Vous êtes sur la page 1sur 10

PARTAGES DE L'ANTIQUIT: UN PARADIGME POUR LE

COMPARATISME

Vronique Gly

Klincksieck | Revue de littrature compare

2012/4 - n 344
pages 387 395

ISSN 0035-1466
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Article disponible en ligne l'adresse:

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2012-4-page-387.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Gly Vronique, Partages de l'Antiquit : un paradigme pour le comparatisme,
Revue de littrature compare, 2012/4 n 344, p. 387-395.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour Klincksieck.


Klincksieck. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions
gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute
autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf
accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage
dans une base de donns est alement interdit.
Partages de lAntiquit:
un paradigme pour le comparatisme
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


Dans quelle mesure lAntiquit classique, ces Grecs et ces Romains qui
fondaient la philologie et la philosophie de lhumanisme idaliste occiden-
tal, participent-ils de la littrature mondiale et sont-ils, de ce fait, un objet
dtude pour une littrature compare qui, devenue consciente dtre par
son histoire irrcusablement lie lapoge de limprialisme europen1,
doit selon Edward Said se tourner vers une nouvelle critique humaniste
ancre dans le monde2? Telle est la question laquelle ce numro de la
Revue de Littrature Compare voudrait aider rpondre.

Ancien/tranger: dterritorialisation et dfamiliarisation

Pendant et juste aprs la seconde guerre mondiale, se retourner vers


lAntiquit fut une manire de ragir aux abus et instrumentalisations des
textes et des mythes antiques commis par les fascismes et le nazisme3.
E.Said la plusieurs fois soulign: Auerbach, Spitzer et Curtius, derniers
grands reprsentants de lhumanisme idaliste qui marqua la premire
poque de la littrature compare, durent leur exprience de leffondre-
ment de lEurope sous le nazisme et, pour les deux premiers, de lexil qui les
avait conduits aux tats-Unis via Istanbul, le sentiment de la ncessit, de
lurgence quil y avait sauver une tradition culturelle ancre dans les lettres
grecques et latines:

1. Edward W. Said, Culture and Imperialism [New York, Knopf, 1993] Londres, Vintage,
1994, p.49; trad. fran. par Paul Chemla: Culture et imprialisme, Paris, Fayard, 2000,
p.87.
2. Cest ainsi que P. Chemla, op. cit., p.109 traduit secular and affiliated criticism
(E.Said, op. cit., p.71).
3. Voir V. Gly, Sylvie Parizet et Anne Tomiche (dir.), Modernits antiques. La littrature
occidentale et lantiquit grco-romaine dans la premire moiti du XXe sicle, Nanterre,
Presses Universitaires de Paris Ouest ( paratre en 2013). Voir aussi Miriam Leonard,
Athens in Paris. Ancient Greece and the Political in Post-War French Thought, Oxford
University Press, 2005.

Revue 4-2012
de Littrature compare
Vronique Gly

Mimesis [], written while Auerbach was in exile from Nazi Europe in
Istanbul, was not simply an exercise in textual explication, but [] an act of
civilizational survival. It had seemed to him that his mission as a comparatist
was to present, perhaps for the last time, the complex evolution of European
literature in all its variety from Homer to Virginia Woolf. Curtius book on the
latin Middle Ages was composed out of the same driven fear.4

Dans les universits europennes, lenjeu de ces tudes fut et demeure


souvent plus spcifiquement li la construction politique et culturelle de
lEurope: il sagissait de dmontrer que lAntiquit grco-latine tait un hri-
tage non pas national mais commun, europen. Mais les dbats sur le pro-
jet de Constitution europenne et sur la citation de Thucydide quil mettait
en exergue ont montr les limites de cette entreprise5: non seulement les
nations continuent parfois de se disputer lhritage antique, mais en outre
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


mme sa mise en commun risque de basculer vers la dmonstration dune
identit culturelle de lEurope voire de lOccident qui confisque
son seul profit cet hritage, en oubliant en particulier quil est prsent sur
les deux rives de la Mditerrane6, et en restant aveugle, volontairement ou
pas, au rle quil a pu jouer dans les pires aspects de cette mme culture.
Car Adorno et Horkheimer voyaient le germe de la violence qui accom-
pagne la raison des Lumires, non seulement dans la Juliette de Sade, mais
aussi dans lUlysse homrique7. La critique du colonialisme a plus dune fois
dnonc la collusion entre un humanisme philologique vnrant les antiqui-
ts grecques et romaines, et un humanisme universaliste fourrier de limp-
rialisme8. Virginia Woolf avait ds longtemps, dans On Not Knowing Greek
[1925], puis dans Three Guineas [1938], dnonc la fois la compromission
des tudes classiques dans la violence politique et la guerre, et leur confis-
cation par une lite que dfinit le rang social et le genre, celle des hommes
cultivs.
La crise de lhumanisme, les tudes postcoloniales et les tudes de
genre ont donc converg pour dconstruire lincomparable exem-
plarit des Anciens, lide que lEurope serait leur hritire privilgie et
celle, rciproque, quelle fonderait et justifierait son identit culturelle.
De nouvelles enqutes rappelaient les cts obscurs, au sens figur
comme au sens propre, des Anciens: Eric R. Dodds dans The Greeks and the
Irrational [1951] parlait des chamans grecs; Martin Bernal dans Black
Athena [1987] expliquait comment lEurope du XIXe sicle avait occult ou
chass des textes les liens de la Grce antique avec les cultures smitiques

4. E. Said, Culture and Imperialism, op. cit., p.54.


5. Voir V. Gly, Les Anciens et nous: la littrature contemporaine et la matire antique,
Bulletin de lAssociation Guillaume Bud, 2009/2, p.19-40.
6. Comme Pierre Brunel et Ghazi Kharmaoui le rappellent dans lavant propos
Littratures et crivains de Tunisie, RLC, 2008/3, n327.
7. Max Horkheimer und Theodor W. Adorno, Dialektik der Aufklarung, Francfort-sur-le-
Main, 1969, Exkurs I. Odysseus oder Mythos und Aufklarung, p.50-87.
8. Aim Csaire dnonce le racisme dE. Renan et de R. Caillois dans le Discours sur
le colonialisme, Paris, Prsence africaine, [1955], 2004, p.15 et p.59-66; Voir aussi
Barbara E. Goff (d.), Classics and Colonialism, Londres, Duckworth, 2005.

388
Partages de lAntiquit: un paradigme pour le comparatisme

ou africaines au profit de la puret attique9. En dfamiliarisant et en


dterritorialisant lAntiquit classique, ces travaux ont constitu le Grec et le
Romain en autres et en trangers; la fiction aussi: lHomre de Borges est
un troglodyte aphasique, qui demeure la lisire dune affreuse cit sans
hommes10. tranges et trangers, ils deviennent de ce fait comparables,
objets de comparaison, voire cas dcole pour lpistmologie comparatiste
qui renoue avec un processus engag quatre sicles plus tt, selon Franois
Hartog, avec lirruption du Sauvage dans lEurope de la Renaissance11:

Si lon reconnat que toute socit ne peut se penser sans termes de com-
paraison, les hommes de la Renaissance ne disposaient encore que des
Grecs et des Romains comme vis--vis. Comme lethnographie, le latin et
le grec ont t des techniques de dpaysement.12
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


Les grandes querelles des Anciens et des Modernes ont eu, entre autres,
pour enjeu de dterminer si les hommes de lAntiquit taient des anctres
vnrables et exemplaires avec qui une identit tait partage, ou des enfants
encore perfectibles, des paens semblables en bien des points aux sau-
vages du prsent. Il nest pas indiffrent que ces querelles aient abouti
au remplacement de lancienne pratique du parallle par la comparaison
nouvelle, celle qui permet daller de ce qui se voit ce qui ne se voit plus, du
prsent vers un pass disparu, celle qui est, pour ainsi dire, tisse de temps,
celle qui va du particulier vers le gnral, celle qui permettra, non plus de
comparer , mais de comparer entre, celle qui lira des Grecs et des Sauvages
bons penser, peinera longtemps se faire reconnatre et sinstaller dans
ce domaine qui deviendra, dans la seconde moiti du XXe sicle, celui des
sciences de lhomme et de la socit13. Marcel Detienne fonde aujourdhui
sa propre dmarche comparatiste sur la dconstruction du miracle grec
invent par le nationalisme14. Luciano Canfora avertit quant lui que si la
connaissance des Anciens est indispensable aux hommes du prsent, ce

9. Voir pour un bilan rcent Daniel Orrells, Gurminder K. Bhambra, Tessa Roynon (d.),
African Athena: New Agendas, Oxford University Press, 2011.
10. Dans El immortal [El Aleph, 1949]. Voir Roberto Salazar Morales, Homerus
redivivus: Borgs et ses vies imaginaires dHomre, mmoire de Master, Paris-
Sorbonne, 2011, et Sophie Rabau, Quinze (brves) rencontres avec Homre, Paris, Belin,
LAntiquit au prsent, 2012, p.261-277.
11. Franois Hartog, Anciens, modernes, sauvages, Paris, [Galaade, 2005]; Seuil, Points
essais, p.17. Voir aussi Marcel Detienne, Comparer lincomparable, Paris, Seuil, 2000,
p.11: Depuis le XVIe sicle, le Grec et lAmriquain [sic] conversent: mmes rcits
fabuleux, des coutumes si proches. Lapparition de lun questionne les commencements
de lautre.
12. F. Hartog, op. cit., p.18.
13. Id., p.251; F. Hartog emprunte Grard Lenclud (Le grand partage ou la tentation
ethnologique, Terrain, Cahier 7, Vers une ethnologie du prsent, 1992, p.9-38) le
comparer entre. Il sagit pour lanthropologie contemporaine de connatre les
autres mais galement de les comparer entre eux sans que nous soit plac
en ple de rfrence absolue.
14. Dans Comparer lincomparable (op. cit.).

389
Vronique Gly

nest pas parce quil y aurait entre eux une identit, mais au contraire parce
que les premiers permettent aux seconds de se connatre per differentiam15.
La dfamiliarisation des Anciens permet donc de fonder un compara-
tisme historique, ethnologique et sociologique16 mais aussi littraire: un
comparatisme entre17 qui rvle la pluralit des antiquits; un compara-
tisme diffrentiel18 qui distingue les poques et les lieux, en commenant
par la Grce et Rome; un comparatisme de lcart19, tel que le dfinit dans
un autre contexte Franois Jullien20, confrontant lAntiquit grco-latine
dautres, comme celle de lAmrique pr-colombienne ou celle de lInde, soit
directement, soit par la mdiation dune comparaison de leurs rceptions.
Car cest bien dans le vaste champ de la rception surtout que la littrature
compare rencontre lAntiquit.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


Tradition/rception: vers un comparatisme du partage

La translatio studii a transfr les lettres antiques de la Grce Rome et


dune Rome lautre21, dOccident en Orient, dOrient en Occident Plus
quune simple variante de lvolution qui a vu les tudes de sources et
dinfluences tre dtrnes par les tudes de rception, puis voluer vers
celles des transferts culturels, le cas de lAntiquit grco-romaine pourrait bien
tre, de nouveau, cas dcole, montrant le passage de la traditio, de la tradition
comme transmission dhritage22, la translatio comme transfert culturel.

15. Luciano Canfora, Noi e gli Antichi, Milan, Rizzoli, 2002.


16. Traiter les faits sociaux comme des choses, cest traiter le prsent comme sil
sagissait du pass, le familier comme sil tait lointain. LAntiquit eut un rle
crucial dans ce paradigme. (Franois Hran, Linstitution dmotive. De Fustel
de Coulanges Durkheim et au-del, Revue Franaise de Sociologie, 1987, n28-1,
p.67-97, p. 68).
17. Voir D.-H. Pageaux, La Littrature gnrale et compare, Paris, Armand Colin, 1994,
p.19: [] le comparatiste travaille autant dans lentre que dans lau-dessus.
18. Ute Heidmann (d.), Potiques compares des mythes. De lAntiquit la Modernit,
Lausanne, Payot, 2003 et La comparaison diffrentielle comme approche littraire,
dans Vincent Jouve (d.), Nouveaux regards sur le texte littraire, Reims, EPURE, p.203-
222, sous presse.
19. Franoise Lavocat, Le comparatisme comme hermneutique de la dfamiliarisation,
Vox-poetica, article publi le 5 avril 2012, http://www.vox-poetica.org/t/articles/
lavocat2012.html#_ftnref45
20. Franois Jullien, Lcart et lentre. Leon inaugurale de la chaire sur laltrit, Paris,
Galile, 2012.
21. Voir Christophe Imbert, Rome nest plus dans Rome. Formule magique pour un centre
perdu, Paris, Classiques Garnier, Bibliothque de la Renaissance, 2011.
22. Voir R. R. Bolgar, The Classical Heritage and Its Beneficiaries, Cambridge, University
Press, 1954; M. I. Finley (d.), The Legacy of Greece: A New Appraisal, Oxford, Clarendon
Press, 1981; Richard Jenkyns (d.), The Legacy of Rome: A New Appraisal, Oxford
University Press, 1992; Sylvie Ballestra-Puech a elle aussi choisi ce mot pour son
bilan des travaux comparatistes franais: Lhritage grco-latin, La Recherche en
Littrature gnrale et compare en France en 2007, (dir. Anne Tomiche et Karl Zieger),
Presses Universitaires de Valenciennes, 2007, p.47-55.

390
Partages de lAntiquit: un paradigme pour le comparatisme

De fait, la langue anglaise surtout23 identifie un champ spcifique de


recherches qui porte deux noms, classical tradition studies24 et clas-
sical reception studies25, avec ses programmes universitaires26, ses col-
lections27, ses revues28 et ses ouvrages thoriques29. La prfrence30 qui
semble saccentuer aujourdhui pour lexpression classical reception
marque sans doute un refus daccorder aux uvres une valeur en soi, un
intrt nouveau pour les manires dont les textes sont reus et rappropris
par diffrentes communauts culturelles, et une manire dinstitutionnali-
ser une nouvelle communaut universitaire, qui dpasse celle des tudes
classiques, et met en uvre la mthodologie des humanits modernes31. En
somme, les classics empruntent la comparative literature ses outils
pour se perptuer en se renouvelant, et ainsi la littrature compare rend
aux tudes sur lAntiquit ce quelle a reu delles32.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


La dterritorialisation des Anciens implique en effet non seulement de
rflchir ce que comparer veut dire, mais aussi de reformuler et de repen-
ser la valeur duniversalit que la tradition apologtique leur assignait, et
par l de fonder un comparatisme du partage.
Car si elle prend acte du remplacement de lhumanisme idaliste par
un humanisme critique, ltude de la rception de lAntiquit grecque et
romaine doit redfinir deux notions sur lesquelles sest appuy justement
cet idalisme, celle de mythe, et celle de classique. Dans une conception
idaliste et essentialiste du mythe, les littratures antiques sont ramenes

23. Mais pas seulement: voir par exemple Gabriele Di Giammarino, La tradizione classica
nella letteratura italiana, Rome, Di Renzo, 2006; Jos Mara Camacho Rojo, La tradicin
clsica en las literaturas iberoamericanas del siglo XX: bibliografa analtica, Grenade,
Universidad de Granada, 2004, etc.
24. Sous bnfice dinventaire, on peut considrer que lexpression a t lance par Gilbert
Highet, The Classical Tradition: Greek and Roman Influences on Western Literature,
Oxford University Press, 1949.
25. Voir le Classical Reception Studies Network, The Open University in London; le
programme Rception de lAntiquit LUniversit Stendhal (Grenoble 3), etc.
26. Par exemple, les Columbia Studies in the Classical Tradition.
27. Classical Presences , Oxford University Press ; Companions to Classical
Reception, Brill Academic Publishers, etc.
28. International Journal of the Classical Tradition; New Voices in Classical Reception Studies;
Classical Receptions Journal, etc.
29. Anthony Grafton, Glenn W. Most et Salvatore Settis (dir.), The Classical Tradition, Harvard
University Press, 2010; Charles Martindale, Richard F. Thomas, Katie Fleming, Classics
and the Uses of Reception, Oxford, Blackwell Publishing Ltd, 2006; Lorna Harwick et
Christopher Stray (dir.), A Companion to Classical Receptions, John Wiley & Sons, 2011.
30. Prfrence toute relative cependant, car les termes continuent de coexister, en
particulier dans le sous-titre de la revue Anabases. Traditions et rceptions de lAntiquit
(http://www.openedition.org/9162).
31. Cest la thse soutenue par Maarten De Pourcq, Classical Reception Studies:
Reconceptualizing the Study of the Classical Tradition, International Journal of the
Humanities, 2012, n9-4, p.219-226.
32. Ainsi se confirme la rparation du divorce entre Anciens et Modernes annonce par
Pierre Brunel, Claude Pichois, Andr-Marie Rousseau, Quest-ce que la littrature
compare ?, Paris, Armand Colin, 1983, p. 153.

391
Vronique Gly

aux mythes quelles vhiculent, et ces mythes eux-mmes sont donns pour
universels et atemporels: ainsi se justifie quon les retrouve en des temps et
en des lieux divers. Dans le second cas, cest au nom de leur classicisme que
les Anciens sont lus pour que soient tudies leurs rceptions modernes:
les classiques sont des modles qui soffrent ladmiration et limitation;
ils sont la mesure de la valeur littraire, donne comme valeur absolue33:
or les meilleurs auteurs, et ceux que lon enseigne dans les classes, ayant
pendant longtemps t ceux de lAntiquit, classique signifie dabord qui
fait rfrence lAntiquit. Par extension, il voudra dire qui fait autorit,
dont la valeur est reconnue par tous34. Cest dailleurs la mme poque,
au XIXesicle, que les mots mythe et classique ont t associs lun
et lautre luniversalit. Et cest la mme poque, dans le dernier tiers du
XXesicle, quils ont lun et lautre fait lobjet dune rvision critique analogue,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


qui rend difficile, sinon impossible, de maintenir le postulat de cette univer-
salit35. Leurocentrisme, loccidentalisme, landrocentrisme souvent latents
derrire cette ide duniversalit ont assez t dmontrs: les mythes et les
classiques grecs et latins nont pas t, ni ne sont aujourdhui, ni des mythes
ni des classiques partout, ni pour tous.
En ralit, cette Antiquit dite classique na pas par essence une valeur
universelle, mais elle est un objet de partage. Jacques Derridaa insist sur
la puissance heuristique de ce mot partage, qui en franais nomme aussi
bien la diffrence, la ligne de dmarcation ou le partage des eaux, la scis-
sion, la csure que, dautre part, la participation, ce quon partage parce
quon y communique ou la en commun, au titre de lappartenance36. Il en
reprenait lide Jean-Luc Nancy, qui avait intitul Le Partage des voix son
essai sur lhermneutique37, et, plus rcemment, cest Jacques Rancire qui
fonde sur ce mme mot une pense de lart et de la littrature, dfinissant
le partage du sensible comme ce qui donne voir en mme temps
lexistence dun commun et les dcoupages qui y dfinissent les places et
les parts respectives38.
LAntiquit classique a t, et elle est probablement toujours en certains
lieux, un instrument du grand partage (great divide), cette tentation de
lethnologie qui stipule une ligne de sparation entre deux ensembles de
socits, les sauvages et les civilises39. Laccs la culture classique

33. Voir Alain Viala, Quest-ce quun classique?, Bulletin des Bibliothques de France,
1992, t.31, n1, p.6-15.
34. Nathalie Pigay-Gros, Le classicisme, Nouvelle Revue Pdagogique-Lyce, n27,
novembre 2007, p.14-22.
35. Au centre de cette rvision, larticle de Jean-Pierre Vernant, Le mythe au rflchi
dans Le Temps de la rflexion, n1, 1980, p.22: Le mythe est un concept que les
anthropologues ont emprunt, comme sil allait de soi, la tradition intellectuelle de
lOccident: sa porte nest pas universelle; il na pas de signification univoque; il ne
correspond aucune ralit spcifique.
36. Jacques Derrida, Shibboleth pour Paul Celan, Paris, Galile, 1986, p.59.
37. Jean-Luc Nancy, Le Partage des voix, Paris, Galile, 1982.
38. Jacques Rancire, Le Partage du sensible, Paris, La Fabrique, 2000, p.12.
39. G. Lenclud, art. cit., p.11.

392
Partages de lAntiquit: un paradigme pour le comparatisme

est aussi lun des marqueurs sociaux distinguant llite cultive de la masse
ignorante, les hommes des femmes, etc. Cest prcisment pour cela que
ceux et celles qui en taient en principe privs, sils ne la rejetaient pas
purement et simplement, ont revendiqu de pouvoir en prendre leur part, de
lavoir eux aussi en partage. Mais quand elle nest pas cantonne dun seul
ct dune ligne de partage, quand elle est partage, comment alors se fait
ce partage? Quelle part en prennent ses diffrents acteurs? Comment cha-
cune des parts se dpartit-elle, ou au contraire, reste-t-elle partie prenante,
du commun initial? Les textes ici runis ont prcisment ces partages de
lAntiquit pour objet.
Le champ dtude de la rception de lAntiquit est largi: la pr-
sence des mythes, textes, auteurs grecs et latins est repre et analyse
en dehors des groupes sociaux ou des aires culturelles qui traditionnel-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


lement conservaient pour eux leur hritage. Quant cette prsence des
Grecs et des Romains en dehors du monde occidental aujourdhui, quelques
tudes font dj autorit, majoritairement dans la critique anglo-saxonne40,
mais le domaine restait fort peu explor par la critique franaise jusqu
la publication du livre fondamental de Bernard Mouralis, Littratures
africaines et antiquit41, qui dfinit dabord la bibliothque antique des
auteurs africains, puis examine successivement les usages rhtoriques
et esthtiques, historiques, philosophiques que les auteurs africains en
font, avant doprer un renversement et de rexaminer les textes de lanti-
quit grecque et romaine en fonction de catgories caractristiques des
littratures africaines modernes. B.Mouralis en dduitque la perspective
dans laquelle les crivains africains font usage de la bibliothque antique
est minemment polmique, car lintrt quils portent celle-ci ne
renvoie pas en priorit une volont dexprimer une sorte dadhsion la
culture occidentale; il sinscrit plutt dans un projet, trs concert, visant
montrer quaucun domaine du savoir nest a priori interdit la rflexion des
Africains, et, notamment, cet univers de lAntiquit grecque et romaine, que
lOccident tend considrer comme son bien le plus prcieux42. Cette atti-
tude, ajoute-t-il, est comparable celle des Europens de la Renaissance
qui revendiquaient le droit de lire les textes de lAntiquit dbarrasss de la
gangue des commentaires autoriss.

40. Notamment, dans la collection Classical Presences, Oxford University Press:


Barbara Graziosi et Emily Greenwood (d.), Homer in the Twentieth Century: Between
World Literature and the Western Canon (2007); Barbara Goff, Michael Simpson
(d.), Crossroads in the Black Aegean: Oedipus, Antigone and dramas of the African
diaspora (2007); Lorna Hardwick (d.), Classics in Post-Colonial Worlds (2007);
Emily Greenwood, Afro-Greeks: dialogues between anglophone Caribbean literature
and classics in the twentieth century (2010). Voir aussi Vronique Porra, Jugurtha
in der franzosischsprachigen Literatur des Maghrebs. Von der Konstitution zur
Fragmentierung eines politischen Mythos, dans Peter Tepe (dir.), Mythos n2,
Politische Mythen, 2002, p.145-163.
41. Bernard Mouralis, Littratures africaines et antiquit, Paris, H. Champion, Unichamp,
2011.
42. Id., p.15.

393
Vronique Gly

On verra que Virginie Soubrier utilise ici la mme image dune nou-
velle Renaissance pour parler du thtre postcolonial. Mais deux cas par-
ticuliers et bien diffrents sont explors dabord: par Daniel-Henri Pageaux
celui de lAmrique du Sud, qui transporte dun continent lautre langues
et cultures latines surtout, mais grecques aussi, et par lna Langlais
et Claudine Le Blanc celui de lInde coloniale, o deux traditions toutes deux
classiques sont en conflit. Alexis Tadi en prolonge lanalyse avec
les usages que fait Salman Rushdie de la figure et des uvres dun Apule
marocain, mais aussi du mythe dOrphe et Eurydice, dont Vronique
Porra examine ensuite, dans les contextes brsilien et africain, le passage de
sa revendication par la ngritude son hybridation. Patrice Rankine43 quant
lui propose une tude philosophique de la blackness44 articule non pas
la notion de mythe mais lcriture de trois motifs, les enfers virgiliens, le
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


chaos dionysiaque et les ruines antiques. Le thtre prsente un cas tout
fait particulier, par lusage quil fait de la voix et de la vue: V.Soubrier sint-
resse aux avatars du chur antique, tandis que Kevin Wetmore45 affronte
la question de la reprsentation des tragdies grecques par des acteurs de
couleur. Enfin, tandis que certaines critures fministes rvisionnistes,
ou bien dnoncent dans la mythologie antique le socle du patriarcat, ou bien
encore veulent y retrouver la trace darchaques cultes fminins46, Crystel
Pinonnat emprunte ici Judith Butler sa proposition de substituer au
complexe ddipe un complexe dAntigone pour explorer luvre de
trois romancires dexpression franaise dont les uvres sont marques
par la colonisation47.

43. Auteur de Ulysses in Black: Ralph Ellison, Classicism, and African American Literature,
The University of Wisconsin Press, 2006.
44. Sur lemploi de ce mot, on renvoie Cyril Vettorato, Blackness potique et altrit
intime: les enjeux de loralit dans les posies africaines amricaines, RLC, 2009/4,
n332, p.437-457. Voir aussi William W. Cook et James Tatum (d.), African American
Writers and Classical Tradition, The University of Chicago Press, 2010.
45. Auteur de Athenian Sun in an African Sky: Modern African Adaptation of Classical Greek
Tragedy, Jefferson, McFarland, 2001; Black Dionysus: Greek Tragedy and African
American Theatre, Jefferson, McFarland, 2003.
46. Jolle Cauville et Metka Zupancic (d.), Rcriture des mythes : lutopie au fminin
(1997); Franoise Rtif et Ortrun Niethammer (d.), Mythos und Geschlecht, Heidelberg,
Universittsverlag Winter, 2005; Miriam Leonard et Vanda Zajko (d.), Laughing with
Medusa: Classical Myth and Feminist Thought, Oxford University Press, 2008; Gregory A.
Staley (d.), American Women and Classical Myths, Waco, Baylor University Press, 2009;
voir V. Gly, Les sexes de la mythologie: mythes, littrature et gender, Littrature
et identits sexuelles, d. A. Tomiche et P. Zoberman, Paris, Lucie ditions, Potiques
comparatistes (SFLGC), 2007, p.47-90.
47. Voir aussi Isobel Hurst, Victorian Women Writers and the Classics. The Feminine of
Homer, Oxford University Press, Classical Presences, 2008; Caroline Winterer,
The Mirror of Antiquity: American Women and the Classical Tradition, 1750-1900, Ithaca,
Cornell University Press, 2007; Tracey L. Walters, African American literature and the
classicist tradition: Black women writers from Wheatley to Morrison, New York, Palgrave
Macmillan, 2007.

394
Partages de lAntiquit: un paradigme pour le comparatisme

Tom Outland, personnage dun roman de Willa Cather publi en 192548,


raconte dans son journal comment il avait appris lire le latin dans Virgile,
tout en exhumant les vestiges dune civilisation prcolombienne conservs
dans une mesa du Nouveau-Mexique. On voudrait que ce volume suscite,
comme le fait le rcit de ce jeune voyageur, le dsir dexplorer plus avant
la diversit des horizons et des cultures sur lesquels les uvres antiques
simpriment, et qui simpriment en elles:

When I look into the neid now, I can always see two pictures: the one on
the page, and another behind that: blue and purple rocks and yellow-green
pions with flat tops, little clustered houses clinging together for protection,
a rude tower rising in their midst, rising strong, with calmness and courage
behind it a dark grotto, in its depths a crystal spring.49
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.164.20.7 - 14/02/2014 23h37. © Klincksieck


Vronique Gly
Universit Paris-Sorbonne, CRLC (EA 4510)

48. Willa Cather, The Professors House [Alfred A. Knopf Inc, 1925], in Later Novels (d. par
Sharon OBrien), New York, The Library of America, 1990.
49. Id., p.254.

395