Vous êtes sur la page 1sur 27

Le courant électrique dans différents milieux

Le courant électrique dans différents milieux Activité 1 Les lois du courant continu 1. Problème  

Activité 1

Les lois du courant continu

1.

Problème

1. Problème   Document 1 : Circuit simple   1. Observez la photographie – document 1.
 

Document 1 : Circuit simple

 

1.

Observez la photographie – document 1.

 

2.

Faites le schéma du montage.

3.

Indiquez par des flèches le sens du courant et le sens de déplacement des électrons.

4.

Complétez le tableau.

   

Symbole

Unité

 

Intensité

   

Quantité d’électricité

   

Temps

   

5.

Rappelez la formule reliant l’intensité d’un courant continu dans un conducteur à la quantité d’électricité qui a traversé toute section de ce conducteur pendant une durée t.

6.

Calculez la quantité d’électricité qui a traversé toute section d’un conducteur en 1 min sachant que l’intensité du courant est de 200 mA.

21

2.

Le multimètre

Le multimètre peut être utilisé en voltmètre (mesure des tensions alternatives ou continues), en ampèremètre (mesure de l’intensité des courants alternatifs ou continus) et en ohmmètre (mesure des résistances).

ou continus) et en ohmmètre (mesure des résistances). Document 2 : Multimètre 7. Quelles bornes utilisez-vous

Document 2 : Multimètre

7. Quelles bornes utilisez-vous pour mesurer :

- une tension continue ou alternative ;

- un courant continu ou alternatif ;

- une résistance.

8. Où mettez-vous le sélecteur de fonction pour mesurer :

- la tension aux bornes d’une pile ;

- la tension du secteur ;

- une tension inconnue.

22

Mesure de la tension aux bornes d’une pile.

Mesure de la tension aux bornes d’une pile. Document 3 9. Recopiez, puis complétez le dessin

Document 3

9. Recopiez, puis complétez le dessin du document 3 en indiquant les fils de connexion et la position du sélecteur.

10. L’indication du voltmètre est 1,35 V. Quelles conclusion tirez-vous de cette expérience ?

11. Si on avait lu l’indication de « - 1,35 V », qu’aurait signifié le signe « - » ?

12. Au cours de la mesure précédente sur quel calibre est placé le sélecteur ? Qu’indiquerait le voltmètre si le sélecteur était placé sur le calibre 20 V ? sur le calibre 200 V ?

13. Que se passerait-il si le sélecteur était sur le calibre 200 mV ?

Mesure de l’intensité

était sur le calibre 200 mV ? Mesure de l’intensité Document 4 14. Observez la photo

Document 4

14. Observez la photo (document 4).

15. Que mesure le multimètre 1 ? le multimètre 2 ?

23

16.

Faites le schéma du montage.

17.

Expliquez la présence des signes (-) sur les écrans.

 

18.

Proposez deux méthodes possibles pour les éliminer.

3.

Loi d’Ohm

19.

Enoncez et formulez la loi d’Ohm en précisant les unités utilisées.

la loi d’Ohm en précisant les unités utilisées.   Document 5   20. On a tracé
 

Document 5

 

20.

On a tracé la caractéristique d’un conducteur ohmique (document 5). Calculez la valeur de la résistance R de ce conducteur. Pourquoi la caractéristique est-elle limitée à environ 18 V et 55 mA ?

21.

Lorsque la tension U AB = 10 V, quelle est l’intensité du courant ? Dans quel sens ce dernier traverse-t-il le conducteur ohmique ?

22.

Lorsque la tension U AB = - 10 V, quelle est l’intensité du courant ? Dans quel sens ce dernier travers-t-il le conducteur ohmique ?

23.

Observez le tableau de mesures d’un autre conducteur ohmique de bornes C et D, le courant électrique circulant de C vers D.

 

U

CD (V)

1,00

 

3,00

4,00

 

I(mA)

 

10,9

 

21,9

24.

Calculez la résistance de ce conducteur ohmique.

 

25.

Complétez le tableau.

 

24

4.

Résistance d’un conducteur ohmique

Facteurs dont dépend la résistance

26. De quels paramètres dépend la résistance R d’un fil cylindrique métallique ?

27. Choisissez la bonne réponse chaque fois qu’une alternative se présente dans le texte suivant :

La résistance augmente lorsque la longueur du fil diminue/augmente. La résistance diminue lorsque la section du fil augmente/diminue. La résistance dépend/ne dépend pas de la nature du métal. Pour comparer la résistivité de différents métaux, il faut mesurer la résistance de fils de différente/même longueur et de même/différente section.

Applications

Ces propriétés sont utilisées pour réaliser, entre autres :

- des fusibles, qui fondent et ouvrent le circuit quand l’intensité atteint une valeur dangereuse pour l’installation électrique ;

- des rhéostats, qui permettent de régler l’intensité du courant dans un circuit.

de régler l’intensité du courant dans un circuit. Document 6 : Rhéostat de laboratoire de résistance

Document 6 : Rhéostat de laboratoire de résistance maximale 100

28. Observez le document 6.

29. Quel est le rôle du curseur mobile ?

30. Pour intégrer un rhéostat dans un circuit électrique, doit-on le brancher en série ou en parallèle ? Lesquelles des deux bornes du rhéostat de la figure 6 doit-on utiliser pour que l’indication de l’index soit exacte ? Quel inconvénient y a-t-il à brancher l’appareil en utilisant les bornes 1 et 3 ?

25

5.

Association de conducteurs ohmiques

31. Complétez le texte suivant :

L’intensité du courant dans un circuit série est ……………

en tout point du circuit. La tension

entre les bornes d’un ensemble d’appareils montés en série est égale à la ……………

des tensions

entre les bornes de chacun d’eux. L’intensité du courant dans la partie ……………

d’un circuit

comportant des branches montées en dérivation entre deux points A et B est égale à la

…………… d’appareils montés en ……………

des intensités des courants qui circulent dans ces branches. Entre les bornes

,

la tension est la même.

V 1 V 2 L L 2 1 12 V
V
1
V 2
L
L 2
1
12 V
L 1 A 1 A 2 L 2 L A
L 1
A 1
A 2
L 2
L
A

Document 7

Document 8

32. Dans le circuit représenté figure 7 les lampes L 1 et L 2 ne sont pas identiques. Le voltmètre V 1 indique une tension de 8 V. Qu’indique le voltmètre V 2 ? Justifiez la réponse.

33. L’ampèremètre A sur la figure 8 indique une intensité de 100 mA. L’ampèremètre A 2 indique 40mA. Qu’indique l’ampèremètre A 1 ? Justifiez la réponse.

R 1 = 18 R 2 = 20 R 3 = 10 R 4 = 20

Ω R 2 = 20 Ω R 3 = 10 Ω R 4 = 20 Ω

Document 9

34. Soit le circuit schématisé document 9.

- calculez la résistance équivalente à l’association AC.

- Sachant que U AC = 12 V , calculez l’intensité I 1 .

- Calculez la tension U 1 , puis U BC .

- Calculez les intensités I 2 et I 3 .

- Calculez les tensions U 3 et U 4 .

26

6.

Effet Joule, puissance

35.

Complétez le texte suivant :

L’effet Joule se manifeste le plus souvent par l’élévation de la …………. des conducteurs électriques, parcourus par un courant. L’énergie électrique consommée en courant continu est égale au …………. de la …………. consommée par la durée t de passage du courant. La puissance reçue par un appareil en courant continu est égale au produit de la …………. à ses bornes par l’…………. qui le traverse. L’unité légale de puissance est le …………., et celle d’énergie le …………. Le kilowatt-heure est l’unité pratique d’…………. électrique.

36.

Un fer à repasser est parcouru par une intensité de 4,54 A quand il est soumis à une tension de valeur 22O V :

- quelle est la puissance consommée par ce fer à repasser ?

- quelle énergie consomme-t-il (en J et en kWh) lorsqu’il fonctionne 45 minutes ?

37.

Un radiateur électrique fonctionnant sous 220 V comporte deux résistance chauffantes de 75 . Trois régimes de chauffe sont possibles en utilisant une résistance seule, les deux en série ou les deux en parallèle. Calculez la puissance du radiateur dans les trois cas.

38.

Deux ampoules marquées « 110 V – 25 W » et « 110 V – 100 W » sont branchées en série sur une prise de 220 V. L’une d’elle « grille » : laquelle ? Expliquez pourquoi.

7.

Protection des installations

39.

Quel est le rôle des fusibles et des disjoncteurs ?

40.

Quel phénomène physique exploitent les premiers ?

41.

Quel risque prend-t-on en remplaçant un fusible par un autre de diamètre plus grand ? plus petit ? ou en remplaçant un fusible par un conducteur quelconque ?

ou en remplaçant un fusible par un conducteur quelconque ? Document 10 42. Les deux fils

Document 10

42.

Les deux fils dénudés qui alimentent une lampe (document 10) sont accidentellement entrés en contact au niveau du point A.

- La lampe ne brille plus. Pourquoi ?

- Le fusible f de l’installation fond-il ?

- Quel est l’appareil que protège le fusible ?

- Que risquerait-il se produire en l’absence de fusible ?

27

43.

Une ligne de dérivation à la maison est protégée par un fusible de calibre 16 A. Peut-on brancher sur ce circuit une machine à laver de puissance 2 800 W et un four électrique de puissance 1 200 W ? Pourquoi ? Que doit faire l’utilisateur ?

8.

La loi d’Ohm pour les générateurs

44.

La tension aux bornes d’une pile s’écrit : U = 6,0 – 2,0 . I (U en volts et I en ampères) :

- Quelles sont les valeurs de sa f.é.m. et de sa résistance interne ?

- Faites un schéma équivalent.

45.

Les bornes d’une pile (4,5 V ; 1,5 ) sont « court-circuitées » par mégarde. Quelle est l’intensité du courant qui traverse la pile ? Commentez ce résultat.

46.

Une lampe de poche comporte une pile de f.é.m. E = 4,5 V et de résistance interne r = 3,3 et une lampe montée en série avec la pile. Lors du fonctionnement, on mesure la tension U aux bornes de la lampe. On trouve : U = 3,5 V :

- Faites le schéma du montage.

- Déterminez l’intensité du courant électrique dans le circuit.

- Déterminez dans les conditions de fonctionnement décrites la résistance R de la lampe.

28

Activité 2 Le courant électrique dans des métaux 1. Nature du courant électri que dans

Activité 2

Le courant électrique dans des métaux

1. Nature du courant électrique dans les métaux.

1. Complétez le texte suivante :

Contrairement aux isolants les métaux contiennent des électrons …………… ; c’est-à-dire des électrons qui ne sont pas …………… aux atomes et peuvent se …………… librement dans toute la masse conductrice. Les atomes qui ont libéré des électrons sont devenus des ions …………… Un champ électrique met en …………… les électrons libres, les cations restent …………… : un courant électrique circule alors dans le fil.

Dans un circuit électrique fermé les fils conducteurs métalliques sont le siège d’un champ électrique E. Chaque électron libre se déplace en sautant d’un ion positif à l’autre. Sa trajectoire est une ligne brisée (document 1). Son mouvement « moyen » s’effectue en sens contraire du champ électrique. Le mouvement d’ensemble de tous les électrons libres d’un fil métallique constitue le courant dans ce fil (document 2).

les électrons libres d’un fil métallique constitue le courant dans ce fil (document 2). Document 1

Document 1

les électrons libres d’un fil métallique constitue le courant dans ce fil (document 2). Document 1

Document 2

2.

Comparez

le sens du déplacement d’ensemble des électrons libres au sens conventionnel du courant

électrique

Toutes les particules qui constituent la matière sont animées continuellement d’un mouvement appelé « mouvement d’agitation thermique ».

3. Pourquoi ce mouvement est-il qualifié de « thermique » ?

4. S’agit-il d’un mouvement ordonne ou d’un mouvement désordonné ?

5. Que peut-on dire du mouvement des cations et du mouvement des électrons libres d’un fil métallique ?

- en l’absence de champ électrique ?

- en présence d’un champ électrique ?

2. Résistivité d’un métal

L’aptitude d’un métal à conduire le courant électrique varie d’un métal à conduire le courant électrique varie d’un métal à l’autre. Chaque métal est caractérisé par sa résistivité ρ . Plus cette dernière est faible, plus aptitude à conduire du métal est grande. La résistance d’un fil conducteur métallique cylindrique longueur l et de section S est donnée par la relation :

R

=

ρ

l

S

6. Exprimez ρ en fonction de R, l et S.

7. Quelle est l’unité de l dans le S.I. ?

En général, la résistivité d’un métal augmente avec la température. Les tableaux de valeurs indiquent les

résistivités

ρ

0 à la température 0 °C (document 3).

Noms des substances

Résistivité ρ 0 en S.I.

Aluminium

2,6 x 10 -8 1,5 x 10 -8 1,6 x 10 -8 5,0 x 10 -8

Argent

Cuivre

Tungstène

Document 3

8. Des métaux du document 3, lequel est :

- le meilleur conducteur ?

- le moins bon conducteur ?

9. Pourquoi les lignes « Haute Tension » sont-elles construites en aluminium plutôt qu’un cuivre ?

10. Calculez la longueur d’un fil de cuivre de résistance 1 et de section 1 mm 2 .

3. Des conducteurs sans résistance

La résistance d’un fil métallique augmente avec la température. A très basse température, cette résistance est faible et en dessous d’une température dite « critique » elle devient nulle. Le matériau est alors dit supraconducteur. La température « critique » pour le mercure est – 269 °C. Pour travailler à des températures aussi basses, il faut utiliser un agent de refroidissement coûteux et peu performant. Pas question de penser à une application industrielle. L’intérêt d’un matériau supraconducteur réside dans le fait que des courants électriques très intenses peuvent y circuler sans échauffement, donc sans perte d’énergie par effet thermique. En 1998, les physiciens ont mis au point des matériaux supraconducteurs à la température de – 73 °C (température facilement réalisable en plongeant les matériaux dans l’azote liquide).

11. Qu’est-ce que la supraconductivité ?

12. Pourquoi est-il difficile d’exploiter des matériaux supraconducteurs ?

13. Quel est l’intérêt de ces matériaux ?

14. Cherchez des domaines techniques où l’on utilise la supraconductivité ?

Activité 3 Le courant électrique dans des électrolytes 1. Problème 1. Observez les photographies ci-jointes

Activité 3

Le courant électrique dans des électrolytes

1.

Problème

1.

Observez les photographies ci-jointes :

1. Problème 1. Observez les photographies ci-jointes : Document 1 : Passage du courant dans la
1. Problème 1. Observez les photographies ci-jointes : Document 1 : Passage du courant dans la

Document 1 : Passage du courant dans la solution aqueuse de chlorure d’étain SnCl 2

Document 2 : Résultat de l’expérience représentée (document 1)

2.

Faites le schéma du montage.

3.

Placez sur le schéma les mots : lampe, pile, électrolyte, électrodes, anode, cathode.

4.

Quels sont les ions présents dans la solution de chlorure d’étain SnCl 2 ?

5.

Quels sont les porteurs de charges qui circulent dans :

- les fils de jonction ?

- le filament de la lampe ?

- les électrodes ?

- l’électrolyte ?

6.

Indiquez sur le schéma le sens conventionnel du courant.

7.

Faites apparaître par des flèches sur le schéma le sens de déplacement des électrons, des ions étain, des ions chlorure.

8.

On réalise une seconde expérience après avoir permuté les branchements aux bornes de la pile. Faites un nouveau schéma du montage et reprenez les questions 6 et 7.

9.

Sachant qu’on observe la formation de cristaux d’étain sur la cathode et un dégagement de dichlore à l’anode écrivez les équations des réactions aux électrodes.

10.

Complétez le texte suivant :

Dans un électrolyte il n’y a pas d’…………

double déplacement des …………… Les ions positifs se déplacent vers l’électrode reliée à la borne

………… pile ou …………

de la

libres. La circulation du courant électrique est expliquée par un

de la pile appelée …………

,

les ions négatifs vers l’électrode reliée à la borne …………

du solvant, l’eau en général.

Ces ions circulent entre les …………

2. Application des électrolyses

Réalisation de dépôts métalliques.

Pour déposer une fine couche de métal à la surface d’un objet conducteur, on procède par électrolyse :

- la solution électrolytique contient des ions du métal à déposer (Ag, Cr, Zn, Ni, Au) ;

- la cathode est constituée par l’objet à recouvrir ;

- l’anode est en métal, souvent il s’agit du métal que l’on souhaite déposer.

Par dépôt électrolytique, on procède industriellement au nickelage et au chromage de nombreux accessoires pour automobiles, au dorage et à l’argenture de pièce d’orfèvrerie ou d’électronique.

11. Dans quels buts réalise-t-on des dépôts métalliques ?

12. Trouvez d’autres applications de l’électrolyse. Consultez des manuels de chimie, des dictionnaires ou des encyclopédies, questionnez votre professeur….

Protocole de l’expérience :

Expérience

Dans un tube en U on met un mélange de solution concentrée de bichromate de potassium (2K + +Cr 2 O 7 2- ) et de solution concentrée de sulfate de cuivre (Cu 2+ +SO 4 2- ). On ajoute, très lentement, au-dessus, dans les deux branches du tube une solution d’acide sulfurique. Les ions cuivre Cu 2+ , lorsqu’ils sont hydratés, ont une coloration en bleue, les ions bichromate sont orangés. La solution d’acide sulfurique est incolore. Deux électrodes en charbon plongent dans la solution acide et sont reliées à une générateur de courant continu. Un ampèremètre montre que le courant passe lorsqu’on ferme l’interrupteur. Au bout de quelques minutes, du côté de la cathode, une coloration en bleu apparaît à la base de la colonne de solution incolore d’acide sulfurique. Cette coloration, qui progresse lentement vers la cathode envahit progressivement la totalité de la colonne acide. De même, une coloration orange apparaît du côté de l’anode.

Document 3 13. Interprétez l’apparition des colorations bleue et orange ? 14. Que se passe-t-il,

Document 3

13. Interprétez l’apparition des colorations bleue et orange ?

14. Que se passe-t-il, si l’on inverse les branchements au générateur ?

Activité 4 Le courant électrique dans les gaz 1. Complétez le texte suivant : Dans

Activité 4

Le courant électrique dans les gaz

1. Complétez le texte suivant :

Dans les conditions ordinaires les gaz …………… très mal le courant électrique. Ce sont des ……………. Lorsqu’on applique une …………… électrique suffisante entre deux électrodes, il se produit une brève …………… électrique qui se manifeste par un effet sonore et ……………. Les hautes températures, les hautes tensions, les rayons X, les rayons cosmiques, certaines réactions chimiques peuvent rendre les gaz conducteurs. Les porteurs de charges sont alors des …………… et des …………….

2. Lisez le document suivant :

« Benjamin Franklin a identifié au XVIII ème siècle la nature électrique des orages. Depuis, on ne cesse d’essayer de comprendre ces phénomènes complexes et cette étude, simplifiée, passe sous silence beaucoup d’autres interprétations des phénomènes orageux.

Les nuages d’orages

Lorsque les gouttes d’eau du nuage grossissent, leur poids les entraîne vers la base du nuage et le frottement provoque son électrisation. Il se charge négativement en bas et positivement en haut.

Les charges négatives du nuage attirent les charges positives du sol de la Terre et repoussent ses charges négatives (document 1).

la Terre et repoussent ses charges négatives (document 1). Document 1 : Electrisation du nuage et

Document 1 : Electrisation du nuage et apparition de charges dans le sol

Entre le bas du nuage et le sol, il apparaît alors une tension qui par temps orageux, peut atteindre plusieurs centaines de millions de volts. Les éclairs

Lorsque la tension précédente devient très grande, l’air s’ionise et devient conducteur ; les charges négatives du nuage vont alors neutraliser les charges positives de la Terre et vous voyez un éclair (document 2).

Document 2 : Un éclair apparaît lorsque la tension entre le sol et le nuage

Document 2 : Un éclair apparaît lorsque la tension entre le sol et le nuage devient très grande

L’intensité du courant électrique peut atteindre 10 000 ampères pendant une fraction de seconde.

Les éclairs d’orage sont donc la manifestation spectaculaire de courants électriques qui circulent entre la surface de la Terre et les nuages. On compte, en moyenne, 40 000 orages par jour et 8 millions d’éclairs.

Après ces éclairs, la surface de la Terre se retrouve chargée négativement ; les charges positives du nuage se retrouvent dans la haute atmosphère à 50 km d’altitude environ.

Cette dissymétrie électrique est à l’origine de la tension de 400 000 V entre la surface de la Terre et la haute atmosphère. La Terre et la haute atmosphère forment un gigantesque condensateur dans lequel on peut définir en chaque point un champ électrique.

Les éclairs ayant une fréquence élevée, cette tension devrait augmenter sans cesse, or elle reste constante. Il existe donc un autre phénomène qui la maintient constante. Les « courants de beau temps »

L’atmosphère terrestre contient des ions positifs et négatifs (ils sont créés par les rayons cosmiques et la radioactivité terrestre).

Les ions atmosphériques se déplacent dans un champ électrique et créent ainsi un courant électrique appelé courant de beau temps (document 3). L’effet de ce courant est de diminuer la valeur des charges électriques portées par le sol et la haute atmosphère.

électriques portées par le sol et la haute atmosphère. Document 3 : Le courant de beau

Document 3 : Le courant de beau temps. Son sens est celui des charges positives

L’intensité de ce courant, pour toute la surface de la Terre, est évalué entre 1 000 et 2 000 A.

Document 4 : Les éclairs sont la manifestat ion spectaculaire de courants électriques qui circulent

Document 4 : Les éclairs sont la manifestation spectaculaire de courants électriques qui circulent entre la surface de la Terre et les nuages

Conclusion On atteint ainsi un état d’équilibre tel que la tension entre le sol terrestre et la haute atmosphère est constante. En conséquence, au voisinage du sol, par temps sec, il existe un champ électrique dont la valeur moyenne est 130 V.m -1 . »

3. Expliquez l’électrisation des nuages.

4. Pourquoi l’air s’ionise-t-il ?

5. Quelle est l’origine de l’éclair ?

Document 1 : Nous vivons dans un champ électrique

6. Quelle est la tension entre la surface de la Terre et la haute atmosphère ?

7. Est-ce qu’il existe un courant électrique moins « spectaculaire » que l’éclair dans l’atmosphère ? Expliquez brièvement.

Protection des bâtiments contre la foudre

En 1779 Benjamin Franklin a eu l’idée de canaliser la foudre à l’aide de tiges métalliques longues et fines, disposées verticalement sur le toit des maisons à protéger et reliées au sol par des conducteurs de grand diamètre : le paratonnerre était inventé, il allait sauver des milliers de maisons des effets incendiaires de la foudre. Le principe de fonctionnement du paratonnerre est basé sur un phénomène d’électrostatique appelé « pouvoir des pointes ».

Document 2 : Les paratonnerres protèg ent les bâtiments contre la foudre 8. En quoi

Document 2 : Les paratonnerres protègent les bâtiments contre la foudre

8. En quoi consiste ce « pouvoir des pointes » ? (consultez un dictionnaire, une encyclopédie, votre professeur…).

9. Citez d’autres appareils qui mettent à profit le même phénomène.

Activité 5 Le courant électrique dans le vide Document 1 : Le cadran et les

Activité 5

Le courant électrique dans le vide

Activité 5 Le courant électrique dans le vide Document 1 : Le cadran et les comma

Document 1 : Le cadran et les commandes d’un oscilloscope électronique

L’oscilloscope (aussi appelé oscillographe) (document 1) est un appareil qui permet de mesurer une tension et de visualiser ses variations au cours du temps. Sa partie essentielle est un tube pratiquement vide dans lequel circule un fin faisceau d’électrons (ou « pinceau » d’électrons). Ce dernier frappe un écran fluorescent sur lequel il fait apparaître un point lumineux appelé spot.

1.

Le canon à électrons

C’est lui qui produit et accélère les électrons.

C’est lui qui produit et accélère les électrons. Document 2 : Schéma sommai re d’un canon

Document 2 : Schéma sommaire d’un canon à électrons

11. Observez le schéma du document 2.

12. Comment est appelé l’électrode marquée C ?

13. Quel est son rôle ? Expliquez l’effet qu’elle exploite ?

14. Quelle est l’ordre de grandeur de la vitesse des électrons qu’elle émet ?

de grandeur de la vitesse des électrons qu’elle émet ? Document 3 : Schéma d’ensemble d’un

Document 3 : Schéma d’ensemble d’un tube électronique

15. Observez la partie « canon à électrons » du document 3.

16. Quelles sont les pièces constitutives du canon à électrons ?

17. Quel est le rôle de l’anode accélératrice ? Par quelle lettre cette dernière est-elle représentée sur le document 2 ? Pourquoi le signe + est-il associé à cette lettre ?

18. Quel est le rôle de l’anode focalisatrice ? Pourquoi est-elle électriquement négative ?

19.

Un canon émet des électrons à la vitesse de 40x10 3 km/s. Calculez la tension électrique appliquée entre l’anode et la cathode de ce canon.

2. Les plaques de dérivation

Le tube électronique est muni de deux jeux de plaques :

- les plaques (P 1 ) et (P 2 ), disposées horizontalement ;

- les plaques (P' 1 ) et (P' 2 ) disposées verticalement.

10.

Pourquoi les plaques (P 1 ) et (P 2 ) sont-elles appelées « plaques de déviation verticale » ? Les plaques (P' 1 ) et (P' 2 ), « plaques de déviation horizontale » ?

11.

La plaque (P 2 ), reliée à la masse, est toujours électriquement neutre. Quel doit être le signe de la charge électrique portée par (P 1 ) pour que les électrons qui passent entre (P 1 ) et (P 2 ) soient déviés vers le haut ? vers le bas ?

12.

13.

La plaque (P' 2 ) est également maintenue électriquement neutre. Que faut-il faire pour observer un déplacement du spot sur l’écran dans le sens positif de l’axe X'X ?

Quelles actions faut-il combiner pour observer sur l’écran un déplacement du spot du point O central au point P (figure 3) ?

3.

14.

L’écran

Lisez le texte suivant :

La face interne de l’écran du tube électronique est recouverte d’une couche de substance fluorescente. Cette couche est elle-même recouverte d’une couche mince métallique « liée » à la cathode du canon à électrons, réalisant la fermeture du circuit électrique.

électrons, réalisan t la fermeture du circuit électrique. 15. 16. Document 4 Quel est le rôle

15.

16.

Document 4

Quel est le rôle de la couche métallique ?

Que deviennent les électrons après qu’ils aient frappé l’écran ?

Activité 6 Le courant électrique dans les semi-conducteurs 1. Semi-conducteur purs 1. Citez des matériaux

Activité 6

Le courant électrique dans les semi-conducteurs

1.

Semi-conducteur purs

1.

Citez des matériaux semi-conducteurs. Pourquoi sont-ils appelés ainsi ? (Consultez votre livre de cours, une encyclopédie ou votre professeur.)

2.

Quels sont les différents porteurs de charge dans un semi-conducteur pur ? Comparez leurs nombres.

3.

A l’aide de schémas expliquez la création de ces porteurs de charge dans un cristal de germanium Ge. Utilisez les signes :

: ion fixe positif ;

Θ : ion fixe négatif ;

+ : « trou » positif ;

: électron libre.

4.

Indiquez par des flèches le sens du mouvement des porteurs de charge en présence d’un champ électrique (E) et le sens du courant électrique qui en résulte.

5.

Comparez l’influence de la température sur la conductibilité des semi-conducteurs purs et des métaux.

2.

Semi-conducteurs dopés

6.

Cherchez dans un dictionnaire les significations du verbe « doper ».

7.

Les atomes suivants sont des atomes dopeurs : bore (B), phosphore (P), arsenic (As), indium (In), gallium (Ga), aluminium (Al), azote (N) et antimoine (Sb). Classez-les en 2 catégories.

8.

Reprendre les questions 2, 3 et 4 du paragraphe I pour :

 

- un semi-conducteur de type N ;

- un semi-conducteur de type P.

3.

Jonction PN

Si deux composants semi-conducteurs de type N(SCN) et semi-conducteur de type P(SCP) sont réalisés dans un même cristal de silicium ou de germanium, il se produit des modifications internes dans une région de faible épaisseur (environ un micromètre) à la limite du SCP et SCN. Des trous diffusent de la région P vers la région N et y piègent des électrons ; des électrons diffusent de la région N vers la région P et y sont piégés par des trous. La zone frontière, appelée zone de transition est pratiquement dépourvue de charges libres.

9.

Complétez le schéma de la jonction PN (document 1) en marquant les charges mobiles et fixes dans les différentes zones.

P

P N
P N

N

{

}

zone de transition

Document 1 : Jonction PN

10. Le passage des électrons libres de la zone N vers la zone P est-il possible ? Pourquoi ?

Exercices

zone N vers la zone P est-il possible ? Pourquoi ? Exercices Document 2 A. Branchons

Document 2

A. Branchons un générateur comme l’indique le document 2. L’ampèremètre dévie, un courant électrique passe.

11. Indiquez par des flèches :

- le sens du mouvement des électrons dans le semi-conducteur et dans les fils de connexion ;

- le sens de mouvement des trous ;

- le sens conventionnel du courant électrique.

12. Pourquoi le passage du courant électrique est-il maintenant possible ?

B. Inversons les branchements aux bornes du générateur. Le courant ne passe plus. Pourquoi ?

Document 3 13. Observez le schéma du document 3. Un courant électrique passe dans l’ampèremètre

Document 3

13. Observez le schéma du document 3.

Un courant électrique passe dans l’ampèremètre . Ce dernier mesure l’intensité du courant qui le traverse quel que soit son sens.

14.

Quel est le sens du courant ? Justifiez votre réponse.

15.

Déduisez-en les polarités des bornes C et D du générateur G.

4.

La diode à jonction PN

La caractéristique intensité – tension d’une diode au silicium

intensité – tension d’une diode au silicium Document 4 : Caractéristique di recte d’une diode au

Document 4 : Caractéristique directe d’une diode au silicium

16.

La caractéristique directe d’une diode au silicium présente combien de parties distinctes ?

17. A partir de quelle tension U, la diode du document conduit-elle le courant ? Cette tension particulière est appelée tension de seuil, elle est notée U s ?

18. L’intersection de la partie linéaire AB de la caractéristique avec l’axe horizontal des tensions est appelée « tension de seuil pratique » ; elle est notée U o . Déterminez sur le document la valeur de U o .

Remarque : une diode au germanium a une caractéristique semblable à celle d’une diode au silicium, mais la tension U o est plus faible (de l’ordre de 0,3 V).

Les coordonnées du point B indiquent les limites supérieures d’utilisation de la diode :

- courant maximum I max = …………. (à compléter) ;

- tension maximum U max = …………. (à compléter).

19. Peut-on brancher cette diode directement sur une pile de 4,5 V ?

Résistance de protection Rp

Pour brancher sans risque la diode précédente sur une pile de 4,5 V, il faut monter une résistance en série avec la diode. Cette résistance, notée Rp, est appelée « résistance de protection ».

notée Rp, est ap pelée « résistance de protection ». Document 5 20. Calculez Rp pour

Document 5

20. Calculez Rp pour que la diode soit traversée par l’intensité maximum admissible I max .

La diode idéale

Dans un circuit avec diode, la tension de seuil pratique U o est en général faible vis-à-vis des autres tensions.

Dans ce cas, on considère que la tension U o est pratiquement nulle, pour simplifier les calculs.

U o est pratiquement nulle, pour simplifier les calculs. Document 6 : Caractéristique d’une diode idéale

Document 6 : Caractéristique d’une diode idéale

Application au redressement d’un courant alternatif

On réalise le montage du document 7. G est un générateur livrant la tension alternative u 1 , dont les variations sont présentées ? (voir document 8)

la tension alternative u 1 , dont les variations sont présentées ? (voir document 8) Document

Document 7

la tension alternative u 1 , dont les variations sont présentées ? (voir document 8) Document

Document 8

21.

Complétez le graphique, en indiquant en rouge les variations de la tension u 2 aux bornes de la résistance R.

22. Quel est l’intérêt de ce montage ?

23. Quels en sont les inconvénients ?

Diodes électroluminescentes

Lorsqu’une jonction PN est parcourue par un courant direct, il se produit des recombinaisons entre les porteurs de charge qui s’accompagnent d’une libération d’énergie. Une partie de l’énergie libérée est émise sous forme de lumière. Les diodes électroluminescentes émettent un rayonnement lumineux lorsqu’elles sont parcourues par un courant électrique dont le sens inverse est de quelques milliampères. La tension de seuil U 0 d’une diode électroluminescente dépend de la couleur de la lumière qu’elle émet.