Vous êtes sur la page 1sur 43

INTRO BIBLE

INTRO BIBLE

UN PREMIER TOUR D’HORIZON

SOCIÉTÉ BIBLIQUE CANADIENNE

Société biblique canadienne

Toronto, Ontario

Intro

canadienne.

Bible

Droit

d'auteur

©

2012

par

Société

biblique

This book was produced using PressBooks.com, and PDF rendering was done by PrinceXML.

Contenu

À propos de la Société biblique canadienne

iv

Introduction

vi

Au commencement

1

Des mots de sagesse pour le quotidien

3

Les choses se corsent

5

Un homme devient une multitude

7

Joseph, l’homme aux songes

8

« Laisse aller mon peuple ! »

9

Les dix commandements

10

Les murs s’écroulent

11

La période des juges

13

Une jeune veuve et sa belle-mère

14

« Vive le roi ! »

15

Une couronne ternie

17

Bons rois, mauvais rois

18

Prophète de malheur

19

L’histoire d’un prophète et d’un gros poisson

20

Daniel sur la sellette

21

Le temps de la reconstruction

22

« Réconfortez mon peuple ! »

23

Joyeux Noël !

24

Le sermon sur la montagne

25

Incroyable !

26

Jésus, philosophe ?

27

La croix et le tombeau vide

28

Les débuts de l’Église

29

Une grande lumière sur le chemin de Damas

30

Une lettre pour l’église de Rome

31

Amour et résurrection

32

Timothée, Philémon et Jean

33

L’Apocalypse et la suite !

35

Vous voulez en savoir plus ?

36

iii

iv

Intro Bible

À propos de la Société biblique canadienne

Ce livret est une publication de la Société biblique canadienne. Ses membres ont la ferme conviction qu’à travers les paroles de la Bible, Dieu nous rejoint dans nos besoins les plus grands. La version de la Bible qui est utilisée ici est celle de la Bible en français courant.

Fondée officiellement en 1904, la Société biblique canadienne s’était déjà engagée, il y a près de deux cents ans, dans une traduction de la Bible en mohawk. Aujourd’hui, elle publie des traductions du Nouveau Testament et d’autres livres bibliques en plus de cent langues et les distribue dans un large public. Son objectif est de rendre la Bible accessible à toute personne, homme, femme ou enfant, qui a le désir de transformer sa vie.

Au Canada, le travail de la Société biblique est fait en partenariat avec différentes Églises et ministères. À l’étranger, elle collabore avec cent quarante-cinq autres Sociétés bibliques nationales, toutes membres comme elle de l’Alliance biblique universelle. Cette collaboration lui permet de profiter de la force de projets menés conjointement et de partager ses ressources avec les Sociétés bibliques d’autres pays qui pourraient en avoir besoin.

Ce travail est possible grâce aux revenus des ventes de ses publications et à la générosité de donateurs qui croient en sa mission. Ils lui permettent d’offrir des Bibles et des publications, comme ce livret, à des prix minimes ou parfois gratuitement même, quand elle y voit une façon de s’acquitter de son mandat.

Pour plus d’informations sur le ministère de la Société

site :

biblique,

vous

pouvez

consulter

le

iv

À propos de la Société biblique canadienne

v

Pour connaître les ressources bibliques qu’elle offre, consultez le site : www.biblescanada.com

vi

Intro Bible

Introduction

La Bible a exercé une influence profonde sur l’histoire de notre monde, mais la plupart des gens n’en connaissent que vaguement le contenu. Certains se souviennent de quelques grands récits entendus au cours de leur enfance; pour d’autres, la Bible se limite à quelques mots prononcés lors d’un mariage ou d’un enterrement, ou même à un verset mis en musique par un chanteur populaire.

Pour une personne qui ouvre la Bible pour la première fois, saisir le sens de centaines de pages remplies d’expressions étranges peut sembler une tâche redoutable. Elle sera peut-être tentée de commencer sa lecture à la première page et de lire les chapitres les uns après les autres. Mais ce n’est peut-être pas la meilleure manière de procéder. C’est pourquoi la Société biblique canadienne produit et distribue ce Premier tour d’horizon. Il s’agit de vous aider à vous lancer dans une première lecture de la Bible en utilisant des repères.

Chacun des trente petits chapitres de ce livret n’exigera que 5 minutes de votre temps, environ. Ces différentes parties ont été conçues pour répondre à trois objectifs :

1) Vous donner les règles de base et les conventions qui vous permettront de vous y retrouver et de comprendre ce que vous lisez.

2) Vous faire découvrir quelques grands thèmes. Car, bien que la Bible soit une collection de dizaines de livres, on peut dire qu’elle contient certains grands thèmes et une structure générale qui unifient le tout. À partir de ces grands coups de pinceau, nous voulons vous aider à entrer dans la structure générale de la Bible et vous permettre d’y situer d’autres passages que vous aurez découverts dans votre lecture personnelle.

vi

Introduction

vii

3) Vous faire découvrir les différents genres littéraires des livres de la Bible. Quand les croyants d’autres religions ouvrent la Bible, ils la trouvent très différente des autres livres sacrés. En général, quand les fondateurs de religions écrivent des livres pour lancer leur mouvement, ils dressent une liste précise des commandements et des instructions à suivre. Curieusement, la Bible, ce texte fondamental de la foi chrétienne – qui trouve son origine au cœur de la foi juive –, contient plutôt des histoires, de la poésie, des lettres et des écrits de genres littéraires très variés. Ce livret devrait vous permettre de comprendre ces différents genres littéraires.

Les membres de la Société biblique canadienne sont tellement conscients de l’effet positif de la Bible dans leur vie qu’ils croient qu’elle peut jouer un rôle important dans la vie du monde d’aujourd’hui. C’est pourquoi ils ont à cœur de la rendre accessible au plus grand nombre de personnes, ici et dans le monde. Ce livret, Intro à la Bible, n’est que l’une de leurs nombreuses initiatives pour la faire connaître.

Pour en savoir plus sur la Bible ou sur les travaux de la Société biblique canadienne, vous pouvez consulter leur site Internet : http://www.societebiblique.ca. Vous y trouverez adresse, numéro de téléphone, adresse courriel, tout ce qui est nécessaire pour joindre les responsables. Ils seront particulièrement heureux de répondre à vos questions sur la Bible.

Bonne lecture !

Au commencement

La Bible est une collection de plusieurs dizaines de livres, de lettres, d’anthologies et de poèmes. Ils sont rassemblés dans deux ouvrages connus des chrétiens sous les noms d’Ancien et Nouveau Testament. Les livres contenus dans le Nouveau Testament sont clairement chrétiens puisqu’ils ont été écrits au sujet de Jésus, le Christ, et par ses disciples. Les livres contenus dans l’Ancien Testament appartiennent aussi à la foi juive. Ils sont inclus dans la Bible des chrétiens pour rappeler les racines juives de la foi chrétienne. Nous parlerons un peu plus loin des liens qui existent entre ces deux religions.

Chacun des livres de la Bible possède un titre, donné soit à partir de son auteur, soit à partir du personnage principal ou du thème. C’est le cas pour le tout premier livre que nous lirons, La Genèse. Comme la plupart des autres livres de l’Ancien Testament, il a été écrit en hébreu, la langue du peuple dont l’histoire est racontée dans la première partie de la Bible. Le titre de ce livre vient des deux premiers mots par lesquels il commence : « Au commencement… » Ces deux mots résument tout le livre en quelque sorte. Comme pendant des siècles la version la plus répandue du livre n’était pas l’hébreu, mais le grec, avec le titre : Genesis, c’est ce mot qui a servi pour le titre français, Genèse. Il signifie : « origine » ou « naissance ».

Lorsque l’invention de l’imprimerie a permis une plus large diffusion de la Bible, il est devenu nécessaire de diviser le texte en petites portions, pour en faciliter la lecture. C’est pourquoi les livres ont été découpés en chapitres numérotés, puis chaque chapitre en versets numérotés correspondant à un petit paragraphe. La numérotation n’a d’autre sens que de nous permettre de nous y retrouver. Notre première lecture, par exemple, commencera au verset 1 du chapitre 1 du livre de la Genèse. Elle ira jusqu’au verset 24 du chapitre 2.

1

Au commencement

2

Les premiers mots de la Bible : « Au commencement… » étaient bien connus, mais ils sont devenus emblématiques lorsqu’ils ont résonné dans l’espace, le 24 décembre 1968. À bord d’Apollo 8, la première navette spatiale à transporter un être humain au-delà des limites de l’atmosphère terrestre, la voix de l’astronaute Jim Lovell a retenti dans le vide noir de l’espace, à environ 300 000 kilomètres de la terre. Il lisait le début du livre de la Genèse.

Pour trouver ce passage, ouvrez votre Bible aux premières pages. (Pour les autres livres, qui sont moins faciles à trouver, vous pouvez consulter la Table des matières qui se situe au début ou à la fin de votre Bible.) Commencez votre lecture au verset 1 du chapitre 1 et lisez jusqu’à la fin du verset 24 du chapitre 2. Pour faire référence à ce passage dans le cours d’un texte, nous l’écrivons comme suit : Genèse 1.1 2.24 (Nom du livre, Numéro de chapitre, Numéro de verset).

Des mots de sagesse pour le quotidien

Le psaume 1 donnait quelques conseils sur la façon de vivre. Comme tout texte religieux, la Bible offre une grande quantité d’exhortations sur la manière de mener sa vie. Celles-ci prennent parfois la forme de commandements de Dieu, mais le plus souvent, elles se présentent sous la forme d’observations fondées sur l’expérience vécue. Plusieurs livres de la Bible rassemblent des collections de réflexions ou de paroles de sagesse. Le livre des Proverbes en est un bel exemple.

Il s’ouvre sur un premier livret dans lequel l’auteur encourage ses lecteurs à rechercher la sagesse (chap. 1-9). Ensuite, la partie centrale comprend un ensemble de recueils de proverbes du roi Salomon (chap. 10-29), alors que la dernière section est composée de quatre morceaux indépendants (Chap. 30-31).

(Autrement dit, les versets 20 à 33 du premier chapitre du livre des Proverbes. Si vous avez du mal à trouver le livre des Proverbes dans votre Bible, utilisez la Table des matières. Elle vous donnera le numéro de la page où il commence.)

Les versets de deux ou trois lignes qui composent la plupart des chapitres du livre utilisent différents styles et procédés littéraires pour rendre leur sens. Allez voir un peu plus loin, au chapitre 11 par exemple, qui rassemble de courtes paroles de sagesse. La plupart du temps, chaque verset est constitué d’un proverbe complet en lui- même.

Le livre des Proverbes n’est pas le seul livre de sagesse de la Bible. Il en existe plusieurs autres, écrits à différentes périodes de l’histoire, et par des auteurs dont nous ne

3

Des mots de sagesse pour le quotidien

4

savons pas grand-chose, dans certains cas. Beaucoup de ces livres abordent de front les problèmes qui naissent de la complexité et des incertitudes de la vie. Ils prennent en compte les contradictions apparentes avec lesquelles tous les êtres humains doivent vivre. L’Ecclésiaste (ou Qohéleth), l’un des livres de sagesse les plus souvent cités, parle très franchement de la futilité apparente de la vie.

Que faire d’une vie trop courte et souvent insatisfaisante, comme la nôtre? L’auteur qui se présente comme un simple prédicateur dit avoir tout essayé. Sa conclusion est énoncée au dernier chapitre du livre.

Les choses se corsent

Notre toute première lecture, celle des deux premiers chapitres de la Genèse, nous faisait découvrir un texte

fondamental pour la foi chrétienne. Elle en présentait les fondements : un Dieu qui aime, qui est bon et créateur. Il

a

fait le monde et l’a peuplé de créatures avec lesquelles

il

voulait entrer en relation, surtout l’homme et la femme

qu’il a placés dans le jardin d’Éden. Comme il ne voulait pas que cette relation soit forcée ou artificielle, il a donné aux humains la liberté.

Très vite, cependant, les choses se sont compliquées. Peu de temps après la création d’un monde que Dieu qualifie de bon, cette liberté qui devait être un cadeau pour les humains est devenue source de problèmes. Le troisième chapitre du livre de la Genèse met en scène un serpent astucieux qui entraîne Adam et Ève dans la désobéissance : ils mangent le fruit du seul arbre qui leur était interdit. (Si vous lisez le livre attentivement, vous remarquerez qu’il n’est pas question de pomme!)

Lisez Genèse 3.

(Lorsqu’il n’est fait mention d’aucun verset, il faut lire le chapitre au complet. Ici, il faut donc lire les 24 versets du chapitre 3.)

Si vous voulez creuser un peu plus la question, sachez que de nombreux théologiens chrétiens ont écrit sur les effets de cette première désobéissance – qui est aussi appelée

« la chute » –, ainsi que sur l’identité et la symbolique

du serpent. Ce serpent est généralement vu comme une incarnation du diable, un ange déchu qui sait qu’il ne peut être vainqueur dans sa lutte contre Dieu, beaucoup plus puissant que lui, mais qui est néanmoins résolu à gâcher sa création autant que possible.

Après la première désobéissance, le mal se répand sur la terre, à un point tel que Dieu se résout à anéantir une

5

Les choses se corsent

6

grande partie de sa création dans un déluge. Bien que le christianisme enseigne que Dieu, parce qu’il est parfait, ne peut changer d’avis, le texte biblique lui donne un visage humain. Pour dire comment il en est venu à prendre cette décision très difficile, le texte le présente comme une personne qui regrette une action. Cependant, grâce à la fidélité d’un homme, Noé, et de sa famille, l’humanité est sauvée ainsi que des représentants de tous les animaux, pour recommencer le monde à neuf.

Que connaissiez-vous de l’histoire de Noé avant de la lire dans la Bible? Énumérez éventuellement ci-dessous les détails dont vous vous souveniez.

Un homme devient une multitude

À partir de l’événement tragique de la chute, la Bible raconte l’histoire des efforts de Dieu pour ramener vers lui les humains. Cette histoire se dévoile peu à peu et passe par la vie d’hommes et de femmes qui joueront chacun un rôle particulier.

Après Noé, voici Abraham. Son histoire et celle de ses descendants commence au chapitre 11 de la Genèse. Il deviendra le père d’une grande nation et son souvenir restera présent à travers pratiquement toute la Bible. (Détail important : à l’origine, cet homme s’appelle Abram. C’est Dieu qui lui donnera le nom d’Abraham.)

Lisez Genèse 11:9 12:9.

En réponse à l’obéissance d’Abram, Dieu lui fera des promesses étonnantes.

Lisez Genèse 15.

7

Joseph, l’homme aux songes

Abraham et son épouse Sarah n’avaient pas d’enfants. Dieu intervient en leur faveur et leur donne un enfant qui sera le premier d’une nombreuse descendance. Ce fils d’Abraham, prénommé Isaac, aura deux fils : Jacob et Ésaü. Le nom de Jacob sera plus tard changé en celui d’Israël. Les douze fils de Jacob deviendront les chefs des douze tribus d’Israël.

Vous avez peut-être entendu parler de Joseph, l’un des plus jeunes de la famille, reconnu pour son habileté à interpréter les rêves. Dieu utilisera cette compétence pour permettre la survie de la famille dans une période de grande famine. Quand la famine se déclare, les fils de Jacob vont en Égypte pour acheter du grain. Ils y retrouvent Joseph, leur frère cadet, qu’ils avaient jadis vendu comme esclave à des marchands étrangers. Celui-ci est devenu l’intendant du pharaon et possède une grande autorité.

Lisez Genèse 37, 39 et 41.

8

« Laisse aller mon peuple ! »

Dieu se sert du haut rang atteint par Joseph en Égypte pour sauver la famille de Jacob. Mais bientôt, la situation se dégrade : un nouveau pharaon accède au trône et il ne connaît pas Joseph. Il s’inquiète de la croissance rapide de la population israélite en Égypte. Il décide de prendre des mesures pour arrêter cette croissance et il en fait des esclaves astreints à des travaux forcés. En voyant l’oppression des fils d’Israël, Dieu choisit un homme pour leur venir en aide.

Lisez Exode 3.

Moïse se montre d’abord très réticent face à la mission que Dieu lui confie. Il finit par se rendre auprès du pharaon pour lui présenter les demandes du Seigneur. Parce que le pharaon refuse de laisser partir les Israélites, le pays subit dix plaies, dont la dernière, particulièrement terrible, entraîne leur capitulation.

9

Les dix commandements

Tous les passages de la Bible que nous avons lus jusqu’à maintenant appartiennent à deux genres littéraires : le récit et la poésie. La prochaine lecture nous en fera découvrir un nouveau.

Lorsque les fils de Jacob – appelés aussi les « enfants d’Israël » – étaient arrivés en Égypte, à l’époque de la famine, ils constituaient un grand clan familial : onze fils avec leurs femmes et leurs enfants. Le texte biblique laisse entendre que, sur une période de 400 ans, ils sont devenus une petite nation. Lorsque ce groupe très nombreux quitte l’Égypte pour se rendre dans la terre que Dieu avait déjà promise à Abraham, il a besoin d’un code de conduite. C’est pourquoi Dieu guide le peuple à travers le désert jusqu’au pied du mont Sinaï. C’est là qu’il rencontrera Moïse pour lui donner sa Loi. Quand on parle de Loi, la plupart des gens pensent aux dix commandements, mais ceux-ci ne constituent qu’une partie du code juridique que Dieu dicte à Moïse.

Lisez Exode 19, 20 et 22.

Le chapitre 22 donne un exemple du genre de règles que Dieu donne aux enfants d’Israël. De grandes sections de la suite du livre de l’Exode et du Lévitique qui le suit contiennent tous les commandements et toutes les lois applicables dans les situations de la vie quotidienne les plus inimaginables.

10

Les murs s’écroulent

Les trois premiers livres de la Bible : Genèse, Exode, Lévitique, forment avec les Nombres et le Deutéronome un ensemble que l’on appelle le Pentateuque ou les cinq livres de Moïse. Pour les juifs pieux, ces cinq livres constituent la Torah, l’ensemble des Écritures saintes. Ils ont été transmis de génération en génération, avec les traditions orales et les commentaires qui permettent de les comprendre.

À la fin du Deutéronome, les Israélites sont arrivés à la frontière de la Terre promise, après un long voyage dans le désert, rempli d’aventures. Moïse est mort et Dieu a choisi Josué, un jeune guerrier courageux, pour lui succéder à la tête de son peuple dans la campagne militaire qui commence.

Certains chapitres du livre de Josué sont parmi les plus controversés de la Bible. Dieu semble ordonner la destruction systématique de plusieurs peuples pour faire entrer les Israélites en Terre promise. Des théologiens et des savants chrétiens s’interrogent encore sur cette interprétation qui semble difficilement conciliable avec l’amour d’un Dieu qui pardonne. Mais ces chapitres font bien partie du texte biblique.

Dans le premier chapitre du livre de Josué, le rôle du jeune dirigeant est confirmé par Dieu. Josué livre alors sa première exhortation au peuple pour le mobiliser dans l’entreprise qui doit lui permettre d’entrer dans sa terre.

Lisez Josué 1.

La chute des murs d’une ville a été, bien sûr, un événement unique. Mais la prise de Jéricho est typique du type d’intervention de Dieu dont Josué et ses soldats ont été témoins, tout au long de leur campagne militaire.

Lisez Josué 6:1-21.

11

Les murs s’écroulent

12

Les descendants des douze fils de Jacob forment maintenant de grandes tribus. À son arrivée en Terre promise, chacune de ces tribus reçoit une portion du territoire. Le texte biblique fait une description géographique détaillée des lots impartis à chaque tribu et de leurs frontières. Si votre Bible contient une carte géographique, vous pourrez y retrouver quelques-unes des villes mentionnées dans le chapitre 19 du livre de Josué. Ces longs passages d’énumération de noms qui nous sont inconnus peuvent sembler inutiles à un lecteur ou une lectrice moderne qui recherche surtout une nourriture pour sa vie spirituelle. Ils servent surtout à donner une crédibilité aux récits historiques qui les englobent.

Lisez Josué 19.

La période des juges

Une fois établi en Canaan, la Terre promise, le peuple d’Israël semble administré comme un rassemblement plus ou moins organisé de tribus. La Loi donnée par Moïse fournit la base d’un culte national autour d’un sanctuaire portable appelé Tabernacle ou Arche de l’Alliance. Des sacrifices d’animaux sont offerts, des prières sont faites lorsqu’un individu ou l’ensemble du peuple viole les commandements de Dieu.

Les prêtres qui président le culte semblent exercer une certaine gouvernance, mais dans une large mesure, les

tribus s’administrent et se gouvernent elles-mêmes. Il n’y

a pas d’armée organisée. Ce manque de structures crée

une situation instable et le peuple a tendance à oublier ses engagements à l’égard du Seigneur en se tournant vers le culte des idoles et en adoptant des comportements immoraux. Dieu permet alors à des armées étrangères d’envahir le pays dans l’espoir que cette période d’épreuve conduira son peuple à revenir vers Lui. Quand Israël reconnaît son infidélité et crie vers le Seigneur pour être délivré de ses ennemis, Dieu choisit un héros, un juge –

l’un des plus connus est sans doute Gédéon – pour en prendre la tête et faire régner la justice et la paix en

chassant l’envahisseur. Ce cycle revient plusieurs fois dans

le livre des Juges.

Lisez Juges 6, 7 et 8.

13

Une jeune veuve et sa belle-mère

Plusieurs petits livres de la Bible contiennent un récit complet en quelques chapitres. L’un des plus touchants raconte l’histoire d’une jeune femme, étrangère en Israël, mais qui est très bien acceptée au sein de la nation. Son histoire se passe au temps des juges, période dont nous avons parlé au chapitre 10 de ce livret.

Lisez le livre de Ruth, qui ne contient que quatre chapitres et se lit rapidement.

Lisez Ruth.

(Ce petit livre de 4 chapitres se lit très rapidement.)

14

« Vive le roi ! »

Pour assurer la stabilité politique dans le pays, les Israélites concluent qu’il leur faut un roi, comme les autres nations. Ils demandent donc au Seigneur de leur en donner un. Le premier roi d’Israël se nomme Saül. C’est un homme riche, instruit, et issu d’une famille renommée. Cependant, avec le temps, il se révèle décevant aux yeux de Dieu, qui décide de le remplacer. L’homme de son choix sera une surprise totale. Quand le prophète Samuel se présente dans une famille pour oindre le nouveau roi, le choix de Dieu renversera tout le monde. Dans un rituel que l’on retrouve souvent dans la Bible, Samuel versera de l’huile sur la tête du deuxième roi d’Israël.

La lecture suivante peut sembler étrange. Nous ouvrirons un livre qui porte le titre de Samuel parce que le prophète en est le personnage principal. Deux livres portent son nom. Pour des raisons de tradition, de contenu et parfois tout simplement de volume – le texte original était peut- être trop volumineux pour tenir sur un seul rouleau –, certains livres de la Bible sont divisés en deux. C’est le cas des premier et deuxième livres de Samuel. Nous lirons ici un passage du premier livre de Samuel dont la référence est : 1 Samuel.

Lisez 1 Samuel 16.

David n’était pas seulement doué pour la musique, il maniait aussi très bien les mots. La Bible contient des poèmes qui lui sont attribués, dont un certain nombre semblent avoir été écrits pour être chantés dans les célébrations cultuelles.

Lisez le Psaume 23.

Artiste dans l’âme, David n’en est pas moins un homme courageux. L’un des événements les plus connus de sa vie en est la preuve évidente.

15

« Vive le roi ! »

16

Lisez 1 Samuel 17.

Une couronne ternie

La Bible ne cherche pas à blanchir ses héros. C’est l’un des traits qui lui permettent de conserver toute sa crédibilité. Le roi David en est un bel exemple. Bien qu’il soit l’un de ses personnages les plus illustres, le texte biblique ne se montre pas du tout timide quand il s’agit de rapporter la plus grande erreur de jeunesse de ce roi.

Lisez 2 Samuel 11:1 12:23.

(Rappelez-vous que le livre de Samuel est divisé en deux; cette fois-ci, c’est le deuxième livre de Samuel que nous lisons.)

Lorsque David doit faire face à sa faute et en assumer les conséquences désastreuses, il reprend les mots de la poésie. Nous retrouvons quelques-unes de ses pensées au livre des Psaumes, en ce moment douloureux.

Lisez Le Psaume 51.

17

Bons rois, mauvais rois

Les deux livres des Rois suivent les deux livres de Samuel. Comme leur nom l’indique, ils racontent l’histoire des rois d’Israël, une histoire faite d’événements positifs et négatifs.

Salomon, le fils de David, lui succède sur le trône. Son règne est marqué par la construction du magnifique temple de Jérusalem, qui vient donner une résidence permanente à l’Arche de l’Alliance qui accompagnait le peuple pendant sa traversée du désert. La construction d’écuries impressionnantes, que les archéologues croient avoir retrouvées, et une impressionnante collection de textes de sagesse – dont vous avez lu certains, au début de ce carnet – font aussi partie de son héritage. Mais tout cela coûte cher !

Lisez 1 Rois 11 et 12.

Israël est maintenant séparé en deux royaumes : les tribus du Nord forment un ensemble autonome appelé royaume d’Israël et plusieurs tribus du Sud constituent le royaume de Juda. Chacun de ces royaumes est gouverné par des rois qui ne sont pas toujours fidèles au Seigneur. Plusieurs d’entre eux s’engagent ouvertement dans l’idolâtrie. Dieu ne cesse d’envoyer des prophètes à son peuple pour le ramener dans le droit chemin. L’un de ces prophètes les plus importants est Élie. Il entre en conflit avec la reine Jézabel et son mari, le roi Ackab. Pour montrer la grandeur du Seigneur, il n’hésite pas à affronter les prêtres du dieu Baal, idole de la reine.

Lisez 1 Rois 18.

18

Prophète de malheur

Élie n’est pas le seul prophète envoyé par Dieu pour avertir le peuple des conséquences de sa désobéissance et de son idolâtrie. Plusieurs autres livres de l’Ancien Testament portent des noms de prophètes. Jérémie est reconnu comme le prophète qui pleure. Il a eu la lourde tâche d’annoncer au peuple des catastrophes imminentes. De longs passages de son livre prédisent la sécheresse, la famine ou d’autres malheurs. Mais il le fait toujours dans l’espoir que le peuple reviendra vers le Seigneur et adoptera une conduite respectueuse de la Loi. Il se sert même parfois d’objets comme symboles pour faire comprendre son message.

Lisez Jérémie 13 et 14.

Lorsque les avertissements des prophètes ne sont pas écoutés, le jugement du Seigneur se manifeste : les villes sont assiégées et conquises, une grande partie du peuple est déportée en captivité. Le livre des Lamentations décrit l’attitude du prophète qui est témoin de la catastrophe.

19

L’histoire d’un prophète et d’un gros poisson

La plupart des prophètes, comme Jérémie, sont envoyés aux royaumes de Juda et d’Israël. Mais certains reçoivent un message à aller porter à des nations voisines. C’est le cas de Jonas qui se révèle un prophète réticent quand il reçoit la mission d’aller prêcher aux habitants de la ville de Ninive. Plutôt que d’obéir, il s’enfuit dans la direction opposée. Le livre qui porte son nom nous raconte son histoire qui reste bien connue.

Lisez Jonas.

20

Daniel sur la sellette

Quelques-uns des prophètes ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire du peuple de Dieu. Ainsi, au milieu du peuple mené en captivité, un jeune homme du nom de Daniel décide de vivre selon la loi du Seigneur, même s’il est en exil dans un pays étranger.

Lisez Daniel 1 – 3.

21

Le temps de la reconstruction

Quand l’exil du peuple d’Israël prend fin, Dieu lui ouvre la voie pour lui permettre de rentrer dans son pays. Des vagues successives de rapatriés reviennent à Jérusalem. Sous la conduite d’Esdras et Néhémie, ils entreprennent la reconstruction de la ville et du temple. La lecture de quelques chapitres du livre de Néhémie vous donnera une idée de l’espoir qui animait ces gens enfin rentrés chez eux.

Lisez Néhémie 1 – 3.

22

« Réconfortez mon peuple ! »

Même si le message des prophètes est souvent rempli de menaces et d’annonces d’événements terribles, il contient aussi de la consolation et de l’espérance. Celui du prophète Ésaïe en est un bel exemple.

Lisez Ésaïe 40.

Ésaïe avait même entrevu un jour éloigné où Dieu enverrait un Messie pour faire régner la justice et la droiture sur la terre.

Lisez Ésaïe 9:1-7.

Curieusement, Ésaïe avait aussi annoncé que ce Messie apparaîtrait comme un serviteur souffrant et rejeté. Il décrit les souffrances de ce serviteur dans un passage que les chrétiens interprètent comme une description prophétique du sort de Jésus.

Lisez Ésaïe 52:13 53:12.

23

Joyeux Noël !

Entre l’Ancien et le Nouveau Testament, les écrivains bibliques restent silencieux pendant plusieurs siècles. Ce silence est brisé par la naissance d’un enfant au sujet duquel on écrira des choses étranges. Le Nouveau Testament, c’est-à-dire la partie proprement chrétienne de la Bible, commence par quatre évangiles. En grec, le mot « évangile » veut dire « bonne nouvelle ». Ces quatre livres annoncent la bonne nouvelle de la venue du Messie attendu. Écrits biographiques en apparence, ils n’en ont pas moins un style qui sort de l’ordinaire : ils s’intéressent beaucoup plus à la mort de Jésus qu’à sa vie, même s’ils rapportent ses paroles et ses gestes.

En écrivant à un ami lecteur, Luc, l’un des quatre évangélistes, explique qu’il a fait une recherche approfondie avant de mettre par écrit les événements qui ont entouré la personne de Jésus. Il est l’un des deux évangélistes à raconter l’annonce et la naissance de Jésus.

Lisez Luc 1 et 2.

24

Le sermon sur la montagne

Chacun des quatre évangiles donne beaucoup de place à l’enseignement de Jésus. Matthieu cite l’un de ses plus longs sermons, dont certains passages restent encore aujourd’hui bien connus.

Lisez Matthieu 5 et 6.

On le voit dans les évangiles, Jésus a fait un usage particulièrement habile d’un outil d’enseignement très populaire à l’époque, la parabole.

25

Incroyable !

Le plus court des évangiles, celui de Marc, est aussi le premier à avoir été écrit. Il est rédigé dans un style particulièrement dynamique. On y voit que les miracles accomplis par Jésus attirent l’attention de tout le peuple.

Lisez Marc 4:35 5:43.

À l’instar des anciens prophètes, Jésus entrevoit l’avenir et il prévient ses contemporains des malheurs qui les attendent.

Lisez Marc 13.

26

Jésus, philosophe ?

L’évangile écrit par Jean adopte une approche un peu différente de celle des autres évangélistes. Il propose un enseignement plus profond. Son introduction est déjà particulière, elle présente un point de vue sur Jésus plus philosophique que biographique. Son message sur le Messie reste cependant très clair.

Lisez Jean 1:1-18.

(Attention, lorsque vous cherchez le livre de Jean dans le Nouveau Testament, vous trouvez aussi trois courtes lettres écrites par Jean. Elles ont pour titre : la première, la deuxième et la troisième épître de Jean. On écrit ainsi la référence : 1 Jean, 2 Jean et 3 Jean. Pour le moment, c’est de l’évangile dont nous parlons, le quatrième livre du Nouveau Testament.)

L’évangile de Jean contient beaucoup d’enseignements de Jésus, mais ils sont généralement faits au cours d’entretiens avec des individus. L’un de ces entretiens les mieux connus se trouve au troisième chapitre de l’évangile.

Lisez Jean 3:1-18.

L’évangéliste Jean relie souvent l’enseignement de Jésus à des miracles particuliers. Ils ont pour but de démontrer la puissance divine qui soutient son enseignement. On la voit clairement en action quand il se présente un peu tard au tombeau d’un ami très cher.

Lisez Jean 11.

27

La croix et le tombeau vide

Jésus est la figure centrale des Écritures chrétiennes. Sa mort et sa résurrection sont au cœur de son histoire. Depuis sa naissance et tout au long de son ministère, on voit planer sur lui une ombre grandissante qui laisse présager que son parcours ne finira pas bien. C’est pourquoi, dans les évangiles, les événements de la dernière semaine de sa vie occupent une place disproportionnée. Les évangélistes ont ainsi voulu souligner l’importance de ses souffrances et de sa mort. Mais avec la résurrection, le message chrétien devient une bonne nouvelle : la mort n’est pas la fin de l’histoire de Jésus.

Les trois derniers chapitres de l’évangile de Matthieu proposent l’un des récits les plus détaillés de la mort et de la résurrection de Jésus.

Lisez Matthieu 26, 27 et 28.

28

Les débuts de l’Église

Quand le récit des évangiles s’arrête, la nouvelle de la résurrection de Jésus a commencé à se répandre. Ceux qui l’ont suivi pendant sa vie publique restent cachés, ils craignent de connaître le même sort que leur maître. Mais des apparitions répétées de Jésus, son ascension au ciel et la venue de l’Esprit Saint leur redonnent courage et les poussent à agir. Sous l’action de l’Esprit – que les chrétiens croient être l’un des membres de la Trinité divine –, les disciples, délivrés de leur peur, se réunissent pour former l’Église. La communauté des croyants se développe lentement pour finalement se répandre sur toute la Terre.

Le livre qui suit les quatre évangiles, dans le Nouveau Testament, raconte les commencements de l’Église. Il porte le titre d’Actes des Apôtres.

Lisez Actes 1 et 2.

Comme son fondateur, le mouvement qui se répand doit bientôt faire face à de l’opposition. Étienne devient le premier des martyrs chrétiens. Son dernier sermon révèle bien le message qui était cru et enseigné par l’Église primitive. Il réinterprète certains passages de l’Ancien Testament en les situant dans la perspective de la vie et de la mort de Jésus.

Lisez Actes 6:8 7:60.

29

Une grande lumière sur le chemin de Damas

L’un des persécuteurs les plus acharnés des premiers chrétiens connaîtra bientôt tout un revirement. Un jeune pharisien du nom de Saul sera transformé par une rencontre sur le chemin de Damas. Cette expérience fera de lui l’un des missionnaires les plus dynamiques de la bonne nouvelle de Jésus ressuscité. Pour s’ajuster au changement de son cœur, Saul prend le nom de Paul.

La seconde moitié du livre des Actes, qui aurait été écrit par Luc, l’auteur du troisième évangile, est consacrée presque exclusivement à l’activité missionnaire de Paul. L’Apôtre va de ville en ville, de pays en pays, pour implanter et encourager des Églises locales. On pense généralement que Luc aurait accompagné Paul dans bon nombre de ses voyages.

Lisez Actes 13 et 14.

30

Une lettre pour l’église de Rome

Dans le Nouveau Testament, après les quatre évangiles et les Actes des Apôtres, on trouve 25 lettres ou épîtres. Elles ont été écrites par des individus comme Paul et sont destinées parfois à d’autres individus, mais le plus souvent à des Églises entières. Dans sa lettre à l’Église de Rome, Paul commence par une salutation et une présentation personnelle.

(Les lettres portent comme titre le nom de l’Église à laquelle elles sont adressées.)

Si les lettres de Paul n’avaient contenu que des salutations et des réflexions personnelles, elles n’auraient pas été si largement reçues. Nous savons que Paul en a écrit d’autres qui ne sont pas parvenues jusqu’à nous. Elles étaient peut-être plus personnelles. Celles que nous connaissons vont au-delà du traitement de cas particuliers et contiennent un enseignement théologique profond. Elles sont passées d’Église en Église, dès les premières années du christianisme, afin que chacune puisse profiter de ses exhortations sur des questions importantes pour la vie des communautés.

Plusieurs chapitres de la lettre aux Romains contiennent des informations fondamentales sur ce qui permet aux hommes et aux femmes d’être justifiés devant Dieu. En lisant deux de ces chapitres, vous aurez un bon aperçu de la position de Paul et de certains textes qui sont à l’origine de grandes discussions qui ont marqué l’histoire de la chrétienté. Certains chapitres de la lettre aux Romains ont conduit Martin Luther à quitter l’Église catholique pour lancer la grande Réforme protestante.

Lisez Romains 3 et 6.

31

Amour et résurrection

Certaines Églises fondées par Paul semblent avoir eu besoin d’un peu plus d’aide que d’autres. La ville de Corinthe voit défiler toutes sortes de prédicateurs et l’Église doit lutter fermement pour conserver son unité. À plusieurs reprises, Paul écrit aux fidèles pour les presser de régler leurs conflits et de corriger certaines de leurs erreurs à propos de la foi. Le Nouveau Testament n’a conservé que deux de ces lettres.

Le chapitre premier de la première lettre s’ouvre sur les salutations typiques et plonge dans la question de la division des croyants au sein de cette communauté.

(Alors que, dans l’Ancien Testament, un livre trop long était divisé en deux morceaux, comme 1 Rois et 2 Rois, ici, il s’agit bien de deux lettres différentes de Paul. Il les a envoyées à cette Église à deux dates différentes. Nous lisons maintenant la première lettre dont la référence s’écrit : 1 Corinthiens.)

Les conflits qui règnent dans l’Église de Corinthe vont conduire Paul à écrire l’un des plus beaux passages du Nouveau Testament que nous appelons « l’hymne à l’amour ». Ce passage est souvent lu dans les célébrations de mariage.

Certaines controverses sur la foi, qui divisent l’Église de Corinthe, vont pousser Paul à expliciter des aspects fondamentaux de la foi chrétienne. Quand il apprend que des membres de l’Église de Corinthe doutent que Jésus soit réellement ressuscité d’entre les morts, il prend une position très ferme et très claire.

32

Timothée, Philémon et Jean

Paul n’écrit pas seulement aux Églises, il envoie aussi des lettres à des amis, des proches. L’un de ces privilégiés s’appelle Timothée. Paul l’a rencontré à l’occasion de l’un de ses voyages et il s’est révélé être un croyant tellement fidèle et fiable que l’Apôtre lui a consacré beaucoup de temps pour le former. Plus tard, il lui a confié la charge de certaines de ses Églises, alors que lui-même continuait de voyager pour répandre la Bonne Nouvelle. En route, il reste en contact avec Timothée par des lettres. Les directives qu’il lui donne nous en apprennent à la fois sur les deux hommes et sur le message chrétien.

Lisez 2 Timothée 3:1 4:8.

(Il s’agit de la deuxième lettre à Timothée.)

Certaines des lettres que Paul envoie à des personnes ont un ton très fraternel, très intime. Elles ont néanmoins été conservées dans le Nouveau Testament pour donner un aperçu de la vie et de l’enseignement de l’Apôtre et de ses compagnons. L’une de ces lettres est due à des circonstances très particulières que Dieu lui-même semble avoir orchestrées. Un jeune esclave du nom d’Onésime s’est enfui de chez son maître, en volant peut-être de l’argent. Cherchant l’anonymat dans la plus grande ville de l’époque, Onésime se rend à Rome où il rencontre Paul. Fidèle à lui-même, Paul ne manque pas de parler de Jésus au jeune garçon. Onésime devient croyant et comme il veut mettre de l’ordre dans sa vie, il avoue son vol et son évasion. Or, le maître d’Onésime est Philémon, un ami intime de Paul. Paul décide de renvoyer le jeune esclave à son maître avec une lettre. Dans cette lettre, il recommande à Philémon d’accueillir Onésime comme si c’était Paul lui-même et de lui pardonner.

Lisez Philémon.

33

Timothée, Philémon et Jean

34

(La lettre, très courte, ne comporte qu’un seul chapitre de 25 versets.)

On retrouve dans le Nouveau Testament d’autres lettres attribuées à Pierre, Jean, Jacques, etc. Elles sont souvent un mélange de détails personnels et d’enseignements chrétiens, typiques de l’Église primitive. Leur style diffère de celui de Paul. Notez, par exemple, l’allégorie utilisée dans la très courte deuxième lettre de Jean. Il appelle l’Église à laquelle il écrit, la « Dame élue ou choisie ».

Lisez 2 Jean.

(Attention, il ne s’agit pas ici de l’évangile de Jean, mais de la deuxième lettre de Jean.)

Une autre courte lettre du Nouveau Testament est attribuée à Jude. Celui-ci adopte un ton prophétique pour exhorter les croyants à persévérer dans la foi, malgré les temps difficiles à venir. Prêtez attention à la doxologie, la formule de bénédiction qui clôt la lettre et qui est reprise à la fin des services religieux pour louer Dieu et invoquer sa bénédiction sur son peuple.

Lisez Jude.

(Encore une fois, nous n’indiquons aucun chapitre puisque la lettre ne contient qu’un chapitre de 25 versets.)

L’Apocalypse et la suite !

Le Nouveau Testament se termine avec le livre le plus étrange de toute la Bible, sans doute. Son ton prophétique a certainement été d’un grand secours pour les chrétiens persécutés de l’Église primitive. Ils y ont vu une promesse certaine de Dieu que les régimes cruels auxquels ils étaient soumis seraient jugés un jour. Comme le texte l’indique, le contenu de ce livre a été révélé à Jean dans une série de visions. Le livre s’ouvre sur l’apparition éclatante de Jésus-Christ et la proclamation de messages à sept Églises. Pour certains savants ou exégètes chrétiens, ces Églises existaient réellement à l’époque de Jean. Pour d’autres, ces différentes Églises représentent plutôt l’Église universelle, à différentes périodes de l’histoire.

Lisez Apocalypse 1:1 2:11.

Les messages aux sept Églises sont suivis d’une vision dans laquelle l’auteur du livre est transporté dans la salle du trône céleste.

Un Agneau ouvre les sept sceaux qui ferment un livre écrit au-dedans et au-dehors, tenu par Celui qui siège sur le trône. Chaque fois qu’un sceau est ouvert, des événements cataclysmiques se déclenchent sur la terre et agissent comme un jugement. Cette fin du monde précède l’inauguration d’un monde nouveau et meilleur.

35

Vous voulez en savoir plus ?

Nous espérons que ce premier survol de la Bible aura stimulé votre appétit et vous aura donné l’envie d’en savoir plus. Si tel est le cas et si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec la personne qui vous a donné ce livret ou même avec la Société biblique canadienne qui l’a publié. Le temps que vous passerez à lire et à étudier la Bible est l’un des meilleurs investissements que vous puissiez faire, et nous serions très heureux de vous aider dans cette démarche.

36