Vous êtes sur la page 1sur 1

Photo EPA/MaxPPP

43. Cyclisme

Samedi 9 mai 2009

Le Télégramme

Essor Breton

Un beau Roman, une belle histoire

Hier à Plabennec, l’Essor nous a offert un beau Roman, vainqueur de l’étape. Et une belle histoire :

très déçu par sa deuxième place, le Lorientais Laurent Pichon s’est consolé avec le maillot de leader, obtenu au bénéfice des places car il est classé dans le même temps que Malle !

Martial Roman a remporté la deuxième étape de l’Essor Bre- ton, hier à Plabennec, devant Laurent Pichon (VCP Lorient), qui a pris la tête du général.

Photo Eugène Le Droff
Photo Eugène Le Droff

« Mais d’où il est venu celui- là ? ». Deuxième de l’étape, Lau- rent Pichon (VCP Lorient) était aba- sourdi : « J’étais sûr que la victoire allait se jouer entre Diguet et moi, quand j’ai vu un coureur nous dépasser à 300 mètres de la ligne. » L’oreillette n’avait visible- ment pas fonctionné puisque Roger Tréhin, son directeur sportif, s’étonnait : « Mais tu ne m’as pas entendu te crier : “Attention, le 126 revient’’ ? » Le 126, c’était Martial Roman (Cycle Poitevin),

ravi du bon tour joué aux deux Bre- tons : « Je suis sorti à 500 mètres de l’arrivée et j’ai ensuite tout don- né. »

La quatrième page de Roman Roman (21 ans) a écrit, hier, la quatrième jolie page de sa saison :

avant de s’imposer à Plabennec, il avait gagné à Loches, une étape du Circuit des Vignes à Marigny- Brizais et l’étape en ligne du Cir- cuit du Méné (devant Reza et Cho-

> Les classements

Deuxième étape, Plabennec - Plabennec : 1. Martial Roman (Cycle Poitevin), les

154,900 km en 3 h 42’15’’ (moyenne : 41,818 km/h); 2. L. Pichon (VCP Lorient), à 2’’;

3. Ch. Diguet (Team U Nantes Atlantique); 4. R. Chaudoy (CC Nogent-sur-Oise); 5. P. Kos

(HOL, Koga); 6. T. Van den Haute (BEL, Lombarden); 7. J. Fouchard (Côtes-d’Armor - Maî-

tre Jacques); 8. G. Belgy (CPO); 9. J. Bar (CCN); 10. C. Mahé (Bic 2000); 11. F. Le Corre (Supersport 35), tous même temps; 12. A. Aulas (France Militaire), à 8’’; 13. G. Simon (BIC 2000), m.t; 14. L. Poilvet (UC briochine), m.t; 15. A. Bodiot (CCN), à 18’’; 16. D. Depoorter (BEL, Lombarden); 17. M. Cornic (VCPL); 18. F. Le Donge (Bic 2000);

23. M. Boulo (Lanester); 26. Mallégol

19. R. Te Brake (HOL, Metec); 20. A. Petit (CCN)

(CAMJ); 28. M. Jeannès (Bic 2000); 29. N. David (CAMJ) ; 30. V. Rouxel (Bic 2000), m.t.

Classement général : 1. Laurent Pichon (VCPL), en 6 h 54’49’’; 2. G. Malle (USSA

Pavilly-Barentin), m.t ; 3. R. Chaudoy (CCN), à 9’’; 4. C. Mahé (Bic 2000), m.t; 5. T. Van den Haute (Lombarden), m.t; 6. A. Aulas (FRA), à 13’’; 7. D. Depoorter (Lombarden), à 14’’; 8. Ch. Diguet (UNA), m.t ; 9. S. Cheval (VCPL), à 16’’; 10. F. Le Corre (SSP), à 20’’;

11.

J. Bar (CCN), m.t ; 12. J. Fouchard (CAMJ), mt; 13. M. Roman (CPO), à 21’’;

14.

P. Poux (Top 16), à 23’’; 15. M. Cornic (VCPL), à 25’’.

> Le programme

Aujourd’hui, 3 e étape : Plabennec - Plougourvest (161,900 km). Rassemblement parking Maison du lac (12 h 30), départ réel face au garage Bervas (13 h), Saint-Divy (13 h 02), Landerneau (13 h 10), Daoulas (13 h 25), L’Hôpital-Camfrout (13 h 31), classe- ment meilleur grimpeur après Le Faou (13 h 49), classement animateur à Brasparts (14 h 10), classement grimpeur après Brasparts (14 h 17), Commana (14 h 29), Saint-Sau- veur (14 h 38), Lampaul-Guimiliau (14 h 45), entrée sur le circuit (15 h 02), premier passa- ge sur la ligne d’arrivée (15 h 07), classement animateur au 2 e passage (15 h 19), arrivée au 9 e passage sur la ligne, après huit tours d’un circuit de 8,9 km, à 16 h 45. Demain, 4 e et dernière étape : Plougourvest - Brest.

> En bref

VINOKOUROV. RETOUR ANNONCÉ CET ÉTÉ ! Le Kazakh Alexandre Vinokourov, suspendu deux ans après un contrô- le positif sur le Tour de France 2007, a annoncé son intention de reprendre la compétition en août, à 35 ans, sous les couleurs de l’équipe Astana, a rapporté hier le quotidien l’Equipe.

4 JOURS DE DUNKERQUE. ROSSELER FAIT COUP DOUBLE

Quatrième étape : 1. Sébastien Rosseler (BEL/QST), les 18,7 km en 23’21’’08 (moyen- ne : 48,051 km/h); 2. R. Alberto Faria Da Costa (POR/GCE) à 18’’; 3. D. Monier (FRA/COF)

23. F. Morizot (Bes-

son Chaussures - Sojasun) à 1’01; 40. J. Engoulvent (BCS) à 1’24’’; 43. L. Jégou (Bretagne-

Schuller) à 1’30’’; 57. C. Coutouly (BCS) à 1’55; 61. D. Champion (BCS) à 1’58’’; 66. J.-L. Delpech (BS) à 2’04’’; 77. J. Casper (BCS) à 2’14’’; 78. F. Guesdon (FDJ) à 2’15’’; 83. S. Duret (BS) à 2’22’’; 88. A. Gérard (FDJ) à 2’28’’; 107. R. Matheou (BCS) à 3’05’’; 109. J.-M. Marino (BCS) à 3’10’’; 110. Y. Pivois (BS) à 3’14’’; 111. N. Hartmann (BS) à 3’15’’;

116. F. Guillou (Roubaix - Lille Métropole) à 3’38’’; 125. S. Bonsergent (BS) à 7’55’’.

Classement général : 1. Sébastien Rosseler (BEL/QST), les 612,6 km en 15 h 00’31’’;

à 25’’; 4. D. Le Lay (FRA/AGR) m.t; 5. C. Lemoine (FRA/SKS) à 27’’

2.

R. Alberto Faria Da Costa (POR/GCE) à 18’’; 3. David Le Lay (FRA/AGR) à 23’’;

4.

C. Lemoine (FRA/SKS) à 27’’; 5. J. Roelandts (BEL/SIL) à 39’’

« J’étais sûr que la victoire allait se jouer entre Diguet et moi, quand j’ai vu un coureur nous dépasser à 300 m de la ligne. »

Laurent Pichon

pin). « Devenir pro, ce n’est pas un objectif, mais ça viendra peut- être si je continue à gagner des courses », déclarait le Bordelais,

originaire de Vichy, qui se définit comme un coureur passe-partout, plutôt rapide, mais qui n’aime pas les cols.

Il savourait son succès aux côtés

de son équipier Guillaume Belgy, membre comme lui de la bonne échappée du jour. Elle s’était constituée en deux temps. Huit hommes étaient d’abord partis

après Lanarvily (km 110) : Aulas,

Kos, Diguet, Bar, Belgy et

coureurs du Bic 2000, Mahé, Le Gac et Simon. « C’était délibéré », avouait Yvon Caër, le directeur sportif brestois. Bien joué mais, hélas pour eux, huit autres cou-

reurs les rejoignaient sur le circuit

trois

de Plabennec. On recensait là Poil- vet, Sidaner, Le Corre, Van den Haute, Chaudoy, Fouchard, Pichon

Roman. A six kilomètres du

et

but, Fouchard tentait sa chance mais il était repris et, sous la flam-

Tour d’Italie. Tapis rose pour Armstrong

Un nouveau siècle débute aujourd’hui à Venise pour le Giro, qui fête son centenaire avec la présence honorifique de Lance Armstrong, qui dispute pour la première fois le Tour d’Italie sans ambition sportive déclarée.

fois le Tour d’Italie sans ambition sportive déclarée. 198 coureurs seront au départ du Tour d’Italie,

198 coureurs seront au départ du Tour d’Italie, aujourd’hui à Venise. Dont Lance Armstrong qui, jeudi, a rejoint la permanence du Giro en gondole.

« Sa Majesté Lance Armstrong ». La phrase du speaker lors de la présentation des équipes au pied de la basilique Saint-Marc, à Veni- se, témoigne de l’importance qu’accorde le Tour d’Italie à la pré- sence du septuple vainqueur du Tour de France, revenu cette sai- son à la compétition après un arrêt de trois ans. Le Giro se sent honoré par la présence du Texan, qui entraîne dans son sillage télévi- sions, journalistes et sponsors. Il lui pardonne volontiers son absen- ce répétée durant les douze pre- mières années de sa carrière, si on tient compte de la parenthèse liée à son traitement contre le cancer.

Reçu comme une star Dès l’automne dernier, le journal organisateur, la Gazzetta dello

Sport, lui a ouvert ses colonnes. Il

a relayé ses messages, sa visite

mardi dernier à un hôpital de Rome spécialisé dans le traite-

ment des cancers, son entretien le même jour avec le ministre italien des Affaires étrangères, les projets pour faire connaître sa fondation Livestrong qui a récolté, depuis sa création, quelque 300 millions de dollars pour la recherche, les soins

et l’assistance aux malades.

A Venise, cependant, Armstrong

est davantage reçu en star de ciné-

ma qu’en (riche) homme d’affai- res. Il s’est déplacé en « motosca- fato », le nom de ces engins à moteur qui sillonnent le Grand Canal. Ou en gondole quand il a rejoint - au grand bonheur des photographes - la permanence du Giro pour répondre à la presse en même temps que les sept autres coureurs vainqueurs d’un grand

tour. « Armstrong suscite l’intérêt

du public, mais surtout des

Basso désigné favori

Trois ans après son premier succès dans le Giro, et un peu plus de six mois après la fin de sa suspension pour dopage, l’Italien Ivan Basso est désigné par ses pairs comme le favori à la succession d’Alberto Contador, absent cette année, au départ des 3.456 kilomètres du Tour d’Italie. Parmi les autres candidats à la victoire, citons Levi Leipheimer, Carlos Sastre, Damiano Cunego, ou encore Danilo Di Luca.

me rouge, c’était au tour de Pichon et Diguet de s’envoler vers une victoire qui ne pouvait pas échapper à l’un des deux hommes, tous deux très rapides. C’était compter sans ce renard de Roman

Pichon leader Pichon, vainqueur de Diguet, mais seulement pour le premier acces- sit, était inconsolable : « C’est ma cinquième place de deuxième cet- te saison. » Le vainqueur de la Route de Bretonne et de la course de Plougoumelen (samedi dernier) retrouvait toutefois le sourire en apprenant, un quart d’heure plus tard, qu’il héritait du maillot blanc de leader. Grâce aux 16 secondes d’avance sur la ligne mais aussi aux bonifications, six secondes pour sa deuxième place et trois secondes grappillées dans le pre- mier classement animateur du jour, il avait repris 25 secondes à Malle. Soit exactement le retard qu’il comptait au départ de l’éta- pe Pichon (23 ans en juillet), devenu leader au bénéfice des places, ne se voilait pas la face : « Pour moi, le favori, c’est toujours Malle. Ça ne va pas être facile de conserver ce maillot. » « Aujourd’hui, ce n’était vraiment pas aisé de contrôler la course. Là, on va avoir moins de pression », répondait le Normand, plutôt sou- riant en regagnant son hôtel. Deux hommes classés dans la même seconde, une soixantaine d’autres dans un mouchoir de poche : le roman de l’Essor est loin d’être écrit.

Jérôme Le Gall

médias. Ça tombe bien, ce sont les médias qui intéressent surtout Armstrong », estime un journaliste européen anglophone conscient de l’immense décalage entre la fré- nésie entourant l’Américain et son niveau sportif actuel après 24 jours de course en 2009.

« Il ne vit pas en marge » Pour s’en tenir aux faits, l’Améri- cain (37 ans) n’en est qu’à sa pha- se de reprise. Depuis le 23 mars, date de sa chute au Tour de Cas- tille et Leon en Espagne, il a cher- ché avant tout à retrouver un niveau correct après l’arrêt dû à sa fracture de la clavicule droite. Armstrong s’est entraîné en altitu- de, à Aspen (Colorado). Il s’est ali- gné seulement en compétition, la semaine passée, dans le très modeste Tour de Gila (Nouveau- Mexique). « Je ne suis pas dans la situation de Contador, je ne peux pas faire comme lui. Il était venu l’an passé en sortant d’une pério- de de vacances mais, auparavant, il était en grande condition. Moi, je sors d’une longue période d’ar- rêt », a rappelé le Texan pour cou- per court à tout parallèle avec l’Es- pagnol, vainqueur l’an passé. Pour son directeur sportif, Lance Armstrong sera un coureur parmi d’autres lorsqu’il se présentera cet après-midi au départ du contre-la- montre par équipes. « Quand il est à l’hôtel, il ne vit pas en marge », note Alain Gallopin. « Il se compor- te comme un coureur normal ». Tout à fait normal ? « Pas tout à fait, répond Gallopin. C’est évi- dent, un coureur tel que lui fait monter le niveau de l’équipe ».