Vous êtes sur la page 1sur 72
PARIS - MARDI 3 OCTOBRE - HÔTEL DROUOT

PARIS -

PARIS - MARDI 3 OCTOBRE - HÔTEL DROUOT
PARIS - MARDI 3 OCTOBRE - HÔTEL DROUOT
PARIS - MARDI 3 OCTOBRE - HÔTEL DROUOT
PARIS - MARDI 3 OCTOBRE - HÔTEL DROUOT

MARDI 3 OCTOBRE - HÔTEL DROUOT

FERDINAND BAC DESSINS ET MANUSCRITS MARDI 3 OCTOBRE 2006 À 14H30 HÔTEL DROUOT SALLE 9

FERDINAND BAC DESSINS ET MANUSCRITS

MARDI 3 OCTOBRE 2006 À 14H30

HÔTEL DROUOT SALLE 9 9 RUE DROUOT 75009 PARIS

EXPOSITIONS

ESPACE TAJAN

HÔTEL DROUOT SALLE 9

37

RUE DES MATHURINS 75008 PARIS

9 RUE DROUOT 75009 PARIS

+33 1 53 30 30 30 DU LUNDI 18 AU VENDREDI 22 SEPTEMBRE ET DU LUNDI 25 AU JEUDI 28 SEPTEMBRE DE 9H À 12H30 ET DE 14H À 18H

+33 1 48 00 20 09 LUNDI 2 OCTOBRE DE 11H À 18H MARDI 3 OCTOBRE DE 11H À 12H

SPÉCIALISTES

FRÉDÉRIQUE SENÉ

RENSEIGNEMENTS

+33 1 53 30 30 48

sene-f@tajan.com

THADDÉE PRATE

BARBARA DEMBINSKI-MORANE

+33 1 53 30 30 47

+33 1 53 30 31 04

prate-t@tajan.com

dembinski-b@tajan.com

 

FAX +33 1 53 30 30 46

EXPERT

LIVRES ET MANUSCRITS (LOTS 1 À 41) ALAIN NICOLAS

EXPERT PRÈS LA COUR D’APPEL DE PARIS

41

QUAI DES GRANDS AUGUSTINS

75006 PARIS

+33 1 43 26 38 71

FAX +33 1 43 26 06 11

COMMISSAIRE

ELSA KOZLOWSKI

PRISEUR

TAJAN

37 RUE DES MATHURINS

75008 PARIS

(F)

+33

1

53

30 30

30

+33

1

53

30 30

31 fax

www.tajan.com

TAJAN S.A. SOCIÉTÉ DE VENTES VOLONTAIRES DE MEUBLES AUX ENCHÈRES PUBLIQUES SOCIÉTÉ ANONYME À DIRECTOIRE ET CONSEIL DE SURVEILLANCE, AGRÉÉE EN DATE DU 7 NOVEMBRE 2001 SOUS LE N° 2001-006. N° RCS PARIS B 398 182 295

Ferdinand Bac dans sa chambre à Compiègne, Novembre 1952. 2

Ferdinand Bac dans sa chambre à Compiègne, Novembre 1952.

2

FERDINAND BAC (1859-1952)

Petit-fils naturel du roi Jérôme Bonaparte, alors roi de Westphalie, Ferdinand Bac (1859 - 1952), né à Stuttgart, fut élevé à la cour du Second Empire. Bonaparte sans nom, il quitte l’Allemagne et s’installe à Paris pour y vivre une existence solitaire mais néanmoins bohême. Pilier des salons parisiens de la Belle Époque, il y fut introduit par son parrain, Arsène Houssaye et le prince Napoléon. Il devint très jeune un artiste à la mode. Il a rencontré Thiers, Gambetta, Wagner, Ruskin, Hugo, Taine, Renan, Villiers de l’Isle-Adam, Hanotaux, Louis Bertrand, l’abbé Mugnier, Verlaine, Barrès, Barbey d’Aurevilly, France et Banville, Daudet, Maupassant et bien d’autres, les peintres officiels, les mondes du théâtre, de la danse, de la musique avec Verdi, Gounod, Massenet, Widor, Padevrewski. Homme mûr, il a fréquenté les papes, les rois, les présidents, tout le gotha. Ayant publié une quarantaine d’ouvrages littéraires et d’innombrables dessins, échangé de très nombreuses correspondances avec les célébrités de son époque, parcouru l’Europe entière, réalisé des chefs-d’œuvre dans l’architecture, la décoration et l’art des jardins, il s’éteint en 1952.

Ferdinand Bac s’est imposé comme un des premiers dessinateurs et caricaturistes de son temps, aussi célèbre que Robida, son ami, Job, Sem, Forain, ou Caran d’Ache. Certaines caricatures ont l’âpreté de celles de Daumier. Il fait paraître une série d’albums illustrés, La femme intime, Les amants, Les maîtresses, La comédie féminine, Le triomphe de la femme… Silhouette reconnue partout comme « la petite femme de Bac », décente, parfumée, discrète et élégante. C’est le Bac de La vie parisienne, avec pour inspiration Watteau et Fragonard.

Talent reconnu, il n’en demeure pas moins le promeneur romantique, hanté par l’Histoire et ses souvenirs de Venise. Il fait très régulièrement des voyages lointains, le plus souvent solitaire, parcourant l’Europe de Constantinople à la Norvège, en passant par l’Espagne ou la Sicile. Mais ses destinations préférées restent l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie.

Ferdinand Bac jouit d’une situation mondaine très élevée, mais ignorée par ses amis dont il est le familier. Robert de Montesquiou, la Comtesse Greffuhle, les Rohan, Laure de Chevigné, la comtesse de Pourtalès, Anna de Noailles, madame de Croisset, Maurice Donnay qui l’encourage dans la voie de mémorialiste de la Vieille Europe.

Reconnu par l’Académie française, on lui remettra en 1913 les insignes de la Légion d’honneur, prouvant que la société française considère Ferdinand Bac comme l’un des siens.

Mais c’est grâce à « ses Affinités électives », qu’il va entamer une troisième carrière, celle d’architecte paysagiste qui le rendra encore très célèbre. Les jardins conçus par Bac, selon la tradition italienne, espagnole, mais aussi mauresque, sont au même titre que ses récits de voyage, d’inspiration autobiographique. Ils témoignent de ses goûts, de ses rêves, de ses nostalgies et de ses hérédités paradoxales. C’est avec le domaine des Colombières à Menton qu’il fera surgir, des roches rouges, un des plus beaux jardins de la Côte d’Azur. C’est là qu’il vécut avec ses amis Ladan-Bockairy durant plus de trente-cinq ans, et qu’il érigea leur tombeau au sommet du jardin. C’est là aussi qu’en 1925 le très jeune architecte mexicain Luis Barragàn vint le rencontrer. De là naîtra une communauté de pensée tout à fait surprenante qui vaudra à Bac un hommage vibrant, lors de la remise du Grand Prix d’Architecture à Barragàn en 1980, par celui qui s’est considéré comme le fils spirituel de Bac. C’est dans cette paix des Colombières et de leur maison de Compiègne, que Bac accroît son œuvre littéraire et artistique, Caroline Octavie, madame Ladan-Bockairy, la confidente, l’amie, la muse inspiratrice l’entourant de son affection et d’une aide constante en dactylographiant sous sa dictée tous ses manuscrits. Sur cette production pour partie inédite, il demandera quarante ans de confidence après sa mort.

Cette œuvre est aussi celle d’un homme qui a traversé plusieurs guerres, assisté au traité de Versailles, soucieux et pessimiste sur l’avenir de l’Europe, témoin de la bataille de Sadowa en 1870, alors âgé de onze ans. Qui en 1914 a dû fuir lui-même devant l’ennemi et qui est contraint de nouveau en 1940 de reprendre la route de l’exil. En octobre 1944, hébergé dans les Pyrénées, il verra une partie de son œuvre partir en fumée. Pourtant, il se remettra à écrire, à dessiner. Ses publications se feront rares, mais il continuera de lire beaucoup, et suivant une habitude de longue date, de couvrir ses livres et manuscrits d’abondants commentaires au crayon de couleur. Après de longs cycles de conférences, on le sollicite pour parler à la radio, ce qu’il fera de bonne grâce. Les dernières années, de très nombreuses personnalités viendront lui rendre visite, curieux de connaître un personnage devenu légendaire. Ferdinand Bac s’est éteint le 17 novembre 1952, trois jours après son ami Émile Ladan-Bockairy. La muse leur survécut plusieurs années, préservant fidèlement le secret demandé par Ferdinand Bac.

3

La vente est souvent un passage difficile mais indispensable à la découverte et à la pérennité d’une œuvre.

Cette démarche, Ferdinand Bac l’a inscrite dans son testament le 15 août 1947, cinq ans avant sa mort, « (…) je ne me réclame d’aucune Profession. J’abandonne mon œuvre au Jugement des générations à venir ».

En dehors des dépôts officiels faits par Ferdinand Bac dans certains musées, la source la plus considérable a été la collection de Jean Barberie, exécuteur testamentaire et « moral », l’un des derniers amis et confident de Bac, dont il hérita en 1977, ainsi que celle du domaine des Colombières, aujourd’hui classé Monument Historique. Conformément au vœu de Ferdinand Bac, Jean Barberie a réparti de très nombreux documents entre différentes personnes intéressées par la vie et l’œuvre de Bac, documents qui sont venus s’ajouter à ceux recueillis depuis 1987 par l’actuel propriétaire.

Au fil des années, le Cercle des Amis de Bac a vu s’éteindre les derniers familiers. De l’œuvre immense qu’il a laissée, presque rien semble-t-il ne demeure dans la mémoire du grand public. Reste pour vous la joie de découvrir la face cachée de cet homme d’une prodigieuse modernité.

4

LIVRES ET MANUSCRITS

1 MANUSCRIT autographe intitulé « L’Harmonie extatique »

(avec mention au crayon : « L’aventure italienne »), daté

« “L’Ermitage” 1903 et 1906 ». Chapitre d’environ 40

pp. in-folio autographes (sauf une dactylographiée), numérotées 244 à 284 ; nombreux ajouts et corrections, en feuilles.

JOLI RÉCIT ÉVOQUANT LA VILLE DE FLORENCE.

« L’archiduchesse Annunziata était arrivée avec sa suite

à Florence… Elle avait donné rendez-vous à Monsieur Blondel au Mercato vecchio dei fiori à côté du sanglier de bronze qui gardait l’eau sale de la fontaine publique. Des oranges pourries y nageaient parmi les fleurs comme des petits lampions dégonflés après une fête nautique… La princesse affectionnait ce coin parce qu’elle trouvait dans ces taches mouvantes et multicolores la vision d’une Italie arrangée pour peintres. Et puis son pied glissait sur des pépins de toutes sortes de fruits qu’elle ne connais- sait pas et c’était ainsi des émotions sans nombre. Elle arrive avec une ombrelle blanche, ravie de n’être en retard que de trois quarts d’heure. – Où sont les courti- sans ? demande Thimothée inquiet de la voir arriver seule dans la bousculade de l’étroite ruelle… » Bac fit paraître son ouvrage L’Aventure italienne en 1912. 500/600

2 MANUSCRIT autographe intitulé « Voyage Allemagne Nord. Septembre 1911 ». 18 pp. in-folio et 1 p. in-8, en feuilles. Journal d’un voyage qui l’a mené notamment à Brunswick, Potsdam et Weimar.

400/500

3 MANUSCRIT autographe. Rome, 6 octobre-26 octobre 1932. Une vingtaine de pages de formats divers, avec quelques ratures et corrections, en ff. libres et brochés, sous portefeuille. Un feuillet de titre postérieur porte l’indication : « Notes rapides pour mémoire écrites à Rome au fur et à mesure des visites et promenades. Ces notes ont servi à Ferdinand Bac pour la rédaction de son livre sur L’Italie nouvelle»

5

« Mercredi 12 oct. Matin Palazzo Venezia. Porté lettre au

Duce. MUSÉE VATICAN le sentiment religieux des salles de sculptures antiques se trouve atténué graduellement dans les salles modernes (cadeaux) etc. PIE 9 CEST LE SECOND EMPIRE. La nouvelle pinakhotèque pas terminée, mièvre, jolie, gai. On ne peut pas demander à ce biblio- thécaire d’avoir goût du grandiose comme Farnèse. Dans les cheminées Borgia manquent tant de carreaux de fayence qui se trouvent chez ANATOLE FRANCE ! Sixtine prière extases… 2 h. OSTIE. La nouvelle ville, église, mairie, casino, semble faite pour un jeu de construction pour enfants. Mais 5 ans d’âge… 6 h. téléphone Duce. 6 h 30 officier avec laisser-passer… 7 h. PALAZZO VENEZIA CHEZ MUSSOLINI» Avec quelques pages d’une autre main.

AVEC 3 DESSINS ORIGINAUX DE BAC, légendés : « De mes

fenêtres. Rome, mardi 25 oct. 32 7 h. matin » (encre et crayons de couleurs), « Palazzo Zucchari… 22 oct. 1932 Via Sistina Roma » (idem), « Un sosi du 18 e siècle de l’abbé Mugnier, Natali Saliceto… Saint Louis des Français Rome » (crayon et encre). Provenance : JB (vignette ex-libris dessinée par Bac). 800/1 000

des Français Rome » (crayon et encre). Provenance : JB (vignette ex-libris dessinée par Bac). 800/1

3

4 DEUX MANUSCRITS autographes signés. 1930-1931. 2 cahiers in-4 à dos de percaline, sous étui. – « NOTES DE VOYAGE. I. Bavière, Autriche, Wurtemberg…

II. Italie. Gênes oct. 1930. Florence avril 1931. » Environ 150 pp., nombreux ajouts et corrections. Table des matières sur le premier plat et en première page. Mentions sur le premier contreplat : « Commencé le 4 septembre 1930 à Compiègne… » et sur le dernier feuil- let : « terminé le 16 mai 1931 aux Colombières ». Dédicace autographe signée « A Caroline Octavie son dévôt “Cent-garde”… sept. 1932 ».

– « SUITE ET FIN DES NOTES DE VOYAGE dans l’Italie nouvelle. 1931. » puis « Vienne à l’époque de Napoléon. III. Suite. » Environ 125 pp., nombreux ajouts et corrections. Table des matières sur le premier plat et sur le second contreplat. Mentions sur le premier contreplat :

« Commencé le 8 nov. 1931 Menton “Les Colombières” »

et sur le feuillet 107 : « Les Colombières 20 mars 1932 ». Dédicace autographe signée « A Caroline Octavie ces cahiers remplis d’elle et des impressions communes. Son “Cent-garde” et son compagnon de voyage… 31 septembre 1932. Compiègne ». JOINT, des « Notes à ajouter au Nap. III » (2 pp. in-4 autographes) et des notes autographes concernant le

« Congrès de Vienne » (17 pp. in-4), une copie manuscrite

de lettre à Madame Récamier (1 p.), et plusieurs buvards utilisés. Bac publia plusieurs ouvrages évoquant ces sujets, dont Vienne au temps de Napoléon (1933), Napoléon III inconnu (1933), sa série Promenades dans l’Italie nouvel- les (1933-1935), et Munich. Choses vues de Louis II à Hitler (1935), second volet de Promenades dans la vieille Europe. Provenance : JB (vignette-ex-libris sur le premier plat de la chemise, dessinée par Bac).

1 200/1 500

5 MANUSCRIT autographe signé intitulé « Souvenirs vénitiens (1879-1914). II. Les amours singulières de Roberto Rascovitch » [mention autographe supplémentaire sur la chemise : « Histoires fantastiques »]. 1922. 13 pp. in-folio, ajouts et corrections. En dernière page : « achevé à Menton, “Les Colombières”, 6 mai 1922 ». Piquante nouvelle dans laquelle un homme s’éprend d’un travesti : « … Au fond de la pièce sous l’encorbellement d’un balcon intérieur j’aperçus un couple enlacé entre les coussins d’un divan… La voilà donc enfin. Je la tenais. J’ouvris les yeux tout grands. J’allais crier. Une émotion indescriptible me saisit, un effroi, un effondrement. Cette femme, que j’avais aimée jusqu’au délire, que j’avais sui- vie sans jamais la tenir, qui était mon ciel et ma damna- tion, cet être adorable… c’était un homme… » Bac fait dire par la suite au même personnage :

« … L’homme que je vis ce soir-là, celui qui existe réelle- ment, je l’ai oublié… Mais j’aime toujours la femme qu’il était» ON JOINT une dactylographie de ce texte, avec quelques corrections manuscrites (20 pp. in-folio).

500/600

» O N JOINT une dactylographie de ce texte, avec quelques corrections manuscrites (20 pp. in-folio).

6

4

6 MANUSCRIT autographe signé intitulé « Le Pèlerin

amoureux ». 1924. Cahier in-4, environ 110 pp., nombreux ajouts et corrections, demi-percaline noire avec accroc. Première partie de cet ouvrage que Bac publia en 1926 chez Conard. Mentions sur les contreplats :

« Commencé le 8 juillet 1924 à Compiègne », et

« achevé le 31 déc. 1924 aux Colombières à Menton ».

Dédicace autographe signée : « Ce manuscrit appartient à Madame Émile L. Bockairy… ».

500/600

7 MANUSCRIT autographe signé intitulé « Vieille France ». 1908-1911. Environ 160 pp. in-folio, nombreux ajouts et corrections. En première page du texte principal : « Manuscrit commencé à Versailles… le 18 octobre 1908 », et en première page de la préface « Versailles 18 nov. 1911 ». Ferdinand Bac publia son ouvrage Vieille France en 1913. 500/600

8 DEUX MANUSCRITS autographes signés. 1926-1927. 2 cahiers in-4 à dos de percaline, sous étui.

– « L’ALLEMAGNE ROMANTIQUE. L’Amant de Lola Montès.

Louis I de Bavière ». Environ 120 pp., nombreuses ratu-

res et corrections. Mention en couverture supérieure :

« commencé le 29 mars 1927 à Menton aux Colombières,

achevé le 23 mai 1927 ». Dédicace autographe signée :

« A Caroline Octavie, à celle qui avec tant de zèle, d’amitié et de patience, a copié ce manuscrit. Son très obligé et dévot jardinier… Compiègne, 12 septembre 1927 ». JOINT : notes autographes de Bac concernant l’écrivain allemand JEAN-PAUL (4 pp. 1/2 in-8 et 10 pp. in-12 sur ff. volants).

« LE MARIAGE DE LIMPÉRATRICE EUGÉNIE ». Environ 80

pp., nombreuses ratures et corrections, un f. détaché. Mention sur le premier contreplat : « commencé le 13 novembre 1926 à Menton, “Les Colombières” ». Dédicace autographe signée : « J’offre ce manuscrit à Caroline Octavie en souvenir de L’Impératrice Eugénie… 30 sept. 1927 Compiègne ». Collée à la suite, une dactylographie datée de 1916, avec nombreux ajouts et corrections autographes (5 pp.in-4).

7

Dans la même année 1928, Ferdinand Bac fit paraître Louis I er de Bavière et Lola Montès, premier volet de sa série L’Allemagne romantique, ainsi que Le Mariage de l’impératrice Eugénie. Provenance : JB (vignette-ex-libris sur le premier plat de la chemise, dessinée par Bac).

1 000/1 200

9 MANUSCRIT autographe signé en plusieurs endroits. 1915-1927. Relié dans un volume in-4, environ 220 pp., nombreux ajouts et corrections, bradel de demi-percaline gris-vert à coins, pièces de titre rouge et noire au dos, reliure usagée, sous étui.

RECUEIL CONCERNANT ESSENTIELLEMENT LES JARDINS (Bac

publia Jardins enchantés en 1926). D’autres articles et conférences concernent également l’Allemagne, les costumes, la décoration intérieure, la vieille Europe, René Boylesve, Mérimée, Rachel, etc. Avec des récits et contes dont un « Retour du Messie », et un portrait d’homme dessiné à la plume. Provenance : JB (vignette ex-libris dessinée par Ferdinand Bac).

600/800

10 MANUSCRIT signé de son journal intime. 5 juillet-11 décembre 1919. Environ 300 pp. en copie d’une autre main, sur ff. quadrillés dans 2 cahiers in-folio, l’un en demi-percaline rouge, l’autre en pleine percaline noire. Ferdinand Bac précise sur les pages de titre : « Copie en un seul exemplaire de mon manuscrit du livre-journal commencé en juin 1919 à Versailles. Ferdinand Bac ». Il ajoute plus tard, sur le premier cahier : « Copie de Mademoiselle Mativet ». Il évoque ses conversations avec des notabilités de son temps : Philippe Berthelot, la princesse Bibesco, René Boylesve, Aristide Briand, Renée de Brimont, Edmond Fabre-Luce, Anatole France, l’abbé Mugnier, Pierre de Nolhac, etc. « À table Briand parle de ses souvenirs de guerre quand il était ministre et dans un grand silence il dit “Il y avait dans mon cabinet réunion de généraux d’armées, c’était dans les premiers jours de septembre 1914 et on venait de brûler la cathédrale de Reims. Nous parlions de cet événement et je soulignais l’indignation de l’Univers contre cet attentat barbare. Je verrai toujours le général

Galliéni derrière le miroitement de ses lunettes me répon- dre alors de sa voix grave et sèche : “C’est un des premiers devoirs militaires de la guerre de tirer sur les sommets quels qu’ils soient”. Il me donna nettement à entendre que cela ne pouvait surprendre que des civils, qui ignorent les devoirs militaires et qu’il n’eût pas hésité un instant à les remplir en Allemagne”… »

300/400

12

11 DEUX MANUSCRITS autographes signés. 1927-1928. 2 cahiers in-4 à dos de percaline, sous étui. – « LA PRINCESSE MATHILDE ». Environ 150 pp., nombreux

ajouts et corrections. Tables des matières sur le second contreplat. Mentions sur le contreplat supérieur :

« Commencé le 17 novembre 1927… Menton, Garadan,

Les Colombières » et au verso du feuillet 118 : « 31 mars 1928 aux Colombières ». Dédicace autographe signée « A Madame Émile Ladan-Bockairy j’offre ce manuscrit avec ma profonde reconnaissance pour l’aide précieuse donnée par elle dans cette œuvre historique… Compiègne ce 11 juillet 1928 ».

« FRAGMENTS POUR “LES GRANDES FIGURES DU PASSÉ” :

LA PRINCESSE MATHILDE». Environ 140 pp., nombreux

ajouts et corrections. Mentions en première en page 1 :

« 28 juin 1928 Compiègne » et sur le second contre-

plat : « Ce cahier a été achevé le 3 août 1928 à Compiègne». Dédicace autographe signée : «J’offre ce manuscrit à Caroline Octavie avec la profonde recon- naissance de l’auteur pour la peine qu’elle a bien voulu prendre de le copier… ». Le volume comprend d’autres textes, articles et conférences, sur la princesse Mathilde, Schubert, Morny, etc. Ferdinand Bac publia dans la même année 1929 La Princesse Mathilde et Schubert ou la Harpe éolienne. 1 000/1 200

8

DEUX MANUSCRITS autographes signés. 1928-1929. 2 cahiers in-4 à dos de percaline, sous étui.

« NOTES POUR LE LIVRE : AU TEMPS DES CRINOLINES

Notes et récits (à grouper) de mon père, de Arsène Houssaye, de Mérimée, de Fleury, de Raimbeaux, de Mad. Benedetti etc. » Environ 135 pp., nombreux ajouts et corrections. Tables des matières collée sur le premier

plat et aux feuillets 117-118. Mentions sur le contreplat supérieur : « Commencé le 18 janvier 1929 aux Colombières à Menton » et au feuillet 116 : « Le cahier

a été terminé le 7 mars 1929 aux Colombières à

Menton ». Dédicace autographe signée : «Offert à Madame Émile Ladan Bockairy… ». Bac trace, d’après diverses sources, le portrait de nombreux personnages du Second Empire. Joint, 3 ff. autographes sur le même sujet, et 2 buvards utilisés.

« DIFFÉRENTS MANUSCRITS. ARTICLES POUR “COMÉDIA”,

SOUVENIRS, suite et fin de La Ville de porcelaine (La Cour d’Auguste le Fort et les femmes » Environ 130 pp., nombreux ajouts et corrections. Tables des matières collée sur le premier plat et inscrite sur le second contreplat. Mentions sur le contreplat supérieur : « Commencé le 25 août 1928 à Compiègne » et en dernière page :

« Menton 8 décembre 1929 ». Dédicace autographe signée : «Offert à Madame Émile Ladan Bockairy par son jardinier… ». Bac aborde divers sujets : les jardins, Auguste II de Pologne, Verdi, Barrès, Musset, etc. Ferdinand Bac publia La Cour des Tuileries sous les Second Empire en 1931, sa série Intimités du Second Empire en 1931-1932, et La Ville de porcelaine. Dresde

au temps des rois de Pologne et de Napoléon en 1934

(premier volet de sa série Promenades dans la vieille Europe). Provenance : JB (vignette ex-libris sur le premier plat de la chemise, dessinée par Bac).

1 000/1 200

13 MANUSCRIT autographe signé. 1929. In-4, environ

140 pp., nombreux ajouts et corrections, cahier à dos de percaline rouge avec petit accroc. Ce manuscrit comprend :

– « Au Temps des crinolines. Indiscrétions sur la société des Tuileries par des témoignages contemporains (Notes de mon père, d’Arsène Houssaye, de Mérimée, des récits de Houssaye, de Fleury, de Raimbeaux, de Mad. Benedetti » (f. 1 à 28).

– « Vienne au temps de Napoléon et de Beethoven.

Fragment d’un livre en 4 parties : des villes (Berlin, Vienne, Dresde, Munich) » (ff. 29 à 85, 90 à 117).

– Deux articles sur le métro et les « gratte-ciel » à Paris

(ff. 86 à 89). Bac a indiqué de sa main : « Commencé le 16 janvier 1929 à Menton “Les Colombières” jusqu’à la page 7 puis continué le 7 mars 1929 ». Avec une table des matières en dernière page. Dédicace au premier contreplat : « A Caroline Octavie de son “Cent-garde”, 15 août 1932… » Ferdinand Bac a publié dans la même année 1931 La Cour des Tuileries sous le Second Empire et Vienne au temps de Napoléon. Provenance : JB (vignette-ex-libris au premier contreplat de la chemise, dessinée par Bac).

500/600

14 MANUSCRIT autographe signé en plusieurs endroits. 1929-1930. Cahier in-4, bradel de demi-percaline bleu

marine, environ 145 pp. autographes avec nombreux ajouts et corrections, 6 pp. dactylographiées avec ajouts et corrections autographes. Ce manuscrit comprend :

– Des articles, essentiellement destinés au périodique

Comœdia (ff. 1 à 14 et 76 à 104), concernant : Courbet, Dumas, Théophile Gautier, Mérimée, Renan, George Sand, Taine, le monde du spectacle, la princesse Mathilde, Metternich, l’Allemagne, etc.

– « Intimités Second Empire (IV suite) » (ff. 15 à 75).

– « Le Vieux Vienne » et « Dessous du congrès de

Vienne » (ff. 105 à 122). Table des matières inscrite au second contreplat. Mention en première page : « 9 déc. 1929 Menton Les Colombières », et plusieurs autres mentions de dates, dont la dernière, au feuillet 98 : « 24 avril 1930 (jour de l’arrivée du maréchal Joffre aux Colombières ».

9

Dédicace autographe signée : « A Caroline Octavie, son Cent-garde… 18 août 1932, Compiègne ». Ferdinand Bac publia Vienne au temps de Napoléon en 1931, et la série Intimités du Second Empire en trois volets, en 1931 et 1932.

500/600

de Napoléon en 1931, et la série Intimités du Second Empire en trois volets, en 1931

14

15 MANUSCRIT autographe signé. 1932-1934. In-4, envi-

ron 120 pp., nombreux ajouts et corrections, cahier à dos de percaline verte, sous étui. Ce recueil comprend :

– « Impressions de ROME », « Fin de mes entretiens avec Mussolini » (ff. 1 à 3).

– « Autographes (Collect. Caplain) inédits (concernant

principalement Mad. RÉCAMIER) » (ff. 4 à 12).

– « Entretiens » avec Ernest RENAN (ff. 12 à 20 et 40),

Hippolyte TAINE, (ff. 21 à 39), le prince NAPOLÉON (ff. 41 à

50).

– « Introduction pour les Fables de La Fontaine. mars

1934 » (ff. 50-51).

– « LE PRINCE DE GALLES à La Turbie (La famille royale

d’Angleterre sur la Riviera) » (ff. 52 à 56).

– « III volume de la série Promenades dans l’Italie nou-

velle. La SICILE » (ff. 56 à 116). Collée à la suite, une page

dactylographiée avec très nombreuses corrections autographes. Inscription sur le premier contreplat : « Ce cahier a été commencé le 8 novembre 1932 aux Colombières à Menton ». Deux tables des matières sur les contreplats. Dédicace autographe au premier contreplat : « A Caroline Octavie en souvenir de son compagnon de voyage… » Ferdinand Bac publia sa série Promenades dans l’Italie nouvelle en trois volets : Rome (1933), Florence, Gênes, Venise, Milan (1934) et La Sicile (1935). Provenance : JB (vignette-ex-libris au premier contreplat de la chemise, dessinée par Bac).

500/600

10

16 DEUX MANUSCRITS autographes signés de textes destinés à des émissions de radio. 1949-1951.

– « LOLA MONTÈS ». 12 novembre 1949. 3 pp. in-folio.

– Trois textes, intitulés « Souvenir sur NAPOLÉON III »,

« L’Impératrice EUGÉNIE », « Madame de CASTIGLIONE ». 27

octobre 1951. 4 pp. 1/2 in-folio. « … Après [la] mort [de la comtesse de Castiglione], au- dessus du restaurant Voisin, ROBERT DE MONTESQUIOU QUI

AVAIT LE CULTE SPECTACULAIRE DES DAMES EN VUE, ACHETA TOUTE

SA GARDE-ROBE, y compris la “chemise de Compiègne” (1857 !), serrée dans un coffret de cristal. Il consacra à ces défroques une salle du Pavillon des Muses à Neuilly et me fit un jour les honneurs de ce musée d’amour… “Contribuez à ce sanctuaire, me demanda-t-il, par le don du portrait de l’impératrice. Je les mettrai face à face. Elles se sont tellement détestées”… »

600/800

portrait de l’impératrice. Je les mettrai face à face. Elles se sont tellement détestées ”… »

16

17 DEUX MANUSCRITS autographes signés du même

texte, intitulé « La Fin d’un monde. Réflexions sur le passé », avec diverses variantes. Mentions de date :

« Compiègne, 9 janvier 1950 ». Deux fois 3 pp. in-folio, en feuilles.

« En cette nuit du 8 au 9 janvier, une grande paix est

venue sur mon esprit. C’est l’apparition de cette espé- rance, certifiée par mille fois mille années précédentes. Nul n’arrêtera sa marche. La vanité de vouloir retenir ce qui déjà est mort c’est la négation même de cette loi qui nous dit : la stagnation est la fin. Depuis l’origine incalcu- lable des mondes tout s’avance vers le devenir… » 600/800

18 MANUSCRIT autographe signé intitulé « Avant-propos pour “Masques et visages”. “Promenades d’un flâneur dans les musées” ». L’enveloppe contenant les ff. porte la mention autographe : « Introduction. Pour ajouter aux collections des Portraits de musées) ». S.d. 2 pp. in- folio, quelques corrections.

« … Frappé à juste titre de l’injustice du sort qui rend si

noble des visages de gens inhumains, si laide ceux de personnes d’une grande qualité, j’ai donc entrepris cette réhabilitation et aussi cette condamnation à l’égard de portraits qui parfois depuis des siècles étalent leur fausse vertu, leur respectabilité usurpée, leur beauté ou leur lai- deur imméritée… »

500/600

11

19 MANUSCRIT autographe signé intitulé « PROSPER MÉRIMÉE INCONNU ». S.d. 77 pp. in-4, soit 47 pp. dans un volume broché et 30 pp. sur feuillets libres.

Le titre du volume broché porte cette précision : « avec un choix de propos, recueillis par le général Fleury, Arsène Houssaye et le père de l’auteur, provenant des années 1854 à 1868 ».

« Cet homme, grand, mince, et agréablement laid - pour

ceux qui ont regardé ses yeux et contemplé sa bouche - est vêtu avec soin. Il est pauvre mais il s’habille à Londres. Avec mon père il dit : Je ne suis pas assez riche pour acheter des choses bon marché [p. 5]Comme l’amour lui avait laissé de bonne heure un goût amer, l’amitié elle-même, dans laquelle son célibat dés- emparé s’est réfugié lui donne parfois une si grande déception, qu’elle arrive à le convaincre de son insécu- rité… » (p. 8 du volume broché).

« Il sentait trop le fagot pour être accueilli dans certains

salons où la première condition, exigée pour les invités, était un respect sans réserve pour l’Église et le clergé. Mais il avait des amis, et même des confidents, dans ces Maisons, comme aussi à L’Abbaye-aux-Bois et chez Monsieur de Chateaubriand. Comment va la belle momifiée ? disait-il à ces “traîtres”, en demandant des nouvelles de la santé de Madame Récamier…» (p. 29 des feuillets libres). Ces feuillets sont accompagnés d’un petit carton de dédicace : « Manuscrit original de

Mérimée inconnu”. Pour Caroline Octavie ». ON JOINT : une copie dactylographie d’un texte de Ferdinand Bac : PROSPER MÉRIMÉE INCONNU. Environ 120

pp. in-folio et une dizaine de pp. in-4, dactylographiées, avec de très nombreux ajouts et corrections de plusieurs mains. Ferdinand Bac publia son ouvrage Mérimée inconnu en

1939.

600/800

20 NOTES autographes signées sur DELACROIX. S.d. 4 pp.

in-8.

Notes de lectures relevant divers bons mots de Delacroix ou anecdotes le concernant : « (Propos de Delacroix)… Quand je pense à Flandrin je pardonne à Ingres… », « Notes sur Delacroix, par Charles Widor. (À l’Institut. “Vous n’auriez fait que la femme penchée de dos sur la couche de Sardanapale que cela suffirait pour vous ren- dre immortel”. – À vous peut-être. À moi non… » Joint, la dactylographie d’un texte sur le peintre (2 pp. in- folio).

400/500

21 CORRESPONDANCE REÇUE par Ferdinand Bac de l'abbé Mugnier. Environ 40 lettres. Elles concernent la littérature, les pays étrangers (notamment l'Allemagne), les livres de Ferdinand Bac, etc.

500/600

22 CORRESPONDANCE REÇUE par Ferdinand Bac. Environ 150 lettres. Elles proviennent d'aristocrates (la duchesse d'Aoste, la comtesse de Chabrillan, le comte Cesare Visconti, etc.), d'écrivains et journalistes (Louis Bertrand, Robert de Billy, etc.), de conservateurs de bibliothèques et de musées français et suisses, de la mairie de Compiègne, etc. 1 000/1 200

23 ENSEMBLE de 22 feuillets de titre imprimés séparés. Envois autographes signés à Ferdinand Bac de divers écrivains et artistes : Lucien Daudet, Maurice Donnay, Albert Guillaume, Gyp (6 envois), Willy, Léon Xanrof, Miguel Zamacoïs, etc.

600/800

24 CARNET D’ADRESSES autographe signé. 1890-1925. Volume petit in-12, environ 70 pp. autographes, nom- breuses ratures et corrections, demi-basane brune, onglets alphabétiques (reliure postérieure). Mention autographe signée de Ferdinand sur la première garde : « Carnet d’adresses m’ayant servi de 1890 à 1925 ». Adresses d’écrivains, journalistes, peintres, éditeurs, etc. : Barrès, Henri Bordeaux, Paul Bourget, René Boylesve, Adolphe Brisson, Cocteau, Léon Bailby, D’Annunzio, Georges Desparbès, René Doumic, Anatole France, Franc-Nohain, Fernand Gregh, Abel Hermant, Edmond Jaloux, Massenet, l’abbé Mugnier, Régnier, Richepin, Madame Strauss, Hélène Vacaresco, etc. Également des adresses de grands noms du Gotha :

Albrizzi, Brancovan, Caraman, Castellane, Chevigné, Clermont-Tonnerre, Fouquière, Gourgaud, Greffulhe, Harcourt, Nina de Krusenstjern (« demoiselle d’honneur de S.M. l’impératrice de Russie »), Lasteyrie, Lucinge, Montmorency, Murat, Noailles, Polignac, Primoli, Rohan, Rothschild, etc.

400/500

25 NOTES AUTOGRAPHES ET DESSINS ORIGINAUX Sur un exemplaire de la Revue palladienne. N°12 (2). Paris, juillet-août 1950. In-8 :

– Annotations autographes signés en marge d’un article

sur MÉRIMÉE. Cet article est illustré de deux dessins de

MÉRIMÉE que Bac critique, notamment un autoportrait : a dessiné à l’encre un autre portrait de Mérimée, qu’il estime plus correct : « … La vérité me donne ce toupet de contrarier mon immortel ami. Il ne se voyait pas… »

– Un portrait original de BARBEY D’AUREVILLY (encre et

crayon de couleur), légendé « attribué à Picasso 1950 », puis, à l’encre rouge en imitant l’écriture de Barbey :

« “Les vieilles races ne meurent jamais d’autre chose que de leurs péchés” Barbey d’Aurevilly ».

500/600

12

26

ENSEMBLE de 6 plaquettes et périodiques brochés

avec ANNOTATIONS AUTOGRAPHES ET DESSINS ORIGINAUX de

Ferdinand Bac, concernant essentiellement les Napoléonides.

– PLITEK (Venceslao). Il principe Napoleone et il risorgi- mento. Estrato dalla Rassegna storico del Risorgimento italiano. Roma, Società nazionale per la storia del

Risorgimento italiano, 1928. In-8. Envoi autographe signé « A Caroline Octavie en souvenir du “terrible cousin”…

14 oct. 1936… ».

27 IMPORTANT ENSEMBLE de 10 copies dactylogra- phiées et manuscrites, certaines corrigées, toutes en feuilles.

BARBEY D’AUREVILLY (avec mention « Chapitre V »).

Deux jeux du même texte, (6) pp. et 11 pp. in-folio dac-

tylographiées.

LE COLLIER DE PERLES [surtitré : Histoires fantastiques]. Mention de date biffée : « Les Colombières, Menton, 22 décembre 1923 ». 52 pp. in-folio dactylographiées, avec corrections de plusieurs mains.

– PLITEK (Venceslao). I Napoleonidi a Trieste. Trieste, tipo-

LE DERNIER AMOUR DE MONSIEUR DE GOETHE. S.d. Environ

grafia del Lloyd triestino, 1924-1926. 2 volumes in-8. Tome I : Girolamo e Caterina Bonaparte, conte e contessa di Hartz. Envoi autographe signé « A Caroline Octavie en souvenir de mon pèlerinage à Trieste aux

Trieste ».

45 pp. in-folio dactylographiées, avec corrections de plusieurs mains. Bac a inscrit de sa main, en première page : « Le premier projet de ce recueil date de 1905 mais il ne fut rédigé qu’en 1934, aux “Colombières” à

maisons, habitées par Jérôme et Napoléon… déc. 1936 » Tome II : Carolina Murat contessa di Lipona. Envoi autographe signé « A Caroline Octavie en souvenir d’un “Napoléonide”… 9 oct. 1936 Castello Reale di Miramare

Menton », et, en dernière page, « Note. Ce recueil qui devait être imprimé et figurer à L’Exposition du centenaire de Goethe à la Bibliothèque nationale est resté inédit. Le grand nombre de suppressions du texte proposé par le directeur d’une grande revue m’y avait fait renoncé. FB.

DELÉON (Marcel). Le Nid de l’Aigle. Voyage à l’île d’Elbe.

»

Paris, Éditions G. Ficker pour la Revue des Études napo-

DIVERS SOUVENIRS INÉDITS. Environ 30 pp. in-folio dacty-

léoniennes, 1935. In-4. Envoi autographe signé de l’au-

lographiées, avec corrections de plusieurs mains. Vers la

teur à Ferdinand Bac, et ex-dono signé de Bac « à

fin des années 1940. Courts textes sur Talleyrand, les

Caroline Octavie en souvenir des voyages italiens qui alimentaient si copieusement le zèle du mémorialiste…

Goncourt, Musset, Renan, Rachel et le docteur Véron, le romantisme, etc.

25 août 1950 »

FERDINAND BAC À PIERRE GENNARI. Regards sur l’art

– NAPOLÉON I er . Lettres […] relatives à la Corse. Bastia,

moderne. Mention de date : « 6 octobre 1945 ». 4 pp.

imprimerie & librairie C. Piaggi, 1911. In-8. Long envoi autographe signé « Reçu du greffier en chef du tribunal de Bastia… 1937… Et à Caroline Octavie, compagne spirituelle des beaux voyages aux pays latins et confi- dente de bien des secrets de famille que je n’ai pas livré

à la publicité… » Avec un dessin original en couleur repré- sentant le jeune Bonaparte en costume militaire.

La Revue de Paris. N°7 (38 e année). Paris, 1 er avril

1931. In-8. Avec annotations autographes signés en marge d’un article d’Henry Bordeaux sur la reine Hortense. On joint un exemplaire du catalogue de la vente Lacipière comprenant la correspondance reçue de sa famille par Pauline Borghèse.

500/600

1/2 dactylographiées, en feuilles.

LHOMME QUI NA JAMAIS PU PRENDRE LE MÉTRO. S.d. 2 jeux

du même texte, dont un signé, avec corrections de plusieurs mains. 2 fois 2 pp. in-folio dactylographiées.

INÉDITS POUR COMÉDIA. Une mention de date :

« Compiègne 28 août 1928 ». 30 pp. dactylographiées in-folio. Textes sur Barrès, Lola Montès, Venise, l’Allemagne, l’impératrice Eugénie, Morny, etc.

NAPOLÉON III INCONNU. Environ 270 pp. in-folio dactylo-

graphiées en numérotation cahotique, sous chemise de papier fort. Joint, un feuillet portant le sommaire autographe de l’ouvrage (1 p. in-folio). Envoi autographe signé « Pour Caroline Octavie en souvenir du vieux Cent garde… mai 1946 ».

800/1 000

13

28 IMPORTANT ENSEMBLE de 7 copies dactylographiées

et manuscrites, certaines corrigées, toutes en feuilles.

« NOTES DE VOYAGE SUR L’ALLEMAGNE DU SUD ». (35) pp.

in-folio dactylographiées, avec corrections de plusieurs

mains. Joint : un jeu d’épreuves du même texte

(estampille datée du 18 octobre 1930) et 2 lettres de La Revue de Paris adressées à Bac au sujet de cet article.

PREMIÈRE VISITE CHEZ LIMPÉRATRICE EUGÉNIE. 25-26 février

1910. S.d. Environ 50 pp. manuscrites, avec corrections

de plusieurs mains, sous chemise de papier fort avec dédicace autographe signée « Pour Caroline Octavie… Mai 1946 ».

PROJET DE DISCOURS DE RÉCEPTION DU PRÉSIDENT HERRIOT À

L’ACADÉMIE FRANÇAISE. Fragment de 10 pp. in-folio dacty-

lographiées.

LE RETOUR DU MESSIE. S.d. 18 pp. in-folio dactylogra- phiées.

VIENNE. De Beethoven à Sadowa. Mention de date :

« Les Colombières, 1930 à 1932 ». Environ 350 pp. dac-

tylographiées, avec quelques corrections de plusieurs mains, sous chemise de papier fort avec envoi autographe

signé : « Pour Caroline Octavie, son vieux Cent garde, 30 mai 1946 ».

[VIENNE]. SUITE DU CONGRÈS DE VIENNE. 46 pp. in-folio

dactylographiées, avec quelques corrections de plusieurs

mains.

LE VOYAGE À BERLIN. Mention de date, biffée, « octobre

1913 à mai 1914 ». Environ 240 pp. in-folio dactylogra- phiées, avec corrections de plusieurs mains (dans le texte et sur 4 pleines pages).

700/800

29 LE PÈLERIN AMOUREUX. ii-248 pp. in-folio dactylo- graphiées, avec corrections de plusieurs mains.

Envoi autographe de Ferdinand Bac en page i : « Pour Jean Barberie 30 mai 1946 ». Inscription en p. ii :

« Menton “Les Colombières”, février 1925 »

400/500

14

30 « SOUVENIRS DE FERDINAND BAC présentés par René Héron de Villefosse. Décembre 1948 à Février 1949 ». Environ 30 pp. in-folio dactylographiées, sur feuillets brochés, sous chemise de papier fort. Avec un titre et un envoi autographe signé de Bac : « Les Six émissions de la Radio nationale… Pour Émile et Caroline Octavie Ladan-Bockairy… »

300/400

31 IMPORTANT ENSEMBLE de 9 jeux d’épreuves, certains corrigés (de plusieurs mains), tous en feuilles, trois sous étui avec vignette ex-libris JB dessinée par Bac.

LA COUR ET LA VILLE. In-12, plusieurs dessins en repro-

duction collés sur des ff. intercalaires. Corrections de plu-

sieurs mains. Premier volet de la série intitulée Les Intimités du Second Empire, paru en 1931 chez Hachette.

LE

Estampille datée « 2 juil 29 » sur la première page. Ouvrage publié en 1930 chez Conard.

LE FAVORI DU CARDINAL ALBANI. In-12, sous étui (pièce de

titre « Angelica »). Autre jeu. Estampille datée du « 25 avril

29 ». L’enveloppe protégeant ce jeu porte la mention manuscrite : « Bonnes feuilles (jeu complet) du livre sur Winckelmann “Angelica Kauffmann” supplément ajouté à

celui de “Le Favori du cardinal Albani” L. Conard éditeur ». Joint, une gravure sur cuivre avec la mention manus- crite : « 1781. Angelica Kauffmann fecit ».

JEAN-PAUL ou L’Amour universel. In-12, sous étui. Estampille datée « 9 juin 27 » sur la première page. Ouvrage publié en 1928 chez Conard.

ODYSSEUS. In-8. Plusieurs feuilles d’épreuves dont une avec mention autographe signée de Bac : « Première feuille sortie des presses de l’imprimerie Lahure pour le tirage de mon Odysseus Paris 23 mai 1923 à 4 heures ». L’édition originale d’Odysseus parut en 1923 chez Conard. Joint, 14 épreuves en un ton d’illustrations de l’ouvrage.

PROMENADES DANS LA VIEILLE ALLEMAGNE. In-8, avec quel-

ques corrections de plusieurs mains. Estampilles datées du 22 décembre 1905 au 10 janvier 1906. Bac fit paraî- tre Vieille Allemagne en 2 volets chez Fasquelle, en 1906 et 1907.

FAVORI

DU

CARDINAL

ALBANI. In-12, sous étui.

VIEILLE ALLEMAGNE. In-8, avec quelques corrections de

plusieurs mains. Estampilles datées des 25 et 26 décembre

1907.

LA VOLUPTÉ ROMAINE. Prospectus de l’éditeur (4 pp. in-

8, illustrations de Bac) pour cet ouvrage paru en 1922

chez Conard. Joint : 7 planches imprimées tirées de l’ouvrage, rehaussées au crayon bistre.

800/1 000

32 L'EXTRAPLANÉTAIRE. Impressions sur les terrestres. Trois jeux d'épreuves de cet ouvrage, chacun in-12 et en feuilles, l'ensemble placé sous deux étuis. Le premier jeu porte des corrections en page de titre (col- lettes imprimées et mentions manuscrites) et une estam- pille datée « 30 juill. 1926 » au verso du titre. Le second porte des corrections de plusieurs mains. Le dernier est vierge. L'ouvrage a paru en 1926 chez Conard. Provenance : JB (vignette-ex-libris dessinée par Bac, au premier contreplat des chemises).

500/600

33 RETOUR DE LA GRANDE ARMÉE. 1812. Jeu d'épreu- ves de cet ouvrage, in-4, texte et planches hors texte, en feuilles. Ouvrage paru en 1939 chez Hachette.

Joint 2 ff. : un « Premier projet de la couverture » (1 p. in- folio, texte autographe et dessin original), et titre avec envoi autographe signé « Pour Madama, son Cent- garde. Noël 1939 ». La dédicataire est Caroline-Octavie Ladan-Bockairy. Joint, un jeu d'épreuves des illustrations de l'auteur pour l'ouvrage, montées sur feuillets de carton fort, avec titre et dédicace autographe signée de Bac « A mes chers amis Emile Ladan-Bockairy en souvenir de celui qui a

connu des survivants

400/500

»

34 ENSEMBLE de 9 volumes imprimés, XIX e -XX e siècles, bro- chés.

L’ANTI-LATIN. L’Allemagne de la Réforme. 1517-1546.

Paris, Louis Conard, 1930. In-12, broché. Édition originale.

L’AVENTURE ITALIENNE. Paris, Bibliothèque-Charpentier,

1912. In-12, broché, à toutes marges, abîmé. Édition ori-

ginale, un des 10 exemplaires de tête numérotés sur hol- lande. Second volet de la série intitulée Le Voyage romantique.

LA COMÉDIE FÉMININE. Paris, H. Simonis Empis, 1899. In-

12, broché, abîmé. Édition originale. Illustrations par l’au-

teur.

DE MONSIEUR THIERS AU PRÉSIDENT CARNOT. Souvenirs de

jeunesse. [Paris], Hachette, 1935. In-12, broché. Édition

originale. Premier volet de la série intitulée Intimités de la III e République.

DES BALLETS RUSSES À LA PAIX DE VERSAILLES. Souvenirs

d’un témoin. [Paris], Hachette, 1936. In-12, broché. Édi-

tion originale. Troisième volet de la série intitulée Intimités de la III e République.

L’EXTRAPLANÉTAIRE. Impressions sur les terrestres. Paris, Louis Conard, 1926. In-12, broché. Édition originale.

LES FEMMES ET LA COMÉDIE. [Paris], Librairie Hachette,

1931. In-8, broché. Édition originale. Second volet de la

série intitulée Intimités du Second Empire.

FLORENCE. GÊNES. VENISE. MILAN. [Paris], Hachette,

1933. In-12, débroché. Édition originale. Second volet de

la série intitulée Promenades dans l’Italie nouvelle.

LOUIS I ER DE BAVIÈRE ET LOLA MONTÈS. Paris, Louis

Conard, 1928. In-12, broché. Édition originale. Deuxième

volet de la série intitulée L’Allemagne romantique. 200/300

15

35 ENSEMBLE de 7 volumes imprimés, XIX e -XX e siècles, bro- chés.

LES MAÎTRESSES […]. Préface de Félicien Champsaur. Paris, H. Simonis Empis, 1897. In-12, broché, abîmé. Édition originale. Illustrations par l’auteur.

LE MARIAGE DE LIMPÉRATRICE EUGÉNIE. [Paris], Librairie

Hachette, 1928. In-12, broché. Édition originale.

LE PÈLERIN AMOUREUX. Confessions d’un libertin. Paris,

Louis Conard, 1926. In-8, broché. Édition originale, un

des 100 exemplaires numérotés sur vélin du Marais, jus- tifié par l’auteur.

LA PRINCESSE MATHILDE. Sa vie et ses amis. Paris,

Librairie Hachette, [1929] (achevé d’imprimer daté d’oc-

tobre 1928). In-8, débroché. Édition originale. Envoi auto- graphe signé « À Édouard L. Bockairy en souvenir d’un des derniers témoins de ce salon et de la maison de St- Gratien… 1 janvier 1929 ». Une note manuscrite en page 11 indiquant que le personnage cité, Charles-Philippe Henri, fils de la princesse de Löwenstein, est « le père de l’auteur ».

ROME. [Paris], Hachette, 1933. In-12, broché, abîmé. Édition originale. Envoi autographe signé daté d’août 1950. Première partie de la série intitulée Promenades dans l’Italie nouvelle.

DE COMPIÈGNE. Second Empire.

[Compiègne], Imprimerie de Compiègne, 1946. Petit in-4,

broché. Édition originale. Exemplaire justifié par l’auteur en 1950.

Marie

Conquerré de Monbrison, comtesse de Pourtalès, puis comtesse Rehbinder. Compiègne, Imprimerie de Compiègne, 1945. In-4, broché. Édition originale, tirée à 200 exemplaires numérotés et justifiés par l’auteur. 300/400

SOUVENIRS

UNE

FRANÇAISE

INOUBLIABLE.

Jacqueline,

36 LA FLÛTE ET LE TAMBOUR. Pensées & images d’un témoin du siècle. [Paris], Librairie Hachette, 1939. In-4, broché. Seconde édition, la première illustrée, un des exemplaires hors commerce justifiés par l’auteur. Illustrations par l’au- teur. Envoi autographe signé « Pour mes amis de la “Surintendance”. Avant-propos. En me relisant après onze ans, j’ai l’impression d’être souvent dans le sillage des plus hauts commandements, ceux qui sont suivis par peu de gens. Je voudrais aussi m’excuser auprès des hommes de trop bien les connaître. Pour avoir eu le cou- rage de publier ce recueil il fallait avoir renoncé d’avance à tous les avantages qui résultent de notre désir de leur plaire. Et aussi à aucun moment je n’avais songé à leur déplaire. C’est que la vérité que parfois nous portons en nous, n’attend rien de ses effets… Août 1950 Compiègne. »

150/200

37 NOS PETITS AÏEUX. Paris, Librairies-imprimeries réu- nies, [1893]. In-4, cartonnage illustré de l’éditeur, tran- ches dorées, reliure usagée et tachée. Édition originale. Illustration par l’auteur. JOINT : deux planches de cet ouvrage, rehaussées de couleurs à la main, montées sur carton fort et placées sous passe-partout, chacune avec ENVOI AUTOGRAPHE SIGNÉ de Bac à André Viénot (1893 et 1894).

150/200

38 LA VOLUPTÉ ROMAINE. Paris, Louis Conard, 1922. In- 8, broché. Édition originale. Illustrations par l’auteur.

50/100

16

39 ENSEMBLE d’une centaine de périodiques, dont plu- sieurs portant des articles ou des reproductions de des- sins de Ferdinand Bac, et dont deux avec annotations autographes de l’écrivain. Quelques défauts.

RARE ET INTÉRESSANTE RÉUNION.

– ARTICLES de Bac concernant l’Allemagne, la France

sous la III e République, Anatole France, la princesse Mathilde, Les Tuileries et Vienne, dans Les Annales (15 janvier 1929, 10 novembre 1935, 25 mars 1936), Aux Écoutes du monde (15 août 1952), Le Correspondant (10 janvier 1919), Lectures pour tous (février 1920), La Mode (noël 1904), La Revue de France (15 février, 1 er mars, 15 septembre et 1 er octobre 1931, 1 er et 15 janvier 1932).

– DESSINS de Bac dans plusieurs numéros de l’hebdo- madaire Le Sourire, dont Alphonse Allais était alors rédacteur en chef (ces numéros figurent dans un volume reliés avec d’autres du même périodique). ON JOINT quelques doubles et autres revues de même provenance, dont deux volumes reliés de La Caricature. 500/600

40 DESSIN original signé daté de 1905, au crayon, couvrant toute la page de faux-titre d’un exemplaire de l’HISTOIRE DE NAPOLÉON par Jacques Marquet de Montbreton de NORVINS (Paris, Furne et Cie, 1855). In-4, (4)-iv-572 pp., chagrin vert Empire, dos à nerfs cloisonné, encadrement de filets à froid et dorés ornant les plats, armoiries impé- riales dorées et ex-dono doré « DONNÉ PAR LEMPEREUR » au centre du premier plat, coupes filetées en pointillé, roulette intérieure dorée, tranches dorées, reliure frottée, fortes rousseurs, déchirure sans manque à la carte (reliure de l’époque).

LE DESSIN REPRÉSENTE NAPOLÉON III TENANT UN LIVRE. Il est

accompagné d’un ex-dono de Ferdinand Bac : « 1905. À Madame Em. L. Bockairy en souvenir de l’Empereur. » EXEMPLAIRE DE PRÉSENT de cette belle édition illustrée d’après les dessins d’Auguste RAFFET : 27 planches hors texte (26 gravées sur cuivre, une planche sur bois rehaussée de couleurs) et très nombreux bois gravés dans le texte. Avec une carte dépliante rehaussée de couleurs. Provenance : JB (vignette ex-libris dessinée par Bac). 400/500

17

41 COLLECTION DE DOCUMENTS HISTORIQUES CONCERNANT L’AVÈNEMENT DE NAPOLÉON III, constituée par Ferdinand Bac. Soit une quarantaine de pièces et lettres signées par des membres des cours de justice parisiennes et provinviales, procureurs généraux, juges d’instruction, greffiers, etc. 1852. Ex-dono autographe signé de Ferdinand Bac sur une chemise : « Offert à Édouard et à Yvonne L. Bockairy par l’Oncle Ferdinand, 16 avril 1934 ».

300/400

une chemise : « Offert à Édouard et à Yvonne L. Bockairy par l’Oncle Ferdinand, 16

DOCUMENTATION ET ILLUSTRATIONS

42 ALBUM DE REPRODUCTIONS DE PHOTOGRA- PHIES DU SECOND EMPIRE, intitulé Dans l’intimité des personnages illustres 1865-1905. Album reçu de Madame Jacquemaire Clémenceau le 28 juin 1947. Dédicacé anonymement à Madame Jacquemaire Clémenceau en décembre 1946. Dédicacé par F.Bac à ses amis Emile et Caroline-Octavie Ladan-Bockairy. On joint un exemplaire du n°295 du journal Le Miroir daté du dimanche 20 juillet 1919. Dédicacé à Caroline Octavie. Exemplaire déchiré en deux.

300/400

43 ALBUM DE CARTES POSTALES. Mon voyage en Italie, Printemps 1910 avec Jean Lafour (« Flavien »). 74 pages, 296 cartes postales.

200/300

44 OUVRAGE D’ILLUSTRATIONS SUR LE SUDTIROL. Volume 3 Auflage. Par J.J. Schätz. Edition allemande de 1929, à Munich. 200 illustrations sur le Südtirol. Annoté par Bac Livre acquis pour mes études sur l’Europe, 1931, Menton les Colombières.

50/100

45 ENSEMBLE DE HUIT OUVRAGES D’ILLUSTRATIONS par F.Bac. Mauvais état.

Le Paradis Terrestre, Editions Librairie Moderne, Paris. Reproductions en couleurs. Dédicacé de la main de Bac à Edouard et Yvonne, 1934.

Modèles d’artistes, Editions H.Simonis Empis, Paris.

Reproductions en couleurs. Préface par Julia, un Ancien Modèle. Dédicacé de la main de Bac à Edouard et Yvonne, 1934.

Belles de nuit, Editions H.Simonis Empis, Paris.

Reproductions en couleurs. Préface de Pierre Veber.

Dédicacé de la main de Bac à Edouard et Yvonne L.Bockairy, 1934.

Nos Femmes, Editions H.Simonis Empis, Paris.

Reproductions en couleurs. Préface de Maurice Donnay. Dédicacé de la main de Bac à Edouard et Yvonne

L.Bockairy, 1934.

Femmes de Théâtre, Editions H.Simonis Empis, Paris.

Reproductions en couleurs. Prologue de Yvette Guilbert.

Dédicacé de la main de Bac à Edouard et Yvonne, 1934.

Nos Amoureuses, Editions H.Simonis Empis, Paris.

Reproductions en couleurs. Chanson-préface de Xanrof. Dédicacé de la main de Bac à Edouard et Yvonne L.Bockairy, 1934.

Les Alcôves, Editions H.Simonis Empis, Paris. Reproductions en couleurs. Préface de Ricahrd O’Monroy.

300/400

46 ENSEMBLE DE QUATRE RECUEILS DE LITHOGRA- PHIES DE F.BAC. Etat moyen.

Les Grands Jours, Editions Devambez. Recueil com-

plet de dix lithographies en noir, toutes signées et numé- rotées. Exemplaire 238 sur 250, signé. Une lithographie

numérotée 239.

Les Grands Jours, Editions Devambez. Recueil incom-

plet de neuf lithographies en noir, toutes signées et numérotées. Exemplaire 145 sur 250, signé.

L’Eloge de la Folie, Editions Devambez. Recueil com-

plet de dix lithographies en noir, toutes signées et numé-

rotées 235/250. Exemplaire 55 sur 250, signé.

L’Eloge de la Folie, Editions Devambez. Recueil incom-

plet de huit lithographies en noir, toutes signées et numé- rotées. Exemplaire 59 sur 250, signé. Une lithographie numérotée 103.

200/300

47 ENSEMBLE DE DIX-NEUF ILLUSTRATIONS DE DES- SINS DE BAC parus dans le Journal amusant entre 1910 et 1911. Six illustrations annotées par Bac, dont trois datées de 1911 de sa main.

200/300

48 ENSEMBLE DE ONZE ÉPREUVES EN NOIR, illustra- tions de dessins datant de 1900-1910. Annotées de la main de F.Bac.

200/300

18

49 ENSEMBLE DE ONZE ÉPREUVES EN COULEURS, illustrations de des- sins datant de 1909-1910. Annotés de la main de F.Bac.

300/400

50 ENSEMBLE DE SIX ÉPREUVES EN COULEURS, illustrations de dessins datant de 1900-1910.

200/300

51 ENSEMBLE DE SIX ÉPREUVES EN NOIR, illustrations de dessins datant de 1891-1896. Annotées au verso de la main de F.Bac.

150/200

52 ENSEMBLE DE TRENTE-QUATRE ÉPREUVES, illustrations de dessins datant de 1900-1910. Planches décou- pées.

200/300

53 ENSEMBLE DE SEIZE ÉPREUVES, illustrations de dessins datant de 1887-

1909. Annotées de la main de F.Bac. 400/500

54 ENSEMBLE DE TREIZE ÉPREUVES, illustrations de dessins datant de 1888-

1910. Annotées de la main de F.Bac.

Réhaussées à l’encre.

600/800

55 DEUX ÉPREUVES, illustrations de des- sins. L’un annoté de la main de F.Bac. Cadres.

100/150

56 LOT NON VENU

ÉPREUVES, illustrations de des- sins. L’un annoté de la main de F.Bac. Cadres. 100/150 € 56

48

ÉPREUVES, illustrations de des- sins. L’un annoté de la main de F.Bac. Cadres. 100/150 € 56

19

48

49 55 49 20 55

49

49 55 49 20 55

55

49 55 49 20 55

49

49 55 49 20 55

20

55

DESSINS

57 Débuts amoureux : deux scènes, l'une à l'Epôquie des Jouisseurs, 1860, l'autre Avec la robuste éducation moderne, 1900, encre noire, crayon noie et rehauts de couleurs au crayon bleu, 38 x 28 cm, signé et daté 1900. Annoté en août 1950 : miraculeuse survie d'un dessin de 1900, échappé au pillage de l'invasion. Contrecollé. 500/600

58 UN ENSEMBLE DE HUIT DESSINS :

Les Rois Mages : encre bleue, crayon noir et rehauts de couleurs, 27 x 21 cm, signé et daté jour des Rois

1952, dédicacé pour mes amis Emile et Caroline Octavie Ladan Bockairy très affectueusement.

La Vanité de Opinions et la Médiocrité de Patries,

(Stephen Mallarmé) : encre noire, rehauts de couleurs au

crayon et à l’encre, 25,5 x 17 cm, signé, contrecollé. La citation a été ajouté postérieurement, dessous on lit une date 1949 et une autre phrase : la fragilité des opinions et la vanité des patries.

Le Sphinx, le 19 octobre 1951 : encre noire et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 17 x 22 cm, signé.

Singe : encre noire et rehauts de couleur au crayon, 28 x 22,5 cm, signé et daté 1946.

La Philosophie endormie (variation autour de madame

Greuze) : encre noire et rehauts de couleur au crayon,

30,5 x 23,5 cm, signé et daté 31 dec 1945, contrecollé.

1789 : encre noire et rehauts de gouache blanche et

de couleur au crayon, 34,5 x 25 cm, signé et daté 1948, contrecollé.

600/800

59 UN ENSEMBLE DE SEPT DESSINS :

La marche de la tortue : encre noire et rehauts de cou- leur au crayon, 25 x 19 cm, signé et daté 1945.

Trompettiste militaire : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 20,5 x 13 cm, signé et daté 21 avril 1952, 6h du matin.

Impérieuse beauté marseillaise : encre noire, crayon

noir et rehauts de couleur au crayon, 20 x 13 cm, signé fernando, daté 12 oct 1938 et localisé Nice, Hôtel Brice, chambre 27.

21

La nouvelle Jehanne : encre noire et rehauts de cou- leur au crayon, 20,5 x 13 cm, signé fernando Baccho drôle de type de 1859 et daté 11 may 1952

Découverte de l’homme : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 26,5 x 21 cm, signé et daté 1945

Définition de l’actuel : encre noire et rehauts de couleur au crayon, 29,5 x 22,5 cm, signé et daté 31 décembre 1945, contrecollé. On note une citation de Veuillot.

Fonctionnaire : encre noire et rehauts de couleur au

crayon, 31,5 x 24 cm, signé et daté 1 janv.1947, contrecollé

600/800

: encre noire et rehauts de couleur au crayon, 31,5 x 24 cm, signé et daté

57

60 UN ENSEMBLE DE SEPT DESSINS :

Souvenir de mon enfance : encre noire et rehauts de

couleur au crayon, 30,5 x 24 cm, signé et daté 1946, contrecollé.

Le Roy boit : encre violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 35 x 19 cm, signé et daté 6 janvier 1949, contrecollé.

Le Suisse du mariage d’Emilio et de Carolina Octavia,

26 février 1890 : crayons de couleur, 32,5 x 25 cm, titré, signé et daté 1948, contrecollé. Deux petites déchirures en haut, pliure et tache.

Défilé du 14 juillet : encre violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 26,5 x 21 cm, signé et daté 14 juillet 1948, contrecollé.

Poursuites Judiciaires : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 26 x 23 cm (côté droit irré- gulier), signé et daté 1946, contrecollé.

Joueuse de flûte (1648) : 32,5 x 25,5 cm, signé et daté 1948, contrecollé.

600/700

61 UN ENSEMBLE DE QUATRE DESSINS :

La question des Mineurs : encre noire et rehauts de

couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 1947. Petit accident dans le visage de l’Aînée.

Vendanges : encre bleue et crayon noir (au dos d’une

carte allemande de la France), 19,5 x 30 cm, signé et daté 20 sept 195 ?, dédicacé à Mr le Surintendant et Madame la Surintendante de Bâtiments du Roy dans

Compiègne.

Le défilé de la Fête des Archets (le tambour de 1551) :

encre noire et crayon noir, 20 x 24 cm, signé et daté 1951, dédicacé A mes chers amis Em.Ladan Bockairy, en souvenir du 6 mai 1951, contrecollé.

L’Homme ? C’est quoi ? : encre noire et crayon noir,

24 x 17 cm, signé et daté 1951, contrecollé.

Les Droits de l’Homme : encre noire et crayon noir,

22

x 17,5 cm, signé, contrecollé.

400/500

62 UN ENSEMBLE DE HUIT DESSINS :

Doux Printemps d’Autrefois : encre noire, crayon noir, gouache blanche et rehauts de couleur au crayon sur papier beige, 22,5 x 13 cm, signé et daté mai 1951, contrecollé sur une carte allemande de la France.

22

L’Impérialiste : encre violette, crayon noir et rehauts de

couleur au crayon, 29 x 24,5 cm, signé et daté 1950. Pliure

L’Impérialiste : encres noire et violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 29 x 25,5 cm, signé et daté 1950. Déchirures sur le bord droit.

Vénus au Disciple : encre noire, crayon noir et rehauts

de couleur au crayon, 34,5 x 22 cm, signé et daté 30 janv 1947, contrecollé.

Le Mieux est l’Ennemi du Bien : encre noire, crayon

noir et rehauts de couleur au crayon, 26, 5 x 21 cm, signé et daté 1 septembre 1947, contrecollé.

Ascension : encre noire, crayon noir et rehauts de cou- leur au crayon, sur carton, 32 x 25 cm, signé et daté 1952 ascension.

Danse bacchique : encres noire et rouge, crayon noir

et rehauts de couleur au crayon (sur papier à lettre adressé à Nogent-sur-Marne), 26,5 x 20,5 cm, signé et daté 2 juillet 1947, contrecollé.

Carnaval : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 25 x 24 cm, signé et daté 1948, contrecollé.

600/800

63 UN ENSEMBLE DE DIX DESSINS, 27 x 21 cm Encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, signés et datés 1945.

600/800

DESSINS, 27 x 21 cm Encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, signés

60

64 UN ENSEMBLE DE DIX DESSINS :

La colère des hommes n’est pas la Justice de Dieu :

encres noire et rouge et rehauts de couleur au crayon, 30,5 x 21 cm, signé et daté 1945, une dédicace à mes amis Emile Ladan Bockairy mai 1950.

L’avenir de la SDN : encre noire et rehauts de couleur

au crayon, 25,5 x 19,5 cm, signé et daté juillet 1940, col-

lage d’un titre de journal.

Image symbolique de la guerre : encres noire et violette,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 19,5 x 18,5 cm, signé et daté 1950.

Paix : encre violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 23 x 19 cm, signé et daté 1 mai 1949.

Mobilisation civile : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 1940.

La défense passive : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre rouge, 27 x 21 cm, signé et daté 10 juin 1940.

Les jours difficiles : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 26,5 x 21 cm, signé et daté 6 juillet 1940.

Soyez poètes! : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 20,5 cm, signé et daté 31 dec 1940, article de presse collé.

Le bourgeois de Calais : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté dec 1940.

La loi cosmique : encre noire, crayon noir et rehauts de

couleur au crayon et à l’encre rouge, 30,5 x 21 cm, signé

et daté 1945, dédicace pour mes amis Emile Ladan Bockairy en souvenir de F.Bac 1950.

1 000/1 200

65 UN ENSEMBLE DE CINQ DESSINS : 30,5 x 21 cm, signés et datés 1946. Deux à l’encre violette et crayon noir, deux aux encres noire et violette et crayon noir et un aux encres noire et violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre rouge.

500/600

23

66 UN ENSEMBLE DE SEPT DESSINS SUR L’ANNÉE 1830 :

A l’Opéra : encre noire, crayon noir et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 32,5 x 25 cm, signé et daté 1945. Traces de papier collant en haut et en bas, acci- dent, tache. Au dos des additions.

Chez la modiste : encre noire, crayon noir et rehauts de

couleur au crayon et à l’encre, 32 x 25 cm, signé et daté

1946.

Confidences prénuptiales : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 32,5 x 25 cm, signé et daté 1946, dédicace à mes amis Emile et Caroline Octavie Ladan Backairy datée du 26 février

1952.

L’indiscret : encre noire, crayon noir et rehauts de cou- leur au crayon et à l’encre, 32,5 x 25 cm, signé et daté

1946.

Le troubadour : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 32,5 x 25 cm, signé et daté 1946.

Déclaration restrictive : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 28 x 22 cm, signé et daté 1946.

Avarie : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 34 x 24 cm, signé et daté 1946.

1 000/1 200

67 UN ENSEMBLE DE SIX DESSINS :

La rosière 1820 : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 32 x 22,5 cm, signé et daté 1946.

La dame et l’Immortel 1820 : encre noire, crayon noir

et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 32 x 25 cm, signé et daté 1946.

Au Palais-Royal 1820 : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 33 x 25 cm, signé et daté 1946.

La vie désordonnée 1630 (numéro 47) : encre noire et crayon noir, 32 x 24, 5 cm, signé et daté 1946.

La Sainte Famille 1630 (numéro 49) : encre noire et

crayon noir, 32 x 25 cm, signé et daté 1946.

Vendeuse de fleurs 1846 : encre noire et crayon noir, 32,5 x 25 cm, signé et daté sept 1946.

600/800

68 UN ENSEMBLE DE SEIZE DESSINS :

Réutilisation de papiers commerciaux de la deuxième guerre mondiale :

Saint Martin : encre violette, crayon noir et rehauts de

couleur au crayon, 29, 5 x 20,5 cm, signé et daté 15 juin

1949.

Hélix, album pour le croquis : encre violette et rehauts

de gouache blanche, 26 x 20,5 cm, signé, daté juin 1949 et dédidacé à mon confrère inconnu.

James : encres noire et violette, crayon noir et rehauts

de couleur au crayon, 26,5 x 20 cm, signé et daté 14 juil- let 1949 (deux fois).

Vélin de Moirans à la cuve : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 30 nov 1947.

Lasnier Compiègne (blason collé): encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 26,5 x 20,5 cm, signé et daté mars 1948. Pliure.

Belle fruitière (étiquette collée) : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 6 août 1947.

Parchemin : encres noire et violette, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 26,5 x 20 cm, signé et daté août 1947.

Royalty : encre noire, crayon noir, gouache blanche et rehauts de couleur au crayon, 21 x 15,5 cm (bande d'un

centimètre ajoutée en haut), signé et daté 4 janv 1947.

Illustration d'un dessin de L.Sabattier : encres noire et violette et rehauts de couleur au crayon, 29 x 19,5 cm, signé et daté janvier 1946.

Utilisation au mieux d'une lettre de faire-part : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 12,5 x 20,5 cm, signé et daté dec 1945. Papier découpé au centre.

Réutilisation d'une enveloppe adressé à Ferdinand Bac

puis à Madame Paul Ditisheim et Monsieur François Ditisheim : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon.

Prophéties de 1915 (papier coupé en deux) : encre

noire, crayon noir, gouache blanche et rehauts de couleur

au crayon, 18,5 x 28 cm, signé et daté juin 1945.

Old Royal Manufactory : encre noire, gouache blanche et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé.

24

Vélin : encre noire et crayon noir, 20,5 x 13 cm, signé et daté 28 mai 1945.

Faire-part de décès : encre violette, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm.

Les petits chanteurs à la Croix de bois (affiche cou-

pée) : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 43 cm, signé et daté 1949. Petite déchirure.

1 200/1 500

69 UN ENSEMBLE DE SEPT DESSINS :

Le Doyen des lettres françaises (autoportrait) : encre

bleue, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à

l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté janv 1952, contrecollé. Pliures.

Lucrèce Borgia (autoportrait) : encre bleue, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 20,5 x 20 cm, signé et daté 1951, contrecollé.

Retraite (autoportrait) : encre violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 1 avril 1950, contrecollé.

Le cancre (autoportrait en 1867) : encres noire et vio- lette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon,

26,5 x 20 cm, signé et daté 25 juillet 1947, contrecollé.

La dédicace (autoportrait) : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre rouge, 22 x 18,5 cm, signé et daté 1951, contrecollé.

Napoléon Palace (sur papier à lettre à en-tête Les

Colombières) : encre noire, crayon noir et rehauts de cou- leur au crayon, 22 x 17 cm, daté 2 nov 1938, contrecollé.

Le Jour des rois : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 32 x 24,5 cm, signé et daté 6 janv 1950, une dédicace pour mes chers amis Mr et Madame Emile Ladan Bockairy.

1 000/1 200

68 25 69

68

68 25 69

25

69

70 UN ENSEMBLE DE NEUF DESSINS :

Réfugiés balcaniques : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 1940.

En marge de La Fontaine : encre brune et rehauts de

couleur au crayon et à l’encre, 21,5 x 21 cm, signé, daté 1940 et situé à Compiègne.

En marge de La Fontaine : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté

1941.

Après Stalingrad : encre noire et rehauts de couleur au

crayon, 25 x 19 cm, signé et daté Février 1943, dédicace Pour Edouard. Dessin jauni, déchirure et manques aux coins supérieurs.

L’Agneau pascal : encre noire, crayon noir et rehauts

de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 1945. Tache.

Le surveillant de la maison d’aliénés : encre noire,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 26,5 x 21 cm, signé et daté 1945.

Parallèles 1630-1944 : encre noire et crayon noir, 30,5 x 24 cm, signé et daté 1946.

Le meilleur café : encre noire et crayon noir,

27,5 x 23 cm, signé et daté 1946.

Définition de Triboulet : encre violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 26,5 x 21 cm, signé et

daté 1948, dédicace à mes amis Emile Ladan Bockairy mai 1950.

800/1 000

71 UN ENSEMBLE DE SIX DESSINS, plus une page manuscrite Explication sur la collection de mes œuvres satiriques datée du 10 mai 1950 :

Reproche justifié : encres noire et violette, crayon noir

et rehauts de couleur au crayon, 26,5 x 21 cm, signé et daté 1948.

Il faut marcher avec son temps : encres noire et violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 25,5 x 22 cm, signé et daté 1950.

La dictature du ridicule : encre violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 25,5 x 22 cm, signé et daté 1950.

26

Consolation : encres noire et violette, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté

1950.

Carnaval : encre noire, crayon noir et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 22 x 18,5 cm, signé et daté

1950.

Mardi gras : encre noire, crayon noir et rehauts de cou- leur au crayon, 24 x 22 cm, signé et daté 1951.

500/600

72 UN ENSEMBLE DE HUIT DESSINS :

La caricature : encre noire, crayon noir et rehauts de

couleur au crayon, 22 x 17 cm, signé et daté 24 nov 1938, contrecollé.

Le bourgeois gentilhomme : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 26,5 x 21 cm, signé et daté 1940, contrecollé.

Les héros du devoir : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 26,5 x 21 cm,

signé, daté 1941 et localisé Rimont (Ariège).

Les tours de force de l’information : encre noire,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre,

27 x 20,5 cm, signé et daté juin 1941, contrecollé.

Sur la duplicité d’un pouvoir : encres noire et rouge,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 1941, contrecollé. Trace de colle sur le pourtour.

Parallélisme : encres noire et violette, crayon noir, gouache blanche et rehauts de couleur au crayon, 26,5 x 21 cm, signé et daté 1946, contrecollé.

L’image paraphrasée des pouvoirs publics : encre vio- lette, crayon noir et crayons de couleur, 32 x 25 cm, signé et daté 20 nov 1948, contrecollé.

Médisance au paroxisme : encre violette et crayon noir,

28 x 19, 5 cm, signé et daté 19 mai 1950. 1 000/1 200

71 27 72

71

27

71 27 72

72

73 UN ENSEMBLE DE DOUZE DESSINS :

Bisou, dieu des plaisirs et de la joie : encre noire,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 23 x 19 cm, signé et daté 1945, contrecollé.

Dans le marécage : encre noire et rehauts de couleur

au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté juin 1945.

Une vision des temps délicieux : encre noire, crayon

noir et rehauts de couleur au crayon, 25 x 19 cm, signé

et daté 30 décembre 1945, coins collés (au dos une par- tie d’impression en noir).

Le français tel qu’on le parle en 1945 II : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 25 x 19 cm, signé et daté 1945, contrecollé.

En marge de Molière : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 22 x 20,5 cm, signé et daté 1946, coins collés.

Le lundi de Pâques : encre noire, crayon noir et rehauts

74 UN ENSEMBLE DE CINQ DESSINS :

A l’Elysée : encre noire, crayon noir et rehauts de cou-

leur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 9 janvier 1950,

contrecollé. Une lettre manuscrite datée de la nuit du 24 au 25 janvier 1950 intitulée réflexion sur cette image.

André Maurois témoin d’un drame de la rupture : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon,

31 x 24 cm, signé et daté oct 1951, dessin accompagné

d’une coupure de presse.

Il y a plusieurs manières de porter sa Renommée :

encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon,

27 x 21 cm, signé et daté 1951, contrecollé.

Le temps nouveaux : encres noire et rouge, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm (feuille

découpée), signé et daté 9 février 1951, dessin accom- pagné d’une photographie découpée d’un journal, contrecollé.

de couleur au crayon et à l’encre, 30,5 x 24 cm, signé et

Portrait : encre noire et rehauts de couleur au crayon,

daté 1946.

21

x 27 cm, signé et daté 11 février 1951, contrecollé.

Les mots de Mauriac dans les vieux journaux de juin

1940 : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 20,5 cm, signé et daté 1946, contrecollé.

Les formules démodées : Fermez la porte SVP : encre

noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 1951.

Les formules démodées : Défense de fumer sous

peine d’amende : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 1951. Côté gauche irrégulier.

Il y a cent ans : encre noire, crayon noir et rehauts de

couleur au crayon et à l’encre, 28 x 17 cm, signé et daté 16 juillet 1951.

La vérité sur la politesse : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 23 fev 1951.

Chose vue de ma fenêtre : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé. 1 000/1 200

500/600

75 UN ENSEMBLE DE CINQ DESSINS :

Cachette : encre noire, crayon noir et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 1951, contrecollé.

L’avenir sportif : encres noire et bleue, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 24 x 19,5 cm, signé et daté 1951, dessin exécuté au dos d’une carte.

Le président de la République : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre,

22 x 20 cm, signé et daté 1951, dessin exécuté au dos

d’une carte allemande de la France.

Aimer son prochain : encre bleue, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 23,5 x 19,5 cm, signé et daté 1951, dessin exécuté au dos d’une carte allemande de la France.

Je suis vite : encres noire et bleue, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27 x 21 cm, signé et daté 1951.

500/600

28

74 29

74

29

76 UN ENSEMBLE DE SEPT DESSINS :

Ingénieur des Mines : encre noire et rehauts de couleur

au crayon et à l’encre, 26,5 x 21 cm, signé et daté 1947, contrecollé. Petites déchirures.

Le règne du Démon : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté nov 1947, contrecollé.

Bain de soleil : encres noire et violette, crayon noir, gouache blanche et rehauts de couleur au crayon,

20 x 15,5 cm, signé et daté août 1947, contrecollé.

Aux temps délicieux : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 1947, contrecollé.

Drôlerie de 1948 : encre noire et rehauts de couleur au

crayon, 27 x 20 cm, signé et daté fevr 1948, contrecollé. Titre ajouté postérieurement en 1950.

Respect : encres noire et violettes et rehauts de cou-

leur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 1948, collé sur trois côtés.

Sans titre : encres noire et violette, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 30 x 19 cm, signé et daté 1948, contrecollé.

600/700

77 UN ENSEMBLE DE SIX DESSINS :

A maux nouveaux, remède nouveau : encre noire,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté 1948, contrecollé.

Quel remède ? : encre violette, crayon noir et rehauts

de couleur au crayon et à l’encre, 26 x 19,5 cm, signé et daté 27 oct 1948, contrecollé.

Monologue interrompu : encres noire, violette et verte, crayon noir et rehauts de couleur au crayon,

27 x 19,5 cm, signé et daté 10 oct 1948, contrecollé.

La langue française assassinée : encre violette, crayon

noir et rehauts de couleur au crayon, 26, 5 x 21 cm, signé et daté mai 1948, contrecollé.

Actualité : encres noire et violette, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 30 x 20 cm, signé et daté

1948, contrecollé.

Paris terrestre 1948 : encre violette, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon, 27 x 21 cm, signé et daté

août 1948, contrecollé.

600/800

30

78 UN ENSEMBLE DE CINQ DESSINS :

Drôleries : encre noire, crayon noir et rehauts de cou- leur au crayon et à l’encre, 27 x 20 cm, signé et daté 1951, contrecollé.

Eternel Poisson d’Avril : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 26,5 x 19 cm, signé et daté 1 avril 1951, contrecollé.

L’envers de la suffisance du savoir qui ne créé pas :

encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 28 x 16,5 cm, signé et daté 1951, contre- collé.

La totale dépendance de l’individu de l’Etat : encre

noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à

l’encre, 19 x 18 cm, signé et daté 1951, contrecollé.

L’homme c’est ça (autoportrait) : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 22 x 17 cm, signé et daté 1952, contrecollé.

500/600

79 UN ENSEMBLE DE CINQ DESSINS :

L’Eloge de la Folie : encre violette, crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 25,5 x 22 cm, signé et daté carnaval 1950.

Carnaval : encres noire et violette, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 22 x 18,5 cm, signé et daté 1950.

Je suis las des mots : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 22 x 18,5 cm,

signé et daté 1950.

Un homme unique au monde : encre violette, crayon

noir et rehauts de couleur au crayon, 27,5 x 22 cm, signé et daté 15 mars 1950.

L’habit ne fait pas le moine : encres rouge et violette,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon, 27 x 22 cm, signé et daté 1950 mardi de Pâques.

500/600

78 31 79

78

78 31 79

31

79

80 UN ENSEMBLE DE HUIT DESSINS :

Portrait de femme : encre brune, crayon noir et rehauts

de couleur au crayon, 21 x 10,5 cm, signé, daté 1880 et localisé Londres, dédicace A Yvonne l’oncle Ferdinand 1934, contrecollé.

Logique courante : encre noire et crayon noir,

23 x 19 cm, signé et daté 1949.

Carnaval : encre noire, crayon noir et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 22 x 18,5 cm, signé et daté 1952, contrecollé.

Discrétion : encre noire, crayon noir et rehauts de cou- leur au crayon et à l’encre, 24 x 18,5 cm, signé et daté

1952.

Le Jaloux en face du Sage : encre noire et rehauts de

couleur au crayon et à l’encre, 24 x 18 cm, signé deux fois et daté 1952 et Pâques 1952.

Colloque entre le Méchant et le Malin : encre noire,

lavis gris et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 27,5 x 22,5 cm, signé et daté 1952.

La vérité parle par la bouche des Simples : encre noire,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 20,5 x 13 cm, signé et daté 1952, contrecollé.

Vérités d’hier et de demain : encre noire, crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 28 x 18,5 cm, signé et daté 1952, contrecollé.

800/1 000

81 UN ENSEMBLE DE NEUF DESSINS :

Lendemain du 1 er mai : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 24 x 18,5 cm,

signé et daté 1952.

Nouvelles couches : encre noire, crayon noir et rehauts

de couleur au crayon et à l’encre, 28 x 22, 5 cm, signé et

daté mai 1952.

Actualité permanente : encre noire et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 32 x 25 cm, signé Bac de 1859 et daté 12 sept 1952, reprises dans le titre.

Rêve insensé : encre noire et crayon noir, 22,5 x 19 cm,

daté dans le texte, dessin réalisé au dos d’une carte de la France.

32

Coup d’Etat du 16 mai : encre noire et crayon noir,

28 x 22,5 cm, signé et daté 16 mai 1952 5h du matin.

Jehanne la Pucelle d’Orléans 1952 : encre noire et crayon noir, 20,5 x 13 cm, signé.

La vie est un état de Liberté surveillée : encre noire et crayon noir, 28 x 22,5 cm, signé et daté sept 1952.

13 mai : encre noire et crayon noir, 20,5 x 13 cm, signé et daté 1952.

Paradoxe : encre noire, 22,5 x 17 cm, signé et daté 27 sept 1952, dessin réalisé au dos d’une carte de la France.

Vénus : encre noire et crayon bleu, 25 x 16 cm, signé et daté 30 oct 1952.

800/1 000

82 UN ENSEMBLE DE CINQ DESSINS :

Actualité, L’âge du Muffle : encre noire et rehauts de couleur au crayon, 23,5 x 18,5 cm, signé et daté 1 mai

1952.

Amateur : encre noire, crayon noir et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 27 x 20,5 cm, signé et daté

1952. Quelques petites cassures.

Des goûts et des couleurs : encre noire, crayon noir et

rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 23 x 20 cm, signé et daté 1952. Dessin réalisé au dos d’une carte allemande de la France.

Fête du travail : encre noire, crayon noir et rehauts de

couleur au crayon et à l’encre, 26,5 x 20,5 cm, signé et daté 1 mai 1952, dédicace pour Emile et Mad. L.Bockairy.

Je suis tout rond : encre noire et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 23,5 x 22,5 cm, signé et daté 1952. Dessin réalisé au dos d’une carte de la France. 500/600

83 UN ENSEMBLE DE SIX DESSINS :

Paraboles : encre noire, crayon noir et rehauts de cou- leur au crayon et à l’encre, 22 x 19 cm, signé et daté 1952, contrecollé.

La plus grande sottise de l’homme : encre noire et

rehauts de couleur au crayon, 24 x 18,5 cm, signé et daté 30 avril 1952, dédicace à mes chers amis Emile et Caroline Octavie Ladan Bockairy, contrecollé.

La parabole de la Paille et de la Poutre : encre noire,

crayon noir et rehauts de couleur au crayon et à l’encre, 22 x 20 cm, signé et daté 1952, contrecollé.

A la sortie de la messe : encre bleue et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 24 x 18,5 cm, signé et daté 1952, contrecollé.

L’Invalide : encre noire, crayon noir et rehauts de cou-

leur au crayon et à l’encre, 20 x 13,5 cm, signé et daté

sept 1952, contrecollé. Un texte intitulé PS à l’Invalide signé et daté sept 1952.

Marcher sur son prochain : encre noir