Vous êtes sur la page 1sur 4
«tf DEMOCRATIE. EST PAR NATURE UN REGIME INSTABLE » Alors que la premiere crise de la démocratie au xx‘ siécle était liée a un trop-plein dengagement collectif, celle que nous vivons aujourdhui est a Vinverse due a Vatomisation de la société, fondée sur le primat de Vindividu. La démocratie des droits de Fhomme s‘autodeétruit, selon le philosophe ‘> PROPS RECUEILIS PAR CAROLINE BRUNET CHARLES G1OL ans votre étude en quatre tomes consa- erée A ZAvenement de la démocratie (1), vous décrivezle phénoméne démocra- tique comme un processus historique pluriséculaire qui ne cesse de s'approfon- dir. Pour vous, la démocratie a done encore un devenir, un avenir? Sans aucun doute! Pour bien comprendre Ia situation actuelle deladdémocratie, quine constitueen aucun casune fin de histoire, il est essentiel de la remettre en perspec- tive. La dynamique démocratique, cest-i-dire la mise en place progressive d'une organisation collective autonome, siest enclenchée dés la Renaissance. Lhumanité occiden- tale commence alors & sortir de Ia religion - siTon entend Ia religion non comme foi personnelle mais comme prin cipe organisateur des sociétés. Depuis, un mouvement de fond, un processus social, collectf, est mis en route. Il repose sur trois vecteurs eux-mémes en perpétuelle redé- INTRODUCTION finition, Le premier est politique :dés le xvr' sidcle émerge lanotiond’Etat, un nouveau type de pouvoir, qui test plus tun pouvoir médiateur entre Vic-bas et Ies forces divines ‘comme dans les monarchies sacrées, mais Texpression «diane souveraineté collective. La deuxiéme dimension dans laquelle sincare Forganisation collective autonome quest la démocratie est juridique le droit moderne, qui est for- rmullé pour la premiére fois parla Déclaration des droits de Thomme et dt citoyen de 1789, définit un nouveau type de lien entre les étres. Remplacant les hiérarchies sociales figées qui simposaient jusqwalors aux individus, il sagit d'un droit subjectif, qui faitrésider la source dela égitimi- té dans accord permanent des ndividus qui disposentcha- ‘cunde leurs propres droits ~Cest cette idée del'association diétres indépendants quexprime chez Rousseau la fiction du contrat social. Enfin, le dernier vecteur, est Phistoire Alors que dans les sociétés religicuses régnait Fobeissance A Ia tradition, & un passé fondateur, Vhumanité prend conscience, avec émergence de la notion de progrés au cours du siécle des Lumigres, quelle peut inventer son propre avenir par la raison, par son travail. La société se découvre un pouvoir de changement qui, avec larévolution industrielle, sincarne dans Péconomie lidérale capitalist, aceélératrice du progrés technique et dela transformation sociale. Or le probléme, cest que ces trois vecteurs de la dyna- ‘mique démocratique —le politique, le droit, histoire ~ sont loin d’tre convergents, Leur combinaison est par nature disharmonieuse. Le pouvoir, fort de Tautorité que Tui conférentles élections, peut étre tenté de limiter les droits individuelsA Vinverse, le développement sans contréle des libertés individuelles peut constituer le ferment de anarchie, Et histoire, sous la forme de Féconomie capita- liste, entre en contradiction avec Tes droits individuels, en aecentuant le inégalités sociales, et avec Te pouvoir poli- tique, en lui imposant la loi duu marché. La démocratie, en perpétuelle évolution, parcourue de tensions internes, est par nature un régime instable ‘Mais parmi toutes ces difficultés inhérentes Ala démocratie, vous identifiez deux moments de crise majeure. Quels sont-ils? Et quels sont leurs différences et points communs? unique point commun, paradoxal, entre ces deux crises fest que chacune coincide avec une phase d’approfondis- sement démocratique. La premiére est intimement lige & Iamise en place du suffrage universel (masculin) dans les pays occidentaux, au tournant du xx" siécle. Lentrée en politique de ce qu'on appelle alors les « masses »intervient au moment oit le triomphe du libéralisme économique cexacerbe les inégalités et les divisions sociales, Alors que leur régne politique est censé débuter, ces masses rvont aucun contréle sur le changement social, du faitde la divi- sion du travail et des antagonismes de classe. C’est de ce confit majeur entre ce que jappelle les vecteurs politique ethistorique en occurrence léconomie capitaliste —que nait la premiére grande crise démocratique, qui com- ence & incuber ds la fin dur xix siécle et & laquelle la Premiére Guerre mondiale sert de catalyseur. Alors s'im- posent des critiques radicales de la démocratie, et des régimes parlementaires en particulier, ccusés 'impuis- sance politique :e éninisme et les fascismes promettent auxmasses de rétablir le primat du politique sur Phistoire cn restaurant Vunité du peuple autour d’un chef, Ils entendent rompre avec les articulations libérales pour retrouver la maitrise du destin collectif. ‘Auterme de la Seconde Guerre mondiale, ladémocratie est parvenue a vaincre le péril mortel des totalitarismes dextréme droite. Bt aprés 1943, les démocraties euro- péennes ont su se réformer pour se donner les moyens de maitriser les tensions nées de V'irruption des masses, accomplissantune ceuvre largement sous-estimée de cor- rection et de transformation. Sie reprends ma distinction des trois vecteurs de la dynamique démocratique, Cest tout d'abord dans le domaine politique, le renforcement du pouvoir exécutifen réponse a mpuissance parlemen- taire qui se produit en France avec 'avénement de la \V' République. Sur le plan des droits individuels, c'est la ise en place de ’Etat-providence. Enfin, pour ce qui est duchangement historique, cest la construction d'un Etat régulateur de économie et des transformations sociales, dont le keynésianisme constitue le cadre théorique, mais qui passe aussi parla mise en place d'outils de pilotage trés fins de a conjoncture - notamment, en France, grace ala création du Commissariat général au plan. Avec toutes ces réformes, on est sortis de Tére des masses ~le terme dis- parait du langage politique et journalistique courant par- tir des années 1960 -, on a conjuré ses menaces, pour entrer dans une nouvelle ére, celle des individus. Depuis Tes années 1970, en effet, le droit a pris le dessus sur les autres vecteurs de Ia dynamique démocratique, le poli- tique et le devenir historique, et sest peu A peu réduit la dimension des libertés individuelles. Or, de méme que apparition du suffrage universel a provogué la crise des totalitarismes, lindéniable progrés de la démocratie que constitue Papprofondissement du droit des individus a entrainé le développement d'une nouvelle crise démocra- tique, celle dans laquelle nous nous débattons aujourd'hui Faut-il comprendre que vous faites de Mai-68, de explosion soudaine des revendications individuelles, le point de départ de cette seconde crise dela démocratie? [Ne faites surtout pas de moi un de ces « penseurs » réac- tionnaires qui voient dans Mai-68 Forigine de tousles mau de nos societés! Mai-68 est un événement bien plus com- plexe, bien plus ambigu quvon ne le dit généralement en le réduisant & une remise en cause de Vautorité. Car sion enregistre bien, alors, les prémices de notre univers liber- taire,les maoistes etcertains trotskistes étaient par ailleurs extrémement autoritaires, Non ce quiest décisifcest bien plutat, dés les années 1970, le développement de la mon- dialisation,& laquelle il ne faut pas donner un sens stricte- ment commercial. Face aux chocs pétroliers qui marquent Ja fin de leur domination économique absolve, les démo- craties occidentales, Etats-Unis et Grande-Bretagne en téte, réagissent par la mise en place d'une politique néolibérale de dérégulation du commerce intérieur et des finances. Cest dansce cadre que va se développer lasociété des indi- vidus lesquels ont fin, aujourd'hui, par se considérer moins comme des citoyens d'un Btat que comme des étres auto- nomes évoluant dans un espace global Parallélement sest développé un nouveau rapport des citoyens au pouvoir. La dépolitsation de la société 'affai- blissement du débat politique, ne doivent pas étre imputés 4a seule classe politique, il est vrai souvent défaillante ‘Avec Vindividualisation de la société, les citoyens ont tota- ement élégué leurs fonctions politiques. Or,enaccordant le primat aux libertés individuelles, en dénongant Vidée _méme de pouvoir pourmettre la souverainete individuelle A Tabri de toute atteinte, Ia démocratie des droits de Thomme sautodétruit:elle créeles conditions de Fimpuis- sance publique dont elle ne cesse de se plaindre. Et cette démocratie minimale est d'autant plus impuissante que la libération totale de "économie et des forces individuellesa dansleméme temps provogué une spectaculaire accéléra- tion des changements socio-économiques. Qui comprend aujourd'hui ce que signifie vraiment Puberisation de 'éco- nome, si ‘est un bien ou un mal? Les politiques, dont les outils danalyse et les capacités de dialogue avec les forces vives dela société se sont considérablement affablis,rront pas davis beaucoup plus judicieux sur ce sujet que Tobser- vateur lambda. Alors que la premiére crise de la démocratie était lige & un trop-plein de politique, d’engagement collectf, la seconde est & Vinverse celle de la désorganisation de la societé, atomisée en individus, Notre mal-étre actuel,¢ notre angoisse devant cette société qui échappe toute mai trise et méme & toute analyse Le populisme est-i aujourd'hui pour Iadémocratic un ennemi aussi dangereux qwhier les totalitarismes? Je ne le erois pas. Le populisme west qu'une forme de démocratie corrompue, qui tente de faire croire, de fagon illusoire, & Fnité d'un bon peuple - certes débarrassé de ses parasites -, défendu par unbon pouvoir, Cest une ver- sion caricaturale de la démocratie, en décalage complet avec la réalité éclatée de nos sociétés ~ quand les toalita- rismes pouvaient pour leur part s'appuyer sur la réalité certes floue mais alors tangible des masses -, et appelée & faire long few. Parmi les autres ennemis contemporains deladémocra- tie ily atous es esprits éclairés tentés d'écarter les peuples uils estiment égarés, incapables de penser correctement. Ce sont notamment les dirigeants de !'Union européenne, ce régime censitaire qui ne dit pas son nom. Et puis ily a des ennemis nconscients de Vkdée démocratique, ceux qui INTRODUCTION pensent qtelle doit étre radicalisée. Or voter A main levée, 4 Féchelle d’une place parisienne, fabolition du capita- lisme...cestbien str dérisoie, cela ne peut engendrer que des frustrations et en aucun cas revitaliser le processus démocratique Lune des raisons quime conduisents étre optimiste, est que tous ces adversaires, conscients ow non, ne sauraient en aucun cas renverser la démocratie. Mais comment sortir de cette crise dela désorganisation sociale? faut commencer par faire émerger un diagnostic appro- prig. On en est aujourd'hui trés loin, Pour y parvenir, les politiques doivent renouer le dialogue avec les syndicats, lesintellectuels et tous les acteurs qui se trouvent au plus prés de la réalité sociale. Alors, la démocratie pourra se réformer efficacement, comme elle a faitaprés 1945. Car elle en posséde encore les moyens. La dépolitisation rvest pas une fatalité; les individus viventtrés mal, aujourd hui, leur désengagement du destin collectf La tension, le paradoxe entre ce retraitetleur insa- ‘tisfaction de Faction des politiques vont finr, je Fespére ~et cela sobserve déja chez les jeunes générations -, par se transformer en force motrice, en impulsion pour redécou- vritlesens du collectié Renower avec la dimension collec- tive de la démocratie implique certes de renoncer & une partie de ses libertés. Mais une liberté qui ne donne aucun moyen d'action réelle sur son cadre dexistence nva aucune valeur. (Dont te dernier colume, Le NouveauMonde, est paruenjancier chez Gallimard. esi pisoohe et historen desitées.Dreteurdétudes éméie AEHESS est également rédacteuren chet delarewe Le Débat Apres avoir cnsearésesremiers duane, ont le Désenchantamen? hymonde (1385) aarti rego es soceés mates, Itevalle depuis une ville années su le phenome dmosatique suivant apgrocte de flongue durée Suctiequestenlanotamment éertLademoorareconreelle-méme(2002etune tude en quatre tomes, vénement dela demoran dont i vient echevr publication.