Vous êtes sur la page 1sur 160

VICTOIRE

V ICTOIRE ASSUREE En affrontant l'offense, en la pardonnant, Et en allant de l'avant RICK RENNER

ASSUREE

En affrontant l'offense, en la pardonnant, Et en allant de l'avant

Sauf indication contraire, tout passage biblique est extrait de la version Bible du Semeur © 1992, Société Biblique Internationale, tous droits réservés.

Titre original anglais :

YOU CAN GET OVER IT How to Confront, Forgive, and Move On ISBN: 978-0-9779459-2-4 © 2002 Rick Renner Ministries. All rights reserved.

Titre français :

VICTOIRE ASSURÉE En affrontant l’offense, en la pardonnant, Et en allant de l’avant © 2016 Rick Renner Ministries, propriétaire de tous droits relatifs à la publication et à la vente de cette œuvre, qui est une traduction autorisée de l’édition anglaise.

Cette œuvre a été traduite par : Valerie Saunders

Aucun extrait de ce livre ne peut être reproduit ou transmis sous une forme quelconque sans l’autorisation écrite de Rick Renner Ministries.

ne peut être reproduit ou transmis sous une forme quelconque sans l’autorisation écrite de Rick Renner

Dédicace

Je dédie ce livre à ma mère, Erlita Renner, qui m’a appris à marcher dans l’amour et à montrer l’amour de Jésus-Christ en servant les autres.

Maman, je voudrais te remercier d’avoir consacré ta vie au service et à l’assistance de tant de personnes pendant de si longues années. Je ne pourrais imaginer meilleur exemple de quelqu’un qui sert les autres de façon désintéressée. Quel modèle de piété tu a été pour Denise, mes fils et moi-même.

Je t’aime.

Tabledes matières

C HAPITRE 1

On a tous des opportunités de s’offenser ou de s’offusquer

8

Vous pouvez surmonter la tentation de vous offenser

9

Le diable, manipulateur de nos pensées

10

Il existe un moyen de s’en sortir !

12

Dieu pourvoira une issue pour vous – SI vous voulez vraiment être

libre

12

À vous de choisir !

13

C HAPITRE 2

L’ offense est un piège

15

Le « pasteur pygmée »

17

« Mais qu’en est-il de lui ? »

21

Rechercher la paix et la poursuivre

27

La solution à l’offense

31

C HAPITRE 3

Jésus comprend vos émotions, vos frustrations et vos tentations 38

Jésus compatit à vos faiblesses

39

Jésus a été tenté de S’offenser et de S’énerver

41

Comme le comportement incohérent des gens peut être surprenant !

42

S’agit-il d’une occasion que le Saint-Esprit veut utiliser pour vous

transformer ?

45

Un exemple authentique

48

Jésus comprend et veut vous libérer

49

VICTOIRE

transformer ? 45 Un exemple authentique 48 Jésus comprend et veut vous libérer 49 V ICTOIRE

ASSUREE

C HAPITRE 4

Le mode opératoire du diable dans le domaine de l’intellect et des émotions

52

Résister aux ruses du diable

53

Quelles sont « les ruses » du diable ?

54

L’objectif et l’envie du diable

55

Marc 11:23 fonctionne bien pour le diable aussi !

57

De l’abondance du cœur

58

Une marionnette manipulée par les émotions ou une intelligence

renouvelée ?

59

Quelqu’un va contrôler votre intelligence ; à qui l’honneur ?

61

Que veut dire le nom « diable » ?

63

Ne permettez pas au diable de se faufiler dans vos relations

65

Le destructeur de relations depuis la nuit des temps

66

Vos relations sont-elles sources de joie ou de malédiction ?

67

C HAPITRE 5

L’ ami de Jésus devenu traître

69

Comment est-ce possible qu’un des disciples de Jésus devienne celui

qui Le trahit ?

70

Le don fastueusement cher de Marie

70

Comment Marie exprime sa reconnaissance envers Jésus

72

Une occasion d’amertume, de ressentiment et d’offense

73

Les mots de Jésus auraient pu offenser Ses auditeurs

74

Comment le diable a-t-il pu prendre pied dans le cœur et les pensées

de Judas ?

75

Quand le diable a essayé de se servir de moi comme traître

79

Les questions à se poser lorsque quelque chose devient un problème

sérieux

80

Concentrez-vous sur l’état de votre propre cœur

81

VICTOIRE

chose devient un problème sérieux 80 Concentrez-vous sur l’état de votre propre cœur 81 V ICTOIRE

ASSUREE

C HAPITRE 6

Vous êtes l’évêque de votre propre cœur

84

Ne laissez pas pousser les mauvaises herbes dans votre propre « jardin »

86

Devant Dieu, nous sommes tous responsables

88

Tenez-vous éloigné de tout jugement

91

Permettez à la grâce de Dieu de vous aider !

92

Aucune excuse si vous restez tel que vous êtes !

95

Votre mémoire fonctionne-t-elle bien ?

96

C HAPITRE 7

Extirpez chaque « racine d’amertume »

100

Les signes révélateurs de l’amertume qui se développe dans votre

vie

101

Faites attention aux propos que vous « balancez » en public !

105

Vous aurez inévitablement l’occasion de vous offenser !

108

Et si c’est vous qui êtes offensé ?

111

C HAPITRE 8

Il est temps de laisser tomber !

114

Comment affronter l’offenseur

116

Laissez tomber !

120

Passer au niveau supérieur

122

C HAPITRE 9

Pourquoi Jésus a comparé le manque de pardon au sycomore

125

Précisions importantes à propos du sycomore

125

Il est temps de déraciner et d’enlever cet arbre !

130

Ordonnez à ces attitudes de se jeter dans la mer !

132

VICTOIRE

et d’ enlever cet arbre ! 130 Ordonnez à ces attitudes de se jeter dans la

ASSUREE

C HAPITRE 10

Dix suggestions pratiques pour préserver votre cœur de l'amertume

et de la discorde

135

Suggestion n°1

136

Suggestion n°2

139

Suggestion n°3

140

Suggestion n°4

142

Suggestion n°5

143

Suggestion n°6

144

Suggestion n°7

147

Suggestion n°8

148

Suggestion n°9

149

Suggestion n°10

150

Qu’allez-vous donc faire ?

152

Une prière de pardon

155

VICTOIRE

S uggestion n°10 150 Qu’allez-vous donc faire ? 152 Une prière de pardon 155 V ICTOIRE

ASSUREE

1

Chapitre

On a tous des opportunités de s’offenser ou de s’offusquer

L e simple fait que vous ayez choisi ce livre me révèle que vous êtesàlarecherchederéponsesafindegérerl’amertume,leressentiment et l’absence de pardon. On a tous dû affronter ces problèmes à un moment ou à un autre. Alors, pour commencer, je voudrais que vous

sachiez dès le début que vous n’êtes pas seul dans cette lutte pour combattre ces problèmes internes d’amertume et de ressentiment. En plus, vous n’avez pas besoin de vous sentir gêné à propos de votre dilemme, puisqu’il s’agit de quelque chose qui touche chacun à un moment donné. Néanmoins, vous

ne devriez pas accepter le refus de pardonner comme un aspect inévitable de votre vie. Avec l’aide des conseils de ce livre, vous pouvez être libéré de ces attitudes négatives qui vous ont tenu lié.

Je vous encourage vivement à m’accompagner jusqu’à la fin de ce livre. J’ai l’intention de vous guider sur un chemin qui vous indiquera comment déraciner et enlever de votre vie, de façon permanente, l’amertume, le ressentiment et le refus du pardon !

Vous ne devriez pas accepter le refus de pardonner comme un aspect inévitable de votre vie.

VICTOIRE 8 ASSUREE
VICTOIRE
8
ASSUREE

Vous pouvez surmonter la tentation de vous offenser

Toutes les tentations peuvent être vaincues ! Il vous faut juste décider d’être le vainqueur et non le vaincu ! Cela est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de triompher de la tentation de se contrarier ou de garder rancune envers quelqu’un.

Peut-être ne vous en êtes-vous pas rendu compte auparavant, mais il s’agit carrément d’une tentation lorsqu’on s’offusque ou s’offense. C’est le moment où quelque chose se passe ou qu’une pensée vous vient à l’esprit, qui vous incite à vous agiter ou à vous mettre en colère.

Ces pensées et ces émotions vous propulsent vers l’énervement. Pourtant, au même instant, vous avez pleinement conscience d’être en mesure de refuser cette tentation de vous offenser, ou de laisser couver ces pensées et ces émotions, jusqu’à ce que l’offense devienne quelque chose de grave. À vous de choisir.

Cela ressemble à la tentation sexuelle. Vous pouvez choisir de vous en détourner pour regarder ailleurs, ou vous pouvez vous attarder sur la tentation jusqu’à ce qu’elle remplisse votre intellect et votre imagination. De même, si vous décidez de méditer ce que vous considérez être une offense, le diable vous convaincra très vite qu’on vous a maltraité, qu’on s’est comporté de façon injuste à votre égard, et que vous avez pleinement le droit de nourrir cette rancune.

Sans réfréner ces pensées, vous trouverez que votre relation avec cette personne, ou ce groupe de personnes, sera bientôt compromise par des sentiments blessés, des offenses et des griefs.

Si vous décidez de méditer ce que vous considérez être une offense, le diable vous convaincra très vite qu’on vous a maltraité, qu’on s’est comporté de façon injuste à votre égard, et que vous avez pleinement le droit de nourrir cette rancune.

VICTOIRE 9 ASSUREE
VICTOIRE
9
ASSUREE

Cela se passera inévitablement, que l’offense soit réelle ou imaginée. En réalité, la plupart des griefs sont plutôt imaginés. La majeure partie des offenses résulte d’un malentendu ou d’un manque de communication disproportionnés par rapport aux faits, plutôt que d’une attaque directe de la part d’autrui.

Le diable, manipulateur de nos pensées

Le diable est expert en tout ce qui est manipulation des pensées. Il sait que s’il arrive à vous persuader de passer un peu de temps à ressasser un tort qui vous a été fait, cette injustice prendra une ampleur démesurée, jusqu’à vous piéger dans l’amertume, le ressentiment et la rancune.

Rappelez-vous que Satan (quand il était encore l’archange Lucifer) a été expulsé du Ciel à cause de sa capacité à créer confusion et discorde. Le Ciel est l’environnement le plus parfait. Et pourtant, dans ce contexte parfait, Lucifer a pu convaincre des anges célestes par ses allégations enjôleuses, mais totalement diffamatoires. Des anges, qui avaient adoré ensemble, depuis des éternités, étaient tout d’un coup en train de s’opposer les uns aux autres par rapport à des questions inexistantes que le diable avait fait naître dans leurs pensées. Satan était tellement habile à travestir la vérité qu’il a réussi à séduire un tiers d’entre eux pour qu’ils se rebellent contre Dieu Tout-Puissant !

Si le diable est assez convaincant pour duper des anges éblouissants, forts et puissants, combien, à plus forte raison, est-il facile pour lui de tromper des êtres humains qui vivent dans un environnement fort imparfait et luttent quotidiennement contre leurs propres failles et contre les imperfections des autres ? Le caractère émotionnel de l’humanité la rend encore plus sensible aux

VICTOIRE

des autres ? Le caractère émotionnel de l’humanité la rend encore plus sensible aux V ICTOIRE

ASSUREE

10

compétences magistrales du diable en matière de mensonges, de supercheries et de manipulations.

Satan attend l’occasion parfaite et frappe au moment propice. Il patiente jusqu’à ce que vous soyez fatigué, las ou exaspéré. Peut-être vous êtes-vous réveillé de mauvaise humeur. Ou quelqu’un vous a dévisagé d’une façon qui vous a déplu. Ou bien vous avez entamé la journée du mauvais pied. Tout à coup, quelqu’un fait quelque chose de complètement imprévu qui ne vous plaît pas, quelque chose qui vous prend de court et vous surprend.

Au début, vous êtes choqué. Ensuite, vous commencez à vous sentir blessé. Plus la journée avance, plus vous continuez à y réfléchir et plus la douleur se transforme en colère. Avant de vous en rendre compte, cet événement est si disproportionné dans votre tête que vous ne bénéficiez plus de la bonne perspective.

C’est alors que le diable chuchote des mensonges semblables dans vos pensées :

On t’a si maltraité. Si quelqu’un a raison d’être offensé, c’est toi. Personne ne t’apprécie ! Tu ne cesses de donner, encore et encore. Et que reçois-tu en retour ? Rien ! Tu devrais démissionner de tout ce que tu fais et permettre aux autres de rester empêtrés dans leurs affaires !

Après tout ce que tu as apporté comme preuve d’amour et consenti comme sacrifice pour les autres, qu’ont-ils fait pour toi ? Tu devrais planter là ces ingrats que tu servais en essayant de les aider. De toute façon, ils ne t’apprécient pas du tout !

Il est tout à fait normal que tu te sentes blessé. Accroche-toi à cette offense et ne permets jamais plus aux autres de te malmener de cette manière !

VICTOIRE

Accroche-toi à cette offense et ne permets jamais plus aux autres de te malmener de cette

ASSUREE

11

Quand votre tête est submergée par de telles pensées, sachez que c’est Satan qui vous tend un piège. Il essaie de vous leurrer pour paralyser vos émotions et vous séparer de vos bien-aimés. Il tente de vous pousser à mordre à l’appât pour qu’il tire l’hameçon !

Il existe un moyen de s’en sortir !

Vous n’êtes plus obligé de tomber dans ce piège ! Si vous voulez vraiment échapper à cet embarras émotionnel, une issue existe.

1 Corinthiens 10:13 promet que « Les tentations qui vous ont assaillis sont communes à tous les hommes. D’ailleurs, Dieu est fidèle et il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces. Au moment de la tentation, il préparera le moyen d’en sortir pour que vous puissiez y résister. »

Ce verset souligne que Dieu pourvoira une issue, peu importe la tentation à laquelle vous faites face. Y compris ces moments où vous êtes tenté d’être contrarié à l’égard de quelqu’un ou de permettre à vos émotions d’être blessées.

Vous n’êtes pas obligé de céder à la tentation de vous offenser. Vous n’êtes pas obligé de vous sentir anéanti et blessé lorsque les autres vous déçoivent. Il n’est pas obligatoire de continuer à vivre dans une prison d’amertume, de ressentiment et d’absence de pardon.

Dieu pourvoira une issue pour vous –

SI vous voulez vraiment être libre

Des millions de chrétiens sont emprisonnés par l’amertume, le ressentiment et l’absence de pardon, parce qu’ils ne décident pas de faire le nécessaire pour vivre sans offense. Par conséquent, ils n’ont pas de joie, ni de paix, ni de victoire dans leur vie. Peut-être sont-ils

VICTOIRE

conséquent, ils n’ont pas de joie, ni de paix, ni de victoire dans leur vie. Peut-être

ASSUREE

12

chrétiens, mais ils sont malheureux, puisqu’ils n’ont pas choisi de profiter du hublot de secours pourvu par Dieu, en abandonnant toutes ces âneries négatives.

Dieu pourvoira, certes, une issue, mais vous êtes le seul à pouvoir choisir de sauter par ce hublot de secours qu’Il a prévu.

Si vous dites « Oui » au Seigneur, Il vous montrera comment vivre complètement libre de toute amertume ou rancune. Eh oui, vous pouvez éviter chaque tentation de vous offenser. Vous n’êtes jamais obligé de vous laisser happer par des émotions, des attitudes ou des sentiments destructeurs.

Vous pouvez éviter CHAQUE tentation de vous offenser. Vous n’êtes JAMAIS obligé de vous laisser happer par des émotions, des attitudes ou des sentiments destructeurs.

À vous de choisir !

Tant de chrétiens sont malheureux au plus profond d’eux-mêmes, parce qu’ils ne cessent d’appuyer sur le bouton de rembobinage de leurs pensées. Ils ressassent constamment chaque tort qu’ils ont subi. Ils l’ont remâché encore, et encore, et encore.

Si tel est votre cas, il vous faut comprendre une chose : vous êtes le seul à pouvoir choisir de vous éloigner de ces attitudes mortifères. Une fois cette décision prise, votre parcours vers la liberté a commencé !

Alors, le Seigneur vous interroge aujourd’hui :

« T’entêtes-tu à rester tel que tu es maintenant, ou es-tu prêt à faire les pas nécessaires pour échapper à cette tentation émotionnelle et à ce piège diabolique ? Es-tu disposé à renoncer à toute rancune en la posant au pied de la Croix, afin d’en être affranchi ? Ou continueras-tu à t’accrocher à ce ressentiment et à ce tourment ? Resteras-tu l’otage de ces attitudes qui te paralysent spirituellement, intellectuellement et physiquement ? »

VICTOIRE

l’otage de ces attitudes qui te paralysent spirituellement, intellectuellement et physiquement ? » V ICTOIRE ASSUREE

ASSUREE

13

Comment répondrez-vous ? Qu’allez-vous faire ? Dieu attend votre décision. Recevrez-vous la liberté qu’Il vous offre ou resterez- vous otage pendant le restant de vos jours ? À vous de choisir.

De quoi méditer

Même si une offense a influencé votre passé, vous n’êtes pas obligé de lui permettre de définir votre avenir. Le plan de Dieu pour votre vie est plus beau, meilleur que tout ce qui a été endommagé, volé ou perdu par la déception, ou par toute autre offense qui vous a nui.

Êtes-vous disposé à faire confiance à Dieu pour surmonter la douleur et aller de l’avant ? De quelles façons pouvez-vous coopérer avec Lui en ajustant votre perspective, vos attitudes, vos actions ou vos mots ?

h

Vous devez vous focaliser sur les promesses de Dieu à votre égard chaque fois qu’on vous maltraite, outrage, calomnie, trahit, ment, rejette ou malmène.

De quelles manières l’offense qui vous entrave va-t-elle directement à l’encontre de ce que Dieu a dit à propos de vous ou de ce qu’Il a pourvu pour vous ? Quelles pensées prédominantes précises devez-vous remplacer par les pensées de Dieu, afin de remporter finalement la victoire sur ce qui vous gêne ?

VICTOIRE

par les pensées de Dieu , afin de remporter finalement la victoire sur ce qui vous

ASSUREE

14

Chapitre 2

L’ offense est un piège

Tant que nous vivrons dans ce monde, nous serons potentiellement confrontés à des offenses. Sans pouvoir empêcher l’existence d’offenses, nous pouvons quand même éviter de nous offenser et de nous aigrir personnellement. Les occasions de nous offusquer se présenteront toujours à chacun d’entre nous. Même Jésus nous a dit qu’il nous serait impossible de nous dérober aux offenses inévitables (voir Luc 17:1). En S’exprimant ainsi, Il n’était pas porteur de mauvaises nouvelles ; Il ne racontait que la vérité.

S’il y a une chose que nous devons tous apprendre, c’est comment nous comporter avec les autres et face aux offenses inévitables de la vie. D’où les instructions de l’apôtre Paul dans Hébreux 12:14 : « Recherchez la paix avec tous… » (Bible Louis Segond). « Rechercher » est la traduction du mot grec dioko qui signifie suivre, poursuivre ou même pourchasser. L’emploi de ce mot indique qu’il n’est pas toujours facile de trouver la paix ; il se peut que nous ayons besoin de la débusquer. Dans nos relations avec les personnes plus difficiles que nous rencontrons, nous devrons rechercher la paix avec mordant.

VICTOIRE

les personnes plus difficiles que nous rencontrons, nous devrons rechercher la paix avec mordant . V

ASSUREE

15

Hébreux 12:14 continue de cette façon : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » Ce verset m’a tracassé pendant des années, puisqu’il semblait signifier que toute personne nourrissant de l’amertume ou de l’antagonisme dans son cœur n’irait pas au Ciel. Après tout, la dernière phrase souligne : « sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » Mais en cherchant ce verbe « voir » dans mon Nouveau Testament grec, j’ai découvert que ce serait plus précis de traduire ainsi la phrase :

« sans laquelle aucun homme ne sera admis dans la présence immédiate du Seigneur. » Ce verset ne fait pas allusion, en fait, à notre acceptation au Ciel, mais à notre accès à la présence de Dieu maintenant. En d’autres termes, si une personne nourrit consciemment de mauvaises attitudes, de l’antagonisme ou de la rancune dans son cœur, ce comportement peut ériger dans sa vie un barrage routier qui l’empêche d’expérimenter la puissance et la présence de Dieu maintenant.

Tous, nous avons dû faire face à des situations qui représentent un grand défi par rapport à notre engagement de ne pas céder à l’offense. À mon avis, personne ne se réveille en pensant : « J’ai

l’intention d’être offensé par quelqu’un aujourd’hui ! » L’offense tend à nous prendre au dépourvu. Et si nous ne sommes

pas sur le qui-vive quant à la tentation de nous offusquer, il est facile de tomber dans ce piège de l’offense.

D’où l’importance de décider de vivre libre de l’offense, et de vous engager dans ce sens avant que l’occasion de vous froisser ne se présente. Si vous prenez une résolution et décidez à l’avance comment vous allez réagir et ne pas réagir, vous ne déraperez pas, vous ne trébucherez pas et vous

Il est tellement important de décider de vivre LIBRE de l’offense, et de vous engager dans ce sens AVANT que l’occasion de vous froisser ne se présente.

VICTOIRE

l’offense, et de vous engager dans ce sens AVANT que l’occasion de vous froisser ne se

ASSUREE

16

ne vous embourberez pas, lorsque, imprévisiblement, le piège de l’offense est tendu sur le chemin devant vous.

Le « pasteur pygmée »

Je voudrais partager une histoire personnelle dont je ne suis pas fier, mais qui est une illustration de la façon dont commence une offense et dont elle devient disproportionnée, si l’on ne s’engage pas à vivre libre de l’offense. Il y a des années, au début de notre ministère en Union Soviétique, quelque chose s’est passé entre un autre pasteur et moi-même. À cause de mon immaturité, j’ai été très offensé et mon comportement a été aussi laid que celui de la personne qui m’avait offusqué. Je suis reconnaissant au Seigneur de S’être confronté à moi et d’avoir exigé que je me repente de façon dramatique. Si dramatique, en fait, que j’ai bien compris et n’ai pas voulu répéter l’expérience une deuxième fois. Mais, avant de vous raconter l’histoire, permettez-moi de vous dire que nous sommes, tous les deux, de très bons amis maintenant, et pleins de reconnaissance réciproque !

Peu de temps après avoir déménagé dans l’ex-Union Soviétique au début des années 1990, Denise et moi avons commencé la première émission télévisée chrétienne de l’histoire de l’URSS. Plus tard, nous avons organisé une grande conférence, et à notre très grande surprise, des milliers de personnes y ont assisté. Nous avons vu des signes et des prodiges néotestamentaires pendant ces réunions. Des estropiés furent guéris ; des paralysés, rétablis ; des sourds-muets parlèrent. C’était un événement miraculeux qui a attiré l’attention de la nation entière. Pendant cette conférence, Dieu m’a demandé : « Que vas-tu faire avec toutes ces personnes qui ont été sauvées cette semaine ? » Bien entendu, j’ai déduit de Sa question qu’Il nous

VICTOIRE

qui ont été sauvées cette semaine ? » Bien entendu, j’ai déduit de Sa question qu’Il

ASSUREE

17

appelait, Denise et moi, à fonder notre première église là où nous vivions, à Riga, en Lettonie, la capitale d’une petite république balte qui avait fait partie de l’Union Soviétique.

À cette époque, il n’y avait que deux églises officielles en Lettonie, puisque toutes les autres étaient clandestines, pour échapper à la surveillance du KGB. Une de ces deux églises était une église pentecôtiste traditionnelle qui avait eu le courage et le cran d’exister au grand jour. L’autre église visible avait été fondée par l’ancien pasteur des jeunes de la première église pentecôtiste. Cet homme n’en pouvait plus des traditions religieuses. Alors, il avait fondé sa propre église en déclarant que lui et sa congrégation allaient tracer la voie pour la prochaine génération des croyants lettons. Quand Dieu m’a demandé de fonder notre église, celle de cet homme était l’église la plus progressiste et la plus dynamique de Riga. Par conséquent, elle avait grandi rapidement et avait attiré l’attention de la communauté chrétienne.

Cependant, il y avait des aspects de l’église de ce pasteur qui ne me plaisaient pas. À titre d’exemple, certaines des doctrines qu’il enseignait alors m’énervaient. À mon avis, elles n’étaient pas bibliques. Je n’appréciais pas non plus son arrogance envers toutes les autres églises protestantes de Riga et de la Lettonie. Il avait dénigré beaucoup des églises clandestines, ainsi que l’autre église pentecôtiste officielle. Cette façon de parler m’irritait énormément. Il est vrai que certaines des autres églises semblaient enlisées dans les traditions de leur passé, mais leurs assemblées étaient remplies de gens nobles, fidèles, dont beaucoup avaient été incarcérés à cause de leur foi. Selon moi, ils méritaient du respect.

Ce pasteur croyait sincèrement que toutes les autres assemblées s’intégreraient, à la longue, à son église. Alors, quand Denise et

VICTOIRE

les autres assemblées s’intégreraient, à la longue, à son église. Alors, quand Denise et V ICTOIRE

ASSUREE

18

moi avons fondé notre église, il n’était pas du tout content ! Nous annoncions l’Évangile à la télévision tous les jours, dans la nation où il voulait la prééminence spirituelle, sans avoir pu l’atteindre. Et dès que notre église a commencé à grandir rapidement, il s’est senti menacé. Un jour, il s’est vengé en entamant une guerre verbale. Devant son église, ce pasteur a annoncé : « Je sais qu’il y a une autre église à Riga qui croît rapidement. Mais permettez-moi de vous dire ce que j’en pense. Tout pasteur chauve [en faisant allusion à ma personne !] est sous la malédiction de Dieu ! Ne fréquentez pas une église où le pasteur est maudit ! »

Quand j’ai entendu pour la première fois ce que ce Pasteur avait dit, je l’ai trouvé amusant. Mais plus je le ressassais, plus je me mettais en colère à propos de la situation. Comment osait-il ? Quel culot de dire quelque chose d’aussi stupide pour influencer et manipuler les gens ! J’étais enragé. Les autres m’informaient régulièrement que cet homme continuait à se moquer de moi, de ma calvitie, et qu’il jugeait mon onction en fonction du fait que j’étais chauve. Je ne m’offusquais pas de ses commentaires à propos de ma calvitie ; cela ne me préoccupait pas. Puisque je perdais des cheveux depuis l’âge de

17 ans, cela ne me gênait pas du tout. Par contre, son attitude arrogante me contrariait. Et plus j’y réfléchissais, plus je m’énervais. Ce prédicateur qui ne cessait de me critiquer en public était de petite taille. Pour riposter à ce qu’il disait de moi, j’ai changé ma façon de faire allusion à lui en public, en l’appelant « le pasteur pygmée » !

Je m’étais permis de m’offenser à cause des mots de ce pasteur et de son jugement à mon égard. Par conséquent, ces paroles ont commencé

Je m’étais permis de m’offenser à cause des mots de ce pasteur et de son jugement à mon égard. Par conséquent, ces paroles ont commencé à me ronger de l’intérieur.

VICTOIRE

jugement à mon égard. Par conséquent, ces paroles ont commencé à me ronger de l’intérieur. V

ASSUREE

19

à me ronger de l’intérieur. Au point que je me suis trouvé derrière

le pupitre de mon église à m’exprimer de façon « peu chrétienne » par rapport à cet homme, devant ma propre congrégation. Je me suis lancé : « Il paraît qu’il y a un autre pasteur en ville, dont je ne vais pas mentionner le nom, qui a déclaré que tout pasteur comme moi qui est chauve est sous la malédiction de Dieu. Mais permettez-moi de vous dire ce que moi j’en pense… »

Je pouvais voir Denise qui ne savait plus où se mettre, là, au premier rang, et se tortillait sur son siège. Je savais qu’elle espérait vivement que je m’arrêterais avant de prononcer ce que j’étais sur le point de dire. Mais j’ai vidé mon chargeur et poursuivi de plus belle, en déclarant : « Si cela vous intéresse de savoir qui moi, je pense être maudit, c’est toute personne dont la croissance physique est rabougrie ! » Ensuite, verbalement, je lui ai lancé mon gant :

« Que ce soit clair aujourd’hui ! S’il y a quelqu’un de maudit, c’est un

« pasteur de taille pygmée » de l’autre côté de la ville, et je déconseille

à tous de fréquenter son église ! »

Dès cet instant, une véritable guerre, caractérisée par les pires aspects de tout ce qui est charnel, s’est déclenchée entre cet autre pasteur et moi. Nous nous sommes servis de nos mots pour nous attaquer en public, nous renvoyant sans arrêt la balle. C’était honteux.

J’étais prêt à continuer à vomir mes injures laides pendant tout le temps nécessaire pour gagner ce combat. Mais le Saint-Esprit m’a arrêté assez longuement pour m’interroger :

« Rick, veux-tu un réveil dans ta vie et dans ton église ? – Oui Seigneur, Tu sais que je le veux. »

Il m’a répété la même question : « Tu es vraiment sûr que tu veux un réveil dans ton église ?

VICTOIRE

m’a répété la même question : « Tu es vraiment sûr que tu veux un réveil

ASSUREE

20

Le Saint-Esprit m’a répondu :

« Alors, J’exige que tu corriges cette mauvaise attitude de cœur envers cet homme, puisque cette ignominieuse attitude t’empêchera d’expérimenter le réveil. »

Oui Seigneur, Tu sais que je le veux. »

Une troisième fois, le Saint-Esprit m’a demandé :

« À quel point veux-tu un réveil dans ton église ? – Seigneur, Tu sais que je le désire désespérément. Je ferai tout ce que Tu me demanderas, si cela déclenche le réveil dans mon église. »

C’est alors que le Saint-Esprit m’a répondu :

« Alors, J’exige que tu corriges cette mauvaise attitude de cœur envers cet homme, puisque cette ignominieuse attitude t’empêchera d’expérimenter le réveil. »

« Mais qu’en est-il de LUI ? »

« Mais c’est l’autre pasteur qui a voulu cherché la bagarre, pas moi ! », ai-je argumenté. « Bon sang ! J’étais le nouveau venu dans

la ville. Il aurait pu m’accueillir et me soutenir, mais, au contraire, il m’a traité de « maudit » à cause de ma calvitie et a déconseillé à son troupeau d’assister à nos cultes. Ce pasteur a été extrêmement fautif

à mon égard, Seigneur ! »

Même aujourd’hui, vingt ans plus tard, les autres se rappellent le dénigrement mutuel dont nous étions alors responsables, ce pasteur et moi. C’était vraiment méchant et répugnant, et pourtant, nous avions à l’époque les deux églises les plus grandes de Riga ! Toute cette situation était extrêmement impie et inadmissible.

Ensuite, le Seigneur m’a précisé explicitement d’aller voir ce pasteur pour me repentir de ma mauvaise attitude envers lui. « Seigneur, Lui ai-je répondu, c’est à juste titre que j’ai ces sentiments envers cet homme. Qu’en est-il de lui ? Que vas-Tu faire par rapport

à tous ses affronts et toutes ses actions malveillantes envers moi ? »

VICTOIRE

vas-Tu faire par rapport à tous ses affronts et toutes ses actions malveillantes envers moi ?

ASSUREE

21

(Vous est-il arrivé de vous adresser au Seigneur de façon semblable, lorsqu’Il vous convainquait de votre mauvaise attitude envers autrui ?)

Je n’oublierai jamais ce que le Saint-Esprit m’a dit à ce moment-là : « Je ne suis pas en train de te parler de cet homme. Je te parle à TON sujet. Je M’adresserai à lui par rapport à ses actions envers toi, mais en ce moment Je te convaincs en ce qui concerne tes réactions envers lui. »

N’est-ce pas intéressant que, lorsque Dieu nous fait nous confronter à nos mauvaises attitudes, paroles ou actions lors d’une situation difficile avec autrui, nous ayons souvent tendance à nous justifier, en nous concentrant sur le tort de l’autre ? Exactement comme Adam dans le Jardin d’Éden ! Il a rejeté la faute sur Ève lorsque Dieu lui a demandé des comptes sur sa désobéissance : « La femme que tu m’as donnée… » (Bible Martin). Quand nous faisons de même, il semble que nous ne nous rendions pas compte que nous sommes en train d’accuser Dieu d’un manque de responsabilité, parce qu’Il nous affronte, au lieu de S’attaquer à l’autre !

Quand on y réfléchit, quelle énorme arrogance de demander à Celui qui voit et sait toutes choses : « Seigneur, ne comprends-Tu pas ce qu’a fait l’autre ? N’es-Tu pas conscient de ce qu’il (ou elle) m’a dit ? » Peu importe notre empressement à aider Dieu à Se concentrer sur l’autre ou à S’accorder avec notre point de vue, Il soulignera toujours (eh oui, toujours) les mauvaises motivations de notre cœur, puisqu’elles sont les racines qui produisent tout fruit laid dans notre vie. Jésus nous a ordonné de produire du fruit qui demeure (voir

Lorsque Dieu nous fait nous confronter à nos mauvaises attitudes, paroles ou actions lors d’une situation difficile avec autrui, nous ayons souvent tendance à nous justifier, en nous concentrant sur le tort de l’AUTRE ?

VICTOIRE

autrui, nous ayons souvent tendance à nous justifier, en nous concentrant sur le tort de l’AUTRE

ASSUREE

22

Jean 15:16). Mais ce ne sera pas le cas, à moins de protéger nos cœurs en extirpant toute graine de dissension, avant qu’elle ne se développe en racines profondes d’amertume qui contaminent nos vies et produisent des fruits toxiques.

Voici la leçon que j’allais apprendre, mais je n’étais pas du tout prêt pour ce que le Saint-Esprit m’a dit par la suite ! Il m’indiqua que je devais prendre ma voiture, traverser la ville, me rendre au bureau de ce pasteur, m’agenouiller devant lui et me repentir de chaque calomnie le concernant que j’avais entendue, crue et répétée aux autres. Beurk ! C’était la dernière chose que j’avais envie de faire, mais je savais que le Saint-Esprit m’avait dit de le faire.

Quand le Saint-Esprit m’a demandé d’aller le voir et de m’agenouiller devant lui, ma première réaction a été : « NON, JE NE LE FERAI PAS ! Je n’accorderai pas ce plaisir à cet homme de me voir à genoux à ses pieds ! » J’étais certain que dès le moment où je serais sorti de son bureau, il annoncerait à tout le monde :

« RICK RENNER s’est prosterné devant moi aujourd’hui ! »

Pendant deux mois, j’ai entendu le doux murmure du Saint- Esprit me demander encore et encore : « Vas-tu M’obéir ? Vas-tu faire

ce que Je t’ai demandé de faire ? Iras-tu voir ce pasteur, t’agenouilleras-tu pour te repentir de ton attitude à son égard ? » Je me suis battu avec le Seigneur pendant deux mois à ce propos, mais Il ne cessait de dire : « Rick, veux-tu vraiment le réveil ? Si oui, il

faudra faire ce que J’attends de toi. » Nous en sommes arrivés au point où le Seigneur interrompait chaque jour mes moments de prière pour me demander :

« Vas-tu M’obéir ? Vas-tu M’obéir ? Vas-tu M’obéir ? » Ces mots rugissaient dans ma tête.

« Vas-tu M’obéir ? Vas-tu M’obéir ? Vas-tu M’obéir ? » Ces mots rugissaient dans ma tête.

VICTOIRE

« Vas-tu M’obéir ? Vas-tu M’obéir ? Vas-tu M’obéir ? » Ces mots rugissaient dans ma

ASSUREE

23

Finalement, j’ai jeté l’éponge et j’ai cédé ! J’ai répondu : « Oui, oui, oui – je T’obéirai ! » J’ai demandé à mon associé de m’accompagner pour assurer un soutien moral, et j’ai traversé la ville en voiture pour me rendre dans les bureaux de ce pasteur. Face à face, nous avons discuté du temps, de la politique, de nos enfants. Finalement, il n’y avait plus de sujets de conversation et je savais que le moment était venu de faire ce que j’étais venu faire. Je pouvais me lever et quitter la pièce sans régler l’affaire et manquer complètement le coup, ou je pouvais me laisser tomber graduellement sur les genoux et obéir à ce que Jésus m’avait demandé de faire.

Ayant respiré profondément, j’ai expliqué à ce pasteur : « Je suis là aujourd’hui pour faire quelque chose que le Seigneur exige de moi. » Puisqu’il me dévisageait, sans dire un mot, j’ai poursuivi : « On m’a rapporté beaucoup de méchancetés que vous avez dites à mon égard. En plus, je trouve certaines de vos doctrines très erronées. (Je commençais à cet instant à me laisser aller dans les accusations et j’ai dû m’efforcer d’en sortir !) Mais je ne suis pas là pour parler de vous aujourd’hui. Je dois vous parler de moi. Vous m’avez offensé et depuis, j’ai cru chaque chose négative que les autres m’ont racontée à votre sujet. Veuillez accepter mes excuses pour avoir répété ces choses aux autres. J’ai eu tort. J’ai été source de division. Je suis là pour que vous m’accordiez votre pardon. »

À cet instant, je voulais que cet homme réponde : « Eh bien, Rick, moi aussi, j’ai dit beaucoup de méchancetés à votre propos, c’est vrai. Je dois vous demander de me pardonner aussi. » Je me serais senti tellement mieux. Mais au lieu de s’excuser ou de reconnaître qu’il s’était mal comporté, il continuait à me fixer avec un regard plein de jubilation. Il savourait, à l’évidence, chaque moment de mon remords.

VICTOIRE

avec un regard plein de jubilation. Il savourait, à l’évidence, chaque moment de mon remords. V

ASSUREE

24

Puis, le Saint-Esprit m’a dit : « Il est temps maintenant de

t’agenouiller devant lui. » En mon for intérieur, j’argumentais.

« Seigneur, ne me demande pas de m’agenouiller, s’il Te plaît ! »

Mais le Saint-Esprit a chuchoté dans mon cœur : « Rick, tu dois t’agenouiller devant cet homme, afin de lui demander pardon comme il se doit. »

Je me suis baissé pour me balancer sur un genou, en imaginant

que le Seigneur S’en contenterait peut-être si je le faisais à moitié.

« Sur les DEUX genoux ! », m’a ordonné le Saint-Esprit.

Je savais alors que si je voulais plaire au Seigneur et expérimenter une nouvelle fraîcheur de Sa présence dans notre assemblée, je devais Lui obéir pleinement, peu importait l’étendue de mon humiliation ou la réaction de cet homme. Je savais aussi que si je ne le faisais pas comme il le fallait maintenant, je serais obligé de revenir une deuxième fois. Dieu n’allait pas me

dédouaner de ma responsabilité. Je me suis donc agenouillé sur les deux genoux et j’ai fixé le pasteur en disant : « Frère, je me repens devant Dieu et devant vous de la mauvaise attitude et des paroles que j’ai nourries et perpétuées contre vous. »

Ce jour-là, la liberté a inondé mon âme. Dorénavant, ce que cet homme disait, ou ne disait pas, à mon égard n’avait plus d’importance pour moi. J’avais fait ce que le Seigneur exigeait de moi, et j’étais libre. J’ai commencé à poursuivre encore plus activement la paix avec lui. Denise et moi l’avons invité, avec sa femme, à dîner chez nous de nombreuses fois. En outre, je l’ai invité à prêcher dans notre église et j’ai assisté aux conférences de son

Ce jour-là, la liberté a inondé mon âme. Dorénavant, ce que cet homme disait, ou ne disait pas, à mon égard n’avait plus d’importance pour moi. J’avais fait ce que le Seigneur exigeait de moi, et j’étais libre.

VICTOIRE

plus d’importance pour moi. J’avais fait ce que le Seigneur exigeait de moi, et j’étais libre.

ASSUREE

25

église. Je suivais, poursuivais et pourchassais la paix avec cet homme. Après tout, nous étions les pasteurs des deux églises les plus grandes de la ville. Au moins, nous devions être en paix l’un avec l’autre, en vue du témoignage du Christ à Riga.

Il a fallu un peu de temps, mais plus tard, ce pasteur a agi en accord avec ce que le Seigneur lui a mis dans le cœur de faire, afin de poursuivre la paix avec moi. Depuis, nous sommes devenus de très bons amis. Quand je visite Riga maintenant, nous nous rencontrons toujours pour prendre un petit-déjeuner ensemble et partageons à cœur ouvert l’un avec l’autre. Nous nous respectons mutuellement et sincèrement. Nous avons choisi de contrecarrer les très différents plans maléfiques du diable pour notre relation, en obéissant à ce que Dieu nous avait indiqué de faire pour poursuivre la paix ensemble.

Si vous vous êtes offensé par rapport à quelqu’un, vous ne pouvez pas attendre jusqu’à ce que l’autre agisse. Il se peut que Dieu exige que ce soit à vous d’initier la paix. Dans mon cas, je

ne pouvais pas attendre que ce pasteur choisisse la réconciliation avant de laisser tomber mon offense. Je devais passer outre et obéir au Seigneur, en vue de Sa présence dans

Si vous vous êtes offensé par rapport à quelqu’un, vous ne pouvez pas attendre jusqu’à ce que l’autre agisse. Il se peut que Dieu exige que ce soit à vous d’initier la paix.

ma vie et dans mon ministère.

En repensant au jour où je me suis agenouillé devant ce pasteur dans son bureau, je dois avouer qu’il s’agissait d’une des choses les plus difficiles que j’avais faite jusqu’alors. Mais cette expérience m’a servi de leçon inestimable. La chair voudra toujours réagir lorsque quelqu’un nous nuit ou nous fait du tort. Mais, si l’on réagit de façon charnelle à ce qui est charnel, la situation va de pire en pire et devient une véritable manifestation de conflit qui favorise

VICTOIRE

la situation va de pire en pire et devient une véritable manifestation de conflit qui favorise

ASSUREE

26

toute pratique indigne. C’est exactement ce que vise l’ennemi, pour qu’il puisse s’infiltrer en semant ruine et destruction dans la vie de toutes les personnes concernées.

D’autre part, si nous choisissons d’obéir à Dieu en réagissant humblement et dans l’amour face à une offense, non seulement nous démantelons le piège du diable, mais nous créons aussi une plateforme pour que Dieu puisse agir des deux côtés de la situation, de manière à ce qu’Il soit honoré et que Ses objectifs soient promus.

Rechercher la paix et la poursuivre

Parfois, on arrive à obtenir la paix, mais il faut beaucoup d’efforts pour continuer à la conserver. Nombreuses sont les personnes qui résolvent leurs différends et obtiennent, finalement, la paix. Mais, à cause de ce qui se passe après, elles s’offensent de nouveau et perdent cette paix difficilement gagnée.

Voilà pourquoi il est écrit en Éphésiens 4:3 que nous devons « nous efforcer de conserver » l’unité que donne l’Esprit dans la paix qui nous lie les uns aux autres. Le verbe « s’efforcer » vient du grec spoudadzo, qui veut dire se dépêcher, aller le plus vite possible ou faire quelque chose de tout son cœur. Cela nous montre qu’il ne sera pas facile de conserver la paix dans nos relations. Nous devrons y travailler constamment.

Quand l’auteur d’Hébreux 12:14 nous a enjoint à poursuivre non seulement la paix avec tous, mais aussi la sainteté, il s’est servi du mot grec hagios qui souligne qu’il faut être séparé ou différent du monde. Le verset explique ensuite que sans la sanctification, « personne ne verra le Seigneur » (Bible Louis Segond).

VICTOIRE

ensuite que sans la sanctification, « personne ne verra le Seigneur » (Bible Louis Segond). V

ASSUREE

27

C’est exactement de quoi parlait le Seigneur lorsqu’Il m’a demandé : « Veux-tu un réveil dans ta vie et dans ton église ? » Quand nous nourrissons de mauvaises attitudes dans nos cœurs, elles nous empêchent de monter à des niveaux supérieurs dans la présence et dans la gloire de Dieu. Nous ne pourrons pas entrer dans la pleine dimension de Dieu qui est à notre portée, puisque ces attitudes négatives nous privent de Son onction.

D’où l’instruction de ne pas permettre aux offenses de pénétrer nos cœurs. On doit évidemment faire preuve de maturité spirituelle pour obéir à ce commandement divin. En fait, le verset suivant souligne l’importance de veiller « à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu… » (verset 15). Le mot grec « episkopos » dans ce verset vient de « epi » (au-dessus) et « skopos » (veilleur). La juxtaposition de ces mots dans « episkopos » signifie : quelqu’un qui surveille ou supervise quelque chose. Il s’agit d’une personne qui travaille comme manager ou superviseur. C’est le même mot traduit par « évêque » dans 1 Timothée 3:1 (Bible Louis Segond).

Afin de bien comprendre le sens de cette phrase, il faut s’arrêter un instant pour considérer le rôle d’un évêque. Responsable de plusieurs églises, il s’assure, s’il prend au sérieux cette position d’évêque, que les églises sous sa tutelle bénéficient de toute son attention pour qu’elles grandissent et s’épanouissent. En revanche, s’il n’est pas compétent, il ne prêtera pas attention à l’état de ces assemblées, qui finiront par se désagréger. Qu’il soit performant ou pas, il devra rendre des comptes à Dieu de ce qui se passe dans ces églises, étant le responsable en tant qu’évêque.

Il ne sera pas facile de conserver la paix dans nos relations. Nous devrons y travailler constamment.

VICTOIRE

Il ne sera pas facile de conserver la paix dans nos relations. Nous devrons y travailler

ASSUREE

28

Or, ce même mot episkopos, utilisé dans le contexte des dissensions, de la rancune et de l’offense a le sens de quelqu’un qui « veille avec diligence ». Ici, Dieu nous enjoint sans ambiguïté à être les « évêques » de nos propres cœurs. Comme l’évêque est responsable de ce qui se passe au sein d’un groupe d’églises, nous le sommes aussi par rapport à ce qui se passe dans nos cœurs. C’est-à-dire que nous ne pouvons pas blâmer autrui pour ce que nous nous permettons de développer dans notre propre cœur ; Dieu nous demandera des comptes.

Quand les gens entendent ce principe biblique, il y a généralement quelqu’un qui proteste : « Mais vous ne savez pas ce qu’Untel m’a fait. Il y a une raison pour laquelle mon cœur est endurci et aigri. Ce n’est pas de ma faute. Mon attitude est justifiée. » En s’exprimant ainsi, les gens détournent leur responsabilité par rapport à leurs attitudes intérieures et tentent de justifier le mal qu’ils font en s’offusquant.

Puisque nous sommes tous susceptibles d’être offensés, nous aurons toujours « une raison » pour nous offusquer à un moment ou à un autre. Mais aucun de nous n’a d’excuse valable pour céder à cette tentation. Nous devons veiller avec diligence afin de préserver nos cœurs de toute offense.

La fin du verset 15 de Hébreux 12 nous révèle pourquoi il est tellement essentiel que nous obéissions à ce commandement : « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés. » Le mot « racine » vient du mot grec pidzo qui décrit quelque chose de profondément enraciné. Évidemment, l’amertume n’est pas quelque chose de superficiel. Elle développe plutôt

Nous ne pouvons pas blâmer autrui pour ce que nous nous permettons de développer dans notre propre cœur ; Dieu NOUS demandera des comptes.

VICTOIRE

ce que nous nous permettons de développer dans notre propre cœur ; Dieu NOUS demandera des

ASSUREE

29

des racines profondes et enchevêtrées dans nos âmes. Le mot grec pikria (amertume) décrit quelque chose d’aigre, de caustique ou d’acerbe. Cela dépeint une personne tellement aigrie et amère qu’elle aura inévitablement une mine renfrognée.

Ce qui est à l’intérieur d’une personne sortira à la longue. Jésus a noté que « … c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » (Matthieu 12:34, Bible Louis Segond). Il n’est pas difficile de savoir ce qui se trouve dans le cœur des gens. Permettez-leur de s’exprimer, et leurs propres paroles les dévoileront. Au final, ce qui est en eux sortira d’eux. La bouche est la grande révélatrice du cœur. En fait, ce qui est dans le cœur d’une personne domine d’habitude sa conversation, que ce soit bon ou mauvais.

À titre d’exemple, si vous deviez avoir une conversation avec moi, vous trouveriez que je parle beaucoup de la Russie. Je discute de la télévision en Russie, de l’église en Russie, de toutes nos œuvres en Russie, et ainsi de suite. La Russie domine ma conversation puisqu’elle occupe mes pensées et remplit mon cœur. C’est à la Russie que je pense ; c’est ce que je médite. La Russie est l’endroit où j’ai semé ma vie en faveur de l’Évangile. Voilà pourquoi elle sort de ma bouche.

La bouche est le débouché du débordement d’un cœur rempli.

Ainsi, si le cœur est rempli d’amertume, cette acrimonie se manifestera dans la vie de cet individu. Sa présence

caustique, salissante saturera ses attitudes et se fera sentir à travers ses mots et ses réactions lors de différentes situations. Une personne n’arrivera pas à cacher ce qui la remplit. Au final, ce qui est en elle en sortira.

La bouche est la grande révélatrice du cœur.

VICTOIRE

la remplit. Au final, ce qui est en elle en sortira. La bouche est la grande

ASSUREE

30

Tenant compte de ce principe, demandez-vous à vous-même :

« Que révèle ma bouche à propos de la condition de MON cœur ? »

Nous devrions tous nous poser cette question. Ce que nous méditons s’enracinera et produira du fruit dans nos vies. D’où la nécessité de veiller constamment sur ce à quoi nous permettons de dominer nos pensées. Dieu ne nous autorise pas à justifier de l’amertume dans notre cœur, juste parce qu’on nous a fait du tort ou parce que nous avons « de bonnes raisons » pour le faire. Ces soi- disant « raisons » ne sont que des pièges qui visent à nous entraver, voire à nous détruire, si nous leur permettons de demeurer dans notre intellect où elles peuvent grandir et finir, à la longue, par contrôler nos pensées. Quand nous sommes blessés par une offense quelconque, cette plaie suppurera si nous ne faisons rien. Nous devons décider de nous détacher de cette offense pour aller de l’avant.

La solution à l’offense

De quelle façon arrive-t-on donc à se détacher de l’offense ? Jésus nous l’explique clairement dans Luc 17:3 « Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère a péché, reprends-le ; et, s’il se repent, pardonne- lui » (Bible Louis Segond).

Jésus commence en disant : « Prenez garde à vous-mêmes … ». C’est une instruction importante puisque, lorsque vous êtes offensé, votre première réaction est de prendre garde à votre offenseur, plutôt qu’à vous-même. Vous voulez ressasser ce qu’a fait cette personne et en parler à n’importe qui est prêt à vous écouter. Vous voulez en discuter encore et encore, savourant la sympathie dont vous êtes

Ce que nous méditons s’enracinera et produira du fruit dans nos vies. D’où la nécessité de veiller constamment sur ce à quoi nous permettons de dominer nos pensées.

VICTOIRE

D’où la nécessité de veiller constamment sur ce à quoi nous permettons de dominer nos pensées.

ASSUREE

31

bénéficiaire, pendant que vous salissez le cœur et la pensée de ceux qui vous entendent.

L’amertume : quelle embrouille ! Elle entravera votre croissance spirituelle, parce qu’il est impossible que la présence de Dieu reste sur vous, ou vous permette de vous épanouir, pendant que votre état d’esprit est si toxique. D’où l’importance primordiale d’obéir au commandement de Jésus de prendre garde à vous-même.

Ressaisissez-vous serait une meilleure traduction de la version grecque de cette phrase. Car c’est précisément comme cela qu’on surmonte les problèmes. C’est comme cela qu’on agit en tant qu’évêque (surveillant et gardien) de son propre cœur. Vous vous ressaisissez en ne vous concentrant plus sur celui qui vous a offusqué. Vous vous ressaisissez en prenant les rênes de vos pensées et en refusant de vous apitoyer sur votre sort.

Jésus poursuit Ses instructions dans Luc 17:3 pour partager la solution entière : « Si ton frère a péché, reprends-le ; et, s’il se repent, pardonne-lui. » Au chapitre huit, nous discuterons plus en détails de la signification de cette partie du verset, mais regardons vite maintenant ce que Jésus nous disait de faire en cas d’offense.

Notez l’allusion au péché contenue dans le mot grec hamartano (violer une règle, transgresser une ligne ou être fautif). Si votre frère vous fait du mal, vous êtes censé le reprendre (du mot grec epitimao admonester sévèrement et sans ambages). S’il se repent, vous devez lui pardonner (de l’éloquent mot grec aphiemi renvoyer définitivement, libérer complètement, acquitter, congédier, relâcher). La meilleure traduction moderne de ce mot serait laisser tomber. Ainsi, Luc 17:3 dirait : « Si votre frère vous fait du tort, réglez la situation sans ambages. Et s’il se repent, laissez tomber l’offense. »

VICTOIRE

fait du tort, réglez la situation sans ambages. Et s’il se repent, laissez tomber l’offense. »

ASSUREE

32

C’est exactement ce qu’a fait Dieu en nous pardonnant : « Autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos transgressions » (Psaume 103:12, Bible Louis Segond). Dieu est plus que capable de fouiller dans le passé pour revenir sur nos anciennes transgressions, mais Il ne le fera pas, parce qu’Il les a renvoyées définitivement. Il ne nous rappellera jamais nos péchés, puisqu’Il nous en a libérés complètement.

Notre nature charnelle a souvent beaucoup de mal à saisir ce concept de laisser tomber toute offense. Dès que quelqu’un pèche envers nous, nous nous apitoyons facilement sur notre sort et nous commençons à entonner le vieux chant de Louis Armstrong : « Personne ne connaît mes ennuis. Personne ne connaît mon chagrin ». Nous pouvons commencer à nous croire justifiés à garder l’offense parce que nous pensons que personne n’a jamais été aussi blessé que nous. (Bien sûr, c’est à ces moments-là que nous oublions, opportunément, les occasions où nous aurions pu blesser quelqu’un d’autre de la même manière, ou même de façon plus désagréable !)

Si nous ne disciplinons pas notre chair pour qu’elle laisse tomber toute offense et tout apitoiement sur nous-mêmes, elle règnera en dictateur dans notre vie. Voilà pourquoi nous devons assumer le rôle d’évêque de notre propre cœur. Tel un enfant, notre chair a besoin de limites et de discipline, sinon, elle prévaudra sur nos émotions et nos pensées. Nous devons préciser à notre chair ce qu’elle peut et ne peut pas faire, comment elle ressentira et ne ressentira pas. Nous devons brider nos sentiments et contrôler notre chair, en prenant en main nos pensées. C’est par nos propres paroles que nous devons nous adresser à notre intelligence et à nos émotions. Notre voix

Vous vous ressaisissez en prenant les rênes de vos pensées et en refusant de vous apitoyer sur votre sort.

VICTOIRE

ressaisissez en prenant les rênes de vos pensées et en refusant de vous apitoyer sur votre

ASSUREE

33

détient la clé qui nous affranchira de l’oppression affaiblissante et salissante de l’offense.

En tant qu’évêque de votre propre cœur, vous êtes le seul qui ait l’autorité d’extirper la racine d’amertume et d’offense de votre cœur. Selon Jésus, nous pouvons parler à une montagne et elle se jettera dans la mer (voir Marc 11:23). On n’a pas trop besoin de s’adresser à des montagnes physiques pour qu’elles se jettent dans l’océan ; mais une forteresse de l’âme est tout à fait autre chose. Telle une montagne, une forteresse peut surplomber votre vie et vous entraver de multiples manières. Si vous désirez être libre pour avancer et vivre pleinement dans la puissance de Dieu, c’est à vous de laisser tomber les offenses qui ont bâti cette forteresse dans votre cœur.

En outre, non seulement l’amertume entrave votre marche avec Dieu, mais elle bride aussi votre communion avec les autres. En fait, si vous êtes lié par une offense contre une personne, cette contrainte aura également un effet sur vos relations avec les autres. Les attitudes toxiques que vous nourrissez dans votre cœur contre un individu influenceront vos réactions envers tout le monde.

Il se peut que vous ayez été blessé ou offensé par le passé, d’une manière qui vous a fait énormément de mal. Il se peut même que cette expérience vous ait dérobé quelque chose qui ne pourra jamais vous être rendu ou être restauré. Mais si vous refusez de pardonner, de laisser de côté toute colère, animosité ou amertume, cette offense continuera à faire son œuvre destructrice dans votre vie. Un problème passé deviendra un ennui actuel si vous vous obstinez à vous accrocher à votre amertume. Faute de surmonter cette offense passée, vous lui permettez de nuire à

En tant qu’évêque de votre propre cœur, vous êtes le seul qui ait l’autorité d’extirper la racine d’amertume et d’offense de votre cœur.

VICTOIRE

le seul qui ait l’autorité d’extirper la racine d’amertume et d’offense de votre cœur. V ICTOIRE

ASSUREE

34

votre avenir, voire de le détruire, en la traînant partout comme un sac d’ordures ou de déchets toxiques. À un moment ou à un autre, vous devrez laisser tomber cette offense et la surmonter pour votre propre bien.

Peu importe ce qui s’est passé avant, ou quel ressentiment vous pourriez nourrir maintenant contre quelqu’un d’autre, je voudrais que vous sachiez que vous pouvez en être libéré. Il faut juste décider d’exercer votre autorité sur votre cœur. Rappelez-vous : il vous est impossible d’être offensé sans votre propre consentement. Il est vrai que quelqu’un peut vous faire du mal en se comportant de manière inconvenante ou peu gentille, sans que vous l’ayez provoqué. Mais à moins de VOUS APPROPRIER l’offense, vous ne serez pas offensé. Vous avez toujours le choix.

Quand quelqu’un vous nuit et que vous êtes tenté de vous approprier cet affront, il faut tout de suite vous approcher du Seigneur. Ressaisissez-vous et permettez au Seigneur de vous toucher. Laissez tomber l’offense qui essaie de s’emparer de vous.

Jésus vous ordonne de pardonner à votre offenseur. Que c’est dur

lorsque quelqu’un fait la même chose sept fois par jour, se repent

à chaque fois de ce qu’il a fait, et que le Seigneur vous enjoint de lui pardonner à chaque fois ! Ce serait un défi de pardonner

à quelqu’un la même offense une ou deux fois pendant la même

journée. Mais sept fois, en un seul jour ? Cela dépasse l’entendement humain ! Il n’est donc pas surprenant que les apôtres aient dit au Seigneur : « Augmente-nous la foi ! » (Luc 17:5).

Et Jésus ne S’est pas arrêté là ! Dans Marc 11:25, Il est allé plus loin : « Quand vous priez, si vous avez quoi que ce soit contre quelqu’un [qui que ce soit], pardonnez-lui, pour que votre Père céleste vous pardonne, lui aussi, vos fautes ». En d’autres mots, la

VICTOIRE

pour que votre Père céleste vous pardonne, lui aussi, vos fautes ». En d’autres mots, la

ASSUREE

35

À moins de VOUS APPROPRIER l’offense, vous ne serez pas offensé. Vous avez toujours le choix.

forme la plus élevée du pardon est inconditionnelle. Comme dans le cas de mon « pasteur pygmée », Dieu exige que nous pardonnions à tous ceux qui nous offensent, peu importe ce que l’autre personne décide de faire.

Jésus S’attend à ce que nous soyons mûrs et que nous pardonnions, quel que soit le comportement

des autres. Rappelez-vous, le verbe « pardonner » vient du mot grec aphiemi qui signifie couramment laisser tomber. Si votre offenseur se tourne vers vous sept fois dans une seule journée pour vous dire : « Veuillez me pardonner, je me repens », Jésus S’attend à ce que vous laissiez tomber l’offense à chaque fois. Au lieu d’être captif de ce que quelqu’un vous a fait, ou de ce que vous pensez que l’autre vous a fait, Jésus dit :

« Ressaisis-toi et laisse tomber. »

Il se peut que la personne qui vous a offensé n’ait pas eu l’intention de le faire, même si vous jugez ses actions délibérées. Il se peut qu’elle ait agi avec négligence ou par manque de sensibilité. Peu importe son intention ou sa motivation, c’est à vous de décider si vous permettrez à cet affront de vous lier ou si vous le laisserez tomber.

La seule façon de congédier définitivement, de relâcher ou de laisser tomber une offense est de passer du temps dans la présence du Seigneur et de Lui permettre de vous aider. Approchez-vous simplement de Lui en disant : « Seigneur, je ne veux pas être lié par cet affront. Je refuse d’être emprisonné par ces sentiments douloureux, ce rejet ou cette humiliation. Maintenant, ici, devant Toi, je décide de les laisser tomber. » Ce choix constitue le premier pas important vers une vie libre de toute offense.

VICTOIRE

laisser tomber. » Ce choix constitue le premier pas important vers une vie libre de toute

ASSUREE

36

Dans les prochains chapitres, nous discuterons des pas à franchir suite à cette décision. Il existe un moyen d’extirper toute amertume et toute rancune de votre vie, une fois pour toutes !

De quoi méditer…

La Bible nous enseigne à ne donner aucune prise au diable par la colère (voir Éphésiens 4:26-27). Êtes-vous confronté à une situation qui vous incite régulièrement à vous mettre en colère ? Il est clair que le diable essaie de prendre pied dans votre vie.

Quelles démarches pratiques, empreintes de sagesse divine, pouvez-vous faire pour rechercher la paix et la poursuivre dans cette situation que l’ennemi essaie d’utiliser contre vous ?

h

Quand vous vous préoccupez de l’opinion des autres, vous avez privilégié votre propre importance et l’avis des autres à celui de Dieu. Alors, un esprit d’orgueil vous prépare à une chute.

Passez du temps à examiner votre cœur. Dans quels domaines êtes-vous prêt à vous humilier, à sacrifier votre droit d’avoir raison, lorsqu’on vous accuse d’avoir tort, ou de vous rattraper, lorsque l’on vous nuit ou vous humilie ? De quelles attitudes, actions, paroles ou « dureté de cœur » êtes-vous disposé à vous repentir, afin d’expérimenter la liberté dans votre communion avec le Saint-Esprit ?

VICTOIRE

à vous repentir, afin d’expérimenter la liberté dans votre communion avec le Saint-Esprit ? V ICTOIRE

ASSUREE

37

Chapitre 3

Jésus comprendvos émotions, vos frustrations et vos tentations

Si jamais, vous avez été contrôlé par des sentiments douloureux et des offenses, vous savez qu’il s’agit d’un état pitoyable. Il est donc important d’être honnête avec vous-même, si vous voulez apprendre à vivre libre de l’offense. Prenez quelques instants pour méditer ces questions suivantes :

Quand quelqu’un fait quelque chose qui vous déçoit, à quel point réussissez-vous à gérer la situation sans vous offenser, ni entretenir des sentiments blessés ?

Y a-t-il un individu précis qui peut facilement vous perturber de façon à vous bouleverser intérieurement ?

Trouvez-vous que le diable se sert encore et encore d’une personne ou d’une situation particulière pour voler votre paix et votre joie ?

Existe-t-il, dans votre entourage, quelqu’un que vous aimez, mais dont le manque de sensibilité par rapport à vos émotions vous blesse et vous déséquilibre fréquemment ?

VICTOIRE

manque de sensibilité par rapport à vos émotions vous blesse et vous déséquilibre fréquemment ? V

ASSUREE

38

Nourrissez-vous de l’animosité envers quelqu’un ? Souhaitez- vous ne pas ressentir ces émotions à son propos ?

Êtes-vous paralysé émotionnellement par ce que quelqu’un vous a fait ou n’a pas fait pour vous ?

Êtes-vous libre de toute offense, ou êtes-vous l’otage de sentiments douloureux ?

Permettez-vous à l’offense de tourner en rond dans vos pensées et vos émotions, à tel point qu’elle finit par vous dérober la paix et vous bouleverser ?

Avez-vous essayé, sans succès, de surmonter l’amertume par la prière ? N’avez-vous pas été capable de pardonner entièrement à certaines personnes les offenses commises envers vous ?

Nous avons tous été offensés, de temps en temps, par ce que quelqu’un a dit ou fait, ou n’a pas dit ni fait. Parfois, nous sommes tentés de nous offusquer parce que quelqu’un semble nous avoir regardés d’une drôle de façon. Il nous est tous arrivé d’être confrontés aux affronts, à un moment ou à un autre.

Jésus compatit à vos faiblesses

Jésus-Christ compatit à toute tentation, à toute lutte, auxquelles vous êtes confrontés. Il S’identifie à vous ; Il sympathise. Il a de la compassion par rapport à vos émotions et à la situation que vous affrontez.

Selon Hébreux 4 :15, « nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché » (Bible Louis Segond). Ce verset déclare que Jésus était Dieu dans la chair

VICTOIRE

commettre de péché » (Bible Louis Segond). Ce verset déclare que Jésus était Dieu dans la

ASSUREE

39

lorsqu’Il parcourait la terre. Et pourtant, Il a dû faire face à chaque tentation à laquelle nous sommes confrontés.

Voilà une des raisons pour lesquelles Jésus comprend vos émotions, vos frustrations et vos tentations. Il a vécu ce que vous vivez. Il a ressenti ce que vous ressentez. Il a surmonté les tentations que vous essayez de dompter actuellement.

Selon Hébreux 4:15, nous avons un sacrificateur qui compatit à nos faiblesses. Voilà pourquoi le verset suivant nous exhorte à nous approcher « avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »

Si Jésus a été réellement tenté en tous points comme vous, cela signifie que :

Jésus comprend vos émotions, vos frustrations et vos tentations. Il a vécu ce que vous vivez. Il a ressenti ce que vous ressentez.

• Si vous êtes tenté de voler, Jésus a été tenté de voler aussi.

• Si vous êtes tenté de mentir, Jésus l’a été également.

• Si vous êtes tenté sexuellement, Jésus a dû faire face aussi à la tentation sexuelle.

• Si vous êtes tenté de vous sentir tout le temps blessé, alors que vous avez le cœur sur la main, Jésus a été tenté de ressentir la même chose.

• Si vous êtes tenté de haïr et de garder rancune, Jésus a été tenté tout à fait de la même manière. (Imaginez comment vous pourriez vous sentir si Judas vous avait trahi !)

• Si vous êtes tenté de vous offusquer, Jésus a été tenté de S’offenser aussi.

VICTOIRE

trahi !) • Si vous êtes tenté de vous offusquer, Jésus a été tenté de S’offenser

ASSUREE

40

• Si vous êtes tenté d’abandonner la partie, Jésus a été tenté d’abandonner la partie également.

Ce n’est pas nécessaire de se sentir trop gêné pour s’approcher de Jésus. S’il existe quelqu’un qui comprend ce que vous vivez actuellement, c’est Jésus ! Il a été tenté en tous

points, comme vous, sans pourtant jamais céder à la tentation. De par ce qu’Il a vécu, Jésus comprend votre dilemme. Il sait ce qu’est la déception. Il a expérimenté la tentation d’être frustré et énervé. D’où l’exhortation d’Hébreux 4:16 de nous approcher avec assurance du trône de la grâce.

En tant que Celui qui a été confronté à chaque tentation que vous devez affronter personnellement, Jésus Se tient à vos côtés, prêt à vous venir en aide. Quand vous vous approchez de Lui, vous trouverez inévitablement miséricorde et grâce, pour être secouru dans vos besoins.

En tant que Celui qui a été confronté à chaque tentation que vous devez affronter personnellement, Jésus Se tient à vos côtés, prêt à vous venir en aide.

Jésus a été tenté de S’offenser et de S’énerver

Vous vous demandez peut-être : « Rick, comment savez-vous que Jésus a été tenté de S’offenser et de S’énerver ou de Se laisser blesser dans Ses sentiments ? »

Je le sais parce que la Bible dit très clairement que Jésus a été confronté à chaque tentation à laquelle nous devons faire face dans la vie. Jésus ne S’est jamais laissé prendre aux pièges de Satan ; mais Il a dû passer par ces frustrations. Si Jésus n’avait pas expérimenté comme nous chaque tentation, Il ne pourrait pas nous comprendre, ni nous servir en tant que notre Grand Souverain Sacrificateur.

VICTOIRE

Il ne pourrait pas nous comprendre, ni nous servir en tant que notre Grand Souverain Sacrificateur.

ASSUREE

41

Je ne peux qu’imaginer la frustration que Jésus a dû ressentir dans le Jardin de Gethsémané. Il avait investi trois ans et demi de Sa vie dans Ses disciples. Maintenant, pour la première fois, Il avait vraiment besoin d’eux. Il a donc demandé à trois de Ses disciples de prier pour Lui pendant Son heure de tentation (voir Matthieu 26:37-45). Jésus ne demandait qu’une heure de prière, mais au lieu d’intercéder, ils se sont endormis. Revenu une deuxième fois, Il les a suppliés de Le soutenir dans la prière, mais, de nouveau, ils se sont assoupis. Une troisième fois, Jésus est venu implorer Ses disciples pour qu’ils prient, mais encore une fois, ils se sont endormis à leur poste.

Et si vous aviez été à Sa place, ce soir-là ? Si vous aviez consacré

trois ans de votre vie à ces disciples, et que lorsque, finalement, vous leur demandez de vous aider pour une fois, ils ne cessent de manquer

à leur engagement ?

Il serait normal, dans une situation pareille, d’être tenté de leur en vouloir, de se froisser ou, carrément, de s’offenser. Dans une telle situation, il est normal que l’individu soit tenté de penser : « Comment osez-vous dormir après tout ce que j’ai fait pour vous ! Je regrette d’avoir

fait tout ce que j’ai fait pour vous, espèces d’ingrats ! » Mais Jésus ne S’est jamais laissé prendre à ce piège. Au contraire, cloué sur la Croix, Il

a prié : « Père, pardonne-leur… » (Luc 23:34).

Comme le comportement incohérent des gens

peut être surprenant !

Faites de votre mieux pour comprendre les autres, mais ne soyez pas trop surpris si les gens font quelque chose qui vous surprend !

VICTOIRE

les autres, mais ne soyez pas trop surpris si les gens font quelque chose qui vous

ASSUREE

42

Les gens peuvent être déconcertants. Vous pensez finalement les avoir compris, et, boum, ils font quelque chose qui vous désarçonne ! Même en un million d’années, vous n’auriez jamais cru qu’ils feraient quelque chose de si loufoque ou de si incohérent. Voilà pourquoi, si vous voulez vivre heureux, vous allez devoir apprendre à pardonner et à faire abstraction des incohérences des gens, de leur manque d’engagement, de leur infidélité, de leurs crises de colère et sautes d’humeur, ainsi que de tous les autres défauts inhérents à la nature humaine.

Pour être honnête, il y a des jours où je ne comprends même pas mes propres humeurs. C’est pourquoi je sais que je dois faire preuve de miséricorde lorsque les autres ne se comportent pas selon mes attentes. Quand je suis tenté de m’énerver avec Denise, avec mes fils ou mes associés dans le ministère, je fais une pause pour me rappeler que je ne suis pas parfait non plus. Il y a sûrement des moments où ces mêmes personnes sont tout aussi perplexes face à moi que je le suis, moi, face à elles !

• Comprenez-vous toujours vos propres états d’esprit ?

• Maîtrisez-vous toujours vos émotions ?

• Faites-vous parfois des choses qui vont à l’encontre de ce que vous savez être correct ?

• Vous arrive-t-il parfois de ne pas atteindre les normes que vous avez établies et que vous exigez des autres ?

Je ne peux pas trop me plaindre des autres en les jugeant déconcertants, puisque je suis, parfois, tellement un mystère pour moi-même ! Oh, combien j’aspire au jour où je marcherai à temps

VICTOIRE

tellement un mystère pour moi-même ! Oh, combien j’aspire au jour où je marcherai à temps

ASSUREE

43

plein dans l’Esprit ! Malheureusement, il semble qu’il faudra que mon corps mortel revête l’immortalité avant que cela n’arrive !

Quand nous recevrons nos corps glorifiés et que nous irons au Ciel, toutes nos incohérences, nos sautes d’humeur, nos « deux poids, deux mesures » et nos émotions complexes disparaîtront. Nous serons éternellement de bonne humeur ! Jusqu’alors, nous devrons constamment pardonner, en faisant preuve de la même miséricorde envers les autres que celle à laquelle nous nous attendons de leur part.

Nous devrons constamment pardonner, en faisant preuve de la même miséricorde envers les autres que celle à laquelle nous nous attendons de leur part.

Veuillez pardonner ma franchise sans ambages, mais avant le jour où le corps de Christ entier voit Jésus face à face, les croyants expérimenteront des moments où :

• Le comportement des maris agace leurs femmes

• Les femmes énervent leurs maris

• Les enfants déçoivent leurs parents

• Les parents s’emportent face à leurs enfants et blessent leurs émotions

• Les amis sont introuvables en cas de besoin urgent

• Les employés trahissent leurs collègues pour obtenir un meilleur poste ou une promotion

• Les employeurs font preuve de favoritisme, au lieu de traiter leurs employés équitablement et justement comme il se doit

• Les membres d’églises critiquent le pasteur dans son dos

VICTOIRE

et justement comme il se doit • Les membres d’églises critiquent le pasteur dans son dos

ASSUREE

44

• Les pasteurs répètent parfois ce qui leur a été dit en privé, tout en blessant les membres de l’église qui se sont confiés à eux en privé

Même les chrétiens qui passent des heures dans la prière, lisent la Parole, prient dans l’Esprit et visent une vie sainte, agissent parfois dans la chair, en faisant et en disant des choses qu’ils regrettent plus tard. Cela fait juste partie de notre humanité.

S’agit-il d’une occasion que le Saint-Esprit

veut utiliser pour VOUS transformer ?

Si vous êtes troublé chaque fois que quelqu’un dit ou fait quelque chose d’inférieur à ce que vous attendez de cette personne, vous vivrez constamment dans l’énervement et dans la frustration. De même, si vous perdez votre paix à chaque fois que quelqu’un ne fait pas ce que vous attendez de lui, vous aurez une vie faite de hauts et de bas, de continuelles montagnes russes !

Plutôt que de vous concentrer sur les incohérences et les défauts des autres, pourquoi ne pas regarder dans le miroir et permettre au Saint-Esprit de vous toucher ? Il se peut que Dieu Se serve de ceux qui vous ont fait du tort pour exposer un aspect de votre caractère qui a besoin de changer !

D’où l’importance de la question : « Que m’a révélé cette situation sur moi-même ? »

• Est-ce que je manque de patience ?

• Est-ce que je manque de gentillesse ?

• Est-ce que je manque de tempérance ?

• Est-ce que je ne pardonne pas ?

VICTOIRE

manque de gentillesse ? • Est-ce que je manque de tempérance ? • Est-ce que je

ASSUREE

45

• Suis-je rancunier ?

• Suis-je intolérant ?

• Suis-je râleur ?

• Suis-je critique ?

• Est-ce que je manque de compassion ?

• Suis-je sévère et chicanier ?

Si une relation, ou une situation, particulière a révélé une faille dans votre caractère, décidez de ne plus regarder les imperfections des autres et de permettre à l’Esprit de Dieu de vous montrer comment résoudre ces manquements manifestes.

Selon Galates 5:22-23 : « … le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses » (Bible Louis Segond). Un Chrétien mûr doit apprendre à permettre au fruit de l’Esprit de se manifester en lui, peu importe la situation.

Quand tout se passe bien au niveau relationnel, sans défis, problèmes ou conflits, il est facile d’être gentil, aimant et patient. Mais la vraie preuve de la maturité spirituelle ne se mesure pas dans les moments où votre chair se trouve dans le confort. La vraie spiritualité se révèle lors des situations qui vous hérissent ! À ces moments-là :

• Réussissez-vous à crucifier votre chair ?

• Êtes-vous

les

capable

de

considérer

importants que vous-même ?

autres

comme

plus

• Arrivez-vous à privilégier les intérêts et les préoccupations des autres ?

VICTOIRE

autres comme plus • Arrivez-vous à privilégier les intérêts et les préoccupations des autres ? V

ASSUREE

46

Afin de vivre une vie chrétienne comblée, il est essentiel de développer les fruits de l’Esprit dans votre marche spirituelle. Si votre joie et votre bonheur dépendent des autres, vous ne serez jamais content. Vous serez lésé, déçu, blessé et fâché la plupart du temps, puisque personne ne pourra jamais en faire assez pour vous satisfaire. En revanche, lorsque vous cultivez votre relation avec le Saint-Esprit et que vous développez le fruit de l’Esprit dans votre vie, vous pouvez être joyeux, rassasié, quel que soit l’environnement. Votre bonheur viendra de l’intérieur de vous-même et ne sera pas influencé par autrui, ni par les circonstances externes.

Certains ont cherché depuis tellement longtemps à trouver leur sens et leur épanouissement dans les autres et ont été déçus de si nombreuses fois, qu’ils sont devenus amers et rancuniers. Si cette situation perdure, ces mauvaises attitudes commenceront à déteindre sur leur façon de voir la vie, en les rendant très malheureux, même s’ils se considèrent comme des « Chrétiens remplis du Saint-Esprit. »

Si vous avez nourri de telles attitudes malsaines, permettez au Saint-Esprit de les reconnaître, de les extirper et de les enlever. Sinon, elles commenceront à produire des fruits nocifs qui peuvent vous isoler sur le plan social et vous paralyser sur le plan émotionnel pour le reste de votre vie.

Sans surveillance, le poison de l’amertume, du ressentiment et de la rancune devient comme une maladie en phase terminale. Ces attitudes mortifères finissent par vous ronger de l’intérieur, en vous aigrissant et en détruisant toutes vos relations.

VICTOIRE

par vous ronger de l’intérieur, en vous aigrissant et en détruisant toutes vos relations. V ICTOIRE

ASSUREE

47

Un exemple authentique

Permettez-moi de vous donner un exemple concret en guise d’illustration des effets destructeurs de l’amertume, du ressentiment, de la rancune et de l’offense.

Je pense à une chère femme de l’ex-Union Soviétique que je connais depuis des années. Elle est un des captifs émotionnels dont je parle. Si elle est libre de marcher le long des rues de sa ville, elle est tout aussi captive que chaque personne à laquelle j’ai eu affaire en exerçant mon ministère dans une vraie prison.

Des raisons légitiment son amertume et son ressentiment. Son enfance fut remplie d’abus et de mauvais traitements. Mais elle n’a jamais pu pardonner à ceux qui l’ont maltraitée ; par conséquent, son amertume la lie depuis de nombreuses années.

Elle fait partie des millions de personnes qui ont été malmenées pendant les années soviétiques. Beaucoup de personnes pourraient raconter une histoire semblable, mais elles ont appris à pardonner, à faire abstraction des torts subis et à aller de l’avant. Cette femme n’a jamais pu ensevelir son passé. Emprisonnée par ces blessures, elle vit maintenant dans un monde isolé et solitaire. Semaine après semaine, elle reste assise au balcon de l’église de Riga, ne permettant à personne de la toucher, de lui parler ou de s’approcher d’elle d’aucune manière.

À cause de son ressentiment et de sa rancune, elle se méfie de tous ceux qui voudraient s’approcher d’elle. Ses blessures passées sont devenues autant d’excuses pour ne pas faire confiance aux autres et pour qualifier d’hypocrites tous les membres du corps de Christ. Mais elle est devenue exactement ce dont elle accuse les autres.

VICTOIRE

les membres du corps de Christ. Mais elle est devenue exactement ce dont elle accuse les

ASSUREE

48

Son apparence, comme son langage, sont devenus austères, sévères. Son corps est estropié par une arthrite invalidante. Elle reflète précisément la haine qu’elle porte dans son âme.

Cela pourrait sembler un cas extrême ; si seulement cela l’était ! Mais c’est tristement la réalité de beaucoup de croyants. En fait, le corps de Christ est rempli de gens portant des cicatrices du passé qui compromettent leurs vies et leurs relations actuelles.

Vous est-il arrivé d’être malmené, maltraité, déçu, blessé, abandonné ou trahi par votre conjoint ? Poignardé dans le dos par d’autres membres de votre église ? Ou rejeté par vos parents, votre famille ou vos amis ? Si la réponse est oui à au moins une de ces questions, vous savez comment le diable sait se servir d’une telle expérience pour vous affaiblir.

Mais il est temps d’aller de l’avant et de tirer un trait sur le passé.

Si vous avez des blessures, des bleus et des cicatrices d’offenses et de torts passés, vous n’êtes plus obligé de les porter. Vous n’êtes plus obligé de vivre aujourd’hui les effets résiduels de ce que le diable vous a infligé hier.

Jésus comprend et veut vous libérer

Comme nous l’avons déjà noté, nous avons tous des occasions de nous vexer et de nous offenser, et le diable s’assurera que vous ne faites pas exception ! Il est important que vous sachiez comment réagir lors de ces occasions, pour ne pas vous laisser prendre au piège du diable.

Dans le prochain chapitre, je vous expliquerai exactement comment opère le diable dans le domaine de vos émotions. Si vous comprenez ses tactiques, vous pouvez contrecarrer ses attaques

VICTOIRE

le domaine de vos émotions. Si vous comprenez ses tactiques, vous pouvez contrecarrer ses attaques V

ASSUREE

49

avant qu’il ne sème de mauvaises graines dans votre âme. Ce prochain chapitre pourrait s’avérer la révélation salvatrice à propos de laquelle vous avez supplié Dieu !

Permettez-moi, néanmoins, de vous encourager d’abord à faire encore une chose. Avant d’accuser les autres de leurs échecs ou de pointer du doigt le diable, approchez-vous du miroir de la Parole de Dieu en vous demandant :

Avant d’accuser les autres de leurs échecs ou de pointer du doigt le diable, approchez- vous du miroir de la Parole de Dieu en vous demandant :

COMMENT DOIS-JE CHANGER ?

• Comment dois-je changer ?

• Comment puis-je devenir plus compréhensif ?

• Comment puis-je cultiver plus de patience dans ma vie ?

• Comment puis-je faire preuve de miséricorde envers ceux qui me blessent ?

• Comment puis-je corriger les failles de mon caractère qui ont été exposées par ces circonstances ?

Jésus comprend vos luttes contre l’amertume et le ressentiment. Il a Lui-même dû remporter la victoire sur le même genre de tentations. Alors, la prochaine fois que vous vous sentez blessé ou froissé à cause du comportement des autres, calmez-vous et écoutez la voix du Saint-Esprit dans votre cœur. Demandez-Lui de vous révéler ce qui doit changer dans votre vie. C’est la première étape pour vous affranchir de l’esclavage de l’amertume, afin d’entrer dans la liberté du pardon !

VICTOIRE

pour vous affranchir de l’esclavage de l’amertume, afin d’entrer dans la liberté du pardon ! V

ASSUREE

50

De quoi méditer…

Considérez l’humilité de Jésus. Il est resté silencieux lorsqu’on Le dénigrait, et Il a prié pour ceux qui voulaient Lui nuire exprès.

Quand le comportement des autres est incohérent, et qu’ils vous déçoivent, réagissez-vous comme Jésus le fait à votre égard, lorsque vous êtes incohérent et décevant ?

h

Vous ne pouvez pas contrôler les autres, mais vous pouvez,

et devez, vous contrôler vous-même.

Quels sont vos points sensibles, ces domaines où vous êtes facilement et souvent tenté de vous offenser ou de vous énerver ?

Y a-t-il quelqu’un dans votre entourage qui vous « hérisse »

régulièrement ? La prochaine fois que cela se passe, comment pouvez-vous agir différemment pour éviter de réagir à l’offense selon vos tendances habituelles ? Et que devez-vous faire pour remporter la victoire – pour de bon ?

VICTOIRE

vos tendances habituelles ? Et que devez-vous faire pour remporter la victoire – pour de bon

ASSUREE

51

4

Chapitre

Le mode opératoire du diable dans le domaine de l’intellect et des émotions

J e voudrais vous aider à comprendre comment le diable opère dans le domaine de l’intellect et des émotions. Ce que je vais vous dire est simple, mais, pourtant, révolutionnaire, de quoi changer votre vie. Si vous vous emparez de ces vérités, elles peuvent vous libérer des mensonges du diable pour toujours ! Permettez-moi de commencer en disant que le diable n’a aucun droit d’intervenir dans votre vie, à moins que vous ne lui ouvriez une porte pour qu’il puisse y entrer et s’y affairer. Donc, lorsque vous évitez toute mauvaise attitude, il est très difficile pour le diable d’avoir accès à votre famille, vos amitiés, vos relations, votre santé, vos finances, votre ministère ou votre travail. Quand le diable n’arrive pas à entrer par la grande porte, il essaie souvent de passer par la porte de derrière. Un cœur pourri par l’amertume, le ressentiment et la rancune lui fournit une telle entrée. Ces attitudes créent un accès pour que Satan s’infiltre au beau milieu de vos relations les plus importantes. Et, croyez-moi, il est bien plus facile de bloquer son accès à vos

VICTOIRE

les plus importantes. Et, croyez-moi, il est bien plus facile de bloquer son accès à vos

ASSUREE

52

Il est bien plus facile de BLOQUER l’accès du diable à vos relations que de le CHASSER s’il a déjà trouvé le moyen de se faufiler là-dedans !

relations que de le chasser s’il a déjà trouvé le moyen de se faufiler là-dedans ! Pourtant, si le diable a déjà pris pied dans un domaine de votre vie par le biais de ces attitudes destructrices, je suis là pour vous annoncer que vous pouvez tout de même en être libéré !

Résister aux ruses du diable

Dans Éphésiens 6:10-18, Paul nous explique le mode opératoire du diable. Il est extrêmement important de connaître et de comprendre ce passage biblique. (Pour ceux d’entre vous qui parlent anglais, je recommande vivement mon livre Dressed to Kill, qui traite expressément du combat et de l’armure spirituels).

Paul nous incite dans Éphésiens 6:11 : « Revêtez-vous de l’armure que Dieu vous donne afin de pouvoir tenir ferme contre toutes les ruses du diable ». Je voudrais que vous prêtiez particulièrement attention à l’expression : « les ruses du diable ». La compréhension de sa signification vous révélera la façon dont le diable essaie d’agir dans la vie d’une personne.

Trois autres mots-clés néotestamentaires sont « machinations », « tromperie » et « diable ». Dès que vous saisirez le lien entre ces mots, je crois qu’un voile sera ôté et la lumière de la révélation luira dans votre cœur pour vous faire comprendre comment le diable essaie d’opérer dans la vie de la plupart d’entre nous, y compris dans la vôtre.

Suivez-moi maintenant, le temps que je vous fasse partager une étude de mots grecs que vous n’oublierez jamais !

VICTOIRE

le temps que je vous fasse partager une étude de mots grecs que vous n’oublierez jamais

ASSUREE

53

Quelles sont « les ruses » du diable ?

Le mot « ruses » vient du grec methodos, une juxtaposition des mots meta et odos. Meta est une préposition qui signifie avec. Odos veut dire route. L’association de ces deux mots meta et odos pour en former un autre, comme dans Éphésiens 6:11 (methodos), donne la signification littérale : avec une route.

Vous vous êtes probablement déjà rendu compte que notre mot « méthode » vient de methodos. Certaines traductions rendent methodos correctement par « méthode » en Éphésiens 6:11, mais « méthode » n’est pas assez fort pour rendre la pleine signification du grec methodos.

Je voudrais vous expliquer le sens de ce mot le plus simplement possible. La signification la plus littérale de « ruses » (methodos) est : avec une route. Je suis conscient que, de prime abord, cela peut sembler un peu bizarre. Mais, lorsque l’on fait le lien entre ce mot et le diable, comme Paul le fait en Éphésiens 6:11, cela commence à avoir du sens. Cela veut dire que le diable chemine sur une seule route, un seul chemin ou un seul sentier. En d’autres termes, il n’a qu’une seule approche à votre égard.

Je me rends compte que beaucoup de croyants pensent que le diable a toutes sortes de moyens imaginaires pour s’infiltrer dans leur vie. Cependant, le mot methodos nous révèle qu’en fait, l’ennemi n’a pas un sac à malices infinies. Il n’a qu’une seule façon, qu’un seul moyen, de s’insinuer dans la vie d’un individu.

À titre d’exemple, si vous projetez un voyage, il est logique de prendre une carte et de planifier votre parcours jusqu’à votre destination. Vous n’empruntez pas n’importe quelle route. Vous élaborez une stratégie pour trouver le meilleur chemin le plus rapide pour arriver à bon port, n’est-ce pas ?

VICTOIRE

pour trouver le meilleur chemin le plus rapide pour arriver à bon port, n’est-ce pas ?

ASSUREE

54

Il serait assez insensé de sauter dans la voiture pour partir sans savoir quelle direction suivre. Vous risqueriez de prendre une multitude de mauvaises directions en empruntant n’importe quelle route. Il vaut mieux vous servir d’une carte et rester sur la bonne voie.

Et c’est précisément cela, le sens du mot methodos. Le diable ne gaspille pas de temps. Il sait où il veut aller. Il a choisi sa destination. Au lieu de perdre son temps avec de nombreuses façons de faire, il a bien maîtrisé le moyen le plus efficace pour atteindre son but.

Le diable n’est pas un voyageur écervelé. Arrivé à sa destination, il n’a qu’un objectif principal :

semer la pagaille et apporter la destruction. C’est ce qu’il essaie toujours de faire, où qu’il apparaisse.

D’où l’importance de nous demander : « Où le diable se dirige-t-il et que veut-il accomplir une fois arrivé là-bas ? »

L’objectif et l’envie du diable

Le diable N’EST PAS un voyageur écervelé. Arrivé à sa destination, il n’a qu’un objectif principal : semer la pagaille et apporter la destruction.

À mon avis, Paul nous révèle l’objectif de Satan en 2 Corinthiens 2:11, lorsqu’il dit : « nous n’ignorons pas ses machinations » (Bible Martin).

Notez bien le mot « machinations » dans ce verset, du mot grec noemata (de « nous », « l’intellect » ou « la pensée » en grec). Dans un sens, Paul est en train de dire : « nous n’ignorons pas la pensée de Satan » ou : « nous n’ignorons pas la façon de penser et de manigancer de Satan ».

En outre, le mot noemata fait allusion au complot sournois de Satan pour remplir de confusion l’intellect humain. Il n’y a aucun

VICTOIRE

au complot sournois de Satan pour remplir de confusion l’intellect humain. Il n’y a aucun V

ASSUREE

55

doute que c’est dans la sphère de notre pensée que Satan se sent le plus à l’aise. Il sait que, s’il arrive à avoir accès à la pensée et aux émotions d’une personne, il pourra très probablement la prendre au piège et l’emprisonner.

Le mot grec décrit non seulement l’intellect intrigant de Satan, mais aussi sa façon subtile et maline d’assaillir et de s’acharner contre la pensée des autres. Noemata a même la notion de manipulation psychologique. Ce qui veut dire qu’on pourrait traduire le verset ainsi : « nous n’ignorons pas l’art de la manipulation psychologique déployé par Satan ».

Personnellement, cette traduction me plaît, car elle identifie le but essentiel du diable : se faufiler dans la pensée de quelqu’un pour la remplir d’émotions mensongères, de perceptions erronées et de confusion. Voilà pourquoi Paul nous a enjoints de renverser « les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu » et d’amener « toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Corinthiens 10:5, Bible Louis Segond).

Le diable se délecte à faire de l’intellect et des émotions des gens son terrain de jeux ! Il adore inonder leurs

perceptions et leurs sens d’illusions qui les captivent, les paralysent et, finalement, les détruisent, comme dans le cas de la femme dont je vous ai parlé dans le chapitre précédent.

Plutôt que d’être victime des attaques du diable, décidez de prendre autorité sur vos pensées et vos émotions. Si vous voulez remporter la victoire sur le diable dans ce domaine, il vous faudra concentrer tous vos efforts pour amener chaque pensée captive à

Si vous voulez remporter la victoire sur le diable dans ce domaine, il vous faudra concentrer tous vos efforts pour amener CHAQUE pensée captive à l’obéissance de Christ.

VICTOIRE

faudra concentrer tous vos efforts pour amener CHAQUE pensée captive à l’obéissance de Christ. V ICTOIRE

ASSUREE

56

l’obéissance de Christ. Et dès que vous avez pris la décision de le faire, il est essentiel que vous vous en teniez à votre résolution. Si vous ne vous engagez pas réellement à intercepter chaque pensée que le diable essaie d’injecter dans votre intellect et dans vos émotions, il vous frappera de nouveau !

Par exemple, le diable pourrait essayer de vous dire : « Vous êtes nul. Vous êtes nul. Vous êtes nul. » Tant que vous résisterez à ces attaques sur votre pensée, elles n’aboutiront à rien. Mais le jour où vous commencerez à croire à ces mensonges et à les considérer comme la vérité, gare à vous !

Si vous n’avortez pas rapidement de ces trompeuses pensées diaboliques, en peu de temps, votre foi validera ces mensonges en leur permettant de devenir des réalités légitimes dans votre vie. Vous deviendrez une nullité !

Marc 11:23 fonctionne bien pour le diable aussi !

Marc 11:23 est un verset puissant que les croyants font leur et utilisent concernant la foi et la confession. Mais le principe de ce verset fonctionne tout aussi bien pour le diable : « Vraiment, je vous l’assure, si quelqu’un dit à cette colline [montagne] : « Soulève-toi de là et jette-toi dans la mer », sans douter dans son cœur, mais en croyant que ce qu’il dit va se réaliser, la chose s’accomplira pour lui. »

Selon l’enseignement de Jésus dans ce verset, vous pouvez déclencher ce que vous dites et ce que vous croyez dans votre cœur. Par exemple, si vous croyez dans votre cœur que Jésus a acheté votre guérison, et si vous associez votre foi sincère à la confession de votre bouche, vous pouvez littéralement provoquer la manifestation de cette guérison dans votre corps physique.

VICTOIRE

, vous pouvez littéralement provoquer la manifestation de cette guérison dans votre corps physique. V ICTOIRE

ASSUREE

57

Une puissance créative est déclenchée lorsque le cœur et la bouche s’accordent ! D’où l’importance de prêter attention à ce que vous croyez dans votre cœur et dites de votre bouche, puisque leur « synchronisation » fait bouger les choses !

Cette concertation cœur-bouche fonctionne soit positivement, soit négativement. Elle peut provoquer la manifestation de la guérison de votre corps, du salut de votre famille, de la prospérité de votre entreprise et de la croissance de votre église. Mais le diable sait comment utiliser contre vous ce principe ! S’il réussit à remplir votre tête et votre cœur de mensonges auxquels vous croyez, et s’il arrive à vous appâter pour que vous commenciez à confesser ces mensonges de votre bouche, il sait que ces images maléfiques se réaliseront, à cause de vous !

C’est la raison pour laquelle le diable voudrait saturer votre tête de pensées trompeuses et brosser un tableau si saisissant sur le « grand écran » de votre intellect. Voilà pourquoi il assaille également vos pensées et vos émotions, encore et encore. Satan sait que, s’il arrive à vous persuader d’accepter ces mauvaises images mentales, vous finirez par en parler – et si vous commencez à les confesser, vous en déclenchez la manifestation.

De l’abondance du cœur

Jésus a expliqué que « c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » (Matthieu 12:34, Bible Louis Segond). En d’autres mots, au final, ce qui est dans votre cœur sortira inévitablement de votre bouche ! Puisqu’une grande puissance est libérée lorsque votre cœur et votre bouche commencent à coopérer, il est extrêmement important de remplir votre cœur de bonnes choses. En obligeant votre cœur et

VICTOIRE

il est extrêmement important de remplir votre cœur de bonnes choses. En obligeant votre cœur et

ASSUREE

58

votre bouche à s’accorder avec la Parole de Dieu, vous entrez dans le domaine de la foi créatrice.

Marc 11:23 promet que ce que vous croyez dans votre cœur et déclarez de votre bouche se réalisera. Mais, comme je vous l’ai dit auparavant, cela ne s’applique pas seulement aux promesses bibliques ; cela s’applique à tout ce que vous croyez dans votre cœur et déclarez de votre bouche. Alors, si le diable vous persuade de croire et de dire des choses erronées, ce sera votre propre cœur et votre bouche qui s’assureront que ces confessions meurtrières s’accomplissent.

Je sais que c’est parfois difficile de dompter sa langue. Mais, lorsque vous laissez s’échapper de votre bouche des flots de paroles exprimant tout ce que le diable vous met dans la tête, vous jouez avec le feu !

C’est un fait scientifique que lorsque vous exprimez quelque chose à haute voix, ces mots sont accrédités et habilités dans votre pensée. Voilà pourquoi le diable veut que vous répétiez chaque bêtise qu’il vous met en tête. En la réitérant à haute voix, vous aidez l’ennemi à bâtir une forteresse dans le domaine de votre pensée.

Puisqu’une grande puissance est libérée lorsque votre cœur et votre bouche commencent à coopérer, il est extrêmement important de REMPLIR votre cœur de bonnes choses.

Le diable veut que vous répétiez chaque bêtise qu’il vous met en tête. En la réitérant à haute voix, vous aidez l’ennemi à bâtir une FORTERESSE dans le domaine de votre pensée.

Une marionnette manipulée par les émotions

ou une intelligence renouvelée ?

Dès que le diable a établi une forteresse dans votre intelligence, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne

VICTOIRE

une forteresse dans votre intelligence, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne V ICTOIRE

ASSUREE

59

commence à tirer les ficelles émotionnelles. Il veut faire de vous, à son gré, une marionnette émotive !

Car celui qui contrôle votre tête contrôle aussi vos émotions. Et celui qui contrôle vos émotions a le pouvoir absolu d’influencer votre image de vous-même, votre mariage, vos amitiés, vos relations, la façon dont vous vous présentez aux autres, et ainsi de suite.

Voilà une autre raison pour laquelle il est important de passer du temps dans la Parole de Dieu. Au fur et à mesure que vous passez du temps à méditer la Parole, votre intelligence est renouvelée pour penser à la manière de Dieu (voir Éphésiens 4:23 ; Colossiens 3:10). La Parole de Dieu apporte une purification surnaturelle qui lave votre pensée et vos émotions de la salissure du monde, des souvenirs des mauvaises expériences passées et des mensonges que l’ennemi a essayé de semer dans votre cerveau.

Quand vous faites une priorité d’imprégner votre tête des vérités de la Parole de Dieu, le diable a du mal à pénétrer vos pensées. Sans pouvoir s’y infiltrer, il n’arrive pas non plus à influencer vos émotions. En revanche, ne pas remplir votre pensée de la Parole de Dieu pourrait aboutir à la catastrophe, étant donné que chaque domaine de votre vie reste vulnérable aux assauts de Satan.

Une personne dont la pensée est renouvelée par la Parole de Dieu est renforcée intérieurement et étayée. L’ennemi a plus de mal à la tromper, puisque le fondement robuste de la vérité de cet individu repousse les assauts de son adversaire.

Satan sait que les têtes vides sont faciles à duper. D’où sa joie lorsqu’il trouve un croyant qui n’a fait aucun effort pour remplir sa pensée

Quand vous faites une priorité d’imprégner votre tête des vérités de la Parole de Dieu, le diable a du mal à pénétrer vos pensées.

VICTOIRE

votre tête des vérités de la Parole de Dieu, le diable a du mal à pénétrer

ASSUREE

60

des vérités de la Parole de Dieu. L’ennemi vient de repérer une autre tête vide qui attend seulement que quelqu’un passe la remplir. Comme il est ravi de vous obliger !

Quelqu’un va contrôler votre intelligence ; à qui l’honneur ?

Votre pensée sera obligatoirement remplie de quelque chose. Il vaut donc mieux choisir quelque chose de bon. Qui ou quoi va contrôler votre intelligence ? Dieu et Sa Parole ? Ou l’ennemi et ses mensonges ? Assurez-vous de trancher avec sagesse, puisque votre choix à cet égard déterminera vos réussites ou vos échecs dans la vie. Je voudrais vous donner un exemple de ce qui se passe lorsque les gens permettent à l’ennemi de contrôler leurs pensées et leurs émotions. Parlons de l’exemple très basique du mariage. Beaucoup de mariages échouent à cause des mensonges que l’ennemi martèle dans la tête de l’un ou des deux époux. À titre d’exemple, le diable pourrait chuchoter à la femme : « T’as des ennuis dans ton mariage. T’as des ennuis dans ton mariage. » Au début, la femme reconnaît que cette pensée est un mensonge de l’ennemi. Elle sait que même si son mariage n’est pas parfait, sa relation avec son mari est forte et l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre est robuste et sincère. Pourtant, l’ennemi ne cesse de la tourmenter dans sa pensée – de la frapper, de la cogner, de la battre et de la marteler intellectuellement et émotionnellement avec de fausses accusations :

• Cette relation ne peut pas rester perpétuellement aussi forte.

• C’est trop beau pour être vrai.

• Ce mariage ne durera pas longtemps.

• Ce rêve est sur le point de s’évanouir.

VICTOIRE

être vrai. • Ce mariage ne durera pas longtemps. • Ce rêve est sur le point

ASSUREE

61

Peut-être sait-elle que ces pensées sont saugrenues. Mais, si la femme ne s’insurge pas et ne rejette pas ces suggestions truffées de doute, celles-ci lui feront atteindre un nouveau degré d’accusations mentales, telles que :

• Il ne peut pas t’aimer autant.

• Il doit s’intéresser à quelqu’un d’autre.

• Il ne t’envoie plus de fleurs.

• Il regarde les autres femmes avec intérêt.

• Il y a quelque chose qui cloche. • Ton mariage prend l’eau.

• Il est temps de trouver un avocat !

Au moment où les époux commencent à ressasser ce genre de propagande diabolique, ils ouvrent grand la porte à l’ennemi pour qu’il puisse les harceler sans relâche. Désormais, ils seront accompagnés d’un torrent de pensées torturantes et accablantes,

jusqu’à ce qu’ils prennent position et ordonnent au diable de « la boucler » !

Le diable est extrêmement compétent en bombardement de l’intellect et des émotions des gens par ses mensonges et ses supercheries, jusqu’à leur faire accepter ces mensonges comme des vérités. En fait, c’est avec beaucoup de succès qu’il a employé sa stratégie de manipulation psychologique contre la race humaine. Voilà pourquoi des multitudes de gens prennent des médicaments contre la dépression et dépensent énormément d’argent pour des livres offrant des méthodes d’aide personnelle.

Le diable est extrêmement compétent en bombardement de l'intellect et des émotions des gens par ses mensonges et des supercheries, jusqu'à leur faire accepter ces mensonges comme des vérités.

VICTOIRE

mensonges et des supercheries, jusqu'à leur faire accepter ces mensonges comme des vérités. V ICTOIRE ASSUREE

ASSUREE

62

Pourtant, en tant que croyant, vous n’êtes jamais obligé d’être submergé par les intimidations, les suggestions ou les mensonges du diable. Qu’il martèle aussi énergiquement et aussi systématiquement qu’il le veut, Satan ne peut pas se faufiler dans votre vie lorsque vous êtes protégé par le bouclier de la foi et que votre intellect est préservé par le casque du salut (voir Éphésiens 6:16-17).

Que veut dire le nom « diable » ?

Le nom « diable » vient du mot grec diabolos. Mais ce mot diabolos est bien plus qu’un nom ; il s’agit du profil d’un poste à pourvoir ! Il révèle la façon d’œuvrer du diable et l’objectif qu’il vise à atteindre au niveau de vos pensées, de vos émotions, et, au final, dans chaque domaine de votre vie, y compris dans vos relations.

Le mot diabolos est une association des mots dia et ballo. Dia veut dire à travers, comme lorsque quelqu’un transperce quelque chose de part en part, pour illustrer la capacité de Satan à perforer ou à pénétrer. Ballo veut dire jeter, dans le sens de jeter une balle ou un rocher. Il dépeint une action rapide de mouvement en avant, lorsqu’on lance quelque chose. C’est le même mot grec utilisé dans Jean 13:2, pour décrire le moment où le diable a rapidement injecté une graine de trahison dans le cœur de Judas. (Je vous en dirai davantage dans le chapitre suivant.)

La juxtaposition des mots dia et ballo forme diabolos, le mot néotestamentaire pour le diable. Il décrit littéralement celui qui frappe encore et encore, de manière répétée, jusqu’à ce que l’objet de ses assauts soit tellement usé et vaincu qu’il peut être transpercé et pénétré.

L’effet de l’accumulation de l’eau qui ne cesse de goutter sur un rocher nous sert d’exemple dans le domaine naturel. Une seule

VICTOIRE

qui ne cesse de goutter sur un rocher nous sert d’exemple dans le domaine naturel. Une

ASSUREE

63

goutte n’est pas puissante toute seule, mais, lorsque des milliers de gouttelettes d’eau tombent encore, encore et encore pendant une période prolongée, la force combinée de toutes ces gouttes a le potentiel pour percer un trou dans la roche solide !

D’où l’importance de vous fortifier par la Parole de Dieu et de vous entourer de gens de foi, surtout lorsque vous êtes las et épuisé. Le diable se délecte à attaquer lorsque vous êtes affaibli. Il chérit ces moments où il vous trouve seul et éreinté. L’ennemi sait que vous êtes plus susceptible de succomber aux mensonges et aux images qu’il veut vous balancer lorsque vous êtes fatigué, lessivé, à bout de forces.

Daniel 7:25 dit clairement que le diable se plaît « à opprimer les saints » [jusqu’à les épuiser]. Il le

fait en alimentant continuellement nos pensées et nos émotions de ses mots sournois et trompeurs. Son objectif est de saper notre résistance, afin de bourrer nos têtes d’allégations accusatrices à propos d’autrui ou de nous-mêmes.

Si vous êtes affaibli, il vous faut donc être encore plus vigilant par rapport aux pensées qui vous passent par la tête. Quand vous êtes faible, fatigué et épuisé, il est plus facile de ne pas voir clair, de comprendre de travers ce que vous entendez et de mal percevoir la réalité.

Il est rare que je participe à des conversations sur des sujets sensibles lorsque je suis épuisé, car c’est un de ces moments où je ne vois, n’entends ni ne perçois pas les choses correctement. J’ai observé que le diable a trop souvent profité de ces occasions dans ma vie pour m’inciter à m’emporter et à m’agiter.

Fortifiez-vous par la Parole de Dieu et entourez- vous de gens de foi, surtout lorsque vous êtes las et épuisé. Le diable se délecte à attaquer lorsque vous êtes affaibli.

VICTOIRE

lorsque vous êtes las et épuisé. Le diable se délecte à attaquer lorsque vous êtes affaibli.

ASSUREE

64

Puisque je suis conscient de cette tendance, j’essaie d’éviter des conversations intenses lorsque je suis extrêmement las, et donc, plus facilement tenté par le diable. Il vaut mieux pour tous, les autres et moi-même, attendre que je recouvre des forces avant d’aborder le sujet en question.

Ne permettez pas au diable de se faufiler dans vos relations

Tant de fois, nous ouvrons la porte au diable, en l’invitant carrément à entrer, à cause des querelles et des désaccords que nos moments de faiblesse ou de lassitude rendent possibles. Bien sûr qu’il faut discuter des problèmes ! Mais pas lorsque nous sommes tellement éreintés que nous n’arrivons pas à voir clair ! C’est alors que nous sommes la proie rêvée pour les attaques du diable.

Réfléchissez un instant. Combien d’amitiés auraient été épargnées, si toutes les personnes concernées avaient pris un peu de repos avant d’exprimer leurs désaccords et leurs différences ? Combien d’époux auraient pu éviter de s’adresser mutuellement des mots laids, avilissants, blessants, s’ils avaient passé deux heures individuellement dans la prière et dans l’évaluation de la situation, avant de poursuivre leur dialogue ?

Quand des pensées pessimistes, désapprobatrices, cyniques, moqueuses, sarcastiques ou péjoratives commencent à envahir votre tête à propos de quelqu’un, il vaut mieux prendre un peu de recul et faire une pause. Ce flot de pensées négatives devrait servir de drapeau rouge pour vous avertir que l’accusateur essaie de s’insinuer dans vos pensées et dans vos émotions. Passez du temps à vous calmer dans la présence du Seigneur et permettez-Lui de vous montrer Sa perspective sur la situation.

VICTOIRE

dans la présence du Seigneur et permettez-Lui de vous montrer Sa perspective sur la situation. V

ASSUREE

65

Quand le diable commence à vous assaillir, cet assaut intellectuel peut ressembler à ceci :

• Pourquoi permets-tu à ces gens de te traiter comme ça ?

• Ils ne t’apprécient pas, alors à quoi bon continuer à faire tout ce que tu fais pour eux ?

• Il vaudrait mieux aller à une autre église où tu seras reconnu et honoré !

• Arrête de servir ton époux(se) ingrat(e) – il (elle) ne mérite pas quelqu’un d’aussi gentil(le) et de généreux(se) que toi !

Si vous ne faites pas la sourde oreille à ce que le diable vous raconte, très vite, ces mensonges commenceront à germer et à enraciner profondément de l’amertume dans votre tête et votre cœur. Et si vous n’autorisez pas le Saint-Esprit à vous aider à extirper et à ôter ces mensonges, ils auront rapidement un impact sur vos amitiés et vos relations.

Le destructeur de relations depuis la nuit des temps

C’est depuis la nuit des temps que le diable tente de semer la zizanie dans les relations.

Premièrement, il a suscité des conflits entre un tiers des anges et Dieu.

Deuxièmement, il s’est insinué dans le Jardin d’Éden et a essayé de gâcher la relation entre Dieu et l’homme.

Troisièmement, il a creusé un fossé entre Caïn et Abel – deux frères de sang – et a réussi à provoquer le premier meurtre de l’humanité.

VICTOIRE

et Abel – deux frères de sang – et a réussi à provoquer le premier meurtre

ASSUREE

66

Du début à la fin, la Bible dit clairement que le diable a toujours été destructeur de relations. D’où la nécessité impérieuse d’apprendre comment vous protéger contre ses attaques.

Vos relations sont-elles sources de joie ou de malédiction ?

Votre façon de nourrir vos relations et votre manière de gérer les conflits sont les deux facteurs déterminants de la nature de vos relations.

Les relations peuvent être sources de joie ou de malédiction dans votre vie ; à vous de choisir. Votre façon de nourrir vos relations et votre manière de gérer les conflits sont les deux facteurs déterminants de la nature de vos relations.

La plupart des conflits résultent de différends insignifiants, et même pas importants. Oh, combien le diable aime se servir d’affrontements minimes pour détruire des relations saines !

Et ce qui rend la situation pire encore, c’est que, fréquemment, pendant que la bataille fait rage et que la tension monte, ceux qui se disputent n’arrivent même pas à se rappeler la raison du déclenchement du conflit ! Cela devrait indiquer aux personnes concernées combien est anodin le sujet de la dispute.

Ces perturbations créent des tensions qui nous dérobent notre joie et nous rendent nerveux et malades, à cause de notre agitation perpétuelle. C’est pour cela que Jésus nous a averti que « Le voleur vient seulement pour voler, pour tuer et pour détruire » (Jean 10:10).

Voyez-vous, l’ennemi veut vous voler la communion dont vous jouissez en présence de cette personne, il veut tuer l’amitié précieuse que vous aviez auparavant, et détruire complètement toute possibilité de restaurer cette relation. Ne le lui permettez

VICTOIRE

et détruire complètement toute possibilité de restaurer cette relation. Ne le lui permettez V ICTOIRE ASSUREE

ASSUREE

67

pas ! Servez-vous de ce que vous savez à propos de sa façon d’agir, afin de tenir ferme contre ses ruses et ses tromperies et de vous détourner de toute amertume et de toute dissension !

De quoi méditer…

Toute offense a comme racine un mensonge ou une fausse accusation. Quelle que soit la situation, celui qui a offensé, ou celui qui est offensé, doit obligatoirement croire et agir en fonction d’un mensonge ou d’une déformation de la vérité, avant qu’une offense puisse germer.

Passez au crible les méditations de votre cœur aujourd’hui. Avez- vous permis à une croyance qui va à l’encontre de la vérité de Dieu de s’imposer avec sa supercherie ? L’ennemi a-t-il pu se servir de ce mensonge pour éloigner votre cœur de Dieu ou des autres ?

h

Si vous saviez qu’un prédateur, quel qu’il soit, vous traquait et surveillait vos habitudes afin d’avoir accès à votre propriété, il est fort probable que vous prendriez des précautions précises et efficaces, afin d’assurer votre sécurité.

Quelles précautions prenez-vous régulièrement pour protéger vos pensées, vos émotions et vos relations des esprits méchants qui cherchent un accès afin de vous dérober la paix, de tuer toute communication efficace et de détruire l’unité entre votre entourage et vous ?

VICTOIRE

paix, de tuer toute communication efficace et de détruire l’unité entre votre entourage et vous ?

ASSUREE

68

5

Chapitre

L’ ami de Jésus devenu traître

J e voudrais vous montrer comment Satan s’est infiltré dans l’un des associés et amis les plus proches de Jésus. Ce chapitre vous aidera à comprendre la stratégie du diable, qui se sert de votre entourage pour vous infliger des blessures et vous faire ressentir la trahison dans votre cœur, afin que la plaie douloureuse suppure et se transforme en amertume.

Avant de devenir traître, Judas Iscariote était un collègue proche de Jésus pendant trois ans et demi. À tel point, en fait, qu’il est devenu trésorier du ministère de Jésus (voir Jean 12:6). Ceci nous donne un aperçu du genre d’amitié qui liait Jésus et Judas.

Il est raisonnable de supposer qu’en tant que trésorier pour l’étendu ministère de Jésus, Judas a eu beaucoup de longues conversations avec Lui à propos des finances. Jésus a dû faire confiance à Judas et à ses aptitudes administratives s’Il l’a nommé responsable d’un domaine aussi important dans le ministère. Et pourtant, cet ami et collègue de confiance est devenu celui dont Satan s’est servi pour trahir Jésus.

VICTOIRE

cet ami et collègue de confiance est devenu celui dont Satan s’est servi pour trahir Jésus.

ASSUREE

69

Comment est-ce possible qu’un des disciples de Jésus

devienne celui qui Le trahit ?

Vous êtes-vous jamais demandé comment cela a été possible que quelqu’un de si proche de Jésus devienne celui qui Le trahit ? Comment le diable est-il passé à travers les mailles pour influencer à ce point l’attitude de Judas, pour qu’il livre le Fils de Dieu en échange de trente pièces d’argent ?

Comme nous l’avons déjà vu, le diable cherche le moyen de s’insinuer dans chaque bonne relation. Aucun exemple ne le démontre aussi bien que celui de Judas Iscariote. Considérons un événement particulier où il est clair que le diable a trouvé le moyen de s’infiltrer dans la vie de Judas.

Dans Jean 12, nous lisons que Jésus et Ses disciples dînaient chez Marie, Marthe et Lazare, leur frère, que Jésus avait ressuscité d’entre les morts. Cette famille était très proche de Jésus pendant tout Son ministère terrestre.

Marthe a exprimé son amour et sa reconnaissance envers Jésus pour ce qu’Il avait fait, en préparant un grand repas pour Lui et pour Ses disciples. C’est par un cadeau extrêmement coûteux que Marie a démontré l’étendue de son affection. Lazare, lui, a montré son amour par le simple fait d’être assis à table avec Jésus, tel un ami proche. C’est une illustration révélatrice de la façon dont différentes personnes expriment leur amour de manières différentes.

Le don fastueusement cher de Marie

Selon la Bible, le don de grande valeur que Marie a offert à Jésus était un baume de nard - un demi-litre de parfum ! Celui-ci était parmi les fragrances les plus coûteuses de l’époque. Permettez-moi

VICTOIRE

de parfum ! Celui-ci était parmi les fragrances les plus coûteuses de l’époque. Permettez-moi V ICTOIRE

ASSUREE

70

de vous parler un peu du nard pour que vous puissiez apprécier ce que Marie a fait pour Jésus ce jour-là.

Le nard était un parfum rarissime, extrait en Inde de plantes. Une fois qu’on en avait extrait les jus, les herbes étaient séchées pour former une substance pâteuse comme du saindoux.

Transformer cette substance semblable à du saindoux en parfum prenait beaucoup de temps et revenait cher. Il est évident qu’avec l’ajout des frais de l’acheminement des Indes vers les autres parties du monde, ce parfum spécifique était très onéreux.

Le nard était tellement coûteux que peu de personnes pouvaient s’en permettre l’achat. La plupart des gens devaient se contenter des imitations bon marché qui étaient disponibles. Mais le mot utilisé en Jean 12:3 nous révèle que Marie n’a pas offert à Jésus une mauvaise imitation ; elle Lui a apporté l’original, un baume de si grande valeur qu’on ne l’offrait normalement qu’à des rois et qu’à des nobles. Et c’était cela, le don offert par Marie à Jésus.

Nous en apprenons un peu plus sur la valeur du don de Marie dans Jean 12:3, où il est dit que le parfum était « onéreux ». Cette expression vient du mot grec polutimos, une association des mots polus et timios.

Polus signifie beaucoup ou grand. Timios veut dire tenir en honneur, estimer, accorder de la valeur à. La juxtaposition de ces deux mots en forme un nouveau qui décrit quelque chose d’une grande valeur ou d’une valeur financière considérable.

On dirait : « générosité haut de gamme » !

VICTOIRE

valeur ou d’une valeur financière considérable . On dirait : « générosité haut de gamme »

ASSUREE

71

Comment Marie exprime sa reconnaissance envers Jésus

Aussi remarquable que cela soit que Marie ait pu posséder un don d’une telle valeur, il est encore plus extraordinaire qu’elle l’ait apporté à Jésus. Et, plus phénoménal encore, est ce qu’elle en a fait après l’avoir apporté !

Jean 12:3 nous raconte : « Marie prit alors un demi-litre de nard pur, un parfum très cher : elle le versa sur les pieds de Jésus… ». Tout le monde a dû avoir le souffle coupé en voyant Marie enlever le couvercle, renverser le pot et commencer à verser ce baume précieux sur les pieds de Jésus. Normalement, ce genre de parfum n’était pas destiné aux pieds. La plupart des gens auraient considéré l’action de Marie comme un horrible gaspillage, mais ce n’était pas son avis. Marie aimait, appréciait et accordait de la valeur aux pieds du Maître !

Ésaïe 52:7 explique l’attitude de Marie : « Comme il est beau de voir sur les montagnes les pas du messager d’une bonne nouvelle, qui annonce la paix, qui parle de bonheur, et qui annonce le salut, qui dit à Sion : « Ton Dieu règne. » » Pour Marie, il n’y avait, dans le monde entier pas d’autres pieds plus beaux que ceux de Jésus. Jésus avait changé sa vie et avait ressuscité son frère (voir Jean 11:32-44). Pour elle, chaque pas de Jésus était précieux, honoré et prisé.

Pendant trois ans et demi, Jésus avait enseigné : « Là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur » (Matthieu 6:21 ; Luc 12:34). L’acte de Marie, déversant son trésor le plus précieux sur les pieds de Jésus, révélait son cœur. Jean 12:3 poursuit en nous expliquant qu’elle a essuyé Ses pieds avec ses cheveux. En d’autres termes, après avoir déversé le nard sur les pieds de Jésus, elle a posé sa main sur sa tête, a défait sa belle et longue chevelure pour la tenir dans ses mains. Ensuite, elle s’est penchée et a commencé à sécher les pieds de Jésus

VICTOIRE

la tenir dans ses mains. Ensuite, elle s’est penchée et a commencé à sécher les pieds

ASSUREE

72

avec ses cheveux.

À l’époque du Nouveau Testament, les cheveux d’une femme représentaient sa gloire et son honneur. L’apôtre Paul y a fait allusion en 1 Corinthiens 11:15 (Bible Martin).

Le fait de défaire ses cheveux et de s’en servir comme serviette pour essuyer les pieds de Jésus était

probablement l’acte le plus humble que Marie ait pu faire. Elle manifestait la profondeur de son amour et de son estime pour Jésus. Je peux m’imaginer les larmes qui lui coulaient le long des joues pendant qu’elle touchait ces pieds précieux. Par humilité absolue, Marie séchait les pieds de Jésus avec la gloire et l’honneur de ses cheveux. Et Jean 12:3 nous raconte que « Toute la maison fut remplie de l’odeur de ce parfum. »

L’acte de Marie, déversant SON TRÉSOR LE PLUS PRÉCIEUX sur les pieds de Jésus, révélait

son cœur.

Une occasion d’amertume, de ressentiment et d’offense

Pourtant, le diable a pu exploiter cet acte d’humilité et d’amour de la part de Marie envers Jésus, pour en faire une occasion où amertume, ressentiment et offense puissent prévaloir dans la pensée de Judas. C’est avec indignation que Judas a demandé à Jésus :

« Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum ? On aurait pu donner aux pauvres au moins trois cents deniers ! » (Jean 12:5)

Selon Judas, on aurait pu vendre ce nard pour trois cents deniers. Qu’est-ce qu’un « denier » ? Ce mot vient du latin denarius, et à cette époque, le denarius romain représentait le salaire d’une journée de travail.

En annonçant que ce nard aurait pu être vendu pour trois cents deniers, Judas était en train de dire que le parfum de Marie valait

VICTOIRE

pu être vendu pour trois cents deniers, Judas était en train de dire que le parfum

ASSUREE

73

l’équivalent d’un salaire de 300 jours. En d’autres termes, il s’agissait d’un cadeau extrêmement coûteux ! Mais Jésus a expliqué à Judas que Marie L’oignait pour le jour de Son ensevelissement. De plus, Il a enjoint à Judas de laisser Marie tranquille et de ne pas interrompre ce qu’elle faisait (voir Jean 12:7).

Les mots de Jésus auraient pu offenser Ses auditeurs

Jésus a poursuivi : « Des pauvres, vous en aurez toujours autour de vous ! Tandis que moi, vous ne m’aurez pas toujours avec vous » (Jean 12:8). Cette réponse aurait pu facilement être mal interprétée. Ses auditeurs auraient pu penser que Jésus voulait dire : « Cessez de parler des pauvres ! Il y en aura toujours, mais Moi, vous ne M’aurez pas toujours ! »

Il est sûr que Jésus avait fait preuve de compassion envers les pauvres pendant Ses trois années de ministère. Néanmoins, Ses paroles adressées à Judas auraient pu sembler arrogantes et sans cœur à ceux qui étaient en train de L’écouter.

Judas a-t-il mal interprété la réponse de Jésus ce soir-là ? A-t-il jugé Jésus arrogant et insensible aux besoins des pauvres ?

Les disciples regardaient pendant que ce trésor prisé était déversé sur les pieds de Jésus. Cela semblait du gaspillage superflu et excessif. Il est évident que c’était tout à fait l’avis de Judas.

Qu’en était-il de tous les pauvres qui auraient pu être secourus grâce aux recettes de la vente de ce parfum ? N’étaient-ils pas plus importants que cette dispendieuse manifestation d’amour ?

Vous verrez, dans Jean 13:2, que le diable a pu accéder au cœur de Judas pendant ce dîner chez Marthe, Marie et Lazare. D’une certaine façon, l’ennemi avait trouvé une porte ouverte, un moyen

VICTOIRE

Marie et Lazare. D’une certaine façon, l’ennemi avait trouvé une porte ouverte, un moyen V ICTOIRE

ASSUREE

74

de s’infiltrer dans la pensée de Judas.

Comment le diable a-t-il pu prendre pied

dans le cœur et les pensées de Judas ?

Comment le diable a-t-il pu s’insinuer dans le cercle restreint des amis intimes de Jésus, afin d’essayer de faire avorter Son ministère ? Judas s’est-il offensé par rapport à Jésus ? Est-ce de cette façon-là que le diable a pu marteler la pensée de Judas, jusqu’à ce qu’il soit séduit au point de trahir Jésus ?

Jean 13:2 nous rapporte quelque chose de très révélateur à propos de la façon dont le diable a pris pied dans le cœur et les pensées de Judas ce soir-là : « C’était au cours du repas de la Pâque. Déjà le diable avait semé dans le cœur de Judas… le projet

de trahir son Maître et de le livrer

Comment le diable a-t-il pu s’insinuer dans le cercle restreint des amis intimes de Jésus, afin d’essayer de faire avorter Son ministère ?

».

Notez tout particulièrement l’expression : « le diable avait semé dans le cœur de Judas… ». Les mots traduits par semé dans viennent du mot grec ballo, un des deux mots grecs qui forment diabolos, le nom du « diable » dont nous avons parlé précédemment. Ballo signifie jeter, lancer, projeter ou injecter. Il évoque l’idée d’une action très rapide de jeter, de projeter ou d’injecter quelque chose en avant, comme lorsque l’on jette un ballon ou un rocher, ou lorsque l’on brandit en avant un couteau aiguisé.

Veuillez lire les exemples suivants du mot ballo dans le Nouveau Testament. Notez bien l’usage de ce mot dans chacune de ces différentes références.

VICTOIRE

le Nouveau Testament. Notez bien l’usage de ce mot dans chacune de ces différentes références. V

ASSUREE

75

• Matthieu 9:17 ; Marc 2:22 ; Luc 5:37 Dans ces versets, ballo décrit l’action de mettre du vin dans de nouvelles outres. L’accent est mis sur l’introduction du vin dans une nouvelle bouteille ou le versement de quelque chose dans un récipient.

• Matthieu 25:27 Ballo décrit la remise d’argent entre les mains d’investisseurs ou le placement d’argent là où il rapportera des intérêts pour l’investisseur.

• Matthieu 27:6 Matthieu se sert du mot ballo pour signifier le versement d’argent dans une trésorerie ou dans une banque. Encore une fois, l’accent est mis sur l’idée de faire un dépôt.

• Marc 7:33 Marc utilise le mot ballo en décrivant l’action de Jésus qui met les doigts dans les oreilles d’un sourd. L’emploi de ce mot nous révèle que Jésus n’a pas pris beaucoup de temps pour expliquer au sourd ce qu’Il était sur le point de faire. Au contraire, c’est brusquement qu’Il a inséré Ses doigts dans les oreilles de l’homme pour déclencher sa guérison.

• Jean 5:7 Quand l’homme affirme : « je n’ai personne pour me plonger dans la piscine quand l’eau commence à bouillonner », il s’agit du mot ballo dans le sens de jeter, lancer ou propulser tellement vite dans la piscine que cet homme y entre avant toute autre personne.

• Jean 12:6 Le mot ballo décrit la responsabilité de Judas envers l’argent mis dans la bourse ou la trésorerie du ministère de Jésus. La force de ce mot ballo évoque un dépôt tellement bien enfoui qu’on ne peut pas le

VICTOIRE

Jésus . La force de ce mot ballo évoque un dépôt tellement bien enfoui qu’on ne

ASSUREE

76

retirer. En tant que trésorier, Judas seul avait l’autorité de retirer l’argent, une fois celui-ci déposé dans la bourse.

• Jean 18:11 Jean se sert du mot ballo quand Jésus ordonne à Pierre de remettre son épée au fourreau, dans le Jardin de Gethsémané, pour indiquer la manière brusque dont Jésus exprime qu’il lui faut prestement rengainer son épée.

• Jean 20:25 Afin de croire, Thomas proteste qu’il doit ballo [mettre, enfoncer ou insérer] ses doigts à la place des clous dans les mains, les pieds et le côté de Jésus. C’est surtout l’idée d’insérer ou d’enfoncer que traduit le mot ballo dans ce verset.

Dans tous ces exemples, le mot ballo évoque l’idée d’insérer, d’injecter, de propulser, de mettre, de lancer avec force ou d’implanter profondément quelque chose dans un objet. L’utilisation de ce mot nous révèle que, lorsque le diable a décidé de « semer » dans le cœur de Judas l’idée de trahir Jésus, il savait qu’il devait agir promptement.

Quand Satan a finalement pénétré la pensée et les émotions de Judas avec cette semence de trahison, il l’a injectée avec une telle force et à une telle vitesse qu’elle s’est implantée ou enracinée profondément dans l’âme de Judas. On pourrait donc traduire Jean 13:2 ainsi :

• « Déjà le diable avait propulsé dans le cœur de Judas… »

• « Déjà le diable avait inséré dans le cœur de Judas… »

• « Déjà le diable avait lancé avec force dans le cœur de Judas… »

• « Déjà le diable avait profondément enraciné dans le cœur de Judas… »

VICTOIRE

de Judas… » • « Déjà le diable avait profondément enraciné dans le cœur de Judas…

ASSUREE

77

Il ne fait aucun doute que le mot ballo signifie que le diable s’est vite emparé d’une occasion pour injecter une semence de trahison dans le cœur de Judas Iscariote. Au moment où Judas s’est offensé à cause de l’affirmation de Jésus dans Jean 12:8 (« Des pauvres, vous en aurez toujours autour de vous ! Tandis que moi, vous ne m’aurez pas toujours avec vous »), le diable a trouvé son point d’accès au cœur de Judas. Finalement, Satan avait trouvé le moyen d’infiltrer le cercle intime de Jésus !

Satan a pu se servir de Judas en tant qu’instrument parce que celui-ci avait permis à l’ennemi de semer la discorde entre Jésus et lui. Au lieu de laisser tomber le sujet de désaccord et de l’oublier, Judas en a fait tout un plat dans sa tête, quelque chose de complètement disproportionné. Il a permis au diable de s’ingérer dans ses pensées et dans ses émotions,

et n’a pas fait prisonnière toute pensée. Par conséquent, cet événement a entaché son opinion sur Jésus, ce qui a nui à leur rapport mutuel.

Satan a pu se servir de Judas en tant qu’instrument parce que celui-ci avait permis à l’ennemi de semer la discorde entre Jésus et lui.

Cela vous est-il jamais arrivé ?

• Êtes-vous passé par des moments où vous étiez tenté d’avoir une mauvaise opinion de quelqu’un ?

• Saviez-vous que vous aviez le choix de fermer les yeux sur ce que la personne avait fait pour vous offusquer, ou de permettre à l’offense de s’enraciner profondément dans votre for intérieur ?

• Étiez-vous conscient que le diable essayait de semer une graine de discorde dans votre âme, qu’il tentait de vous inciter à l’offense ou à l’énervement ?

VICTOIRE

de discorde dans votre âme, qu’il tentait de vous inciter à l’offense ou à l’énervement ?

ASSUREE

78

• Avez-vous expérimenté des moments où le plan du diable a marché à cause d’un mauvais choix de votre part, lorsque vous avez permis à des pensées pleines d’amertume et de ressentiment de prévaloir dans votre tête ?

Eh bien, c’est tout à fait ce qui est arrivé à Judas Iscariote.

Quand le diable a essayé de se servir de moi comme traître

Je n’oublierai jamais l’occasion où Satan a essayé de se servir de moi comme traître. Jeune, je travaillais comme pasteur associé dans une grande église Southern Baptist. Le pasteur que je servais était un homme merveilleux qui m’avait enseigné et qui avait partagé avec moi, de façon désintéressée, sa vie et son cœur. Il m’aimait comme si j’étais son propre fils.

Mais un jour, je me suis offensé à cause de quelque chose qu’il avait fait. (Vous pouvez en lire davantage sur ce témoignage dans mon livre Ten Guidelines To Achieve Your Long-Awaited Promotion!)

Avec le recul, je me rends compte que ce qui s’est passé était anodin et n’aurait pas dû m’affecter du tout. (C’est intéressant, n’est- ce pas, comme nous voyons les choses après-coup ?) Mais le diable avait été là, à attendre l’occasion parfaite pour attaquer mes pensées et essayer de ruiner notre relation. À ce moment-là, j’étais sa proie parfaite. L’incident qui m’avait offensé était devenu un problème majeur dans ma tête. Je ne me rendais pas compte que je permettais à ce sujet disproportionné de devenir une porte ouverte au diable.

Il est surprenant de voir à quelle vitesse une flèche de l’ennemi peut atteindre votre cœur. Tout aussi impressionnante est la rapidité avec laquelle une seule de ses flèches maléfiques peut changer votre perspective sur quelqu’un que vous honoriez et

VICTOIRE

seule de ses flèches maléfiques peut changer votre perspective sur quelqu’un que vous honoriez et V

ASSUREE

79

respectiez auparavant !

En quelques secondes seulement, ma perception de cet homme avait été altérée. Comme les gouttes continues sur le rocher dont j’ai parlé tout à l’heure, le diable a commencé à me marteler dans la tête des accusations contre ce pasteur. L’ennemi me chuchotait :

• Il est tellement arrogant et orgueilleux !

• Si les autres devaient voir ce que tu vois, personne ne viendrait à son église. Il n’aime pas vraiment ses ouailles !

• Il ne t’apprécie pas. Il ne mérite pas de t’avoir dans son équipe. Abandonne-le !

• Les habitants de cette ville ont besoin d’un pasteur qui les aime vraiment. Il est temps de le quitter et d’aller fonder ta propre église !

Je ne réalisais pas que la tromperie s’infiltrait dans mon cœur. J’étais tombé dans le piège du diable à mon insu. Ce que j’ai fini par faire à ce pasteur était manifestement une erreur complète. Pourtant, à ce moment-là, je croyais sincèrement faire ce qu’il fallait.

Les questions à se poser lorsque quelque chose devient un problème sérieux

Chaque fois que quelque chose devient un problème sérieux entre quelqu’un d’autre et vous-même, vous seriez sage de prendre du recul et d’évaluer à nouveau ce qui vous contrarie. Souvent, la personne qui vous irrite est un bien-aimé dont vous avez besoin dans votre vie. Posez-vous donc ces questions :

• Est-ce je veux permettre au diable de construire un mur entre cette personne et moi à cause de quelque chose qui n’aura pas d’importance d’ici un an ?

VICTOIRE

entre cette personne et moi à cause de quelque chose qui n’aura pas d’importance d’ici un

ASSUREE

80

• Est-ce que je pense que cette personne avait vraiment l’intention de me nuire ?

• Ne serait-ce pas mieux de lui pardonner et de préserver notre relation que nous avons mis si longtemps à construire ?

• Est-ce que ce qui s’est passé est vraiment aussi sérieux, ou est-ce que je lui accorde une importance disproportionnée ?

Posez-vous donc cette question :

Est-ce je veux permettre au diable de construire un mur entre cette personne et moi à cause de quelque chose qui n’aura pas d’importance d’ici un an ?

• Ai-je été moi-même coupable de commettre la même offense contre quelqu’un d’autre ?

Je sais, de par ma propre expérience, que le diable ne cesse de chercher des moments opportuns pour creuser un fossé entre les gens. Expert en la matière, il embellit toute offense réelle ou imaginaire, jusqu’à ce qu’elle devienne exagérée, gigantesque. Et il sait exactement quand lancer une attaque ! D’où l’importance d’être sur le qui-vive en ce qui concerne les ruses du diable, afin de ne pas être ignorant et piégé par l’offense.

Concentrez-vous sur l’état de votre propre cœur

La condition de nos cœurs est une affaire sérieuse.

Permettez-moidevousdonnerunconseilimportant. Si vous vous concentrez sur l’état de votre cœur, vous serez trop occupé pour vous focaliser sur ce qui, à votre avis, se passe dans le cœur des autres !

La condition de nos cœurs est une affaire sérieuse. Selon Hébreux 12:15, c’est notre responsabilité de veiller sur ce qui se passe dans nos cœurs, nos têtes et nos émotions. Tant que nos cœurs et nos pensées sont libres d’amertume, de ressentiment et de rancune, ce sera plus difficile pour l’ennemi de s’infiltrer dans

VICTOIRE

de ressentiment et de rancune, ce sera plus difficile pour l’ennemi de s’infiltrer dans V ICTOIRE

ASSUREE

81

nos vies ou d’avoir accès à nos relations. Nous ne sommes plus jamais obligés de commettre l’erreur faite par Judas !

De quoi méditer…

La douleur abrutissante de la trahison, au sein d’une relation intime, est conçue par le diable pour vous spolier de votre confiance et pour troubler votre vie au maximum. Cela a un impact sur la valeur que vous accordez aux autres, ainsi qu’à vous-même. Jésus fut blessé « dans la maison de Ses amis » (voir

Zacharie 13:6), et pourtant, Il a refusé de Se laisser distraire. Du Jardin de Gethsémané jusqu’à la colline du Golgotha, Jésus

a démontré que la prière était primordiale pour Sa réaction

face à la déception, à la trahison, aux fausses accusations et aux

attaques intentionnelles.

Réfléchissez un instant. À qui devez-vous pardonner ? De quelles manières concrètes pouvez-vous vous engager envers Dieu et dans

la prière, par rapport à cette situation, d’une façon plus profonde ou

différente que par le passé ? Vous êtes-vous détourné de la prière parce que, en réalité, vous êtes fâché avec Dieu à propos de ce qui s’est passé ? Êtes-vous tellement déçu de vous-même que vous n’êtes plus disposé à essayer ou à vous fier à vos propres choix ?

h

Certains traîtres sont lancés stratégiquement par l’ennemi dans votre vie pour exploser comme des bombes à retardement. D’autres, au contraire, sont créés par l’offense que votre propre comportement a pu perpétuer.

VICTOIRE

D’autres, au contraire, sont créés par l’offense que votre propre comportement a pu perpétuer. V ICTOIRE

ASSUREE

82

Par votre conduite, avez-vous poussé un ami loyal à se transformer en ennemi acharné ? Votre comportement a-t-il poussé un ami à trébucher et à être pris dans le piège de l’amertume ? Justifiez- vous une conduite qui tente les autres à s’offenser à votre égard ? Réfléchissez à propos de la façon de changer vos habitudes pour empêcher la douleur d’une relation de plus qui est endommagée, voire détruite, et éviter la nécessité d’avoir à vous repentir plus tard de votre rôle dans le déroulement de l’affaire.

VICTOIRE

nécessité d’avoir à vous repentir plus tard de votre rôle dans le déroulement de l’affaire. V

ASSUREE

83

6

Chapitre

Vous êtes l’ évêque de votre propre cœur

A lors, comment déraciner et ôter de nos vies les “mauvaises herbes” diaboliques de l’amertume, du ressentiment et de la rancune? Afin de répondre à cette question, revenons à notre discussion précédente concernant Hébreux 12:15, pour l’approfondir.

Concentrons-nous de nouveau sur le mot « veillez » : « Veillez à ce que personne ne passe à côté de la grâce de Dieu, qu’aucune racine d’amertume ne pousse et ne cause du trouble en empoisonnant plusieurs d’entre vous. » Comme nous l’avons déjà dit, ce mot vient du grec episkopos (formé à partir de deux autres mots) et évoque quelqu’un qui surveille ou supervise quelque chose. C’est le mot traduit par « évêque » dans 1 Timothée 3:1 (Bible Louis Segond). Un évêque supervise ou est responsable d’un groupe d’églises. En tant que superviseur principal des églises sous sa tutelle, il doit les observer, les diriger, les guider, les corriger et les contrôler. Pendant l’exercice de son épiscopat, il devra rendre des comptes du bien comme du mal survenant sous sa responsabilité.

Ce mot episkopos en Hébreux 12:15 nous alerte, vous et moi, sur le fait que nous sommes les évêques de nos propres cœurs. À nous la responsabilité d’observer, de diriger, de guider, de corriger et

VICTOIRE

cœurs. À nous la responsabilité d’ observer , de diriger , de guider , de corriger

ASSUREE

84

de contrôler tout ce qui se passe au niveau de nos pensées et de nos émotions. Finalement, nous rendrons des comptes pour ce qui est bon et ce qui est mauvais dans nos réflexions.

Pourquoi est-ce que je le souligne de nouveau ? Parce que nous sommes si souvent tentés de reprocher aux autres nos mauvaises attitudes et notre amertume, en accusant leurs actions ou leurs mots. Mais, en réalité, nous sommes responsables de nos propres émotions et réactions !

Si quelqu’un fait quelque chose qui a le potentiel de nous offenser, Dieu nous considère responsables de la décision de permettre, ou non, à cette offense de s’implanter en nous. À nous le choix entre autoriser l’offense à s’enfoncer dans nos âmes et à s’y enraciner, ou la laisser passer. Nous ne sommes pas en mesure de contrôler ce que les autres nous font ou nous disent, mais nous pouvons contrôler ce qui se passe à l’intérieur de nous.

Dieu nous tiendra responsables de cette

dimension intérieure ce domaine sur lequel nous avons le contrôle. Pourquoi ? Parce que nous sommes chargés de cette responsabilité personnelle de superviser ce qui se passe dans nos âmes.

À vous le dernier mot. À vous la décision de permettre, ou non, à ce tort de prendre ses aises dans votre âme et de commencer à s’enraciner dans vos émotions.

Il se peut que vous protestiez : « Mais Rick, ce que l’autre m’a fait était tellement méchant. Cela m’a tellement blessé ! Cela m’a rendu furieux ! »

Si quelqu’un fait quelque chose qui a le potentiel de nous offenser, Dieu nous considère responsables de la décision de permettre, ou non, à cette offense de s’implanter en nous.

VICTOIRE

responsables de la décision de permettre, ou non, à cette offense de s’implanter en nous. V

ASSUREE

85

La colère est une émotion passagère. Vous choisissez, ou non, de permettre à l’irritation de se transformer en colère, la colère en courroux, le courroux en ressentiment, le ressentiment en rancune et la rancune en amertume. Vous choisissez de laisser s’installer ces attitudes et émotions malsaines dans votre cœur ou de les chasser à coups de pied !

Quand le diable vient vous tenter par une fâcheuse pensée harcelante à propos de celui qui vous a offensé, à vous le choix, en cet instant, de l’assimiler ou non. Vous êtes le seul qui a le droit d’autoriser ces attitudes à s’implanter et à perdurer dans votre intellect et vos émotions.

Cessez donc de dire : « Je suis comme ça à cause de ce que m’a fait Untel » ou : « Je n’y suis pour rien en ce qui concerne mes sentiments. » Ce ne sont que des mensonges ! Si vous êtes rempli d’amertume, de ressentiment et de rancune, vous avez permis au diable de semer cette graine destructrice dans votre cœur, et ensuite, vous lui avez permis de grandir. N’oubliez pas que vous êtes l’évêque de votre propre cœur !

Ne laissez pas pousser les mauvaises herbes dans votre propre « jardin »

Il n’y a qu’une seule raison pour laquelle les mauvaises herbes envahissent un jardin. C’est que personne n’a consacré ni le temps ni l’effort nécessaires pour les extirper et les enlever.

Quand le jardin est étouffé par des mauvaises herbes, le jardinier ne peut pas se plaindre : « Je n’ai aucune idée de comment cela s’est passé ! Comment cela a-t-il pu se produire juste sous mon nez ? » Et bien, c’est parce qu’il s’est comporté de manière

VICTOIRE

pu se produire juste sous mon nez ? » Et bien, c’est parce qu’il s’est comporté

ASSUREE

86

irresponsable envers son jardin. S’il avait fait preuve de l’assiduité requise, il se serait rendu compte que les mauvaises herbes étaient sur le point de prendre le dessus sur lui. C’est à cause de son manque de diligence que son jardin est devenu en si mauvais état !

Il est question de veiller avec diligence dans Hébreux 12:15. Il faut de la diligence pour maintenir votre cœur en forme. La seule façon de vous protéger des mauvaises herbes que le diable aimerait semer dans votre « jardin », c’est d’être attentif, circonspect, consciencieux et méticuleux par rapport à l’état de votre cœur.

Aucune excuse, alors, pour des attitudes pourries qui voudraient saturer vos pensées à propos de ceux qui sont supposés vous avoir fait du tort. Même s’ils vous ont nui, il n’est ni nécessaire, ni utile, de permettre au diable de vous remplir de sentiments infects d’amertume, de ressentiment et de rancune. Vous pouvez remporter la victoire et aller de l’avant ! Vous n’êtes pas obligé d’autoriser des offenses à suppurer en vous jusqu’à vous ronger de l’intérieur par leurs mauvais souvenirs.

Tant que vous blâmez tous les autres pour l’amertume qui

fait rage en vous, vous ne serez jamais affranchi de la destruction qu’elle provoque dans votre vie. Pour laisser tomber l’offense et vous libérer de votre prison émotionnelle, ce qu’il

faut d’abord faire, c’est assumer la responsabilité de votre propre cœur.

Vous seul avez l’autorité de permettre à l’amertume, au ressentiment et à la rancune de s’enraciner et de grandir dans votre cœur. La puissance du Saint-Esprit est à votre disposition pour extirper et enlever ces mauvaises herbes spirituelles – si vous voulez vraiment les ôter !

Pour laisser tomber l'offense et vous libérer de votre prison émotionnelle, ce qu'il faut d'abord faire, c'est assumer la responsabilité de votre propre cœur.

VICTOIRE

ce qu'il faut d'abord faire, c'est assumer la responsabilité de votre propre cœur. V ICTOIRE ASSUREE

ASSUREE

87

Devant Dieu, nous sommes tous responsables

Si quelqu’un sème exprès de mauvaises graines dans notre « jardin » afin de nous nuire, voire nous détruire, il aura affaire à Dieu. Mais, si nous savons que de mauvaises graines ont été semées dans nos cœurs et que nous n’en faisons aucun cas, en leur permettant de s’enraciner et de pousser sans entrave, c’est nous qui aurons affaire à Dieu. Dieu ne nous tiendra pas rigueur des actions d’autrui, mais nous devrons rendre des comptes pour nos réactions intérieures à ce que les autres nous ont fait.

Je me permets de partager l’exemple d’un frère dans le Seigneur, qui a délibérément essayé de porter préjudice à notre ministère. À ce jour, je ne comprends pas pourquoi il a fait ce qu’il a fait ; et avec le recul, à mon avis, lui non plus ne sait pas pourquoi il l’a fait. Mais ce qu’il a fait à l’époque a fort lésé notre œuvre pour le Seigneur, et le diable a tenté de se servir de ses actions pour m’aigrir. Quand cela s’est passé, je savais que j’avais le choix entre le pardon et la rancune.

Plus je pensais à ce qu’il nous avait fait, plus j’étais contrarié. Bien vite, mes sentiments négatifs envers lui gagnaient de plus en plus profondément mon âme. J’éprouvais de l’amertume à son égard, et ces pensées débridées commençaient à avoir un effet sur ma vie spirituelle. Je souriais et m’adressais à lui avec politesse lorsque je me trouvais dans une situation où il fallait que je lui parle, mais, dans mon for intérieur, je lui en voulais de toute mon âme.

Le diable a commencé à marteler ma tête. Je savais que c’était le diable, mais j’étais tellement fâché à propos de ce que cet homme nous avait fait que j’ai donné libre cours à chaque parole et à chaque pensée infondée négatives dans ma tête. En moi-même, j’étais complètement d’accord avec le diable par rapport à tout ce qu’il

VICTOIRE

En moi-même, j’étais complètement d’accord avec le diable par rapport à tout ce qu’il V ICTOIRE

ASSUREE

88

me disait de cet homme.

Après avoir accordé toute liberté à ces pensées perfides pendant un temps, je suis arrivé au point où cet homme me dégoûtait. Le seul fait de penser à lui me perturbait. À mon avis, il n’était qu’un vaurien, bon à rien, méprisable et minable qui faisait le matamore, déguisé en frère et homme de Dieu. Quand les autres le louaient, cela m’irritait. Je voulais que tous sachent la vérité telle que je la voyais. Je voulais que les gens sachent combien il était scélérat !

J’étais tellement fâché à propos de ce que cet homme nous avait fait que j’ai donné libre cours à chaque parole et à chaque pensée infondée négatives dans ma tête. En moi-même, j’étais complètement d’accord avec le diable par rapport à tout ce qu’il me disait de cet homme.

Mes pensées étaient dominées par cet homme et ce qu’il nous avait fait. Denise me suppliait de m’en décharger sur le Seigneur, mais je lui répondais : « Il nous a fait du tort, et j’ai pleinement le droit de me sentir comme ça ! »

Finalement, un jour où j’ai réuni mes fils pour prier ensemble, j’ai dû admettre que j’étais dans le pétrin spirituellement. Je leur ai dit qu’on allait demander à Dieu d’ôter la vie à cet homme. Je voulais que le Seigneur me délivre pour toujours de la possibilité d’avoir affaire à cet homme ! Je suis brusquement revenu à la réalité concernant l’état dangereux de mon cœur, lorsque notre fils aîné m’a répondu : « Désolé, papa, mais je ne pense pas que nous puissions nous mettre d’accord avec cette prière. Nous n’avons jamais prié pour que Dieu tue quelqu’un. » C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que cet homme n’était plus le problème. J’étais moi, le problème !

J’étais rempli d’amertume parce que j’avais choisi de permettre à la rancœur de s’installer en moi. Dieu privilégie le pardon, mais

VICTOIRE

choisi de permettre à la rancœur de s’installer en moi. Dieu privilégie le pardon, mais V

ASSUREE

89

moi, je n’avais pas interdit, j’avais même cultivé, des sentiments d’offense envers ce frère à cause de ce qu’il m’avait fait.

• Je savais qu’il fallait pardonner

• Je savais que je devais laisser tomber l’offense et lui permettre de mourir

• Je savais que j’étais rongé par des attitudes erronées

• Je savais que je faisais plus de mal à moi-même qu’à n’importe qui d’autre

• Je savais que mes sentiments hostiles étaient malsains

• Je savais même que ma chair était en train de s’apitoyer sur son sort, tout en essayant de justifier ses sentiments mesquins par rapport à cet homme.

Je débordais de colère et de ressentiment à propos des actions de cet homme. À cause de cette rancœur qui me rongeait de l’intérieur, je n’avais absolument pas le droit de juger autrui. Ce qu’il avait fait ne pouvait pas être pire que les émotions impies que je nourrissais contre lui. Ses actions coupables étaient manifestes et visibles pour tous. Les miennes, au contraire, étaient indécelables, cachées, et me déchiraient les entrailles !

Un jour, le Seigneur m’a réprimandé : « Rick, Je te tiens responsable pour toute l’amertume que tu as entretenue dans ton cœur envers cet homme. Oui, il ne s’est pas comporté correctement, et Je M’en occuperai. Mais si tu ne t’occupes pas de ton propre cœur pour en extirper toute cette amertume envers ton frère, c’est à Moi que TU auras affaire ! »

VICTOIRE

pour en extirper toute cette amertume envers ton frère, c’est à Moi que TU auras affaire

ASSUREE

90

Tenez-vous éloigné de tout jugement

Peu importait ce que ce frère m’avait fait, je savais qu’il ne fallait pas avoir d’amertume ni d’offense dans mon cœur. Ce n’était pas, non plus, mon rôle de me prendre pour Dieu en décidant qui avait besoin d’être jugé.

Notre chair est toujours tentée de juger les autres pour leurs échecs. Mais ce n’est pas à nous de juger. C’est Dieu qui tranche si les actions et les motivations sont bonnes ou mauvaises, pas nous. Quand nous nous permettons de valider si les motivations sont justes ou infondées, nous nous attribuons une responsabilité qui ne nous incombe pas. Selon Romains 12:19, c’est Dieu qui S’occupe de ceux qui nous ont nui, pas nous. Nous ne sommes même pas censés nous ingérer !

Plus je marche avec le Seigneur, plus je réalise à quel point il est difficile de comprendre mon propre cœur. Ne parlons même pas de celui d’autrui ! Dans ce cas, c’était dans mon cœur qu’était logée une racine d’amertume. À moi de m’en occuper, alors. Personne d’autre ne pouvait faire ce choix pour moi. L’Esprit de Dieu m’a fait comprendre très clairement qu’il m’incombait d’extirper et d’ôter ces immondices de mon âme. Dieu m’habiliterait à le faire, mais pas sans ma collaboration. Voilà un principe très important à saisir.

De temps en temps, nous sommes tous tentés de nous aigrir ou de nous offenser par rapport à nos maris, nos femmes, nos parents et nos frères et sœurs de sang ou dans le Seigneur. Mais il est essentiel de réaliser que l’offense est mortelle pour notre vie spirituelle.

Je comprends que c’est décevant lorsque votre mari est sévère, désagréable et égoïste. C’est frustrant

Il est essentiel de réaliser que l’offense est mortelle pour notre vie spirituelle.

VICTOIRE

frustrant Il est essentiel de réaliser que l’offense est mortelle pour notre vie spirituelle. V ICTOIRE

ASSUREE

91

lorsque votre femme vous harcèle tout le temps. C’est blessant si vos enfants sont insolents et rebelles. Quelle déception si vos amis ne sont pas présents, lorsque vous en avez besoin ! C’est atroce si quelqu’un vous trahit. Quel déchirement si vous vous donnez tout entier à une relation et qu’elle ne s’avère pas telle que vous l’aviez espérée ! C’est accablant si quelqu’un d’autre reçoit la promotion que vous attendiez.

Mais, plutôt que de permettre au diable de se servir de ces adversités pour nous remplir de ressentiment et de rancune, nous devrions faire tout notre possible pour pardonner, pour laisser tomber l’offense et conserver la liberté de nos cœurs ! Plutôt que de blâmer les autres pour nos attitudes négatives, nous devons assumer nos pensées et extirper toute acrimonie de nos âmes, avant qu’elle ne soit destructrice dans nos vies spirituelles.

Permettez à la grâce de Dieu de vous aider !

L’Esprit de Dieu S’adressera à votre cœur pour vous avertir de vous occuper de toute amertume, avant qu’elle ne s’enracine profondément dans votre âme. Le Saint-Esprit vous supplie, motivé par la grâce de Dieu qui s’acharne à vous aider à remporter la victoire dans cette situation, avant qu’elle n’empire. Ne faites pas abstraction de cette œuvre de grâce !

Votre disponibilité à permettre à Dieu de diriger votre vie et de changer ce qui cloche dans vos pensées déterminera si vous vivrez libre, ou non, de l’amertume et de la rancune. Il veut vous aider, mais en est incapable, si vous n’écoutez pas ou si vous refusez d’obéir à la Parole de Dieu. Votre coopération est essentielle pour que la grâce de Dieu accomplisse son œuvre complète en vous.

VICTOIRE

coopération est essentielle pour que la grâce de Dieu accomplisse son œuvre complète en vous. V

ASSUREE

92

Prêtez attention, alors, lorsque le Saint-Esprit vous travaille par rapport au fait de laisser tomber une offense. Obéissez à ce chuchotement intérieur et choisissez exprès de pardonner l’offense commise. Dieu veut vous libérer de l’amertume et du ressentiment avant que vous ne tombiez dans le piège de Satan au point que cela devienne extrêmement difficile pour vous d’en sortir.

Restez sensible au Saint-Esprit et autorisez Sa grâce à avoir tout son effet dans votre vie. Alors, l’acrimonie et la rancœur n’auront pas l’occasion de s’implanter profondément dans votre cœur.

• Vous connaissez la voix du Saint-Esprit

Prêtez attention lorsque le Saint- Esprit vous travaille par rapport au fait de laisser tomber une offense. Obéissez à ce chuchotement intérieur et choisissez exprès de pardonner l’offense commise.

• Vous savez quand Il vous demande de pardonner

• Vous savez quand la grâce de Dieu essaie de vous venir en aide.

Rien qu’en faisant ce que Dieu vous dit, vous serez épargné des effets dévastateurs de l’amertume, du ressentiment et de la rancune. Par contre, si vous décidez de vous accrocher à ces sentiments pernicieux et d’ignorer ce que Dieu fait pour vous aider à marcher libre de l’offense, vous passerez à côté de la grâce de Dieu. Voilà ce dont il est question dans Hébreux 12:15 : « Veillez à ce que personne ne passe à côté de la grâce de Dieu… ».

J’ai en tête une femme de notre église qui avait subi de nombreux rejets pendant sa vie. Elle avait été rejetée par sa mère, son père, son mari et même ses enfants.

À l’instant même où Dieu a conduit cette femme dans notre église, nous avons su qu’Il nous l’avait amenée pour qu’elle soit complètement restaurée. La grâce de Dieu se manifestait sur elle

VICTOIRE

amenée pour qu’elle soit complètement restaurée. La grâce de Dieu se manifestait sur elle V ICTOIRE

ASSUREE

93

puissamment pour l’aider à changer et à pardonner à ceux qui l’avaient offensée au fil du temps.

Jour après jour, elle s’approchait de plus en plus du pardon. Mais, ensuite, quelque chose se passait pour déchaîner ses anciens sentiments amers. La grâce de Dieu était là pour aider cette femme à surmonter cette aigreur, mais, de façon répétée, elle rejetait cette grâce et revenait en arrière pour s’agripper de nouveau à cette acrimonie. Je suis ébahi par la grâce extraordinaire mise à sa disposition pour l’aider à changer ; et pourtant, elle l’a repoussée encore et encore.

Cette femme fréquente encore l’église, mais sans être libre. Elle porte les mêmes vieilles cicatrices profondes de toujours. Et cela, pas par manque de la grâce de Dieu pour la changer. La grâce divine a été à volonté à la disposition de cette femme, mais celle-ci n’a pas permis à cette grâce de toucher sa vie. Elle est donc passée à côté de la grâce de Dieu.

Que cela n’en soit pas ainsi pour vous. Vous êtes le gardien de votre propre cœur, responsable devant Dieu des attitudes qui s’éternisent en vous. Sa grâce est à votre disposition

pour vous aider à changer. Vous n’êtes pas obligé d’être prisonnier de l’amertume, de la rancune ou du ressentiment.

Si ces sentiments destructeurs intérieurs ont établi une forteresse en vous, choisissez d’étendre la main vers la grâce de Dieu et emparez-vous-en. Sa grâce brisera ces chaînes de votre âme et vous affranchira de la prison de l’offense qui vous tient captif depuis si longtemps !

Vous êtes le gardien de votre propre cœur, responsable devant Dieu des attitudes qui s’éternisent en vous. Sa grâce est à votre disposition pour vous aider à changer.

VICTOIRE

attitudes qui s’éternisent en vous. Sa grâce est à votre disposition pour vous aider à changer.

ASSUREE

94

Aucune excuse si vous restez tel que vous êtes !

Comme je vous l’ai dit auparavant, il se peut que nous ayons tous des raisons pour nourrir de l’animosité envers quelqu’un. Mais, en tant que gardiens de nos propres cœurs, nous sommes sans excuses si nous nous accrochons à cette malveillance.

L’Esprit de Dieu veut vous aider à expérimenter la liberté de pardonner à l’individu, ou au groupe de personnes, qui vous a offensé. Mais d’abord, vous devez reconnaître qu’on a tous été coupables d’offusquer quelqu’un, à un moment ou un autre. En faisant une pause et en réfléchissant pendant quelques minutes seulement, vous pourriez probablement vous rappeler un moment où vous avez commis la même offense envers quelqu’un que celle que vous venez de subir. Peut-être êtes-vous contrarié à propos de ce qui vous a été fait par cette personne. Mais est-il possible que vous récoltiez quelque chose que vous avez semé ?

Avant de vous fâcher avec l’autre, considérez- vous, vous-même, en vous demandant si vous êtes en train de subir les conséquences de la loi de semer et de moissonner (voir Galates 6:7). Il vous est peut-être difficile de l’admettre vous- même, mais souvent, c’est la réalité.

Quand je suis tenté d’être contrarié par ceux qui s’avèrent peu fidèles dans notre ministère, le Saint-Esprit me remémore les moments où, plus jeune, j’ai été déloyal envers mes supérieurs.

Ce rappel de mes erreurs passées m’aide à faire abstraction et à pardonner les manquements des autres. Cela m’incite également à me repentir des occasions où j’ai nui aux autres par mes actions ou omissions.

Avant de vous fâcher avec l’autre, considérez-vous, vous-même, en vous demandant si vous êtes en train de subir les conséquences de la loi de semer et de moissonner.

VICTOIRE

vous demandant si vous êtes en train de subir les conséquences de la loi de semer

ASSUREE

95

Peut-être ai-je raison d’être contrarié à l’égard de quelqu’un, mais je n’ai pas d’excuses pour rester offusqué, surtout lorsque je me rappelle à quel point j’ai bénéficié de miséricorde par le passé, pour des bêtises et des déclarations insensées involontaires de ma part. Comment quelqu’un, qui a bénéficié d’autant de miséricorde que moi, peut-il juger les autres pour des erreurs semblables ?

Votre mémoire fonctionne-t-elle bien ?

Nous tendons à juger et à ne pas pardonner lorsque nous sommes tellement focalisés sur ce qui nous a été fait que nous oublions ce que nous avons infligé aux autres par le passé. En réalité, il est probable que nous ayons été coupables de la même offense qui nous contrarie à ce point maintenant !

Nous faisons tous des fautes. Nous disons tous des bêtises que nous regrettons plus tard. Nous faisons tous des choses, bonnes et mauvaises, que les autres interprètent incorrectement. Nous avons tous fait des choses qui nous semblaient justes à l’époque, pour ensuite nous rendre compte des manquements de ces actions et de ces attitudes.

Avant de recevoir son corps glorifié au Ciel, tout Chrétien devra faire face à ses incohérences et à ses imperfections. Même ceux qui passent des heures dans la prière chaque jour font des erreurs qui leur rappellent qu’ils ne sont que poussière (voir Psaume 103:14).

Quand des membres de mon personnel sont en colère l’un contre l’autre, je leur rappelle Romains 15:7 : « Accueillez-vous donc les uns les autres, tout comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu. »

VICTOIRE

donc les uns les autres, tout comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de

ASSUREE

96

• Comment Christ vous a-t-il accueilli ? Inconditionnellement, sans réserve.

• Dans quelle condition étiez-vous lorsqu’Il vous a sauvé ? Vous n’étiez qu’une catastrophe.

• Avez-vous commis des erreurs depuis que vous êtes sauvé ? Tout à fait !

• Avez-vous déçu le Seigneur depuis que vous êtes sauvé ? Bien sûr que oui !

• Jésus continue-t-Il à vous aimer, à vous accepter et à collaborer avec vous, malgré vos complexes ? Gloire à Dieu, OUI !

C’est exactement comme cela que Romains 15:7 nous enjoint à nous accueillir les uns les autres. Il faut, certes, régler les problèmes qui se manifestent dans nos relations. Et oui, nous devons être honnêtes à propos des choses qui nous gênent. Mais nous ne devrions jamais permettre à un problème de prendre une ampleur telle qu’il nous sépare l’un de l’autre.

Considérez un instant toutes les choses que vous avez faites au Seigneur que vous ne toléreriez pas, si quelqu’un d’autre devait vous les faire. Et pourtant, Il ne S’est jamais détourné de vous et Il continue toujours à collaborer patiemment avec vous.

Le diable a réussi à détruire beaucoup de relations parce que les gens ont refusé d’être miséricordieux et d’oublier une offense, dont ils avaient été antérieurement probablement coupables eux-mêmes. Que cela n’en soit pas ainsi

Il faut, certes, régler les problèmes qui se manifestent dans nos relations. Mais nous ne devrions jamais permettre à un problème de prendre une ampleur telle qu’il nous sépare l’un de l’autre.

VICTOIRE

permettre à un problème de prendre une ampleur telle qu’il nous sépare l’un de l’autre. V

ASSUREE

97

pour vous ! Il est essentiel d’affronter toute amertume, toute rancune et tout ressentiment avant qu’ils ne s’implantent profondément dans vos pensées et dans vos émotions. Ne permettez pas à ces attitudes de suppurer et de s’enraciner en vous.

Plus vous permettez à l’amertume de grandir dans votre tête et dans vos émotions, plus il sera difficile de l’extirper et de l’ôter. Servez-vous d’une hache pour attaquer à la racine et enlever définitivement toute aigreur avant qu’elle ne vous nuise, ainsi qu’à votre relation avec la ou les personnes, qui a ou ont commis l’offense. Faites tout votre possible ; soyez l’évêque fidèle de votre propre cœur !

De quoi méditer…

Faites tout votre possible ; soyez l’évêque fidèle de votre propre cœur !

Peu importe ce que l’on vous a dit ou fait, en fin de compte, vous seul décidez quel effet cela aura sur vous. Il se peut que quelque chose vous ait accablé, mais vous n’êtes pas une victime. Vous avez le contrôle et la capacité de choisir votre réaction. Si vous vivez dans la conviction d’être plus que vainqueur par Christ, vous refuserez d’être conquis par les attitudes ou les actions d’autrui.

Considérez la façon dont vous avez réagi par le passé face aux offenses potentielles dans vos relations. Que révèle cette réaction de l’état actuel de votre rapport avec le Seigneur ?

h

L’amour divin est le fruit d’un esprit fort. Notre façon de réagir face aux personnes désagréables pendant des moments difficiles

VICTOIRE

esprit fort. Notre façon de réagir face aux personnes désagréables pendant des moments difficiles V ICTOIRE

ASSUREE

98

est un bon indicateur du succès (ou du manque de succès) avec lequel nous avons cultivé le fruit de l’Esprit dans nos vies.

Selon Galates 5:22-23, « … le fruit de l'Esprit c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, l'amabilité, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi ». Êtes-vous irascible, impatient et facilement énervé avec les autres ? Dans quels domaines vous rendez-vous compte que vous avez besoin de vous rendre au « service d’urgences ‘‘les fruits de l’Esprit’’ » ? C’est lorsque vous décidez d’agir en conséquence de la Parole de Dieu, de manière répétée et en dépit de vos émotions, que vous commencerez à porter du fruit.

VICTOIRE

Dieu, de manière répétée et en dépit de vos émotions, que vous commencerez à porter du

ASSUREE

99

7

Chapitre

Extirpez chaque « racine d'amertume »

A fin d’attaquer cette amertume à la racine, il faut d’abord comprendre à quel point elle est dangereuse pour votre entourage et pour vous-même. Regardons de nouveau ce qu’en dit Hébreux 12:15 : « Veillez à ce que personne ne passe à côté de la grâce de Dieu, qu'aucune racine d'amertume ne pousse et ne cause du trouble en empoisonnant plusieurs d'entre vous. »

Vous vous rappelez sûrement que « racine » vient du mot grec pidzo, qui fait allusion à une racine, comme celle d’un arbre. Il s’agit de racines qui se sont profondément enfoncées et sont très fermement ancrées maintenant. Alors, ce mot pidzo évoque souvent quelque chose de bien établi ou de fermement amarré.

Si l’amertume que vous nourrissez contre quelqu’un est profondément implantée dans votre âme, votre opinion négative sur cette personne se consolidera. Avec le passage du temps, vos jugements à son égard évolueront, vous les justifierez encore plus et ils s’établiront. Cette racine d’amertume sera si fermement ancrée en vous que votre jugement et votre colère envers la personne vous sembleront tout à fait raisonnables.

Quand une « racine d’amertume » s’installe aussi profondément dans votre tête et dans vos émotions, il n’est plus seulement

VICTOIRE

s’installe aussi profondément dans votre tête et dans vos émotions, il n’est plus seulement V ICTOIRE

ASSUREE

100

question de « racine ». Il s’agit carrément d’une forteresse mentale. Cette forteresse d’aigreur exercera beaucoup d’autorité dans votre intellect et dans vos émotions. Depuis cette position, elle vous suggérera de nombreuses raisons logiques pour lesquelles vous ne devriez plus avoir de contact avec cet individu et pour lesquelles vous devriez garder une certaine distance vis-à-vis de lui.

Je vous rappelle que le mot « amertume » vient du mot grec pikria qui décrit une attitude tellement aigrie et amère qu’elle donne un air renfrogné. En d’autres termes, vous êtes tellement infecté par l’aigreur intérieure que votre apparence et votre disposition sont affectées extérieurement.

Cette « amertume », toxique pour l’âme, finit par s’extérioriser. Alors, le fruit qu’elle produit est désagréable, caustique, dédaigneux, sarcastique, cynique, moqueur, injurieux et blessant. L’amertume ne sait rien dire de bon à propos de l’autre. Par contre, elle recherche des choses négatives à dire à son propos, afin d