Vous êtes sur la page 1sur 15

GDL

&&;\jZfdg„k\eZ\jle`m\ij`kX`i\jXlj\im`Z\[\mfki\jXek„

Gfc`Zc`e`hl\D„[`ZXc\Le`m\ij`kX`i\
// Le message du Président
Le Conseil de la PMU, désigné par l’autorité politique, a l’avantage d’être constitué à la fois de
spécialistes de la médecine et de son enseignement, mais aussi de représentants de la société
civile par lesquels diverses sensibilités politiques sont représentées. Ce conseil a donc une véri-
table vision «communautaire».

Cette pluralité au sein du Conseil est aussi garante d’une certaine autonomie dans l’accomplis-
sement de nos missions de soins, d’enseignement et de recherche dans la médecine de premier
recours et communautaire. Cette autonomie ne signifie pas une voie solitaire: le Conseil de la PMU
continuera de veiller à ce que notre activité se développe harmonieusement avec nos partenaires,
à l’extérieur et à l’intérieur de l’hôpital.

Si l’on considère les changements rapides intervenus dans notre population (mélange des
ethnies, populations migrantes, requérants d’asile), la PMU a montré sa souplesse et sa rapidité à
assumer de nouveaux mandats. Sans fausse modestie, l’institution a pu offrir pour les décideurs
de la politique sanitaire des possibilités multiples de tester des systèmes de soins, des modèles
Pierre-Luc Maillefer d’organisation voire des solutions de financement.
Président

La PMU est soucieuse de voir se développer le meilleur système de soins possible pour notre
société à facettes multiples et constamment en changement. Un des rôles du Conseil de la PMU
est de donner les fondements nécessaires à la poursuite de cette politique.

// Le message du Directeur
En 1887, de généreux donateurs ont créé la Policlinique pour prodiguer des soins aux habitants de
notre ville. Leur idéal a traversé le 20ème siècle et se retrouve dans l’activité de la PMU installée
dans un nouveau bâtiment, ouvert en 2002.

Entretemps, la Policlinique est devenue universitaire et a choisi de soutenir, pratiquer et ensei-


gner la médecine interne/générale ambulatoire et de développer la recherche dans ce domaine.

Elle sait que l’union fait la force, elle s’est donc appliquée à mettre sur pied de multiples collabo-
rations tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’institution, avec le CHUV et avec la communauté.

Tout au long de son histoire, la PMU a ainsi maintenu son souci de la communauté et, actuellement
encore, son personnel s’engage quotidiennement pour assurer prévention et soins à l’individu
souffrant, tout en étant concerné par les enjeux de l’ensemble de la société dans laquelle nous
vivons.
Prof. Alain Pécoud
Directeur

1
NOS MISSIONS
DE SANTE PUBLIQUE

// Un engagement pour tous


La PMU favorise les approches interdisciplinaires et coordonnées en santé communautaire dans
les domaines de la médecine, de la pharmacie, des soins infirmiers ainsi que de la stomatologie
et médecine dentaire. Ainsi, ses six missions sont multiples:

> Assurer des soins ambulatoires de qualité à toute la population


> Porter assistance aux personnes défavorisées
> Assurer la formation universitaire prégraduée, postgraduée et continue, en particulier:
• Organiser et coordonner la formation des futurs internistes/généralistes en collaboration avec
le CHUV et l’Association des Médecins Omnipraticiens Vaudois (AMOV)
• Organiser et coordonner la formation des futurs pharmaciens d’officine en collaboration avec
l’Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne et la Société Suisse des Pharmaciens (SSPh)
• Assurer une formation universitaire postgraduée à des médecins-dentistes assistants et une
formation continue aux médecins-dentistes du canton de Vaud
> Promouvoir la recherche académique et le développement professionnel
> Offrir des prestations et soutenir les développements en médecine préventive en coordination
avec les Ligues de la santé
> Entretenir les liens entre la pratique privée et le milieu académique

Dans toutes ses activités, la PMU veille à la réalisation de ses missions tout en garantissant une
gestion respectueuse des ressources humaines et des moyens financiers. Elle veille à adapter en
permanence son organisation pour être la plus efficiente possible et promeut un fonctionnement
interdisciplinaire associant en permanence les différentes lignes professionnelles.

2
NOS VALEURS
PROFESSIONNELLES
ET HUMAINES

// Une éthique partagée


Pour qu’une entreprise fonctionne, elle a besoin de se référer à des notions intellectuelles, phi-
losophiques ou culturelles dépassant le cadre de son activité spécifique. Ces notions constituent
les valeurs de l’entreprise ou de l’institution. Elles en orientent les missions, elles guident l’orga-
nisation et l’activité et déterminent les comportements des collaborateurs.

La PMU, dédiée à la promotion de la médecine et de la santé communautaires, se réfère ainsi à


des valeurs telles que la dignité de l’être humain, l’équité, le savoir ou le bien-être qui se déclinent
dans les actes suivants:

> Le respect de la dignité et l’écoute de tous les patients


> La bienveillance, l’autonomie du patient et l’équité sociale
> La sécurité, l’efficacité et l’économicité des thérapies
> Le professionnalisme, la conscience professionnelle et le respect de la confidentialité
> La confiance mutuelle, le dialogue, la transparence et le partenariat
> La curiosité et la créativité qui fondent la recherche scientifique et les développements
professionnels
> La responsabilité de l’enseignement aux nouvelles générations

Malgré l’évolution de la médecine, des technologies, des politiques de santé ou de la société, ces
valeurs resteront au fondement des orientations de la PMU et continueront à guider les actes de
ses collaborateurs au quotidien.

3
LA PMU
EN QUELQUES MOTS

// Un centre de référence et de compétences


La Policlinique, littéralement «clinique de ville», a été créée en 1887 grâce à des donateurs pri-
vés et à l’appui de la ville de Lausanne. Elle s’est donnée pour mission au départ de «soigner en
ville» et d’apporter une aide médicale aux personnes défavorisées. Par la suite, elle a étendu son
domaine d’activités à toute la population et elle représente actuellement un centre ambulatoire
de référence et de compétences en médecine et santé communautaires.

Installée à proximité du CHUV depuis 2002, la PMU renforce sans cesse les synergies avec son
grand voisin afin d’améliorer la qualité de ses prestations organisées selon 3 axes: soigner, en-
seigner et créer de nouvelles connaissances.

Ce rapprochement permet de rationaliser certains domaines d’activités, tels que l’administra-


tion et l’informatique, favorisant ainsi l’échange d’informations et de compétences entre les
différents professionnels de la santé. Dans cette perspective, la PMU et le CHUV se répartissent
la prise en charge des urgences. Ainsi, les patients venant en consultation urgente par leurs
propres moyens sont reçus à la PMU par une infirmière d’accueil et d’orientation du CHUV et
dirigés vers le service requis, CHUV ou PMU.

Une activité importante (estimation pour 2004) Des lieux accueillants

40’000 consultations sur rendez-vous (en médecine) 23 cabinets de consultation générale


17’000 consultations sur rendez-vous au service 10 cabinets de consultation
de Stomatologie et Médecine Dentaire (SMD) (Stomatologie et Médecine Dentaire)
7’000 consultations en urgence de jour 1 salle d’intervention pour la médecine dentaire
5’000 consultations en urgence de nuit 1 centre de soins de jour
3’000 consultations en urgence (SMD) 1 Centre de Vaccination et Médecine des Voyages
10’000 consultations au Centre de Vaccination 1 laboratoire
et Médecine des Voyages (CVMV) 1 pharmacie publique
10’000 ordonnances délivrées 1 plate-forme de recherche
15’000 vaccins administrés 4 salles de conférences
3’000 tests anonymes HIV 1 espace enfants et plusieurs «coins enfants»
300 expertises au Centre d’Expertises Médicales salles d’attente conviviales

> Une trentaine de projets de recherche en cours > Accueil et tri infirmier: 24/24 heures et
> Chaque année, une campagne d’information sur un 7/7 jours de permanence aux urgences
domaine spécifique de la santé publique

4
UNE ORGANISATION AU
SERVICE DE LA SANTE
COMMUNAUTAIRE

// Un contexte plus large


La Policlinique Médicale Universitaire, établissement de droit public affilié aux Hospices-CHUV,
s’insère dans une structure plus large constituée de plusieurs instituts universitaires: le Dépar-
tement Universitaire de Médecine et Santé Communautaires (DUMSC). Les Instituts faisant partie
du DUMSC sont:

> Le Centre de Traitement en Alcoologie (CTA)


> L’Institut d’Economie et de Management de la Santé (IEMS)
> L’Institut Universitaire de Médecine Sociale et Préventive (IUMSP)
> L’Institut Universitaire de Médecine Légale (IUML)
> L’Institut Universitaire d’Histoire de la Médecine et de la Santé Publique (IUHMSP)
> L’Institut Universitaire de Radiophysique Appliquée (IRA)
> L’Institut Universitaire Romand de Santé au Travail (IST)

// Une équipe de direction


La PMU est sous la responsabilité d’un Conseil se réunissant deux fois par année. Ce Conseil
exerce la haute direction et le contrôle de la Policlinique. Ses membres sont nommés par le
Conseil d’Etat pour une durée de 4 ans.
Le Bureau du Conseil se réunit, quant à lui, tous les deux à trois mois; il est constitué du Prési-
dent du Conseil, M. Pierre-Luc Maillefer, du Directeur de la PMU, le Professeur Alain Pécoud et du
Directeur administratif de la PMU, M. Yves Mottet. Cet organe est chargé d’assurer l’interface entre
le Conseil et la Direction de la Policlinique et de préparer les dossiers présentés au Conseil.
La gestion opérationnelle de la Policlinique est conférée à la Direction, composée du directeur,
du directeur administratif et de la directrice des soins.
La réflexion, les avis, les conseils et les décisions du Comité de Direction, qui constitue un
organe de coordination et d’information, sont destinés à apporter un soutien à la Direction. Il est
constitué de la Direction et de représentants de différentes activités au sein de la PMU.
La philosophie de la PMU est celle d’un partenariat en santé, au sein duquel la branche médicale
et pharmacologique, la branche des soins et la branche administrative travaillent côte à côte afin
de fournir des prestations de qualité au service des patients et de la communauté.

5
// Soins infirmiers
Soigner, c’est prendre soin de l’autre, de sa famille voire
de la communauté avec compétence professionnelle,
dans le cadre d’une équipe interdisciplinaire et multi-
// Médecine interne/générale culturelle. Soigner, c’est prendre en compte la personne
dans sa globalité évoluant dans un environnement pré- // Aspects sociaux des soins
«Il est bien plus beau de savoir quelque chose cis, souvent complexe.
de tout que de savoir tout d’une chose» Les domaines d’activités dans lesquels ces profession- Les collaborateurs de la PMU prêtent une attention parti-
(Blaise Pascal) nels de l’ambulatoire exercent sont nombreux et variés: culière aux besoins et à la promotion de la santé de toute
L’environnement du patient, son contexte physique, psy- soins infirmiers de base, diététique, médecine des voya- la communauté et aux aspects sociaux des soins.
chologique, social et culturel sont autant d’éléments que ges, assistance sociale, physiothérapie etc. En mettant l’accent sur l’idée que la médecine est un
les médecins de la consultation générale prennent en Ainsi, l’offre en soins est étendue et couvre l’aide spéci- service, la PMU veut faire des soins qu’elle prodigue une
considération pour remplir au mieux leurs activités de fique dans les activités diagnostiques (pose de holter), des expressions de la solidarité sociale.
médecine interne/générale intégrant diagnostics, trai- l’enseignement thérapeutique (développer l’autonomie Les collaborateurs de la PMU sont ainsi sensibilisés à
tements, prise en charge de longue durée des maladies du patient diabétique), les actions de prévention (vacci- entendre les difficultés et les peines des patients qui
chroniques, collaboration avec les spécialistes et autres nations, consultations anonymes du SIDA, action de pro- vivent en conditions précaires. Leur santé peut être
professionnels de la santé. motion de la santé destinée à des populations vulnéra- largement déterminée par la situation sociale et éco-
Du patient individuel à la société, les principes de glo- bles, requérants d’asile), l’administration de traitement nomique, par les formes multiples de la discrimination
balité de prise en charge médicale se manifestent éga- (transfusion sanguine). et de l’exclusion.
lement par l’attention particulière apportée aux problè- Par ailleurs, plusieurs soignants participent à des pro- Par leur attention aux populations vulnérables, les colla-
mes de la communauté, notamment par les activités de grammes de recherche (étude concernant l’activité phy- borateurs de la PMU veillent à promouvoir la dimension
promotion de la santé et de prévention. sique comme aide à la désaccoutumance tabagique). proprement humaine de la médecine.

// Les patients... à chaque fois une histoire unique!


Tous les patients ont droit au respect, à la confidentialité, à l’équité et à l’information. Ils doivent pouvoir s’affirmer comme acteurs dans leurs thérapies et partenaires en
santé publique. Plus facile à dire qu’à faire? Probablement, mais les collaborateurs de la PMU mettent toute leur énergie à faire le maximum en matière d’accueil, d’écoute
et de professionnalisme. La société suisse est vieillissante, les maladies chroniques sont en progression au moment même où les techniques de soins se complexifient et

LE PATIENT,
AU CENTRE DE NOS
PRESTATIONS
// Stomatologie et médecine
dentaire
Le Service de Stomatologie et de Médecine Dentaire
(SMD) dispense les mêmes soins dentaires qu’un cabinet
privé. Son équipe est formée de médecins et de techni-
ciens dentistes, d’assistantes et d’hygiénistes dentaires.
Grâce à un environnement médicalisé permettant des // Pharmacie
actes médicaux ou de chirurgie orale complexes et la
// Médecine spécialisée prise en charge de patients de santé précaire ou dému- Les médicaments, des amis à prendre au sérieux... Pres-
nis, le SMD traite aussi bien les maladies de la bouche et crire, conseiller ou avaler un médicament semble banal
La PMU a été créée pour soutenir l’académisation du gé- les douleurs buccales que les patients nécessitant une et pourtant les pièges sont nombreux: effets indésira-
néralisme médical, appelé aussi «médecine de premier hospitalisation pour soins dentaires ou hospitalisés bles, efficacité insuffisante, coûts trop élevés, gaspilla-
recours» et qui associe la médecine interne générale et pour une autre maladie, les patients avant la chirurgie ge, démotivation, qualité de vie altérée, etc... suffisam-
la médecine générale. Pourquoi alors trouve-t-on égale- cardiaque, ou avant les greffes d’organes, la radiothé- ment de sujets en tout cas pour animer les activités de
ment, à la PMU, des spécialistes qui pratiquent une mé- rapie et la chimiothérapie ainsi que les patients handi- la Pharmacie de la PMU, lieu unique en Suisse qui allie
decine de deuxième recours? La conception de la PMU capés ou anxieux sous narcose voire sous MEOPA. officine publique et centre universitaire de recherche et
favorise les échanges entre spécialistes et généralistes, Un service d’urgences est assuré les jours ouvrables d’enseignement. Celle-ci participe au développement de
car la qualité des soins offerts aux patients nécessite ainsi qu’une garde de nuit et des week-ends pour les la pharmacie communautaire, une science respectueuse
souvent une telle prise en charge multidisciplinaire. patients adressés par la centrale des médecins. des priorités de santé publique et du rôle central du pa-
De même, dans une institution à vocation d’enseigne- Une place importante est donnée aux missions d’en- tient. La Pharmacie de la PMU explore en particulier les
ment, il est important que les médecins de premier seignement et de recherche, en particulier par le biais pistes de collaboration entre médecins, pharmaciens et
recours puissent bénéficier de l’expertise des spécia- de programmes de colloques de formation continue autres professionnels pour améliorer l’efficience de l’usa-
listes. ouverts aux médecins-dentistes de ville. ge des médicaments et des décisions de prescription.

le financement des soins est en crise. Ces éléments sérieux sont autant d’incitations pour la PMU à s’engager résolument dans le développement d’un système de santé qui
réponde à ces défis de taille.
UNE DIVERSITE
DE PROFESSIONNELS
A VOTRE SERVICE

// Une multidisciplinarité profitable


Depuis de nombreuses années, la PMU est un employeur et une institution formatrice importants
en ville de Lausanne. Elle offre plus de 230 places de travail à plein temps. Son équipe regrou-
pe des métiers aussi divers que des médecins, infirmières, pharmaciens, médecins-dentistes,
assistantes en pharmacie, assistantes dentaires, hygiénistes dentaires, laborantins, diététi-
ciens, psychologues, réceptionnistes, secrétaires médicales, comptables, employés de commerce,
doctorants, apprentis, etc. Autant de professionnels à votre service dans les domaines suivants:

// Médecine interne/générale:
> Consultation de médecine interne générale > Unité de Médecine Générale UMG

// Centres spécialisés:
> Centre d’Expertises Médicales CEM > Centre de Médecine Ambulatoire CMA > Centre de
Vaccination et Médecine des Voyages CVMV > Pharmacie publique > Service de Soins Infirmiers
pour Requérants d’Asile SSIRA > Service de Stomatologie et Médecine Dentaire SMD > Unité des
Populations Vulnérables UPV > Unité de Prévention UP > Urgences ambulatoires

// Spécialités médicales et infirmières:


> Alcoologie > Angiologie > Cardiologie > Diabétologie > Diététique > Endocrinologie > Gastro-
entérologie > Hématologie > Hépatologie > Immunologie > Lipides et métabolisme > Obésité >
Ostéoporose > Podologie > Pneumologie > Prévention SIDA > Psychiatrie de liaison > Stomatologie >
Tabacologie

// Gestion des ressources communes:


> Direction/Gestion administrative des patients/Communication/Logistique > Finances > Res-
sources humaines > Qualité

8
POUR UNE MEILLEURE
SANTE
DE LA POPULATION

// La prévention en ligne de mire


Les différents professionnels de la PMU sont impliqués au quotidien dans la prévention des ma-
ladies et la promotion de la santé. En particulier, les patients au comportement délétère pour
leur santé (p.ex. tabagisme, consommation d’alcool excessive, troubles alimentaires, manque
d’activité physique, mauvaise hygiène bucco-dentaire, non-adhésion aux traitements prescrits)
sont régulièrement adressés à notre institution. Une information vulgarisée est aussi diffusée
régulièrement au public soit par l’intermédiaire d’animations au sein même de la PMU (p.ex. con-
férences et ateliers sur l’ostéoporose ou sur le bilan de santé), mais aussi par la participation des
experts de la PMU à des débats, conférences ou autres manifestations d’éducation à la santé.

Par ailleurs, les domaines de la santé communautaire sont enseignés aux étudiants et aux méde-
cins assistants ainsi qu’aux collaborateurs de la PMU et aux professionnels installés (médecins,
pharmaciens, médecins-dentistes) dans le cadre de leur formation continue. Ces thèmes sont
aussi des sujets de recherches universitaires menées par des équipes compétentes et reconnues
internationalement.

> Prévention
«La prévention (de la maladie) comprend non seulement des mesures destinées à éviter que surviennent des maladies
(p.ex. diminution des facteurs de risques), mais aussi à enrayer leur progression et à en réduire les conséquences.»
(OMS, 1998, p. 4).
«La prévention est généralement subdivisée en prévention primaire, secondaire et tertiaire. La prévention primaire
doit déjà être en place et efficace alors même qu’aucune maladie n’est encore apparue ou qu’aucun accident ne s’est
produit. Elle comprend l’élimination d’un ou de plusieurs vecteurs de maladies ou d’accidents, l’accroissement de la résis-
tance physique des êtres humains et la modification de facteurs environnementaux. La prévention secondaire comprend
toutes les mesures visant à découvrir des stades asymptomatiques de maladies. La prévention tertiaire vise à prévenir
des dysfonctionnements consécutifs à des maladies existantes ainsi que les risques de rechute.»
(Franzkowiak, 1999; Gutzwiller & Jeanneret, 1999; Schwartz & Walter, 1998)

> Promotion de la santé


«La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur
leur propre santé et d’améliorer celle-ci.»
(Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé, OMS, 1998)

Référence: www.promotiondelasante.ch

9
A LA RECHERCHE
DU PROGRES

// Création de connaissances
«A l’université, il n’y a pas d’enseignement sans création de connaissances, donc de recherche»
déclarait déjà Humboldt, créateur du concept moderne de l’Université à la fin du 19ème siècle.
La recherche en soins et santé communautaires (médecine interne/générale, pharmacie, sto-
matologie et médecine dentaire, soins infirmiers) fait partie des missions prioritaires de la PMU.
Elle vise l’évaluation scientifique:

> Des déterminants des maladies (facteurs de risque et facteurs pronostics)


> De nouvelles approches médicales (interventions, conseils, médicaments, travail en réseau)
permettant de guérir ou de soulager les patients en milieu ambulatoire
> Des différentes facettes et dimensions des relations complexes qu’entretient le patient avec
les professionnels de soins, les traitements, le système de santé ou la société en général
> De nouvelles méthodes de prévention, de dépistage et de diagnostic des maladies fréquentes
dans la communauté
> Du processus de soins, afin de maintenir ou, le cas échéant, d’en améliorer sa qualité (efficacité,
sécurité, économicité, qualité de vie)

Pour atteindre ces buts, la PMU dispose de chercheurs universitaires d’horizons professionnels
variés (médecins, pharmaciens, dentistes, sociologues, etc.) et d’un environnement hospitalo-
universitaire favorable (en particulier au Département Universitaire de Médecine et Santé Commu-
nautaires - DUMSC). La recherche réalisée à la PMU trouve son financement auprès d’institutions
publiques, en particulier le Fonds national de la recherche scientifique et l’Office Fédéral de la
Santé Publique (OFSP), et d’entreprises privées dont l’industrie pharmaceutique. De nombreuses
publications et des interventions à des réunions scientifiques, nationales comme internationales,
sont réalisées chaque année.

// Unité de Médecine Générale (UMG)


L’UMG est responsable, au sein de la Faculté de Biologie et de Médecine de Lausanne, de l’ensei-
gnement de la médecine générale durant les études de médecine. Avec la collaboration d’une
centaine de médecins praticiens romands, elle transmet aux étudiants les connaissances particu-
lières de cette spécialité par des cours au cabinet et à la PMU, des stages chez le praticien, et la
possibilité d’un parrainage par un médecin généraliste pour la durée des études. Cette activité est
complétée par des projets de recherche sur les problèmes spécifiques à la médecine générale.

10
L’ART
DE TRANSMETTRE
SES COMPETENCES

// Formation des acteurs de la santé


La formation, qu’elle soit prégraduée, postgraduée ou continue, est une des missions de la PMU.
Les cadres de la PMU participent ainsi à transmettre leurs compétences scientifiques et cliniques
(savoir, savoir-faire et savoir être) aux nouvelles générations de médecins internistes généra-
listes, de pharmaciens, de médecins-dentistes et d’infirmières. En particulier, la PMU organise et
coordonne la formation des futurs:

> Internistes/généralistes en collaboration avec le CHUV, l’Association des Médecins Omnipra-


ticiens Vaudois (AMOV) et l’Unité de Médecine Générale (UMG) de la Faculté de Biologie et de
Médecine de Lausanne
> Pharmaciens d’officine en collaboration avec l’Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne (EPGL) et
la Société Suisse des Pharmaciens (SSPh)

Pour la formation postgraduée, la PMU propose une vingtaine de places de médecins assistants
encadrés par des chefs de clinique. La Pharmacie de la PMU de son côté offre environ cinq places
de doctorants en sciences pharmaceutiques à de jeunes pharmaciens d’officine. Le Service de
Stomatologie et de Médecine Dentaire accueille en formation postgraduée six médecins-dentistes
assistants et deux stagiaires encadrés par trois chefs de clinique et le chef de service.

Par ailleurs, les cadres de la PMU sont très régulièrement sollicités pour l’organisation ou la parti-
cipation à des manifestations de formation continue conformément à sa mission d’intermédiaire
entre milieu académique et praticiens installés.

11
Pour en savoir plus ou nous transmettre vos questions, consultez notre site www.polimed.ch

// Quelques adresses utiles:


Pour les patients:
Organisation Suisse des Patients www.spo.ch
Les droits des patients www.sanimedia.ch
Ligues de la Santé www.liguesdelasante.ch
Promotion de la Santé www.promotiondelasante.ch
Fédération Romande des Consommateurs (FRC) www.frc.ch

Nos partenaires universitaires:


Université de Lausanne (UNIL) www.unil.ch
Université de Genève (UNIGE) www.unige.ch
Faculté de Biologie et Médecine (FBM) www.unil.ch/fbm
Ecole Pharmacie Genève-Lausanne (EPGL) www.unige.ch/sciences/pharm
Section Médecine Dentaire, Université de Genève (SMD) cmusun9.unige.ch/smd

Nos partenaires professionnels:


Société Vaudoise de Médecine (SVM) www.svmed.ch
Association des Médecins Omnipraticiens Vaudois (AMOV) www.amov.ch
Société Vaudoise de Pharmacie (SVPh) www.vaud-pharmacies.ch
Société Vaudoise des Médecins-Dentistes (SVMD) www.svmd.ch

Nos partenaires institutionnels:


Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) www.bag.admin.ch
Département de la Santé et de l’Action Sociale (DSAS) www.dsas.vd.ch
Département des Institutions et des Relations Extérieures (DIRE) www.dire.vd.ch
Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV) www.chuv.ch
Département Universitaire de Médecine et Santé Communautaires (DUMSC) www.chuv.ch/dumsc

// Impressum
Conception et réalisation > Comité de direction PMU > Bureau Qualité DUMSC / PMU
Réalisation photo / graphisme > Eric Deroze, Numa Luraschi, CEMCAV
Copyright PMU 2005 ©

12
&ACULTÏDEBIOLOGIE
ETDEMÏDECINE

&&cXGDL\jkX]Ôc`„\Xl1
&&Gfc`Zc`e`hl\D„[`ZXc\Le`m\ij`kX`i\
Il\[l9l^efe++s('((CXljXee\s')(&*(+-'-'snnn%gfc`d\[%Z_
[\._*'~(/_*'

&&Li^\eZ\j
D„[\Z`e\`ek\ie\\k^„e„iXc\s')(&*(+----

&&F“efljkiflm\i
\p
m\&M\m
k\>\e…
Xlkfifl
9l^efe

GDL

:?LM
m`cc\ i\
Z\ek