Blaise est une poisse ?

Chassé du pouvoir au Burkina Faso, l’ex-président du Burkina Faso est
devenu un problème pour la communauté internationale. L’homme des
solutions, le médiateur, est devenu un problème sans solution, une équation
à plusieurs inconnues. La Côte d’Ivoire, qui l’avait accueilli, a vite fait de se
débarrasser de lui. Car, deux semaines après son arrivée en Côte d’Ivoire, il
y a eu une mutinerie des soldats ; des militaires ivoiriens demandaient leurs
primes comme convenu dans l’accord de Ouagadougou. C’est Blaise qui
était médiateur et tout le monde sait que l’ancien chef des rebelles ivoiriens
Soro Guillaume est pour quelque chose dans cette révolte. Lui qui a des
milliers d’investissements au Burkina Faso. Après la Côte d’Ivoire,
Compaoré s’est installé au Maroc. Dès son arrivée, le Maroc a été envahi par
les eaux. Des torrents à ne pas cesser. Compaoré a-t-il de la poisse ou est-il
une poisse ?
Les rues de Dakar vides
Deux jours avant le XVème sommet de la francophonie, les rues de Dakar
était désertées. Personne ne bougeait. La plupart des activités était orientée
vers la zone aéroportuaire ; certaines voies ont été fermées. Le vendredi,
jour de prière, plusieurs routes ont été coupées afin de permettre aux chefs
d’Etat, chefs de gouvernements et autres délégations de circuler
tranquillement. Certaines vieilles personnes n’ont pu se rendre à la
mosquée de leur quartier, faute de passage. En tout cas, vers l’aéroport,
c’était la grande affluence pour l’accueil des chefs d’Etat. Nous avons assisté
à au moins l’arrivée des présidents Paul Biya du Cameroun, Obiang
N’Guema de la Guinée équatoriale, Mamadou Issoufou du Niger et Ibrahim
Boubacar Keïta du Mali. Pour la circonstance, Macky Sall a passé toute la
journée à l’aéroport. Il n’est pas allé prier comme certains habitants de
Dakar.

La gestion domaniale et foncière
Le Comité interministériel de gestion domaniale et foncière a tenu vendredi
28 novembre 2014 à 17h00 sa deuxième réunion sous la présidence du
Premier ministre Moussa Mara. La réunion tenue à la Primature a passé en
revue un certain nombre de dossiers brûlants à Bamako et dans les régions.
À ce titre, plusieurs affaires ont été examinées : Kognoumani, Bougouba,
Sanamandougou, Tabacoro, le site du laboratoire central vétérinaire à
Bamako, la zone aéroportuaire de Bamako Sénou et autres dossiers dans les
régions de Sikasso et Mopti. Sur tous les dossiers exposés et après débats, le

Premier ministre a fait des recommandations aux chefs des départements
concernés afin de trouver des issues rapides. Des mesures de modernisation
et de transparence seront également prises pour améliorer le suivi des
affaires foncières.

Le Sénégal cache sa misère
Les commerçants détaillants, ambulants, vendeurs de fruits, cartes de
recharge, vendeuses de beignets et autres débrouilleurs ont été chassés des
rues et endroits proches des visiteurs. C’est vrai que le site de la
francophonie était à 30 Km de Dakar. Même là, beaucoup de Sénégalais se
plaignaient. Même chose pour la foire de la francophonie, tout a été
chamboulé parce que les visiteurs ne devaient pas voir les commerçants
partout dans la vie. Encore moins dans certains endroits huppés de la
capitale sénégalaise. Plusieurs manifestations ont été délocalisées afin de
permettre la bonne tenue du XVème sommet de la francophonie. Tout a été
fait comme si Dakar est une nouvelle ville qui sortait de terre. Alors que la
vraie misère y règne, elle a été cachée aux visiteurs.
500 journalistes accrédités
Ils étaient plus de 500 journalistes à avoir couvert le Sommet de la
francophonie. Mais les organisateurs n’ont pris en charge que 500
journalistes. Tout le reste, surtout les Chinois et certains journalistes
venus de certains pays de la francophonie ont été obligés de se prendre en
charge. Même pour avoir accès à certains lieux, ce n’était pas facile. C’est
vrai que pour le site de la foire, ce n’était pas difficile, tout comme les
concerts et autres activités sportives. Mais pour ce qui est de la salle de
conférence, elle n’était pas facile d’accès pour les journalistes qui n’ont pas
été accrédités. Et, les forces de sécurité sénégalaises n’ont pas badiné avec
ça. Il faut reconnaître qu’il y avait des confrères organisés et bien malins qui
ont pu accéder à la salle de conférence en profitant de l’arrivée de certaines
délégations.

Le confrère-président
Au Burkina Faso, le Conseil national de transition (CNT), qui fera office
d’Assemblée nationale, a été installé jeudi. Le journaliste Cherif Moumina
Sy a été nommé à sa tête. Le Conseil national de transition est le troisième
et dernier organe prévu par la charte de la transition. C’est par acclamation
que ses 90 membres ont été installés, jeudi. Le journaliste Cherif Moumina
Sy a été élu président de cette assemblée. Connu dans le domaine de la

presse pour ses prises de position contre l’injustice, l’impunité et surtout
pour plus de liberté pour la presse, son hebdomadaire «Bendre» a été très
critique vis-à-vis du pouvoir de Blaise Compaoré. Il faisait partie des trois
derniers candidats retenus pour occuper le poste de président de la
transition. Notre confrère a toujours été du côté des journalistes maliens,
comme lors de l’affaire Boukary N’Daou où il était là avec la presse
malienne.

CNT² à la mode
C’est bien avant le printemps arabe que les Français nous ont amené ce
terme : Conseil national de la transition. C’est en Guinée qu’il a été
expérimenté sous Nicolas Sarkozy. Ça a échoué au Mali, en Syrie et dans
d’autres pays. Mais il continue son petit bonhomme de chemin. Après la
Guinée, la Libye, le voilà au Burkina Faso pour une période d’un an. Alors
que celui de la Guinée a existé pendant plus de 3 ans, jusqu’à l’élection de
l’Assemblée nationale de la Guinée. Espérons que celui du Burkina Faso
n’excède pas un an, c'est-à-dire la durée de la transition. Cela dépend en
grande partie de l’organisation des élections. Très souvent, une fois que le
président est élu, il prend le temps de chercher une majorité afin
d’organiser les législatives. Alors que si toutes les élections sont organisées
ensemble, le président n’aura pas le temps de chercher sa majorité et de
garder le CNT qui n’est pas l’émanation de la population.

****
Condamnation de Siméon Keita et ses camarades par la Cour
d’assises

La défense estime que le droit n’a pas été dit !
Au terme d’un procès marathon, le verdict est tombé malgré la clémence
demandée par la défense qui estime que les éléments ne sont pas suffisants
pour motiver l’inculpation de leurs clients. Ainsi, Mahamadou Youba Diarra
a été condamné à 5 ans d’emprisonnement dont 3 ans avec sursis. Siméon
Keita a été condamné à 3 ans d’emprisonnement ferme. Tandis que Sékou
Maïga, Souleymane Cheick Fissourou, Fodé Samba Diallo et Yaya Niambélé
ont été condamnés à 18 mois d’emprisonnement avec sursis. Enfin, Drissa
Samaké dit Roger et Hamidou Togola ont été purement et simplement

sa belle-sœur ainsi que sa propre sœur. Siméon Keita. «j’ai naturellement refusé d’ouvrir. d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat. le verdict du procès de l’ex-secrétaire général du Syndicat de la police nationale (SPN). Selon sa version des faits. il est accusé d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat. a nié ces faits. violences et voies de fait. coups et blessures volontaires. expliquera-t-il. L’ex-secrétaire général du Syndicat de la police nationale. de détention illégale d’armes de guerre et complicité. viol qualifié. Mécontents du verdict de la Cour d’Assises.blanchis par la Cour d’Assises. Ensuite. Pour que triomphe la vérité. Or. Siméon Keita et ses camarades étaient de meurtre. j’ai fait deux tirs de sommation en l’air par son pistolet. Quant à Siméon Keita. devant la Cour d’Assises. . M. la Cour d’Assises a écouté respectivement l’épouse de Mamadou Youba Diarra. À la faveur de l’audience du vendredi 28 novembre 2014 de la Cour d’Assises de Bamako. associations de malfaiteurs. accusé du meurtre du caporal Daouda Adiawiyakoye lors de l’opération de récupération des armes des membres du Syndicat national de la police au Groupement mobile de sécurité (GMS). qui a traversé le portail jusqu'à feu Daouda Adiawiyakoye. Arguant qu’il ne détenait pas une arme (PM) au moment des faits et n’avait fait que des tirs de sommation en l’air. mais face à l’insistance de ces gens. la parole a été donnée à Ousmane Baba Traoré de la CCR (Compagnie de circulation routière) de police de Bamako. Siméon Keita et 7 autres camarades. Il était au moment des faits l’indicateur de la mission mixte. vol qualifié et complicité de meurtres. Ousmane Baba Traoré a affirmé que lui et Adiawiyakoye ont été victimes d’une rafale venue de l’intérieur de la maison de Mamadou Youba. de troubles graves à l’ordre public. Premier à la barre. Diarra a alors déclaré qu’il n’a ni blessé ni tué quelqu’un. aux environs de 5 heures du matin. Mahamadou Youba Diarra. de forfaiture. de détention illégale d’armes de guerre. Il s’agissait pour lui de convaincre les juges de son innocence. sa femme l’a réveillé pour lui dire qu’il y avait des gens devant sa porte qui demandaient de leur ouvrir la porte. de troubles graves à l’ordre public. violences et voies de faits. a tout simplement nié toutes ces accusations. est tombé. Mahamadou Youba Diarra. Devant les juges. N’ayant pas décliné leur identité. d’association de malfaiteurs. les avocats de la défense promettent de se pourvoir en cassation. Dans le but uniquement de dissuader ces individus qui ont refusé de décliner leur identité». dans la nuit du vendredi 05 au samedi 06 avril 2013.

Yaya Niambélé. Mohamed Keita et Idrissa Dotonou. tous membres du syndicat pour le renouveau de la Police. tout est parti de leur soutien à l’ex-junte militaire de Kati avec Amadou Haya Sanogo et leurs nominations à titre exceptionnel par le président de la Transition Dioncounda Traoré. Il a expliqué que certains ont profité de son statut de secrétaire général du SPN pour poser des actes isolés qui tendaient à ternir leur image. Souleymane Cheick Fissourou et Hamidou Togola ont été entendus par la Cour d’Assisses sur le dossier d’accusations relatives aux coups et blessures sur Boubacar Lassane Coulibaly. notamment au ministère de la Santé. Drissa Samaké. Alhousseini TOURE 4ème édition du Festival africain d’images virtuelles artistiques (Faiva) Valoriser et promouvoir l’art plastique Organisée par le Centre Soleil d’Afrique en collaboration avec la Fondation Doen des Pays-Bas pour valoriser et promouvoir les images virtuelles et l’art plastique. Au terme d’un procès marathon. Par la suite. Siméon Keita a été condamné à 3 ans d’emprisonnement ferme. Ainsi. Enfin. Sans compter l’attaque du domicile de Me Kassoum Tapo. le verdict est tombé malgré la clémence demandée par la défense qui estime que les éléments ne sont pas suffisants pour motiver l’inculpation de leurs clients. Mahamadou Youba Diarra a été condamné à 5 ans d’emprisonnement dont 3 ans avec sursis. Mécontents du verdict de la Cour d’Assises. Siméon Keïta était aussi accusé d’avoir orchestré frauduleusement l’enlèvement des véhicules de quelques particuliers dans le district de Bamako. Drissa Samaké dit Roger et Hamidou Togola ont été purement et simplement blanchis par la Cour d’Assises. Fodé Samba Diallo et Yaya Niambélé ont été condamnés à 18 mois d’emprisonnement avec sursis. Souleymane Cheick Fissourou. cette 4 ème édition a eu lieu . Et Me Mariam Diawara de déclarer : «le droit n’a pas été dit. mais aussi d’avoir dépossédé de 15 millions de francs CFA Jeamille Bittar dans un hôtel de la place. Nos clients ont été victimes d’un procès politique non un procès judicaire». Il a nié tous ces faits.Selon lui. Tandis que Sékou Maïga. Fodé Samba Diallo. les avocats de la défense promettent de se pourvoir en cassation. Les policiers Sékou Maïga. le juge a également écouté plusieurs victimes.

Cet atelier a pris fin par la projection vidéo sur la paix et la réconciliation nationale. réalisée par les clubs Walaha et les étudiants. L’étape de Sikasso a commencé le vendredi 21 novembre avec la cérémonie d’ouverture qui a enregistré l’intervention du maire de la Commune de Sikasso. Prenant parole. afin de créer une interaction avec le public. 2 Béninoises. a remercié les autorités de la troisième région. en partenariat avec le Centre Soleil d’Afrique. Ce dernier a mis l’accent sur l’importance et la place de l’artiste dans la résolution des conflits et dans la cohésion sociale. L’atelier de formation de 10 jours était coaché par la lauréate du prix Soleil d’Afrique. À noter que cette séance de travail s’est achevée par le lancement du Festival itinérant au monument de l’Obélisque à Bamako. notamment 13 Maliennes. autour du thème : «De quoi rêvent les Africaines ?» Ledit atelier a permis aux unes et aux autres d’approfondir leurs connaissances et d’exprimer leur rêve à travers une œuvre commune. des visites touristiques et des projections photos et vidéos. une Sénégalaise. le représentant du gouverneur de la région de Sikasso a remercié le directeur du Festival. Chacune d’elles a évoqué la crise qu’a connue son pays et a proposé la solution. qui a exprimé sa gratitude à l’endroit du directeur du Festival qui a porté son choix sur la région de Sikasso. et africaine. Houda Gorbel de Tunisie. Au cours de l’atelier. Son intervention a été suivie d’une visite guidée de l’exposition d’œuvres produites au cours de l’atelier par Houda Gorbel. des causeries-débats. tout en remerciant les partenaires et les artistes. en général. Avec au menu un atelier de formation. Il y a avait également au menu une causerie d’échanges entre les participantes. Pour sa part. L’étape de Bamako a pris fin par une causerie-débats autour de la thématique : «La pace et le rôle de l’art dans la stabilité sociale». en particulier. qui a réuni les artistes plasticiennes africaines. Hama Goro. Ensuite. Cette cérémonie a débuté par le discours de bienvenue du directeur du Centre Soleil d’Afrique. l’accent a été mis sur l’épanouissement artistique de la femme. en mettant en exergue le rôle des femmes dans la stabilité sociale et dans le retour à une paix durable. des expositions d’œuvres d’arts. Hama Goro.du 18 au 27 novembre 2014 au Mali. Do Rock Anagbo et Kwami Da Costa sur la . le directeur du Festival. il y a eu une intervention des artistes étrangers : Natanael Vodouhe.

maladie à virus Ebola ainsi que la visite guidée de l’exposition : «De quoi rêvent les africaines ?» Le jour suivant. La clôture des activités de cette 4ème édition du Festival africain d’images virtuelles artistiques a eu lieu le mercredi 26 novembre 2014 à la Fondation festival du Niger. . L’étape de Ségou a débuté par la peinture du «Mur de la paix». Safiatou THIAM **** Chronique du Mali débout Le député. les artistes. une visite guidée a été effectuée dans La ville de Sikasso. non moins Directeur du Festival sur le Niger. c’est-à-dire le samedi 22 novembre. Elle était guidée par Mamadou Diakité. qui ont ensuite visité l’exposition : «De quoi rêvent les Africaines» Pour finir en beauté. constituera un précédent périlleux pour la renaissance de la démocratie au Mali. un élu manque-t-il de voie de recours pour obtenir justice au point d’aller agresser un juge dans l’exercice de ses fonctions ? De quel droit un député peut-il se déplacer pour aller demander des explications à un magistrat sur un dossier entre ses mains ? Autant de questions que soulèvent l’agression du juge de paix à compétence étendue. un élu du peuple ou un demi-dieu ? Dans une démocratie. l’orchestre Korè a donné un concert live sur les berges du fleuve. Mamou Daffé. les festivaliers et les artistes locaux se sont réunis pour peindre le «Mur de la paix» au quartier de Médine. de Ouélessébougou par l’honorable (???) Bourama Tidiane Traoré dit «Bananzolé Bourama» ! Un acte qui. agent à la Direction régionale du patrimoine culturel. Après cette journée. Les mots de clôture sont revenus au représentant du maire de la Commune de Ségou . s’il n’est pas sanctionné avec la dernière rigueur. notamment au musée Sénoufo et à la statuette de Samory Touré au quartier Banconi. Une projection vidéo sur la paix et la réconciliation nationale a eu aussi lieu. au Directeur du Festival. Hama Goro et au président du réseau KYA. après la parenthèse du coup d’Etat du 22 mai 2012. Amadou Bocar Touré dit Diadié.

À moins qu’il n’y ait député et député ! Au lieu d’exiger le retrait de la plainte contre le «député agresseur de juge». quelles que soient les versions. nous pensons que les pensionnaires de l’Hémicycle doivent être honnêtes avec eux-mêmes et ne plus évoquer la possibilité de lever l’immunité parlementaire d’un des leurs. car émanent d’un élu siégeant dans une institution qui doit être une vitrine. Disons qu’un problème foncier a conduit l’honorable Bourama Tidiane Traoré à se déplacer à Ouélessébougou pour demander des comptes au juge de paix à compétence entendue de cette localité. Comme le rappelait une célèbre avocate sur les réseaux sociaux. s’il n’a rien à se reprocher. suivie de l’agression du juge. Le même député s’était . On aurait compris qu’ils sollicitent la libération de l’agresseur. Mais. la justice est totalement indépendante des deux autres. Nul n’est au-dessus de la loi. L’immunité de toutes les dérives Hélas ! Au Mali. les deux hommes en sont arrivés aux mains. ses collègues auraient dû plutôt se battre pour créer une commission d’investigation afin de situer les responsabilités de ce qui s’est passé à Ouélessébougou.Les faits sont révoltants et humiliants à raconter. exiger le retrait de la plainte du juge. les législatures se suivent et se ressemblent dans l’atteinte à l’intégrité physique des citoyens. donc une référence de la démocratie malienne. fut-il élu de la Nation. Et même si le législateur a un droit de regard sur l’exécutif. dans l’abus du pouvoir ? Si oui. sont des dérives très graves pour une démocratie qui vient de traverser une crise institutionnelle qui a failli remettre en question ses fondements. Finalement. législatif et judiciaire. Au nom de quelle loi ? Le fait d’être député donne-t-il tous les droits en République du Mali ? La démocratie repose essentiellement sur l’indépendance des trois pouvoirs : exécutif. Amadou Touré dit Diadié. C’est ce dernier. de son propre chef. le juge ne s’est déplacé ni à Kati ni à l’Hémicycle pour s’attaquer à l’élu. Si besoin en est encore ! Cela aurait au moins le mérite de «blanchir» leur camarde. c’est quand même cautionner l’impunité. Faut-il suivre un pair dans la bêtise. L’immixtion d’un élu dans un dossier en instruction. parce que la solidarité du corps a des limites. qui a fait le trajet opposé pour exiger d’un juge de violer le secret de l’instruction. Et l’attitude des députés pendant la plénière du jeudi 28 novembre 2014 ne les honore nullement. Et il l’aurait tué sans l’intervention énergique des témoins de cette honteuse scène. un député s'est déjà permis de littéralement étrangler un journaliste dans ce pays. Qui a tort ou qui a raison ? Tous comptes faits.

Mais. Ces deux actes n’ont eu aucune conséquence pour ce député qui siège toujours à l’Assemblée nationale en continuant de terroriser ses adversaires politiques à la base. L'immunité parlementaire est une disposition du statut des députés qui a pour objet de les protéger. dans le contexte démocratique qui est le nôtre. nous devons pousser la réflexion dans ce sens pour que des députés ne se prennent plus pour des intouchables.attaqué à une femme ministre (Justice) interpellée au Parlement. Déjà en France. mais aussi à l’honneur et à la dignité de cette brave Dame humiliée devant la Nation et rabaissée au rang de racaille. en âme et conscience. doit-on être surpris qu’un autre se donne le droit d’aller agresser un magistrat dans l’exercice de ses fonctions ! En voulant interférer dans cette affaire. Mais ce n’est nullement un blanc-seing délivré aux élus pour interférer ou intimider la Magistrature ! Au-delà de cette affaire. Autant nous nous . Alors. il ne faut surtout pas que ceux qui sont censés protéger les citoyens deviennent leurs premiers agresseurs. Pour le reste. Cela protège le mandat et uniquement lui. Il avait porté atteinte non seulement à la fonction de ministre. dans l’exercice de sa fonction. Cette disposition qui permet aux parlementaires de se munir d’un parapluie leur évitant toute poursuite judiciaire pendant leur mandat. même s’ils commettent des actes de violence. Par respect pour ces hommes et dames qui ont fait la fierté de cette Assemblée nationale ou qui le font encore et par engagement démocratique. Ne serait-ce que pour changer le quotidien des sessions de cette institution qui ne carbure qu’aux projets de loi initiés par l’exécutif. nous ne pouvons souhaiter la suppression de l’immunité parlementaire. d’éventuelles atteintes que pourraient lui porter les autres pouvoirs. non la personne. la Constituante de 1830 l’a créée pour protéger le parlementaire. ou des poursuites vexatoires. personne n’est dupe pour croire que c’était pour défendre l’indépendance de la justice à travers une proposition de loi. des mesures d'intimidation venant du pouvoir politique ou des pouvoirs privés et de garantir leur indépendance et celle du Parlement. au point de compromettre l’Etat de droit pour lequel nos frères et sœurs élèves et étudiants se sont sacrifiés en janvier et mars 1991. nous pensons qu’il serait judicieux de limiter son champ d’application aux seuls actes politiques que le parlementaire est appelé à accomplir. Mais. dans le cadre de leurs fonctions. Au Mali. il s’agit d’évoquer ici la problématique de l’immunité parlementaire. judiciaire ou exécutif. quelles étaient les vraies motivations de l’élu de Kati ? Lui seul le sait.

mon cousin se défend. Enfin. Aujourd’hui. De tout cela. Je ne m’inscris pas dans cette démarche.sommes opposés. Lequel s’interroge de la sorte : qu’est-ce qu’on n’a pas dit aux Maliens pour qu’ils comprennent que cet homme n’est pas celui dont a besoin le Mali ? Ils (Les Maliens) ne nous (lui-même et d’autres) ont pas entendus. d’événements et de comportements insoupçonnés. C’est tout simplement normal d’autant qu’il pense que les Maliens lui ont fait confiance pour présider aux destinées du pays. autant que faire ce peut. Beaucoup d’eau a coulé sous le pont des Martyrs. notre démocratie doit être déçue de ces parlementaires qui se prennent pour des demi-dieux ! Moussa BOLLY À fleur de vérité Notre «Croix» ? Il n’y a pas un seul jour où on ne s’interroge dans notre pays. l’accaparement du pouvoir par la famille présidentielle élargie à la parentèle par alliance. Les temps changent. autant nous dénoncerons. qui bénéficiait pourtant d’un préjugé favorable quant à ses capacités à amener à bon port le Mali. Ils devront par conséquent lui faire confiance quand bien même il agit mal. à ce que nous appelions la «République des juges». du point de vue de ce détracteur de mon cousin. Quand il laisse notre fiston Karim s’accaparer de toutes les parcelles du . Sinon considérés comme derrière nous : les malversations financières et autres détournements de deniers publics . C’est mérité. Je demeure convaincu que mon interlocuteur est trop sévère avec mon cousin. même si je suis d’accord avec lui que l’élection de mon cousin à la Magistrature suprême nous a valu quand même son lot de mauvaises fortunes. à l’époque. Enfin. Les Maliens se réveillent abasourdis par la tonne de malchance qui leur arrive. quand il dilapide les deniers publics pour son seul confort. On était encore en campagne électorale pour la présidentielle. Au sujet de la gouvernance de mon cousin. l’attitude de ces élus de la Nation qui se croient tout permis parce que jouissant d’une immunité dont ils ne mesurent ni le symbolisme démocratique ni la noblesse institutionnelle.

la lutte contre la maladie à virus Ebola «nous impose de nous comporter en communicateurs et professionnels des médias éclairs et impliqués . mon cousin n’est pas un messie. Mme Keita Ramata Tembely. si vous lui faites confiance. pourquoi il leur est demandé. ce qui ne peut être possible que si nous sommes bien formés nous-mêmes». mais Dieu lui parle et l’inspire. moi. Les . en cette période critique et cruciale. Issiaka SISSOKO ***** Riposte contre Ebola L’alliance des journalistes contre Ebola arme 50 journalistes L’alliance des journalistes contre Ebola. le changement de comportement est obligatoire et la diffusion et la promotion des bonnes pratiques en matière d’hygiène ne seront comprises de nos compatriotes que «si nous sommes capables de leur expliquer simplement. À l’en croire. En tout cas. mais sans schématiser. conseiller au ministère de la Santé. Comprenons-nous bien.pouvoir . la presse est le meilleur facteur pour prévenir le virus Ebola à travers la sensibilisation des populations. Mais lui-même en connaît et le sens et la portée. Selon eux. Et Dieu aussi. en collaboration avec Save the Children. a organisé samedi dernier une journée de formation et d’information des journalistes sur leur implication dans la lutte contre Ebola. Alors. Je vais le dédouaner cependant : il a dit après la proclamation des résultats définitifs de la présidentielle qu’il sera amené à poser des actes dont la portée sera incomprise par ses concitoyens. quand ses parents par alliance font la pluie et le beau temps. d’être prudents et de surseoir à certains rituels sociaux ou religieux». Cette journée a réuni à la Maison de la Presse une cinquantaine de journalistes. je me suis déjà fait ma religion : mon cousin est notre «Croix» pour au moins encore quatre ans. La cérémonie d’ouverture a été présidée par Mohamed Ag Oumarou. Le représentant de Save the Children et celui du ministre de la Santé ont salué cette initiative. n’ayez crainte. il vous emmènera là-bas (paradis). Pour la présidente de l’alliance des journalistes.

à savoir Dr. déglutition douloureuse et exanthème (éruption cutanée). et rejets de sang par la bouche (hématémèse). l'anus (méléna). La transmission par contact direct avec la matière organique provenant d'un animal contaminé ou d'une personne présentant les symptômes de la maladie a été observée. Abdoulaye Néné Coulibaly ont permis à l’assistance d’avoir beaucoup plus d’informations sur la maladie. Le rôle de la transmission par voie aérienne (aérosols) n’existe pas. ulcérations buccales et labiales. À ce stade. Alhousseini TOURE Lutte contre la maladie à Virus Ebola Plan-Mali et Imc s’engagent . douleurs musculaires et articulaires. irritation de la gorge. le nez (épistaxis). une diarrhée. À propos de la symptomatologie Incubation : 8 jours avec des extrêmes de 2 à 21 jours. Daouda Minta et le Pr. D'autres symptômes initiaux peuvent s’associer à ce tableau : conjonctivite (atteinte oculaire). des maux de tête. Quant à la conduite thérapeutique. des vomissements et des douleurs abdominales soudaines. l'urine (hématurie) ainsi que par saignements vaginaux.explications de deux spécialistes. Les signes de saignement apparaissent généralement quatre à cinq jours après le début de la symptomatologie : pharyngite. la prise en charge des cas graves consiste en des soins palliatifs intensifs destinés à maintenir la fonction rénale et l'équilibre électrolytique tout en limitant les hémorragies et l'état de choc. Selon le spécialiste. saignement des gencives et des yeux (conjonctivite hémorragique). fatigue permanente. des hémorragies internes et externes peuvent déjà être observées chez certains patients. Des complications nerveuses peuvent survenir à type d’obnubilation d’épilepsie de trouble psychiatrique voire un coma. Les premiers signes ressemblent à un syndrome pseudo-grippal : fièvre d’apparition soudaine. le mode de transmission peut se faire par contact direct avec les fluides biologiques et les tissus organiques issus de patients présentant les symptômes de la maladie à un stade avancé ou par contacts directs avec les dépouilles.

C’était en présence du directeur par intérim de Plan-Mali. Ségou et Tombouctou. affirmera-t-il. Koulikoro. a lancé le projet de réponse d’urgence contre cette épidémie. Guenter Leo Overfeld. en collaboration avec International Medical Corps (Imc) et avec l’appui financier du gouvernement allemand et Plan allemand. Salim N’Daw. les résultats attendus s’inscrivent en droite ligne des orientations stratégiques du gouvernement du Mali et de l’Organisation mondiale de la santé. sensibiliser et mobiliser les communautés à risque afin d’éviter la propagation de la maladie.Pour éviter la propagation de la maladie à virus Ebola au Mali. au nom du consortium Plan-Mali-Imc. Salim N’Daw. et du représentant du Centre opérationnel d’urgence.000 euros. Plan-Mali. dit-il. présent au Mali depuis 1976 et travaillant avec les communautés à la base dans les régions de Kayes. L’objectif du projet est de prévenir la propagation de la maladie au Mali à travers la formation des employés des structures sanitaires. ont décidé de conjuguer leurs efforts et expertises aux côtés du gouvernement de notre pays et des autres acteurs dans la lutte contre Ebola. d’une part. et d’équiper. Suivant ses propos. de l’Ambassadeur d’Allemagne. à l’en croire. et International Medical Corps (Imc) qui s’est installé depuis 2012 au Mali avec une forte expérience dans la gestion de ce genre de catastrophe. Abdoulaye Néné Coulibaly. Le lancement dudit projet s’est déroulé le vendredi 28 novembre 2014 au Grand hôtel de Bamako. Par ailleurs. Plan-Mali. traduit toute sa reconnaissance au gouvernement du Mali. Selon le directeur par intérim de Plan-Mali. visent à mettre en place un centre de formation équipé au niveau du Centre national d’appui à la maladie (Cnam). à l’équipe du Centre . pour une durée de deux mois et demi. «Il permettra également de renforcer les compétences des agents de santé afin de réduire les risques de contamination et d’assurer le traitement dans des conditions optimales». la réponse à l’épidémie du virus Ebola nécessite la contribution et une synergie d’actions de tous les acteurs. C’est ainsi que. Salim N’Daw a souligné que le projet de réponse d’urgence à la maladie à virus Ebola est financé par le bureau fédéral des Affaires étrangères d’Allemagne à hauteur de 750. Salim N’Daw a. d’autre part. Ces résultats.

les bonnes volontés ne cessent de voler au secours de l’Etat malien pour la contenir. mais aussi pour l’amélioration du système de santé au Mali. Le représentant du Centre opérationnel d’urgence. eau de javel.. président de l’Assep. Cette cérémonie assez brève. cette société a procédé à la remise de 100 kits de santé (savon. secrétaire général de l’Urtel et de Birama Fall. . ce projet s’inscrit dans la logique de la solidarité internationale envers le Mali dans la lutte contre la maladie. gel et autre matériel monté). Avant de saluer l’engagement de l’organisation mondiale de la santé pour son appui tant technique. Il dira que la composante formation du projet est importante et va s’inscrire dans la durabilité et des mesures prises vis-à-vis d’autres maladies infectieuses.. Avant d’indiquer que le projet va constituer une contribution importante pour la lutte non seulement contre Ebola. Guenter Leo Overfeld. Plan-Mali et Imc ont montré un intérêt soutenu dans le cadre de la formation des ressources humaines et dans le cadre de la riposte de la maladie à virus Ebola. Alou Djim. Abdoulaye Néné Coulibaly. a été remis par ledit ministère à la faîtière de la presse. pour leur disponibilité et leurs orientations pendant l’élaboration de ce projet. En effet. de Dramane Aliou Koné. au Point focal de lutte contre Ebola de l’OMS. Ce don destiné au ministère de l’Economie numérique. Directeur général adjoint de Atel-Sa . Pour l’Ambassadeur d’Allemagne. financier que moral. a souligné qu’à travers ce projet. président de la Maison de la presse. vendredi dernier. la Maison de la Presse du Mali. Abouba Diallo. C’est dans cette dynamique que s’inscrit Alpha Télécommunication (Atel-Sa). propriétaire de la 3 ème de la troisième licence de téléphonie globale.opérationnel d’urgence. mais pleine de signification. de l’Information et de la Communication. de l’Information et de la Communication . Diango COULIBALY Lutte contre l’épidémie Ebola Atel-Sa fait don de kits aux médias maliens Depuis l’aggravation de la maladie à virus Ebola suite à son importation par la clinique Pasteur. des thermomètres- sans contact aux des médias maliens. a enregistré la présence du Secrétaire général du ministère de l’Economie numérique.

Directeur général adjoint de Atel-Sa. On nous parle sans cesse du Cameroun. Nous. Piètre comparaison. La justice est l'un des maillons les plus importants dans un pays. Depuis des décennies. évidemment. Sa bonne et compréhensive distribution sont synonymes de paix sociale. Dans son allocation. la justice. En marge de cette donation. la justice malienne est l'une des plus corrompues au monde. s’est réjoui de ce geste fort d’Alpha Télécommunications. M. a-t-il expliqué. C'est la confiance en l'Institution juridictionnelle qui est à la base de tout développement. Car au Cameroun. tout en indiquant que ces kits seront utilisés à bon escient. avant de souhaiter qu’il se renforce davantage.Précisons que ces kits sont destinés aux journaux (70 kits) et aux radios de la place (30 kits). Dramane Aliou Koné. «Nous avons entendu. l'Union européenne est la forme la plus achevée. nous nous défendrons avec les arguments dont nous disposons. Recevant symboliquement un kit des mains du donateur. Personne. la plus parfaite de regroupement de pays. Nous ne sommes pas au-dessus de la loi et force doit rester à la loi…». Trois sont . nous restons sereins. LOMA **** La Justice malienne : ce Cancer ! Pour mémoire. Qui de sérieux et/ou de respectable viendrait investir dans un pays à la justice corrompue ? Personne. a salué le partenariat fécond qui existe entre Alpha Télécommunications et les médias maliens. Et si nous sommes interpellés. Elle est fondée sur le droit. il y a aujourd'hui 17 anciens hauts cadres en prison. a levé le voile sur les dysfonctionnements supposés dont on parle ces derniers temps au sujet de l’attribution de la 3 ème licence de téléphonie globale à Alpha Télécom. le président de la Maison de la presse. Diawara. un autre représentant de la société de téléphonie. personne ne nous a interpellés. Bruno E. Abouba Diallo. comme vous. parler des couacs qu’il y aurait dans cette attribution. car pour le moment.

Si la justice ne joue pas son rôle. Dans certaines de ces affaires. quoiqu'il ait fait. à tous les dérapages. de Ouéléssebougou ne sont que des débuts. Donc. de l'affaire du thé du sacré Ahmed Diane Séméga. La magistrature malienne est devenue aujourd'hui un machin. Oui. seuls les petits larcins croupissent en détention. des exonérations douanières. il faut rappeler .morts en détention courant 2014. c’est qu'il est pauvre. c'est l’État qui par finir a été condamné. Nos juges sont forts vis-à-vis des petits et faibles vis-à-vis à des «grands» voleurs. À vouloir trop oppresser le peuple. des détournements à la CMDT. il finit par se révolter. Quand des juges disent aux justiciables : «au lieu de donner votre argent à un avocat donnez-le moi directement. Le fait de voir tous les jours dans nos villes le lynchage de présumés voleurs ne s'explique que par rapport au manque de confiance en la justice. Le ministre Bathily ferait mieux de faire adopter cette réforme au lieu de nous jouer tous les jours la justice spectacle. Il paraît qu'il a été brillant étudiant. presque zéro condamnation. Pour rappels. un héritage où des magistrats placent leurs rejetons comme magistrats. évoquons les affaires des hydrocarbures. Au Mali. Bathily sait mieux que quiconque qu'un mal se soigne à la racine. au Mali. À qui. Les affaires récentes du juge de Fana. l'idéal serait de supprimer l'oral dans le concours de la magistrature et de faire organiser l'écrit par le ministère de la Fonction publique afin de faire échapper le recrutement au monde de la magistrature. Il faut ôter les magistrats dans le mode de recrutements des magistrats. l’État perd presque tous ses procès. car c'est moi qui décide». Alors que faire ? La nécessaire réforme du recrutement des magistrats. une corporation. Soit la liberté provisoire est accordée en attendant de faire disparaître les dossiers. C'est le début de la fin. c'est la porte ouverte à tous les amalgames. Il est de même pour notre émotif et émotionnel Procureur général Tessougué. Chaque fois que quelqu'un reste en prison. encore une fois. Soit la fuite est organisée. dans toutes ces affaires. Il suffit aussi de se rappeler les arrêts de réintégration des 263 radiés pour savoir que nos décisions de justices sont iniques. de Kangaba. Ce n'est pas pour rien que maître Fanta Sylla a dit : «La justice malienne est indépendante de tout sauf de l'argent sale».

macro-économique et financier. notre dépendance endémique du Fmi est due non à un système «complotiste» de l'Occident mais à la malhonnêteté de nos élites dirigeantes. sa gestion opaque et sécrète est la plus décriée des 46 ans dernières années. a mis la puce aux oreilles. La presse se doit de plus en plus fréquenter les prétoires pour rendre compte des arrêts et jugements. Que Ly tenait de voir sanctionner vaille que vaille les auteurs d’où leur mésentente et le départ de Ly. La décision d'Oumar Tatam Ly. lors de son déplacement au Maroc. Que Dieu nous en protège. N'en déplaise à nos altermondialistes et autres gauchistes. dira aux Maliens réunis que des erreurs ont été commises. Triste constat. Boubacar SOW boubacars ow@hotmail. Amère réalité. IBK. notre sauveur suprême. le Fmi (Fonds monétaire international) s'est durablement ancré dans notre paysage institutionnel.que le peuple veut la justice et non la compassion. en ce qui concerne des malversations à hauteur de milliards. que la raison ne soit du côté du plus cruel. Sans cette réforme. ce capitaine forçant l'admiration. IBK fut élu pour nous assainir la justice. hélas. Par la suite.fr Merci au FMI ! Créé pour appuyer les économies fragiles. notamment le contenu de sa lettre de démission. Le monde est ainsi depuis la nuit des temps. cette espèce rare Thomas Sankara. Toute personne devenant juge par pistons vivra du piston toute sa vie. IBK dira un soir sur l'Ortm que des Maliens ont écrit au . il y aura reproduction des espèces car un mauvais arbre produira toujours un mauvais fruit. Son aide était supposée de nous aider à nous passer de l'aide pour paraphraser feu le respectable héros de l'Afrique. Nos pays sont devenus des malades chroniques ayant besoin ad vitam eternaem des médicaments du docteur Fmi. Il est à craindre avec la façon dont vont les choses qu'un jour au Mali. lettre qui annonçait sa démission à lui seul et non celle du gouvernement.

Après les publications du rapport de la Cour suprême et du Bureau du Vérificateur. Chaque Malien connaît en âme et conscience un exemple patent. Ils changent de ligne de défense. Les crises traversées et que continue de traverser le Mali nous obligent à nous engager. moqué et bafoué. c'est IBK lui-même. Le peuple du Mali a été trop longtemps spolié. À l'échelle d'une simple famille. Pour eux. Si réellement il y a eu des Maliens qui ont eu le courage d'écrire et de dénoncer les fraudes. Le Prince du jour doit enfin comprendre que le Mali a besoin de stabilité dans la justice pour son essor. Vraiment bravo à eux pour leur patriotisme. les injustices entre enfants et entre co- épouses sont à la base de tant de familles jadis grandes et craintes. jaloux et méchants. IBK a été trahi. les inconditionnels et les valets du régime ne traitent plus les patriotes de «hassidis» (égoïstes). le fils du très tristement célèbre Cheickna Kagnassy dans la conscience collective des années Tiécoro-Kissima ? Qui a dit au Maroc qu'il ne trahira pas ceux qui l'ont aidé à venir au pouvoir ? Dans la vie.Fmi pour dénoncer les fraudes. Rien ne se construit sur du faux. où nous avons juste le même lien avec la terre : la patrie. À plus forte raison sur l'étendue d'un territoire. qui s'est trahi.fr **** Disparition de l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Son fils demande l’implication des défenseurs des droits de l’homme . Boubacar SOW boubacarsow@hotmail. Diantre ! Si trahison il y a eu. Sidi Mohamed Kagnassy. sur pressions du Fmi. La récréation est bel et bien finie. Qui a installé la famille d'abord au pouvoir ? Qui magnifiait. aujourd'hui disloquées. Merci au Fmi pour l'accompagnement du peuple afin que les affaires éclatent. aigris. il y a un moment où il faut savoir terminer le banquet. à dire non.

Il s’agissait de solliciter le soutien de la presse malienne afin que triomphe. Dr. Selon Ibrahim Ibni Oumar Mahamat Saley. Du Maghreb au Cap en passant par le Sahel et l’Equateur. En Algérie. Comme chacun le sait. ceux-là mêmes qui se disaient défenseurs des valeurs universelles de la démocratie. naguère. Mehdi Ben Barka. de tortures. ancien ministre des Affaires étrangères (1963). celui de tous les défenseurs des droits de l’homme en Afrique. Au Tchad. de disparitions et d’arrestations arbitraires dont étaient victimes des citoyens qui avaient émis une idée contraire en rapport avec la gestion de la chose publique. le Pr. de 1958 à 1990. panafricaniste et anti-colonialiste assassiné à Paris en France dans les années 65. Outel Bono. homme politique assassiné en 1961. fils de l’opposant tchadien disparu. furent assassinées des personnalités politiques dont les plus connues sont. un jour au Tchad. des régimes africains se sont illustrés par des pratiques sanglantes et sanguinaires dans le but de conserver le pouvoir pour le pouvoir avec la complicité tacite de certains puissants de ce monde. un homme politique. nombreux étaient des Africains qui ont cru au processus de démocratisation de l’Afrique. estimant que le temps des dictatures révolu et croyant à la . À l’en croire. Le continent présentait un tableau sombre.De passage à Bamako la semaine dernière dans le cadre du Colloque international sur la sécurité au Sahel. Salah Ben Youssouf. le but de cet exposé n’est pas de s’appesantir sur la rétrospective des cas d’assassinats en Afrique. fut assassiné à Paris en 1973. des droits de l’homme et de la justice. Mohamed Khémisti. déclenché par la conférence de Baule en 1990. Ibni Oumar Mahamat. l’Afrique indépendante a cependant enregistré une série d’assassinats de personnalités politiques dont le seul tort est d’appartenir à des mouvements plus ou moins pacifiques qu’ils conduisaient et qui. en Tunisie. vu le gigantesque lot d’assassinats. victimes de la barbarie. leader socialiste de l’opposition marocaine. mais de chercher à analyser les motivations des régimes africains à enfreindre toute voix discordante. l’Afrique au lendemain de son indépendance fut marquée par l’avènement des pouvoirs autoritaires répressifs. Ainsi. toute action populaire visant à une remise en cause d’un pouvoir despotique. la vérité sur les conditions de disparation de son père. Ibrahim Ibni Oumar Mahamat Saley. au Maroc. Mohamed Khider (1967) et Krim Belcacem (1970) . étaient considérés par des pouvoirs en place comme des actions subversives. était face à la presse jeudi dernier à la Maison de la presse. C’est pourquoi.

Durant 24 ans. «En cet instant que chacun devine si important pour l’avenir du Tchad. nous aurions pu vous dire que nous avions honte. la honte. En un mot. L’émotion. titanesques. Il s’est levé parce qu’il croyait en un Tchad meilleur. débarrassé de la gangrène de la haine et de la division. mais cette honte n’aurait pas traduit. Parmi ces hommes. Il était l’une des rares voix autour desquelles se sont rassemblés ceux qui désirent sortir le Tchad de la spirale de la violence et de coups de force qui emportent toute aspiration . d’exécutions sommaires et de supplices abjects. il dira que le Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh a sacrifié sa vie pour des idéaux universels aussi nobles que la démocratie et la justice au Tchad. non à la tyrannie. Parlant du combat de son père.la grande majorité. pour promouvoir ses idéaux et porter aux nues son idéal». Mais durant ces 24 ans. a dit le conférencier. non à l’injustice. nous aurions pu essayer de la qualifier. non à l’arbitraire. Il y a des indignations si puissantes. un repaire où foisonnent toutes sortes de comportements anti-patriotiques et rétrogrades. au fil des années. cette illustre figure de la politique tchadienne a fait montre d’une exemplarité et d’une grande rectitude morale dans un pays devenu. nous ne pouvons nous empêcher d’éprouver une émotion sincère et profonde. bafoué dans ses droits les plus fondamentaux. cette émotion. Cela s’est passé malheureusement pour certains au prix de leur vie. pour l’avenir de chacun d’entre nous. un pan entier de notre peuple . mis au ban de l’humanité. le parti pour les libertés et le développement (PLD). il y avait le Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh. un dictateur sanguinaire porté illégitimement au pouvoir et ses soudards ôtaient peu à peu tout ce que le Tchad a pu conquérir en trente ans d’existence. en Afrique et dans le reste du monde. l’âme des Tchadiens saignait. comme c’est le cas du Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh. Durant 24 ans.était privé de sa dignité. avec assez de force. Il a alors fondé son parti politique d’opposition. Il s’est levé pour dire non. Avant d’ajouter : «Durant 24 ans. Il y a des colères si intenses qu’il serait inutile de chercher à les rendre pleinement par la simple force du verbe. ce que nous ressentons en cet instant. se sont jetés dans une lutte pacifique pour apporter des réponses démocratiques aux exigences de leurs pays respectifs. nous aurions pu essayer de la définir. Durant 24 ans.possibilité d’une alternance. «Tout au long de sa carrière. des hommes croyaient pouvoir en asservir d’autres à grand coup de pétrodollars. Cette émotion. des hommes se sont levés. sont celles-là. dévastatrices». des courroux si indescriptibles qu’il n’existe pas de mots assez forts pour les nommer. la révolte que nous éprouvons en cet instant.

Face aux accusations persistantes de corruption et de détournements de deniers publics formulées par le PDS et son chef depuis plusieurs mois. a-t-il conclu. la seule «réponse» apportée alors par le ministre de l’Economie et des Finances a été de souhaiter qu’Arcelor Mittal veuille bien rendre publique la délibération ayant sanctionné l’accord entre les deux parties ! C’est à croire que les électeurs sénégalais avaient élu le magnat anglo-indien Lakshmi Mittal à la présidence de la République du Sénégal ! Ce niveau de dissimulation est effarant pour un gouvernement élu justement pour mettre un frein à la mal gouvernance. il était le porte-parole de l’opposition démocratique tchadienne». c’est fondamentalement la gouvernance d’un Macky Sall incapable de réaliser une synthèse opérationnelle. Sur Arcelor Mittal. Les affaires opportunément brandies par Me Wade. Le Professeur Ibni est devenu un des emblèmes de l’opposition non armée et démocratique dans ce pays asphyxié par l’inhumanité et les conflits de ces dernières décennies. Si le pouvoir se refuse . On ne reviendra pas sur les impostures coupables de Me Wade depuis sa défaite de mars 2012. active et crédible contre le mal qui a essentiellement perdu son prédécesseur : la corruption. Entre un ancien Président de la République qui n’a absolument plus rien à perdre du moment que son fils croupit en prison. sans aucune perspective sérieuse de sortir du tunnel de Rebeuss à très brève échéance. celles de Mittal et Petro Tim. Nous nous souvenons. le régime Sall s’accroche mollement à de fragiles bouées de sauvetage qui ne semblent pas devoir résister longtemps à la furia libérale. en sont les reflets pertinents. et un chef d’Etat en exercice qui cristallise les déceptions autour de sa personne. Devant l’Assemblée nationale au mois de juin dernier. la posture du gouvernement est intenable. tout devient possible. Alhousseini TOURE Wade contre Sall : déjà un vaincu ! Il ne faut pas se faire d’illusions : la guerre mortelle que se livrent Abdoulaye Wade et Macky Sall par le frère de ce dernier interposé risque d’être longue et dangereuse pour tout le monde.démocratique et de réelle liberté. Ce qui est en cause aujourd’hui.

mais dans un combat entre citoyens politiciens et autorités d’Etat. c’est que. autant le pouvoir ne pose aucun acte décisif qui renverrait durablement l’ancien chef d’Etat sur les cordes du ring. Cette journée va rentrer dans les mœurs le dernier samedi de tous les mois à Bamako. s’entend. se réfugie aujourd’hui dans une posture défensive. Au cours de la présente séance. on ne comprend pas non plus pourquoi Macky Sall et ceux qui l’entourent préfèrent prolonger la polémique au détriment d’une expression définitive de la vérité. C’est à ces dernières de rassurer tout le monde. Leur ligne de défense est devenue une rengaine obsolète : «Abdoulaye Wade n’a qu’à amener ses preuves». Les temps changent ! Momar DIENG Depuis Dakar **** Journée nationale de la pratique sportive au Mali Le Premier ministre montre la voie Le Boulevard de l’indépendance a accueilli le samedi 29 novembre 2014 au matin à 7h00 le lancement de la journée nationale de la pratique sportive au Mali. Le problème. autant on ignore le degré de fiabilité des propos et documents de Me Wade. on est enclin à croire qu’il cherche à se protéger en ne posant aucun acte qui s’avérerait être un mensonge. Ça ne doit pas être si compliqué ! En attendant. un jour ou l’autre.à faire un communiqué de presse en bonne et due forme sur cette question. cadres du ministère des sports. lycéens sportifs de Kabala. À propos de Petro Tim. si elles en ont les moyens. . sur des cas présumés de corruption et de concussion. Nous ne sommes pas devant un tribunal où les preuves incombent à l’accusateur. Si Macky Sall n’a rien à se reprocher sur ce dossier pétrole. si bien sûr vérité il y a. c’est ce Président élu à près de 66% des électeurs et qui. Un mensonge d’Etat. le seul vaincu de ce feuilleton à milliards de francs Cfa. préférant les mots et paroles de certains ministres. les moyens et la puissance de l’Etat doivent lui permettre d’éclairer la lanterne assombrie des Sénégalais. supporters de l’équipe nationale de football et amateurs ont pu renouer avec les principes de la marche sur quelques centaines de mètres puis la course.

et du côlon. a de très nombreux bienfaits. Elle lutte efficacement contre le stress. c’est trop. l’anxiété. Elle réduit le risque de diabète et aide à mieux équilibrer le taux de sucre dans le sang (glycémie). de la prostate chez l'homme. Nous ne voulons pas de problème dans notre quartier». Source : CCINT Primature **** Fermeture de la mosquée de Badalabougou La population réclame sa réouverture «Trop. parfois insoupçonnés. Elle améliore le processus de vieillissement et protège contre la perte d’autonomie. Elle est efficace pour le maintien du poids de forme et peut réduire les risques d'obésité. Nous sommes fatigués. M. Elle protège contre certains cancers en particulier celui du sein chez la femme. au-delà de l'amélioration de vos performances sportives.M.En compagnie du ministre des Sports Housseïni Amion Guindo. Elle facilite la stabilité de la pression artérielle. Après le Boulevard de l’Indépendance. La pratique régulière d’une activité physique. . Ce cri de cœur a été lancé par la population de Badalabougou. Elle améliore le sommeil. Elle protège contre la survenue des maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde et angine de poitrine). le Premier ministre a estimé qu’il s’agit là d’une activité recommandée pour la bonne santé à pratiquer plus régulièrement. le dimanche 30 novembre 2014. Elle réduit le risque de lombalgies. En donnant l’exemple. Nous demandons aux personnes de bonne volonté de nous aider. le Premier ministre a pris part aux activités commémoratives du 25è anniversaire de la convention relative aux Droits de l'Enfant (CDE) au CICB avec comme thème national «Pour une réponse concertée en faveur des enfants touchés par le conflit armé». quel que soit l’âge. Elle permet d’avoir une bonne condition physique ce qui. la dépression. facilitera votre vie quotidienne. rapporte le Figaro. à l’école Mamadou Séméga. Nous voulons la réouverture de notre mosquée. Mara et Guindo ont voulu indiquer la voie à suivre pour que les Maliens en général se réconcilient avec le sport physique. au cours d’une Assemblée générale organisée par l’Association des notables dudit quartier.

quand l’Imam principal de la mosquée. ne savons plus que faire. D’entrée de jeu. la population dudit quartier a demandé la réouverture de la mosquée au cours de cette assemblée générale. population de Badalabougou. il fallait donc le remplacer. sa succession a généré des conflits entre les prétendants au poste d’Imam et les fidèles acquis à leur cause. Nous demandons aux personnes de bonne volonté de nous aider pour que la mosquée puisse être rouverte. Nous allons toujours continuer à négocier pour une issue favorable au problème». et quelques opposants soutenus par Babou Yara veulent qu’Ibrahim Gamby dirige les prières. afin de trouver une solution à l’amiable. Cette opposition a provoqué la fermeture de la mosquée. Conséquence : la mosquée a été fermée au grand dam de la population de Badalabougou. qui n’a pas de maison et qui n’est pas de Badalabougou. unie derrière le chef de quartier Adama Koné. . C’est ainsi que l’association des notables de Badalabougou a organisé une assemblée générale afin d’informer la population des démarches entreprises par le chef de quartier. Dans cette affaire. ceux-là qui sont à la base de la fermeture doivent se mettre en tête qu’ils vont répondre demain devant le Bon Dieu. comment cette personne peut être l’Imam de ce quartier ?» s’interroge Idrissa Soumano. Préoccupée et fatiguée par cette situation. Avant d’ajouter que «c’est une partie infime de la population de Badalabougou qui s’oppose à la désignation de l’Imam Sory Magadji. C’est ainsi que le chef de quartier avait procédé à son remplacement par Sory Magadji. l’affaire remonte à quelques mois. «Quelqu’un qui ne dort pas à Badalabougou. qui dirigeait les prières. fut évacué en France à la suite d’une maladie. la situation reste inchangée. après plusieurs démarches initiées par le chef de quartier de Badalabougou. Nous. «La mosquée de Badalabougou est fermée.Après le décès de l’Imam principal de la mosquée de Badalabougou. Youssouf Diaby. il y a bientôt deux mois. Adama Koné. La majorité de la population. Selon lui. a déclaré le Secrétaire de l’association des notables. Adama Koné a rappelé les faits qui sont à l’origine de la fermeture de la mosquée. a choisi l’Imam Sory Magadji. Toute chose qui n’a pas plu à certains fidèles soutenus par Babou Yara. Youssouf Diaby. pas la majorité». À l’en croire. et c’est son adjoint. Idrissa Soumano. Sory Magadji. il y a trop de non-dits. qui voulaient que l’Imam soit Ibrahim Gamby. Quand Youssouf Diaby est décédé des suites de sa maladie. En effet. Ce n’est plus à cause du Bon Dieu.

on doit se soumettre à cela». Nous demandons aux opposants de nous laisser à cause de Dieu. était face à la presse mercredi 26 novembre 2014 dans l’enceinte du Fonds de la solidarité nationale sis au Quartier du fleuve. Objectif : . a déclaré le Secrétaire général de l’association des notables de Badalabougou. Ibrahim Gamby a fait 4 mosquées et il a été chassé partout. Avant de poursuivre : «Un Babou Yara qui se permet de dire : je vais mettre fin au mandat du chef de quartier et de l’Imam. C’est une mosquée qui appartient à la population de Badalabougou et ce que la majorité veut . L’Imam de la mosquée a été toujours désigné par nos parents. il n’y a que deux seulement qui s’opposent à la désignation de Sory Magadji. «Nous ne voulons pas qu’on mette le feu à Badalabougou. La mosquée de Badalabougou appartient à la population. directeur de Friend’s Production et présentateur de l’émission. Je demande à tous les Maliens d’aider la population de Badalabougou pour que la mosquée puisse rouvrir.Il a précisé par ailleurs que sur les 15 conseillers du chef de quartier. quoi qu’il arrive. ici». c’est de rouvrir notre mosquée». mais c’est Dieu qui a de la force. Tout ce que nous demandons. a-t-il déclaré. Et à cette habitante très remontée de pester : «Nous sommes fatigués par cette situation. il est qui pour se prêter à ce jeu à visage découvert ?» Abdoulaye Sissoko. Tout le monde est unanime sur le choix de Sory Magadji. Nous demandons au gouvernement de rouvrir la mosquée pour que nos pères et mamans puissent prier dans la quiétude. Je lance un appel au président de la République afin qu’il prenne ses responsabilités pour que la mosquée puisse rouvrir». conseiller du chef de quartier enfonce le clou : «Nous montrons aujourd’hui à l’opinion nationale et internationale et au gouvernement que le problème d’Imam est fini chez nous. Nous ne sommes pas d’accord. Mohamoud Dicko lui-même l’a chassé chez lui et il veut nous l’imposer. La mosquée va revenir à la population de Badalabougou. «Nous ne connaissons pas autre Imam que Sory Magadji. Même son de cloche du côté d’Istapha Diarra. Diango COULIBALY 2ème édition de l’émission philanthropie Les veuves à l’honneur Dans le cadre du lancement de la deuxième édition de l’émission Philanthropie. Nous n’avons pas de force. Tembely Abdoulaye Namandy. C’est pourquoi nous sommes en train de négocier.

en plus du mois d’octobre qui sera retenu comme étant le mois de la philanthropie. pour cette deuxième édition. ne pas avoir de source de revenus et supporter la charge de plusieurs enfants. Ségou. à la faveur de la première édition. Pour rappel. La sélection se fait dans chaque région par une équipe constituée par les directrices régionales de la promotion de la femme et les directions régionales du développement social et humanitaire. Quand on sait ce que représente le mois de février pour les Ségoviens ! En effet. aux veuves de chaque région du Mali. c’est durant ce mois-ci que se tient à Ségou le Festival sur le Niger qui entraîne la participation massive des personnes ressources. C’est durant ce mois que les organisateurs vont choisir une nuit pour récompenser les hommes. c’est une opportunité pour chercher des partenaires œuvrant dans le social.977. Et l’enregistrement de la première émission se fera au mois de janvier prochain à Sikasso. dira le producteur et présentateur de l’émission Abdoulaye Namandy Tembely. en coproduction avec l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali (ORTM). ne compte pas s’arrêter à la ville de Bamako seulement. M.135 Fcfa.436 Fcfa.donner plus de détails sur le déroulement de la nouvelle édition qui sera consacrée. l’équipe de Philanthropie fera le déplacement dans toutes les régions du pays en vue d’apporter un plaidoyer à une veuve de chaque région. Tembely voudrait compter sur l’appui de tous afin d’offrir un toit à une veuve dans chacune des régions du Mali. viendra le tour de la cité des Balanzans. Et les plans conçus pour la construction des maisons sont de trois ordres : le premier type de maison a une valeur de 7. 8.389 Fcfa et enfin le troisième type de maison a une valeur de 10. En plus du district de Bamako. le directeur général de Friend’s Production.832. Ces fonds provenaient des personnes âgées et des structures qui sont accompagnées par des associations de l’extérieur. pour la réalisation de la deuxième édition de l’émission estampillée humanitaire et social.932. toutes les émissions seront réalisées dans une durée de 9 mois. De ce fait. C’est pourquoi. le deuxième. les femmes et les structures qui sauront faire preuve de bonne volonté dans les domaines de l’humanitaire et du social. il faut que tout le monde (les autorités . en février. Les critères qui prévalent à la sélection de ces veuves sont les suivants : ne pas avoir de soutien pertinent. Pour Abdoulaye Namandy Tembely. «Pour que cette édition soit un succès sans faille. en plus de Bamako. Friend’s Production. «C’est une manière d’encourager les uns et les autres à œuvrer dans l’humanitaire». plus de soixante millions ont pu être récoltés pour venir en aide aux enfants en situation difficile. Après Sikasso.

poursuivra-t-il. le député de Ouélessébougou a été interpellé et placé sous mandat de dépôt suivant une procédure dite de flagrant délit. mesurant la gravité et la délicatesse de la situation : -Constate. au calme et à la sérénité pour un règlement heureux et rapide de l’affaire. administratives. À la suite de cette malheureuse et déplorable altercation. Le Rassemblement Pour le Mali (RPM) dont est issu l’honorable Bourama Tidiane Traoré.politiques. -Souhaite tout de même que l’immunité parlementaire et la présomption d’innocence soient aussi des garanties constitutionnelles pour chaque député et chaque citoyen .» Massitan KOÏTA (Stagiaire) Communiqué Une regrettable altercation a opposé le mardi 25 novembre 2014 le Juge et le Député de Ouélessébougou. Bamako. P/O BPN-RPM Le secrétaire à la Communication . -Fait entièrement confiance en la Justice malienne pour un heureux dénouement de cette malheureuse et déplorable affaire en vue du maintien d’un climat d’apaisement et de sereine collaboration entre l’Institution parlementaire et l’Institution judicaire . le 29 novembre 2014. à tous niveaux de ses structures sur l’ensemble du territoire. Et il compte sur l’appui de tout un chacun : «On a besoin d’aide et elle n’est pas que financière seulement. que l’effectivité de la séparation des pouvoirs et celle de l’indépendance de la Justice sont une réalité . les entreprises et même la population) s’y implique et montre son intérêt pour la chose». l’honorable Bourama Tidiane Traoré. cadres et responsables. sur plainte du Juge. avec l’incarcération d’un élu du parti majoritaire au pouvoir. -Appelle l’ensemble de ses militants.

approfondissement de la décentralisation. réformes fiscales. culture. santé. 70% du personnel de santé sont sur place contre 75% à Tombouctou et 23% à Kidal. Dans ce domaine. situation des réfugiés et des déplacés. La réunion a constaté plusieurs avancées dans les indicateurs de retour à la normalité et de stabilisation. justice. Mopti ou encore à Bamako. Ainsi dans le domaine de la réconciliation nationale. préparatifs de la 5è réunion du groupe de suivi de la conférence des donateurs. retour des services financiers. Les préfets et sous-préfets sont également effectifs aux postes. forces de sécurité. cohérence des politiques et stratégie de développement. le comité de suivi des engagements de Bruxelles s’est réuni le vendredi 28 novembre 2014 à la Primature sous la présidence du Chef du Gouvernement Moussa Mara. Le Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle et son homologue de l’industrie et de la promotion des investissements ont participé à la réunion. sociaux et de l’administration : financiers.Boubacar TOURE **** Processus de Bruxelles : Des indicateurs optimistes À l’instar de tous les mois. scolaires. retour de l’administration et des services sociaux de base. À Gao. Quelque 35 043 réfugiés ont également regagné le pays. lutte contre la corruption. réalisation du cadastre de Bamako et Kati. les indicateurs sont également favorables dans l’ensemble des circonscriptions des régions de Tombouctou et de Gao avec le déploiement assez satisfaisant des services techniques. état de mise en œuvre des engagements des PTF. Par exemple dans la région de Tombouctou 99% du personnel enseignant est sur place. Dans la région de Gao les écoles sont ouvertes et une grande majorité d’enseignants est sur place. En vue d’une meilleure gestion des populations réfugiées. plusieurs concertations locales (intercommunautaires) se sont déroulées essentiellement dans les régions du septentrion. Cette instance examine plus régulièrement une quinzaine de points : réconciliation nationale. Dans le cadre du retour de l’administration. développement des villes. la chaîne de froid a été renforcée dans l’ensemble . développement rural. climats des affaires. Le retour des déplacés intérieurs se poursuit (plus de 86 000) avec l’assistance de plusieurs organisations internationales. des accords tripartites ont été conclus avec le Niger et le Burkina.

Les études sont donc imminentes comme le sont les travaux de réhabilitation du patrimoine culturel et des manuscrits atteints avec le concours de l’Unesco et de diverses initiatives. Six véhicules pick-up et 18 groupes électrogènes ont été acquis et sont en cours de déploiement. l’essentiel (plus de 9 milliards) a été recouvré. Observatoire national de la ville. etc. La prochaine revue du PRED est prévue à Bamako le 5 février avec la participation du Premier ministre français. Dans ce dernier chapitre plusieurs actions ont déjà démarré au niveau notamment de Tombouctou avec la contribution de la Minusma. Comité interministériel de la ville. Un site web a été créé pour permettre aux citoyens de suivre les actions judicaires de lutte contre la corruption dossier par dossier. Quant aux magistrats nouvellement affectés.7 milliards de Fcfa. Des avancées significatives sont constatées également sur le plan de la décentralisation et du développement des villes : contrats plans des régions. Les mêmes perspectives se présentent à Bamako et Mopti. nouveau statut du district de Bamako. Agences de développement régional dans toutes les régions pour 2015 . de la BOAD. seulement 1/3 des financements passe par le circuit financier du Gouvernement. la gestion de ces biens. San. sur un montant total en cause de plus de 9. . Dans le PRED. Kayes et Mopti où 97 dossiers en information ont abouti à des niveaux de recouvrements intéressants. Cependant. Le dossier des neuf agropoles des régions et de Bamako avance également dans un contexte favorable au niveau du ministère du Développement rural avec de nombreux partenaires intéressés dont la BAD et la Banque mondiale. il est également intéressant de savoir que quelque 3 000 biens immobiliers sont répertoriés comme étant saisis sur des particuliers dans le cadre de divers dossiers d’atteinte aux biens publics selon une estimation à consolider. il est à noter que les partenaires poursuivent les engagements et les décaissements dans le cadre du PRED à l’instar de la Banque mondiale. ils disposent de 30 jours pour effectuer les formalités de passation. À Kayes. outre l’adoption de nouveaux textes plus dissuasifs et le projet d’un office central. par défaut de suivi rigoureux. Dans le domaine de la lutte contre la corruption. Les régions du nord seront privilégiées également pour l’affectation des 185 agents en instance de recrutement en rapport avec l’OMS et GAVI en plus des 433 de la Fonction publique dont du personnel spécialisé. Dans ce chapitre. du Canada et de la France.des localités. Bandiagara et Bougouni. requiert des améliorations du moment où ils tombent dans le patrimoine de l’Etat. Enfin. d’excellents résultats sont enregistrées au niveau des pôles de Bamako. Les justices (tribunaux) de paix à compétence étendue ont été remplacées par des tribunaux d’instance (collégialité) à Niono. Yélimané.

C’était le mercredi 26 novembre 2014 au Grand hôtel de Bamako. de renforcer l’accès équitable des femmes aux ressources de construction et de l’aide humanitaire et d’améliorer l’accès aux services de protection pour les femmes et les filles. à la justice. Konaté Bintou Maïga. Selon la directrice de l’Ong Aprofem. financé par le programme «Femme.Source : CCINT Reconstruction et actions humanitaires Aprofem engage les femmes L’Association pour la promotion de la femme et de l’enfant au Mali (Aprofem) a organisé une table ronde des bailleurs en vue d’un accès équitable des femmes aux ressources affectées à la reconstruction et aux actions humanitaires. à la réconciliation. Il s’agit d’accroître les opportunités en faveur de la participation de beaucoup de femmes au processus de renforcement de la paix . Le chargé d’affaires à l’Ambassade des Etats-Unis. La présente table ronde concerne la 2ème composante et vise le renforcement des actions déjà en cours relativement aux droits de l’homme. sa structure. Traoré Hawa Ali Traoré. paix et sécurité» de l’Ambassade des Etats- Unis. La table ronde s’inscrit dans le cadre du projet «Amélioration de la participation des femmes maliennes au processus de renforcement de la paix et de reconstruction du pays». Le projet est axé sur trois composantes majeures. Andrew Young et de la directrice de l’Aprofem. a souligné que les conflits peuvent être efficacement évités et la paix peut être . en présence du chargé d’affaires à l’Ambassade des Etats-Unis. La cérémonie d’ouverture de cette table ronde était présidée par la représentante du ministre de la Promotion de la femme. à la reprise des activités économiques pour les femmes et les filles. fidèle à ses idéaux de promouvoir la femme au Mali depuis sa création en août 1992. a été de tous les combats en faveur du bien-être des femmes au plan économique. Mme Traoré Hawa Ali Traoré. de l’Enfant et de la Famille. Andrew Young. politique et socio culturel.

mais aussi lorsque leur vie est protégée. ce parti a eu du mal à trouver un chef qui fait l’unanimité et pire. En France.000 bénéficiaires dont 3. au sein de l’UMP.400 femmes et 1. le débat est au centre de plusieurs discussions dans les rues de Bamako. visant 5. un général doit servir. Pour la représentante du ministre de la Promotion de la Femme. au sein de cet ancien parti au pouvoir. Dans l’armée tout comme en politique. de l’Enfant et de la Famille. . même si l’avis est loin d’être partagé par tous. Peace Security Grant). Il a annoncé que l’Ambassade des Etats- Unis a reçu des fonds pour le premier Programme de Subvention Femmes Africaines. a pour ambition d’accélérer le soutien aux femmes comme des animatrices essentielles de la paix. tant qu’il peut. la prise en compte des préoccupations des femmes dans le processus de reconstruction en cours et des actions humanitaires constitue une des préoccupations du gouvernement. de la sécurité. de la stabilité et du développement. ce projet de 18 mois. depuis le départ de Sarkozy de la Présidence française. leurs expériences considérées et leur voix entendue. aujourd’hui.600 hommes à Mopti. Notons que la cérémonie a pris fin par la signature du tableau d’engagement pour matérialiser cet engagement à l’accès équitable des femmes aux ressources affectées à la reconstruction et aux actions humanitaires. Konaté Bintou Maïga.mieux forgée et durable lorsque les femmes deviennent des partenaires égales dans tous les aspects de la consolidation de la paix et de la prévention des conflits. Paix et Sécurité (African Women. il y a eu plusieurs tendances qui n’ont fait que l’affaiblir. Selon Andrew Young. Diango COULIBALY L’œil du Reporter Sarkozy peut-il inspirer Dioncounda? Sans répondre à la question par l’affirmative. qui seront octroyés à Aprofem pour un montant de près de 105 millions de Fcfa.

cette formation politique était arrivée en troisième position lors de la dernière présidentielle avec son candidat d’alors. L’ex-président de la Transition. L’après-coup d’Etat du 22 mars 2012 a été une période très difficile pour l’Adéma. faute de financements. le sommet du parti est très divisé entre aller à l’opposition ou accompagner l’actuel président de la République.Comparaison n’est pas raison. depuis le départ du Pr. Mais avant. . Me Kassoum Tapo. Au Mali. Soumeylou Boubèye Maïga. Un déclin qui ne dit pas son nom. Dioncounda Traoré. l’Adéma n’a pu obtenir que 16 députés contre 51 dans l’ancienne mandature. Alpha Oumar Konaré. plusieurs fois président du Conseil régional de Gao. Les raisons. et on parle encore du départ d’autres poids lourds de cette formation politique. il y a eu le départ de Sékou Diakité. Pour rappel. le parti Adéma connaît un problème profond avec le récent départ d’Iba N’Diaye. le Premier ministre Moussa Joseph Mara demeure indéboulonnable. Dioncounda Traoré. d’Oumorou Ag Ibrahim Haïdara et de Samba Almahadi. Ibrahim Boubacar Keïta. va-t-il s’inspirer du retour de l’ex-président français Sarkozy à la tête de l’UMP. Rpm». Dramane Dembélé. lors des batailles législatives que notre pays a organisées. sans être dans les secrets des dieux. le parti va mal et il a même de la peine à organiser son congrès. Un coup dur pour les anciens camarades du premier président démocratiquement élu du Mali. En clair. même si plusieurs de nos formations politiques s’inspirent du modèle français. pour assurer la fonction de président de la Transition. un grand parti politique comme l’Adéma-Pasj a de la peine à avoir un commandant de bord autour duquel les Abeilles feront bloc. Aujourd’hui. à l’Adéma ? Wait and see ! Alhousseini TOURE **** Mara tient tête à IBK à cause de la carte bancaire de Michel Tomi «Détesté» par la classe politique qui le voit comme un potentiel adversaire à abattre et presque «vomi par les cadres du parti présidentiel. En effet. Puis.

Ibrahim Boubacar Keïta. C’est une copie de cette carte bancaire que Moussa Joseph Mara détient et qu’il brandit comme épouvantail à faire perdre raison au président de la République. Il a survécu à ce lynchage politique. . Voilà pourquoi Mara tient tête au président de la République. se retrouve confinée dans un document bancaire : une carte bancaire. Michel Tomi. En fin 2013-début 2013. il n’en est rien. Celle du sulfureux homme d’affaires corse. explique notre source. Ces relations vont se prospérer jusqu’à l’élection d’IBK à la Magistrature suprême du Mali. C’est du lourd et du sérieux ! C’est à cause de ce document. D’autant que. Lesquels voulaient le faire tomber à travers une motion de censure. Au fond. surtout de l’opposition. «IBK pense que c’est ce dernier qui a remis copie de cette carte à plusieurs personnes». d’après nos informations. Les adversaires politiques du Premier ministre. Puisque. raconte notre source. sans en écarter d’autres. On fera circuler des rumeurs sur sa démission. croit savoir notre source. Pourquoi tient-il bon ? La raison fondamentale. «Les relevés existent». «c’est le capitaine-général Amadou Haya Sanogo qui a partagé le document avec Mara. Vous ne rêvez pas : l’actuelle Première dame du Mali a fait des achats dans plusieurs boutiques parisiennes avec la carte bancaire de Tomi. elle s’est nouée en 2002 grâce à Bongo père. Au sujet de la relation IBK-Tomi. On lui demandera des comptes et sa démission dans l’affaire de surfacturations révélées par les rapports de contrôle du bureau du Vérificateur général et de la Section des comptes de la Cour suprême au sujet des contrats d’équipements militaires et de l’avion présidentiel. Il résiste contre vents et marées. lâche notre source. Lesquels estimaient alors que Moussa Joseph Mara pouvait être un bon président pour le Mali. C’est à la faveur de ses passages à Libreville qu’Ibrahim Boubacar Keïta a connu Michel Tomi. la France est entrée dans le jeu entre-temps en proposant IBK». les achats de la femme d’IBK se faisaient avec la carte bancaire de Tomi.Tout le monde y est allé de son petit commentaire. aux dires de nos sources. via les leaders religieux». n’entendent pas le lâcher de sitôt. «Malheureusement. qu’un haut gradé de l’armée est maintenu dans les liens d’une détention arbitraire. Et Moussa Joseph Mara en détient des copies à travers l’ex-junte. le «frère» du président de la République. qui affirment que c’était une manière de contenter IBK afin de permettre à ATT de diriger le pays.

sont au courant . Et il a donné plusieurs informations aux militants à la base. Secrétaire général de la section de Bougouni. ces informations corroborent la réalité des relations entre IBK et Michel Tomi. que la Première dame en veut à mort au haut gradé de l’armée injustement incriminé. lors de la campagne présidentielle. Précisons que le premier vice-président et non moins Secrétaire politique de la section de Bougouni. Et pas seulement. ministre de la Justice. et même ceux qui travaillent avec lui à Koulouba ont bénéficié des largesses de Michel Tomi. C’est pourquoi les sous-sections des 26 communes ont pris part à la rencontre. la mise en place des structures à la base.Au demeurant. Pour lui. les militants de la section Fare de Bougouni se sont retrouvés dimanche 30 novembre 2014 à leur siège. Le bourreau de la famille présidentielle. C’était en présence des sous-sections des 26 communes. qui a procédé à l’ouverture de la réunion. a été chargé de le mettre en prison. l’ancien Ambassadeur Souleymane Koné. C’est l’honorable Bakary Woyo Doumbia. comme le souhaitent les Maliens. qui est actuellement en détention. La réunion était présidée par l’honorable Bakary Woyo Doumbia. Sinaly KEÏTA Souleymane Koné à la réunion de la section Fare de Bougouni : «Les Fare n’ont aucun deal avec ce pouvoir qui gère le pays de façon catastrophique» Après la mise en place d’une nouvelle section. de la présidente des femmes et du président des jeunes du parti. Laquelle a été suivie . les Fare n’ont aucun deal avec le pouvoir qui peine à gérer le pays. Lequel a contribué à l’achat de l’avion présidentiel. C’est donc à tort. Secrétaire général de la section Fare de Bougouni. les préparatifs des communales 2015 et les questions de financements. L’ordre du jour portait sur la redynamisation du parti. IBK et tout son entourage. Le but était de relancer les activités. La rencontre de Bougouni visait à relancer les activités du parti. de préparer les communales 2015 et d’aborder les questions de financement de la section. confie notre source. Mohamed Ali Bathily. était aussi présent.

Les questions d’alliance seront gérées en fonction des réalités locales. dit-il. le premier vice-président Souleymane Koné a donné certaines informations sur la position du parti. il ressort que la redynamisation du parti et son implantation continuent. Modibo Sidibé. 4ème aux législatives. Il . doit se faire vite. Après les points inscrits à l’ordre du jour. il a été constaté que certaines communes ne sont pas représentées à la section. Lors de la présentation des membres venus des différentes communes. à Manankoro et à Garalo. Souleymane Koné a soutenu cette position. Nous allons chercher à être maire là où on peut. la réunion a décidé de mettre en place une Commission pour voir comment des sous- sections peuvent être mises en place dans ces communes. Dans les échanges. le parti doit garder sa position lors des communales à venir. la réunion a décidé que les premières ressources proviennent des militants. a dit Bakary Woyo Doumbia. Idem à Bana. Souleymane Koné. Par conséquent. il était en France où il a rencontré les militants Fare. De ce fait. avec un parti et/ou un groupe de partis capable(s) de gagner. Il dira alors aux militants que le président des Fare. Selon Bakary Woyo Doumbia. pour éviter de prendre une décision hâtive. pour lui. il serait nécessaire d’aller à leur rencontre pour voir ce qu’il y a. La réunion a estimé qu’avant toute décision. Il en est de même pour certains camarades qui se font rares dans les activités des Fare. «Notre objectif est d’avoir le maximum de conseillers dans le cercle de Bougouni. est au Canada. Dans la commune de Kéléya. qui sera coordonné au niveau de la section pour en faire un budget global. mais chaque sous-section doit faire attention pour avoir une bonne alliance.des mots du premier vice-président des Fare. plusieurs membres de la section ont fait savoir qu’il y a des militantes et militants de plusieurs partis qui veulent adhérer au Fare. mais il a été demandé à chaque sous-section d’élaborer un budget pour les communales à venir. il serait judicieux de mettre des comités et des sous-sections Fare dans tous les villages et communes afin de bien préparer les municipales à venir. mais nous n’allons pas être gourmands». Ce travail. plus d’une dizaine de formations politiques attendent à la porte des Fare. non moins Secrétaire politique de la section de Bougouni. S’agissant des questions de financements. arguant que les Fare ont été 4 ème à la dernière présidentielle. à défaut de gagner une place en avant. mais avant. parce que le parti est nouveau et suscite actuellement des engouements chez les populations de Bougouni. En effet.

l’honorable Bakary Woyo a informé les militants qu’il est désormais dans le groupe VRD. le député de Bougouni a remis deux ordinateurs au Centre d’Animation Pédagogique (CAP) de Bougouni. Nous ne comprenons pas comment des proches du pouvoir peuvent faire entendre ou supposer ces genres de rumeurs. il est à noter qu’au terme de cette réunion. a-t-il insisté. «Il faut des partis politiques forts et il faut surtout des partis politiques de l’opposition très forts pour redonner espoir aux Maliens. on puisse imprimer une autre gouvernance au Mali en obligeant le gouvernement à dire non seulement la vérité aux Maliens. Pour la question de deal. Nous entendons à gauche et à droite que nous avons été démarchés. la réponse de Souleymane Koné a été on ne peut plus claire. a-t-il indiqué. À les militants Fare disent avoir entendu beaucoup de choses concernant leur parti : qu’il se faire rare et certains pensent même à un deal entre le pouvoir et les Fare. tout le monde connaît la situation actuelle du pays. nous allons aller dans toutes nos sections remobilisées pour leur expliquer la situation actuelle du pays : la gouvernance catastrophique actuelle. il répondra en ces termes : «Nous sommes les seuls à ne pas être au courant de ça. C’est dans ce cadre qu’il était récemment en Turquie au nom de l’opposition. Kassim TRAORE **** . mais nous ne savons pas pourquoi certains font circuler ces rumeurs. «Les Fare n’ont aucun deal avec ce pouvoir qui gère de façon catastrophique le pays.a fait la restitution de la rencontre que la classe politique a eu avec le président de la République sur Ebola et la situation au Nord. Par ailleurs. Et pour qu’avec l’ensemble des forces vives du pays. Avant la fin de la réunion. Cette façon catastrophique ne peut pas continuer. mais aussi en changeant radicalement de façon de faire». pour indiquer la voie à suivre pour obliger le gouvernement à changer de méthodes de gouvernance et de façon de faire pour les Maliens». Par rapport à ces rumeurs. Pour lui. C’est pourquoi. aux Fare. J’avoue que nous sommes les seuls à ne pas être au courant que nous avons été démarchés pour entrer dans le gouvernement».

Cela s’est passé vendredi à Sogoniko. Heureusement que ce n’était pas le cas cette . Environ vingt minutes après. le policier en tenue avoue qu’il n’a pas d’argent sur lui et qu’il attend quelqu’un qui devrait venir lui remettre des sous. étant donné qu’il était en congés. est souvent encouragée. un policier a créé d’énormes ennuis à son frère d’arme. ce dernier se retrouve dans la nature. Histoire banale. nous dira-t-on. Un policier en tenue correcte entre dans un maquis et passe sa commande : Hollandia. ils se livrent souvent en spectacle devant nos concitoyens qui avouent ne pas comprendre leur attitude. il revient et retrouve son «ami policier en tenue civile». Après. ne sachant pas que ce dernier aussi est policier. il crée des ennuis à son collègue policier Cette affaire. l’insécurité qui va crescendo dans notre capitale. Nous ne cesserons de le dire. de voir des altercations entre des porteurs d’uniforme qui tournent parfois au drame. deux. qui paraît drôle à priori. Pour quelques canettes de boissons alcoolisées «Hollandia» dont raffolent les Bamakoises et les Bamakois. un bon moment. profitant d’une petite permission. trois… et il en donne à un de ses interlocuteurs. alors que l’autre en a pour 20 jours. Nous sommes vendredi 21 novembre. Alors qu’ils sont supposés assurer la sécurité de nos populations et de leurs biens. pour ne pas dire entretenue par certains porteurs d’uniforme dont le comportement laisse à désirer.Pour quelques «Hollandia» non payées. Ce qui risque d’alourdir sa sanction dès qu’il reprendra du service. il promet de rentrer et revenir plus tard. souvent en complicité avec des malfrats et autres bandits de grand chemin. Mais. ils en viendront aux mains. Au cours de violents échanges. Une. il est de nos jours fréquent. Finalement. Du coup. Après quelques gorgées de «Hollandia fraîche». se passe dans un maquis de la place. l’affaire atterrit à l’Ecole nationale de police où les sanctions (punitions) tombent : le policier en tenue de ville est maintenu pour 10 jours. n’ayant pas en ce moment réglé l’addition. Mais. Entre-temps. le policier en tenue de ville avait appelé les agents du 7 ème Arrondissement qui débarquent et embarquent les deux éléments. très fréquent d’ailleurs. certains d’entre eux sont de véritables fauteurs de troubles. La tension monte alors d’un cran entre nos deux policiers.

LOMA Comment lutter contre les changements climatiques : le Cercap s’y penche Fidèle à la tradition. Professeur titulaire d’économie à l’Université de Dakar. le ministre de la Planification. de l’Aménagement du territoire et de la Population. scientifiques et techniques.fois-ci. Dans son intervention. C’est pour améliorer le niveau d’information et de connaissance sur la dimension économique des changements climatiques que le Cercap a initié cette présente conférence publique. Bruno E. en présence du directeur du Cercap. de l’Aménagement du territoire et de la Population. le Centre d’études et de renforcement des capacités. Tout de même. La cérémonie d’ouverture de cette conférence était présidée par le ministre de la Planification. Cheickna Seydi Ahamadi Diawara. Boubacar Macalou. sans que cela ne soit perçu. Cette conférence a été animée par Ahmadou Mbaye. L’objectif de cette conférence publique était d’améliorer le niveau d’information des représentants des acteurs sur les concepts et l’approche de l’économie des changements climatiques. C’était le lundi 1 er décembre 2014 à l’hôtel Radisson Blu. Il a indiqué que la question des changements climatiques peut s’analyser comme un problème de bien public. il urge que nos plus hautes autorités assainissent ce secteur vital pour la sécurité de nos compatriotes. d’analyse et de plaidoyer (Cercap) a organisé une conférence publique sur le thème : «L’économie des changements climatiques et ses implications sur les politiques économiques au Sahel : cas du Mali». a rappelé que les changements climatiques constituent l’une des plus grandes menaces pour l’avenir de l’humanité et singulièrement pour l’Afrique. Cheickna Seydi Ahamadi Diawara. nécessitant des actions et mesures individuelles et collectives de toutes les parties . qui devrait constituer le point de départ d’un processus plus important de renforcement des capacités nationales en matière de prise en compte des changements climatiques dans la formulation et la mise en œuvre des politiques publiques de développement. avec gravité par tous les acteurs politiques.

des principaux concepts de l’économie des changements climatiques . de l’approche de l’économie des changements climatiques . Diango COULIBALY . Dans son exposé. le conférencier a parlé du niveau d’émission de gaz à effet de serre des différents pays . de l’orientation stratégiques en vue de la prise en compte de l’économie des changements climatiques dans la formulation des politiques publiques de développement.prenantes les incitant à agir pour l’intérêt général en prévenant les conséquences écologiques désastreuses.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful