Vous êtes sur la page 1sur 39

Introduction

Le contrôle de gestion peut être défini comme « le processus par lequel les dirigeants s’assurent que
les ressources sont obtenues et utilisées avec efficacité (par rapport aux objectifs) et efficience (par
rapport aux moyens employés) pour réaliser les objectifs de l’organisation ».
Gérer une entreprise : c’est prévoir, organiser, commander et contrôler.
La gestion ne peut se contenter d’analyser le passé seulement. Mais elle doit aussi estimer le future,
c’est le but de la gestion prévisionnelle (ou la gestion budgétaire) qui s’appuie sur des prévisions, en
fonction des conditions internes à l’entreprise (capacité de production, capacité de stockage des
produits fabriqués…) et des conditions externes (tels que l’étude de marché, la concurrence…).
A partir des objectifs généraux, il est établi des programmes (programme des ventes, programme
d’investissement et programme d’approvisionnement) et des budgets (budgets des ventes, budget des
frais commerciaux, budget de production, budget d’approvisionnement, budget des investissements et
finalement le budget de trésorerie).

1- Définition de budget :

Un budget est un ensemble de prévisions coordonnées et chiffrées concernant l’activité d’une
entreprise au cours de prochain exercice.

2- Elaboration des budgets :

Un budget est l’expression quantitative et financière d’un programme d’action envisagé (prévu) pour
une période donnée. Le programme d’action fixe :
 Les objectifs à atteindre qui peuvent être :
 Qualitatifs : exemple : introduire de nouveaux modèles tous les trois ans.
 Quantitatifs : exemple : s’assurer d’une part de 30% du marché national.
 Les moyens d’exécution nécessaires pour atteindre ces objectifs (moyens de financement,
personnel, matériel…).

En général on distingue les programmes fondamentaux (Programme des ventes, programme
d’investissement et programme d’approvisionnement) aux quels correspondent les budgets suivants :
 Budget des ventes ;
 Budget de production ;
 Budget des approvisionnements ;
 Budget des investissements.
La synthèse de ces budgets constitue le budget général qui fournit le bilan et le CPC prévisionnels ;

3- La hiérarchie des budgets :

Les budgets doivent être établis dans un ordre déterminé à partir des objectives production/vente :
 En général, la contrainte majeure de l’activité de l’entreprise est d’ordre commercial, malgré
les possibilités techniques de production, les ventes ne peuvent dépasser un montant donné compte
tenu du marché et de la concurrence.
Exemple : une entreprise peut produire 5 000 unités d’un produit par mois. Le service commercial
n’estime vendre que 4 000 unités comptes tenu de la concurrence. Donc le budget sera calculé sur
la base de 4 000 unités. La production est alors conditionnée par la vente.

 Dans certains cas, la contrainte se situe au niveau de production, malgré les possibilités
supérieures de ventes.
Exemple : vue la qualité supérieure du produit, le service commercial d’une entreprise estime
vendre 7 000 unités, mais sa capacité productive ne lui permet fabriquer que 5 000 unités. Le

1 / 39

budget sera donc calculé sur la base de 5 000 unités. La vente est alors conditionnée par la
production.
4- Les objectifs d’élaboration des budgets :

- Une meilleure connaissance des potentiels e l’entreprise et son environnement ;
- Une volonté de déterminer la place que l’entreprise occupera dans les années futures en
définissant ses objectifs et les moyens nécessaires pour l’atteindre (stratégie : elle permet de
présenter les grandes options (chois) de l’entreprise) ;
- Une planification et une coordination des actions à mener pour atteindre ces objectifs (plan
opérationnel : il permet de programmer les moyens nécessaires à la réalisation des objectifs
stratégiques ou le plan à court terme qui contient les prévisions détaillées et le contrôle de la
première année du plan) ;
- Un suivi et un contrôle budgétaire permanent : rapprocher les résultats réels et des prévisions afin
de rechercher la ou les causes d’écart, informer les différents niveaux hiérarchiques, et de prendre
les mesures correctives nécessaires aux bons moments.
- L’implication (engagement) de tous les responsables opérationnels de l’entreprise.
-

Le schéma d’élaboration de budgets

Budget des
Programme Ventes
Des ventes

Budget des frais commerciaux

Budget de
Production

Objectifs
Budget des charges Budget de trésorerie
De production

Programme d’investissement Budget des investissements

Budget des charges de structures

Programme d’approvisionnement Budget des approvisionnements

Budget des frais d’approvisionnements

2 / 39

Section 1 : Budget des ventes

Le point de départ de l’élaboration des budgets, c’est la prévision des ventes.

I- Les prévisions des ventes :

La prévision des ventes est l’établissement par avance des ventes en quantités et en valeur en se basant
sur des études ayant pour objectif de déterminer le marché potentiel auquel peut avoir accès
l’entreprise.
A long terme, prévoir les ventes permet d’élaborer un programme d’investissement et un plan
d’investissement.
A court terme prévoir les ventes permet d’élaborer un programme de production, un programme
d’approvisionnement ainsi due le budget de trésorerie.

II-Les méthodes de prévision des ventes :

Plusieurs méthodes de prévision existent, on se limite essentiellement à la méthode des moyennes
mobiles, la méthode de l’ajustement et la méthode des coefficients saisonniers, elles ont comme
principe l’utilisation des données du passé pour prévoir l’avenir.

1- La méthode des moyennes mobiles :
Exemple :
L’évolution des ventes trimestrielle de la société « SOJAN SERVICES » pendant les trois dernières
années se présente comme suit :
Année Trimestre Ventes
1er 120
2ème 130
1
3ème 100
4ème 130
5ème 160
6ème 160
2
7ème 125
8ème 180
9ème 215
10ème 210
3
11ème 180
12ème 210

3 / 39

5.25 8ème 180 170.00 5ème 160 137. on peut lisser la courbe des ventes (unifier : à la rendre uniforme) pour un calcul de moyenne mobile.25 3 11ème 180 203.75 12ème 210 4 / 39 .75 2 7ème 125 156. Année Trimestre Ventes Moyenne Mobile 1er 120 2ème 130 1 3ème 100 120. Ventes 250 200 150 Ventes 100 50 - On remarque que les ventes sont moins stables.00 4ème 130 130.50 10ème 210 196. Ce dernier permet de mieux détecter l’orientation d’une courbe et de prolonger facilement la moyenne mobile des quatre premiers trimestres est égal à : (120+130+100+130)/4 = 120 cette moyenne est centrée au milieu de la première année entre les trimestres deux et trois. La moyenne suivante est obtenue en laissant tomber le premier trimestre est en ajoutant le cinquième : (130+100+130+160)/4 = 130 et ainsi de suite.50 6ème 160 143.00 9ème 215 182. car l’âge moyen des observations est : (1+2+3+4)/4 = 2.

50 . mais elle permet de raboter une courbe. …. 40.25 12 210 5. 2. Les ventes sont dénommées yi : y1. 30 135.25 6 160 .25 11 180 4. 4. nous devons effectuer un ajustement linéaire.25 3 100 .50 20 90.00 30.00 12.50 55 137. 1.50 0. Les trimestres sont dénommés xi : x1.50 . Trimestre Ventes (xi - x) (yi - y) (xi - x)(yi - y) (xi - x)² (xi) (yi) 1 120 .25 5 160 .……y12.25 4 130 .50 .00 6. 30 75. y2.25 9 215 2. . 0.50 20 30.50 50 175.00 12. 5. Pour déterminer quelle est la droite qui aligne les données de notre exemple. de mieux faire apparaître la tendance et donc de prolonger facilement.00 220.50 .50 6.50 .La méthode de l’ajustement (méthode de moindres carrés) : Cette méthode permet de déterminer l’équation y = ax + b.00 20. 0. On appelle  x la moyenne des xi donc  x = xi/12 On appelle  y la moyenne des yi donc :  y = yi/12 La droite de régression linaire est de type y = ax + b avec : a = (xi - x) (yi- y) / (xi-x)² et b = y- a x.x12. 17. x2.25 5 / 39 . 2.00 30.25 8 180 1.00 20.La représentation graphique selon la méthode des moyennes mobiles nous permet de voir clairement la tendance de l’évolution des ventes de la société « SOJAN services.50 50 275. 2. 60 210. La moyenne mobile n’est pas vraiment une méthode de prévision.25 2 130 .00 2. 35 .50 . .25 10 210 3.50 . 3.25 7 125 0.

36 Prévision compte tenu du coefficient 246.06 248. - 6 / 39 .55 = 220.90 III.45 3.45(1) 229.Calculer les valeurs de cette série ajustée.09 1. a = 1 330/143 = 9.55 = 146. (2) : 9.76 239. ses prévisions pour le 1 er trimestre sont : . Exemple : Reprenons les données de la série précédente : Tableau des ventes trimestrielles ajustées : Trimestre Année 1 2 3 4 1 108. . .25 192.99 (1) 120/108.85 211.84 191.5 = 99.85 .90(2) 245.12 1.95 2 1.Calculer pour chaque période.00 143. grâce à l’équation de la droite précédente .45 (2) : 220.45 136.17 1.La méthode des coefficients saisonniers : Les étapes de cette méthode sont les suivantes : .08 0.Produit A : 300 000 articles au prix prévisionnel de 43 DH l’unité .95 3 183.03 3 1.10 1.55 = 220. (1) : 9. 78 1 920 1 330.5 .Déterminer la droite des moindres carrés qui ajuste la série chronologique .35 164.3 X 1 + 99.10 0.3 et b = 160 – 9.75 1.3 X 13 + 99. Confection du budget des ventes : Exemple1 : Une entreprise fabrique deux produits A et B.24 245.3 x 6.75 2 146. .02 0. .78 0.12 = 246. le rapport moyen qui sera considéré comme le coefficient saisonnier de la période.80 0.00  x = 78/12 = 6.99 Coefficients 1.3 X 13 + 99.87 (1) : 9.10 Prévision des ventes pour la quatrième année : Trimestre 1 2 3 4 Rang du trimestre 13 14 15 16 Extrapolation de la tendance 220.65 173.89 0.85(1) 118.07 0.15 On utilise l’équation déterminée par la méthode des moindres carrés d’exemple précédent pour calculer les ventes trimestrielles ajustées.55 = 108.15 127.  y = 1 920/12 = 160 .05(2) 155.85 = 1.Produit B : 150 000 articles au prix prévisionnel de 85 DH l’unité.Faire le rapport entre les valeurs yi réellement observées et les valeurs yi ajustées .55. Donc les ventes du 13ème trimestre = 9.55 201.45 X 1.05 Calcul des coefficients saisonniers : on utilise les ventes réelles par les ventes ajustées : Trimestre Année 1 2 3 4 1(1) 1.3 X 5 + 99.

Le budget global des ventes peut être découpé en plusieurs budgets : par produit. chronologiquement… Exemple 1 : une société commercialise deux produits P1 et P2. 3ème Trim. La budgétisation des frais commerciaux repose sur la distinction entre frais commerciaux de structure (fixe et indépendants u niveau d’activité) et les frais commerciaux opérationnels (variable ou proportionnels au niveau d’activité). Budget es charges commerciales : Il s’agit du budget des charges de distribution nécessaires à la réalisation du chiffre d’affaires prévisionnel. 4ème Trim. Les provisions vente pour l’année suivante sont comme suit : Trimestres Nord Sud er 1 Trimestre 600 KG 800 KG 2ème Trimestre 400 KG 900 KG 3ème Trimestre 800 KG 1 100 KG 4ème trimestre 800 KG 3 800 KG Le prix de vente unitaire prévisionnel est de 20 DH. programme des ventes de l’année N+1 : Produits 1er Trim. elle vous communique au cours de l’année N les informations suivantes : 1. Ces ventes sont ventilées comme suit : Produits Janvier Février Mars A 15% 15% 70% B 60% 20% 20 Travail à faire : Présenter le budget des ventes en tenant compte de la TVA de 20% Solution : Budget des ventes par produit : Produit A Produit B Mois Q PU HT TVA TTC Q PU HT TVA TTC Janvier 45 000 43 1 935 000 387 000 2 322 000 90 000 85 7 650 000 1 530 000 9 180 000 Février 45 000 43 1 935 000 387 000 2 322 000 30 000 85 2 550 000 510 000 3 060 000 Mars 210 000 43 9 030 000 1 806 000 10 836 000 30 000 85 2 550 000 510 000 3 060 000 total 300 000 43 12 900 000 2 580 000 15 480 000 150 000 85 12 750 000 2 550 000 15 300 000 Exemple 2 : Une entreprise fabrique un seul produit qu’elle commercialise dans deux régions : la région du nord et la région du sud. 2ème trim. P1 150 110 100 200 7 / 39 . Travail à faire : Présenter le budget des ventes pour l’année suivante. géographiquement. Q PU HT TVA TTC Q PU HT TVA TTC 1er T 600 20 12 000 2 400 14 400 800 20 16 000 3 200 19 200 2ème T 400 20 8 000 1 600 9 600 900 20 18 000 3 600 21 600 3ème T 800 20 16 000 3 200 19 200 1 100 20 22 000 4 400 26 400 4ème T 800 20 16 000 3 200 19 200 3 800 20 76 000 15 200 91 200 total 2 600 20 52 000 10 400 62 400 6 600 20 132 000 26 400 158 400 IV. Solution : Budget des ventes par région : Région du Nord Région du Sud Trim.

ses prévisions des ventes pour le 1 er trimestre sont : . Ses ventes sont ventilées comme suit : Produits Janvier Février Mars A 15% 35% 50% B 60% 30% 10% Les règlements des clients se font de la manière suivante : 25% au comptant. 2. Prix prévisionnels des ventes pour N+1 : P1= 200 DH et P2 = 100 DH. 3. Q V Q V Q V 1er T 150 30 000 500 50 000 650 80 000 2ème T 110 22 000 300 30 000 410 52 000 3ème T 100 20 000 300 30 000 400 50 000 4ème T 200 40 000 400 40 000 600 80 000 total 560 112 000 1 500 150 000 2 060 262 000 Budget des charges commerciales pour l’année N+1 Elément/Trim.Etablir le budget des ventes pour l’année N+1 .Produit B : 150 000 articles à un prix prévisionnel de 58 DH l’unité. T1 T2 T3 T4 Total Ch. Budget des ventes pour l’année N+1 Produit P1 Produit P2 Total Trim.Produit A : 300 000 articles à un prix prévisionnel e 43 DH l’unité . commission de vente : 2% du chiffre d’affaire.Charges variables : frais de déplacement de l’agent commercial : 10DH par produit. Publicité 8 000 DH. . Fixes: Salaires 18 000 18 000 18 000 18 000 72 000 Publicité 8 000 8 000 8 000 8 000 32 000 Total Ch. Travail à faire : 1. Variables 8 100 5 140 5 000 7 600 25 840 Ch. Fixes 26 000 26 000 26 000 26 000 104 000 Total Charges 34 100 31 140 31 000 33 600 129 840 Exemple 2 : ventilation par produit Une entreprise fabrique deux produits A et B. Les charges commerciales prévisionnelles : . 45% dans 30 jours et le reste dans 60 jours. . P2 500 300 300 400 2. Variables: Frais de déplacement 6 500 4 100 4 000 6 000 20 600 Commission 1 600 1 040 1 000 1 600 5 240 Total Ch.Charges fixes : Salaires : 3000 DH par mois (nombre d’agents commerciaux : 2). Solution : Budget des ventes produit « A » Eléments Montant Janvier Février Mars CPC Bilan Quantité 45 000 105 000 150 000 8 / 39 .Présenter le budget des charges commerciales pour la même période.

Solution : Budget des ventes de la région du Nord : Eléments Montant T1 T2 T3 T4 CPC Bilan Quantité 600 500 800 750 Prix 200 210 190 215 Ventes HT 538 250 120 000 105 000 152 000 161 250 538 250 TVA 20% 107 650 24 000 21 000 30 400 32 250 Ventes TTC 645 900 144 000 126 000 182 400 193 500 Règlement: T1 144 000 43 200 86 400 14 400 T2 126 000 37 800 75 600 12 600 T3 182 400 54 720 109 440 18 240 T4 193 500 58 050 135 450 Total 645 900 43 200 124 200 144 720 180 090 153 690 Budget des ventes de la région du Sud : 9 / 39 . Le prix prévisionnel est identique dans les deux régions. Prix 43 43 43 Ventes (HT) 12 900 000 1 935 000 4 515 000 6 450 000 12 900 000 TVA 20% 2 580 000 387 000 903 000 1 290 000 Ventes (TTC) 15 480 000 2 322 000 5 418 000 7 740 000 Règlement: Janvier 2 322 000 580 500 1 044 900 696 600 Février 5 418 000 1 354 500 2 438 100 1 625 400 Mars 7 740 000 1 935 000 5 805 000 Total 15 480 000 580 500 2 399 400 5 069 700 7 430 400 Budget des ventes produit « B » Eléments Montant Janvier Février Mars CPC Bilan Quantité 90 000 45 000 15 000 Prix 58 58 58 Ventes HT 8 700 000 5 220 000 2 610 000 870 000 8 700 000 TVA 20% 1 740 000 1 044 000 522 000 174 000 Ventes TTC 10 440 000 6 264 000 3 132 000 1 044 000 Règlement: Janvier 6 264 000 1 566 000 2 818 800 1 879 200 Février 3 132 000 783 000 1 409 400 939 600 Mars 1 044 000 261 000 783 000 Total 10 440 000 1 566 000 3 601 800 3 549 600 1 722 600 Exemple 2 : Ventilation géographique Une entreprise fabrique un seul produit qu’elle commercialise dans deux régions : la région nord et la région u sud. Les ventes prévisionnelles par trimestre de l’exercice N se présente comme suit : Trimestres Nord Sud Prix T1 600 KG 800 KG 200 T2 500 KG 900 KG 210 T3 800 KG 1 100 KG 190 T4 750 KG 1 000 KG 215 Les clients règlent de la manière suivante : 30% au comptant. 60% dans 4 mois et 10% dans 7 mois.

Les charges prévisionnelles de commercialisation. Programme des ventes de l’année N (Volume) : Trimestre T1 T2 T3 T4 Produit S1 150 110 100 200 S2 500 300 300 400 2. Charges prévisionnelles de commercialisation : .Produit S1 = 20 KDH .  Frais de suivi de dossier : 100 DH/produit . les modèles S1 et S2.Le programme des ventes en volume pour l’année N . Prévision des prix de ventes pour l’année N : . 10 / 39 . .Charges fixes :  Salaires fixes (1) : 5 000 DH/mois . Eléments Montant T1 T2 T3 T4 CPC Bilan Quantité 800 900 1 100 1 000 Prix 200 210 190 215 Ventes HT 773 000 160 000 189 000 209 000 215 000 773 000 TVA 20% 154 600 32 000 37 800 41 800 43 000 Ventes TTC 927 600 192 000 226 800 250 800 258 000 Règlement: T1 192 000 57 600 115 200 19 200 T2 226 800 68 040 136 080 22 680 T3 250 800 75 240 150 480 25 080 T4 258 000 77 400 180 600 Total 927 600 57 600 183 240 230 520 250 560 205 680 Budget général des ventes : Eléments Montant T1 T2 T3 T4 CPC Bilan Ventes HT 1 311 250 280 000 294 000 361 000 376 250 1 311 250 TVA 20% 262 250 56 000 58 800 72 200 75 250 Ventes TTC 1 573 500 336 000 352 800 433 200 451 500 Règlement: T1 336 000 100 800 201 600 33 600 T2 352 800 105 840 211 680 35 280 T3 433 200 129 960 259 920 43 320 T4 451 500 135 450 316 050 Total 1 573 500 100 800 307 440 375 240 430 650 359 370 Exemple d’application : La société ABC commercialise deux systèmes bureautiques. Travail à faire : 1. 3.Produit S2 = 10 KDH.  Publicité : 10 000 DH/an. 1. (1) Nombre d’ingénieurs commerciaux : 24. Elle vous communique au cours de l’année N-1 les documents suivants : . .Charges variables :  Frais de déplacement de l’ingénieur commercial : 400 DH/produit .Etablir le budget des ventes pour l’année N .  Commission sur vente : 2% du CA . .Les prévisions de prix .

le budget de main d’œuvre directe et le budget des frais généraux de production sont dérivés du budget de production. Les dirigeants intègrent les niveaux des stocks actuels et prévus et les prévisions des ventes au budget des matières premières reflètent le calendrier des ventes et le délai entre la commande et la réception de ces matières premières. 1. les prévisions des ventes. Le budget de production est établi en fonction du budget de ventes. L’ensemble de ces budgets constitue le budget de production.Budget de matière première . Variables: Frais de déplacement 260 000 164 000 160 000 240 000 824 000 Frais de suivi de dossier 65 000 41 000 40 000 60 000 206 000 Commission 160 000 104 000 100 000 160 000 524 000 Total Ch. stock final et initial (en quantité) pour l’année N+1 sont : Produit « A » Trimestre 1 2 3 4 Ventes prévisionnelles 2 000 2 100 2 200 2 100 Objectif de stock final 300 200 300 250 11 / 39 .Dresser le budget des charges de commercialisation pour l’année N.Le budget des matières premières La quantité fabriquée = la quantité vendue + la variation de stock = la quantité vendue +SF –SI Exemple : Prenons le cas d’une entreprise qui produit deux produits A et B. la prévision des produits à fabriquer est justifiée par les quantités à vendre ou à stocker (selon la politique et la gestion de l’entreprise).Budget des frais généraux de production. Le budget des matières premières. Fixes: Salaires 360 000 360 000 360 000 360 000 1 440 000 Publicité 2 500 2 500 2 500 2 500 10 000 Total Ch. Une fois on a déterminé les ventes. Fixes 362 500 362 500 362 500 362 500 1 450 000 Total Charges 847 500 671 500 662 500 822 500 3 004 000 Section 2 : Le budget de production La première étape dans l’établissement d’un plan de production est de déterminer la quantité à produire. Dans un souci de simplifier l’élaboration du budget de production on va le répartir en trois sous budget : . on détermine les quantités à produire. 485 000 309 000 300 000 460 000 1 554 000 Ch. 2. . Var. Q PU V Q PU V Q V 1er T 150 20 3 000 500 10 5 000 650 8 000 2ème T 110 20 2 200 300 10 3 000 410 5 200 3ème T 100 20 2 000 300 10 3 000 400 5 000 4ème T 200 20 4 000 400 10 4 000 600 8 000 total 560 20 11 200 1 500 10 15 000 2 060 26 200 Budget des charges de commercialisation pour l’année N Trimestre T1 T2 T3 T4 Total Elément Ch.Budget de main d’œuvre directe . Solution : Budget des ventes pour l’année N en KDH Produit S1 Produit S2 Total Trim. les ateliers qui vont réaliser cette production et donc la quantité de matières à consommer et l’effectif des salariés et le nombre d’heurs de travail. .

on peut déterminer la consommation des matières et fournitures. le responsable des ressources humaines doit déterminer : .Le budget de la main d’œuvre : La prévision des salaires est une tache très compliquée. taux de salaire…) . . .une unité du produit « A » nécessite 2 heures de main d’œuvre directe . prévision de stock initial 400 500 500 400 Produit « B » Trimestre 1 2 3 4 Ventes prévisionnelles 1 500 1 700 1 800 1 600 Objectif de stock final 200 300 300 200 prévision de stock initial 200 300 300 300 Travail à faire : Déterminer les quantités à produire Prévision des ventes du produit « A » Trimestre 1 2 3 4 Total/an Ventes prévisionnelles 2 000 2 100 2 200 2 100 8 400 Objectif de stock final 300 200 300 250 1 050 prévision de stock initial 400 500 500 400 1 800 Production prévisionnelle 1 900 1 800 2 000 1 950 7 650 Prévision des ventes du produit « B » Trimestre 1 2 3 4 Total/an Ventes prévisionnelles 1 500 1 700 1 800 1 600 6 600 Objectif de stock final 200 300 300 200 1 000 prévision de stock initial 200 300 300 300 1 100 Production prévisionnelle 1 500 1 700 1 800 1 500 6 500 Connaissant la quantité à produire.Les démissions . Reprenons l’exemple précédent et considérons que : .le taux horaire est de 55 DH.une unité du produit « B » nécessite 1 heure 30 mn de main d’œuvre directe .Les retraits… Pour résoudre ces problèmes. .L’augmentation des salaires suivant chaque contrat (primes d’ancienneté.5 Kg à 35 DH le Kg. . 12 / 39 . cotisation à la retraite…). Travail à faire : Etablir le budget des matières premières pour le produit « A » et « B » Solution : Le Budget de matières premières A B Trimestres Qté de Qté de MP Production PU Montant Production PU Montant MP en Kg en Kg T1 1 900 1 900 15 28 500 1 500 750 35 26 250 T2 1 800 1 800 15 27 000 1 700 850 35 29 750 T3 2 000 2 000 15 30 000 1 800 900 35 31 500 T4 1 950 1 950 15 29 250 1 500 750 35 26 250 Total 7 650 7 650 15 114 750 6 500 3 250 35 113 750 2. Reprenons l’exemple précédent si on considère que la production d’une unité de produit A nécessite 1 Kg de matière première à 15 DH le Kg et qu’une unité de B nécessite 0. .Les nouveaux recrutements (augmentation des effectifs) . on se base sur les anciens salaires et on tient compte des charges sociales (assurance maladie.

75 480 . 2. exemple : électricité.Les budgets des autres charges (ou des frais généraux de production) Dans le coût de production on distingue entre : .Charges indirectes qui sont indirectement imputables aux produits et qui nécessitent des calculs et des méthodes de répartition avant leurs imputations. fuel.Etablir le budget de production du produit « A » et « B » . Le Budget = Charges fixes + Charges variables par unité de production Reprenons l’exemple précédent et considérons que les charges variables prévues s’élèvent à 30 DH par unité produite. Indirectes Ch. . 50 320 Charges indirectes 7 650 39.Etablir le budget de production global.Etablir le budget des charges indirectes . Travail à faire : 1. 3. .87 304 980 6 500 37. petit outillage… Les prévisions des charges indirectes de production demandent préalablement une dissociation entre charges fixes et charges variables. Et les charges annuelles fixes prévues sont de 125 800 DH (60% relatives au produit A le reste au produit B).Charges directes qui sont directement imputables aux produits : les matières premières et la main d’œuvre directe. Fixes 18 870 (1) 18 870 18 870 18 870 75 480 Coût de 313 370 297 870 328 870 321 120 1 261 230 production (1) : 125 800*60%/4 = 18 870 Le budget de production du produit « B » Elément Trimestres Total 13 / 39 . . Variables 57 000 54 000 60 000 58 500 229 500 Ch. Directes MP 28 500 27 000 30 000 29 250 114 750 MOD 209 000 198 000 220 000 214 500 841 500 Ch.74 245 320 Le budget de production du produit « A » Trimestres Total Elément T1 T2 T3 T4 Ch. Budget de la main d’œuvre A B Trimestres Heures Heures Production PU Montant Production PU Montant nécessaires nécessaires T1 1 900 3 800 55 209 000 1 500 2 250 55 123 750 T2 1 800 3 600 55 198 000 1 700 2 550 55 140 250 T3 2 000 4 000 55 220 000 1 800 2 700 55 148 500 T4 1 950 3 900 55 214 500 1 500 2 250 55 123 750 Total 7 650 15 300 55 841 500 6 500 9 750 55 536 250 3. Le budget des charges indirectes "A" "B" Elément Production PU Montant Production PU Montant Charges variables 7 650 30 229 500 6 500 30 195 000 Charges fixes .Travail à faire : Etablir le budget de la main d’œuvre.

. I. Le budget des approvisionnements doit tenir compte des éléments suivants : .Coût d’obtention des commandes : établissement de la commande. électricité.Coût de possession des stocks : Amortissement ou loyer des entrepôts. chauffage. Les éléments de budget d’approvisionnement Le budget d’approvisionnement est établi après le budget de production. entretien. en fonction directement du programme des ventes. en lui ajoutant le coût d’achat des articles. Directes MP 26 250 29 750 31 500 26 250 113 750 MOD 123 750 140 250 148 500 123 750 536 250 Ch. L’établissement des budgets des approvisionnements est lié à la gestion des stocks correspondants. on obtient le coût du stock. 14 / 39 . des achats de matières premières dans le cadre d’une entreprise industrielle. Le prix est déterminé à partir de la politique du prix de ventes probables et des fournisseurs. en évitant à la fois le sur stockage (Coût) et la rupture de stock (conséquences sur le plan commercial et financier). assurance. T1 T2 T3 T4 Ch. L’ensemble de ces coûts constituent le coût de gestion de stock. arrêt de production…). Il s’agit de budgéter les entrées en fonction des stocks. transmission de la commande. Fixes 12 580(2) 12 580 12 580 12 580 50 320 Coût de 207 580 233 580 246 580 207 580 895 320 production (2) : 125 800 *40% /4 = 12 580 Le budget de production global Trimestres Total Elément T1 T2 T3 T4 Produit "A" 313 370 297 870 328 870 321 120 1 261 230 Produit "B" 207 580 233 580 246 580 207 580 895 320 Coût de 520 950 531 450 575 450 528 700 2 156 550 production Section 3 : Budget des approvisionnements : Le budget d’approvisionnements permet de s’assurer que les matières nécessaires à la production seront disponibles en quantités suffisantes pour qu’elle ne soit pas perturbée. perte de la clientèle. Il est cependant possible de transposer l’analyse et de l’appliquer au cas des achats de marchandises dans le cadre d’une entreprise commerciale. Il s’agit. Variables 45 000 51 000 54 000 45 000 195 000 Ch. suivi et réception des produits… (Coût de transport.Coûts liés à l’insuffisance des stocks : il s’agit de l’ensemble des frais résultants du manque de disponibilité d’un article (rupture de stock). Exemple : ventes perdues. essentiellement. coût financier… . coût de fonctionnement des services achats). Indirectes Ch.

Le prix d’achat d’une unité est de 15 DH . QEC = C/N Avec N : Nombre des commandes . C : consommation en quantité Et N = √c*t/2p Avec c : Consommation en valeur . II. Coût de gestion de stock Coût d’obtention des commandes Coût du stock Coût de possession des stocks Coût d’achat des articles Coût de pénurie Le budget des approvisionnements est composé de deux sous budgets : budget des achats et budget des frais d’approvisionnements : . t : taux de possession du stock. Le modèle de Wilson permet de déterminer la quantité économique à commander (QEC) (le lot économique) qui minimise les deux premiers coûts (coûts de passation et de possession). Il se décompose en programme des achats établi en unités physique et en budget traduction monétaire du programme d’achats. En avenir certain la rupture de stock est censée ne pas exister. Exemple : Dans une entreprise la demande est constante de mois en mois : Demande = 100 unités/mois = 1 200 unités/an .Définition et formules L’objectif de cette approche consiste à minimiser les coûts des stocks. A. Quelle quantité faut-il commander ? Solution : Le nombre des commandes est de : √(1200*15)*20%/2*200 = 3 . . Le coût de possession est de 20% du prix d’achat . Le coût de passation d’une commande est de 200 DH .Le budget des achats consiste à établir mensuellement la prévision des achats d’après le plan de charge de la production et compte tenu des stockes. Budget des achats : méthode de planification : Deux approches coexistent : l’approche classique qui considère la constitution des stocks comme indispensable et l’approche « juste à temps » qui soutient l’idée de tendre le stock vers zéro (stock nul). La quantité économique à commander est de : 15 / 39 . p : coût de passation d’une commande .Etablissement du budget selon l’approche classique (modèle de Wilson) a.Le budget des frais d’approvisionnements prend en compte les charges de la fonction achat et les charges entraînées par la gestion et la possession des stocks.

Exemple 3 : Une entreprise consomme de façon régulière en une année 360 lots de matières premières.QEC = C/N = 1 600 / 4 = 400 Kg .Le rythme d’approvisionnement est = 360/4 = 90 jours ou chaque trois mois.N = √c*t/2p = √1 250*1 000*15%/2*150 = 25 commandes .Quel est le rythme d’approvisionnement (ou la période de réapprovisionnement) ? Solution : 1.Quel est le nombre des commandes annuelles ? 2.QEC = C/N = 1 250 / 25 = 50 Tonnes .Déterminer la QEC 3.Quel est le nombre des commandes annuelles ? 2. un choix doit être fait entre.QEC = C/N = 360 / 4 = 90 lots . 2.Quel est le rythme d’approvisionnement (ou la période de réapprovisionnement) ? Solution : 1. le coût de passation d’une commande est de 405 DH et celui de stockage est de 20%. Travail à faire : 1.Le rythme d’approvisionnement est = 360/25 = 14. b-1. 2.QEC = 1200/3 = 400.N = √c*t/2p = √1 600*12*25%/2*150 = 4 commandes .N = √c*t/2p = √360* 180*20%/2*405 = 4 commandes . 3. le coût de détention des stocks (coût de passation) est évalué à 25 % du prix d’achat. Travail à faire : 1. Le prix d’un lot est de 180 DH. Le coût de passation de commande est 150 DH.Déterminer la QEC 3. Travail à faire : 1. 3. 2.Quel est le rythme d’approvisionnement (ou la période de réapprovisionnement) ? Solution : 1.Construction d’un programme d’approvisionnement Lorsque la consommation est irrégulière. Le coût de possession de stocks 15%. 3. Exemple 2 : La consommation annuelle d’une entreprise en matières premières est de 1 250 tonnes à 1 000 DH la tonne.Le système à point de commande : On définit le stock d’alerte ou critique qui déclenche la commande (stock minimum + stock de sécurité).Le rythme d’approvisionnement est = 360/4 = 90 jours ou chaque tris mois. Chaque fois que ce niveau de stock atteint. le coût de passation de la commande est de 150 DH.Déterminer la QEC 3. on lance une commande égale à la QEC 16 / 39 . commander des quantités fixes à des périodes variables (le système du point de commande) ou commander à intervalles réguliers des quantités variables (le système d’approvisionnement périodique).Quel est le nombre des commandes annuelles ? 2. b.4 jours ou chaque 14 jours. Exemples d’application : Exemple 1 : La consommation annuelle de matières premières est de 1 600 Kg à 12 DH le Kg.

Le système d’approvisionnement périodique : Principe : les dates sont fixées à l’avance de façon régulière. b-1.Etablissement du budget selon l’approche juste à temps (JAT) 17 / 39 . Les quantités à commandées sont variables et dépendent de la demande et de la capacité de stockage. B.

Frais d’essais .La valeur résiduelle nette d’impôts s’ajoute au dernier cash flow . locaux…) et d’une partie des charges variables (coûts des commandes. l’entreprise envisage toujours de réaliser des investissements rentables. sachant que :  Cette augmentation ( BFR) est récupérée en fin de période (c'est-à-dire ajoutée au dernier cash-flow) . . III.Prix d’achat (HT) des équipements . ni ceux engagés après le démarrage de l’exploitation. amortissement des matériels. ¼ à 30 jours. . Application budget des achats Les prévisions des achats établis par les responsables de l’entreprise « TADLAOUI » pour le premier trimestre 2006 se présentent ainsi : Eléments Janvier Février Mars Achats (HT) 250 000 160 000 240 000 TVA 20% Les fournisseurs sont payés : ½ au comptant.  Ce montant ( BFR) ne doit pas amorti (comme les autres immobilisations). .Frais d’installation . N. Budget des frais d’approvisionnement : Ce budget est composé d’une partie des charges fixes (charges de structure de la fonction d’approvisionnement : Salaire.Charges de formation du personnel qui s’occupera de l’équipement . Le capital investi (Io) comprend les charges engagées pour entamer le projet d’investissement : . le reste à 60 jours Travail à faire : Etablir le budget des achats : Solution Budget des achats : Eléments Montant Janvier Février Mars CPC Bilan Achats HT 650 000 250 000 160 000 240 000 650 000 TVA 20% 130 000 50 000 32 000 48 000 Ventes TTC 780 000 300 000 192 000 288 000 Règlement: Janvier 300 000 150 000 75 000 75 000 Février 192 000 96 000 48 000 48 000 Mars 288 000 144 000 144 000 Total 780 000 150 000 171 000 267 000 192 000 TVA récup. Ainsi dans le cadre de sa planification à long terme. 18 / 39 . . Les stockes selon cette approche sont quasi inexistants. frais financiers…). mettent en place un partenariat avec leurs fournisseurs et les livraisons se font chaque jour en fonction du programme de production. Remarque : Le budget des achats et le budget des frais d’approvisionnement entraînent des décaissements qui ont une incidence directe sur le budget de trésorerie.Dans le processus de production juste à temps. .B : Le capital investi (Io) ne doit pas comprendre les frais engagés avant la décision d’investissement tels que les études de marché. .Cash-flows = Rentrées nettes de trésorerie = Recettes – Dépenses = Résultats nets + Dotations Aux amortissements + ( BFR + Valeur résiduelle (la dernière année). les entreprises.Augmentation du besoin en fonds de roulement ( BFR). cette politique du zéro stock conduit à optimiser le budget des approvisionnements. 25 000 28 500 44 500 32 000 Section 4 : Le budget des investissements La décision d’investir consiste en l’acquisition de biens qui rapporteront des avantages durables.

75 0.Les investissements sont dits rentables quand ils rapportent plus d’argent que ce qu’ils ont coûté. La théorie économique classique retient quatre méthodes d’appréciation de la rentabilité d’un investissement : . à l’intersection entre le taux 15 et l’année 5. . Le taux d’actualisation est de 15%.75 En utilisant la calculatrice : (50 000 X 1-(1. autrement dit tous les investissements réalisables sont contraints par l’enveloppe budgétaire disponible imposant à l’entreprise des choix d’investissement et des sélections des différents projets et les moyens de leur financement. .Le taux interne de rentabilité (TIR) .15 Donc le projet est rentable. .L’indice de profitabilité (IP). .La valeur actuelle nette (VAN) . 1 2 3 4 5 Cash-flow 40 000 70 000 70 000 50 000 60 000 Solution : 1 2 3 4 5 Cash-flow 40 000 70 000 70 000 50 000 60 000 19 / 39 . Exemple 1 : Un investissement de 150 000 DH procure des cash-flows (recettes nettes) de 50 000 DH par ans pendant 5 ans. I.Cash-flow = flux de trésorerie = Encaissements (Recettes) – Décaissements (Dépenses) . le plus rentable c’est celui qui présente la plus grande VAN.La valeur actuelle nette (VAN) : Cette méthode consiste à comparer la dépense d’investissement engagée (escomptée. L’entreprise est généralement en situation de rationnement de capital.Elle véhicule le progrès technique et la productivité de l’entreprise.150 000 = 17 607.Actualisation : déterminer la valeur actuelle des sommes à payer ou à recevoir à une date future. et s’il y a plusieurs projets d’investissement. VAN = Cash-flows actualisés – Dépense initiale N.Il faut actualiser les cash-flows. S’il y’a lieu de choisir entre plusieurs projets d’investissement. Solution : Les recettes étant constantes (50 000 par an): En utilisant la table 4 pour actualiser les cash-flows. . Exemple 2 : Calculer la VAN avec des cash-flows variables dans le temps.Elle engage l’avenir de l’entreprise . . . avancée) aux cash-flows dégagés (retirée) pendant la durée de vie de projet.B : .15)-5 ) . Il y’a lieu d’actualiser les cash-flows avec le même taux d’actualisation de l’investissement. La décision d’investissement est d’une importance capitale dans la mesure où : . VAN = (50 000 X 3. le choix serait celui pour lequel la VAN est la plus grande.Une VAN positive signifie que l’investissement est rentable.150 000 –= 17 607.Le délai de récupération du capital investi .552 155 1) .

il est très utile de déterminer l’indice de profitabilité afin de permettre un choix plus judicieux.150 000 = 0 i 1-(1.08 + 46 026.Le délai de récupération du capital : C’est le délai au bout duquel les cash-flows dégagés permettent de récupérer le capital investi.42 Projet B : IP = 261 267 / 150 000 = 1.12 28 587.07-150 000 = 42 157. autrement dit c’est le taux qui correspond à une VAN nulle : VAN = cash-flows actualisés – Dépense initiale = 0.Actualisation : 0.62) – 150 000 = 192 157. Le délai de récupération atteint lorsque : Cfa = Io (Cfa : Cash-flows actualisés. .1 Exemple 4 : Une entreprise fait le choix entre deux projets : .i)-5 = 150 000/50 000 = 3 i Rechercher le taux correspondant (i est le TIR) Par la lecture de la table financière (T4) et l’interpolation on a déterminé le taux = 19.A : dépense d’investissement = 200 000. Solution : Projet A : IP = 283 795 / 200 000 = 1. Autrement dit le projet qui a le délai le plus court est celui qui doit être retenu.571 753 0.74 Le projet à retenir est le projet B (dont l’indice le plus élevé).L’indice de profitabilité (IP) : Lorsque le décideur d’investissement est confronté au choix de plusieurs projets qui ne donnent pas l’avantage de l’un par rapport à l’autre.756 144 0. Cash-flows actualisés = 261 267.07 II.86% III. le projet sera rentable si IP>1.65 29 830.Le taux interne de rentabilité (TIR) : Le TIR est le taux qui réalise l’égalité entre la dépense d’investissement et les cash-flows actualisés. il faut chercher le taux i.i)-5 ) .657 516 0.65 + 29 830.6 52 930.62 actualisé VAN = (34 782. IV.B : dépense d’investissement = 150 000. NB : . Io : Capital investi) 20 / 39 . L’indice de profitabilité permet d’exprimer la VAN par rapport à la dépense d’investissement et donc d’exprimer la VAN en terme de taux. cash-flows actualisés = 283 795 . c’est lui qui correspond le TIR.Si le taux n’est pas tablé on le détermine par interpolation.08 46 026.6 + 52 930.On détermine le taux i par simple lecture de la table financière . le projet le plus rentable est celui qui a l’indice le plus élevé. IP = Cash-flows actualisés/Dépense d’investissement Ou VAN/Io . .497 177 (table 2) Cash-flow 34 782.869 565 0. Exemple 3 : Reprenons l’exemple 1 et calculer le TIR : Solution: VAN = (50 000 X 1-(1.12 +28 587.

55 950.42-1500) La machine “A” est plus rentable que la machine “B”.909091 0. 87 + 375.B : dépense d’investissement = 350 000.Calculer de la VAN : VAN = Cash-flows actualisés – Dépense initiale Machine « A »: VAN = (454.A : dépense d’investissement = 150 000. Cash-flows annuelle actualisés = 75 000. 66) – 1 500 = 24. et on indique où se situe le montant du capital investi et on utilise la règle de trois pour déterminer le délai de récupération. 55 + 495. 58 + 375.Calcul du TIR 21 / 39 .B : Dans le cas des cash-flows variables dans le temps. Projet « B » : Dr = 350 000 / 75 000 = 4 ans et 8 mois.826446 0.55 495.87 375. Le choix porte sur le projet « A » car il a le délai de récupération le plus court.41 1 326.751315 0.58 375. cash-flows annuelle actualisés = 50 000 . 18 + 330.07-1200) Machine « B »: VAN = (818.909091 0. 2. Exercice : Une entreprise hésite à choisir entre deux machines «A » et « B » qui présentent les modalités suivantes : Machin « A » Machine « B » Prix d’achat 1 200 1 500 Durée d’utilisation 3 ans 3 ans Recettes prévisionnelles : Année 1 1 000 1 500 Année 2 1 200 1 000 Année 3 1 000 1 200 Dépenses prévisionnelles : Année 1 500 600 Année 2 600 600 Année 3 500 700 Le taux d’actualisation est de 10% Travail à faire : quelle est la machine la plus rentable ? Machine Machine "A" Machine "B" Année 1 2 3 1 2 3 Recettes prévisionnelles 1 000 1 200 1 000 1 500 1 000 1 200 Dépenses prévisionnelles 500 600 500 600 600 700 Cash-flows 500 600 500 900 400 500 Actualisation (Table2) 0.18 1 148. .18 330.66 Cash-flows actualisés cumulés 454.76 1 524. N.07 (1326.751315 Cash-flows actualisés 454.Exemple 5 : Une entreprise fait le choix entre deux projets : .42 (1524.42 1.66 818. 66) – 1 200 = 126. Solution : Projet « A » : Dr = 150 000 / 50 000 = 3ans . le délai de récupération est calculé comme suit : On doit calculer les cash-flows actualisés et les cash-flows cumulés.826446 0.07 818.

Machine « B »: 375.23) = (1 200 – 1 217. . Machine « A »: .10 (126. .23) (TIR – 15) X (1 197. 3. .T = 16%.76  x mois x = 11 mois et 7 jours donc le Dr = 2 ans et 11 mois et 7 jours La machine « A » est la plus rentable. 4-Calcul du Délai de récupération Machine « A »: Io = 1 200 est atteint au cours de la troisième année.42/1500 = 1. il faut déterminer x par la règle de trois : 375.86 % Machine « B » : TIR = 11% Donc Machine « B » est la plus rentable.26 T = TIR  CFac = 1 200 T = 15 %  CFac = 1 217.Prix d’achat : 250 000 DH (HT) .66  12 mois 1 500 .Dépenses engagées : .10) Machine “ B”: 1 524.1 148.23 (TIR – 15) / (1 200 – 1 217.66  12 mois 1 200-950.26. 22 / 39 .23. CFac = 1 217.26 – 1 217.07/1200 = 1. .07/1200 +1 = 1.41  x mois x = 8 mois donc le Dr = 2 ans et 8 mois. CFac = 1 197. A est plus rentable.23) = (16 – 15) / (1 197. l’entreprise ALPHA projette d’acheter un nouvel équipement dont les caractéristiques sont les suivantes : 1. Donc délai de récupération est de 2 ans et x mois. Les études de cas : « Budget d’investissement » Etude de cas 1 : Pour développer son activité.Calcul de l’IP : Machine « A »: 1 326. on procède par interpolation linéaire : T = 16 %  CFac = 1 197.26 – 1 217.01.23) X (16 – 15) TIR = 15.Etude de marché : 25 000 DH .Frais d’installation : 47 000 DH (HT) .T = 15%. Le délai de récupération se situé alors dans la troisième année.Pour déterminer le TIR on donne des valeurs au taux d’actualisation et on procède par interpolation linéaire.Lorsqu’on encadre Io entre deux valeurs de (CFac).

de la Valeur Actuelle Nette (VAN) . 4.Du critère du Taux Interne de Rentabilité (TIR).du critère de l’Indice de Profitabilité (IP) . Chiffre d’affaires annuel : 315 000 DH (HT) . Travail à faire : A. . 4.Prévisions : . Mode d’amortissement : linéaire . . 3. 4. Durée d’exploitation : 5 ans . 3.du critère de la Valeur Actuelle Nette (VAN) . Charges fixes (hors amortissements) : 70 700 DH par an . Etude de cas 3 : La société TETRA vous soumet les caractéristiques suivantes des deux projets A et B : Capital investi Cash-flows annuels (en KH) Elément (en KHD) 1 2 3 4 Projet "A" 500 160 180 200 210 Projet "B" 600 218 218 218 218 Sachant que le taux de rentabilité requis par l’entreprise est de 12%.Déterminer le montant du capital investi (Io) . Etude de cas 2 : L’entreprise BETA projette de réaliser un investissement dont les caractéristiques sont les suivantes : .du critère du Délai de récupération actualisé (Dra) . du Délai de récupération actualisé (Dra) . les quatre premières années et 150 000 DH la 5ème Année.Augmentation du BFRE = 30 000 DH. Taux de l’impôt sur les sociétés (IS) : 30% .Frais de formation du personnel : 20 000 DH (HT) . .Du critère du Taux Interne de Rentabilité (TIR). du Taux Interne de Rentabilité (TIR). .. sur la base des critères : 1.Etudier la rentabilité de cet investissement sur la base : 1. de l’Indice de Profitabilité (IP) .Cash-flows annuels : 120 000 DH/an. l’entreprise OMEGA projette d’acheter un nouvel équipement dont les caractéristiques sont les suivantes : 23 / 39 . 2.du critère de la Valeur Actuelle Nette (VAN) . Travail à faire : Sachant que le taux de rentabilité requis par l’entreprise est de 10%. 2. étudier la rentabilité de cet investissement. . . B.Io = 450 000 DH . . Charges variables : 40 % du chiffre d’affaires (HT) . . . déterminer le projet le plus rentable. Taux d’actualisation 10%. . 2.du critère du Délai de récupération actualisé (Dra) . Etude de cas 4 : Pour développer son activité.Durée de vie = 5 ans . Valeur résiduelle (nette d’impôts) : 24 300 DH.du critère de l’Indice de Profitabilité (IP) . 2. sur la base des critères : 1. 3.

Taux d’actualisation : 10%.du critère de l’Indice de Profitabilité (IP) .Déterminer (sur la base de la VAN) le prix de vente unitaire minimum auquel put être écoulé le produit pour que sa production soit rentable. .Valeur résiduelle nette d’impôt : 28 000 .Taux d’actualisation : 10% . 4.Déterminer le montant du capital investi (Io) .Prix unitaire de vente supposé constant sur les 5 années : 10 DH . .Frais d’essai : 7 000 DH (HT).Charges variables : 25 % du CA (HT) . B.Durée ‘exploitation de l’équipement : 5 ans .Frais d’installation : 10 000 DH (HT) . 3. . . Etude de cas 5 : La société TETRA envisage d’acquérir une nouvelle machine.Production prévisionnelle (en quantité) Année 1 2 3 4 5 Production 50 000 60 000 70 000 80 000 90 000 -Amortissements : linéaire sur 5 ans . . Travail à faire : A. C. il vous communique les données suivantes et vous demande de l’assister dans le choix entre ces deux machines : .Dépenses à engager : .du critère du Délai de récupération actualisé (Dra) .00 45 000.5 DH .5 DH 1. .Prix d’achat : 300 000 DH (HT) . Travail à faire : 24 / 39 .Etudier la rentabilité de cet investissement sur la base : 1. .Volumes annuel de production : 25 000 unités les quatre premières années et 13 000 unités la 5ème année .Les charges fixes annuelles (dont amortissements) : 85 000 DH .1.du critère de la Valeur Actuelle Nette (VAN) .Du critère du Taux Interne de Rentabilité (TIR).Taux de l’IS : 30% .Caractéristiques : Eléments Machine A Machine B Prix d'acquisition 300 000.Frais de formation de personnel : 55 000 DH (HT) . .Prévisions : . . 2. . . . Le directeur technique hésite entre deux machines A et B.On suppose que la totalité de la production est vendue .Prix de vente unitaire constant sur les cinq années : 2 DH . .Taux d’impôt sur les résultats : 30% .00 Durée d'utilisation 5 ans 5 ans Charges d'exploitation (unitaires) 1.Mode d’amortissement : linéaire . . . 2.

3. 2.Etudier la rentabilité des équipements « A » et « B » sur la base des critères de : 1. dans ces conditions. Section 5 : Le budget de trésorerie I. Taux Interne de Rentabilité (TIR).Déduire. II. Le budget de la trésorerie est la somme des budgets suivants : Budget des opérations courantes (ventes. achats. lequel des projets le plus rentable. Budget des opérations financières (dettes financiers et capitaux propres) .Le budget des ventes : C’est le budget le plus important. B. Valeur Actuelle Nette (VAN) . le niveau de la trésorerie et les variations mensuelles. L’élaboration du budget de trésorerie : 1. autres charges courantes. qui prévoit. Indice de Profitabilité (IP) . Délai de récupération actualisé (Dra) . La prévision des ventes prend en considération plusieurs éléments importants : 25 / 39 . Budget des investissements (corporels. TVA) . Définition : Le budget de la trésorerie est un tableau prévisionnel des recettes et des dépenses de trésorerie. Ce solde comporte généralement un déficit ou un excédent. ou les meilleurs placements en cas de l’excédent. Le trésorier est appelé à optimiser la trésorerie. 4. 2.A. incorporels et financiers) . au cours de l’année à venir.Le solde de trésorerie : Le solde de trésorerie est déterminé à partir des encaissements et des décaissements prévisionnels de l’ensemble des budgets. ceci revient à trouver les meilleurs financements en cas de déficit.

fournitures). L’objet de ce budget est de calculer la TVA à payer au trésor : TVA à payer = TVA facturée – TVA récupérable .5% à la fin du mois suivant .Le budget de TVA : Le budget de la TVA est déterminant car il a un impact sur la trésorerie immédiate de l’entreprise.20% des clients paient au comptant .Le calcul de la TVA du mois M selon le régime de (l’encaissement) = TVA facturée des factures encaissées le mois M Moins TVA récupérables sur immobilisation des factures décaissées le mois M Moins TVA récupérable sur charges des factures décaissées le mois M Moins Crédit TVA de la période précédente Cette TVA calculée au titre du mois M est à payer avant le 20 du mois M+1. . Pour calculer la TVA à payer il faut prendre en considération les régimes de la TVA qui sont : régime de l’encaissement et régime de la facturation ou du débit : .10% à la fin du deuxième mois .20% paient à 60 jours.Le budget des achats : Lorsque le programme de production est établi sur la base des ventes prévisionnelles. Sur la base des données statistiques on détermine les délais de paiement des fournisseurs : . .Le calcul de la TVA du mois M (selon le régime du débit) = TVA facturée des factures établies le mois M 26 / 39 . 4. Les autres charges occasionnelles ou dont la date d’engagement est incertaine font l’objet d’une répartition suivant le principe d’abonnement des charges. .Les autres charges : Les charges dont les échéances sont connues d’avance sont intégrées dans le budget à leur mois de réalisation. 6. . Les délais de règlement des clients font l’objet de traitement statistique et permettent de déterminer les cadences de paiement. Exemple : . .Régime de l’encaissement : Le fait générateur de la TVA est constitué par l’encaissement total ou partiel des factures de vente.Budget des charges du personnel : Ce budget prend en considération les salaires nets payés par l’entreprise. A court terme prévoir les ventes permet d’élaborer un programme de production. .5% au comptant . . un programme d’approvisionnement.Crédit TVA de la période précédente.80% à la fin du troisième mois. . sous ce régime. . l’entreprise procède à la construction de son budget des approvisionnements (matières premières.30% paient à 30 jours .30% paient à 45 jours . prévoir les ventes permet d’élaborer un programme d’investissement et un plan de financement . 5. est constitué par l’établissement de la facture.Régime de la facturation ou du débit : Le fait générateur de la TVA.A long et moyen terme. ainsi que les charges sociales décaissées. 3.

Etudes de cas : « Budget de trésorerie » Etude de cas n°1 : Soit le bilan de la société « FADILA et Cie » au 31/12/N-1 : Actif Nets Passif Nets Actif immobilisé 450 000 Capita social 360 000 Stock de MP 68 000 Réserves 120 000 Stock de PF 112 000 Emprunt (4) 180 000 Clients et CR (1) 174 000 Fournisseurs et CR (5) 103 800 Etat débiteur (2) 17 300 Organismes sociaux (6) 7 400 Autres débiteurs (3) 26 000 Etat créditeur (7) 68 000 Comptes régularisation actif 15 500 Associés créditeurs (8) 45 000 trésorerie actif 82 000 Autres créanciers (9) 26 700 Comptes régularisation passif 15 300 Trésorerie passif 18 600 Total 944 800 Total 944 800 (1) A encaisser 30% en janvier. (2) Il concerne la TVA récupérable sur charges déductible comme suit : 1 730 en janvier. le reste en juillet N . 3460 en février. 27 / 39 . le reste en mars.Moins TVA récupérables sur immobilisation des factures décaissées le mois M Moins TVA récupérable sur charges des factures décaissées le mois M Moins Crédit TVA de la période précédente Cette TVA calculée au titre du mois M est à payer avant le 20 du mois M+1. 15% en février. en mai 8000. 12 110 en mars . (3) A encaisser en janvier 4 500.

 L’amortissement annuel est de 90 000 DH . TVA 10% .  Les autres charges sont payables au comptant .Etablir le budget de trésorerie . Informations complémentaires :  Les clients payant 20% au comptant. 20% dans 30 jours. (4) Emprunt remboursable par trimestrialité de 15 000 (amortissement) le taux d’intérêt 10%. Les prévisions du premier semestre N :  Les ventes de produits finis : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Vente (HT) 190 000 220 000 130 000 250 000 280 000 320 000  Les achats de matières premières : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Achats 70 000 80 000 95 000 100 000 110 000 115 000 (HT)  Les autres charges externes : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Autres charges 18 000 19 000 21 000 23 000 25 000 30 000 externes (HT)  Les salaires : 25 000 DH par mois payables au comptant .  La TVA au taux de 20% selon la déclaration mensuelle et selon le régime encaissement .  L’IS dû au titre de l’exercice N-1 est de 150 000 DH .  Le stock final de MP est estimé à 96 000 DH . le reste en mars .  En janvier N on envisage acquérir un camion pour 70 000 DH (HT) payable 30% au comptant. le reste en septembre N.  Les charges sociales représentent 15% des salaires le mois suivant . le reste dans 90 jours. Travail à faire : 1. 30% dans 60 jours le reste dans 90 jours . le reste reliquat de l’IS . le reste en octobre. 3.Présenter les différents sous budgets . 20% dans 30 jours. 2. (6) A payer en janvier . Etude de cas n°2 : Soit le bilan du 31/12/N-1 : Actif Nets Passif Nets Actif immobilisé 237 500 Capita social 200 000 Stock de M/ses 220 500 Réserves 34 000 Clients et CR (1) 240 000 Emprunt (4) 200 000 Etat débiteur (2) 48 000 Fournisseurs et CR (5) 192 000 Autres débiteurs (3) 30 000 Organismes sociaux (6) 45 000 trésorerie actif 40 000 Etat créditeur (7) 20 000 28 / 39 .  Le stock final de PF est estimé à 75 000 DH. (9) A payer en décembre N. (5) Payable 10% en janvier.  Les dettes fournisseurs sont payables 10% au comptant. 20% dans 60 jours. 15% en juin.Présenter Bilan et CPC prévisionnels au 30/06/N. (7) Dont TVA due 12 500. 20% en février. TVA facturée 29 000. (8) Dont dividendes 12 000 à payer en février le reste du compte courant d’associés remboursable : 7 000 en avril.

25% dans 60 jours. (5) Payable 50% en janvier.  L’IS dû au titre de l’exercice N-1 est de 56 000 DH . 29 / 39 . (2) Dont TVA récupérables sur charges 32 000 et le reste un crédit de TVA .  La TVA au taux de 20% selon la déclaration mensuelle et selon le régime Débit .  Le stock final est estimé à 170 000 DH .  Les autres charges sont payables au comptant . Travail à faire : 1. 25% dans 60 jours le reste dans 90 jours . c. le reste en Mars . le reste en octobre. f.Budget des ventes .Les charges sociales : représentent 30% des salaires payables le mois suivant . (3) A encaisser en mars 10 000. (8) Il s’agit des autres charges externes restantes à payer en janvier. Les prévisions du premier semestre N :  Les ventes de produits finis : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Total Vente 120 000 150 000 180 000 180 000 180 000 260 000 1 070 000 (HT)  Les achats de matières premières : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Total Achats 100 000 180 000 70 000 60 000 40 000 50 000 500 000 (HT)  Les autres charges externes : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Autres charges 30 000 30 000 30 000 30 000 30 000 30 000 externes (HT) . (4) Emprunt remboursable par trimestrialité de 40 000 (amortissement). .  L’amortissement 6000 DH par mois . le reste en septembre .Budget des décaissements . intérêts au taux de 12%. a. (6) A payer en janvier . d. 25% dans 30 jours. e. (7) Il s’agit de reliquat de l’IS .Présenter Bilan et CPC prévisionnels au 30/06/N. TVA à 10% . le reste dans 90 jours . . et en juin 15000.Budget des encaissements . Informations complémentaires :  Les clients payant 25% au comptant. 50% en Mars . b.En février N on envisage acquérir une machine pour 200 000 DH HT payables 24 000 DH au comptant. Autres créditeurs (8) 60 000 Trésorerie passif 65 000 Total 816 000 Total 816 000 (1) A encaisser 1/3 en janvier. 1/3 en février.Budget des achats.Présenter les différents sous budgets .Les salaires : 80 000 DH par mois payables au comptant .Budget TVA . 48 000 DH en mai.  Les dettes fournisseurs sont payables 50% au comptant.Budget de trésorerie 2.

30% dans 30 jours.Etude de cas n°3 : Soit le bilan de la société « Karim et Cie » au 31/12/N-1 : Actif Nets Passif Nets Actif immobilisé 420 000 Capita social 300 000 Stock de M/ses 45 000 Réserves 137 400 Clients et CR (1) 192 000 Fournisseurs et CR (3) 150 000 Etat débiteur (2) 25 000 Organismes sociaux (4) 4 600 trésorerie actif 74 000 Etat créditeur (5) 72 000 Trésorerie passif 92 000 Total 756 000 Total 756 000 (1) A encaisser 30% en janvier.Budget des encaissements . 20% dans 30 jours. i.Budget TVA . 20% dans 60 jours le reste dans 90 jours . 40% en février.Les salaires : 20 000 DH par mois payables au comptant . le reste est le reliquat de l’IS. le reste dans 60 jours .Les charges sociales : représentent 20% des salaires payables le mois suivant .  Les dettes fournisseurs sont payables 30% au comptant.Budget des achats.  La marge commerciale est de 70%. k.  Les autres charges sont payables au comptant .Budget des ventes . TVA facturée 32 000.Budget des décaissements . (5) Ont TVA due 18 000.  La TVA au taux de 20% selon la déclaration mensuelle et selon le régime d’encaissement . l. Informations complémentaires :  Les clients payant 10% au comptant. (4) A payer en janvier . Travail à faire : 1. le reste en mars . h. j.Présenter les différents sous budgets . g. le reste en mars.  L’IS dû au titre de l’exercice N-1 est de 140 000 DH . (3) Payable 70% en janvier.  L’amortissement annuels est de 84 000 DH . Les prévisions du premier semestre N :  Les ventes de produits finis : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Total Vente 100 000 120 000 150 000 180 000 240 000 300 000 (HT)  Les achats de matières premières : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Total Achats 30 000 40 000 50 000 55 000 60 000 70 000 (HT)  Les autres charges externes : Janvier Février Mars Avril Mai Juin Autres charges 5000 6000 6200 7000 7000 8000 externes (HT) . (2) Ile concerne la TVA récupérable sur charges déductible comme suit : 17 500 en janvier et 7 500 en Mars .Budget de trésorerie 30 / 39 . .

Les autres charges d’exploitation comprennent 10 % d’amortissement.Les clients marocains payent selon la modalité suivante :10% dans le mois. 40% dans 30 jours.La dette des organismes sociaux figurant au bilan est payables en janvier . 20% dans 60 jours. 17.L’emprunt est remboursable par trimestrialité de 8000 DH (amortissement) on néglige les intérêts . 3.Présenter Bilan et CPC prévisionnels au 30/06/N.Le stock final est estimé à 2 980.25% des créances clients figurants au bilan comprennent des créances envers des clients étrangers payables en janvier . 16.Le conseil d’administration a décidé de distribuer 30% du résultat net en juin. 30% en mars.Les salaires payables au comptant . 31 / 39 . payable au comptant .Les ventes prévisionnelles comprennent 30% des ventes à l’export pour chaque mois. les prévisions suivantes vous sont communiquées : Achats (HT) Ventes (HT) Salaires Autres charges d'exploitation (HT) Janvier 5 000 8 000 1 000 680 Février 6 000 9 800 1 100 750 Mars 6 000 10 500 1 200 800 Avril 7 000 12 000 1 500 830 Mai 7 500 15 000 1 600 900 Juin 8 000 18 000 1 750 900 Total 39 500 73 300 8 150 4 860 1.Les dettes fournisseurs sont payables : 30% dans le mois. 15. 20% dans 30 jours. le reste en mars .2. 7.Les dettes fournisseurs figurant au bilan seront payées comme suit : 50% n janvier. 2. 14. 20% en avril et le reste en mai . 300 TVA due et 390 reliquat de l’IS .Les charges sociales représentent 25% des salaires payables le mois suivant . 13.L’IS dû de l’année N-1 est de 9 000 DH . 10. 6. le reste dans 60 jours .La TVA est au taux de 20% selon la déclaration mensuelle et régime d’encaissement . 4. 12. payables le mois suivant .L’encaissement des créances clients figurant au bilan s’effectuera comme suit : 30% en janvier. le reste dans 90 jours . 5.Etat créditeur figurant au bilan comprend : 900 TVA facturée. 8. 11. Etude de cas n°4 : Soit le bilan de la société « Karim et Cie » au 31/12/N-1 : Actif Nets Passif Nets Actif immobilisé 94 820 Capita social 60 000 Stock de M/ses 3 250 Réserves 1 726 Clients et CR 7 200 Résultat 8 200 Etat débiteur (TVA réc/ch) 680 Emprunt 30 000 trésorerie actif 326 Fournisseurs et CR 4 080 Organismes sociaux 250 Etat créditeur 1 590 Trésorerie passif 430 Total 106 276 Total 106 276 Pour le premier semestre N.La TVA récupérable sur charges au bilan est déductible comme suit : 340 en janvier et 340 en mars . 9.

Travail à faire : 3.  Coût standard de distribution : à additionner les frais de distribution de 18 DH par unité vendue dont 8 DH d’amortissements. le reste en mars .Budget des ventes . o. p.Présenter Bilan et CPC prévisionnels au 30/06/N.  Achats de matières premières 23 000 Kg à 50DH/Kg HT dont 5 000 Kg en janvier. 1 500 en mars . 8 000 Kg en février le reste en mars . (5) Il s’agit du reliquat de l’IS : 36 000 DH. (2) TVA récupérable sur charge déductible comme suit : 8 000 en janvier. 1 800 en février et 2 000 en mars . 4 000 en février et 4 000 en mars . r. n. (4) A payer en janvier .Budget de trésorerie 4. q. Informations complémentaires : 32 / 39 .Présenter les différents sous budgets . m. 25% en février et 25% en mars . (3) Payable 50% en janvier.Budget des décaissements .Budget TVA . TVA due 6 000 DH le reste TVA Facturée .Budget des achats.  Le coût standard unitaire de production : Eléments Quantité Charges directes: MP 6 Kg MOD 30 DH Charges indirectes Section atelier (1) 15 DH Coût de production de produit fini fabriqué 1 unité (1) : Des charges diverses de production dont 5 DH d’amortissements  Quantité à vendre : 1 600 unités en janvier. Les prévisions du premier semestre N :  Quantité de produits finis à fabriquer : 800 en janvier 1 200 en février.  Prix de vente unitaire : 400 DH HT . Etude de cas n°5 : On dispose des informations suivantes relatives à l’entreprise « FARID » Bilan du 31/12/N-1 Actif Nets Passif Nets Actif immobilisé 640 000 Capita social 1 400 000 Stock de MP (1000 Kg) 50 000 Réserves 156 000 Stock de PF (2000 unités) 690 000 Fournisseurs et CR (3) 96 000 Clients et CR (1) 288 000 Organismes sociaux (4) 24 000 Etat débiteur (2) 16 000 Etat créditeur (5) 90 000 trésorerie actif 82 000 Total 1 766 000 Total 1 766 000 (1) A encaisser 25% en janvier.Budget des encaissements . 40% en février.

et récupération des dépôts et cautionnement versés .  Le prélèvement sur le fonds de roulement : c’est le solde initial de la trésorerie : (trésorerie actif – trésorerie passif du bilan de départ) . 2.Déterminer le résultat analytique . 25% dans 30 jours.  Les dettes fournisseurs sont payables 60% au comptant.  Diminution des créances financières : remboursement des prêts immobilisés (amortissement).  Les salaires sont payables au comptant .  Les charges sociales sont payables dans 30 jours .  La diminution des immobilisations : produits de cession des immobilisations .Présenter le budget de trésorerie .  La TVA au taux de 20% selon la déclaration mensuelle et selon le régime d’encaissement . 4.  Les frais de distribution payables au comptant . Les ressources de financement de l’entreprise :  La capacité d’autofinancement (CAF) ou la marge brute d’autofinancement (MBA) : CAF = Résultat Net + Dotations aux amortissements sur immobilisation et provisions durables + la VNA des immobilisations cédées – les reprises durables (y compris les reprises sur subventions d’investissement) – produits de cession des immobilisations  L’augmentation des capitaux propres : émission d’actions nouvelles et apports des associés en numéraires . l’étude de l’effet des investissements sur la situation de la trésorerie de l’entreprise.Etablir le bilan et le CPC prévisionnels au 31/12/N.  L’IS dû au titre de l’exercice N-1 est de 120 000 DH . Travail à faire : 1.  NB : il existe de sections en comptabilité analytique : section Atelier et section distribution.  Les charges diverses de production sont payables dans 30 jours . autrement dite une technique du budget de trésorerie mais cette fois sur le long terme de même par. le reste dans 60 jours .  Les heures MOD comprennent 25% des charges sociales . Les clients payent 50% au comptant. 3.  Les subventions d’investissement . 1. Section 6 : Le plan de financement Le plan de financement c’est une technique d’analyse de la situation de la trésorerie dans le long terme. le reste dans 60 jours . 20% dans 30 jours.  L’augmentation des dettes de financement : les nouveaux emprunts à contractés.Etablir les différents sous budget . et encaissement des dépôts et cautionnements . 33 / 39 .

Les emplois de l’entreprise :  Les dividendes : la distribution des dividendes aux associés .  En N+3 : 150 000 DH HT. Acquisitions des immobilisations :  En N+1 : 200 000 DH HT . règlement des fournisseurs des immobilisations et versement des dépôts et cautionnement déjà encaissés .  En N+2 : 300 000 DH HT . et versement des dépôts et cautionnements .  La diminution des dettes de financement : remboursement des emprunts.  L’augmentation des créances financières : les nouveaux prêts à accorder. 34 / 39 . 2. Présentation du plan de financement : Les années 1 2 3 4 5 Les ressources :  MBA ou CAF  Augmentation des capitaux propres  Augmentation des dettes de financement  Diminution des immobilisations  Diminution des créances financières  Subventions d'investissement  Prélèvement sur fons de roulement Total I Les emplois :  Dividendes  Diminution des capitaux propres  Diminution des dettes de financement  Augmentation des immobilisations  Augmentation des créances financières  Augmentation des BFR Total II Ecart (I-II) A B C D E Trésorerie nette : (cumul des écarts) A A+B A+B+C A+B+C+D A+B+C+D+E Application : Soit le bilan de la société « KADER » au 31/12/N Actif Nets Passif Nets Actif immobilisé 600 000 Capita social 300 000 Stock de M/ses 105 000 Réserves 120 000 Clients et CR 120 000 Résultat net 100 000 Etat débiteur 58 000 Emprunt 180 000 trésorerie actif 67 000 Fournisseurs et CR 185 800 Organismes sociaux 7 200 Etat créditeur 34 000 Trésorerie passif 23 000 Total 950 000 Total 950 000 Prévisions des cinq années avenirs : 1.  L’accroissement des besoins en fonds de roulement : c’est l’accroissement des besoins en fonds de roulement d’exploitation (fonds de roulement normatif).  L’augmentation des immobilisations : acquisition des immobilisations . 2.  La diminution des capitaux propres : retrait des actionnaires et comptes d’exploitant . Les besoins en fonds de roulement :  En N+1 : 110 000 DH .

L’emprunt figurant au bilan sera remboursé (amortissement) : 25 000 par an. . 290 000 Capita social 350 000 Imm. Autres prévisions : .  En N+4 : 300 000 DH . résultats nets et amortissements : Les années N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 Chiffres d'affaires HT 800 000 950 000 1 500 000 1 800 000 2 100 000 Résultats nets 96 000 114 000 180 000 216 000 252 000 Dotations aux amortissements 75 000 92 000 115 000 115 000 115 000 4. 2.  En N+3 : 250 000 DH .Remboursement des emprunts figurant au bilan du 31/12/N : 20 000 par an . 6. .Distribution de 10% des résultats nets . Exercice 1 : On vous fournit les informations suivantes relatives à la société « Hanane » : 1. Corp. 3.Les statuts de la société. Bâtir le plan de financement des cinq années avenirs . 190 000 240 000 170 000 .Une augmentation du capital est prévue par émission d’actions nouvelles en numéraire pour 90 000 DH en N+1. Fin. stipule une distribution des résultats nets à raison de 20%. - Dotation aux amorts. Bilan au 31/12/N : Actif Nets Passif Nets Imm. Les chiffres d’affaires.) 100 000 Réserves 50 000 35 / 39 . Tableau des produits et charges prévisionnels des cinq années avenirs : Années N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 Produits 400 000 450 000 420 000 470 000 460 000 Charges 260 000 280 000 320 000 300 000 200 000 BFR 290 000 320 000 400 000 410 000 450 000 Acquisition des immobs.Remboursement des prêts immobilisés figurant au bilan du 31/12/N : 15 000 par an à partir du N+2 . 3.:(prêts immob. Travail à faire : 1.  En N+5 : 370 000 DH. 5. Présenter le bilan de clôture de la cinquième année.  En N+2 : 160 000 DH . 55 000 65 000 75 000 70 000 65 000 2.

Notion de tableau de bord : Le contrôle budgétaire est un outil utile à la gestion d’une entreprise mais il présente plusieurs limites : . Bâtir le plan de financement des cinq années avenirs .caractère incomplet : les budgets ne tiennent pas compte des indicateurs non financiers. Le tableau de bord est un ensemble d’informations (on parle d’indicateurs) présentées de façon synthétique et destinées au pilotage.Stock 190 000 Résultat net (1) 60 000 Créances de l'AC 180 000 Emprunt 200 000 trésorerie actif 30 000 Dettes de PC 120 000 Trésorerie passif 10 000 Total 790 000 Total 790 000 (1) : dont à distribuer : 20 000.lenteur : l’information n’est disponible qu’après des délais importants (plusieurs semaines) . Travail à faire : 3. disponible rapidement et intégrant des données non financières : le tableau de bord.… . NB : le taux de l’IS : 30%. 36 / 39 . Il est donc nécessaire de disposer également d’un outil de décision et de prévision simple. 4. délai de production. climat social. dont l’importance est pourtant capitale : satisfaction des clients. de l’entreprise et de ses centres de responsabilité. à court terme. Section 7 : Le tableau de bord I.coût élevé : la lourdeur et le coût de la procédure budgétaire sont peu adaptés aux petites structures. Présenter le bilan de clôture de la cinquième année. etc.

en principe. Elle doit ainsi choisir les indicateurs pertinents. Exemple : pour suivre le niveau des stocks. il ne sera pas indispensable de faire apparaître l'écart de rendement de tel atelier particulier (à moins que celui-ci constitue un oint clé de l'activité). par contre. les différents responsables ne doivent pas être submergés d'indications : seuls les écarts se rapportant aux points clés de l'activité doivent être retenus.il faut choisir des indicateurs adaptés au destinataire du tableau de bord. le suivi des commandes prises sera effectué de façon plus synthétique que pour un chef de secteur. pour conduire l'action. A. On distingue l’écart sur objectif (écart sur volume d’activité) et écart sur charges (écart sur coûts) : Ecart = Réalisation – Prévision. c’est-à-dire qui permettent de suivre les facteurs clés de succès de l’entreprise (tous les facteurs clés et uniquement les facteurs clés). Le choix d’indicateur est particulièrement important : .Les instruments du tableau de bord : Tout tableau de bord comprend.B : Indicateurs : sont des informations précises utiles et pertinentes. les écarts de ventes par ligne de produits et les écarts de trésorerie devront être connus de la Direction Générale car ils ont une incidence directe sur la vie même de l'entreprise. . Nature de l’écart Ecart sur objectif Ecart sur charges 37 / 39 . déterminer des valeurs de comparaison et décider de la périodicité d’élaboration du tableau de bord. Exemple : pour un directeur commercial. sinon le tableau de bord présentera les mêmes défauts que les budgets. outre des données brutes.il faut choisir des indicateurs pertinents. A chaque niveau hiérarchique. on peut tirer un certain nombre d'écarts. Cependant. Exemple : dans le tableau de bord de la Direction Générale. Exemple : : Objectif Satisfaction des clients Facteur clé Bonne opinion clients Indicateurs Part de marché Commandes renouvelées Opinion exprimée 30 % 8 sur 10 80% satisfait . leur niveau hiérarchique et l’entreprise en question 1.Il n’existe pas de tableau de bord standard : chaque entreprise (voire chaque département) doit construire le sien « sur-mesure ». des éléments informationnels que l'on peut regrouper en écarts. N. Le contenu du tableau de bord est varie selon les responsables.Les écarts significatifs Du contrôle budgétaire.il faut choisir des indicateurs pour lesquels l’information pourra être collectée en temps utile et à un coût raisonnable. il sera préférable de les valoriser en coût standard plutôt qu’en coût réel afin de disposer plus rapidement de l’information. ratios et graphiques. le tableau de bord comprendra donc les écarts dont la surveillance est indispensable à la bonne marche du centre de responsabilité.

commerciales. Donc l a période de réalisation d’un tableau de bord doit être la plus courte possible. productivité. il est impératif de fixer les objectifs. La bonne périodicité est celle qui permet de détecter les anomalies et de prendre les actions correctrices nécessaires en temps utiles. Remarque : Il faut respecter les principes fondamentaux d’un tableau de bord qui sont : la simplicité. II.sur le degré de réalisation des objectifs . temps d’arrêt.Elaboration d’un tableau de bord : Le tableau de bord aide à la prise de décision en lui apportant une information : . taux de rendement des machines…. sociales) Synthétiques 38 / 39 . D.Ecart positif Favorable Défavorable Ecart négatif Défavorable Favorable 2.Détection des facteurs clés (critères) de gestion: Les facteurs clés de gestion d'un centre de responsabilité sont les variables d'action que ce centre doit suivre de très près. C. Leur intérêt est de visualiser rapidement et directement les évolutions et de mieux appréhender les changements de rythme ou de tendance. évolution de l’environnement… A. 3.les ratios : Ce sont des rapports entre des grandeurs significatives concernant la structure ou le fonctionnement de la firme. techniques.Fixer les objectifs : Avant d’élaborer un tableau de bord. exemple : moyens mis en œuvre. car leur évolution conditionne la réalisation des objectifs de l'organisation.Les graphiques : Les graphiques peuvent ne représenter que les données précédentes ou être des graphiques indépendants. choisie pour rendre compte de l'évolution d'un facteur clé de gestion. B. Exemple des indicateurs : CA la marge. Synthèse : Mission du tableau de bord Informations (Financières.Choisir des indicateurs : Une fois que les facteurs-clés ont été sélectionnés. la VA. généralement chiffrée. résultat.La périodicité : Les tableaux de bord sont élaborés de façon plus fréquente que les budgets et dans des délais beaucoup plus rapides. . la représentativité et l’utilité.sur les conditions de réalisation. Un indicateur est une information. le choix des indicateurs s'impose.

Tableau de bord Missions Informer Mesurer Analyser Des décisions à prendre Les résultats Les écarts Conclusion : On peut dire que le tableau de bord : . .est un outil approprié du pilotage de l’entreprise.est un instrument de contrôle et de comparaison .est un outil de dialogue et de communication. 39 / 39 . .est un instrument de système d’information . . ainsi qu’un aide à la décision . Il permet la mesure et l’amélioration de ses performances.