Vous êtes sur la page 1sur 2

AU 148/10, MDE 15/012/2010 – Israël et territoires palestiniens occupés 1er juillet 2010

ACTION URGENTE
DES FAMILLES PALESTINIENNES RISQUENT L'EXPULSION FORCÉE
À la suite d'ordonnances militaires émanant des autorités israéliennes, 83 personnes (dont 32 enfants)
vivant dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée, risquent sous peu d'être expulsées de force de
chez elles et de voir leur habitation détruite.
Les efforts renouvelés de l'armée israélienne présente dans les territoires palestiniens occupés pour expulser les
Palestiniens vivant dans des villages du nord de la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, et démolir leurs bâtiments ont
été marqués par une série d'ordonnances militaires. Ces villages sont situés dans la « zone C », qui représente 60 %
du territoire de Cisjordanie et est entièrement contrôlée par Israël. Les Palestiniens habitant dans cette zone
subissent des restrictions draconiennes en ce qui concerne les constructions, qui risquent souvent d'être démolies.
Le 24 juin, des responsables de l'armée accompagnés de soldats ont délivré des ordonnances d'expulsion à deux
familles (soit 15 personnes, dont cinq enfants) vivant dans le village de Ein el Hilweh, dans le nord de la vallée du
Jourdain. Les militaires ont annoncé aux familles qu'elles avaient 24 heures pour partir. La veille, un ordre de
démolition avait été délivré contre un abri à bétail encore en construction dans le village de Ein el Beida, car ses
propriétaires n'avaient pas de permis de construire israélien pour ce bâtiment.
Le 27 juin, les autorités militaires ont délivré 11 ordonnances d'expulsion concernant 15 familles (soit
68 personnes) de la région de al Farisiya, dans la vallée du Jourdain. Les habitants avaient à peine 24 heures pour
quitter définitivement la région. Ces familles ont temporairement quitté la région il y a quelques semaines à
l'occasion de leur déplacement saisonnier habituel, qui doit durer tout l'été, et elles prévoyaient de rentrer chez elles
en septembre. Par le passé, l'armée israélienne a déjà détruit des bâtiments, notamment des maisons, dans d'autres
villages de la vallée du Jourdain pendant les mois d'été, alors que les habitants étaient absents. Selon l'agence de
presse palestinienne Maan, un porte-parole de l'armée israélienne aurait déclaré que les expulsions des habitants de
al Farisiya avaient été ordonnées parce que les maisons étaient construites sur une « zone militaire fermée ».
Les habitants concernés dans les villages de Ein el Hilweh, Ein el Beida et al Farisiya n'ont pas été consultés et les
autorités ne leur ont proposé aucune solution de relogement ou compensation pour leur perte. Ces personnes
doivent compter sur leur famille et leurs amis pour trouver un abri pour elles et leur bétail. Elles risquent de perdre
leurs moyens de subsistance si leurs enclos sont détruits.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en hébreu, en anglais ou dans votre propre langue) :
dites-vous préoccupé - e par le fait que 83 personnes risquent d'être expulsées de force de chez elles ou de voir
leurs constructions, en particulier leurs maisons, démolies, et exhortez les autorités israéliennes à annuler
immédiatement les ordres d'expulsion et de démolition ;
demandez que soit ôtée aux autorités militaires israéliennes la responsabilité de réglementer la planification et les
constructions dans la vallée du Jourdain et dans le reste des territoires palestiniens occupés, et que cette charge
soit exclusivement confiée aux communautés palestiniennes locales ;
appelez les autorités à instaurer un moratoire sur les démolitions de maisons et les expulsions en Cisjordanie en
attendant que la législation soit mise en conformité avec les normes internationales.
VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 12 AOÛT 2010 À :
Ministre de la Défense Juge militaire et général de brigade :
Ehud Barak Brigadier General Avihai Mandelblit
37 Kaplan Street, Hakirya 6 David Elazar Street
Tel Aviv 61909, Israël Hakirya, Tel Aviv, Israël
Fax : +972 3 691 6940/696 2757 Fax : +972 3 569 4526/608 0366
Courriel : minister@mod.gov.il Courriel : avimn@.idf.gov.il
Formule d'appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre, Formule d'appel : Dear Judge Advocate General, / Monsieur
le Juge,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore
intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
1er juillet 2010

ACTION URGENTE
DES FAMILLES PALESTINIENNES RISQUENT L'EXPULSION FORCÉE

INFORMATIONS GÉNÉRALES
Depuis de nombreuses années, l'État d'Israël mène une politique de démolition discriminatoire d'habitations qui a
permis l'établissement de dizaines de colonies israéliennes (illégales aux termes du droit international) sur les
territoires palestiniens occupés. Les Palestiniens, eux, se voient confisquer leurs terres et refuser des permis de
construire, tandis que leurs maisons sont détruites. Les terrains rendus ainsi disponibles sont souvent utilisés pour
bâtir des colonies israéliennes illégales. Le droit international interdit en effet à une puissance occupante d'installer
ses propres citoyens sur le territoire qu'elle occupe.

Les démolitions d'habitations sont généralement menées sans que les Palestiniens concernés n'en soient avertis à
l'avance, ce qui ne leur laisse pas le temps de récupérer leurs effets personnels ni de trouver un autre abri. Selon les
estimations des Nations unies, environ 4 800 ordres de démolition, dont une bonne partie concerne la zone C, sont
en attente d'exécution. Dans la zone C, en Cisjordanie, Israël contrôle entièrement la planification et la construction
et les quelque 150 000 Palestiniens qui y vivent ne sont représentés à aucun stade du système de planification de
l'armée israélienne. Non seulement les habitants palestiniens n'ont aucun représentant au sein des institutions de
planification, mais en plus les ils ne disposent que de moyens extrêmement limités pour protester contre les
expulsions et les démolitions. Les Palestiniens, et en particulier les villageois de la vallée du Jourdain, subissent des
pressions très fortes. Une grande partie de la vallée du Jourdain, dans la Cisjordanie occupée, est aujourd'hui
considérée comme une « zone militaire fermée » par l'armée israélienne ou occupée par quelque 36 colonies
israéliennes. Dans une « zone militaire fermée », il n'existe pour ainsi dire aucune possibilité de construction ou de
développement pour les Palestiniens.

Aux termes du droit militaire israélien, les familles expulsées ne sont pas tenues de se voir proposer une solution de
relogement ni une indemnisation, ce qui signifie que nombre d'entre elles seraient sans abri et plongeraient dans le
dénuement si elles n'étaient pas soutenues par leurs proches, leurs amis ou les organisations caritatives. Si les
maisons sont souvent prises pour cibles, les autorités israéliennes ont également lancé des ordres de démolition
contre des écoles, des centres de soins, des routes, des citernes, des pylônes électriques, des cabanes et des enclos
pour animaux. Pour plus d'informations, voir le rapport d'Amnesty International intitulé La sécurité du foyer ? Les
destructions de logements palestiniens par Israël, MDE 15/006/2010, publié en juin 2010 (http://www.amnesty.org/
fr/library/info/MDE15/006/2010/fr).

AU 148/10, MDE 15/012/2010, 1er juillet 2010