux de chômage en Algérie avait atteint 10,5% en septem- bre 2016 contre 11,2% en septembre 2015, alors que le taux de chômage des jeunes il avait baissé à 26,7% contre 29,9% en septembre 2015. Interrogé sur les axes évoqués lors de l'audience,

a

il

a précisé que la mission a abordé avec M. El Ghazi

et

les cadres de son ministère l'évolution de l'écono-

mie algérienne et du marché de l'emploi. «Nous avons eu des discussions très enrichis- santes et passionnantes. La question principale que nous avons débattue

c'est de savoir comment deux ans après le contre-choc pétrolier l'économie algérienne continue à s'adapter

à des prix de pétrole qui sont durablement plus bas», a-t-il déclaré.

«Nous avons discuté des conséquences de cette si- tuation sur le marché de l'emploi et des politiques mises en oeuvre par le ministère pour essayer à la fois d'accompagner la diversification de l'économie et la réduction de la dépendance aux hydrocarbures et de s'assurer un marché de l'emploi dynamique qui permette de créer des emplois de manière pérenne indépendamment de la conjoncture des prix du pé- trole», a-t-il soutenu. Le FMI avait maintenu en janvier dernier ses prévisions de croissance pour l'Algérie à 3,6% en 2016 et à 2,9% en 2017, en anticipant une reprise à partir de 2021 à 3,4%. Le Fonds a gardé ses prévisions pour l'inflation en Algérie inchangées en 2016 à 5,9% contre 4,4% en 2015 et prévoit un taux de 4,8% en 2017. Le solde du compte courant a représenté -15,1% du Pib en 2016 et devrait baisser à -13,7% du Pib en 2017

et maintenir la même tendance baissière jusqu'à 2021

à -6,3% du Pib. Le Fonds avait souligné que l'Algérie

avait figuré parmi les pays émergents et en dévelop- pement qui ont «réussi à maintenir une position nette extérieure positive grâce à son très faible endettement

extérieur».

APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Mardi 14 mars 2017

Les énergies renouvelables en Algérie, une «priorité nationale» (Boutarfa)

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, a réaffirmé hier à Paris, lors du 15e Forum mondial du développement durable, que les énergies renouvelables en Algérie sont une «priorité nationale», rappelant dans ce sens l’important programme national.

rappelant dans ce sens l’important programme national. «Sous l'impulsion du président de la République Son

«Sous l'impulsion du président de la République Son Excellence le prési- dent Abdelaziz Bouteflika, les énergies renouvelables ont été hissées au rang de priorité nationale. Au vu de l’importance du gisement solaire de l’Al- gérie, de sa grande super- ficie, la transition énergé- tique nationale retenue est axée sur le développe- ment des énergies renou- velables, notamment par la réalisation de centrales so- laires photovoltaïques et de fermes éoliennes», a indi- qué le ministre dans un discours prononcé devant les participants au forum. Il a mis en valeur le lan- cement du programme na- tional des énergies renou- velables et de la maîtrise de l’énergie qui a été adopté par le gouvernement en 2011 et mis à jour en 2015. «Nous avons arrêté des objectifs ambitieux et pro- metteurs en matière d’énergies renouvelables et nous sommes détermi- nés à faire des vingt pro- chaines années l’ère du déploiement des énergies durables pour le pays», a- t-il expliqué, rappelant que

le programme national «prévoit 47 à 51 TWh à l’ho- rizon 2030/2040 représen- tant plus de 27% de mix énergétique dont plus de 9 TWh, soit une capacité to- talisant 4.500 MWc de- vraient être installés d’ici

2020/2022».

Indiquant que le ce pro- gramme est «en cours de concrétisation», le minis- tre de l’Energie a souligné que 22 centrales photovol- taïques d’une puissance totale de 350 MWc ont été déjà réalisées dans le Sud et dans les Hauts Plateaux.

Les contraintes

identifiées

«Nous avons également, dans une phase initiale, réalisé une ferme éolienne de 10 MW et des petites centrales d’énergies re- nouvelables de différentes technologies qui nous per- mettront d’évaluer celles qui répondront le mieux aux contraintes clima- tiques et autres spécificités de la région», a-t-il ajouté, précisant que ces capacités en énergies renouvelables déjà installés «ont permis d’identifier les contraintes et les défis qui pourraient

se dresser de-

vant le dévelop- pement des énergies re- nouvelables à grande échelle». Le ministre a annoncé aux membres du Forum que l’Algérie compte lancer

«incessam-

ment» un ap- pel à investis- seurs pour la réalisation de centrales pho- tovoltaïques d’une puis- sance totale de 4.000 MWc. «Nous comptons lan- cer incessamment un ap- pel à investisseurs pour la réalisation de centrales photovoltaïques d’une puissance totale de 4.000 MWc, capacité décompo- sée en 3 lots de 1.350 MWc et qui sera conditionnée par la réalisation d’inves- tissements dans le do- maine industriel», a-t-il précisé, soulignant que l’Algérie a toujours milité pour que la stratégie de mise en £uvre du pro- gramme national de dé- veloppement des énergies renouvelables «repose sur deux composantes: l’une énergétique et l’autre in- dustrielle». «L’appel à investisseurs connaîtra une période d’ajustement et de consul- tations avec les différents investisseurs, énergéti- ciens et industriels», a-t-il ajouté, faisant constater que «nous serons atten- tifs aux questions et préoc- cupations des intervenants nationaux et internatio- naux en vue d’intégrer leurs apports dans la dyna- mique insufflée par notre

action dans ce domaine».

Efficacité énergétique:

une réduction de 9% de la consommation

Par ailleurs, il a rap- pelé que le programme national de l’efficacité énergétique vise la réduc- tion de 9% de la consom- mation globale d’énergie à l’horizon 2030 par «une amélioration des perfor- mances énergétiques des habitations et des villes, et ce, à travers l’isolation thermique de logements, l’introduction de lampes à basse consommation, l’installation de chauffe- eau solaires, le remplace- ment au niveau de l’éclai- rage public des lampes à mercure par des lampes à sodium, de même que la promotion des carburants propres à l’exemple du GPL/C et de GNC». Dans cet objectif, il a ajouté qu’une autre orien- tation «d’importance» consiste à «hybrider» les centrales diesel des ré- seaux isolés du sud du pays, avec le recours à l’énergie solaire et à l’éo- lien. «Ceci permet de réduire la consommation de fuel dans les centrales et des carburants utilisés pour son transport et par consé- quent d’atténuer diverses émissions polluantes», a- t-il dit. Sur le plan de la res- source humaine, le minis- tre a garanti que l’évalua- tion du secteur de l’éner- gie «a confirmé que les compétences et les capaci- tés nationales, dans ce do- maine, existent et que no- tre stratégie s’attèlera à les valoriser en leur garantis- sant un environnement adéquat pour leur épa- nouissement».

ELECTRICITÉ-GAZ:

Les efforts de l’Etat ont permis une couverture énergétique «optimale» de l’Algérie (Boutarfa)

Les efforts consentis par l’Etat dans la production, le trans- port et la distribution de l’électricité et le gaz ont permis une couverture énergétique «optimale» de l’Algérie, a affirmé hier à Paris le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa. «Les efforts consentis par l’Etat dans le renforcement des capacités de production d’électricité, mais aussi des infrastruc- tures de transport et de distribution -tant en électricité qu'en gaz- ont permis d’assurer une couverture énergétique optimale du pays», a précisé le ministre dans son intervention au 15ème Forum mondial du développement durable, souli- gnant qu’aujourd’hui, «tous les citoyens ont accès à l’électri- cité et au gaz (naturel ou butane) et cela, à des prix adaptés et très abordables pour le consommateur». Il a indiqué dans ce cadre que le nombre d’abonnés aux ré- seaux électrique et gazier a «fortement» augmenté depuis l’an- née 2000, passant de 4,5 à 8,5 millions pour l’électricité et de 1,4 million à 4,6 millions d’abonnés pour le gaz naturel en 2016, mettant en valeur les efforts de l’Etat algérien en matière de prise en charge des coûts. «L’Etat a pris en charge 75% des coûts de raccordement en électricité et en gaz pour aboutir à l’électrification quasi totale du territoire national et à un taux de pénétration du gaz par ca- nalisations de 55%», a-t-il expliqué, ajoutant que les îlots «propanés» (GPL en réseau) ont été également développés dans les localités isolées. Du fait que l’Algérie étant producteur de gaz, le ministre a fait observer que l’électricité est produite à plus de 97% à par- tir du gaz naturel, «ressource primaire plus propre que les au- tres ressources fossiles», soutenant que l’Etat algérien a aussi privilégié les centrales électriques à cycle combiné, «plus ef- ficace» énergétiquement, afin de préserver les ressources fos- siles «pour les générations futures». Il a souligné que parallèlement, l’effort entrepris pour l’usage des produits réputés propres a été poursuivi par d’autres ac- tions parmi lesquelles la généralisation avancée de l’utilisa- tion de l’essence sans plomb dans le transport et de l’utilisa- tion de l’électricité, ainsi que du gaz naturel et du GPL (Butane) comme combustibles. Ces produits, a-t-il expliqué, viennent en remplacement, dans plusieurs usages, des produits comme le fuel-oil, le gasoil ou le pétrole lampant pour réduire ainsi les émissions pol- luantes de l’air et les gaz à effet de serre notamment dans les villes. En ce qui concerne la demande interne en Algérie, le mi- nistre a indiqué qu’elle a «beaucoup» évolué ces dernières an- nées. «A titre d’exemple, la production commerciale de gaz na- turel s’est maintenue globalement, durant la décennie passée, à près de 85 milliards de m3/an, avec une relance en 2016», a- t-il précisé, affirmant que cette évolution a eu lieu en faveur d’une consommation intérieure en «croissance soutenue» pas- sant à 40 milliards de m3 en 2015, alors qu'elle était de 20 mil- liards de m3 en 2000 et sans que cela ne se fasse au détriment de l'approvisionnement de l’Europe qui est notre principal mar- ché». Pour l’électricité, il a expliqué que les investissements réalisés en centrales conventionnelles pour répondre à la de- mande et les perspectives d’avenir font que la politique éner- gétique de l’Algérie «intègre désormais le développement des énergies renouvelables en vue de mieux préparer la tran- sition énergétique et de s’affranchir progressivement, à moyen et long terme, des hydrocarbures».

GISEMENT DE FER DE GARA-DJEBILET:

L'étude de faisabilité confiée au chinois Sinosteel

La Société nationale de fer et de l'acier (Feraal) et l'entreprise chi- noise Sinosteel equipment & en- gineering ont signé hier à Alger un protocole d'accord de réalisation des études de préfaisabilité et de faisabilité des investissements de développement du gisement de fer de Gara-Djebilet (Tindouf ). Le document a été paraphé par le directeur général de Feraal, Ah- med Benabbas, et celui de Sinos- teel, Wang Jian, en présence du mi- nistre de l'Industrie et des mines, Abdessalem Bouchouareb, et de l'ambassadeur de Chine à Alger, Yang Guangyu. Déjà présente à Bellara ( Jijel) et à Oran, Sinosteel est une entreprise étatique chinoise fondée en 1993, activant principalement dans l'ex- ploitation minière, la fabrication d'équipements et l'ingénierie, et est le 2ème importateur chinois de mi- nerai de fer. Ces études de préfai- sabilité et de faisabilité devraient

être prêtes à fin 2017 et porteront sur l'ensemble des aspects de la mise en exploitation du gisement,

a expliqué M. Bouchouareb. Il s'agit de trouver ‘‘le meilleur compromis entre les investisse- ments nécessaires pour l'extrac-

tion, le traitement et le transport du minerai jusqu'à sa livraison aux clients en Algérie ou à l'étranger,

et les investissements à prévoir, en

parallèle, pour la réalisation des in- frastructures et pour assurer la disponibilité de l'ensemble des utilités dans la région, ainsi que l’impact économique, environne- mental et social de ces investisse- ments et de l'exploitation’‘, a-t-il souligné. Le contrat couvre également

la réalisation par des centres de re-

cherche en Chine des essais de déphosphoration et d'enrichisse- ment sur quatre (4) procédés dis- tincts, a expliqué le ministre rap- pelant que les laboratoires algé-

riens ont pu atteindre en 2015 un taux de déphosphoration avoisi- nant 0,1%. Sur la base de ces études

et essais, Feraal compte réaliser en 2018 une usine-pilote permettant de démontrer la fiabilité du pro- cédé de traitement retenu et de dé- terminer tous les paramètres de fonctionnement du projet d'ex- ploitation industrielle du minerai

de Gara-Djebilet qui sera lancé entre 2021 et 2022. A ce propos, M. Bouchouareb a considéré que pour l'Algérie, la valorisation de ce minerai de fer était à la fois stratégique et un défi, soulignant que ce projet per- mettra de placer l'Algérie en tant que ‘‘leader’‘ de l'industrie sidérur- gique et métallurgique à l'échelle

continentale en se dotant d'une plateforme de production de taille internationale. L'exploitation du gisement de fer de Gara-Djebilet permettra aussi à l'Algérie de devenir un

‘‘hub métallurgique’‘ stimulant de nouveaux bassins d'emplois. A cet égard, les premières esti- mations font ressortir un potentiel de création de 4.800 emplois di- rects et de 14.500 indirects aussi bien au niveau de la mine, des installations industrielles, des an- nexes que des infrastructures, a-t- il avancé. Qualifiant ces études de phase cruciale et déterminante pour l'avenir de ce projet, le minis- tre a affirmé que la partie algé- rienne serait ‘‘extrêmement exi- geante et vigilante sur le respect des délais et la qualité des études’‘. En marge de cette cérémonie, le directeur général de Feraal a expli- qué à la presse que ces études per- mettraient de définir avec préci- sion le niveau des réserves dans ce gisement, leurs caractéristiques ainsi que les meilleures méthodes de leur exploitation. Il s'agit donc d'études réalisées selon les normes internationales, qui seront recon-

nues à l'échelle internationale, ce qui facilitera par la suite l'obtention des financements auprès des banques algériennes et étrangères, a avancé M. Benabbas. Découvert dans les années 50, le gisement de Gara-Djebilet offre des réserves minières estimées entre 1 et 2 mil- liards de tonnes, avec une teneur en fer de près de 57%, selon d'an- ciennes études. Par ailleurs, M. Bouchouareb a fait savoir que le Conseil des par- ticipations de l'Etat (CPE) tien- drait prochainement une réunion pour la validation de plusieurs projets d'investissements. Il s'agit, entre autres, d'un pro- jet de transformation de phos- phate d'une capacité de production de 6 millions de tonnes annuelle- ment, qui sera réalisé par une groupement algéro-chinois à tra- vers la conclusion d'un pacte d'ac- tionnaires.

APS

Mardi 14 mars 2017

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

Mouvement dans le corps des directeurs de wilaya de la CNAS: 17 agences touchées

Dix-sept (17) agences ont été tou- chées par le mouvement opéré dimanche par le Directeur général de la Caisse na- tionale des assurances sociales (CNAS), Tidjani Hassan Haddam, dans le corps des directeurs de wilaya, a indiqué un communiqué de la Caisse. Les wilayas concernées par ce mouve- ment sont: Chlef, Béjaia, Biskra, Té- bessa, Tiaret, Jijel, Sétif, Skikda, An- naba, Guelma, Constantine,Médéa, Mos- taganem, Boumerdes, Souk Ahras, El Oued et Relizane, a précisé la même source. Il est à noter que deux (02) femmes ont été désignées au poste de directeur d'agence, et ce, dans le cadre de «la pro- motion du travail de la femme, en appli- cation des directives du ministre du Tra- vail, de l'Emploi et de la Sécurité so- ciale», a encore précisé le communi- qué. Par ailleurs, il a été mis fin aux fonctions de (02) directeurs de wilaya. Ce mouvement s'inscrit dans le cadre de « la dynamisation de l'activité des agences de la CNAS et la modernisation du service public, conformément à son plan d'action stratégique (2017-2019) s'articulant autour de l'adoption de mé- thodes modernes en matière de gestion qu'il tend à développer à travers la forma- tion continue de ses fonctionnaires et la désignation de compétences universi- taires et professionnelles à la tête de ses structures suivant une feuille de route vi- sant à protéger les droits des assurés so- ciaux et des ayants droit et à préserver la pérennité de la sécurité sociale», conclut le communiqué.

Pour un

rapprochement

étudiants-

comptables

Les participants à une rencontre sur la comptabilité, tenue dimanche à Sidi Bel-Abbès, ont plaidé pour le rapproche- ment des étudiants des Sciences éco- nomiques et les comptables pour un transfert de savoir-faire. Des universitaires, spécialistes, experts en économie, comptabilité et finances ont insisté, lors de cette rencontre, sur la né- cessité de renforcer le contact entre étu- diants et professionnels sur tout ce qui a trait à la comptabilité, au commissariat aux comptes, à la fiscalité et à l’économie et la finance. Le membre de la chambre nationale des commissaires aux comptes, l’expert Aounallah Abdellah a mis l’accent sur ce contact pour activer le transfert de connaissance et renforcer l’expérience des étudiants. Cette rencontre vise à informer sur les normes de vérification en Algérie entrées dernièrement en vigueur, ainsi que sur le système financier comptable à l'ère des mutations et des nouvelles lois, a-t-on in- diqué. Le programme de cette rencontre comporte des communications traitant, entre autres, des nouvelles lois entrées en vigueur et de nouveaux concepts dans ce domaine, selon les organisateurs. Cette rencontre de deux jours est ini- tiée par la Chambre régionale des com- missaires aux comptes de Sidi Bel-Abbès en coordination avec la faculté des sciences économiques et de gestion de l'Université «Djilalli Liabès» représentée par un laboratoire d’analyses et d’audit. APS

L'adoption par l'Algérie des règles d'origine de la zone pan-euro- méditerranéenne en discussion

Des discussions sont en cours actuellement en vue de l'adoption par l'Algérie des règles d'origine de la zone pan-euro-méditerranéenne, comprenant des règles identiques, ont indiqué hier à Alger des responsables au ministère du Commerce et à la direction générale des Douanes.

Les discussions pour l'adop- tion de ces règles «sont en cours au niveau du ministère du Commerce et les autres secteurs concernés», a indi- qué Lila Mokhtari, responsable à la direction générale du Com- merce extérieur au ministère du Commerce, lors d'un sé- minaire sur les règles d'origine et leur impact sur le commerce extérieur de l'Algérie. La zone pan-euro-méditer- ranéenne est une convention fondée au milieu des années 2000 sur un réseau d'accords de libre-échange dont les pro- tocoles sur l'origine compren- nent des règles identiques. Néanmoins, un processus de négociation pour la révi- sion de cette convention avait été entamé en 2007 en vue d'assouplir et de moderniser ses règles commerciales avec des facilités et la généralisation de certaines notions et la définition d'une nouvelle durée du cer- tificat d'origine. Les règles d'origine sont des critères per- mettant de déterminer le pays d'origine d'un produit. Elles sont importantes du fait que les droits et restrictions applicables dépendent dans bien des cas de la provenance des pro- duits importés. Appelé aussi zone de cumul d'origine pan-euro-méditerranéenne, cet espace concerne initialement les 28 Etats de l'Union européenne, la Turquie, l'Association eu- ropéenne de libre échange (AELE), les îles Féroé ainsi que les pays signataires de la dé- claration de Barcelone dont fait partie l'Al- gérie. L'Algérie qui a ratifié cette convention en septembre 2016 mise sur cette zone pour bé- néficier de ses règles préférentielles en vue d'augmenter ses exportations hors hy- drocarbures. «Si demain l'Algérie signe un accord

drocarbures. «Si demain l'Algérie signe un accord avec un autre pays pan-euro-méditérra- néen, elle ne sera

avec un autre pays pan-euro-méditérra- néen, elle ne sera pas obligée de négocier les règles d'origine avec ce pays-là», a expli- qué Mourad Tebbi, inspecteur divisionnaire à la direction générale des Douanes. L'adop- tion des règles de cette zone devrait offrir des opportunités à l'exportation notamment en appliquant les règles du cumul diagonal, qui signifie que les matières ayant obtenu le caractère originaire dans l'un des pays de cet espace peuvent être transformées dans un deuxième pays et y acquérir l'origine pré- férentielle de ce dernier pour être exportées vers un troisième pays (destination du produit), explique le même responsable. Actuellement, le cumul diagonal n'est pas appliqué en Algérie, car cela exige l'existence d'un accord de libre-échange avec un troi- sième partenaire qui applique les mêmes règles d'origine prévues dans le cadre de l'accord d'association Algérie-UE, détaille- t-il. Donc, l'adoption par l'Algérie des règles de la zone pan-euro-med devraient intro- duire des nouveautés en matière de com-

merce extérieur, que les opérateurs algé- riens sont censés connaître afin de bénéfi- cier des avantages offerts à l'export, ré- sume Mme Mokhtari. Elle a indiqué, par ailleurs, que le dos- sier de création de la Zone de libre-échange africaine est en discussion au niveau minis- tère du Commerce et les secteurs concer- nés.

Les négociations en vue de l'établisse- ment d'une zone de libre échange continen- tale en Afrique ont été lancées en 2015 lors du Sommet de l'Union africaine à Johans- burg. Les chefs d'Etat des 54 pays membres de l'Union avaient demandé que cet espace soit établi en 2017. En attendant l'intégration de ces deux nouveaux espaces commerciaux, l'Algérie

a conclu jusqu'à présent un accord d'asso-

ciation avec l'UE entré en vigueur en 2005

et a adhéré à la Grande zone arabe de libre-

échange en 2009 en plus de la conclusion d'un accord commercial préférentiel avec

la Tunisie.

Le e-paiement, incontournable dans la lutte contre la corruption et la bureaucratie

Le e-paiement est un pro- cessus difficile mais incontour- nable pour lutter contre la bu- reaucratie et la corruption qui menacent l’économie nationale, ont souligné hier les partici- pants à un séminaire national organisé par l’université AKli Mohand Oulhadj de Bouira. Lancé en Algérie depuis quelques mois, le e-paiement, projet qui avance à un rythme appréciable, constitue un défi

majeur pour le gouvernement et servira d’outil de lutte contre la bureaucratie et la corruption qui gangrènent le secteur éco- nomique, ont estimé les diffé- rents intervenants lors de cette rencontre à laquelle ont assisté d'anciens ministres dont Ab- delkader Smari et El-Hadi Khaldi, d'experts économiques et des chercheurs. «Des lois ont été déjà élabo- rées et adoptées depuis 2006 et

2007.

Ces textes devront être appli- qués en vue de «généraliser cette démarche électronique de e-paiement qui est devenue une nécessité absolue pour que no- tre pays soit au diapason des avancées technologiques que connaît le monde ces dernières

années», a

souligné

l’ancien mi-

nistre de la Formation et de l'Ensei- gnement

profession-

nels, El Hadi Khaldi. Selon l'in- tervenant, les muta- tions écono- miques, l’économie de marché ainsi que la concurrence économique sont les fac- teurs les plus importants ayant favorisé le re- cours des pays au e-paiement, qui est devenu un instrument ef- ficace pour gagner du temps et minimiser les coûts. Pour sa part, Abdelkader Smari, ancien ministre et prési- dent du club économique al- gérien, a abondé dans le même sens, en soulignant que le e- paiement est une révolution qui concerne les gouvernements et les Etats et qui touche à la vie

les gouvernements et les Etats et qui touche à la vie économique et sociale du ci-

économique et sociale du ci- toyen. «Le e-paiement est une étape incontournable pour le gouver- nement algérien pour pourvoir lutter efficacement contre les fléaux de la bureaucratie et de la corruption», a estimé M. Smari. Malgré les risques de piratage et d’espionnage qu’il présente pour les Etats, «le e-paiement demeure un moyen efficace par lequel ont gagne du temps et mi-

nimise les coûts», a-t-il ajouté. Au cours de la même rencon- tre qui se poursuivra jusqu’à mardi, M. Smari a fait état, par ailleurs, de l’existence d’un an- crage juridique nécessaire pour la généralisation et l’applica- tion du e-paiement afin de pro- téger l’économie nationale et l’Etat des risques d’espionnage ou de piratage.

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mardi 14 mars 2017

MOSTAGANEM:

Déchargement de plus de 84.000 tonnes de semences de pomme de terre

Plus de 84.000 tonnes de semences de pomme de terre importées ont été déchar- gées au port de Mostaganem, a-t-on appris dimanche de la direction des services agri- coles (DSA). Une baisse de 13% a été relevée par rapport à la campagne de la saison agricole écoulée, a-t-on fait remarquer, soulignant que ces semences sont utili- sées dans la culture de la pomme de terre de saison. La quantité globale de ces semences de pomme de terre importées de Hollande, France, Danemark et Allemagne déchargée est «saine», ont confirmé les analyses effec- tuées sur des échantillons de semences de chaque cargaison au port et à la station ré- gionale de protection végétale, basée à Debdaba dans la commune de Sayada (Mos- taganem). La DSA a affirmé que la plupart des se- mences importées sont de type E de bonne qualité et peuvent être utilisés pour plu- sieurs saisons, rappelant que le ministère de tutelle a faut comme condition aux im- portateurs cette année d'introduire une grand quantité de cette variété de semences. L’entreprise portuaire de Mostaganem (EPM) a accueilli une moyenne de deux à quatre navires d'un tonnage de 2.500 à 4.000 tonnes transportant cette marchan- dise. Pour rappel, l'EPM de Mostaganem avait enregistré, l’année dernière, le décharge- ment de plus de 96.000 tonnes de semences de pomme de terre importées, soit l’équi- valent de 80 pc de la quantité globale impor- tée au niveau national.

TISSEMSILT

Baisse de la production de poissons des barrages en 2016

La production de poissons ensemencés aux barrages de la wilaya de Tissemsilt est passée de 6 tonnes en 2015 à 2,3 t en 2016, a-t-on ap- pris dimanche du chef de la station de wilaya de la pêche et des ressources halieutiques. Cette grande baisse enregistrée au niveau du barrage de Koudiet Rosfa est justifiée par l’exploitation de cette ressource depuis plu- sieurs années, a souligné Ahmed Zahaf. Il a ajouté que la production de l’année der- nière au niveau des barrages de Koudiet Rosfa et Méghila a concerné la carpe argen- tée et la carpe grand bec au titre de la pêche continentale, commerciale et de plaisance. Par ailleurs, le même responsable a an- noncé que la station de wilaya de la pêche et des ressources halieutiques envisage de concrétiser prochainement un programme d’aquaculture dans la wilaya au titre du pro- gramme du ministère du secteur visant une intégration des agriculteurs de la région à ce créneau. Cette station a formé, l’an dernier, trois techniciens et deux agriculteurs en aqua- culture intégrée avec l’agriculture au niveau des fermes pilotes des wilayas de Sidi Bel- Abbes et de Ghardaia. Elle prévoit des rencontres de sensibilisa- tion en collaboration avec les dispositifs d’emploi dans des établissement de jeunes pour faire découvrir les avantages accordées par l’Etat pour ceux qui désirent investir dans le domaine de la pêche continentale com- merciale et l'aquaculture.

APS

CONSTANTINE :

Feuille de route pour «redonner vie» aux cimetières

Véritable lieu de recueillement, espace sociétal et mémoriel, les cimetières se meurent à Constantine, présentant une situation telle que les services concernés ont esquissé une feuille de route pour réhabiliter ce patrimoine funéraire et lui «redonner vie».

Saturation,dégradation,manqued’en-

tretien, empiétement, absence de désher- bage, insalubrité et des gens pataugeant dans la gadoue à la moindre goutte de pluie : tout un chapelet de carences «flétrissant» les tombes et la mémoire des défunts. Mesurant l’état de dégradation de ces lieux, des responsables locaux sont en voie de lancer un programme de réhabilitation tous azimuts de ces lieux avec, en toile de fond, la création d’un nouveau cimetière «totalement différent» des anciens. Le directeur de l’établissement public communal de gestion des pompes funè- bres (EPC GPF) de la commune de Constantine, Abdelmadjid Ameur, af- firme qu’un projet d’aménagement d’un nouveau cimetière implanté à la périphé- rie Ouest du chef-lieu de wilaya est à l’étude et a été soumis au Conseil d’admi- nistration. Mettant l’accent sur une meilleure organisation des carrés réservés aux inhumations, M. Ameur a fait savoir que ce cimetière, prévu pour l’année en cours, bénéficiera d’une «gestion informatisée» associée à un système de numérotation des tombes, en plus d’un projet d’électrifica- tion et d’installation de caméras de surveil- lance pour veiller à son inviolabilité. En attendant que ce projet voit le jour, le directeur de l’EPC GPF de la commune de Constantine, établissement créé en juillet 2016 et entré en service en janvier 2017, promet de donner «un nouveau look» aux anciens cimetières datant de l’époque coloniale et qui «agonisent» de- puis des années. Il souhaite, à cet effet, que le bitu- mage des allées de la partie inférieure du cimetière central de la ville et l’élagage des arbres effectué par l’EPC GPF redonnent un aspect moins négligé à cet endroit, en attendant d’autres actions, comme le re- censement des tombes pour établir un lis- ting exhaustif des dépouilles inhumées. Toutefois, ces actions ne peuvent remé- dier à l’alignement anarchique des tombes, empiétant souvent sur les rares espaces qui subsistent aux visiteurs pour circuler,notammentàcause,affirme-t-on, des «dérogations» délivrées par la com- mune aux familles désirant inhumer un proche dans un endroit aisément acces- sible ou à proximité de la tombe d’un au- tre défunt.

Rideau végétalisé pour dissimuler le vis-à-vis du cimetière de Zouaghi Cette déliquescence a fait réagir le wali qui a dressé un constat «accablant» dès son arrivée, octobre dernier, et a été essen- tiellement «consterné» par l'état du cime- tière de la cité Zouaghi Slimane, situé sur

du cime- tière de la cité Zouaghi Slimane, situé sur la voie menant à l’aéroport Mohamed

la voie menant à l’aéroport Mohamed Boudiaf, et dont les tombes surplombent la route. Pour tenter de dissimuler ce vis-à-vis «gênant», les services concernés s’ap- prêtent à lancer des travaux de réhabili- tation en procédant, selon M. Ameur, à la mise en place d’un «rideau végétalisé» constitué d’une bordure de cyprès, ainsi que d’autres travaux de réaménagement. Avec une subvention communale de 50 millions de DA, l’établissement des pompes funèbres de la ville des ponts en- visage également d’entreprendre diffé- rentes actions visant à assurer un «meil- leur entretien» des cimetières, clôturés et gardés 24 heures sur 24, selon cette même source. En attendant la concrétisation de ce programme d’action, Malika, une sexagénaire dont le visage porte les stig- mates d’un deuil récent, trouve l’état ac- tuel du cimetière de Zouaghi «affligeant» où la décadence des lieux accentue, selon elle, l’incommensurable tristesse de la perte d’un être cher. Rejoignant cet avis, Selma, une électronicienne de 43 ans, a fait part, elle aussi à l’APS, de son «immense chagrin» de ne pas avoir pu se recueillir le mois passé sur la tombe de sa défunte tante, au lendemain de son enterrement au cimetière central de la ville, en raison de la pluie qui a rendu la chaussée vaseuse et glissante.

Une moyenne de 12 enterrements par jour Comptabilisant 11 cimetières musul- mans, un chrétien et un juif, occupant une superficie globale d’environ 70 hectares, la commune de Constantine enregistre une moyenne de 12 enterrements par jour, alors que la plupart de ces lieux

sont quasi-saturés, selon les services de cette collectivité. En plus de constituer «la dernière de- meure» des habitants de la ville, les cime- tières de Constantine sont aussi le dernier gîte des relogés de la nouvelle ville Ali Mendjeli, relevant de la commune d’El Khroub, dont bon nombre expriment le v£u d’être enterrés au chef-lieu et ce, «pas seulement par sentimentalisme», souligne-t-on. Faute de cimetière dans la méga cité d’Ali Mendjeli, plus de 16 ans après le lan- cement des premiers travaux d’urbanisa- tion, ses locataires, dont 80% ont été transférés du chef-lieu de wilaya, sont contraints d’inhumer leurs défunts à Constantine, a-t-on indiqué. Selon Lakhdar Benamar, vice-prési- dent de l’Assemblée populaire commu- nale (APC) d’El Khroub, chargé de l’admi-

nistration, il existe certes un terrain, mais

il s’est avéré «inexploitable» et trop rocail-

leux, attestant que les services de la direc-

tion de l’urbanisme ont été «instruits» par

le wali à l’effet de trouver une assiette plus

propice. Le cimetière de la ville d’El Khroub étant saturé à hauteur de 95 %, M. Bena- mar a affirmé que le problème est «cru- cial», d’autant que cette commune enre- gistre une démographie exponentielle avec ses trois nouvelles entités urbaines

(Ali Mendjeli, Massinissa et Ain Nahas), et

a besoin de deux terrains pour pouvoiren-

terrer décemment ses morts et réduire la pression sur les cimetières du chef-lieu de wilaya. Les services de la direction de l’administration locale dénombrent 104 cimetières dans la wilaya de Constan- tine, dont 22 dans la commune d’Ibn Ziad qui compte plusieurs mechtas.

AÏN DEFLA :

Près de 8140 placements effectués en 2016

Pas moins de 8136 place-

par les entreprises), 877

suelles effectuées par

un parcours de dynamisa-

ments ont été effectués en

dans le cadre du placement-

agence.

tion qui s’effectue dans le ca-

2016

à Aïn Defla par l’agence

insertion au niveau du sec-

Il a assuré que l’un des

dre de l’emploi. Outre le

nationale de l’emploi (ANEM) à Aïn Defla, soit

teur économique et 1016 au- tres dans le cadre du dispo-

principaux objectifs de son organisme pour l’année en

poste d’emploi qui lui sera proposé, la personne insérée

et

sociale notamment des

plus que ceux effectués en

sitif d’aide à l’insertion pro-

cours reste la contribution

dans le monde de l’emploi

2015

(7366), a-t-on appris

fessionnelle (DAIP), a-t-il

avec ses partenaires, no-

par le biais de l’activité éco-

dimanche du directeur de l’antenne locale de cet orga- nisme. Ce chiffre représente une évolution de près de 10 % par rapport à l’année 2015, a in- diqué Mohamed Toufik Ha- miani, jugeant ce résultat «plutôt positif» au regard de la pauvreté du tissu éco- nomique caractérisant la wilaya.

détaillé, notant qu’à lui seul, cette dernière formule (DAIP) a connu un taux d'évolution de 13,86% par rapport à 2015. De nombreuses visites de prospection hebdoma- daires ont été assurées par les agences locales de l’em- ploi éparpillées à travers le territoire de la wilaya durant la période considérée no-

tamment les employeurs, à une bonne prestation de service ayant trait à l’inter- médiation à travers une bonne maîtrise des procé- dures d’usage en matière de proposition de candidats sur la base de conditions arrêtées par les entreprises, mais négociées avec l’an- tenne locale de l’ANEM. Le second objectif a trait

nomique se voit bénéficier d’un accompagnement technique et social visant à permettre son développe- ment personnel adapté à sa progression, a-t-il soutenu. La nécessité de la mise en place d’actions de partena- riat permettant d’avancer conjointement en faveur de l’insertion professionnelle

Du total des placements effectués, 6243 l’ont été par

tamment pour le suivi des offres, a par ailleurs signalé

à l’insertion par l'activité économique que forme un

demandeurs d’emploi non qualifiés dans les secteurs

le biais des agences locales

le même responsable, fai-

ensemble de dispositifs per-

du BTPH et de l'agriculture

de l’emploi de la wilaya (trai- tement des offres établies

sant état d’une moyenne de 32 heures de visites men-

mettant aux jeunes chô- meurs de s’inscrire dans

également été mise en exergue.

a

Mardi 14 mars 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

SÉTIF :

BILAN MENSUEL DE LA SÛRETÉ DE WILAYA :

450 affaires de crimes et délits traitées avec la saisie de 67 kg de kif traité

Le bilan du mois de février écoulé dressé par les services de police relevant de la Sûreté de wilaya de Sétif ayant trait à la lutte contre la criminalité urbaine fait état de 450 affaires enregistrées ont été traitées impliquant 571 individus, dont 44 de la gent féminine.

impliquant 571 individus, dont 44 de la gent féminine. boissons alcoolisées. Le responsable de la cellule

boissons alcoolisées. Le responsable de

la cellule de communication ajoute que les services de police de Sétif n’ont ménagé aucun effort par leurs activités préventives et dissuasives, tout en envisageant aussi des actions de sensibilisation de proximité à l’intention des jeunes dans les lycées dis- séminés à travers l’ensemble de la wilaya

de Sétif ainsi que des deux universités af- fin de préserver la frange juvénile des dan- gers et des effets néfastes de la drogue. Afin de participer aux actions sécuritaires, les services de police invitent la popula- tion à dénoncer toute acte criminel en ap- pelant les numéros mis à leur dispositon, les 15.48 et le 17, police secours.

Azzedine Tiouri.

Toutes ces personnes qui ont été im- pliquées dans différentes affaires de crimes et délits ont été présentées devant les juridictions compétentes où 75 ont été placées sous mandat de dépôt, et les au- tres ont bénéficié de citations directes. Pour ce qui est des catégories visées et préjudices causés, elles font ressortir que 40,88 % l’ont été pour atteintes aux personnes, 14,88 % et 14,22 % pour respec- tivement atteinte à l’économie nationale et aux biens des personnes et 8,66 % aux biens publics. Concernant le volet inhé- rent à la lutte contre le trafic des stupé-

fiants, selon le bilan mensuel établi par la cellule de communication et des relations publiques de la Sureté de wilaya de Sétif, les services de la police judiciaire ont eu

à traiter 77 affaires durant la même pé-

riode du mois de février dernier. C’est ainsi qu’il a été procédé à l’arrestation de 106 mis en cause, dont 48 ont été placés sous mandat de dépôt avec la saisie de 67

kg de kif traité, ainsi que de 915 compri- més psychotropes et une quantité de

ORAN :

Les syndicats appellent les transporteurs en grève à reprendre le travail

Les représentants des bu- reaux régionaux de l’Union nationale des transporteurs privés (UNAT) et du Syndicat national des transporteurs et des taxis (SNTT/UGTA) ont appelé hier les transporteurs privés du groupement d’Oran

à reprendre le travail afin de

«ne pas pénaliser davantage les usagers». Au sortir d’une deuxième réunion ayant regroupé le di- recteur de wilaya des trans- ports, celui de l’Entreprise des transports urbain et subur- bain (ETUS Oran) et les deux syndicats, les responsables respectifs de ces deux bureaux syndicaux, Cheikh Amar Nou- reddine et Kateb Belkacem ont déclaré aux grévistes avoir obtenu «le maintien du gel de la convention» conclue par l'ETUS avec la société privée, alors que «la revendication vi- sant l'annulation de cette transaction est désormais por- tée au niveau ministériel». Les deux représentants syndicaux ont fait savoir qu'une réunion est prévue dans l'après-midi avec un ca-

SOUK AHRAS :

Démantèlement d’un réseau spécialisé dans la contrebande des pièces archéologiques

dre central du ministère des Travaux publics et des Trans- ports. En attendant la tenue de cette réunion, ils ont appelé les transporteurs à reprendre le travail afin de «ne pas pénali- ser davantage les usagers». Les représentants syndi- caux ont réitéré leur appel à la

reprise du travail, affirmant que la gr ve sera relancée pour «une durée illimitée» en cas de non aboutissement de la re- vendication visant l'annula- tion de la convention objet de la contestation. Le débrayage des transpor- teurs privés du groupement d'Oran s’est poursuivi lundi,

pour la seconde journée consécutive, avec un nouveau rassemblement d'une cen- taine d'opérateurs, devant le siège de la Direction des trans- ports de la wilaya, réclamant l'annulation d'une conven- tion portant affrètement de 100 bus conclue par l'Entre- prise de transport urbain et su- burbain d'Oran avec une so- ciété privée. Le directeur de wilaya des transports, Saïd Sadat avait indiqué, pour rappel, que «seules quatre lignes du grou- pement d'Oran étaient concer- nées par la convention consi- dérée, dont deux sont tout à fait nouvelles car non desser- vies à ce jour». De son côté, le directeur de l'ETUSO, Fewzi Berber avait signalé que l'avis d'appel d'of- fres a été lancé à l'attention de tous les opérateurs intéres- sés, expliquant que «cinq ont retiré le cahier des charges, mais un seul a soumissionné». La convention portant affrète- ment de 100 autobus a été si- gnée en février dernier, a-t-il rappelé.

Démantèlement d’un réseau de trafic de drogue et saisie d’un quintal de kif traité

Les éléments de la sûreté de wilaya d’Oran ont démantelé, ces deux derniers jours, un réseau spécialisé dans le trafic et la com- mercialisation de drogue, au cours d’une opération ayant permis également la saisie d’un quintal de kif traité, a-t-on appris hier, de ce corps de sécurité. Les éléments de ce réseau, au nombre de cinq individus âgés entre 27 et 62 ans, ont été neutralisés après une étroite surveillance de leurs mouvements depuis la zone frontalière Ouest jusqu’à la wilaya d’Oran. Deux véhicules utilitaires utilisés dans le trafic de drogue et des psychotropes ont été également sai- sis, indique-t-on de même source. Cette opération «de qualité», me- née par les éléments de la Brigade de recherche et d’investigation relevant du service de la PJ d’Oran, a permis également la saisie d’armes blanches et une somme d’un million de dinars représen- tant le produit des ventes des stupéfiants et des psychotropes, a ajouté la même source.

La section recherche du groupement ter-

ritorial de la Gendarmerie nationale de la wi- laya de Souk Ahras a démantelé un réseau impliqué dans la commercialisation et la contrebande de pièces archéologiques, ap- prend-on dimanche du commandant du groupement. Sur la base d’informations par- venues aux services de ce corps sécuritaire faisant état d’une activité suspecte de trois

individus,uneenquêteaétédéclenchée,pré-

cise le lieutenant-colonel Ismail Abdaim. Les

investigations approfondies ont permis d’identifier et d’appréhender les présu- més suspects, âgés entre 37 et 42 ans, qui se livrent au trafic de pièces archéologiques, souligne la même source. Lors de cette opération, il a été procédé à la saisie de deux (2) statues dont une en métal jaune, de sept (7) pierres précieuses, probablement, soutient-on de même source, «des éme- raudes et des diamants», ainsi qu’une (1) pièce de monnaie ancienne en or. Qua-

torze (14) autres pièces de monnaie an-

ciennes,unelampeàl’huileantique,unesta-

tue chandelier et des sommes d’argent en dinar, en euro et en dollar, entre autres, ont été également saisis lors de cette opération, indique le lieutenant-colonel Ismail Abdaim. Lesindividusimpliquésdanscetteaffaireont été présentées devant le procureur de la Ré- publique près du tribunal de Sedrata et ont été mises sous contrôle judiciaire, sou- ligne-t-on.

SELON UNE ÉTUDE

La stabilité et l’emploi favorisent l’installation à Tamanrasset de migrants

Une étude sur l’immigration clandestine en Algérie, menée par une association locale de Ta- manrasset, présente la stabilité et les opportu- nités d’emploi offertes comme des facteurs fa- vorisant l’installation de migrants clandes- tins de nationalités africaines sur le territoire de la wilaya de Tamanrasset, a-t-on appris di-

manche du président de l’association «Green tea (Thé vert), jeunes contre le sida et la drogue». La stabilité sécuritaire, les soins gra- tuits et les opportunités de travail dans la wilaya de Tamanrasset encouragent les migrants clandestins de plusieurs nationalités africaines

à y séjourner et s’y installer, a expliqué Moha-

med Guemama dans une conférence de presse animée au siège de l’association à Tamanras- set. Devant une assistance composée de repré- sentants de services sécuritaires, des médias et de la société civile, l'intervenant, qui a présenté les résultats de cette étude réalisée entre août 2016 et février 2017, a indiqué qu’un taux de 37% des immigrés clandestins africains optent pour l’installation et la vie dans la wilaya de Ta- manrasset, alors que 63% envisagent de rallier l’Europe. Cette étude de situation, ayant ciblé un échantillon de 3.722 personnes de 16 natio- nalités africaines, laisse apparaître que la ca- pitale de l’Ahaggar (Tamanrasset) constitue, eu égard à la sécurité qui y règne, une destination privilégiée pour ces derniers, a-t-il affirmé, sou- lignant que pour 67% des personnes ques- tionnées la motivation était la quête de travail. Le président de l’association «Green Tea, jeunes contre le sida et la drogue» de Taman- rasset a exhorté les différents acteurs dans la ré- gion à intensifier leurs efforts et à œuvrer conjointement pour le traitement de ce phéno- mène qui a pris de l’ampleur dans la capitale de l’Ahaggar.

BOUMERDÈS:

Le taux de couverture en gaz naturel porté à 70% fin 2017

Le taux de couverture en gaz naturel, estimé actuellement à 60% à Boumerdes, sera porté à 70% à fin 2017, a assuré dimanche le wali. Intervenant en marge d’une visite d’inspec- tion des projets de l’entreprise Sonelgaz dans sept (7) communes de Boumerdes, Abderrah- mane Madani Fouatih a fait part d’efforts en cours en vue «de consacrer cet objectif dans les délais». Depuis début 2017 à ce jour, près de 10.000 foyers de la région ont été raccordés au réseau public de distribution de gaz naturel sur

un programme global portant raccordement de près de 28.000 foyers à fin 2017, a fait savoir le wali. A ce titre, un réseau de raccordement de

2.500 foyers de la wilaya a été mis en service di-

manche par le wali, en présence des autorités

locales et de représentants de la société civile. Selon le directeur de la société de distribution de gaz et d’électricité du centre, Biter Abdelka- der, l’opération en question a profité à près de

1.600 familles d’Ouled Hadadj et 250 autres des

cités Haouch El Makhfi, Tlamtli, Dalys, Belkadi et Kellal de Zemmouri. D’autres cités de la ré-

gion ont également bénéficié de cette opération,

à l’instar de celle de l’Oued Sebaou de Baghlia

(140 foyers), les cités Tizoughri et Ouled Salah de Thenia (280), et la cité Draâ Zemmam de Corso (310). Le responsable a aussi fait part d’autres projets en cours dans le cadre de l’amélioration et la modernisation des prestations du secteur, dont une station de production d’électricité de haute tension à Takedamt (Dellys), afin de mettre fin aux coupures inopinées de cou- rant électrique dans cette localité, et les com- munes avoisinantes, voire même dans cer- taines communes de la wilaya Tizi-Ouzou. Des unités d’intervention tout au long du ré-

seau, ainsi que des agences commerciales de la Sonelagz ont été, par ailleurs, mises en service

à Hammadi, Ouled Moussa, Si Mustapha, Le- gata et Zemmouri.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 14 mars 2017

ÉTATS-UNIS:

Des centaines de vols annulés en raison d'une tempête de neige

de vols annulés en raison d'une tempête de neige Près de la moitié du territoire des

Près de la moitié du territoire des Etas-Unis était frappée lundi par une tempête de neige qui a provoqué l'annulation de cen- taines de vols, ont rapporté des médias. Une forte tempête «Stella» a re- couvert de neige une vaste ré- gion allant du centre de la chaîne des Appalaches jusqu'à la Nou- velle Angleterre. Les services mé- téo ont averti que la tempête Stella pourrait provoquer des chutes record de température lundi soir et mardi, ainsi qu'un

blizzard qui pourrait perturber les voyages et provoquer des cou- pures de courant. Une alerte au blizzard a été dé- crétée à New York, et le brouillard devrait rendre les voyages par la route «extrêmement dangereux», selon les services météo. La tem- pête devrait également atteindre Washington. Des centaines de vols ont été annulés en prévision de la tem- pête, selon le site «FlightAware» qui recense tous les retards et annulations.

PÉROU

Au moins 15 morts suite à une chute d'un minibus dans un ravin dans le nord

Au moins 15 personnes sont mortes lorsque le minibus qui les transportait est tombé dans un précipice dans le nord du Pérou en raison de fortes pluies, ont indiqué les autorités locales dimanche. L'accident s'est produit dans l'après-midi de samedi dans le district de Yauya, dans la province de Carlos Fermin Fitzcarrald, en plein coeur des Andes péruviennes. D'après le Centre des opérations d'urgence cité par l'agence Andina, 15 corps ont été transférés dans un hôpi- tal et identifiés. Mais le bilan risque d'augmenter, car, selon la po- lice locale, 22 personnes se trouvaient à bord du véhicule lorsqu'il est tombé dans le précipice, chutant de 400 m. De même source, la pluie, incessante en cette période de l'année dans la région, est à l'origine de l'accident.

LE CAP :

Annulation d'une populaire course cycliste à cause de vents violents

populaire course cycliste à cause de vents violents Les organisateurs de la très po- pulaire course

Les organisateurs de la très po- pulaire course cycliste sud-afri- caine autour du Cap, «Cape Town Cycle Tour», ont décidé dimanche de l'annuler à cause de vents violents. C'est la première fois en 40 ans d'existence que cette course, qui rassemble quelque 35.000 cy- clistes sur 109 km autour de la pé- ninsule de la côte ouest de l'Afrique du Sud, est annulée. «Ce (dimanche) matin a pré- senté un certain nombre de défis, le moindre n'étant pas le vent af- fichant des vitesses considéra- blement plus importantes que celles prévues», a déclaré à la presse le directeur du marke-

ting de la course, David Bellairs, justifiant la décision d'annuler l'épreuve. Des incendies qui se sont pro- pagés dans la région ces derniers jours menaçaient également le trajet et ont contribué à la déci- sion, a ajouté M. Bellairs. De nom- breux participants étaient venus de l'étranger pour participer à cet évènement, qui revendique d'être la plus grande épreuve cy- cliste au monde. «Je suis du Cap, donc l'annu- lation n'est pas une catastrophe pour moi. Mais je compatis avec ceux et celles qui sont venus de loin», a déclaré le cycliste Greg An- derson à des journalistes.

PAKISTAN

Le Pakistan entame un recensement de sa population, le premier depuis 19 ans

Le Pakistan va entamer demainun recensement de sa population, le premier depuis 19 ans dans ce pays mastodonte à la démographie galopante.

Considéré par l'ONU comme le sixième pays le plus peuplé du monde, avec une population esti- mée à quasiment 200 millions d'habitants, le Pakistan n'a pas ef- fectué de recensement depuis 1998 alors que la Constitution prévoit que l'exercice soit décennal. Plus de 300.000 personnes sont mobilisées, 55 millions de formu- laires papier imprimés pour ce défi colossal, vu la démographie ga- lopante du pays, dont la population officielle décomptée il y a 19 ans était de 134,7 millions. Le Bureau des statistiques (PBS) va déployer 119.000 civils dont 84.000 recenseurs, des institu- teurs ou fonctionnaires locaux qui feront du porte-à-porte pour compter dans un premier temps les foyers puis les individus. Selon le PBS, l'armée pakista- naise a déployé 200.000 militaires -- dont 44.000 vont participer di- rectement au recensement, qui intervient à un an des élections lé- gislatives. Avec l'exode rural, les puissants propriétaires terriens des provinces du Sindh (sud) ou du Pendjab (centre) pourraient voir fondre leur nombre de députés, se- lon les médias. Le Pendjab, fief du parti au pouvoir qui détient la majorité des sièges et a la part du lion dans les fonds fédéraux, pourrait voir son hégémonie bousculée car sa population croît plus lentement qu'ailleurs. Cela fait dix ans que le Bureau des statistiques est dans les starting-blocks, et les dirigeants ont donné leur feu vert il y a moins de trois mois. Un délai court pour former les dizaines de milliers de recenseurs et rassu- rer partis et communautés. «Il n'y a pas eu beaucoup de

partis et communautés. «Il n'y a pas eu beaucoup de temps pour convaincre tout le monde»,

temps pour convaincre tout le monde», regrette Hassan Mohtas- hami, du Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA). Certains sont notamment in- quiets du poids des quelque 2 mil- lions de réfugiés afghans, qu'il est quasiment impossible de distin- guer des citoyens pakistanais vu les irrégularités dans l'attribution de cartes d'identité. Le parti au pouvoir dans la plus grande ville du pays, Karachi, a ré- clamé un report jusqu'au départ des réfugiés. Au Baloutchistan, vaste pro- vince instable et peu peuplée, un parti nationaliste a rejeté un recen- sement qui équivaudrait à un «sui- cide», en attestant du poids des po- pulations pachtounes, dont les Af- ghans, et en faisant des Baloutches «une minorité dans leur propre province». Le recensement va aussi per- mettre de mesurer les minorités comme les hindous et chrétiens, qui affirment être plus nombreux que les 2 à 3 millions estimés pour chacun. La moitié des districts seront re- censés du 15 mars au 15 avril, l'au- tre moitié du 25 avril au 25 mai. Les premiers résultats sont attendus fin juillet. Dans sa fiche parallèle, l'ar- mée relèvera, outre le nombre to- tal d'hommes et de femmes, la nationalité des personnes recen- sées.

Neuf langues sur 70 Critère essentiel pour évaluer le poids politique des multiples ethnies composant le Pakistan, la langue maternelle sera précisée - - mais seuls neuf idiomes sont lis- tés, au grand dam de certains.

Les experts estiment que le pays compte quelque 70 langues. Sont notamment décomptés l'ourdou, langue nationale, le pachtou, commun aux habitants de l'ouest du Pakistan et aux Afghans, et les deux langues parlées par les Baloutches dont certains récla- ment l'autonomie de leur pro- vince marginalisée. Le recensement est l'occasion d'avoir un aperçu précis du poids des minorités, notamment chré- tiennes et hindoues, dont les es- timations sont très approxima- tives et contestées: de 2 à plus de 10 millions de chrétiens, de 2,5 à 4,5 millions pour les hindous. Les citoyens du pays peuvent se déclarer «musulmans, chrétiens, hindous ou ahmadis». A défaut, ils sont soit «membre des basses castes», c'est-à-dire de familles hindoues, soit «autre» -- ce qui in- clut baha'i, sikhs, zoroastriens ou bouddhistes entre autres. Pour les étrangers, le recense- ment prévoit deux cases: Pakista- nais ou étranger. L'armée, qui effectue un décompte parallèle, pourrait recenser la nationalité précise des personnes recensées. Un détail épineux en raison de la présence controversée de cen- taines de milliers de réfugiés af- ghans. En revanche, les quelque six millions de Pakistanais travaillant à l'étranger ne seront pas recen- sés. Aucune information ne sera collectée non plus sur la fertilité ni les migrations internes (ré- gion d'origine). Ces informations et d'autres feront l'objet d'une enquête ultérieure distincte basée sur un large échantillon de popu- lation, a assuré le Bureau des sta- tistiques du Pakistan.

ARGENTINE:

2 morts et plusieurs blessés dans une bousculade à un concert de rock

Deux personnes sont mortes et plusieurs ont été blessées dimanche

«La situation est deve- nue incontrôlable» car «on n'attendait pas autant

du chanteur Indio Solari responsables de l'inci- dent. La foule «débor-

sonnes ont été hospitali- sées dont une femme ad- mise en soins intensifs,

lorsque plus de 300.000

de monde», a expliqué

dait de partout, et plus de

selon les autorités de la

spectateurs venus assis-

le maire de la ville Eze-

100.000

véhicules sont

ville.

ter à un concert de rock

quiel Galli. Habituelle-

entrés» dans cette ville de

Les victimes sont dé-

dans la ville de Olavarria,

ment, «il est question de

130.000

habitants, a-t-il

cédées après le début du

dans la province de Bue- nos Aires en Argentine, se sont bousculés.

170.000 personnes», a-t- il souligné, rendant les organisateurs du concert

dit lors d'une conférence de presse. Une dizaine de per-

spectacle que Indio So- lari, 68 ans, a interrompu pendant vingt minutes.

Une tempête dévastatrice au Brésil fait un mort et 70 blessés

Une personne a péri et 70 autres ont été blessées hier dans une puissante tempête qui s'est abattue sur le Rio Grande do Sul, le plus méridional des Etats du Brésil, ont annoncé les autorités locales. Les pluies diluviennes dans le sud du Brésil ont provoqué de nombreuses destructions et coupures d'électricité. Des centaines de personnes sont restées sans toit, ont indiqué des responsables locaux cités par les médias. La ville de San Francisco de Paula est la plus affectée par la pluie. Sept quartiers y ont été dévastés et l'hôpital local a reçu environ 70 blessés.

Mardi 14 mars 2017

SANTÉ

DK NEWS 11

HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DE BOUDOUAOU :

Une structure enfin livrable en 2017

Les habitants de Boudouaou (Boumerdès), à l’est d’Alger, attendent avec impatience la livraison, annoncée pour fin 2017, de l’hôpital psychiatrique de 120 lits, une structure en souffrance depuis plus de trois ans.

Lancé en travaux en 2010 au titre du programme de soutien à la croissance éco- nomique 2005-2009, cet établissement hospitalier a atteint un taux d’avance- ment estimé à 50%, a-t-on constaté. Selon les explications fournies par les chargés de ce projet au wali de Bou- merdes, Abderrahmane Madani Foua- tih, lors d’une récente inspection du chantier de cet hôpital devant être récep- tionné initialement en 2014, ce retard dans la réalisation est dû à «l’indisponibi- lité d’un foncier adéquat et à des raisons financières». Lors de sa visite sur chantier, le wali a instruit l’entreprise réalisatrice de même que le bureau d’études, à l'effet d'accélé- rer le rythme des travaux en vue de «sa li- vraison, au plus tard, avant fin 2017». Après consultations avec les responsa- bles concernés, le wali a décidé, sur place, l’élargissement des prestations futures de cet hôpital psychiatrique à la médecine gé- nérale afin, a-t-il dit, d’être au «diapason de la croissance démographique enregis- trée dans cette région et, partant, l’aug- mentation des besoins en matière de prestations sanitaires.

L’engagement du wali L’engagement du wali à réceptionner cet hôpital psychiatrique et de médecine générale avant fin 2017 a été fortement sa- lué par la population locale, dont particu- lièrement les malades concernés de la ré- gion de Boudouaou, selon des échos re- cueillis sur place. Un septuagénaire rencontré par l’APS dans un établissement public de santé de

par l’APS dans un établissement public de santé de proximité de la ville de Boudouaou, s’est

proximité de la ville de Boudouaou, s’est dit «très optimiste» quant à l'ouverture de l'hôpital psychiatrique qui, selon lui, met- trait fin à ses sempiternels déplacements vers des wilayas limitrophes pour des soins. Une malade rencontrée sur les mêmes lieux a exprimé sa «grande joie», confiant avoir eu vent de la nouvelle par le biais de la Radio, d'autant plus que l'établisse- ment sanitaire en question est situé à proximité de son domicile. Doté d’une enveloppe de plus d’un milliard de DA, ce projet est en réalisation sur une assiette de plus de 30.000 m2, du lieu dit Badreddine, caractérisé par un em- placement bien aéré et éloigné du brou- haha de la ville.

Un tiers seulement de la surface a été destiné à l’implantation de l’hôpital, tan- dis que le reste a été reparti en plusieurs espaces dédiés à des prestations médicales, de loisirs, aires de jeu pour enfants et au- tres espaces verts. La mise en service de ce projet serait de nature à diminuer considérablement les déplacements pénibles et coûteux des malades de la région vers les hôpitaux d’Al- ger, de Tizi-Ouzou et de Blida, comme c’est le cas actuellement. La wilaya de Bou- merdes dispose de structures de santé d’importance, dont des établissements pu- blics de santé de proximité à Bordj Menail, Dellys, Khmis El Khechna et Boumerdes assurant différentes spécialités et couvrant les besoins de la population locale.

ADRAR

Des spécialistes bénévoles d’Alger et Oran assurent des consultations

Une équipe médicale spé- cialisée, constituée de béné- voles venus d’Alger et Oran, a entamé dimanche des consul- tations médicales spécialisées et des interventions chirurgi- cales dans les structures hos- pitalières de la wilaya d’Adrar, a-t-on appris dimanche au- près de la direction locale de la Santé et de la Population (DSP). Entrant dans le cadre d’ac- tions de bénévolat et de coopé-

ration entre structures hos- pitalières des régions du Sud et du Nord du pays, cette initia- tive, assurée par 47 praticiens issus des CHU d’Oran et Mus- tapha d’Alger, vise le renforce- ment des prestations médi- cales spécialisées au profit d’un plus grand nombre de malades de la région, a indiqué le chef de service de la préven- tion à la DSP d’Adrar. Les malades concernés de-

vront ainsi bénéficier d’inter- ventions chirurgicales et de consultations médicales dans les spécialités de chirurgie gé- nérale, néphrologie, neuro- logie, cardiologie, anesthésie- réanimation, gastrologie, gy- nécologie, urologie, pneumo- logie et dermatologie, a précisé M. Abdelkader Omiri. Quatre groupes médiaux ont été dé- ployés dans les établissements publics hospitaliers d’Adrar,

Reggane, Aoulef et Timi- moune, en vue de permettre au plus grand nombre de ma- lades de bénéficier de ces pres- tations médicales spécialisées, a-t-il ajouté. Cette initiative sera sanctionnée par une ren- contre de formation sur la prise en charge médicale au profit des praticiens spécia- listes, généralistes et agents paramédicaux locaux, selon la même source.

CONSTANTINE/CARDIOLOGIE:

Dotation d'une pompe de circulation extracorporelle

L'Etablissement hospitalier spécialisé de cardiologie et de chirurgie cardiaque, Mokhtar-Djeghri, sera «prochainement» doté d'une pompe de circulation extracor- porelle (CEC), a annoncé dimanche le directeur de l'établissement, M. Tarek Mili. La pompe CEC est un dispositif ultra- moderne qui a pour mission de rempla- cer le c£ur et les poumons lors de l’inter- vention chirurgicale, a expliqué le même responsable lors d’une émission de la radio de Constantine, précisant que cet équipement dont la valeur dépasse les 200 millions DA, permet de dévier la circula- tion sanguine en dehors du corps (extra- corporelle), tout en shuntant le c£ur et les poumons. L’EHS, docteur Mokhtar Djeghri, com- munément appelé clinique Erriadh, est fort par 332 équipements représentant 31 familles de matériels nécessaires pour cette spécialité «pointilleuse», a souligné M. Mili, qui a mis l’accent sur l’importance du matériel dont dispose cette infrastruc- ture de santé à caractère régionale.

Dans ce sens, le même responsable a as- suré que 95% des pathologies de la chirur- gie cardiaque sont maîtrisées et prises en charge par cet établissement de santé. En 2016, l’EHS Erriadh a réalisé 509 opérations à c£ur ouvert, a informé M. Mili, précisant que le nombre des interventions chirurgicales concrétisées par le même établissement de santé ne dépassait pas les 400 durant les années précédentes. Le nombre de malades, en liste d’at- tente, est de l’ordre de 96 personnes, l’équivalent a ajouté le même responsa- ble, de deux mois d’activité, détaillant que le délai d’attente qui dépassait durant les années précédentes, les 12 mois a été réduit à moins de quatre mois. Au cours de l’exercice 2016, l’EHS Er- riadh a assuré prés de 8.500 consultations spécialisées, plus de 128.000 analyses de sang et près de 2.000 admissions. Cette «prouesse» est le fruit d’une «profonde analyse de situation» conjuguée au sens d’organisation dans l’exploitation des moyens mis à l’actif de cet établisse-

ment, a estimé le même responsable, fai- sant part dans ce contexte de l’importance du potentiel humain dont dispose cette structure. Considéré comme un «pôle d’excellence» dans la formation en chirur- gie cardiaque, l’EHS Erriadh s’attèle ac- tuellement à former 17 chirurgiens spécia- lisés, a révélé le même responsable, rap- pelant que depuis son ouverture en 1997, cet établissement avait formé 34 chirur- giens. L’EHS Dr Mokhtar-Djeghri assure des soins aux malades issus des wilayas de l’Est du pays ainsi que ceux venant des wi- layas d’Alger, d’Oran et de Mascara entre autres et garantit 5 consultations spécia- lisées allant du traitement psychologique jusqu’aux examens près opératoire et d’analyses, a ajouté le même responsable. Cet établissement de santé £uvre actuel- lement à réussir le programme spécial de collecte de sang pour les malades aux groupes sanguin rares lancé récemment, a indiqué le même responsable, précisant que 3.200 poches de sang ont été jusque là collectées.

Opération de jumelage entre les hôpitaux de Kouba (Alger) et Djelfa

Des examens médicaux et des interventions chirurgicales sont actuellement effectuées, par un staff médical de l’hôpital Bachir-Mantouri de Kouba (Alger), à l’hôpital Mehad-Abdelka- der de Djelfa, dans le cadre d’un jumelage. L’encadrement de cette opération, lancée dimanche, jusqu'à la fin de la semaine en cours, est assuré par un staff composé de spécialistes, professeurs hospitalo-universi- taires et paramédicaux. Selon l’adjoint du directeur de l’hôpital de Kouba, chargé de l’information, Toufik Me-

khazni, ce jumelage, second du genre, s'ins- crit dans la cadre de la mise en £uvre de la stra- tégie du ministère de tutelle visant le rappro- chement des prestations médicales des ci- toyens. La première opération de jumelage réali- sée, l’année dernière, a profité à plus d’un mil- lier de patients de la wilaya ayant bénéficié d’examens médicaux multiples, outre la réa- lisation de 70 à 80 interventions chirurgi- cales, a-t-il ajouté. Le responsable a, également, souligné la contribution de cette opération dans la mise

à niveau des connaissances des staffs médicaux

et paramédicaux de l’hôpital de Djelfa, grâce

à la présence de professeurs et praticiens

hospitaliers à l’expérience avérée. Il a, en ou- tre, signalé l’intérêt affecté aux opérations de jumelage par le ministère de tutelle au vue, a- t-il dit, du "succès qu’elles ont réalisé sur le terrain". La premiere journée de cette opération a en- globé la réalisation de 145 examens en ORL, et d’une quinzaine d’actes chirurgicaux, dans le même domaine, dont une dizaine au profit d’enfants. Ces interventions chirurgi- cales ont été effectuées au niveau de l’hôpital Mehad-Abdelkader de Djelfa, qui a mis "tous ses moyens matériels et humains à la dispo- sition du staff médical hôte", a assuré son di- recteur Si Meziane Mustapha. Cette opération sera clôturée par l’organi- sation d’une journée pédagogique de forma- tion au profit des médecins généralistes, spé- cialistes et sages femmes.

BATNA :

Une équipe de 5 médecins chinois rejoint le staff médical de l’EHS mère-enfant Meriem Bouattoura

Une équipe composée de cinq (5) médecins chinois, spécialisés en gynécologie obsté- trique, a rejoint le staff médical de l’établisse- ment hospitalier spécialisé (EHS) mère-enfant «Meriem Bouattoura» de Batna, a-t-on appris dimanche auprès du directeur de cet établis- sement de santé. Cette action est inscrite dans le cadre d’une convention de coopération entre l’Algérie et la Chine qui prévoit l’échange des expé- riences et des compétences entre les deux pays dans le domaine de la santé, a précisé M. El Mekki Chouchane. Le nouveau staff médical chinois remplace une équipe de cinq autres médecins spécialistes qui a exercé au niveau de l’EHS Meriem Bouattoura pendant deux an- nées, a-t-on encore indiqué. L’établissement spécialisé Meriem Bouat- toura de Batna qui accueille des parturientes de plusieurs wilayas, compte, en plus des cinq (5) médecins chinois, quatre (4) médecins algériens spécialistes en gynécologie obsté- trique et huit (8) pédiatres, a détaillé le même responsable qui a souligné que l’effectif des deux spécialités est encadré par deux profes- seurs. Une formation au profit de six (6) mé- decins résidents en pédiatrie et 39 résidents en gynécologie obstétrique a été lancée, au sein de cet établissement depuis le début de l’an- née en cours, a ajouté M. Chouchane, notant que cette infrastructure qui enregistre, en moyenne 45 naissances en 24 heures, reçoit, en moyenne 85 parturientes par jour.

APS

12 DK NEWS

SAN

Mardi 14 m

INFECTIONS DE L'ENFANT :

LE LAIT CRU SERAIT BÉNÉFIQUE

D'après une nouvelle étude européenne, le lait cru de vache contiendrait des agents protecteurs aux vertus anti-infections, absents des laits stérilisés à haute température (UHT). Le traitement du lait cru serait donc à revoir selon les scientifiques.

Une étude menée par des chercheurs de la Ludwig Maxmilians Univesität de Munich (Allemagne) prétend que le lait cru contien- drait des agents protecteurs anti-infectieux bénéfiques pour l'enfant, de quoi remettre en cause les traitements de stérilisation du lait cru. L'étude a suivi 983 nouveau-nés issus de régions rurales d'Autriche, de Fin- lande, de France, d'Allemagne et de Suisse, durant leur première année de vie. La consommation de lait de vache, le nombre de rhinites, d'infections respira- toires, d'otites et de fièvres ont été mesurés et reportés chaque semaine dans le carnet de santé. Des prises de sang ont également été effectuées.

Un risque de maladie infectieuse réduit de 30%

Les données ont montré que la consom- mation de lait de vache cru chez le nourris- son réduisait le risque de maladie infectieuse (de type respiratoire, fiévreuse ou d'inflammation de l'oreille) de 30% par rapport aux nourrissons ayant bu du lait UHT. Les scientifiques ont aussi constaté que l'effet protecteur du lait cru était réduit une fois chauffé, et que le lait pasteurisé mais non UHT conservait encore une activité protectrice. Le lait UHT en revanche ne pos-

sède aucun effet protecteur. Les agents pré- sents dans le lait cru seraient alors très sen- sibles à la chaleur. Par ailleurs, les bébés nourris au lait cru possédaient des niveaux plus faibles de pro- téine C-réactive, qui indique une inflam- mation. D'après les chercheurs, ces taux faibles protégeraient également les nour- rissons buveurs de lait cru de maladies chroniques telles que l'asthme ou l'obésité.

Des méthodes de traitement du lait à revoir

Pour autant, les scientifiques ne conseil- lent pas l'usage de lait cru non traité, car celui-ci contient des agents microbiens pa- thogènes néfastes aux nourrissons, qui peu- vent s'avérer mortels. En revanche, l'équipe met en lumière la nécessité de repenser les traitements du lait, afin que les agents protecteurs soient préservés et puissent profiter pleinement à l'enfant. Les méthodes de transformation du lait cru seraient donc à améliorer, à moins que l'on puisse extraire ces agents protecteurs et les rajouter par la suite au lait de vache pasteurisé ou UHT. L'étude a été publiée en ligne dans la revue scientifique Journal of Allergy and Clinical Immunology, le 19 octobre 2014.

of Allergy and Clinical Immunology , le 19 octobre 2014. Allergie à la pénicilline : elle

Allergie à la pénicilline : elle serait d'origine génétique

Les allergies à la pénicilline seraient liées à une particularité génétique qui modifie la reconnaissance de l'an- tibiotique par les cellules immuni- taires. Cette découverte ouvre la voie à la recherche de marqueurs permet- tant de prédire l'allergie. L'allergie aux antibiotiques serait-elle d'origine génétique ? A en croire les travaux d'une unité Inserm de l'uni- versité de Lorraine, c'est au moins en partie le cas. Les chercheurs viennent en effet de montrer qu'un gène serait impliqué dans la reconnaissance de certains antibiotiques, en particulier la pénicilline, par les cellules immuni- taires.

Ces chercheurs, assistés par le Pr Mi- guel Blanca, chef du service d'allergo- logie de l'hôpital Carlos Haya de Malaga (Espagne), ancien professeur associé de l'université de Lorraine, ont étudié le génome d'environ 380 personnes allergiques aux bêta-lacta- mines, une vaste famille d'antibio- tiques comprenant la pénicilline et des dérivés comme les céphalospo- rines. En cas d'exposition à cette fa- mille de médicaments, ces personnes ont des réactions immédiates, pou- vant aller de la crise d'urticaire au bronchospasme, voire au choc ana- phylactique, ce qui ne simplifie pas leur prise en charge lorsqu'ils ont be-

soin d'antibiotiques. Ils ont ensuite comparé le génome de cette cohorte avec celui d'individus non allergiques, pour repérer des va- riations génétiques associées à l'al- lergie aux bêta-lactamines. Plusieurs variants ont ainsi été identifiés. Puis les résultats ont été vérifiés au cours d'un second test, avec une autre co- horte composée de 300 patients. Au final, les chercheurs ont conclu à l'existence de cinq variants géné- tiques significativement associés au risque d'allergie aux bêta-lactamines. "Les variations génétiques identi- fiées entrainent une modification de la structure de la protéine qui se

trouve en surface des cellules immu- nitaires, modifiant son affinité avec certaines molécules allergènes chi- miques, dont la pénicilline. En cas de forte affinité, il en résulte une pro- duction d'anticorps qui reconnaissent spécifiquement la molécule et qui sont à l'origine de la réaction aller- gique", explique Jean-Louis Guéant, chercheurs à l'Inserm, qui a dirigé ces travaux. "L'idée, à terme, est de demander à un industriel de produire un antibio- tique utilisable comme alternative chez un patient allergique" conclut-il.

alternative chez un patient allergique" conclut-il. DÉPRESSION SAISONNIÈRE : LE COUPABLE EST IDENTIFIÉ

DÉPRESSION SAISONNIÈRE :

LE COUPABLE EST IDENTIFIÉ

Associée au déficit de luminosité, la dépression saisonnière touche jusqu'à une personne sur six dans les pays nordiques. Des chercheurs da- nois ont enfin compris le mécanisme du blues hivernal. On le sait, désormais, la dépres- sion saisonnière, ou trouble affectif saisonnier, est associée au manque de lumière. Elle affecte d'ailleurs près d'une personne sur six dans les pays nordiques, qui bénéficient de très peu d'heures d'ensoleillement en hiver. Mais les chercheurs danois ont voulu en savoir plus et décrypter le mécanisme de ce trouble de l'hu- meur. Ils ont donc fait passer un scanner du cerveau (un PET scan) à

11 patients atteints de dépression sai- sonnière et 23 patients en bonne santé, en été et en hiver. "Ces PET-scan ont montré des dif- férences importantes dans les ni- veaux de transporteur de la sérotonine (SERT) en été et en hiver. Nous pensons que nous avons trouvé de quelle façon le cerveau fonctionne quand il doit ajuster la production de sérotonine aux changements de sai- sons" déclare le Dr Brenda Mc Mahon, de l'Université de Copen- hague (Danemark), principal auteur de l'étude. Les patients atteints de déprime saisonnière avaient en effet des ni- veaux de transporteur de la séroto-

nine (SERT) plus élevés que les au- tres en hiver, ce qui correspond à une plus grande élimination de la séroto- nine, l'hormone responsable de notre rythme veille-sommeil. Tandis que les personnes non af- fectées par un trouble de l'humeur saisonnier avaient des niveaux de sé- rotonine active élevés tout l'hiver. Le rôle de la sérotonine dans la dé- pression saisonnière a déjà été pointé du doigt dans d'autres études mais c'est la première fois que des chercheurs suivent des patients à la fois en hiver et en été. Pour le Dr Mac Mahon, cela vient confirmer l'intérêt de la luminothérapie dans le traite- ment de la dépression saisonnière.

In topsanté.fr

ars 2017

DK NEWS 13

ACNÉ : un régime IG bas pour combattre les boutons On connaissait les vertus «anti-bedaine»
ACNÉ :
un régime
IG bas pour
combattre
les
boutons
On connaissait les vertus
«anti-bedaine» des aliments à
index glycémique bas. Il sem-
ble que ces aliments soient
également bons pour combat-
tre les poussées d’acné
Notre alimentation a-t-
elle, oui ou non, un impact
sur l’apparition de boutons
d’acné ? Le sujet est l’objet de
débats et d’études depuis une
cinquantaine d’années. En
l’état actuel des connais-
sances, il n’y a aucune certi-
tude sur les causes premières
de l’apparition de boutons
d’acné mais on sait que les
facteurs hormonaux, le stress,
l’environnement, le taba-
gisme peuvent favoriser
l’éruption de boutons. Quant
à l’alimentation, après avoir
été écartée des facteurs aggra-
vants (non le chocolat et la
charcuterie ne provoquent
pas l’apparition de boutons
d’acné), il semble qu’elle soit
à nouveau considérée comme
«facteur de risque». Plus pré-
cisément, les dermatologues
sont clairement convaincus
aujourd’hui qu’il existe un
lien entre les poussées d’acné
et la consommation d'ali-
ments à indice glycémique
élevé ainsi que la consomma-
tion de lait (en particulier le
lait écrémé et demi-écrémé).
Les ados devront-ils
consulter un nutritionniste
pour régler leurs soucis
d’acné ? «C’est une solution
qu’il ne faut sans doute pas
exclure lorsque les ados souf-
frent d’une acné sévère que
les traitements n’arrivent pas
à réguler» écrivent les auteurs
d’une étude qui vient d’être
publiée dans le Journal de
l’Académie de nutrition et de
diététique, en Grande-Bre-
tagne. En fait, les aliments à
index-glycémique élevé sont
soupçonnés d'agir par le biais
de l'hormone IGF-1 qui sti-
mule la synthèse d’andro-
gènes et la prolifération des
cellules des glandes sébacées.
Quant au lait, il semble que ce
soit sa forte teneur en hor-
mones qui soit responsable
des poussées d’acné.
Adopter un régime IG bas
permettrait de réguler ces
poussées d’hormones qui
provoquent l’apparition de
boutons.

AVC DU JEUNE ADULTE

LES CHERCHEURS ONT DÉCOUVERT UN GÈNE RESPONSABLE

Un gène déjà impliqué dans la survenue de migraines et d'infarctus du myocarde serait également responsable des accidents vasculaires cérébraux des personnes jeunes. Cette découverte devrait permettre d'identifier les personnes à risque.

L'accident vasculaire cérébral touche 130 000 personnes chaque année, dont 33 000 en meurent . On sait que l'hypertension arté- rielle est la première responsable de l'AVC chez les personnes de plus de 65 ans. Mais jusqu'à présent, on ne savait pas vraiment ce qui pro- voquait ces accidents vasculaires chez les jeunes adultes. Les chercheurs de l'Inserm, en collaboration avec le Centre hospi- talier régional universitaire de Lille et l'Institut Pasteur pensent avoir levé le voile, en découvrant le gène qui serait impliqué dans la survenue de cette cause majeure d'accident cérébral chez la per- sonne jeune. Ce gène (appelé PHACTR1) n'est pas tout à fait in- connu des chercheurs puisqu'il est connu pour être également associé à la survenue de migraines et d'in- farctus du myocarde. «La dissec- tion des artères cervicales est une cause majeure d'attaque cérébrale du sujet jeune. Elle consiste en un saignement qui survient dans l'épaisseur même de la paroi des artères carotides ou vertébrales et

qui va «déchirer» l'artère (d'où le terme de dissection) longitudina- lement sans rompre le vaisseau» expliquent les chercheurs de l'unité «Santé publique et épidé- miologie moléculaire des maladies liées au vieillissement» de l'In- serm, qui viennent de publier leurs travaux dans la revue Nature Genetics. «Ce saignement va être à

dans la revue Nature Genetics. «Ce saignement va être à l'origine d'un hématome qui va di-

l'origine d'un hématome qui va di- minuer le diamètre de l'artère. La formation d'un caillot à l'intérieur de l'artère va stopper ainsi totale- ment le passage du sang vers le cerveau, entraînant un accident vasculaire cérébral».

On va pouvoir identifier les personnes à risque

Les causes de cette dissection (c'est-à-dire du déchirement) sont encore inconnues car elles appa- raissent souvent chez des per- sonnes qui n'avaient pas de facteurs de risques comme une

maladie héréditaire. «Toutefois, plusieurs hypothèses sont en fa- veur d'une susceptibilité»indivi- duelle, portée par le génome qui favoriserait la survenue de dissec- tions artérielles» ajoutent les cher- cheurs. C'est pourquoi ils ont décrypté le génome de 2052 malades atteints de dissection (de 12 pays différents) et comparé leurs génomes à ceux de 17 064 personnes non atteintes. «Nous avons pu ainsi démontrer qu'une forme particulière du gène PHACTR1 était associée à une di- minution du risque de développer

une dissection des artères cervi- cales» déclarent les chercheurs qui ont également identifié deux au- tres gènes potentiellement asso- ciés à ce risque d'AVC : le gène LRP1 déjà associé à la migraine et à l'anévrisme de l'aorte abdominale et le gène LNX. «Ce travail ouvre de nouvelles perspectives pour identifier les personnes à risque et tenter de prévenir la survenue des attaques cérébrales chez le jeune adulte» conclut Stéphanie Debette, neuro- logue, qui a dirigé cette étude pour l'Inserm.

neuro- logue, qui a dirigé cette étude pour l'Inserm. 500 000 CANCERS PAR AN LIÉS AU

500 000 CANCERS

PAR AN LIÉS AU SURPOIDS

Le Centre international de recherche sur le cancer estime que les femmes ont deux fois plus de risques d'avoir un cancer lié au sur- poids que les hommes. Chaque année, plus d'un demi-million de cas de cancers seraient

liés à l'obésité. Un demi-million de nouveaux cancers diag- nostiqués chaque année dans le monde se- raient dus au surpoids ou à l'obésité. C'est ce qu'affirme le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) dans une étude publiée dans la revue médicale The Lancet Oncology. Selon les chercheurs, un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25, double le risque d'avoir un cancer chez les femmes, en particulier dans les pays riches où 8 % des nou- veaux cancers seraient dus au surpoids chez les femmes, contre «seulement» 3 % chez les hommes. Les cancers de l'endomètre (muqueuse uté- rine), du côlon, et du sein après la ménopause représente près des trois quarts (73%) de l'en- semble des nouveaux cas de cancers annuels liés à l'obésité chez les femmes. Tandis que chez les hommes, les cancers des reins et du côlon comptent pour les deux tiers (66%).

des reins et du côlon comptent pour les deux tiers (66%). Un cancer sur quatre pourrait

Un cancer sur quatre pourrait être évité

Cette étude, dirigée par le Dr Melina Arnold du CIRC, suggère qu'un cancer sur quatre lié à l'obésité aurait pu être évité si nous avions conservé l'indice de masse corporelle moyen de 1982. Rappelons que le surpoids correspond à un IMC de 25 ou plus et l'obésité à un IMC égal ou supérieur à 30. Les pays riches sont les plus touchés avec près des deux tiers (64%) des nouveaux cas de cancers associés à l'obésité enregistrés en Amé- rique du Nord (soit 111.000 cas) et en Europe. Au sein de l'Europe, l'est du continent est par- ticulièrement touché, avec 65.000 cancers. Selon Christopher Wild, directeur du CIRC :

«On prévoit que le nombre de cancers liés à l'obésité et le surpoids ne vont cesser d'aug- menter à l'échelle mondiale avec le développe- ment économique. Cela souligne l'importance de mettre en place des mesures efficaces de contrôle du poids afin d'éviter que les pays en cours de développement ne connaissent à leur tour les problèmes de santé rencontrés par les pays riches».

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mardi 14 mars 2017

NIGERIA

Buhari officiellement de retour à la présidence

Le président nigérian Muhammadu Buhari, rentré la semaine dernière dans son pays après deux mois d'absence, a officiellement repris ses fonctions à la présidence hier, selon un communi- qué officiel.

«Le président Muhammadu Buhari a repris ses fonctions après ses congés», a déclaré un conseil- ler spécial en communication du président, Femi Adesina. «Conformément à l'article 145 de la

),

ment transmis des lettres au Sénat et à la Chambre des représentants», affirme-t-il. «J'ai repris mes fonctions de Président de la République fédérale du Nigeria, qui prennent effet à compter du lundi 13 mars 2017, après mes congés», a ainsi écrit M. Buhari à l'Assemblée nationale, selon le communiqué présidentiel. Son conseiller spécial a également précisé dans un tweet que le chef de l'Etat devait recevoir un briefing du vice-président Yemi Osinbajo, qui a assuré l'intérim à la tête du géant ouest-africain de 190 millions d'habitants depuis le 19 janvier.

Constitution de 1999 (

le Président a officielle-

SOMALIE

Au moins neuf morts dans deux attentats à Mogadiscio

Au moins neuf personnes ont été tuées et une dizaine d'autres blessées hier dans deux attentats distincts près d'une base militaire et d'un hôtel dans la capitale somalienne, Mogadiscio, selon des responsables locaux. Un attentat à la voiture piégée survenu près de l'hôtel Wehliye, a fait sept morts et dix blessés, a indiqué Ahmed Hussein, commissaire du district de Wabeir. L'explosion «a causé de grands dommages. Sept personnes ont été tuées sur le coup et dix autres été blessées. Les victimes se trouvaient dans un salon de thé près de l'hôtel Wehliye. Nous menons une opération de secours en ce moment», a-t-il précisé en ajoutant que le nombre des vic- times pourrait s'alourdir car l'explosion a été puis- sante. Les victimes, toutes des civils, ont perdu la vie lorsque le véhicule chargé d'explosifs a sauté devant cet hôtel situé dans le quartier d'affaires central de Mogadiscio. Un peu plus tôt, deux civils ont trouvé la mort et trois autres personnes ont été blessées à la suite d'un autre attentat au véhicule piégé survenu près d'une base militaire située dans le quartier de Wadajir. Un minibus chargé d'explosifs a sauté à l'entrée d'une usine de friandises située en face d'un camp d'entraînement militaire, a précisé un responsa- ble de la sécurité. «Le kamikaze et deux civils ont été tués, tandis que trois autres personnes ont été blessées», a-t-il ajouté.

RWANDA:

2 morts dans une attaque armée dans l'ouest du pays

Deux personnes ont été tués et une autre bles-

sée dans une attaque armée dans la ville de Rusizi dans l'ouest du Rwanda, a indiqué dimanche l'ar- mée rwandaise. L'attaque a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche par des hommes armés non identifiés,

a précisé la même source. L'un des tués et le blessé étaient en patrouille nocturne à un poste de santé. La deuxième victime était un enfant de 12 ans. «Vers 01h00 dans le district de Rusizi, le secteur de Bugarama, le village de Kabuga, un groupe armé non identifié a attaqué et tué deux per- sonnes et blessé une autre», a déclaré le lieute- nant-colonel Rene Ngendahimana de l'armée

rwandaise, ajoutant que l'attaque a eu lieu près de

la frontière avec le Burundi.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les identités des auteurs de l'attaque.

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC

Poursuite du procès des prisonniers politiques sahraouis de «Gdeim Izik»,

le président Ghali appelle l'ONU à intervenir

Le président sahraoui et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a demandé à l'ONU d'intervenir «en urgence» pour la libération immédiate et inconditionnelle des détenus sahraouis de «Gdeim Izik», dont le procès en appel, qui se poursuivait hier à Rabat, a suscité un élan de soutien et de solidarité internationale.

Après avoir rappelé que le Sahara occidental était un territoire sous la responsa- bilité directe de l'ONU, le président Ghali a appelé le Secrétaire général de l'orga- nisation internationale, Antonio Guteres, à interve- nir en urgence pour la libé- ration immédiate et incon- ditionnelle des détenus de «Gdeim Izik» et de tous les prisonniers politiques sah- raouis détenus dans les geôles marocaines. Il a affirmé, au SG de l'ONU, qu'une nouvelle série de violations s'articule actuellement autours de procès injustes de 24 pri- sonniers politiques sah- raouis innocents et victime du tribunal militaire maro- cain illégitime. Les prisonniers, qui comparaissaient lundi devant un tribunal de la ville marocaine de Salé, ont été interpellés dans une opéra- tion militaire marocaine suite aux manifestations populaires pacifiques orga- nisées pas des dizaines de milliers de Sahraouis dans le camps de Gdeim Izik en octobre 2010. Après 27 mois de déten- tion préventive, les 24 mili- tants sahraouis ont été condamnés par un tribunal militaire à de lourdes peines d'emprisonnement pour leur «implication dans le

peines d'emprisonnement pour leur «implication dans le mouvement de protesta- tion». Mais le 27 juillet 2016,

mouvement de protesta- tion». Mais le 27 juillet 2016, la Cour de cassation maro- caine annule, sous la pres- sion d'organ isations inter- nationales de défense de droits de l'Homme et de juristes militants, la condamnation injuste pro- noncée à l'encontre de ces militants sahraouis. Les organisations inter- nationales ainsi que les familles des prisonniers avaient demandé un autre procès, appelant à l'applica- tion du droit international dans ce dossier, puisqu'il s'agit de détenus politiques liés à la question sahraouie qui est gérée par les Nations unies.

Un «simulacre» de procès

Le collectif d'avocats français, défendant les déte- nus politiques sahraouis, a affirmé lundi que le nou- veau procès se déroulait dans des conditions «tout à fait inéquitables». Les avocats des prison- niers du «groupe de Gdeim Izik» avaient récemment dénoncé à l'Assemblée fran- çaise un «simulacre», énu- mérant toutes les difficultés auxquelles ils son confron- tés durant, notamment les précédentes séances du procès. Maître Joseph Breham, avait expliqué que le dossier incriminant les

militants sahraouis était «vide», précisant que les avocats n'ont pas le droit de prononcer le mot «torture» ou «territoire occupé» et que le président de l'au- dience avait tout bonne- ment décidé de «ne pas appliquer» le droit interna- tional. Au cours de la séance d'aujourd'hui, les avocats de la défense comptent obtenir la nullité des aveux forcés des prisonniers politiques sahraouis, sous la torture, demandant la présence d'observateurs internatio- naux.

Elan de solidarité et de soutien envers les prisonniers sahraouis

La reprise du procès des militants sahraouis inter- vient au moment où une campagne de soutien et de solidarité internationale est menée en faveur des prison- niers injustement condam- nés par un tribunal mili- taire marocain. Des appels sont égale- ment lancés pour juger les responsables marocains des «détentions arbitraires». L'eurodéputée Paloma Lopez et vice présidente de l'intergroupe du Sahara occidental au niveau du par- lement européen a ainsi appelé samedi à «la libéra- tion de tous les prisonniers politiques sahraouis déte-

nus dans les prisons maro- caines», mettant l'accent sur la présence nécessaire des observateurs internatio- naux «puisque depuis le début du processus, toutes les garanties judiciaires ont été violées». Des députés français et l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT), s'exprimant lors d'une récente conférence de presse des avocats des 24 militants sahraouis, ont affirmé, de leur côté, ne pas pouvoir «accepter que ce procès se tiennent dans ces conditions» et que «la France doit dire son mot». Pour sa part, l'organisa- tion des droits de l'Homme «Amnesty International» a plaidé pour un «procès équitable, conforme aux normes internationales», s'alarmant de «l'utilisation d'une force excessive par les forces de sécurité maro- caines pour démanteler le camp de protestation et pro- céder à des arrestations». Dans ce contexte, la Coordination espagnole des associations amies avec le peuple sahraoui (Ceas- Sahara) s'est indignée de l'il- légalité du procès des pri- sonniers politiques sah- raouis de «Gdeim Izik», exi- geant leur «libération immédiate et incondition- nelle». Aussi, l'Union natio- nale de la femme sahraouie (UNFS) a exhorté la com- munauté internationale à «intervenir en urgence pour sauver la vie des prisonniers politiques sahraouis déte- nus dans les prisons maro- caines», rappelant à l'opi- nion internationale «que les violations des droits fonda- mentaux des Sahraouis par l'occupant marocain se poursuivent et que le peuple sahraoui continue de subir toutes les formes de répres- sion et de violence».

RD CONGO-UA-GUINÉE

Le président en exercice de l'UA sollicité

dans la résolution de la crise politique en RDC

Le président guinéen et président en exercice de l'Union africaine (UA), Alpha Condé, a été sollicité dans la résolution de la crise politique que traverse la République démocratique du Congo (RDC), ont rapporté des médias. Une délégation d'hommes poli- tiques congolais s'est rendue dimanche en Guinée, pour solliciter l'implication du président guinéen. Cette délégation est conduite par Félix Tshisékedi, secrétaire général par intérim du parti «Union pour la

démocratie et le progrès social (UDPS, opposition)» et fils du feu leader de l'opposition rd-congolaise Etienne Tshisékedi. Après son audience dimanche avec le président Condé qui préside actuel- lement l'UA, Felix Tshisékedi a affirmé que cette visite en Guinée s'inscrit dans le cadre de la recherche des solutions à la crise politique en

RDC, suite au report de l'élection pré- sidentielle dans le pays. «Le président Alpha Condé s'est montré très attentif aux problèmes

Alpha Condé s'est montré très attentif aux problèmes que traversent la RDC», a dit Félix Tshisékedi,

que traversent la RDC», a dit Félix Tshisékedi, avant de préciser que les élections qui auraient dû avoir lieu l'année dernière devraient sanction- ner la fin du mandat du président Joseph Kabila. Selon M. Tshisékedi, le pays peine à appliquer les accords politiques trouvés entre le gouvernement et la classe politique pour aboutir à des élections libres et transparentes.

«Nous sommes donc venus voir le président Alpha Condé qui est en même temps président en exercice de l'Union africaine pour essayer de

trouver la solution», a-t-il affirmé. Il a rappelé que sa formation poli- tique fonde beaucoup d'espoir quant

à l'implication du président Condé et

à la recherche d'une solution face à

cette crise politique dans son pays. La RDC traverse une crise poli- tique aiguë depuis la réélection de Joseph Kabila en 2011. Agé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001. La constitution lui interdit de se représenter. Son second mandat s'est achevé mardi 20 décembre dans un climat de violences meurtrières dans le pays. Les négociations entre le gouver- nement congolais et l'opposition, sous l'égide de l'Eglise catholique, qui avaient débuté le 8 décembre ont débouché le 31 décembre dernier sur un accord pour une sortie de crise en RDC et l'organisation d'une présiden- tielle fin 2017 a été trouvé.

APS

Mardi 14 mars 2017 MONDE DK NEWS 15
Mardi 14 mars 2017
MONDE
DK NEWS
15

CRISE SYRIENNE:

Plus de 320.000 morts

et un drame humanitaire

Plus de 320.000 morts, plus de la moitié de la population déracinée et un pays en ruines sont les conséquences de la crise syrienne déclenchée le 15 mars 2011, provoquant un drame humanitaire.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dis- pose d'un large réseau de sources en Syrie, 321.358 personnes dont plus de 96.000 civils, parmi lesquels plus de 17.000 enfants, ont été tuées depuis le début du conflit, il y a six ans. Dans ce pays qui comp- tait quelque 23 millions d'habitants avant le conflit, environ la moitié de la popu- lation a été contrainte de fuir son foyer, dont 6,6 mil- lions de déplacés à l'inté- rieur même du pays. Selon le Haut- Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), 4,7 millions de personnes se trouvent dans des zones dif- ficiles d'accès et dans les villes assiégées. Par ailleurs, «plusieurs milliers» de personnes ont été tuées après avoir été détenues par le groupe ter- roriste autoproclamé Etat islamique (EI/Daech), tou- jours selon l'OSDH.

Réfugiés en masse

La guerre a poussé 4,9 millions de personnes à quitter le pays, selon des chiffres du HCR, divulguées établis en février 2017. La Turquie est le pays qui accueille le plus grand nom- bre de réfugiés: elle accueille 2,9 millions de Syriens enregistrés par le HCR. Suivent le Liban (1 mil- lion enregistrés par le HCR mais 1,5 million selon une source gouvernementale) puis la Jordanie (630.000 enregistrés auprès du HCR, mais 1,4 million selon les autorités). Environ 225.000 Syriens sont par ailleurs réfugiés en Irak et 137.000 en Egypte. Selon le HCR, quelque 90% des réfugiés syriens vivent sous le seuil de pau-

90% des réfugiés syriens vivent sous le seuil de pau- vreté et au moins 10% d'en-

vreté et au moins 10% d'en- tre eux sont considérés comme «extrêmement vul- nérables».

Une économie appauvrie

Selon des experts, le conflit a fait revenir trois décennies en arrière l'éco- nomie syrienne, privée de quasiment tous ses revenus et dont la majorité des infra- structures est détruite. Les systèmes d'éducation et de santé sont en ruines. En 2015, une coalition de 130 ONG affirmait que la Syrie vivait quasiment sans lumière, 83% du réseau élec- trique ne fonctionnant plus en raison de la guerre. De plus, l'eau est rare dans la ville. Mais le gouver- norat a promis que le pré- cieux liquide, dont les habi- tants sont privés depuis près de deux mois, coulera inces- samment maintenant que l'armée a repris aux terro- ristes de Daech le centre de pompage de Khafsa, à 90 km d'Alep. Aussi, plus de 80% de la population de Syrie vit sous le seuil de pauvreté, selon une étude publiée en avril 2016 par l'ONU et l'univer- sité de Saint Andrews (Ecosse). L'étude révèle éga-

lement que l'économie s'est contracté de 55% entre 2010 et 2015.

Sept ans de guerre devastatrice

Le 15 mars 2011, dans le sillage de ce qui est appelé «Printemps arabe», un mou- vement de contestation du pouvoir en place en Syrie a été déclenché avant de se militariser avec le temps, et avant que le pays ne soit envahi par des groupes ter- roristes tel que Daech, dans la foulée du conflit. Depuis, cette guerre est devenue la plus destructrice depuis le début du XXIe siècle.

Montée de groupes terro- ristes

En 2014, le groupe terro- riste autoproclamé Etat isla- mique (EI/Daech) s'empare de vastes régions dans le Nord syrien, en parallèle à des factions armées de l'op- position. Dès 2013, des terro- ristes, notamment du Front al-Nosra (devenu Fateh al- Cham), avaient renforcé leur assise dans le Nord. En septembre 2014, l'ex- président américain Barack Obama met en place une coalition internationale antiterroriste p our combat-

tre Daech en Syrie mais aussi en Irak. Parallelement, les Kurdes de Syrie, vont prendre avec l'appui des raids de la coalition des régions clés à l'EI, dont Kobané, en 2015. Raqa, principal fief de l'EI en Syrie, est aussi visé depuis début novembre par une offensive d'une alliance arabo-kurde soutenue par Washington, les Forces démocratiques syriennes (FDS), alors que le gouver- nement syrien a annoncé que la reprise Raqa était sa priorité. Le 30 septembre 2015, la Russie entame une cam- pagne de frappes aériennes, visant des groupes «terro- ristes» dont l'EI en Syrie, en appui au gouvernement.

Alep, au cœur du conflit

Le 22 décembre 2016, après un siège asphyxiant des quartiers rebelles d'Alep et une offensive dévasta- trice, les forces du gouver- nement reprennent le contrôle total de cette deuxième ville du pays et sa capitale économique et cul- turelle. Des milliers d'hommes armés et de civils sont évacués en vertu d'un accord parrainé par l'Iran, la Russie et la Turquie. Le 30 décembre, un cessez-le-feu entre en vigueur, en vertu d'un accord russo-turc, sans les Etats-Unis. En prenant Alep et en imposant des trêves dans d'autres zones rebelles, le gouvernement a certes gagné la principale bataille face aux groupes terroristes, comprenant dans leurs rangs des combattants étrangers. Mais le reste du pays reste déchiré par des combats impliquant des belligérants du conflit syrien, régionaux et internationaux.

BREXIT:

Londres

se prépare

à «toutes

les issues»

BREXIT: Londres se prépare à «toutes les issues» Le Royaume-Uni se prépare à «toutes les issues»,

Le Royaume-Uni se prépare à «toutes les

issues», y compris la possibilité qu'aucun accord commercial ne soit trouvé avec Bruxelles à l'issue des négociations du Brexit, a affirmé dimanche le ministre du Brexit David Davis. «Nous nous préparons à toutes les issues

Pas seulement mon équipe,

mais l'ensemble du gouvernement», a déclaré M. Davis sur la BBC, alors que Londres pourrait activer dès mardi l'article 50 du Traité de Lisbonne qui déclenchera le divorce avec l'Union européenne. Plus tôt dimanche, la commission des Affaires étrangères de la Chambre des com- munes, la chambre basse du Parlement bri- tannique, avait accusé le gouvernement de ne pas préparer suffisamment le scénario d'un échec des négociations avec Bruxelles. «La possibilité d'une absence d'accord est suffisamment grande pour que le gouverne- ment doive s'y préparer. Or, rien ne montre jusqu'ici que cette option est prise en consi- dération de manière adéquate», a averti la commission, composées de députés conser- vateurs et travaillistes, estimant qu'un tel échec aurait des conséquences «destruc- trices» pour Londres et l'UE. Bien que se disant optimiste quant à l'is- sue des négociations, Theresa May, qui a promis de déclencher formellement la pro- cédure de divorce avec l'UE avant le 31 mars, a prévenu qu'elle préférait «pas d'accord» à un «mauvais accord» avec Bruxelles. Les députés britanniques examineront lundi en seconde lecture le projet de loi des- tiné à autoriser Londres à déclencher son divorce avec l'UE. Le texte pourrait être adopté définitivement par les deux cham- bres du parlement dès lundi soir, ouvrant la voie à un possible déclenchement du Brexit dès mardi. Interrogé, David Davis s'est toutefois refusé à confirmer toute date pour le déclen- chement de l'article 50, appelant simple- ment les députés à ne pas «lier les mains» de Theresa May à l'approche des négociations.

possibles (

).

FRANCE

Suspense total à quarante jours de l’élection présidentielle française

La campagne électorale présidentielle en France se déroule, à quarante jours du premier tour, dans un sus- pens total que les électeurs, déboussolés, n’arrivent pas à décrypter en raison des affaires qui prennent le dessus sur les débats politiques. «C’est du jamais vu dans l’histoire de Ve République», relève un grand nombre d’observateurs politiques, met- tant en exergue la faiblesse des partis politiques et un paysage politique en pleine décomposition, notamment avec la fragmentation du clivage droite-gauche. Une situation inédite dans l’histoire politique moderne de la France que beaucoup appréhendent, alors que d’autres analystes parlent même de «régres- sion féconde» d’une période marquée par une crois- sance qui fait du surplace et une menace terroriste sans cesse grandissante. Selon le dernier sondage sur la confiance politique (Cevipof-Opinionway), 75 % des Français estiment qu’aujourd’hui, les notions de gauche et de droite «ne veulent plus dire grand chose». Ce qui conforte un peu le souhait des Français, sondés en début de l’année de 2016, de voir de nouvelles têtes à la présidence de la République, même s’ils demeurent en quelque sorte conservateurs. Face à une gauche affaiblie par un quinquennat de dissensions et de modestes résultats et une droite embourbée dans des affaires de corruption et de détour-

embourbée dans des affaires de corruption et de détour- nements de deniers publics, l’électorat français,

nements de deniers publics, l’électorat français, généra- lement à droite, assiste à une extrême-droite qui s’af- firme de plus en plus, encouragée probablement par la montée en puissance des nationalismes dans le monde, et à une ascension fulgurante d’un antisystème, Emmanuel Macron, qui profite de la décantation poli- tique. Le dernier sondage de l’institut BVA-Saledforce, publié samedi, vient confirmer cette tendance. Le can- didat du mouvement «En Marche !», Emmanuel Macron

(26 %), et la candidate du Front national (FN), Marine Le Pen (26 %), sont en tête des intentions de vote au pre- mier tour de l’élection présidentielle. Le candidat de la droite, François Fillon, parti pour- tant favori pour cette élection, mais freiné par son affaire d’emplois présumés fictifs en faveur de son épouse et de deux de ses enfants, arrive à la troisième place avec 20%. Pour sa part, le candidat socialiste, Benoît Hamon, peine à remonter la pente avec 13,5 % des intentions de vote au premier tour, notamment avec l’effritement de la gauche qui part en rang dispersé. Si ces tendances sont confirmées par le suffrage uni- versel au premier tour, les Français auront à choisir leur président entre une candidate qui veut une sortie l’Union européenne et un autre, un nouveau venu à la politique qui, avec son «ni à droite ni à gauche» veut ras- sembler les Français autour d’un programme axé essen- tiellement sur la création d’emplois, avec un taux de chômage de 9,7 %, et la moralisation de la vie politique. Cependant, font observer de nombreux observateurs, avec cette configuration, «l’on se dirige vers une autre inconnue : les législatives». Personne, estiment-ils, n’est en mesure qui des partis politiques aura la majorité par- lementaire à l’issue des prochaines législatives prévues après la présidentielle.

APS

16 DK NEWS CULTURE Mardi 14 mars 2017
16 DK NEWS
CULTURE
Mardi 14 mars 2017

ALGÉRIE - TUNISIE

2 documentaires de cinéastes algériens au festival «Jeunes cinéma de la Méditerranée» de Tunis

Les documentaires franco-algériens «Samir dans la poussière» de Mohamed Ouzine et «Atlal» de Djamel Kerkar, prendront part à la 2e édition de «Jeune cinéma de la Méditerranée», prévu du 17 au 21 mars à Tunis, annoncent les organisateurs. Les cinéastes algériens Mohamed Ouzine et Djamel Kerkar seront présents à la 2e édition de «Premiers gestes. Jeune cinéma de la Méditerranée» aux côtés de cinq autres productions de différents pays, dont l'Egypte, la Tunisie, les Pays Bas et la France. «Samir dans la poussière» (2015) de Mohamed Ouzine raconte en 61 mn les aspira- tions et les angoisses d’un jeune contrebandier algérien qui transporte à dos de mules du car- burant à travers la frontière algéro-marocaine. De son côté, «Atlal» (2016), docu-fiction de Djamel Kerkar, reprend en 111 mn, les évène- ments liés à la décennie 1990, des années mar- quées par le terrorisme et restituées grâce au souvenir de cette épisode tragique de l'histoire récente de l'Algérie. Sept courts métrages seront également présentés lors cet manifesta- tion cinématographique qui a bénéficié pour sa 2e édition du soutien financier du Fonds arabe pour la Culture et les Arts (Afac). Créé en 2016 par les Associations Archipels Images et Nachaz Dissonances, «Premiers gestes. Jeune cinéma de la Méditerranée» vise à offrir aux jeunes cinéastes de l'espace méditer- ranéen des opportunités de création mettant au centre des conceptions la notion du territoire, expliquent les organisateurs.

CINÉMA

«Un homme, deux théâtres» en compétition aux 12 es rencontres du film de Madagascar

Le court-métrage «Un homme, deux théâ- tres», co-réalisé par Aissa Djouamaâ et Rabah Slimani, sera projeté à la 12 édition des rencon- tres du Film Court de Madagascar (RFC), prévue du 21 au 29 avril prochain à Antananarivo, a-t- on appris dimanche auprès des deux réalisa- teurs. Aissa Djouimaâ a, dans une déclaration à l’APS, révélé que cette prochaine édition du RFC, qui reste l’une des plus belles vitrines du court métrage panafricain, mettra en compéti- tion une vingtaine de cinéastes internationaux pour un total de 30 films projetés. Il a indiqué que son film sera en lice pour le prix du «meilleur film» et celui du meilleur «rôle masculin» campé, dans ce court métrage, par le comédien Tarek Atrous. Ce film traite de la place de l'artiste dans une société qui déconsidère son métier, à travers l'histoire de Tarek, doué et polyvalent, pas- sionné par le théâtre, et qui, après avoir travaillé dans plusieurs domaines, décide de faire de sa passion son gagne-pain, faisant fi des critiques et du regard des gens. Selon Djouimaâ, ce film tourné entre Annaba et Souk Ahras, aborde de manière subtile les espérances et les questionnements de l'artiste moderne, balloté entre le désir de poursuivre ses rêves et la nécessité de subvenir aux besoins de sa famille. Pour rappel, le film «Un homme, deux théâ- tres» a été projeté en avant-première à la deuxième édition du Festival d’Annaba du film méditerranéen (FAFM ) et a participé à de nom- breux festivals internationaux, parmi lesquels le festival international du film de Dubaï (DIFF), le festival international du court métrage «Kinosmena» (Biélorussie) et le festival interna- tional du court métrage indépendant de Dacca (Bengladesh).

ARTISANAT

18.000 artisans bénéficieront de cycles

de formation en entrepreneuriat jusqu'en 2020

Plus de 18.000 artisans bénéficieront jusqu'en 2020 de cycles de formation dans différentes spécialités, dans le cadre du développement de l'entrepreneuriat, a annoncé un responsable au ministère délégué chargé de l'artisanat.

Quelque 1.500 cycles de formation se- ront organisées jusqu'en 2020, dans dif- férentes spécialités, au profit de plus de 18.000 artisans, dans le cadre du dévelop- pement de l'entrepreneuriat, a indiqué à

l'APS le Directeur général de l'artisanat au ministère délégué chargé de l'artisanat, Sidali Sbaa. A cet effet, un nouveau pro- gramme intitulé «Elargis ton champ d'ac- tivité» a été tracé en coordination avec le secteur de l'artisanat et le Bureau inter- national du travail (BIT), lequel prévoit trois cycles de formation au profit de 3.000 artisans pour leur inculquer les mé- thodes à suivre pour étendre leur activité,

a précisé M. Sbaa. Un autre programme

a été élaboré sur le développement de

compétences de merchandising, en coor- dination avec le BIT. Ce programme ini- tie les formateurs aux techniques et modes de participation aux expositions et foires (techniques de merchandising). Trois cycles de formation seront orga- nisées au profit de 50 formateurs ac- compagnateurs (cadres des chambres d'artisanat et des métiers), outre l'orga-

nisation de 300 autres cycles de formation jusqu'en 2020 au profit de 4.500 arti- sans pour l'initiation au merchandising. Par ailleurs, le secteur accorde une im- portance particulière au développement de l'entrepreneuriat féminin, avec l'éla- boration de programmes de formation sur

la méthode à suivre pour «le développe-

ment de l'entrepreneuriat par les femmes

artisans et chefs d'entreprises», a affirmé

le responsable.

Plusieurs formatrices (cadres des chambres d'artisanat et des métiers) bé- néficieront d'une formation sur le mer- chandising Les femmes artisans partici- peront, dans le cadre du programme élaboré par les secteurs de l'artisanat et de la solidarité nationale, aux campagnes de sensibilisation aux cycles de formation et aux concours notamment celui des femmes chef d'entreprises pour le déve-

celui des femmes chef d'entreprises pour le déve- loppement de l'entrepreneuriat. En vue de renforcer,

loppement de l'entrepreneuriat. En vue

de renforcer, encourager et développer l'innovation, notamment en termes de design et conception, M. Sbaa a fait savoir que 1.000 artisans seraient formés égale- ment dans cette spécialité, estimant né- cessaire d'accorder plus d'importance aux métiers en incitant les artisans à créer des PME dans diverses spécialités. Le nombre de bénéficiaires de formation sur la création d'entreprises spécialisées dans l'artisanat a atteint 26.784 artisans de 2005 jusqu'à fin 2016 dont 17.174 hommes et 9.610 femmes. Six enseignants formateurs et 91 for- mateurs dans la méthodologie de gestion ont été formés outre le renforcement du savoir-faire des formateurs accompa-

gnateurs, a rappelé le responsable. L'ob- jectif du secteur à travers le soutien de la formation dans le domaine de l'entrepre-

neuriat est de contribuer à la diversifica- tion de l'économie et de rattraper le grand déficit enregistré dans plusieurs métiers et spécialités, a-t-il précisé. M. Sbaa a rappelé les mesures prises jusqu'à présent pour l'insertion des arti- sans dans le domaine de l'entrepreneu- riat à travers la mise en place d'ateliers d'artisanat, la participation à la création d'emplois et la diversification de la pro- duction pour faire face au contexte éco-

nomique difficile que traverse le pays en raison de la chute des prix du pétrole. Dans le souci de concrétiser cette dé- marche visant à développer l'entrepreneu- riat, une sous-direction chargée du déve- loppement de l'entrepreneuriat et de l'innovation a été mise en place ces der- nières années au niveau de la Direction générale de l'artisanat et des métiers. Cette nouvelle structure a pour mission la proposition de programmes pour ren- forcer les capacités de création, de gestion et de développement de l'artisanat et métiers. Elle est également chargée des opéra- tions d'évaluation et d'exécution de toutes les activités liées au développement de la sous-traitance outre la participation à l'élaboration de programmes de promo- tion de l'innovation, du design et de la conception, des techniques d'industria- lisation ainsi que la consolidation des re- lations avec les entreprises spécialisées. Cette structure veille également à l'amélioration des capacités de gestion et d'initiative dans le domaine de l'entrepre- neuriat. Des cycles de formation visant à sou- tenir l'esprit d'entrepreneuriat sont orga- nisés depuis 2004 en coordination avec le Bureau internationale du Travail (BIT), rappelle-t-on

CANADA

Enorme succès pour «The Wall» en première adaptation mondiale

L'opéra «The Wall», première adaptation mondiale du suc- cès planétaire du groupe mythique Pink Floyd, a remporté un énorme succès samedi à Montréal, rapportent des médias. Conçu par Dominic Champagne à la mesure de ce monument de la musique des années 1980, l'opéra «Another Brick In The Wall» met en scène une soixantaine de comédiens-choristes qui ont illustré, scène après scène, l'enfer de l'enfermement. Le com- positeur Julien Bilodeau a réécrit une composition lyrique qui ravit l'amateur d'opéra, dans lequel le baryton Etienne Dupuis incarne avec réussite le rôle de «Pink», personnage principal du spectacle. Avec un mur métaphorique, illustré par un décor sobre mais

vivant grâce aux effets vidéo, le spectateur est vite renvoyé à la réalité géo-politique ambiante, où un peu partout dans le monde, des murs sont érigés pour empêcher le passage des mi- grants d'un pays à un autre. Roger Waters, présent à Montréal et principal auteur du dou- ble album des Pink Floyd, pense transposer cette symbolique jusqu'à la frontière mexicano-américaine, là où Donald Trump veut ériger un mur, pour y rejouer «The Wall» en concert. Sorti en 1979, «The Wall» des Pink Floyd est principalement l'oeuvre de Roger Waters, propulsée par la guitare de David Gil- mour qui contribuera largement au succès du double album le plus vendu au monde.

SÉTIF

Fodil El Ourtilani a fait connaître la cause algérienne et les souffrances infligées par le colonialisme

Le cheikh Fodil El Ourtilani (1900-

1959) n’a pas seulement fait connaître la cause algérienne, mais a également úuvré

à répercuter les souffrances infligées par

le colonialisme en Afrique du Nord, ont unanimement affirmé dimanche les inter- venants à la 4e édition du colloque natio-

nal sur «Fodil El Ourtilani et les savants de

la région», ouvert à la maison de la culture

de Sétif . Dans son intervention, l’historien Mo- hand Akli Ait Souki de l’université Moha- med Lamine Debaghine de Sétif 2, a pré- cisé que le rôle du cheikh Fodil El Ourti- lani ne s’était pas seulement limité qu’à faire connaître la cause algérienne, sou- lignant que cet illustre imam réformiste portait dans son cúur «toute la misère de

l’Afrique du Nord et de les souffrances in- fligées par le colonialisme». Il a, à ce pro- pos, révélé que cheikh Fodil El Ourtilani

était parmi les premiers penseurs à avoir appelé à l’unité des peuples maghrébins, en fondant en 1944 le Front de défense de l’Afrique du Nord, ce qui témoigne, a-t-il soutenu, «des positions de ce penseur

qui portait la cause de son pays mais éga- lement de tous les peuples musulmans’’

. De sont côté, le coordinateur de cet évé-

nement, Nabil Ghendoussi a indiqué que les travaux de ce colloque vont permettre à 20 historiens représentant de sept (7) uni- versités algériennes, de débattre de tous les aspects liés au parcours militant du cheikh Fodil el Ourtilani. La cérémonie de clôture de cette manifestation histo-

rique et culturelle est prévue lundi à la commune de Beni Ourtilane , et don- nera lieu à plusieurs recommandations, a-t-il ajouté. Présidant l’ouverture du 4ème col- loque national sur cette figure, proposant dans cette nouvelle édition, le thème, «Le juste milieu dans la pensée d’El Ouar- tilani», le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a souligné la nécessité de préser-

ver le référent religieux national qui

constitua, a-t-il appuyé «un rempart solide contre toute forme de dépersonnalisation et participa à libérer le pays du colonia- lisme, mettant en avant l’importance de ce genre de rencontres et l’importance d’úuvrer à pérenniser ces échanges.

APS

Mardi 14 mars 2017

HISTOIER

DK NEWS 17

FÊTE DE LA VICTOIRE:

La wilaya d'El Bayadh abritera les festivités officielles

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni a annoncé hier à Alger, que les préparatifs étaient en cours en prévision de la fête de la victoire (19 mars) dont les festivités officielles auront lieu cette année dans la wilaya d'El Bayadh.

M. Zitouni a précisé sur les ondes de la Radio natio- nale que les préparatifs étaient en cours en prévi- sion de la célébration du mois des martyrs dans la wilaya d'El Bayadh avec pour slogan "Fidélité, Edi- fication et Dignité" sous le haut patronage du pré- sident de la République, Abdelaziz Bouteflika, ajou- tant que les cérémonies concerneront toutes les régions du pays. La commémoration de cette journée se veut un té- moignage de fidélité à nos martyrs et une marque de considération pour les sa- crifices qu'ils ont consen- tis pour l'indépendance du pays, a-t-il expliqué. S'agissant de l'écriture de l'histoire, M. Zitouni a soutenu que c'est "la res- ponsabilité de tous, une responsabilité commune, et non seulement du mi- nistère des Moudjahidine", rappelant que 16.000 heures de témoignages vi- vants sur la révolution de Novembre 1954 ont été en- registrées à ce jour. souli- gnant la numérisation de nombre de gloires de l'Al- gérie, le ministre a affirmé que le travail se poursui- vait avec les secteurs concernés, y compris les ministères de l'Education, de l'Enseignement supé- rieur, de la Culture et de la Communication pour l'écriture de l'histoire. Concernant certains écrits sur l'histoire de l'Al- gérie, M. Zitouni a indiqué que le "tri relève des préro-

M. Zitouni a indiqué que le "tri relève des préro- gatives du Conseil scienti- "Il y

gatives du Conseil scienti-

"Il y a des plumes à

 

Par ailleurs, le ministre

fique du Centre national

a

estimé que l'exploitation

d'études et recherche sur le mouvement national et

lors de la campagne élec- torale de la prochaine pré-

la révolution du 1er no- vembre 1954 ainsi que des conseils scientifiques qui sont chargés de les exa- miner et d'émettre des avis en vue de lutter contre cer- tains dérapages, notam- ment en Algérie".

l'étranger qui tentent de porter atteinte à l'Algérie et

sidentielle française, de la carte de la reconnaissance des crimes commis par l'occupation française à l'encontre des Algériens "est une preuve irréfutable de la grandeur de notre révolution nationale". Quant à la question de la reconnaissance des moudjahidine, M. Zitouni

à

sa stabilité, en dénatu-

a

indique que son départe-

rant la vérité, mais les dé-

ment effectuait de nou-

mentis et les témoignages apportés par certains moudjahidine renforcent notre détermination à

velles enquêtes, en coordi- nation avec l'Organisation nationale des Moudjahi- dine (ONM), qui est appe-

continuer sur cette voie et

lée à donner son avis sur

à

écrire l'histoire avec ob-

chaque dossier à exami-

jectivité et loyauté", a-t-il

ner.

estimé. Les portes du minis- tère sont ouvertes tout grand pour prêter aide et assistance "car il n'y a pas de tabous ou de lignes rouges sauf pour les ques- tions qui touchent à l'unité nationale et à ses sym- boles", a-t-il affirmé.

Il a annoncé le projet de lancement, par le minis- tère des Moudjahidine, de sa chaîne sur Youtube dans un premier temps, en pré- vision du lancement d'une chaîne thématique consa- crée à l'histoire et à la ré- volution nationale, ses gloires et ses symboles.

Les manifestations de Taibet ont contribué à déjouer la séparation du Sahara

Les manifestations du 13 mars 1962 de

Taibet ont contribué à déjouer les desseins coloniaux visant à séparer le Sahara du reste du pays, ont indiqué les partici- pants à une rencontre organisée hier à Taibet, dans la wilaya déléguée de Toug- gourt (Ouargla). Pour les chercheurs, les universitaires et les moudjahidine qui ont participé à cette rencontre, tenue dans le cadre de la commémoration du 55e anniversaire de ce soulèvement populaire, ces manifesta- tions populaires ont constitué un message fort à la France coloniale et ont confirmé l’attachement profond du peuple algérien

à l’intégrité de son territoire. Ils ont été unanimes à souligner que cet évènement historique a largement contri- bué à mettre en échec le projet colonia-

liste, et a apporté un soutien aux négocia- teurs algériens et hâté la signature du traité d’Evian et du cessez-le feu, ayant préparé la voie à l’indépendance natio- nale. Les participants ont, à cette occasion, exhorté les jeunes à la préservation de la patrie et au resserrement des rangs face

à toutes tentatives d’atteinte à l’unité na-

tionale, avant d’appeler à considérer ces manifestations populaires de Taibet comme un évènement national. Organisée par l’association éponyme de Taibet, avec le concours du centre natio- nal des études et recherche dans le mou- vement national et la révolution du 1er No-

vembre 1954, cette rencontre a donné lieu, outre une cérémonie en l’honneur de moudjahidine de la région, à la projec- tion d’un film documentaire sur le cen- tre de soutien financier et moral des moudjahidine, créé en 1961, lors de la guerre de Libération nationale au lieudit Boukhecheba dans le désert de Taibet. Constituant un prolongement des ma- nifestations populaires d’Ouargla (27 fé- vrier 1962) et de Touggourt (7 mars 1962), celles de Taibet (13 mars 1962) ont démarré du village de M’naguer, avec la participa- tion de foules issues de différents vil- lages avoisinants, brandissant des bande-

roles et scandant des slogans hostiles au colonialisme, et d’autres à la gloire de l’Al- gérie, aux airs de "Tahya El-Djazair (Vive l’Algérie)", "Le Sahara est algérien" et "Oui pour l’indépendance". Les forces coloniales ont recouru, face aux foules compactes, à l’utilisation des armes, avec un appui de l’aviation mili- taire, faisant 11 chahids et de nombreux blessés, et l’arrestation de plusieurs ma- nifestants qui ont été conduits au centre de détention et de torture de Touggourt.

Les festivités marquant le 55e anniver- saire de cette halte historique se sont déroulées en présences des autorités de la wilaya qui ont assisté à une cérémonie de recueillement à la mémoire des chou- hada.

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

WILAYA : EL-OUED DAÏRA : EL-OUED COMMUNE : EL-OUED NF 096039119007527

Avis d’appel d’offres national ouvert N° : 12/2017

Le Président de l’Assemblée Populaire communal par intérim de la commune d’El-Oued lance un appel d’offres national ouvert pour :

l’acquisition 05 camions bennes tasseuses pour soulever les

ordures. Financement du budget communale –

section d’équipement 2017

Pour les personnes physiques et morales des individus, des entreprises ou des institutions qui sont actives dans les domaines de la fabrication et/ou la vente du nouvel matériel de ce genre, revendeurs, les agents agréés qui possèdent des références professionnelles dans ce domaine et intéressées par cet appel d’offres peuvent se rapprocher au service d’équipement, commune d’El Oued, cité 19 mars pour retirer le cahier des charges contre paiement de la somme de 2.500.00 DA.

Les offres être obligatoirement accompagnées des pièces suivantes :

A- Dossier de candidature :

- Déclaration de candidature à remplir, paraphée, signée et datée

- Déclaration de dignité à remplir, paraphée, signée et datée

- Copie des statuts pour les sociétés

Les documents relatifs au pouvoir habitant les personnes à engager l’entreprise

-

-

copie des références professionnelles (les pièces justificatives :

l’agrément, pièce de représentation, certificat de qualité …etc)

Résultats financiers des 02 dernières années visés par les services des impôts ou le certificat de chiffre d’affaires des 02 dernières années 2014-2015 pour les intéressés au régime réel)

-

Bon du droit de cahier des charges et la participation à l’appel d’offres.

-

B- Offres technique :

-

Déclaration à souscrire à remplir, paraphée, signée et datée

Le cahier des charges à remplir, parapher, signer et dater pourtant à la dernière page la mention « Lu et accepté »

-

-

Tout document permettant d’évaluer l’offre technique

- Les modèles ou les croquis ou les échantillons quand la

comparaison des offres entre eux exigées.

C- Offres financière :

- La lettre de soumission dûment paraphée, signée et datée

- Le bordereau des prix unitaires dûment paraphé, signé et daté

- Le devis quantitatif-estimatif dûment paraphé, signé et daté

Les offres doivent être adressés sous des enveloppes portant un dossier candidature : une offre technique et une offre financière qui sont insérées dans des enveloppes séparées et sont mises dans une autre enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra porter que la mention :

A Monsieur le Président de l’Assemblée populaire communale de la commune d’El-Oued «…………………………………………………………………………………………………» Appel d’offres national ouvert - ne pas ouvrir Que par le comité d’ouverture des plis et d’évaluation des offres

Le délai de dépôt des offres sera dans les vingt-et-un (21) jours à compter de la première parution de cette annonce dans les journaux nationaux ou le BOMOP, la date de dépôt des offres est fixée à 13h30. Les soumissionnaires sont invitées à une séance publique d’ouverture au siège de la commune d’El-Oued à quatorze 14h00 au bureau des marchés, commune d’El-Oued, cité 19 mars, dans le dernier jour correspondant à la date limite de dépôt des offres ou le premier jour ouvrable après la limite de dépôt des offres et doivent amener leur cachet de l’entreprise. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une période de cent vingt (120) jours à compter de la date d’ouverture des plis.

DK NEWS

Anep : 506 953 du 14/03/2017

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mardi 14 mars 2017

Programme de la soirée

20:55 Colony Réalisateur : Nelson McCormick Avec : Josh Holloway , Sarah Wayne Callies Will
20:55
Colony
Réalisateur : Nelson McCormick
Avec : Josh Holloway , Sarah
Wayne Callies
Will parvient à gagner la
confiance de Phyllis. Elle ex-
plique que si la Résistance par-
vient à faire un coup d'éclat
dans la zone, les représailles des
envahisseurs sur la population
locale pourraient être terribles.
Pendant ce temps, Katie pro-
voque elle-même l'explosion
d'une petite bombe à son domi-
cile pour faire croire à une at-
taque. Convoquée pour être in-
terrogée, elle peut ainsi péné-
trer dans les locaux de la sécu-
rité intérieure.

Jeux

trer dans les locaux de la sécu- rité intérieure. Jeux 21:00 Hippocrate R éalisateur : T

21:00

Hippocrate

Réalisateur : Thomas Lilti Avec : Vincent Lacoste , Jacques Gamblin

T homas Lilti A vec : Vincent Lacoste , J acques G amblin Benjamin commence son

Benjamin commence son inter- nat dans le service tenu par son père, le célèbre professeur Ba- rois. Le jeune homme, qui a en- core beaucoup à apprendre, fait la connaissance d'Abdel, un interne plus expérimenté que lui. Une nuit, alors qu'il est de garde, Benjamin est négligent dans son diagnostic, ce qui cause la mort d'un patient. Il est aussitôt couvert par sa hié- rarchie, en la personne du doc- teur Denormandy.

sa hié- rarchie, en la personne du doc- teur Denormandy. 20:55 Les sources assassines R éalisateur

20:55

Les sources

assassines

Réalisateur : Bruno Bontzolakis Avec : Marthe Keller , Julie de Bona

B ontzolakis A vec : M arthe K eller , J ulie de B ona Irène,

Irène, médecin-chef des thermes de La Bourboule, est soupçonnée du meurtre de son ex-compagnon. En effet, elle détient un important stock d'arsenic médical qui pourrait avoir été utilisé par le meur- trier. Sa fille Fanny, jeune capi- taine à la brigade criminelle de Paris, est appelée en renfort. Elle va alors tenter d'innocen- ter sa mère qu'elle n'a pas vue depuis des années. Son enquête la plonge dans des secrets de fa- mille bien enfouis.

la plonge dans des secrets de fa- mille bien enfouis. 21:00 Spotlight R éalisateur : T
la plonge dans des secrets de fa- mille bien enfouis. 21:00 Spotlight R éalisateur : T

21:00

Spotlight

Réalisateur : Tom McCarthy Avec : Michael Keaton , Rachel McAdams Date de sortie : 27 janvier 2016

, R achel McA dams D ate de sortie : 27 j anvier 2 016 Au

Au mois de juillet 2001, Walter Robinson dirige Spotlight, le département de quatre journalistes du Boston Globe spécialisés dans les enquêtes au long cours. Marty Baron, nou- veau rédacteur en chef fraîchement arrivé à Bos- ton, veut redonner une dynamique au journal en perte de vitesse. Pour ce faire, il commande à Spot- light une enquête sur les soupçons de pédophilie au sein de l'Eglise catholique

21:00soupçons de pédophilie au sein de l'Eglise catholique Patron incognito YVE S GUA TT ARI ,

de pédophilie au sein de l'Eglise catholique 21:00 Patron incognito YVE S GUA TT ARI ,

Patron incognito

YVES GUATTARI, PDG DE LA CHOCOLATERIE MONBANA

YVE S GUA TT ARI , PDG DE LA CH OCOLAT ERIE M ONBANA Yves Guattari,

Yves Guattari, 63 ans, est prési- dent-directeur général de la chocolaterie Monbana. Face à la crise que traverse actuelle- ment le secteur, le patron a ac- cepté de se faire passer pour un stagiaire dans plusieurs ser- vices. Relooké pour être mécon- naissable, Yves Guattari se rend d'abord dans son usine alsa- cienne où il découvre le quoti- dien de Nathalie, conductrice de ligne dans la partie condi- tionnement, et d'Angélique, qui, de son côté, suit la production. Il se familiarise ensuite avec le métier de conseiller de vente auprès de Mélodie, fraîchement embauchée dans une boutique franchisée. Enfin, le P-DG ren- contre Dimitri, technicien poly- valent, dans l'une de ses usines spécialisées dans le chocolat en

poudre.l'une de ses usines spécialisées dans le chocolat en de Boston. “L'apéritif, c'est la prière du

de Boston.
de Boston.

“L'apéritif, c'est la prière du soir des Français.”

* Paul Morand

Citation

Samouraï-Sudoku n°1527

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. M ots croisés n°1527 1. Qui

Mots croisés n°1527