Vous êtes sur la page 1sur 6

SS2 C28

(La volonté et la confiance ont le dessus sur toute chose. Foi et


espérance engendrent l'amour. Les fruits des arbres, verts au
commencement, deviennent rougeâtres grâce à la lumière
solaire. La couleur bleue : enveloppe du rouge. Nature de
l'espérance. L'amour est la cause originaire de la foi et de
l'espérance, et en même temps, leur fruit. L'arbre provient de la
graine, et la graine de l’arbre. )

-21 Juin 1843- de 16h45 à 19h15-

-1- Comme vous voyez, l'ascension de la hauteur n'est pas aussi


raide qu'elle le semblait du dehors; en effet, ces monts semblent très raides
seulement à une certaine distance, alors que dans la réalité, ils sont loin d'être ce
qu'ils semblent; et même, plus on monte, plus la rude montée devient pour ainsi
dire plate.
-2- Cependant, cela est nécessaire, afin que, partant de cette vaste
surface boisée, une quantité suffisante de sa lumière verte, se déversant dans la
lumière blanche du fleuve de lumière limitrophe, puisse accueillir la partie
nourrissante éthérée.
-3- En effet, la lumière blanche du fleuve est encore purement
éthérée, ou bien, si pour vous c'est plus facile à comprendre, elle est en elle-
même un éther qui n'a encore rien accueilli d'autre en soi; éther qui malgré cela,
contient en lui le tout encore indivisé; de la même manière que l'eau est porteuse
de tout ce que la Terre est appelée à produire.
-4- L'éther de la lumière verte au contraire est, d'une certaine
façon, affamé, puisqu'il a consumé toutes les autres substances éthérées, à
l'exception de celle verte, laquelle est précisément irradiante.
-5- Voilà pourquoi, étant donné sa faim, elle reçoit de la couleur
blanche de l'éther, de la lumière qui vient du fleuve, le complet rassasiement, qui
se manifeste ensuite, avec une couleur qui tend plus ou moins au rouge.
-6- Vous pouvez trouver quelque chose de semblable, en de
multiples formes, sur votre Terre; il suffit que vous observiez la plus grande
partie des fruits qui poussent sur les arbres, et aussi beaucoup de fleurs.
-7- Quel aspect a tout cela, à l'état initial et non mûr, sinon le
vert. Cependant, ce vert, en tant que substance colorante affamée, se nourrit
continuellement avec la lumière blanche du soleil.
-8- Comment se manifeste ensuite le complet rassasiement, qui
indique la maturité atteinte des fruits ? Généralement, et presque toujours, avec
une couleur plus ou moins rouge, ou pour le moins avec une couleur qui dérive
du rouge, ou bien qui doit passer ensuite dans le rouge.
-9- Cependant, sur la Terre, tout cela se présente seulement de
manière imparfaite; tandis que sur un corps solaire central cela se manifeste en
mesure beaucoup plus évidente et parfaite.
-10- Vous faites observer : * Et alors pourquoi chez nous sur la
Terre, de nombreux fruits, tant au cours de la maturation que dans leur pleine
maturité, prennent-ils une parfaite couleur bleue ?
-11- * De même, il y a une infinité de fleurs bleues ou azurées, et
nous ne savons pas de quelle manière cette couleur peut se considérer comme
dérivant du rouge*. Mais je vous dis : Alors observez avec beaucoup d'attention
un tel fruit bleu ( par exemple, les prunes), et vous vous assurerez bien vite que
la couleur bleue est seulement un voile extérieur, facile à éliminer; toutefois la
couleur de base est le rouge.
-12- Si vous voulez asperger, avec une poudre de verre très fine,
une surface rouge, elle apparaîtrait aussitôt sous une couleur bleuâtre.
-13- Pour observer cela encore mieux, vous n'avez qu'à presser le
suc du fruit bleu, et il ne vous sera pas difficile de constater que la base du bleu
est un parfait rouge.
-14- Et de façon encore plus évidente, ceci vous est indiqué par
une aurore, ou bien un coucher de soleil, où la couleur bleue de l'air, par suite
d'un certain mouvement des rayons, passe facilement au rouge.
-15- Voilà pourquoi la couleur bleue ne peut être considérée
autrement qu'en une vaporeuse enveloppe du rouge. Passons ensuite à un
exemple encore plus évident, je peux vous dire que si vous observez avec un
microscope un parfait bleuet, vous voyez filtrer entre les milliers de petits
cristaux alignés qui le constituent, une parfaite couleur rouge.
-16- Je crois qu'avec cela, nous avons assez d'exemples pour nous
convaincre que le rassasiement entre le vert et le blanc se manifeste avec la
couleur rouge; de la même façon, l'espérance, nourrie et rassasiée par la foi, se
manifeste parfaitement dans l'amour, dont la couleur correspondante est
justement le rouge.
-17- Maintenant vous devriez très bien comprendre et pénétrer
cela; mais à cet égard, je découvre justement en ce moment une petite lacune en
vous, que l'on pourra combler déjà durant notre ascension du mont.
-18- Mais de quelle espèce est cette lacune ? -Vous ne comprenez
pas encore comment le réciproque rassasiement des couleurs de la part de la
lumière - ce que je vous ai à l'instant expliqué - peut correspondre à celui
analogue de la foi, de l'espérance et de l'amour. - Faites bien attention, nous
chercherons à clarifier encore plus ce rapport.
-19- La couleur blanche correspond à la foi, en tant que la plus
fine substance éthérée, contenant en elle toutes les autres substances ou
couleurs; de même la foi, dans la fine substance spirituelle, porte en elle déjà
tout l'infini du Royaume de Dieu, et de l'Être divin même.
-20- Chaque homme à son tour est semblable à ce mont sur lequel
poussent les arbres d'un vert irradiant, dont il est constamment auréolé et il
diffuse la couleur verte de l'espérance; et il ne vous serait pas si facile de
trouver, sur toute la Terre, un homme totalement dénué d'espérance; tandis que
de ceux dénués de foi et d'amour, il y en a en grand nombre.
-21- L'espérance cependant se consume constamment et elle
n'acquiert jamais une force si elle ne reçoit pas une nourriture appropriée; ce que
vous pouvez constater d'après une grande quantité d'exemples moraux et
naturels, que vous avez toujours sous les yeux.
-22- Ces exemples moraux peuvent vous servir plus que
suffisamment : tous les degrés et toutes les espèces imaginables de désespoirs
qui sont très instructifs, car chaque désespoir a, sans doute aucun, son origine
dans l'espérance qui s'est entièrement consumée d'elle-même.
-23- Des exemples naturels, nous en avons ensuite encore
beaucoup plus à notre disposition. Mettez un vase de fleurs, pendant un temps
assez long, dans un endroit complètement sombre; regardez-le après quelques
mois, et vous trouverez que le vert est devenu une pâle couleur jaune, tendant au
blanc; donc la vraie couleur de la mort.
-24- Il est naturel qu'ici on parle seulement de la couleur du
monde vivant des plantes, et non de celle des minéraux; car, dans les minéraux
cette couleur est comme complètement prisonnière, et ressemble à un homme
mort à l'espérance et en qui également son espérance est devenue prisonnière
avec lui-même.
-25- Et pour cette raison, de tels hommes apparaissent dans l'au-
delà dans une couleur d'un vert-sombre, couleur qui, un peu à la fois - à travers
la constatation que l'espérance qui lui correspond ne peut être réalisée - devient
alors d'une couleur d'un gris moisi ou même complètement noir; et cette dernière
couleur n'est plus en substance aucune couleur, comme d'ailleurs aucune
lumière, mais bien plutôt un point manquant de tout. Voilà pourquoi, ici, on
parle seulement de la couleur plus vivante des plantes.
-26- Il est vrai bien sûr que la couleur verte irradie sa propriété,
mais en même temps elle absorbe toutes les autres couleurs contenues dans la
réserve éthérée. Mais ceci est aussi le côté caractéristique des espérances.
-27- L'espérance dévore également tout avec une grande avidité,
et en effet, on ne peut imaginer un dévoreur plus grand que l'espérance.
-28- A quoi ne pense pas souvent l'homme, pêle-mêle, en se
représentant ensuite ce qu'il espère, avec une imagination riche des plus
éblouissantes couleurs !
-29- Et toutes ces images, ne les consume-t-il pas peut-être, lui ?
Et quand il arrive en cet état, où même son imagination n'est plus en mesure de
lui offrir aucune image, alors commence déjà pour lui le temps de la plus grande
tristesse, puisqu'il mord à sa propre espérance et la consomme. Et ceci est
représenté par le vase de fleurs, tenu pendant longtemps complètement dans
l'obscurité !
-30- Mais comment peut être rassasiée l'espérance ? Exposez à
nouveau le vase de fleurs à la lumière blanche du soleil, mais pas trop
soudainement, et la plante se remettra à verdir. - Et pourquoi donc ? - Parce
qu'elle est extraordinairement affamée d'une nourriture vraie et complète.
-31- Passons maintenant à la partie morale correspondante; qui est
toujours prêt à se faire consoler, sinon un homme très affligé, et donc déçu dans
ses espérances ? Ou bien, qui cherche avidement un réconfort réel, et donc, le
rassasiement moral d'une espérance qui est en train de mourir de faim, sinon
justement qu'un tel homme arrivé si près d'en être privé totalement ? - Menez-le
au fleuve de la lumière, et il boira à pleines gorgées, ce qui plus que tout lui
convient.
-32- De cela on peut donc déduire clairement, comment
l'espérance peut être toujours plus rassasiée, au moyen de la foi, jusqu'à réaliser
sa complète satiété.
-33- Un homme affamé est triste; voulez-vous le rendre heureux ?
Rassasiez-le, et, dans sa satiété, toute tristesse aura disparu, et la joie s'emparera
de son cœur, et dans sa joie, il accordera à ses hôtes, son grand amour
reconnaissant.
-34- Vous voyez, justement sont ainsi les choses avec l'homme
affamé de vérité, ou désireux de la réalisation de ses idées. Conduisez-le au vrai
fleuve de la Lumière, et il s'unira à elle, et il se rassasiera selon le désir de son
cœur, et selon sa nécessité.
-35- Et quand il s'apercevra que c'est une vraie nourriture, qui se
prête à rassasier aussi toutes ses idées encore inactives, lui aussi deviendra bien
vite de joyeuse humeur, et il saisira avec la grande ardeur de son amour, le grand
Hôte; lequel amour déjà de par lui-même, exprime un complet rassasiement, ou
bien, en d'autres termes :
-36- Dans l'amour il y a le tout de la foi et le tout de l'espérance,
dans la maturité et dans la satiété pleinement réalisées. Et ainsi, d'un côté,
l'amour est l'espérance complètement rassasiée par la foi. D'un autre côté,
l'amour est aussi le fondement des deux, justement pour la raison qu'il renferme
en lui, comme complètement rassasiées, l'espérance et la foi.
-37- Vous dites : Comment cela est-il possible ? - Selon moi, il ne
devrait y avoir rien de plus naturel et de plus facilement saisissable que cela. -
D'où vient un arbre ? Vous dites : D'une graine. - D'où vient la graine ? - De
l'arbre, dites-vous.
-38- Donc, si les choses sont ainsi, alors la graine doit contenir en
elle, depuis le commencement, comme cause fondamentale, tout ce qui est de
l'arbre, du moment que l'arbre naît d'elle. Mais si l'arbre veut se renouveler dans
une nouvelle graine, il doit à nouveau déposer son tout dans la graine.
-39- Vous voudriez certainement savoir si le Seigneur a créé
d'abord l'arbre, ou bien d'abord la graine ! - A moi, il me semble que ce mystère,
on peut le toucher de la main.
-40- Si Dieu avait créé l'arbre avant la graine, alors vous pouvez
être certains qu'Il le ferait aussi présentement, car, dans Sa façon d'opérer, Il est
absolument immuable, et Il ne fait pas aujourd'hui d'une manière et demain de
l'autre; et vous verriez dans le premier cas, surgir soudainement des arbres
comme grâce à un coup de baguette magique. Au contraire, vous voyez chaque
arbre croître toujours, un peu à la fois, et se développer toujours plus.
-41- Ceci démontre, plus que si l'on était illuminé par cent soleils
en même temps, que le Seigneur n'avait pas besoin de créer un arbre bel et bien
prêt, mais bien seulement la graine de semence; et quand celle-ci est placée dans
le sol, elle se développe, et dans son développement, elle devient une forme
complète de ce que le Seigneur a justement mis dans la graine.
-42- Mais dans la graine se trouve la capacité de se retrouver à la
fin, l'arbre lui-même; et toute son activité n'est autre qu'un processus approprié,
de graine en gaine; et, selon mon opinion, il est beaucoup plus juste et sage
d'admettre qu'une ligne est le produit de nombreux points alignés l'un à côté de
l'autre, et qui pour cela, est limitée par deux points finals, que de supposer que le
point est limité des deux côtés par deux lignes.
-43- J'estime que, de ce court enseignement, vous vous
convaincrez que le Seigneur a créé d'abord la graine et non l'arbre, ou bien,
mieux dit, qu'Il a créé tous les deux en même temps, mais que seulement Il mit
l'arbre dans la graine, en tant qu'arbre non développé.
-44- De même et tout aussi sûrement, l’amour est l'origine
fondamentale de tout ce qui existe; et tout doit à la fin retourner à cette origine,
si l'on ne veut pas que cela; aille au-devant de la ruine.
-45- En causant ainsi, nous avons atteint le sommet du mont, et
c'est pourquoi, nous voulons maintenant essayer de pénétrer aussitôt, et plus
profondément, en cette nouvelle circonscription.

Centres d'intérêt liés