formation | recrutement | carrière

Présidentielle
QUEL EST LE CANDIDAT
DES JEUNES DIPLÔMÉS ?

La fonction
publique
Supplément au Monde n° 22 477 daté du 19 avril 2017

EST­CE
VRAIMENT
POUR MOI ?

Entretien avec Olivier Galland
« LA JEUNESSE EXPRIME UNE CERTAINE DÉFIANCE
PAR RAPPORT À LA DÉMOCRATIE »
/ Ingénieurs
/ Business Managers
/ Fonctions support

Un seul mot de vous peut vous
ouvrir un monde d’opportunités

TIVE EM
RAC P
TT

3000 postes à pourvoir en 2017
A

LO
MOST

YERS

FRANCE
ALTENRECRUTE.FR
2017

STIMULATING INNOVATION
édito

Douter pour mieux choisir

L
e nombre de demandeurs d’emploi a baissé en début d’année de
ILLUSTRATION
0,1 % en février sur un mois mais de 115000 personnes (plus de
DE COUVERTURE
MATTHIAS AREGUI 3 %) sur un an. Le ministère du travail serait presque tenté d’être
optimiste, au moins tout autant que les jeunes diplômés, qui au
niveau du master 2 constatent une réelle amélioration du marché du tra­
vail. Mais ce serait faire fi du climat d’incertitude créé par les candidats à
Président du directoire,
directeur de la publication l’élection présidentielle, qui ont jeté, à droite comme à gauche, une large
LOUIS DREYFUS majorité de citoyens dans une totale perplexité.
L’année électorale avait classiquement commencé par un diagnostic de
Directeur du « Monde »,
directeur délégué de la publication, l’économie française sous forme d’invitation à réformer: un taux de
membre du directoire chômage autour de 10 %, une «ubérisation» rampante d’un nombre
JÉRÔME FENOGLIO
sans cesse croissant de professions avec des perspectives chiffrées de
Directeur de la rédaction destructions et d’hypothétiques créations d’emploi, une dette publique
LUC BRONNER
qui atteint 96 % du PIB, une incitation faite aux entreprises d’améliorer
leur compétitivité en réalisant des économies sur le
Secrétaire générale de la rédaction
CHRISTINE LAGET coût du travail par l’application de la loi El Khomri. TROIS JEUNES SUR
Les ténors des partis entonnaient déjà leur parti­ QUATRE ONT EXPRIMÉ
Coordination rédactionnelle tion respective d’économie à droite et de cohésion LE SENTIMENT QU’ON
ANNE RODIER
PIERRE JULLIEN sociale à gauche, jusqu’à ce que les primaires, puis NE PARLAIT PAS
les affaires Fillon, Le Pen et Le Roux changent le dé­ SUFFISAMMENT D’EUX
Création et réalisation graphique bat et redistribuent les cartes. DANS LA CAMPAGNE
CÉCILE COUTUREAU­MERINO
C’est Benoît Hamon qui a créé la surprise en étant élu
Edition
tête d’affiche du Parti socialiste, puis François Fillon
CLAUDINE CARROUÉ devenu à la fois le candidat des Républicains et la tête d’affiche des affaires.
Emmanuel Macron enfin en créant son parti En marche !, ni de droite ni
Correction de gauche, mais réunissant des soutiens des deux bords, aussi différents
SERVICE CORRECTION
DU « MONDE » qu’Alain Minc, soutien d’Alain Juppé à la primaire de la droite et du centre,
ou Robert Hue, ancien secrétaire général du Parti communiste.
Illustrations
MATTHIAS AREGUI,
Les débats sur les programmes en ont été d’abord escamotés, laissant la
DENIS DUBOIS, place au soupçon et à l’embarras, alors même que la société a besoin
CHRISTIAN ROUX,
SÉVERIN MILLET, XAVIER GORCE d’une base politique solide pour orchestrer la nouvelle mutation techno­
logique. Lors du débat du 20 mars, les candidats ont commencé à parler
Publicité de leurs projets sur la Sécurité sociale, la laïcité, le pouvoir d’achat, le re­
BRIGITTE ANTOINE
venu de base et l’Europe. Mais les jeunes ne s’y sont pas retrouvés: trois
Fabrication
sur quatre ont exprimé le sentiment qu’on ne parlait pas suffisamment
ALEX MONNET d’eux dans la campagne présidentielle.
JEAN­MARC MOREAU
Des jeunes qui, tentés par la défiance à l’égard des institutions politiques,
Imprimeur
sont pourtant sur le terrain, militants dans toutes sortes de mouvements
ROTO FRANCE IMPRESSION de la société civile. Toujours optimistes, ils veulent croire au pouvoir poli­
tique. Mais quel candidat est susceptible de répondre à leurs préoccupa­
Origine du papier : Suède. Taux de fibres
recyclées : 0 %. Ce magazine est imprimé tions? Leur logement, leur entrée sur le marché du travail, leur protection
par Maury, certifié PEFC. Eutrophisation :
PTot = 0.009 kg/tonne de papier sociale? Même si les 18­25ans sont des citoyens comme les autres, l’entrée
dans l’âge adulte a ses propres caractéristiques. Vu le scepticisme ambiant,
la meilleure des méthodes pour y répondre est sans doute celle de
Descartes, qui nous incitait à douter pour trouver la vérité.
anne rodier

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 3
NOUS RECHERCHONS
1700 PROFILS
AUDACIEUX
REJOIGNEZ ECONOCOM, UN ACTEUR ENGAGÉ DE LA TRANSFORMATION DIGITALE

10 000
collaborateurs

19 pays
2,5 Md€
de CA en 2016

Piaton et Associés et Chris Evans

carrieres.econocom.com
sommaire

3 Edito Supplément au Monde n° 22 477, daté du 19 avril 2017
6 En bref

8 Quel est le candidat des jeunes diplômés ?
par Anne Rodier et Catherine Quignon
14 Au bureau, le militantisme à pas feutrés par François Desnoyers
16 Le poids des jeunes dans la campagne par Léonor Lumineau
18 Constance, Hugo, Davy et Fabien, quatre expériences de terrain par François Schott
21 Francois Fillon et Emmanuel Macron séduisent les créateurs d’entreprise
par François Desnoyers

Social
22 Travail indépendant ou logement, il faut choisir par Léonor Lumineau
Recrutement
24 Avoir sa chaîne YouTube, un atout pour son CV par Gaëlle Picut
Carrière
26 Diplômés, mais pas pour le bon job : déclassés ou promus ? par Valérie Segond
28 Que sont devenus les forçats de la fac? par François Desnoyers
Mobilité
30 Brexit : les candidats à l’expatriation outre­Manche sont moins
nombreux par Catherine Quignon
31 Les orthophonistes partent se former en Belgique par Camille Thomine

32 La fonction publique, est­ce vraiment pour moi ? par Gaëlle Picut
36 Cécile, Charles et Estelle ont choisi le secteur public, Vincent l’a quitté par Théau Monnet
37 Les changements annoncés par le futur président par Catherine Quignon
39 Informaticien et financier, Julien et Pierre­André ont préféré enseigner par Gaëlle Picut
40 Malaise à l’hôpital : il y a urgence! par Adeline Farge
42 Quelle carrière après l’ENA par Valérie Segond

Métiers
44 La bière artisanale suscite un flot de vocations par Camille Thomine
46 Le numérique élargit l’horizon de l’artisanat par Adeline Farge
48 Manageur du bonheur : un métier ou une mode ? par Camille Thomine et Margherita Nasi
Management
50 «La coolitude des start­up masque une grande précarité» par Camille Thomine
52 Le théâtre d’entreprise, ce n’est pas du cinéma ! par Margherita Nasi
54 «Vous êtes là juste pour faire joli ?» par Léonor Lumineau

56 Le grand entretien avec le sociologue Olivier Galland
«La jeunesse exprime une certaine défiance par rapport à la démocratie» propos recueillis par Gaëlle Picut

58 Invitation à la lecture par Anne Rodier et Pierre Jullien

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 5
en bref

731
La Chine comptait 731 millions
d’internautes fin décembre 2016,
L’APPRENTISSAGE S’AMÉLIORE

E
n 2016, tous secteurs confondus, l’admi­
nistration a enregistré 289 400 entrées
en apprentissage en France entière
– 276 100 dans le privé (+ 3 800, + 1,4 %) et 13 300
dans le public (+ 2 200, + 19,2 %) –, soit 5 900 de
Le boulet
de l’e­réputation
Plus de 7 recruteurs européens
sur 10 déclarent faire une
recherche Internet sur les
candidatures qu’ils reçoivent,
selon une étude Monster
menée en 2016 par l’institut
YouGov auprès des recruteurs
43 millions de plus que l’année pré­
cédente, selon le Centre d’informa­ plus (+ 2,1 %) qu’en 2015, année qui avait déjà en­ de quatre pays européens
(Royaume­Uni, France, Allema­
tion sur l’Internet, un organisme registré une hausse de 1,3 %, selon des chiffres gne et Pays­Bas), et diffusée
gouvernemental, contre 45,7 mil­
lions d’internautes en France et de la Dares, le service des statistiques du minis­ début mars ; 19% le font même
systématiquement.
plus de 3,5 milliards dans le monde, tère du travail. La tendance est légèrement
soit 50 % de la population.
Ces deux augmentations successives n’effacent plus forte en France, avec 21%
des recruteurs français qui
pas les baisses de 2013 (– 8 %) et de 2014 (– 3 %). déclarent le faire de façon
International Mais les nouveaux contrats portent le total automatique. Les Français sont
Salaire mini, hausse maxi des jeunes en apprentissage dans la seule mé­ aussi les plus enclins à ne pas
Le Venezuela, confronté à une donner suite à une candidature
inflation vertigineuse, a augmenté tropole à 404 500 apprentis fin 2016, contre en raison d’éléments présents
sur Internet (60%).
début janvier le salaire minimum
de 50 %, qui s’élèvera désormais
397 000 fin 2015.
à un peu plus de 40 000 bolivars,
soit 60 dollars au plus haut taux L’assurance­chômage
de change officiel, ou 12 dollars
au marché noir. Pour sa part,
le salaire minimum au Portugal
Bons en 6e, bons à la fac bénéficiaire en 2020
Les comptes de l’Assurance­
a augmenté le 1er janvier de 27 euros chômage devraient repasser
à 557 euros brut sur quatorze mois. Selon l’Insee, si 77 % des élèves les plus dans le vert en 2020 (0,5 mil­
En France, le smic horaire est passé liard, puis 2,1 milliards, en 2021,
de 9,67 à 9,76 euros brut, soit performants en 6e poursuivent des études et 3,4 milliards en 2022), selon
une hausse de 11 euros par rapport supérieures huit ans après, ce n’est le cas une étude de l’Observatoire
à 2016 pour un temps plein,
soit 1 480,27 euros brut (1 153 euros
que de 14 % des jeunes en difficulté. Selon français des conjonctures éco­
nomiques présentée le 8 février
nets) mensuels. l’échantillon d’environ 35 000 jeunes entrés
aux partenaires sociaux. Avec
La corruption se porte bien
en 6e en septembre 2007, désormais âgés ses règles actuelles, le régime
La Nouvelle­Zélande, le Danemark de 18­19 ans dont quatre sur cinq ont est à l’équilibre quand le taux
et la Finlande obtiennent les
meilleurs résultats du classement
répondu à l’Insee, 25 % des enfants de cadres de chômage est de 8,7 %,
un seuil qui devrait être atteint
de la perception de la corruption sont en classe préparatoire aux grandes autour de 2019­2020. Le taux
dans 176, pays publié le 25 janvier
par l’ONG Transparency Interna­
écoles, contre seulement 7 % des enfants de chômage descendrait
tional. La France est 23e. Selon d’ouvriers et 4 % des élèves les moins ensuite jusqu’à 7,7 % en 2022,
ce rapport, la Bulgarie (75e) reste performants en 6e. contre 9,7 % aujourd’hui.
le pays de l’UE où la perception
de corruption est la plus aiguë.
Parmi les pays les moins bien
classés figurent plusieurs Etats
Heureux comme un Norvégien
ravagés par des conflits, comme La Norvège est le pays le plus
la Syrie (173e), le Soudan du Sud heureux du monde, devant le
(175e) ou la Somalie (176e), dernière Danemark, suivi de l’Islande et
du classement. de la Suisse, selon le classement
2017 du World Happiness Report
En Arabie saoudite, dont la publication le 20 mars
la solution, c’est le bâton ! NORVÈGE coïncide avec la journée mon­
En Arabie saoudite, des dizaines 1ER diale du bonheur établie par
de travailleurs étrangers du secteur DANEMARK l’ONU. Le classement est établi
2E en fonction de six facteurs : pro­
du bâtiment ont été condamnés
duit intérieur brut, espérance
à la flagellation et à la prison pour ISLANDE de vie, liberté, générosité, aide
dégradation de biens publics 3E
CLASSEMENT DES PAYS sociale et perception de la cor­
et incitation à des troubles lors
SELON L’INDICE DE BONHEUR ruption. La France progresse
de protestations contre le non­ver­ de la 32e à la 31e place, mais reste
sement de leurs salaires pendant Suisse 4e, Finlande 5e, Pays-Bas 6e, Canada 7e, Nouvelle-Zélande 8e, Australie 9e, loin derrière le Costa­Rica (12e),
plusieurs mois par leur employeur Suède 10e... France 31e... Espagne 34e... Italie 48e... Japon 51e... Grèce 87e... le Brésil (22e) ou le Guatemala
Binladin Group et Saudi Oger, selon Syrie 153e, Tanzanie 154e... République centrafricaine 155e (29e). Ferme la marche la Répu­
la presse saoudienne. SOURCE : WORLD HAPPINESS REPORT blique centrafricaine (155e).

6 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
AGENDA
Concours
Grand Prix national de l’ingénierie,
destiné à une équipe ayant concouru
à la conception, soit d’un produit
soit d’un projet remarquable dans
le domaine de l’industrie ou de la
construction. Date limite de dépôt
des candidatures le 12 mai
(www.entreprises.gouv.fr/services/
grand­prix­national­ingenierie­2017).
Expatriation
Forum Expat, organisé par Le Monde,
les 30 et 31 mai à Paris (Les Docks –
Cité de la mode et du design).
Carrières
« La mer convoitée : métiers, usages
et régulations », colloque internatio­
nal organisé par le Centre nantais de
sociologie, à la Maison des sciences de
l’homme Ange­Guépin, les 8 et 9 juin,
autour de trois thématiques : les métiers
et le travail ; usages des espaces et des
ressources ; régulations et politiques.
Recherche
« Qu’est­ce qu’un régime de travail
réellement humain ? », colloque orga­
nisé du 4 au 11 juillet au Centre cultu­
rel international de Cerisy (Manche).

La France championne des dividendes Participation de Dominique Méda,
Alain Supiot, Philippe d’Iribarne, etc.
(www.ccic­cerisy.asso.fr/travail17.html).

L
es dividendes mondiaux La France décroche le titre du plus Numérique
Enova Paris, du 19 au 21 septembre,
ont grappillé 0,1 % pour at­ gros payeur de dividendes, avec à Paris Expo, porte de Versailles,
teindre 1 154,5 milliards de une progression de 11,8 %, à Salon des technologies pour
les innovations de demain
dollars (plus de 1 000 milliards 54,3 milliards de dollars… alors (www.enova­event.com/enova­paris).
d’euros) en 2016, contre 1 152,7 mil­ que, dans le même temps, l’indice Entreprises
14e édition de la Semaine pour la qua­
liards, en 2015, selon une étude de du salaire mensuel de base (SMB) lité de vie au travail, du 9 au 13 octo­
la société de gestion Henderson dans le secteur privé (entreprises bre, à l’initiative de l’Agence nationale
pour l’amélioration des conditions de
Global Investors publiée le 20 fé­ de dix salariés ou plus, hors agri­ travail (www.anact.fr/14eme­semaine­
vrier, réalisée à partir des dividen­ culture et emplois publics) aug­ pour­la­qualite­de­vie­au­travail).

des payés par les 1 200 plus gros­ mentait de 1,2 %, et l’indice du sa­ Culture
Olympiades des métiers, organisées
ses capitalisations boursières au laire horaire de base des ouvriers par Worldskills international,
31 décembre. et des employés (SHBOE) de 1,1 %. à Abou Dhabi (Emirats arabes unis),
du 14 au 19 octobre
(www.worldskills­france.org).

Travailler au bureau limite le stress DES START­UP SEXISTES
S elon un rapport de l’ONU s’appuyant sur des recherches menées dans quinze Sur les 600 start­up françaises du
numérique qui ont levé des fonds
pays publié le 15 février, 41 % des employés très mobiles font état de niveaux en 2016, 70 sont dirigées par des
élevés de stress, comparés à 25 % chez ceux qui travaillent tout le temps femmes. Un chiffre en hausse de 84 %
sur 2015, mais la part des femmes sur
au bureau. En outre, 42 % des personnes travaillant en permanence à domicile le total est en baisse d’une année sur
et 42 % des télé­travailleurs très mobiles déclarent se réveiller plusieurs fois par l’autre, de 15 % à 13 %, selon une étude
de KPMG publiée le 28 février. En outre,
nuit, alors qu’ils ne sont que 29 % chez les personnes employées sur leur lieu le ticket moyen des levées de fonds
de travail (www.eurofound.europa.eu/fr/publications/report/2017/working­ féminines, à 1,8 million d’euros, reste
deux fois moins élevé que celui de leurs
anytime­anywhere­the­effects­on­the­world­of­work). homologues masculins (3,5 millions).

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 7
dossier

Quel est le candidat
des jeunes diplômés ?
Les18­25 ansontdefortes attentes sur l’emploietlelogement.
La jeunesse a changédans sa réalité sociale.Comparatif
des réponses proposées par les candidatsàl’électionprésidentielle

L
es jeunes diplômés sont plutôt humain pour introduire son projet de re­
optimistes car le marché de l’em­ venu de base universel et se réaffirmer
ploi va mieux à partir de bac + 5. comme «le candidat de la fiche de paie».
Le baromètre Deloitte, qui me­ Plus qu’une population particulière, la
sure chaque année l’humeur des jeunesse est une période de la vie, mais
jeunes diplômés, indique qu’ils sont plus dont les caractéristiques correspondent à
nombreux en 2017 à avoir rejoint le monde des besoins spécifiques qui ont évolué ces
de l’entreprise: 77 % du millier de jeunes dernières années. Ce « moment de cons­
interrogés par le cabinet de conseil sont en truction progressive de l’identité et du sta­
emploi, contre 70 % à la même époque tut» qu’est la jeunesse, comme la définit le
l’année dernière. «C’est en nette améliora­ sociologue Olivier Galland, a en effet
tion par rapport aux années précédentes. Le changé dans sa réalité sociale. Etudes à ral­
temps de recherche d’emploi s’est réduit à longe, complexification des filières de for­
deux mois en 2017 contre trois mois en 2015. mation et des métiers, accroissement de la
Et le nombre d’envois de CV a baissé. L’em­ mobilité sociale, la phase de transition est
bellie amorcée depuis 2014 se poursuit », plus longue et plus incertaine. L’importance
commente Sami Rahal, le DRH de Deloitte.
Mais l’humeur des jeunes diplômés de­
vient chagrine quand on parle politique. LE TRAVAIL DEMEURE UNE VALEUR
75 % d’entre eux ont le sentiment qu’on ne CENTRALE POUR LES JEUNES,
parle pas suffisamment des jeunes dans la PLUS QUE POUR LE RESTE
campagne présidentielle. Le premier DE LA POPULATION ACTIVE.
grand débat, qui s’est tenu le lundi 20 mars
IL EST À LA FOIS LA MARQUE
entre cinq des onze candidats à l’élection, a
en effet fait peu de cas de la jeunesse.
DE L’ENTRÉE DANS LA VIE ADULTE
ET DE LA CITOYENNETÉ
Des besoins spécifiques qui ont évolué
Ils ont certes pu se sentir concernés par
tous les thèmes abordés: l’immigration, la du logement, du sens du travail et des
laïcité, la réforme des institutions, etc. réseaux en sort renforcée à leurs yeux.
Le comparatif
Mais les sujets qui les intéressent directe­ Selon une enquête réalisée en février
des propositions
des candidats ment, comme le logement ou la mutation pour le colloque «Et le travail demain?»
a été réalisé sur numérique de la société, n’ont pas été du 22 mars au Parc des Expositions, auprès
MATTHIAS AREGUI

cinq thématiques abordés, ou si peu. Le 20 mars, seul Benoît de 1400 personnes en âge de travailler, le
par Catherine Hamon (PS) a évoqué « l’impact de la travail demeure une valeur centrale pour
Quignon. révolution numérique » sur le travail les jeunes, plus que pour le reste de la …

8 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 9
d o s s i e r | élection présidentielle 2017

… population active. Il est à la fois la marque un emploi, de se réaliser dans le travail et dessinent un très large éventail de mesu­
de l’entrée dans la vie adulte et de la ci­ d’être autonomes. «Lorsqu’ils en ont les res: soutenir les entreprises (8 %), agir sur
toyenneté: 39 % des 16­21ans le considè­ moyens économiques, et lorsque le marché l’éducation (5 %), reporter l’âge de départ à
rent comme «un moyen d’être utile à la so­ du logement le permet, les jeunes veulent vi­ la retraite pour libérer des emplois (4 %) et
ciété», contre 29 % des 16­62ans; 39 % des vre dans leur propre logement». Même s’ils créer des aides pour les jeunes (4 %), sans
jeunes y voient également un enrichisse­ restent longtemps très proches de leurs pa­ donner de cap clair, puisque «aucune me­
ment contre 19 % de l’ensemble des rents. «Les réseaux sociaux et familiaux sure n’a réuni plus de 8 % des diplômés in­
16­62ans. Autre critère important pour la prennent une place considérable dans leur terrogés », souligne Géraldine Segond,
jeunesse : l’ouverture à l’international, parcours», ce qui génère «des réflexes con­ DRH adjointe du cabinet Deloitte.
pour 56 % des 16­21ans contre 43 % de la servateurs» de la part de ceux qui croient
population active. s’en sortir tous seuls, estime Olivier Galland. Soutenir les entreprises
Leurs préoccupations ont malgré tout Le cabinet de conseil Deloitte a interrogé Lors du débat du 20 mars, sur ces quatre
beaucoup de points communs avec celles les jeunes diplômés sur ce qu’ils attendent points, les cinq candidats à la présidence
des générations précédentes. Les priorités des candidats à l’élection présidentielle. de la République ont joué chacun leur
de la plupart des jeunes sont d’abord d’avoir Sur la question de l’emploi, leurs réponses propre partition. François Fillon (LR) et

Emploi De vieilles recettes et une approche timide des nouvelles formes d’emploi
L’emploi est abordé par les candidats en contrat à durée indéterminée jours, tout en interdisant les contrats place « la préférence nationale » et
à l’élection présidentielle à travers bénéficie d’une exonération de la précaires et des stages obligatoires une taxe additionnelle sur l’embau­
trois thématiques : la réduction du cotisation d’assurance­chômage à non rémunérés. Nathalie Arthaud che de salariés étrangers.
chômage par la réforme de son indem­ titre définitif. (Lutte ouvrière) préconise d’interdire Elle­même ainsi que Nicolas Dupont­
nisation, la régulation du temps de Nicolas Dupont­Aignan (Debout la tout licenciement et prône la « répar­ Aignan, Jean­Luc Mélenchon, François
travail et le soutien aux entreprises France) parle, quant à lui, d’« exoné­ tition du travail entre tous ». Asselineau (Union populaire républi­
pour favoriser la création d’emploi. rer de cotisations les emplois étu­ En face, François Fillon entend met­ caine) et Philippe Poutou entendent
diants ». Plus largement, lui et Jean­ tre fin aux 35 heures en laissant défendre l’emploi et l’économie fran­
Les aides à l’embauche. A part Fran­ Luc Mélenchon portent une chaque entreprise fixer la durée du çaise par la sortie des traités européens
çois Fillon (LR), qui prône la sup­ approche commune : que l’Etat de­ travail par des accords d’entreprise. et/ou la mise en place de mesures pro­
pression des emplois d’avenir et les vienne l’employeur en dernier res­ De nouveaux contrats de travail (de tectionnistes. Quant à Jean Lassalle
contrats de génération, la plupart sort des personnes les plus éloignées mission pour une durée limitée, à (Résistons !), il mise sur la formation et
des candidats misent sur des aides du marché du travail, en leur con­ cause de ruptures prédéfinies…) les offres d’emplois non pourvues
à l’embauche – pour favoriser le fiant une mission d’intérêt général. pourraient voir le jour. pour faire baisser le chômage.
recrutement des jeunes –, ou des
emplois aidés. Le sort de la loi travail et la régula­ Le soutien aux entreprises pour Les nouveaux travailleurs indé­
Marine Le Pen (FN) propose un dis­ tion du temps de travail. Tous les favoriser l’emploi. François Fillon et pendants. Plusieurs candidats se
positif « premier emploi », basé sur candidats revendiqués « de gauche » Emmanuel Macron défendent la flexi­ sont intéressés de plus près à la ques­
une exonération temporaire de char­ veulent supprimer la loi El Khomri bilité et la baisse des charges pour fa­ tion des travailleurs ubérisés. Fran­
ges pour l’employeur en cas d’em­ d’août 2016 dite « loi travail ». voriser l’emploi. Sans surprise, le can­ çois Fillon veut créer un statut de
bauche d’un candidat de moins de Ils misent sur la réduction du temps didat d’En marche ! entend s’inscrire prestataire indépendant pour les
21 ans. Emmanuel Macron (En mar­ de travail pour favoriser l’emploi. dans la continuité de la loi El Khomri, autoentrepreneurs, afin de minimi­
che !) veut rétablir les « emplois Benoît Hamon propose d’y inciter en simplifiant le droit du travail. Con­ ser les possibilités de requalification
francs », qui permettaient aux em­ financièrement les entreprises, mais tre les recours abusifs aux CDD, il pro­ en CDI de leur contrat de travail.
ployeurs de toucher une aide finan­ la durée légale serait maintenue à pose d’instaurer un système de bo­ Au contraire, Jean­Luc Mélenchon
cière contre le recrutement des jeu­ 35 heures. Dans son livre­programme nus­malus sur les cotisations suggère de faciliter les requalifica­
nes des quartiers populaires, mais L’Avenir en commun (Seuil, 2016), Jean­ d’assurance­chômage payées par les tions pour les autoentrepreneurs dé­
qui ont été supprimés en 2015 faute Luc Mélenchon parle de favoriser le employeurs. Un dispositif également pendants d’un seul employeur.
de succès. Jean­Luc Mélenchon (La passage aux 32 heures, qui ne serait défendu par Jacques Cheminade. Benoît Hamon veut mettre en place
France insoumise) remplacerait les obligatoire que pour les métiers péni­ un « statut de l’actif », qui permet­
emplois d’avenir par des « contrats bles. Il propose aussi d’instaurer un L’approche protectionniste. Jacques trait à tous d’avoir un socle de protec­
jeunes » plus longs (cinq ans) dans le quota maximum de contrats précai­ Cheminade créerait un contrat de tra­ tions de base. Sur la même ligne,
secteur public et non marchand. res dans les entreprises. vail unique : un CDI à droits progressifs Emmanuel Macron propose d’ouvrir
Plus radical, Jacques Cheminade Philippe Poutou (Nouveau Parti anti­ sur un an, conditionné à la « mise en l’assurance­chômage aux travailleurs
(Solidarité et progrès) suggère qu’un capitaliste) propose un système de place d’un compte personnel d’activité indépendants.
employeur embauchant un jeune 32 heures mis en place sur quatre juste ». Marine Le Pen veut mettre en catherine quignon

10 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Emmanuel Macron (En marche !) ont numérique sera moins de travail humain», jeunes » de Jean­Luc Mélenchon ou le
prôné la relance de l’investissement, avec a réaffirmé son projet de revenu de base «premier emploi» de Marine Le Pen.
deux objectifs distincts. Le candidat des universel pour garantir le pouvoir d’achat La question de l’emploi est largement
Républicains souhaitant « que l’économie de tous. Quant à Marine Le Pen (FN), elle a abordée par celle de la régulation du
ne passe plus massivement sous le contrôle déclaré miser sur «le patriotisme économi­ temps de travail. François Fillon (LR) pro­
des fonds américains ou des pays du que» et l’avantage donné aux entreprises posant de « supprimer la référence aux
Golfe », tandis que le candidat d’En mar­ françaises dans la commande publique 35 heures » et de « donner la priorité [aux
che! réaffirmait que l’investissement était pour relancer l’économie. entreprises] de négocier le temps de travail
la condition pour « que les entreprises par des accords majoritaires », Emmanuel
embauchent». Statut d’emploi et protection sociale Macron (En marche !) a renchéri et ren­
Pour Jean­Luc Mélenchon (La France in­ La plupart des candidats proposent un voyé la régulation du temps de travail à
soumise), «on crée de l’emploi en remplis­ soutien aux entreprises pour favoriser « l’accord majoritaire de l’entreprise ou de
sant le carnet de commandes» et en parta­ l’embauche ou des dispositifs d’emplois la branche ».
geant le temps de travail. Benoît Hamon aidés (lire p. 10) : les « emplois francs » Quelques propositions «logement» (lire
(PS), pour qui « l’impact de la révolution pour Emmanuel Macron, les « contrats ci­dessous) ciblent les jeunes. Pour améliorer …

Logement Les propositions pour aider les jeunes à se loger
« Face à la précarisation du marché du tra­ tionnels à la faiblesse des loyers prati­ La plupart des candidats prévoient des
vail, les nouveaux embauchés rencontrent qués. Il veut aussi simplifier les procé­ plans de constructions de logements pour
des difficultés pour produire les garanties dures d’expulsion. les étudiants et les jeunes actifs. Au­delà
exigées par les bailleurs privés », rappelait Sur la même ligne, Jacques Cheminade de ces initiatives, Emmanuel Macron pro­
le gouvernement en janvier 2016 lors du (Solidarité et progrès) propose de suppri­ pose de mettre en place au sein du parc
lancement du dispositif Visale de sécuri­ mer l’encadrement des loyers et d’accor­ social des « logements jeunes » (limités à
sation des loyers. « 2,7 millions de ména­ der plus d’avantages fiscaux aux proprié­ 30 000) accessibles sans dépôt de garan­
ges vivent en situation de surpeuplement », taires­bailleurs. En revanche, il entend tie, sans caution et pour un bail non
indique l’Insee dans sa dernière enquête empêcher les expulsions sans relogement renouvelable.
Logement. La colocation est ainsi devenue derrière, au besoin en réquisitionnant les
« une nécessité dans un contexte de loyers logements inoccupés. Accès à la propriété. Contre les problè­
exorbitants », remarque le sociologue Mi­ A gauche, les programmes des candidats mes de logement, Marine Le Pen (FN)
chel Fize. Mais ça ne suffit pas toujours sont davantage axés sur la défense des mise d’abord sur des mesures pour facili­
pour ouvrir la porte du logement aux jeu­ droits des locataires. Benoît Hamon (PS) ter l’accès à la propriété. Les aides person­
nes diplômés. Quelles réponses apportent entend élargir aux autres grandes agglo­ nalisées au logement (APL) seraient reva­
les candidats à l’élection présidentielle ? mérations l’encadrement des loyers, qui lorisées pour les jeunes jusqu’à l’âge de
existe déjà à Paris et Lille. Il offre aussi de 27 ans. Nicolas Dupont­Aignan défend
Un dispositif ciblé. Plusieurs d’entre eux renforcer la réglementation de la profes­ également « une France de propriétaires »,
veulent inciter les propriétaires à louer en sion d’agent immobilier. Pour faciliter via une série de propositions qui leur sont
mettant en place des baux plus avanta­ l’accès au logement « durable », les taxes consacrées. Il veut aussi alléger les procé­
geux pour les jeunes. Emmanuel Macron sur les logements vacants et les locations dures d’expulsion.
(En marche !) prévoit de créer dans les zo­ saisonnières de type Airbnb seraient
nes tendues un bail « mobilité profession­ doublées. Taxe d’habitation. Emmanuel Macron
nelle » pour les actifs en formation ou en suggère d’exonérer 80 % de la population
période d’essai, avec moins de droits pour Construction de logements. Jean­Luc du paiement de la taxe d’habitation.
les locataires mais réglementé pour éviter Mélenchon (La France insoumise) lance­ D’autres candidats ont fait des proposi­
qu’il se généralise. Il entend aussi revenir rait un plan de construction massif de lo­ tions en ce sens. Sans aller jusqu’à sa
sur l’encadrement des loyers. gements sociaux. Le candidat propose suppression, le président de Solidarité et
d’interdire les expulsions sans reloge­ progrès veut revoir son mode de calcul :
L’encadrement des loyers. La suppres­ ment derrière, de réquisitionner les bâti­ elle serait assise pour moitié sur la va­
sion de l’encadrement des loyers est au ments vides et de généraliser l’encadre­ leur des logements et pour moitié sur les
programme de François Fillon (LR), qui le ment des loyers (avec une décote de 20 % revenus des occupants. Benoît Hamon
remplace par un dispositif fiscal. Le candi­ dans les zones tendues). Philippe Poutou avait aussi exprimé l’idée de revoir le
dat des Républicains envisage de créer un (Nouveau Parti anticapitaliste) et Nathalie calcul de cette taxe. Marine Le Pen pro­
bail qui accordera aux propriétaires du Arthaud (Lutte ouvrière) sont sur la pose, quant à elle, de la réduire pour les
logement des avantages fiscaux propor­ même ligne. plus modestes. C. Q.

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 11
d o s s i e r | élection présidentielle 2017

… le parcours éducatif, différentes pistes sont LA PROBLÉMATIQUE MONTANTE DES TRAVAILLEURS
avancées afin de créer ou renforcer les pas­ INDÉPENDANTS AU SERVICE DES PLATES­FORMES
serelles entre études et entreprises (lire ci­ NUMÉRIQUES, QUI CONCERNENT DE PLUS EN PLUS
dessous). Enfin, les candidats sont nom­ DE JEUNES DIPLÔMÉS, EST POSÉE SOUS L’ANGLE
breux à porter des propositions pour refon­
DU « STATUT D’EMPLOI » ET, DU BOUT DES LÈVRES,
der la vie politique du pays (lire p. 13).
SOUS L’ANGLE DE LA PROTECTION SOCIALE
Soutenir les entreprises
La problématique montante des tra­
vailleurs indépendants au service des pla­ ment, les candidats à l’élection présiden­ Tandis que de nombreux jeunes sont ten­
tes­formes numériques, qui concernent de tielle ne partagent pas tous l’optimisme tés par la défiance à l’égard des profession­
plus en plus de jeunes diplômés, est posée des jeunes diplômés, qui ont eux aussi nels de la politique (lire p. 56­57), eux sont
sous l’angle du « statut d’emploi » et, du joué leur partition dans cette campagne sur le terrain ou les réseaux sociaux voire
bout des lèvres, sous l’angle de la protec­ électorale pleine de surprises. Chaque can­ en entreprise pour nourrir le débat et ravi­
tion sociale. M. Macron, qui propose qu’ils didat a ainsi été porté par un mouvement ver la conscience politique. Mais «la loi de la
accèdent à l’assurance­chômage, a aussi de «jeunes avec», qu’ils soient, ou plutôt majorité à laquelle la minorité accepte de se
précisé qu’il était «pour le salaire décent». pas, affiliés au parti institutionnel. Majori­ plier est remise en cause», remarque Olivier
Difficile d’y être défavorable, même tairement âgés de moins de 30 ans, les jeu­ Galland. Le candidat des jeunes diplômés
quand François Fillon a souligné que la nes militants sont une ressource précieuse est probablement celui qui l’aura compris.
France était au bord de la faillite. Apparem­ pour les candidats (lire p. 16­17). anne rodier

Education Favoriser les passerelles entre les filières et l’apprentissage
Outre la question du recrutement diante : fin de la sélection par ti­ les cours en amphi en première Jean Lassalle (Résistons !) pro­
des professeurs et de l’autonomie rage au sort, plafonnement des année. Pour progresser tout au pose de développer l’apprentis­
des universités, les programmes frais de scolarité, limitation des long de la vie, chaque actif aurait sage « bien avant 16 ans ». Le pro­
des candidats se sont intéressés redoublements autorisés, rem­ droit à un an de congé­forma­ gramme de Jean­Luc Mélenchon
au parcours éducatif sur plu­ placement des bourses sur critè­ tion. Par ailleurs, un service civi­ se concentre, quant à lui, sur le
sieurs points : l’accès à l’éduca­ res sociaux par des bourses au que ou une expérience longue développement des filières en al­
tion, l’apprentissage et l’ouver­ mérite… La mise en place d’un de bénévolat permettrait de vali­ ternance et la poursuite d’études
ture internationale offerte aux « crédit d’études » pour les élèves der un semestre universitaire. après un bac professionnel. Jac­
étudiants. qui ont quitté tôt le circuit sco­ Quant à François Asselineau, le ques Cheminade défend la mise
laire figure aussi à son pro­ président de l’Union populaire en place du « lycée unique » re­
La sélection au mérite a les fa­ gramme. républicaine, il veut d’abord que groupant les voies générale,
veurs de plusieurs candidats. Jean­Luc Mélenchon (La France soient formés « des adultes auto­ technologique, professionnelle
Pour Marine Le Pen (FN), elle insoumise) défend, quant à lui, nomes et réfléchis et non pas des en alternance et en continu.
viendrait remplacer le tirage au l’accès à la culture pour tous : il salariés consommateurs ».
sort à l’université. Emmanuel veut instaurer la gratuité réelle Ouverture à l’international. Le
Macron (En marche !) est favora­ des universités et créer des uni­ La plupart des candidats en­ développement des échanges
ble à une sélection « sur prére­ versités populaires, une idée re­ tendent développer l’appren­ Erasmus figure également au
quis », avec la possibilité offerte prise par Benoît Hamon (PS). tissage. Emmanuel Macron se programme de plusieurs candi­
aux postulants de combler leurs Comme Jacques Cheminade (So­ fixe l’objectif de former sur la dats. Benoît Hamon parle de
lacunes par des cours d’été ou la lidarité et progrès), le candidat de durée du quinquennat 1 million « créer un droit à un semestre de
validation de modules universi­ La France insoumise veut remet­ de jeunes non qualifiés. Marine mobilité internationale pour
taires. François Fillon (LR) veut, tre en question la dualité entre Le Pen entend revaloriser le tra­ tous ». Emmanuel Macron se
pour sa part, « mettre fin à la sé­ grandes écoles et universités. vail manuel par l’établissement fixe pour objectif de tripler le
lection par tirage au sort dans les Philippe Poutou (Nouveau Parti de filières professionnelles d’ex­ nombre de bénéficiaires du dis­
filières en tension » et laisser les anticapitaliste) et Nathalie Ar­ cellence et le développement de positif d’ici à 2020, tandis que
universités définir leurs règles thaud (Lutte ouvrière) défendent l’alternance. François Fillon veut Jacques Cheminade promet de
d’admission en master. aussi une université gratuite et développer les dispositifs de doubler son financement. Fran­
Sur la même ligne, Nicolas Du­ sans sélection. préapprentissage et mettre en çois Asselineau souhaite déve­
pont­Aignan (Debout la France) De son côté, Benoît Hamon pro­ place une exonération totale des lopper un système d’échanges
propose plusieurs mesures pour pose de faciliter les passerelles charges sociales pour l’embau­ de type Erasmus avec les pays de
développer la méritocratie étu­ entre les filières et de supprimer che d’un jeune en alternance. la francophonie. C. Q.

12 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Social Redéfinir les allocations ou encourager la solidarité familiale
Plusieurs candidats veulent mettre Dans son livre programme L’Avenir en (mise en situation professionnelle et tions sans taxation aux petits­enfants
en place une allocation sociale éten­ commun (Seuil, 2016), le candidat de aide financière) créé en 2013. Il est ré­ serait augmenté à 50 000 euros, éga­
due aux jeunes et aux étudiants, mais La France insoumise parle d’instaurer servé à ceux qui sont les plus éloignés lement tous les cinq ans.
sous des formes très différentes. une allocation d’autonomie pour les du marché du travail. L’ancien minis­
jeunes de 18 à 25 ans, d’une durée de tre de l’économie annonce aussi une Primes, aides et bourses. La candi­
Garantir un revenu de base. Dans la trois ans, sous réserve d’une forma­ allocation sociale unique englobant date du Front national propose aussi
dernière mouture de son programme tion qualifiante et sous condition les aides personnalisées au logement d’instaurer une prime de pouvoir
débattue au grand débat télévisé du de ressources. De son côté, Philippe (APL), le revenu de solidarité active d’achat (PPA) pour les revenus allant
20 mars, Benoît Hamon (PS) suggère Poutou (Nouveau Parti anticapita­ (RSA), la prime d’activité… versée après jusqu’à 1 500 euros par mois. A titre
que son projet de revenu de base uni­ liste) propose que tous les actifs, les constatation des revenus. d’exemple, la prime atteindrait
versel bénéficie à tous les étudiants et étudiants et les apprentis touchent 80 euros pour ceux qui gagnent cette
à tous les actifs touchant moins de un revenu égal au smic. Faciliter la solidarité familiale. somme.
2 200 euros nets par mois. A titre Jacques Cheminade (Solidarité et pro­ François Fillon (LR) soutient aussi la Nicolas Dupont­Aignan (Debout la
d’exemple, un étudiant qui travaille et grès) défend l’extension du RSA aux mise en place d’une allocation sociale France) soutient, quant à lui, l’idée
qui gagne actuellement 231 euros par 18­25 ans, mais son programme évo­ unique, conditionnée à un engage­ d’un « système de sécurité sociale uni­
mois toucherait au total 749 euros que aussi le principe d’une allocation ment à se former et à rechercher un que ». Son programme prévoit que
avec ce dispositif. d’études pour tous les étudiants, s’éle­ emploi. L’ancien premier ministre de chaque bénéficiaire d’une aide sociale
Les autres candidats, à sa gauche, ne vant à 600 euros par mois sur une du­ Sarkozy veut faciliter les donations effectue une mission d’intérêt général.
sont pas favorables au principe du re­ rée de trois ans, sous conditions de entre parents, en réduisant de 15 à Autre mesure portée par ces trois der­
venu universel, qu’ils jugent inéqui­ ressources et sous réserve d’assiduité, 10 ans le délai entre deux donations. niers candidats : la revalorisation des
table. Nathalie Arthaud (Lutte assortie d’une possibilité de prêt de Marine Le Pen (FN) mise sur la soli­ bourses au mérite. Emmanuel Macron
ouvrière) et Jean­Luc Mélenchon (La 300 euros par mois à taux zéro. darité familiale : chaque parent pour­ veut également modifier le système
France insoumise) préfèrent miser Emmanuel Macron (En marche !) en­ rait transmettre sans taxation d’aides et de bourses et réinstaurer les
sur la simplification de l’accès au re­ tend, quant à lui, poursuivre la généra­ 100 000 euros à chaque enfant tous bourses au mérite pour les étudiants
venu de solidarité active (RSA) et sur lisation de la garantie jeunes, un dis­ les cinq ans (au lieu de quinze ans titulaires d’une mention « très bien »
la revalorisation des minima sociaux. positif d’accompagnement renforcé actuellement), et le plafond des dona­ au baccalauréat. C. Q.

Société De la VIe République à l’immigration choisie : des sujets clivants
Les candidats ont l’intention de transformer la diants titulaires d’un master en France. Benoît Emmanuel Macron souhaite rétablir le service
société. Parmi les propositions les plus radicales Hamon (PS) prévoit que les universités accueil­ national avec un minimum obligatoire d’un mois,
figurent celles de Jean­Luc Mélenchon (La lent 25 % d’étudiants internationaux supplémen­ tandis que Marine Le Pen et Nicolas Dupont­
France insoumise), qui prône l’instauration taires. Jacques Cheminade (Solidarité et progrès) Aignan penchent pour trois mois minimum.
d’une VIe République sur la base d’un régime propose d’augmenter le nombre de visas pour Jean Lassalle (Résistons !) souhaite aussi que soit
parlementaire avec le droit de vote à l’âge 16 ans. études. Philippe Poutou (Nouveau Parti anti­ rétabli le service national, civil ou militaire.
capitaliste) et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière)
L’immigration est un thème récurrent des défendent la libre circulation des personnes. Sur la question du cannabis, Jean­Luc Mélen­
programmes. Nicolas Dupont­Aignan (Debout chon, Benoît Hamon et Philippe Poutou se dé­
la France) veut conditionner le droit du sol à la En matière de laïcité, François Fillon (LR) laisse clarent favorables à la légalisation de son usage.
« volonté manifeste » du jeune né en France de aux universités la liberté d’imposer ou pas un rè­ François Fillon, Nicolas Dupont­Aignan et Ma­
parents étrangers, à un casier judiciaire vierge et glement en la matière. Marine Le Pen et Nicolas rine Le Pen y sont opposés. Emmanuel Macron
à la réalisation du service civique, tandis que Dupont­Aignan prônent l’interdiction des signes se montre favorable à la dépénalisation. Jacques
Marine Le Pen (FN) parle de supprimer le droit religieux ostensibles dans l’espace public. Em­ Cheminade s’est déclaré en faveur de la « décri­
du sol. « Je veux arrêter l’immigration », a­t­elle manuel Macron, Benoît Hamon et Jean­Luc Mé­ minalisation » de sa consommation. Nathalie
déclaré lors du débat du 20 mars entre les prési­ lenchon défendent une interprétation plus libé­ Arthaud envisage d’organiser un débat public.
dentiables. Le candidat de Debout la France lie, rale du concept de laïcité. Enfin Philippe Poutou
quant à lui, le maintien légal des étudiants étran­ suggère d’abroger les lois « anti­voile » à l’école. Enfin, au niveau culturel, Emmanuel Macron
gers en France à leurs résultats universitaires. propose de créer un « passe culture » de
Les autres candidats sont plutôt favorables à Le rétablissement du service national. Jean­ 500 euros pour tous les jeunes âgés de 18 ans ;
l’immigration des jeunes diplômés. Emmanuel Luc Mélenchon entend créer un service citoyen Nicolas Dupont­Aignan veut offrir un « ticket
Macron (En marche !) souhaite simplifier les obligatoire d’une durée de neuf mois, rémunéré découverte culturelle » par an à tous les Français
modalités d’accès au travail pour tous les étu­ au smic et affecté à des tâches d’intérêt général. dès l’âge de 16 ans. C. Q.

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 13
d o s s i e r | élection présidentielle 2017

Au bureau, le militantisme
à pas feutrés
Par petites touches discrètes, les jeunes tentent de diffuser leurs idées
auprès de leurs collègues. La politique au travail n’est pas sans risque

L
es semaines sont chargées pour potins de la politique ». C’est un monde contrer des élus locaux, ajoute­t­il. Il vaut
Raphaël. A quelques semaines de qui intrigue, fascine parfois. Un militant donc mieux ne pas trop faire étalage de
l’élection présidentielle, il multi­ à leur table le midi, c’est pour certains mon engagement: on pourrait remettre en
plie les distributions de tracts l’occasion de connaître, pensent­ils, l’en­ cause mon impartialité».
nocturnes, enchaîne les opéra­ vers du décor. « Comme je suis impliqué
tions de porte­à­porte et, lorsqu’il est au dans la campagne, des collègues pensent «Je pense que cela peut être vendeur»
travail, «sème patiemment des graines». A que je mange avec François Fillon tous les D’autres contextes professionnels peu­
26ans, le militant socialiste n’entend pas deux jours et que je sais tout sur tout », vent toutefois se montrer plus favorables
tirer un trait sur ses convictions sitôt les raconte Alexandre. aux jeunes militants adeptes du débat
portes de son entreprise franchies. La politique au bureau? La prudence des d’idées. Si de nombreuses hiérarchies frei­
Mais il ne souhaite pas non plus afficher jeunes diplômés est justifiée, car «les DRH nent l’évocation, en leurs murs, de sujets
bruyamment son intérêt pour le pro­ et le management sont, eux aussi, prudents jugés clivants, certaines peuvent percevoir
gramme de Benoît Hamon. Alors, il dif­ sur le sujet », explique Philippe Burger, sous un autre jour, positif, l’engagement
fuse, avec discrétion, les idées du candidat. associé responsable capital humain chez d’un jeune diplômé. «Cela peut aussi mon­
« Je ne suis pas dans un prosélytisme in­ trer la capacité du collaborateur à se proje­
tense. Il s’agit plutôt d’expliquer, d’amener ter au­delà de lui­même, à se transcender
des collègues à réfléchir et de tenter de faire « COMME JE SUIS IMPLIQUÉ DANS pour l’organisation et une recherche du
évoluer tranquillement les mentalités.» Les LA CAMPAGNE, DES COLLÈGUES bien­être collectif», analyse M. Burger.
échanges ont lieu principalement avec PENSENT QUE JE MANGE AVEC C’est d’ailleurs en ce sens que Lolita,
d’autres salariés de son âge. «Je suis plus FRANÇOIS FILLON... ET QUE JE SAIS 28ans, a évoqué son engagement politique
méfiant avec la hiérarchie, reconnaît­il. Elle TOUT SUR TOUT » en entretien d’embauche. « Lorsque la
a le pouvoir de donner des promotions ou question des projets personnels est arrivée,
ALEXANDRE
des augmentations, et je ne veux pas être militant parisien Les Républicains j’ai expliqué mon implication dans la cam­
traité différemment.» pagne d’Emmanuel Macron, explique­t­
Une campagne à pas de loup: c’est l’atti­ elle. Je crois dans un projet de société, j’ai en­
tude adoptée par nombre de jeunes mili­ Deloitte. Les mentalités françaises n’inci­ vie de faire bouger les choses et je pense que
tants politiques dans les murs de l’entre­ tent pas à l’étalage bruyant de ses convic­ cela peut être vendeur.»
prise. Prudents, ils ont conscience qu’une tions. En outre, «le droit du travail permet à Pro­Macron lui aussi, Frédéric, 25ans, tra­
propagande trop affichée les desservirait. l’employeur de limiter l’exercice de la liberté vaille depuis fin 2016 dans un cabinet
«Surtout si l’on est de gauche, certains peu­ d’expression, notamment en matière politi­ d’avocats spécialisé dans le droit des affai­
vent vite nous caricaturer en dangereux ra­ que, quand cela est justifié par la nature de res. Il ne voulait pas afficher ses convic­
dicaux», avance l’un d’eux. Le débat d’idées la tâche à accomplir et proportionné», re­ tions, mais la politique l’a bien vite rat­
n’en est pas moins encouragé. lève Michel Miné, professeur de droit du trapé. «C’est un milieu où on en parle tout le
travail au Conservatoire national des arts temps, le débat n’est jamais loin. » Plus
Un monde qui intrigue et métiers (CNAM). d’ambiguïté désormais, le jeune homme a
« On se dévoile par petites touches et, si De quoi inciter Pierre à se montrer lui un poster du fondateur d’En marche! au­
l’accueil est bon, on y va ! », confirme aussi discret. Le jeune socialiste travaille dessus de son bureau, dans une pièce qu’il
Alexandre, militant parisien Les Républi­ dans une société pour laquelle il «conseille partage avec… un pro­Fillon. «On en rit, ré­
cains. Il a été de ceux qui ont débattu des clients du secteur public : administra­ sume­t­il. Au fond, ces échanges politiques
du revenu de base universel à la cantine tions, collectivités, sur des sujets pouvant au sein du cabinet sont positifs : ils nous
de son entreprise. De ceux, aussi, à qui être très politiques, dans des missions au rapprochent et créent du lien.»
l’on demande volontiers de raconter « les cours desquelles il peut être amené à ren­ françois desnoyers

14 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Aider les
entreprises à
se réinventer
grâce au digital
“Je déploie des
solutions de data
analytics afin
d’identifier de
nouveaux leviers
de performance pour
les entreprises.“
Camille, consultante
advisory, IT

... Et vous,
vous ferez quoi
chez KPMG ?
Donnez du sens à votre métier
kpmgrecrute.fr

AUDIT ADVISORY EXPERTISE COMPTABLE
d o s s i e r | élection présidentielle 2017

Le poids des jeunes dans la campagne
Sensibilisation aux problématiques des moins de 25 ans, incubateurs de talents
pour le parti, les mouvements de juniors sont présents derrière chaque candidat

M
ardi 14 février, 18 h 30, au tenteront de convaincre les passants de leur avantage leur force militante et leur
pied de la colline du Sa­ voter pour le candidat socialiste. image de dynamisme, au risque de les irriter
cré­Cœur, à Paris. Une dou­ « En France, les mouvements de jeunes parfois», ajoute­t­il.
zaine de jeunes femmes et apparaissent dès le début du XXe siècle, lors­
d’hommes font un selfie, que émergent les premières grandes forma­ Une ressource précieuse
cigarette au bec et sac au dos pour cer­ tions politiques modernes», explique Fran­ Dans la campagne présidentielle 2017, les
tains, costume et mallette pour d’autres. çois Audigier, professeur en histoire con­ jeunes militants sont une ressource pré­
Puis, tracts en main, ils remontent jusqu’à temporaine à l’université de Lorraine. cieuse pour les candidats. Etudiants, ap­
la place des Abbesses. «Dès que vous voyez Dans les années 1960, les 16­25ans s’affir­ prentis ou jeunes travailleurs, ils sont majo­
un jeune, vous lui donnez un tract, et, s’il ment comme une catégorie sociale avec ritairement âgés de moins de 30 ans.
veut parler, vous n’hésitez pas à engager la des revendications politiques spécifiques. Derrière chaque candidat, dans une my­
conversation sur le programme de Benoît», Ces structures prennent alors toute leur riade de mouvements «Les Jeunes avec» ou
crie une jeune femme, coupe au carré, importance. « Depuis, la plupart de ces dans les mouvements des partis, ils y con­
blonde, et rouge à lèvre carmin. Durant organisations de jeunesse sont l’objet de sacrent quelques heures par semaine, voire
une heure et demie, ces militants du mou­ processus d’instrumentalisation de la davantage pour les plus investis. Le Front
vement des Jeunes avec Benoît Hamon part des aînés, qui s’efforcent de capter à national de la jeunesse (FNJ) est le plus im­

Les « civic­tech » ou le b­a ba de la démocratie 2.0
« Nous sommes des citoyens du XXIe siècle, fai­ Dans le même registre, le collectif #MaVoix de restaurer la confiance avec les citoyens. »
sant de notre mieux pour interagir avec des ins­ propose de présenter des citoyens tirés au Il a d’ailleurs décliné le concept de « plate­
titutions du XIXe siècle, qui sont basées sur une sort lors des prochaines législatives. S’ils sont forme participative clé en main » pour d’autres
technologie de l’information du XVe siècle » : le élus, ces derniers devront suivre, pour chaque acteurs publics et privés : collectivités locales,
constat dressé en 2014, lors d’une conférence texte de loi, le vote de l’ensemble des person­ associations, entreprises, et créé une start­up,
TED (Technology, entertainment et design), nes inscrites sur la plate­forme. Cap Collectif, qui compte déjà une quaran­
par Pia Mancini, cofondatrice du parti politi­ D’autres civic­tech tentent d’améliorer taine de clients.
que argentin Partido de la Red, a donné nais­ le fonctionnement des institutions, en dehors Sous ses apparences philanthropiques, la civic­
sance à un foisonnement mondial d’initiati­ des campagnes électorales. La plate­forme tech cache un marché où les business models
ves visant à rénover le fonctionnement de nos Parlement & Citoyens, lancée en 2013, permet s’affinent. «Contrairement à d’autres pays où
démocraties en assurant, grâce aux outils ainsi aux députés et sénateurs d’associer les acteurs publics ont créé eux­mêmes leurs pla­
numériques, une plus grande transparence et les citoyens au travail législatif, en amont tes­formes participatives, en France, c’est le sec­
une participation accrue des citoyens aux pri­ du dépôt d’une proposition de loi. teur privé qui a fait émerger ces solutions. Cela
ses avec des décisions politiques. La campa­ crée des opportunités mais cela pose aussi des
gne présidentielle française offre un terrain Un véritable marché questions sur la transparence et l’utilisation des
d’expérimentation pour ces nouvelles plates­ Une trentaine d’entre eux ont ainsi déjà données», souligne Valentin Chaput, cofonda­
formes regroupées sous le nom de «civic­tech». organisé des consultations sur la plate­forme teur d’Open Source Politics, une entreprise
Lancé fin 2015, le site LaPrimaire.org a orga­ auxquelles ont participé plusieurs milliers de services informatiques qui défend des solu­
nisé des « primaires citoyennes » afin de faire d’internautes. «Nous avons bien conscience que tions techniques partagées («open source»).
émerger un candidat de la société civile dans cela ne touche qu’une petite partie de la popu­ Le gouvernement semble néanmoins vouloir
la course à l’Elysée. Le vote en ligne, auquel lation. Beaucoup de gens n’ont pas le temps soutenir ces jeunes pousses afin d’«accélérer
ont participé quelque 50 000 internautes, a ou ne s’estiment pas suffisamment compétents la transition démocratique». Il a contribué au
désigné Charlotte Marchandise, une Rennaise pour donner leur avis sur des projets de loi, financement du premier incubateur français
de 42 ans, comme la candidate du mouve­ souligne Armel Le Coz, cofondateur de Parle­ de civic­tech, le Liberté Living Lab, qui a ouvert
ment, qui finalement n’a pas obtenu les ment & Citoyens. Mais c’est un moyen pour les ses portes mi­octobre à Paris.
500 parrainages nécessaires pour se présenter. parlementaires de faire connaître leur travail et françois schott

16 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
jeunesse du pays et incarnent l’élan des nou­
velles générations. Les orateurs politiques
aiment d’ailleurs les placer derrière eux pour
“habiller” le plan­cadre des caméras lors des
meetings», souligne François Audigier. «Les
retraités, qui sont la frange de la population
qui vote le moins pour le FN, nous voient
comme leurs petits­enfants, on peut alors
plus facilement discuter avec eux», reconnaît
de son côté Gaëtan Dussausaye, du FNJ.
Certains mouvements de jeunes se tar­
guent aussi de pouvoir participer à l’élabo­
ration du programme. « Nous avons pré­
senté dix­sept propositions à Yannick Jadot,
qui, à son tour, nous a conviés à des sémi­
naires», explique Benjamin Kaufmann, co­
secrétaire fédéral des Jeunes écologistes,
après l’enregistrement d’une émission de
télévision sur la place de la voiture en ville
tournée au Centquatre, un lieu culturel du
19e arrondissement parisien.

MATTHIAS AREGUI.
Du côté du MJS, le président, Benjamin
Lucas, 26ans, a été nommé conseiller jeu­
nesse de l’équipe de campagne de Benoît
Hamon: «Je suis donc au cœur du disposi­
tif. Je fais des notes et je discute souvent
portant, avec 25000 adhérents déclarés, le « LES COMITÉS DES “JEUNES AVEC” avec le candidat. L’attestation écrite de
Mouvement des jeunes socialistes (MJS) en DONNENT L’IMPRESSION contrôle d’identité, par exemple, c’est nous»,
compte 8500 et Les Jeunes écologistes 500. QUE LE CANDIDAT EST PORTÉ PAR se félicite­t­il, dans l’open space du QG de
Les Jeunes républicains (JR) non pas voulu TOUTE LA JEUNESSE DU PAYS » campagne du candidat socialiste, dans le
communiquer leur effectif. 10e arrondissement de Paris. Une respon­
Lors des campagnes électorales, les mou­ FRANÇOIS AUDIGIER sabilité à nuancer, selon Arnaud Mercier:
professeur en histoire contemporaine
vements «Les Jeunes avec» complètent le à l’université de Lorraine «Lorsqu’ils sont associés à la réflexion, c’est
dispositif. «Dans un contexte de discrédit du en général uniquement sur la partie qui les
politique, ils permettent de proposer une nou­ concerne. Ils doivent rester à leur place,
velle forme d’engagement aux jeunes en de­ 22 ans, président des Jeunes avec Fillon, en dans une organisation de campagne qui est
hors des partis, associés à tort ou à raison à plein tractage au marché de la place souvent pyramidale.»
des logiques d’appareil», explique Arnaud Maubert dans le 5e arrondissement de Paris.
Mercier, professeur en communication poli­ «Durant La Grande Marche [une campa­ Un vivier de futurs responsables
tique à l’université Paris­II­Panthéon­Assas. gne de deux mois de porte­à­porte avec Sur le long terme, ces mouvements de
questionnaire], 50 % des animateurs étaient jeunes font aussi office de véritables écoles
Maîtrise des réseaux sociaux issus des Jeunes avec Macron», témoigne de politiques et de viviers de futurs responsa­
Le premier rôle de ces mouvements de son côté Margaux Pech, 27ans, responsable bles locaux et nationaux. Michel Barnier
jeunes, qui disposent souvent de plus de numérique de ce mouvement. ou Roger Karoutchi ont ainsi fait leurs clas­
temps que leurs aînés, est de faire du «ter­ Les jeunes maîtrisent un outil clé: les ré­ ses à l’Union des jeunes pour le progrès
rain ». « Tractage, boîtage, collage et puis seaux sociaux. «C’est notre ADN, nous som­ (UJP), en 1981, Nicolas Sarkozy, Brice Horte­
des actions plus typiquement jeunes, mes nés avec et savons donc bien les utiliser. feux, Thierry Mariani étaient les têtes du
comme déployer une banderole au­dessus Cela permet d’aborder un sujet sérieux par comité de soutien des jeunes à la candida­
des autoroutes, ou mobiliser sur les réseaux le biais d’un média qui parle à la jeunesse. ture de Jacques Chirac, quand Benoît Ha­
sociaux », énumère Gaëtan Dussausaye, Nous relayons, par exemple, tous les événe­ mon fut président du MJS.
directeur du FNJ, 23ans. ments organisés autour de la campagne Pour l’instant, la plupart des responsa­
Dans la rue, à la sortie des facs ou des ly­ d’Emmanuel Macron sur Snapchat, Twitter bles de mouvements de cadets rencontrés
cées, ou lors d’apéros­débats, «notre but est ou Facebook», explique Margaux Pech. pour cette enquête affirment ne pas y pen­
notamment de convaincre l’électorat jeune, Pour les candidats, avoir des jeunes sou­ ser. Mais il ne serait pas étonnant de re­
mais aussi de persuader ceux qui ont une tiens est aussi une question d’image. «Les trouver leur visage sur les affiches électo­
conscience politique et l’envie de s’engager de comités des “Jeunes avec” donnent l’impres­ rales dans quelques années…
nous rejoindre», détaille Cédric Rivet­Sow, sion que le candidat est porté par toute la léonor lumineau

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 17
d o s s i e r | élection présidentielle 2017

Constance, Hugo, Davy et Fabien
quatre expériences de terrain
Qu’apporte le militantisme dans Constance savoir écouter les autres », affirme­t­elle.
un parcours professionnel ? Rambaud Salariée dans un cabinet d’architectes, elle
Est­ce un marchepied pour une La France s’efforce de concilier cet engagement avec
Insoumise son activité professionnelle. Elle milite en
carrière ? Qu’en pensent les dehors des heures de bureau, le matin
jeunes impliqués en politique ? pour la distribution de tracts, le soir pour
les réunions ou le porte­à­porte. « Cela ne
Alors qu’une grande partie me dérange pas de finir tard. J’aime aller
de leur génération se détourne « La politique, je ne pensais vers les autres. Mais je me rends compte que
pas m’y mettre un jour » les Français se sont détournés de la politi­
des partis politiques, des que. Beaucoup sont perdus et ne savent pas
jeunes ont choisi de s’engager. pour qui voter. Il y a beaucoup d’indécis à
Constance Rambaud, 33 ans, architecte à convaincre. »
Pourquoi ? Pour défendre Paris. C’est après avoir terminé ses études Lorsque la campagne sera terminée,
des idées et des programmes, et fait ses premiers pas dans la vie active Constance entend revenir « à une vie nor­
que la jeune femme a commencé à s’inté­ male » tout en restant impliquée dans le
bien sûr, mais aussi parce qu’ils resser à la politique. « J’ai lu beaucoup de mouvement, car elle veut « remettre la po­
savent que le militantisme est livres politiques, économiques et sociolo­ litique au centre de la vie citoyenne ».
une bonne école. Témoignages giques qui m’ont fait voir la réalité du
monde, au­delà de ma situation person­ Comme Constance, Hugo Barthélémy, vit
nelle », affirme­t­elle. L’un deux, écrit par sa première campagne en tant que militant.
un économiste de gauche, Jacques Géné­ Cet ingénieur soutient Emmanuel Macron
reux, la marque plus que les autres et la car il apprécie la méthode et le style du can­
décide à passer à l’action. didat d’En marche ! et croit au renouvelle­
ment de la politique en dehors des partis.
Engagement et vie professionnelle
Elle rejoint fin 2016 le mouvement de Hugo
Jean­Luc Mélenchon, La France insoumise. Barthélémy
« Accueillie à bras ouverts », la jeune En marche !
femme prend vite des responsabilités et
devient coordinatrice d’un groupe d’appui
dans le 12e arrondissement de Paris. « Ici
chacun s’engage selon ses compétences et
ses envies. On n’a rien à prouver. Il faut juste
« Nous sommes un
mouvement encore jeune »
« ICI CHACUN S’ENGAGE SELON
SES COMPÉTENCES ET SES ENVIES.
ON N’A RIEN À PROUVER. IL FAUT Hugo Barthélémy, 30 ans, se définit
JUSTE SAVOIR ÉCOUTER LES AUTRES» comme un « entrepreneur citoyen ». Déve­
loppeur informatique, il travaille notam­
CONSTANCE RAMBAUD
coordinatrice d’un groupe d’appui de La France ment sur de nouveaux outils de participa­
DR X 3

insoumise dans le 12e arrondissement de Paris tion en ligne. Il a rejoint la campagne

18 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
d’Emmanuel Macron fin 2016. « J’ai été « Le cybermilitant est encore plus diplômé
séduit avant tout par sa démarche basée sur
la co­construction d’un programme avec les
que le militant traditionnel »
citoyens. C’est ce qui lui a permis de rassem­
bler des gens de tous bords dont beaucoup Anaïs Theviot, cher­ Le militantisme ne se développe­t­il pas
ne s’étaient jamais impliqués en politique », cheuse au Centre de aujourd’hui en dehors des partis avec
explique­t­il. recherches sur l’action l’émergence d’autres formes de mobilisa­
Hugo s’est toujours intéressé à la vie de la politique en Europe tion en ligne (pétitions, plates­formes de
cité. « Collégien je faisais partie du conseil (université Rennes­I), débat, primaires citoyennes) ?
des jeunes de ma ville, puis j’ai été élu au est l’auteure de « Qui Il y a une tendance générale au rejet des par­
conseil d’administration de mon lycée, idem milite sur Internet ? », tis, perçus comme des machines trop hiérar­
à la fac. J’ai ensuite rejoint l’UDI pour ses va­ publié dans la Revue chiques, corrompues, sans idées. La multipli­
leurs européennes. Mais le parti n’a pas pré­ française de science cation des initiatives citoyennes grâce
senté de candidat à la présidentielle et la politique en 2013. notamment aux nouveaux outils numériques
plupart des jeunes ont rejoint En marche ! », donne une image de renouveau, avec la vo­
raconte­t­il. lonté de changer la manière de faire de la poli­
La politologue constate que l’usage tique. Mais elles n’évitent pas certains écueils.
du numérique n’a pas permis d’enrayer Lorsqu’on s’intéresse aux candidats issus des
« SI L’ON VEUT DES INSTITUTIONS la baisse du nombre d’adhésions aux partis primaires citoyennes, on se rend compte
PLUS REPRÉSENTATIVES, de gouvernement. qu’ils ont un profil assez proche de ceux des
IL FAUDRA BIEN DES CANDIDATS partis avec un discours, un programme et une
Le développement d’Internet et des réseaux manière de se présenter qui reprennent les
DE LA SOCIÉTÉ CIVILE »
sociaux permet­il un renouvellement de codes de la politique « classique ». Ils sont
HUGO BARTHÉLÉMY l’engagement politique et une diversifica­ également issus de catégories socioprofes­
responsable du comité du 14e arrondissement
de Paris pour En marche ! tion des profils militants ? sionnelles plutôt favorisées : avocats, méde­
Anaïs Theviot. C’est plutôt une fausse idée. cins, professeurs. En outre, la structure parti­
D’une part, l’usage du numérique n’a pas sane reste indispensable dans notre système
permis d’enrayer la baisse du nombre d’adhé­ politique et a conduit les organisateurs à créer
Responsable du comité du 14e arrondis­ sions aux partis de gouvernement [elles ont leur propre parti.
sement de Paris, il milite sur tous les été divisées au moins par deux depuis 2006
fronts : organisation de réunions hebdo­ au Parti socialiste comme à l’UMP, devenu L’engagement dans un parti a­t­il d’autres
madaires, porte­à­porte, ripostes aux LR]. D’autre part, le profil sociologique motivations, comme la recherche d’oppor­
« fausses informations » qui circulent sur des militants n’a pas beaucoup évolué. tunités professionnelles ?
les réseaux sociaux. « Nous sommes un Dans l’enquête que nous avons menée en 2012 Pendant longtemps les partis ont manqué de
mouvement encore jeune, moins structuré auprès des cybermilitants de l’UMP et du PS compétences numériques. Cela a été une op­
que les partis traditionnels. On fonctionne (« Qui milite sur Internet ? Esquisse du profil portunité pour de jeunes militants d’accéder à
un peu comme une grosse start­up où cha­ sociologique du cybermilitant au PS et à des postes en vue. Même sans formation par­
cun doit se prendre en main », lance­t­il. l’UMP », Revue française de science politique, ticulière dans le domaine informatique, cer­
Il espère continuer l’aventure au­delà de 2013/3), ces derniers apparaissaient très di­ tains se sont retrouvés à des postes de pre­
la campagne présidentielle, notamment plômés : 38 % étaient titulaires d’une licence mier plan.
lors des élections législatives et des euro­ et/ou d’un master au PS, 39 % pour l’UMP, Aujourd’hui, c’est différent. Les directions nu­
péennes, où il a même songé à se porter et 14 % avaient fait leur cursus au sein d’une mériques des partis se sont professionnali­
candidat. « Je ne le ferai pas car je veux dé­ grande école et/ou une thèse. De façon plus sées et font de plus en plus souvent appel à
velopper ma boîte. Mais si l’on veut des ins­ globale, 70 % des cybermilitants socialistes des prestataires extérieurs. On est dans une
titutions plus représentatives, il faudra bien et 65 % des cybermilitants UMP étaient gestion entrepreneuriale des campagnes pré­
des candidats de la société civile. » diplômés du supérieur, contre 28 % seulement sidentielles. Aussi, la fenêtre d’opportunité
des Français (chiffre de 2009). s’est restreinte pour les jeunes diplômés.
Passage vers une carrière politique Le cybermilitant est encore plus diplômé que Quoi qu’il en soit, faire partie d’une équipe de
Pour les jeunes qui se destinent à une car­ le militant traditionnel, qui lui­même est campagne reste une expérience enrichissante,
rière politique, le militantisme reste un pas­ surdiplômé par rapport à la population fran­ ne serait­ce que par le réseau qu’elle apporte.
sage obligé. Davy Rodriguez, étudiant à Scien­ çaise. Autrement dit, la possibilité de militer Cela permet de créer des ponts vers une car­
ces Po, a commencé son parcours au Front de en ligne ne contribue ni à améliorer la repré­ rière, notamment dans les métiers du marke­
gauche pour ensuite rejoindre le Front natio­ sentativité des partis politiques ni à ouvrir ting et de la communication.
nal, où il trace sa voie sans état d’âme. le parti à des profils plus diversifiés. françois schott

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 19
d o s s i e r | élection présidentielle 2017

Davy « JE NE SUIS PAS CANDIDAT AUX LÉGISLATIVES
Rodriguez, NI AUX EUROPÉENNES. JE PRÉPARE LE CONCOURS DE
Front national L’ENA CAR JE VEUX SERVIR L’ETAT. APRÈS ON VERRA »
DAVY RODRIGUEZ
adjoint à la direction nationale du FN de la jeunesse

Comment valoriser une expérience
« Mes convictions sont politique sur le marché du travail ?
les mêmes. C’est le contexte Faut­il en parler devant un employeur ?
qui a changé » « C’est compliqué », reconnaît Fabien
Roulland, ex­militant écologiste.
Aux côtés de Jean­Luc Mélenchon pen­
dant la campagne de 2012, Davy Rodriguez,
23 ans, a fait le « grand saut » vers Marine
Le Pen il y a deux ans environ. Pour ce fils Fabien s’interroge : « Pourquoi valorise­t­on l’en­
d’immigrés qui a grandi en banlieue pari­ Roulland, gagement associatif et pas l’engagement
sienne, cette conversion n’a rien d’un coup ex­militant politique, alors que ce sont des expériences
de tête. « Mes convictions sont les mêmes. écologiste proches et tout aussi enri­chissantes ? »
C’est le contexte qui a changé », assure­t­il, Fabien Roulland travaille aujourd’hui
évoquant la montée du communauta­ dans un cabinet de conseil au secteur
risme en France et les méfaits des politi­ public autour des politiques de l’emploi.
ques d’austérité. Il a pris ses distances avec la politique et
« Cela m’a aidé à acquérir affirme ne pas se reconnaître dans l’offre
Assurer une exposition médiatique du moment. Mais il recommande l’expé­
Militant actif depuis son entrée à Scien­
des compétences » rience militante dans un cursus. « Cela
ces Po, il y a cinq ans, le jeune homme s’est m’a aidé à affiner mon orientation pro­
illustré en créant, avec trois camarades, Après cinq ans de militantisme ponctués fessionnelle et à acquérir des compéten­
une section FN au sein de la célèbre école. par une candidature aux municipales sous ces qui me servent aujourd’hui dans un
« Tous les autres partis avaient un groupe et l’étiquette EELV à Toulouse, Fabien Roul­ autre contexte. »
pouvaient organiser des débats politiques land, 26 ans, se met en quête d’un travail
en interne. Nous voulions être sur un pied dans le secteur de la communication. Mais Selon une enquête du Centre de recher­
d’égalité. Il fallait recueillir 120 votes parmi son militantisme sur les réseaux sociaux a che pour l’étude et l’observation des condi­
les étudiants. Nous les avons obtenus en laissé des traces. « Lors des ateliers d’inser­ tions de vie (Credoc), seulement 2 % des
deux jours », explique­t­il. Ce coup d’éclat tion professionnelle, à l’école, on nous a ap­ Français de moins de 30 ans adhéraient à
assure au jeune homme une exposition pris à ne surtout pas faire étalage de nos en­ un parti politique en 2015. Pourtant les
médiatique et une promotion rapide au gagements politiques », se souvient le militants que nous avons rencontrés évo­
sein du parti. jeune homme. quent tous une « expérience enrichis­
Aujourd’hui adjoint à la direction natio­ sante », loin de l’image négative dont souf­
nale du FN de la jeunesse, Davy Rodri­ Affiner son orientation frent les organisations. Ils citent notam­
guez supervise la création de sections lo­ « J’ai passé plusieurs jours à effacer les ment les compétences et « savoir être »
cales, organise des sessions de formation messages que j’avais postés durant ces an­ développés grâce au militantisme, ces fa­
pour les nouveaux militants, intervient nées. Mais il restait quand même un trou de meuses soft skills recherchées par les em­
dans les médias et sur les réseaux so­ six mois sur mon CV qui correspondait à ployeurs : convaincre, travailler en équipe,
ciaux dans le cadre de la campagne prési­ mon engagement dans la campagne des prendre des initiatives, s’adapter. C’est
dentielle. Alors qu’une carrière politique régionales. » Bien qu’il n’ait pas eu à s’en bien cela, faire campagne.
semble lui tendre les bras, le jeune justifier lors d’entretiens, le jeune homme françois schott
homme n’exprime ses ambitions qu’à
demi­mot. « Je ne suis pas candidat aux
législatives ni aux européennes. Je prépare « POURQUOI VALORISE­T­ON L’ENGAGEMENT ASSOCIATIF
le concours de l’ENA car je veux servir ET PAS L’ENGAGEMENT POLITIQUE, ALORS QUE CE SONT DES
l’Etat. Après on verra. » EXPÉRIENCES PROCHES ET TOUT AUSSI ENRICHISSANTES ? »
FABIEN ROULLAND
DR X 2

ex­militant écologiste

20 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
François Fillon et Emmanuel Macron
séduisent les créateurs d’entreprise
Simplificationadministrative, investissements, commandes publiques se retrouvent
dans une majorité de programmes. Tour d’horizon des propositions

L
es jeunes créateurs d’entreprise Macron souhaite généraliser l’assurance­ l’impôt sur le revenu à hauteur de 30 % à
rêvent pour la France de rela­ chômage aux indépendants (de même 50 %», et avance aussi des mesures visant à
tions simplifiées avec l’adminis­ qu’aux salariés démissionnaires). Benoît «développer le financement participatif et la
tration, d’un environnement fis­ Hamon (Parti socialiste) se prononce, lui titrisation». Il propose aussi d’«orienter une
cal favorisant l’émergence de aussi, pour la création d’une «protection partie de l’épargne [assurance­vie notam­
nouveaux investisseurs providentiels que contre le chômage pour les entrepreneurs, ment] vers des fonds spécialisés dans l’inno­
sont les business angels, ainsi que d’un sys­ pour lutter contre la peur de l’échec, principal vation qui intégreraient la notion de risque».
tème de protection sociale refondu pour frein à la création d’entreprise». Marine Le Pen se prononce également en
les indépendants… Tel est l’environnement De même, plusieurs candidats annon­ faveur d’un tel recours à l’assurance­vie.
économique idéal qu’ils attendent des can­ cent la fin du RSI, le régime social des indé­ Emmanuel Macron veut, pour sa part, «re­
didats à la présidence de la République. pendants («On en rêve, c’est un système tel­ fonder la fiscalité sur le capital» et précise
A l’approche des scrutins des 23 avril et lement compliqué!», assure Arbia Smiti). que «l’impôt de solidarité sur la fortune ne
7 mai, la délégation hexagonale des entre­ «Nous allons le réformer de fond en com­ concernera plus l’investissement qui sert
preneurs du G20 YEA (Young Entrepre­ ble», promet François Fillon, qui prévoit la l’économie [actions, parts, titres d’entre­
neurs’ Alliance), forte de nom­breuses pro­ création d’une «caisse de protection des in­ prise]». Benoît Hamon évoque la mise en
positions à l’adresse des candidats, scrute à dépendants ». Benoît Hamon, Marine Le
la loupe les programmes aujourd’hui sur la Pen (Front national), Emmanuel Macron et
table. «On n’aura jamais le candidat idéal ré­ Jean­Luc Mélenchon (La France insoumise)
pondant à l’ensemble de nos problémati­ prônent sa suppression. « Nous l’adosse­ « ON N’AURA JAMAIS LE CANDIDAT
ques, mais certains avancent des actions rons au régime général de la Sécurité so­ IDÉAL, MAIS CERTAINS AVANCENT
concrètes et positives pour l’économie», ex­ ciale», déclare le leader d’En marche!. DES ACTIONS CONCRÈTES
pose Arbia Smiti, membre de la délégation ET POSITIVES POUR L’ÉCONOMIE »
française du G20 YEA. Simplification administrative ARBIA SMITI
De manière générale, les candidats disent membre de la délégation française du G20 YEA
Refonte de la protection sociale entendre les souhaits de simplification ad­
Dans quels programmes les jeunes entre­ ministrative des jeunes entrepreneurs. La
preneurs se retrouvent­ils? Celui d’Emma­ présidente du Front national veut «mettre place d’une «fiscalité comportementale des
nuel Macron (En marche!), jugé «proentre­ en place un guichet unique qui sera le trait entreprises avec un impôt sur les sociétés mo­
prise » (« Une lueur d’espoir pour nous », d’union entre les entreprises et les adminis­ dulé en fonction du taux de réinvestissement
confie la créatrice d’une start­up), et celui trations». Emmanuel Macron, lui, veut ins­ de leurs bénéfices dans l’appareil productif».
de François Fillon (Les Républicains), taurer un «droit à l’erreur pour tous», afin Enfin, plusieurs candidats souhaitent
« dense » et « relativement complet», em­ que «le contrôlé de bonne foi (…) [ne soit que les entrepreneurs français aient un ac­
portent la majorité des suffrages. pas] sanctionné à la première erreur». cès «privilégié» à la commande publique.
Estimant l’écosystème français pas assez Benoît Hamon plaide en ce sens pour l’ins­
favorable à la dynamique entrepreneuriale, Soutiens à l’investissement tauration d’un «Social Business Act». Ma­
les jeunes créateurs appellent de leurs Autre dossier: comment favoriser les in­ rine Le Pen annonce «un patriotisme éco­
vœux un souffle de renouveau. Ils devraient vestissements dans les jeunes pousses, nomique». Quant à François Fillon, il pro­
vraisemblablement obtenir satisfaction sur ainsi que le souhaitent les entrepreneurs? pose d’«introduire une quote­part d’achats
au moins un des chantiers qu’ils jugent François Fillon avance plusieurs mesures publics significative [jusqu’à 50 % de la
prioritaires: la refonte de leur système de en ce sens, notamment pour inciter les par­ commande publique] auprès de PME et de
protection sociale. Les principaux candidats ticuliers à s’engager. Il souhaite que «l’inves­ start­up françaises innovantes».
se sont engagés sur ce point. Emmanuel tissement dans les PME [soit] déductible de françois desnoyers

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 21
social

De plus en plus de jeunes qui se lancent
n’arrivent plus à se loger et sont tentés
de recourir à des expédients illégaux.
Leur statut précaire effraie les propriétaires

Travail indépendant ou logement,
il faut choisir

C
DI et revenu équiva­ exclus : « C’est un public tellement
lent à trois fois le précaire que pour l’instant ils n’ont
loyer. Sans ça, cela ne pas de représentation, ce qui em­
sert à rien que vous pêche que le problème soit pris à
postuliez, on ne vous bras­le­corps. Les politiques du lo­
louera même pas une place de par­ gement ne s’intéressent pas aux
king. » Voilà ce que s’est entendu travailleurs indépendants, peut­
dire Alix, graphiste et photographe être aussi parce qu’ils ne sont pas
indépendante, alors qu’elle cher­ « C’est plus une question de encore assez nombreux par rap­ retouche, en les doublant. Dès la
chait un appartement à Paris. contrat que de revenu », estime port à d’autres catégories en diffi­ visite suivante, le dossier a été ac­
« J’étais choquée. Je n’ai pas de CDI, Pierre Gattegno, chargé de mis­ culté (apprentis, étudiants, alter­ cepté. C’est souvent la seule solu­
mais je travaille et je gagne ma vie ! » sion partenariats et prospectives nants). Il y a pourtant une accélé­ tion pour pouvoir louer quand on
Au final, la jeune femme a fini pour l’Union nationale des comi­ ration et une massification de est free­lance », raconte­t­il.
par trouver un logement par l’in­ tés locaux pour le logement auto­ cette catégorie », explique Pierre Mais à quel risque ? La pratique
termédiaire d’amis. « Les fuites nome des jeunes (CLLAJ). En ef­ Gattegno. est illégale : « C’est un faux et usage
d’eau sont récurrentes et l’électri­ fet, la plupart des propriétaires de faux, car on falsifie les docu­
cité n’est pas aux normes. Mais qui passent par une agence sous­ ments. L’article 441­1 du code pénal
comme le propriétaire me “dé­ crivent une garantie loyers im­ Déclarations falsifiées prévoit une peine de trois ans d’em­
panne” en me le louant alors que je payés (GLI), à laquelle ne sont éli­ En attendant, certains rongent prisonnement et de 45 000 euros
suis travailleuse indépendante, je gibles que les locataires en con­ leur frein en colocation, dans leur d’amende », détaille Hélène Le
ne peux pas exiger grand­chose. » trat à durée indéterminée (CDI) studio d’étudiant ou chez leurs Gall, de l’Agence départementale
et dont le revenu est trois fois su­ parents. Tandis que d’autres se d’information sur le logement
De plus en plus de free­lance périeur au loyer. Les étudiants mettent carrément dans l’illéga­ (ADIL). Le contrat de bail peut
Dans la nouvelle génération, de peuvent s’appuyer sur un garant lité. Johan, graphiste indépendant être purement et simplement
plus en plus de jeunes diplômés pour remplir ces conditions. La de 30 ans en autoentreprise, s’y considéré comme nul. Mais pour
se lancent dans l’emploi free­ loi de mobilisation pour le loge­ est résolu après avoir essuyé une cela, encore faut­il passer par le
lance par choix. Start­upeurs, gra­ ment et la lutte contre l’exclusion quinzaine de refus, alors qu’il ga­ tribunal. « Dans les faits, les ris­
phistes, consultants, designers, du 25 mars 2009, dite loi Boutin, gnait 2 000 euros brut par mois. Il ques encourus sont assez mini­
informaticiens, photographes, dé­ interdit le recours au garant pour avait des garants et cherchait une mes. Les propriétaires et les agen­
corateurs… ils représentent 10 % les autres. location autour de 500 euros. ces ont peu de moyens de vérifier.
de l’emploi en France, selon Impossible de chiffrer précisé­ « J’ai fini par falsifier mes déclara­ Et une fois le bail signé, si le loyer
l’Insee, et le chiffre est en forte ment le nombre de jeunes ainsi tions de revenus avec un logiciel de est payé, il n’y a pas de problème »,
augmentation. Ils sont diplômés, ajoute­t­elle.
travaillent souvent beaucoup, ont
monté leur entreprise ou sont in­ « LES POLITIQUES DU LOGEMENT NE «Dossier béton»
termittents. Ils gagnent parfois « En vérité, la poudre aux yeux
S’INTÉRESSENT PAS AUX TRAVAILLEURS
même bien leur vie, mais ils n’ar­ est de tous les côtés, locataire et
rivent pas à accéder à un loge­
INDÉPENDANTS, PEUT­ÊTRE AUSSI PARCE propriétaire », s’agace Sophie (le
ment décent, car leur statut QU’ILS NE SONT PAS ENCORE ASSEZ prénom a été modifié), journa­
effraie les propriétaires. Pour eux, NOMBREUX PAR RAPPORT À D’AUTRES liste indépendante de 30 ans, qui
se loger dans une grande ville est CATÉGORIES EN DIFFICULTÉ » a falsifié son ancienne carte étu­
souvent synonyme de galères et PIERRE GATTEGNO diante pour faire croire qu’elle
de mauvaise surprise. chargé de mission partenariats et prospectives pour le CLLAJ était encore à la fac et pouvoir

22 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
proposer son garant. « Ils ne véri­ nauté ainsi constituée, et plus du contribution financière. Mais les
fient pas et ferment les yeux parce propriétaire. « Les propriétaires places sont rares…
que ça les arrange. Ils ont de­ savent que le salariat est un moule « Finalement, ce qui est dingue,
mandé les pièces, ils sont couverts. et que les indépendants en sortent, c’est que c’est surtout pour se loger
Mon garant gagnait bien plus que mais qu’ils peuvent quand même qu’être free­lance est un souci, alors
trois fois le loyer, donc ça leur va être de bons locataires. Il faut juste que pour le reste, c’est de plus en
mieux d’avoir un dossier béton trouver une garantie pour rassurer plus accepté et répandu », déplore
plutôt que d’avoir un couple de sa­ le loueur », explique Hind Eli­ Johan. Une situation qui peut être
lariés en CDI qui gagnent à peine drissi, la PDG. Une autre solution vécue comme injuste par une gé­
trois fois le loyer et risquent de se peut aussi consister à intégrer nération plus diplômée que ses
séparer », pense­t­elle. une coopérative d’activité et aînées, mais qui a pourtant du mal
d’emploi (CAE), statut d’entrepre­ à prendre son autonomie.
Garantie collaborative neur­salarié en CDI à la clé, contre léonor lumineau
Pour sa part, Alix refuse de se
mettre dans l’illégalité pour pou­
voir trouver un logement. A part Des initiatives pour mieux protéger les free­lances
prendre son mal en patience,
comment faire alors pour mettre Choisir des collaborations stimulantes, Pour convaincre les entrepreneurs des secteurs
toutes les chances de son côté ? organiser ses journées selon ses envies, ne pas de l’informatique, du conseil et de la
Outre la colocation pour adultes, subir au quotidien la hiérarchie ou retrouver communication de souscrire à ce package,
le site Auto­entrepreneur.fr con­ le chemin de l’emploi… Avec le boom des plates­ actuellement testé par 300 utilisateurs, Wemind
seille de s’adresser directement formes collaboratives, le travail indépendant mise sur des partenariats avec les espaces
aux particuliers. Le dossier, lui, a le vent en poupe. Mais cette nouvelle forme de coworking, la communication sur les
doit être solide : prévoyez « une d’emploi, qui offre liberté et autonomie, réseaux sociaux et les réunions d’information.
copie valide de votre pièce d’iden­ a son revers : une protection sociale dégradée. « Beaucoup de jeunes indépendants en bonne
tité, un avis d’imposition récent, Moins bien couverts que les salariés, santé pensent qu’ils n’ont pas besoin d’être
un justificatif de domicile, les deux les 2,8 millions d’indépendants ne peuvent assurés. C’est seulement le jour où il leur
derniers bilans de votre affaire, un compter que sur le RSA (revenu de solidarité arrive un pépin qu’ils prennent conscience
document pour attester la nature active) comme garantie de revenus en cas de l’importance d’être couverts », constate
de votre activité professionnelle », d’arrêt­maladie ou d’accident. Coincé à l’hôpital Ind Elidrissi.
après une chute domestique, Nicolas, designer
et graphiste free­lance, se retrouve dans l’impos­ Facturation en ligne
« C’EST SURTOUT sibilité de travailler : « Les mutuelles couvrent Attirer ces électrons libres est aussi le challenge
POUR SE LOGER les soins hospitaliers, mais on n’a rien pour payer de la fédération communication conseil culture
de la CFDT (F3C­CFDT) qui, en décembre 2016,
QU’ÊTRE FREE­LANCE le loyer et les courses. Heureusement que j’ai mes
économies pour tenir le choc. » a lancé Union, une plate­forme qui leur est
EST UN SOUCI, ALORS
dévolue. En échange de l’adhésion au syndicat,
QUE POUR LE RESTE, Electrons libres tout indépendant accède à un logiciel de
C’EST DE PLUS Face à cette couverture sociale réduite comme facturation en ligne et à une assurance civile
EN PLUS ACCEPTÉ » une peau de chagrin, de plus en plus professionnelle.
JOHAN d’initiatives voient le jour. Créée en 2015, « Quand ils montent leur entreprise, leur premier
graphiste indépendant Wemind invite les entrepreneurs à se fédérer réflexe n’est pas d’assurer une activité qu’ils n’ont
pour pouvoir bénéficier des mêmes avantages pas encore. A partir de cet outil, nous couvrons
sociaux que les salariés. A la clé, une mutuelle leurs dommages éventuels à l’acte. S’ils n’ont pas
et, « pour faire la différence », vos santé adaptée à leurs besoins, incluant une de prestations chez un client, ils n’auront pas
trois dernières quittances de loyer garantie du maintien du salaire en cas d’arrêt­ l’obligation de payer une responsabilité civile
ou, à défaut, une attestation du maladie et l’accès à un comité d’entreprise. « Les à l’année », assure Olivier Lelong, syndicaliste
précédent bailleur. indépendants paient plus cher leurs mutuelles à l’origine de cette initiative.
Des solutions existent aussi côté car ils sont isolés. Sur le modèle des entreprises, Quant aux indépendants qui subiraient
privé. La start­up Wemind propo­ notre service négocie avec les assureurs des tarifs une chute vertigineuse de leur chiffre d’affaires,
sera d’ici la fin du printemps une préférentiels, explique Ind Elidrissi, cofondatrice la Fédération des autoentrepreneurs (Fedae)
garantie loyers impayés collabo­ de cette start­up. Plus grande sera notre commu­ planche sur la création d’un fonds
rative entre travailleurs indépen­ nauté, plus nous serons en mesure de proposer pour compenser cette perte de revenus.
dants, aux frais de la commu­ des offres de qualité à des prix abordables. » adeline farge

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 23
recrutement

Ils sont jeunes, créent des plates­formes de vidéo
sur des thématiques aussi diverses que la politique
ou le jeu. Si leur expérience intrigue les recruteurs,
elle n’en ouvre pas moins des portes

Avoir sa chaîne YouTube, un atout
pour son CV

M
a chaîne YouTube une expérience inestimable. » Un pas si évident, constate­t­il enfin. « Mon expérience sur YouTube
n’est pas une ligne de ses amis, Clément Lanot, s’oc­ C’est une prise de risques, on s’ex­ rassure et séduit. Les entreprises
sur mon CV, mais cupe de la partie technique. pose publiquement.» Se lancer sur nous considèrent comme des in­
elle est mon CV », « Cela lui a également ouvert YouTube nécessite une certaine fluenceurs. Dans de nombreux do­
estime Hugo Tra­ beaucoup plus de portes que son dose d’audace. maines, nous intéressons les mar­
vers, étudiant en deuxième année BTS», confirme­t­il. Hugo a même Pierre Trot, étudiant en troi­ ques. Autant d’opportunités pour
à Sciences Po, qui a lancé sa hésité un court instant à arrêter sième année à l’Hetic (Hautes les jeunes youtubeurs, analyse
chaîne «Hugo décrypte», fin 2015. ses études pour se lancer à plein­ études des technologies de l’infor­ Pierre Trot. Lors des entretiens,
Suivi par 115000 abonnés, Hugo temps comme youtubeur, mais il mation et de la communication),
Travers décrypte l’économie et la a finalement préféré les mener à une école du Web située à Mon­
politique à travers des vidéos de leur terme. treuil (Seine­Saint­Denis), a choisi,
cinq minutes. Pour les plus jeu­ il y a deux ans, de lancer une « DANS DE NOMBREUX
nes, YouTube est le nouveau mé­ «Une prise de risques» chaîne sur les jeux vidéo. Pierre a DOMAINES,
dia de masse. La plate­forme de «L’idée, ensuite, est de créer mon 30 000 abonnés sur son compte NOUS INTÉRESSONS
partage de vidéos a détrôné la propre emploi grâce à ma chaîne, YouTube et 15000 sur Twitter. LES MARQUES »
télévision chez les nouvelles plutôt que de chercher à travailler Comme Hugo, à un moment, il PIERRE TROT
générations. Avoir sa chaîne You­ pour les médias traditionnels. » s’est posé la question d’arrêter ses youtubeur
Tube serait­il aussi devenu un Mais il est conscient que YouTube études pour se consacrer à sa
atout pour « booster » son CV ? ne peut pas offrir les mêmes op­ chaîne. «Certains l’ont fait et ga­
Hugo a réussi un joli coup en inter­ portunités à tous les jeunes: «Cer­ gnent leur vie grâce à YouTube. J’ai cela intrigue et interpelle les recru­
viewant quelques­uns des candi­ tains secteurs sont déjà très occu­ choisi de donner la priorité à mes teurs. Et puis, cela me permet de
pés et il est difficile d’obtenir de études», explique Pierre. parler d’un sujet où je suis tout de
la visibilité. Mais, dans mon do­ suite à l’aise.»
« L’IDÉE, ENSUITE, maine, il y a encore de la place. Et Réseaux sociaux et notoriété Son conseil : ne pas lancer sa
EST DE CRÉER puis, il y a des métiers, comme ce­ Son expérience de youtubeur fi­ chaîne pour améliorer son CV ou
MON PROPRE lui d’ingénieur ou de diplomate, où gure sur son CV comme un élé­ gagner de l’argent, mais par réelle
EMPLOI GRÂCE le diplôme reste prépondérant.» ment de son parcours profession­ envie, et en le faisant avec authen­
« Dans les médias, avoir sa nel. Il estime qu’elle constitue un ticité. Sinon, le public s’en rendra
À MA CHAÎNE »
chaîne YouTube est considéré réel atout: il a appris à gérer une vite compte. « YouTube est un
HUGO TRAVERS comme une vraie expérience pro­ communauté, à maîtriser les ré­ grand déclencheur de possibles»,
youtubeur
fessionnelle », analyse­t­il. De la seaux sociaux et les outils techni­ résume l’artiste Ina Mihalache,
même façon, dans la mode, la ques (il réalise ses vidéos lui­ plus connue sous le nom de
beauté ou les cosmétiques, de jeu­ même). «Avoir ma chaîne YouTube Solange. A 26ans, en 2011, elle a
dats aux primaires. Grâce à sa nes youtubeuses ont réussi à per­ m’a ouvert des portes et m’a permis lancé sa chaîne, « Solange te
chaîne et à sa présence active sur cer. Certaines travaillent pour des de multiplier des contacts. Et d’être parle», sur laquelle elle confie ses
Twitter (18000 abonnés), il est in­ marques, d’autres ont passé des plus à l’aise à l’oral.» Cette expé­ réflexions personnelles et ses
vité aux conférences de presse et partenariats parfois très fruc­ rience l’a aidé à décrocher des coups de gueule.
noue des partenariats avec des mé­ tueux, d’autres encore ont décro­ entretiens pour des stages, obte­ Grâce à cette vitrine virtuelle
dias. Hugo vient d’être recruté par ché une chronique dans une nir une mission de community suivie par 250000 abonnés, elle a
LCI et Le Monde des ados pour pré­ émission TV ou radio. «Mais cela management pour une associa­ acquis un réseau et une notoriété
senter une chronique politique. reste une toute petite minorité », tion de gaming et un poste de res­ qui lui ont, entre autres, permis
«Sans ma chaîne, je n’aurais jamais tempère Hugo Travers. « Tout le ponsable relations publiques et de publier un livre et de réaliser
pu avoir accès à tout cela, recon­ monde rêve d’avoir sa chaîne, mais communication de la junior un film.
naît­il. C’est un tremplin énorme, finalement peu le font, car ce n’est entreprise d’Hetic. gaëlle picut

24 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Publicité

REJOIGNEZ UNE ENTREPRISE
QUI SE RÉINVENTE CHAQUE JOUR.
SNCF conjugue performance et excellence technique. Unique par sa dimension, par sa notoriété et par
l’envergure de ses projets, le groupe agit chaque jour pour rapprocher les hommes et les femmes, réduire les
distances et développer les échanges. SNCF recherche des cadres entreprenants et créatifs, jeunes diplômés ou
expérimentés ayant le goût du travail en équipe, du management sur le terrain mais aussi des réflexions
stratégiques. SNCF porte une attention toute particulière à la formation et à l’intégration de ses nouveaux
embauchés et met aussi en place une politique de management des carrières pour ses cadres.

SNCF, UNE MULTITUDE DE MÉTIERS
À VOTRE PORTÉE. NOS COLLABORATEURS TÉMOIGNENT

Gares & Connexions « Ce que je préfère dans mon métier, c’est
Nos collaborateurs gèrent, aménagent, entretiennent et l’autonomie qui m’est donnée. Je manage
développent les gares et l’ensemble des bâtiments. au quotidien une équipe de 16 agents
Parmi eux : Conducteur(rice) de travaux patrimoine ; Manager circulation qui travaillent en 3x8 dans des
maintenance patrimoine. postes d’aiguillage. C’est une grande
responsabilité en termes de management,
Circulation ferroviaire sécurité des circulations et santé sécurité
Nos collaborateurs préparent, organisent et gèrent la circulation au travail. » Alexandre PAQUET
des trains en toute sécurité. – Responsable de l’organisation des
Parmi eux : Responsable de l’organisation des circulations circulations ferroviaires
ferroviaires ; Dirigeant(e) d’unité opérationnelle d’exploitation ;
Planificateur(rice) horaires. « Gérer un secteur est un challenge au
quotidien. Il faut bien sûr planifier les
Maintenance et travaux – Ingénierie de activités sur le long terme, mais les aléas
l’infrastructure nécessitent une grande réactivité au plan
Nos collaborateurs produisent des études et expertises portant technique et managérial. Ce sont des défis
sur la réalisation ou l’entretien des différentes infrastructures du permanents, une riche aventure technico-
réseau ferroviaire. humaine au profit d’un objectif commun
Parmi eux : Ingénieur(e) maintenance et travaux génie électrique
avec ses équipes : la régularité et la
/ génie civil ; Ingénieur(e) d’études génie électrique / génie civil.
sécurité des circulations. » Mamadou SOW
– Dirigeant de Proximité Voie
Ingénierie, process
& maintenance des trains
Nos collaborateurs conçoivent et font évoluer le matériel roulant « Mon rôle d’Ingénieur d’affaires est
dans la recherche constante d’une technologie innovante. d’étudier la faisabilité, les délais, le respect
Parmi eux : Ingénieur(e) d’études, Ingénieur(e) de production, de la sécurité et le coût des travaux pour
Ingénieur(e) méthodes. les nouveaux postes électriques – ou ceux
en cours de remplacement – situés le long
Traction & conduite des trains des rails et raccordés à la caténaire.
Nos collaborateurs préparent et conduisent les trains pour J’apprécie particulièrement la pluriactivité
amener les voyageurs et le fret à destination en temps et en et la transversalité de la fonction..» Sihem
heure, et en toute sécurité. ABDELLI – Chef de projet et
Parmi eux : Manager de proximité d’une équipe de conducteurs Responsable d’affaires Projets
de trains ; Dirigeant(e) d’une unité opérationnelle traction.
« “L’expérience est le nom que chacun
Services & relations clients en gare et à bord donne à ses erreurs“… citation d’Oscar
des trains Wilde. Personnage très controversé qui
En France ou en Europe, pour les voyageurs du quotidien ou n’a pas eu qu’une vie excentrique et facile.
occasionnels, nos collaborateurs ont le sens de l’innovation et J’ai envie de dire cela aux jeunes femmes
du service en permanence tourné vers le client. souhaitant rejoindre l’entreprise : essayez,
Parmi eux : Responsable d’équipe commerciale ; Responsable tentez, échouez, réussissiez, et vous
d’équipe escale. Ingénieure
de production

DÉCOUVREZ D’AUTRES MÉTIERS ET POSTULEZ EN LIGNE SN.CF/EMPLOINGE
carrière

Près de 45 % des jeunes n’ont pas été formés
pour le métier qu’ils occupent. Motivation,
disponibilité, polyvalence… comptent au moins
tout autant que le diplôme pour les recruteurs

Diplômés, mais pas pour le bon job :
déclassés ou promus ?

C
inq années d’études leurs, si le diplôme demeure une
pour in fine faire protection contre le chômage et
tout autre chose… un critère central de recrutement,
Avoir un master de « pour beaucoup d’emplois, note
droit en poche et France Stratégie, d’autres critères
une furieuse envie d’aller faire sont également mobilisés par les
du marketing dans une start­up employeurs ».
du numérique ou de l’ébénisterie
est un scénario somme toute majorité d’entre eux, il n’y a pas Effet décisif sur les salaires établi que, pour les emplois les
assez courant. Le jeune adulte de d’obligation légale à la stricte «Les compétences non cognitives plus qualifiés, ce que les Anglo­
23ans ou plus, plus accompli qu’à adéquation. et comportementales» jouent un Saxons appellent les « soft
18 ans, se découvre souvent de Mais est­ce grave ? « On ne pré­ rôle croissant dans les embauches skills », tels que la persévérance,
nouvelles aspirations. pare jamais les jeunes à une fonc­ comme dans les trajectoires de l’estime de soi, la capacité à pren­
Les réorientations dès la sortie tion précise, mais ils acquièrent réussite scolaire et profession­ dre des risques et les talents de
des études ne sont pas rares, si pendant leurs études un socle de nelle, relève Hélène Garner, direc­ communication, ont un effet dé­
l’on en croit le rapport sur l’inser­ compétences qui leur permettra trice du département travail, cisif sur les salaires. Et, in fine, ce
tion professionnelle des jeunes de s’adapter à des demandes emploi, compétences de France serait pour les emplois moins
publié en janvier 2017 par France diverses que l’on ne peut pré­ Stratégie. Les procédures de recru­ qualifiés et moins rémunérés
Stratégie: près de «45 % des jeunes voir », répond Sylvie de Martène, tement et modes de sélection évo­ que le diplôme et l’expérience
débutants sur le marché du travail responsable à Paris de EMLyon luent depuis des années. Et sur­ accumulée seraient les plus pro­
n’ont pas été formés pour le métier tecteurs. Donc, le diplôme ne fait
qu’ils occupent». pas tout.
« ON NE PRÉPARE JAMAIS LES JEUNES La question est donc de savoir si
«Apprendre à apprendre» À UNE FONCTION PRÉCISE, MAIS l’inadéquation entre formation et
Pour ceux qui n’ont que le bac, le ILS ACQUIÈRENT PENDANT LEURS ÉTUDES emploi est pénalisante lors du re­
taux s’élève même à 65 % ! Et UN SOCLE DE COMPÉTENCES crutement. A la sortie de la for­
moins la formation est profes­ mation, peut­être : Marion, sortie
QUI LEUR PERMETTRA DE S’ADAPTER »
sionnalisante, plus c’est vrai. Car de Reims Management School il y
pour les métiers à forte techni­ SYLVIE DE MARTÈNE a quelques années, reconnaît
responsable de EMLyon Forever à Paris
cité, comme ceux liés à la santé, à avoir mis longtemps à trouver un
l’esthétique, au transport, au droit vrai poste chez un éditeur musi­
ou à l’informatique, comme pour cal. Mais, dit­elle, « je ne sais si
les métiers réglementés, le di­ Forever, le service d’accompagne­ tout, la motivation, la disponibi­ c’est lié à mon changement d’uni­
plôme est la condition sine qua ment des diplômés de l’école lité, l’aptitude à une certaine vers ou aux difficultés de trouver
non pour exercer. commerciale lyonnaise. D’autant polyvalence, comme la capacité à un poste dans un univers en crise,
Difficile donc de s’improviser que les emplois de demain ne avoir de bonnes relations avec son et ce quelle que soit sa formation
esthéticienne ou infirmière avec seront pas nécessairement ceux entourage professionnel, mais d’origine ».
un diplôme d’expertise compta­ d’aujourd’hui, ce qui signifie que aussi à s’adapter aux change­
ble ou d’architecture! Mais, note l’on n’est jamais totalement formé ments de situation, ont de plus en Risque de précarité
France Stratégie, «la spécialité de pour l’emploi que l’on va occu­ plus de prix pour les employeurs. Sylvie de Martène note qu’« il
formation n’est très étroitement per. » C’est surtout la capacité En janvier 2016, le Centre d’étu­ est rare d’opérer un changement
liée au métier que pour un petit « d’apprendre à apprendre » qui des et de recherches sur les qua­ d’orientation dès la sortie de
nombre de professions ». Pour la fait la valeur des études. D’ail­ lifications (Céreq) avait même l’école. En général, ceux qui envi­

26 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
sagent une réorientation le font « CELUI OU CELLE QUI RESTE DANS LA MÊME VOIE
avant l’obtention du diplôme, AVEC LE BON DIPLÔME FRANCHIRA
par exemple dans le choix des LES ÉTAPES DE CARRIÈRE ET DE SALAIRE PLUS
stages pour acquérir un début de NATURELLEMENT »
qualification dans l’univers qu’ils
recherchent ». MARC PÉRENNÈS
chargé de l’employabilité à l’EMLyon
Les études sur les trajectoires
des jeunes diplômés révèlent que
le risque de précarité peut être
plus fort: «Pour des jeunes ayant de formation peut être un résidu tage comparatif qui peut s’expli­ souhaité orienter sa carrière vers
suivi une même formation, ceux de cette inadéquation entre forma­ quer par une formation plus poin­ une fonction plus commerciale.
qui occupent au bout de trois ans tion et emploi », reconnaît aussi tue, donc plus difficile à compen­ Embauchée dans un cabinet de
un emploi hors de leur spécialité Hélène Garner, à France Stratégie. ser pour un diplômé d’une autre recrutement de juristes pour sa
ont plus chômé que les autres jeu­ spécialité. connaissance des métiers du
nes de même niveau et de même L’importance des promotions Enfin, qu’en est­il dans la durée? droit, elle y développe des compé­
spécialité de formation », expli­ Quant aux salaires, l’Insee avait Les contraintes et opportunités tences commerciales qui lui per­
quaient en 2009 Thomas Couppié établi en 2011, dans une note de la vie peuvent conduire les in­ mettent aujourd’hui de postuler à
et Jean­François Giret à l’issue Insee, intitulée « Références sur dividus à s’éloigner de leur do­ un emploi d’animateur de réseau
d’une analyse des trajectoires ti­ l’emploi et les salaires », que maine de formation initiale, car il commercial.
rée de l’enquête « Générations » « l’adéquation entre spécialité de existe une force centrifuge natu­ «Une bonne reconversion passe
du Céreq, intitulée « Obtenir un formation et emploi avait bel et relle dans le jeu des carrières. Or par une période de transition
emploi dans son domaine de for­ bien un impact positif sur le là, précisent Thomas Couppié et entre ses compétences initiales et
mation: un enjeu très relatif dans salaire ». Mais, nuançait l’étude, Jean­François Giret, «plus que les l’univers que l’on vise », souligne
l’insertion des jeunes». «Celui ou «nettement moins cependant que ajustements entre formation et Sylvie de Martène. Plus que la for­
celle qui reste dans la même voie le niveau de diplôme ». Une ana­ emploi, ce sont les promotions mation initiale, c’est alors davan­
avec le bon diplôme franchira les lyse en phase avec celle des cher­ qui importent ». Et, avec elles, la tage l’accumulation et l’enrichis­
étapes de carrière et de salaire plus cheurs du Céreq : « Les diplômés capacité à acquérir de nouvelles sement de l’expérience profes­
naturellement », reconnaît Marc des grandes écoles et de troisième compétences au cours du premier sionnelle qui comptent. Signe
Pérennès, chargé de l’employabi­ cycle universitaire ont un supplé­ emploi, compétences valorisées qu’une erreur d’aiguillage au dé­
lité à l’EMLyon. ment de salaire quand leur forma­ par l’entreprise. marrage peut finir par être rattra­
tion correspond à l’emploi qu’ils La trentaine passée, Marie, pée sans trop de dégâts.
Inadéquation occupent », disent­ils. Un avan­ juriste diplômée de l’EMLyon, a valérie segond
La progression de carrière aussi
peut être affectée. « Lorsque à
trois ans de vie active, des jeunes
occupent un emploi hors du Au Royaume­Uni, peu importe le contenu
champ attendu, cet emploi est des études supérieures...
plus souvent de niveau inférieur,
portant la marque d’un déclasse­ Savez­vous pourquoi on trouve « tant » de spécialis­ qui ouvrent les portes et qui facilitent l’intégration.
ment, plus précaire, plus souvent tes de papyrologie ou de shakespeariens chevronnés Surtout cumulées à des expériences atypiques
à temps partiel, et il est en dans les départements fusions­acquisitions qui sont le propre d’un profil singulier, capable
moyenne moins rémunéré que des grandes banques d’affaires, à Londres ? « Dans d’aborder les problèmes en sortant du cadre.
lorsque l’emploi est ajusté », indi­ les pays anglo­saxons, reconnaît l’économiste Hélène C’est la raison pour laquelle, nombre de grandes
que le Céreq. Toutes choses éga­ Garner, de France Stratégie, coauteur du rapport entreprises anglaises préfèrent spécialiser
les par ailleurs, « le risque de s’es­ sur l’insertion des jeunes sur le marché du travail, et qualifier les jeunes recrues dans l’emploi et non
timer employé au­dessous de ses l’adéquation entre la formation initiale et les emplois avant. Quitte à envoyer leurs salariés en formation
compétences est majoré de 22 % est faible, et ce n’est pas un problème. » fréquemment, y compris pour des formations
lorsque le jeune occupe un emploi diplômantes. Donc rien n’est à snober : votre
hors de sa spécialité ». Compétences non cognitives passion pour les insectes hétérométaboles qui
Le sentiment de se réaliser De l’autre côté de la Manche, peu importe le contenu vous a tenu pendant cinq ans sur les bancs
pleinement dans son travail en des études supérieures, l’important est d’avoir de l’université vous prédispose peut­être à être
ressort aussi amoindri. « Un cer­ fait la preuve d’une réelle capacité à apprendre, un excellent vendeur de shampooings dans
tain déclassement par rapport et d’avoir acquis les compétences non cognitives les hypermarchés !
aux attentes dues à son niveau si valorisées dans les universités anglaises, v. s.

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 27
carrière

« Le Monde Campus » avait rencontré en 2009 et 2010
de jeunes docteurs qui galéraient pour décrocher
un poste d’enseignant­chercheur à l’université. Tous
ont gagné en stabilité sur le long terme

Que sont devenus les forçats de la fac ?

S
erait­ce, enfin, le bout fonctions comme chargée de mis­
du tunnel ? En 2016, sion dans… une université. Avant
Alexandre a signé un d’y devenir, en 2015, responsable
contrat de chercheur de bureau. Elle gagne aujourd’hui
pour un an avec le environ 2700euros net par mois.
CNRS. «Un très bon contrat», ap­ «C’est la partie administrative de
puie­t­il, payé 2400euros net par la recherche. J’ai beaucoup aimé la
mois. Sa mission vient d’être pro­ recherche, l’émulation qu’on y ren­
longée par un second contrat à contrait peut me manquer, mais je
durée déterminée (CDD). Un troi­ n’ai pas de frustration, c’est un
sième pourrait suivre. Et après ? choix assumé.»
«Est­ce qu’on peut m’embaucher?, ainsi pu garder le contact avec le Deux ans plus tard, un poste de
s’interroge­t­il. Il y a désormais milieu de la recherche mais a vécu Atteindre le Graal maître de conférences y fait l’objet
davantage d’espoir pour devenir de façon précaire. Autour d’elle, d’autres aspirants d’un appel à candidatures. Il l’em­
maître de conférences…» A 39ans, «Si j’avais été seul, j’aurais peut­ chercheurs ont aussi changé de porte. «Beaucoup d’éléments peu­
son heure pourrait enfin sonner. être dû retourner vivre chez mes voie: dans l’administration égale­ vent entrer en ligne de compte pour
Le Monde Campus avait rencon­ parents. Il y a d’ailleurs des mo­ ment, dans l’enseignement se­ qu’un postulant soit élu, explique­
tré ce docteur en philosophie fin ments où j’ai envisagé des “voies condaire… Plusieurs sont partis t­il, le réseau, le localisme [le recru­
2009, ainsi que d’autres titulaires de garage”», explique Alexandre. dans le privé, dans le conseil par tement privilégié des candidats du
de thèse, comme Claire, alors post­ Il s’est intéressé au concours de exemple. Quelques­uns ont réussi cru], la qualité du dossier, mais aussi
doctorante en neurosciences, et bibliothécaire, également aux à devenir chercheurs… Et certains le fait d’être là au bon moment, une
Corentin, qui enchaînait les postes modalités pour devenir… chauf­ sont toujours post­doc. part de chance.»
courts dans des facultés en histoire feur de bus. «Cela m’aurait laissé Corentin, lui, a atteint le Graal: Depuis bientôt quatre ans, Coren­
moderne. Ils évoquaient la préca­ du temps pour faire de la recherche maître de conférences. Il a connu tin a donc rejoint le corps des en­
rité de leur vie professionnelle de en amateur». Contacté pour par­ les oraux des commissions de seignants­chercheurs de l’univer­
jeunes trentenaires, la difficile in­ ticiper au projet international recrutement des universités et les sité où il était, jadis, étudiant. Il dit
sertion dans le monde universi­ auquel il collabore aujourd’hui, il «luttes d’influence» qui peuvent «aimer ce métier». Mais évoque,
taire, l’absence de perspectives. n’a pas eu à tirer un trait sur ses s’y exprimer. Il a vu autour de lui dans le même temps, l’envers du
Sept ans plus tard, tous ont ga­ ambitions universitaires. certains docteurs abandonner, dé­ décor qu’il a découvert: les diffi­
gné en stabilité, confirmant ainsi Claire, elle, avait déjà en tête de pités. Lui a continué à entretenir cultés budgétaires criantes, les
des études qui montrent que, si changer de voie il y a sept ans. Elle son réseau, à publier des articles, à suppressions de postes. Et la
les débuts de carrière des doc­ menait alors son troisième post­ postuler. Entre­temps, un poste de charge de travail qui «explose: la
teurs sont particulièrement diffi­ doc, avait enchaîné une dizaine de post­doc a été créé dans sa faculté première année, j’ai fait 305 heures
ciles, leur situation est globale­ contrats pour des salaires allant d’origine. Une opportunité consi­ au lieu des 192 prévues…» [un maî­
ment bonne sur le long terme. de 1 500 à 2 600 euros net men­ dérable. «Sans ce contrat, je serais tre de conférences doit assurer sta­
suels, et disait sa lassitude face à aujourd’hui dans le secondaire.» tutairement 192 heures «équivalent
Plusieurs années de RSA l’enchaînement des contrats pré­ travaux dirigés» par an, ce qui ne
Alexandre est, certes, toujours caires : « Ce parcours est épui­ comprend ni les heures de prépara­
en CDD, mais il espère être enfin sant. » Fin 2011, elle refuse une tion, ni les heures de correction, ni
« SANS CE CONTRAT
bientôt intégré à un laboratoire. A énième prolongation pour «pas­ les heures consacrées à la recher­
près de 40ans, cela n’aurait rien ser à autre chose».
DE MAÎTRE che]. Il a, depuis, levé le pied, suite à
d’exceptionnel dans un monde Quelque mois de chômage plus DE CONFÉRENCES, des alertes médicales. «C’est un
universitaire où les coureurs de tard, alors qu’elle cherchait à tra­ JE SERAIS sentiment étrange: tu es heureux
fond sont légion. Depuis 2009, il a vailler dans le consulting, on lui AUJOURD’HUI DANS d’être enfin arrivé là, mais tu dois
connu plusieurs années de RSA conseille d’envoyer son CV à «une LE SECONDAIRE » prendre garde, car la fac peut te
(revenu de solidarité active), tout amie d’ami ». Un coup gagnant. CORENTIN “happer”.»
en travaillant à des traductions. Il a Elle prend en septembre 2012 ses enseignant­chercheur françois desnoyers

28 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
CIVIWEB.com
Centre d'Information sur le Volontariat International

Faites décoller votre carrière
avec le Volontariat International
en Entreprise !
Conception : GAYA (01 42 43 80 25) - © Fotolia

Vous avez moins de 28 ans ? Vous avez une formation commerciale, technique, de gestion… ? Vous maîtrisez
au moins une langue étrangère ? Vous souhaitez travailler à l’international ?
Vivez une expérience unique en effectuant une mission professionnelle à l’étranger d’une durée de 6 à 24 mois
pour le compte d’une entreprise française quel que soit son secteur d’activité.

www.civiweb.com

Le Volontariat International, issu de la loi du 14 mars 2OOO, s’adresse aux Français et ressortissants de l’Espace Économique Européen
Business France, l’agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française.
WWW.BUSINESSFRANCE.FR
mobilité

Pour les 2,4 millions d’Européens installés
au Royaume­Uni, les conséquences du Brexit
restent incertaines. L’idée du retour commence
à faire son chemin parmi les expatriés français

Brexit : les candidats à l’expatriation
outre­Manche sont moins nombreux

L’
annonce a été un Development (CIPD), la croissance la nationalité britannique, pour l’enquête du CIPD, un quart des
choc ici », soupire de l’arrivée de ressortissants euro­ éviter les problèmes de visa », in­ employeurs serait prêts à faire un
Martin Coriat. Direc­ péens a ralenti de moitié au qua­ dique Alexandre Sagakian. effort financier pour embaucher
teur général de la so­ trième trimestre 2016. Toutefois, seuls les nouveaux ar­ des travailleurs non nationaux.
ciété Confused, ce rivants seraient concernés par ces Néanmoins, la peur du lende­
trentenaire diplômé d’HEC, ins­ Des accords bilatéraux? nouvelles formalités. Il est aussi main incite les expatriés français
tallé à Cardiff, n’en revient tou­ Pour les 2,4 millions d’Euro­ probable que des accords pour fa­ à considérer un éventuel retour
jours pas. Sa région d’adoption, péens installés au Royaume­Uni, ciliter la délivrance des permis et en France. Près d’un sondé sur
le Pays de Galles, a voté à plus de les conséquences du Brexit res­ des visas soient négociés, au vu quatre de l’enquête réalisée
52 % en faveur du Brexit. « Beau­ tent incertaines. Theresa May, des tensions sur le marché du tra­ auprès de la communauté «tech»
coup de salariés européens l’ont première ministre britannique, a vail britannique. française à Londres songe déjà à
pris comme un rejet par ceux assuré que leurs droits seraient Déjà, plus d’un quart des entre­ quitter le sol britannique.
qu’ils côtoient au quotidien », garantis – à condition que ceux prises interrogées dans l’étude du
assure­t­il. des expatriés britanniques vivant CIPD redoute le départ anticipé Inviter à rentrer
Comme pour Martin, les résul­ sur le continent le soient aussi. de salariés européens cette an­ L’Hexagone est considéré
tats du référendum britannique « La seule conséquence concrète née. L’hôtellerie et la restaura­ comme la solution de repli nu­
en faveur de la sortie de l’Europe, pour le moment, c’est la baisse tion, qui emploient de nombreux méro un, notamment pour les
en juin 2016, ont fait l’effet d’une de la livre, constate Alexandre ressortissants de l’Union euro­ jeunes entrepreneurs: «L’écosys­
douche froide pour les quelque tème start­up français connaît un
300 000 Français expatriés au vif essor et les conditions pour en­
Royaume­Uni. «On n’y croyait pas « L’ÉCOSYSTÈME START­UP FRANÇAIS treprendre se sont améliorées »,
vraiment, avoue Alexandre Saga­ CONNAÎT UN VIF ESSOR ET LES CONDITIONS explique Albin Serviant, coordi­
kian, président de l’association POUR ENTREPRENDRE SE SONT AMÉLIORÉES. » nateur de la French Tech à Lon­
FrenchConnect London. Il faut TANDIS QU’OUTRE­MANCHE LES CRÉDITS dres. D’autant que les crédits
dire qu’à Londres on vit un peu d’impôt très avantageux accordés
D’IMPÔT AVANTAGEUX ACCORDÉS AUX
dans une bulle multiculturelle. aux entrepreneurs outre­Manche
D’ailleurs, c’est le vote en faveur du
ENTREPRENEURS POURRAIENT ÊTRE COUPÉS pourraient être coupés. En février,
“Remain” qui a dominé ici.» ALBIN SERVIANT le candidat à l’élection prési­
coordinateur de la French Tech à Londres dentielle française, Emmanuel
Baisse de la livre sterling Macron (En marche !), était
Selon un sondage mené dans la d’ailleurs venu les inviter à ren­
communauté «tech» française à Sagakian. Le marché immobilier à péenne, seraient les premières trer en France.
Londres, une grande majorité Londres s’est aussi calmé.» touchées. Le secteur de la finance Martin Coriat envisage aussi,
(77,9 %) des répondants se dit in­ Le Royaume­Uni pourrait facile­ anticipe aussi les conséquences à plus ou moins long terme,
quiète des conséquences du ment négocier des accords bilaté­ de la sortie du Royaume­Uni : de retourner sur le continent.
Brexit. «Nos membres attendent de raux pour poursuivre les échan­ ainsi, la banque HSBC a décidé de « Pour les Français établis ici
voir», indique Alexandre Sagakian. ges Erasmus et faciliter la recon­ délocaliser une partie de ses ac­ avec leur famille, je ne crois pas
Quant aux candidats à l’instal­ naissance des diplômes. Mais tivités de Londres à Paris. qu’il y ait beaucoup de change­
lation outre­Manche, ils sont l’inquiétude des expatriés se foca­ ments, considère­t­il. Mais les
déjà moins nombreux. D’après lise autour du permis de travail, La France solution de repli jeunes salariés ont malheureu­
une étude publiée en février par qui pourrait être exigé pour les Le Brexit n’aurait pas que des sement intégré le fait qu’ils ne
l’institut économique Charte­ ressortissants européens: « Ceux conséquences négatives pour les sont que de passage. »
red Institute of Personnel and qui vivent ici songent à prendre ressortissants européens : selon catherine quignon

30 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Face au plafond de 4 % de réussite aux concours
français, les étudiants sont chaque année plus
nombreux à passer la frontière pour intégrer
les hautes écoles et universités belges

D’autres, comme l’une de ses
amies, travaillent dans un fast­food

Les orthophonistes partent
pour obtenir le statut de résident
belge, délivré après quinze mois de
travail dans le pays. Passée par une

se former en Belgique
classe préparatoire et une dizaine
de concours, la jeune femme a en­
core manqué deux loteries avant
de gagner son entrée en Belgique.
Pourtant, c’est au retour en France

D
que le «pire» l’attendait.
u jour où elle a reçu le Comme la formation diffère et
feu vert de la Haute dure moins longtemps outre­
Ecole de la ville de Quiévrain, les étudiants héritent
Liège (HEL) pour de «stages compensatoires» une
s’inscrire en « logo­ fois revenus. «Le problème c’est
pédie», appellation belge de l’or­ qu’ils sont fractionnés en plein de
thophonie, Talitha Puech n’a eu disciplines: 30 heures à valider
que quelques jours pour plier ba­ auprès d’autistes, 30 auprès de
gage et dénicher, sans même sourds, 80 en laryngectomie… Pour
l’avoir vu, un logement en Wallo­ certains, il fallait compter huit mois
nie. C’était en 2015. d’attente ! », se rappelle Solène
Aujourd’hui étudiante en Demarthe.
deuxième année, elle alterne
CHRISTIAN ROUX

vingt­trois heures de cours et Salaires bloqués
deux jours de stage, où elle soigne Un délai aujourd’hui aggravé par
neuf patients en totale autono­ la désertion du secteur public, où
mie. Un rythme «intensif» qu’elle les orthophonistes réclament de­
ne regrette aucunement. Après gouvernement de la Fédération «Je me mettais une pression pas puis quatre ans une revalorisation
une première erreur d’orientation Wallonie­Bruxelles promulguait possible pour ne pas redoubler», de leurs salaires, bloqués à l’éche­
et un échec aux concours d’ortho­ un décret limitant à 30 % la pro­ raconte Solène Demarthe, égale­ lon bac + 2 alors que le diplôme
phonie en France, «reperdre une portion de non­résidents. Levée ment passée par une haute école s’obtient à bac + 5 depuis 2013.
année» était inenvisageable. en 2011, la mesure avait fait son re­ belge. Avec l’inéligibilité en cas de Tandis que certaines consœurs
Aux frais d’inscription des tour dès 2013 pour contrer le flux deuxième échec aux concours titulaires se montrent «compré­
épreuves (80 euros par école en de Français inscrits dans l’inter­ français et l’interdiction de s’ins­ hensives» en validant des forma­
moyenne) s’ajoutaient ceux des valle – jusqu’à 80 % de la promo­ crire simultanément à plusieurs tions au­delà des heures effectives,
déplacements, de l’hébergement tion de l’Institut libre Marie­Haps tirages, l’exclusion des redou­ d’autres, en revanche, ne cachent
et d’une très recommandée classe de Bruxelles en 2012­2013. blants fait partie des mesures vi­ pas leur dépit. «Si vous comptiez
préparatoire, environ 3000 euros Pour les candidats français com­ sant à contenir l’afflux d’Hexago­ exercer en France, pourquoi ne pas
pour six à neuf mois d’entraîne­ mence alors le parcours du com­ naux. «Certains bricolent de faux y avoir fait vos études?», s’est vu
ment. «Etant boursière, je ne pou­ battant, se souvient Talitha. Pour contrats de travail pour prétendre répondre Solène Demarthe à une
vais pas», explique­t­elle. participer au tirage au sort des n’avoir passé le concours qu’une demande de stage.
30 %, il faut d’abord débourser fois», explique Solène Demarthe. Une situation absurde au regard
Limité à 30 % de non­résidents 200 euros pour faire valider son des besoins: à l’heure actuelle, la
Face au plafond de 4 % de réus­ baccalauréat. Puis patienter quatre densité moyenne est de 3,7 ortho­
site aux concours français (le nu­ heures en file d’attente pour espé­ UNE FOIS REVENUS phonistes pour 10000 habitants
merus clausus pour 2016­2017 est rer poser son dossier lors d’une et l’attente, pour les patients, va­
EN FRANCE,
fixé à 841), les étudiants sont cha­ des trois seules matinées prévues rie de six à dix­huit mois. Installée
que année plus nombreux à pas­ à cet effet. Enfin croiser les doigts
LES ÉTUDIANTS dans un cabinet de Vénissieux
ser la frontière belge pour inté­ et prévoir un plan de secours… Pas HÉRITENT DE STAGES (Rhône) depuis un an et demi,
grer les cursus ouverts des hautes étonnant, ensuite, que les étudian­ COMPENSATOIRES. Solène Demarthe commence tout
écoles (en trois ans) ou de l’uni­ tes françaises se montrent les POUR CERTAINS, IL juste à rappeler des personnes ins­
versité (en cinq ans). Une solution «plus assidues», comme s’en amu­ FAUT COMPTER HUIT crites sur liste en… juillet 2016.
si prisée qu’en juin 2006, le sent les professeurs. MOIS D’ATTENTE camille thomine

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 31
dossier

32 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
La fonction
publique, est­ce
vraiment
pour moi ?
Les jeunes diplômés choisissent de devenir fonctionnaire
pour la qualité de vie, pour la sécurité de l’emploi
ou par civisme. Mais après des décennies fastes, les flux
de recrutement ont été réduits, les conditions de travail
se sont dégradées. Comment y trouver son compte ?

L
a fonction publique a été large­ tionnaire. Cependant les contractuels, qui
ment au centre de la campagne signent un contrat de droit privé, représen­
présidentielle. Effectifs, temps taient 17 % des emplois en 2014 (14 %
de travail, statuts… tous les can­ en 2004). Ils sont surreprésentés chez les
didats se sont positionnés sur moins de 30ans, indique l’Insee.
ces sujets qui suscitent régulièrement Après des décennies fastes, les flux de re­
remises en question et critiques. La fonc­ crutement ont été réduits ces dernières an­
tion publique est­elle toujours attractive nées. Mais le secteur public reste pour­
pour les jeunes diplômés ? Quelles carriè­ voyeur d’emplois, notamment pour les
res peuvent­ils y faire ? Et dans quelles jeunes diplômés. Plusieurs raisons justi­
conditions de travail ? fient ces recrutements: les remplacements
La fonction publique représente 5,4 mil­ partiels liés aux nombreux départs à la re­
lions d’emplois, soit 20 % de l’emploi to­ traite et de nouveaux postes à saisir dans la
tal, et une très grande diversité de profils fonction publique d’Etat, notamment dans
et de métiers. Près de la moitié des em­ l’enseignement, la justice, l’armée ou en­
plois (44 %) se trouvent dans la fonction core la police, mais aussi dans la fonction
publique nationale (ou d’Etat) : ministè­ publique hospitalière ou territoriale.
res, préfectures, rectorats, établissements
publics d’enseignement (écoles, collèges, 215 000 candidats
lycées) ou administratifs (comme Pôle Par exemple, en 2014, 45000 personnes
emploi). Trente et un pour cent des per­ ont été recrutées sur concours dans la
sonnes sont employées dans la fonction fonction publique d’Etat, dont 36000 de
publique territoriale (FPT) et 20 % dans la catégorie A (215000 candidats se sont pré­
fonction publique hospitalière (FPH). sentés). Pour la fonction publique territo­
Parmi les agents de la fonction publique, riale et la Ville de Paris, 20 000 postes
34 % relèvent de la catégorie hiérarchique étaient ouverts en 2014 mais concernaient
A (niveau cadres). surtout des postes de catégorie B ou C
La grande majorité de ces emplois sont (moins de 3000 de catégorie A).
DENIS DUBOIS

occupés par des personnes recrutées sur Selon le périmètre donné à l’employeur
concours et possédant le statut de fonc­ public, étroit ou large, la part des jeunes

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 33
d o s s i e r | la fonction publique…

diplômés (licence ou plus), hors docto­ service public et d’égalité d’accès aux soins.» « TOUT LE MONDE CONNAÎT
rants, travaillant dans la fonction publique En revanche, les conditions de travail LES MÉTIERS DE PROFESSEUR,
trois ans après l’obtention de leur diplôme dans lesquelles ils exercent leur métier DE POLICIER OU D’INFIRMIER,
varie de 16 % à 22 % en 2013, d’après le sont régulièrement dénoncées. Un sujet MAIS N’OUBLIONS PAS
Centre d’études et de recherches sur les particulièrement sensible au sein de la
QU’IL Y A 720 MÉTIERS
qualifications (Céreq). « Cela reste un fonction publique hospitalière, où le per­
pourcentage important. Cependant, en sonnel doit assurer la continuité des
AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC »
vingt ans, la part de l’emploi public dans soins avec des équipes et des moyens de MARION FISCHER
l’insertion se serait contractée d’environ un plus en plus restreints (lire p. 40­41). vice­présidente de FP21
tiers », indique Virginie Mora, chargée « Nous travaillons sur le fil du rasoir. Les
d’études au Céreq. agents sont constamment sollicités pour
Par ailleurs, un peu plus de la moitié revenir travailler sur leurs jours de repos. la même égalité des chances pour tous.
(55 %) des diplômés du supérieur long qui C’est intenable. Ces dépassements horaires Mais nous sommes conscients que tous les
travaillent dans la fonction publique relè­ génèrent de la pénibilité et de l’épuisement jeunes ne disposent pas des mêmes infor­
vent de contrats à durée déterminée. Etre professionnel », regrette Dominique Rous­ mations et des mêmes codes, explique
contractuel n’est pas forcément synonyme seau, cadre de santé au centre hospitalier Marion Fischer. Nous voulons relayer et
d’insécurité (contrats longs, possibilité de Saint­Nazaire. rendre plus visibles les concours, faire en
passer un concours pour être titularisé…) D’autres problématiques sont égale­ sorte que les programmes soient plus expli­
mais cela a un impact en termes de res­ ment évoquées par les personnels de la cites et favoriser les initiatives de parrai­
ponsabilités, d’évolution de carrière ou de fonction publique, notamment par les nage. » L’idée est aussi de mieux rendre
formation rendues plus compliquées. plus jeunes. Ils aspirent à davantage compte de la richesse et de la diversité des
d’autonomie face à des processus bureau­ métiers, à travers des témoignages. «Tout
Rejet de la pression cratiques et à des chaînes hiérarchiques le monde connaît les métiers de professeur,
Pour rappel, entre 2004 et 2015, la fonc­ lourdes. Ils réclament une modernisation de policier ou d’infirmier, mais n’oublions
tion publique d’Etat a perdu 265000 em­ des politiques de ressources humaines et pas qu’il y a 720 métiers au sein du secteur
plois (notamment sur l’impulsion de la ré­ du management. Ce que constate Nathalie public», rappelle la jeune femme.
vision générale des politiques publiques Loiseau, directrice de l’ENA (lire p. 42) : « Le
[RGPP] lancée par Nicolas Sarkozy qui pré­ désir de diversité et de mobilité se déve­ Favoriser les passerelles
voyait le non­remplacement d’un fonc­ loppe dans les nouvelles générations. » Le deuxième axe est de créer des ren­
tionnaire sur deux), soit environ 10 % de C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont contres, d’encourager le développement
ses effectifs, alors que la fonction publique poussé de jeunes fonctionnaires à lancer d’une culture commune afin de favoriser
territoriale (FPT) a créé, dans le même en février l’association FP21 (Fonction pu­ les passerelles et la mobilité entre les trois
temps, 250000 emplois. blique du XXIe siècle), une initiative soute­ fonctions. «Elle est possible dans les textes,
Les jeunes diplômés choisissent la fonc­ nue par Annick Girardin, ministre de la mais dans les faits, c’est très compliqué de
tion publique pour diverses raisons (lire fonction publique. passer d’une fonction à l’autre, explique
p. 36­38) : désir de travailler au service de « Nous sommes conscients de l’image Marion. Chacune a sa culture, ses codes qui
l’intérêt général, d’une meilleure qualité d’une fonction publique figée et qui aurait lui sont propres. » La fonction publique
de vie et rejet de la pression vécue ou ima­ du mal à innover. D’où notre volonté de por­ d’Etat est organisée en corps, avec une hié­
ginée du secteur privé, ainsi que l’attrait ter la parole des jeunes dans les sphères de rarchie sociale forte, alors que la fonction
pour la sécurité de l’emploi. Ainsi, Charles, décision, indique Marion Fischer, vice­pré­ publique territoriale est davantage organi­
avocat, a tenté le concours d’attaché terri­ sidente de FP21. Nous souhaitons une fonc­ sée en filières métiers. Les jeunes fonc­
torial en espérant que sa nouvelle vie pro­ tion publique plus dynamique et plus tionnaires aimeraient également que
fessionnelle devienne moins envahis­ ouverte, aussi bien pour les candidats aux soient facilités les allers­retours entre les
sante que celle d’avocat. Certains cadres concours que pour les agents en poste.» secteurs public et privé.
trentenaires, après plusieurs années dans Enfin, la jeune association aspire à être
le privé, décident de repasser un concours Un meilleur accès aux concours force de propositions pour l’avenir des ser­
pour devenir enseignant (lire p. 39). L’association FP21, ouverte aux person­ vices publics. «Il existe un vrai besoin de re­
«Je ne me reconnaissais pas dans la stra­ nels des trois fonctions publiques, quels dorer l’image de la fonction publique, sou­
tégie d’entreprise. Dans le public, j’ai l’im­ que soient leur catégorie et leur statut, s’est vent caricaturée. Mais on aura toujours be­
pression d’œuvrer pour l’intérêt général», fixé trois objectifs. Le premier est de soin que les missions de service public
explique Pierre­André Berthier. «J’aurais mieux informer les jeunes et de leur don­ soient rendues. Il faut rendre compte de l’ac­
pu faire le même métier dans le privé, ex­ ner un meilleur accès aux concours. «Les tion et de la nécessité du service public, tout
plique Marion Fischer, élève directrice concours administratifs constituent le en faisant évoluer ses méthodes et prati­
des établissements sanitaires, sociaux et mode privilégié de recrutement dans la ques», conclut Marion Fischer.
médico­sociaux, mais je crois à la notion de fonction publique et assurent, en principe, gaëlle picut

34 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Osez
l’ambitiOn.

BMW Group fête ses 100 ans. Les concessions BMW, MINI, BMW Motorrad, ce sont
6 000 hommes et femmes qui expriment leurs talents dans un seul et unique but :
le service aux clients.
Partout en France, nous recherchons de nouveaux ambassadeurs : commerciaux,
experts en mécanique, conseillers services, afin de partager avec nos équipes notre goût
pour l’innovation et la performance.

Découvrez nos opportunités sur reseauBMWrecrute.com

Osez nous rejoindre pour construire les 100 prochaines années de succès.
L’avenir s’annonce passionnant.
d o s s i e r | la fonction publique…

Cécile, Charles et Estelle ont choisi
le secteur public, Vincent l’a quitté
Un emploi pérenne et accessible à tous, par concours et de plus en plus souvent
en commençant par un CDD. Le renouvellement politique pourrait changer
les conditions de travail. Comment y entrer ? Pourquoi en sort­on ?

T
rop de procédures, pas assez convaincue de vouloir « travailler à l’éla­ tien avec le jury de recrutement. «J’ai ainsi
motivés, mal organisés, trop de boration et au pilotage des politiques fait du conseil interne pour les questions
confort… Les fonctionnaires publiques agricoles ». juridiques des différents services: montages
polarisent moult préjugés. Elle rejoint donc la fonction publique, contractuels, conventions avec les associa­
Pourtant leurs réalités profes­ comme contractuelle, auprès d’un conseil tions, propriété intellectuelle, RH, urba­
sionnelles et les métiers sont très variés. régional, le temps de passer deux fois le nisme… Et je gérais les dossiers de conten­
Une diversité dans laquelle chaque étudiant concours interne. Pour devenir fonction­ tieux en urbanisme, RH, etc.»
peut projeter sa carrière. Architectes, soi­ naire, il y a les concours externes, planifiés Depuis, il a pris la direction du pôle conten­
gnants, juristes, chargés de mission, com­ par métiers et niveaux de diplôme. Mais ils tieux de sa ville, qui a fusionné avec celui de
municants… Ils sont environ 5,4 millions à sont de plus en plus nombreux, comme la communauté d’agglomération. Qu’en
travailler pour l’Etat. Parmi eux, 3,8 millions Cécile, à commencer leur carrière comme est­il des horaires moins débordants que
ont le statut de fonctionnaire, employé «à contractuels d’Etat (en CDD ou CDI). S’ils le Charles espérait? «J’ai une meilleure qualité
vie» pour ne pas dépendre de l’arbitraire souhaitent et si des postes sont disponi­ de vie, plus de temps libre, je vois plus ma
des pouvoirs politiques. En raison du devoir bles, ils tentent des concours internes pour famille et je continue à faire ce que j’aime, du
de réserve et de discrétion des fonctionnai­ obtenir le statut de fonctionnaire. droit. Normalement, je suis à 35 heures par
res, tous les noms des témoins interrogés semaine, mais j’en fais plutôt une soixan­
pour cette enquête ont été changés. Préparation interne taine, avec des possibilités de récupération. Je
Cécile, 30 ans, chargée de mission pour «Le concours était très scolaire, se souvient­ gagne 2500 euros net par mois, primes com­
le développement agricole d’un conseil ré­ elle. Je ne l’ai pas eu du premier coup, mais la prises. Soit à peu près la moitié de ce que
gional, est entrée dans la fonction publi­ deuxième année, j’ai pu suivre une prépara­ j’aurais pu gagner en tant qu’avocat, mais
que en 2011, comme contractuelle. Sortie tion interne d’une dizaine de jours sur mon c’est un choix», insiste Charles, en souli­
d’une grande école, elle est titulaire d’un temps de travail.» Une fois Cécile «fonction­ gnant son envie de servir l’intérêt général.
double diplôme d’ingénieure agronome narisée», son travail est globalement resté le
et de science politique européenne. Après même: sélection, gestion et suivi des projets Grilles salariales
un stage en collectivité territoriale et un de développement agricole financés par sa Cécile juge aussi ses conditions de travail
CDI en bureau d’études privé, elle est région et l’Union européenne. «très confortables»: environ 40 heures par
Charles, 41ans, est avocat spécialiste du semaine, avec récupération des heures
droit pénal. Son entrée dans la fonction supplémentaires en RTT, à quoi s’ajoutent
Trois familles de fonctionnaires publique date de 2007. Après l’Ecole du 10 semaines de congés payés par an. «J’ai
barreau, il a d’abord travaillé sept ans dans beaucoup de vacances, reconnaît la jeune
Avec un effectif de 5,4 millions de personnes, le taux un cabinet d’avocats, jusqu’à ce qu’un maman. Ce qui me permet d’être bénévole
d’administration est de 72 agents pour 1 000 habitants. poste se libère au service juridique de sa pour des associations.» Elle est écrivain pu­
La fonction publique est divisée en trois familles : municipalité. Il tente alors le concours blic auprès de migrants, membre d’une
– La fonction publique d’Etat, qui emploie 2,4 millions d’attaché territorial, en espérant que sa AMAP (association pour le maintien d’une
d’agents (ministères, préfectures, rectorats, directions nouvelle vie professionnelle devienne agriculture paysanne) et fait du soutien
départementales…) ; moins envahissante que celle d’avocat. scolaire. Payée 2600 euros net par mois,
– La fonction publique territoriale : 1,89 million d’agents Sans se préparer, il passe les épreuves elle sait que son salaire pourrait être plus
(collectivités territoriales, structures intercommunales, – une note de synthèse et deux oraux – élevé dans le privé, même si son conseil
établissements publics et offices de HLM…) ; avec succès. Puis il postule au service «étu­ régional a la réputation de bien payer
– La fonction publique hospitalière : 1,16 million d’agents. des et contentieux » et réussit son entre­ ses employés, précise­t­elle. Malgré des

36 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
grilles salariales définies, la rémunération Les changements annoncés par le futur président
dépend en effet de l’entité administrative
employeuse et des primes. Les candidats à l’élection présidentielle enten­ A l’opposé, plusieurs candidats se posent en dé­
Architecte, fonctionnaire depuis quatorze dent, chacun à leur manière, faire évoluer la fenseurs du statut des fonctionnaires et tablent
ans au sein de l’une des plus grandes mai­ fonction publique. Comparatif. sur la création d’emplois publics, principalement
ries françaises, Estelle, 40ans, culpabilise dans l’enseignement et les forces de l’ordre.
presque de sa rémunération: «3500 euros Réduire ou augmenter le nombre de fonc­ A l’extrême gauche, Nathalie Arthaud (Lutte
par mois en salaire de base, plus une indem­ tionnaires ? Deux candidats ont annoncé leur ouvrière) annonce des embauches massives dans
nité pour compenser notre interdiction intention de revoir à la baisse le nombre de tous les services publics. A l’extrême droite,
d’exercer en libéral qui amène mon salaire fonctionnaires : François Fillon (LR) et Emma­ Marine Le Pen (FN) propose de revaloriser le
à près de 6000 euros net par mois», confie­ nuel Macron (En marche!). point d’indice, qui sert de base au calcul du trai­
t­elle en rappelant son ancienneté. Cons­ Le candidat des Républicains entend réduire de tement des fonctionnaires. Une proposition sur
ciente de « coûter cher » à la collectivité, 500000 le nombre d’emplois publics en cinq laquelle se retrouve Benoît Hamon (PS).
elle explique que les recrutements de fonc­ ans, en remplaçant seulement un départ sur Le candidat socialiste consacre une large part de
tionnaires sont rares dans son service, «le deux. Le statut du public serait progressivement son programme aux enseignants. Il entend réfor­
dernier était en 2010 ». aligné sur celui du privé, par la poursuite du rap­ mer la gestion de leur carrière, dans le sillage de
prochement des deux régimes. S’agissant des la réforme commencée en 2016. Pour la forma­
Avancement à l’ancienneté régimes spéciaux d’entreprises (SNCF, RATP…), tion professionnelle, ils bénéficieraient de quel­
Maître d’œuvre en construction­aména­ les nouveaux entrants seraient directement af­ ques jours – «3/5 à 10 jours» – pour se former au
gement, elle fait des heures supplémentai­ filiés au régime général. L’âge légal du départ à numérique. Les titularisations des enseignants­
res qu’elle ne récupère pas toujours mais la retraite des fonctionnaires passerait à 65ans, chercheurs seraient facilitées et leurs rémunéra­
dispose de 34 jours de congés payés, plus comme pour l’ensemble des salariés. Quant au tions augmentées de 10 % en début de carrière.
20 jours de RTT et jusqu’à 8 jours de récu­ temps de travail dans la fonction publique, il Nicolas Dupont­Aignan (Debout la France), pro­
pération par an. Sa charge de travail suit les serait fixé à 39 heures hebdomadaires. pose également de mieux rémunérer les cher­
impératifs de la mandature du maire : François Fillon propose aussi de mettre en cheurs et les enseignants: ces derniers touche­
«Pendant les deux ans qui ont suivi les élec­ œuvre un grand plan de modernisation de la raient 2 000 euros par mois en début de
tions municipales, on faisait des études gestion des ressources humaines au sein des carrière. Son programme prévoit aussi que les
sans savoir si les projets aboutiraient, puis administrations. En contrepartie des efforts régimes de retraite publics et privés soient pro­
d’un coup, je me suis retrouvée débordée, des fonctionnaires, une partie des économies gressivement alignés. La couverture sociale et la
avec une quinzaine de projets à réaliser réalisées serait affectée à l’amélioration des gestion de carrière des militaires également se­
toute seule avant la fin du mandat, pour salaires. Enfin, iI souhaite développer la rému­ raient améliorées. Cette dernière proposition
nération au mérite dans le public. est aussi portée par le candidat socialiste.
Le candidat d’En marche!, comme François
« NOS SUPÉRIEURS NE Fillon, entend augmenter le recours aux con­ La question des contractuels. A l’hôpital,
CONNAISSENT PAS BIEN NOTRE tractuels. Il propose d’aligner leur statut, sou­ Benoît Hamon prévoit une réforme du finance­
TRAVAIL, DU COUP, vent précaire, sur «le droit du travail commun» ment et des embauches, tandis que M. Macron
[le droit du travail appliqué aux entreprises pri­ et M. Fillon veulent donner «plus d’autonomie
ILS MULTIPLIENT LES RÉUNIONS.
vées]. Emmanuel Macron prévoit aussi de sup­ aux hôpitaux» en s’appuyant sur les maisons de
CE QUI NOUS FAIT PERDRE
primer 120000 postes de fonctionnaires sur la santé pour «assurer la continuité des soins», a
BEAUCOUP DE TEMPS durée du quinquennat grâce aux départs à la re­ déclaré Emmanuel Macron. Jean­Luc Mélenchon
ESTELLE traite. En revanche, 10000 postes seraient créés (La France insoumise) et François Asselineau
maître d’œuvre en construction­aménagement dans les forces de l’ordre et 12000 dans l’ensei­ (Union populaire républicaine) sont sur une li­
gnement. Dans le même temps, les horaires gne commune pour lutter contre la précarité: ti­
d’ouverture des services publics seraient élargis. tularisation de tous les précaires de la fonction
que les promesses politiques soient tenues.» publique, amélioration des conditions de travail
Sans être l’apanage de la fonction publi­ La gestion de carrière. L’ex­ministre de l’éco­ et revalorisation des salaires des fonctionnaires.
que, c’est souvent là que le bât blesse. Estelle nomie veut aussi réformer la gestion des carriè­ Jacques Cheminade (Solidarité et progrès) veut
regrette que ses supérieurs ne soient pas res des fonctionnaires, en mettant en place des aussi que soient titularisés les précaires et les
architectes, que leurs postes soient dus à rémunérations plus individualisées et en mo­ «permittents» du service public de la culture.
leur ancienneté et aux «copinages» plus dernisant les conditions de recrutement. Alors Enfin, plusieurs candidats souhaitent instau­
qu’à leurs compétences. « Ils ne connais­ qu’il faut généralement avoir fait une grande rer des jours de carence pour le paiement des
sent pas bien notre travail, du coup, ils mul­ école et passer un concours pour devenir haut indemnités journalières d’assurance­maladie,
tiplient les réunions. Ce qui nous fait perdre fonctionnaire, le candidat d’En marche! entend à l’instar de ce qui se pratique dans le privé.
beaucoup de temps.» «supprimer les contraintes statutaires qui restrei­ François Fillon et Marine Le Pen proposent de
Le management, «c’est le gros point faible, gnent l’accès aux postes d’encadrement supé­ mettre en place deux jours de carence, Emma­
renchérit Cécile. Souvent les chefs de service rieur» et «développer le recrutement de hauts nuel Macron une seule journée.
et les directeurs n’ont pas de compétences en fonctionnaires venus du privé». catherine quignon

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 37
d o s s i e r | la fonction publique…

DENIS DUBOIS

management. Il n’y a pas de pression et notre quatre jours par semaine et effectue bientôt son conseil régional pour une
autonomie fait que les charges de travail moins d’heures de garde. La prise en mission au ministère de l’agriculture. Elle
sont très inégales. Je suis dans un environne­ charge des patients lui paraît plus efficace. travaillera à la mise en place d’un pro­
ment où on peut se donner à fond, mais où gramme de lutte contre le gaspillage ali­
personne ne le fait vraiment», conclut­elle. Nombreuses évolutions de carrière mentaire : « J’ai demandé un détachement
Fatigué par «l’inertie» de son service, «la Et la routine dans tout ça ? La fonction de deux ans, que mes supérieurs ne pou­
lourdeur» de sa hiérarchie et «la déshuma­ publique permet de nombreuses évolu­ vaient pas refuser. »
nisation de la prise en charge des patients», tions de carrière, en passant des concours, Chaque fonctionnaire peut demander des
Vincent Dutheil fait partie de ceux qui ont ou en postulant à des offres internes. La périodes de disponibilité allant jusqu’à
choisi de sortir de la fonction publique carrière d’Estelle, commencée à la direc­ dix ans sur l’ensemble de sa carrière. Elles
pour rejoindre le secteur privé. Il a quitté le tion du patrimoine et de l’architecture de sont accordées selon les nécessités du ser­
CHU de Grenoble en 2001. Médecin anes­ sa ville, s’est poursuivie huit ans après à la vice, mais suspendent la rémunération, le
thésiste depuis 1994, il est devenu socié­ direction de la voirie et des déplacements, droit à l’avancement et à la retraite. Elles
taire d’un groupement d’anesthésistes où elle travaille depuis six ans. Récem­ permettent, en revanche, d’exercer une ac­
dans une clinique privée. «Une structure ment, elle a obtenu une nouvelle muta­ tivité dans le privé. C’est ce qu’a hésité à
bien plus petite [250 lits contre près de tion, pour l’aménagement et la restaura­ faire Cécile, qui cherchait «un environne­
3 000 au CHU] », où il connaît mieux les tion d’établissements culturels: «J’ai pos­ ment de travail plus “challengeant”». Après
patients et le personnel. Son planning est tulé à une offre, passé un entretien et des entretiens d’embauche, elle a reçu plu­
mieux défini, et ses journées plus den­ présenté ma demande de mutation à mon sieurs réponses positives, mais «la sécurité
ses : « On enchaîne car on est payés responsable qui ne pouvait pas la refuser.» de l’emploi [l]’a fait rester dans le public».
à l’acte », explique­t­il. Mais il travaille Même changement pour Cécile, qui quittera théau monnet

38 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Informaticien et financier, Julien
et Pierre­André ont préféré enseigner
L’éducation nationale voit arriver des cadres trentenaires Le parcours de Fabien est un peu différent.
Après une école d’ingénieurs en informati­
qui décident de se reconvertir dans l’enseignement après que, il rejoint un cabinet de conseil dans
avoir fait leurs classes dans le privé lequel il reste six ans et où il s’occupe de
maîtrise d’ouvrage financière (plan plurian­

A
nuel d’investissement, stratégie fiscale, etc.).
u moment où de plus en plus ques échelons. En 2016, 2 500 candidats «J’aimais mon métier et j’y étais globalement
de professeurs quittent le na­ s’étaient inscrits au Capes de cette façon, épanoui, sauf une période où j’ai vécu une si­
vire de l’éducation nationale 284 ont été admis. Pierre­André passe le tuation de harcèlement moral.» A 30ans, Fa­
pour se lancer dans une nou­ concours et le réussit. Il est aujourd’hui bien fait le point. Il habite alors loin de Paris
velle carrière dans le privé, affecté en tant que professeur stagiaire à (sa femme, artiste, a besoin d’un atelier, ils
d’autres font l’inverse. Pour de multiples mi­temps et bénéficie d’un parcours de ont fait le choix de vivre dans une maison)
raisons – quête de sens, volonté d’un formation en Ecole supérieure du profes­ et passe près de quatre heures par jour dans
meilleur équilibre de vie, envie de trans­ sorat et de l’éducation (ESPE). les transports. «J’étais dans un état de fati­
mettre –, ils sortent des entreprises pour Les premiers mois sont très denses. gue permanente. De plus, je voulais passer
rejoindre le professorat. «J’avais l’expérience d’animer des réunions et plus de temps avec mes proches.»
Pierre­André Berthier est l’un d’eux. de prendre la parole en public, mais nous ne
Après des études de finances à Dauphine, il sommes pas vraiment formés à être devant «Une très grosse année»
déchante en entrant dans la vie active. une classe. On apprend sur le tas et on bénéfi­ Une affiche sur la pénurie de professeurs
«Deux choses m’ont gêné: la déconnexion cie de l’aide d’un tuteur», raconte­t­il. Il en de mathématiques l’interpelle. Mais l’image
entre l’activité réelle et l’industrie financière de lourdeur qu’il se fait de l’éducation natio­
et la nécessité de se positionner comme si la nale le fait hésiter plusieurs mois. «Je suis
vie en entreprise était une partie d’échecs.» « JE NE ME RECONNAISSAIS PAS un idéaliste. Je me suis dit que c’est moi qui
Il s’intéresse alors au financement du déve­ DANS LA STRATÉGIE allais tenter de changer l’environnement,
loppement, puis part travailler pendant D’ENTREPRISE. DANS LE PUBLIC, plutôt que l’inverse!» Pendant un an, en pa­
quatre ans à Madagascar pour une associa­ J’AI L’IMPRESSION D’ŒUVRER rallèle de son travail, il prépare le concours
tion spécialisée dans la réinsertion. en suivant un master d’enseignement des
POUR L’INTÉRÊT GÉNÉRAL »
De retour en France, la question du sens mathématiques. «Cela n’a pas été évident,
se pose à nouveau. Puis il a des enfants PIERRE­ANDRÉ BERTHIER j’ai dû revoir l’ensemble du programme de la
professeur d’économie et de gestion
avec qui il souhaite passer plus de temps. 6e à la terminale». Mais il apprécie les cours
«J’ai alors réfléchi à ce que je voulais faire de sur la pédagogie et la gestion de classe.
ma vie. La décision de devenir professeur Il réussit à la fois le Capes externe et le
s’est imposée. En fait, cela faisait longtemps discute aussi avec d’autres collègues. Il est troisième concours. Son année de stage se
que je la mûrissais». Il choisit l’économie et convaincu que c’est une équipe soudée qui passe bien, soutenu par une excellente tu­
la gestion, une matière enseignée en lycée fait la qualité de l’enseignement. «Je ne me trice. «Ce fut une très grosse année, entre le
professionnel, pour laquelle il se sent légi­ reconnaissais pas dans la stratégie d’entre­ suivi individuel des élèves, la préparation
time. «J’aimais également l’idée d’accom­ prise. Dans le public, j’ai l’impression des cours et la formation », se souvient
pagner des jeunes en phase d’orientation», d’œuvrer pour l’intérêt général», dit­il. Fabien. Il a été titularisé cette année et a
explique­t­il. A 35ans, il décide de rejoindre Question rémunération, la différence est choisi d’enseigner en zone d’éducation
l’éducation nationale. notable. «Je gagnais 3000 euros par mois. prioritaire afin d’allier «le social et l’éduca­
Un concours, surnommé « le troisième En ce moment, je gagne 1600 euros, mais je tif ». Il confie avoir autant de plaisir que
concours», est ouvert aux salariés qui ont vais rapidement passer à 2000. Et nous dans son ancien métier. Financièrement, il
au moins cinq ans d’expérience dans le avons toujours la possibilité de faire quel­ touche 1800 euros mensuels, contre 3500
privé. Un peu allégé, il comporte deux ques heures supplémentaires ou des activités lorsqu’il était ingénieur. «Le métier de pro­
épreuves au lieu des quatre habituelles. annexes. Au final, j’estime que nous ne som­ fesseur n’est clairement pas concurrentiel,
Cette voie permet de récupérer une partie mes pas si mal payés, car nous avons aussi mais j’ai cela dans le sang…».
de son ancienneté, et donc de gagner quel­ davantage de temps libre que les cadres.» gaëlle picut

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 39
d o s s i e r | la fonction publique…

Malaise à l’hôpital : il y a urgence !
Avec toujours plus de responsabilités et moins d’effectifs, à l’équilibre budgétaire. Et les ressources
humaines sont la première variable d’ajus­
les cadres de santé doivent aussi concilier qualité des soins tement. Des lits sont aussi supprimés.
et rentabilité. Maillon essentiel du système hospitalier, Aujourd’hui, les cadres font face à une sur­
charge de travail sans moyens supplémen­
ils pourraient bien y perdre leur équilibre taires », constate Jean­Luc Stanislas, consul­
tant en management de la santé.

U
Assurer la continuité des soins et faire
ne infirmière de l’hôpital journée pour libérer les patients le soir. tourner les services avec des équipes res­
Cochin à Paris s’est suicidée Cette modalité de prise en charge chrono­ treintes, c’est un casse­tête. Au quotidien,
mardi matin 7 mars sur son métrée épuise les équipes et l’encadrement. les cadres de santé jonglent avec les plan­
lieu de travail. La direction de « Le virage ambulatoire met les cadres sous nings et usent du système D pour dénicher
l’Assistance publique ­ Hôpi­ tension. Pour réduire les temps de séjour, ils un lit disponible et remplacer au pied levé
taux de Paris (AP­HP), a dit « prendre très sont chargés d’optimiser l’organisation de une infirmière ou une aide­soignante.
au sérieux ce nouvel événement tragi­ leur service et la coordination avec les
que qui renforce sa détermination dans la autres unités. Toutes les étapes de la prise en Plus de 8 % d’absentéisme
prévention et la détection des risques psy­ charge doivent s’ordonner à la bonne vitesse. Avec un taux d’absentéisme qui dépasse
chosociaux et l’amélioration des conditions Ils n’ont plus aucune marge », souligne Fré­ les 8 % chez le personnel non médical, ils se
de travail ». Le personnel hospitalier a pris déric Kletz, enseignant à l’Ecole des mines, retrouvent à rappeler les agents sur leurs
de plein fouet la vague de réformes qui spécialisé en management public et en congés et à reporter des formations, avec la
submerge les établissements publics de­ gestion des ressources humaines. culpabilité que cela implique. « Nous tra­
puis le début des années 2000. Tout le Cette cadence infernale est loin d’aller de vaillons sur le fil du rasoir. A la moindre ab­
monde est à bout. Les cadres de santé se pair avec une hausse des effectifs. Face à sence imprévue, c’est la catastrophe. Les
retrouvent tiraillés entre deux impératifs : leurs déficits, parfois abyssaux, les hôpi­ agents sont constamment sollicités pour re­
répondre à l’exigence de qualité des soins taux, qui suivent un plan triennal d’écono­ venir travailler sur leurs jours de repos. C’est
et améliorer la performance économique. mies de 3,5 milliards d’euros jusque fin 2017, intenable. Ces dépassements horaires génè­
Sur fond de rigueur budgétaire, c’est la ont tendance à les passer à la moulinette. rent de la pénibilité et de l’épuisement pro­
course contre la montre dans les services. « Les établissements sont engagés depuis la loi fessionnel. Nous sommes impuissants face
Avec le passage à la T2A (tarification à l’acti­ Bachelot de 2009 dans des contrats de retour à leur souffrance », regrette Dominique
vité, axe majeur du plan Hôpital 2007), les
centres hospitaliers sont désormais factu­
rés selon le volume et la nature des soins
qu’ils réalisent, avec une démarcation entre
Qui sont les cadres de santé ?
ceux qui sont rentables et les autres. Animer les équipes, planifier la santé publique… « Complexe, gérer les conflits avec les familles,
les soins, gérer l’administratif, la fonction nécessite des capacités défendre leurs projets devant la
Prise en charge chronométrée conduire des projets… Les cadres d’adaptation, un sens des respon­ hiérarchie… Cela évite les désillu­
« J’ai choisi de prendre des responsabilités de santé ont plusieurs cordes sabilités, une compréhension sions », explique Thierry Grenet,
pour promouvoir la qualité des soins. Et je à leur arc. Les prétendants à la de l’environnement hospitalier », cadre de santé supérieur.
me retrouve écrasée par des logiques finan­ fonction ont aiguisé leurs talents prévient Gilles Desserprit, En plus du diplôme d’Etat de cadre
cières. L’hôpital doit faire du chiffre. Et les dans un Institut de formation directeur de l’IFCS de la Pitié­ de santé, ils ont la possibilité
équipes, travailler en conséquence. Il faut des cadres de santé (IFCS). Salpêtrière (AP­HP). d’acquérir soixante crédits ECTS
sans arrêt auditer leurs pratiques. Les servi­ Premier critère pour postuler au Pour mieux armer ses futurs (European Computer Trade
ces de soins sont devenus des petites entre­ concours : avoir officié quatre ans cadres, le CHU de Rouen a pensé Show) d’une première année
prises », assène Nathalie, cadre de santé en comme professionnel para­ un parcours sur mesure, avec de master. En dehors des établis­
région parisienne. médical (infirmier, diététicien, des mises en situation réelle et sements de santé, où ils exercent
Pour compresser davantage les dépenses ergothérapeute, masseur­kiné­ du tutorat. « Cet accompagnement sous la responsabilité des
de santé et intensifier les entrées des pa­ sithérapeute, orthophoniste…). leur permet de conforter leur pro­ directeurs de soins, les instituts
tients, un coup d’accélérateur est donné au Pendant dix mois, ils accumulent jet professionnel. Beaucoup ont de formation leur ouvrent leurs
« virage ambulatoire ». La règle du jeu : pla­ des connaissances sur une vision parcellaire du métier. portes en tant que formateurs.
nifier tous les actes de soins sur une même le management, la pédagogie, Au quotidien, les cadres doivent a. f.

40 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
DENIS DUBOIS

Rousseau, cadre de santé au centre hospita­ « LES AGENTS SONT CONSTAMMENT dialogue à l’encadrement, où les membres
lier Saint­Nazaire (Loire­Atlantique). D’autant SOLLICITÉS POUR REVENIR peuvent s’épancher sur leurs maux, parfois
qu’une multitude de tâches gestionnaires TRAVAILLER SUR LEURS JOURS en présence d’une psychologue. « Les cadres
les éloignent du terrain. Chaque jour, ils DE REPOS. C’EST INTENABLE » se sentent isolés dans leurs fonctions. Ces
sont accaparés par les réunions de pôle, le temps de rencontres leur permettent d’échan­
suivi d’indicateurs financiers, la traçabilité DOMINIQUE ROUSSEAU ger entre pairs sur leurs difficultés et les pro­
cadre de santé au centre hospitalier Saint­Nazaire
des actes, les rapports sur le matériel… « Les jets menés dans leur unité. Ils peuvent pren­
procédures d’évaluation de la qualité et les dre du recul sur leurs pratiques », raconte
démarches de certifications sont de plus en Stéphane Michaud, directeur des soins du
plus exigeantes. Ils ont moins de temps pour Youssef Ghennam, secrétaire fédéral à la Centre hospitalier de Niort. Ils sont aussi
accompagner les agents en difficulté et pour Fédération santé sociaux, chargé des pro­ invités à participer aux groupes de travail
gérer les conflits », confirme Claudie Fardo, blématiques de l’encadrement. sur l’amélioration des soins et les restructu­
chef de projet au Centre national de l’exper­ Une difficulté qui pourrait encore s’accroî­ rations des établissements.
tise hospitalière (CNEH). tre avec la création des Groupements hospi­ Autre levier, la formation continue, avec
taliers de territoire (GHT), actée par la loi des modules sur la conduite des entretiens
A la fois relais et courroies santé 2016 et initiée par la loi HPST (hôpital, d’évaluation, la gestion des temps de travail,
Modification des horaires de travail, non­ patients, santé et territoires) de Roselyne la prévention des risques psychosociaux.
remplacement, réorganisation d’un ser­ Bachelot qui, en 2009, a affiché l’ambition « Les cadres ont de nouvelles responsabilités
vice… Nageant entre deux eaux, les ex­ de moderniser l’ensemble du système de managériales, et ils n’y sont pas suffisam­
surveillants de nuit composent avec des santé. « Les directions, partagées entre plu­ ment préparés. Nous les aidons à exercer
injonctions paradoxales : être à la fois le sieurs sites, ont du mal à se concerter. Avec leurs fonctions », précise Rodolphe Soulié,
relais des difficultés de leurs équipes cette réorganisation, prendre la décision de directeur de la politique de développement
auprès de la direction et les courroies de recruter met deux fois plus de temps », note des ressources humaines au CHRU de Lille,
transmission de la hiérarchie. Laurence­Béatrice Cluzel, vice­présidente qui a aussi lancé un plan d’accompagne­
« Les cadres de santé sont contraints d’ap­ catégorie soignante du Syndicat des mana­ ment individuel des cadres en souffrance.
pliquer des directives, pour lesquelles ils ne gers publics de santé (SMPS). Nombre de cadres, à force de trinquer, et
sont pas consultés et qui sont parfois con­ Face au sentiment de lassitude qui ronge avec des rémunérations plafonnant à
traire à leurs valeurs, avec à la clé une perte les cadres de proximité, les structures hospi­ 3 000 euros net en fin de carrière, seraient
de sens au travail. Les lieux de décision sont talières se penchent doucement à leur che­ prêts à raccrocher leur blouse. Il y a urgence.
déconnectés des réalités du terrain », déplore vet. Premier remède : ouvrir des espaces de adeline farge

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 41
d o s s i e r | la fonction publique…

Quelle carrière après l’ENA
Même s’ils sont encore surreprésentés parmi les élites, attirée par la gestion, côté français, du
les énarques ont des carrières assez éloignées des idées Brexit anglais. «Un choix qui reflète aussi
un grand retour des fonctions régaliennes
reçues qui les mènent à la politique. Leurs trajectoires dans les aspirations des jeunes énarques,
sont marquées par la mobilité et la diversité estime Nathalie Loiseau, aspirations liées
au développement des enjeux de géopoliti­
que, de terrorisme et de radicalisation.»

L’
Si la botte concerne 15 à 20 énarques sur
Ecole nationale d’administra­ sont très divers, le passage par un cabinet des promotions moyennes de 90 élèves
tion (ENA) a toujours nourri ministériel n’étant constaté que chez un français, la plupart se répartissent entre le
de nombreux fantasmes… tiers des énarques (et deux tiers pour les ministère des affaires étrangères, en
chez ceux qui n’y sont pas auditeurs au Conseil d’Etat), qui forment France ou à l’étranger, le corps préfectoral
passés. Dans une étude réali­ 25 % des effectifs des cabinets ministériels. dans lequel ils représenteront l’Etat dans
sée en 2015 pour les 70ans de l’ENA et inti­ A la sortie de l’école, selon le rang de clas­ les territoires, et surtout, moins connu, le
tulée « Que sont les énarques devenus ? », sement, les postes les plus variés sont of­ corps des administrateurs civils dont la
rapport sur le parcours des anciens élèves ferts, même s’ils changent chaque année fonction est de concevoir et de mettre en
de dix promotions entre 1985 et 2015, les car ils sont déterminés par les besoins de œuvre les politiques publiques dans un
chercheurs François Denord et Sylvain chaque employeur public. ministère ou une administration. La Ville
Thine de l’EHESS, relèvent qu’il existe bien Depuis la création de l’ENA, les mieux de Paris en recrute aussi directement cinq
une surreprésentation des énarques parmi notés qui sortent « dans la botte » [les à six chaque année.
les élites, qui ont fourni trois présidents de quinze premières places], choisissent prio­
la République sur six depuis 1958, et sept ritairement l’inspection des finances, qui Changer de poste tous les trois ans
patrons du CAC 40 aujourd’hui. contrôle la gestion des finances publiques Enfin, le premier poste après l’école ne
Mais, remarque la directrice de l’ENA, et depuis dix ans la modernisation de fige pas une carrière, marquée par une mo­
Nathalie Loiseau, «les carrières des anciens bilité très grande liée à l’obligation de
élèves sont assez éloignées des idées reçues. changer de poste, mais non d’administra­
Seuls 3 % d’entre eux ont une carrière politique LA PLUPART SE RÉPARTISSENT tion, tous les trois ans… Dans l’ensemble,
au plan national. Et le passage par le secteur ENTRE LE MINISTÈRE DES ce sont des généralistes qui ne restent pas
privé n’est pas devenu plus fréquent qu’aupa­ AFFAIRES ÉTRANGÈRES, EN FRANCE forcément dans un même secteur. «C’est
ravant. Les va­et­vient entre l’administration OU À L’ÉTRANGER, LE CORPS une occasion pour eux de rebattre les cartes
et l’entreprise étaient même plus faciles de leur carrière», dit Nathalie Loiseau. Et ce,
PRÉFECTORAL DANS LEQUEL
quand il y avait plus d’entreprises publiques». de plus en plus, tant «le désir de diversité et
Le pantouflage, qui consiste pour un
ILS REPRÉSENTERONT L’ETAT DANS de mobilité se développe dans les nouvelles
haut fonctionnaire à aller travailler dans LES TERRITOIRES, ET SURTOUT, générations».
une entreprise privée, existe toujours, MOINS CONNU, LE CORPS Il faut dire aussi que plus ils changent de
mais il est minoritaire: 22 % des énarques DES ADMINISTRATEURS CIVILS poste, plus ils progressent rapidement.
rejoignent une entreprise (en moyenne Même si certains corps d’Etat sont plus
après neuf ans de carrière). Une exception propices à la carrière accélérée que
toutefois concerne ceux qui sortent dans l’Etat. Mais aussi le Conseil d’Etat pour se d’autres, confirmant que le classement de
l’inspection des finances, dont 75 % vont prononcer sur la conformité juridique des sortie reste déterminant pour la trajectoire
faire un tour dans le privé! lois, ou la Cour des comptes pour contrôler professionnelle. Ainsi, les chances de pas­
les comptes publics et sanctionner les irré­ ser en grade 2 en moins de trois ans sont
Sortir «dans la botte» gularités. Deux fonctions de magistrat, dix fois plus élevées pour les inspecteurs
Sur le long terme, seuls 8 % des énarques marquées par leur indépendance par des finances et trente fois plus élevées
quittent durablement la fonction publi­ rapport à l’exécutif. pour les auditeurs au Conseil d’Etat que
que. Le service de l’Etat est donc la norme, Exception notable, lors de la dernière pour les administrateurs civils. Bref, l’ENA
«les carrières locales restant anecdotiques» promotion de décembre 2016, la major a se renouvelle un peu, mais pas trop!
précise Nathalie Loiseau. Mais les parcours choisi le ministère des affaires étrangères, valérie segond

42 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
métiers

Des grandes écoles à la brasserie,
la ruée vers l’orge prend de l’ampleur.
La concurrence avec les industriels
a commencé

La bière artisanale suscite
un flot de vocations

U
n habitacle de polys­ connaître. «Briche ou pas Briche, EN UN AN, LA MICRO­BRASSERIE A PRODUIT
tyrène fixé aux bre­ on est lancés ! », avise Matthis, 400 HECTOLITRES DISTRIBUÉS DANS CINQ
telles d’un ancien sac dont le jardin familial abrite pour BARS. MAIS À TERME, POURQUOI NE PAS
à dos : c’est avec ce l’instant les quatre cuves de la PROPOSER DES DÉGUSTATIONS, DES ATELIERS,
drôle de chargement Barge à Rambouillet.
VOIRE D’AUTRES ACTIVITÉS COMME
qu’Hugo Marcotte, Matthis Du­ Tous justes agrégés en mécani­
rand et Côme Lesage écument les que de l’ENS Cachan (Ecole nor­
LA DISTILLERIE ?
bistrots de Paris depuis le début male supérieure de Cachan), lui et
de l’année. A l’intérieur, une ti­ Hugo se sont mis à brasser en
reuse mobile pour leur bière juin2015, à l’origine pour financer didacte d’une nettoyeuse de fûts. treuilloise a publié en 2016 un
Barge, prête à dégustation pour la construction d’une maison. Ce «Au­delà de l’économie financière livre de conseils et recettes, tandis
les revendeurs potentiels. projet avortera mais le succès des (un outil de production neuf qu’Outland ouvre des becs de ti­
Ce jour­là, c’est pourtant tout premiers brassins les poussera à coûte environ 120000euros), on rage à des brasseurs invités. «Une
leur projet de brasserie itinérante demander deux ans de césure capitalise un savoir­faire », argu­ production comme la nôtre s’écou­
et non le seul breuvage qui doit pour se lancer à plein­temps dès mente Hugo, qui reconnaît l’ap­ lera dans 15 bars, or il y en a plus de
convaincre. Retenus candidats la rentrée 2016. En octobre, la port d’Internet et le côté «savant 10000 à Paris: il y a de la place!»,
pour l’appel à projet «Réinventer brasserie Barge est née, rejointe fou» de son équipée. explique Hugo. Plus qu’entre ho­
la Seine », les trois jeunes hom­ entre­temps par Côme, lauréat mologues, c’est avec les indus­
mes visitent la Briche, d’ancien­ des Arts et métiers devenu comé­ Un sain esprit d’entraide triels que se joue la concurrence –
nes écuries au bord du canal dien et désireux d’amortir ses Bien qu’elle représente encore lesquels surfent sur la vague arti­
Saint­Denis : un site idéal pour projets de scène en renouant moins de 3 % de la production sanale en proposant des bières
installer leur production, un bar, «avec ses racines techniques». française, la bière artisanale sus­ «de dégustation».
mais aussi une péniche, destinée, Car cet accent technique est cite de plus en plus de vocations Après un an d’existence, la Barge
à terme, à approvisionner écolo­ sans doute ce qui distingue le plus ou de reconversions parmi les aura produit 400 hectolitres, dis­
giquement différents points de la Barge, dans la ruée vers l’orge jeunes diplômés. Les fondateurs tribués à ce jour dans cinq bars.
vente franciliens. qui se joue en France depuis 2010. des marques franciliennes Deck Misant sur une logique de réem­
Partis avec 30000euros d’écono­ & Donohue (2014) et BapBap ploi (lavage des fûts, transport en
Les premiers brassins mies pour acheter les cuves, des (2015), de La P’tite Maiz à Tours et vrac…), la micro­brasserie ne pro­
Entre les délibérations du jury et fermenteurs et un utilitaire de li­ de Sainte Cru à Colmar, sortent pose pour l’heure qu’une recette.
la réhabilitation du bâtiment, une vraison, les trois associés ont eux­ d’écoles de commerce, tandis que Mais à terme, pourquoi ne pas
entrée dans les lieux devra de mêmes fait le reste, de la cons­ les créateurs des brasseries la proposer des dégustations, des
toute façon attendre juin 2018, truction d’un local aux travaux de Goutte d’or (2012), Outland (2011) ateliers, voire d’autres activités
leur apprend­on : un délai utile chaudronnerie et fonderie en ou Coconino (2015) sont d’anciens comme de la distillerie? «La bras­
pour acheter le bateau et se faire passant par la fabrication auto­ communicant enseignant et con­ serie est une école de l’entreprise,
sultant digital. «Chacun utilise ses conclut Côme, qui prône une
propres ressources, note Matthis. croissance organique pour la leur.
Les commerciaux savent trouver Plutôt qu’un projet feu de paille qui
TOUS JUSTES AGRÉGÉS EN MÉCANIQUE des investisseurs, nous, profiter de s’éteindrait dans le canal, on veut
DE L’ENS CACHAN, MATTHIS ET HUGO SE SONT nos compétences manuelles.» le pérenniser pour ensuite en sou­
MIS À BRASSER EN JUIN 2015. Par chance, le milieu des bières tenir d’autres.» Une Barge ambi­
EN OCTOBRE 2016, LA BRASSERIE BARGE artisanales surnommé « Craft tieuse, donc, mais à un rythme de
EST NÉE, REJOINTE ENTRE­TEMPS Beer » conserve pour l’heure un croisière.
PAR CÔME, LAURÉAT DES ARTS ET MÉTIERS sain esprit d’entraide : La Mon­ camille thomine

44 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
s
p ré senté rvoir
e u
ays r tes à po
de 1
5 p
Plus illiers de
pos TRAVAILLER
TRAVAILLER,
m
e t des
ENTREPRENDRE,
VIVRE À L’ÉTRANGER

VENEZ CONSTRUIRE VOTRE PROJET À L’INTERNATIONAL
30 ET 31 MAI 2017
Le 30 mai de 10 h à 21 h et le 31 mai de 10 h à 18 h
Les Docks, Cité de la mode et du design, 34 quai d’Austerlitz, Paris 13e
ENTRÉE GRATUITE
informations sur leforumexpat.com
métiers

Au fab lab d’Ici Montreuil, les artisans
s’intéressent aux nouvelles technologies,
qu’ils ont intégrées à leurs processus
de conception et de fabrication

Le numérique élargit
l’horizon de l’artisanat

P
endant un an, Sté­ bois, textile, cuir, métal. Mais ne
phane Bourdeix a vous fiez pas à l’image poussié­
sillonné, de long en reuse de l’artisanat. Les nouvelles
large, la petite cou­ générations de « makers » ont
ronne parisienne, à la pris elles aussi le virage 2.0.
quête de l’atelier qui lui permet­
trait de monter son entreprise Machines ultra­innovantes
d’ébénisterie. En vain. Avec des A côté des raboteuses, des pos­
Parisiens toujours plus nom­ leur métier. J’ai eu envie de les tes à souder et autres meuleuses assistée par ordinateur (CAO),
breux à s’exiler au­delà du périph aider », raconte celle qui a fini par traditionnelles, elles trouvent à Ici cette sellière­maroquinière a pu, à
pour se loger, les prix de l’immo­ lâcher sa carrière à la banque. Montreuil des imprimantes 3D, partir d’un dessin, décliner en
bilier ne font que flamber aux Moyennant un abonnement des fraiseuses à commande nu­ version numérique toute une
portes de la capitale. mensuel inférieur à 400 euros, mérique ou encore des décou­ gamme de mocassins en taille en­
C’est en déambulant dans les les résidents profitent des espa­ peuses laser. Ces machines ultra­ fant. Auparavant, pour créer cha­
rues de Montreuil (Seine­Saint­ ces collectifs de travail et d’un innovantes leur offrent une aide que modèle, elle devait investir
Denis) qu’il a déniché, derrière vaste parc de machines. Dans la précieuse pour créer des objets, dans des emporte­pièces en acier,
une lourde porte métallique, le salle de coworking, dans un si­ réaliser des prototypes, tester de à la fois encombrants et hors de
nid où il allait poser son barda. lence presque absolu, déve­ nouvelles matières, lancer leurs prix. « Je peux aujourd’hui lancer
Dans une ancienne usine de ma­ loppeurs Web, designers et gra­ productions. « Les nouvelles tech­ des collections et fabriquer des
tériel électrique, au 135, boulevard phistes planchent, les yeux rivés nologies ont multiplié les oppor­ petites séries plus facilement. Tous
Chanzy, l’espace de fabrication à l’ordinateur, sur leur dernier tunités de création. A partir des mes modèles tiennent dans des fi­
collaboratif et solidaire Ici Mon­ projet en date. Au sous­sol, cette logiciels de modélisation 3D, les ar­ chiers numériques », précise­t­elle.
treuil accueille depuis 2013 des ar­ vie de bureau laisse place à un tisans peuvent, en quelques minu­
tistes, artisans, entrepreneurs et tout autre décor. tes, valider, améliorer, modifier les Au millimètre près
start­up de la création. Dans les ateliers qui leur sont ré­ dimensions et le design de leurs Depuis l’ordinateur, les dessins
servés, les artisans de tout poil produits », explique Nicolas Bard, modélisés en 3D sont retransmis
Soixante­trois savoir­faire (ébénistes, maroquiniers, bijou­ cofondateur d’Ici Montreuil. sur la découpeuse laser qui, avec
Sur 1 700 mètres carrés, plus de tiers, stylistes, relieurs, luthiers…), Ancienne petite main de la mai­ son faisceau rouge, coupe tout
160 professionnels de tous hori­ casque vissé aux oreilles pour son Hermès, formée à l’Ecole type de matériaux (bois, papier,
zons s’entraident, collaborent et étouffer les bruits de scies circu­ Boulle, Frédérique Vinel s’est lais­ cuir, plastique), en suivant les
mutualisent leurs compétences laires et de perceuses, travaillent sée convertir aux prouesses tech­ contours du gabarit, au millimè­
pour booster leurs activités. Cette de leurs mains la matière brute : nologiques. Grâce à la conception tre près. Au lieu de passer de lon­
idée de lieu iconoclaste, qui réunit gues heures à inciser le cuir à la
aujourd’hui soixante­trois savoir­ main avec une petite scie, désor­
faire, a germé dès 2009 dans la mais cette tâche chronophage ne
« A PARTIR DES LOGICIELS
tête de Christine Bard, amoureuse lui prend en tout et pour tout que
de Montreuil et de sa vie artisti­
DE MODÉLISATION 3D, LES ARTISANS trente minutes. « Avec ces prati­
que. « J’ai rencontré mes voisins PEUVENT, EN QUELQUES MINUTES, ques, les artisans peuvent produire
montreuillois. Des artistes, costu­ VALIDER, AMÉLIORER, des formes complexes plus rapide­
mier, designer, photographe qui MODIFIER LES DIMENSIONS ment. Ce gain de temps leur assure
m’ont fait rêver. Je me suis rendu ET LE DESIGN DE LEURS PRODUITS » une plus grande rentabilité. Ils
compte que des carences techni­ NICOLAS BARD sont en mesure de répondre à plus
ques les empêchaient de vivre de cofondateur d’Ici Montreuil de commandes sans avoir à sous­

46 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
traiter une partie de leur travail », « PERSONNE NE COMPREND LES PLANS FILAIRES
souligne Pierric Verger, fab lab EN NOIR ET BLANC. GRÂCE AUX VISUELS EN 3D,
manager à Ici Montreuil. Nicolas NOUS POUVONS DISCUTER PLUS FACILEMENT
Reveilliez, jeune designer, qui a AVEC NOS CLIENTS. ILS RESSENTENT LES MATIÈRES
25 ans vient de lancer sa marque
UTILISÉES ET LES VOLUMES DU MOBILIER.
de lunettes de soleil écoresponsa­
bles, a lui aussi les yeux qui pé­
CELA NOUS AIDE AUSSI À VENDRE UNE IDÉE »
tillent à l’évocation de ces outils LAURENT COURROUX
dernier cri : « Couper avec préci­ directeur technique de Furn
sion avec une scie sur deux milli­
mètres, ce n’est pas toujours évi­
dent. Avec le numérique, le travail
est beaucoup plus propre. Désor­
mais, les dimensions sont identi­
ques sur tous mes modèles. » La
fameuse découpeuse laser lui per­
met de graver le nom de sa mar­
que, Neekrome, sur ses montures
et de les personnaliser dans les
moindres détails. nous pouvons discuter plus facile­ Des possibilités de création
ment avec nos clients. Ils ressentent
Prototype en 3D les matières utilisées et les volumes
décuplées pour les stylistes
Mais c’est surtout sur l’impri­ du mobilier. Cela nous aide aussi à Anne Balas­Klein, directrice
mante 3D que lorgne ce diplômé vendre une idée. » de l’école de mode Lisaa Paris,
d’un BTS design produits, décro­ Aujourd’hui, ils soignent l’image explique l’apport du numérique
ché à l’école d’arts appliqués La de leur entreprise sur les réseaux pour les futurs stylistes.
Ruche. Cette machine, qui fabri­ sociaux, prospectent leurs clients
que des petits objets en relief par sur des plates­formes d’intermé­ « Dès la première année, nous
couches successives de plastique, diation, partagent leurs créations initions nos étudiants en stylisme
de cire ou de métal, va l’aider à sur les services de cloud. La Toile
DR

et en modélisme aux machines
mettre au point son prototypage est devenue la vitrine de leur bou­ à commande numérique. La découpeuse laser,
avant de lancer la fabrication. tique virtuelle, ouverte 365 jours l’imprimante 3D et la brodeuse numérique font partie
« Grâce à cette imprimante, je vais par an. « Avant, nous fonctionnons des techniques incontournables de création, comme
pouvoir tenir le prototype de mes par bouche­à­oreille. Le numérique la broderie et le tissage artisanal.
montures entre mes mains. Ces nous a offert une plus grande visi­ Après les avoir formés à la conception assistée par
réalisations en 3D illustrent mieux bilité et a élargi nos horizons. Le ordinateur, nous les incitons à expérimenter au maximum
les dimensions, les contraintes nombre de nos commandes a été ces outils de dernière génération pour aller plus loin dans
techniques et l’esthétique du pro­ amplifié », confie le trio. leurs recherches.
duit qu’un simple dessin. Je saurai Même la comptabilité se fait
tout de suite les changements que grâce à une application mobile. Fabriquer des boutons
je dois apporter », assure­t­il. Mais ces outils ultra­innovants ne En mélangeant les pratiques, ils réussissent à réaliser
Ces arguments ont convaincu sont pas près de concurrencer les des designs plus étonnants. Avec la découpeuse laser,
Barbara Balland et Sébastien Tar­ savoir­faire de nos artisans. Nom­ ils peuvent créer des motifs complexes et réaliser
dif, cofondateurs et directeurs de bre de finitions restent manuelles. des coupes sur leurs vêtements qui seront plus nettes
création de Furn, de passer à « Les outils numériques n’ont pas la qu’à la main. L’imprimante 3D leur permet de fabriquer
l’heure digitale. Avec Laurent même sensibilité que les artisans. eux­mêmes des boutons. C’est du jamais­vu.
Courroux, directeur technique, ces Ils ne sont pas capables d’identifier Les nouvelles technologies décuplent les possibilités
trentenaires dynamiques relè­ les défauts ou une résistance sur la de création. Et les maisons de couture s’équipent
guent leurs crayons au tiroir matière. Les propositions esthéti­ de plus en plus de ces outils high­tech. L’école doit
quand ils conçoivent leurs plans ques sont aussi limitées », indique être en phase avec la réalité du milieu de la mode.
de mobilier sur mesure et d’agen­ Pierric Verger. Un savant dosage En maîtrisant ces techniques, ils arriveront
cement d’espaces. « Personne ne entre les techniques artisanales et à se démarquer de la concurrence, et leur insertion
comprend les plans filaires en noir numériques, en somme. sur le marché du travail sera facilitée. »
et blanc. Grâce aux visuels en 3D, adeline farge Propos recueillis par A. F.

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 47
métiers

Chief Happiness Officer, qu’est­ce que c’est ?
Une fonction à géométrie variable
censée apporter le bien­être au travail
afin de doper la productivité

Manageur du bonheur : un métier
ou une mode ?

R
elooker les locaux, Très médiatisée, cette nouvelle
organiser une forma­ fonction recouvre pourtant diver­
tion, un atelier de ses réalités. Pour Séverine Daniel,
pleine conscience ou consultante en bonheur au tra­
un concours de sapin vail, il s’agit «d’un savoir­être plu­
de Noël: voici quelques­unes des tôt qu’un savoir­faire ». Le CHO
missions de Karine Miché, doit être «à l’écoute de tous mais
aujourd’hui Chief Happiness sans enjeux RH» pour que «les sa­
Officer (CHO, manageur du bon­ Bonnet de jour se spécialisent lariés puissent se confier». A l’in­ de réelle transformation managé­
heur) pour l’Espace emploi de dans l’évaluation du ressenti et le verse, l’adossement du poste aux riale, dans certains cas. Sans comp­
Carrefour, cabinet de recrute­ mieux­être des équipes. ressources humaines est indis­ ter qu’un gros tiers des postes
ment interne au groupe. Après pensable aux yeux d’Alexandre reste à ce jour confié à des stagiai­
plus de dix ans d’expérience aux Un savoir­être Pachulski qui juge «inutile de met­ res, selon la même étude Joblift…
ressources humaines, la requali­ Selon Alexandre Pachulski, co­ tre un baby­foot et des salles de
fication de son poste en CHO est fondateur des logiciels de gestion sieste» si les fonctions du salarié Décloisonner les étages
apparue « comme une évidence », de compétences TalentSoft, l’en­ sont «inintéressantes». Pour autant, le patron de Talent­
explique la trentenaire, qui évo­ jeu est double pour les entrepri­ Les chiffres publiés début 2017 Soft décèle «une vraie tendance»
que une fonction « transverse », ses: à la fois «se différencier sur un par le méta­moteur de recherche qui ne fait «que démarrer». Si le
au croisement de la gestion des marché de plus en plus compéti­ d’emploi Joblift révèlent cette di­ terme « bonheur », apparenté à
salariés, de la communication tif» et «doper la performance des vergence de vision. Menée sur les l’intime, ne lui semble pas le plus
interne et de l’événementiel. salariés ». Attestée par plusieurs douze derniers mois, l’analyse des approprié, reste que ces nou­
Ces cinq dernières années, les études, la corrélation entre bien­ offres de CHO montre que le veaux métiers répondent à un
entreprises sont de plus en plus « mouvement sociétal profond »,
nombreuses à intégrer ces «Hap­ qui remet en question «quelques
piness» ou «Feel Good» Manager L’ADOSSEMENT DU POSTE AUX RESSOURCES archaïsmes de l’organisation du
à leur organigramme. Parmi elles, travail.»
HUMAINES EST INDISPENSABLE,
Airbnb, Google, Allo Resto mais Les candidats arrivent sur le
aussi les laboratoires Boiron,
CAR IL EST « INUTILE DE METTRE marché avec une autre culture,
Kiabi, Décathlon ou Sodexo. UN BABY­FOOT ET DES SALLES DE SIESTE » d’autres usages et de fortes atten­
Entre 2014 et 2016, les offres de SI LES FONCTIONS DU SALARIÉ SONT tes en matière d’expérience et
postes de « CHO » ont bondi « ININTÉRESSANTES » d’atmosphère de travail, si bien
de 3 à 32 annonces sur le site ALEXANDRE PACHULSKI que l’ancien « modèle vertical et
de recrutement Qapa, une pro­ cofondateur des logiciels de gestion de compétences TalentSoft hiérarchique doit se réinventer »,
gression record. confirme Thierry Roger, directeur
de l’Espace emploi de Carrefour.
Evaluation du ressenti être et productivité est « encore poste se rattache dans 60 % des Depuis l’arrivée de Karine Miché
Plus généralement, la qualité de plus évidente quand les métiers re­ cas aux services généraux et à à son poste, il note un «décloison­
vie professionnelle ne cesse de posent sur des prestations intellec­ l’Office Management, dans 23 % nement des étages», mais aussi un
gagner en considération : en tuelles», précise­t­il. Ce qui expli­ aux services marketing et com­ regain «d’engagement», de «cu­
août 2017, l’université du bonheur que que les start­up, où l’innova­ munication et dans 17 % aux res­ riosité» et de «créativité» des col­
au travail (UBAT) connaîtra sa tion tient tant de place, aient été sources humaines. laborateurs qui «osent davantage
deuxième édition, tandis que des les premières à se doter de Chief Une proportion qui laisse soup­ tester de nouveaux outils ou pro­
start­up comme Octomine ou Happiness Officers. çonner un souci d’image plus que poser leurs idées».

48 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Pour que cela fonctionne, il est L’ANALYSE DES OFFRES D’EMPLOI MONTRE rence Vanhée, pionnière célèbre
primordial que le bonheur au tra­ QUE LE POSTE DE CHO SE RATTACHE DANS 60 % parmi les CHO, à la Sécurité so­
vail soit la responsabilité de tous, DES CAS AUX SERVICES GÉNÉRAUX ET ciale belge.
remarque de son côté Séverine À L’OFFICE MANAGEMENT, DANS 23 % AUX Certes, les cours d’empathie,
Daniel. «Les salariés doivent pren­ obligatoires dès l’école au Dane­
SERVICES MARKETING ET COMMUNICATION
dre du recul, se libérer de certains mark, sont encore loin. Mais la
automatismes et zones de con­
ET DANS 17 % AUX RESSOURCES HUMAINES délégation croissante de compé­
fort » pour devenir, à leur tour, tences techniques comme la paie
«ambassadeurs du bonheur.» ou la validation des congés ne
Reste à savoir comment sensibi­ en ressources humaines et la réa­ Dalloz par cœur.» Quelques mo­ présage­t­elle pas d’un recen­
liser les équipes et candidats à ces lité de terrain, constate Alexandre dules courts voient pourtant le trage des directions des ressour­
questions de bien­être. Aujour­ Pachulski : « On leur apprend jour, comme celui de la Fabrique ces humaines sur leur vrai cœur
d’hui, un «écart énorme» persiste d’abord à être des administrateurs Spinoza, aussi à l’origine de de métier ?
entre le contenu des formations du personnel qui connaissent le l’UBAT ou la master class de Lau­ camille thomine

PORTRAIT

Sophie Magnillat souhaite la rencontrer. Après avoir parlé de d’architectes pour repenser le restaurant
tout et de rien, le directeur général du leader d’entreprise, les employés se plaignant
de l’homéopathie lui demande si elle lui fait de la salle à manger, trop bruyante. Elle
Chief Happiness Officer confiance. « J’ai dit oui. C’est à ce moment développe aussi un espace paysager en plein
chez Boiron qu’il m’a parlé du poste de maîtresse de mai­ site industriel, pour que les salariés puissent
son – c’est ainsi qu’on appelle le Chief Happi­ se promener et souffler. « Tous les matins,
ness Officer (CHO, manageur du bonheur) mes assistantes préparent toutes les salles de
DR

chez Boiron. Il m’a expliqué qu’il s’agissait réunion, vérifient que le matériel fonctionne,
« C’est un poste de contribuer au bien­être des salariés, pour que les chaises sont en place, et préparent des
qui se construit autour qu’ils se sentent comme à la maison. C’est pauses accueil avec des corbeilles de fruits
d’un profil » tout. Je n’ai pas vraiment compris, mais je lui frais, du thé et du café. »
ai fait confiance. » Le CHO est aussi une courroie de transmis­
Trop polyvalente : c’est l’avis des différents Le premier jour de travail, Sophie Magnillat sion des informations afin de créer du lien
chasseurs de têtes et cabinets de recrute­ va à la rencontre des 800 employés tra­ dans une grande entreprise où les employés
ment auxquels s’adresse Sophie Magnillat. vaillant sur un des sites des laboratoires ne se rencontrent pas tous les jours. « On
A 29 ans, la jeune diplômée d’école de Boiron. « Je devais leur expliquer ce que j’al­ organise des événements, parfois à l’initiative
commerce cumule en effet des expériences lais faire, sans trop savoir de quoi il s’agissait, des salariés. En 2016, des employés qui
variées. Spécialisée en logisitique mais aussi mais je me suis rendu compte que le poste avaient monté un groupe de musique ont
en finance, elle a travaillé aussi bien dans était déjà très connu dans l’entreprise ». proposé de jouer pendant la Fête de la musi­
le transport maritime que pour une petite Christian Boiron l’a en effet mis en place que. On a organisé un événement avec l’aide
ONG. « Je ne comprenais pas cette remarque. en 1984, après un séjour au Club Med, de tous les services, avec un barbecue géant
Pour moi la polyvalence et la capacité d’adap­ inspiré par les maîtresses de maison qui dehors, 450 personnes sont venues. »
tation sont des qualités », explique celle accueillent les vacanciers lors de leur En janvier, Sophie Magnillat a participé à la
qui décide alors de lister les entreprises qui arrivée, les aiguillent vers les activités première conférence réunissant les CHO
correspondent à ses valeurs pour envoyer et font en sorte qu’ils se parlent. français. D’une entreprise à l’autre, les pro­
des candidatures spontanées. Une démarche fils sont très différents. « Déjà, l’intitulé
qui a séduit les laboratoires Boiron. Tâches variées même du poste varie d’entreprise en entre­
Le directeur logistique monde reçoit la « On dit que le CHO est une tendance née prise. Et tout le monde n’a pas la même his­
jeune fille, alors même qu’il n’a pas de poste dans la Silicon Valley. C’est faux ! Souvent on toire. Je suis sceptique quant aux formations
à pourvoir. « J’ai quand même passé le croit qu’il ne s’agit que d’organiser des after qui se développent autour de ce métier. Il faut
processus de recrutement, jusqu’à rencontrer works, mais ce poste, c’est beaucoup plus que certes avoir de bonnes qualités relationnelles,
le responsable des ressources humaines. ça. Ma mission, c’est faire en sorte que l’entre­ être souriants, flexibles, disponibles et à
J’ai été surprise, il m’a moins questionnée prise soit plus humaine, créer un environne­ l’écoute. Mais au fond, il n’y a pas de CHO
sur mes compétences que sur ma personne. » ment de travail où le salarié se sent bien. » type. C’est un poste qui se construit autour
Sophie Magnillat est encore plus étonnée Au quotidien, les tâches sont variées : d’un profil, et pas l’inverse. »
lorsqu’elle apprend que Christian Boiron Sophie Magnillat travaille avec un cabinet margherita nasi

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 49
management

La philosophe Mathilde Ramadier
s’appuie sur ses diverses expériences
pour dénoncer les fausses promesses
du travail en mode smiley. Entretien

« La coolitude des start­up masque
une grande précarité »
Mathilde Rama­ tutoiement, «gamification» upsphère», mais tous se jugeaient Paris. Les patrons ont compris les
dier est auteure des objectifs, «team bonding» mal payés, précaires. J’ai aussi éplu­ avantages en termes d’accultura­
de BD, traduc­ à tout­va…
trice, diplômée ché les offres d’emploi, notam­ tion. Mais cette vie en vase clos est
d’un master de Cette coolitude masque une ment sur Startup­only: la rémuné­ très inquiétante!
philosophie à grande précarité. A la fois sociale, ration n’est jamais indiquée, il y a A tout mettre sur le même plan,
l’Ecole normale avec les salaires ridicules, les quinze stages et trois contrats à du­ on gomme les limites affectives.
supérieure.
périodes d’essai à rallonge, les rée déterminée (CDD) sur vingt an­ J’ai eu la chance de publier des li­
DR

D
heures supplémentaires jamais nonces et on demande aux candi­ vres en plus de mon activité dans
e son expérience des comptées et l’instabilité des boî­ dats des choses aussi étranges des start­up; ça m’a sauvée. Mais
start­up berlinoises, tes dont on ne sait jamais ce qu’el­ qu’être des «concours killer». pour ceux dont c’était l’activité
Mathilde Ramadier, les vont devenir. Et intellectuelle
auteure de Bienvenue aussi: on nous vend de la créati­
dans un nouveau vité, de la disruption et on se re­ « JE VOULAIS ALERTER SUR LE MALENTENDU
monde (éd. Premier Parallèle, trouve à faire toujours la même QUI ENTOURE LES START­UP : MONTRER
2017). a rapporté un récit causti­ chose, sans possibilité d’initiative. QUE CE N’EST PAS QU’UNE AFFAIRE DE SUCCÈS
que où la novlangue et les smi­ En communication et marke­ ET DE PDG MÉDIATISÉS. DERRIÈRE
leys dissimulent surveillance, ting, le niveau master est systé­
IL Y A DES PETITES MAINS, PARFOIS
précarité et concurrence impi­ matiquement exigé; il faut maî­
toyable. triser plusieurs langues, justifier
TRÈS DÉPRIMÉES »
d’expériences, voire de publica­
Quel est le point de départ tions. Au final, j’aurais pu faire ces Certes les mini­jobs allemands principale, l’effet était désastreux!
de cette mise en garde? jobs à 18 ans et je ne me suis ja­ n’existent pas ici mais on retrouve J’ai vu des doctorants, des quadri­
Mathilde Ramadier. Avec tou­ mais autant ennuyée! les stages déguisés en emplois lingues, des gens venus exprès de
tes les expériences vécues dans Quant au salaire, la start­up (stages?), les CDD à répétition, les l’étranger pour le job qui finis­
une douzaine de start­up, c’était nommée «The Base» dans le livre statuts d’autoentrepreneurs non saient par douter d’eux­mêmes,
impossible de me taire. Pendant me payait 960 euros par mois annoncés… Souvent, il faut aussi de leurs compétences, de leurs
quatre ans, je suis allée d’une pré­ pour un quatre­cinquième. Pen­ apporter son propre matériel : formations… Ce gâchis de talents
carité à une autre… Je voulais aler­ dant ce temps, l’un de mes amis l’ordinateur portable – parfois un m’a fait beaucoup de peine.
ter sur le malentendu qui entoure au même poste de community Mac est exigé – ou l’uniforme,
les start­up: montrer que ce n’est manager gagnait 5500 euros dans comme les livreurs de Deliveroo Comment expliquer que
pas qu’une affaire de succès et de une start­up londonienne… qui louent leurs vêtements siglés. tant de jeunes diplômés soient
PDG médiatisés. Derrière il y a des très attirés par les start­up?
petites mains, parfois très dépri­ Cela signifie­t­il que Vous dénoncez l’effacement C’est un mal d’époque. On est
mées. Aujourd’hui, j’ai digéré ma cette précarité concerne de la frontière public­privé tellement malmenés par la crise
colère mais je voudrais libérer surtout l’Allemagne, et la fascination des start­up que, à la moindre lueur, on se pré­
lieu de vos expériences? pour les nouvelles technologies
une parole, engager le dialogue, cipite tous. Il y a sans doute de la
qui conduisent à une
voire la création d’un think Malheureusement non. La plu­ déshumanisation du travail… naïveté. Mais aussi un manque de
tank, pour qu’on enlève enfin les part des boîtes où je travaillais confiance et une part de cynisme:
lunettes roses. avaient des antennes à Paris. Pour Une idée venue de la Silicon Val­ on se dit que ça pourrait être pire
le livre, j’ai récolté des témoignages ley se répand selon laquelle tu ailleurs ou que, quitte à en baver
Le premier trompe­l’œil, de Français, de Belges, d’Italiens… peux tout faire sur place: laver ton dans le travail, on préfère au
selon vous, c’est la «culture Certains appréciaient le dyna­ linge, manger et bientôt dormir, moins boire des bières gratuites.
du cool» des start­up: misme d’embauche de la «start­ comme le proposera la Station F, à camille thomine

50 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Des éditeurs s’engagent
auprès des étudiants ! Jusqu’à

Les fondateurs : Alternatives économiques, Courrier International, Sciences Humaines, Vocable
- 77%
de remise
N° 75 Mars 2016 M 07656 - 75 - F: 6,50 E - RD HISTOIRE | POÉSIE | CHIMIE | ÉDUC ATION | BOTA N IQU E | THÉ ÂTR

Cerveau & Psycho
1936 Les 80 ans 3’:HIKRQF=[U[ZU\:?a@a@h@p@k";
du Front populaire NOUVELLE
LE CERVEAU FORMULE n°1
Mai 2016 | N° 357 | 5,50 €
ALTRUISTE
PAR MATTHIEU RICARD

CHÔMAGE, STRESS, PRÉCARITÉ Au travail, à l’école… Testez
votre
Louis Gallois
Un grand patron
engagé
Mémoire
Le prodigieux
mécanisme
Shakespear
Le dramaturge
en 12 répliques

POURQUOI APPRENDRE À SE
concentration dans l’insertion du cerveau mémorables
MENER TRAVAILLER ADULTES &
UNE VIE MOINS POUR c h aq u e s e m a i n e , u n e q u e s t i o n d ’a c t u a l i t é , plusieurs regards
ENFANTS

CONCENTRER
TRAVAILLER
DÉCENTE TOUS Ce qui est créé par

Belgique/Luxembourg/Portugal : 2,90 € – Suisse : 4,2 CHF – Canada : 4,99 CAD – USA : 4,99 USD – Maroc : 30 MAD – Royaume-Uni : 2,60 GBP – Tunisie : 3,90 TND – DOM : 2,90 € – TOM : 400 XPF
IL FAUT REDUIRE

& CIVILISATIONS
QUI
l’esprit est plus vivant

2 2 6 5 - 7 3 7 1
que la matière
BAUDELAIRE

LE TEMPS CHOISIT
N° 14

PARTAGER COMMENT DANS LA TÊTE DES
FÉVRIE

& CIVILISATIONS

I S S N
LE TEMPS RÉINVENTER PILOTES D’AVION
DE TRAVAIL LE TRAVAIL ? POUR ÉVITER

DE TRAVAIL


L’INFO?
AVENIR DE LA L’ERREUR HUMAINE

1 5 ¤
DÉMOCRATIE
INFOGRAPHIE LA CONQUÊTE
Chaque photo a son histoire
NICOLAS HULOT


SAMEDI 9 AVRIL 2016
MENSUEL N° 96
MODÈLE SOCIAL
72E ANNÉE - NO 3518
WWW.LEMONDE.FR ―
Février 2016

DE L’OUEST
LES GRANDES ÉTAPES VERTE CAMPAGNE
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY

2 0 1 6
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

REPORTAGE
DU DÉVELOPPEMENT isie : 7 TND – Zone CFA Bateau : 4 000 XAF – Zone CFP Avion : 1 600 XPF ; Bateau : 650 XPF.
ENQUÊTE ARCHÉOLOGIE
ÊTRE UNE FEMME D’OÙ VIENT LE GOÛT VOYAGE DANS LES TÉMOIGNAGE

150 PERSONNALITÉS S’ENGAGENT CÉRÉBRAL PARENTS

A V R I L
EN ARABIE SAOUDITE LesDEjournalistes
NOS ALIMENTS ? sontENTRAILLES DE LONDRES DE DJIHADISTES
BORDERLINE LE MYTHE QUI
MUHAMMAD

ALI
34
SAMEDI 9 AVRIL 2016

tombés de leur piédestal. SALGADO
72E ANNÉE - NO 3518
Migrants
DES ÉMOTIONS
WWW.LEMONDE.FR ―
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY

FONDA L’AMÉRIQUE
Premiers
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO
Afrique CFA 1 400 F CFA, Antilles-Guyane 2,50 €, Australie 4,30 $ AUS, Canada 3,25 $ CAN, Danemark 20 KRD, Etats-Unis 3,80 $US, Grèce 2,50 €, Hongrie 770 HUF, Japon 330 JPY, Portugal cont. 2,50 €, Réunion 2,50 €, TOM 400 CFP, Tunisie 2,90 DT
MON TOUR DE FRANCE
PANAMA PAPERS HORS DE CONTRÔLE Qui raconte le monde

T R I M E S T R I E L
refoulements
vers la Turquie PAR WILLIAM POLK’ART
N°97

L I R E PAG E 6
aujourd’hui ? Les KLEIN VOYAGE AU PAYS

mercredi 9 mars 2016 - France 2,80 €
ENFANT TURBULENT

L’ARGENT CACHÉ
Entretien D’ARAKI
LE NORMAL réseaux sociaux, les
LE DENTISTE DE? Les
L’HORREUR
+ Economie
Daniel ÉGYPTOLOGIE DÉMOGRAPHIE ÉTHOLOGIE DISTINGUER
Les 2 Corées Vis ma vie avec Chimie Jeux de société Botanique Écriture Bourgogne Baudelaire
Cohn­Bendit:
Un chemin d’étoiles Six milliards Vivre connecté, un DU PATHOLOGIQUE sondages sites Web un bracelet JÉRUSALEM Quand les molécules Échecs, jeu des Voyage au cœur L’ère de l’Homo Les 9 dates Un poète da
’:HIKMLC=ZUZZU[:?k@d@f@h@q"

Comprendre L’EXERCICE
bientôt réunies?
M 02125 - 357S - F: 5,50 E - RD

«La primaire éveillent nos sens rois, roi des jeux de l’arbre numericus importantes l’enfer urbai
150 patients charcutés
à gauche n’est plus
PÉDAGOGIQUE pour les défunts d’Africains en 2100 ? atout pour l’animal ! animés
dans le par de puissants électronique P.32 CONTRE ROME
métropolitaine

possible» Morvan P.54
l’affaire des La France va-t-elle REPORTAGE À LA FRONTIÈRE P.60

CHEFS D’ÉTAT
métropolitaine

Dynamique des aires
L I R E PAG E 7
MASSADA
continentales
Economie: l’Asie algorithmes ou les LA RÉSISTANCE ULTIME
w w w.lelepha nt-larev ue.f r

« PANAMA PAPERS » vraiment mieux ?
France

Mumbai modernité,
Ces: modèles
groupes de presse aux
France

D : 9,3 €, BEL : 7.9 €, CAN : 11,2 $ CAD, DOM/S : 7,7 €, LUX : 7,9 €,

DES
MAR : 84 MAD, TOM : 1 100 XPF, PORT.CONT. : 7,7 €, TUN : 7,3 TND, CH : 13 CHF
de niche qui
inégalités
bousculent ISSN 0247-3739
mains des industriels ? L’HÉRITAGE
BEL : 5.20 € – CH : 9,50 CHF - CAN : 7,50 CAD – D : 7 € - ESP : 6.50 € - GR : 6.50 € - ITA : 6.50 € – LUX : 5.20 € – PORT.CONT. : 6.50 € – DOM : Avion : 7.5 € ; Surface : 5.20 € - Maroc : 65 DH – Tunisie

ISSN 0247-3739
l’hôtellerie
Belgique/Luxembourg 6,20 € Allemagne/Espagne/Italie/Grèce/Portugal (cont) 6,70 € Suisse 8,90 CHF DOM/A 6,50 € Maroc 67 MAD LZone CFAE48900 CFA Canada 10 CAD

Les réponses du 1. CATHARE
I R E PAG

▶ L’enquête mondiale sur les sociétés­écrans du Panama implique plus de 140 personnalités

+
Salaire
Allemagne, DE L’HÉRÉSIE
Etats­Unis, LE REGARD D’UMBERTO ECO QUINZOMADAIRE EN LIBERTÉ LE GRAND ENTRETIEN
À L’OCCULTISME
Royaume­Uni…
le smic a la cote
« Ce ne sont pas les informations qui font
le journal, mais le journal qui fait l’informa-
HORS-SÉRIE XL ÉRIC
SCHERER
tion. Et savoir rassembler quatre nouvelles PREMIÈRE GUERRE
Hanouna NÉFERTARI
L I R E PAG E 9

différentes signifie en proposer au lecteur une JOURNALISTE
Reportage
cinquième. Voici un quotidien d’avant-hier, MONDIALE
POUTINE ASSAD BOUTEFLIKA MOHAMMED VI GUNNLAUGSSON
A Roquetas,
ville d’Espagne sur la même page on lit : Milan, elle jette son « Les algorithmes
la grosse ÉPOUSE DE RAMSÈS II
«La banque L’offshore Le scandale Son yacht, Le premier où la loterie fils nouveau-né dans les WC ; Pescara, la mort
sont de véritablessur ET FEMME DE POUVOIR
des copains» pour de la son hôtel, ministre et son a semé la zizanie de Davide, son frère n’y est pour rien ; Amalfi, enquête
R boîtes noires dont
DOSSIE
au cœur contourner compagnie ses sociétés gouvernement il accuse d’escroquerie la psychologue à qui il

personnele necaïd de NEWTON
OÙ VA LA POPULATION
L I R E PAG E 1 0
DU 21 AU 27 MAI 2016
Nº 3462
CPPAP Nº 0616C80864
CH 5,20 FS | MAR 41 MAD
BEL, LUX 3,40 € | DOM 5,30 €
HEBDOMADAIRE | FR 2,80 €
MERCREDI 18 MAI 2016

avait confié sa fille anorexique ; Buscate, après
H
du pillage
D
de E MAIN,
la Russie
les sanctions
L E C O D E→ L I RD
pétrolière
UE 4 T R A→VL I RA IL
aux îles Vierges tremblent
HOR
enS LA LOI
Islande ? – Enquête
page 16 quatorze années, le jeune de quinze ans qui connaît H
la télé P.24
→ L I R E PAG E 3 E PAG E PAG E4
Le combat du site avait tué un enfant de huit ans sort de la mai-
Les Illuminati SCIENTIFIQUE
→ L I R E PAG E 3 → L I R E PAG E 4
Sci­Hub pour son de correction et un gros titre : “Société le fonctionnement, ET ALCHIMISTE
un libre accès
dominent le monde !

Ondes
NIETZSCHE Enfants Violence”. […] Avec cette page, que
qui non seulement

MONDIALE ?
au savoir
CONTRE voulait nous dire le journal ? Peut-être rien
L I R E PAG E 1 1
FOUCAULT d’intentionnel, un rédacteur paresseux s’est
trient, mais Réflexions sur une
retrouvé avec quatre dépêches d’agence sous
choisissent et théorie du complot

39€
PRIX UNIQUE
PAR JACQUES BOUVERESSE
les yeux, et il a trouvé utile de les regrou-
DÉCHÉANCE : actuellement
De la critique
Page 21. per, parce que ça faisait plus d’effet. Mais en

Peuplement,
UN DÉSASTRE vérité, le journal nous transmet une idée, un en kiosque distribuent Michael Walzer
POLITIQUE

ALASKA
MAJEUR
5,40 € - Mensuel - 28 pages à la reconquête beaucoup plus sévère car, au terme de ce voquant la démission de Christiane
calamiteux feuilleton, M. Hollande laisse Taubira, la garde des sceaux –, et il a réussi à
N° 744 - 63 e année. Mars 2016
signal d’alarme, un avertissement… »
Numéro zéro © Éditions Grasset & Fasquelle, 2015, l’information. » « La tolérance doit être 5,
pour la traduction de Jean-Noël Schifano pages 5-6
un idéal enthousiasmant »
un champ de ruines. indisposer jusqu’à ses propres fidèles. A

Le temps des colèresmigrations,
D OSSIER IN DE CYCLE :F Sur laPOUR LA SOCIAL
décision elle­même, on ne peut queDÉMOCRATIE -
treize mois de l’élection présidentielle,
se réjouir d’un tel abandon. Venue de l’ex­ M. Hollande aura bien du mal à recoudre les
ÂILLONNER LA GAUCHE B

Israël à l’heure
trême droite et d’une partie de la droite, la mailles d’un filet qu’il a lui­même déchiré.
déchéance de nationalité était une très Le président est aujourd’hui atteint dans
D

gravitationnelles
Faut-il se marier
mauvaise idée. Elle contrevenait grave­ sa crédibilité, sa fonction et son image. A

SIXTIES PARODIES
ment aux valeurs humanistes de la Répu­ cet égard, l’enquête du Centre de recher­
U
de l’Inquisition
urbanisation
SAUVAGE
blique et son efficacité dans la lutte contre ches politiques de Sciences Po (Cevipof)
le terrorisme était comparable à celle d’un réalisée, en collaboration avec Le Monde,
sabre en bois. On s’interrogera longtemps par Ipsos­Sopra Steria, est ravageuse pour avec soi-même ? par Matt Henry
P
FR 3,90€ - BE/LUX 4,50€ - IT/ESP/PORT CONT 4,90€ - DE 5,50€ - SUISSE 6,30CHF - CANADA 7CAD - DOM 5.10€ - UK 3£

3’:HIKOKC=UUZWUZ:?a@b@t@h@k;"

sur les raisons qui ont pu amener l’ancien le chef de l’Etat. Dans toutes les hypothèses,
M
premier secrétaire du Parti socialiste à re­ qu’il soit face à Nicolas Sarkozy, à Alain
Par Slavoj Žižek
J’ UN ÉTÉ AMÉRICAIN
courir à une telle « arme ». « Nous avons Juppé ou même à François Fillon, M. Hol­
M 04020 - 197 - F: 5,20 E - RD

ai décidé de clore le débat constitu­ raté cette réforme», a reconnu Manuel Valls lande serait dans l’incapacité de se qualifier Un projet de loi approuvé par M. Benyamin Netanyahou

25 GRANDS TITRESISABELLE
DE PRESSE
tionnel. » En huit mots, prononcés en mettant en avant, jeudi 31 mars, «des er­ pour le second tour. Dans le meilleur desentend imposer de nouvelles exigences de transparence aux
mercredi 30 mars, François Hol­ reurs de méthode ». Le premier ministre a cas, il est crédité d’un faible 16 % au premier
lande a signé la fin de ce qui restera incriminé la droite sénatoriale, qui a sa part tour. Plus inquiétant encore, c’est au cœurassociations israéliennes. Ce texte qui vise à pénaliser les
comme le pire fiasco de son quinquennat. de responsabilité, et «une partie de la gau­ même de son électorat qu’il enregistre la organisations opposées à la politique du gouvernement
Quatre mois et demi après avoir annoncé che». Il est arrivé à de nombreux gouverne­ chute la plus forte des intentions de vote : s’inscrit dans le climat délétère d’une chasse aux sorcières
Goethe
solennellement devant le Parlement ments, de droite comme de gauche, de seuls 45 % de ceux qui ont voté pour lui au
réuni en Congrès, le 16 novembre 2015, rater une réforme. Mais, en l’espèce, les premier tour de 2012 envisagent de faire de
orchestrée par les partis favorables à la colonisation. et la vie des sentiments
VERY BAD TRUMP
EXPÉDITION AU PAYS DES LOUPS
dans Voyage en Italie
son intention d’inscrire dans la Constitu­ dégâts sont considérables. même en 2017 s’il est confronté à

Goethe
Préface

par Mark Peterson
n°96 supplément offert Jacques Darriulat

tion la déchéance de nationalité pour les M. Hollande s’est piégé lui­même. Sur la M. Sarkozy. Cela donne une idée de l’am­
PAR CHARLES ENDERLIN *

P • La dernière preuve de la THÉORIE D’EINSTEIN
WWW.YVESVELTER.COM

terroristes binationaux, le président de la déchéance de nationalité, il a fait voler en pleur des dégâts provoqués par la dé­
République est obligé de reculer en rase éclats la fragile unité nationale qui s’était es­ chéance de nationalité puis par la loi Par Jacques Darriulat
© Ne peut être vendu séparément. Illustration : Séverine Scaglia pour PM ; image-droits d’inspiration : © akg-images.

campagne. Après Georges Pompidou qui, quissée au lendemain des attentats du El Khomri. M. Hollande aime l’image de
en 1973, n’avait pu aller au bout d’une 13 novembre2015. Sans jamais se livrer de­ Sisyphe sans cesse obligé de remonter son AS une semaine ne passe sans que de guerre», perpétrées à la fois par Israël et Fritz Breithaupt
retour sur et la vie des sentiments
révision constitutionnelle visant à intro­ vant l’opinion à la moindre pédagogie, il a rocher en haut de la montagne. laMais droite et l’extrême droite israéliennes et par les groupes armés palestiniens (1).

• Les TROUS NOIRS comme on ne les a jamais vus
duire le quinquennat, il est le deuxième fini par tout rater. Il a déchiré sa majorité, aujourd’hui, c’est le rocher qui a la taille prétendent
de débusquer de nouveaux
président de la Ve République à subir une
YVES VELTER. – «mis
Gazeen
of ébullition un PSdeausolitude),
bord de l’implo­ la montagne. p traîtres. Organisations non gouverne- Le 8 février dernier, par 50 voix pour

les huit années
(ONG) deCHEZ
gaucheVOTRE MARCHAND
et 43 contreDE(surJOURNAUX
Solitude » (Regard 2010
telle humiliation. Mais le camouflet est sion, troublé nombre de ses ministres – pro­ (Vendredi 1ermentales
avril.) qualifiées 120 députés), le Parle-

À PRIX UNIQUE ETHUPPERT
IMBATTABLE !
de « taupes financées par l’étranger » ment israélien a adopté en première lec-
Sur fond de crise économique persistante dans la plupart des pays collaborant avec l’« ennemi palesti- ture un projet de loi sur la « transpa-

qui devaient
occidentaux, l’émergence de nouvelles forces3,25
contestataires
$ CAN, Danemarktémoigne d’une3,80 $US, Grèce 2,50 €, Hongrie 770 HUF,
nienJapon
» ; écrivains, artistes, cont.
personnalités
2,50 €, Réunionrence
2,50 €,»TOM
des 400
ONG.CFP, Porté
Tunisiepar laDT
ministre

• Une RÉVOLUTION pour l’astronomie
Afrique CFA 1 400 F CFA, Antilles-Guyane 2,50 €, Australie 4,30 $ AUS, Canada 20 KRD, Etats-Unis 330 JPY, Portugal 2,90

n° 728 | |
grande impatience politique. Elle se transforme souvent en colère. La gauche
|
MAI-JUIN 2016 BIMESTRIEL France : 10 € - Dom-Tom : 11 € - Étranger
gouvernementale constitue dorénavant une de ses cibles principales.
politiques : sur le Web, tous ont droit
au shaming,: 12c’est-à-dire
€ aux intimida-
de la justice Ayelet Shaked, affiliée au
Foyer juif, partisan de la colonisation,

changer le monde
tions et aux humiliations, souvent ce texte oblige toute association recevant

39€
PRIX UNIQUE
accompagnées d’insultes racistes et de des subventions d’un gouvernement

l’abonnement
PAR SERGE HALIMI

L
menaces. En raison de leur opposition étranger à mentionner l’identité de ses

L
à l’occupation des territoires palesti- donateurs dans ses rapports publics et

’IMPOPULARITÉ persistante des dirigeants socialistes fran-
TERRITOIRES
nouvelles technologies (lire l’article de Thomas Frank page 18).
niens, ou seulement parce qu’ils défen-
dent la démocratie.
lors de ses contacts avec des organismes
et des officiels israéliens. Faute de quoi
(mais qui ne l’ont pas changé) P.36
ça
3’:HIKMQI=\U[ZU[:?k@o@g@c@g";

Régions urbaines,
çais ne relève pas d’une exception nationale qu’on pourrait
imputer à de mauvais chiffres de l’emploi ou au reniement Préférer la mobilité
Des campus américains aux banlieues de Londres en passant
par les municipalités de Madrid et de Barcelone, cette gauche Même le président du pays, M. Reu-
elle devra s’acquitter d’une amende de

Les nouvelles
29 200 shekels (6 800 euros). S’il
SOCIETY N°26 - MARS 2016

M 04887 - 26 - F: 3,90 E
im

« ELLE »
M 02687 - 462S - F: 6,50 E - RD

méthodique des principaux idéaux de la gauche. L’épuisement décomplexée dispose dorénavant de relais politiques. Et elle ven Rivlin, a été victime d’une telle concerne nombre d’associations de
régions rurales ou la proximité ? OBÉSITÉ, DIABÈTE, DÉPRESSION, CANCER
d’u

3’:HIKOSI=\UX^UX:?k@k@c@g@a";
d’un cycle idéologique incarné il y a vingt ans par la « troisième ose parfois désigner ses ennemis : la mainmise du capital sur campagne en décembre 2015. Il a eu le gauche et de défense des droits humains
voie » de MM. William Clinton, Anthony Blair, Felipe González, les moyens de production (lire l’article de Frédéric Lordon malheur de prendre la parole à la confé-
logiques
qui bénéficient des financements de
vo
Do

QUAND LES HORLOGESVA FAIRE SENSATION
Dominique Strauss-Kahn, Gerhard Schröder s’observe aussi page 17), le pouvoir des médias, la surpuissance de la finance. rence organisée à New York par le quo- gouvernements européens ou nord-amé- au
migratoires
1 Île-de-France
aux Etats-Unis et dans la
2 Provence-Alpes-Côte plupart des pays européens.
d’Azur Bien sûr, les rebelles ne sont encore qu’une volée d’hirondelles tidien de gauche Haaretz alors que des ricains, ce projet de loi ne s’applique DU 4 AU 17 MARS
France métropolitaine
3 Rhône-Alpes
en hiver. Mais, à une époque où la droite extrême occupe souvent représentants de Breaking the Silence pas à celles qui reçoivent des finance-
Cette déroute4 Nord-Pas-de-Calais
d’un social-libéralisme longtemps triomphant le rôle de dépositaire de toutes les colères, ce rayon d’espérance se trouvaient dans la salle. Cette asso- ments étrangers privés, telles les orga-
ne profite plus
à droite. Elle s’accompagne
5 Alsace
exclusivement à des forces situées encore plus
6 Languedoc-Roussillon
7 Haute-Normandie depuis peu de la renaissance d’un
pourrait bien lui disputer les saisons qui viennent. ciation de militaires démobilisés qui
témoignent sur leur service dans les ter- en Amérique
nisations de droite qui contribuent au
développement de la colonisation. Cri-
ne
àd

À CANNES
co

BIOLOGIQUES SE DÉRÈGLENT
du Sud
8 Aquitaine
courant contestataire 9 Pays dedont
la Loireon prétendait les idées dépassées, ritoires occupés est en effet accusée de tiqué par l’Union européenne et par les arc
archaïques, balayées par la mondialisation, la flexibilité, les
1O Midi-Pyrénées
11 Champagne-Ardenne
(Lire la suite page 20 et notre dossier pages 17 à 20.) porter atteinte à l’image d’Israël et de Etats-Unis, ce vote est intervenu dans
12 Centre-Val de Loire son armée. Elle a également été mise en un contexte marqué par un climat de
13 Bretagne
14 Limousin cause pour avoir fourni des éléments de défiance à l’égard d’une partie de la
15 Auvergne preuve à la commission d’enquête de société civile, et surtout par l’affirmation
16 Lorraine
17 Picardie l’Organisation des Nations unies (ONU) du projet politique du premier ministre
18 Corse sur la guerre à Gaza durant l’été 2014. Benyamin Netanyahou.
P RÈS20 Franche-Comté ’
D UN MILLION ET DEMI DE CONTRATS POUBELLE
19 Bourgogne
« - » Le gouvernement israélien avait refusé
de collaborer avec cette instance, dont (Lire la suite page 22.)

Le carburant social SUPPLÉMENT À renvoyer complété et accompagné de votre règlement, sous enveloppe non affranchie à :
le rapport a fait état de violations sus-

BULLETIN D’ABONNEMENT ÉTUDIANT
ceptibles d’être qualifiées de « crimes
(1) « Report of the independent commission of
* Journaliste. Auteur notamment d’Au nom du inquiry on the 2014 Gaza conflict », Haut-Commis-
temple. Israël et l’irrésistible ascension du messia- sariat des Nations unies aux droits de l’homme,

de la droite polonaise FORMATIONS :
nisme juif (1967-2013), Seuil, Paris, 2013. www.ohchr.org

Vainqueur des élections d’octobre 2015, le parti conservateur
       
     MÉTIERS RUE DES ETUDIANTS - LIBRE RÉPONSE 80402 - 21809 QUETIGNY CEDEX
MCAMP16
MCAMP17
polonais Droit et justice (PiS) multiplie les démonstrations

DU CINÉMA,
d’autoritarisme. La Commission européenne a lancé en janvier
une « procédure de sauvegarde de l’Etat de droit ».

PAR NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL
COCHEZ LE OU LES ABONNEMENTS
DU THÉÂTRE QUE VOUS CHOISISSEZ TOTAL DE MA COMMANDE
A
CÉDRIC GOUVERNEUR *

LA PERMANENCE Solidarność de la mine Pokąj
(«paix»), à Ruda Sląska, en Silésie, M. Adam Kalabis,
46 ans, physique de catcheur et cheveux ras, nous
propose un thé. Ses énormes pognes sont encore un
« J’espère ne pas finir comme mon père : retraité à
45 ans, décédé un an plus tard.» La retraite, M. Kalabis,
lui, n’est pas près de la voir: «Dans son calcul, le gouver-
nement précédent a invalidé les jours de congé maladie
ET DU CIRQUE
Alternatives Economiques | Mensuel | 11 nos + L’économie de A à Z 1 abonnement > 39 € 2 abonnements > 69 € 3 abonnements > 99 €
peu noires de charbon : voilà une demi-heure, il se et ceux où je donnais mon sang.» Certains mineurs ont
trouvait encore à huit cents mètres sous terre. «Ici, il y pris l’habitude de donner leur sang afin de se voir

l’abonnement
a quatre mille salariés, dont une moitié de mineurs, octroyer une journée de repos... « Les libéraux ont même

+ accès illimité à Alternatives Economiques Education autre (30 € par abonnement supplémentaire), soit abonnements > total €
détaille-t-il. J’y travaille depuis l’âge de 18 ans. J’ai cessé d’inclure les années passées sous les drapeaux
commencé par porter des sacs de charbon. Là, je suis des gars qui avaient fait leur service militaire du temps
à la maintenance.» Ce géant se dit «usé par la mine» : des communistes!»
* Journaliste. (Lire la suite page 8.)

H S O M M A I R E C O M P L E T E N PA G E 2 8

Beaux Arts magazine | Mensuel | 15 nos
 

Nom Prénom
Cercle Psy | Trimestriel | 8 nos
Adresse (France métropolitaine seulement)
Cerveau & Psycho | Mensuel | 10 nos
Courrier international | Hebdomadaire | 30 n os

Grande Galerie | Trimestriel | 8 nos Code Postal Ville
Histoire & Civilisations | Mensuel | 11 nos
E-mail
L’éléphant | Trimestriel | 3 nos
J’accepte de recevoir des offres de Rue des Etudiants
L’Obs | Hebdomadaire | 26 nos
J’accepte de recevoir des offres des partenaires de Rue des Etudiants
La Revue des Deux Mondes | Mensuel | 6 n os

Le Monde Sélection Hebdomadaire | Hebdomadaire | 39 nos Téléphone
Le Monde diplomatique | Mensuel | 9 nos
Je règle la somme de 39 € 69 € 99 € autre montant € par :
Le 1 | Hebdomadaire | 39 nos
Les Inrockuptibles | Hebdomadaire | 26 nos Chèque à l’ordre de Rue des Etudiants Carte bancaire
National Geographic | Mensuel | 10 nos

Philosophie magazine | Mensuel | 10 nos
Date d’expiration Cryptogramme (Les 3 derniers chiffres au dos de votre carte.)
Polka | Trimestriel | 10 nos
Population & Avenir | Bimestriel | 7 nos
Date et signature obligatoires :
Pour la Science | Mensuel | 10 nos
Sciences et Avenir | Mensuel | 12 nos + 4 hors-séries
Sciences Humaines | Mensuel | 11 nos
Society | Quinzomadaire | 24 nos
Télérama | Hebdomadaire | 21 nos
Time | Hebdomadaire | 38 nos
Les informations susvisées que vous nous communiquez sont nécessaires au traitement de votre abonnement. Conformément à la
Vocable | Bimensuel | 21 nos + 1 hors-série
Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification
Anglais Allemand Espagnol des données vous concernant en adressant un courrier à Rue des Etudiants. Ces données pourront être cédées à des organismes
(cochez l’édition choisie) extérieurs, sauf opposition écrite de votre part à l’adresse susmentionnée.

Je suis étudiant(e) Filière Année d’étude
Offre valable jusqu’au 30 juin 2017 Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 51
management

Introduit dans l’entreprise pour améliorer
la prise de parole des manageurs, le théâtre est
devenu un outil pédagogique et une des seules
formations dont les salariés se souviennent

Le théâtre d’entreprise, ce n’est pas
du cinéma !

C
omment faire passer Ahlem, 36 ans, consultante pour à Pauline, consultante en recrute­ public va s’ennuyer. Le trac, on va
son message ? Que un cabinet de recrutement, veut ment senior, elle souhaite appren­ le conserver, l’amplifier, mais le
faut­il gérer pour apprendre à parler moins vite. dre à gérer ses émotions. rendre positif. »
maîtriser une prise Nicolas, 31 ans, employé pour Sur scène, le comédien assurant
de parole en public ? une compagnie d’assurances, la formation hoche la tête. « Le «Bonne parole»
C’est à ces questions, posées par souhaiterait, lui, réussir à gérer les trac, c’est très important. La plu­ Au cours de cette formation de
un professeur d’art dramatique, conflits en présentation : « On me part des gens aimeraient s’en dé­ deux jours, les cadres vont ap­
que doivent répondre ce matin reproche d’être trop professoral, de barrasser, pour être à l’aise. Un prendre à respirer correctement,
une petite dizaine de personnes, ne pas connaître la réalité sur le jour, j’ai rencontré quelqu’un qui gérer leurs trous de mémoire,
réunies dans un théâtre parisien. terrain. » Géraldine, ingénieure ne connaissait pas le trac, cette maîtriser leur posture. Pour par­
Le contexte est pourtant trom­ dans le secteur pétrolier, est par­ sensation lui était étrangère. Eh faire leur apprentissage, ils mon­
peur : les fauteuils rouges du fois déstabilisée dans ce milieu bien, ses discours étaient horrible­ teront sur scène et s’exhiberont
théâtre n’accueillent pas d’aspi­ très masculin. « J’ai l’impression ment ennuyeux. Il n’avait pas autour d’un exercice de convic­
rants acteurs en ce jeudi 9 février, que personne ne m’écoute, et j’ai conscience de son public. Si vous tion. La formation est assurée par
mais des cadres venus se former à peur qu’on me pose des questions faites un discours comme si vous RS Management, un organisme
l’art oratoire. que je n’ai pas préparées. » Quant entrez dans une salle de bains, le qui utilise le théâtre comme
moyen pédagogique en entre­
prise, en formant les salariés à la
Marianne et Charles débattent à la Contrescarpe prise de parole en public, la ges­
tion de conflits, du stress ou en­
Pour le débat de l’entre­deux­ pièce ironique et politique invite s’inquiétant de l’automatisation core des personnalités et des
tours, avant le duel décisif, le monde du travail sur scène. du travail et des emplois comportements difficiles.
les candidats à la présidentielle Dette, PIB et déficit reviennent supprimés par la robotisation. Roger Sasportas a lancé RS Ma­
débattent sur un ring dans le constamment dans la bouche Charles Legrand se fait le chantre nagement en 1989. « Les stagiaires
cadre de la saugrenue émission de ces deux étonnants candidats : de l’oisiveté et propose de n’étaient pas séduits par les forma­
« Le Grand Déballage ». Déçus même dans ce futur ubuesque verser aux Français une rente tions classiques, assis dans une
par les politiques, les Français se qui voit s’affronter une femme universelle qui n’est pas salle en écoutant la bonne parole
sont tournés vers deux candidats et un humanoïde, le travail sans rappeler le revenu universel d’un expert. Le milieu manquait
inattendus que tout oppose. est au centre des débats. défendu par Benoît Hamon. d’originalité. J’ai alors voulu créer
Marianne de France, en tenue Charles Legrand souhaite ainsi Marianne de France s’insurge, une passerelle entre le monde de
rouge, est humoriste et n’a pas le supprimer. Pour ce candidat et c’est très sérieusement que l’entreprise et celui du théâtre, un
vraiment de programme, tandis virtuel doté d’une intelligence la candidate humoriste propose outil puissant, ludique, et qui solli­
que Charles Legrand, en costume artificielle, le raisonnement un retour au plein­emploi, cite la mémoire du corps. » A l’épo­
bleu, a les idées bien claires, est limpide. Les Français, qui en réhabilitant les commerces que, le concept est novateur.
et pour cause : ce candidat raison­ ne travaillent pourtant plus de proximité et l’artisanat. Près de trente ans plus tard, le
nable est en réalité un robot. que 23 heures par semaine, Accusée par son rival de racisme théâtre d’entreprise fait un tabac.
Voici les deux protagonistes continuent à trouver leurs anti­machines, cette Coluche « Avant, nous étions sollicités
de L’avenir de demain, c’est activités professionnelles trop des temps modernes compte essentiellement par de grandes en­
maintenant !, nouvelle farce de chronophages et ne rêvent que « rendre aux Français le travail treprises d’au moins 500 salariés.
la troupe du Pompon qui se joue d’une chose : baisser le temps que les machines nous ont Aujourd’hui, même les petites en­
au Théâtre de la Contrescarpe, de travail. Alors pourquoi ne pas volé ». Un slogan qui est aussi treprises nous contactent, et dans
dans le 5e arrondissement confier le travail aux machines ? en écho avec l’actualité. tous les secteurs. Huit librairies
de Paris, jusqu’au 27 juillet. Cette Exit les prédictions alarmistes m. na. en réseau viennent par exemple

52 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
la fin d’une formation technique
est facile, le théâtre d’entreprise
agit sur les comportements. Ce qui
est beaucoup plus compliqué à
évaluer. « Si, au début de la forma­
tion, le stagiaire avait un certain
comportement, est­ce qu’il l’aura
également à la fin du programme ?
J’ai envie de dire oui. Car les com­
portements prennent du temps
pour évoluer. C’est pourquoi on es­
saie d’espacer les séances. Ce que je
peux garantir en revanche, c’est que
ces formations vont marquer les
stagiaires, ils vont s’en souvenir »,
affirme M. Poissonneau.

«Arrête de faire ton Robert !»
SÉVERIN MILLET

Co.théâtre organise des specta­
cles pour les entreprises, pour
sensibiliser les salariés à certaines
thématiques, du handicap à
l’orientation sexuelle en passant
d’acheter une formation », raconte « QUAND ON S’ADRESSE À QUELQU’UN par l’illettrisme. « Les personnages
Ghislain Poissonneau. Pour le fon­ QUI A L’INTELLIGENCE DU TERRAIN, qu’on joue peuvent passer dans le
dateur de Co.théâtre, le théâtre a SI ON NE PARLE QU’À SA TÊTE, IL NE VA RIEN langage courant, dans une boîte,
quelque chose d’universel, qui RETENIR. LE THÉÂTRE S’ADRESSE AUSSI par exemple, suite à un spectacle
permet de toucher des publics les salariés se disaient “arrête de
AU CORPS ET AUX ÉMOTIONS »
variés. « Quand on s’adresse à quel­ faire ton Robert !”, du nom d’un de
qu’un qui a l’intelligence du terrain, GHISLAIN POISSONNEAU nos personnages. »
fondateur de Co.théâtre
si on ne parle qu’à sa tête, il ne va Après avoir suivi la formation
rien retenir. Le théâtre s’adresse organisée par RS Management,
aussi au corps et aux émotions. » Aurélien a dû animer une journée
possible pour rassurer les stagiai­ avoir du monde de l’entreprise. de prospection pour son cabinet
Agir sur les comportements res. Par exemple, elles ne font pas Les comédiens se documentent de recrutement devant dix person­
Mais ce n’est pas toujours facile : monter les employés sur scène alors sur le monde du travail. nes. « Je me suis senti à l’aise, je n’ai
il faut déjà savoir déjouer les réti­ dès le début de la formation, pour « Avant d’animer une formation, plus peur de me retrouver devant
cences que peuvent avoir certains ne pas les brusquer. « On évite les acteurs doivent comprendre un public nombreux », explique­
salariés face à ce type d’exercice. aussi de faire jouer deux collègues comment fonctionne une entre­ t­il. Pendant la formation, il a tra­
« Parfois, ils jouent le jeu, parfois face à face, car ils vont se titiller, et, prise. Il leur faut environ quatre à vaillé sur la tonalité de sa voix et sa
pas », explique Benjamin George, pédagogiquement, ce n’est pas in­ cinq ans. Mais on en saura toujours gestuelle corporelle, afin de rendre
de la compagnie Enchântier téressant. Face à un comédien, la moins que les salariés eux­mêmes. son discours plus percutant et
Théâtre. Le comédien évoque la situation va être beaucoup plus C’est pourquoi on évite de donner mieux capter l’attention du public.
réaction des cadres d’une entre­ réaliste et l’acteur aura un jeu pé­ des conseils, on propose plutôt un « De retour au travail, j’ai gardé
prise de l’événementiel lors d’une dagogique : s’il se trouve face à cadre de réflexion et des apports cette tonalité de voix dans mes
formation. « Je leur proposais des quelqu’un qui est très à l’aise, il va pédagogiques pour mieux avan­ échanges avec mes interlocuteurs.
exercices très simples, comme se pousser un peu plus loin dans l’ap­ cer », poursuit M. Poissonneau. Mais c’est un peu tôt pour en éva­
mettre face à face et se regarder en prentissage. Si le stagiaire, en re­ La réticence des stagiaires n’est luer l’impact », concède le jeune
silence. Le but, c’était de leur mon­ vanche, n’est pas sûr de lui, il va y pourtant pas le plus grand écueil. homme, qui attend de passer à la
trer qu’ils ne se regardent et ne aller plus doucement », explique Le plus difficile reste de convaincre prochaine étape : animer une pré­
s’écoutent pas. Ils n’y arrivaient Ghislain Poissonneau. les entreprises, qui souvent sou­ sentation de son équipe lors d’un
pas : ils bougeaient, se marraient, ils Les stagiaires peuvent aussi être haiteraient pouvoir mesurer l’im­ événement organisé pour les dix
n’affrontaient pas l’exercice. » Les sceptiques en ce qui concerne la pact de la formation. Or, si tester ans de son bureau.
compagnies font alors tout leur connaissance qu’un acteur peut les connaissances d’un stagiaire à margherita nasi

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 53
management

Des sites Internet recensent les remarques sexistes
dans les milieux professionnels, afin de relancer
le débat sur ce phénomène discriminatoire
souvent minimisé, voire occulté

« Vous êtes là juste pour faire joli ? »

J
e ne vous conseille pas liers. « La spécificité du sexisme
de vous baisser comme au travail est qu’il découle sou­
ça devant moi, on voit vent de personnes qu’on va revoir
trop bien vos formes », quotidiennement, donc que la
«Mademoiselle, je peux pression est constante et sur la
vous demander un renseignement durée, et qu’il est souvent le fruit
ou vous êtes là juste pour faire d’un supérieur hiérarchique, ce qui
joli ? », « Qui êtes­vous ? Vous ne rend difficile de le dénoncer par
ressemblez pas à un assureur. Trop peur de perdre son emploi», com­
jeune et trop jolie. Envoyez­moi au sexisme. «A cette époque, il y mente Anaïs Bourdet, qui a créé LA PREMIÈRE PLATE­
plutôt votre patron »… Voici le avait un discours selon lequel «Paye ton taf» en novembre 2016 FORME DU GENRE
genre de témoignages postés sur l’égalité était acquise. On s’est dit pour témoigner du sexisme au REMONTE À 2010,
le Tumblr «Paye ton taf». qu’il fallait créer un outil pour travail en général et qui explique QUAND LE COLLECTIF
Ce dernier s’ajoute à la dizaine montrer que non et en refaire un qu’elle avait déjà reçu plus de
OSEZ LE FÉMINISME
de sites ou pages Internet recueil­ sujet de société», se souvient Ra­ 300 témoignages quarante­huit
lant des récits allant de la remar­ phaëlle Rémy­Leleu, porte­parole heures après sa création.
CRÉE LE BLOG
que déplacée à la violence du collectif. « Ces initiatives participent à la « VIE DE MEUF »
sexuelle dans divers milieux pro­ réflexion générale sur comment
fessionnels. « Paye ta robe » (avo­ «Pression constante» utiliser le numérique pour y déve­
cats), « Chair collaboratrice » (po­ Deux ans plus tard, Anaïs Bour­ lopper des formes d’actions collec­ créé suite aux réactions suscitées
litique), « Paye ta blouse » (mi­ det lance «Paye ta shneck», sur le tives contre les violences faites par l’affaire Denis Baupin.
lieux hospitalier), « Paye ton harcèlement de rue. « J’en ai eu aux femmes », explique Aurélie De plus, «la répétition de la suc­
journal» (journalisme), «Paye ton l’idée après avoir vu le documen­ Latourès, du Centre Hubertine­ cession de témoignages valide le
plan » (architecture), « Paye ton taire de Sofie Peeters, qui a filmé en Auclert. caractère massif du sexisme au
sport», «Paye ta police»… Depuis caméra cachée les commentaires travail, rend visible un phénomène
quelques mois, ils se multiplient sexistes qu’elle récoltait en se pro­ «Paye ton ­ paye ta» occulté et minimisé et contribue
sur la Toile. menant dans les rues de Bruxelles. Un phénomène plutôt français. à le remettre au centre du débat
Dans les pays anglo­saxons, les public », ajoute Aurélie Latourès.
défenseurs des droits des fem­ Et ce d’autant plus que la créa­
« L’ANONYMAT PROTÈGE LES FEMMES, mes se sont plutôt approprié les tion de ces Tumblr a été relayée
ET LA FORME, UNE SUCCESSION DE COURTS hashtags sur les réseaux sociaux. dans les médias.
RÉCITS BRUTS, PERMET DE MONTRER Un des derniers en date, #Dress­
LE CARACTÈRE MASSIF, QUOTIDIEN LikeAWoman, dénonce par exem­ «Casser l’isolement»
ple des propos sexistes du prési­ Mais ces nouveaux outils nu­
ET MULTIFORME DU SEXISME »
dent américain Donald Trump. mériques peuvent­ils transfor­
une cofondatrice de « Chair collaboratrice » Les «Paye ton ­ paye ta», comme mer les comportements dans le
on les surnomme, ont l’avantage réel? «C’est un moyen de libérer la
de permettre de réagir anonyme­ parole, de casser l’isolement à la
La première plate­forme du J’en ai parlé avec des amies : on ment. «Nous recevons les témoi­ lecture des autres récits et de faire
genre remonte à 2010, quand le s’est rendu compte qu’aucune gnages, nous les anonymisons, et prendre conscience de l’anorma­
collectif Osez le féminisme crée le n’était épargnée. C’est là que j’ai dé­ les postons tels quels. L’anonymat lité de ces situations », souligne
blog «Vie de meuf» à la veille du cidé qu’il fallait faire quelque chose protège les femmes, et la forme, une une des cocréatrices de «Paye ta
vingt­septième anniversaire de la et de lancer ce Tumblr.» succession de courts récits bruts, blouse ». « Un premier pas pour
première loi sur l’égalité profes­ Depuis, plusieurs sites sembla­ permet de montrer le caractère ensuite être en mesure de réagir et
sionnelle entre les hommes et les bles ont été créés. Parmi eux, massif, quotidien et multiforme du d’agir pour défendre ses droits »,
femmes (loi Roudy, 1983). L’idée: beaucoup se concentrent sur des sexisme», explique une des cofon­ assure Raphaëlle Rémy­Leleu.
compiler les témoignages relatifs milieux professionnels particu­ datrices de «Chair collaboratrice», léonor lumineau

54 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
Les infos de la presse mondiale
Les avis des meilleurs experts
Vos expériences à l’étranger

Pour tout savoir
sur l’expatriation,
rejoignez-nous sur le site :

www.courrierinternational.com/expat
VOTRE PASSEPORT POUR LE MONDE
grand entretien

La jeunesse exprime d’attention à la qualité de l’enseignement.
La réussite des élèves en dépend : c’est une
évidence mais on ne s’en est pas assez pré­

une certaine défiance
occupé. La formation pédagogique a été
trop longtemps laissée à l’abandon en
France. L’affectation des professeurs, centra­
lisée et liée à l’ancienneté, est un non­sens.

par rapport à Par ailleurs, l’enseignement en France est
encore très académique, peu adapté aux
jeunes de milieux sociaux avec des déficits

la démocratie »
culturels. Il ne s’agit pas de leur fournir un
enseignement au rabais mais un peu plus
en prise avec la société réelle. Enfin, une
plus grande individualisation renforcerait

Le sociologue Olivier Galland délivre la transmission des connaissances. Les jeu­
nes n’entrent pas avec la même égalité des
son analyse sur les attitudes politiques chances dans le système scolaire, or l’école
ne les réduit absolument pas. Mais cela
à l’entrée de la vie professionnelle rentre en contradiction avec le modèle éga­
litariste à la française.
La centralisation et la bureaucratisation de
Les jeunes ont­ils des comportements qui l’affirmation de l’autonomie de l’individu l’éducation nationale sont peu adaptées à
leur sont propres lors d’une élection ? et de ses choix que dans la défense du seul ces défis. Sans compter des syndicats ensei­
Même s’ils ne votent pas beaucoup, les jeu­ intérêt personnel. Les contraintes ou les gnants souvent opposés aux réformes,
nes sont attachés au droit de vote. Ils en font normes sont de moins en moins acceptées. comme on a pu le voir avec celle initiée
habituellement un usage assez large lors de De même la loi de la majorité à laquelle la par la ministre Najat Vallaud­Belkacem. La
leur premier vote, après il a tendance à décli­ minorité accepte de se plier est remise en culture française reste très élitiste. L’école
ner. Leur vote est également intermittent. cause. Ces tendances ne sont pas propres sait très bien sélectionner les meilleurs. En
Certains candidats les ont davantage mobi­ aux jeunes, mais davantage marquées. revanche, faire réussir le plus grand nom­
lisés : Jacques Chirac en 1995, François Hol­ Sont­ils engagés ? Très peu dans les par­ bre n’est pas une obsession politique.
lande en 2012. Sinon, de façon générale, les tis politiques. Ils le sont davantage au sein Le second aspect concerne le marché du
jeunes votent plus à gauche qu’à droite, des associations, syndicats ou ONG, mais travail. L’objectif serait de parvenir à un nou­
même si cela n’est pas systématique. tout juste dans la moyenne européenne. Et veau partage générationnel de la flexibilité.
Aujourd’hui, ce qui ressort, c’est que le lorsqu’ils s’engagent, cela relève davantage Aujourd’hui, elle est portée par les jeunes. Il
plus grand nombre de jeunes ne se placent du loisir que d’un véritable engagement. s’agit de trouver des mesures pour mieux la
ni à gauche ni à droite ou refusent de se si­ Enfin, l’intérêt pour la politique est très lié répartir, avec des CDD moins précaires et
tuer. Il y a un très grand discrédit des partis au niveau d’études. Les non­diplômés sont des CDI moins rigides.
et des hommes politiques. Une partie de la peu politisés. Ils sont plutôt dans une forme Quant au problème des jeunes peu diplô­
jeunesse exprime une certaine défiance par de mobilisation infrapolitique. Cela peut se més, il ne pourra se résoudre qu’avec de la
rapport à la démocratie. Lors d’une enquête traduire par des révoltes du type de celles de formation de longue durée avec un suivi, in­
sur les valeurs menée en 2008, 23 % des 2005 qui peuvent survenir à nouveau. dividualisé et du personnel bien formé.
18­29 ans indiquaient être plutôt d’accord L’échec en fin de premier cycle universi­
avec une proposition de gouvernement Quels domaines les candidats à l’élection taire est un autre enjeu majeur. On manque
autoritaire. Une autre évolution récente est présidentielle devraient­ils privilégier
la montée des extrêmes. En 2012, 35 % des pour répondre aux attentes des jeunes ?
jeunes ont voté pour eux (17 % pour l’ex­ Il y a deux domaines où il faut agir pour « LA POLITIQUE INITIÉE
trême gauche, 18 % pour l’extrême droite). aider les jeunes : l’école et le marché de
EN 2012 S’EST CONSTRUITE
l’emploi.
Comment les jeunes concilient­ils Concernant l’école, on le sait, les destins
SUR UNE ERREUR MAJEURE :
leur individualisme, l’affaissement scolaires se jouent très tôt. D’où l’impor­ LA SUPPOSITION QUE
des valeurs collectives avec leur volonté tance de mettre l’accent sur le primaire, LA JEUNESSE FORMAIT UN
d’engagement ? TOUT HOMOGÈNE. OR
sous­doté, et les apprentissages fondamen­
Je préfère parler d’individualisation plu­ taux. La scolarisation précoce peut égale­ IL EXISTE DES LIGNES DE
tôt que d’individualisme. On est plus dans ment être une piste. On doit porter plus FRACTURES TRÈS FORTES »

56 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
cruellement de filières professionnelles
dans l’enseignement supérieur. Trop de jeu­
nes issus de bacs pro ou techniques atterris­
sent dans des filières généralistes, où ils
échouent. La démocratisation de l’ensei­
gnement supérieur est purement quantita­
tive, c’est un non­sens ! Il faut arrêter de
considérer les filières professionnelles
comme une sous­qualification, c’est juste
une autre qualification.
Enfin, un dernier sujet me paraît capital :
celui des jeunes des cités. Les rapports entre
jeunes et police sont dégradés. Les jeunes

LOÏC THÉBAUD
se sentent discriminés, humiliés par des
contrôles qu’ils estiment systématiques et
abusifs. Il y a un problème culturel des Olivier Galland est sociologue et directeur de recherche
deux côtés : une culture historique de la au CNRS. Auteur des Jeunes (La Découverte, 2009),
violence et d’un certain racisme dans la de Sociologie de la jeunesse (Armand Colin, 2011), Les jeunes d’aujourd’hui sont­ils très
et coauteur de La Machine à trier. Comment la France différents des jeunes d’il y a trente
police qui n’a probablement pas totale­
divise sa jeunesse (Eyrolles, 2013). ou quarante ans ?
ment disparu depuis la guerre d’Algérie,
une culture de la déviance chez ces jeunes. Les études qui insistent sur les contrastes
entre les générations X, Y ou Z sont un peu
Quel bilan faites­vous des mesures en fa­ exagérées. L’évolution des valeurs est quel­
veur de l’emploi des jeunes depuis 2012 ? que chose de très progressif. On assiste à
La politique initiée en 2012 s’est construite Le rapport des jeunes au monde un rapprochement des valeurs entre les
sur une erreur majeure : la supposition que du travail évolue. Quels sont leurs atouts jeunes et les adultes.
la jeunesse formait un tout homogène. Une et leurs points faibles ? Le clivage est beaucoup moins fort entre
mesure générale a été prise avec les emplois Leur principal atout est leur aisance com­ les moins de 30 ans et les adultes qu’il y a
d’avenir. Or il existe des lignes de fracture municationnelle. C’est une génération de quarante ans. Et, en même temps, ils sont
très fortes au sein de la jeunesse. réseaux, désinhibée. Des qualités précieu­ nettement plus attachés à l’autorité que les
Le marché du travail est clivé, avec d’un ses au travail, surtout dans une société de jeunes des années 1960. Il ne s’agit plus
côté les « insiders », très protégés, et de services. Leur point faible est la peur de d’une autorité traditionnelle, liée à l’âge ou
l’autre les « outsiders » (jeunes, immigrés…), l’échec, en partie inculquée par l’école, qui à la fonction. Mais ils constatent que la li­
qui ont beaucoup de mal à y accéder. Toute a tendance à stigmatiser les faibles, et par berté individuelle crée également des per­
la flexibilité se reporte sur eux. Par ailleurs, la société, qui voue un culte au diplôme. turbations, des abus dont ils sont les pre­
il y a un clivage fondamental entre les di­ Elle taraude une partie de la jeunesse. Les mières victimes.
plômés et les non­diplômés. Pour les pre­ non­diplômés s’estiment éliminés du jeu Une étude de l’Insee a montré que les pre­
miers, la période de transition sera de quel­ social et ne croient pas à la seconde mières discriminations dont ils se plai­
ques mois, voire quelques années, mais ils chance. Certes, une autre partie de la jeu­ gnent sont les insultes et moqueries dont
finissent par accéder au CDI, tandis que, nesse exprime un fort désir d’entrepre­ ils sont l’objet sur leur physique, leur façon
pour les seconds, les parcours sont beau­ neuriat. de s’habiller, etc. Or cela se passe entre jeu­
coup plus compliqués. Or l’écart entre ces Les entreprises reposent encore sur des nes. Il y a également de fortes tensions en­
deux catégories ne cesse de se creuser. modes managériaux assez traditionnels, tre filles et garçons. L’autonomie plus
Les emplois d’avenir, qui se déroulent hiérarchiques, peu favorables à la con­ grande et plus précoce des jeunes fait que
dans le secteur non marchand, étaient une fiance et à la reconnaissance des jeunes. Il les cultures de genre (de la virilité pour les
mauvaise solution. C’est une vieille me­ existe heureusement aussi des start­up in­ garçons, de la sensibilité pour les filles) se
sure dont beaucoup d’études ont montré novantes, dont les jeunes sont d’ailleurs cristallisent très tôt. Et parfois elles s’entre­
le peu d’efficacité et le coût élevé. parfois à l’origine, où leurs qualités sont choquent ! Les filles en souffrent beaucoup.
Le second problème de ce quinquennat pleinement reconnues. Grâce à ce rapprochement très fort des va­
est l’échec scolaire. Un jeune sur cinq sort Les entreprises auraient intérêt à davan­ leurs, il n’y a plus de conflits de générations.
du système scolaire sans diplôme. C’est tage sélectionner par les compétences, De plus, les parents aident énormément
une question compliquée mais son éradi­ comme c’est le cas lors des recrutements leurs enfants, dans les transitions vers l’âge
cation aurait dû être au cœur du projet pré­ par simulation mis au point par Pôle adulte, tant sur le plan matériel qu’affectif.
sidentiel. Cela n’a pas été le cas. emploi. propos recueillis par gaëlle picut

Mercredi 19 avril 2017 Le Monde Campus / 57
invitation à la lecture
Tous précaires !
B eaucoup de ceux qui en­
traient dans le précariat n’al­
laient connaître ni le nom de leur
celle du poste dans l’entreprise,
celle du revenu ou encore celle
de la représentation syndicale.
employeur ni le nombre de leurs Son ouvrage analyse la genèse
collègues actuels ou futurs. Ils de cette nouvelle classe sociale,
n’appartiendraient pas non plus liée à la mondialisation de
à la “classe moyenne”, puisque l’économie. Il démontre, exem­
leur salaire ne serait ni stable ni ples à l’appui, comment les fu­
prévisible et qu’ils ne jouiraient sions­acquisitions, les délocali­ Saint Google,
ni du statut ni des avantages in­ sations, la recherche de la priez pour nous !
hérents à cette catégorie », écrit flexibilité maximale des tra­
Guy Standing, dans son best­sel­ vailleurs « ont engendré une Près de 88 % de la population
française âgée de plus de 15 ans
ler, Le Précariat. Les dangers fragmentation des structures de est internaute, selon un bilan
d’une nouvelle classe, enfin pu­ classes nationales ». présenté le 3 février par
blié en français depuis fé­ Puis il explique comment les Médiamétrie. En dix ans,
vrier 2017. Il ne s’agit pas d’une précaires perdent leur identité le nombre de sites a été mul­
prophétie apocalyptique, mais et leur appartenance à toute tiplié par 10 pour atteindre
de la description d’une étape de Le Précariat. Les dangers d’une communauté professionnelle. les 200 000. Les Français ont
nouvelle classe, de Guy Standing, dépensé 72 milliards d’euros
l’arrivée de travailleurs dans la Editions de l’Opportun, 462 pages,
Les précaires passent sans cesse sur Internet. D’où l’utilité de
nouvelle classe sociale qu’il 22 euros, 2017. d’une fonction à une autre, sans comprendre la machine Goo­
nomme « précariat ». contrôle global sur leur travail gle pour ceux qui en vivent.
Le terme a été utilisé pour la première fois par ni sur leur parcours professionnel. « Une fois « Nous espérons que cet
les sociologues français dans les années 1980, devenus flexibles et indispensables, avec des sa­ ouvrage vous aidera à attein­
pour désigner les travailleurs temporaires ou laires insuffisants pour une subsistance sociale­ dre les premières places sur
les moteurs de recherche »,
saisonniers, rappelle l’économiste britanni­ ment acceptable et une vie digne, le “corpora­
explique l’expert Olivier
que, qui affirme que « des millions de gens sont tisme” disparaît. On n’appartient plus à une Andrieu dans l’introduction
entrés dans le précariat ». Guy Standing estime communauté ayant non seulement ses propres de Référencement Google
que les précaires forment une nouvelle classe standards et codes éthiques, mais également mode d’emploi.
sociale qu’il juge « dangereuse », car ils sont un certain respect pour les confrères compé­ Pour répondre à cet objectif,
privés des droits qui unissent les citoyens tents et diverses normes comportementales le livre est structuré en qua­
dans une même société. Le précariat « est établies de longue date », écrit­il. Le précariat, tre étapes : la technique (ap­
prendre à optimiser techni­
constitué de gens dont les relations de con­ c’est aussi « l’absence de soutien communau­ quement les pages), le
fiance avec le capital ou l’Etat sont réduites au taire dans les temps difficiles ». contenu textuel (apprendre à
minimum ». Les précaires n’ont même pas la Ses propositions : que les syndicats se réfor­ rédiger des contenus attrac­
protection minimale du contrat social qui ment pour intégrer les précaires, concevoir tifs en tenant compte des cri­
« protège » le prolétariat. une protection sociale qui recouvre toutes les tères de pertinence des mo­
Ce qui caractérise les membres de cette nou­ nouvelles formes d’emploi et enfin que la ré­ teurs), les liens (pour faire
croître la popularité du site)
velle classe sociale, c’est la perte de droits flexion avance sur l’éventuelle mise en place et le suivi du référencement.
sociaux, voire civiques, qui les marginalise. d’un revenu de base minimum. Tout un pro­ Les choses se compliquent, le
Guy Standing énumère sept niveaux de pro­ gramme économique et… politique. webmaster devant commen­
tection perdue, dont la sécurité de l’emploi, anne rodier cer par être « Google frien­
dly », l’auteur recommandant
de « comprendre les bases du
langage html ». Ha, la maî­
Politiques de l’emploi. Cahier de gribouillages pour les trise des balises ! La suite,
Apprendre de l’expérience, adultes qui s’ennuient au bureau plus facile, passe par le choix
de Bruno Crépon et Gérard et Cahier de gribouillages pour des mots­clés, la qualité du
Van den Berg. Les Presses les adultes qui rêvent de tout contenu, la pertinence des
changer, de Claire Faÿ. Editions liens, synonymes d’optimisa­
de Sciences Po, 120 pages,
animées, 48 pages, 7,50 euros tion et de « popularité ».
9 euros, 2017. Il vous reste à mesurer le tra­
le volume, 2017. fic généré par tous ces efforts
« capitaux car ils représentent
des étapes fondamentales, sur
Lettres d’amour à ma Réinventing Organizations. lesquelles il sera très difficile,
contrôleuse du RSA, de La version résumée voire impossible, de revenir
Camille Couteau. Nomades, et illustrée du livre lorsque le site sera en ligne ».
pierre jullien
coll. « FauxFolio », 2016, phénomène qui invite à
72 pages, 2 euros, 2017. repenser le management,
de Frédéric Laloux, illustré Référencement Google mode d’emploi,
par Etienne Appert. Diateino, d’Olivier Andrieu, Eyrolles, 240 pages,
168 pages, 28 euros, 2017. 15 euros, 2017.

58 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017
EST SUR SNAPCHAT
DISCOVER

RETROUVEZ TOUS LES JOURS LE MEILLEUR DE L’ACTU AU FORMAT SNAPCHAT.

Tous les jours, la rédaction vous propose un panorama de l’actualité dans une édition spécialement conçue
pour Snapchat avec des formats dynamiques et ludiques : vidéos, jeux, visuels animés, infographies...
Le Monde sur Snapchat Discover : le meilleur de l’actu de façon pédagogique et synthétique sur l’appli
préférée des jeunes.

RENDEZ-VOUS DANS VOS STORES POUR TÉLÉCHARGER SNAPCHAT

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful