Vous êtes sur la page 1sur 110

NEZHA YAMANI

1

Bienvenue et bonne rentrée

N. YAMANI

à tous

ENCGM

Economie Internationale S3

2 Module: Environnement économique II

Economie internationale

Economie Monétaire et techniques bancaires

Systèmes politiques contemporains

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

3 Module: Environnement économique II

Economie internationale

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

4

Objectifs pédagogiques

Ce cours permet à l’étudiant(e) de comprendre les bases de l'économie internationale,

de se familiariser avec les théories et les fondements

des Relations Economiques Internationales,

de s’initier à l'interprétation des données propres à

l'évolution de l'activité économique internationale.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

5

MANAGEMENT DES EXPORTATIONS

N. YAMANI

Objectifs du cours

Méthode pédagogique Evaluation

Horaire et calendrier

Sommaire du contenu du cours

ENCGM

Economie Internationale S3

Objectifs pédagogiques

6

Saisir les liens qui unissent le politique, l'historique et

l'économique dans l'étude

des questions économiques

internationales.

Développer

une

attitude

scientifique

à

l'égard

des

problèmes

économiques

en

utilisant

la

raison

et

l'observation plutôt que le

préjugé

personnelle.

préférence

et

la

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

7

L’intérêt,…!

« Nul ne gagne

que d’autres ne

perdent ».

A.

MONTCHRETIEN

permettre la maîtrise des éléments fondamentaux de de la globalisation,

de sorte d’être capable :

d’assimiler la complexité des relations économiques internationales .

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

8

L’intérêt,…!

« Nul ne gagne

que d’autres ne

perdent ».

A.

MONTCHRETIEN

d’analyser et de comprendre le rôle

des principaux acteurs et les enjeux des

REI.

comprendre

les

principaux

concepts

propres à l'économie internationale.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

9 Méthode pédagogique N. YAMANI Méthode interactive. ENCGM Economie Internationale S3

9 Méthode pédagogique

N. YAMANI

Méthode interactive.

ENCGM

Economie Internationale S3

Méthode pédagogique

10

Ce cours sous forme de séminaire intégrant des exposés magistraux

par le professeur et des interactions

avec les étudiants portant sur l'analyse des économiques internationales.

Travail d’équipe : un projet sur un thème (exposé) relié à un des aspects

spécifiques de l’économie

internationale sera réalisé par groupe.

spécifiques de l’économie internationale sera réalisé par groupe. N. YAMANI ENCGM Economie Internationale S3

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Méthode pédagogique

11

Ce travail (écrit/exposé) sera comptabilisé avec la note du contrôle continu prévu à la 7 ème séance (voir calendrier).

Chaque équipe devra préparer et présenter un exposé ( voir liste des thèmes).

N. YAMANI

ENCGM

Management des exportations- S9-CI

12

Evaluation

10% pour le travail individuel: la participation de chaque étudiant sera évaluée avec les critères suivants:

fréquence et qualité des interventions.

10% pour le travail d’équipe.

20% pour le contrôle continu.

N. YAMANI

ENCGM

Management des exportations- S9-CI

13

Evaluation

l’examen final (voir

calendrier) portant sur le contenu des

différentes séances et des lectures afférentes.

60%

pour

Il s’agit de questions de réflexion, de synthèse et de compréhension des thèmes abordés en cours. La maîtrise des

concepts et des techniques de commerce

international est nécessaire.

des concepts et des techniques de commerce international est nécessaire . N. YAMANI ENCGM Economie Internationale

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

14

Horaire et calendrier

Ce

d’une

durée

de

40

heures

déroule

se conformément au planning transmis par la Direction.

cours

Ainsi,

tous les

vendredis de 10h15 à 13h15. Une pause de 15 mn est

les

séances

du

cours

auront

lieu

prévue au milieu de chaque séance.

Les épreuves d’examens durent 2h30mn.

N. YAMANI

ENCGM

Management des exportations- S9-CI

Séance

1

2

3

4

5

6

7

8

9

15

10

11

Date

10-octobre 2014

17-octobre 2014

24-octobre 2014

31-octobre 2014

05-novembre 2014

07-novembre 2014

21-novembre 2014

28-novembre 2014 05-décembre 2014 12-décembre 2014

19-décembre 2014

N. YAMANI

ENCGM

Observation

Rattrapage

Contrôle continu

Remise des devoirs

NB…!

16

Conformément au règlement intérieur, la présence au cours est obligatoire et trois absences non justifiées entraîneront un échec.

Bien que sévère, cette règle ne vise qu’à aider les étudiants à atteindre les objectifs du cours.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Sommaire du cours

17

Ce cours est structuré autour d'une série de thèmes interdépendants qui contribuent à l'émergence d'un

cadre d’analyse global aussi bien théorique qu’empirique traitant des relations économiques

internationales.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Sommaire du cours

18

Thème 1 : Faits, chiffres, institutions commerciales

internationales

1.Définitions

contemporains 2. Commerce et politiques commerciales jusqu'à 1948

3. Du GATT à l'OMC

et

grandes

tendances

des

échanges

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Sommaire du cours

19

Thème 2 : Théories et fondements de l’Economie Internationale Cet axe présente les principaux concepts théoriques expliquant le commerce et les investissements directs internationaux ainsi que les modèles productifs des FMN.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Sommaire du cours

20

3ème Axe: Les Relations Financières Internationales

Les ententes de Bretton-Woods

Les fonctions du système monétaire international

Le fonctionnement du marché des changes

Cas: Système Monétaire Européen

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Sommaire du cours

21

Thème 4 : Les PVD dans l’Economie Internationale

Différence entre pays riche et pays pauvres

Flux des capitaux vers les PVD

Les pays émergents

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Bibliographie

22

Adam SMITH, 1776. Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations. Paris : Gallimard, 1976.

Krugman, P.R., Obsfeld, M., 2000, Économie internationale, Prémisses, Paris

Krugman, P.R., 1998, La mondialisation n’est pas coupable, La

Découverte, Paris.

Aglietta M., Moatti S., 2000, Le FMI. De l’ordre monétaire aux désordres financiers, Économica, Paris.

Boissieu de Ch., 2000, Les mutations de l’économie mondiale,

Économica, Paris.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Bibliographie

23

CARROUE L. La mondialisation. Paris : CNED/CEDES. 2006.

B. Benoit et R. Saussac,

La mondialisation, Bréal, Le monde en fiches,

2010.

C.A.MICHALET, la séduction des nations ou comment attirer les investissements, Economica, Paris, 1999

la

A.MICHALET/

Qu'est

mondialisation/éditions

ce

que

la

découverte/2002.

.

Rapports et publications: FMI, Banque Mondiale, OCDE, CNUCED, BAM…

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

EN GUISE D’INTRODUCTION

24

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Constats et faits

25

L’environnement

d’influences;

recouvre

une

grande

diversité

L’environnement est turbulent L’environnement est complexe

L’environnement est dynamique

L’environnement est mondialisé

N. YAMANI

26
26

Quelques questions

Quelques questions

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

EN GUISE D’INTRODUCTION

27

Libre-échange protectionnisme?

ou

Pourquoi

les

taux

de

change varient-ils?

Coopération commerciale ou rivalité entre blocs?

Quelle est l'importance des mouvements de

capitaux?

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

EN GUISE D’INTRODUCTION

28

Les IDE sont ils des canaux de propagation

des crises financières ou au contraire un vecteur

de développement pour

les pays qui savent les attirer?

Quelle est l’influence de

FMI sur

l’OMC et du

l’économie mondiale?

L'évolution des REI remet-

en question

la

souveraineté nationale?

elle

l'exercice

de

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

EN GUISE D’INTRODUCTION

29

L’économie profonde.

Les

mondiale

traverse

transformation

une

barrières

disparaissent

ou

s’amenuisent comme l’atteste la récente crise

économique et financière.

entre

les

pays

La mondialisation des échanges croît sans cesse.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

EN GUISE D’INTRODUCTION

30

Le développement et la diffusion de nouvelles technologies accentuent cette tendance comme l’illustre la globalisation financière.

Les

enjeux

considérables

de

compétition planétaire sont

et chaque pays doit s’adapter

cette

rapidement à cette nouvelle dynamique.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

EN GUISE D’INTRODUCTION

31

EN GUISE D’INTRODUCTION 31  Qui dirige le Monde?  Comment la structure du système économique

Qui dirige le Monde?

Comment la structure du système

économique international se modifie-t-

elle?

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

EN GUISE D’INTRODUCTION

32

EN GUISE D’INTRODUCTION 32  Sous la pression de l’ouverture des économies, de l’internationalisation des

Sous la pression de l’ouverture des économies, de l’internationalisation des entreprises et du

processus de globalisation, les stratégies des acteurs mondiaux ont changé.

La place des Etats-Nations

scène

mondiale dépend davantage de leur santé

économique.

dans la

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

1 er Axe : Faits, chiffres, institutions et politiques

33

Chapitre 1: Définitions et grandes tendances des échanges contemporains

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

34

Chap.1- Définition et grandes tendances des

échanges contemporains

« La vie économique est autre chose qu’un réseau d’échanges, elle est un réseau de

forces. L’économie n’est pas guidée seulement

par la recherche du gain, mais aussi par celle

du pouvoir ». François Perroux (1987).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

35

Déjà

Dès l’Antiquité et le Moyen Age, le monde a été divisé en zones économiques plus ou moins centralisées, plus ou

moins cohérentes : des économies-mondes, c’est-à-dire des espaces géographiques formant un tout

économique, un monde en soi, constitué autour d’un

pôle, un centre, représenté par une ville dominante (Etat-ville ou capitale économique d’un Etat) telles

qu’Athènes, Rome, Venise ou Gênes.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

36

Chap.1- Définition et grandes tendances des

échanges contemporains

Depuis la 2 ème guerre mondiale, le commerce international a enregistré un développement

spectaculaire au point qu’il est devenu une variable décisive de l’expansion de plusieurs Nations.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

37

Chap.1- Définition et grandes tendances des

échanges contemporains

Les progrès accomplis dans les domaines du transport, de l’information et des communications

s’inscrivent dans un contexte plus vaste d’innovations technologiques qui ont engendré des percées sans

précédent en matière de productivité, de croissance

économique et de commerce international.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

38

en effet,…

Grâce aux :

progrès des transports,

développements des systèmes de communication

Ouverture des frontières en réponse aux politiques libérales

Commerce international de biens et services s’est fortement accru depuis 50 ans : il a été multiplié par 17 alors que la

production mondiale a été multipliée par 5.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

1. Les flux commerciaux

39

La croissance des exportations mondiales sur la période 1970-2001, montre que le commerce mondial a cru ces

dernières décennies beaucoup plus vite que la richesse

mondiale.

Les échanges se sont donc intensifiés et le degré d'ouverture

au commerce de l'économie mondiale a augmenté.

Les échanges mondiaux représentent 10-12 % de la richesse mondiale à la fin des années 1960 contre 24 % au

début des années 2000.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

1. Les flux commerciaux

40

N. YAMANI ENCGM Economie Internationale S3
N. YAMANI
ENCGM
Economie Internationale S3

41

Rappel…

Le degré d’ouverture de l’économie mondiale =

Rapport exportations mondiales/PIB mondial.

La comparaison des taux annuels de croissance des exportations et du PIB font apparaître que les périodes de croissance économique s'accompagnent

d'une croissance accrue du commerce.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

1. Les flux commerciaux

42

1. Les flux commerciaux 42 Sur la période 1977-2001, le taux de croissance annuel moyen du

Sur la période 1977-2001, le taux de croissance annuel moyen du PIB réel mondial a été de 3,4% et celui des échanges mondiaux de 5,8 %.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Le commerce international s'est développé depuis la seconde guerre mondiale

grâce au libre-échange.

43

Les pays industrialisés ont fait le choix du libre-échange après 1945, ce qui a

contribué au développement des échanges internationaux.

C'est durant la seconde guerre mondiale que les Etats-Unis projetaient de créer des Institutions Internationales capables de sécuriser les relations internationales.

Le but étant d'établir un cadre favorisant ces échanges et permettant d'éviter

notamment les dérives protectionnistes des années 30 qui visaient à protéger les producteurs nationaux de la concurrence internationale.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

A. Définitions:

le vocabulaire lié aux échanges internationaux

44

L'internationalisation des économies nationales résulte

de l'essor des échanges internationaux, résultat d'une

ouverture croissante des économies.

Cet essor n'est pas récent : le commerce international s'est développé très rapidement au XIX° siècle et le degré

d'ouverture de nombreuses économies était plus élevé en

1913 qu'il ne l'était à la fin des années 1960.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

A. Définitions:

le vocabulaire lié aux échanges internationaux

45

Cependant depuis 1950, les échanges internationaux progressent très rapidement, plus rapidement que les P.I.B.

Ainsi, en deux siècles (XIX° et XX°), les échanges de biens et services ont été multipliés par 1000 environ alors que

le PIB mondial n'a été multiplié "que" par 60.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

46

N. YAMANI

47

A. Définitions

Mondialisation : C’est « l'émergence d'un vaste marché mondial des biens, des services, des capitaux et de la

force de travail, s'affranchissant de plus en plus des

frontières politiques des Etats, et accentuant les interdépendances entre les pays ». (S. d'Agostino, La

mondialisation, Ed. Bréal, 2002).

L'internationalisation des échanges est donc un vecteur de la mondialisation.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

48

Le

concept

de

A. Définitions

mondialisation

désigne

la

prépondérance croissante des processus financiers,

économiques, environnementaux, politiques, sociaux et culturels à l’échelle mondiale, vis-à-vis de ces mêmes

processus à l’échelon régional, national et local.

Cette

approche

met

l’accent

sur

le

caractère

multidimensionnel de la mondialisation.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

A. Définitions

49 Globalisation : c'est la version anglaise du terme mondialisation.

Mais on l'utilise en français pour l'opposer à la dimension "locale" des échanges.

La diffusion mondiale des idées et des cultures oblige à prendre en compte la dimension "globale" de nos activités, même si nous sommes toujours concernés par notre ancrage local.

Par conséquent, le terme "relocalisation" s'oppose au processus de "délocalisation" des unités de production, qui est lié à la globalisation

des processus de production.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

50

A. Définitions

Cette mondialisation met en avant le rôle majeur des firmes multinationales (FMN), accentue la concurrence

entre les territoires, redistribue les zones géographiques de production et favorise une certaine homogénéisation culturelle.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

51

…en conséquence

Le réseaux des échanges commerciaux s’est considérablement densifié dessinant une véritable

toile d’araignée des relations commerciales qui lie les unes aux autres non seulement les économies nationales mais aussi les entreprises, les travailleurs, les consommateurs de tous les pays et de toutes les

parties du monde.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

52

N. YAMANI
N. YAMANI

53

Dans cette toile, des blocs régionaux se dégagent soulignant le caractère hétérogène, polarisé de

l’économie mondiale.

Ces polarisation (TRIADE) constituent un élément fondamental dans l’analyse des échanges internationaux et apparaissent à tous les niveaux de

transactions internationales (flux de marchandises, de

services et facteurs de production)

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

54

Le total des exportations mondiales représente en 2005 plus de 10 000 milliards de dollars.

L'Allemagne reste le 1 er exportateur mondial devant les États- Unis, mais,

On assiste à une montée en puissance de la Chine, qui, avec Hong-Kong, devient potentiellement le 1 er exportateur mondial en 2006.

On compte 80 000 firmes multinationales aujourd'hui.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

55

L'essor du commerce mondial de ces dernières décennies est une conséquence de

la réduction générale des mesures protectionnistes sur les échanges de marchandises et du développement de certaines régions notamment celle du sud-est

asiatiques.

N. YAMANI

56

Les FMN vendent à elles seules deux fois plus de biens ou services que le total des exportations

mondiales. Les IDE cumulés représentent aujourd'hui le quart du PIB mondial, soit près de 9 000 milliards de dollars.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

57

actuellement…

On dénombre 82.000 FMN actuellement.

Elles contrôlent 800.000 filiales et sites de production dans

le monde,

emploient 80 millions de salariés et

réalisent un chiffre d’affaires de plus de 20.000 milliards de

dollars, c'est-à-dire l’équivalent de 65% du RNB mondial.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

A. Définitions:

le vocabulaire lié aux échanges internationaux

59

La balance des paiements est un compte retraçant l'ensemble des échanges

économiques réalisés pendant un an entre les résidents et les non-résidents d'un pays.

Les résidents sont les agents économiques qui « résident » dans le pays, c'est-à- dire qui y exercent leur activité économique depuis plus d'un an.

Ex. Une entreprise américaine implantée depuis plus d'un an en France est donc une unité résidente française. Ce n'est donc pas la nationalité qui compte.

Les échanges économiques sont regroupés en comptes selon leur nature.

Il y a trois comptes : le compte des transactions courantes, le compte de capital, le compte financier.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

A. Définitions:

le vocabulaire lié aux échanges internationaux

60

Le compte des transactions courantes enregistre les échanges de biens (exportations et importations, regroupés dans la « balance commerciale »), les échanges de services (assurance, transports

internationaux, services financiers, ingénierie, tourisme, etc.), les

échanges de revenus (salaires versés à ou reçus de l'étranger, revenus tirés des investissements à l'étranger ou versés aux étrangers ayant

investi dans le pays) et les transferts courants (envois de fonds à

l'étranger par les travailleurs immigrés, envois de fonds par les Administrations publiques aux organisations internationales, etc.).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

A. Définitions:

le vocabulaire lié aux échanges internationaux

61

Le compte de capital enregistre les acquisitions d'actifs non financiers comme l'achat ou la vente de brevets.

Le compte financier enregistre les flux de capitaux correspondant aux

investissements directs à l'étranger (I.D.E. visant à contrôler plus de 10%

du capital d'une entreprise), aux investissements de portefeuille (achats

d'actions ou d'obligations à titre de placements) et à d'autres mouvements de capitaux (crédits commerciaux, flux monétaires et de devises).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

62

Les flux monétaires

Les

mouvements

prépondérants et dépassent le flux réels; grâce notamment:

flux

financiers

de

capitaux

sont

devenus

ou

À La libéralisation des marchés des capitaux

Aux progrès technologiques liés aux systèmes de communication et

d’information

Aux innovations financières Ex. Pour la France, ils représentent échanges de la France

des

Au niveau mondiale, ils représentent 1700 milliards de $ par jour (soit

(en

valeur)

80

à

90%

le PIB de la France)

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

63

L'essor du commerce mondial ces dernières décennies est une conséquence de la réduction

générale des mesures protectionnistes sur les échanges de marchandises et du développement de

certaines régions notamment celle du sud-est asiatiques.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

1 er Axe : Faits, chiffres, institutions et politiques

64

Chapitre 2: Commerce et politiques commerciales jusqu'à 1948

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

65

1948

Il

existe

commerciale

échange.

deux

:

le

N. YAMANI

ENCGM

grands

types

protectionnisme

Economie Internationale S3

de

et

politique

libre-

le

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

66

A- LE PROTECTIONNISME.

C’est une doctrine défendue par certains économistes, qui propose de

protéger la production nationale de la concurrence des entreprises étrangères.

Pour cela, le pouvoir politique entrave l’entrée sur le territoire national des marchandises étrangères par des taxes à l’importation (ex : taxe de 30% sur une marchandise donnée) ou une réglementation spécifique (ex :

interdiction d’un type de marchandise).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

67

A- LE PROTECTIONNISME.

Cette doctrine économique est très ancienne.

On la retrouve en Europe chez les mercantilistes du XVI et XVII siècles.

A l’époque, l’économie était au service du pouvoir politique.

Le but de l’économie était d’enrichir l’Etat.

En favorisant les exportations et en limitant les importations par un

protectionnisme très strict, la balance commerciale devenait

excédentaire et l’Etat s’enrichissait.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

68

B. Les instruments de protectionnisme.

a) Les barrières tarifaires.

b) Les barrières non tarifaires.

c ) Les mesures paratarifaires.

d) Les règlements administratifs.

e) La manipulation du taux de change

f) L’esprit patriotique.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

69

B. Les instruments de protectionnisme.

a) Les barrières tarifaires.

Les

droits

de douane

sont des taxes prélevées sur

les

marchandises lors de leur passage aux frontières.

La

taxe

agit

sur

le

prix

du produit étranger

vendu sur le

marché intérieur.

Les consommateurs nationaux sont dissuadés d’acheter ces produits étrangers jugés trop coûteux et préfèrent acheter la

production locale.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

70

B. Les instruments de protectionnisme.

b) Les barrières non tarifaires.

Les prohibitions commerciales sont des interdictions d’importer certains produits.

Ces prohibitions reposent parfois sur des raisons sanitaires (ex :

interdiction d’importer en France de la viande bovine durant la

crise de la « vache folle »),

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

71 B. Les instruments de protectionnisme. b) Les barrières non tarifaires.

parfois pour des raisons religieuses (interdiction d’importer de

l’alcool en Arabie Saoudite),

Parfois pour des raisons morales (armes, drogues) ou

écologiques .

L’embargo est une mesure administrative qui vise à empêcher la libre circulation d’une marchandise (ex : un embargo sur les

armes).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

72

1948

B. Les instruments de protectionnisme.

b) Les barrières non tarifaires.

Le contingentement est un quota d’importation qui limite arbitrairement l’entrée des marchandises. L’autorisation d’importer n’est valable que pour un nombre réduit de produits.

Pour des raisons politiques, un Etat peut interdire les importations en provenance d’un pays.

Ex. Les Etats-Unis utilisent parfois cette arme à l’encontre de pays jugés dangereux.

Le blocus est l’ensemble des mesures visant à l’isolement d’un pays sur le plan

économique.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

73

1948

B. Les instruments de protectionnisme.

c) Les mesures paratarifaires.

Les subventions à l’exportation, les crédits à l’exportation à taux d’intérêt réduits, les distorsions liées aux différences de régimes fiscaux.

La palette des instruments du « protectionnisme financier » est

particulièrement riche et évolutive.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

74

1948

B. Les instruments de protectionnisme.

d) Les règlements administratifs.

Des règlements pointilleux peuvent décourager les exportateurs étrangers.

Les Japonais utilisent cette forme de protectionnisme déguisé en utilisant des normes de sécurité excessives.

Ex. La France impose des modes d’emploi en langue française,

alors que beaucoup de pays n’utilisent que la langue anglaise.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

75

1948

B. Les instruments de protectionnisme.

d) La manipulation du taux de change.

Une politique de change permet d’améliorer artificiellement le solde commercial.

Lorsqu’un pays possède une monnaie faible, ses exportations sont favorisées. De plus, ses importations lui coûtent plus chères. Ses

consommateurs évitent donc, dans la mesure du possible, d’acheter

des produits étrangers. Le solde de la balance commerciale s’améliore de cette manière.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

76

1948

B. Les instruments de protectionnisme.

d) La manipulation du taux de change.

Ex. Dans les années 60 et 70, le Japon, l’Italie ou l’Espagne ont élaboré ce type de stratégie commerciale, axée sur des prix à l’exportation faibles.

Actuellement, les Etats-Unis et surtout la Chine ont une politique de

change agressive à l’égard des autres pays pour favoriser leurs exportations.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

77

1948

B. Les instruments de protectionnisme.

d) La manipulation du taux de change.

Un pays, qui détient une monnaie forte, est défavorisé dans ses exportations, car la compétitivité-prix de ses produits se dégrade.

Ex. Cas de la zone euro actuellement incapable d’élaborer une

politique de change favorable à ses exportations.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

78

1948

B. Les instruments de protectionnisme.

e) L’esprit patriotique.

Certains états diffusent un esprit protectionniste dans leur population. C’est le cas du Japon.

Le consommateur japonais est réticent à acheter des produits

étrangers.

En France, sous la présidence Mitterrand, des spots de TV avaient été diffusés : « Nos emplettes font nos emplois ».

« Patriotisme économique », Dominique de Villepin».

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

79

C. Les motivations du protectionnisme:

Le protectionnisme éducateur de Friedrich LIST (1841): protéger

leur marché intérieur de la concurrence étrangère.

L’argument de la balance commerciale.

L’argument des représailles.

L’argument de l’indépendance nationale.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

80

D. Les conséquences:

Le protectionnisme engendre le protectionnisme

le protectionnisme limite artificiellement l’extension du marché.

Les entreprises nationales sont confinées dans un marché local étroit et ne peuvent pas se développer à l’international.

Baisse de la croissance mondiale.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

81 LISTE DES THEMES

ECONOMIE INTERNATIONALE

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

82

B. LE LIBRE-ECHANGE

Le libre-échange est la doctrine économique favorable à la libre circulation des marchandises.

Cette libre circulation s’étend aux services, aux capitaux et à la

main-d'œuvre.

Les libre-échangistes préconisent la suppression de toutes les entraves aux échanges.

NB. Doctrine du libre-échangisme de l'école classique au XIX e : loi des avantages comparatifs, tous les partenaires du commerce international ont un avantage en participant à la division

internationale du travail. (voir 2

N. YAMANI

ENCGM

ème

partie)

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

83 B. LE LIBRE-ECHANGE

L'ouverture internationale d'un pays est son degré de participation aux échanges internationaux, comparativement à

son poids économique.

Elle

connaître :

se mesure

grâce

à un certain nombre d'outils

qu'il faut

le taux d'ouverture (ou degré d'ouverture) est défini par le rapport :

Taux d'ouverture = [(X +M)/2 / PIB] x 100

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

84 B. LE LIBRE-ECHANGE

L'ouverture internationale:

Le taux d’ouverture est très variable selon les pays (faible aux Etats-Unis, très élevé en Belgique, par exemple).

NB. ce n'est pas parce que le volume de marchandises exportées ou importées (en milliards de dollars, par exemple) est élevé que le degré d'ouverture l'est. Tout dépend du montant du PIB !

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

85 B. LE LIBRE-ECHANGE

Le calcul de la part de marché est en général ciblé sur un marché précis (par exemple, le marché de l'automobile).

La part de marché des entreprises automobiles françaises sur le marché mondial (=

montant des exportations françaises d'automobiles / demande mondiale mesurée par la somme des importations mondiales d'automobiles en %), ou dans un pays précis.

marché sur le marché extérieur est définie par le

La

part de

rapport :

Part de marché =(X / demande mondiale) x100

(avec demande mondiale = somme des importations mondiales)

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

86 B. LE LIBRE-ECHANGE

Le taux de pénétration étrangère :

Ex. la part de marché des entreprises automobiles étrangères en

France (= montant des importations d'automobiles étrangères en

France/ achat d'automobiles neuves en France, en %).

Si = 45% (c’àd, sur 100 voitures neuves achetées une année donnée, 45 étaient importées de l'étranger).

Taux de pénétration =( M / marché intérieur ) x 100

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

87 B. LE LIBRE-ECHANGE

Les

termes

de

l’échange:

permettent de mesurer l'évolution

comparée des prix des produits importés et exportés.

Termes de l'échange = indice du prix des exportations / indice du prix des importations

N.B. les termes de l'échange n'ont pas beaucoup d'intérêt. Le plus important est leur évolution au cours du temps : si l'on observe

une « dégradation des termes de l'échange », c’à d, le rapport

diminue, le prix des produits exportés a moins augmenté que le prix des produits importés.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

88

C. Le développement du libre-échange

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le libre-échange

s'est développé très rapidement et les échanges internationaux

aussi. Les deux sont évidemment liés : quand il n'y a plus

d'entraves aux échanges, en particulier sur le plan des taxes

douanières, cela facilite les échanges et leur permet de se développer.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

89

C. Le développement du libre-échange

Les pays se sont mis d'accord pour instituer un libre-échange de

plus en plus généralisé. C'est ce que l'on appelle la libéralisation

des échanges.

Qu’est

ce

que

la

caractéristiques?

N. YAMANI

libéralisation

des

ENCGM

Economie Internationale S3

échanges?

et

ses

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

90

1. La libéralisation des échanges: du GATT à L’OMC

Le GATT est un simple accord (Accord général sur les tarifs douaniers) mis en application en octobre 1947, en principe provisoirement (en attendant la création d'une organisation

internationale du commerce) mais le provisoire dura jusqu'en

janvier 1995, date de création de l'OMC (Organisation mondiale du commerce).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

91

1. La libéralisation des échanges: du GATT à L’OMC

Les nations signataires de cet accord ont décidé de baisser progressivement les tarifs douaniers portant sur les échanges de biens et services et respecter ce que l'on pourrait appeler un

"code de bonne conduite ".

L'abaissement des tarifs douaniers se négociait périodiquement au cours de " rounds " successifs (conférences internationales), dont le plus célèbre est peut-être l'Uruguay Round, du nom du pays accueillant la négociation.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.2 Commerce et politiques commerciales jusqu’à

1948

92

1. La libéralisation des échanges: du GATT à L’OMC

a) L’abaissement des tarifs douaniers

L'abaissement des tarifs douaniers grâce aux négociations du GATT fut très rapide.

10 en une cinquantaine

d'années. Actuellement, près de 40% des marchandises circulent dans le monde en franchise totale (c'est à dire sans aucun droit de douane à payer).

Le tarif

divisé par

moyen a

été

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Les

rounds

et

le

désarmement

douanier

de

1947

à

1994.

source: Y. Crozet et alii, Les grandes questions de l'économie internationale, Nathan, 1997.

93

Les grandes questions de l'économie internationale, Nathan, 1997 . 93 N. YAMANI ENCGM Economie Internationale S3

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

94

Du

GATT

à

l’OMC

1. La libéralisation des échanges: du GATT à L’OMC

b) Le code de bonne conduite:

Les pays signataires de l'accord du GATT s'engagent à respecter quelques principes:

- Le principe de non-discrimination avec la " clause de la nation la

plus favorisée " : le pays signataire s'engage à appliquer à l'ensemble des pays adhérant au GATT le tarif douanier le plus bas qu'il pratique déjà.

- (sauf exception pour les Unions régionales)

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

95

Du

b) Le code de bonne conduite:

GATT

à

l’OMC

- L'interdiction des barrières non tarifaires :

Ex.

le

contingentement

sanitaires, .

(ou

quotas),

normes

techniques,

normes

Ces " barrières non tarifaires " sont donc interdites, ce qui signifie

que le GATT préfère gérer, les barrières tarifaires plus visibles

que les autres (protectionnisme déguisé!!)

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

96

Du

b) Le code de bonne conduite:

- L'interdiction du dumping:

GATT

à

l’OMC

C'est-à-dire vendre à un prix inférieur au coût de production, et accorder des subventions à la production : ces deux règles visent à

tenter d'établir une certaine égalité entre les entreprises sur le

marché mondial et à imposer ce que certains appellent une " saine concurrence ".

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

97

Du

GATT

à

l’OMC

2. Le fonctionnement du GATT et le passage à l’OMC

Pourquoi créer l'O.M.C. pour remplacer le G.A.T.T. ?

Sur le plan de la libéralisation des échanges, on peut estimer

que le GATT a eu beaucoup d'efficacité ( presque tous les pays ont adhéré au GATT) et que les tarifs douaniers ont énormément baissé.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

98

Du

GATT

à

l’OMC

2. Le fonctionnement du GATT et le passage à l’OMC

Le GATT n'étant pas une organisation, n'avait aucun pouvoir de coercition sur les pays signataires. Les conflits naissant entre les Etats étaient difficiles à résoudre dans la mesure où il n'y avait pas d'autorité établie.

Ainsi, lors de l'Uruguay Round, on a prévu de transformer le GATT en OMC ( les deux structures ont coexisté durant l'année 1995).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

99

Du

GATT

à

l’OMC

2. Le fonctionnement du GATT et le passage à l’OMC L'OMC (Organisation mondiale du commerce) , depuis sa création, a réglé des conflits commerciaux entre Etats. A la différence du GATT, ses décisions s'imposent aux Etats membres;

l'OMC prononce parfois des sanctions financières lourdes contre des Etats qui ne respectent pas, par exemple, les règles concernant les subventions.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

100

Du

GATT

à

l’OMC

2. Le fonctionnement du GATT et le passage à l’OMC

Mais la difficulté persiste surtout pour libéraliser certains produits (produits agricoles, services, par exemple) et les négociations butent sur la volonté d’un ensemble d'Etats qui encouragent les

Unions régionales plutôt que de développer le multilatéralisme.

La place des pays les plus pauvres dans cette organisation pose problème dans la mesure où ils ne peuvent pas faire entendre leur voix.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

101

Du

GATT

à

l’OMC

Le libre-échange est devenu au cours des

dernières décennies la règle presque générale

des échanges, sur la planète entière. Ce n’est

pas pour autant que le protectionnisme ou les

tentations protectionnistes aient disparu.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

102

Du

GATT

à

l’OMC

3. Le développement des échanges internationaux après 1948

Le développement des échanges de biens et de services a été rapide.

Mais pas autant pour certains produits et pays.

On assiste à une explosion des mouvements de capitaux.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

103 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

a) la nature des échanges

Le développement des échanges internationaux de biens a été très rapide, spécialement dans la deuxième moitié du 20ème siècle, nettement plus rapide que la croissance de la production mondiale.

Ce développement s'est accompagné d'une transformation de la structure par produits:

On n'échange plus aujourd'hui la même chose qu'il y a 20 ou 50 ans.

La croissance des échanges de produits primaires est bien plus faible que celle des produits manufacturés.

Résultat : entre 1963 et 1997, la part des produits manufacturés passe de 52 à 73% des

échanges mondiaux de biens, (les prix des matières premières n‘ont pas augmenté aussi vite que

ceux des produits manufacturés, sauf exception).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

104 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

a) la nature des échanges

Les échanges internationaux de services se sont développés plus tardivement que les échanges de

biens.

la part des services dans les échanges internationaux s'accroît rapidement: 20% en 2002 contre 15% en 1980.

Les échanges progressent très vite pour certains types de services (services bancaires, services

rendus aux entreprises, etc.).

Cependant certains services non marchands (comme l'enseignement), non stockables et leur consommation est souvent liée à des habitudes culturelles, sont difficilement exportables, appelé aussi " secteur abrité ", c'est à dire abrité de la concurrence internationale.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

105 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

a) la nature des échanges

L'explosion des mouvements de capitaux : de l'ordre de 65

milliards de dollars par an à la fin des années 1970, ils étaient de

l'ordre de 1600 milliards de dollars à la fin des années 1990, soit une multiplication par 25 environ en une vingtaine d'années.

Et ce, grâce à la déréglementation complète des marchés des capitaux qui a permis ce que l'on appelle la « globalisation

financière », vecteur très important de la mondialisation.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

106 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

b) la transformation des échanges

De nouveaux courants d'échange entre zones géographiques ont vu le jour car :

les pays ne fabriquent pas le même type de produits.

Certains pays ont gagné en exportant des produits manufacturés (les pays développés) , alors que d'autres perdent en poids dans les échanges, (ceux qui exportent des produits primaires, notamment les PVD).

Cette spécialisation correspond à la Division Internationale du Travail (DIT) traditionnelle.

Ainsi entre 1953 et 2000, la part dans le commerce mondial de l'Afrique et de l'Amérique latine réunies est passée de 17% à 8.1%, soit une baisse de plus de 50% .

(source OMC)

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

107 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

b) la transformation des échanges:

On assiste à une tripolarisation des échanges : La TRIADE

On a trois pôles essentiels d'échange, l'Amérique, l'Europe et l'Asie, caractérisés

par :

Le commerce intra-zone est important

Ces zones ont des espèces de satellites

Cette polarisation marginalise certaines zones, en particulier l'Afrique

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

108 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

b) la transformation des échanges:

Le commerce intra-zone est important: c’est une organisation interne "

régionale " de libre-échange.

Les pays européens sont réunis dans l'Union européenne, l'ALENA regroupe les pays d'Amérique du Nord et le Mexique, le MERCOSUR certains pays

d'Amérique latine (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay), l'ASEAN regroupe

certains pays d'Asie (pas la Chine, ni le Japon, ni l'Inde),

Il y a une hiérarchie à l'intérieur de la zone, (un ou deux pays dominent les

autres; le Japon pour l'Asie, les Etats-Unis pour l'Amérique, l’Allemagne pour

UE par exemple).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

109 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

b) la transformation des échanges:

Ces zones ont des espèces de satellites : (périphérie),

qui sont à l'extérieur, mais à proximité quand même, et ont des relations privilégiées avec les pays de la zone : il s'agit par exemple de l'Europe de l'Est pour l'Europe, de l'Amérique du Sud pour l'Amérique du Nord.

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3

Chap.3

Du

GATT

à

l’OMC

110 3. Le développement des échanges internationaux après 1948

b) la transformation des échanges:

Cette polarisation marginalise certaines zones, en particulier l'Afrique (qlq pays d’Asie aussi):

La part de ces pays dans le commerce mondial baisse car les volumes échangés n'augmentent pas assez vite (prix bas) mais aussi parce qu'ils

exportent des produits dont l'élasticité-revenu est faible : ces produits

intéressent de moins en moins de clients (ex. des matières premières de plus

en plus souvent remplacées par des produits synthétiques).

N. YAMANI

ENCGM

Economie Internationale S3