Vous êtes sur la page 1sur 20

MYTHES ET LITTRATURE: PERSPECTIVES ACTUELLES

Vronique Gly

Klincksieck | Revue de littrature compare

2004/3 - n o 311
pages 329 347

ISSN 0035-1466
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Article disponible en ligne l'adresse:

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2004-3-page-329.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Gly Vronique, Mythes et littrature : perspectives actuelles,
Revue de littrature compare, 2004/3 n o 311, p. 329-347.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour Klincksieck.


Klincksieck. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions
gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute
autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf
accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage
dans une base de donns est alement interdit.
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 329

tudes critiques
Mythes et littrature :
perspectives actuelles
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Une nouvelle collection mythologique aux ditions du Rocher qui publie
ses deux premiers volumes ; une autre (aux ditions Bayard) qui prpare
son lancement ; des textes majeurs rdits ; une soixantaine douvrages
publis durant les quatre dernires annes (voir la liste donne infra) : visi-
blement, les tudes mythologiques occupent une part non ngligeable du
champ critique, spcialement en France o incontestablement se fait sentir
le rayonnement des travaux de Pierre Brunel. Il nest videmment pas
question ici de rendre compte de chacun de ces ouvrages, mais partir de
certains, on peut esquisser un bilan et dgager des perspectives.

ditions, traductions, inventaires : avances de la mythographie

Se rvlent indispensables dabord les ditions de textes, qui permet-


tent de sortir des sentiers battus et de refonder solidement les connais-
sances que nous avons de la postrit des fables antiques, en particulier.
Emmanule Baumgartner a publi dans une collection de grande diffusion
( Folio classique ), trois textes mdivaux ingalement connus des
modernes, quoique leur importance soit majeure pour valuer la postrit
des Mtamorphoses dOvide (Pyrame et Thisb seront illustrs par
Shakespeare et Thophile de Viau, Philomle connatra aux XVIe et
XVIIe sicle une vogue que lon sous-estime trop aujourdhui, ce qui nest pas
le cas de Narcisse, en revanche). Cette dition bilingue, assortie dune pr-
face, dune bibliographie et de notices, a combl un manque important.
Difficiles daccs pour un lecteur franais, deux rcits nerlandais de Louis
Couprus (1863-1923) qui mlent sources antiques et mdivales ont t
rcemment traduits par David Goldberg et prsents par Gilbert Van de
Louw : Psych et Fidessa constituaient une trilogie avec Metamorfose qui
les a prcds, et qui nest malheureusement pas intgr louvrage.
Lhrone des Mtamorphoses dApule, bien diffrente de son modle,
croise chez cet auteur la Chimre, le Sphinx et le cortge de Bacchus, tan-
dis que la lgende de la Licorne est rcrite avec Fidessa, hrone de lamour
et de la fidlit. Qui sintresse au destin littraire ddipe connaissait dj
les tudes de Jacques Sherer, de Colette Astier, dHlne Cixous et de

Revue
3-2004
de Littrature Compare
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 330

tudes critiques

Christian Biet. La collection Textes et contre-textes publie par luniver-


sit de Saint-tienne vient de fournir en un seul petit volume les dipe de
Corneille et de Voltaire, la Troisime dissertation de lAbb dAubignac
et l Examen de ldipe de Corneille de Voltaire.

Dans une mme logique de diffusion et de traduction, il faut souhaiter


que les travaux mythographiques dj engags se perptuent. Aprs avoir
prfac Cultes, mythes et religions de Salomon Reinach, dits par Herv
Duchne, P. Brunel a dit la Mythologie compare de Max Mller dans la
collection Bouquins (Robert Laffont). Le Petit dictionnaire de mytholo-
gie populaire roumaine de Ion Talos, traduit par Anneliese et Claude
Lecouteux, est publi dans la collection Imaginaire dirige par Danile
Chauvin. la croise des mondes romans et slaves, paens et chrtiens, la
mythologie roumaine (souvent tudie dans ses avatars littraires par
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Mircea Muthu, en particulier la lgende de Matre Manole) peut grce
cette dition tre mise en parallle avec la littrature mdivale romane.
Autre univers : en attendant que voie le jour le Dictionnaire des figures et
mythes des Amriques projet par lUniversit du Qubec Montral, on
peut lire utilement la Mythologie hatienne de Maximilien Laroche. Il faut
signaler enfin limportance majeure que donne aux mythes Bernadette
Rigal-Cellard dans Le Mythe et la plume. La littrature indienne contempo-
raine en Amrique du Nord. Cet historique de la littrature nord-amrin-
dienne (dont la plupart des lecteurs franais connaissent surtout le roman
de N. Scott Momaday The House Made Of Dawn) depuis ses origines jus-
qu nos jours combat les clichs hrits de lexotisme romantique et veut
mettre en lumire loriginalit des uvres, fonde sur leur ractualisation
des mythes, leurs rfrences lhistoire des tribus, mais aussi sur leur rap-
prochement avec dautres littratures, dans les thmes, la qute didentit,
et les modalits de la narration. signaler galement la Mythologie chi-
noise runie et commente par Yan Hansheng et Suzanne Bernard, The
Dictionary of Albanian religion, mythologie and folk culture de Robert Elsie,
et La Mythologie des Celtes et des Vikings de Thierry Bordas, avec une pr-
face de Pierre Brunel.

Mythe et littrature : un tat des lieux problmatique

Marie-Catherine Huet-Brichard, spcialiste de Maurice de Gurin, a


rcemment dress, dans un petit ouvrage vocation pdagogique, un bilan
de quatre perspectives qui permettent selon elle daborder la relation
entre littrature et mythe . Elle commence par la perspective gnalo-
gique en retraant l histoire dune filiation envisage dans deux sens :
dabord, la littrature lhorizon du mythe , puis le mythe lhorizon de
la littrature . Dans la premire hypothse, particulirement illustre par
Northrop Frye, les mythologies et la Bible sont considres comme une
grammaire des archtypes de la littrature (Anatomie de la critique,
p. 165) ; la littrature driverait du mythe quelle transformerait en
genres littraires : Lvi-Strauss voit ainsi dans le conte un mythe dsacra-

330
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 331

tudes critiques

lis (et Dumzil faisait driver le roman de lpope, elle-mme avatar du


mythe). La littrature serait faite de mythes auxquels on ne croit plus
(Frye, cit p. 19). Cest que le mythe , pour Lvi-Strauss comme pour
Eliade, existe en soi, et quil est reconnu pour ce quil est par son auditeur.
Dans le second cas, sont invoqus les dbats thoriques des annes 1970
(Raymond Trousson, Pierre Albouy, Pierre Brunel et son Mythe de la mta-
morphose, que Jos Corti vient de rditer dans la collection Les massico-
ts et dont la traduction en japonais vient galement de paratre) et la pro-
position par Philippe Sellier dans un article clbre de 1984 de la notion de
mythe littraire (article tout rcemment repris lui aussi, avec des tudes
sur Don Juan, Le Cid, La Belle au Bois dormant et Le Comte de Gabalis,
dans ses Essais sur limaginaire classique). Dans ces annes-l en effet, un
salutaire mouvement mettait le mythe ethnoreligieux lcart des pr-
occupations du critique littraire et permettait une tabula rasa : limposition
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


de lpithte littraire a permis de distinguer et dtudier les mythes lit-
traires hrits, les mythes littraires nouveaux-ns, et tout ce que la lit-
trature a transform en mythe (P. Brunel, cit p. 27).

Or les rcents dveloppements des tudes anciennes, de lhistoire des


religions comme de lethnologie convergent pour mettre trs srieusement
en cause la construction gnalogique, les dfinitions du mythe par Mircea
Eliade ou Claude Lvi-Strauss, et pour du coup confirmer les hypothses
des littraires . Depuis une vingtaine dannes Marcel Detienne, Paul
Veyne, Claude Calame parmi dautres ne cessent de le rpter : il ny a pas,
il ne peut y avoir dontologie du mythe. Le mythe nest pas un genre litt-
raire ni une catgorie de la pense. Lemploi moderne du mot grec est un
rsultat de lhistoire rcente, et constitue un contresens sur la culture
antique. Il est regrettable que Marie-Catherine Huet-Brichard, qui pourtant
fait tat de ces travaux (p. 18-19), et qui consacre son introduction la plu-
ralit des dfinitions du mot mythe , persiste tout de mme noncer
en pralable son ouvrage une dfinition restrictive et trs contestable ( le
mythe est un rcit fondateur, anonyme et collectif, reu comme vrai par
ceux qui le transmettent comme par ceux qui lcoutent, et possdant une
valeur universelle , p. 7), dont prcisment elle montre inconsciemment
plus loin la fausset lorsquelle fait rfrence Jean-Pierre Vernant. Qui
dailleurs, mme sans avoir besoin de son autorit, ne verrait quune telle
dfinition ne saurait tre applique Don Juan ou Phdre ? Longue est
lhistoire de cette confusion tenace entre mythe et sacr, mythe et culte,
mythe et rituel. Faute de prendre acte plus fermement de lhistoricit du
concept de mythe, toute la dmonstration que lauteur propose ensuite est
en dsquilibre, car fonde sur une dfinition qui nest en fait que lh-
ritage de la conception romantique du mythe .

Le deuxime chapitre consacr aux convergences se consacre, en


effet, la littrature et au mythe comme formes de discours qui poursui-
vent une mme finalit : construire du sens (p. 42). On y retrouve dans une
premire section ( Le mythe et la littrature comme rcits ) la gram-

331
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 332

tudes critiques

maire du mythe selon Claude Lvi-Strauss, les archtypes de Gilbert


Durand, les univers de Roland Barthes (p. 49), les mythes du mal de
Paul Ricur (p. 50), les lectures allgoriques de la mythologie et le com-
portement mythologique selon Mircea Eliade (p. 56), puis un panorama
des genres littraires (p. 57- 67). La seconde section ( Les mythes de la
littrature ou la littrature comme mythe ) renvoie dabord Claude
Abastado (Mythes et rituels de lcriture) : Mallarm donne corps et forme
au mythe du Livre qui va hanter le XXe sicle, et trouve dans Hamlet la
figure mythique du divorce entre un absolu inaccessible et une ralisation
ncessairement dcevante (p. 69). Ensuite, sont rapidement passes en
revue les figures mythiques de la cration , celles de linspiration ,
puis la figure de Narcisse (p. 73).

La perspective rhtorique du troisime chapitre se concentre sur la


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


relation du texte au mythe examine selon trois perspectives : celle du
texte o le rcit mythique joue la fonction dun intertexte, dun corps tran-
ger, parfois clandestin, mais jamais inerte (on y retrouve les Palimpsestes
de Grard Genette, Mythologie et intertextualit de Marc Eigeldinger, la
Mythocritique de Pierre Brunel et Le Rcit spculaire de Lucien
Dllenbach) ; celle de lcrivain qui na pas toujours la matrise de ces jeux
de rencontres ou de cache-cache et pour qui se pose la question de la sin-
gularit de sa propre voix (sont sollicites les psychanalyses de Charles
Baudouin, les travaux de Pierre Glaudes sur Mrime, le Sur Racine de
Barthes, Marie Miguet et sa Mythologie de Marcel Proust) ; celle du lec-
teur qui, face ces systmes complexes dinterfrences ou de brouillages,
se voit contraint de modifier son mode dapproche (lauteur renvoie alors
aux thories de la rception de Michel Charles, de Daniel Mortier partir
des thories de H. R. Jauss). Cette perspective aboutit une srie
dinterrogations : faut-il privilgier une version dun mythe ? comment rep-
rer les mythes ? comment viter de plaquer sur un texte des mythes qui ne
sy trouvent pas ?

Louvrage se termine en survolant les temps forts des relations entre


littrature et mythe : le Moyen ge et la matire de Bretagne (avec un
renvoi aux travaux dEmmanule Baumgartner, Jean Frappier, Michel Zink,
Philippe Walter), la Renaissance et la posie de la Pliade (sont cits
Guy Demerson, Nathalie Mah), de lge classique au romantisme (avec
Jean-Pierre Nraudau, Aurlia Gaillard, Jean Starobinski), le XIXe sicle et
les mythes modernes , enfin le thtre de lentre-deux-guerres et
lintertextualit mythique .

Comme on le voit, le titre de cette partie ( Perspective historique ) ne


signifie malheureusement pas quun regard dhistorien soit port sur lvo-
lution des concepts et des conceptions ni de la littrature ni du mythe ;
certes, les dimensions et la finalit de louvrage empchaient daller loin en
ce sens : aprs les travaux de Pierre Albouy, il sagissait de faire le tableau
de trente quarante annes de critique littraire franaise, et le livre donne

332
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 333

tudes critiques

un trs utile panorama (en particulier dans la troisime partie) des inter-
prtations rcentes de nombreux textes, voire de limportance dans la litt-
rature franaise de certaines figures. Mais il est bien dommage que les tra-
vaux de Vernant, Calame et Detienne aient t seulement voqus sans tre
mis profit ; que la littrature franaise soit presque la seule cite ; enfin,
que la rhtorique ait t privilgie au dtriment de la potique .

Histoire et thorie : vers une mythopotique

Des ouvrages rcents peuvent complter ou rectifier ces pers-


pectives . Quant la rhtorique, il est bon de se rappeler son sens et sa
fonction dans les discours antiques : Sophie Gotteland, en tudiant les
exemples mythiques dans le discours politique de lAthnes classique ,
met en lumire limportance des lgendes des Amazones, dAdraste,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


dHracls, de Thse, de la guerre de Troie dans la manipulation du pass
mythique de la Grce qui permet aux orateurs athniens (et un moindre
degr des historiens, des philosophes et des potes) de glorifier leur cit
et ddicter des rgles daction.

Quant la potique, il est salutaire de revenir lemploi quAristote fait


du mot mythos dans son cadre : cest prcisment sur Aristote que se fonde
la Mythopotique des genres de Pierre Brunel (analyse plus en dtail par
M.-M. Mnch dans RLC n 310). Parmi les genres sur lesquels sexerce
cette mythopotique, le roman avait dans la dernire dcennie t particuli-
rement en faveur. Il semble que lintrt dsormais se dplace et slargisse.
Les figures mythiques et les types romanesques sont confronts dans
une perspective sociologique par Brigitte Munier. Anne Mounic intitule
Posie et mythe (1 : Renchantement et deuil du monde et de soi, et 2 : Je,
tu, il/elle : aux horizons du merveilleux) les volumes quelle consacre
Edwin Muir, Robert Graves, Ted Hughes, Sylvia Plath et Ruth Fainlight. Un
Dictionnaire des mythes du fantastique a paru aux Presses Universitaires de
Limoges sous la direction de Pierre Brunel et Juliette Vion-Dury en 2003. Un
numro de la revue La Licorne runit des essais sur Cinma et mythe pr-
sents par Melvyn Stokes, Reynold Humphries et Gilles Menegaldo. Le plus
remarquable est sans doute larticulation entre mythe et musique que lon
retrouvera plus loin avec les figures dOrphe et de Faust. On doit signaler
une tentative rcente pour croiser gocritique et mythologie :
Clermont-Ferrand, Dominique Bertrand publie des Mythologies de lEtna ;
Limoges, Bertrand Westphal et Juliette Vion-Dury sinterrogent sur Le Lieu
dans le mythe. Mais cest lide de potique des mythes ou de mythopotique
qui semble dominer dans les travaux actuels. Un volume de mlanges offerts
Claude Calame a choisi aussi de placer les mythes sous ce signe : runis
sous le titre Potiques compares des mythes. De lAntiquit la Modernit,
ces essais examinent des rcritures des fables de Thse, dOrphe,
dAphrodite, de Promthe, de Pygmalion, partir des potes antiques
(Homre, Sappho, Bacchylide, Horace et Ovide) jusquau Frankenstein de
Mary Shelley, des textes de Franz Kafka et de Rose Auslnder.

333
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 334

tudes critiques

Mais la potique ne se dissocie quartificiellement de la politique et de


la philosophie. Cest pourquoi un recueil darticles (rimprim en 2000) de
Jean-Pierre Vernant publi au Seuil prenait pour titre Entre mythe et poli-
tique tandis que les ditions la Dcouverte republiaient le classique Mythe
et tragdie en Grce ancienne. Odile Wattel-de Croizant manifeste un
mme souci en intitulant La Dimension politique et religieuse du mythe de
lEurope de lAntiquit nos jours les actes du colloque tenu lENS les 29-
30 novembre 2001 quelle a runis, tout comme L. Couloubaritsis et J.-
F. Ost avec Antigone ou la rsistance civile. Justement, dans sa magistrale
tude des sources de limaginaire juridique , le juriste et philosophe
Franois Ost analyse successivement la donation de la loi Mose sur le
mont Sina, linvention de la justice dans lOrestie dEschyle, la rvolte
dAntigone chez Sophocle, la souverainet de lindividu pour Robinson
Cruso et les paradoxes de la libert selon Faust. sa manire, ce livre
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


forme une rponse au Platon et le miroir du mythe : de lge dor
lAtlantide (1996) de Jean-Franois Matti, qui a t rimprim en 2002.
Mentionnons galement une approche plus insolite des sciences
humaines : Mythologie et mdecine de Jacqueline Vons. Autre perspective :
le recueil dessais que Christian Berner et Jean-Jacques Wunenburger
publient sous le titre Mythe et philosophie : les traditions bibliques.

Andr Dabezies a rcemment rappel (RLC n 309) son refus de


confondre figures bibliques et figures mythiques , refus quil fonde
en particulier, avec Mircea Eliade, sur une opposition entre la temporalit
mythique et la conscience du temps impose par le monothisme biblique
(voir galement Danile Chauvin, infra, p. 358). Mais les pratiques semblent
diverger. Si Franoise Gilbert intitule son livre La Figure de lantchrist
dans lEspagne du sicle dor, Agns Castiglione La Figure de lange dans
luvre de Jean Giono, et Vronique Lonard-Roques Can, figure de la
modernit, on trouve aussi Lilith, avatars et mtamorphoses dun mythe
entre Romantisme et dcadence par Pascale Auraix-Jonchire, Jonas ou
loiseau de malheur. Variations bibliques sur un thme narratif par Jean
Alexandre, Judith. chos dun mythe biblique dans la littrature franaise
par Jacques Poirier et Le Dfi de Babel. Un mythe littraire pour le XXIe
sicle par Sylvie Parizet. Mythe , mythe biblique , figure , mythe
littraire , thme narratif : le cas nest visiblement pas tranch dans
les tudes lies la Bible. Pas plus dailleurs que dans celles qui satta-
chent dautres traditions : Brigitte Mra tudie Balzac et la figure
mythique dans les tudes philosophiques , Liana Nissim il mito di
Artemide-Diana , Danielle Perrot la figure mythique de Don Quichotte
au XXe sicle. Tandis que Walter Zidaric choisit dintituler les actes du col-
loque de Nantes quil runit du seul nom de la ville, Saint-Ptersbourg :
1703-2003, Wladimir Troubetzkoy, lui, crit un Saint Ptersbourg, mythe lit-
traire. Pierre Brunel prend acte de lalternative en choisissant pour sa col-
lection daccoler les deux termes : Mythes & figures . Mrite une men-
tion particulire le parti original choisi par Benot Bolduc : son tude
dAndromde au rocher porte pour sous-titre Fortune thtrale dune

334
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 335

tudes critiques

image en France et en Italie 1587-1712 ; mais il lit dans son introduction,


afin entre autres dviter le mot fable qui a des sens trop diffrents pour
les poticiens et les mythographes , un terme italien du discours sur
lart , le mot istoria . Il en prcise ainsi le sens : istoria, littralement
histoire, nest pas ici prendre dans lacception que lui a donne Alberti
dsignant une uvre dart narrative ou allgorique de grande envergure,
mais plutt dans le sens que lui donne Ludovico Dolce, soit celui de rcit
historique ou fabuleux, source de linspiration de lartiste (p. 12, n. 5).
Quant son titre, il sexplique par le concept d image daction que lau-
teur emprunte au Pre Mnestrier (p. 19-20). Mme si ce choix ne rgle pas
tous les problmes (car Benot Bolduc part tout de mme de la mention
dun combat mythique , se rfre Mircea Eliade dans sa premire page,
et parle nouveau de mythe dans sa conclusion), il est de fait sans
doute prudent, pour traiter les objets littraires et artistiques, dutiliser les
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


outils thoriques et critiques propres leurs auteurs et leur temps, et de
rserver lemploi du mot mythe la modernit qui la rinvent. Ces
hsitations du vocabulaire dans les tudes cites et dans leurs titres, quoi
quil en soit, restent rvlatrices dune gne qui persiste devant le mot,
sinon devant le concept, gne quune attention plus grande leur histoire,
on le rpte, pourrait peut-tre allger.

Ce rapide survol finira justement par un regret : celui que les tudes
historiques du concept de mythe et de la conception de ce que nous appe-
lons aujourdhui de ce nom soient pour linstant cloisonnes dans des
domaines nationaux trop troits, et ne soient pas suffisamment diffuses ;
il faudrait tendre au cadre europen une analyse comme celle de Julie
Boch (Les Dieux dsenchants. La Fable dans la pense franaise de Huet
Voltaire (1680-1760)). Tandis que Daniela Gallingani dans Mythe, machine,
magie montre comment la littrature reflte les synthses hasardeuses
que tente le XVIIIe sicle entre mdecine, science de la nature et politique,
Julie Boch montre, elle, comment et pourquoi, alors quelle appartenait jus-
qu la fin de lpoque classique au champ de lhistoire religieuse, la fable,
au tournant des XVIIe et XVIIIe sicles, quitte peu peu le cadre de la tholo-
gie pour celui de lesthtique, de lhistoire et de lanthropologie. Oublier ou
mconnatre cette histoire du concept de mythe (mise en lumire au dpart,
comme on la vu plus haut, par les spcialistes de lantiquit), condamne
toute spculation sur ce mme concept un dangereux autotlisme.
Dautant plus dangereux que le mythe au XXe sicle a fait lobjet dun
lourd investissement idologique, que nagure Daniel Dubuisson a mis en
lumire dans Mythologies du XXe sicle : Dumzil, Lvi-Strauss, Eliade.

Entre essence et existence

En concordance avec les travaux de Claude Calame, les auteurs de


Potiques compares des mythes entendent illustrer, daprs leur prire
dinsrer programmatique, le fait que les rcits quune catgorie opra-
toire de la pense anthropologique nous induit considrer comme des

335
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 336

tudes critiques

mythes nexistent que raliss et intgrs dans des textes potiques et lit-
traires . Lillustration de ce postulat se vrifie de fait dans une srie
dtudes produites ces dernires annes, qui envisagent aussi bien des
figures hrites de lantiquit classique, des mythes modernes, des figures
bibliques, des villes mythiques. Mais le postulat lui-mme ne fait toujours
pas lunanimit.

On constate en effet la persistance de deux types dapproches opposes,


en lesquelles doit trs probablement tre reconnu le maintien dune com-
ptition entre lidalisme platonicien et lempirisme aristotlicien : lune
appelons-la essentialiste sattache chercher la dfinition universelle
dun mythe au travers des textes et des uvres ; lautre risquons-nous
lappeler existentialiste est plus axe sur lhistoire de ses avatars, et
spargne lhypothse dun archtype ou dun mythe originel, voire la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


construction dun modle ou dun patron . Si lon admet, en effet, que
le mythe est un genre introuvable , selon la formule de Marcel Detienne
(LInvention de la mythologie, 1980), reste la question de savoir si chaque
mythe senracine dans un archtype ou une ide prexistants, ou
bien si, comme les autres fictions, ces rcits, images, scnarios que nous
appelons des mythes (et quon appelait jadis des fables , nagure
quelquefois des thmes ) sont le produit de limagination dun auteur et
de sa culture, sur lequel viendraient se cristalliser, dans chaque socit et
dans chaque poque, un rseau de significations.

Tandis que les ditions La Dcouverte rditent avec une postface


indite de lauteur et la prface de Pierre Vidal-Naquet le texte de 1975 du
Ddale : mythologie de lartisan en Grce ancienne de Franoise Frontisi-
Ducroux, (qui vient aussi de faire paratre LHomme-cerf et la femme-arai-
gne), Michle Dancourt considre dans Ddale et Icare. Mtamorphoses
dun mythe que le mythe grec du premier artiste-ingnieur mobilise un
symbolisme universel en construisant la scne masculine des origines
de la culture, quand la chute de son fils, Icare, illustre le statut tragique de
sa transmission (prire dinsrer). Frdrique Toudoire-Surlapierre pose
explicitement la question de lessence comme fondement de sa dmarche
quand elle prsente son Hamlet, lombre et la mmoire : To be or not to
be, cet aphorisme si emblmatique du mythe de Hamlet ne serait-il pas
(presque) trop clbre ? Non, car cest trs exactement la question que
nous nous posons : quest-ce qui est dans le mythe de Hamlet, autrement
dit quest-ce qui le constitue, quelle est son essence dun point de vue
esthtique et ontologique ? .

En lanant la question, en conclusion du recueil La cruelle douceur


dArtmis . Il mito di Atemide-Diana nelle lettere francesi : Artmis, qui
es-tu ? (p. 411), Liana Nissim entame une dmarche analogue. Mais les
articles quelle a runis offrent, eux, un panorama de lhistoire et des ava-
tars de la desse au triple visage, ici dsigne par deux de ses noms, dans
lesquels on ne reconnat pas forcment une vise essentialiste.

336
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 337

tudes critiques

Contrairement ce quindique le titre, ils ne se limitent pas la littrature


franaise, et ceux que nous mentionnons (faute de pouvoir tout citer) sont
dailleurs prcisment les plus comparatistes : Fabrizio Conca dessine
lvolution de la desse dans les hymnes homriques et le roman grec, chez
Euripide, Apollodore et Callimaque ; Silvia DAmico attire lattention sur le
motif de la chasse au cerf dans la Meleagris de Basinio Basini (1448) ;
Sergio Cappello rappelle les sources italiennes (Boccace, Colonna) de
Jeanne Flore, Hlisenne de Crenne et dautres auteurs de narrations ;
Daniela Boccassini voit se dessiner un Acton mlancolique (p. 101)
dans lOvide moralis, chez Christine de Pisan, Alciat, Marguerite de
Navarre, Giordano Bruno, Bonaventure des Priers, Montaigne, Le Tasse.
Francis Claudon montre comment la reprsentation dEndymion dans le
premier romantisme a t conditionne par le tableau de Girodet Le
Sommeil dEndymion : soit que les auteurs suivent les voies ouvertes par
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Girodet (Toumanski, Keats, Hlderlin, Aloysius Bertrand), soit quils dfinis-
sent leur Endymion contre celui de Girodet, tel Nodier dans Smarra, ou
Stendhal chez qui F. Claudon voit le retour de Carrache (p. 252) ; Jean
de Palacio voque Heine, Arsne Houssaye, Louis Mnard, Flaubert,
Banville, Jean Richepin, Jean Lorrain, Hrdia, Paul Arosa, Offenbach,
Gottfried Keller, Shelley, Armand Silvestre, Albert Samain ; Guy Ducrey
montre le lien entre littrature et danse propos des Diane de Thodore de
Banville, de Zola, de Mallarm et de Jules Barbier, tandis que Laura
Colombo tudie les transformations de la figure de Diane dans les livrets
de ballet franais ; Guy Cherqui traque Diane lopra, avec Offenbach,
Rameau, Auber, Alfred Alessandrescu, Johann-Christian Bach, Francesco
Cavalli, Vicente Martin y Soler, Arthur Bliss, Rameau, Gluck ; Marco
Modenesi trouve Le sombre rayonnement des Dianes rousses (p. 395)
chez plusieurs auteurs du XXe sicle : Paul Morand, Pierre Klossowski,
Patrick Grainville. Louvrage, richement illustr et index, est prcieux pour
remettre jour des travaux plus anciens, presque toujours centrs unique-
ment sur la Renaissance.

Larchologie et la philologie restent des guides srs. Il faut saluer ldi-


tion franaise dun ouvrage de Claude Vatin dabord publi en grec, o lon
dcouvre en Ariane et Dionysos un mythe de lamour conjugal , qui a ins-
pir les potes et les artistes pendant douze sicles de culture grecque et
grco-romaine, jusquaux marches de lAsie centrale. Analysant des
dizaines de textes et tout autant dimages, lauteur montre que ltude de la
socit grecque ne doit pas oublier, en face de linstitution juridique du
mariage qui fait de la femme une ternelle mineure, lexistence dun mythe
qui propose une autre vision du mariage comme conclusion dune passion
spirituelle et charnelle partage par les deux amants. Ltude de la mytho-
logie sert lhistoire culturelle, les fables sont vues comme le support et
linstrument dune idologie ou dun idal.

Ce ne sont pas douze, mais vingt-huit sicles peu prs (dHomre


aujourdhui) que le Sisyphe et son rocher dneas Bastian et de Pierre

337
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 338

tudes critiques

Brunel embrasse en une centaine de pages, avec le mme souci dexacti-


tude philologique et de perspective historique. Elles sont mises au service
dune mditation sur le nom, le palais, le tombeau de Sisyphe, qui veut
rpondre la question qua donc nous dire encore aujourdhui le rocher
de Sisyphe ? (quatrime de couverture). Cest en effet la modernit de la
figure qui ressort de cet essai : Albert Camus, Roger Caillois et Ilya
Ehrenbourg ont marqu le sicle qui vient de sachever, en particulier la
littrature allemande daprs-guerre, et ce nest pas un hasard si ce hros
toujours silencieux dans les textes anciens ne commence prendre la
parole quavec Robert Merle et Vytaute Zilinskaite. Oui, cet homme qui
sest obstin dans le refus de mourir, ou, mieux, dans lignorance volontaire
de la Mort , pour qui les dieux mritent dtre berns et qui senferme
dans une fidlit au pire (p. 139) a bien, en effet, quelque chose nous
dire de nous et de lhistoire de notre temps.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Modernit, actualit

Un mme souci de lier ltude des mythes, ou de certains mythes,


lhistoire et aux sciences humaines est luvre dans plusieurs autres
importantes publications rcentes. Ainsi Der Mythos der Edda : nordische
Mythologie zwischen europischer Aufklrung und nationaler Romantik par
Klaus Bldl ; Myth and National Identity in Nineteenth-century Britain : the
Legends of King Arthur and Robin Hood par Stephanie L. Barczewski, ou
encore Pen vs. Paintbrush : Girodet, Balzac and the Myth of Pygmalion in
Postrevolutionary France par Alexandra K. Wettlaufer.

Les essais runis par Jean-Yves Masson sous le titre Faust ou la mlan-
colie du savoir vont dans ce mme sens. Larticle liminaire dAndr Dabezies
dlimite le contexte thologique (p. 21) du Volksbuch de 1587 et ses
enjeux, qui font de Faust un mythe situ dans un lieu, lespace germanique,
et dans un temps, celui o lglise romaine perd son unit, double caractre
que confirment lanalyse du Faust de Marlowe (par Myriam Cruso) et celle
du Magicien prodigieux de Caldern (par Guiomar Hautcur). Commence
alors une srie dtudes consacres au mythe que Jean-Yves Masson consi-
dre comme le plus propre dcrire les enjeux de la modernit (p. 9).
Dabord Jacques Le Rider considre le deuxime Faust comme le dernier
mot de Goethe sur le monde moderne , propose de voir en Nietzsche un
pieux disciple de son matre Goethe , mais un disciple dpourvu de la
lucidit dsabuse du matre et rsume ainsi la leon goethenne :
nous sommes, nous les contemporains, les cratures de Mphistophls
et non les amants dHlne (p. 61). La comparaison entre Faust et
Frankenstein tablie par Sylvie Parizet vient prciser la valeur de cette
modernit : celle de Faust, si elle voit le triomphe du Diable, na pas encore
pris acte de la mort de Dieu comme le fait Mary Shelley. Avec Pessoa (lu par
lisabeth Rallo-Ditche), avec Boulgakov (lu par Franoise Flamant), avec
Valry (lu par Anne Ubersfeld), avec Hermann Hesse (lu par Hans Hartje),
dautres modulations de la modernit apparaissent : celle dun XXe sicle

338
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 339

tudes critiques

marqu par deux guerres mondiales, par la crise des sciences et de la cul-
ture europenne. Dans ce contexte prennent un relief particulier les lectures
de Faust imposes dun ct par Oswald Spengler, dont le Dclin de
lOccident fait ici lobjet, selon les termes de J.-Y. Masson, dune mise au
point salutaire (p. 17) due Georges Thins, et de lautre par Sigmund
Freud, dont le Rve de Goethe donne Camille Dumouli une cl trs
faustienne pour mettre en perspective le dsir fou et le royaume des
Mres dans luvre et la folie de Lenau, de Nerval et dArtaud (p. 92-107).
Cest aussi leffroi du dsir , associ au grand thme de lhomme
mlancolique (p. 113), que reconnat dans Faust Michel Schneider, qui sin-
terroge essentiellement sur la diffrence des traitements opradiques de
Don Juan et de Faust. Prcisment, ct de la place remarquable faite aux
sciences humaines dans ce volume, en cela fidle lesprit de la collection
dirige par Camille Dumouli qui le publie ( Littrature & ide ), celle quy
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


prennent les tudes musicales nest pas moins notable. Pierre Brunel part
du pome de Verlaine Nuit du Walpurgis classique pour mettre en relief
le recours de Goethe au Songe dune nuit dt et ses implications dans les
versions potiques et musicales romantiques (essentiellement) de cette
nuit de Mai (p. 64-81). Les versions musicales du mythe et la conception
de la musique quimplique ce mythe occupent une place centrale dans les
contributions de Rmy Stricker, de Laure Schnapper, de Marjorie
Berthomier, de Timothe Picard, de Laurent Feneyrou et jusqu ltude par
J.-Y. Masson du Doktor Faustus de Thomas Mann. Il est impossible dans le
cadre qui est le ntre de rendre justice la richesse de ces contributions.
Mais cest un fait marquant que la place donne la musique dans son dia-
logue avec la littrature au sein de ce volume : certes, Faust grce Gounod
comme Don Juan grce Mozart est devenu un grand mythe musical. Mais
cest aussi le propre dune volution trs actuelle des tudes comparatistes
que cette rflexion conjointe sur la potique des mythes et le dialogue entre
texte et musique. noter aussi quun mme intrt pour Faust se retrouve
en Espagne et en Allemagne, avec la publication de El mito fustico en el
drama de Caldern de Sigmund Mndez et, surtout, du Faust : Mythos und
Musik de Hans Joachim Kreutzer, qui confirme videmment le lien entre
musicologie et mythocritique, de mme que le recueil dactes Orfeo, il mito,
la musica : percorsi tra musicologia e antropologia musicale runi par
Stefano A.E. Leoni.

Face aux deux grands mythes littraires de lEurope moderne que sont
Faust et Don Juan, Don Quichotte fait un peu, si lon ose dire, triste figure
(p. 7), commence Danielle Perrot, mais pour mieux crire quelques pages
plus loin lheure actuelle [] ce sont peut-tre les orgueilleux conqu-
rants, Faust et Don Juan, qui font figure de Don Quichotte (p. 16). Les
essais quelle runit sur Don Quichotte au XXe sicle ont la particularit de
se prsenter nettement comme tudes de rceptions dune figure
mythique dans la littrature et dans les arts . Aussi clair que ce sous-titre
est le projet affich dans la prface, celui dune rflexion rsolument
attentive aux donnes socio-historiques qui clairent de significations sp-

339
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 340

tudes critiques

cifiques, dune priode et dune aire culturelle lautre, les diffrentes


formes de rinvestissement symbolique du clbre mythe littraire (p. 7),
et le pari est tenu. Le livre nest pas une simple collection darticles : une
riche bibliographie de 35 pages, tablie par S. Urdician, B. Alonso,
F. Peyrgne, M.-C. Urbano, dresse la liste des Don Quichotte prsents dans
les fictions romanesques, dans la posie, dans la bande dessine, dans la
danse, au thtre, au cinma, la tlvision et la radio, dans la produc-
tion musicale, dans liconographie et dans la critique. Cette liste fait ais-
ment comprendre que, malgr lampleur du volume (38 articles), le champ
dinvestigations reste ouvert. Mais D. Perrot peut dj dessiner la triste
figure moderne du Chevalier, quelle voit aller vers un tragique
bouffon (p. 7), devenir le support de lectures idologiques qui font de lui le
gardien du Livre ou des livres (p. 10), et par l devenir un mythe fon-
dateur de la littrature moderne (p. 12). Il nest pas possible dentrer dans
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


le dtail des communications, runies en trois sections : Illustrations,
adaptations, transpositions , cristallisations idologiques dun mythe lit-
traire et les nouveaux don quichotte . Mentionnons, arbitrairement,
larticle de Nicolas Surlapierre qui montre comment imagerie ou imagi-
naire donquichottesque ont t mobiliss au service de lantifascisme
(p. 260-274) ; lutilisation de Don Quichotte contre la menace nazie par
Thomas Mann (tudie par Claude Foucart et par Vronique Lonard) ; les
ambivalences politiques quil permet dans le Tchevengour dAndre
Platonov (tudies par Franoise Genevray et par Frdrique Leichter-
Flack) ; la proposition par Jakob Wassermann, en 1929, dun Christophe
Colomb Don Quichotte de lOcan (analyse par Grard Laudin) ; la
place majeure de la rfrence cervantine dans luvre dUnamuno (analy-
se trois reprises, par Elisabeth Delrue, Marie-Carmen Urbano, Chantal
Pestruaux). Prcisment, Unamuno (aprs le Cid et Cervantes) est pour
Miguel Torga le troisime Quichotte (p. 235), et sa prsence dans
luvre de cet auteur portugais est claire par Daniel-Henri Pageaux
comme un cas particulier, singulier dibrisme (p. 227) : grce Don
Quichotte, Torga ajoute au systme de pense , hrit de la gnration
de 70, de nouvelles raisons de croire et dagir (p. 235).

Incontestablement donc, le XXe sicle, quoi quon ait pu penser de la


mort des mythes, offre un champ vaste et de plus en plus attirant, visible-
ment, ceux qui sintressent eux, quon suive la fortune dune figure
donne, ou quon sessaye au plus prilleux exercice dun panorama des
mythes dune priode donne. Ariane Eissen et Jean-Paul Englibert
avaient interrog La Dimension mythique de la littrature contemporaine
(voir RLC n 305). Les avant-gardes et leurs mythes font lobjet de la trs
copieuse collection dessais runis par Vronique Lonard-Roques et Jean-
Chistophe Valtat. Le volume sinscrit, comme celui de Danielle Perrot, dans
la perspective de sociopotique des mythes dfinie par Alain
Montandon, qui a dj donn lieu plusieurs publications en particulier
dans le cadre de recherches sur lhospitalit et sur la Dcadence. Les
trente-trois communications prsentes, heureusement runies par un

340
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 341

tudes critiques

index commun des noms, sont runies aussi par une interrogation com-
mune : comment des mouvements en qute dune radicale nouveaut ont-
ils ragi face ce qui, a priori, reprsente le mieux la notion dhritage cul-
turel ? Les bornes chronologiques sont celles du symbolisme et du
surralisme (1890-1940), avec un cas particulier : Rilke, prsent par
Sbastien Hubier comme un au-del dj de lavant-garde (p. 477-
490). Selon les auteurs, il ressort que ce que lavant-garde avait le mieux
russi capter, en le rptant, du mythe, ctait son impuret, son instabi-
lit, son inscription diachronique dans lHistoire, son mtissage constant
des traditions, son obstination dire une origine ou un but impossible
rejoindre, toujours dj perdus (p. 15). On remarquera que, du pluriel du
titre ( Les Mythes des Avant-gardes ), on passe ici un singulier, du
mythe : est-ce contamination du fantasme dune essence originaire,
authentique, universelle que les mmes auteurs opposent son incar-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


nation forcment transitoire, partielle, dans les formes dgrades, figes,
littrarises des mythologies (p. 8) ? Peut-tre est-ce tout simplement
que ce fantasme a prcisment connu une particulire expansion pen-
dant la priode en question : larticle de Wolfgang Asholt le montre claire-
ment. Le futurisme italien avec Marinetti se proclame destructeur de
mythes et le dadasme reprsente la raction anti-mythique essentielle et
profonde (p. 20) voir aussi, pour une perspective diffrente, larticle de
Claude Foucart (p. 449-461) , mais le futuriste russe Nikolij Burljuk quali-
fie les potes de crateurs de mythes (p. 21), et Cline Flcheux traite
plus loin des myth makers amricains (p. 125-136) , le surralisme est
imprgn par la pense mythique (p. 21) et Breton le conoit comme
mode de cration dun mythe collectif (p. 23), Finalement, cest linten-
tion profonde de lavant-garde elle-mme que Jean-Franois Lyotard qua-
lifie de mythe (p. 29). Du coup, les auteurs ont choisi dappeler
mythe des objets trs divers : la reprsentation temporelle
(J. Bessire), Acphale (S. Zenkine), le dionysiaque (A. Dominguez
Leiva), Vikings et Valkyries nordiques (F. Toudoire-Surlapierre), les
mythes brsiliens du malandro et de lIndien tire-au-flanc
(D. Mimoso-Ruiz), Adam (V. Lonard-Roques), le Grand Jeu
(R. Poulet), lHomme nouveau (C. Schenck), la Machine
(I. Krzywkowski), Lilith (P. Auraix-Jonchire), la femme mcanique
(S. Bazile), le rve de la cration dun enfant mcanique (S. Contarini),
Mafarka le Futuriste (B. Meazzi), le regard mdusen (F. C. Caland),
la pense mythique (E. Galtsova), les mythes arthuriens (I. Cani), le
mythe de landrogyne wagnrien (B. Rey-Mimoso-Ruiz), le Minotaure
(N. Surlapierre), Herms (M. Albert), Ulysse, le Titanic, lExode
(O. Salazar-Ferrer), la mythologie grecque (G. Saad), une modernit
mythifie (E. Radix), Desnos (V. Hugotte). Deux communications (celle
de J. Wilker et celle dO. Dcaudin) portent sur Mallarm. On notera aussi
que deux communications sont centres sur le mythe de Babel : Pascal
Vacher le retrouve dans Metropolis de Fritz Lang, et Anne Tomiche met en
lumire le paradoxe de la rflexion sur les langues des avant-gardes futu-
ristes et dadastes, dans la mesure o le renouvellement affirm de la

341
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 342

tudes critiques

langue potique prend la forme dune qute de retour une langue lie aux
origines de la Cration (p. 167).

Cette importance de Babel venait, en effet, dapparatre pleinement grce


au recueil dessais runi par Sylvie Parizet, qui, dans le dfi de Babel voit
un mythe littraire pour le XXIe sicle . Le premier chapitre du volume est
prcisment consacr la pluralit des langues. Dabord, Jean-Michel
Maulpoix cite Mallarm qui les dit imparfaites en cela que plusieurs
(p. 25), puis dfinit le devoir du pote moderne : se reconnatre tranger
dans sa langue (p. 33), et la posie mme : crire, cest inventer, comme
une langue dans la langue, les tours propres dun idiome. Rendre le propre
trange aussi bien que rapprocher lintime de ltranger, voil le travail du
pome (p. 34). la fin du volume, dans le dialogue quatre voix quil noue
avec Sylvie Parizet, Jean-Yves Masson et sa traductrice Anne Wade
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Minkowski, un autre pote, auteur du Pome de Babel traduit de larabe en
franais en 2000, Adonis, dit quant lui : je pense profondment que tout
vrai pote est exil au sein mme de sa langue, dans ce sens quil est tou-
jours en train de crer entre les mots et les choses des rapports nouveaux,
dlaborer une nouvelle image du monde (p. 186). Regis Salado fait ensuite
le point sur la rponse minemment bablienne (p. 36) que donne
lpisode biblique Joyce dans Finnegans Wake. Mais il propose aussi une lec-
ture plus indite de la premire scne dUlysse, scne de rasage en haut
dune tour. Certes, le nom Babel napparat pas dans Ulysse, mais
Babylon y est quatre fois mentionne, et ces mentions, mises en perspec-
tive avec le dbut de lpisode 13, permettent de supposer une variante par-
ticulirement perverse de Babel, qui consiste faire de la langue suppose
commune le lieu et linstrument de la sparation (p. 47). Claude-Gilbert
Dubois propose dlucider les fondements mythiques de la dialectique
Base/Sommet en fonction du triangle de Babel , dduit de la symbolique
jungienne, quil illustre de trois textes : lun de Pierre Emmanuel, lautre
dArtaud, le dernier de saint Clment. Dans le troisime chapitre ( Politiques
de Babel ), Jean-Yves Masson montre comment la lecture du mythe de
Babel par Stefan Zweig na cess dvoluer, depuis son uvre de circons-
tance du printemps 1916, jusqu la confrence de Florence (mai 1932) et
celle quil pronona plusieurs fois aux tats-Unis en 1939. La premire
guerre mondiale est au dpart de sa mditation : Une fois encore, notre
Rome spirituelle tait dtruite, une nouvelle fois notre Tour de Babel tait
abandonne par ses artisans (cit p. 122) ; larrive se profile le rve dun
point de vue suprieur qui privilgie luniversel (p. 124). Philippe Zard
montre un Kafka architecte du politique , qui, de la lettre Max Brod o il
parle de sa tour de Babel intrieure (cit p. 126) aux Armes de la ville,
texte narratif dune page crit en 1920, tout entier consacr Babel, sinter-
roge sur laptitude de lhomme difier, par ses propres moyens, le sens
de son existence individuelle ou collective (p. 138). Crystel Pinonnat trouve
dans trois romans de science-fiction, Babel 17 de Samuel Delany, Babel de
Vladimir Colin et Dreaming in Babylon de Richard Brautigan, un meilleur
des mondes totalitaires , o Babel prsente encore le fantasme de toute-

342
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 343

tudes critiques

puissance et le dfi dmiurgique propre au rcit biblique , mais o, en lab-


sence de transcendance, ces transgressions ne sont pas ncessairement
punies. La prsence dans les trois romans dun personnage pote, romancier
ou linguiste permet de combattre loppression des discours codifis
(p. 152). Enfin, Sylvie Parizet dgage les enjeux politiques et philosophiques
dune langue perdue . Elle met en relief le renversement axiologique
(engag depuis la Renaissance) par lequel les crivains contemporains
expriment leur mfiance, non envers la multiplicit des langues, mais
envers son contraire la langue unique. Elle souligne les deux faits nou-
veaux apparus au XXe sicle : lassociation explicite des vnements histo-
riques majeurs, et des traductions radicalement nouvelles du texte hbreu,
qui prouvent lmergence dune lecture moderne du rcit chez des reli-
gieux de toutes tendances (p. 155). Le chapitre central est consacr la
ville maudite , car Babel est aussi Babylone, et la modernit est marque
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


par la monstrueuse expansion des mgalopoles. Notons dailleurs au pas-
sage que les villes mythiques sont justement aussi un sujet trs actuel :
Crystel Pinonnat a publi en 2001 New York mythe littraire franais, et
Wladimir Troubetzkoy Saint Ptersbourg, mythe littraire en 2003. Mais la
ville est Babel dabord pour Baudelaire, dont Pierre Loubier propose une ana-
lyse du Rve parisien et de La Voix , et aussi du projet de pome en
prose Symptme de ruine : Je descends, puis je remonte. Une tour-
labyrinthe. Je nai jamais pu sortir. Jhabite pour toujours un btiment qui va
crouler, un btiment travaill par une maladie secrte (cit p. 76). On voit
Paris et Bruxelles devenir deux Babel modernes, grotesques et prostitues.
Henry James ne compare quune ville Babylone, et cest aussi Paris (dans
Les Ambassadeurs), explique Julie Wolkenstein (p. 89). Enfin Camille
Dumouli nonce le paradoxe de Babel dans le roman moderne de la ville
(p. 99). Chaque roman de la ville , explique-t-il, est complice de Babel et
fait servir les vieux mythes et les vieux dmons la gloire de cette fascinante
catin quest la grande ville moderne , quelle soit le Ptersbourg de Bily, le
New York de Dos Passos, Le Berlin de Dblin, le Bleston de Butor, la nou-
velle Bloomusalem de Joyce ou dautres encore. Mais la signification de
Babel, mythe, motif ou fantasme , y est renverse, grce au facteur potique
que constituent ses paradoxes : celui du Verbe, celui de la Faute, celui du tra-
gique et celui de la Tour, dont le renversement, selon la logique carnava-
lesque, devient un signe de destruction joyeuse, de destitution du pouvoir et
de la loi, qui accompagne le renouvellement du monde (p. 108). Sylvie
Parizet conclut justement sa prsentation avec cette question : si lrection
de la tour a longtemps t considre comme lexpression dun malencon-
treux dfi lanc il y a quelque trois mille ans, nest-ce pas la fconde accep-
tation de la pluralit des mondes, des langues, des cultures qui pourrait
constituer dsormais le nouveau dfi relever ? (p. 19) La tentation est
grande, et on y cdera volontiers, de transposer ce dfi la pluralit des
approches critiques qui ont t ici mentionnes.

Vronique GLY
Universit de Paris X-Nanterre

343
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 344

tudes critiques

Ouvrages mentionns :

ALEXANDRE (Jean), Jonas ou loiseau de malheur. Variations bibliques sur


un thme narratif, Paris - Montral (Qubec), LHarmattan, 2003, 164 p.
AURAIX-JONCHIRE (Pascale), Lilith, avatars et mtamorphoses dun
mythe entre Romantisme et dcadence, Clermont-Ferrand, PUBP, 2002,
Cahiers Romantiques n 8, 354 p.
BARCZEWSKI (Stephanie L.), Myth and National Identity in Nineteenth-
century Britain : the Legends of King Arthur and Robin Hood, Oxford,
Oxford University Press, 2000, p.
BASTIAN (neas), BRUNEL (Pierre), Sisyphe et son rocher, Monaco, d. du
Rocher, 2004, 174 p.
BAUMGARTNER (Emmanule), d. bilingue par, Pyrame et Thisb.
Narcisse. Philomena. Trois contes du XIIe sicle franais imits dOvide,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Paris, Gallimard, Folio classique , 2000, 300 p.
BERNER (Christian), WUNENBURGER (Jean-Jacques), d., Mythe et philo-
sophie : les traditions bibliques, Paris, PUF, 2002, 271 p.
BERTRAND (Dominique), d., Mythologies de lEtna, Clermont-Ferrand,
Presses Universitaires Blaise Pascal, 2004, 175 p.
BOCH (Julie), Les Dieux dsenchants. La Fable dans la pense franaise
de Huet Voltaire (1680-1760), Paris, Champion, 2002, 576 p.
BDL (Klaus), Der Mythos der Edda : nordische Mythologie zwischen
europischer Aufklrung und nationaler Romantik, Tbingen, Francke,
2000, 321 p.
BOLDUC (Benot), Andromde au rocher. Fortune thtrale dune image en
France et en Italie (1587-1712), Florence, Olschki, 2002, 392 p.
BORDAS (Thierry), La Mythologie des Celtes et des Vikings, prf. de Pierre
Brunel, Paris, Molire, 2003, 131 p.
BRUNEL (Pierre), Le Mythe de la mtamorphose, Paris, Jos Corti, Les
Massicots , 2003, 257 p.
, Mythopotique des genres, Paris, PUF, 2003, 303 p.
BRUNEL (Pierre) et VION-DURY (Juliette), d., Dictionnaire des mythes du
fantastique, Presses universitaires de Limoges, 2003.
CASTIGLIONE (Agns), Une Dmonologie magnifique : la figure de lange
dans luvre de Jean Giono ; sous la dir. de M. Jacques Chabot, Aix-en-
Provence, Publications de lUniversit de Provence, 2000, 240 p.
CORNEILLE, VOLTAIRE, dipe, d. Denis RAYNAUD et Laurent THIROIN,
Publications de lUniversit de Saint-tienne, 2004, 227 p.
COULOUBARITSIS (L.), OST (F.) sous la dir. de, Antigone et la rsistance
civile, Bruxelles, Ousia, 2004, 276 p.
COUPRUS (Louis), Psych. Fidessa. Contes et lgendes littraires traduits
du nerlandais par David GOLDBERG et introduits par Gilbert VAN DE
LOUW, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2002, 171 p.
DANCOURT (Michle), Ddale et Icare. Mtamorphoses dun mythe. Paris,
ditions du CNRS, 2002, 219 p.
DUBUISSON (Daniel), Mythologies du XXe sicle : Dumzil, Lvi-Strauss,
Eliade, P.U.L., 1993, 348 p.

344
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 345

tudes critiques

ELSIE (Robert), The Dictionary of Albanian religion, Mythologie and Folk


Culture, London, Hurst, 2001, 357 p.
FRONTISI-DUCROUX (Franoise), Ddale : mythologie de lartisan en Grce
ancienne, prf. de Pierre Vidal-Naquet ; postf. indite de lauteur, Paris,
la Dcouverte, 2000, 241 p.
FRONTISI-DUCROUX (Franoise), LHomme-cerf et la femme-araigne,
Paris, Gallimard, Le temps des images , 2003, 300 p.
GALLINGANI (Daniela), Mythe, machine, magie, Paris, PUF, Perspectives
littraires , 2002, 144 p.
GILBERT (Franoise), La Figure de lantchrist dans lEspagne du sicle
dor, Villeneuve dAscq, Les presses universitaires du septentrion, 2001,
492 p.
GOTTELAND (Sophie), Mythe et rhtorique. Les exemples mythiques dans
le discours politique de lAthnes classique, Paris, Les Belles Lettres,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Sortilges, coll. tudes anciennes , 2001, 392 p.
GRASSIN (J.-M.), VION-DURY (Juliette), WESTPHAL (Bertrand), d., Le Lieu
dans le mythe, Limoges, Pulim, 2002.
HANSHENG (Yan), BERNARD (Suzanne) textes runis et comments par, La
Mythologie chinoise, illustrations de Luo Jiaben, Paris, You-Feng, 2002,
180 p.
HEIDMANN (Ute) et al., d., Potiques compares des mythes. De
lAntiquit la Modernit, en hommage Claude Calame, Lausanne-
Nadir, Payot, 2004, 264 p.
HUET-BRICHARD (Marie-Catherine), Littrature et mythe, Paris, Hachette
Suprieur, 2001, 176 p.
KREUTZER (Hans Joachim), Faust : Mythos und Musik, Mnchen, C. H.
Beck, 2003, 187 p.
LAROCHE (Maximilien), Mythologie hatienne, Qubec, GRELCA, 2002,
232 p.
LONARD-ROQUES (Vronique) et VALTAT (Jean-Christophe) d., Les
Mythes des avant-gardes, Clermont-Ferrand, PUBP, 2003, 514 p.
LONARD-ROQUES (Vronique), Can, figure de la modernit (Conrad,
Unamuno, Hesse, Steinbeck, Butor, Tournier), Paris, Honor Champion,
2003, 376 p.
LEONI (Stefano A.E.), sous la dir., Orfeo, il mito, la musica : percorsi tra
musicologia e antropologia musicale, Turin, Trauben, 2002, 207 p.
MASSON (Jean-Yves) d., Faust ou la mlancolie du savoir, Paris,
Desjonqures, 2003, 253 p.
MATTI (Jean-Franois), Platon et le miroir du mythe : de lge dor
lAtlantide, Paris, Presses universitaires de France, 2002, 328 p.
MNDEZ (Sigmund), El mito fustico en el drama de Caldern, Kassel,
Reichenberger, 2000,, 395 p.
MRA (Brigitte), Balzac et la figure mythique dans les tudes philoso-
phiques , Paris - Budapest - Torino, LHarmattan, 2004,, 344 p.
MONTANDON, (Alain), textes runis par, Mythes de la dcadence, Presses
Universitaires Blaise Pascal, 2001, 380 p.

345
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 346

tudes critiques

MOUNIC (Anne), Posie et mythe : renchantement et deuil du monde et de


soi : Edwin Muir, Robert Graves, Ted Hughes, Sylvia Plath, Ruth
Fainlight, Paris - Montral (Qubec), LHarmattan, 2000, 317 p.
, Posie et mythe. seconde partie, Je, tu, il/elle : aux horizons du mer-
veilleux : Edwin Muir, Robert Graves, Ted Hughes, Sylvia Plath, Ruth
Fainlight, Paris - Montral (Qubec) - Budapest (etc.), LHarmattan,
2001, 216 p.
MLLER (Max), Mythologie compare, d. Pierre Brunel, Paris, Robert
Laffont, Bouquins , 2002, 880 p.
MUNIER (Brigitte), Figures mythiques et types romanesques. Essai sur les
enjeux dune sociologie du roman, Paris - Montral (Qubec) - Budapest
(etc.), LHarmattan, 2003, 457 p.
MUTHU (Mircea), Du ct du Sud-Est, Cluj-Napoca, Clusium, 2001, 160 p.
NISSIM (Liana) d., La cruelle douceur dArtmis . Il mito di Atemide-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck


Diana nelle lettere francesi, Milano, Cisalpino, 2002 ( Quaderni di
Acme n 53), 488 p.
PARIZET (Sylvie), d., Le Dfi de Babel. Un mythe littraire pour le
XXIe sicle, Paris, d. Desjonqures, 2001, 191 p.
PERROT (Danielle) d., Don Quichotte au XXe sicle. Rceptions dune figure
mythique dans la littrature et les arts, Clermont-Ferrand, PUBP, 2003,
598 p.
PINONNAT (Chrystel), New York mythe littraire franais, Genve, Droz,
2001, 325 p.
POIRIER (Jacques), Judith. chos dun mythe biblique dans la littrature
franaise, P.U. de Rennes, 2004, 204 p.
RIGAL-CELLARD (Bernadette), Le Mythe et la plume. La littrature
indienne contemporaine en Amrique du Nord. Monaco, ditions du
Rocher, 2004, 420 p.
SELLIER (Philippe), Essais sur lImaginaire classique, Paris, Champion,
2003, 396 p.
STOKES (Melvyn), HUMPHRIES (Reynold) et MENEGALDO (Gilles) textes
runis et prsents par, Cinma et mythe, Poitiers : La Licorne , UFR
Langues Littratures Poitiers, Maison des sciences de lhomme et de la
socit, 2002, 286 p.
TALOS (Ion), Petit Dictionnaire de mythologie populaire roumaine, traduit
par Anneliese LECOUTEUX et Claude LECOUTEUX, Grenoble, ELLUG,
2002, 211 p.
TOUDOIRE-SURLAPIERRE (Frdrique), Hamlet, lombre et la mmoire,
Monaco, d. du Rocher, 2004, 256 p.
TROUBETZKOY (Wladimir), Saint Ptersbourg, mythe littraire, Paris, PUF,
2003, 170 p.
VATIN (Claude), Ariane et Dionysos. Un mythe de lamour conjugal, prface
de Jacqueline de ROMILLY, Paris, Presses de lcole Normale sup-
rieure, 2004, 152 p.
VERNANT (Jean-Pierre), Entre mythe et politique, Paris, Seuil, 2000, 635 p.
VERNANT (Jean-Pierre), VIDAL-NAQUET (Pierre), Mythe et tragdie en Grce
ancienne, tomes 1 et 2, Paris, d. la Dcouverte, 2001, 183 p. et 298 p.

346
06 EC Gly 1/09/04 15:09 Page 347

tudes critiques

VONS (Jacqueline), Mythologie et mdecine, Paris, Ellipses, 2000, 175 p.


WALTER (Philippe), Perceval, le pcheur et le Graal, Imago, 2004, 246 p.
WATTEL-DE CROIZANT (Odile), d., La Dimension politique et religieuse du
mythe de lEurope de lAntiquit nos jours, Tours, Centre de
Recherches A. Piganiol, 2002, 280 p.
WETTLAUFER (Alexandra K.), Pen vs. paintbrush : Girodet, Balzac and the
Myth of Pygmalion in Postrevolutionary France, New York, Palgrave,
2001, 323 p.
ZIDARIC (Walter), d., Saint-Ptersbourg : 1703-2002, CRNI, Universit de
Nantes, 2004.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h36. © Klincksieck

347