Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 27° : ALGER 34° : TAMANRASSET
MÉTÉO
27°
: ALGER
34° : TAMANRASSET

Mercredi 10 mai 2017 - 13 Shaabane 1438 - N° 1602 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

p. 2

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-LIBYE

M. Sellal reçoit le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'entente nationale de Libye

4 M. al-Sarraj met en avant les relations «étroites» qui lient la Libye et l'Algérie

P. 24

«étroites» qui lient la Libye et l'Algérie P. 24 ALGÉRIE-ALLEMAGNE Lamamra s'entretient à Berlin avec

ALGÉRIE-ALLEMAGNE

Lamamra s'entretient à Berlin avec le conseiller diplomatique de Merkel sur la coopération bilatérale

P. 24

TUNISIE-ALGÉRIE

Excuses d'un ministre tunisien à l'Algérie après des déclarations «irresponsables» fortement condamnées

P. 24

LÉGISLATIVES DU 4 MAI 2017

Le Conseil constitutionnel

conforte les résultats annoncés par le ministère de l'Intérieur

Les résultats provisoires de l’élection des membres de l'Assemblée popu- laire nationale (APN) au terme des législatives, rendus publics lundi soir par le Conseil constitutionnel, ont conforté globalement les chiffres don- nés vendredi par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales. Le Conseil constitutionnel a relevé dans un communiqué, que le taux de participation s'était établi à 35,37%, avec 8.225.223 votants sur 23.251.503 électeurs inscrits, alors que les suf- frages exprimés s'élèvent à 6.468.180, tandis que les bulletins nuls sont de 1.757.043. Le taux de participation glo- bal aux élections législatives annoncé précédemment par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales était de 37,09%. Ces résultats procla- més par le Conseil constitutionnel font ressortir que le parti du Rassemblement national démocra- tique (RND) gagne trois nouveaux sièges, portant ainsi sa représentati- vité à l'APN à 100 sièges, alors que le Front de libération nationale (FLN) reste majoritaire, en gardant le même nombre de sièges (164), suivi de l’Alliance HMS avec 33 sièges.

P.p 4-5

4La proclamation des résultats acte la nouvelle configuration de l'APN
4La
proclamation des résultats acte la nouvelle configuration de l'APN

SELLAL À LA FOIRE INTERNATIONALE D'ALGER:

INDUSTRIE

Hausse de

la demande pour les produits fabriqués localement au 4 e trimestre 2016

P.6

SÉMINAIRE INTERNATIONAL À ALGER SUR «LA CRIMINALITÉ TRANSFRONTALIÈRE ET SON IMPACT SUR LA SÉCURITÉ PUBLIQUE»

La migration clandestine,

«Il faut gagner la bataille de l'export»

P.3

le trafic d’armes et de stupéfiants

à l'ordre du jour

«Il faut gagner la bataille de l'export» P.3 le trafic d’armes et de stupéfiants à l'ordre

P.3

SANTÉ
SANTÉ

SOUS LE SLOGAN "L'HYGIÈNE

DES MAINS :

UN GESTE

SIMPLE,

UN GESTE

EFFICACE,

UN

GESTE QUI

SAUVE"

UN GESTE SIMPLE, UN GESTE EFFICACE, UN GESTE QUI SAUVE" Parkinson De l’exercice pour limiter les
Parkinson De l’exercice pour limiter les chutes P.p 12-13
Parkinson
De l’exercice
pour limiter
les chutes
P.p 12-13

L'Algérie célèbre aujourd’hui la Journée mondiale de l'hygiène des mains

P. 3

F TBALL LIGUE DES CHAMPIONS : L'USM Alger plongée dans le doute avant son 100
F TBALL
LIGUE DES CHAMPIONS :
L'USM Alger
plongée
dans le doute
avant son 100 e
match africain P. 21
PROTECTION CIVILE 20180 appels de secours en une semaine ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 35
PROTECTION
CIVILE
20180
appels de secours
en une semaine
ACCIDENTS DE LA
CIRCULATION :
35 morts et
1342 blessés P. 9

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mercredi 10 mai 2017 D’ EIL Une Journée portes ouvertes sur

2

DK NEWS

Mercredi 10 mai 2017

D’ EIL

Une Journée portes ouvertes sur les sports militaires sera organisée demain (9h00) par l’Armée natio- nale populaire (ANP) au Centre de regroupement et de préparation des équipes sportives militaires (CRPESM) de Ben-Aknoun (Alger). Cette manifestation sportive natio- nale militaire qui s’inscrit dans le ca- dre des activités du sport militaire au titre de la saison 2015-2016, per- met aux citoyens notamment la jeu-

Horaires des prières

Mercredi 13 chaabane

Mercredi 13 chaabane
Mercredi 13 chaabane
Fajr 03:54 Dohr 12:45 Asr 16:33 Maghreb 19:49 Isha 21:22
Fajr
03:54
Dohr
12:45
Asr
16:33
Maghreb
19:49
Isha
21:22

DEMAIN AU CRPESM DE BEN AKNOUN

Portes ouvertes sur les sports militaires

nesse algérienne d`avoir un aperçu sur l`histoire du sport militaire de- puis sa création à nos jours, son or- ganisation, son fonctionnement, ainsi que les performances sportives réalisées par les athlètes militaires relevant des différentes équipes na- tionales militaires, sur les plans national et mondial, a précisé la direction de la communication, in- formation et orientation du MDN dans un communiqué.

in- formation et orientation du MDN dans un communiqué. 4 4 SOLIDARITÉ CE MATIN À L’ETABLISSEMENT

4

4

SOLIDARITÉ

et orientation du MDN dans un communiqué. 4 4 SOLIDARITÉ CE MATIN À L’ETABLISSEMENT DE RÉÉDUCATION
CE MATIN À L’ETABLISSEMENT DE RÉÉDUCATION ET DE RÉA- DAPTATION DE KOLÉA Epreuves des tests
CE MATIN À L’ETABLISSEMENT
DE RÉÉDUCATION ET DE RÉA-
DAPTATION DE KOLÉA
Epreuves
des tests de
niveau scolaire
L'Etablissement
de rééducation et de
réadaptation de Ko-
léa, abrite ce matin à
parti de 8h, les
épreuves des tests
de niveau de fin
d'année scolaire
2016/2017, au profit
des détenus.
Météo
Max
Min
Alger
27°
15°
Oran
27°
17°
Annaba
27°
16°
Béjaïa
25°
17°
Tamanrasset
34°
22°
LAGHOUAT
Challenge national
de sport adapté
au métier de l'agent
de la Protection civile
4
Dans le cadre de l’application du pro-
gramme d’action relatif aux activités spor-
tives pour l’année 2017 et du développement
du sport et l’éducation physique au sein du
corps de la Protection Civile, la Direction
générale de la Protection civile organise, au-
jourd’hui et demain au niveau de la Direc-
tion de Protection civile de la wilaya de La-
ghouat, la première phase qualificative
pour la sixième édition du challenge natio-
nal de sport adapté aux métiers de l’agent
de la protection civile, au profits des Direc-
tions de protection Civile des wilaya du cen-
tre du pays.
4

MÉDÉA

La Fédération internationale des organisations de donneurs de sang rend hommage à la Sûreté nationale

Dans une lettre adressée au Directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Ab- delghani Hamel, la Fédération internationale des organisa- tions de donneurs de sang qui siège à Monaco et dont l’Algérie est membre, a salué le travail no- ble et humanitaire accompli par les éléments de la Sûreté nationale, qui participent chaque fois que l’occasion le permet, aux différentes com- pagnes de don sang en Algérie. Ainsi, grâce à leurs dons, les policiers viennent en aide à des milliers de malades dont la vie et le bien être dépend des transfusions de sang. La par- ticipation de la Direction générale de la Sûreté nationale a ces campagnes humanitaires a permis de collecté plus de 40 000 poches de sang au cours des quatre dernières années.

000 poches de sang au cours des quatre dernières années. SALLE IBN-ZAYDOUN Lemma Bécharia et Thèrese

SALLE IBN-ZAYDOUN

Lemma Bécharia et Thèrese Henry en Concert

Dans le cadre de la 18e édition du Fes- tival culturel euro- péen, la salle Ibn Zeydoun abritera ce soir à partir de 19h, un concert animé par Lemma Becharia et Thèrese Henry Lemma.IBN-ZAYDOUN Lemma Bécharia et Thèrese Henry en Concert PALAIS DES EXPOSITION Conférence du DG de Faderco

PALAIS DES EXPOSITION

Conférence du DG de Faderco

Lemma. PALAIS DES EXPOSITION Conférence du DG de Faderco Le Directeur général du groupe Faderco, M.

Le Directeur général du groupe Faderco, M. Amor Habes, animera un point de presse cet après-midi à partir de 17h, au pavillon central (Zone B) du Palais des Expositions des Pins-Maritimes (Safex), sur "Les nouveaux marchés pour les produits algériens".

UNIVERSITÉ DE SIDI BEL-ABBÈS Conférence du P r Kara Turqui Douidi sur :«La maladie de Crohn»

Le professeur en gastro-en- térologie et chef du service hé- pato-gastro-entérologie au CHU de Sidi Bel Abbès, M. Kara Turqui Douidi, animera une conférence sur «La Maladie de Crohn», cet après-midi à partir de 14h à la fa- culté de médecine Taleb Mourad, de Sidi Bel-Abbès.

fa- culté de médecine Taleb Mourad, de Sidi Bel-Abbès. Commémoration de l’anniversaire de la mort du

Commémoration de l’anniversaire de la mort du Colonel Si M'hamed Bougara

La wilaya de Médéa, organise ce matin au niveau de la commune d'Ouled Bouachra, une cérémo- nie pour commémorer le 58e an- niversaire de la mort du Colonel Si M'hamed Bougara.

niversaire de la mort du Colonel Si M'hamed Bougara. MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID La préservation de

MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID La préservation de la mémoire et de l’identité nationale en débat

En collaboration avec le lycée Frantz Fanon de Bab El Oued, le musée national du moudjahid, organise ce ma- tin à partir 10h, le 140e numéro de l’émission hebdoma- daire «Rendez-vous avec l’histoire» qui aura pour thème : «Le rôle de tout le monde dans la préservation de la mé- moire et de l’identité nationale».

de la mé- moire et de l’identité nationale». LI AMNIKOUM Emission consacrée demain aux questions des

LI AMNIKOUM Emission consacrée demain aux questions des auditeurs

L’émission radio de la Sûreté nationale «Li Amnkoum», diffusée chaque jeudi à travers les ondes de la Chaine 1, sera consacrée de- main de 16h à 17h aux questions des auditeurs en rapport avec la sécurité routière.

des auditeurs en rapport avec la sécurité routière. LE 13 MAI À TLEMCEN 1 e r

LE 13 MAI À TLEMCEN

1 er rallye de régularité avec spéciales autos et motos

La Fédération algerienne des sports mécaniques (FASM), organise samedi 13 mai à Tlem- cen, la première édition du rallye de régularité avec spé- ciales autos et motos. Dans un communiqué, la FASM indique que le Rallye ce déroulera en 3 étapes de courses sur une bou- cle de 40 km de Béni Snous jusqu'à Lala Setti.

bou- cle de 40 km de Béni Snous jusqu'à Lala Setti. CE MATIN À L'ESAA Séminaire

CE MATIN À L'ESAA

Séminaire sur «Le recouvrement des créances»

La Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CACI) organise aujourd’hui et demain à l'Ecole supé- rieure algérienne des affaires (ESAA) de Mohammadia, un séminaire-atelier sur «Le recouvrement des créances».

Mercredi 10 mai 2017

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

SELLAL À LA FOIRE INTERNATIONALE D'ALGER :

«Il faut gagner la bataille de l'export»

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a exhorté les entreprises nationales et étrangères, participantes à la 50e édition de la Foire internationale d'Alger (FIA), à consolider et diversifier leurs partenariats tout en doublant d'efforts pour «gagner la bataille de l'export».

S'adressant aux opérateurs activant no- tamment dans le secteur des industries mé- caniques, à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle édition de la FIA, le Premier mi- nistre a appelé, ces derniers, à atteindre le taux d'intégration locale fixé à 40% dans les 4 premières années d'exercice et à aller vers l'export. «Il faut dépasser l'étape de montage. Nous devons créer beaucoup d'entreprises de sous-traitance afin d'atteindre le taux d'intégration locale fixé à 40% et ensuite al- ler vers l'exportation. Il faut gagner la ba- taille de l'export», a-t-il dit aux différents opérateurs exerçants dans la filière des in- dustries mécaniques. Dans le secteur de l'agriculture, M. Sellal a appelé le groupe Lacheb Filaha à aller «vite» dans la mise en £uvre de leur méga-projet agricole en par- tenariat avec les américains à El Bayadh afin de donner l'exemple d'un partenariat ga- gnant-gagnant avec des étrangers. Il a dans ce cadre plaidé pour une production de masse et de qualité des produits agricoles notamment de lait à fin de satisfaire les be- soins nationaux et aller aussi vers l'ex- port. Pour ce faire le Premier ministre à souligné la nécessité de créer une entre- prise de fret et de conditionnement paral- lèlement à ce projet qui s'étend sur plus de 25.000 hectares. Au pavillon de la Russie, invitée d'honneur de cette 50ème FIA, M. Sellal a invité le constructeur russe de

50ème FIA, M. Sellal a invité le constructeur russe de machinisme agricole «Rostsel Mash» à créer

machinisme agricole «Rostsel Mash» à créer une usine de montage avec un par- tenaire algérien afin de booster et renfor- cer le rendement agricole national.»Nous allons vous aider à installer cette usine et d'autres partenariats productifs», a-t-il indiqué aux opérateurs russes. Au pavillon de l'Iran et de la Jordanie, M. Sellal a surtout insisté sur la nécessité de développer des partenariats dans les sec- teurs de l'industrie et ne pas se limiter aux projets «classiques» basé sur «l'industrie de plastique et de confiserie». Au stand d'Air Algérie, le Premier minis-

tre s'est enquis des préparatifs relatifs au Hadj 2017 tout en instruisant les représen- tants de la compagnie de prêter plus d'at- tention à la qualité de services. Selon Air Algérie les opérations de transport des pèlerins se dérouleront du 5 au 26 août pour le départ et du 6 au 26 sep- tembre pour le retour. M. Sellal s'est réjoui de la présence libyenne à cette manifesta- tion économique, estimant que cette par- ticipation «est très positive car elle montre que la Libye est toujours debout». Enfin, le Premier ministre s'est rendu au musée de cette manifestation économique inter- nationale, conçu pour retracer l’histo- rique de la FIA à travers essentiellement des expositions de photos et d’anciennes af- fiches de cette manifestation. M. Sellal a inauguré plutôt dans l'après-midi la 50ème édition de la Foire internationale d'Alger (FIA), qui se tient du 8 au 13 mai au Palais des expositions (Pins maritimes). Il était accompagné notamment de membres du gouvernement, de hauts res- ponsables du secteur économique et de re- présentants du corps diplomatique ac- crédité à Alger. Quelque 1.030 exposants, dont 494 entreprises étrangères en prove- nance de 34 pays, prennent part à cette plus importante manifestation économique et commerciale annuelle du pays, qui se tient sous le thème «50 ans au service de l'économie algérienne».

SÉMINAIRE INTERNATIONAL À ALGER SUR «LA CRIMINALITÉ

TRANSFRONTALIÈRE ET SON IMPACT SUR LA SÉCURITÉ PUBLIQUE»

La migration clandestine, le trafic d’armes et de stupéfiants à l'ordre du jour

Les questions relatives à la migration clandestine, au trafic d’armes et au trafic de stupé- fiants et leur impact sur la sécu- rité publique sont à l'ordre du jour du séminaire international sur «la criminalité transfronta- lière et son impact sur la sécu- rité publique», qu'organise, à Al- ger depuis hier, le ministère de la Défense nationale représenté par le Commandement de la Gendarmerie nationale. Le sé- minaire, étalé sur deux jours et qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’ac- tion des activités de coopération militaire de l’Initiative «5+5 Dé- fense» pour l’exercice 2017, adopté par les ministres de la Défense des pays membres de l’Initiative, se déroule en pré-

sence des experts des pays mem- bres de l’Initiative. S'exprimant au nom du Gé- néral de Corps d’Armée, Vice- ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire, le Géné- ral-major Menad Nouba, qui a présidé les travaux de ce sémi- naire, a relevé dans une allocu- tion l'importance de cette ren- contre. «L’organisation de ce sé- minaire international portant sur un sujet qui devient plus complexe que jamais et qui fi- gure dans les agendas sécuri- taires des gouvernements et des services de sécurité à travers le monde, n’est qu’une preuve de la volonté commune des pays membres de cette initiative pour développer la coopération inter-

nationale dans les domaines liés à la sécurité et la défense, no- tamment à travers une com- préhension élargie en matière de sécurité afin de débattre les différents aspects afférant à la prévention et la lutte contre le crime transfrontalier, sous toutes ses formes, et son impact sur la sécurité publique», a-t-il déclaré. Les participants traite- ront notamment de l’impact des trois formes criminelles qui centralisent l’intérêt commun des pays membres de l’Initiative, sur la sécurité publique, à savoir la migration clandestine, le tra- fic d’armes et le trafic de stupé- fiants, et ce, à travers l’examen des thématiques concernant les dispositifs règlementaires et opérationnels, l’entraide entre

les Etats membres de l’Initiative et les politiques de prévention et de lutte. Ce séminaire se veut une occasion pour réunir les professionnels, les experts et les chercheurs, afin d’appré- hender, dans un espace étendu de débats, les enjeux de la crimi- nalité transfrontalière et son impact sur la sécurité publique. Il constitue également un espace de partage des exper- tises et des bonnes pratiques, en- tre les pays membres de l’Initia- tive 5+5 Défense, à l’effet de dé- velopper et de consolider leurs capacités communes en ma- tière de prévention et de lutte contre ce type de criminalité et, au demeurant, tracer des perspectives de recherche dans des sujets d’intérêt commun.

SANTÉ

L'Algérie célèbre ce jour la Journée mondiale de l'hygiène des mains

L'Algérie célébrera aujourd’hui la Jour- née mondiale de l'hygiène des mains pour l'année 2017, sous le slogan "L'hygiène des mains: un geste simple, un geste efficace, un geste qui sauve", a indiqué hier le mi- nistère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Cette journée, qui sera célébrée cette an- née dans la wilaya de Batna, vise notam- ment à "entendre à l'ensemble du per- sonnel de santé, l'intérêt du lavage des mains et le bénéfice qui en résulte quant à la réduction des i infections associées aux soins (IAS)", a précisé le ministère dans un communiqué. Ainsi, cette Journée s'inscrit dans l'optique de "renverser cette ten- dance persistante au non respect des règles élémentaires d'hygiène et inciter les pro- fessionnels de santé à observer plus de ri- gueur en vue de réduire les IAS". Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'inobservance de l'hygiène des mains, par le personnel de santé est esti- mée à 60% dans les situations où elle est re- quise au contact des patients et touchent, chaque année, des centaines de millions dans le monde. En Algérie, selon l'en-

quête nationale de prévalence des IAS, menée en 2005, le taux de prévalence na- tional des IAS est estimé à 14%, relève la même source. A cet égard, l'Algérie a pris la mesure de ce défi et s'est engagée pour la maitrise des infections associées aux soins dans le cadre du programme "sécu- rité des patients: un défi mondial" de l'al- liance mondiale de l'OMS. A ce titre, le ministère de la Santé, tout en s'inscrivant dans cette perspective de lut- ter contre la propagation de la résistance aux antibiotiques, saisit cette opportunité pour également poursuivre la campagne de mise en £uvre du référentiel portant sur les directives nationales relatives à l'hygiène de l'environnement dans les établisse- ments de santé publics et privés en vue de normaliser, harmoniser et généraliser les procédures visant à améliorer la gestion de l'environnement hospitalier dans les éta- blissements de santé publics et privés. Les objectifs fixés, à cette occasion, portent notamment sur "la responsabilisa- tion des professionnels de santé face aux risques liés à une mauvaise observance de la pratique de l'hygiène des mains, la sen-

sibilisation et l'information du personnel de santé sur les mesures figurant sur le ré- férentiel portant sur l'hygiène de l'environ- nement dans les établissements de santé, ainsi que sur la problématique que posent les IAS, notamment celle liée à la résistance aux antibiotiques". Cette journée offre, par ailleurs, une op- portunité pour la lancement au plan natio- nal du cycle d'information en vue de pro- mouvoir le référentiel sur les "directives na- tionales relatives à l'hygiène de l'environ- nement dans les établissements de santé publics et privés et d'encourager son appli- cation par le personnel de santé". Cette Journée est également une occasion de pro- céder à la signature d'une "charte pour la sécurité des patients", par les directeurs des établissements de santé, les engageant ainsi à se mobiliser et à £uvrer pour "ins- taurer un environnement sain qui garan- tit la sécurité des soins aux patients" dans le cadre e la poursuite du processus insti- tutionnel pour la maitrise des infections as- sociés aux soins dans le cadre du pro- gramme "sécurité des patients-un défi mondial" de l'Alliance mondiale OMS.

ÉDUCATION NATIONALE

Benghebrit : « Toutes les mesures prises

pour la sécurisation des examens nationaux »

La ministre de l'Education nationale, Nouria

Benghebrit, a affirmé hier que toutes les mesures ont été prises pour assurer le bon déroulement et

la sécurisation des examens scolaires nationaux en

vue d'éviter la «fraude» à travers l'utilisation des brouilleurs et des équipements de vidéosurveillance au niveau des centres d'impression des sujets du Baccalauréat et des centres de conservation «sans recourir au blocage des réseaux sociaux». Lors d'une conférence de presse, Mme Benghe- brit a précisé que «la sécurisation des examens, no- tamment le Baccalauréat, a fait l'objet d'une atten- tion particulière du gouvernement», soulignant que

la commission mixte en charge de la sécurisation

des examens «n'a épargné aucun effort pour réu- nir les bonnes conditions à l'effet de garantir le bon déroulement de ces examens». Parmi ces mesures, la ministre a cité la «sécu- risation des sites conformément à un plan adopté par le ministère de l'Intérieur et des collectivités locales, la réhabilitation du siège régional de l'Of- fice national des examens et concours d'Alger, la réduction du nombre de centres où sont gardés les sujets des épreuves, l'installation de brouilleurs et d'équipement de vidéosurveillance au niveau des centres d'impression des sujets du Baccalauréat et centres de conservation des sujets (DE) et interdic- tion de l'accès des véhicules aux centres d'examen». Les «retards ne sont pas admis» le jour de l'exa- men, a indiqué la ministre qui a ajouté que les por- tables et tout autre moyen de communication de- vront être déposés à l'entrée du centre dans une salle aménagée à cet effet. A ce propos, la première responsable du secteur

a appelé les candidats à «rejoindre les salles d'exa- men une demi-heure avant le début des épreuves», rappelant que tout retard après 09h00 «privera le candidat de poursuivre l'examen». Par ailleurs, Mme Benghebrit a fait savoir que des affiches interdisant l'utilisation des appareils

de fraude (portables, oreillettes, Bluetooth et au- tres) seront installées, à l'instar de l'année dernière, au niveau des centres d'examen. Des conseils seront prodigués aux candidats pour les préparer psychologiquement à l'examen, rappelant que les comportements pouvant priver les candidats de poursuivre l'examen sont mention- nés dans les convocations. Les cas de fraude enregistrés constituent une «proportion infime», a estimé Mme Benghebrit qui

a appelé «à ne pas assombrir l'image des exa-

mens». A une question sur les sujets de réserve, la mi- nistre a répondu que des sujets de réserve seront élaborés pour combler les lacunes enregistrées l'an- née dernière, affirmant que «les réseaux sociaux ne seront pas bloqués». La ministre a rassuré les candidats que les mêmes mesures adoptées lors des précédentes sessions demeureront en vigueur lors de la session 2017. Elles consistent à proposer deux sujets au choix pour chaque épreuve de l'examen et du maintien des 30 minutes supplé- mentaires pour chaque épreuve. Tous les centres d'examen seront dotés de climatiseurs, notamment dans les régions du Sud, a indiqué la ministre, ajou- tant qu'il sera procédé en coordination avec les di- recteurs de l'Education, les autorités locales et les walis à la garantie des conditions idoines pour per- mettre aux candidats de passer leurs épreuves dans les meilleures conditions. Les examens nationaux qui se dérouleront du 24 mai au 15 juin concernent de 2 millions de candidats, un effectif légèrement en hausse par rapport à la session 2016, (+4.670 can- didats), pour lesquels 690.000 personnels sont ré- quisitionnés, soit 95% de l'ensemble des fonc- tionnaires du secteur. Le nombre de candidats aux trois examens na- tionaux pour la session 2017 est de 760.652 candi- dats pour l'examen de fin de cycle primaire, 566.221 candidats pour l'examen du BEM et 761.701 pour l'examen du Baccalauréat, avec une proportion de 35,50% de candidats libres. Ces candidats seront répartis sur 18.000 centres d'examens, a poursuivi la ministre, rappelant qu'il sera procédé au maintien des candidats à l'examen de fin de cycle primaire dans leur établissement pour la seconde année consécutive et le passage à l'évaluation continue de l'épreuve d'EPS pour les candidats scolarisés (Bac+BEM).

Les résultats des examens seront proclamés au plus le 9 juin pour l'examen de fin de cycle primaire,

le 27 juin pour l'examen du BEM et le 15 juillet pour

l'examen du Bac.

APS

4 DK NEWS

Législatives
Législatives

ACTUALITÉ

Mercredi 10 mai 2017

Les droits de l'opposition parlementaire consacrés, le nomadisme politique proscrit

Le fait nouveau de la pro- chaine législature est la consécra- tion des droits de l'opposition dans les dispositions de la Consti- tution révisée. En effet, selon l'article 114, l'opposition parle- mentaire jouit, notamment, des droits de participation «effec- tive» au contrôle de l'action gou- vernementale, de représentation appropriée dans les organes des deux chambres du Parlement (APN et Conseil de la Nation), de saisine du Conseil constitu- tionnel au sujet des lois votées par le Parlement, ainsi que de parti- cipation à la diplomatie parle- mentaire. En outre, chaque chambre du Parlement consacre une séance mensuelle pour débattre d'un ordre du jour présenté par un ou des groupes parlementaires de l'opposition. Les membres du Parlement peuvent aussi interpeller le gou- vernement sur une question d'ac- tualité, adresser, par voie orale ou par écrit, des questions aux mem- bres de l'Exécutif et instituer, à tout moment, des commissions d'enquête sur des affaires d'inté- rêt général. Une commission d'enquête ne peut être, cependant, créée sur des faits qui font l'objet d'une information judiciaire. Autre nouveauté introduite dans la Loi fondamentale: l'inter- diction du nomadisme politique. Aux termes de l'article 117, «est dé- chu de plein droit de son mandat électif l'élu de l'APN ou du Conseil de la Nation, affilié à un parti po- litique, qui aura volontairement changé l'appartenance sous l'égide de laquelle il a été élu».

La prochaine APN aura à légiférer pour une économie diversifiée

L'Assemblée populaire natio- nale aura pour missions, au cours de la législature 2017-2022, de poursuivre la mise en £uvre de dispositions importantes décou- lant de la révision constitution- nelle, notamment un contrôle plus étroit de l'action gouverne- mentale, la mise en place d'un rôle accru pour l'opposition par- lementaire, l'adoption de plu- sieurs lois pour la consécration des droits politiques et sociaux des citoyens et la finalisation de la modernisation du service pu- blic et de la gouvernance. La nouvelle Assemblée popu- laire nationale devra, également, légiférer pour la finalisation de diverses réformes destinées à promouvoir une économie da- vantage diversifiée, de sorte à réduire la dépendance du déve- loppement du pays envers le marché mondial des hydrocar- bures.

Le Conseil constitutionnel

conforte les résultats annoncés par le ministère de l'Intérieur

Les résultats provisoires de l’élection des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) au terme des législatives, rendus publics lundi soir par le Conseil constitutionnel, ont conforté globalement les chiffres donnés vendredi par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales.

Le Conseil constitutionnel a relevé dans un communiqué, que le taux de par- ticipation s'était établi à 35,37%, avec 8.225.223 votants sur 23.251.503 électeurs inscrits, alors que les suffrages exprimés s'élèvent à 6.468.180, tandis que les bul- letins nuls sont de 1.757.043.

Le taux de participation global aux élections législatives annoncé précé- demment par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales était de 37,09%. Ces résultats proclamés par le Conseil constitutionnel font ressortir que le parti du Rassemblement national démocra- tique (RND) gagne trois nouveaux sièges, portant ainsi sa représentativité à l'APN

à 100 sièges, alors que le Front de libéra-

tion nationale (FLN) reste majoritaire, en gardant le même nombre de sièges (164),

suivi du de l’Alliance HMS avec 33 sièges.

Le parti Tajamoua amel el djazair (TAJ), conserve ses 19 sièges, ainsi que l'Al- liance Nahda-Adala-Bina avec 15 sièges, le front El Moustakbal (FM) et le Front des forces socialistes (FFS) avec 14 sièges, le Mouvement populaire algérien (MPA) avec 13 sièges, le Parti des Travailleurs (PT) avec 11 sièges et le Rassemblement pour le Culture et la démocratie (RCD) avec 9 sièges. L'Alliance nationale républicaine (ANR) voit ses nombres réduits à 6 sièges alors qu'ils étaient annoncés auparavant

à 8 sièges, tandis que le parti du Front na- tional algérien (FNA) a perdu son unique siège obtenu initialement. Cependant tous les autres partis conservent le nom- bre de sièges obtenus et annoncés initia- lement par le ministère de l'Intérieur et

initia- lement par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales . Les sièges obtenus par

des Collectivités locales . Les sièges obtenus par la femme s'élè- vent à 121 sièges, alors que taux de sa re- présentation à l’APN est de 26,19%. Le Conseil constitutionnel rappelle que, conformément à l’article 171 de la loi

organique relative au régime électoral, tout candidat ou parti politique partici- pant aux élections législatives avait «le droit de contester la régularité des opé- rations de vote en introduisant un recours par simple requête déposée au greffe du Conseil constitutionnel dans les qua- rante-huit (48) heures suivant la procla- mation des présents résultats, et ce conformément aux conditions prévues dans le communiqué du Conseil consti- tutionnel du 30 avril 2017». Ainsi, le délai de dépôt des recours re- latifs aux résultats provisoires du scrutin est ouvert à compter de la présente pro- clamation jusqu’au 10 mai 2017 à 20 heures, a expliqué le Conseil constitution-

nel. Le Conseil avait rappelle «qu'en vertu des dispositions de l’article 171 de la loi or- ganique relative au régime électoral, qu’ils (les candidats et partis politiques participant aux législatives) ont le droit

de contester la régularité des opérations de vote en introduisant un recours par simple requête déposée au greffe du Conseil constitutionnel suivant les condi- tions découlant des règles de forme et de fond contenues à l'article 171 susvisé et aux articles 49 et 50 du Règlement fixant les règles de fonctionnement du Conseil constitutionnel et dont le non-respect en- traîne le rejet des recours en la forme ou au fond». Concernant les règles de forme, il est exigé que le requérant soit candidat ou parti politique participant aux élections législatives du 4 mai dans la circons- cription électorale concernée, et que dans le cas où les requérants susvisés dé- lèguent un représentant pour déposer le recours en leur nom et place auprès du greffe du Conseil, il est impératif, sous peine de rejet du recours en la forme, que son dépositaire soit muni d’une déléga- tion l’habilitant à cet effet. Le recours doit être déposé par les re- quérants ou leurs représentants dûment habilités, directement auprès du greffe du Conseil dans les 48 heures qui suivent la proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel.

Nombre de sièges et de voix obtenus par les participants

Voici le nombre de sièges et de voix obtenus par les partici-

-Mouvement Infitah

1

38.061

pants aux élections législatives du 4 mai, selon les résultats com-

-FNL

1

31.976

muniqués lundi par le Conseil constitutionnel

-FAN

1

49.413

 

-

Parti Fedjr El Jadid

1

82.993

Listes :

Nombre de siègesNombre de suffrages recueillis

1

33.372

 

-UFDS -MCL

1

14.085

- FLN:

164

1.681.321

-El Wafa Wa Tawassol

1

12.170

- RND:

100

964.560

-El Noor

1

4.549

- Alliance MSP:

33

393.632

-Forsane Ouargla

1

5.414

- Parti TAJ:

19

270.112

-El Taouassol

1

16.334

- L'Union Adala-Ennahda-Bina:

15

239.148

-El Amel

1

6.361

- Front El Moustakbal

14

265.564

-El Wafa

1

10.561

- FFS

14

152.489

-Al Kafaa wal Masdakia

1

7.856

- MPA:

13

241.087

-Espoir et Travail

1

12.803

 

- PT:

11

191.965

-La voix du peuple

1

9.831

- RCD:

9

65.841

-

Liste indépenante alternative

- ANR:

6

121.156

citoyenne

1

5.977

- MEN:

4

51.960

-

El Darrouri

1

5.675

 

-Initiative citoyenne

1

4.309

- Parti El Karama:

3

81.180

-Sawt Echaab

1

6.652

-Indépendante El Wihda

3

42.757

-El Hillal

1

14.582

-Parti des jeunes

2

63.682

-

Ennadjah

1

9.019

-Front démocratique libre

2

28.790

-URN

1

17.577

-Front militantisme national

2

34.695

-PEP

1

13.400

El Ouancharisse

2

9.046

-

El Wihda oua Ettadaoul

1

10.771

-RPR

2

40.645

-

El BADR

1

5.161

-AHD 54

2

42.160

-El Ichrak

1

8.901

-PNSD

2

28.617

-

Abnaa Echaab

1

9.427

-

PLJ:

2

88.418

-Liste indépendante Izewran

1

6.402

-FNPJS

1

63.827

-El Amel

1

8.388

-Mouvement Islah

1

77.290

-Nidaa El Awfiaa

1

12.224

-PRA

1

24.584

-Vieux Ksar

1

7.149

-UND

1

15.037

-El Moubadara

1

8.662

-MNTA

1

14.369

APS

Mercredi 10 mai 2017

ACTUALITÉ

DK NEWS

5

Mercredi 10 mai 2017 ACTUALITÉ DK NEWS 5 La proclamation des résultats acte la nouvelle configuration

La proclamation des résultats acte la nouvelle configuration de l'APN

Le Conseil constitutionnel a arrêté et proclamé lundi soir les résultats provisoires des élections législatives du 4 mai 2017, actant ainsi la nouvelle configuration de l'Assemblée populaire nationale (APN), au sein de laquelle l'écart entre les deux principaux partis, FLN et RND, se réduit, alors que d'autres formations émergent un peu plus, laissant présager une vie parlementaire plus encline à l'ouverture et aux alliances.

La Constitution révisée en février 2016 stipule, en son article 130, que «la législature débute de plein droit le quinzième (15ème) jour suivant la date de proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel, sous la prési- dence du doyen d'âge de l'Assemblée populaire nationale, assisté des deux députés les plus jeunes.» L'Assemblée populaire nationale procède, ensuite, à l'élection de son bu- reau et à la constitution de ses commis- sions. Le parti du Front de libération na- tionale (FLN) qui a obtenu le plus grand nombre de sièges (164) mais pas la majorité absolue, c'est-à-dire la moitié plus un des membres de l'As- semblée (soit 232 sièges sur les 462 que compte la chambre basse du Parle- ment) aura nécessairement besoin de s'allier à un parti ou plus pour dispo- ser de la majorité requise pour faire

passer les projets de loi du gouverne- ment. Cette majorité absolue pourrait lui être assurée par le Rassemblement nationale démocratique (RND), dont

100 candidats ont été élus à la députa-

tion, selon les résultats du Conseil constitutionnel qui seront, quasi cer- tainement, confirmés dans quelques jours après l'étude des recours. Au cours de la précédente législature (2012-2017), ces deux formations ont as- suré au gouvernement, dont la plupart des membres en sont issus, une stabi- lité qui a permis l'adoption de ses pro- jets de loi et une collaboration entre les pouvoirs exécutif et législatif. Mais il n'est pas exclu que d'autres partis, qui soutiennent le programme et les réformes du président de la Ré- publique, Abdelaziz Bouteflika, rejoi- gnent l'alliance FLN-RND, tels que Tajamoue Amel El Djazair (TAJ, 19

députés), le Mouvement populaire al- gérien (MPA, 13 députés) et l'Alliance nationale républicaine (ANR, 6 dépu- tés). L'alliance constituée du Mouve- ment de la société de la paix et du Front du Changement (MSP-FC, 33 sièges) a, pour sa part, laissé entendre, au cours de la campagne électorale, qu'elle était prête à collaborer avec d'autres forces politiques après les élections, mais sans en préciser la forme. Quant au gouvernement, l'article 91 de la Constitution dispose que «le pré- sident de la République nomme le Premier ministre, la majorité parle- mentaire consultée». Les ministres du gouvernement sont nommés par le premier magistrat du pays «après consultation du Premier ministre», qui soumet le plan d'ac- tion du gouvernement à l'approba- tion de l'APN (articles 93 et 94).

La

législature de l'APN débute

le 15

e jour suivant la proclamation

des résultats par le Conseil constitutionnel

La prochaine législature de l'As- semblée populaire nationale (APN), is- sue des élections législatives du 4 mai, débute conformément à la loi fonda- mentale, le 15e jour suivant la date de la proclamation des résultats définitifs par le Conseil constitutionnel, pré- vue dans quelques jours. En effet, selon l'article 130 de la Constitution «la législature débute de plein droit le quinzième (15e) jour suivant la date de proclamation des ré- sultats par le Conseil constitutionnel, sous la présidence du doyen d'âge de l'Assemblée populaire nationale, assisté des deux députés les plus jeunes». La chambre basse procède, par la suite, selon le même article «à l'élection de son bureau et à la constitution de ses commissions. Les dispositions ci-des- sus sont applicables au Conseil de la na- tion», précisant dans son article 131 que le président de l'APN est «élu pour la durée de la législature», alors que le président du Conseil de la nation est élu après chaque renouvellement partiel

de la composition du Conseil. La Constitution souligne égale- ment, dans son article 132, que l'orga- nisation et le fonctionnement des deux chambres du Parlement, ainsi que leurs relations fonctionnelles avec le Gouvernement, sont fixés par une loi organique, alors que leur budget est, quant à lui, déterminé par la loi. Les deux chambres du Parlement ont la charge d'élaborer et d'adopter, toujours selon le même article de loi, leur règlement intérieur, relevant dans son article 133, que les séances du Par- lement sont publiques. «Il en est tenu un procès-verbal dont la publicité est assurée dans les conditions fixées par la loi organique. L'APN et le Conseil de la Nation peuvent siéger à huis-clos, à la demande de leurs Présidents, de la majorité de leurs membres présents ou du Premier ministre», précise-t-on. Il est souligné également, selon la nouvelle Constitution dans son article

134 que l'APN et le Conseil de la nation

créent des commissions permanentes

dans le cadre de leur règlement inté- rieur. «Chaque commission perma- nente au niveau de chacune des deux chambres peut mettre sur pied une mission temporaire d'information sur un sujet précis ou sur une situation donnée. Le règlement intérieur de chacune des deux chambres fixe les dispositions qui régissent la mission d'information», indique-t-on. Par ailleurs, il est noté que le Parle- ment siège, selon son article 135, en une session ordinaire par an, d'une durée minimale de dix (10) mois. Celle-ci commence le deuxième jour ouvrable du mois de septembre. A l'issue des élections législatives, le parti Front de libération nationale (FLN) est arrivé en tête avec 164 sièges, suivi du Rassemblement national dé- mocratique (RND), avec 97 sièges, alors que l'Alliance MSP a obtenu la 3ème place avec 33 sièges. Les 462 sièges de l`APN sont répar- tis entre 35 partis politiques et députés indépendants.

LE PRÉSIDENT DE L’ANR, BELKACEM SAHLI :

Les

dépassements enregistrés ne peuvent en aucun cas «remettre en cause la crédibilité» du processus électoral

en cause la crédibilité» du processus électoral Le président de l'Alliance nationale ré- publicaine

Le président de l'Alliance nationale ré- publicaine (ANR), Belkacem Sahli, a indi- qué hier à Alger que les dépassements enregistrés lors des élections législatives du 4 mai «ne peuvent en aucun cas remettre en cause la crédibilité de tout le processus électoral», exprimant par la même occasion sa satisfaction quant aux résultats obtenus par son parti. «Certains dépassements ne peuvent en aucun cas remettre en cause la crédibilité et la légitimité de tout le processus électo- ral», a souligné M. Sahli, lors d'une confé- rence de presse animée au siège du parti. Réagissant aux propos de présidents de partis politiques qui crient à la fraude, le président de l'ANR a également estimé que «les conditions du déroulement des élections législatives ont été satisfaisantes», malgré les «quelques dépassements et ir- régularités» enregistrés dans certaines wilayas. «Nous sommes satisfaits des résultats obtenus lors des élections législatives, parce que nous avons doublé le nombre de sièges et de voix, comme nous avons réa- lisé la parité, étant donné que le nombre de sièges obtenus par les hommes et les femmes est le même», a-t-il précisé. A l'issue de la proclamation des résultats provisoires par le Conseil constitution- nel, l'ANR siègera à l'Assemblée populaire nationale avec six députés au lieu de huit comme annoncé précédemment par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales. Pour ce faire, M. Sahli a fait savoir que son parti déposera dimanche après-midi des recours concernant 20 wilayas, au ni- veau du Conseil constitutionnel, pour si- gnaler, a-t-il dit, «ces dépassements et ces irrégularités». «Nous estimons que notre parti mérite plus de sièges vu la campagne qu'il a me- née», a-t-il dit, exprimant son souhait d'«être réhabilité dans son droit» par l'ins- titution de Mourad Medelci. Parmi les dépassements et irrégularités relevées, M. Sahli a cité, entre autres, «des urnes non scellées et l'utilisation de la force contre les observateurs». APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Mercredi 10 mai 2017

HABITAT

Ce qu’il faut savoir pour installer l’énergie solaire chez soi

Introduire l'électricité d’origine solaire dans une maison ou une entreprise est désormais une démarche accessible en Algérie sur le plan aussi bien technique que financier.

«L'installation d'un sys- tème d'alimentation d'élec- tricité par la lumière solaire passe par des étapes simples techniquement, et abordables financièrement, même pour les familles à revenus moyens», explique à l’APS le directeur du Centre de déve- loppement des énergies re- nouvelables (CDER), Noured- dine Yassaa. D'autant plus qu'en Algérie, le taux de rayonnement solaire dépasse dans certaines ré- gions, tels Adrar et Aïn Salah, les 3.500 heures/an, alors que dans le nord du pays, il frôle la barre des 2.600 heures/an, ce qui représente un potentiel naturel énorme. Deux moyens sont possi- bles pour l'installation des panneaux photovoltaïques chez soi: soit le système «de stockage» qui est le plus inté- ressant puisqu’il n'est soumis à aucune réglementation ou loi, soit le raccordement des panneaux solaires au système d'alimentation électrique prin- cipal de Sonelgaz par le biais d’un second compteur. Le «système de stockage» est basé sur un simple rac- cordement entre les appareils et les panneaux solaires, de- puis la phase de captage de la lumière jusqu'à sa conversion finale en électricité. «La toute première étape dans ce système est de faire ap- pel à un technicien spécialisé qui doit faire une étude globale sur les besoins de l'habitation en matière de consommation électrique afin de définir tous les outils nécessaires», note le même responsable. Cette phase est suivie de celle de la mise en place d'une structure qui abritera les pan- neaux, laquelle doit être orien- tée vers le sud sachant que

laquelle doit être orien- tée vers le sud sachant que les panneaux nécessitent une inclinaison correcte

les panneaux nécessitent une inclinaison correcte par rap- port au soleil afin de capter le maximum de rayons. En outre, il est primordial d'équiper le système d'un ré- gulateur de charge pour obte- nir une puissance adaptée aux appareils électroménagers (220 volts au maximum). Concernant les batteries, elles sont suffisamment dispo- nibles sur le marché national avec des modèles de fabrica- tion locale de bonne qualité, assure-t-on. Cependant, l’op- tion du système de stockage exige de l’utilisateur de pren- dre certaines mesures pour as- surer un meilleur rendement, parmi lesquelles l'isolement de la maison, c'est-à-dire qu'elle soit construite avec des matériaux isolants et des fenê- tres en double vitrage, que les appareils électroménagers soient moins consommateurs d’énergie (de classe A) et l'adoption d'un bon compor- tement en réduisant le gaspil- lage. Concernant la disponibi- lité des techniciens d'installa- tions des systèmes photovol- taïques, le même responsable assure que cela ne pose aucun

problème puisque le CDER et les Centres de formation et de l'enseignement profession- nels ont suffisamment formé pour cette catégorie de profes- sionnels. Quant au second système d'alimentation en énergie so- laire, il est quasiment le même que celui de stockage sauf qu’il nécessite le raccorde- ment des panneaux solaires au système d'alimentation élec- trique principal de Sonelgaz, et ce, en installant un second compteur réservé au système photovoltaïque, nécessitant une autorisation officielle. C’est ainsi que le minis- tère de l'Energie en collabora- tion avec la Commission de ré- gulation de l'électricité et du gaz (Creg) élaborent actuelle- ment un texte réglementaire permettant de mieux gérer cette technique qui sera d'un grand apport à son utilisateur et à l'efficience énergétique.

Panneaux solaires: quels modèles choisir et à quel prix?

Le bon choix des panneaux photovoltaïques est synonyme d'une production énergétique

efficace, alors que plusieurs producteurs algériens se sont lancés dans ce secteur et fabri- quent des panneaux de bonne qualité répondant aux stan- dards mondiaux. «Il faut savoir que le nom- bre d'entreprises algériennes

qui fabriquent des panneaux solaires est d’autant plus inté- ressant qu'elles ont introduit les dernières technologies pour les différents usages (in- dustrie, pompage agricole,

en ayant

investi de gros moyens, et les résultats s'annoncent pro- bants en terme de qualité des produits», assure le même responsable. C’est le cas de l’Entreprise nationale des industries élec- troniques (Enie) dont le prix des panneaux solaires en sili- cium qu’elle fabrique s’élève à raison de 95 DA (hors taxes) pour un (1) watt. Ainsi, un panneau photo- voltaïque de 100 Watts est vendu par cette entreprise pu- blique à 9.500 DA (hors taxe), sachant que la durée de vie moyenne des panneaux so- laires oscille entre 15 et 20 ans.

éclairage public

)

INDUSTRIE

Hausse de la demande pour les produits fabriqués localement au 4 e trimestre 2016

La demande pour les produits fabri- qués localement a enregistré une hausse durant le quatrième trimestre 2016, in- dique une enquête d'opinion réalisée par l'Office national des statistiques (ONS) auprès de chefs d'entreprises indus- trielles des secteurs public et privé. Cette demande est plus prononcée pour le secteur public, notamment pour les Industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) et l’industrie agro-alimen- taire. A ce propos, près de 63% des chefs d’en- treprises du secteur public et plus de 85% de ceux du secteur privé ont satisfait toutes les commandes reçues. Par ailleurs, les chefs d'entreprises ont observé que l’activité industrielle avait enregistré une augmentation durant le dernier trimestre 2016, notamment pour les ISMMEE, l’industrie agro-ali- mentaire et les matériaux de construction. Concernant l'utilisation des capaci- tés de production, près de 86% des enquê- tés du secteur public et plus de 34% de ceux du privé affirment avoir utilisé plus de 75% de cette capacité. Quant au niveau d'approvisionnement en matières premières, il a été jugé infé-

en matières premières, il a été jugé infé- rieur à la demande exprimée par plus de

rieur à la demande exprimée par plus de 30% des entreprises enquêtées du secteur public et par plus de 10% de ceux du privé, particulièrement pour les ISM- MEE et les cuirs. Par ailleurs, près de 33% des enquêtés du secteur public et plus de 32% de ceux du privé ont connu des pannes d’électricité, notamment ceux des matériaux de construction et de la chi- mie. Aussi, l’approvisionnement en eau a été suffisant par la majorité des indus- triels publics et par prés de 70% de ceux du privé. Pour ce qui est de la main £uvre, les effectifs du secteur public ont subi une baisse, alors que ceux du secteur privé ont connu une augmentation. En outre, près de 94% des chefs d’entreprises du secteur

public et plus de 77% de ceux du privé ju- gent le niveau de qualification du person- nel «suffisant». Cependant, prés de 17% du secteur public et plus de 55% du secteur privé ont déclaré avoir trouvé des difficul- tés à en recruter, notamment le person- nel d’encadrement et de maîtrise. Concernant l'état de la trésorerie, près de 11% des chefs d’entreprises du secteur public et près de 32% de ceux du privé l'ont jugé «bon». Financièrement, poursuit cette enquête d'opinion, près de 34% du potentiel de production du secteur public et plus de 67% de celui du privé ont re- couru à des crédits bancaires et la majo- rité n’a pas trouvé de difficultés à les contracter.

GHARDAÏA :

La culture de la pastèque, une activité «juteuse» à El-Menea

La culture de la pastèque ou melon d’eau est perçue ces dernières années dans la wilaya dé- léguée d’El-Menea comme une filière porteuse et une activité juteuse, comme l’attestent les superficies consacrées à ce fruit annonciateur de la période estivale. Pas moins de 1.600 hectares, consacrés à cette culture de la famille des cucurbitacées, sont répartis entre les communes d’El-Menea, Hassi El-Gara, Hassi-Lefhal et Mansoura, qui disposent d’un potentiel agro-écologique important, no- tamment l’eau minérale et le soleil favorable au développement de différents types de culture dont la pastèque et le melon, a indiqué à l’APS le res- ponsable des statistiques agricoles à la direction des services agricoles (DSA) de Ghardaïa, Khaled Djebrit. Dans ces zones, la production de la pastèque constitue la culture motrice et de rente pour de nombreux habitants de ces localités qui n’hési- tent pas à conclure à l’avance avec des agriculteurs du nord du pays des baux de location pour la cul- ture de la pastèque sur leur terres agricoles ac- quises dans le cadre des concessions attribuées aux jeunes de la région. La location d’un hectare est estimée à pas

moins de 300.000 DA, selon la situation du site agricole par rapport à la route nationale et les po- tentiels hydriques qui favorisent une entrée précoce en production, garantissant un prix de vente plus intéressant, a fait savoir un agriculteur de Hassi-Lefhal. Globalement, le producteur vise un rendement supérieur à une moyenne de 250 à 300 quintaux/ha, un gros calibre (15-20 kg) et une qua- lité interne répondant aux exigences du consom- mateur (coloration, fermeté de la chair, bonne te-

nue, taux de sucre élevé

Cette culture, qui est en train de prendre de l’ampleur dans la wilaya déléguée d’El-Menea, est perçue actuellement comme «un moyen d’enri- chissement rapide à moindre coût» par la popu- lation, d’où un engouement pour la culture de la pastèque de primeur, comme l’attestent les don- nées concernant la surface cultivée, a précisé M.Djebrit. En 2010, pas plus de 100 ha avaient été consa- crés à la culture de la pastèque dans toute la wi- laya de Ghardaïa, a-t-il rappelé en précisant que la progression a été favorisée par le dévelop- pement du réseau de transport et de l’infrastruc- ture routière sur l’axe de la RN-1, passant à 1.250 ha en 2015 avant d’atteindre 1.600 ha en 2017.

),

a-t-il expliqué.

Une production prévisionnelle de plus de 375.000 quintaux

On constate qu'il y a de plus en plus d'agricul- teurs qui investissent dans cette culture, dont cer- tains viennent même d'autres régions du pays, notamment du Nord. Leur nombre est estimé aujourd'hui à une cen- taine et la production attendue est de plus de 375.000 QX. Le développement de ce fruit saisonnier, désaltérant et très prisé par les consommateurs, dans la wilaya déléguée d’El-Menea, est étroite- ment lié à la présence d’une importante ressource hydrique minérale et souterraine, mobilisée par les puits de surface et les forages, ainsi que par un sol chaud assez riche en minéraux, a-t-on fait savoir à la DSA. La pastèque de la wilaya de Ghardaïa, particu- lièrement Hassi-Lefhal et El-Menea, a acquis une réputation, compte tenu de ses qualités gustatives. Toutefois, des spécialistes en hydrologie et en agronomie estiment que la culture «excessive» de la pastèque constitue une «menace» pour les ressources hydriques de la région sud de la wi- laya de Ghardaïa, «si rien n'est fait pour mieux gé- rer cette culture accusée de consommer trop d'eau», selon eux. Seulement, ce fruit est réputé pour sa ri- chesse en antioxydants et ses propriétés diuré- tiques, a indiqué un praticien de Ghardaïa qui précise que la pastèque est riche en vitamines B1, B2, A, C, Biotine et en sels minéraux. Il est utilisé aussi à des fins médicinales (reins et nettoyage des voies urinaires). Actuellement sur les étals à Ghardaïa, la pas- tèque est de plus en plus abondante, et son prix est compris entre 100 et 120 DA/KG, en fonction de la grosseur et de la qualité.

APS

Mercredi 10 mai 2017

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

ALGÉRIE-IRAK

M. Boutarfa se rend en Irak en prévision de la réunion de l'Opep

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, se rendra aujourd’hui à Baghdad (Irak) en prévision de la prochaine réunion de l'Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) prévue le 25 mai à Vienne, apprenait-on hier du ministère de l'Energie.

Lors de cette visite de deux jours, M. Boutarfa s’entre- tiendra avec son homologue irakien, Jabber al-Luaibi, et ce, en préparation de la réunion ministérielle de l’Opep, pré- cise la même source. Pour rappel, les membres de l'Opep devraient décider, lors de leur réunion dans la capitale autrichienne, ou de la prolongation de six (6) mois ou du gel de la durée de la baisse de la production de pétrole, mesure entrée en vi- gueur le 1er janvier dernier. Face à la chute des prix du brut depuis mi-2014, l'Opep et des pays producteurs hors Opep avaient convenu, en dé- cembre 2016 à Vienne, d'un accord pour agir ensemble en réduisant leur production d`un total avoisinant 1,8 mbj à partir de janvier 2017 à rai- son de 1,2 mbj par l'Opep et 600.000 bj par onze pays hors-Opep (Azerbaïdjan, Bru- nei, Bahreïn, Guinée équa- toriale, Kazakhstan, Malai-

sie, Mexique, Oman, Russie, Soudan et Sud Soudan). M. Boutarfa avait ré- cemment indiqué que l’Algérie était favorable pour prolonger la du- rée de la baisse de la production du pétrole, une position partagée par plusieurs pays mem- bres de l'Opep comme l'Arabie Saoudite et le Venezuela, ainsi que par des pays non membres telle la Russie. Le mi- nistre saoudien de l'Energie, Khalid Al-Fa- lih, avait déclaré lundi dernier qu'il s'attendait à une extension de l'accord de ré- duction de la production de l'Opep au second semestre 2017 et peut-être au-delà. Pour sa part, le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, avait soutenu que son pays était favorable à la reconduc- tion de l'accord de limitation de la production de brut, es-

de l'accord de limitation de la production de brut, es- timant que la reconduction de l'accord

timant que la reconduction de l'accord en vigueur sera «plus efficace» en matière de ré- équilibrage du marché face à hausse de la demande atten- due. Les marchés pétroliers ont réagi positivement à l'op- timisme des grands produc- teurs du pétrole, entraînant une légère hausse des prix du baril, mais la production

du pétrole de schiste améri- cain, en croissance continue, maintient la pression sur les cours actuels. Mardi, le baril de Brent de la mer du Nord va- lait à la mi-journée 49,36 dol- lars sur l'Intercontinental Ex- change (ICE) de Londres, alors que le baril de «light sweet crude» (WTI) pour s'échangeait à 46,44 dollars.

ALGÉRIE-DANEMARK

M. Boutarfa et la P-DG de Maersk Oil s'entretiennent sur le partenariat en hydrocarbures

Le ministre de l'Energie, Noureddine Boutarfa, a reçu hier à Alger la P-dg de la compagnie pétrolière danoise Maersk Oil, Mme Gretchen H. Watkins, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les deux parties ont abordé les projets de partenariat en cours en Algérie ainsi que les perspectives d'investissements dans l'exploration et la production de pé- trole en Algérie. Dans ce sens, Mme Wat- kins a exprimé la volonté de sa compagnie d'investir davantage en Algérie et de renforcer son partenariat avec Sona- trach. Pour rappel, la compagnie Maersk Oil est présente dans l`amont pétrolier

et gazier à travers plu- sieurs champs situés dans le bassin de Ber- kine (Est de Hassi-Mes- saoud. Un mémoran- dum d`entente sur la coopération a été signé en octobre 2016 entre le groupe Sonatrach et Maersk, qui a confirmé la volonté des deux compagnies à consoli- der le partenariat existant et à asseoir le cadre propice pour la recherche et la réa- lisation de nouvelles opportunités entre

et la réa- lisation de nouvelles opportunités entre les deux compagnies dans de nouveaux projets

les deux compagnies dans de nouveaux projets d`hydrocarbures dans l`amont pétrolier.

AFRIQUE SUBSAHARIENNE:

La croissance tombe en 2016 à son plus bas niveau depuis 20 ans

La croissance en Afrique subsaharienne est tombée en 2016 à son plus bas niveau depuis plus de 20 ans, a indi- qué hier le FMI, appelant à "des mesures rigoureuses" pour soutenir les économies des pays de la région. Dans son rapport sur les perspectives économiques ré- gionales de l’Afrique subsaha- rienne, le Fonds monétaire in- ternational relève que la crois- sance en Afrique subsaha- rienne dans son ensemble est tombée à 1,4 % en 2016, soit le taux le plus bas depuis 20 ans. "Si certains pays comme le Sénégal et le Kenya conti- nuent d’enregistrer une crois- sance supérieure à 6%, l’ex- pansion a ralenti dans deux tiers des pays de la région, ce qui a réduit la croissance moyenne à 1,4% en 2016", pré- cise le FMI. Une accélération modeste de la croissance à 2,6% est at- tendue en 2017, mais, selon le rapport, la dynamique reste faible, et à ce rythme, la crois- sance économique restera largement en deçà de la ten- dance de 5-6 %, et dépassera

à peine la croissance de la population. Tout en relevant que beau- coup de pays ont souffert de la très forte baisse des prix des produits de base, le rapport note aussi qu’un ajustement insuffisant de la politique éco- nomique explique le ralentis- sement généralisé dans la ré- gion. C’est particulièrement le cas dans les pays exportateurs de produits de base, notam- ment les pays exportateurs de pétrole, tels que l’Angola, le Nigeria et les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique cen- trale (CEMAC), explique le Fonds. Selon le rapport, les re- tards observés dans l’exécu- tion des ajustements indis- pensables entraînent une aug- mentation de la dette pu- blique, créent de l’incerti- tude, freinent l’investisse- ment et risquent d’engen- drer des problèmes encore plus importants à l’avenir. Des sources de vulnérabi- lité apparaissent aussi dans les pays qui ne comptent pas dans

apparaissent aussi dans les pays qui ne comptent pas dans une large mesure sur les pro-

une large mesure sur les pro- duits de base pour leurs ex- portations. Si ces pays, comme la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Séné- gal, ont généralement main- tenu une croissance élevée, leur déficit budgétaire est élevé depuis des années, car les pouvoirs publics ont cher- ché, à juste titre, à s’attaquer aux déficits dans le secteur so- cial et les infrastructures. En conséquence, leur dette publique et leur coût d’em- prunt sont en hausse, avertit le rapport. L’Afrique subsaharienne reste une région avec un po- tentiel de croissance à moyen terme considérable, mais étant donné le soutien limité

qui est attendu de l’environ- nement extérieur, il est urgent de prendre des mesures vi- goureuses et bien conçues pour exploiter ce potentiel , souligne le directeur du Dé- partement Afrique du FMI, Abebe Aemro Selassie, cité dans le rapport. Si le rétablissement de la stabilité macroéconomique est une condition préalable, il doit être complété par des ré- formes structurelles à l’ap- pui du rééquilibrage budgé- taire et par des mesures qui renforcent la protection so- ciale des groupes les plus vul- nérables, préconise le FMI.

CHANGES

L'euro perd de nouveau du terrain face au dollar

CHANGES L'euro perd de nouveau du terrain face au dollar L'euro perdait de nouveau du terrain

L'euro perdait de nouveau du terrain face au dollar hier, les cambistes se concentrant sur les perspectives du billet vert après s'être focalisés quelques semaines sur l'élection présidentielle

française qui a vu la victoire dimanche du centriste pro-européen Emmanuel Macron. L'euro valait 1,0878 dollar, contre 1,0925 dol- lar lundi . La devise européenne avait atteint di- manche son niveau le plus élevé en six mois face au billet vert à 1,1023 dollar pour un euro après l'annonce de la victoire d'Emmanuel Macron face

à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen. Il a ensuite subi des prises de bénéfices lundi

car cette victoire était déjà largement intégrée aux cours. La devise européenne montait face à la mon- naie nippone, à 124,03 yens contre 123,76 yens la veille. Le billet vert aussi montait face à la devise ja- ponaise, à 114,02 yens pour un dollar - grimpant même à 114,07 yens, un sommet depuis mi-mars - contre 113,27 yens lundi. "L'euro a baissé lundi en raison de prises de bé- néfices mais également du fait d'un fort rebond du dollar car certains membres de la Fed (Réserve fédérale américaine) ont continué de se montrer optimistes sur l'économie américaine tandis que les marchés sont de plus en plus confiants que la Fed va de nouveau relever ses taux le mois pro- chain", a observé Michael Hewson, analyste chez CMC Markets. Les commentaires des responsables de la Fed renforcent l'idée que l'institution va relever encore deux fois ses taux d'intérêt après une hausse en mars. Une hausse des taux d'intérêt de la Fed rend le billet vert plus rémunérateur et donc plus at- tractif pour des investisseurs qui cherchent ainsi

à effectuer des achats à bon compte dans l'attente

d'une telle action. Afin de confirmer leurs attentes de resserre- ment monétaire en juin, les cambistes décorti- queront encore cette semaine d'autres discours de responsables de la banque centrale américaine ainsi que, vendredi, les chiffres de l'inflation en avril et des indicateurs sur la consommation (ventes au détail en avril et confiance des consom- mateurs pour mai). Et tandis qu'une nouvelle hausse des taux amé- ricains est attendue en juin, les autres grandes banques centrales, si elles n'assouplissent plus leur politique monétaire, restent prudentes et ac- commodantes, ainsi "le dollar devrait à l'avenir enregistrer une meilleure performance que les monnaies" de ces institutions, comme l'euro, a prévenu M. Razaqzada. La livre britannique montait face à la monnaie européenne, à 84,27 pence pour un euro, mais baissait face au dollar, à 1,2907 dollar pour une li- vre. La monnaie suisse baissait face à l'euro, à 1,0936 franc pour un euro, atteignant même 1,0940 franc, son niveau le plus faible en sept mois. La devise suisse baissait également face au bil- let vert, à 1,0052 franc pour un dollar, atteignant même 1,0055 franc, son niveau le plus faible en trois semaines. La devise chinoise baissait face au dollar, à 6,9067 yuans pour un dollar contre 6,9045 yuans lundi ce qui était son niveau en fin d'échanges le plus faibles en sept semaines. L'once d'or a fini à 1.225,15 dollars au fixing du matin - avant de tomber à 1.219,80 dollars, son ni- veau le plus faible depuis mi-mars - contre 1.229,80 dollars lundi soir.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mercredi 10 mai 2017

OUARGLA

20 millions DA pour l’aménagement de la station thermale d’El-Hadeb

Une enveloppe de 20 millions DA a été accordée

à la réalisation de travaux d’aménagement de la sta-

tion thermale d’El-Hadeb, dans la commune de Rouissat (Ouargla), a-t-on appris lundi de respon- sables de l’Office du tourisme de la commune. Retenue au titre d’un programme national visant la relance du tourisme thermal, cette opération, en cours d’exécution, porte sur la modernisation de cette station, dont les aménagements intérieur et extérieur, le ravalement des façades, la rénovation des réseaux d’adduction d’eau et d’assainisse- ment, ainsi que l’amélioration des prestations, a pré- cisé le chargé de la gestion de l’office, Taha Rouim. A l’arrêt depuis une dizaine d’années, en raison de diverses difficultés, cette station, qui accueillait plus de 1.200 visiteurs par jour, devra reprendre ses activités en septembre prochain, a-t-il ajouté. L’Office du tourisme de Rouissat fait état de la projection aussi, dans la zone d’El-Hadeb, d’un parc touristique de 16 hectares, devant abriter une sta- tion thermale, des structures d’hébergement, ainsi que des espaces récréatifs et de repos. La station thermale d’El-Hadeb est réputée pour sa source abondante débitant 100 litres/ se- condes à une température de 60 degrés Celsius, of- frant de multiples bienfaits curatifs, selon les expli- cations fournies. Cette structure thermale constituait une res- source financière pour la commune de Rouissat, en plus des emplois qu’elle générait pour de nombreux jeunes de la région, notamment en période de va- cances, a-t-on rappelé.

BOUMERDÈS

Bientôt un concours du montage et ramendage des filets de pêche

Le 2e Salon de la pêche et de l’aquaculture, prévu fin mai courant à Boumerdes, sera marqué par l’organisation d’un concours national dans le montage et ramendage des filets de pêche, a-t-on

appris, lundi, auprès du directeur de la pêche et de l’aquaculture de la wilaya. Ce concours, premier du genre introduit au titre de cette manifestation, qui sera abritée, du 22 au 24 courant par le port de Cap Djinet (est de Boumerdes) est ouvert à tous les pêcheurs et pro- fessionnels du domaine de tout le pays, a indiqué

à l’APS Kadri Cherif. Prés de 70 exposants et pro-

fessionnels de la pêche, issus de nombreuses wilayas sont attendus à cette manifestation, en plus d’ope- rateurs étrangers. Le salon, organisé sous le thème Valorisation des ressources nationales en aquaculture va réunir dif- férents opérateurs du secteur de la pêche du pays, des dispositifs étatiques de soutien à l’investissement et autres organismes b ncaires et des assurances, ainsi que des représentants d’instituts de formation, de centres de recherche et d’associations profession- nelles du domaine. Selon le programme fixé, les or- ganisateurs prévoient diverses expositions sur les produits de la mer, ainsi que les métiers en relation avec la pêche, tels que la maintenance des matériels et des bateaux de pêche. Des exercices simulant le sauvetage d’un bateau en détresse, entre autres, se- ront, également, exécutés, à l’occasion, par des gardes côtes, en coordination avec des éléments de la Protection civile. Des ateliers de travail sur l’aquaculture, l’investissement et les poissons d’eau douce sont aussi portés au programme de ce salon, qui prévoit des concours de dégustation du meilleur plat de poissons, le meilleur bateau de pêche en terme d’hygiène, et le meilleur dessin d’en- fant sur la protection de l’environnement marin, en- tre autres. Des sessions de formation au profit des professionnels concernés, ainsi que des rencontres pour des échanges d’expériences, figurent au même programme.

APS

ORAN

1.042 cartes de gratuité du tramway délivrées aux handicapés

Pas moins de 1.042 cartes de gratuité de transport sur le réseau du tramway d'Oran ont été délivrées aux handicapés depuis le

début de l’année 2017 à fin avril, a-t-on appris lundi auprès de la direction de l’action sociale (DAS) de la wilaya.

de la direction de l’action sociale (DAS) de la wilaya. A ces bénéficiaires, il faut ajouter

A ces bénéficiaires, il faut ajouter la délivrance, depuis le début de l’année en cours à ce jour, de plus de 300 cartes de transport public urbain, une opéra- tion initiée dans le cadre de la solidarité avec les handicapés avec l’Entreprise de transport urbain et suburbain d’Oran (ETUSO) sur tout le réseau local qu’elle dessert, a indiqué à l’APS, la responsa- ble du service information et commu- nication à la DAS, Khadidja Bentahar.

BLIDA

L’entreprise régionale de maintenance transmissions de Blida baptisée du nom du chahid Taleb Noureddine

L'Entreprise régionale de maintenance transmission de la 1ère Région militaire de Blida a été baptisée lundi au nom du chahid Taleb Noured- dine sous la présidence du commandant de la 1ère Ré- gion militaire (1ère RM), le général major Habib Chen- touf. Le directeur de l'Entre- prise régionale de mainte- nance transmission de la 1ère RM, le colonel Hamdani Sa- mir, a exprimé, à l'occasion, sa fierté à l’égard de l'opération de baptisation de cette institu- tion militaire au nom de l’un des héros de la glorieuse guerre de libération natio-

Elle a rappelé que 412 cartes de gratuité de transport de voyageurs ont été délivrées au profit des per- sonnes handicapées au titre de l’an- née 2016. Selon la même source, le nombre de détenteurs de cartes d’han- dicapés au niveau de la wilaya d’Oran est de 32.781 dont 449 nouveaux. En matière de prise en charge, le nombre d’ handicapés bénéficiaires d’une prime de 4.000 DA est de 5.166, a-t-elle

ajouté expliquant qu’il s’agit des han- dicapés à 100 pour cent et âgées de 18 ans et plus. Le bilan de la direction de l’action sociale fait état de 2.400 per- sonnes atteintes d’handicaps bénéfi- ciant d’une allocation forfaitaire de so- lidarité, outre la prise en charge no- tamment de 891 personnes âgées, de 1.525 personnes aveugles, de 3.000 malades chroniques et catégories so- ciales vulnérables.

nale, d’autant plus, a-t-il dit, que «l’événement coïncide avec la commémoration du 72ème anniversaire des mas- sacres du 8 mai 1945 qui ont coûté la vie à plus de 45.000 Al- gériens dont le seul tord était de sortir dans des manifesta- tions pacifiques pour revendi- quer l’indépendance de leur pays», a-t-il souligné. Le colonel Hamdani a éga- lement exprimé la disposi- tion des éléments de l’Armée nationale populaire «à défen- dre leur pays et à réduire à néant tous ceux qui oseront porter atteinte à la mémoire de nos vaillants chouhada et moudjahidine». Chahid Ta-

leb Noureddine est né le 24 mars 1936 à Ouled Aich (Blida). Il acheva ses études primaires, avant d’opter pour le sport, en devenant un joueur fort réputé dans le club des cadets de l’Iti- had sportif islamique de Blida. Parallèlement à sa carrière sportive, le chahid Taleb Nou- reddine s’est engagé dans le militantisme politique, à 17 ans à peine, grâce à ses ren- contres avec son frère Taleb Mohamed, le chahid Kritli Mokhtar et d’autres moudja- hidine de l’époque. Il intégra les rangs de la Révolution en touchant de nombreux do- maines, dont le transport d’armes et les transmissions.

Durant la guerre de libéra- tion, il prit part à de nom- breuses actions armées, dont la bataille du 17 décembre 1956 à Ouled Aich, durant la- quelle les moudjahidine vain- quirent une unité militaire française de 35 éléments. Ta- leb Noureddine fut, par la suite, promu commissaire po- litique et responsable de ré- gion. Son action contre l’occu- pant français lui valut une condamnation à la peine capi- tale par contumace. Le chahid tomba au champ d’honneur en décembre 1960 lors d’une bataille dans la ré- gion d’Ouled Brahim, dans les monts de Médéa.

SIDI BEL-ABBÈS:

Baptisation du 12e régiment blindé de Ras El Ma du nom du chahid Aïssani Mohamed

Le 12e régiment blindé de Ras El Ma (Sidi Bel-Abbès) a été baptisé au nom du chahid Aissani Mohamed, lors d'une cérémonie présidée lundi par le chef d’état-major de la 2e région militaire, le général Said Boucenna. Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’application de la déci- sion du vice-ministre de la Dé- fense nationale et chef d’état-ma- jor de l’Armée nationale popu- laire (ANP), le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah portant sur la baptisation des structures militaires au noms de chouhada pour immortaliser leur mémoires et mettre en exergue leur rôle dans la libération du pays, a indi- qué le général Boucenna dans une allocution prononcée à la céré- monie de baptisation, en présence des autorités locales civiles et mi-

litaires, de membres de la famille du chahid, de compagnons d'armes et de représentants de la famille révolutionnaire. Aissani Mohamed, né en 1920 dans la commune d’El Gor (Tlem- cen), a rejoint le Front de libération nationale en 1956 et a entamé son activité en tant que militant poli- tique à l’organisation civile à Ras El Ma, chargé des contacts entre commandants de la région. Il fut arrêté par les autorités coloniales françaises et torturé 45 jours durant à la prison située à Redjem Demouche dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès avant d’être transféré vers la prison d’El Gor en compagnie d'un nombre de moud- jahidine. Il tomba au champ d’honneur avec dix compagnons d'armes au Djebel Meskenine en

1957.

OUM EL-BOUAGHI :

Régularisation de 8.624 constructions inachevées

Les dossiers de 8.624 constructions ina- chevées ont été régularisés dans la wilaya d’Oum El Bouaghi depuis l’entrée en vi- gueur en 2008 de la loi 15-08, a indiqué lundi le directeur de l’urbanisme, de l’ar- chitecture et de la construction, Lakhdar Benmerah. Un total de 20.816 dossiers y compris ceux d’équipements publics d’or- ganismes et administrations publics a été déposé auprès des commissions de daïra, selon la même source qui précise que sur 14.458 dossiers examinés, 8.624 ont été régularisés et 3.456 rejetés pour manque de pièces alors que 6.358 dossiers sont toujours en cours d’étude. Sur les dossiers régularisés, 293 étaient des dossiers équi- pements publics dont 24 dossiers du sec- teur du logement totalisant 2.638 habita- tions. La commission de wilaya chargée de trancher la question de la conformité des constructions a reçu 2.008 recours dont 625 jugés fondés et 341 jugés infondés, a sou-

ligné le même responsable.

Mercredi 10 mai 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

ALLÉGER LA PRESSION SUR LES HÔPITAUX:

Formation d'équipes d'hospitalisation à domicile au profit des malades chroniques

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a indiqué lundi à Alger, que le ministère a lancé la formation d'équipes médicales spécialisées en «hospitalisation à domicile», en vue de prendre en charge notamment les malades chroniques à leur domicile et leur épargner ainsi la contrainte du déplacement, d'une part, et alléger la pression sur les grands hôpitaux, d'autre part.

Après les soins à domicile, le minis- tère a lancé «la formation d'équipes médicales spécialisées en hospitali- sation à domicile pour la prise en charge notamment des «malades chro- niques» , en vue de leur épargner la contrainte du déplacement, d'une part, et alléger la pression sur les hôpitaux, d'autre part, a précisé M. Boudiaf dans une déclaration à la presse en marge de l'inauguration d'une polyclinique dans la commune de Draria à Alger.

A ce titre, le ministre a indiqué que les CHU doivent , à l'avenir, être consa- crés «uniquement à la formation et soins de haute qualité», saluant à cet égard, le rôle des polycliniques dans l'allégement de la pression sur les grands hôpitaux. Dans ce sillage, le ministre a af- firmé que le problème de manque de formation dans le paramédical « sera définitivement réglé début 2019». S'agissant du front social, M. Boudiaf

a tenu à réaffirmer que « les portes du

ministère sont toujours ouvertes» aux 19 syndicats activant dans le secteur.

ouvertes» aux 19 syndicats activant dans le secteur. A titre de rappel, le Syndicat natio- nal

A titre de rappel, le Syndicat natio- nal des praticiens de la santé publique (SNPSP) a organisé, fin avril dernier, une grève avec comme revendications, la prise en charge des dossiers en sus- pens, tels que , le statut particulier et

l'intégration des étudiants doctorants dans les spécialités chirurgie dentaire et pharmacie.

Il est à noter que le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, avait précisé que cer- taines revendications « avaient été prises en charge, tant dis que d'autres sont à l'étude, ajoutant à ce titre, que certaines de ces revendications ne peuvent pas être satisfaites actuelle- ment», tels que le statut particulier.

RAMADHAN:

Près de 200 brigades de contrôle mobilisées dans cinq wilayas de l’Ouest

Quelque 200 brigades de contrôle des locaux commerciaux et marchés sont mobilisées pour le mois de Ramadhan dans cinq wilayas de l’ouest du pays, a-t-on appris lundi à Mostaganem du directeur régional du commerce d’Oran. En marge d’une jour- née régionale d’étude sur l’utilisation de la valise de contrôle et de mensura- tion, Tayeb Fayçal a souli- gné que ces brigades qui comptent 400 agents de contrôle de la qualité et des pratiques commer- ciales des wilayas de Mos- taganem, Oran, Sidi Bel- Abbès, Tlemcen et Ain Té- mouchent se chargeront

de la protection du pouvoir d’achat du citoyen et de la lutte contre la spéculation et la fraude. Ces agents contrôleront les restaurants, les bou- langeries, les vendeurs de glaces, de viandes, de pois- sons et autres et veilleront surtout à l’affichage des prix et à conformité de l’activité avec le registre de commerce durant le mois sacré du ramadhan et la saison estivale. Le même responsable a appelé les agents à se mobiliser pour lutter contre toutes les formes de spéculation, de stockage de produits de consommation et de fraude. Il a indiqué, dans ce

sens, que les services de contrôle du commerce à Sidi Bel-Abbès ont saisi, dernièrement, 80 tonnes de denrées alimentaires de large consommation et 5 tonnes de dattes stockées pour être revendues au mois du ramadhan à des prix élevés. La valeur de ces saisies est estimée à 11,5 millions DA. Par ailleurs, il a an- noncé que les agents de contrôle sont dotés d’appa- reils modernes de contrôle de la qualité des produits alimentaires sur place pour gagner du temps sans recourir aux laboratoires d’analyses. Le chef de service pro-

tection du consommateur à la direction du commerce de Mostaganem a estimé que la valise de contrôle peut renseigner l’agent contrôleur sur la confor- mité du produit aux normes algériennes comme première étape. Des cours sur l’utilisa- tion de cet appareil ont été données pour déterminer le taux de conformité des produits aux normes. Cette rencontre, initiée par le ministère du Commerce en collaboration avec la direction régionale et de wilaya du commerce, a vu la participation de 200 agents de contrôle repré- sentant cinq wilayas de l’ouest du pays.

ENVIRONNEMENT

Initiation à l’aquaculture dans les établissements scolaires d’Oran

Un projet d’élargissement de l’initiation des écoliers à l’aqua- culture est en cours de prépara- tion à Oran pour la prochaine rentrée scolaire, après l’expéri- mentation au niveau de deux établissements, a-t-on appris lundi auprès de la direction de l’éducation locale. Une première expérience me- née dans deux écoles primaires

à hai «Essabah» (Bir El Djir) et à

El Kerma a eu beaucoup de suc- cès auprès des élèves, a indiqué le coordinateur de la commission de wi- laya des clubs de l’environnement au niveau de la direction de l’éducation, Mohamed Genoun. «A partir de la prochaine rentrée scolaire, nous allons tenter d’élargir cette expériences à travers les 26 com- munes de la wilaya d’Oran», a-t-il af- firmé, ajoutant que le projet nécessite

a-t-il af- firmé, ajoutant que le projet nécessite la construction de petits bassins au ni- veau

la construction de petits bassins au ni- veau des établissements scolaires. A hai «Essabah» et à «El Kerma», les bassins dédiés à l’initiation à l’aquacul- ture ont été mis en place dans le cadre des clubs bleus, dont l’encadrement est assuré conjointement par la commis- sion de wilaya des clubs de l’environ- nement au niveau de la direction de l’éducation et de l’association écolo- gique marine «Phenicia».

Seize (16) clubs bleus, im- pliqués dans des activités en rapport avec la mer, ont été créés dans les dernières années au niveau des communes litto- rales de la wilaya d’Oran, a indi- qué M. Guenoun ajoutant que le nombre sera renforcé l’année prochaine. Les clubs verts sont beaucoup plus nombreux. Ils sont plus de 480, actifs dans les établissements scolaires, répar- tis à hauteur de 60 % pour le cy- cle primaire et de 30 et 10 % pour res- pectivement les cycles moyen et secon- daire, a-t-il fait savoir. Ces clubs comp- tent plus de 8.000 adhérents qui par- ticipent à des activités écologiques à Oran et même dans d’autres wilayas de l’Oranie, a-t-il ajouté signalant qu’une formation a été récemment dispensée au profit de 97 enseignants sur l’enca- drement des clubs verts.

PROTECTION CIVILE

20180 appels de secours en une semaine

Durant la période du 30 avril au 06 mai 2017, les unités d’interventions de la protection ci- vile ont enregistré 20180 appels de secours relatifs aux types d’interventions pour répon- dre aux appels de détresses émis par les ci- toyens, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuation sanitaire,

extinction d’incendies et assistance diverses etc. Concernant les secours à personnes 11147 inter- ventions ont été effectuées qui ont permis la prise en charge de 1445 blessés traités par nos secours médicalisés sur les lieux d’accidents et l’évacuation de 9400 malades vers les struc- tures sanitaires. Par ailleurs, 1963 Interventions ont été ef- fectuées suite à 1072 accidents de la circulation ayant causé le décès à 35 personnes et les bles- sures à 1342 blessés, traités et évacués vers les structures hospitalières. Le bilan le plus lourd a été enregistré au ni- veau de la wilaya d’Ain Defla avec 02 per- sonnes décédés et 62 autres blessés pris en charge par nos secours puis évacuées vers les structures hospitalières suite à 26 accidents de la route. En outre, nos secours ont effectué 1270 in- terventions pour procéder à l'extinction de

875 incendies urbains, industriels et autres.

Aussi, 5830 interventions ont été effectuées durant la même période pour l’exécution de

5429 opérations d’assistance aux personnes en

danger et opérations diverses.

ACCIDENTS DE LA CIRCULATION :

35 morts et 1342 blessés en une semaine

Trente-cinq personnes (35) ont été tuées et

1342 autres blessées dans des accidents de la

circulation survenus du 30 avril au 6 mai dans plusieurs wilayas du pays, indique un bilan rendu public hier par la Protection civile. La wilaya d'Ain Defla déplore le bilan le plus lourd avec le décès de deux personnes et 62 autres blessées, suite à 26 accidents de la route. Durant la même période, les secours de la Protection civile ont effectué 1270 interven- tions pour l'extinction de 875 incendies ur- bains, industriels et autres, souligne la même source. Pas moins de 5830 interventions ont été, en outre, effectuées durant la même période pour notamment assister les personnes en danger et opérations, ajoute le communiqué de la Pro- tection civile.

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ

Saisie de plus de 21 kg de cannabis traité et arrestation de trois narcotrafiquants à Blida

Deux narcotrafiquants en possession de 15,741 kg de cannabis traité ont été interpellés lundi dans la wilaya de Blida, par les éléments de la Police judiciaire, alors que 6 kg de la même substance prohibée ont été récupérés, suite à une opération de perquisition au domicile d'un autre suspect, a indiqué hier la Sureté na- tionale dans un communiqué. Par ailleurs, dans la même wilaya, un autre individu a été in- terpellé pour détention de 458 comprimés de psychotropes. A Guerara, dans la wilaya de Ghardaïa, dans une affaire distincte, les forces de police ont ré- cupéré une quantité de 680 comprimés psycho- tropes et arrêté quatre individus, impliqués dans un réseau de trafic de drogue. En outre, dans la wilaya de Mascara, et agis- sant sur information les éléments de la Police judiciaire ont interpelé un autre individu pour détention d'une somme d'argent évaluée à 13.000 dinars en faux billets de banque. Enfin, dans le cadre de la lutte contre la commercia- lisation illégale de boissons alcoolisées, les forces de police de la wilaya de Khenchela ont saisi 328 unités de boissons.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mercredi 10 mai 2017

INDONÉSIE

Le gouverneur de Jakarta condamné à deux ans de prison pour atteinte à l'islam

condamné à deux ans de prison pour atteinte à l'islam Le gouverneur de Jakarta a été

Le gouverneur de Jakarta a

été condamné hier à deux ans de prison pour atteinte à l'islam,

a indiqué le juge Dwiarso Budi

Santiarto. Le juge a déclaré que les cinq magistrats du tribunal avaient estimé que Basuki Tjahaja Pur- nama était «de façon probante,

coupable de blasphème» et l'ont «condamné à deux ans de prison».

Il a également ordonné l'incarcé-

ration de celui qui est surnommé Ahok, qui a été battu en avril aux élections mais reste encore en poste jusqu'en octobre. Le pré- venu a indiqué qu'il ferait appel. Ahok avait déclaré en septem- bre que l'interprétation par cer- tains oulémas (théologiens mu- sulmans) d'un verset du saint Coran, selon lequel un musulman ne doit élire qu'un dirigeant mu- sulman, était «erronée», provo- quant une vague de contestation dans ce plus grand pays musul-

man. Sous la pression et les appels

à l'emprisonner, le gouverneur a

été inculpé fin 2016 de blasphème, délit pour lequel il était passible de cinq ans de prison. Cette affaire avait plané sur la campagne électorale et le scrutin pour le renouvellement de son poste de gouverneur. Mi-avril, le gouverneur, qui caracolait na-

guère en tête des sondages, a fina- lement été battu par l'ancien mi- nistre de l'Education, le musul-

man Anies Baswedan. Ahok, pre- mier gouverneur non musulman depuis un demi-siècle et pre- mier issu de la minorité chinoise, avait accédé à cette fonction en 2014, après l'élection à la prési- dence de son prédécesseur Joko Widodo, dont il était alors l'ad-

joint. L'influent poste de gouver- neur de la capitale indonésienne, de 10 millions d'habitants, est considéré comme un tremplin pour l'élection présidentielle de 2019. Mi-avril, le procureur en chef, Ali Mukartono, avait requis deux années de mise à l'épreuve en estimant que le délit de blas- phème était caractérisé, et que le prévenu avait exprimé «de l'hos- tilité, de la haine ou de l'humilia- tion à l'égard d'une partie de la po- pulation indonésienne», musul- mane à près de 90%. Mardi, un des juges du tribunal, Abdul Ro-

syad, a justifié le verdict par le fait que le prévenu ne ressente «au- cune culpabilité» et qu'il ait «sus- cité la colère et blessé les musul- mans». Le procès avait débuté en décembre et duré de longs mois, chaque camp appelant plus d'une quarantaine de témoins à la barre.

ESPAGNE:

Une centaine de migrants pénètrent dans l'enclave de Melilla

Une centaine de migrants africains ont réussi à péné- trer hier dans l'en- clave espagnole de Melilla en franchis- sant la haute bar- rière frontalière, a- t-on indiqué de sources concor- dantes. «Les faits se sont produits vers 7H00 du matin (05H00 GMT), il s'agissait d'un groupe très important d'envi- ron 300 Subsaha- riens, dont environ 100 ont pu entrer à Melilla», a déclaré un porte-parole de

la garde civile espa-

gnole, cité par les médias. Trois gardes ci- vils ont été légère- ment blessés, après

avoir reçu des coups ou chuté, et l'un a été heurté par un crochet uti- lisé par les mi- grants pour esca- lader la barrière, a expliqué la préfec- ture de Melilla dans une déclaration écrite, accusant les migrants d'avoir «lancé des pierres contre les agents» et endommagé plu- sieurs véhicules de la Garde civile. La Croix-Rouge a soi- gné trois migrants «avec des blessures

légères (

sions et petites cou-

contu-

),

pures», a précisé un porte-parole de l'ONG à Melilla. La dernière ten- tative d'entrée mas- sive à Melilla re-

monte à octobre 2016, quand une centaine de mi- grants africains étaient parvenus à franchir la triple clôture, d'une lon- gueur d'environ 12 km. Les deux clô- tures extérieures font plus de six mè- tres de haut et comptent par en- droits des barbelés et lames tran- chantes. L'Espagne a annoncé début mars un double- ment de la capacité des centres d'ac- cueil de migrants

dans ces deux en- claves, pour y éle- ver le nombre de places de 4.500 à 8.500. APS

FRANCE:

Un campement abritant près d'un millier de migrants à Paris en cours d'évacuation

Près d'un millier de migrants, installés dans des campements improvisés dans le nord de Paris, ont commencé à être évacués hier matin vers des centres d'accueil, ont rapporté des médias.

vers des centres d'accueil, ont rapporté des médias. Installés dans des tentes sur un important carrefour

Installés dans des tentes sur un important carrefour routier de la Porte de la Chapelle, à Paris, ces migrants, d'ori- gine afghane, souda- naise, (près d'un millier), «vont tous être pris en charge dans des centres» de la région parisienne avec un examen de leur situation administrative dans les jours qui vien- nent et vont ensuite aller

en Centres d'accueil et d'orientation», a expli- qué la ministre française du Logement Emma- nuelle Cosse, selon la- quelle «800 à 1.000 per- sonnes», essentiellement des hommes, sont concernées. L'opération mobilise 350 policiers et une cen- taine de personnels de la ville de Paris et d'orga- nisations humanitaires

notamment, selon les au- torités. Le campement avait déjà été évacué le 9 mars, alors qu'il comptait 200 personnes environ. Les migrants avaient alors été provisoirement ins- tallés dans la bulle ser- vant de sas d'accès au centre d'accueil. Le cen- tre humanitaire de La Chapelle, ouvert en no- vembre pour les exilés

fraîchement arrivés à Pa- ris, devait éviter la re- constitution de ces cam- pements de rue insalu- bres. Il a permis d'héberger 10.000 personnes depuis son ouverture, selon Mme Cosse. Mais avec une capacité de 400 places, il sature, même si la rotation y est rapide (moins de dix jours de présence prévue).

La gare du Nord à Paris a été évacuée pen- dant plus de deux heures, dans la nuit de lundi à mardi, pour une imposante opération poli-

Une opération policière vide la Gare du Nord à Paris pendant plus de deux heures

cière visant à vérifier la présence de trois per- sonnes recherchées dans un train venant du

nord de la France. Cette opération de vérifica- tion s'est achevée vers 01H50 mardi matin (23H50 GMT lundi), sans résultat. «Fin des vé- rifications, retour progressif à la normale», a tweeté la préfecture de police de Paris, citée par l'AFP. La gare avait été évacuée peu avant minuit pour permettre à la Brigade de recherche et d'in- tervention (BRI) de fouiller un train en prove- nance de Valenciennes (Nord), dans lequel auraient pu se trouver ces personnes, selon une source proche de l'enquête. Selon ces sources, cette opération dite de «le- vée de doute» aurait été décidée après l'alerte donnée par une guichetière de la SNCF.

CLIMAT

La toundra en Alaska libère de plus en plus de CO2

En raison du change- ment climatique, le sol de la toundra en Alaska semble émettre davan- tage de dioxyde de car- bone (CO2) qu'il n'en cap- ture, ce qui pourrait ac- célérer le réchauffement vu les énormes quantités de gaz à effet de serre contenues dans le sol des régions arctiques. Les mesures des émissions de CO2 effec- tuées par l'Agence océa- nique et atmosphérique américaine (NOAA) sug- gèrent que les volumes de carbone provenant de la toundra dans le nord- est de l'Alaska se sont ac- crus de 73% de 1975 à 2015, pendant les mois d'octobre à décembre, précisent les chercheurs dont l'étude est publiée lundi dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des Sciences (PNAS). «Nous présentons la première preuve quanti- tative d'un important phénomène régional d'activité de la végéta- tion au début de l'hiver»,

de la végéta- tion au début de l'hiver», écrivent ces scientifiques qui pensent tenir la preuve

écrivent ces scientifiques qui pensent tenir la preuve que les écosys- tèmes dans l'Arctique pourraient être devenus une source nette d'émis- sions de CO2. La question est de sa- voir quelle part de ces émissions de carbone de la toundra provient de la décomposition de vé- gétations anciennes. Un tel phénomène ajoute- rait dans l'atmosphère du C02 stocké dans le

pergélisol - la couche du sol constamment gelée - depuis des décennies ou même des siècles, relè- vent ces scientifiques dont Roisin Commane de l'Université de Har- vard, l'une des princi- paux auteurs de l'étude. Ce phénomène s'ex- plique par le réchauffe- ment des températures pendant ces trois mois d'automne, qui retardent le gel du sol et permettent la poursuite de la photo-

synthèse plus longtemps ainsi que la décomposi- tion des matières orga- niques sous l'action des microbes. Des processus qui produisent du CO2. Il y a 40 ans, dans ces régions d'Alaska les sols gelaient complètement en automne en l'espace d'un mois. Il faut désor- mais trois mois ou plus dans certains endroits. L'Arctique se ré- chauffe deux fois plus vite que le reste de la pla- nète et l'Alaska vient de connaître trois années consécutives de chaleur record, soulignent ces scientifiques. En 2016, année la plus chaude enregistrée sur le globe depuis les pre- mières mesures en 1880, la température a été 3,27 degrés Celsius au-des- sus de la moyenne histo- rique. Selon les estima- tions, le pergélisol dans l'Arctique pourrait conte- nir deux fois plus de CO2 que toute l'atmosphère terrestre ce qui repré- sente une véritable bombe pour le climat.

Mercredi 10 mai 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

GUINÉE :

Réunion d'experts de l'Observatoire du sida en Afrique

d'experts de l'Observatoire du sida en Afrique Le comité consultatif des ex- perts de l'Observatoire

Le comité consultatif des ex- perts de l'Observatoire du sida en Afrique s’est réuni lundi à Conakry, la capitale guinéenne, en présence de représentants de la Commission de l'Union africaine (UA) et d'émis- saires des Nations unies en charge du sida, de la tuberculose et du pa- ludisme. La réunion, axée sur le thème «Actions catalytiques pour mettre fin au sida, à la tuberculose et au paludisme en Afrique d'ici 2020», est présidée par le ministre guinéen de la Santé Abdouraha- mane Diallo, en présence notam- ment du secrétaire exécutif de l'Onusida pour l'Afrique Michel Sidibé et de la représentante de l'Onusida près de l'UA Rosemary Museminali, Durant les travaux de réflexions et d'échanges, les experts venus d'Afrique et d'ail- leurs doivent plancher sur les stra- tégies à mettre en oeuvre pour at- teindre les Objectifs mondiaux de développement durable (ODD) de l'ONU dans leur partie santé. A ce titre, il est nécessaire de parvenir au «triple 90» : que 90% des personnes qui vivent avec le VIH connaissent leur statut séro- logique, que 90% des personnes vi- vant avec le VIH et connaissant leur statut sérologique reçoivent un traitement antirétroviral et que 90% des personnes sous ARV ont une charge virale indétectable, d'ici 2020. En ce concerne le palu- disme et la tuberculose, l'ambition est de faire en sorte que l'élimina- tion du paludisme d'ici 2030 soit une réalité et que la réduction du nombre de décès par la tuberculose atteigne 75% en 2025. De même, tout devra être fait pour qu'au- cune famille ne supporte les coûts

JAPON

exorbitants du traitement de la tuberculose. Selon les organisa- teurs, le choix de la Guinée pour abriter cette rencontre se justifie par le fait que le président Alpha Condé assure la présidence tour- nante de l'UA et que la Guinée est l'un des rares pays africains qui en- tend réussir à éliminer la transmis- sion du VIH de la mère à l'enfant. Pour M. Diallo, les efforts doi- vent être déployés pour matériali- ser l'initiative sur la création de deux millions d'emplois d'agents de santé communautaires dans les Etats membres de l'UA. Le mi- nistre a précisé que les résultats des travaux de Conakry seront sou- mis à l'examen et l'approbation des chefs d'Etat africains, sous forme du «cadre stratégique 2017- 2020», lors de la 28e session de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement à Addis-Abeba, en juillet prochain. Au nom des Nations Unies, Mi- chel Sidibé s'est félicité de l'évolu- tion et de la détermination des pays à aller vers l'objectif zéro dans la lutte contre le sida, la tuber- culose et le paludisme. Pour lui, la mise en oeuvre de la feuille de route de l'UA sur ces trois maladies a été «solide et positive». Rosamary Museminali a pour sa part estimé que «la fin de l'épidé- mie de sida permettra l'émancipa- tion des femmes et des filles et sera le catalyseur d'une grande convergence dans le domaine de la santé mondiale». Selon elle, l'élimi- nation du sida en Afrique va créer des opportunités pour la mobilisa- tion des financements allant vers l'éradication de la pauvreté et l'at- teinte des ODD.

Fort séisme dans le sud

et l'at- teinte des ODD. Fort séisme dans le sud Un fort tremble- ment de terre

Un fort tremble- ment de terre a secoué le sud du Japon hier, sans que ni dégâts ni victimes ne soient constatés dans l'im- médiat, ni qu'une alerte au tsunami ne soit déclenchée. La se- cousse de magnitude 6,0 a été observée à

une profondeur de 10 kilomètres au large de la petite île de Miyako au sud de l'archipel méridional d'Oki- nawa, selon l'Institut américain d'études géologiques (USGS). L'Agence japonaise de météorologie a de son côté averti de lé-

gers changements dans le niveau de la mer, mais sans risque de tsunami. Miyako, dont la population est de 55.000 habitants, est située à environ 1.840 kilomètres au sud-ouest de Tokyo et environ 380 kilomè- tres à l'est de Taipei.

BRÉSIL

Etat «d'urgence sociale» à Manaus face à l'immigration du Venezuela

sociale» à Manaus face à l'immigration du Venezuela La ville brésilienne de Manaus, au cœur de

La ville brésilienne de Manaus, au cœur de l'Amazonie, a décrété l'état «d'urgence sociale» face à l'afflux de migrants venus du Venezuela pour échap- per à la crise dans leur pays, a annoncé la munici- palité lundi. Depuis décembre, plus de 350 indiens de la tribu vénézuélienne des Warao ont investi les espaces pu- blics de la ville de Manaus, fuyant un pays en pleine crise sociale et politique. «En plus de la nécessité d'abriter cette population, la préoccupation princi- pale des autorités pu- bliques est le risque de dissémination de mala- dies» qui pourraient af- fecter tant les migrants que la population locale, a déclaré la municipalité de Manaus, la capitale de l'Etat brésilien d'Amazonas (nord-ouest), limitrophe du Venezuela, dans un communiqué. Ce décret d'état «d'ur- gence sociale» avait été si- gné le 4 mai. Depuis fé- vrier, une résolution du Conseil national de l'immi- gration brésilien permet aux Vénézuéliens qui fuient la crise dans leur pays de demander un per- mis de séjour temporaire, et ce sans passer par les procédures complexes concernant normalement

les réfugiés. Depuis le dé- but de 2017, le Brésil a reçu 8.231 demandes de réfugiés du Venezuela, soit le dou- ble des demandes issues de ce pays entre 2010 et

2016.

Le Congrès brésilien a approuvé en avril une nou- velle loi sur l'immigration visant à accorder les mêmes droits aux locaux et aux migrants en ma- tière d'accès aux services de santé, à l'éducation et à la sécurité sociale. Ce texte, qui doit remplacer une loi datant de la dictature mi- litaire (1964-1985), doit en- core être signée par le pré- sident brésilien Michel Te- mer.

APS

IRAN:

43 mineurs tués dans une catastrophe minière

APS IRAN: 43 mineurs tués dans une catastrophe minière Quarante-trois mineurs ira- niens sont morts dans

Quarante-trois mineurs ira- niens sont morts dans la catas- trophe de la min d'Azad Shahr (nord), survenue mercredi der- nier, selon un bilan définitif fourni mardi par la télévision d'Etat Irib. Un précédent bilan de l'accident minier faisait état de 26 morts et neuf disparus. Le président iranien Hassan Rohani était venu dimanche expri- mer son soutien aux mineurs et à leurs familles, après l'effondre- ment de la mine en raison d'une explosion de gaz méthane. Selon les médias iraniens, plusieurs mois de salaires des employés de la mine, qui appartient à une so- ciété privée, n'ont pas été payés. M. Rohani a ordonné au ministère du Travail d'examiner la situation des mineurs, notamment «les re- tards de salaire», et d'offrir des compensations aux familles des

CHINE:

Douze morts dans un incendie de car scolaire

victimes. Le directeur du Bureau de gestion des crises pour la pro- vince du Golestan, Sadegh-Ali Mo- ghadam, a expliqué à l'agence de presse Isna que les équipes de se- cours avaient dégagé un passage mais se trouvaient face à un rocher qu'il fallait casser. «L'explosion de gaz méthane a été provoquée par la tentative de mise en marche du moteur d'un chariot à l'aide d'une batterie ex- terne», selon des responsables. Des gaz toxiques ont désormais rempli la majeure partie de la mine d'Azad Shahr (nord) et les se- couristes peinent à atteindre la galerie à 1.400 m de profondeur où les mineurs ont été piégés mer- credi après une explosion acci- dentelle. La mine sera fermée six mois, le temps de mener à bien une enquête ordonnée par le prési- dent Hassan Rohani.

une enquête ordonnée par le prési- dent Hassan Rohani. L'incendie d'un car scolaire dans un tunnel

L'incendie d'un car scolaire dans un tunnel de l'est de la Chine a fait 12 morts hier, dont 10 très jeunes enfants origi- naires de Corée du Sud, a-t-on indiqué de source officielle sud-coréenne. Les enfants sud-coréens,

ans, vivaient à Wei- hai, une ville située dans le Shandong, la province chinoise la plus proche de Séoul, a déclaré un responsable consu- laire sud-coréen, cité par l'AFP. Les autorités de Weihai, où l'accident s'est

sur le réseau social que 12 personnes au total avaient péri dans l'incendie et qu'une treizième personne était griè- vement blessée. Les nationalités des deux autres per- sonnes décédées et du blessé n'ont pas

âgés de quatre à sept

produit, ont indiqué

été précisées.

USA

Un séisme de magnitude 6,6 secoue le nord-est de l'île Amatignak en Alaska

Un tremblement de terre de magnitude 6,6 sur l'échelle de Richter s'est produit à 38 kilomètres au nord-est de l'île Amatignak en Alaska, aux Etats-Unis, lundi à 17H00 GMT, a annoncé l'Institut de géologie des Etats-Unis (USGS). Situé à une profondeur d'un kilomètre, l'épicentre s'est localisé à 51,3519 degrés de latitude nord et 178,582 degrés de lon- gitude ouest, selon la même source.

12 DK NEWS

SAN

Mercredi 10

CHUTER EST RAREMENT BÉNIN

Chaque année une personne sur trois, âgée de plus de 65 ans, est victime d’une chute accidentelle.

Les chutes représentent 84% des acci- dents de la vie courante chez les 65 ans et plus. Elles sont d’autant plus importantes qu’elles sont souvent lourdes de consé- quences. Dans 40% des cas, elles occa- sionnent une fracture, sans compter un passage aux urgences et une hospitalisa- tion. Selon l’Institut de Veille Sanitaire, 9 300 décès surviennent chaque année à la suite d’une chute. Tomber au sol indé- pendamment de sa volonté constitue donc la première cause de mortalité acciden- telle chez les seniors.

par une perte de confiance en soi, un repli, une baisse du sens de l’initiative… Ce phénomène connu et observé chez les personnes ayant chuté se dénomme le « syndrome post-chute ». A la suite d’un tel événement, un certain nombre de per- sonnes vont même entrer dans une véri- table spirale où se mêlent la peur d’une nouvelle chute et la crainte de sortir de chez soi sans aide, les conduisant pro- gressivement vers un confinement au do- micile, l’isolement et, par voie de conséquence, vers la perte d’autonomie.

Des circonstances

Prévenir la chute est

aggravantes

à la portée de tous

Avec l’âge, on devient moins souple, les os se fragilisent, les risques de chute aug- mentent et leurs effets sont généralement de moins en moins bénins. Ce type d’acci- dent entraîne souvent une diminution de la mobilité, une perte de certaines capaci- tés fonctionnelles et un accroissement de la dépendance dans les activités de la vie quotidienne.

Gare à l’après-chute !

Les conséquences psychologiques sont fréquentes et ne doivent pas être négli- gées. Elles se manifestent généralement

Diminuer la fréquence et la gravité des

chutes est, par ailleurs, assez aisé puisque six fois sur dix elles ont lieu à la maison, autrement dit en terrain connu et aména- geable. Attention ! Les activités domes- tiques sont de grandes pourvoyeuses de risques. Echelle, escabeau, tapis, table, chaise… figurent parmi les éléments les

plus fréquemment en cause

sans ou-

blier les escaliers impliqués près d’une fois sur dix. Réduire les risques de chute est donc primordial et revient à préserver la qualité de vie. Pensez-y lorsque vous aménagez votre intérieur.

de vie. Pensez-y lorsque vous aménagez votre intérieur. PARKINSON : DE L’EXERCICE POUR LIMITER LES CHUTES

PARKINSON : DE L’EXERCICE POUR LIMITER LES CHUTES

Un programme d’entraînement ciblé serait un moyen efficace pour amé- liorer la qualité de vie
Un programme d’entraînement ciblé
serait un moyen efficace pour amé-
liorer la qualité de vie et limiter les
chutes des personnes atteintes de
Parkinson.
L’exercice physique est essentiel
pour se maintenir en bonne santé
et réduire les risques de maladies
chroniques. La maladie de Parkinson
n’échappe pas à cette règle, d’après
une étude publiée par Neurology,
le journal de l’académie américaine
de neurologie. Après avoir examiné
231 personnes atteintes de Parkin-
son, les chercheurs de l’Université
de Sydney, en Australie, affirment
que l’exercice physique peut amé-
liorer les symptômes liés à la mala-
die.
Pour l’étude, les participants ont
été séparés en deux groupes. Le
premier a continué à prendre le trai-
tement habituel, tandis que le
deuxième groupe a suivi un pro-
gramme d’entrainement trois fois
par semaine pendant six mois. Le
programme était composé de 40 à
60 minutes d’exercices d’équilibre
et de renforcement musculaire des
jambes. Le but : limiter le nombre
de chutes causées par la maladie.
Effectivement, elles ont été réduites
de 70% dans le groupe qui a suivi
le programme d’entraînement.
Commencer le programme tôt
Seul hic, les bénéfices du sport n’ont
été vérifiés que chez les personnes
atteintes d’une forme légère de la
maladie. "Ces résultats suggèrent
que des programmes d’exercice vi-
sant à réduire les chutes chez les
personnes atteintes de Parkinson
doivent commencer tôt dans le pro-
cessus de la maladie", déclare Col-
leen Canning, auteur principal de
l’étude.
Les troubles moteurs causés par la
maladie de Parkinson provoquent
des difficultés émotionnelles et cog-
nitives, mais les chutes restent la
conséquence la plus dangereuse.
En travaillant sur l’équilibre et le
renforcement musculaire des
jambes, l’état mental et émotionnel
des patients s’améliore également,
précisent les chercheurs.

PRÉSERVEZ VOTRE SENS DE L'ÉQUILIBRE

Pour vivre le plus longtemps autonome et écarter au maximum les risques de chute ac- cidentelle, il est essentiel d’entretenir son équilibre. Aux côtés des séances de gymnastique spé- cialement adaptées aux seniors et des "ate- liers équilibre", on a vu apparaître un programme venu d’outre-atlantique et bap- tisé "Programme PIED". Ce Programme Inté- gré d’Equilibre Dynamique (P.I.E.D.) a été mis en place avec succès au Québec, par la Direction de la santé publique, pour préve- nir les chutes et les fractures chez les seniors de plus de 65 ans. Ce programme est au- jourd’hui relayé, en France, par une fédéra- tion sportive agréée par le ministère de la Jeunesse et des Sports : la Fédération Fran- çaise EPMM Sports pour Tous. Comment se déroule le Programme PIED ? Il se compose :

• D’un volet d’exercices en groupe (12 per-

sonnes maximum), à raison de 2 séances hebdomadaires d’une heure, pendant 6 à 12

semaines selon les publics. Durant ces séances, on y pratique des exercices de coor- dination, des activités axées sur l’équilibre (marche à obstacle, mouvements inspirés du Taï-chi), des exercices de renforcement musculaire et des mouvements d’assouplis- sement.

• D’un volet d’exercices à faire chez soi une fois par semaine, pendant une demi-heure.

Un livret, contenant les exercices conseillés,

est remis aux participants.

• De séances d’information, une fois par se-

maine durant une demi-heure, sur des thèmes variés : prévenir les chutes dans cha- cune des pièces du domicile, garder des os en bonne santé, bien choisir ses chaus- sures,… et garder la forme après le pro-

gramme PIED. L’ensemble de ce programme est encadré par des professionnels spécialement formés.

Que pouvez-vous en attendre ?

• Une amélioration de l’équilibre et de la

force des jambes.

• Un sens pratique et sécuritaire de l’aména-

gement de votre domicile afin d’y limiter les

risques de chute.

• Une confiance en vous accrue.

• Des connaissances en matière de préven-

tion, de l’ostéoporose notamment.

• L’envie et le besoin de pratiquer une acti-

vité physique régulière.

Mieux bouger, bien manger

Une alimentation variée, équilibrée et adap- tée aux besoins nutritionnels ainsi qu’une activité physique régulière permettent de rester en forme et contribuent à préserver au

maximum le sens de l’équilibre. Bien dans son assiette Bien manger permet, notamment, de lutter

contre l’ostéoporose, qui à l’origine de la

gravité de nombreuses chutes chez les per-

sonnes âgées. Le principal constituant de

l’os étant le calcium en provenance exclusive de notre alimentation, il est primordial de

consommer chaque jour des produits lai-

tiers ou des aliments riches en calcium. Par

ailleurs, il faut de la vitamine D.

C’est elle qui aide le corps à bien utiliser le

calcium et qui facilite sa fixation sur les os. Les aliments en contiennent. Mais, l’essen- tiel de la vitamine D est fabriquée par notre organisme sous l’action des rayonnements du soleil sur la peau. D’où l’importance de sortir tous les jours, même en hiver. C’est de surcroît, une excellente façon d’ouvrir l’ap- pétit !

NTÉ

0 mai 2017

DK NEWS 13

In topsanté.fr

Le petit-déjeuner permettrait d'être plus actif le matin

petit-déjeuner permettrait d'être plus actif le matin Pour lutter contre la sédentarité, il serait nécessaire

Pour lutter contre la sédentarité, il serait nécessaire de prendre un petit-déjeuner équilibré le matin. Le petit-déjeuner serait un repas utile. Il ne ferait pas gros- sir et favoriserait l'activité phy- sique, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue mé- dicale American Journal of Cli- nical Nutrition . Il pourrait donc être un moyen de lutter contre la sédentarité. Les chercheurs de l'université anglaise de Bath ont réalisé une étude avec 23 participants âgés de 21 à 60 ans. Le premier groupe devait prendre un petit- déjeuner et l'autre commencer sa journée le ventre vide. Pen- dant 6 semaines, un repas de 700 calories a été fourni avec «obligation» d'en consommer la moitié dans les deux heures sui- vant leur réveil. Au cours de l'étude, les chercheurs ont constaté que les participants qui ne prenaient pas de petit-déjeu- ner consommaient autant de ca- lories que les autres en mangeant plus pendant la jour- née. Ils ont aussi remarqué que ce repas permettrait d'être plus actif et de pratiquer plus facile- ment une activité physique. Une découverte intéressante car la sédentarité est aujourd'hui un problème de santé publique. Elle est le 4e facteur de risque de mortalité dans le monde après l'hypertension artérielle, le taba- gisme et le diabète. Pour la contrer, l'Organisation mon- diale de la Santé (OMS) recom- mande de faire 10 000 pas par jour. « Il est important de garder à l'esprit que chaque corps ré- pond différemment au petit-dé- jeuner, et que tous les petit-déjeuners ne sont pas égaux. Les effets de céréales su- crées sont susceptibles d'être très différents par rapport à un petit-déjeuner hyper-protéiné" rappelle le docteur Enhad Chowdhury, auteur de l'étude.

Un petit-déjeuner

équilibré

Ce repas est censé représenter 20% des apports caloriques de la journée, donc peser environ 400 calories. Pour commencer la journée avec un repas équilibré, évitez les céréales industrielles trop grasses et sucrées. En re- vanche, pourquoi pas déguster un muesli maison, ou un pro- duit céréalier complet plus riche en fibres, un produit laitier, un fruit frais et une boisson chaude non sucrée.

SAVIEZ-VOUS QU'AVOIR UNE TENSION BASSE EST PLUTÔT UN ATOUT ?

Nombre d'entre nous, et notamment les jeunes femmes longilignes, ont une tension inférieure à 10. Saviez-vous que c'était un gage de longévité? Cependant, ces petites tensions exposent à quelques risques de malaise. Les bonnes attitudes à avoir

Une tension artérielle natu- rellement basse peut avoir une origine familiale. C'est ainsi le cas pour Hélène, bientôt tren- tenaire: "J'ai à peu près tou- jours eu 9 de tension, ma sœur et ma mère aussi, il faut croire que c'est le chiffre familial". Mais c'est aussi une situation fréquemment observée chez les jeunes femmes fluettes, grandes ou particulièrement sportives.

Une meilleure espérance de vie

"Dans l'absolu, avoir une tension basse, c'est une bonne nouvelle. Les vaisseaux sont moins sous pression, ils vieil- lissent moins vite et, du coup, ces personnes vivront proba- blement plus longtemps", ex- plique le Dr Nicolas Postel-Vinay, cardiologue à l'Hôpital européen Georges Pompidou à Paris. L'orga- nisme peut très bien s'accom- moder d'une tension à 9, suffisante pour propulser le sang dans tous les organes, à condition que ce soit le niveau de tension physiologique, c'est-à-dire normal, et non la conséquence d'une maladie, anémie, diabète ou cancer. "Ma tension est à 9,5 ou 10 grand maximum et je m'en porte bien, raconte Audrey, 24 ans. Le seul problème que j'ai remarqué, c'est qu'une ten- sion basse inquiète pour rien un médecin qui ne te connaît pas. J'ai été opérée sous anes- thésie générale pour un kyste et en salle de réveil, l'équipe ne voulait pas me laisser sor-

de réveil, l'équipe ne voulait pas me laisser sor- tir. Ils trouvaient que 9, c'était un

tir. Ils trouvaient que 9, c'était un peu bas et qu'il valait mieux me garder allongée encore un peu. Mais moi, à 9, je suis presque au top de ma forme ! En général, ma tension est à 9,5 ou 10 grand maximum." La difficulté pour le corps médical, c'est qu'il n'existe pas de seuil d'hypotension, c'est- à-dire un niveau de tension si bas qu'il serait responsable de symptômes ou d'autres mala- dies. Ce n'est donc pas le chif- fre en lui-même qui doit inquiéter mais le fait de res- sentir ou non des difficultés liées à cette petite tension, comme des vertiges ou une importante fatigue. "Souvent ces jeunes femmes sont sujettes à ce qu'on appelle le malaise vagal. Elles ont un coup de chaud de- bout serrée dans le métro ou une montée de stress avant un

examen, et hop, elles s'écrou- lent ! Il n'y a rien de grave mais quand ça arrive régulière- ment, ça peut être gênant", souligne Claire Mounier-Ve- hier, cardiologue au CHU de Lille.

Les conseils

au quotidien

Manger plus salé, pour que l'organisme retienne l'eau, ce qui fait augmenter la tension artérielle. Mais ce n'est pas une excuse pour dévorer des assiettes de frites ou des caca- huètes à chaque repas ! Les eaux minérales et les boissons énergisantes riches en sodium (idéales pendant le sport), le jus de tomate ou encore la sauce soja contribuent effica- cement à l'apport en sel. Limi- ter aussi sa consommation d'alcool, car l'alcool augmente

la dilatation des vaisseaux san- guins et fait encore plus bais- ser la tension. Statique en position debout, dans les transports en com- mun par exemple, se décou- vrir pour ne pas avoir trop chaud, faire des petites contractions des mollets et re- muer ses orteils pour stimuler le flux sanguin dans les jambes. Au bureau, en posi- tion assise, éviter de croiser les jambes et faire régulièrement des pauses pour se dégourdir les jambes. Ne pas se lever pas trop brutalement, ni d'une chaise ni du lit. Le matin, s'as- seoir quelques secondes au bord du lit avant de se mettre debout. Si vous devez rester debout toute la journée, pour votre métier, un salon ou une journée shopping, pensez à mettre des bas ou des chaus- settes de contention.

LE TAUX DE MAGNÉSIUM REFLÈTE LE NIVEAU DE STRESS

De nombreux nutriments et minéraux agissent sur nos humeurs. C'est le cas du magnésium. Comment le stress agit sur notre taux de magnésium ? Pour faire face au stress, différents méca- nismes physiologiques se mettent en place, lesquels entraînent notamment la fuite du magnésium dans les urines. Mais ce n'est pas tout ! Car le magnésium intervient égale- ment dans la production d'énergie à l'inté- rieur des cellules, où il active les réactions biochimiques qui permettent de transformer les calories en énergie. D'où un cercle vi- cieux : moins nous avons de magnésium plus nous sommes fatigués, plus nous sommes fatigués moins bien nous faisons face au stress, moins bien nous faisons face au stress moins nous avons de magnésium

Peut-on mesurer son taux de magnésium ?

On peut évaluer le taux de magnésium par un dosage sanguin, mais les résultats ne donnent pas une photographie exacte du taux dans l'organisme. « Le dosage san- guin permet de mesurer le taux plasma- tique de magnésium, explique la

de mesurer le taux plasma- tique de magnésium, explique la diététicienne. Or, ce qui est important,

diététicienne. Or, ce qui est important, c'est le taux de magnésium intracellulaire. » En l'absence de dosage sanguin fiable, reste donc à être attentif aux symptômes d'une carence : sensibilité au bruit, palpitations, boule dans la gorge, tressautement des pau- pières ou de la lèvre, crampes, tensions musculaires, ballonnements, etc. « En somme, tous les signes qui montrent que l'organisme est hyper réactif », résume la spécialiste. Si l'un de ces signes d'appel ou plusieurs sont présents, une supplémentation en ma- gnésium peut être intéressante. Différentes formes existent, mais pour être efficace, un complément en magnésium doit compor- ter :

- une forme de magnésium bien assimi-

lée par l'organisme, comme le glycérophos- phate de magnésium, un sel liposoluble de

troisième génération qui n'a pas l'action laxative de ses prédécesseurs.

- de la vitamine B6.

- de la taurine (à dose nutritionnelle) qui favorise la fixation du magnésium. Cet acide aminé a également une action cal- mante sur les cellules.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mercredi 10 mai 2017

PARTENARIAT DE MOBILITÉ UE-MAROC:

La Commission invitée à fournir un compte rendu détaillé des fonds alloués

La députée européenne, Marina Albiol, a exhorté la Commission euro- péenne à rendre compte des fonds octroyés au Maroc dans le cadre de la politique migratoire de l'Union, expri- mant ses craintes quant à une utilisation de fonds européens pour financer l'en- tretien du «mur de la honte», érigé par le Maroc au Sahara occidental, sur plus de 2700 km, pour isoler les territoires libé- rés. Dans une question écrite adressée à l'exécutif européen, l'eurodéputée Marina Albiol, également porte-parole du groupe confédéral de la gauche uni- taire européenne/gauche verte nor- dique au Parlement européen, a exigé «la fourniture d'un compte rendu détaillé pour justifier l'utilisation de chaque centime des fonds alloués» par l'Union européenne (UE) au Maroc dans le cadre du partenariat de mobilité UE- Maroc. En effet, l'UE et le Maroc ont signé en juin 2013 un partenariat pour gérer la migration et la mobilité. Rappelant que le Maroc reçoit depuis 2013, un montant de 200 millions d’eu- ros annuellement de l'UE, la parlemen- taire a invité la Commission à s'expri- mer sur l'existence ou pas d'un méca- nisme permettant de contrôler l'utilisa- tion des fonds provenant du budget communautaire pour s'assurer que l'ar- gent du contribuable européen n'est pas utilisé pour financer «le mur de la honte», illégal au regard du droit inter- national. Selon Marina Albiol, il y a plusieurs champs de mines, des clôtures et des bunkers le long de ce mur qui sépare le territoire sahraoui occupé de celui libéré et où quelques 100.000 soldats marocains sont stationnés. «Le coût du maintien d'un tel mur pourrait atteindre les 100.000 euros par jour», a-t-elle précisé. Marina Albiol a regretté, à ce titre, le soutien de l'UE au Maroc qui «occupe militairement le Sahara occidental depuis 1975» et «réprime toute opposi- tion politique et chaque mouvement social sur son territoire», des pratiques «contraires aux droits de l'homme». La députée européenne a invité, en outre, la Commission à faire un bilan des accords conclus dans le domaine de la coopération policière et de contrôle aux frontières avec le Maroc qu’elle qua- lifie de «puissance occupante».

ALGÉRIE-LIBYE

La Libye accueille favorablement les résultats de la réunion d'Alger des pays voisins

La Libye a accueilli favorablement lundi les résultats de la 11e réunion des pays voisins de la Libye tenue à Alger pour affirmer l'intérêt et l'attachement de ces pays à la sécurité, à la stabilité et à l'intégrité territoriale de ce pays.

«Je salue à partir de cette tribune,

les résultats qui ont couronné nos travaux lors de la session d'Alger des pays voisins de la Libye et suscepti- bles de conforter notre optimisme quant au retour de la stabilité dans notre pays et à la fin des souffrances du peuple libyen qui aspire à un ave- nir meilleur», a indiqué le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohammed Tahar Siyala, après la lecture du communiqué

final de la réunion devant les participants et un parterre de journalistes nationaux et

internationaux.

Lors de la conférence de presse animée par le ministre des Affaires maghrébines,

de l'Union africaine (UA ) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, en pré- sence de l'émissaire des Nations unies, chef de la mission pour la Libye, Martin Kobler,

M. Siyala a salué de nouveau le rôle de

l'Algérie qui a abrité cette rencontre. «Nous remercions l'Algérie pour les efforts consentis et qu'elle continue de consentir pour la stabilité dans les pays de

la région et de tous ses peuples», a-t-il indi-

qué.

A

une question sur les principaux

amendements relatifs à certains points de

l'accord politique signé en décembre 2015,

M. Siyala a jugé «prématuré de parler de la

substance des amendements à introduire mais nous pouvons toutefois, émettre cer- tains points de vue des Libyens n'ayant pas encore muri. Il existe néanmoins, des indices quant à la nécessité de revoir la composante du Conseil présidentiel et de

de revoir la composante du Conseil présidentiel et de procéder à la séparation entre le conseil

procéder à la séparation entre le conseil présidentiel et le conseil des ministres, outre certains amendements sans grande importance». Parlant de «simple opération chirurgi- cale», il a indiqué que l'application l'accord en question a démontré en peu de temps que «certains amendements s'imposent». «Les amendements à introduire seront définis, eux, par le mécanisme prévu dans l'accord politique», a-t-il poursuivi avant de préciser qu'il existait une commission dont

une partie sera choisie par le Conseil des députés et une autre par le Haut conseil d'Etat. Celle-ci se penchera sur l'examen des amendements requis pour enfin les sou- mettre au Conseil des députés pour adop-

tion», a-t-il encore dit.

M. Siyala: Messahel est le bienvenu en Libye et nous apprécions hautement ses visites

Concernant les tournées effectuées récemment par le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des états arabes Abdelkader Messahel dans plusieurs villes libyennes (nord, est et sud), le responsable libyen a

souligné l'importance de ces visites» et des résultats obtenus, affirmant «nous nous en félicitons et sommes hautement satisfaits». Il a ajouté que M. Messahel était le bienvenu en Libye. M. Siyala a en outre précisé que la visite de M. Messahel en Libye a été préparée et coordonnée avec le conseil présidentiel et le gouverne- ment d'Union nationale, ajoutant que «nous étions préalablement informés du programme et des régions où il devait se rendre».

Le maréchal Khalifa Haftar est le commandant général de l'armée libyenne

assurément le com-

mandant général de l'armée libyenne», a répondu M. Siyala à une question à ce pro- pos, affirmant que la décision de sa nomi- nation a émané du parlement, une assem-

blée élue par les différentes catégories du peuple», soulignant qu'il était de ce fait, le commandant général de l'armée libyenne,

et qu'il n'y avait aucun doute à cela.

Le responsable libyen a par ailleurs évo- qué «l'ingérence étrangère» dans les affaires de son pays et dans la crise qui secoue la Libye, précisant que «l'interven- tion étrangère se poursuit car les Etats ont des intérêts et des ambitions». Il a ajouté concernant la question libyenne que «s'il n'y avait pas eu d'inter- vention étrangère pour appuyer certaines parties et des soutiens médiatiques en faveur de certains points de vue, les Libyens auraient réglé leur problème depuis long- temps». «Le problème n'est pas vraiment com- plexe mais quand on attise le feu, il est diffi- cile de l'éteindre et c'est pour cela que nous avons fait appel aux pays voisins et aux Nations unies», a-t-il dit.

«Khalifa Haftar

est

ALGÉRIE-SAHEL

La Ligue des Ulémas du Sahel condamne l'attaque terroriste contre l'armée tchadienne

La Ligue des Uléma, prédicateurs et Imams des pays du Sahel a condamné l'at- tentat terroriste qui a ciblé une position de l'armée tchadienne dans le bassin du lac Tchad, appelant à «la conjugaison des efforts pour éradiquer les phénomènes de l'extrémisme violent et du terrorisme». «La Ligue des Uléma, prédicateurs et Imams des pays du Sahel condamne et s'in-

digne» à l'égard de l'attentat terroriste qui a ciblé vendredi une position de l'armée tchadienne à Kaïga-Kindiria dans le bassin du lac du Tchad, a indiqué dans un com- muniqué le secrétaire général de la Ligue, Youssef Belmehdi, exprimant sa solidarité avec les familles des victimes.

Et d'ajouter: «Nous demeurons convain-

cus que ces crimes barbares perpétrés par

l'organisation Boko Haram contre l'huma- nité sont étrangers à l'Islam et tout un cha- cun est appelé à faire entendre le cri de la paix, de l'amour, du dialogue, de la coexis- tence et de la réconciliation contre ceux qui sèment le mal et la barbarie», estimant nécessaire de «conjuguer les efforts et éta- blir une coordination et une coopération afin de trouver le moyen idoine de venir à bout du phénomène de l'extrémisme vio- lent et le terrorisme aveugle». La Ligue a présenté également, «ses sin- cères condoléances et exprimé sa compas- sion à la société tchadienne pacifiste et tolé- rante toutes obédiences confondues», sou- haitant voir s'éteindre «le feu de la fitna, des

guerres et des conflits de par le monde». Samedi dernier, le ministère des Affaires

étrangères avait condamné par la voix de son porte-parole, Abdelaziz Benali Cherif,

«avec la plus grande fermeté» l'attaque ter- roriste perpétrée vendredi contre une posi- tion de l'armée tchadienne basée à Kaïga- Kindiria, dans le bassin du lac Tchad. «Nous saluons l’engagement du peuple tchadien et de ses forces armées dans la lutte contre le terrorisme», poursuit le ministère avant de préciser «nous considé- rons la réponse solidaire des pays de la région comme une réponse nécessaire qui

a besoin d'être davantage soutenue pour

infléchir les desseins destructeurs des ter- roristes et contenir la menace qu'ils font peser sur la quiétude des populations et la stabilité dans cette partie névralgique de notre continent africain».

cette partie névralgique de notre continent africain». Le statut du Sahara occidental reste celui d'«un

Le statut du Sahara occidental reste celui d'«un territoire non autonome», a affirmé la chef de la diplomatie euro- péenne, Federica Mogherini, réitérant le soutien de l'Union européenne (UE) pour les efforts du secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) en vue de parvenir à une solution qui per- mette «l'autodétermination du peuple du Sahara occidental». «Le Sahara occidental est inscrit sur la liste des territoires non autonomes de l'ONU», a-t-elle écrit dans sa réponse, au nom de la Commission européenne, aux députés européens qui l'interpellaient sur la présence militaire marocaine au Sahara occidental. La haute représentante de l'UE pour les

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC

LA CHEF

L’A AFFIRMÉ

DE LA

:

DIPLOMATIE EUROPÉENNE,

FEDERICA

MOGHERINI

«Le statut du Sahara occidental d'un territoire non autonome»

reste celui

affaires étrangères et la politique de sécu- rité a rappelé, à ce titre, que «le statut défi- nitif du Sahara occidental continue de faire l'objet d'un processus de négociation mené sous l'égide des Nations unies». Elle a réaffirmé le soutien de l'UE pour les efforts déployés par le Secrétaire géné- ral des Nations unies en vue de parvenir à «une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d'arrangements conformes aux principes et aux objectifs de la charte des Nations unies». Mme Mogherini a exprimé, dans ce contexte, la préoccupation de l'UE par «la longue durée de ce conflit et par ses conséquences sur la sécurité, le respect des Droits de

l'homme et l'intégration dans la région», exhortant les deux parties à «rechercher une solution négociée au conflit». Dans une question parlementaire adressée à la Commission européenne, de nombreux députés européens dont Max Andersson, Jakop Dalunde, Klaus Buchner, Joao Ferreira, Takis Hadjigeorgiou et Rina Ronja Kari ont exhorté l'exécutif européen à préciser le statut, au regard du droit international, de la présence militaire marocaine au Sahara occidental. Les députés européens ont souligné dans leur question que l'UE et ses Etats membres n'ont jamais reconnu la souve- raineté du Maroc sur le Sahara occidental, relevant que la Cour européenne de justice

(CJUE), dans son arrêt de 21 décembre der- nier, a rejeté l'argument de la Commission selon lequel le Royaume du Maroc était la puissance qui administre de facto le Sahara occidental. Selon ces eurodéputés, le droit relatif aux droits de l'homme et le droit interna- tional humanitaire s'appliquent à la situa- tion au Sahara occidental et, partant, aux activités des organismes et acteurs maro- cains. Ils ont appelé, à ce propos, la Commission européenne à expliquer com- ment la Commission a appliqué les lignes directrices de l'UE concernant le droit international humanitaire à la situation au Sahara occidental.

APS

Mercredi 10 mail 2017 MONDE DK NEWS 15
Mercredi 10 mail 2017
MONDE
DK NEWS
15
SELON UN RAPPORT ANNUEL 2016 DE L’IIISS Le conflit syrien, le plus meurtrier dans le
SELON
UN RAPPORT ANNUEL 2016 DE
L’IIISS
Le conflit syrien, le plus meurtrier
dans le monde en 2016
Le conflit en Syrie a
été le plus meurtrier
dans le monde pour
la cinquième année
consécutive, a
indiqué le rapport
annuel 2016 de
l’Institut
international des
études stratégiques
(IISS) basé à
Londres.
Le rapport présenté
lors d’une conférence de
presse animée par le
directeur général d’IISS,
John Chipman, souligne
que dix conflits ont occa-
sionné plus de 80% des
décès dans le monde, dont
le conflit en Syrie avec
encore 50.000 tués l’année
dernière, portant le total
des morts dans ce pays
depuis 2011 à environ
290.000.
Entre janvier et août
2016, quelque 900.000
personnes ont été dépla-
cées en Syrie. 90% ont été
dispersées dans les zones
urbaines ou suburbaines
des pays voisins, note
l’IISS.
Les neufs autres zones
de conflits citées par le
document sont le
Mexique, l'Irak,
l'Afghanistan, le Yémen, la
Somalie, le Soudan, la
Turquie, le Soudan du Sud
et le Nigéria.
Les conflits dans le
monde ont fait 157.000
morts l'année dernière
contre 167.000 en 2015. Le
nombre des conflits qui
peuvent exploser à tout
moment est en augmenta-
tion, souligne l’IISS.
Le Moyen-Orient reste
la partie qui a connu le
plus grand nombre de
mort dans des conflits
armés, avec 82.000 décès
l'an dernier. Sept des dix
conflits les plus mortels de
2016 ont été enregistrés
dans cette région, relève
IISS.
Le directeur de l’insti-
tut affirme que l’élabora-
tion de solutions poli-
tiques appropriées aux
conflits latents constituera
«un défi majeur» pour les
décideurs politiques, mais
«essentiel» si le nombre
des décès occasionnés par
les conflits dans le monde
devrait être réduit de
manière substantiels.
«Dans ce domaine,
comme dans beaucoup
d'autres, la bonne gouver-
nance est une condition
préalable et nécessaire à
une bonne stratégie», a-t-il
dit.n Il a ajouté que de plus
en plus, les réfugiés et les
conflits se rapprochent
des villes et ne suivent pas
le chemin traditionnel qui
consistait à les voir se
concentrer dans des zones
frontalières.
Pendant que les per-
sonnes déplacées s’instal-
lent dans les villes, ces der-
nières aussi connaissent
de plus en plus de conflits,
note Chipman.
Environ la moitié des 36
conflits armés cités par
l’IISS ont tous fait des
morts et se déroulent dans
un milieu urbain, ce qui
pose des défis particuliers
pour les organisations
d'aide aux personnes
déplacées et aux forces
armées qui combattent les
«insurgés».
Les forces de maintien
de la paix des Nations
Unies trouvent de plus en
plus de difficultés à satis-
faire les attentes de plus en
plus élevées chaque
année. Les défis du main-
tien de la paix connaissent
une croissance constante,
souligne IISS.

PALESTINE-ETATS UNIS

Abbas : «Donald Trump prochainement en visite dans les Territoires palestiniens »

prochainement en visite dans les Territoires palestiniens » Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé hier

Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé hier une visite prochaine de son homologue américain Donald Trump dans les Territoires palestiniens. M. Abbas a rappelé «son engagement en faveur de la paix, basée sur le droit et les résolutions internationales conformément à la solution à deux Etats». Cet Etat doit être un Etat «souverain dans les frontières de 1967 et ayant pour capitale El Qods-Est», a-t-il insisté, dans des déclarations à Ramallah aux côtés du président allemand Frank-Walter Steinmeier. L'administration américaine de Donald Trump, en place depuis janvier, a multiplié les contacts pour ranimer les efforts de paix. «Nous y arriverons!», avait ainsi proclamé le président américain lors de la visite de M. Abbas la semaine passée à Washington.

COLOMBIE:

Les rapts par l'ELN «compliquent» le dialogue de paix

Le gouvernement colombien a attribué lundi à l'ELN, dernière gué- rilla active du pays, l'enlèvement de huit personnes dans une jungle du Nord-Ouest, estimant que de tels faits «compliquent énormément» les négociations de paix entamées le 7 février en Equateur. «Les turpitudes du Front occi- dental de l'ELN dans le Choco, qui séquestre et commet des délits, compliquent énormément les négo- ciations de Quito», a tweeté Juan Camilo Restrepo, chef de la déléga- tion gouvernementale aux pourpar- lers avec l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste), qui visent à mettre fin à plus d'un demi- siècle de confrontation armée. Le gouvernement du président Juan Manuel Santos, qui veut attein- dre une «paix complète» après avoir déjà signé en novembre un accord de paix historique avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), la prin- cipale et plus ancienne guérilla des Amériques, a à nouveau exigé de l'ELN qu'elle mette fin à sa pratique

des enlèvements. Sept hommes et une femme, dont apparemment un mineur, ont été enlevés dimanche

par un groupe armé illégal à Sesego, zone rurale de la municipalité de Novita, dans le Choco, département

le plus pauvre de Colombie. Les

autorités ont attribué ce rapt à l'ELN. Le ministre de la Défense Luis

Carlos Villegas, qui a présidé lundi à Novita un conseil de sécurité extra- ordinaire sur la situation générée par cet «enlèvement inacceptable»,

a déclaré qu'une opération des

forces de l'ordre était en cours contre cette guérilla, mais sans pré- ciser la raison du rapt. Un deuxième cycle de pourpar- lers avec l'ELN est prévu à partir du 16 mai à Quito, avait précisé samedi M. Restrepo. En visite à Bogota lundi, le président élu d'Equateur, Lenin Moreno, a confirmé son sou- tien à ces négociations. «Nous y mettons tout notre appui, toute notre aide parce que la paix est bonne pour vous, la paix est bonne pour nous, la paix est bonne

pour tous», a déclaré M. Moreno à l'issue d'une réunion avec M. Santos, dans le cadre de sa première visite à l'étranger en tant que chef d'Etat élu. L'Equateur est l'un des pays

garants du processus de pays avec l'ELN, guérilla issue en 1964 d'une insurrection paysanne et inspirée

de la révolution cubaine.

M. Moreno, élu le 2 avril et qui succèdera le 24 mai au président Rafael Correa, a réitéré son inten- tion que Quito soit le siège perma-

nent de ces pourparlers «jusqu'à ce que la paix soit atteinte», comme La Havane l'a été pendant quatre ans pour les négociations avec les Farc. Le conflit armé colombien, le plus ancien du continent américain,

a impliqué depuis le début des

années 1960 une trentaine de gué- rillas d'extrême gauche, des milices paramilitaires d'extrême droite et les forces de l'ordre, faisant au moins 260.000 morts et provoquant

la disparition de plus de 60.000 per-

sonnes, ainsi que le déplacement de

7,1 millions de civils.

CORÉE DU SUD

Les Sud-Coréens commencent à voter pour élire leur nouveau président

Les bureaux de vote ont ouvert hier à l'aube à travers tout le pays pour l'élection qui permettra aux Sud-Coréens d'élire leur nouveau président. La date de l'élection a été avancée, suite à la destitution de l'ancienne présidente Park Geun- hye au mois de mars, après des accusations de corruption. Le scrutin présidentiel durera de 06H00 heure locale (lundi 21H00 GMT) à 20H00 heure locale (mardi 11H00 GMT). Il aura lieu dans 13 964 bureaux de vote à travers le pays. La durée d'ouverture des bureaux a été pro- longée de deux heures par rapport à l'élection présidentielle de 2012, afin de permettre à davan- tage de citoyens de participer à ce moment cru- cial pour le pays. Les espoirs d'assister à un simple transfert du mandat présidentiel se sont effondrés après le scandale de trafic d'influence dans lequel a été impliquée Mme Park, qui a conduit à sa destitu- tion et à son arrestation, puis à la chute du bloc conservateur. Le vote anticipé, une possibilité adoptée en 2013 et appliquée pour la première fois cette année, a d'ores et déjà suscité une participation record de 11 millions d'électeurs, soit 26 % de l'électorat. Ce taux de participation élevé reflète de la part du public un intérêt particulier pour l'élection du remplaçant de Mme Park.

ALLEMAGNE:

Arrestation d'un 2 e soldat suspecté de préparer un attentat

2 e soldat suspecté de préparer un attentat Un second soldat suspecté de convictions d'ex- trême

Un second soldat suspecté de convictions d'ex- trême droite et d'avoir participé à un projet d'at- tentat contre des personnalités politiques alle- mandes a été arrêté, a indiqué hier le parquet antiterroriste allemand. Ce nouveau suspect, un ressortissant alle- mand de 27 ans, est accusé d'avoir «préparé un attentat grave» aux côtés de deux autres suspects arrêtés fin-avril : un étudiant allemand de 24 ans et l'officier de la Bundeswehr, 28 ans. Les trois hommes voulaient s'en prendre à des personnalités responsables selon eux de «l'échec en matière de politique d'immigration» ou «enga- gées en faveur de l'accueil des réfugiés», précise

le communiqué du parquet.

Ils avaient ainsi établi des listes de cibles potentielles, sur lesquelles figuraient notamment les noms de l'ex-président allemand Joachim Gauck ou de l'actuel ministre de la Justice, Heiko Maas. L'idée du trio était de s'en prendre à ces per- sonnalités et de «jeter la suspicion sur les deman- deurs d'asile en Allemagne», a-t-on indiqué. Pour cela ils voulaient mettre les enquêteurs sur la piste d'un réfugié syrien qui n'a jamais

existé, puisqu'il s'agissait d'une fausse identité

prise par l'officier. Tout en continuant sa vie de lieutenant sur la base franco-allemande d'Illkirch, près de Strasbourg dans l'Est de la France, l'officier alle- mand de 28 ans avait en effet réussi à se faire pas-

ser pour un réfugié syrien et obtenu, sous cette

fausse identité, l'asile début 2016 en Allemagne. APS

16

DK NEWS

CULTURE

Mercredi 10 mai 2017

TIZI-OUZOU :

Classement prochainement de 6 sites antiques à Boudjima

Une réflexion sur le classement global de six sites antiques de la commune de Boudjima rele- vant de la daïra de Makouda, au nord de Tizi- Ouzou, vient d’être engagée par la direction de la culture, a-t-on appris mardi du chef de service patrimoine. Lors d’une sortie d’inspection dans des sites patrimoniaux non encore classés au vil- lage Tarihant, Mouloud Hachour a précisé à l’APS qu’un "classement propres à tous les lieux antiques et les vestiges des différentes civilisations existants dans la région risque de s’étaler sur plu- sieurs années, d’où l’idée de procéder à un classe- ment collectif". Au village Tarihant qui compte déjà un espace protégé et classé comme bien patri- monial local, à savoir Azrou Imedyazen qui ren- ferme des inscriptions libyques, six autres sites ont été visités mardi par la délégation du service patri- moine dans la perspective de les proposer au clas- sement. Il s’agit d’Azrou Tzizoua qui renferme un abri sous roche comportant des peintures rupestres remontant à la période néolithique, des deux pres- soirs de Targa N Tezmatin datant du 1er siècle avant Jésus Christ, du site Garoura comportant des peintures rupestres et des inscriptions libyques, du village antique Lafayer, et des deux abris sous roches de Tamda Ouquelouache et Azrou Ouzaghar. "Nous avons déjà discuté de cette option de classement collectif dans le but de préserver et de protéger le maximum de sites archéologiques possibles. Des débats en profondeur seront enga- gés dans les prochains jours avec toutes les parties concernées en vue d’étudier les différents aspects, notamment ce qui est lié à la réglementation en vue de dégager une véritable réflexion sur le pro- jet", a-t-il indiqué. Ce classement global sera accompagné, après concrétisation du projet de classification, d’une délimitation de la périphérie de chaque site dans le but de faciliter sa protection et permettre aux propriétaires des terrains avoisi- nants d’exploiter leurs parcelles librement, a-t-on expliqué. Ayant accompagné la délégation, les animateurs de l’association Garoura de Tarihant ont relevé que ces lieux antiques, sis pour la plupart sur les hau- teurs du village et qui ne bénéficient d’aucune pro- tection, sont menacés, notamment, par les tail- leurs de pierre qui ont été surpris à maintes fois par l’association en train de dégrader ces espaces en cassant les rochers ou en mettant le feu à l’inté- rieur des abris sous roches. Au village de Lafayer qui remonte probable- ment à l’époque romaine et dont certains vestiges en témoignent à ce jour, M. Hachour a indiqué que des recherches et des fouilles sont nécessaires pour délimiter le site dans un premier temps, le classer par la suite, avant d'engager une action de réhabilitation.

PATRIMOINE

Publication prochaine de brochures sur les ksour de Oued M’zab

L’Office de protection et de promotion de Oued M’zab s’attèle actuellement à l’élaboration d’une série de brochures comportant l’historique culturel et architectural des ksour de Ghardaia, a-t-on appris à Oran auprès de cet office relevant du ministère de la Culture.

Ces publications met- tront en exergue l’histoire des ksour de Ghardaia, leur conception architec- turale, leurs puits, leurs anciennes bâtisses et leurs tours, a indiqué le chef de service recherche et ani- mation à l'office, à l’occa- sion d’une exposition sur le patrimoine de Oued M’zab qui se poursuit lundi au musée national public «Ahmed Zabana» d’Oran. Chacune de ces brochures traite d'un ksar que recèle Ghardaia avec illustration de manuscrits et de photos, a ajouté Bennaceur Yahia qui a annonce que cette série de publications sera prête d’ici la fin de l’année en cours pour constituer un support de recherche en matière d’architecture. La wilaya de Ghardaia compte neuf ksour dont cinq situés à l’intérieur de Oued M’zab que sont El Atf, Béni Yezguen,

de Oued M’zab que sont El Atf, Béni Yezguen, Bennoura, Melika et Ghardaia et quatre autres

Bennoura, Melika et Ghardaia et quatre autres en dehors de cette plaine que sont Ménéa, Metlili, Berriane et El Grara, outre des vestiges de ksour

ksour dont l’argile, du sys- tème de gestion et de dis- tribution d'eau, des puits, des maisons tradition- nelles et de la tapisserie. En plus de la publica-

moine à travers des des- sins animés sur la civilisa- tion de Oued M’zab et un guide touristique pour enfants «Watani». L’office a programmé,

engloutis.

tion de manuscrits, l’office

au musée national

L’Office de protection et

a

réalisé des films docu-

«Ahmed Zabana» d’Oran,

de promotion de Oued M’zab basé à Ghardaia a édité plus de 35 manuscrits depuis sa création en 1992, traitant de sujets liés aux matériaux de construction utilisés jadis dans les

mentaires sur le patri- moine matériel et immaté- riel de Oued M’zab, région classée patrimoine natio- nal et international et oeu- vre à inculquer aux enfants l'amour du patri-

un atelier sur la lecture du patrimoine, de dessin et de tapisserie du 7 au 11 mai courant au profit d'enfants d’Oran à l’occasion de la célébration du mois du patrimoine.

ANNABA

80.000 titres exposés au Salon du printemps du livre

ANNABA 80.000 titres exposés au Salon du printemps du livre Au total 80.000 titres sont présentés

Au total 80.000 titres sont présentés au Salon du prin- temps du livre, ouvert lundi au cours de la Révolution d’Annaba. Ce salon du livre à ciel ouvert, auquel participent 14 maisons d’édition, offre une large palette d’ouvrages traitant du domaine de la littérature, des sciences et nouvelles technologies, des langues et des arts et de la culture, ainsi que des livres universitaires et pour enfants . En plus de l’aménagement d’un pavillon dédié

à la littérature algérienne et aux livres en tamazight, ce

salon propose un espace pour les différents lectorats afin de sensibiliser à l’importance du livre et de donner

le goût de la lecture aux enfants et aux jeunes. Cette

manifestation qui se poursuivra jusqu’au 23 mai cou- rant, sera mise à profit pour honorer l’homme de lettres Ahmed Chribet qui a publié prés d’une trentaine de livres ayant trait à l’histoire, au patrimoine et à la littéra- ture algérienne.

ZAOUIAS

Soufisme: sixième colloque national «Hommes en mémoire» prochainement à Sougueur (Tiaret)

La zaouia Sidi Benaouda Al Chaalal de Sougueur (Tiaret) abritera, jeudi et ven- dredi prochains, le sixième colloque national "Hommes en mémoire", à l’oc- casion du 7ème anniversaire de la mort du cheikh Mohamed Al Chaalal, a-t-on appris mardi du cheikh de la zaouia. Le président de l’Union nationale des zaouias algériennes et de l’Union mon- diale du soufisme, Dr Mahmoud Chaalal a indiqué, à l’APS, que ce colloque auquel prendront part des mouridine et cheikhs de tariqas soufies d'Algérie, vise à "réunifier les rangs de la société, à rendre hommage à des hommes et cheikhs de zaouias et à ouvrir davantage les zaouias sur l’environnement exté- rieur". Le programme de cette rencon- tre comporte des communications trai- tant de cheikh Sidi Boumediène Chouaib, de la zaouia de Al Chaalal, entre autres thèmes, en plus d'honorer d'une promotion des récitants du Coran, dont des élèves de la zaouia Sidi Benaouda Al Chaalal. Des récitations du Coran selon la tariqa Alaouia et une veillée religieuse

du Coran selon la tariqa Alaouia et une veillée religieuse de Aissaoua (cheikh Djazouli) y figurent

de Aissaoua (cheikh Djazouli) y figurent également. Cheikh Mohamed Al Chaalal Ben El Moussoum Ben Mohamed Benaouda (1931-2010), natif de la ville de Sougueur (Tiaret), est le petit fils des cheikhs Sidi M’hamed Al Chaalal et Sidi Amar Al

Chaalal, fondateurs de la zaouia Derkaouia chadlia de Sidi Abdelghani dans la daira de Sougueur en 1900. Il est aussi le 5ème cheikh de la zaouia. Il a suivi son enseignement auprès d'éminnents cheikhs, dont son père cheikh El Moussoum Al Chaalal et son

grand père Sidi Amar Benaouda et cheikhs Mohamed Bentikouk de Mostaganem, cheikh Ahmed Latreche Senoussi, cheikh Tayeb El Mehadji d’Oran, cheikh Mokhtar Al Chaalal en fiqh malékite et cheikh Moulay Larbi Al Chaalal en tariqa alaouia. Cheikh Mohamed Al Chaalal a adhéré aux rangs du Front de libération natio- nale (FLN) avant d’être arrêté par le colonisateur français et emprisonné sans jugement. Il fut exilé ensuite en France. Après l’indépendance, il assuma la direction de la kasma du FLN de Sougueur et contribua à la fondation de l’Association nationale des zaouias algériennes et l’Union nationale des zaouias, ainsi qu'à la démarche de réconciliation nationale. Il a également fondé l’Association de la zaouia de Sidi Benaouda Al Chaalal à Sougueur et fut désigné 5ème cheikh de la zaouia après la mort de son père se consacrant à l'enseignement du fiqh, de la théologie et de l'histoire.

APS

Mercredi 10 mai 2017

HISTOIRE

DK NEWS 17

ALGÉRIE-FRANCE

Des femmes en m'laya participent a la marche commémorative des massacres du 8 mai à Guelma

Des groupes de femmes vêtues de m’laya ont participé lundi à Guelma à la marche commémorative des massacres du 8 mai 1945 qui a rassemblé un grand nombre de citoyens avec en tête les autorités locales, les jeunes scouts musulmans algériens et les adhérents des établis- sements de jeunes.

et les adhérents des établis- sements de jeunes. Une centaine de femmes toutes en m’laya ont

Une centaine de femmes toutes en m’laya ont battu le pavé depuis El Karmat sur les hauteurs de la ville de Guelma à compter de 16h00 heure de la mise en branle de la marche histo- rique du mardi 8 mai 1945. Les manifestants arbo- rant les couleurs nationales ont emprunté le même iti- néraire des militants du mouvement nationaliste en passant par l’avenue An- nouna puis Ibn Badis et enfin l’avenue Abdelkrim sous les youyous lancés par les femmes depuis les bal-

cons des immeubles lon- geant l’itinéraire emprunté. La marche s’est arrêtée à l’avenue ‘‘8 mai 1945’’ à l’endroit où la police fran- çaise conduite par le sous- préfet André Achiary a commencé sa répression faisant tomber le premier martyr, Abdallah Bou- maâza. Les femmes en m’laya représentent 20 associa- tions activant dans les éta- blissements de jeunes, a indiqué Mme Assia Harizi, chef du bureau du mou- vement associatif à la direc-

tion de la jeunesse et des sports à l’origine de cette initiative de port de cette te- nue traditionnelle de femme. Durant la matinée, les autorités locales accompa- gnées de moudjahidine ont pris part à une cérémonie de recueillement à la mé- moire des martyrs au cime- tière des chouhada avant de visiter les stèles commé- moratives des massacres dans les communes de Boumahra Ahmed, Bel- kheir, Héliopolis et Guelma.

L’objectivité demeure relative dans les écrits historiques

L’objectivité dans les écrits historiques demeure relative en dépit de leur évolution en termes d’ap- plication des méthodes scientifiques particulière- ment durant le 19ème siè- cle, a affirmé lundi à Constantine, Dr. Ahmed Sari, professeur d’histoire à l’université Emir Abdelka- der des sciences isla- miques. Intervenant lors d’une conférence historique sur «l’objectivité et subjectivité en histoire» à l’occasion du 72ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945, le conférencier a estimé «qu’il n’y a pas d’objectivité abso- lue en histoire qui n’est point une science exacte». Concernant cet épisode historique, Ahmed Sari a relevé, à ce propos, «qu’alors que les Algériens évoquent un massacre ayant fait plus de 45.000 victimes, la partie française en parle comme évène- ments sporadiques ayant

causé la mort d’un petit nombre d’Algériens pous- sés à la rue par la situation économique et la séche- resse de 1945 sans être mus par une quelconque reven- dication politique indépen- dantiste». Pourtant, a-t-il ajouté, «le rapport de la commis- sion chargée d’enquêter sur ces manifestations re- jette la cause économique des manifestants n’ayant à aucun moment tenté de piller les hangars de blés malgré la pénurie de den- rées d’alors». L’universitaire a égale- ment rappelé que le mou- vement nationaliste de l’époque a souvent relevé que «les manifestations étaient restées pacifiques pendant plusieurs jours dans les villes où les forces coloniales françaises n’ont pas recouru à la répres- sion». «La question du nombre de victimes de ces massa- cres estimée par la revue El

Bassaïr de l’association des Oulémas musulmans algé- riens en 1948 de 80.000 morts, exige davantage d’investigation de la part des historiens et cher- cheurs», a encore soutenu cet universitaire, en souli- gnant que beaucoup d’Al- gériens disparus avaient fui leurs villes et villages de crainte des représailles. Datant les premiers écrits historiques d’Algé- riens des années 1930 avec Moubarek El Mili, Ahmed Toufik El Madani et Abder- rahmane El Djillali qui af- frontaient l’hégémonie de l’école française de l’his- toire, Dr. Sari a également insisté sur la critique et la vérifica- tion des données conte- nues dans les mémoires et témoignages historiques. Cette conférence histo- rique initiée par la direction de wilaya de la culture a suscité un riche débat avec le public présent.

MASSACRES DU 08 MAI 1945 À KHERRATA :

Des milliers de personnes aux cérémonies commémoratives à Chaâbet Lakhera

Des milliers de personnes ont

à Chaâbet Lakhera Des milliers de personnes ont Kherrata. Aussi, le rassemblement et le recueillement

Kherrata. Aussi, le rassemblement et le recueillement d'aujourd’hui restent pour beaucoup un moment contre l'oubli et pour «perpétuer le souvenir, celui des crimes coloniaux, mais aussi et surtout les sacrifices consentis pour la libération du pays», dira Saad, un militant de la Fonda- tion du 08 mai 45, qui relève que la haine exprimée par l’armée coloniale avait duré plus d’une quinzaine de jours et avait été en-

tretenue dans toute la région de Kherrata jusqu’à Melbou, sur un rayon de 42 km. Cette journée commémorative, rehaussée par la présence des autorités de wilaya, a donné lieu à des visites de reconnaissance et d’hommage à certains Moudjahidine de santé fragile, remis des cadeaux à d’au- tres, et ce parallèlement à la tenue d’une foule d’activités toutes dédiées à l’évène- ment, notamment des conférences-dé- bats, des projections de films et des expo- sitions. L’occasion a été aussi propice pour attribuer plus de 500 logements à des bé- néficiaires inscrits au titre des différentes formules (location vente, logements parti- cipatifs ou aidés).

APS

pris part, lundi à Chaabet Lakhera,

à l’entrée Nord de la ville de Kher-

rata, aux cérémonies commémora- tives du 08 mai 1945, théâtre, il y’a 72 ans, d’un massacre collectif des populations locales, assassinées dans des conditions abjectes par l’armée coloniale, en représailles contre des manifestations paci- fiques organisées alors pour récla- mer l’indépendance du pays. Le

lieu est fort symbolique. Car c’est ici même, que des centaines de personnes ont été je- téES dans le vide, vivants, dans des scènes d’horreurs insoutenables. Les cris de dé- tresse et les craquements des os des victimes sur les parois de ces gorges rocheuses ré- sonnent encore avec force dans les oreilles de quelques survivants qui ont pu échap- per au purgatoire et à ce crime collectif et qui peinent encore, malgré le temps passé,

à visiter les lieux, sans fondre en larmes.

«C’était une journée d’enfer», se souvient encore Lahcene Bekkouche, qui avait 16 ans alors et qui a vécu du haut d’un parapet toute la sauvagerie avec laquelle, Mohand Hanouz, le médecin algérien de la localité et ses deux enfants, ont été exécutés. Ils ont été jetés dans le vide, mains et pieds liés avec du fil barbelé, l’un après l’autre», a-t-il af- firmé, non sans émotion. «C’était par camions que la soldatesque coloniale transportait des manifestants et même de simple citoyens soustraits de leur chaumière pour être jetés dans les ra- vins, au point où le fond de la rivière avait pris, des jours durant, la couleur pourpre», selon divers témoignages des habitants de

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 25103589 du 10/05/2017
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 25103589 du 10/05/2017

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mercredi 10 mai 2017

Programme de la soirée

NEWS DÉTENTE Mercredi 10 mai 2017 Programme de la soirée 19:55 20:00 Dix pour cent R

19:55

DÉTENTE Mercredi 10 mai 2017 Programme de la soirée 19:55 20:00 Dix pour cent R ÉALISATEUR
DÉTENTE Mercredi 10 mai 2017 Programme de la soirée 19:55 20:00 Dix pour cent R ÉALISATEUR

20:00

Dix pour cent

RÉALISATEUR : ANTOINE GARCEAU AVEC : CAMILLE COTTIN , THIBAULT DE MONTALEMBERT GUEST STAR : GUY MARCHAND , JULIEN DO

BER T G UEST STA R : G UY MA R CHA N D , JU

Le premier jour de tournage d'un film, Guy Marchand quitte le plateau. Il semble per- dre la tête. A priori ce n'est pas grave, mais l'acteur va être in- contrôlable pendant quelques jours. Gabriel ne sait pas com- ment le gérer. A l'agence, Ca- mille n'a plus de contrat. Et à l'agence, personne ne semble vouloir d'elle. De son côté, An- dréa, troublée, fait un test de grossesse. Le résultat est positif. Elle ne sait pas comment réagir.

19:55Le résultat est positif. Elle ne sait pas comment réagir. 20:00 Football / Ligue des champions

est positif. Elle ne sait pas comment réagir. 19:55 20:00 Football / Ligue des champions ATLÉTICO
est positif. Elle ne sait pas comment réagir. 19:55 20:00 Football / Ligue des champions ATLÉTICO
est positif. Elle ne sait pas comment réagir. 19:55 20:00 Football / Ligue des champions ATLÉTICO

20:00

Football / Ligue des champions

ATLÉTICO MADRID (ESP) / REAL MADRID (ESP)

ATLÉTICO MAD R ID ( E SP) / RE AL MAD R ID ( E SP)

Atlético Madrid/Real Madrid - C'est un remake des finales 2014 et 2016. Vainqueur à deux re- prises de l'Atlético Madrid, le Real Madrid part clairement avec un avantage psycholo- gique. Si les coéquipiers d'An- toine Griezmann comptent bien stopper l'hémorragie, ils de- vront se montrer sous leur meilleur jour pour espérer ter- rasser les hommes de Zinédine Zidane. Après avoir fait forte impression en 1/4 de finale face au Bayern Munich, le Real Ma- drid demeure le grand favori de cette demi-finale.

Ma- drid demeure le grand favori de cette demi-finale. 20:00 Grey's Anatomy R éalisateur : R

Ma- drid demeure le grand favori de cette demi-finale. 20:00 Grey's Anatomy R éalisateur : R

20:00

Grey's Anatomy

Réalisateur : Rob Corn Avec : Ellen Pompeo , Debbie Allen

: R ob Corn Avec : E llen Pompeo , Debbie Allen Un immeuble s'est effondré

Un immeuble s'est effondré en plein centre de Seattle. Le plan catastrophe est déclenché, mobilisant le personnel de l'hôpital. Winnie, 12 ans, et le propriétaire du bâtiment sont soignés. De son côté, Richard s'interroge sur les vraies raisons de la présence d'Eliza Minnick au Grey Sloan. Par ailleurs, Alex et Jo réussissent à avoir une discussion. Puis, Alex prend une décision importante à propos de son avenir.

prend une décision importante à propos de son avenir. Jeux Des racines et des ailes MAGA

Jeux

Des racines et des ailes

MAGAZINE DE REPORTAGES

Des racines et des ailes MAGA ZI NE DE REPO RTAGE S Sur 300 km, voyage

Sur 300 km, voyage en terre bretonne d’est en ouest, depuis les Marches de Bretagne jusqu'à la presqu’île de Cro- zon. Le périple commence par un survol de la Vilaine et des châteaux de Vitré, Fougères, Saint-Aubin-du-Cormier. A Rennes, deux passionnés d'art tentent de retrouver les mo- saïques réalisées par la famille Odorico. Dans le Morbihan, après une visite du château de Josselin, la vidange du lac de Guerlédan permet de redécou- vrir une partie immergée du canal de Nantes à Brest. Dans le Finistère, le domaine de Tré- varez abrite un superbe châ- teau. Enfin, direction la pointe du Raz et la pointe Saint-Ma- thieu, où se niche la presqu'île

de Crozon.la pointe Saint-Ma- thieu, où se niche la presqu'île Maison à vendre MAGA ZI NE DE

Maison

à vendre

MAGAZINE DE SOCIÉTÉ

de Crozon. Maison à vendre MAGA ZI NE DE SOCIÉTÉ Coralie habite avec sa fillette à

Coralie habite avec sa fillette à La Ferté-Alais, dans l'Essonne. Séparée de son conjoint, elle a décidé de vendre sa maison, qui appartenait à ses parents. So- phie Ferjani fourmille d'idées pour optimiser l'agencement et la décoration datée. Elle entend rendre cette petite demeure plus chaleureuse et plus fonction- nelle. Sylvie, Gérard et leurs trois enfants logent dans une jo- lie maison à Saint-Yon, dans l'Essonne, qui ne correspond plus à leurs besoins actuels. Pour se rapprocher d'un cen- tre-ville, le couple a mis sa mai- son en vente. Mais depuis 17 mois, ils n'ont eu aucune offre. Stéphane Plaza leur vient en aide en étudiant le marché im- mobilier local, tandis qu'Em- manuelle Rivassoux va rendre

leur bien plus contemporain.local, tandis qu'Em- manuelle Rivassoux va rendre “L'intelligence, c'est comme les parachutes, quand

manuelle Rivassoux va rendre leur bien plus contemporain. “L'intelligence, c'est comme les parachutes, quand

“L'intelligence, c'est comme les parachutes, quand on n'en a pas, on s'écrase.”

* Pierre Desproges

Citation

Samouraï-Sudoku n°1574

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°1574 1. Rebelle -

Mots croisés n°1574

1.

Rebelle - Pronomindéfini

8.

Deux - Accumulation de choses

Du verbe rendre - Drame japo- nais-Étain

2.

9.

- Administra un stimulant

Céréale à petit grain - Pièce

3.

Radon - S'exprimer orale-

centrale traversée par l'essieu

ment

10.Institutfrançaisd'opinionpu-

4. Qui met en doute - Molybdène

blique - Mangée pour la pre-

5. Manière de lancer - Vêtement

mièrefois

usé

11. Tantale - Laisser s'écouler

6.

Ancien oui - Rejeté - Télévision

un liquide

Préparer le programme d'un examen - Héros du déluge

7.

12.

Et le reste - Sucer le lait - Du

verbevoir

1. Caractère d'une personne

avoir

qui se met facilement en colère

8. Chaussure - Change de

2. Non - Du verbe avoir -

poste

Personnage vaniteux

9. Tonne (pétrole) - Pourvoir

3. Étain - Canine des

10. Note - Faire mourir par

carnivores

asphyxie dans un liquide

4. Fleuve de Pologne - Zones

11. Mot dont la

5. Branche mère de l'Oubangui

prononciation rappelle le

- Organisation maritime internationale - Do

son produit par l'être ou la chose qu'il dénote

6. Mal de dents

12. Original, inattendu -

7. Pronom personnel

Négligences - Du verbe

qu'il dénote 6. Mal de dents 12. Original, inattendu - 7. Pronom personnel Négligences - Du
qu'il dénote 6. Mal de dents 12. Original, inattendu - 7. Pronom personnel Négligences - Du

Mercredi 10 mai 2017

DÉTENTE

DK NEWS

19