Vous êtes sur la page 1sur 20

RAPPORT ANNUEL 2009

Photo : Bruno Mesrine

accueil ·informations · orientation


prévention · réduction des risques
toxicomanie · yverdon
Comité de l’AFPT en 2009
Président : Jean-Pierre Voegeli, médecin
Trésorier : Gildo Dall’Aglio, directeur du Centre social régional d’Yverdon
Membres du comité :
♦ Catherine Branche, infirmière chef adjointe du site EHNV Yverdon
♦ Christine Fauth, pharmacienne responsable, PharmaciePlus de la Gare
♦ Michel Clerc, adjoint de direction au Service de protection de la jeunesse

Collaboratrices et collaborateurs de Zone Bleue


♦ Pierre-Yves Bassin, directeur (90%)
♦ Delphine Ducraux, infirmière (80%)
♦ Carole Isoz, assistante sociale (80%)
♦ Roméo Jenni, cuisinier (65%)
♦ Antonietta Martelli, entretien des locaux (30%)
♦ José Oberson, éducateur spécialisé (80%)
♦ Véronique Willommet, secrétaire (30%)

Collaboratrices extérieures
♦ Dresse Shona Matthieu, médecin-associée, Unité de psychiatrie ambula-
toire d’Yverdon
♦ Dr. Montavon, médecin-assistant, Unité de psychiatrie ambulatoire d’Y-
verdon

Stagiaires
♦ Delphine Devantay, éducatrice
♦ Linda Sibille, employée de commerce
♦ Maja Oechslin, éducatrice
♦ Carine Lobjois, assistante-sociale
♦ Dora Lambercier, infirmière
Le Mot du Président

L’année 2009 s’est écoulée dans une relative sérénité et la stabilité de l’é-
quipe y est certainement pour beaucoup. On peut y voir là autant de
compétence que de saine gestion !
Merci à tous pour ce beau résultat.
Même si un certain nombre de points restent à relever :

Fréquentation

La baisse impressionnante de 2008 a encore progressé, mais a très forte-


ment ralenti et le nombre de nouveaux usagers a passé de 0.36/jour à
0.52/jour.
Pour l’instant nous n’avons pas d’explication claire à ce phénomène. S’il
s’agit d’une baisse du nombre de consommateurs, on peut s’en réjouir.
S’il s’agit d’autre chose on doit s’inquiéter !
Pour le moment Zone Bleue n’a pas l’impression de faillir d’aucune ma-
nière à sa mission.
Nous continuons d’être très attentifs aux modifications du paysage de la
consommation, lequel reste toujours assez mouvant et volatile et nous ne
manquerons pas de réagir si des éléments pertinents devaient être mis au
jour.

Abolition de la fumée

Zone Bleue, en tant que lieu public, s’est vu dans l’obligation d’imposer
l’interdiction de la fumée à l’intérieur des locaux dès le 1er septembre.
Bien entendu cela s’est soldé par une émigration vers l’extérieur!
Les débuts ont été un peu houleux avec le voisinage, malgré une excellen-
te préparation des divers partenaires par l’équipe.
Le froid aidant les esprits se sont peu à peu calmés.

Finances

Malgré l’indexation des salaires dans l’allocation cantonale versée à Zone


Bleue, l’augmentation inexorable de la masse salariale liée aux annuités
d’une équipe stable commence à poser problème. L’année 2009 se termi-
ne avec un déficit de Frs12’516,08.
Dans le but de remédier à ce problème un rendez-vous a été pris récem-
ment avec les représentants de la Santé Publique, lesquels viennent de

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 1


nous informer d’un subside supplémentaire de 26’000.- dès 2010. Nous
sommes vivement soulagés et nous profitons de remercier la Santé Publi-
que pour son écoute et son soutien.

Démographie médicale

Comme vous le savez probablement tous, la démographie médicale se mo-


difie avec, surtout, un vieillissement des médecins de premier recours. A
Yverdon une dizaine de médecins vont prendre leur retraite ces prochai-
nes années et, pour le moment la relève se révèle problématique de façon
générale. Quant à la prise en charge de la toxicomanie, la suite paraît en-
core plus problématique pour plusieurs raisons dont quelques-unes sont
citées ici:
• L’évolution des compétences et des connaissances nécessaires en
fait de plus en plus une spécialité,
• la complexité de la problématique impose souvent un travail en
réseau et l’évolution se fait plutôt vers des équipes pluridiscipli-
naires,
• la responsabilité est souvent lourde et les médecins isolés ne sou-
haitent plus être seuls en cause.

En conséquence nous réfléchissons à donner une réponse positive et ap-


propriée à cette évolution afin de continuer à garantir la qualité et la dis-
ponibilité des soins à cette frange de population. En particulier nous
sommes en contact avec le secteur psychiatrique nord qui a les mêmes
préoccupations et a constitué un groupe de travail.
Dans le même objectif nous réfléchissons à développer un pôle médicalisé
de distribution de méthadone pour pallier aux difficultés à trouver des
pharmacies prêtes à faire ce travail, en particulier dans les cas les plus
difficiles.

Contrat de prestations

Comme vous le savez peut-être et comme c’est le cas pour l’essentiel des
structures subventionnées par l’état, le financement de Zone Bleue va se
faire sur la base d’un contrat de prestations, à savoir que tous les actes
effectués à ZB seront répertoriés et quantifiés.
L’état rétribuera ainsi des prestations identifiées et reconnues comme uti-
les et pertinentes aussi bien sur le fond que quantitativement.
Cela représente pour tous un changement radical dans la façon de penser
et de travailler.
C’est aussi un exercice contraignant et pour une part angoissant :

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 2


comment serons-nous évalués au bout de l’année ?
Actuellement les choses sont en cours et l’on y verra plus clair d’ici la fin
2010.

« Départ »

La structure « Départ », soit un lieu d’évaluation, de conseil et de prise en


charge des jeunes concernés par la consommation de cannabis aurait dû
être opérationnelle dés novembre 2009 à Yverdon en tant qu’antenne
nord vaudoise d’un dispositif fonctionnant déjà depuis quelques années
dans le secteur centre. On espère que ce sera chose faite d’ici quelques
mois.

« DCIS-TOX »

Une procédure d’évaluation, uniformisée au canton, est en cours de réali-


sation afin de donner corps et unité aux critères de prise en charge de la
toxicomanie, en particulier l’indication à un traitement résidentiel. Il s’a-
git d’un équivalent de ce qu’est EVITA pour l’alcool.
Il sera extrêmement intéressant de suivre l’évolution de cette procédure et
des informations qu’elle apportera.

Poste de psychiatre à Zone Bleue

Du fait du changement d’orientation de la Doctoresse Matthieu, la dispo-


nibilité d’une psychiatre à Zone Bleue est devenue difficile. Entre la res-
tructuration de ce type de prise en charge dans le secteur psychiatrique
nord, le départ de la Doctoresse Matthieu et les difficultés pour trouver
une nouvelle personne, s’est créé un vide.
Dans l’attente de la succession, c’est le Dr. Fabrice Montavon, médecin-
assistant à l’unité de psychiatrie ambulatoire d’Yverdon qui assure les
deux permanences psychiatriques hebdomadaires à Zone Bleue.

La situation de la prise en charge de la toxicomanie dans le Nord-Vaudois


est donc en pleine mouvance. Les différents acteurs se mobilisent et nous
espérons que le résultat de ces réflexions permettra l’émergence d’un ou
de différents projets qui fonctionneront à satisfaction.

Jean-Pierre Voegeli/avril 2010

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 3


Rapport du directeur de Zone Bleue
Nous le disons et le répétons depuis de nombreuses années à notre
réseau et aux autorités sanitaires : le réseau médical de prise en char-
ge de la toxicomanie dans le Nord vaudois est au bord de la rupture.
Reposant sur la prise en charge en cabinet privé et sur le bout de pos-
te psychiatrique rattaché au secteur psychiatrique Nord, le suivi so-
matique et psychiatrique de l’addiction n’est plus à la hauteur des be-
soins et des demandes. Dans un système de santé qui prétend offrir
un accès à des soins de qualité pour l’ensemble de la population, la
clientèle toxicomane, sa famille et son réseau social sont en droit d’at-
tendre des réponses précises et rapides à leurs besoins médicaux. Or
le manque de disponibilité, le manque d’intérêt pour la question et le
manque de compétence pointue en médecine de l’addiction empêchent
la mise en place de projets de soins.

La reprise de la consommation d’héroïne entraîne une augmentation


des demandes de traitements de substitution (méthadone et bupré-
norphine), qui ne trouvent que difficilement une place en cabinet et en
pharmacie. Les sevrages d’héroïne ou de méthadone ne sont que très
peu pratiqués en ambulatoire, alors que la tendance actuelle va dans
le sens de privilégier ceux-ci, ne réservant les structures hospitalières
spécialisées (Calypso) que pour les demandes spécifiques avec projet
résidentiel à la sortie. La question des troubles de l’hyperactivité n’est
que très peu investiguée, alors que l’on sait que certains consomma-
teurs de cocaïne utilisent ce produit pour calmer une hyperactivité.
Dans cette liste non exhaustive, nous pouvons ajouter les traitements
de l’hépatite C, auxquels notre clientèle n’a pour ainsi dire pas accès.
Les récentes campagnes de sensibilisation, menées au niveau national
et auxquelles Zone Bleue participe activement à l’interne poussent
pourtant les personnes concernées à s’interroger sur cette maladie
qu’ils ont longtemps ignorée, dont l’évolution est pourtant désastreuse
et fatale pour nombre d’entre eux, et que l’état actuel des connaissan-
ces et des traitements permet de soigner avec un certain succès. Fina-
lement, nous pouvons mentionner les évaluations et autres expertises
requises dans le cadre de demandes AI, de Plafa ou encore les suivis
de mesures pénales qui, elles aussi, peinent à trouver une réponse
dans le réseau en place, peu enclin à baisser le niveau d’exigences et
à s’adapter à une clientèle volatile.

Une prise en charge performante de la toxicomanie doit reposer sur


des médecins généralistes, des psychiatres et des travailleurs socio-
éducatifs compétents, intéressés, formés, disponibles et capables de
travailler en réseau.

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 4


Pour tenter de trouver des solutions à ces difficultés de prise en char-
ge, l’équipe de Zone Bleue s’est posé la question de l’opportunité de
développer des prestations médicales à l’interne. Nous nous sommes
rapidement confrontés à la question de la compatibilité, dans un mê-
me lieu, entre l’accueil à « seuil bas », tel qu’il est pratiqué à Zone
Bleue depuis 1997 et le suivi médical.

L’accueil constitue le fondement de notre action socio-éducative. Li-


bre de toute contrainte, hormis le respect des règles de base, il permet
l’expression des émotions, des ras-le-bol, des sentiments d’injustice,
des révoltes. Il permet également l’expression des difficultés ren-
contrées dans les relations avec l’entourage, dans la gestion du quoti-
dien, dans la gestion du traitement. De par l’absence de règles
contraignantes, cela peut se faire avec d’autant plus d’honnêteté et de
franchise, sans crainte de sanction ou de mesures de rétorsion. Les
éléments récoltés dans cet espace d’accueil ouvrent alors la porte à la
réflexion, la confrontation, l’accompagnent voire la prise en charge.
Lorsqu’il est question d’accueil à Zone Bleue, il s’agit bien de voir cet
espace d’expression, d’écoute, de socialisation et de restructuration.
Nullement une salle d’attente avec quelques magazines démodés, mais
bien un lieu dans lequel se cultivent les prémices du travail thérapeu-
tique et de la reconstruction.

Bien que le développement de prestations médicales à l’intérieur de


Zone Bleue ne soit pas définitivement exclu, il nous semble plus judi-
cieux d’envisager actuellement la création d’un centre spécialisé de
traitement de la toxicomanie dans le Nord vaudois, regroupant des
compétences médicales somatiques, psychiatriques et en soins infir-
miers et travaillant en étroite collaboration avec Zone Bleue et le ré-
seau en place.

Pierre-Yves Bassin
avril 2010

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 5


Fréquentation du centre

La moyenne quotidienne des personnes ayant fréquenté Zone Bleue a flé-


chi en 2009. Par contre, le nombre de nouveaux clients, n’étant jamais
venus jusqu’ici au centre, a elle augmenté.
S’il est toujours difficile d’expliquer les fluctuations de la fréquentation, il
nous plaît à relever que la diminution de ces 2 dernières années est en
partie due à des clients qui « s’en sortent » ! Il n’est pas rare de recevoir
une carte postale, un coup de téléphone ou une visite d’un ancien client
qui vient simplement donner des nouvelles, dire qu’il s’en est sorti et a
reconstruit sa vie et remercier pour le soutien qu’il a reçu a Zone Bleue
ou ailleurs. Ces témoignages nous prouvent une fois de plus que la prise
en charge des personnes toxicomanes est longue et complexe, loin d’être
linéaire, mais qu’au prix de beaucoup de patience et de persévérance de
toute part, il est possible de s’en sortir.

Comme à leur habitude, les collaborateurs de Zone Bleue sont amenés à


jongler entre l’individuel et le collectif. Entre la gestion de l’accueil collec-
tif, les demandes individuelles ponctuelles, les accompagnements dans le
réseau et les demandes de soutien socio-éducatif, il s’agit continuellement
de trouver l’équilibre qui garanti à la fois disponibilité, qualité, respect
des personnes et respect du cadre.

Nombre total d’accueils en Usagers Usagers


2009 Hommes Femmes

9’324 (dont 8’785 usagers) 5’996 (68.25%) 2’789 (31.75%)


37 / jour (34.86 / jour) 23.79 / jour 11.06 / jour

Nouveaux usagers en
Usagers Hommes Usagers Femmes
2009

127 - 0.50 / jour 101 - (79.53%) 26 - (20.47%)

Utilisation des prestations


Douches / lessives /
Repas / collations
soins corporels

Repas 3’684 14.74 / jour


Collations 358 1.43 /jour 736 2.92 / jour
Total Repas + collations 4’042

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 6


2009 Total Par jour

Soins infirmiers 579 2.30

Démarches administratives 1’616 - 6.41 / jour

Matériel d’injection :

Nbre de Nbre de
Année Contacts seringues seringues
distribuées récupérées
1’672 15’386
2009 6.63 pers. / 61.06 ser./ 16’652
jour jour 66.08 ser./jour

Réduction des risques

2009 a marqué l’introduction dans le matériel de prévention des maladies


transmissibles et de réduction des risques du matériel destiné aux
consommateurs de drogues non-injecteurs. Si le programme cantonal de
réduction des risques nous permet de mettre à disposition du matériel
d’injection propre afin d’éviter le partage et la réutilisation des seringues et
autres ustensiles destinés à la préparation de l’injection, il tarde à prendre
en compte les besoins de ceux qui consomment différemment, dans d’au-
tres lieux et circonstances, et qui prennent des risques inconsidérés. La
consommation par sniff n’est en effet pas si anodine qu’on pourrait le pen-
ser sur le plan de la santé et des risques de contamination. Ces consom-
mateurs peuvent désormais obtenir des pailles à Zone Bleue, ainsi qu’une
information et une prévention des risques encourus. Autre mode de
consommation, autre prise de risque cette fois pour les consommateurs de
crack par inhalation. Dans ce domaine, nous avons développé l’informa-
tion et la réduction des risques par la mise à disposition de bicarbonate,
nettement moins nocif pour le système respiratoire que l’ammoniac cou-
ramment utilisé.

La réduction des risques a été développée dans le canton de Vaud autour


des problèmes liés à l’injection. Il est grand temps que nous abordions la
question de manière plus large, en incluant les autres modes de consom-

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 7


que des consommateurs occasionnels ou réguliers ne prennent des ris-
ques inconsidérés en consommant des produits stupéfiants et intervenir
avant qu’ils n’arrivent en rupture dans les centres.

Travail avec le réseau

L’accompagnement des personnes toxicomanes doit se faire en réseau


pluridisciplinaire. Nous en sommes convaincus et favorisons cette démar-
che chaque fois que cela se peut. Preuve en sont le nombre de contacts
avec des intervenants extérieurs à Zone Bleue (principalement des méde-
cins, travailleurs sociaux, tuteurs) et le nombre d’accompagnements à
l’extérieur de Zone Bleue chez ces mêmes professionnels.

Afin de réfléchir à nos collaborations, des réunions sont régulièrement


organisées entre les collaborateurs de Zone Bleue et ceux des différents
centres sociaux de la région.

Accompagnements usagers hors


266 - 1.06 / jour
ZB

Contacts intervenants extérieurs 1'190 - 4.72 / jour

Une priorité a été mise en 2009 et 2010 sur nos relations avec le Service
de protection de la jeunesse, afin de clarifier ensemble les attentes, les
représentations et le cadre de notre collaboration.

Quelques brèves encore

• L’espace d’une quinzaine, Zone Bleue s’est transformé en galerie


d’exposition de photos. Ce projet, issu de la rencontre avec M.
Bruno Mesrine, artiste plasticien image, a été pour nous l’occa-
sion d’ouvrir le centre à un public qui n’aurait jamais eu l’idée de
mettre les pieds dans un centre d’accueil pour personnes concer-
nées par la toxicomanie et de poser la réflexion sur les représen-
tations autour d’une galerie de portraits.

• 2009 a marqué le démarrage d’une nouvelle campagne de sensibi-


lisation sur l’hépatite à Zone Bleue.

• Depuis le 1er septembre 2009, Zone Bleue est devenu un lieu d’ac-
cueil sans fumée (même avec 95% de fumeurs).

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 8


• La convention de subventionnement entre Zone Bleue et le ser-
vice de la santé publique du canton de Vaud est en voie de fi-
nalisation. Les travaux préparatoires auront permis de clarifier
ce qui est attendu et ce qui est proposé, et ce en termes quanti-
tatifs et qualitatifs. Il est désormais reconnu à Zone Bleue le
statut de centre de compétences en matière d’addictions, avec
l’offre de prestation pour la clientèle consommatrice, pour son
entourage et pour son réseau médico-social. Une reconnaissan-
ce de notre pratique actuelle en quelque sorte.

• Initié par Zone Bleue, le projet de développement de presta-


tions spécifiques pour les adolescents consommateurs de subs-
tances va enfin voir le jour sous la forme d’une antenne du pro-
gramme DEPART dans le Nord. Nous nous réjouissons de voir
arriver cette nouvelle prestation, qui va combler un manque
dans l’offre régionale.

• Le Dispositif cantonal d’indication et de suivi dans le domaine


de la toxicomanie (DCIS-Tox) entrera dans une phase pilote
courant 2010. Pour Zone Bleue, cela signifiera évaluer les si-
tuations d’une partie des personnes désirant accomplir un sé-
jour en institution résidentielle selon une procédure standardi-
sée au niveau cantonal en vue de poser l’indication et ensuite
assurer le suivi de l’indication. Cela en lien avec le réseau de la
personne.

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 9


Les missions de Zone Bleue

Accueillir
des usagers et usagères de drogues, leur famille et leur entourage, quel
que soit leur âge, leur situation sociale, dans un lieu ouvert où chacun
est écouté, reconnu, et peut trouver sa place dans l’« ici et mainte-
nant ».

Offrir
aux usagers-ères de drogues un espace dans lequel il leur est possible
de se ressourcer, de prendre soin de soi (de son corps, de son linge,
etc.) et de manger un repas pour un prix modique.

Informer
les usagers-ères de drogues, leur famille, leur entourage, les acteurs du
réseau socio-sanitaire et le public intéressé
⇒ sur l’usage des produits psycho-actifs et ses conséquences,
⇒ sur les différentes possibilités de traitement de la dépendance,
⇒ sur leurs droits et devoirs face aux systèmes socio-sanitaire et
socio-juridique.

Soutenir
les usagers-ères de drogues, leur famille et leur entourage
⇒ dans leurs réflexions, recherches et démarches visant à modifier
une problématique,
⇒ dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet de vie qui leur
corresponde.

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 10


Orienter
les usagers-ères de drogue, leur famille et leur entourage dans le
réseau socio-sanitaire ou vers des personnes ressources en fonc-
tion de leurs besoins
⇒ pour des demandes relatives aux traitements des dépendan-
ces,
⇒ pour des problèmes de santé,
⇒ pour des démarches administratives ou juridiques touchant
plus largement la vie quotidienne.

Prévenir
avec les usagers-ères de drogues
⇒ les risques et les complications liés à la consommation de pro-
duits psycho-actifs, notamment en distribuant gratuitement
du matériel d’injection et en dispensant des soins de base indi-
vidualisés,
⇒ et intervenir à leur demande dans les situations où la santé
physique et/ou mentale est prétéritée.

En un mot, notre mission est d’ Accompagner.

Passer de l’aide à la survie


à l’accompagnement à la vie

ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 11


ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 12
ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 13
ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 14
ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 15
ZONE BLEUE Rapport annuel 2009 16
• Remerciements

Nous adressons nos vifs remerciements :

◊ aux instances qui soutiennent financièrement notre action, à savoir

- le Département de la santé et de l’action sociale du canton de Vaud,


- les Communes de la région qui participent au financement de
Zone Bleue dans le cadre de la régionalisation de l’action sociale,
- la Municipalité de la Ville d’Yverdon-les-Bains,
- les membres de l’Association en faveur des personnes touchées
par la toxicomanie (AFPT),
- la fondation Dr. Alfred Fischer à Lausanne,
- Les Tables Suisses,

◊ ainsi qu’à toutes les personnes ou institutions qui nous soutiennent par
leur collaboration, leurs cotisations ou leurs dons.

◊ un merci tout particulier aux usagers du centre et à leurs proches pour les
échanges que nous avons avec vous et pour la confiance que vous nous
témoignez. La qualité de l’atmosphère qui règne à Zone Bleue est souvent
relevée par les visiteurs. Vous en êtes les bénéficiaires certes, mais égale-
ment les dépositaires, car malgré les tensions, les colères et la violence
qui vous animent parfois, vous savez respecter ce lieu, ses utilisateurs et
les collaborateurs. C’est grâce à votre sens des responsabilités dans ce
domaine que Zone Bleue peut poursuivre sa mission depuis plus 10 ans au
centre ville et être bien accueilli dans le voisinage et en ville d’Yverdon.

◊ Nous remercions aussi M. Bruno Mesrine pour la photo de notre couverture

◊ merci enfin aux collaborateurs qui savent maintenir un cadre accueillant


et structurant malgré les turbulences et au comité.

Yverdon-les-Bains, avril 2010


Horaires d’ouvertures :
Lundi à jeudi de 11h à 17h30
Vendredi de 11h à 16h

AFPT—Association en Faveur des Personnes


Touchées par la Toxicomanie
Rue de Neuchâtel 4—Case postale 58
CH—1401 Yverdon-Les-Bains
Tél. 024 420 24 44—Fax 024 420 24 45
E-mail : zonebleue@bluewin.ch
Site internet : www.zone-bleue.ch