Vous êtes sur la page 1sur 2

1.1. Quest-ce quun sol ?

Le sol dsigne en mcanique des sols la partie superficielle de lcorce terrestre qui est le plus
souvent sollicite par les constructions humaines.

Dun point de vue de lingnieur, on distinguera les sols et les roches simplement en suivant
Terzaghi. On considre que les deux sont des assemblages de grains minraux qui, pour les
sols loppos des roches, ne sont pas lis entre eux par des forces de cohsion fortes et
permanentes et sont sensibles laction de leau. Dans la pratique, il y a videmment passage
progressif des sols aux roches et on parlera souvent, la frontire, de roches tendres ou de
sols raides (indurs).

Dun point de vue mcanique, le comportement dun sol sera celui de la matrice : on considrera
plutt un matriau continu, alors que le comportement de la roche, au niveau du massif, sera en
gnral essentiellement influenc par les discontinuits (voir figure 1.2 : sol et roche). L
encore, la coupure nest pas aussi simple, il convient galement de considrer lchelle
dobservation : par exemple pour un sable, au niveau de quelques grains, on ne peut pas
considrer le matriau comme continu, alors quen considrant un volume plus important, le
matriau apparat comme continu. Cette observation peut se traduire pratiquement par la notion
de volume lmentaire reprsentatif (fig. 1.2) ncessaire la dtermination des proprits dun
massif, notion pas toujours applicable pour tous les gomatriaux, mais trs souvent accessible
pour les sols. Ce volume nest pas obligatoirement le mme en fonction de la proprit que lon
veut tudier.

Dun point de vue gologique, les sols sont souvent forms de matriaux meubles provenant de
laltration sur place de roches plus dures ou de matriaux rcemment dposs, il peut
galement sagir de matriaux artificiels lis laction de lhomme. videmment, la dfinition
du sol de la mcanique des sols nest pas celle de la pdologie.
Pour illustrer la complexit des sols, on se reporte la figure 1.3. On a distingu trois types de
sol et suivi leur histoire qui conduit un tat final qui est fonction de tous les lments
antrieurs. La difficult principale rside dans le fait que si lon peut observer et dcrire cet tat
final, en gnral on ne connat pas tous les lments (toute lhistoire) qui ont conduit cet tat.
De plus, rien ne dit que ltat observ soit stable, il est au contraire vraisemblable que soumis
un nouvel environnement, il continue voluer