Vous êtes sur la page 1sur 4
DOSSIER DE PRESSE Déclaration de candidature Elections législatives 2017 Le 24 mars 2017, Espace Deydier,
DOSSIER DE PRESSE Déclaration de candidature Elections législatives 2017 Le 24 mars 2017, Espace Deydier,

DOSSIER DE PRESSE Déclaration de candidature Elections législatives 2017 Le 24 mars 2017, Espace Deydier, Ucel

Dans quelques semaines les électeurs de la 3 ème circonscription de l’Ardèche auront à choisir leur député(e).

Une élection, c'est l'occasion de débattre des choix essentiels. C'est le moment de mettre en relief le sens de ce qui a été entrepris, mais surtout de tracer des perspectives collectives pour l’avenir.

Un engagement total au service de la 3 ème circonscription de l’Ardèche

Sabine Buis a conçu son mandat de façon équilibrée :

- Entre Paris et la circonscription.

- Entre travail de fond et proximité.

- Avec une seule démarche : du plus près du terrain, jusqu’à l’hémicycle.

- Avec une seule ambition : avoir une parole qui porte à l’Assemblée pour être utile à l’Ardèche.

Durant ces cinq années :

- Toutes les communes ont été visitées.

- Toutes les Communautés de communes ont été rencontrées.

- Des permanences ont été tenues dans les Bistrots de Pays.

- 1200 administrés ont été reçus en permanence, pour plus de 6100 dossiers traités.

- 777 amendements ont été signés et plus de 1000 interventions effectuées.

- L’ensemble des activités ont été retranscrites : Blog, Facebook, Journal annuel de Votre Députée.

Le bilan de Sabine Buis au Parlement

Sabine Buis s’est fait un nom au niveau national en s’investissant plus spécialement sur le dossier transition énergétique sur lequel elle est devenue une référence.

Le Gouvernement et le Groupe socialiste à l’Assemblée nationale se sont tournés vers elle pour l’élaboration des textes de loi touchant à ces sujets :

- Elle a été rapporteure de :

o

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte

o

La loi de mise en œuvre de la participation du public défini dans la Charte de l’Environnement.

- Elle a été responsable de :

o

La réforme du code minier

o

La loi relative à l’interdiction de la culture des variétés de maïs génétiquement modifiés.

Il est rare, dans un premier mandat, de se voir confier la responsabilité de textes aussi importants.

A l’Assemblée, elle a également défendu et déposé des amendements sur des sujets variés, qui sont aujourd’hui autant de mesures gravées dans le marbre de la loi :

- La baisse de la CSG pour les retraités modestes

- La mise en place d’un crédit d’impôt en faveur des associations

- L’augmentation de 60% de la Dotation de l’Etat aux Territoires Ruraux (DETR).

- Le délit d’obsolescence programmée

- L’obligation de l’introduction de 40% de produits locaux dans la restauration collective.

- La défense des appellations viticoles.

-

L’obligation de présenter un casier judiciaire vierge pour les candidats à des élections

-

 

Le bilan de Sabine Buis en circonscription

En circonscription, Sabine Buis s’est démultipliée pour porter les projets, de façon républicaine, sans esprit partisan, en accompagnant toutes celles et ceux qui s’engagent pour l’Ardèche.

Elle a su trouver à de nombreuses reprises le soutien économique de l’Etat, du Département et de la Région sans oublier celui de l'Europe. Elle a directement octroyé 650 000 euros de réserve parlementaire aux projets et associations du territoire, et en a publié la liste en toute transparence, chaque année, avant que cela devienne une obligation légale.

Voici 1+7 exemples sur lesquels elle a souhaité revenir, pour témoigner de son travail :

- La réforme du code minier

o C’était un engagement devant les ardéchois. Sabine Buis l’a tenu. Elle a fait adopter un amendement interdisant toute exploration et exploitation d’hydrocarbures non- conventionnels, quelque soit la technique utilisée.

- 1) Le monde économique

o

En votant les mesures de baisses d’impôts et de cotisations sociales : le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), le Crédit d’impôt recherche, la fin des cotisations patronales de sécurité sociale payée à l’Urssaf pour un salaire payé au SMIC…. Pour un montant de 40 milliards d’euros en 2017.

o

En appuyant la création du dispositif Embauche PME, pour les PME ou associations de moins de 250 salariés, embauchant un salarié. En Ardèche, il y a déjà eu 4 875 « embauches PME ».

o

En luttant contre le travail illégal et la fraude au détachement, avec notamment la carte d’identité professionnelle du BTP.

- 2) L’accès à une scolarisation de qualité

o

Octroi de 33 postes d’enseignants supplémentaires en Ardèche alors même que le nombre d’élèves diminue.

o

Dans les zones de montagne, avec une dérogation aux ouvertures et fermetures de classes en fonction de la démographie scolaire, de l’isolement, des conditions d’accès.

o

Scolarisation en milieu ordinaire pour les élèves en situation de handicap. Aujourd’hui, notre circonscription dispose de 11 Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire (ULIS).

- 3) Le renforcement de l’offre de soins sur notre territoire

o

Renouvellement de l’autorisation de l’activité de néonatalogie du Centre Hospitalier de l’Ardèche méridionale (CHARME).

o

Renforcement financier des hôpitaux de proximité au titre de leur rôle pour l’accès aux soins et non plus seulement en fonction de leur seul volume d’activité. Ce nouveau financement de 420 millions d’euros concerne notamment les hôpitaux de Chambonas, Vallon-Pont-d’Arc, Largentière, Villeneuve-de-Berg et Joyeuse.

o

Financement des maisons de santé dans toute la circonscription : Villeneuve-de-Berg, Jaujac, Labégude, Aubenas, Largentière, Joyeuse, Les Vans, Vals-les-BainsCréation d’un Centre de santé à Aubenas, qui garantit les tarifs conventionnels des médecins sans dépassement d’honoraires, et le tiers-payant.

- 4) Le modèle agricole ardéchois

o

La castanéiculture :

En permettant une rencontre dès 2013 entre les castanéiculteurs ardéchois et le Président de la République à l’Elysée, qui a abouti à une indemnisation des exploitations ravagés par le cynips.

o

La viticulture :

En déposant une résolution afin de maintenir la réglementation viticole, notamment par la distinction stricte des vins bénéficiant d’une AOP et d’une IGP, des autres vins sans distinction géographique. Cela permet de protéger le savoir-faire de nos vignerons et de garantir aux consommateurs une information fiable.

o

L’Apiculture :

En obtenant grâce à un amendement, l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes, tueurs d’abeilles, à compter de 2018.

o

Les zones défavorisées. La Commission européenne a rendu obligatoire la révision du zonage. En Ardèche, cette classification permet de percevoir l’Indemnité Compensatoire de Handicap Naturel qui représente une part très importante du revenu de l'éleveur. Le travail de Sabine Buis, de la Chambre d’agriculture, des services de l’Etat… a permis la réintégration de 52 communes ardéchoises qui auraient du quitter le dispositif.

- 5) Les projets culturels

o Classement à l’UNESCO de la Caverne du Pont d’Arc. Elle représente un investissement de plus de 55 millions d’euros. L’un des plus importants projets culturels sur le territoire français qui rayonne sur toute l’Ardèche méridionale et la Montagne.

- 6) La transition écologique du territoire

o

Expérimentation du chèque énergie en Ardèche. Il élargit l’aide qui permet d’accompagner les ménages les plus modestes dans leurs factures.

o

Projets de développement des énergies renouvelables avec la construction sur le site de Lanas, de l’un des plus importants parcs photovoltaïques de la région et la mise en service, sur le site de l’Aven d’Orgnac, d’une centrale photovoltaïque innovante.

o

Labellisation Territoires à Energie Positive, pour 3 Communautés de Communes de la circonscription, débloquant ainsi des subventions à hauteur de 3 millions d’euros qui seront engagées au profit de la transition écologique dans ces territoires.

- 7) L’accès aux services publics :

o

Obtention d’aides :

En Ardèche, les aides publiques à l'investissement local ont atteint 16,1 millions d’euros en 2016 (9,7 millions d’euros de DETR + 20% pour 119 dossiers, et 6,4 millions d’euros de Fonds de Soutien à l’Investissement Local nouvellement créé). Pour l’année 2017, ce sont 2,2 milliards d’euros supplémentaires qui viendront aider les territoires ruraux.

o

Renforcement des services publics :

10 maisons de services au public dans la circonscription : Coucouron, Lachamp- Raphaël, Thueyts, Saint-Etienne-de-Lugdarès, Valgorge, Les Vans, Grospierres, Antraigues, Largentière, et Vallon-Pont-d’Arc.

Ré-organisation des services de Gendarmerie :

Renforcement de l’effectif de la brigade de Thueyts.

La brigade dormante de Valgorge devient une « brigade contact », les portes ré-ouvrent.

La brigade du Béage n’a pas fermé.