Vous êtes sur la page 1sur 302
LOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT INTEGRATION, COLLABORATION ET RISQUES DANS LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE Pierre Médan Anne Gratacap Préfaces de Olivier Labasse et David James DUNOD sittegee te oe Satan ee ee et es: SS Sietredigeseet Sebdnappetet taal emetiten feet imatacs eee © Dunod, Paris, 2008 ISBN OP2-10G40113-1 ‘iret ng int cp soe tan © lone [Soin por eb anos ts eres crs dws nb eee Simon amen ap aay (cede opie Remerciements ‘Nous souhaitonsremercier tts sincbrement un certain nombre de professionnels qui rows ont permis ister cet ouvrageet de confroner nos ies su les Benoit Faure, diecteur dela plte-forme Déeathlon de Brtigny. Brigitte Michaud, diretrie supply chain de Reckit-Benckiser France et Belgique (Catherine Fourier, ructrice en chet de Logistigques Magacine David Jammes, directeur logistique chee Procter & Gamble. Dominigue Thisse,direteur logistique et service client de Wyeth-Loderk, Frangois Bertreau, président de Norbert Dentressangle Logistics. Gérard Coulfinha, logistic manager consumer Europe chez Philips. Jean-Piemre Chamillal, directeur des opérations du groupe Econocom, Laurence Corchia,dieotice supply chain de Mattel Prance. Olivier Lause, deézue esnéral ECR France. ‘Nous sommes particuligrement honors que Messicurs Olivier Labasse et David James aicn accept c'éerite la préfoce de cet ouvrage et espétons que ce demir soit a hauteur de leurs auents. Nous tenons enfin & remercer les éudiants du Master 2 spécialté Logistique de Université Pais-1 Panthéon-Sorbonne (UFR de gestion), pour leurs contributions tirwctes ou indirectes. Leurs questions et leurs tnvaux de recherche furent toujours lune source enrichissements ede rllexion. A Maxime AThibaut PREFACE congue Pierre Médan ma proposé, issue de la conférence ECR France de novembre 2006 organisée sur le theme « Gérer indi. Réinventer le modele ‘de partenariat», de river la prface de son futur ouvrage, je me suis seni até et fembarrassé honoré de par ls qualité du demundour et de son coauteur et perplexe lant le sujet x &4é exposé. Pere Médan as mie prendre par les sentiments, ceux gui ne luisent pas insensible I'un des promoteur historigues de I ECR (Efficient Consumer Response) en France i allait ete question de mise en euvee opération- nelle et 'approche collaborative dans un ouvrage A visée pétigogique, esting ‘olamment tun public dstudints qui seront les industriel, les distributes t les Jogisticiens de demain. Bref, un ouyragedilféent pour une vision noavelle « Trnailer ensemble industries et distributewrs, pour miews réponre ae ten tes des conseomnaeur, plus rapidement et manure ott» esta vocation de ECR qui s‘exprime dans plusieurs domaines straégiques, de Moptimisation dela chine slobale W'approvisionnement ili gestion efficae de la demande des consommateurs optimisation ne peut se waliser que par une gestion collaborative des ux caer 3 Tenteprise gui en applique les principes et Ta plilowophie un fort avantage concur. Ais, nous eroutons Tide de Porter, slo laquele a performance ‘LT vantage compéttl se consisinent par une recherche permineote d'amore tion des différentes activités t des processus wank versa qui raversent ces atv. tes L’ouvrage de Menter 3a fos toque e bas sur de nombreux cas, evens Jes dow dterinants vers) ui permetent ten un avantage concurrent, dns le eiree'une démarche de SCM. I développe clus longuement chaque déerminant, Pur des sons Evidentes de place, nous ne pouvons pas présener une analyse uss dail, mais Te rand ie de cet reenon nus posse presen tcesucincement certains derminans En premier Tie, il est ncessite de cooedonner et dinnégrer Tes fonctions tadi- Uionnelles de Peniteprise& Pitérieur de celle avant dele faire au sein de la supply ‘chain, auteur insite su ke fait que les process interns doivent re pafaitement ‘maltese et iniégrés avant de se lancer dans une gestion intégre de Tensemble dela supply chain. Le SCM es une démarche global dilicle, gui ne dit pas Gtr sous- este et mal parce Au sein d'une supply chain, "enrepeise ne doit cllaborer avec ses partenaires que sur les fonctions non siratégiques. La eonstrction d'une supply chan conduit ext nals eetaines fonctions, puis &collaborr avec les entreprises pretties. Cepen- dant, la sratégie d'extelisation doit ue ulisée avec prodence, car Venteprise ne tit passe depart de ses compStences clés, La fime doit rchercher les synergies. La ussite dans les deus premiers déterminunts conduit logiquement & Pspparition de synergies Elles doivent re ativementrecherchées, ientiges et ase Pour obtenir un avantage concurentcl. il est nécessaire que Ventreprise com- prone que (ous ses clients ne sont pas Ggau et agise en consGquence, Cersins ‘lents sont essentiels, autres moins importants et enfin, d'autres nows empéchent de servi parfaitement les deux premiers, La supply chan est parcourve par un nombre considerable de fx, u'll Sapisse de luxe prods, de ux d'information ou de Mux financiers: Tentrepise doit es [CF Mente, meal of SCM Tess Der of comes Adbuntane, Sap Pains, 2004, 4 LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. identifier et les pérer atin dameliorer les prévisions et de permet la synchro tion des seve, Aujourdhui, la demande est complexe, changeante et done de plus en plus dif eile a prévoir, Gérer la demande au vein de la supply chain est une des missions es Plus déliates du SCM. Il existe deux grandes catggories de demande: celle du lien final, celle d'une autre entreprse qui inQgre le produit acheté dans son pro- cessus de fabvication, Dans Ix sy chain, Ia fimme gui sert directement le client Final est confronige & ln demande indépendante, Toutes les autres entreprises en mont font face 2 une demande dérivde,e'est-dire une demande qui est dépen- dante des politiques d'achat et de gestion des commundes (order fulfillment) 4e Tentreprisesituge en aval. Le niveau de serice client et les cots de Ta supp ‘hain dépendront en partie de la qualité des processus mis en ceuvre pour ‘Semundes. Determinant plus original gue Tes prSédents, mis wat aust ines, solonié de subtuer Tiaformation aux acs. A parit di cata gue le cot Cobention de Pinformatin devient de moins co ins che, enlrepene peut re Ge atos vantages en rempagant es ats par d'information. Pa exemple, arice Svan parfite maitre dos ox d'information ene le fouriseur ete dst, enrprise peut se passer d'entpotssigantesques et gre ses iveusons en eros docking Enfin econnie que tous les prods ne sont pos 6g et que tows ne cone tent pas dla mime lagon a prota de Pentreprine ou del spy cha. ‘ins. op de chines logistigus onserent en ek ds rods gui dvraca ue ames par manque de venes, Dans le secteur des pices détachées pont T'aomo- Iie a cause du nombre consdrable de produits et de ews de stackige,lesyseme de gestion des stocks doit conserer la race de 800 000 SKUL'. Régalirement. les parents de la supply chain doivent deminer les SKU. qui n'ont pas Venda de rout pendant un mois, Jeux ms... ee. La globalisation contibue hag jour tn pe plus a compexier lx chains logitiquos des entepiss. Pour ne pas Cre passes, ces demires doivent done maitse le développement de Leer prope supply chain Parmi ces determinants, nombreux sont ceux que nous allons rerouver et étudier dans Ia suite de cot ouveage. Qu'il s'agisse de T'exteenlistion qui fat Pobjet du prochuin chapite, de analyse des formes de collaboration entre productours et ds {ributcurs a avers la GPA ete erass-docking, ou encore de a plantation des ux au sein de la supply chain (méthodes MRP et DRP..., les drivers proposés par “Mentzer et ls recomniandstions assaciées seromt souvent présents dans Ta site de Fouvrage. 1 SHUI = Sack Keping Unit Loaion ( unt de etn de ek, UGS). De logge a supply chan management 45 Pour clote ce premier chapitre,revenons & 'enguate présentée en introduction, dant vous n'aver pas encore les résltats, Bien iil ait pas interne (les pro fessours furent exclus de enguéte), vous aver certainement compeis que John Mentzer sppartien ls ealégore de « unionstes», De méme, il ne vous aura pus chappé que nous partageons aussi ce point de vue. Les résultats de Iengutte de Larson, Halldorsson et ist sont Tes suivants: ~ unionistes 47 % 5 = intesectionnistes: 28 % ; = traditionalists : 196; ~ partisans du changement de nom 6% Ainsi, la vision qui domine est celle qui place la logstique & inticur d'un ‘ensemble plus vase, e supply chain management. C'est cate position que nous ‘dsveloppetons et défendrons dans I suite de et ouvrage. 2 LEXTERNALISATION DE LA LOGISTIQUE : LALOGISTIQUE DESINTEGREE ye se posent les dirigeants d'entreprise est de [ ne des questions récurren oques et Tes earuc ue a fogstque es une des prin ces deux demnires propositions 8, IBM signe le plus gros lables, en 4 LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. 4e Vinformaticien en France, en Kale et en Allemagne. Au Royaunne- Uni un contrat {du miéine type 8 signe see Tibett and Briten. Ces accords ne sont pas anodins car les getivits eoncernées sont essentilles: approvisionner en composans ls hut usines européennes d'IBM, fourir les clients dns les dais les plus ruts, onea- riser un service uprts-vente performant sont ls principaus délis gue Géodis devra relever. Fn mars 2004, Géodis signe de nouveau avec TBM un contrat paneuropéen {de 5ans, Sur une tds grande partie de "Europe et de Afrique, Gods doit assure I distibution des produits fini "IBM, doit prendre en charge les formalités dous- nites et organiser a reverse logistique. object de ce chapite sera notamment de curactéiser 'extemalistion lgisigue, en comprendre les motivations et d’en éucdier les risques. Section | @ Definition de externatisation ‘et évolution de 'extemalisationlogitique Section 2. Les fondements de externalisationlosistique Section 3m Les principaux risques és 4 TextemalisationIopistique DEFINITION DE L’EXTERNALISATION ETEVOLUTION DE L’EXTERNALISATION LOGISTIQUE ‘Toute externilisstion n'est pas struGgique, Mais comme Pindique exemple IBM, les décisionsd'extemalisation lopistque peuvent aussi engager I'aveni de Tentreprise et ce tire sont bien souvent des Aécsionsstatéiques 1 De Pexternalisation a Vexternalisation stratégique : Te cas de la logistique 1.1 La notion d'externalisation Face & la complexticaion de l'environnement, Ventreprise doit reper ‘organisation dans son ensemble (reengineering). De nouveaux modeles organisa tiomnels permettent de wpandre aux impératis de environnement en termes de exible, sSacivté et diversité, ins, dns les anges quare-vingt extemal tion (owrourcing) constiue une avancée managériale et organisaionnelle majeure, ‘Oban La oilman en td eatemalsation deta ogistique ta opstique désadgrde ” susceptible de rend les sirutures de Veneeprise plus adaptables aux variations de environnement. La fonction logistique n'échappe pas 2 la rele, ls entreprises deidant de concentrer leurs resources sur les activités suscepibles de err un vantage compéUti et de laire apel au murché pour les autres. Selon Importance dela logistique duns le processus de eration de valeur de lachaine,ceue fonction fera ou non 'obet dune décision d’externalsaton. L’AENOR done la dsfiniton suivante de rexternalisation “, i. peu ou pas creates de vale: 12 L'externalisation stratégique : le eas dela logistique L’analyse de B, Qustin (2002) permet d’approfondir lt notion en envisageant ke ‘eas de « Vextemalsation siatégique », L"intet de son approche es double “0 LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. ~ elle permet de siuer Ta peoblématique de Pextemaisation dans Te cadre d'un ‘contexte lot, celui de fa loistique dans son ensemble, plot que « focal » de type activité de transport par exemple; elle place a question de Vesterafisaton au centre du déhat sur « le ear do métier» de lentreprise ou « les compétences els », qui domine aujourd'hui le siscours des diriveants enteprise Selon auteur Mexteralission stratéeique se caractérise par externaisaton de {onktions importants parler tlle Isr place dans le processus de xeation dela ‘aleur jouté. Ace tite. Paucur eit uae cas da ogisigue dont a place roissante dans e process craton de valeu est pls 4 démonter. Hen est de ‘nme pourd aut fonctions comme informatique et les técommnication. Le ‘le majeur jous pares echnologies de information dns le domme de logit «que ne ait quatre a dimension iatégigue que ret lastmtéee extemalist- tion logstique, extealisation ratégigueconcere des contra de longue durée, ‘ux nontansinportans, san fequsmment objet de wansfen de ressources vers fe prestatae. L'esistence deve taslert n'est pas une condition nécesaice la déhiniion de Vestemalsaion sieageique, comme Tindique le Wbleal suivant (cableau 2.1. ‘bleau 21 ~ Les uate ganas pes aomadsaton roxmis | Fote | gcrancunsiessniee | Stialeaton stage ‘demir Esaralsaenradhennale Fania | Extialsatonreieonale |p eorataston tadtonnle ett te dh au sen na andl elaine att ma ‘Eeaaeaton de ect Soure: Adu de Barter, 208, Cote clasiticaion repose d'une pat sur existence ou non dune intemslisaion préalable de ls fonction extemalisée, Sila fonction ésit péalublement réalisée en Fnteme, alos il faut, en extemalsant,tansfrer des ressources. D'autre pat le depré {e proximite de activité avec le emu de meter eanfere le eametire statégique x ron i ’esternalssion. Plus Paotivtéexteralisge ext proche du cwu, plus Popéeu- tion d’extemalsation prend un euructere sutégique, Si nous devions positionner sur cete matice le eas TBM-Géodis, vogue plus ‘haut, nous le situerions& Pendoit marque d'un cercle, En premigre analyse, les ati ‘Gs concemées pur cote externalisaion logistique ne semmblent pus relever de son ‘Oban La oilman en td eatemalsation deta ogistique ta opstique désadgrde st ‘eur de méter (informatique). Cependant, ces demitres années, BM a entrepris tu viage majeur vers les activités de service (TBM Global Services), vendant méme en décembre 2004 sa division PC & Ventreprse chinoise Lenowe. C'est pourjuoi rows pensons que les activités extemalisées ne sont pus si cloignées du nouveau sneer IBM, Enfin, externalisation strique se earactévise par le fait que les prestatires Ingistiques acceptent des responsabiités eroissanes allan bien adela des opéea- tions logisiquessiicte sensu. La walistion de tichesdites forte valeur ajouise, DtGalablement dévolues 8 la fonction de production, est aujourd'hui fsquente et ride recherche parle logisiciens. Ainsi contmirement 8 ce que Von trouve souvent dans centains articles de la presse économigue et financitre, V'estemalisuion sratégique n'est ni une alliance, ni dela sous-tratance i du dowsing. La plupart du temps hase sur des contats counts, la sous-traitance concorne majortairement des activités industilles et ne donne pas licu des opSrations de transfert de personnel eVou de cession W'équipe- ments. Le downsizing consisted réduie la tlle de V'enireprise par suppressions ‘empiois, afin d'améliner Ia competitivité. Dans une alliance, les obligations sont ‘eiproques et un des partenstes “impose pas les nivenux de performance que Pau doit ateindre sous peine de sanctions. pl: eihernatstiinboaiqus ch te pr Caradon: ‘une extealisation satégique de grande emvergure confide a ND Logistics’ pride ue 2002 fe ouvert sé VS Dens Seine Mare) apart buat ND Logistics va tras wus len fut «teste » de Carefour, leader (una dats ce ‘maine aye plus de 200 lions de pices vendo chou ame. Cee peforme de 220 00a (90000 nau sol se subse aus sk pects tes qu cusuieatea France, le reo sprit de pis de 30 onrniseu de Carrefour et pyoviione age our vir deux cents hypermarchts Carfou. “Tat pour Carrefoergus pour Loss il api un pan projet tig sine tssemeat indistinct fonces soe ona eave 100 mullins deus). Ex elle, Fenzeat, doié de cot quatre quedo ctargement et dchagumen, bass ue Zone de abbecus, peut aber environ quaeingtcing al pate, Lex ooembcax quieras dnecnain es pevecthonnds oot conan un vesineten supe Vereen I ‘nde (damage auonatie, ews pour I plat cele suspen, 2002 de siochage alo ‘sins. Paral, saps soci cenionacrenase Wat us fips a 3: Pavantpojst Malpé les equipement, la maisa'eubee) est porate, ene quave ‘Dntessingle Lngisies AF cease dos 48 Asse adage (15 ot. 2008). pour ams 3 LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. cease sn cons employs La cieuion de vind i optima A cetson de a ‘organisation dt textile, eu penn de rire consideblemeat es transpose oatine at ivi pr i. ‘Mais sai aus d'un pot statue pulse Carer soubate awe sa conpeit- vis danse sexeur dete aelrer gait du sence fene a cleat F Bete pci que ce poet va bien asa de a geton¢'unentepc gant: « Le but a pas ‘Topi le fonctions un arepic hai opis fotonneent de a upp ‘elt = Les deux objets aes de Caefour confer ct analse ~ aire tax de mp ea nti. souvent its Sev dans eae (cat de ote de 20%) ta ies de nel pane cm grande pri par ds 00 jou pare Incetappevisions fue nso que es ngasins concert de ves sur eu re mir, quiet ta Sen tno I gic: le prea etn por Tair a maine de hale logistige ple donoeur one Fn tf, devant Iavgmention du nombre de fourier i allt engorged erp des hy penahss co dunt onside es aos diets des forts ‘xP, pour permetre aun penonnels de Camefour dese concent srla elation Alet ajec les ints ta a isa Fes cot lalla ier ss marchanios pees a ‘ete ND Logisis ase done de nombres tiches de repartee des commands, es spits dele end en grande se fot da mas de a chine lope ‘uneerent ese a ota ec seca chaque ston, de tis ro volumes sont treo plice rape ~ fice la mei Fat aie agi vie gant que lens ont abi aux wases eatin Tact pr es his pies (Gp, Zara Pramod.) ~ uu fone atv de promotions. ace das des dais ubs cous out ea conserva a ‘permanent, "sti de artes que mgs ot propor ou ange dane une ‘quant sufisate Covel et1oues culeus) + ~ ena danse cade d'une politique commesite de pe as. a compet eovea aus ‘estas mame fouesear leas arp de TEs, du Mahe on’ Ase, Selou, Boca, chides charger ao ue end en consti ensemble de ces ‘peices, Lex deux pens dane lene dun dao permanent mis Peas Les presatons basiques + Le transport activité transportest soumise depuis quelques années & plusieurs impati, p= fois contradctoires et Cinggale importance. Lex prestatires doivent tout dabord faire face sux conséquences des réorgansations praductves adoptces par les indus- tric et es distlbuteus. Ain e passaged une gestion Mx poussés dune gestion ‘en lox ig, les options plus fortes valeurs ajoutées tells que le Tivaisons si lindaines en hypermarehs ou les liraisons en mode synchrone & iniGricur des us resilient a complet cross de extemaisation des transports. Jean-Claude Micbel, président dela SITL (Semaine intemationale du anspor et de la logistique) et président du directore du groupe Norbert Dentressange, dist ce sujet ‘Nous sommes pogressiverent puss dine logque Somemige de stckage 2 ne liq de Mehran une augmentation da tafe a a mos op mises ax, a foisen diminant es camions comple es retous ie 56 LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. autre part, dans un contexte marqué par 'ECR, Te respect des dais et du niveau de service est souvent de fa responsabiié des prestataies. Les clauses contractueles ‘sont de plus en plus détails et enferment les presatsires dans un ensemble de contrainte srcws, aque! s'yjoutelaréglementation du transport route. Eniin ils sont soumis la pression des instances nationale et enropennes Sur les {questions d'environnement et de développement durable, Fx tings et juste a-temps ‘ont proveque un accroissement du nombre des ivruisons, ce qu end pls dlficile le respect des normes ant-pollution. Aujourd ui, ls tansports de marchandise sont esponsahles environ 15 % des émisions de ez eet de sere en France. Of, nl 76 lesavaneés tchnologiqueséalisées sures moteurs, ce chile a endunce roi 4u fit de augmentation des lax de transport rout. est pourquoi les industries, logisticiens et distibuicurs se préoceupent de ces questions. En mars 2008, la SITL a xéé un prix de innovation logistiqu spécal« développement durable. En partena- rat avec ADEME (Agence de environnement et de la matrise de Pénenye) le pix 44 4 décerné au Groupe Auchan pour son action en faveur du développement du transport de ses marchundises pur voie uviale. Auchan peivlégie le wansport fluvial ‘our alimenter ses plateformes lowstques. Tl est pa Tes premiers ean distibu {curs user cee voiepoure transport de ss conteneurs maritimes en provenance ‘du monde ener et environ 60 % du volume import se it par voi Nuvi Exemple:Carelour et e développement durable ‘Rapploas u'ea Franc, Cacfou compe deus cat seize bypemrehs ile qulaze supe ‘marches Champie. lle cet ving ep magi de yroximie (Shop 83 Mut Marche Ps Poa) et six cot vag agains hataliscount Bs, Sachst gu es hyper oat lives chat oureesit et dx eaions) ees spermarces son ives dei i 4s parscmaine ct que es autes maasins le seat une deus fois oa compendia Pipe face aor a tranapt de marca 12s 2003, Calor su pis iia un poe deta pr wo ile embca lant 20% du xt dea ote sre Mavi Have pr de Gonevil pa oat ‘eis)Fiaetent envio ws ile comenri r nmeponts ex 2003 xe nec at ‘hoi canios, Danes projet seach cous expen, Es dc 20% ADEM! Carelourent sit un acre dae dare de said weer (Geode ls natives d'art envzenemeaae ees aux slits de Carefour= Paral, pride lle 208, Court son peste Wisigue Nbr Dentewstn cnt mien place un jt piloted anspor combing railouteau depart de Vente de ‘ere Sui-Deais en diretio de ete hypearcs es rons PACA et Lana Rous, Efi, Careoor et 8g en 2003 de action du Cab DémeeeEnsiconnemet ot opisiga Taser dpa pe eatin 10 ies deste als (Coen Coa, Fee, Poster, Nestle, UOrel des presataeslogistiqus (TEE THE, [ACK PADEMEet ie CRET LOG Lubjei et fone des groups deta pour ‘ied des eltons pent des onomies de aruran et déslopper des poets es ‘Oban La oilman en td eatemalsation deta ogistique ta opstique désadgrde 59 + Le stockage eta gestion des stocks Le stockage et a gestion des stocks, Ggalement considéés comme des pretation bbanalisées pariatement maitisées par les logistciens, connulssent cependant ‘importantes amélorations du fait notamment = = des techniques et des technologies uilisées au sein des eniepds et des plates- Tormes. dans le cadre des activités de manutention et de gestion des emplace- ments (gestion alatore, trans-stockeurs, eur automat) ~ des technologies de information permetant de relicr industriel et distibuteurs, via le prestataire logistique (systémes EDI, GPA... [Nous 6voquerons en déuail ees question & occasion des chapites suivants > Les presations éaborées + Les prestaions de pré-manafactaring et post-mamfactaring Ces presatons peuvent étreréalisées dans le cadke d'une logstque dapprovie sonnement et d'échangesinter-indasrels ou dans celui d'une logistique de distr bution, Dans le but d'évter 'exeds de lérences lors de Fapprovisionnement dune usin, i pout ue demandé au prestatae logistique d'elfectuer, dans ses entrepts, des opértions de pré-manufacturing au profit de industiel I'agit alors’ asems- ber des composants de hase afin de constitier un sous-ensemble spéciigue. Le Dprestataive pout aussi réaliser des activités de post-manutacturing (encore appelé Postponement ou différenciation etardse) orsqu'l personnalise le produit le plus lunt posible, e'esta-ire le plus prt possible du client. Nous serons plus précis sur cette question 4 occasion du chapitre Exemple :Géodis pratique le pré-manufacturing pour PSA {Le 21 octobre 200, PSA Peugeot Cin et Gos on nag plate Forme logicigue ‘COtmarshse at hi) de 1700 encore spel = gsi sind Tenn = ‘OMAP, Site &quinze minutes de Fusine PSA de Malhowse, ce MAF de Génie desig fitter Ferpntaton on ls syuctromes! de une unrblage. Lee de Mulhouse ext !mjount hu desea pradoton des abcde a plate Somme? de PSA Peet Cin Wi li action ex Pept 20,205 CC et 37, des Citron Cot Ca Cape Es 2104, ia preacton de Mulhouse represent ois cen soiante-dit ea mille centunts, Le ‘ont dextmaation stile que Gods ot sno, Max syncs, poe ple ‘SePSA:lewckige, le montage et a vason en hon de chine de par ccs et panne de eas ast, Pour pus de dai seperate conser aw tage des podchon “ LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. de pons destin au Paget 206, Peugeot 37 ekCitmen Cl. Ain le MAP Gos re ‘des tnetios dies «2 fre valeur jue» qi leit jus Is des competes da ‘emsnictur des Geipementie Ate dillearaion, comin lx pare ches del Lespteme informatique de Gas teen contin es commandes dy csr one de quis). to, quae equating qu ur-hoes fens pans ules ‘tenvinn mill uns sont lige chaque jour A prt des moles debase stand, es ‘auipos du logiicicn vont aura ein du MAF b difencaton en effecant es ope coupes pores ave phres, es epeeus e atinns mia ees cals mooie ds tans oad des caper de bags Préulablement réalisées par les industriels cux-mémes, ces opérations sont aujourd hui fréquemment prises en charge par des prestatures et taduisent assez bien Févolution de Fextemalisation logistique. Pour de nombreux observatcurs, le «développement de ces pratiques vase poursuivre car eles permetent d'imporaats seins de produetivits + Les prestations globales Luprestaion globale est a logistigue ce que Ia haute couture et industri du ‘vétement. Chargeursindustiels ou distibuteurs peuvent décider d'extemaliser in ensemble de prestarions logistiques esate une partie assez Tongue de la caine logisique, C'est par exemple le cas de Carefour dans le secteur du textile en France les fourisseurs de Camfourlivent ls plate-fonme Gods, puis cote der nite live les magasins. Le presiaare a consinut un site ttulement dig (Vert- Saint-Denis) & Carefour, et plus globalement a imaging des processus information ‘else physiques sur-mesure pour le client “== LES FONDEMENTS 2 DE L'EXTERNALISATION LOGISTIQUE 1 Les raisons pratiques Pour une enueprs. nous avons djvu que la dco Westie a opus peut re mie par un certain nomi arguments de nature onomique Financiere saligque qi justiint son int et on développement (Baremtre cuscurcing 2005 dEmst& Young), D'uuies dads effects au Eis-Unis ave pu pts ‘Oban La oilman en td eatemalsation deta ogistique ta opstique désadgrde 6 aux memes résultats, parois avec un depné de précision supérieur: PE Consuling! et leschercheurs Peer, Lich et Randal? proposent les raisons suivante (ableau 24), “Tetloou 24~ Les matwatons ae festemetsaton stave Elude de PE Consutting | + | Etude de Peters Lieb et Randal | 2 prove sno 7 | Lower cost 6 cece 35 | eae teiny s Ine texbiy 78 | Imerved operational etoerey = “woiinvesment | Ay eas on core business sr encore acy 58 | impovedcastaner sabe © ‘Bian speci management | 50 | Inprvedenpansainanstinowedpe | 22 sndeccessb oa Improve canal sa | Omer @ (Cos Giudes, parfatement sériouses, du fait méme de la nate des questions et des sponses, ne premnent pas directement en compte certains arguments macroceno- rmigues, pourtant essentils 2 la comprétension du phénoméne d'exteralisation Joaistgue. Tentons dy remede. Alsi, Le fut que Fespace économique et commercial s'agrandisse consttue un facteurs prendre en considération. En effet, fae au phénoméne de mondialisation des éehanges et de elobalisation des marché, les satépies de localisation des etivtés vers des pays 2 faible codt de production se multiplint, En découle une inadéquution spatiale erossante entre les sites de production et es stes de consom- ration, qui fait de la maitise de la logistique une dimension clef de Ta néusste de entrerve. De surcrit, malgré des distances toujours plus longue, les contruntes ‘de temps apparissentprimordials. La réduction généralisée des niveaux de stocks, Ta fusion des pratiquesjaponaises de management (lean production, just-in-time), obsolescence rapide des produits tls phénoménes de mavle exigent un fort degré de réactvite, qu'une chaineIopistique bien pensée peut permetredatteindre ans un el contextede ploblisation économique et d’hypercompeitivis, exter: nalsation de Ia fonction logistigue peut consituer une stratégie adaptée dans la TTP Coma, The Changing Reo hin Pary Liter Can he Coane Erbe Ste, 2. MIL Pers RC. Leh HL Randal, «The Use of Thi-Pary Login Serves by Buren @ LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. ‘mesure ol il agit de confer & des spévalistes le soin de afer cette activité. Le presttare dispose normalement d'une expstience et d'une alle plus favorable par ‘éfinition que celles de Peneprise cliente, Extemaliser permet done d'assurer un ceriain niveau de qualité grice & expertise du prestalare. L'enireprise cliente n'a alos plus besoin de raliseren propre des investssements duns un domaine spécis- lise gui serait peu émonérateur pour elle. Progessivement, ls entreprises (les char- seus) cuvrant dans cot environnement glohal et fortement concurrentiel ont {onstaté que les activité logistiquesn'étaient rentables que pour des niveau acti- ‘Get investssement irs lev és, Soule la masilcation open par les prestaures permet de satiate av fameux ROT = renan on investment ~ que les marchés bau Sers ont placé au cents de fours exigences. Face i ce const, les prestaaires ont ‘ite agi et se sont luneés dans une course la wile eritigue et aux metres cae’, ‘Comme nous lavons dja souligné. ce mouvement quasi plancwire d'extemalisi tion logistique n’auraitcenainement pas eu la mme ampleur sins usage exponen il des NTIC. Cote exteralisation peut éted'aulant ph justi si Pon prend en considration ~ parllélement ala gestion de off— ta gestion de la demande par Mentreprise, Le ‘comportement du consommateursanalyse aujourd'hui comme peu file et verst- tile, Le eonsommateur change facilement de eu de distribution ou de marque sis ‘demande nest pas rapidement satsfaite. Une rupture de prot ou de service ant toujours possible, la pratique d'une staégied'externlisation logstique clairement calculée permet de mininiser 1es risques, L'accroissement de la flenibilité de entrepise gre au processus d’extemalissionfavorise ainsi une melleureréat ‘ig abe ae Volatlité de bx demande. Dans ce contexte de concurrence acer, ls entreprises cherchent de nouveau leiers financiers de competitive. La reduction des ents logistiques de Ventreprise «au moyen de 'externalisation constite alors un argument de poids, C'est le cas ‘hotamment face inetFicience interne des ressources leistiques Ans, sles €o0- ‘nomies d'Gchellréalises en interne dans Ia fonetion sont trop fables pe rapport au ‘marché, cow plus globalement, ses ressources logistigues appostent une table contribution aux résultats globuux de I'enteprise alors I'externilisation consttue Lune réponse approprige, Dans ce dernier cas de figure, I'externalisation permet 8 ‘Ventreprise de se dfuire dats du bilan dont la entabilité est infieure laren bilité moyenne des autres opérations effectuces. Il en sera de mém sn éalisation une tude benchmarking démonie que les resources interes dé gagent de fables performances par rapport a celles realises par Tes concuerents et les éventuels Prestaures Par ailleurs, Mextemalistion permet de rendre variables un certain nombre de cds, qui taint fixes lorsque Ia Togistique était interne. Cette varabilistion des colts Fixes est d'une grande wilité lorsque Pacivté Geonomique est instuble, Le ‘chargeur ne paye que les prestations qu'il eonsomme. Lt lorsque la cnjonewe es. band tps amie nen eatemalsation deta ogistique ta opstique désadgrde 63 mauvaise, il n'a pas & supporter les Tourdes charges fixes Tiges ala présence ‘importantes infrastructures, décklées et dimensionnées 3 un moment of Pacts fit en croissance (et sur la base d'un niveau moyen élevé) Imaginons le eas ts simple d'une demande quotidienne moyenne de cent avee ds pies égulies de cent inguante (au maximum). Si Tentreprise posséde su prope: flote de camions, en ‘admettant que Ton charge vingt-cing par camions, i en taudrait six pour ére cer tain de staf totalement les clients. On notera dj que si la moyenne est gale ‘cent avee des pics réguliers de cent cinguante, cela signifie qu'il y a aussi des Sereux» régulies de cinguante. Ces jours Tenureprise disposera de quatre camions inutsés, De plus, si le produit décline ou que Maetivité est maussade, Yentreprise pourra ts vite avoir un camion constamment & art Un certain non bre de charges seront malgré tout & payer, que les camions roulent ou pas. Ces inconvénients sont réduits lorsque activité logistigue est extemalisée. Cents, Je Dresatare ne va pas ignorer ss propres codts fixes en ne Tes factrant pas & son Client, Mais lorsque le prestataie travaile pour plusieurs clients, ses cots ixes sont répanis. I est done dans lint du prestauire et du client gue le prestataire soit de grande taille Enfin, 'extemalisation peut se justfier parle recentrage de Pentrepise sur son cxeur de métier. La volomté des ditigeants de concentrer ses activités et ses mosens, sirun certin nombre de compétences clés, suscepibles d'apporter de a valeur at consommateur, et sur lesguells entree détent un avantage concurrent! ju tfie la mise on wuvre d'une stratéyie d'extenalisation de la logistique (voir Porter eLV'analyse de lu chaine de valeur. Le recentrage sur le cweur de métier conduit se désengazer dactivités jugées « péiphériques » c'est a-dire non susceptibles de disgager un avantage concurrentiel. La décision repose conerbtement sur l'étude tes cots logistiques de 'enteprse. Ani, par exemple, pour un supermarché. les cotts logistiques représentent entre 8 % et 12 % du chill d'affaires, alors que Ja marge nette se situe ene 2% et 3 Test alors bien plus facile d'ameliorer la marge en réduisant sur les cots logistiques que d'augmenter In productivité des 2 Lorsqu’un prestataire externalise sa logistique Le dilemme qui se pose & entreprise consste sit 8 amétiorer en interne la mai- trise de ses cod logistiques, sot A metre en uvre une statégie 'extemalisation. Lextemalisaion logistique st susceptible Cussurer une meileure gestion des re sources finances de entre prise sur Ta base = Cun dégagement des fonds propres: = @uneréduetion du niveau des immobilisation: 6 LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. ~ «Tune diminution des cots de stockage (gan de surface non néeigeable,en part cule pour les GMS) ~ Tun llégement des charges administrative et des changes de personne! = une apparition des cats «cachés »:'externalisation permet de rendre certains ‘colts apparents et rnd don aise la mesure de Ix performance loeistique Ces arguments s'analysent comme autant de facteurs suscepibles de favorser la écision d'estemalisution. Mais la logique éeonomique, nance et strégique {gui domine ce choix ne doit pas négliger une reflexion de nalure plus contingente activité ne pourra éte exteralisée que si elle dispose d'une réelle capacté «<<’extrscton » par apport son contexte organisationnel d'origine. Autrement dit, 1a fonction doit pouvoir Eire aisément déconneciée du contexte onganisationnel inteme pour re gérdeen esters. La question qui se pose est celle de la speeiicité 4e centaines fonctions logisiques tant en termes San Man 6 LLOGISTIQUE ET SUPPLY CHAIN MANAGEMENT. les colts de coordination intemes lis 2 1s gestion de It fonction Togistique pa enireprise elle-méme, Or ces cats de ransaction sont Iaition d'une succession ‘ae codts ~ cotts de négocation et de rédacton du contrat: dans un processus dexternalisa- tion logistiqu. i nest pas rare que Fes négocistons durent plusieurs mois, avant