Vous êtes sur la page 1sur 60

‫وزارة التعـليــــم العالـــي والـبحـــث العلـمـــــــــي‬

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE FERHAT ABBAS -SETIF ‫جامعـــة فرحات عباس سطيــــف‬


Faculté de Technologie ‫كليـة التـكنــولــوجيــــا‬
Département d’électrotechnique ‫اإللكتروتقنية‬: ‫قسم‬

Mémoire de Master
No. Réf. : ………./……/2016

Présenté au Département d’électrotechnique

Domaine : Sciences et Technologie


Filière : Automatique
Spécialité : Automatique Industriel

Réalisé par :
Belhadj Abdessamed

Thème
Acquisition du signal ECG par le Microcontrôleur
18F4550 et sa visualisation sur le PC par une interface
graphique sous Matlab.

Soutenu le 23/06/2016 devant la commission d’examen composée de :

M. Abdelaziz. M MCA à l’Université de Sétif Président


Mme. Mebarkia. A MCA à l’Université de Sétif Directeur du Mémoire
M. Bouktir.O MCB à l’Université de Sétif Examinateur
Dédicaces

Tous les mots ne sauraient exprimer la gratitude, l’amour, le respect, la

reconnaissance, c’est tous simplement que :

Je dédie ce modeste travail à :

A Ma tendre Mère Salima : Tu représente pour moi la source de tendresse

et l’exemple de dévouement qui n’a pas cessé de m’encourager. Tu as fait plus

qu’une mère puisse faire pour que ses enfants suivent le bon chemin dans leur vie

et leurs études.

A Mon très cher Père lakhder : Aucune dédicace ne saurait exprimer

l’amour, l’estime, le dévouement et le respect que j’ai toujours pour vous. Rien au

monde ne vaut les efforts fournis jour et nuit pour mon éducation et mon bien être.

Ce travail et le fruit de tes sacrifices que tu as consentis pour mon éducation et

ma formation le long de ces années.

A ma chère belle sœur, mes chers beaux frères.

A mes très chèrs amis.

A tous les amis de ma promotion.

A tous mes enseignants depuis mes premières années d’études.

A tous ceux qui me sens chers et que j’ai omis de citer.


Remerciements

On remercie dieu le tout puissant de nous avoir donné la santé et la volonté


d’entamer et de terminer ce mémoire.

Je tiens à remercier en premier lieu Dr Reffad.A épouse Mebarkia pour


la qualité de son encadrement exceptionnel, pour sa patience, sa rigueur et sa
disponibilité durant notre préparation de ce mémoire.

Je tiens aussi à remercier Monsieur Dr Mebarkia. K pour nous avoir


aidés dans ce projet.

Je tien à remercier mes amis Liamini.M.C et Chougui.A pour leur aide.

Je tiens aussi à remercier tous ceux qui ont contribué de loin ou de près à la
réalisation de ce travail

Je remercie également tous les membres du jury pour l’intérêt qu’ils ont porté
à mon travail :

Dr. Abdelaziz .M
Dr. Bouktir .O
SOMMAIRE

Sommaire
INTRODUCTION GENERALE .............................................................................. 3

Chapitre 01............................................................................................................................. 5

LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE ...................................................... 5


1.1. Introduction ......................................................................................................................................................... 5
1.1.1. Le système cardiovasculaire ............................................................................................................................. 5
1.1.2. La circulation artérielle et veineuse .............................................................................................................. 5
1.2. Anatomie du cœur et fonctionnement. ...................................................................................................... 6
1.2.1. Cycle cardiaque ...................................................................................................................................................... 7
1.3. L’origine physiologique du signal électrique cardiaque ..................................................................... 8
1.4. L'électrocardiographie..................................................................................................................................... 8
1.4.1. Techniques d'enregistrement .......................................................................................................................... 9
1.4.2. Les systèmes de dérivations ...........................................................................................................................10
1.4.3. Conditions d’enregistrement ..........................................................................................................................12
1.4.4. Bruit et variabilité du signal ...........................................................................................................................13
1.5. Conclusion ..........................................................................................................................................................13

Chapitre 02.......................................................................................................................... 14

LE MICROCONTROLEUR PIC 18F4550 ........................................................14


2.1. Introduction ......................................................................................................................................................14
2.2. Le Microcontrôleur (PIC) ..............................................................................................................................14
2.2.1. Définition d’un PIC ..............................................................................................................................................14
2.2.2. Classification des PICs de Microchip ...........................................................................................................14
2.2.3. Identification d’un PIC .......................................................................................................................................15
2.2.4. Le choix d’un PIC .................................................................................................................................................15
2.2.5. Caractéristiques principales du PIC 18F4550 .........................................................................................16
2.2.6. Brochage du 18F4550 .......................................................................................................................................17
2.2.7. Architecture interne du PIC 18F4550.........................................................................................................17
2.3. Le Convertisseur analogique /numérique .............................................................................................19
2.3.1. Les registres de la conversion analogique/numérique .......................................................................20
2.4. L’interface de communication série synchrone et asynchrone (EUSART) ................................22
2.4.1. Les registres de l’EUSART ................................................................................................................................23
2.5. Conclusion ..........................................................................................................................................................26
SOMMAIRE

Chapitre 03.......................................................................................................................... 27

CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT ...........................................27


3.1. Introduction .......................................................................................................................................................27
3.2. Description des différentes cartes.............................................................................................................27
3.2.1. La carte de détection ..........................................................................................................................................27
3.2.2. La carte d’acquisition .........................................................................................................................................29
3.3. Les différents pins utilisés du microcontrôleur (µc)..........................................................................31
3.3.1. La broche d’alimentation .................................................................................................................................31
3.3.2. Le circuit d’horloge .............................................................................................................................................31
3.3.3. L’entrée analogique AN0 (RA0).....................................................................................................................32
3.3.4. Les lignes de transmission de l’EUSART ....................................................................................................32
3.4. Les outils de développement .......................................................................................................................32
3.4.1. Langage et compilateur MikroC ....................................................................................................................32
3.4.2. Logiciel de simulation PROTEUS ..................................................................................................................34
3.4.3. L’interface graphique sous MATLAB ...........................................................................................................35
3.5. La réalisation des cartes ................................................................................................................................37
3.5.1. La carte de détection ..........................................................................................................................................37
3.5.2. La carte d’acquisition .........................................................................................................................................38
3.6. Conclusion ..........................................................................................................................................................40

Chapitre 04.......................................................................................................................... 41

RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION .....................................................41


4.1. Introduction .......................................................................................................................................................41
4.2. Partie simulation ..............................................................................................................................................41
4.2.1. Communication avec le PC ..............................................................................................................................41
4.2.2. Affichage des valeurs transmises par le μc via le terminal virtuel .................................................42
4.2.3. Récupération des données transmises par l’interface graphique ...................................................43
4.3. Partie expérimentale ......................................................................................................................................44
4.3.1. Visualisation du signal cardiaque sur l’oscilloscope.............................................................................44
4.3.2. Affichage du signal cardiaque sur l’interface graphique .....................................................................45
4.4. Conclusion ..........................................................................................................................................................47
CONCLUSIONS GENERALES ET PERSPECTIVES ...........................................48
SOMMAIRE

Liste des figures

Figure 1.1. La circulation sanguine. .................................................................................................................................... 6


Figure 1.2. Coupe longitudinale du cœur............................................................................................................................ 7
Figure 1.3. Allure d’un électrocardiogramme normal. ...................................................................................................... 8
Figure 1.4. Montage d’Einthoven pour l’enregistrement des dérivations bipolaires des membres.........................11
Figure 1.5. Dérivation unipolaire des membres...............................................................................................................11
Figure 1.6. Montage de Goldberger pour l’enregistrement des dérivations unipolaires des membres...................12
Figure 1.7. Dérivation précordiales de Wilson.................................................................................................................12
Figure 2.1. Brochage du PIC 18F4550. .............................................................................................................................17
Figure 2.2. Architecture interne du PIC 18F4550...........................................................................................................18
Figure 2.3. Schéma équivalent du convertisseur analogique/numérique 10 bits. ......................................................19
Figure 3.1. Type des électrodes utilisées. ..........................................................................................................................27
Figure 3.2. Schéma d'un amplificateur différentiel classique. ........................................................................................28
Figure 3.3. Montage de détection et composants de la carte de détection du signal ECG. .....................................29
Figure 3.4. Montage en suiveur de tension. .....................................................................................................................30
Figure 3.5. Filtre passe-bas. ................................................................................................................................................31
Figure 3.6. L’environnement IDE du compilateur MkroC PRO. ................................................................................33
Figure 3.7. Interface du logiciel ISIS. ................................................................................................................................34
Figure 3.8. Interface du logiciel ARES. ............................................................................................................................35
Figure 3.9. Fenêtre principale du GUIDE. ......................................................................................................................36
Figure 3.10. Property Inspector...........................................................................................................................................36
Figure 3.11. Schéma du circuit électrique de la carte de détection. ................................................................................37
Figure 3.12. Schéma du circuit imprimé de la carte de détection. ..................................................................................38
Figure 3.13. Schéma du circuit électrique de la carte d’acquisition. ...............................................................................38
Figure 3.14 Schéma du circuit imprimé de la carte d’acquisition. .................................................................................39
Figure 3.15 La carte d’acquisition réalisée sous ARES en visualisation 3D. ...............................................................40
Figure 4.1 Configuration du VSPE. ...................................................................................................................................41
Figure 4.2. Connexion virtuelle entre les ports COM1 et COM2 par VSPE. .............................................................42
Figure 4.3. Affichage des valeurs transmises sur le terminal virtuel..............................................................................42
Figure 4.4. Récupération du signal envoyé par le μc vers le PC au niveau de l’interface graphique. .......................43
Figure 4.5. Chargement et traitement du signal EMG. ...................................................................................................44
Figure 4.6. Visualisation du signal cardiaque sur l'oscilloscope numérique. ................................................................44
Figure 4.7. Carte de détection. ............................................................................................................................................45
SOMMAIRE

Figure 4.8. Circuit d’acquisition. ........................................................................................................................................45


Figure 4.9. Signal ECG bruité récupéré au niveau de l’interface graphique. ..............................................................46
Figure 4.10. Signal ECG filtré. ............................................................................................................................................46
Figure 4.11. Le signal ECG détecté en présence de la fréquence 50 Hz et après élimination de cette dernière ...47
SOMMAIRE

Liste des tableaux

Tableau 2.1. Caractéristiques principales du pic 18F4550. ............................................................................................16


Tableau 2.2. Registre de contrôle ADCON0. .................................................................................................................20
Tableau 2.3. Registre de contrôle ADCON1. .................................................................................................................21
Tableau 2.4. Configuration des entrées du convertisseur au moyen des bits PCFG0 à PCFG3. ...........................21
Tableau 2.5. Registre de contrôle ADCON2. .................................................................................................................22
Tableau 2.6. TAD en fonction de la fréquence d’horloge. ..............................................................................................22
Tableau 2.7. Registre de contrôle TXSTA. ......................................................................................................................24
Tableau 2.8. Registre de contrôle RCSTA. ......................................................................................................................25
Tableau 2.9. Registre de contrôle BAUDCON. .............................................................................................................26
Tableau 2.10. Mode de calcul de la vitesse de transmission de type EUSART..........................................................26

ix
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

Listes des Acronymes et Symboles

Acronymes

ECG : Electro Cardio Gramme.


EMG Electro Myo Gramme.
OD : Oreillette Droite.
OG : Oreillette Gauche.
VL : Voltage Left.
VR : Voltage Right.
VF : Voltage Foot.
aVL : Augmented Voltage Left.
aVR : Augmented Voltage Right.
aVF : Augmented Voltage Foot.
DI : Derevation One.
DII : Derevation Two.
DIII : Derevation Three.
µC : Microcontrôleur.
CAN: Convertisseur Analogique-Numérique.
RS232 : Recommended Standard 232.
AOP : Operational Amplifier
MATLAB : Matrix Laboratory
GUI : Graphical User Interface.
FFT : Fast Fourier Transformer.
RMS : Root Mean Square.

p. 1
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

p. 2
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

INTRODUCTION GENERALE
Le cœur est le muscle le plus puissant du corps humain. Malgré sa force il est vulnérable à
l'échec et au dysfonctionnement. Plusieurs types de maladies peuvent le troubler, nous pouvons
citer comme exemples : les arythmies (les extrasystoles, les fibrillations, les tachycardies, etc…).
Les maladies cardiovasculaires constituent l'une des principales causes de mortalité dans le monde,
un taux supérieur de 75 % de ces maladies est enregistré dans les pays en voie de développement où
les normes vivantes de base, le médicament et le diagnostic ne sont pas fournis [10].

Pour ces raisons, il y a un besoin urgent pour le développement de nouvelles méthodes de


prévention, de détection et de traitement de ces maladies. Parmi les examens les plus couramment
effectués pour la détection des maladies cardiovasculaires, on distingue l’électrocardiogramme
(ECG) qui est un signal de nature électro-physiologique dont le tracé matérialise l'activité électrique
du cœur capté par des électrodes placées à la surface du corps.

L’objectif de ce travail est de proposer un système permettant l’acquisition et la transmission


du signal ECG vers le PC au niveau duquel s’effectuent quelques traitements du signal en question
sous le logiciel Matlab via une interface graphique.

Dans ce cadre, nous avons partagé notre travail comme suit :

Après une introduction générale, nous avons abordé le premier chapitre, dans lequel nous
avons présenté sommairement le fonctionnement du système cardiovasculaire permettant ainsi au
lecteur de ce manuscrit de comprendre l’origine des signaux électriques enregistrés par
l’électrocardiographie.

On s’est intéressé dans le deuxième chapitre à la présentation et la description du


microcontrôleur PIC18F4550 qui est un élément essentiel pour notre application.

Le troisième chapitre est consacré à la réalisation des deux cartes. La première a pour but de
détecter les impulsions cardiaques donc le signal électrocardiogramme (ECG) et la deuxième a pour
rôle de numériser et de transmettre le signal ECG vers le PC.

Le quatrième chapitre présente les différents résultats obtenus au cours de la réalisation


pratique.

p. 3
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

p. 4
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

Chapitre 01

LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE
1.1. Introduction

Le système cardiovasculaire est constitué du cœur et du système vasculaire, sa fonction principale


est d'assurer un flux de sang adéquat continu et sous pression suffisante aux organes et aux tissus
afin de satisfaire aux besoins énergétiques et au renouvellement cellulaire, quelles que soient les
conditions ambiantes et l'activité de l'individu. Dans ce chapitre, l'introduction à la cardiologie est
volontairement limitée aux notions utiles à la compréhension des chapitres suivants.

1.1.1. Le système cardiovasculaire

Le système cardiovasculaire assure la circulation du sang dans l’organisme et permet ainsi


son alimentation en oxygène et en nutriments. Il est composé du cœur, sorte de double pompe, qui
assure la circulation dans deux réseaux complémentaires : celui des artères et celui des veines. [1]

1.1.2. La circulation artérielle et veineuse

Le réseau artériel de la grande circulation est un circuit à haute pression ; il conduit le sang
oxygéné à travers le corps dans des vaisseaux sanguins appelés, artères (Figure 1.1). Ce dernier
niveau est constitué de multiples petites ramifications qui facilitent le transfert de l’oxygène du sang
aux organes. Le sang devenu pauvre en oxygène, revient au cœur dans les veines, puis est envoyé
par les artères pulmonaires dans la petite circulation où il est oxygéné dans les poumons. Le réseau
veineux est le principal réservoir de sang : il contient environ 70% du volume total, qui est de 5 à 6
litres pour un adulte.

p. 5
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

Figure 1.1. La circulation sanguine.

1.2. Anatomie du cœur et fonctionnement.

Si le cœur est souvent associé aux sentiments, la charité, le bien ou le mal par des expressions du
style «il n’a pas de cœur » ou «il faut écouter votre cœur », scientifiquement, c’est un organe
musculaire assurant le rôle de pompe du système sanguin. Son activité à la fois électrique et
mécanique assure la pompe de 8000 litres de sang avec 100 000 battements quotidiens en moyenne.

Il est formé essentiellement d'un muscle, le myocarde, lequel est entouré d'un "sac"
séreux, le péricarde et tapissé à l'intérieur par une fine membrane, l'endocarde.

Le cœur comprend quatre cavités : deux cavités droites, formées par l'oreillette et le
ventricule droit et deux cavités gauches, formées par l'oreillette et le ventricule gauche (Figure 1.2).
Les cavités droite et gauche sont totalement séparées par une cloison (septum).

p. 6
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

Figure 1.2. Coupe longitudinale du cœur.

1.2.1. Cycle cardiaque

Chaque battement du cœur entraine une séquence d’événements mécaniques et électriques


collectivement appelés cycle cardiaque. Celui-ci consiste en trois étapes majeures : la systole
auriculaire, la systole ventriculaire et la diastole.

Dans la systole auriculaire, les oreillettes se contractent et projettent le sang vers les
ventricules. Une fois le sang expulsé des oreillettes, les valvules auriculo-ventriculaires entre les
oreillettes et les ventricules se ferment. Ceci évite un reflux du sang vers les oreillettes.

La systole ventriculaire implique la contraction des ventricules expulsant le sang vers le


système circulatoire. Une fois le sang expulsé, les deux valvules, pulmonaires à droite et aortique à
gauche se ferment.

Enfin, la diastole est la relaxation de toutes les parties du cœur, permettant le remplissage
passif des ventricules et l’arrivée de nouveau sang. Les phases de contraction harmonieuses des
oreillettes et des ventricules sont commandées par la propagation d’une impulsion électrique.
Lorsque la fréquence cardiaque change, la diastole est raccourcie ou rallongée tandis que la durée
de la systole reste relativement stable. [4]

p. 7
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

1.3. L’origine physiologique du signal électrique cardiaque

Les potentiels électriques prennent leur origine dans les fibres du muscle cardiaque. La génération
et la propagation de l’excitation dans les différentes parties du cœur peuvent être étudiées non
seulement par la mesure des potentiels électriques des cellules ou la mesure des potentiels
électriques à la surface du cœur, mais aussi par l’enregistrement de l’activité cardiaque au niveau de
la peau. En effet, avec le développement de différence de potentiel entre les zones excitées et non
excitées du cœur, les forces électriques différentielles se propagent dans le corps entier. Des tracés
reflétant les oscillations de ces potentiels peuvent donc être enregistrés en appliquant des électrodes
à certains points du corps. En modèle simplifié, le cœur qui est la source des signaux est un
générateur représenté par un dipôle électrique localisé dans le thorax.

Par convention, une impulsion électrique qui se propage vers l’électrode est représentée sur
l’enregistrement de l’électrocardiogramme par une déflexion qui se dirige vers le haut du tracé. Si,
au contraire, l’activité électrique fuit l’électrode, une déflexion orientée vers le bas du tracé est
observée.

1.4. L'électrocardiographie

L'électrocardiographie est l'étude des variations de l'enregistrement de l'activité électrique des


cellules cardiaques, dont dépend la contraction du cœur.

Le signal graphique enregistrable est l'électrocardiogramme (ECG). Ce signal, se présente


alors comme une suite de déflexions (ondes électrique) séparées par des intervalles, correspondant,
chacune, à une phase de fonctionnement du cœur (Figure 1.3). [11]

Figure 1.3. Allure d’un électrocardiogramme normal.

p. 8
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

• Onde P : Elle est liée à la dépolarisation auriculaire. C'est une onde arrondie de petite
amplitude (inférieure ou égale à 0,2 mV), sa durée est d'environ 120 ms. Les ondes P auriculaires
précédent régulièrement les complexes ventriculaires (QRS). La dépolarisation auriculaire n'est pas
visible sur l'ECG normal car elle est masquée par la dépolarisation ventriculaire.

• Intervalle P-Q : C'est un court segment isoélectrique qui sépare l'onde P du complexe
ventriculaire (QRS), il correspond à la conduction auriculo-ventriculaire. Sa durée est de l'ordre de
200 ms.

• Complexe QRS : C'est l'onde la plus pertinente, elle correspond à l’activation et la


dépolarisation ventriculaire. Cette onde est couramment appelée battement cardiaque, sa durée est
de l'ordre de 80 ms.

• Segment ST: Il correspond au début de la dépolarisation ventriculaire. Il est généralement


isoélectrique et suit horizontalement la ligne de base.

• Intervalle QT : Cet intervalle va du début du complexe QRS à la fin de l'onde T, il


représente la durée de l'activation ventriculaire. Sa durée est inversement proportionnelle à la
rapidité du rythme cardiaque soit, plus le rythme est rapide, plus QT est court.

• Onde T : Elle est le témoin électrique de la repolarisation du muscle myocardique. Sa


durée est imprécise du fait de sa fin progressive. Elle est généralement dirigée dans le même sens
que le complexe QRS. Sa forme est asymétrique, avec un premier versant en pente faible, et un
deuxième versant descendant en pente rapide. [12]

1.4.1. Techniques d'enregistrement

Les modalités d'enregistrement sont variées. Elles se distinguent selon l'emplacement des électrodes
sur la surface du corps. L'enregistrement de plusieurs tracés (projections du signal sur diverses
lignes du corps) est appelé : système de dérivation ECG. Un enregistrement effectué au moyen
d'électrodes cutanées placées sur les membres et le thorax chez un sujet allongé sur le dos, est le
plus habituel. Il définit l'ECG de surface standard. Ce même enregistrement effectué chez un sujet
qui pédale par exemple une bicyclette ergométrique ou marche sur un tapis roulant représente
l'ECG d'effort.

p. 9
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

1.4.2. Les systèmes de dérivations

On appelle dérivation, un circuit électrique déterminé par un couple d'électrodes reliées à un


appareil de mesure. L'élément de base d'une électrode est une plaque d'argent revêtue d'une couche
de chlorure d'argent (gel insoluble), ce qui la rend très conductrice.

En plaçant plusieurs paires d’électrodes à différentes positions, on obtient des résultats


différents. Il est donc important d’avoir un standard de positionnement des électrodes (dérivations)
pour l’évaluation clinique du signal ECG. En pratique, Les différentes dérivations sont obtenues au
moyen de 4 électrodes appliquées au bras droit, au bras gauche et à la jambe gauche, l'électrode de
la jambe droite étant une électrode neutre destinée à éliminer les parasites électriques. Elles ont été
déterminées par Einthoven en 1912 (Les dérivations périphériques bipolaires) et complétées par
Goldberger en 1942 (Les dérivations périphériques unipolaires).

1.4.2.1. Les dérivations périphériques bipolaires

Les dérivations bipolaires (DI, DII, DIII) ont été déterminées par Einthoven au début du vingtième
siècle et restent encore utilisées aujourd’hui. Ces dérivations utilisent trois électrodes placées sur le
sujet. Les électrodes sont placées sur les bras droit et gauche et sur la jambe gauche pour former un
triangle (triangle d’Einthoven).

Chaque côté du triangle formé par les trois électrodes représente une dérivation en utilisant
une paire d’électrodes différente pour chacune des dérivations (Figure 1.4).

Les trois dérivations sont :

– DI (dérivation I) avec DI = VL –VR.

– DII (dérivation II) avec DII = VF – VR.

– DIII (dérivation III) avec DIII = VF – VL.

Avec :

VL le potentiel sur le bras gauche.

VR le potentiel sur le bras droit.

VF le potentiel sur la jambe gauche.

p. 10
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

Figure 1.4. Montage d’Einthoven pour l’enregistrement des dérivations bipolaires des
membres.

1.4.2.2. Les dérivations périphériques unipolaires

Ces dérivations sont indiquées par la Figure 1.6. Elles permettent d’obtenir des signaux de
plus grandes amplitudes. Chaque signal enregistré représente la différence entre le potentiel d’une
électrode et la moyenne des potentiels recueillis par les deux autres électrodes (Figure 1.5).

Figure 1.5. Dérivation unipolaire des membres.

p. 11
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

Figure 1.6. Montage de Goldberger pour l’enregistrement des dérivations unipolaires des membres.

1.4.2.3. Dérivations précordiales :

Ce sont des dérivations unipolaires mises au point par N .F .Wilson en 1934. Les électrodes sont
posées sur le thorax. Ces dérivations sont désignées par la lettre V suivie du numéro de leur
emplacement. Le potentiel de l’électrode exploratrice est pris par rapport à la moyenne des
potentiels VR, VL et VF. Les six points, définis par Wilson permettent d’obtenir les dérivations V1
à V6. (Figure 1.8). Les dérivations précordiales ont deux caractéristiques qui les distinguent
fondamentalement des dérivations des membres : elles mesurent l’activité électrique cardiaque sur
le plan horizontal et les électrodes sont posées à proximité du cœur. [5]

Figure 1.7. Dérivation précordiales de Wilson.

1.4.3. Conditions d’enregistrement

Pour un enregistrement de bonne qualité, le respect de certaines conditions est nécessaire. Le patient
doit être couché sur le dos, en résolution musculaire complète, dans une position confortable et

p. 12
CHAPITRE 01 LE CŒUR ET L’ELECTROCARDIOGRAPHIE

protégée du froid afin d’éliminer au maximum les ondulations de la ligne de base et les
parasites dûs aux tremblements musculaires ou au mauvais contact électrode-peau.

1.4.4. Bruit et variabilité du signal

Le signal ECG peut être parasité par certaines sources de bruit [6], dont :

- Le secteur : Selon le pays, la fréquence du secteur est de 50 ou 60 Hz. On peut éliminer


cette perturbation grâce à un filtre qui enlève sélectivement ces fréquences (coupe-bande).

- Le contact de l’électrode : La perte ou la modification du contact entre l’électrode et la


peau peut conduire à des changements importants ou des saturations du signal, d’où l’utilisation
d’un gel conducteur.

- L’électromyogramme : L’activité électrique des autres muscles se superpose à celle du


cœur. L’inverse est vrai lors de l’acquisition du signal EMG.

- Le mouvement : Les mouvements du patient peuvent aussi mener à des dérives dans la
ligne de base.

1.5. Conclusion

L’électrocardiographie est une technique largement utilisée, elle remplit bien sa fonction et fourni
de façon fiable un signal auquel nous pouvons appliquer des méthodes appropriées du traitement de
signal. Ce chapitre a pour but de donner au lecteur les informations de base pour comprendre la
génération du signal cardiaque ainsi que les méthodes de sa détection.

p. 13
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

Chapitre 02

LE MICROCONTROLEUR PIC 18F4550


2.1. Introduction

Les microcontrôleurs sont très utilisés dans le monde de l'industrie, notamment dans les systèmes
embarqués. On pourra donc les retrouver dans le domaine médical, l'automobile, et l'électronique
grand publique. Leur polyvalence et leur taille les rendent intéressants pour les modules de
traitement de données numériques et analogiques. Ils sont certes peu puissants comparés à aux
microprocesseurs, mais ils les compensent par leur prix mais surtout par leur taille. Un
microcontrôleur peut être comparé à une carte mère d'un ordinateur.

Dans ce chapitre nous présentons une description détaillée du microcontrôleur PIC de la famille
Microchip).

2.2. Le Microcontrôleur (PIC)

2.2.1. Définition d’un PIC

Un PIC (Programmable Interface Contrôler) est une unité de traitement de l’information


de type microprocesseur à laquelle on a ajouté des périphériques internes permettant de faciliter
l'interfaçage avec le monde extérieur sans nécessiter l’ajout de composants externes. Les PICs sont
des composants dits RISC (Reduced Instructions Set Computer), ou encore composant à jeux
d’instructions réduits. Les PICs se conforment à l'architecture Harvard : ils possèdent une mémoire
de programme et une mémoire de données séparées. Les microcontrôleurs PICs se trouvent, dans
plusieurs appareils tels que : les téléphones portables, machines à laver, télévisions, consones de
jeux etc... [14]

2.2.2. Classification des PICs de Microchip

Actuellement les modèles Microchip, sont classés en 3 grandes familles, comportant


chacune plusieurs références. Ces familles sont : [13]

 Base-line : les instructions sont codées sur 12 bits.

p. 14
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

 Mid-Range : les instructions sont codées sur 14 bits.

 High-End : les instructions sont codées sur 16 bits.

2.2.3. Identification d’un PIC

Un PIC est identifié par un numéro de la forme suivant : xx (L) XXyy–zz: [10]

 xx : famille du composant, actuellement « 12, 14, 16, 18, 24 et 32 ».

 L : tolérance plus importante de la plage de tension.

 XX : type de mémoire programme :

o C : EPROM ou plus rarement une EEPROM.

o CR : PROM.

o F : Flash.

 yy : constitue la référence du PIC.

 zz : indiquant la fréquence d’horloge maximale que le PIC peut recevoir


(Vitesse maximum du quartz).

Donc, un pic 18F4550 est un PIC High-End dont la mémoire programme est de type
FLASH, d'identificateur 45 et il est capable d’accepter une fréquence d’horloge de 48 MHz.

Notons que les PICs sont des composants statiques, c’est à dire que la fréquence d’horloge
peut être abaissée jusqu'à l’arrêt complet sans perte de données et sans dysfonctionnement.

2.2.4. Le choix d’un PIC

Le choix d’un PIC est directement lié à l’application envisagée :

 Il faut dans un premier temps déterminer le nombre d’entrées/sorties nécessaires pour


l’application. Ce nombre d’entrées/sorties nous donne une idée sur la famille du PIC.

 Il faut ensuite déterminer si l’application nécessite un convertisseur Analogique/


Numérique ce qui va nous orienter un peu plus vers le choix du PIC.

 La rapidité d’exécution est un élément important, il faut consulter les DATABOOK


pour vérifier la compatibilité entre la vitesse maximale du PIC choisi et la vitesse
max nécessaire au montage.

p. 15
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

 La taille de la RAM interne et la présence ou nom d’une EEPROM pour mémoriser


des données sont également importantes pour l’application souhaitée.

 La longueur du programme de l’application détermine la taille de la mémoire


programme du PIC recherché.

Au cours de ce projet, on a choisi d’utiliser le PIC 18F4550 pour deux raisons


fondamentales. La première, il est disponible au niveau du magasin de notre institut et la deuxième,
il répond à tous les critères de choix déjà cités.

2.2.5. Caractéristiques principales du PIC 18F4550

Les caractéristiques principales du 18F4550 sont résumées dans le tableau ci-dessous : [13]

Tableau 2.1. Caractéristiques principales du pic 18F4550.

CARACTERISTIQUES VALEUR/TYPE

Type de mémoire de programme Flash

Mémoire de programme 32 (Ko) mots de 16 bits

EEPROM données (octets) 256

Vitesse du processeur (MIPS) 12

RAM octets 2048 Octets

Périphériques de communication 1-UART, 1-A/E/USART, 1-MSSP(SPI/I2C)


numérique

Capture/Compare/ Périphériques PWM 1 CCP, 1 ECCP

Timers 1 1 x 8-bit, 3 x 16-bit

CAN 13 canaux, 10-bit

Comparateurs 2

USB (cannaux, vitesse, compliance) 1, Full Speed, USB 2.0

Température (C) - 40 à 85

Tension de fonctionnement (V) 2 à 5.5

Nombre de broches 40

p. 16
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

2.2.6. Brochage du 18F4550

La Figure 2.1 résume le brochage du PIC 18F4550. [13]

Figure 2.1. Brochage du PIC 18F4550.

2.2.7. Architecture interne du PIC 18F4550

La Figure 2.2, [5] illustre l'architecture interne du PIC 18F4550. En effet, cette figure
montre que ce PIC est constitué des éléments suivants : quatre ports d’entrées/sorties, une unité
arithmétique et logique (ALU), quatre compteurs (Timers) Timer0, Timer1, Timer2, Timer3, un
compteur de programme (program counter), une mémoire RAM, 2048 octets, une mémoire
EEPROM de 256 octets de données, un convertisseur analogique numérique 13 canaux 10 bits, des
périphériques de communication numérique: EUSART, USB 2.0, MSSP (SPI/I2C), des modules de
capture, de comparaison, et des périphériques PWM : ECCP, CCP. [13]

p. 17
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

Figure 2.2. Architecture interne du PIC 18F4550.

p. 18
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

2.3. Le Convertisseur analogique /numérique

Le convertisseur analogique/digital est un modèle à approximations successives, précédé


d’un échantillonneur bloqueur et d’un multiplexeur à plusieurs entrées.

Selon la configuration choisie au moyen de bits appropriés de son registre de contrôle, il peut
utiliser diverses sources de tension de référence. La tension de référence haute peut ainsi être la
tension d’alimentation du PIC ou VDD, ou bien une tension externe appliquée sur l’entrée
analogique AN3 , tandis que la tension de référence basse peut être la masse ou Vss, ou bien encore
une tension externe appliquée sur l’entrée analogique AN2.

Ce convertisseur présente en outre la particularité de pouvoir fonctionner même lorsque le


microcontrôleur est en mode SLEEP. Son synoptique interne est présenté à la figure 2.3 et même si
cela ne se voit pas vraiment sur cette figure, cinq registres sont nécessaires pour pouvoir l’utiliser :

trois registres de contrôle appelés ADCON0, ADCON1 et ADCON2 et deux registres


de résultats appelés ADRESH pour les poids forts et ADRESL pour les poids faibles.
Les lignes d’entrée du convertisseur sont partagées avec les lignes de certains ports
parallèles (Ports A, B et E) qui doivent être configurées en entrée lorsqu’elles sont utilisées pour la
conversion. Dans le cas contraire, le convertisseur lirait le niveau logique présent sur ces pins. [2]

Figure 2.3. Schéma équivalent du convertisseur analogique/numérique 10 bits.

p. 19
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

Le convertisseur utilise une technique d’échantillonnage blocage qui équivaut à charger une
capacité avec la tension à mesurer dans un temps appelé TAD. Ce dernier dépend de la vitesse de
conversion désirée et de la fréquence d’horloge du PIC.

Ceci étant précisé, nous pouvons étudier le contenu des registres de contrôle, ce qui nous facilitera
ensuite la présentation de la procédure à suivre pour programmer ce convertisseur.

2.3.1. Les registres de la conversion analogique/numérique

Le premier registre de contrôle appelé ADCON0 illustré par le tableau 2.2 comporte les bits
suivants : [13]

 Bit 0 ou bit ADON pour ADON

Ce bit doit être mis à 1 pour valider le convertisseur. Dans le cas contraire, le convertisseur est
arrêté et ne consomme aucune énergie.

 Bit 1 ou bit GO/DONE

Le fait de mettre ce bit à 1 démarre une conversion. Ensuite, tant que ce bit reste à 1 la conversion
est en cours. Le passage de ce bit à 0, provoqué par la circuiterie du convertisseur, indique une fin
de conversion et la possibilité de lire son résultat dans ADRESH et ADRESL.

 Bits 2 à 5 ou bits CHS0 à CHS3 pour Channel Select

Ces bits permettent de choisir l’entrée à convertir conformément aux indications de la figure 2.3.

 Bits 6 et 7 non utilisés et lus comme étant des '0'.

Tableau 2.2. Registre de contrôle ADCON0.

E :Ecriture U U L/E L/E L/E L/E L/E L/E


L :Lecture
-- -- CHS3 CHS2 CHS1 CHS0 GO/DONE ADON
Etat à la mise 0 0 0 0 0 0 0 0
sous tension

Le deuxième registre de configuration appelé ADCON1 adopte quant à lui la configuration


présentée par le tableau 2.3. [8]

 Bits 0 à 3 ou bits PCFG0 à PCFG3 (Configuration des entrées des ports)

Ces bits permettent de choisir la répartition entre les ports analogiques et digitaux sur le ou les ports
parallèles partagés avec le convertisseur conformément aux indications du tableau 2.4.

p. 20
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

 Bits 4 à 5 ou bits VCFG0 à VCFG1 pour (Configuration des tensions de référence)

Ces bits permettant de sélectionner les sources de tension de référence.

 Bits 6 à 7 non utilisés et lus comme étant des '0'.

Tableau 2.3. Registre de contrôle ADCON1.

E :Ecriture U U L/E L/E L/E L/E L/E L/E


L :Lecture
-- -- VCFG1 VCFG0 PCFG3 PCFG2 PCFG1 PCFG0
Etat à la mise 0 0 0 0 0 0 0 0
sous tension

Tableau 2.4. Configuration des entrées du convertisseur au moyen des bits PCFG0 à PCFG3.

Le troisième registre de configuration, appelé ADCON2 est organisé comme indiqué dans le tableau
2.5 : [2]

 Bits 0 à 2 ou bits ADCS0 à ADCS2 (Sélection de l'horloge)

Ces bits permettant de définir la fréquence de l’horloge de conversion sachant que la conversion
nécessite un temps égal à 11TAD. En outre pour assurer une conversion correcte, un temps TAD
minimum de 1.6 μs doit être retenu. Le tableau montre quelles sont les diverses possibilités offertes
par la programmation des ces bits [2].

p. 21
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

 Bits 3 à 5 ou bits ACQT0 à ACQT2 (Sélection du temps d'acquisition)

Ces bits permettant de définir le temps d’acquisition.

 Bit 7 ou bit ADFM (Sélection du format du résultat).

S’il est à 1, ce bit positionne le résultat contenu dans ADRESH et ADRESL, avec une justification à
droite c’est-à-dire que les 6 bits de poids forts de ADRESH sont lus comme étant égaux à 0.

S’il est à 0, ce bit positionne le résultat avec une justification à gauche c’est-à-dire que les 6 bits de
poids faibles de ADRESL, sont lus comme étant égaux à 0.

Tableau 2.5. Registre de contrôle ADCON2.

E :Ecriture L/E U L/E L/E L/E L/E L/E L/E


L :Lecture
ADFM -- ACQT2 ACQT1 ACQT0 ADCS2 ADCS1 ADCS0
Etat à la mise 0 0 0 0 0 0 0 0
sous tension

Tableau 2.6. TAD en fonction de la fréquence d’horloge.

Horloge A/D Horloge PIC


Fréquence ADCS2 :1 :0 PIC18f4550
2 Tocs 000 2.86 MHz
4 Tocs 100 5.71 MHz
8 Tocs 001 11.43 MHz
16 Tocs 101 22.86 MHz
32 Tocs 010 45.71 MHz
64 Tocs 110 48 MHz

2.4. L’interface de communication série synchrone et asynchrone (EUSART)

Un EUSART (Enhanced Universal Synchronous Asynchronous Receiver Transmitter) est un


émetteur récepteur universel de données synchrones et asynchrones. Il se trouve préfixé ici par la
lettre E, abréviation du mot anglais enhanced qui signifie « amélioré » servant la possibilité de
détecter automatiquement la vitesse de transmission d’une liaison série asynchrone.

Du fait que l’EUSART équipe notre circuit du PIC 18F4550, elle peut fonctionner comme
une interface série asynchrone classique en full duplex mais aussi comme une interface série
synchrone, restreinte dans ce cas au seul mode half duplex ou semi-duplex.

p. 22
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

La vitesse de transmission de l’EUSART est totalement programmable grâce à un registre


interne mais qui est identique en émission et en réception. La parité n’est pas supportée directement
par l’EUSART en ce sens qu’il ni ne la calcule, ni ne la vérifie [2]. Par contre, il offre la possibilité
de transmettre et de recevoir 9 bits de données ce qui permet de gérer cette parité par logiciel et
d’utiliser le neuvième bit pour l’émettre et le recevoir.

2.4.1. Les registres de l’EUSART

Examinons le rôle des divers bits d’état et de contrôle des registres internes de l’EUSART.
Commençons par le registre d’état TXSTA (Tableau 2.7) dont chaque bit a la signification
particulière que voici : [2]

 Bit 0 ou bit TX9D (Transmit 9 Data)

Ce bit est utilisé comme bit de parité si nécessaire.

 Bit 1 ou bit TRMT (Transmit shift register empty)

Lorsque ce bit est à 1, le registre d’émission TXREG est vide et peut donc recevoir une nouvelle
donnée.

 Bit 2 ou bit BRGH (Baud Rate Generator High)

Ce bit sélectionne un des deux groupes de vitesses de transmissions permises par les registres
SPBRG, Il n’est utilisé qu’en mode asynchrone.

 Bit 3 ou bit SENDB (Send Break Character)

Lorsque ce bit est mis à 1, un break est transmis après le caractère courant. Ce bit est remis à 0
automatiquement par l’interface.

 Bit 4 ou bit SYNC (Synchronous mode)

Ce bit doit être mis à 1 en mode synchrone et laissé à 0 en mode asynchrone.

 Bit 5 ou bit TXEN (Transmit Enable)

Ce bit doit être mis à 1 pour autoriser les émissions de données.

 Bit 6 ou bit TX9 (Transmit 9)

Ce bit sélectionne une transmission sur 9 bits s’il est mis à l et sur 8 bits dans le cas contraire.

 Bit 7 ou bit CSRC (Clock Source Select)

Ce bit est inutilisé en mode asynchrone

p. 23
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

Tableau 2.7. Registre de contrôle TXSTA.

E :Ecriture L/E L/E L/E L/E L/E L/E L L/E


L :Lecture
CSRC TX9 TXEN SYNC SENDB BRGH TRMT TX9D
Etat à la mise 0 0 0 0 0 0 1 0
sous tension

Le deuxième registre principal contrôlant l’EUSART est le registre RCSTA (Tableau 2.8) dont
chaque bit a la signification que voici : [2]

 Bit 0 on bit RX9D (Receive 9 Data)

Ce bit est utilisé comme bit de parité si nécessaire

 Bit 1 ou bit OERR (Overflow Error)

Ce bit passe à 1 en cas d’erreur de débordement, c’est-à-dire la lecture n'est pas assez rapide
du registre de réception RCREG. Il est remis à 0 par mise à 0 du bit CREN.

 Bit 2 ou bit FERR (Format Error)

Ce bit passe à 1 en cas d’erreur de format. Il est remis à 0 par une lecture du registre RCREG et la
réception de la donnée suivante si elle est valide.

 Bit 3 on bit ADDEN (Address Detect Enable)

Ce bit n’est utilisé qu’en mode asynchrone avec une transmission sur 9 bits.

 Bit 4 on bit CREN (Continuous Receive Enable)

En mode asynchrone ce bit doit être mis à 1 pour autoriser la réception. En mode synchrone, il
autorise la réception continue s’il est mis à 1. Ce bit est prioritaire sur le bit SREN.

 Bit 5 ou bit SREN (Single Receive Enable)

Ce bit n’est pas utilisé en mode asynchrone.

 Bit 6 ou bit RX9 (Receive 9 bits)

S’il est mis à 1 ce bit sélectionne une réception sur 9 bits, et sur 8 bits dans le cas contraire.

 Bit 7 ou bit SPEN (Serial Port Enable)

Ce bit doit être mis à 1 pour valider les lignes RX/DT et TX/CK comme lignes du port série de
l’EUSART.

p. 24
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

Tableau 2.8. Registre de contrôle RCSTA.

E :Ecriture L/E L/E L/E L/E L/E L L L


L :Lecture
SPEN RX9 SREN CREN ADDEN FERR OERR RX9D
Etat à la mise 0 0 0 0 0 0 0 0
sous tension

Un troisième registre, permet de définir diverses informations relatives à l’horloge d’émission ou de


réception utilisée par l’EUSART. Chaque bit de ce registre a la signification que voici :

 Bit 0 ou bit ABDEN (Auto Baud Detect Enable)

Ce bit interdit la détection automatique de la vitesse de transmission en mode asynchrone lorsqu’il


est mis à 0 et valide ce mode dans le cas contraire.

 Bit 1 ou bit WUE (Wake Up Enable)

La réception asynchrone fonctionne normalement lorsque ce bit est à 0 tandis que l’interface attend
la détection d’un front descendant sur l’entrée RXD dans le cas contraire.

 Bit2 non utilisé et lu comme étant égal à 0.

 Bit3 ou bit BRGI6 (Baud Rate Generator16)

Lorsque ce bit reste à 0, le registre de définition de la vitesse de transmission est codé sur 8 bits et
s’appelle alors SPBRG. Lorsque ce bit est mis à 1, ce registre voit sa taille doublée par adjonction
d’un deuxième registre 8 bits, appelé SPBRGH, contenant les poids forts du mot de 16 bits qu’il
forme alors avec SPBRG pour définir cette vitesse [2].

 Bit 4 ou bit TXCKP (Trasmit Clock Polarity select)

En mode asynchrone ce bit permet de transmettre des données vraies lorsqu’il est à 0 ou inversées
lorsqu’il est à 1 sur la sortie série TXD.

 Bit 5 au bit RXDTP (Receive Data Polarity)

En mode asynchrone ce bit permet de ne pas inverser les données reçues sur l’entrée RXD lorsqu’il
est à 0 ou de les inverser lorsqu’il est à 1.

 Bit 6 au bit RCIDL (Receive IDLE)

Ce bit est inutilisé en mode synchrone.

 Bit 7 ou bit ABDOVF (Auto Baud Detect Overflow)

p. 25
CHAPITRE 02 LE MICROCONTROLEUR PIC18F4550

Lorsqu’il est à 1 ce bit indique que le timer du circuit de détermination automatique de la vitesse de
transmission a débordé.

Le dernier registre de contrôle de l’EUSART est le registre BRG qui permet de définir la vitesse de
transmission il est utilisé dans les 2 modes synchrone et asynchrone selon le bit SYNC. Le contenu
de ce registre permet en fait de calculer la vitesse de transmission qui sera utilisée lors des
échanges. Ce registre peut être utilisé en mode 8 bits ou en mode 16 bits selon le choix désiré par la
configuration de bit BRG16 du registre BAUDCON. [2]

Si l’on appelle N le contenu de SPBRG (sur 8 bits ou sur 16 bits selon le cas), la vitesse de
transmission obtenue dans les différents modes de fonctionnement est indiquée par les relations
figurant dans le tableau 2.10.

Tableau 2.9. Registre de contrôle BAUDCON.

E :Ecriture L/E L L/E L/E L/E U L/E L/E


L :Lecture
ABDOVF RCIDL RXDTP TXCKP BRG16 -- WUE ABDEN
Etat à la mise 0 1 0 0 0 0 0 0
sous tension

Tableau 2.10. Mode de calcul de la vitesse de transmission de type EUSART.

Bits de configuration BRG/ Mode EUSART Formule de calcule


SYNC BRG16 BRGH N
0 0 0 8 bits/Asynchrone FOSC /(64*Baudrate)
0 0 1 8 bits/Asynchrone FOSC /(16*Baudrate)
0 1 0 16 bits/Asynchrone
0 1 1 16 bits/Asynchrone
1 0 X 8 bits/Synchrone FOSC /(4*Baudrate)
1 0 X 16 bits/Synchrone
SYNC : 1=Mode synchrone, 0= Mode Asynchrone. BRGH: 0=Faible vitesse, 1=Grande vitesse.

2.5. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons présenté les éléments que nous avons jugés importants pour la
compréhension de notre travail. En effet, notre application est basée sur les principes de la
conversion et de la transmission sérielle asynchrone. De ce fait, les détails présentés dans ce
chapitre sont directement liés aux deux modules du microcontrôleur à savoir le module du
convertisseur analogique numérique et le module de la transmission sérielle EUSART.

p. 26
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Chapitre 03

CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT


3.1. Introduction

Après avoir décrit le signal ECG et ses différentes déflexions et dérivations (chapitre 1), et avoir
donné une description générale du microcontrôleur (chapitre 2), nous présenterons dans ce chapitre
les cartes que nous avons conçus à savoir la carte de détection et la carte d’acquisition du signal
ECG, ainsi que les différentes étapes qui nous ont permises de les développer.

3.2. Description des différentes cartes

3.2.1. La carte de détection

Pour réaliser la détection du signal ECG, il faudrait d'abord le conditionner. Pour se faire, il faudrait
passer par quatre étapes principales: [8]

1. La détection du signal.

2. La pré-amplification du signal.

3. Le filtrage du signal.

4. L'amplification principale

3.2.1.1. Détection du signal

La détection du signal cardiaque se fait par l’intermédiaire de trois électrodes de mesure qui sont
placées directement sur la peau selon la technique de dérivation bipolaire d’Einthoven [8]. Le type
d'électrodes utilisées pour cette détection est donné à la figure 3.1

Figure 3.1. Type des électrodes utilisées.

p. 27
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Ces électrodes sont caractérisées par : [8]

Une aptitude à capter les basses amplitudes situées dans la gamme de 0,05mV à 10mV.

 Une impédance d’entrée très élevée.

 Un courant d’entrée très bas, inférieur à 1 mA.

 Avant de placer les électrodes sur la peau, nous diffusons un électrolyte sur l’épiderme pour
assurer une bonne conduction.

3.2.1.2. Pré-amplification du signal

Un amplificateur de mesure ou amplificateur d’instrumentation (en anglais Instrumentation


Amplifier, in-amp ou INA) est un dispositif électronique destiné au traitement de faibles signaux
électriques. L'amplificateur de mesure est un élément essentiel dans la partie de conditionnement
d'une chaîne d'acquisition : il permet le traitement de signaux issus de capteurs de mesure. Il est
généralement réalisé à partir d'un ou de plusieurs amplificateurs opérationnels (AOP) à gain
différentiel très important, de telle manière qu'il améliore leurs caractéristiques intrinsèques comme
le bruit d'amplification, gain en boucle ouverte, taux de réjection en mode commun CMMR, et
l'impédance d'entrée. Au cours de la réalisation de notre carte, nous avons utilisé l'amplificateur
d'instrumentation 'AD620' [8].

3.2.1.3. Le filtrage du signal

Le signal détecté et pré-amplifié est ensuite filtré par un filtre passe-haut qui atténue les fréquences
inférieures à sa fréquence de coupure, et conserve uniquement les hautes fréquences. [8]

3.2.1.4. L'amplification principale

L'amplification principale est réalisée à partir d'un amplificateur opérationnel 'TL071', utilisé en
mode linéaire (contre réaction de la sortie sur son entrée négative) selon le schéma de la figure 3.2.
[15]

Figure 3.2. Schéma d'un amplificateur différentiel classique.

p. 28
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Le gain de ce montage est donné par la relation suivante:

(3.1)

Telles que :

Rvar = 220KΩ R1= 1KΩ

Nous obtenons finalement le schéma global contenant tous les éléments du circuit électrique qui
nous permettra par la suite de passer à la réalisation pratique de notre carte d'acquisition (Figure
3.3)

Figure 3.3. Montage de détection et composants de la carte de détection du signal ECG.

3.2.2. La carte de traitement

La carte d’acquisition est conçue dans le but de transmettre le signal ECG à travers le module de
transmission EUSART du microcontrôleur vers le PC au niveau du logiciel Matlab sous une
interface graphique ‘GUI’. Cette interface permettra le suivi on-line du signal ECG détecté
directement du sujet ainsi que son traitement comme l’extraction de quelques paramètres utiles.

Cette carte est une carte électronique qui contient essentiellement :

 Le microcontrôleur PIC 18F4550.

 Un amplificateur opérationnel différentiel utilisé pour l’adaptation d’impédance,

 Un amplificateur pour amplifier le signal détecté

p. 29
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

 Un autre amplificateur opérationnel utilisé comme additionneur pour rendre le signal ECG
dans la marge tolérable de 0 à 5V du convertisseur analogique /numérique. En effet, cet
additionneur nous permet d’obtenir un signal avec seulement des valeurs positives.

3.2.2.1. Adaptation d’impédance

Un adaptateur d’impédance appelé souvent tampon de tension (Buffer en anglais) est destiné à
assurer l'adaptation d'impédance entre deux étages successifs d'un circuit grâce à son impédance
d'entrée très importante et à sa faible impédance de sortie. C’est un amplificateur opérationnel
monté en suiveur (Figure 3.4).

Vs = Ve (3.2)

Ze = ∞ (3.3)

Figure 3.4. Montage en suiveur de tension.

3.2.2.2. Amplificateur non-inverseur (suiveur)

A la sortie de l’adaptateur d’impédance, on amplifie notre signal cardiaque via un amplificateur


non-inverseur (TL071), dont le gain est donné par la formule suivante :

(3.4)

Pour notre application nous avons choisi un gain allant jusqu'à 20, par conséquent les valeurs
disponibles choisies sont les suivantes :

Rvar = 200KΩ et R=10KΩ

3.2.2.3. Amplificateur additionneur non-inverseur

Après l’amplification de notre signal cardiaque, on adapte la marge minimale de la tension avec
celle du convertisseur A/N en utilisant un amplificateur additionneur non-inverseur (TL071), dont
la sortie est donnée par la formule suivante :

p. 30
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

(3.5)

3.2.2.4. Circuit RC (filtre passe-bas )

On sait que la bande passante du signal ECG est d’environ 200 Hz pour cela, on a mis un filtre
passe-bas pour garder cette zone de fréquence et éliminer les autres fréquences non désirées. Ce
filtre possède une fréquence de coupure égale à 190 Hz calculée par la formule suivante :

(3.6)

Avec :

R=56KΩ et C=15nF

Figure 3.5. Filtre passe-bas.

3.3. Les différents pins utilisés du microcontrôleur (µc)

3.3.1. La broche d’alimentation

Le pic 18F4550 a 4 broches d’alimentation, deux broches d’alimentation pour le 0V et les


deux autres pour le 5V.

3.3.2. Le circuit d’horloge

Pour piloter le circuit de contrôle et le séquencement du microcontrôleur 18f4550, il est


nécessaire d’utiliser un signal d’horloge. Dans notre cas nous avons choisi un quartz de 20
MHz avec une horloge interne à verrouillage de phase (PLL) qui nous permet de multiplier la
fréquence de l’horloge externe par un facteur adéquat et obtenir ainsi une fréquence qui peut
être de l’ordre de 48MHz.

p. 31
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

3.3.3. L’entrée analogique AN0 (RA0)

Cette entrée a été choisie pour être l’entrée de notre signal ECG parvenant de la sortie de
l’additionneur.

3.3.4. Les lignes de transmission de l’EUSART

La transmission se fait grâce aux deux pins Rx/Tx (Receiver/Rransmitter) du microcontrôleur relié
au connecteur DB9.

3.4. Les outils de développement

Nous avons utilisé trois logiciels pour réaliser ce travail. Dans cette partie nous présenterons le
logiciel de programmation (Makro), le logiciel de simulation (Proteus) et l’interface graphique GUI
développée sous le logiciel MATLB.

3.4.1. Langage et compilateur MikroC

Le langage MikroC pour PIC a trouvé une large application pour le développement des systèmes
embarqués à base des microcontrôleurs. Il assure une combinaison de l'environnement de
programmation avancée IDE (Integrated Development Environment), d’un vaste ensemble de
bibliothèques pour le matériel, de la documentation complète et d’un grand nombre d’exemples. [7]

p. 32
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Figure 3.6. L’environnement IDE du compilateur MkroC PRO.

3.4.1.1. Avantages du langage Mikroc

Pour de la programmation de base, le Mikroc est intéressant. Il permet rapidement, sans gros effort,
de développer des programmes fonctionnels. Il permet aussi de s'affranchir des connaissances
complexes sur l'architecture des PIC. Il a l'avantage de gérer facilement les boucles, les choix, ainsi
que l'affichage.

3.4.1.2. Inconvénients du langage Mikroc

Le Mikroc n'est pas le langage naturel du microcontrôleur. Il permet de programmer plus


intuitivement. Le logiciel de programmation Mikroc transforme alors les lignes en C en lignes
assembleurs directement compréhensibles par le microcontrôleur. Pour programmer efficacement, il
est souvent nécessaire d'aller voir l’architecture interne du microcontrôleur ainsi que le code
assembleur ; il est donc conseillé d'avoir des bases solides en assembleur pour développer des
programmes conséquents [16].

p. 33
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

3.4.2. Logiciel de simulation PROTEUS

Proteus est une suite logicielle permettant la conception assistée par ordinateur (CAO)
électronique éditée par la société Labcenter Electronics , il est capable de simuler le comportement
d'un microcontrôleur (PIC, Atmel, ARM, HC11...) et son interaction avec les composants qui
l'entourent[17]. Proteus est composé de trois modules principaux :

 L’éditeur de schéma ISIS (Intelligent Schematic Input System).

 Le simulateur LISA (Labcenter Integrated Simulation Architecture).

 L’outil de conception du circuit imprimé ARES (Advanced Routing and Editing Software).

ISIS produit d’une part, une liste d’équipotentiels qui peut être utilisée par le simulateur LISA et
l’outil de conception de circuit imprimé ARES, d’autre part, une liste de matériel et des rapports de
contrôle des règles électriques.

LISA est un ensemble de modules de simulation lié à ISIS. Le noyau de simulation PROSPICE est
basé sur la version 3F5 du moteur SPICE publié par l’université de Berkeley.

ARES est un module de conception de circuit imprimé. Il permet le placement des composants en
mode automatique, manuel ou semi-automatique et le routage des liaisons sur plusieurs couches en
mode automatique manuel ou semi-automatique [9].

Figure 3.7. Interface du logiciel ISIS.

p. 34
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Figure 3.8. Interface du logiciel ARES.

3.4.3. L’interface graphique sous MATLAB


Depuis la version 5.0 (1997), MATLAB possède un outil dédié à la création des interfaces
graphiques appelé GUIDE (pour Graphical User Interface Development Environment).

Le GUIDE est un constructeur d'interface graphique qui regroupe tous les outils dont le
programmeur à besoin pour créer une interface graphique de façon intuitive (Figure 3.9). Il
s'ouvre, soit en cliquant sur new ensuite sur Graphical User Interface, soit en tapant guide dans le
Command Window de MATLAB.

Le placement des objets est réalisé par sélection dans une boite à outils. Leur mise en place et leur
dimensionnement se font à l'aide de la souris [3].

p. 35
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Figure 3.9. Fenêtre principale du GUIDE.

Un double-clique sur un objet permet de faire apparaître le Property Inspector (Figure 3.10) où les
propriétés des objets sont facilement éditables. Leurs modifications et la visualisation de ces
modifications sont immédiates.

Figure 3.10. Property Inspector.

Une fois l'interface graphique terminée, son enregistrement donne deux fichiers portant le même
nom mais avec deux extensions différentes. fig et .m.

Le fichier. fig contient la définition des objets graphiques (positions et propriétés). Ce fichier peut
être ouvert ultérieurement avec le GUIDE pour modifier les objets graphiques.

Le fichier .m contient les lignes de code qui assurent le fonctionnement de l'interface graphique
(actions des objets). Ce fichier peut être édité dans l’éditeur de MATLAB pour y ajouter des actions
à la main. C'est ce fichier qui doit être lancé pour utiliser l'interface graphique.

p. 36
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

3.5. La réalisation des cartes

Au cours de ce travail, nous avons conçu deux cartes. La première avait pour but la détection du
signal ECG et la deuxième le traitement de ce signal.

3.5.1. La carte de détection

Avant de réaliser pratiquement cette carte, nous avons simulé son circuit électrique sous le logiciel
'ISIS PROTEUS' qui est nous a fourni le schéma donné à la (Figure 3.11).

Figure 3.11. Schéma du circuit électrique de la carte de détection.

Après le placement des composants dans le logiciel ARES, ce dernier permet l’obtention du schéma
du circuit imprimé.

p. 37
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Figure 3.12. Schéma du circuit imprimé de la carte de détection.

3.5.2. La carte d’acquisition

Cette carte est conçue pour transmettre le signal ECG vers le PC au niveau de matlab. Le circuit
électrique a été simulé avec le logiciel 'ISIS PROTEUS' montré à la (Figure 3.13).

Figure 3.13. Schéma du circuit électrique de la carte d’acquisition.

p. 38
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Après avoir placé nos composants selon la disposition souhaitée dans ARES, on a obtenu le schéma
du circuit imprimé à l’aide de l’outil de traçage des pistes automatique. La figure 3.14 illustre le
schéma du circuit imprimé final.

Figure 3.14 Schéma du circuit imprimé de la carte d’acquisition.

L’outil (visionneur 3D) d’ARES permet de visualiser la carte conçue telle qu’elle sera en réalité.
L’aspect de notre carte d’acquisition en visualisation 3D est donné dans la Figure 3.15.

p. 39
CONCEPTION ET OUTILS DE DEVELOPPEMENT

Figure 3.15 La carte d’acquisition conçue sous ARES en visualisation 3D.

3.6. Conclusion

Dans ce chapitre nous avons décrit tous les éléments qui ont constitué les deux cartes que nous
avons développées ainsi que les différentes étapes suivies pour leur réalisation pratique.

p. 40
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

Chapitre 04

RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION


4.1. Introduction

Ce chapitre présente les différents résultats obtenus aussi bien durant la phase de simulation que la
phase de la réalisation pratique. On citera notamment les divers problèmes rencontrés lors de
l’enregistrement du signal ECG ainsi que les solutions adaptées pour les surmonter.

4.2. Partie simulation

Dans cette partie on va présenter les différentes étapes qu'on à suivies pour transmettre un signal
analogique similaire à celui de l'ECG à travers le microcontrôleur (μc) vers le logiciel Matlab par la
transmission sérielle RS-232.

4.2.1. Communication avec le PC

Pour réaliser une communication sérielle entre le PC (port série COM2) et le microcontrôleur (port
série COM1) nous avons utilisé un software qui permet de connecter virtuellement les COM1 et
COM2 même si ces derniers n’existent pas au niveau du PC. Le software utilisé est le VSPE
(Virtual Serial Ports Emulators). Les figures 4.1 et 4.2 montrent la configuration du VSPE.

Figure 4.1 Configuration du VSPE.

p. 41
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

Figure 4.2. Connexion virtuelle entre les ports COM1 et COM2 par VSPE.

4.2.2. Affichage des valeurs transmises par le μc via le terminal virtuel

Après la compilation du programme sous le Mikroc, on charge le ficher Hex généré dans la
mémoire du PIC 18F4550 dans le logiciel de simulation ISIS. Le programme convertit le signal
analogique à l’entrée du microcontrôleur conformément au théorème de Nyquist-Shannon. La
transmission dépend de deux facteurs importants. Le premier est la fréquence d’échantillonnage du
signal à convertir qui précise le temps séparant deux échantillons convertis et le deuxième est le
Baudrate du μc 18F4550 qui impose le temps de transmission séparant deux valeurs reçues.

La figure 4.3 montre les octets transmis sur le terminal virtuel, ces valeurs représentent les niveaux
de quantification du signal converti et affichés en décimal.

Figure 4.3. Affichage des valeurs transmises sur le terminal virtuel.

p. 42
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

4.2.3. Récupération des données transmises par l’interface graphique

Le signal d’entrée utilisé à l’entrée du microcontrôleur est un signal électromyographie réel (signal
EMG). Après l’opération de transmission, ce signal est récupéré sous Matlab et la représentation
graphique des octets transmis le constituant est illustrée au niveau de l’interface graphique comme
le montre la Figure 4.4.

Figure 4.4. Récupération du signal envoyé par le μc vers le PC au niveau de l’interface graphique.

Une fois l’opération de l’enregistrement du signal terminé, on arrête la récupération par le bouton
Stop. Si on veut faire le traitement, on click sur le bouton Processing, une autre fenêtre s’ouvre et
des résultats apparaissent selon un choix sélectionné comme l’illustre la Figure 4.5.

p. 43
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

Figure 4.5. Chargement et traitement du signal EMG.

4.3. Partie expérimentale

4.3.1. Visualisation du signal cardiaque sur l’oscilloscope

Le signal cardiaque détecté par l’intermédiaire des électrodes placées sur le thorax du sujet selon la
technique d’Einthoven a été visualisé sur l'oscilloscope numérique (Figure 4.6).

Figure 4.6. Visualisation du signal cardiaque sur l'oscilloscope numérique.

p. 44
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

4.3.2. Affichage du signal cardiaque sur l’interface graphique

Après la détection du signal ECG par la carte de détection (Figure 4.7), ce dernier est envoyé à la
plaque d'essai (Figure 4.8). Notons qu’avant l’arrivée du signal au μc, le signal doit passer par un
étage d’adaptation d’impédance. Le signal ECG numérisé est transmis au PC par la liaison RS 232,
La figure 4.9 montre le résultat de l’enregistrement du signal ECG affiché sur l’interface graphique
développée.

Figure 4.7. Carte de détection.

Figure 4.8. Circuit d’acquisition.

p. 45
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

Figure 4.9. Signal ECG bruité récupéré au niveau de l’interface graphique.

On constate que le signal ECG est contaminé par un bruit. Ce bruit est à l’origine de plusieurs
sources. Il est provoqué par l’activité musculaire extracardiaque, par des hautes fréquences
indésirables, par les interférences dues aux appareils électriques et par des bruits provoqués par les
mouvements du corps liés à la respiration (Artefacts). Pour minimiser l’effet de ce bruit, le signal
ECG est filtré par un filtre passe-bas placé au niveau de l’entrée analogique du microcontrôleur. La
figure 4.10 montre l’effet du filtrage effectué sur le signal détecté.

Figure 4.10. Signal ECG filtré.

p. 46
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

Malgré l’ajout du filtre, nous remarquons que le signal est toujours contaminé par un bruit du à la
présence de la fréquence indésirable 50Hz. Nous avons jugé qu’il est préférable d’éliminer ce bruit
par programmation en utilisant le filtre de butterworth coupe bande fourni par Matlab. La figure
4.11 montre le signal ECG détecté en présence de la fréquence 50 Hz et après l’élimination de cette
dernière.

Figure 4.11. Le signal ECG détecté en présence de la fréquence 50 Hz et après élimination de cette
dernière

4.4. Conclusion

Dans ce chapitre nous avons montré que l’objectif qu’on s’est fixé a été atteint. En effet, nous avons
réussi à détecter le signal ECG et nous avons réussi sa transmission sérielle à travers la liaison RS
232 vers le PC ainsi que sa visualisation on-line grâce à l’interface graphique que nous avons
développée sous Matlab.

p. 47
RESULTATS PRATIQUES ET SIMULATION

CONCLUSIONS GENERALES ET PERSPECTIVES


Dans ce projet de fin d’étude, nous avons exploité nos connaissances acquises en traitement du
signal et en microcontrôleurs pour construire deux cartes. L’une avait comme but la détection du
signal ECG. La méthode de détection utilisée est la méthode de dérivation bipolaire d’Einthoven.
La deuxième carte avait comme objectif la transmission et le traitement numérique du signal ECG
détecté par la première carte.
Le logiciel prévu pour piloter cette carte d’acquisition est l’interface graphique développée
sous Matlab. Cette interface graphique fournie à son utilisateur la possibilité de sauvegarder le
signal ECG détecté on-line ce qui lui permet de faire appel aux outils de traitements numériques ou
statistiques par les logiciels appropriés pour procéder au traitement de ce signal. Les résultats
obtenus peuvent être sauvegardés sous forme de fichiers en extensions .m, .excel, ou .dat.
En outre, cette expérience nous a donné la chance d’acquérir certaines connaissances dans le
domaine biomédical, et d’approfondir d’autres dans les domaines de l’électronique et de la micro-
informatique.
Les perspectives seraient d’étendre la carte de détection à plusieurs points de mesures en
augmentant le nombre d’électrodes pour avoir les 12 dérivations standards du signal ECG.

Ces deux cartes seraient un outil important pour les chercheurs intéressés par les différents
signaux biomédicaux tels que : l’électroencéphalogramme (EEG) et l’électromyogramme (EMG) et
par l’implémentation de nouveaux algorithmes pour le filtrage et la compression de ces signaux.

p. 48
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Références Bibliographiques

 Livres :
[1] Etienne-Paul d’alché, Comprendre la physiologie cardiovasculaire, Flammarion Médecine-Sciences,
2003
[2] Christian Tavernier, Microcontrôleurs PIC 18 Description et mise en œuvre. 2e édition Dunod, 2012
[3] J. Briot, Introduction à la Programmation des Interfaces Graphiques, Tutorials-guiintro, Editions
Clubes Professionnels de l’Informatique, 2007.

 Mémoires / Theses
[4] Dima Abi Abdallah “ Nouvelle approche pour l'amélioration de la synchronisation en IRM cardiaque,
modélisation de l’effet magnétohydrodynamique”, Thèse de doctorat, université de Technologie de
Compiègne Discipline : Bio-Ingénierie Biomécanique Biomatériaux
[5] François Portet “Pilotage d’algorithmes pour la reconnaissance en ligne d’arythmies cardiaques”,
Thèse de doctorat, université de Rennes, Mention Informatique, 2005.
[6] Bertrand Lebichot “Traitement automatique du signal ECG pour l’aide au diagnostic de pathologies
cardiaques ”, mémoire de fin d’étude, université catholique de Louvain Ecole polytechnique de
Louvain
[7] Victor Tourtchine, “Programmation En Mikroc. Application Pour Les Microcontrôleurs De La
Famille PIC’’, Département physique, Faculté des Sciences université M’Hamed Bogara, Boumerdes
[8] Abderraouf Goutal, “Conception et réalisation d’une carte d’acquisition du signal ECG à base du
microcontrôleur 16F877’’, Département d'électrotechnique, Faculté de Technologie, Université
Ferhat-Abbès de Sétif.
[9] Formation Proteus : Cours ISIS Lycée général, scientifique et technologique Louis Armand- Paris.

 Site web :
[10] http://www.who.int/cardiovascular_diseases/resources/atlas
[11] http://www.md.ucl.ac.be/peca/ecg.html.
[12] http://www.besancon-cardio.org/cours/03-ecgnormal.php
[13] http://www.microchip.com/wwwproducts/en/PIC18F4550
[14] http://www.technologuepro.com/microcontroleur/Chap1.htm : "Les Microcontrôleurs PIC",
[15] https://fr.wikipedia.org/wiki/Amplificateur_de_mesure
[16] http://herve.hollard.perso.sfr.fr/prog_pic_c.htm
[17] https://fr.wikipedia.org/wiki/Proteus_(électronique).

p. 49
:‫ملـخـص‬
‫ و ذلك بالتقاط النبضات الكهربائية الصغيرة الناتجة عن انقباض و انبساط‬،‫يسجل التخطيط الكهربائي النشاط الكهربائي للقلب‬
‫ يعتبر تخطيط اإلشارة الكهربائية للقلب من الوسائل المهمة لتحديد حالة الصحية‬،‫البطين واألذين من خالل نشاط عضلة القلب‬
‫ أو بما يسمى بالرسم البياني لتخطيط القلب الكهربائي‬.‫للشخص المعاين وذلك بالنظر إلى مختلف المنحنيات المكونة لهذا الكشف‬
‫ تعتبر معاينة الرسم البياني لتخطيط القلب الكهربائي و استخراج المعلومات‬،‫الظاهر على شاشة جهاز كشف التخطيط الكهربائي‬
‫ األولى صممت لهدف التقاط‬، ‫ قمنا في هذه المذكرة بتصميم دارتين الكترونيتين‬،‫المهمة منه خطوة جريئة لتشخيص المرض‬
‫اإلشارة الكهربائية للشخص المعاين بينما تقوم الدارة االلكترونية الثانية بتحويل هذه األخيرة إلى إشارة كهربائية رقمية وإرسالها إلى‬
.‫جهاز الحاسوب أين يتم استقبال ومعاينة هذه اإلشارة المرسلة على مستوى واجهة المستخدم المطورة باستعمال برنامح ماتالب‬

.‫ واجهة المستخدم ماتالب‬،‫ إرسال اإلشارات التناظرية‬،18F4550 ‫الميكروكنترولر‬، ‫ التخطيط الكهربائي للقلب‬:‫كلمـات مفتاحيـــة‬

Résumé :

L’électrocardiographie explore l’activité électrique du cœur par enregistrement des


variations des ondes électriques de l’activité de polarisation et de dépolarisation ventriculaire et
auriculaires du cœur. L’activité cardiaque constitue l’un des plus importants paramètres déterminant
l’état d’un sujet. Elle se traduit par l’apparition de plusieurs ondes sur le tracé de
l’électrocardiographe : c’est le signal cardiaque, l’électrocardiogramme ECG. L'analyse du signal
ECG et l'identification de ses paramètres constituent une étape primordiale pour le diagnostic. Dans
ce mémoire de master, nous avons conçu deux cartes électroniques. L’une avait comme but la
détection du signal ECG et la deuxième avait comme objectif la transmission du signal ECG vers le
PC au niveau duquel s’effectuent quelques traitements du signal en question sous le logiciel Matlab
via une interface graphique.

Mots Clés : Electrocardiogramme, PIC 18F4550, Transmission des signaux analogiques, Matlab GUI.
Abstract:

The electrocardiography explores the heart's electrical activity by recording the changes in
electric fields due to the ventricular depolarization and auricular polarization. The cardiac activity is
one of the most significant parameter in determining the state of the heart. It results in the
appearance of several waves on the layout of the electrocardiograph: the signal is called
electrocardiogram ECG. The analysis of ECG signal and the identification of its parameters are
essential for the diagnostic. In this project, we have developed and implemented
two electronic circuits, the first is used to detect the ECG signal and the second is for transmitting
the ECG signal to PC based program where some operation have been performed on the signal in
order to extract the useful features. Tis program was developed using Matlab(TM) software and
enhanced with a GUI to facilitate the interaction to the user (doctor).

Key Words : Electrocardiogram, PIC18F4550, Transmitting analog signals, Matlab GUI.