Vous êtes sur la page 1sur 8

L A G A Z E T T E D’ A L I A H O V A *

« En tout, henryen! »

N. 7, juillet 2010

RIMH :

Il faut saluer comme il convient le premier numéro de la Revue internationale Michel Henry
publié par Louvain la Neuve. Voici la teneur du message envoyé par Jean Leclercq :

Le n°1 de la Revue internationale Michel Henry est désormais en vente,


dans certaines librairies et sur commande.
Vous pouvez également l' acheter en version papier ou en version
électronique, en suivant ce lien :
http://www.i6doc.com/fr/livre/?GCOI=28001100623990

Pour des questions relatives à la vente, vous pouvez toujours consulter


Madame Charon (duc@ciaco.com).

ISBN : 978-2-87463-208-2
Éditeur : Presses universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve (2010)
Prix public : 14 € TVAC ; Format : 16 cm x 24 cm ; 140 pages
Diffusion :
DUC (Ciaco scrl)
Grand Rue 2-14
1348 Louvain-la-Neuve
Tél. + 32 10 45 30 97
Fax + 32 10 45 73 50
duc@ciaco.com

La Revue Internationale Michel Henry est un lieu de recherche


scientifique et de dialogue ouvert entre les diverses personnes intéressées
par la phénoménologie matérielle de Michel Henry [1922-2002] et les
riches perspectives que celle-ci offre non seulement à la philosophie, mais
aussi aux sciences humaines. Dans une visée interdisciplinaire, elle
souhaite accueillir des publications de qualité sur cette pensée majeure du
XXe siècle et participer de la sorte à sa plus large diffusion, tantôt sous la
forme d’articles isolés, tantôt de textes sollicités en fonction de
thématiques spécifiques, abordées dans le cadre d’un numéro
programmé. La revue entend aussi accueillir les travaux en
phénoménologie matérielle des jeunes chercheurs et leur permettre de
trouver un lieu hospitalier, où ils pourront proposer des études originales.
En tant qu’organe de diffusion privilégié du Fonds Michel Henry de
l’Université catholique de Louvain, elle souhaite également être un
instrument d’information sur toutes les initiatives et activités centrées sur
l’oeuvre de Michel Henry ou soucieuses de la prolonger, voulant ainsi
contribuer à sa valorisation. En raison de sa prétention internationale, la
revue publie, après expertise, des textes en français, anglais et allemand.

Merci de contribuer à la faire connaître et de favoriser sa diffusion.

Voici le sommaire de ce numéro 1 consacré à la lecture du Marx:

ÉDITORIAL par Jean LECLERCQ 9


INÉDITS
Lettres de Michel Henry à Paul Ricoeur 15
Lettre de Michel Henry à Mario Lipsitz 21
DOSSIER THÉMATIQUE : « LECTURES DU MARX DE MICHEL HENRY »
Présentation générale, par Grégori JEAN & Jean LECLERCQ 24
Stéphane HABER, Michel Henry et l’humanisme marxien. Le test de l’interprétation
de l’anthropologie négative dans le livre I du Capital 30
Arnaud FRANÇOIS, Michel Henry : les concepts économiques de Marx à la lumière de
l’affectivité 51
Hervé TOUBOUL, Travail, mesure et temps. Réflexions sur le Marx de Michel Henry 69
Paul SERENI, Marx selon Michel Henry : Essai d’un compte rendu critique 83
Simon BRUNFAUT, D’une fantastique à une fantomatique de l’affect. L’ambivalence
de l’idéologie dans le Marx de Michel Henry 101
ACTUALITÉS
Bibliographie henryenne 2009-2010 et chronique scientifique 120

Appel à textes :

Revue Internationale Michel Henry : n. 2

Le Fonds Michel Henry de l'Université Catholique de Louvain lance un appel à contribution


pour le deuxième numéro de sa revue consacré au thème : « Pâtir-avec » : Michel Henry et
l’expérience d'autrui

Argumentaire
Dans l'avant-propos de Phénoménologie matérielle, Michel Henry note : « La possibilité même
de construire une philosophie de l'affectivité pure d'un côté, celle pour une ipséité pathétique et
acosmique d'entrer jamais en relation avec une autre du même type, de s'inscrire dans une
intersubjectivité effective et concrète de l'autre, c'étaient là les deux objections soulevées par les thèses
de L'essence de la manifestation dès sa parution et souvent répétées depuis. »
Ainsi celui qui, dans un manuscrit de jeunesse encore inédit, s'amusait et s'inquiétait à la fois
de ce que « les triangles jouent dans l’histoire de la philosophie un rôle beaucoup plus
considérable que nos semblables », se trouvait — comme la plupart des phénoménologues —,
soupçonné de « solipsisme », lors même qu'il entendait déconstruire les présupposés
philosophiques rendant tout autant marginal le « problème d'autrui » que paradoxale «
l'expérience » pourtant pleine et entière que nous faisons constamment de nos « semblables ».
C'est au contraire ce lien intrinsèque entre une « philosophie de l'affectivité pure » et la
reconnaissance d'une « intersubjectivité effective et concrète » que nous proposons donc aux
contributeurs d'interroger :
1/ D'une part, au prisme d'une investigation de ce lien, déjà thématisé dans Philosophie et
phénoménologie du corps et dans L'essence de la manifestation, dans ses principes comme
dans les multiples reformulations qu'en propose M. Henry, le conduisant de « l'être ensemble»
au « pathos-avec », et ceci jusqu'à la reconnaissance, dans ses derniers textes, d'une «
intériorité phénoménologique réciproque » de tous les vivants.
2/ D'autre part, au fil d'une étude comparée de l'approche henryenne de « l'intersubjectivité »
et de celles des penseurs avec lesquels il n'a cessé de s'expliquer, lors même qu'il tentait de
rejeter ce qu'il identifiait comme leurs limites : Hegel, Husserl, Heidegger et Scheler, mais
aussi Sartre et Merleau-Ponty.
3/ Enfin, en vue d'une évaluation plus générale de la spécificité et de la pertinence d'une telle
approche, dans son rapport aux différents « modèles » d'intersubjectivité mobilisés par la
tradition phénoménologique (monadologie, face-à-face, etc.), mais aussi en regard de la
manière dont le « problème d'autrui » habite l'histoire de la philosophie en général, dans ses
sources lointaines comme dans ses développements les plus contemporains.

Modalités pratiques
La Revue Internationale Michel Henry accepte des contributions (40.000 caractères au
maximum, espaces non compris) en français, en anglais ou en allemand.
Un guide rédactionnel est disponible sur demande à l’adresse suivante : fonds-
michelhenry@uclouvain.be. Les contributions devront parvenir sous forme électronique
(format Word), avant le 30 juillet 2010, au Fonds Michel Henry
(fondsmichelhenry@uclouvain.be), accompagnées du nom de l'auteur, de son statut et de son
affiliation académique, ainsi que d'un résumé d'une dizaine de lignes, dans la langue de
l’article et en anglais.
Chaque proposition de contribution fera l'objet d'un accusé de réception, et sera soumise à une
double expertise anonyme.
La décision d’acceptation du Comité de direction parviendra à l’intéressé(e) dans un délai
raisonnable.
Le n°2 est prévu pour décembre 2010.

Ouvrages en langue étrangères consacrés, en tout ou partie, à Michel Henry :

Ivano Liberati : Della barbarie alla vita come auto-manifestazione : la proposta


fenomenologica di Michel Henry, Roma : Aracne, 2010

Articles et contributions consacrés à Michel Henry :


James Williams (University of Dundee): Reason and anti-reason in Whitehead, Henry and
Deleuze (https://www.dundee.ac.uk/philosophy/staff/williams/Reason%20and%20anti-reason
%20in%20Whitehead,%20Henry%20and%20Deleuze.pdf)

Daniel Giovannangeli : La représentation freudienne en question : Foucault, Ricoeur, Henry


in Figures de la facticité. Réflexions phénoménologiques, Bruxelles : Peter Lang, 2010.

Colloques et rencontres :

-- Deux informations hélas capturées trop tardivement :

1) Journée co-organisée par EuroPhilosophie/ERRAPHIS et le Centre d’Etudes Michel Henry


de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth

Le 17 juin 2010

Université de Toulouse le Mirail

14h00 : Elisabeth RIGAL : La peinture, contre-perception ? Sur le Kandinsky de Michel


Henry

15h00 : Jad HATEM : Eléments gnostiques dans la christologie de Michel Henry.

16h00 : Julie CASTEIGT : Réflexion sur la vie dans le principe chez Albert le Grand et
Michel Henry

2) Journées d’études de l’Ecole doctorale, La Sorbonne, 19 juin 2010 :

Claudia Serban : Conscience impressionnelle et conscience réflexive : Husserl et Michel


Henry

-- Séminaires Michel Henry : Phénoménologie de la Vie à l’Hôpital Bassens de Chambéry


(Groupe de réflexion d’éthique médicale)
Thème général en 2010 : Puissance des sentiments

24-25 septembre 2010: Sentiment et symbole


12-13 novembre 2010 : à compléter

A chaque participant il est demandé d’apporter des textes ou d’autres documents


(témoignages, musique, images etc.) pour illustrer les sentiments qui lui paraissent importants
ou troublants dans son expérience propre et dans la rencontre avec les malades. Le thème de
chaque séminaire ultérieur sera fixé par le groupe.

Renseignements supplémentaires : Dr Catherine d’Aranda : fratolosocapi@wanadoo.fr ou


Rolf Kühn : rw.kuehn@web.de

-- UCL de Louvain la Neuve

(RE)LIRE Michel HENRY : LA VIE ET LES VIVANTS

Colloque international à l’occasion de l’ouverture du Fonds Michel Henry


Université catholique de Louvain - Institut Supérieur de Philosophie du 15 au 17 décembre
2010

Argumentaire du colloque
Les archives de Michel Henry ont été généreusement données à l’UCL par Madame
Anne Henry, en 2006, par un pacte de donation. Aujourd’hui, l’opération technique et
scientifique de leur archivage est achevée et les quelques 40.000 feuillets sont désormais
répertoriés et classés. L’ensemble est regroupé dans un local mis à disposition des chercheurs,
regroupant également l’oeuvre complète et traduite de M. Henry, des documents audio-
visuels, sa bibliothèque, ainsi que la littérature critique consacrée à l’auteur.
Nul doute que l’ouverture du Fonds sera l’occasion, pour toute une génération de chercheurs,
de lire ou de relire M. Henry, non seulement comme le philosophe insigne de l’auto-
affectivité transcendantale et de l’immanence de la Vie, mais aussi comme un penseur en
débat constant avec lui-même et avec ses contemporains, ne conquérant qu’avec réflexion les
thèmes essentiels de son oeuvre, les remettant parfois en jeu aux prix d’une méditation
renouvelée sur leur cohérence — un Michel Henry, en somme, dont la pensée ne s’épuise pas
dans un dire monolithique de la Vie absolue et ne se contente pas d’« appliquer » des
intuitions considérées comme acquises.
En effet, la pensée de M. Henry oeuvre au déploiement d’une architectonique complexe
dont tout l’enjeu est bien de saisir les points de passage entre différents plans d’expérience
dont l’unité exige à chaque fois d’être questionnée, dans le principe de sa différenciation
interne comme dans les modalités de ses effectuations phénoménologiques concrètes.
C’est à l’édification d’un tel « chantier » qu’entend contribuer la réflexion menée en commun
autour du thème : « La Vie et les vivants ». Distribué en séances de conférences plénières et
en sessions parallèles de travail, ce colloque international et interdisciplinaire se propose
d’interroger la phénoménologie matérielle aux lieux divers où se nouent les rapports de la Vie
et des vivants, des vivants avec la Vie et leur propre « vivre », mais aussi des vivants entre
eux dans une communauté elle-même « vivante », ceci afin de ressaisir cette topologie
décisive pour l’avenir de la philosophie, tant dans son processus d’élaboration et à la lumière
de ses propres fondements, que dans les perspectives théoriques et pratiques – encore peut
être insoupçonnées – qu’elle s’avère susceptible d’ouvrir.

Modalités pratiques d’organisation


Le colloque est organisé autour de conférences plénières – les noms seront annoncés dans le
programme provisoire prévu pour juin 2010 – et de séances de travail réparties en sections
parallèles. Des tables-rondes sont également prévues et peuvent être proposées par un
ensemble de minimum quatre intervenants.
Le colloque est ouvert à toutes les personnes ayant un intérêt pour la pensée et l’oeuvre de
Michel Henry, universitaires ou non, moyennant un dossier d’inscription, soumis à un
comité d’experts pour décision d’acceptation.
Pour être recevable, un dossier d’inscription doit comporter un bref résumé de la
communication proposée (15 à 20 lignes), celle-ci étant d’une durée de 30 minutes,
l’indication de la section souhaitée (n° I à VIII) et l’envoi de la fiche signalétique disponible
sur le site internet du colloque ou à l’adresse du secrétariat du colloque.
La date limite de rentrée des dossiers d’inscription est fixée au 28 juin 2010. Ces dossiers
sont à envoyer ou à demander à l’adresse suivante fonds-michelhenry@uclouvain.be.
Chaque dossier fera l’objet d’un accusé de réception et la décision d’acceptation du comité
organisateur parviendra à l’intéressé(e) au plus tard pour le 14 juillet 2010.
Le prix de l’inscription au colloque est de 10 euros (gratuité pour les étudiants). Celle-ci
permet l’assistance à toutes les conférences et la mise à disposition des documents prévus
pour les participants.
Les frais de déplacement et de séjour sont à charge des inscrits (des informations sur les
possibilités d’hébergement seront communiquées sur demande).
Un certificat de participation sera délivré à quiconque en fera la demande, la contribution
pouvant être comptabilisée dans le cadre de la formation doctorale, selon les normes
particulières en vigueur.
Les travaux du colloque seront publiés.
Les sections proposées aux contributeurs
I. Histoire de la philosophie : Sources et méthodes
II. Métaphysique, phénoménologie et ontologie
III. Perspectives théoriques en phénoménologie matérielle
IV. Esthétique et pratiques artistiques
V. Philosophie pratique, éthique et politique
VI. Perspectives théologiques
VII. Perspectives thérapeutiques
VIII. Michel Henry romancier
Langues du colloque
Français, Anglais, Allemand, Italien et Espagnol.

Choses lues, vues, entendues… :

Récupérée sur le site internet de la Maison de la culture de Nevers, cette information


concernant Boris du Boullay :

« Réalisateur d'environ deux cents films depuis 1987, il travaille sur l'idée que le cinéma peut
restituer le temps antérieur en lui substituant des traces de l'absence.

Centrés sur l'intime, l'écriture, jouant parfois des codes de l'absurde dans la distance au réel,
ces films tentent d'explorer la voie ouverte par Michel Henry sur l'autodonation (où il n'y
aurait plus de distance phénoménologique entre le donné et le donnant).
Fortement marqués par le quotidien, le temps, les images mentales et une quête de sens
revendiquée, les films et les vidéos forment un univers, où la visée, la projection, laissent
l'intimité loin de lui, comme une dépossession, un tas d'objets abandonné.
Son travail trouve également un prolongement dans des œuvres numériques qui relèvent d'un
affectif qui s'affranchit du dispositif technologique de départ. »

Deuil :

C’est très tardivement que nous venons d’apprendre la mort de Yorihiro Yamagata,
survenue le 8 janvier dernier. Il faisait partie de ceux que j’appelle les « henryens
historiques », ceux qui ont côtoyé Michel Henry à une époque où son œuvre était encore
confidentielle et qui ont contribué à la faire connaître plus largement, en l’occurrence
principalement au Japon, où le travail de traduction a été immense, et où il avait invité le
« philosophe de Montpellier » à séjourner à l’université d’Osaka pour donner une série de
séminaires rassemblés sous le titre de Généalogie de la psychanalyse , qui lui était dédié.
Dès les années quatre-vingt, je l’ai rencontré plusieurs fois au domicile de Michel Henry,
qu’il visitait de temps à autre, et nous avions fait tous les trois quelques marches dans l’arrière
pays languedocien. Et puis, en 1996, nous sommes « montés » ensemble de Montpellier à
Cerisy, dans la voiture de Michel et Anne Henry, pour gagner le lieu du colloque qui
marquera un tournant important dans la notoriété grandissante de la phénoménologie de la
vie. Nos liens s’y trouveront encore renforcés lorsque je lui prêtai ma voix pour lire sa
contribution et soulager ainsi sa difficulté à la dire dans notre langue.
A titre personnel je voulais dire ici ma sympathie profonde pour cet homme d’une
discrétion extrême et ma reconnaissance pour le travail philosophique accompli au service de
la diffusion de la pensée henryenne.

Nb : En psychogénéalogie on considère que deux dates éloignées de moins d’une semaine


ont même valence et, lorsqu’elles concernent deux individus mis en relation, soulignent la
force de leur lien ou une identité de problématique. Il me plait de faire remarquer que Michel
Henry est né un 10 janvier et que Yorihiro Yamagata est mort le 8 de ce même mois…
Yorihiro Yamagata
(J’ai pris cette photo lors du colloque consacré à Michel Henry en décembre 2003 à
Montpellier)

Bibliographie henryenne :

Si vous avez besoin d’une bibliographie « complète » et à jour de et sur Michel Henry,
n’hésitez pas à me la demander et je vous l’enverrai aussitôt.

Ps : si cette lettre vous semble utile je vous invite à y contribuer en m’envoyant toute
information concernant Michel Henry qui pourrait intéresser notre communauté et à la
diffuser autant qu’il vous conviendra.

* Publication d’information henryenne à périodicité opportune rédigée sur les presses


des Hauts Plateaux par Roland Vaschalde