Vous êtes sur la page 1sur 31

12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie

Un guide offert par

12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie Un guide offert par

A lire – très important

Le simple fait de lire le présent livre vous donne le droit de « l’offrir en cadeau » à qui vous le souhaitez.

Vous êtes autorisé à l’utiliser selon les mêmes conditions commerciales, c'est-à-dire à l’offrir sur votre blog, sur votre site web, à l’intégrer dans des packages et à l’offrir en bonus avec des produits, mais PAS à le vendre directement, ni à l’intégrer à des offres prohibées par la loi en vigueur dans votre pays.

Ce livre est sous licence Creative Common 3.0 « Paternité – pas de modification », ce qui signifie que vous êtes libre de le distribuer à qui vous voulez, à condition de ne pas le modifier, et de toujours citer l’auteur Magalie Derhille comme l’auteur de ce livre, et d’inclure un lien vers http://blog-batteur-debutant.fr .

« 12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie » de Magalie Derhille est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas de Modification 3.0 Unported.

Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://blog-batteur-debutant.fr/a-propos/.

Table des matières

Avant-propos

4

1-

S’enregistrer

5

2- Apprendre les bases avant les trucs compliqués

7

3- Prendre des cours

8

4- Apprendre le solfège rythmique

10

5- Jouer au métronome

12

6- Prendre une bonne posture

14

7- Prendre son temps, être patient

16

8- Prévoir du temps pour travailler, et du temps pour s'éclater

18

9- Approfondir un aspect avant de passer à autre chose

21

10- Savoir ou on veut aller, puis y aller sans changer tout le temps de chemin

23

11- S'ouvrir à d'autres styles musicaux

25

12- Se faire plaisir

27

Pour finir

29

Avant de vous laisser

30

Crédits photos

31

Avant-propos

Lorsque j'ai commencé la batterie, je n'y connaissais rien du tout, je me suis lancée dans l'aventure, et depuis je ne regrette rien. C'est grâce à cette envie de taper sur des fûts qu'est né le blog Batteur Débutant. Si vous voulez en savoir un peu plus, je raconte mon histoire ici.

J'ai fait pas mal d'erreurs, j'en fais encore beaucoup. J'ai voulu mettre dans ce guide les conseils que j'aurais voulu avoir à l'époque « juste avant de commencer ». Ce guide, c'est celui que j'aurais dû lire à mes débuts. Alors j'espère qu'il vous aidera autant que j'aurais aimé qu'il m'aide.

On a tous des parcours différents, mais il arrive souvent que l'on rencontre à des moments donnés les mêmes difficultés.

Si vous venez de vous mettre à la batterie, d'abord d'un grand Bravo !

Vous êtes au tout début d'une aventure formidable, et lorsque j'ai pris mes premières baguettes, je ne pensais pas qu'un jour je serais là à vous écrire ces quelques mots.

Donc profitez-bien de cette fougue qui vous anime, et qui sait dans quelques années, où les baguettes et les fûts vous auront mené !

Bonne lecture !

Au plaisir,

Magalie

1- S’enregistrer

S’il y a bien un conseil qui paie, c’est celui-là ! Quand on s’exerce, il faut s’enregistrer.

Souvent lorsqu'on vient de passer du temps à bosser un exercice en particulier, on s'imagine que c'est bon, on maîtrise, c'est génial. On passe à autre chose.

C'est la même chose avec un nouveau morceau qu'on est en train d'apprendre. On passe un peu de temps, jusqu'au moment où on arrive à peu près à le joue. Et le jour où on veut le jouer à quelqu'un, ou montrer ce qu'on vient de voir, ce n'est pas aussi génial qu'on ne le pensait.

ce n'est pas aussi génial qu'on ne le pensait. Pourquoi cela ? En fait, c’est vraiment

Pourquoi cela ?

En fait, c’est vraiment dur d’avoir du recul sur ce qu’on est en train de jouer.

En s’enregistrant, on va avoir un rendu objectif de notre jeu.

Ça groove, vous êtes sur le tempo, les transitions passent nickel. Bravo ! Bon boulot.

Le tempo est fluctuant, les fills sont un peu bancals et ne retombent pas là où il faut. Bon, il faut retrousser ses manches et s'y remettre.

Donc avec un enregistrement, on remarque tout de suite :

- si on est régulier,

- si les accents tombent au bon endroit,

- quelles sont les parties du morceau qui accrochent et qu’il faut retravailler.

Parfois, en s’enregistrant, on remarque que des parties passent mieux qu’on ne le pensait, alors que d’autres ne sont vraiment pas top alors qu’on pensait les maîtriser !

Bref, vous enregistrer vous donne une retour immédiat sur votre jeu, et la possibilité de voir votre progression au cours du temps. Mais le principal problème, c'est que tout le monde le sait, et presque personne ne le fait !

Et s’enregistrer, c’est assez facile (oui, même avec une acoustique !)

La plupart du temps vous avez déjà un enregistreur sur votre smartphone, sinon votre ordinateur peut venir à la rescousse.

2- Apprendre les bases avant les trucs compliqués

2- Apprendre les bases avant les trucs compliqués La plupart du temps, on veut savoir jouer

La plupart du temps, on veut savoir jouer des trucs qui dépotent, des rythmes compliqués qui peuvent épater la galerie.

Et c'est vrai que c'est la classe de pouvoir sortir un enchaînement à la Mike Portnoy, ou de savoir refaire un solo de Manu Katché.

Mais bon, souvent le résultat, c'est qu'on débute un exercice, c'est compliqué, on sait pas par où commencer, alors on essaye d'une façon, puis d'une autre, et ça ne marche pas, et finalement au bout de 10-15 minutes, on lâche l'affaire (si vous êtes plus tenace, bravo, vous êtes au-dessus de la moyenne).

Le problème le plus souvent,

«C'est de ne pas maîtriser les bases avant de s'attaquer à des concepts plus avancés»
«C'est de ne pas maîtriser les bases avant de s'attaquer à des concepts
plus avancés»

Et oui, si on essaie de jouer un rythme à 140 bpm avec plein de double-croches à la grosse-caisse en contre-temps et qu'on ne maîtrise déjà pas les rythmes «simples» en croches à cette vitesse-là, inutile d'espérer y arriver.

Pour réussir à jouer des trucs compliqués, il faut décomposer la difficulté en paliers progressifs, et ne travailler un nouveau palier que lorsque le précédent est maîtrisé.

Acquérir les bases, c'est consolider les fondations de son jeu. En ayant des bases solides, on peut ensuite s'appuyer dessus pour étoffer notre jeu.

Pour aller plus loin

3- Prendre des cours

3- Prendre des cours Ça parait évident, mais nombreux sont les débutants (comme moi) qui au

Ça parait évident, mais nombreux sont les débutants (comme moi) qui au début veulent faire des économies. C’est vrai qu’après avoir acheté notre chère batterie, c’est difficile de sortir entre 15 et 25€ par leçon.

On se dit qu'avec tout ce qu'on peut trouver sur Internet ou ailleurs (Batteur Débutant compris, pas d'exception !) eh bien on peut se passer de cours, alors :

- on passe plein de temps à regarder des vidéos,

- à télécharger des exercices,

- à acheter des magazines…

On essaye un peu d'exercices d'un peu partout, ça nous occupe ;-) !

Bref on s'éparpille.

Mais les avantages de prendre des cours de batterie avec un professeur sont tellement énormes, que sur tous les forums, tous les batteurs que je connais m’ont dit la même chose : « Magalie, prends des cours ! »

Avec un prof,

O n apprend rapidement les bases qu’on mettrait des mois à apprendre tout seul.

On apprend tout de suite les bonnes habitudes, alors que c’est si compliqué de se débarrasser de ses mauvaises habitudes.

On a quelqu’un pour nous corriger, nous faire découvrir toutes les palettes de la batterie et les différents styles.

Pour aller plus loin

4- Apprendre le solfège rythmique

Combien d'entre nous ne savent pas lire une partition de batterie? Ils se reposent sur les tablatures qu'on trouve sur Internet, ou alors, ils veulent jouer à l'oreille.

sur Internet, ou alors, ils veulent jouer à l'oreille. Alors les tablatures, c’est bien, savoir jouer

Alors les tablatures, c’est bien, savoir jouer à l’oreille c’est bien aussi.

Mais savoir lire une partition de batterie ça ouvre de tous nouveaux horizons !

Ça permet de voir une structure de rythme, de piocher dans l’immensité des partitions disponibles sur le net. Ça permet aussi de noter ses propres compos lorsqu’on jouer en groupe.

Le solfège rythmique c’est un peu comme l’anglais pour les batteurs, avec ça tout le monde arrive à peu près à se comprendre !

Lorsqu'on sait lire le solfège rythmique, alors on a accès à toute la littérature sur la batterie, on peut découvrir des rythmes sur le papier dont on aurait jamais rêvé ou pu imaginer.

Oui, mais le solfège rythmique c'est dur, c'est compliqué, et moi je n'ai pas le
Oui, mais le solfège rythmique c'est dur, c'est compliqué, et moi je n'ai
pas le temps ni l'envie de me lancer dans des trucs aussi rébarbatifs, moi
j'ai envie de m'éclater tout de suite sur ma batterie !

Quelle fausse croyance, l e solfège rythmique c'est vraiment tout simple, j'ai d'ailleurs écrit un guide qui vous permet de savoir lire une partition en 15 minutes chrono !

Vous ne me croyez pas ?

5- Jouer au métronome

5- Jouer au métronome Lorsqu'on joue en groupe et qu'on demande à d'autres musiciens quelle est

Lorsqu'on joue en groupe et qu'on demande à d'autres musiciens quelle est pour eux l a différence entre un bon batteur et un mauvais batteur, la réponse est souvent unanime :

« Un bon batteur, c'est un batteur qui a un bon tempo !»
« Un bon batteur, c'est un batteur qui a un bon tempo !»

On nous pardonnera facilement de ne pas savoir faire des breaks (des fills) de fou, d'avoir un groove basique, du moment qu'on a un bon tempo. Par contre un batteur qui en met plein partout mais qui ne se rend pas compte qu'il accélère ou ralentit, eh bien là ça devient problématique. Alors évidemment pour travailler son tempo, il n'y a pas 36 solutions, il faut passer par le métronome.

Le métronome c’est le meilleur ami du batteur et son plus fidèle compagnon. Et c’est le conseil pour moi le plus dur à suivre ! C’est tellement rébarbatif. Mais rapidement j’ai vu des progrès énormes dans ma régularité. Et le jour où j’ai réussi à jouer sur le ‘clic’ (du coup on ne l’entend plus !), franchement, c’est assez génial comme feeling.

En fait, jouer au métronome, il faut que ça devienne une habitude, comme de lacer ses chaussures le matin.

Et finalement, c’est franchement cool de pouvoir se dire : « ce rythme compliqué je peux le jouer à 90, 100, 120, 130 battements par minute sans problème ».

Grâce au métronome vous allez aussi vous construire votre fameuse « pulsation

interne », cette sorte d'horloge qu'on entend « à l'intérieur de soi », et sur laquelle il reste plus qu'à se caler.

Le métronome ça fait partie de ces indicateurs objectifs de nos progrès. Il est intransigeant et infatigable.

Les batteurs débutants qui font des progrès le plus rapidement sont souvent des batteurs qui ont commencé dès le début à jouer au métronome.

Nous avons le parfait exemple avec Régis, un lecteur de Batteur Débutant, qui moins d'un an après s'être lancé dans l 'aventure, a fait son premier concert en public. Il m'a avoué jouer « au clic » pendant le concert. Ça peut ressembler à une béquille, mais sachez que la grande majorité des batteurs pro jouent au clic sur scène. !

Allez, tous à vos métronomes, et en avant, groovez !

Pour aller plus loin

6- Prendre une bonne posture

6- Prendre une bonne posture Ça aussi les vieux de la vieille insistent énormément sur ces

Ça aussi les vieux de la vieille insistent énormément sur ces aspects !

C’est sur le long terme, au bout de 10, 15, 20 ans de pratique qu’on paie les erreurs de posture, avec un dos qui coince, une belle scoliose, des tendinites aux poignets.

E t

posture

permet aus s i de mieux jouer.

b o n n e s s’asseoir

devant sa batterie, tenir ses baguettes, ce sont des « bonnes pratiques » qu’aucun

batteur ne regrette jamais !

Si on est bien assis, on va avoir une position naturelle, qui va faciliter nos mouvements, minimiser nos efforts pour atteindre tel ou tel élément de notre instrument, bref jouer sans se fatiguer ;-)

Il n’y a rien qu’à voir avec la tenue des baguettes : une tenue souple permet de jouer plus vite et plus longtemps. Comment vous croyez que les pros peuvent envoyer du 180 bpm pendant 2h en concert ?

La même chose pour les pieds, une bonne position des pieds sur les pédales permet de jouer avec toute une palette de nuances.

u n e bonne

l e s pour

P r e n d r e

habitudes

Donc pour bien soigner sa posture voici les points sur lesquels il faut faire attention :

- Position sur le tabouret, hauteur du tabouret, distance du tabouret par rapport à la batterie ;

- Disposition des éléments de la batterie par rapport à soi (hauteur de la caisse claire, disposition des toms, des cymbales) ;

- Position des pieds sur les pédales, réglages des pédales ;

- Tenue des baguettes.

C'est dès le début que ces bonnes habitudes de posture s’acquièrent pour devenir des automatismes.

Si bien que plus tard, lorsque vous vous installerez sur une batterie qui n'est pas la vôtre, vous pourrez tout de suite dire : « Non là c'est pas bon, il y a un truc qui cloche ! »

Pour aller plus loin :

7- Prendre son temps, être patient

A l'heure actuelle, tout le monde veut

tout, tout de suite. On veut du résultat, mais on n'a pas de temps pour

« apprendre » , « approfondir »,

« explorer ». D'ailleurs tout le monde est

« overbooké », c'est le mal du siècle !

Pour bien progresser à la batterie (et c'est tout aussi valable dans n'importe quel autre domaine), il faut prendre son temps et être patient.

Prendre son temps :

prendre son temps et être patient. Prendre son temps : « Ça n'est pas forcément passer
« Ça n'est pas forcément passer beaucoup de temps à faire quelque chose, mais c'est
« Ça n'est pas forcément passer
beaucoup de temps à faire quelque chose, mais c'est tout simplement
prendre le temps de faire quelque chose. »

Par exemple, pour progresser à la batterie, il faut pratiquer régulièrement, tout le monde le sait, les profs le disent, les batteurs expérimentés le disent.

Et pourtant l'immense majorité des batteurs en herbe (passé les 6 premiers mois où il

passent la moindre minute de leur temps libre sur leur instrument, j'appelle ça la Lune- de-Miel), ne le font pas !

C'est la GROSSE DIFFERENCE entre un batteur pro et un apprenti batteur :

« L e batteur pro sait qu'il doit jouer régulièrement pour rester au top, alors que l'apprenti batteur joue quand il en a envie. »

Donc prendre son temps, c'est se réserver du temps pour jouer dans son agenda plein à craquer, et s'y tenir, qu'on en ait envie ou pas.

Etre patient.

Là encore, une fois qu'on prend le temps de pratiquer son instrument, il faut aussi savoir rester humble, et être patient vis-à-vis de ses progrès, et surtout par rapport à ses attentes.

S'attendre à maîtriser un fill difficile au bout de 5 minutes, ça n'est peut être pas réaliste. Il faudra peut-être le découper en petites parties plus faciles, et reconstruire petit à petit ce fill compliqué, et ça prendra peut-être 5 séances de 15 minutes plutôt que les 15 minutes escomptées initialement.

On peut être bluffé par l'aisance des batteurs qu'on admire, ce qu'on ne voit pas c'est le nombre d'heures qu'ils ont passées à s'exercer avant d'arriver à ce niveau.

Parfois ce qui ne passe pas un jour, passe vraiment mieux le lendemain. Ça n'est pas magique, en fait c'est normal, c'est la façon dont le cerveau « apprend », En faisant des pauses, le cerveau digère l'information et trouve des raccourcis qui lui permettent d'aller plus vite, de mieux faire, mais ce mécanisme nécessite du temps (souvent la nuit), donc il faut être patient.

Pour aller plus loin

Et un article qui a fait beaucoup de bruit sur Batteur Débutant :

8- Prévoir du temps pour travailler, et du temps pour s'éclater

du temps pour travailler, et du temps pour s'éclater Une fois que vous avez appliqué le

Une fois que vous avez appliqué le conseil précédent, que vous vous êtes réservé du temps dans votre agenda surbooké (entre le boulot, les entraînements de foot/judo/macramé 2 fois par semaines les activités des enfants, le chien qu'il faut sortir, les courses…) eh bien ça y est vous vous installez derrière votre batterie pour ENFIN jouer. Ouf ! Vous soufflez, c'est bien mérité.

Se libérer la tête, prendre du plaisir, bref s'éclater.
Se libérer la tête, prendre du plaisir, bref s'éclater.

Et ça c'est franchement cool ! On en a tous besoin.

Alors vous tapotez un peu ici, tentez une petite descente de toms là, bref c'est la relâche et ça fait un bien fou.

Après quelques séances de ce genre, vous avez l'impression de tourner en rond, de ne pas vraiment savoir faire un rythme ou un morceau en entier, bref vous ne savez pas trop quoi jouer pendant vos trop rares moments de batterie.

A la longue, vous vous sentez frustré de ne pas mieux profiter de ces rares

moments de batterie, vous y allez de moins en moins, et après quelques temps votre batterie commence à prendre un peu la poussière.

Donc pour savoir quoi jouer, hop, direction Internet (ou Batteur Débutant;-) !) qui regorge d'exercices, tous plus intéressants les uns que les autres.

Vous en essayez un, puis un autre, regardez un cover de batterie sur Youtube pour voir comment jouer ce morceau que vous aimez bien.

Parfois vous pouvez passer des heures à chercher des exercices que vous aimeriez bien faire si vous en aviez le temps !

Vous passez 5 minutes à essayer de refaire un exercice, c'est dur. Alors pour vous détendre, descente de toms, un petit jam sur un morceau que vous aimez bien, c'est la fin de la séance.

La fois d'après, Internet, recherche d'exos, on essaie, c'est dur, alors petite séance- détente… Vous avez de nouveau l'impression de tourner en rond !

Cette situation vous est familière (non ? Pas encore ? Attendez un peu 2 ou 3 mois, ça va venir ;-p !), rassurez vous, on passe tous par là. On a tous des contraintes familiales ou professionnelles. La motivation en dents de scie. C'est normal.

L'erreur, dans l'exemple précédent, c'est :

Mélanger « travail » et plaisir !
Mélanger « travail » et plaisir !

On peut jouer pour s'éclater ! Il faut le faire, c'est là ou on prend le plus de plaisir, ça libère une grande énergie, on se sent bien ! On prend son pied.

C'est « jouer pour se faire plaisir »

Si on ne fait que ça, on va rapidement tourner en rond, avoir l'impression de toujours faire la même chose, et tout doucement on risque de glisser vers la frustration.

Pour éviter ça, il faut continuer à apprendre des nouvelles choses, jusqu'à la maîtrise pour les intégrer dans son jeu de sorte que ça devienne un nouvel outil qu'on peut utiliser dans son « jeu plaisir ».

Développer ses nouveaux outils c'est « jouer pour se perfectionner », « travailler » en quelque sorte, en opposition à « jouer pour s'amuser ».

Alors le « travail » n'a pas forcément besoin d'être rébarbatif, il peut être tout aussi

amusant que le « jeu pour le fun », mais les objectifs sont complètement différents.

Dans le premier cas, les séances-travail, on joue pour s'améliorer, pour progresser, pour développer ses fills, ses grooves, sa tenue de tempo.

Dans le deuxième cas, les séances-plaisir, on joue pour s'éclater, pour laisser libre son imagination, jouer en impro totale, sans partition, juste « comme ça »

Les deux types de séances sont tout aussi importantes, je dirais même qu'elles sont INDISPENSABLES toutes les deux.

Avoir des séances-travail ET des séances-plaisir.

Mais le plus important, c'est de savoir dans quel type de séance on va se lancer lorsqu'on prend les baguettes !

Donc la prochaine fois que vous poserez vos fesses sur votre tabouret, posez vous la question :

« Pendant les 20 prochaines minutes, c'est quoi mon but ? M'éclater ou progresser ?
« Pendant les 20 prochaines minutes, c'est quoi mon but ? M'éclater ou
progresser ? »

Si c'est de vous éclater, alors lâchez la bride, no limit. Pas de partoches, pas de métronome, lancez la musique et en avant !

Si c'est de progresser, alors choisissez vous un exercice, bossez-le, mais attention, interdit de partir en live ! C'est pas le but ici !

Pour aller plus loin

Séance-plaisir

Séance-travail

- et tous les articles des catégories Relevés et Partitions, Technique

9- Approfondir un aspect avant de passer à autre chose

9- Approfondir un aspect avant de passer à autre chose Bref il y a de quoi

Bref il y a de quoi se perdre !

On vient de le voir avec le conseil

i m p o r t a n t

d'approfondir son jeu en s'attaquant à de nouveaux aspects.

On peut s'améliorer sur énormément d'axes différents :

- Tenue des baguettes, techniques de

main ou de pieds, types de frappes sur caisse-claire, à la grosse-caisse

- Les rythmes différents : rythmes simple de rock (à la noire ,à la croche,

à la double-croche), contre-temps (de caisse-claire, grosse-caisse, charleston)

- Des fills (sur 1, 2, 3 ou 4 temps, à base de croches, doubles-croches, triolets, avec ou sans nuances

- Tenue de tempo

- Rudiments

p r é c é d e n t ,

c ' e s t

L'erreur classique, c'est de commencer plein de trucs, et de ne rien finir.

Par exemple, savoir jouer un paradiddle. Alors ok, c'est un doigté particulier, une alternance main droite – main gauche particulière

D – G – D – D

G – D – G - G

- Savoir jouer ce doigté en le suivant sur une partition, ça ne devrait pas vous prendre plus de 1 minute,

- savoir le jouer à des tempos plus élevés, par exemple, 100-130 bpm, ça va déjà vous prendre un peu plus de temps.

- Mais savoir jouer un paradiddle, « sans avoir à penser au doigté », ça va vous demander un peu plus d'effort que les 5 minutes de découverte de ce rudiment. Essayez de faire des paradiddles en regardant la télé, ou en discutant avec quelqu'un, pour voir.

Et c'est uniquement quand on peut jouer quelque chose sans y penser, qu'on le maîtrise vraiment, qu'il est entré dans notre boîte à outils.

Et puis au final, savoir jouer des paradiddles sur caisse-claire à 150 bpm, ça n'a pas vraiment d’intérêt, à part si vous comptez vous inscrire à un concours de rudiments, ou pour épater la galerie.

La réalité, c'est que tout le monde s'en cogne probablement que vous sachiez jouer un
La réalité, c'est que tout le monde s'en cogne probablement que vous
sachiez jouer un des rudiments à toute vitesse !

Par contre utilisez ce concept de paradiddle dans un groove ou pour fabriquer des fills, et là vous avez vraiment approfondi le concept jusqu'au bout.

Si vous maîtrisez votre paradiddle (sans avoir besoin d'y penser) à fond, la prochaine fois que vous vous faites une séance plaisir, faites tous vos fills à base de paradiddle, en totale impro !

Bref vous l'aurez compris, pour progresser, il faut ajouter régulièrement de nouveaux outils que vous maîtrisez à votre boite à outils.

Alors la prochaine fois que vous vous attaquerez à quelque chose de nouveau, assurez-vous d'aller jusqu'au bout, de pouvoir le mettre en pratique dans vos séances- plaisir « sans y penser ».

« Il vaut mieux avoir peu d'outils et les maîtriser à fond, que d'avoir plein
« Il vaut mieux avoir peu d'outils et les maîtriser à fond, que d'avoir plein
d'outils qui vous encombrent. »

Si vous avez plein d'outils que vous connaissez à peine, pendant vos séances-plaisir vous allez toujours retomber dans vos outils préférés, ceux que vous maîtrisez, et au final vous finirez toujours et encore par avoir l'impression de jouer la même chose.

Pour aller plus loin Tous les articles des catégories Relevés et Partitions, Technique,

Allez aussi jeter un œil sur le plan du site, il liste tous les articles par catégorie :

10- Savoir où on veut aller, puis y aller sans changer tout le temps de chemin

aller, puis y aller sans changer tout le temps de chemin Bon, en lisant le conseil

Bon, en lisant le conseil précédent, vous avez pris la ferme décision de ne bosser qu'à fond les nouveau trucs qui croisent votre route. Fini de sauter d'un machin à un autre et se faire croire qu'on progresse !

Mais dans cette jungle de techniques, rythmes, fills, rudiments, par quoi commencer ? Comment faire pour ne pas s'égarer ?

« Si on ne sait pas où on va, on ne peut pas savoir qu'on
« Si on ne sait pas où on va, on ne peut pas savoir qu'on est perdu »

Bref, il faut vous recentrer sur votre destination. Répondre à cette question :

Qu'avez-vous envie d'atteindre en progressant à la batterie ?

Vous faire plaisir ! Sans doute, mais ça ne suffit pas. Imaginez vous un instant un nouveau batteur qui se dise : « moi je vais faire de la batterie, et ça sera tous les jours une souffrance, un combat, je vais trimer, encore et encore. »

Combien de temps croyez-vous qu'il va tenir ?

Donc se faire plaisir, comme objectif, ça n'est pas suffisant, c'est essentiel, pour rester motivé, mais pas suffisant car ça ne nous dit toujours pas où aller.

Alors ça pourrait être :

- de jouer en groupe,

- faire votre premier concert (comme mon défi),

- faire des covers en videos ou peut-être plus simplement,

- jouer ce morceau que vous adorez, d'ici la fin de l'année, celui qui vous a donné l'envie de prendre les baguettes.

Et un fois la direction connue, posez-vous la question quelle est la première petite étape pour commencer à aller dans cette direction ?

Souvent ça passe par apprendre les bases, puis les bifurcations seront différentes en fonction de chacun d'entre nous.

Quelques-uns voudront mettre l'accent sur le travail du tempo, car avoir un tempo en béton leur semble le plus important, vu qu'ils jouent en groupe

Pour d'autres, il leur faudra apprendre les contre-temps à la grosse-caisse, car il y en

a dans leur morceau préféré, celui qu'ils veulent jouer devant le famille le jour de leur anniversaire.

Et enfin pour certains, il se frotteront à des rythmes latino, car ce sont eux qui font vibrer leur cœur, et ils ont prévu d'inonder Youtube de covers de batterie de rythmes du soleil !

Vous voyez où je veux en venir.

Un batteur de jazz n'a pas besoin de savoir jouer de la double-pédale, et il ne sert probablement à pas grand-chose qu'un batteur de heavy-métal se prenne la tête avec

le « comping » si propre au jazz.

Bref, savoir où on veut aller, c'est pouvoir faire le tri dans les chemins qu'on va prendre.

Pour aller plus loin :

11- S'ouvrir à d'autres styles musicaux

11- S'ouvrir à d'autres styles musicaux Encore un autre bon conseil que m'ont donné beaucoup de

Encore un autre bon conseil que m'ont donné beaucoup de profs,

et pros de la batterie.

A force de se cantonner dans le

même style musical, on à l'impression de tourner en rond, de ne plus rien voir de nouveau.

On peut certes, pousser plus loin, essayer d'atteindre des tempi hallucinants, essayer de passer ce lick trop balèze du batteur XYZ. Mais il faut bien avouer qu'à la longue, que ça ressemble toujours un peu à la même soupe.

Après un certain temps (et là je parle plutôt de quelques années, après l’euphorie des débuts) on a l'impression de stagner, de ne

plus progresser, petit à petit, le feu sacré qui nous animait s’essouffle.

Et là c'est peut-être le moment d'

«Aller voir d'autres styles musicaux »
«Aller voir d'autres styles musicaux »

Saviez-vous que le rock descend du jazz ?

Je pensais vraiment que c'était l'inverse, que le rock avait toujours été là, qu'il descendait du rock'n roll.

Mais de là à penser qu'il venait du Jazz ! En fait il est passé par le blues, et de mutations en évolutions, le rock (et sa cousine, la pop) descendent de leur ancêtre le jazz.

D'ailleurs de nombreux batteurs de rock ont avoué avoir fait des progrès éblouissants, après avoir étudié le jazz.

a reboosté leur créativité et leur a donné de

nouvelles idées qui souvent apparaissent comme des illuminations aux yeux des

autres.

Entrer dans cet univers différent

Un exemple, c'est le « Porcaro-shuffle », sur le titre Rosanna de Toto, c'est un rythme mythique pour tout batteur qui s'intéresse à l'histoire de la batterie, et ce rythme, Jeff Porcaro explique (allez voir son interview ici) qu'il le doit au Purdie-shuffle, un shuffle que Bernard Purdie (batteur de jazz entre autres) avait mis au point.

Un autre exemple, c'est le rythme de Walking on the Moon de Steward Coppeland, le batteur de Police, ce rythme est tout droit inspiré du Reggae, un one-drop traditionnel, que Coppeland n'aurait jamais pu inventer s'il n'avait pas regardé du côté des rythmes de reggae.

Bref, s'ouvrir à d'autres styles musicaux, c'est prendre le risque d'inventer de nouveaux horizons !

Pour aller plus loin

12- Se faire plaisir

12- Se faire plaisir Celui-là je l'ai gardé pour la fin, car c'est le plus important

Celui-là je l'ai gardé pour la fin, car c'est le plus important !

Tous les conseils précédents ne servent à rien si vous ne vous faites pas plaisir.

On peut décider de se faire un programme d'entraînement militaire pour progresser, si à chaque fois qu'on prend les baguettes cela rime avec souffrance, alors il faudra une volonté en titane pour aller jusqu'au bout !

Je ne sais pas si vous avez vu Whiplash, le seul film à ma connaissance sur le cheminement d'un jeune batteur qui veut devenir Pro, il se confronte à un prof qui a tout d'un instructeur militaire !

C'est physiquement et psychologiquement difficile de tenir le coup. Alors si l'apprentissage de la batterie doit ressembler à ça, alors je préfère rendre mes baguettes.

Imaginez-vous maintenant qu'à chaque fois que vous prenez vos baguettes, vous avez le sentiment de faire la bonne chose, vous savez que vous allez progresser sur tel ou tel aspect. Vous vous rendez compte que la partie qui posait problème la semaine dernière

passe beaucoup mieux.

Quand vous décidez de jammer un peu, vous êtes capable d'introduire les nouveaux éléments que vous avez bossés. Vous êtes fier, et vous avez raison ! La répèt' suivante avec votre groupe (si vous en avez un) ça passe nickel, vous connaissez votre morceau, et là la magie opère : il se passe quelque chose avec le bassiste, les gratteux balancent la tête en rythme, le chanteur ferme les yeux et se lâche…

Vous y êtes !

Le plaisir de jouer peut se manifester sous différentes formes :

- la satisfaction de maîtriser une partie difficile

- la fierté de connaître un morceau sans avoir besoin de la partition

- le sentiment de progresser, de jour en jour, de semaine en semaine en jouant, de

s'abandonner totalement, de se laisser prendre dans le groove, d'entrer dans la zone.

Pour finir

D'abord, si vous êtes arrivé jusqu'ici, bravo ! Vous faites partie des 10 % de personnes qui se seront accrochées, et qui auront lu ce guide jusqu'au bout.

C'est frustrant pour moi de connaître ces chiffres, mais c'est la triste réalité de n'importe quel bouquin, DVD de cours ou de conseils, et c'est valable dans n'importe quelle thématique ! L'immense majorité des gens ne vont pas jusqu’au bout.

Alors Merci ! Merci de m'avoir lue jusqu'au bout.

Voilà, j'ai fait le tour d'à peu près tous les conseils que j'ai reçus à un moment donné sur mon parcours, où que j'aurais aimé connaître à mes débuts.

Il y en a beaucoup, et si vous n'en retenez qu'un seul parmi ces 12, vous devriez déjà commencer à voir des progrès dans votre jeu.

D'ailleurs, pour commencer dès aujourd'hui à progresser, je vous invite à mettre en place ces conseils un à un, et de tester ce qui marche pour vous. Ce qui marche pour une personne (moi, vous) ne marchera pas forcément aussi bien pour quelqu'un d'autre.

Si dans quelque temps, vous vous trouvez (à nouveau) coincé, à avoir l'impression de tourner en rond, de ne pas progresser, de ne pas profiter pleinement du (peu de) temps que vous avez pour faire de la batterie, alors j’espère que vous vous souviendrez de ce petit guide. Il sera probablement enterré dans un coin de votre ordinateur, mais à ce moment là, ce sera le bon moment de le ressortir, et de relire ces conseils.

Sans doute à ce moment là, vous trouverez un autre conseil qui pourra vous aider à sortir de l'impasse dans laquelle vous vous trouverez.

Maintenant c'est à vous de jouer !

Pour commencer à faire des progrès dès maintenant :

Choisissez le premier conseil que vous aller commencer à suivre, notez-le ! Bravo !

C'est la première étape !

Avant de vous laisser

Un outil très puissant pour qu'une résolution (votre choix du conseil que vous allez suivre, celui que vous venez de choisir) se concrétise en action, c'est de vous engager à le tenir publiquement.

Alors Batteur Débutant peut vous aider à tenir votre engagement. Pour cela, rendez-vous sur la page :

Et laissez un petit commentaire sous l'article, en me disant quel conseil (de 1 à 12) vous avez décidé de suivre, et comment vous allez le mettre en place.

Je m' e n g a g e

personnellement, car je suis persuadée que c'est une méthode simple mais puissante pour faire des progrès.

ré p o n d re

à

vo u s

À tout de suite sur la page de l'article, et je vous souhaite tous les meilleurs progrès que vous méritez, j'en suis certaine, dans votre jeu de batterie.

j'en suis certaine, dans votre jeu de batterie. Allez maintenant écrire votre résolution sur Batteur

Je sais aussi, que seulement 10 % des personnes qui auront lu ce guide jusqu'au bout iront s'engager publiquement, 10 % de 10 % ça fait un tout petit 1 % ! Ferez vous partie des 1 % qui ont vraiment envie de progresser ?

Crédits photos