Vous êtes sur la page 1sur 30
Université CADI AYYAD Faculté des Sciences Semlalia Marrakech Caractéristiques géologiques gitologiques et

Université CADI AYYAD

Faculté des Sciences Semlalia

Marrakech

CADI AYYAD Faculté des Sciences Semlalia Marrakech Caractéristiques géologiques gitologiques et

Caractéristiques géologiques gitologiques et métallogéniques des gisements de type sulfures massifs volcanogènes du Maroc. Comparaison avec les gisements de la province sud-ibérique

Comparaison avec les gisements de la province sud-ibérique Réalisé par : ABOUDAHIR Zahira AIT ICHOU Mestapha

Réalisé par :

ABOUDAHIR Zahira

AIT ICHOU

Mestapha

Encadré par :

Mr.

El Mostafa

MOUGUINA

Année universitaire 2014-2015

RÉSUMÉ

STU S6 - 2015

Les Sulfures Massifs Volcanogenèse «VMS» sont des minéralisations hydrothermales syngénètiques, essentiellement métallique, encaissés dans les roches volcano-sédimentaires. Plusieurs auteurs ont été classifié les VMS, généralement, en deux type à savoir ; les VMS volcano-sédimentaires à minéralisation essentiellement pyriteuse et les VMS exhalatif sédimentaire. Les Jebilets centrales sont affectés par une activité magmatique acido- basique importante. Ce magmatisme bimodal est responsable d’une activité hydrothermale. Cette dernière, a lieu de naissance de plusieurs VMS nos citons à ce propos VMS de Draa Sfer, Kettara et celui de Hajjar. Les VMS des Jebilets centrales sont encaissés dans le socle paléozoïque constitue de roches volcano-sédimentaires (schiste de sarhlef). Ils sont caractérisés par une minéralisation essentiellement pyrrhotiteuse associée aux concentrations considérable de sulfure de Cu, Zn et de Pb. Du point de vue hydrothermal, ces minéralisations montres plusieurs stade d’altération hydrothermal à savoir séritisation, chloritisation, silificiation, biotisation et etc. Le gisement à cuivre de Blieda est comparable avec ces derniers de point de vue minéralogique et roche encaissante. La déformation de ces roches est liée à l’orogenèse panafricaine, le métamorphisme est régional de faible à moyen degré. La minéralisation est sous forme d’un amas syngénetique stratiforme, et un stockwerk épigénétique descordant avec l’encaissant.

Mots-clés : VMS, altération hydrothermal, minéralisation, Jbilet centrale, Anti-Atlas, Province Sud-Ibérique.

[2]

STU S6 - 2015

Remerciements

En préambule à ce projet nous remercions ALLAH qui nous a aidé et nous a donné la

patience et le

courage durant ces longues années d’études.

Tous d’abord, nous avons le grand plaisir d’exprimer nos vifs remerciements à tous les professeurs du département de la géologie, d’avoir mis à notre disposition toutes leurs connaissances. Et de nous accompagner et orienter durant tous les semestres de notre formation universitaire.

Nous tenons tout particulièrement à remercier chaleureusement notre encadrant le professeur monsieur El Mostafa MOUGUINA de nous avoir permis de choisir ce thème très intéressant et convenable avec notre formation académique, et d’avoir déployé ses efforts, ses explications, ses conseils et ses soutiens pour réaliser ce travail.

On n’oublie pas nos parents, nos frères et sœurs, pour leur contribution, leur soutien moral et leur patience.

Enfin, nous adressons nos plus sincères remerciements à tous nos proches et amis, qui nous ont toujours encouragées au cours de la réalisation de ce projet.

[3]

STU S6 - 2015

TABLE DES MATIERES RÉSUMÉ ------------------------------------------------------------------------------- 2 Généralité----------------------------------------------------------------------------- 7

I_ Objectifs du travail :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 7 II_ Les Gisements de type Sulfures Massifs Volcanogenèse (VMS) ----------------------------------------------------- 7

II-1 Classification des Gisement VMS---------------------------------------------------------------------------------------- 7 II-2 Processus de genèse-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 7

Chapitre I : Les gisements de la province Hercynienne ----------------------- 9

I_ Domaine des Jbilet centrales -------------------------------------------------------------------------------------------------- 9 II_ Le Gisement de DRAA SFAR --------------------------------------------------------------------------------------------------- 9

II-1 Localisation géographique ------------------------------------------------------------------------------------------------ 9 II-2 Contexte Géologique ------------------------------------------------------------------------------------------------------10 II-3 Le corps minéralisé---------------------------------------------------------------------------------------------------------10 II-4 Minéralisation ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------10 II-5 Texture ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------11 II-6 Geochimie --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------11 II-7 Les altérations hydrothermales-----------------------------------------------------------------------------------------12 II-8 Les conditions physico-chimiques--------------------------------------------------------------------------------------13

III_ Le Gisement de KETTARA ----------------------------------------------------------------------------------------------------13

III-1 Localisation géographique : --------------------------------------------------------------------------------------------13 III-2 Cadre géologique : --------------------------------------------------------------------------------------------------------13 III-3 Corps minéralisé -----------------------------------------------------------------------------------------------------------13 III-4 Minéralisation : ------------------------------------------------------------------------------------------------------------14 III-5 Texture -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------15 III-6 Géochimie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------15 III-7 L’hydrothermalisme ------------------------------------------------------------------------------------------------------16 III-8 Inclusions fluides-----------------------------------------------------------------------------------------------------------16 III-9 Les conditions physico-chimiques-------------------------------------------------------------------------------------16

IV_ Le Gisement de HAJJAR-GUEMASSA--------------------------------------------------------------------------------------17

IV-1 Localisation Géographique : --------------------------------------------------------------------------------------------17 IV-2 Contexte Géologique -----------------------------------------------------------------------------------------------------17 IV-3 Morphologie du corps minéralisé-------------------------------------------------------------------------------------17 IV-4 La minéralisation ----------------------------------------------------------------------------------------------------------18 IV-5 texture------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------19 IV-6 Géochimie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------19 IV-7 Hydrothermalisme --------------------------------------------------------------------------------------------------------20 IV-8 Les inclusions fluides -----------------------------------------------------------------------------------------------------20 IV-9 Les conditions physico-chimiques ------------------------------------------------------------------------------------21

[4]

STU S6 - 2015

Chapitre II : Les gisements de L’Anti-Atlas -----------------------------------21

I_ Domaine de l’Anti Atlas --------------------------------------------------------------------------------------------------------21 II_ Le Gisement de Bleida ---------------------------------------------------------------------------------------------------------21

II-1 Localisation géographique -----------------------------------------------------------------------------------------------21 II-2 Contexte Géologique -----------------------------------------------------------------------------------------------------22 II-3 Le corps minéralisé et la minéralisation ------------------------------------------------------------------------------22 II-4 Texture ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------23 II-5 Les altérations hydrothermales-----------------------------------------------------------------------------------------23 II-6 Les inclusions fluides ------------------------------------------------------------------------------------------------------23 II-7 Les conditions physico-chimiques--------------------------------------------------------------------------------------24 II-8 âge absolu par les isotopes UPb --------------------------------------------------------------------------------------24

Chapitre III : Les gisements de la province sud-ibérique --------------------25

I_ Introduction -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------25 II_ La géochimie de la ceinture pyriteuse Sud-Ibérique-------------------------------------------------------------------25 III_ Les isotopes de Plomb --------------------------------------------------------------------------------------------------------26

Synthèse et Comparaison ---------------------------------------------------------27 Corrélation --------------------------------------------------------------------------28 Conclusion --------------------------------------------------------------------------28

LISTE DES FIGURES

Fig. 1 : Coupe de la croute océanique montrant les différentes étapes de formation des gisements VMS (Nicholas T. Arndt et Clément Ganino) ------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8 Fig.2 : Carte des Jbilets centrale (MSZ : Zone de cisaillement de Marrakech, WMSZ : Zone de cisaillement ouest Mésétienne, A. Michard et al. ,2011)------------------------------------------------------------------------------------------------- 9 Fig.3:Localisation géographique de gisements étudiés (Hibti et al, 1999) ----------------------------------------------- 9 Fig. 4 : Les trois secteurs du gisement de Draa Sfar, reportés sur un extrait de la carte des Jebilet centrales (Huvelin, 1972). DSS : Draa Sfar Sud ; DSC : Draa Sfar Central ; DSN : Draa Sfar Nord,(Michard et al. ,2011) ------------10 Fig.5 : A- aspect macroscopique de la pyrrhotite massive ; B pyrite en remplissage de cavité dans la pyrrhotite ; C pyrrhotite massive et chalcopyrite (Ait rahou, 2013)---------------------------------------------------------------11 Fig. 6 : distribution des faciès d’altération au mur et au toit du gisement de Draa Sfar (Belkabir et al. , 2008)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------12

[5]

STU S6 - 2015

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------19

Fig.14 : aspect macroscopique montrant les textures de la minéralisation (Hibti 2001)----------------------------19 Fig. 15 : zonalité d’altération hydrothermale (d’après Hibti 1993)--------------------------------------------------------20 Fig. 16 : Localisation du gisement de Bleïda sur un extrait de la carte routière Michelin au millionième ------22 Fig. 17 : Cadre géologique de gisement de Bleïda sur le schéma structural de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara (M. EL GHORFI et al. , Notes & Mém. n° 564)------------------------------------------------------------------------------------22 Fig. 18 : aspect macroscopique de la minéralisation--------------------------------------------------------------------------23 Fig. 19 : Diagrammes Concordia pour les données de zircon à partir de deux échantillons de la granodiorite Bleida, Anti-Atlas, au Maroc. (A) faciès marginales et (B) principaux faciès internes de l'intrusion (Inglis et al., 2004)24 Fig. 20 : Localisation de la province Pyriteuse Sud-Ibérique (Bernard et Soler 1974) --------------------------------25 Fig. 21 : Compositions isotopiques du plomb des minéralisations analysées dans les diagrammes Pb/Pb (Marcoux et al. , 2002) : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------26 SK : courbe de croissance normale de StaceyKramers;---------------------------------------------------------------------26 les autres courbes de croissance du plomb sont extraites de Doe et Zartman. ---------------------------------------26 Fig. 22 : Corrélation des logs des différents gisements étudiés ------------------------------------------------------------28

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU 1 : Analyses chimique de quelques stades minéralisés à Draa Sfar, (Hibti, 2001)------------------------12 TABLEAU 2 : La minéralisation aux différentes zones de l’amas -----------------------------------------------------------14 TABLEAU 3 : Analyses chimique de quelques stades minéralisés à Kettara, (Hibti, 2001) -------------------------15 TABLEAU 4 : Analyses chimique de quelques stades minéralisés à Hajjar, (Hibti, 2001) ---------------------------20

TABLEAU

5 :

RÉCAPITULATIF

DES

DONNES

MICROTHERMOMÉTRIQUES

DES

DIFFÉRENTS

TYPES

DINCLUSIONS

FLUIDES

(BARAKAT2002)--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------23

TABLEAU 6 : Composition moyenne exprimé en % des minerais pyriteux et complexes de la province Sud- Ibérique (G.K. Strauss 1970, In Bernard et Soler 1974) ---------------------------------------------------------------------------------25 TABLEAU 7: Compositions isotopiques du plomb des minéralisations analysées (Marcoux et al. , 2002).-----26

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------26

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------26

TABLEAU 8 : Comparaison des caractéristiques des gisements VMS Marocains et celles de Sud-Ibérique----27

[6]

Généralité

STU S6 - 2015

I_ Objectifs du travail :

Ce modeste travail est une synthèse bibliographique des gisements de type VMS (volcanogenique massif sulfides) au Maroc hercynien et à l’Anti Atlas central.il est dans le cadre de projet tutoré 1, et à l’objectif de synthétiser et comparer des principaux caractères géologique, gîtologiques et métalloginiques de ces gisements.

II_ Les Gisements de type Sulfures Massifs Volcanogenèse (VMS)

Les VMS (en Français : sulfures massifs, ou gisements exhalatifs sulfurés) sont des gisements hydrothermaux, caractérisés par un processus de formation mieux compris, en de raison leur structure, leur minéralogie et leur composition simples, et ils ont également fait l’objet de nombreuses études durant les dernières décennies. La plupart des gisements ont une structure très caractéristique, composée d’un corps de forme lenticulaire ou stratiforme de sulfures massifs lités, repose sur un ensemble appelé « stockwork» ayant grossièrement une géométrie conique, et formé d’un ensemble de veines minéralisées qui recoupent la roche encaissante très altérée. La proportion des métaux varie au sein du gisement : les sulfures massifs en position supérieure sont riches en Zn et Pb (dans les gisements qui contiennent ce métal) alors que le stockwork est enrichi en Cu et Au (Nicholas T. Arndt et Clément Ganino).

II-1 Classification des Gisement VMS

Parmi de nombreux types de minéralisations hydrothermales sédimentaires, le groupe des amas sulfurés représente une source appréciable des métaux de base (Cu, Pb, Zn), précieux (Au, Ag) et aussi du soufre. La classification la plus utilisée, c’est celle qui subdivise les VMS en trois sous classement (Georges Beaudoin,

2006) :

Type Chypre :

Les SMV de type Chypre se trouvent dans la partie volcanique d'une séquence ophiolitique, dans les laves coussinées ou vers le sommet de la séquence. Les lentilles de sulfures sont souvent à proximité de failles normales syn-volcaniques qui ont produit des dépressions dans le plancher océanique.

Sedex ou type beshi :

Environnement géodynamique : dans des environnements mixtes volcaniques mafiques et Sédimentaires formés dans des rifts intracontinentaux ou épicontinentaux, des bassins arrière-arc.

Kuroko :

Des gisements associés à un volcanisme bimodal, marquant un contexte d’arc insulaire ou d’arriére arc, à cuivre et zinc ; mis en place en assez grande profondeur en association avec des roches mafique, ou associés à des dômes felsiques à cuivre, zinc, parfois Or et mise en place au voisinage de la surface.

II-2 Processus de genèse

Un gisement VMS est formé de la sorte : un magma pénètre la croûte océanique à faible profondeur. Il réchauffe l’eau de mer présente dans les roches sédimentaires et volcaniques, et entraîne l’ascension de l’eau (figure 1). Ce mouvement aspire l’eau de mer autour de l’intrusion et met en place un système convectif. L’eau froide percole vers le bas et précipite sulfates et carbonates alors qu’elle descend.au fur et à mesure qu’elle approche de la chambre magmatique, Sa température augmente progressivement, elle est transformée en fluide

[7]

STU S6 - 2015

chaud hydrothermal (figure 1). Arrivant à son point critique, son volume augmente, ce qui entraîne son ascension et son retour à la surface. Le liquide chaud, acide et corrosif lessive les métaux des roches de l’encaissant qu’il rencontre, ces métaux sont transportés vers la surface. À l’expulsion, les fluides sont refroidis rapidement et se mélangent avec l’eau de mer froide ce qui entraîne une diminution drastique de la solubilité des métaux et provoque la précipitation de sulfures de métaux. Une partie des sulfures sont accrétés autour des évents hydrothermaux et forment des cheminées qui atteignent des dizaines de mètres avant de s’effondrer et former une couche de débris de sulfures mélangés avec des sédiments précipités sur le plancher océanique. Cette couche a une faible perméabilité et freine l’ascension du fluide à la surface ; le fluide piégé s’accumule sous le plancher océanique où il se mélange avec l’eau de mer et précipite davantage de sulfures. De cette manière, le corps tabulaire ou lenticulaire de sulfures massifs est formé. Une fraction de fluide s’échappe par le panache hydrothermal, se répand à plusieurs centaines de mètres autour des fumeurs noirs et précipite des particules de sulfures qui forment les sédiments lités « exhalatifs » autour du site. La portion inférieure du gisement (stockwork) est formée par l’interaction entre les fluides hydrothermaux et l’encaissant ou l’eau de mer dans les conduits qui mène le fluide à la surface. (Nicholas T. Arndt et Clément Ganino).

à la surface. (Nicholas T. Arndt et Clément Ganino). Fig. 1 : Coupe de la croute

Fig. 1 : Coupe de la croute océanique montrant les différentes étapes de formation des gisements VMS (Nicholas T. Arndt et Clément Ganino)

[8]

STU S6 - 2015

Chapitre I : Les gisements de la province Hercynienne

I_ Domaine des Jbilet centrales

L’unité des jebilets centrales est formée par une série schisteuse rapportée au viséen supérieur- namurien (schiste de serhlef). Elle est intensément déformée et métamorphisée et comporte trois épisodes magmatiques :

La première activité, dite prétectonique à affinité océanique, se compose d’un cortège magmatique à dominance des roches basiques (gabbro et dolorite) associé à des termes intermédiaires et acides. ( Aarab 1995)

La deuxième activité, qualifiée syn-orogénique, est marquée par la présence des granites calco-alcalin syn à tardi-orogénique mise en place sous forme de batholites circonscrits (Havulin, 1977)

La troisième activité, qualifié post-orogénique, correspond à la mise en place d’un faisceau filoniens de micro-diorites riche en enclave d’origine crustale (Havulin, 1977 ; Bouloton et al. , 1982).

crusta le (Havulin, 1977 ; Bouloton et al. , 1982). Fig.2 : Carte des Jbilets centrale

Fig.2 : Carte des Jbilets centrale (MSZ : Zone de cisaillement de Marrakech, WMSZ : Zone de cisaillement ouest Mésétienne, A. Michard et al. ,2011)

II_ Le Gisement de DRAA SFAR

II-1 Localisation géographique

Le district minier de Draa Sfar au sens large est situé à environ 16 Km au NW de la ville de Marrakech, L’accès est assuré par deux routes longeant le massif des Jbilet au Nord et au Sud ; celle joignant la ville de Marrakech à la ville de Safi, et celle allant de Marrakech vers le village de Souihla.

Fig.3:Localisation géographique de gisements étudiés (Hibti et al, 1999)

[9]

de Marrakech vers le village de Souihla. Fig.3:Localisation géographique de gisements étudiés (Hibti et al, 1999)

II-2 Contexte Géologique

mine

essentiellement à pyrrhotite associée aux sulfures de Cu-Zn-Pb. Elle est considérée comme l’un des principaux gisements polymétalliques de type VMS au Maroc.

Draa

Sfar

est

une

Le gisement est localisé sur la bordure sud des Jbilet centrales, domaine de la chaîne hercynienne caractérisé par une intense activité magmatique acido- basique (Huvelin, 1977) responsable d’une activité hydrothermale intense (Hibti, 2001; Benaissi, 2008; Essaifi & Hibti, 2008; Lotfi, 2008). L’encaissant est formé par une épaisse série volcano-sédimentaire du Viséen Namurien (Schistes du Sarhlef) plissée et affectée par un métamorphisme de bas à moyen degré. (Michard et al.

,2011)

II-3 Le corps minéralisé

STU S6 - 2015

et al. ,2011) II-3 Le corps minéralisé STU S6 - 2015 Fig. 4 : Les trois

Fig. 4 : Les trois secteurs du gisement de Draa Sfar, reportés sur un extrait de la carte des Jebilet centrales (Huvelin, 1972). DSS : Draa Sfar Sud ; DSC : Draa Sfar Central ; DSN : Draa Sfar Nord,(Michard et al. ,2011)

Le gisement de Draa Sfar exploite une structure minéralisée lenticulaire à fort pendage (parallèlement à la schistosité régionale), allongée NNE-SSW, et qui s’exprime en surface par son chapeau de fer de couleur jaunâtre (oxyde de fer), à l’origine du nom de l’endroit (« bras jaune » en arabe). Il est découpé en trois blocs, Draa Sfar Sud, Central et Nord. Dans son ensemble, la lentille minéralisée est boudinée, fracturée, plissée, dédoublée par endroit et cisaillée parallèlement à la stratification, donnant parfois des formes sigmoïdales. Sa puissance varie de 1 à 30 m. Elle s’allonge sur 2 km en direction N-S et atteint, avec un pendage général de 75° vers l’est, une profondeur de 1 km (Dagbert & Harfi, 2002). La lentille minéralisée est intercalée entre un mur constitué par une série volcano-sédimentaire contenant des laves rhyo-dacitiques (affleurant en rive sud de l’oued Tensift), des pélites gréseuses noires et des tufs, et un toit composé de pélites noires carbonatées (Belkabir et al. , 2008 ; Boukerrou, 2010).(in Michard et al. ,2011)

II-4 Minéralisation

La pyrrhotite : dans le minerai massif la pyrrhotite se présente en microplages finement disséminées et soudées par la sphalérite qui a le même aspect structural.

La sphalerite : constitue la phase la plus abondante après la pyrrhotite dans la lentille zincifére. Elle est présente dans presque tous les types de minerais.

La galène : Elle est plus fréquente dans le minerai polymétallique rubané dans la lentille zincifère.

La chalcopyrite : se présente en fins cristaux disséminés dans la pyrrhotite, la sphalérite, l’arsénopyrite et rarement la galène.

[10]

STU S6 - 2015

L’arsenopyrite : L’arsénopyrite précoce est représenté le plus souvent par des agrégats de petits cristaux automorphes à subautomorphes bréchiques.

La pyrite : La pyrite est présente aussi bien dans la masse minéraliséé que dans l’encaissant.

La magnetite : Le plus souvent,elle forme avec la pyrite et la marcasite le produit d’altération.

La goethite : la pyrite est pseudomorphosée par geothite avec souvent des inclusions résiduelles de pyrite qui persistent. elle se présente sous forme de cristaux radiés ou de cristaux sphérolitiques. (Ait rahou, 2013)

radiés ou de cristaux sphérolitiques. (Ait rahou, 2013) Fig.5 : A- aspect macroscopique de la pyrrhotite

Fig.5 : A- aspect macroscopique de la pyrrhotite massive ; B pyrite en remplissage de cavité dans la pyrrhotite ; C pyrrhotite massive et chalcopyrite (Ait rahou, 2013)

II-5 Texture

Plusieurs types de minerai ont été décrits (Hibti, 2001 ; Ben Aïssi, 2008) :

minerai rubané et lité ;

minerai massif, qui forme le corps principal ;

minerai bréchique, situé au toit de la masse minéralisée principale ;

minerais filonien et disséminé, observés essentiellement dans les séries du toit et du mur.

II-6 Geochimie

Draa Sfar Sud et Draa Sfar Central (Koudiat Tazakourt) correspondent à une structure de pyrrhotite massive zincifère avec un potentiel de 8 à 9% Zn, 0.3% Cu et 1 à 2 % Pb. Elle présente une zonation avec enrichissement du Cu vers le sud et du Zn vers le nord (Marcoux et al. , 2008). Le bloc Draa Sfar Nord (Sidi M’barek, au nord du Tensift) comporte deux lentilles minéralisées. La première (lentille supérieure, située à l’ouest) est une structure zincifère avec un potentiel de 7 % Zn, 3 % Cu et >1 % Pb. Cette lentille supérieure est considérée comme la suite latérale de la minéralisation de Koudiat Tazakourt. La deuxième structure minéralisée (lentille inférieure, située vers l’est) est relativement plus riche en cuivre avec un potentiel de 2 à 3% Cu, <1% Zn, <1% Pb et 600 à 800 ppm de Co. (Michard et al. ,2011)

[11]

STU S6 - 2015

 

pyrrhotite

chalcopyrite

sphalérite

galène

 

Fe

60,62

29,78

7,12

0,23

Co

0,00

0,00

   

Ni

0,04

0,00

   

éléments chimiques

S

39,36

32,56

32,00

12,35

As

0,02

0,00

   

Zn

0,00

0,01

59,14

 

Cu

0,00

34,31

   

Mn

   

0,16

 

Cd

 

0,00

0,07

 

Pb

 

0,32

 

85,88

 

Ag

 

0,02

 

0,11

Sb

     

0,00

Se

 

0,02

   

TABLEAU 1 : Analyses chimique de quelques stades minéralisés à Draa Sfar, (Hibti, 2001)

II-7 Les altérations hydrothermales

À Draa Sfar l’étude de l’altération hydrothermale à travers l’étude des lames minces et les analyses des roches par XRD réalisées sur quelques sondages aboutie aux résultats suivants :

La séricitisation : la séricite se développe dans toute la série de Draa Sfar centre aussi bien au mur qu’au toit de la minéralisation.

La chloritisation : la chlorite est abondant dans la série du toit et du mur, il s’agit d’une chlorite ferrifère, de teinte verte, la temperature de formation de la chlorite hydrothermale à Draa Sfar sud est comprise entre 303 et 465°C.

La carbonatation : les carbonates forment avec la chlorite une gangue orientée parallèlement à la schistosité

S1.

La silicification : les analyses ont révélés une abondance de la silice sous forme de quartz dans les pélites gréseux.

Le Talc : dans le bloc sud de Draa Sfar, il est facilement détectable grâce à son toucher savonneux et sa couleur vert jaune. (Ben Aissi 2008, In Autigua, 2012)

et sa couleur vert jaune. (Ben Aissi 2008, In Autigua, 2012) Fig. 6 : distribution des

Fig. 6 : distribution des faciès d’altération au mur et au toit du gisement de Draa Sfar (Belkabir et al. , 2008)

[12]

II-8 Les conditions physico-chimiques

STU S6 - 2015

Le massif dépôt de sulfure Draa Sfar est fortement déformé, recristallisé et recuit, ce qui implique que L'estimation de la température de sa formation est extrêmement difficile. L'équilibre possible de dépôt de divers sulfures a été si fortement perturbé par le métamorphisme (pour lequel aucune plage de pression ne peut être estimée), Le géothermomètre de chlorite (Cathelineau et Nieva, 1985) indique des températures allant de 276 ° C à 346 ° C. (Marcoux et al. 2008).

III_ Le Gisement de KETTARA

III-1 Localisation géographique :

Le gisement de kettara est situé dans la zone des Jbilets centrales, à 32 km au NNW de Marrakech sur la route de Safi. Le secteur minéralisé s’allonge suivant une direction N60 et il est représenté par une suite de petits mamelons sur 2km. (fig.3)

III-2 Cadre géologique :

Le gisement de Kettara fait partie d’un ensemble d’amas sulfurés à chapeaux de fer qui affleurent dans la partie centrale du massif hercynien des Jebilet. Encaissés dans les métapélites ou « schistes » du Sarhlef. La lithologie de secteur de kettara est composée de deux ensemble :

Ensemble basal : il est formé d’une succession de pélite et des grés très massives, caractérise par la présence de niveaux riches en sulfures (pyrite).intercalé par des dykes de diabases, dont le métamorphisme de faible degré. Ensemble sommital : formé du bas vers la haut de pélites gréseuses, associées au chapeau de fer ; de pélites chloritisées, et à niveaux calcaires ; et de pélites a niveaux très fins de grés.

(Hibti2001)

III-3 Corps minéralisé

très fins de grés. (Hibti2001) III-3 Corps minéralisé Fig. 7 : Log lithostratigraphique synthétique de secteur

Fig. 7 : Log lithostratigraphique synthétique de secteur de Kettara, (Hibti2001).

Le corps minéralisé du gisement de Kettara situé au centre d’un anticlinal déversé vers le SE, avec un pendage subvertical parallèle à S1, elle s’étend horizontalement sur 1,6 km suivant une direction N60, parallèle à la schistosité régionale. C’est une lentille subverticale qui s’enracine en profondeur sur 500m et dont l’épaisseur peut atteindre 70 m (Bernard et al., 1988)

L’altération supergéne a donné une zonalité verticale (TABLEAU 2) :

Des Gossans : jusqu'à 50 m, zone de cimentation : descend jusqu'à 7-10 m, protore : vers 400m.

[13]

STU S6 - 2015

STU S6 - 2015 Fig. 8 : Coupe vertical du corps minéralisé de kettara (d’après Essaifi

Fig. 8 : Coupe vertical du corps minéralisé de kettara (d’après Essaifi & Hibti, 2008)

 

Zone cémentation

Chapeau de fer (travail personnel)

Zone statique (Hibti, 2001)

(Souaré, 1988)

 

Pyrrhotite

Cuivre natif

Goethite

Chalcopyrite

Pyrite

Hématite

Pyrite

Chalcocite

Gypse

Blende

La covellite

Silex amorphe (opale)

la marcasite

Des traces d’argent et d’or

Soufre

Glaucodot

   

TABLEAU 2 : La minéralisation aux différentes zones de l’amas

III-4 Minéralisation :

La paragenèse minérale est dominée par la pyrrhotite (plus de 90%) à laquelle s’associent la pyrite, la chalcopyrite, la magnétite et le galucodot (Co,Fe)AsS, alors que la sphalérite, la galène et l’arsénopyrite sont présentes en quantités accessoires.

Pyrrhotite : trés majoritaire dans toute la province de kettara, et montre une texture massive, très riches en exhalites chloriteuses.

Chalcopyrite: représente la deuxième phase sulfurée après la pyrrhotite, elle est étroitement associée à la pyrrhotite.

Pyrite : est distribuée d’une manière irrégulière. Généralement montre une texture brèchique , dont les cristaux sont très fracturés et déchiquetés, sous formes des fragments anguleux.

Sphalérite : La sphalérite est relativement moins abondante. Présenté sous forme de cristaux automorphes à sub- automorphes.

[14]

STU S6 - 2015

Arsénopyrite : Elle se présente sous forme de petits cristaux automorphes à sub-automorphes emballés dans des plages de pyrrhotite, et parfois associée à la chalcopyrite et la sphalérite.

Galène : mentionnée par Souaré (1988) et Hibti (2001) en quantités accessoires.

III-5 Texture

L’étude texturale et minéralogique a permis de distinguer quatre types de minerais (Hibti et al. , 1998) :

minerai massif à pyrrhotite dominante, La texture massive est généralement fréquente dans l’amas. (A)

minerai bréchique essentiellement pyriteux,

minerai lité pyriteux. (C)

minerai rubané à pyrrhotite et chalcopyrite.

(B)

(C) • minerai rubané à pyrrhotite et chalcopyrite. (B) Fig. 9 : Planche aspect macroscopique des

Fig. 9 : Planche aspect macroscopique des minéraux (Sanhaji, 2008)

III-6 Géochimie

Les analyses effectuées sur divers échantillons (Hibti, 2001) ont donnés :

La pyrrhotite : pour les éléments majeurs des teneurs 46,92 % Fe ; et 52,95 % S. Les éléments en trace présentent des teneurs négligeables, à l’exception du zinc (0,1 à 0,18 % en poids). La sphalérite : les éléments majeurs se présentent par des teneurs en Fe semblable à celle de Draa Sfar (6,4 à 8,4 %). Les éléments mineurs marqués sont le Mn, le Cd, et le cuivre.

 

pyrite

pyrrhotite

chalcopyrite

sphalérite

 

Fe

46,92

46,92

30,78

8,41

Co

0,00

0,00

0,00

 

Ni

0,27

0,00

0,00

 

S

51,44

52,95

33,7

32,72

élément chimique

As

0,12

0,00

0,00

 

Zn

0,02

0,14

0,06

56,79

Cu

0,05

0,02

33,85

 

Mn

       

Cd

   

0,02

0,05

Pb

   

0,06

 
 

Ag

   

0,00

 

Sb

       

Se

   

0,00

 

TABLEAU 3 : Analyses chimique de quelques stades minéralisés à Kettara, (Hibti, 2001)

[15]

III-7

L’hydrothermalisme

STU S6 - 2015

L’altération hydrothermale est accompagnée à la mise en place de la minéralisation et matérialisée par une association quartz-carbonate-chlorite, dominante au niveau de l’éponte inférieure. Et une autre à séricite- quartz, dominante au niveau de l’éponte supérieure (Essaifi & Hibti, 2008). Le mur de l’amas sulfuré comporte des chloritites métasomatiques renfermant des filonnets de quartz et de calcite (Michard et al. ,2011).

III-8 Inclusions fluides

Les minéraux de gangue associés à la minéralisation de Kettara, sont très riches en inclusions fluides, notamment le quartz (Sanhaji, 2008).

des inclusions primaires biphasés liquide-vapeur d’eau : (LWVw), dispersés dans le quartz, et montrent une forme allongée à trapue et à taux de remplissage vapeur différents;

des inclusions primaires triphasées, liquide-vapeur-solide, (LWVwSh), présentant une taille relativement plus grande que les premières, et contiennent un solide qui a été interprété comme un cube de sel :

halite.

Des inclusions fluides monophasées ont été également observées.

fluides monophasées ont été également observées. Fig. 10 : Photo montrant des inclusions fluides au sein

Fig. 10 : Photo montrant des inclusions fluides au sein de quartz (LP) (Sanhaji, 2008)

III-9 Les conditions physico-chimiques

Le géothermomètre de Baton & Bethke, (1987) nous donne une température minimale de 270°C pour le fluide minéralisateur de Kettara. D’un point de vue physico-chimique, le fluide hydrothermal à Kettara a évolué du champ de stabilité de la pyrrhotite (chalcopyrite, sphalérite et arsénopyrite), vers les champs de stabilité de la pyrite, selon le digramme ƒs2/ ƒo2 à 300° C de (Haymon, 1983), (Fig. 11). Ce qui témoigne d’une augmentation de la fugacité en soufre de ce fluide.

d’une augmentation de la fugacité en soufre de ce fluide. [16] Fig.11: Diagramme log f S2

[16]

Fig.11: Diagramme log f S2 / log f O2 à 300° C, montrant la séquence de sulfures qui sont stables le long du gradient schématique de f S2 et f O2 à partir de l’intérieur (in) vers l’extérieur (ex) de la cheminée, (Haymon, 1983,In Sanhaji 2008).

IV_ Le Gisement de HAJJAR-GUEMASSA

IV-1 Localisation Géographique :

STU S6 - 2015

Le gisement polymétallique de Hajjar se situe à 35 KM au SW de la ville de Marrakech, dans une zone ou le socle paléozoïque n’affleure que sous forme de boutonnières au sien la couverture moi-pliocène et quaternaire du bassin du Haouz. (fig. 3)

IV-2 Contexte Géologique

le gisement de Hajar, dans la partie Sud- Orientale du domaine de N'Fis, se caractérise par un métamorphisme épizonal, un magmatisme bimodal comparable à celui de Jbilet centrales, et par un environnement lithostratigraphique qui passe depuis une partie basale jusqu'à une autre partie sommitale, tout en passant par une unité médiane formée essentiellement par le corps minéralisé. Unité basale : une abondance de formations volcanique et volcano-clastique à degré d’acidité plus ou moins élevé. Unité médiane : le corps minéralisé ; la minéralisation sulfurée repose au niveau de la partie centrale, sur une zone bréchique de puissance et d’extension métriques constituant ainsi la zone de stockwerk. Unité sommitale : le toit de la minéralisation, faciès à granulométrie très fine essentiellement de silt et des grés. (Hibti, 2001)

IV-3 Morphologie du corps minéralisé

grés. (Hibti, 2001) IV-3 Morphologie du corps minéralisé Fi12:colonne lithostratigraphique de Hajjar (Hibti, 2001).

Fi12:colonne lithostratigraphique de Hajjar (Hibti, 2001).

L’étude métallogénique des minéralisations sulfurées de Hajjar (Hibti, 1993), a permis de mette en évidence :

le caractère stratiforme de la masse minéralisée d’une part, ainsi que sa morphologie lenticulaire d’autre part. D’après les reconstitutions, la minéralisation a une longueur de 600 m et une épaisseur de 20 m en moyenne.

L’altération supergéne a différenciée 3 zones districtes, de bas en haut :

Protone ; qui représente la grande partie de la masse minéralisée.

La zone de cémentation (d’enrichissement).

La zone d’oxydation qui représente la partie la plus sommitale essentiellement à oxydes et hydroxydes de fer. (Hibti, 1993)

[17]

IV-4 La minéralisation Brèche sous amas (stockwerk) STU S6 - 2015 Fig13 : Coupe synthétique

IV-4 La minéralisation

Brèche sous amas (stockwerk)

STU S6 - 2015

Fig13 : Coupe synthétique montrant la disposition globale de la masse minéralisée de Hajjar. (Hibti, 1993) .1-silts fins de base,2-laves bulleuses, 3-pyroclastites chloritisées,4-laves rhyolitiques, 5-minéralisation sulfurée, 6-stockwerk,7-grés du toit à récurrences pyroclastiques, 8-zone oxydée,9-couverture moi-pliocène et quaternaire

D’extension décamétrique allongé parallèlement à la masse minéralisée suit généralement le système de failles NE. Elle matérialise les voies de cheminement des circulations hydrothermales ayant donné naissance à la minéralisation sulfurée. Dans cette zone la chalcopyrite est très exprimée et représente des teneurs de Cu5 (Hibti,

1993).

Les minéraux sulfurés

L’étude métallographique a permis de mettre en évidence une paragenése essentiellement à pyrrhotite, sphalérite, galène, chalcopyrite, pyrite et arsénopyrite, accessoirement a wurtzite, hématite, ilménite et rutile(Hibti,

1993).

La pyrrhotite est le composant principal, Elle représente environ 75% à 95% du minerai (HAIMEUR 1988, In Hibti, 1993). Elle est comme celle décrite à Kettara (SOUARE 1988, In Hibti, 1993) est très riche en enclaves de gange et d’encaissant schisteux. Sphalérite est le sulfure le plus fréquent dans le gisement après la pyrrhotite.

présente en trainées interstitielles au sien des cristaux de pyrrhotite, en agrégats

associés à la sphalérite. La chalcopyrite : représente la phase minérale principale porteuse du cuivre dans le gisement.

La pyrite : comme la pyrrhotite, est présente partout dans le gisement (encaissant volcano-sédimentaire et minerai). L’arsénopyrite : présenté soit en cristaux isolés automorphes, soit sous forme d’agrégats.

Galène généralement

La marcasite : elle est le plus souvent associée à la pyrrhotite.

La wurtzite : ce sulfure de zinc elle est associée à la sphalérite et la pyrrhotite.

[18]

IV-5 texture

IV-5 texture pyrrhotite massif (travail personnel) Texture lité STU S6 - 2015 sulfures lité chalcopyrite disséminé

pyrrhotite massif (travail personnel)

IV-5 texture pyrrhotite massif (travail personnel) Texture lité STU S6 - 2015 sulfures lité chalcopyrite disséminé

Texture lité

STU S6 - 2015

massif (travail personnel) Texture lité STU S6 - 2015 sulfures lité chalcopyrite disséminé Fig.14 : aspect

sulfures lité

personnel) Texture lité STU S6 - 2015 sulfures lité chalcopyrite disséminé Fig.14 : aspect macroscopique

chalcopyrite disséminé

Fig.14 : aspect macroscopique montrant les textures de la minéralisation (Hibti 2001)

IV-6 Géochimie

D’après l’étude géochimique des phases sulfurées de Hajjar (pyrrhotite, sphalérite, galène et arsénopyrite) plusieurs points sont ainsi dégagés, (Hibti 1993). :

-La pyrrhotites : les éléments majeurs présentent des teneurs en soufre variant de 54,41 % à 55,19% et sont comparable à celles observées a Kettara. -les teneurs relativement élevées en Fe des sphalérites ainsi que la présence de Cd mais à une tendance faible -concentration élevé de Cd dans les galènes indiquent des températures de cristallisation élevées. - les teneurs en As des arsénopyrites du minerai et son encaissant du mur sont homogènes et indiquent des températures de cristallisation variant de 340 à 435°C. Leur richesse en s’indiquant une nature acide du volcanisme associé.

[19]

STU S6 - 2015

 

pyrite

pyrrhotite

chalcopyrite

sphalérite

galène

 

Fe

46,06

59,47

29,22

7,17

0,07

Co

0,11

0,00

0,00

   

Ni

0,02

0,00

0,02

   

S

52,71

40,06

33,99

30,02

12,07

élement chimique

As

0,01

0,01

0,00

   

Zn

0,00

0,01

0,00

59,07

 

Cu

0,05

0,00

37,52

   

Mn

     

0,59

 

Cd

   

0,01

0,18

 
 

Pb

   

0,14

 

85,88

Ag

   

0,00

 

0,13

Sb

       

0,06

Se

   

0,01

   

TABLEAU 4 : Analyses chimique de quelques stades minéralisés à Hajjar, (Hibti, 2001)

IV-7 Hydrothermalisme

À hajjar, l’altération hydrothermale généralement se traduit par une chloritisation, biotitisation et une silicification au mur de l’amas sulfuré est dans les zone de stock-werk, le toit du gisement est marqué par une séricitation(Hibti 1993).

du gisement est marqué par une séricitation(Hibti 1993). Fig. 15 : zonalité d’altération hydrothermale

Fig. 15 : zonalité d’altération hydrothermale (d’après Hibti 1993)

IV-8 Les inclusions fluides

Dans Le secteur de Hajjar, on distingue les inclusions fluides dans la sphalérite, et le quartz (primaire QI, et secondaire QII). (Hibti 2001). Ainsi on a :

1- Un fluide carbonique observé sous forme d’IP dans les QII (quartz métamorphique). 2- Un fluide aquo-carbonique sous forme d’IP et IS dans les QI et QII ; Deux sous types apparaissent :

Un fluide relativement dense et à CO2 peu pur, observé dans les quartzs précoces (QI) ;

Un fluide qui évolue depuis des termes carboniques denses et moins purs vers des termes moins denses et àCO2 relativement pur ce type de fluide caractérise les QII.

[20]

STU S6 - 2015

3- Un fluide aqueux très salé (20 à 46% eq NaCl + CaCl2) et moyennement chaud (200 à 250°C), relativement précoce, qui évolue vers un fluide moins salé (5 à 20% eq. NaCl + CaCl2) et présentant des températures d’homogénéisation relativement étalées (140 à 300°C).

IV-9 Les conditions physico-chimiques

Les conditions (P-T) de piégeage montrent une évolution isobarique depuis les faibles températures (environ 250°C) et de pression légèrement supérieures à la pression lithostatique (2,5 Kb), vers un pic thermique d’environ 400°C enregistré par les chlorites métamorphiques associe au QII. Ces conditions de haute température et moyenne pression seront relayées par des conditions relativement modérées avec une chute simultanée de la température et de la pression dont témoignent les fluides aqueux tardifs.

(Hibti2001).

Chapitre II : Les gisements de L’Anti-Atlas

I_ Domaine de l’Anti Atlas

La chaîne de l’Anti-Atlas fait partie de la ceinture orogénique panafricaine. Elle s’étend sur 750 km selon une direction WSW-ENE. Elle est limitée au Sud par le bassin carbonifère de Tindouf, et au Nord par un accident majeur appelé faille Sud Atlasique Dans l'Anti Atlas, le socle ancien et sa couverture du Protérozoïque supérieur ont été affectés par cette orogenèse panafricaine (680-570 Ma). Plus tard, la couverture fini-Protérozoïque et paléozoïque a été affectée par une déformation hercynienne, relativement modérée. La couverture méso cénozoïque est peu épaisse et non déformée. La chaîne se subdivise en trois parties :

L’Anti Atlas occidental s'étend de l’Atlantique au piedmont du Siroua.

L’Anti Atlas centrale est matérialisée par le Jbel Siroua et la région de Bou Azzer.

L’Anti Atlas orientale correspond au Jbel Saghro et au Jbel Ougnat.

Cette subdivision est soulignée par un accident oblique, appelé l’accident majeur de l’Anti-Atlas, qui s’étend depuis le Nord du Siroua jusqu’à Zagora et se prolonge sur 6000 km (Choubert et al., 1947)

II_ Le Gisement de Bleida

II-1 Localisation géographique

La mine de cuivre de Bleïda est située au SE de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara (fig.16). GPS : N 30°21'39,57", W 6°27'39,37", alt. 1330 m. On y accède par la route, mal entretenue, de 47 km qui bifurque vers le SE à partir de la route Tazenakht-Agdz (coordonnées du carrefour : N 30°31'53.46", W6°49'35.88").

[21]

STU S6 - 2015

STU S6 - 2015 Fig. 16 : Localisation du gisement de Bleïda sur un extrait de

Fig. 16 : Localisation du gisement de Bleïda sur un extrait de la carte routière Michelin au millionième

II-2 Contexte Géologique

Les minéralisations cuprifères de Bleïda sont encaissées dans les dépôts de plateforme du Néoprotérozoïque inférieur du Groupe de Tachdamt Bleïda. Dans la boutonnière de Bou Azzer-El Graara (fig. 17), cette série de plateforme affleure dans les localités de Tachdamt à l’ouest et à son extrême SE à Bleïda. A la mine de Bleïda, à la base de la série du Groupe de Tachdamt, affleure une alternance de siltites et de carbonates surmontés par la barre de grès-quartzites qui forme la ligne de crête du Jbel Al Orf, à l’est de la mine. Ces termes sont suivis par une alternance de grès et de pélites à niveaux carbonatés stromatolithiques, puis par des pélites noires sur lesquelles se place une unité basaltique. Celle-ci comporte un empilement de coulées à aspect massif. Sur les basaltes repose une série volcano-sédimentaire monotone à dominance pélitique, intercalée d’horizons pyroclastiques. C’est à la base de ce cycle volcano-sédimentaire que se situe la minéralisation de « type sud » tandis que celle du « type nord » se développe dans la partie sommitale, au passage à la série schisto-gréseuse.

partie sommitale, au passage à la série schisto-gréseuse. Fig. 17 : Cadre géologique de gisement de

Fig. 17 : Cadre géologique de gisement de Bleïda sur le schéma structural de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara (M. EL GHORFI et al. , Notes & Mém. n° 564)

II-3 Le corps minéralisé et la minéralisation

La minéralisation de Bleïda est à prédominance de sulfures de cuivre et de fer exprimés sous forme de bornite, chalcopyrite et pyrite, qui dessinent une zonalité commune à tous les amas et autour des failles ENE-WSW et de leurs satellites NE et NS,( L. MAACHA et al. , Notes & Mém. n° 564), depuis la mise en exploitation de gisement, la minéralisation été classé en deux types (Mouttaqi 1997) :

[22]

STU S6 - 2015

Type SUD : le minerai type sud correspond à un reticulum constitué par un réseau de veinules anastomosées. Il est localisé à la base de l’unité schisteuse, et séparé par des siltites pyriteuses, et sans minéralisation économique

Type NORD : avec des teneurs moyennes de 8-9% de cuivre (Billaud, 1977), le minerai « type nord » constitue la minéralisation la plus riche de bleida.

Les mineralisations des deux types ; nord st sud, présentent une zonalité latérale centrée sur certaines failles NE-SW, dans le type sud on a:

_ zone à bornite rose : remplit des fissures sécantes ou injectées dans le plan de schistosité. _zone à chalcopyrite : présente des textures analogue à celle décrites pour la bornite. _zone à pyrite : accompagnée à chlorite et de quartz dans des viennes identiques à celle des sulfures de

cuivre.

II-4 Texture

identiques à celle des sulfures de cuivre. II-4 Texture Texture bréchique Texture rubanée Texture rubanée Fig.

Texture bréchique

des sulfures de cuivre. II-4 Texture Texture bréchique Texture rubanée Texture rubanée Fig. 18 : aspect

Texture rubanée

de cuivre. II-4 Texture Texture bréchique Texture rubanée Texture rubanée Fig. 18 : aspect macroscopique de

Texture rubanée

Fig. 18 : aspect macroscopique de la minéralisation

II-5 Les altérations hydrothermales

Les différents stades de percolations des fluides et de dépôt de la minéralisation sont accompagnés d’une altération hydrothermale, qui consiste à une silicification, qui affecte les roches encaissantes des fentes minéralisées, une carbonatation tardive, sous forme de veinules ou de nids, une hématitisation, affectant les couloirs de cisaillement Barakat et al (2002). Ainsi qu’une séricisitisation et une Chloritisation selon Belkabir et al.,

(2008).

II-6 Les inclusions fluides

Les inclusions fluides ont été systématiquement étudiées sur des échantillons de lentilles de quartz minéralisées. La succession suivante des fluides a été déterminée par examen des relations entre les inclusions fluides et les minéraux hôtes (tableau ci-dessous).

fluides et les minéraux hôtes (tableau ci-dessous). TABLEAU 5 : RÉCAPITULATIF DES DONNES

TABLEAU 5 : RÉCAPITULATIF DES DONNES MICROTHERMOMÉTRIQUES DES DIFFÉRENTS TYPES DINCLUSIONS FLUIDES

(BARAKAT2002)

Les inclusions fluides aquo-carboniques triphasées (Lc-w), de forme irrégulière.

[23]

STU S6 - 2015

Les inclusions triphasées aquo-carboniques (Lwc), de forme régulière.

Les inclusions fluides aqueuses biphasées (Lw), avec une forme régulière.

II-7 Les conditions physico-chimiques

L’estimation de la température de formation de la paragenèse Q2–hématitechlorite1 (stade 2), est donnée par la chlorite 1; elle est de l’ordre de 300 ±30 ◦C. En utilisant les isochores des inclusions fluides Lw-c, l’intervalle correspondant de pression est estimé à 3070 MPa. Pour le stade 1, on ne dispose pas de contraintes pour déterminer le domaine PT de piégeage. Toutefois, l’intersection entre les isochores des inclusions fluides Lc-w et ceux des inclusions fluides Lw-c dans le même intervalle permet de déduire que les conditionsPT étaient les mêmes pour les deux stades 1 et 2, à 300±30 ◦C et à 50±20 MPa. Pour les fluides aqueux du stade 3, qui sont probablement les fluides minéralisateurs, les Th maximales de 250◦ C donnent des pressions d’ébullition de l’ordre de 4 MPa. La chlorite 2 rapporte une estimation de 175±30 ◦C et les pressions correspondantes sont de l’ordre de 2 MPa. (Barakat 2002).

II-8 âge absolu par les isotopes UPb

Le district de Bleïda est situé à la terminaison orientale de la granodiorite de Bleïda, (Michard et al. , 2011), l’estimation de l’âge de ces granodiorites est fait à partir des études des isotopes de Pb et U.

est fait à partir des études des isotopes de Pb et U. Fig. 19 : Diagrammes
est fait à partir des études des isotopes de Pb et U. Fig. 19 : Diagrammes

Fig. 19 : Diagrammes Concordia pour les données de zircon à partir de deux échantillons de la granodiorite Bleida, Anti-Atlas, au Maroc. (A) faciès marginales et (B) principaux faciès internes de l'intrusion (Inglis et al., 2004)

Deux échantillons largement séparées de la granodiorite de Bleida ont été recueillies, Un du centre de l'intrusion, Et la seconde à partir des faciès de bordure à grain fin dans le SE. Huit analyses de petits groupes (2-5 cristaux) de zircons morphologiquement distincts ont été fabriquées à partir de la marge de la granodiorite Bleida (Fig. 19A). Cinq analyses sont concordants (analyses AE, tableau 1) et trois autres ne sont que légèrement discordante. Les cinq grains concordantes donnent une moyenne pondérée de 206 Pb / 238 U Date de 579,4 ± 1,2 Ma

[24]

STU S6 - 2015

Chapitre III : Les gisements de la province sud-ibérique

I_ Introduction

La région Sud-Ibérique est célèbre pour ses amas sulfurés, qui comptent parmi les plus grands gisements mondiaux de métaux de base, et constituent la ceinture pyriteuse sud-ibérique. Lors de l’évolution de la marge continentale au cours de l’orogenèse cadomien, un épisode de subduction avec formation d’un arc volcanique conduit à la formation de petits amas sulfurés volcano-sédimentaires (Puebla de la Reina, Maria-Luisa) associés à des roches volcaniques calco-alcalines. L’âge de l’épisode minéralisé, assez imprécis, est couramment attribué au Riphéen supérieurVendien inférieur (750650 Ma),(Marcoux et al. ,2002).

Vendien inférieur (750 – 650 Ma),(Marcoux et al. ,2002). Fig. 20 : Localisation de la province

Fig. 20 : Localisation de la province Pyriteuse Sud-Ibérique (Bernard et Soler 1974)

II_ La géochimie de la ceinture pyriteuse Sud-Ibérique

Reposant sur la teneur en soufre, et en métaux de base, deux types de minerais sont distingués ; les minerais pyrito-cupriféres (exemple : les pyrites de fer et les pyrites ferro-cuprifères), et les minerais complexes. Une moyenne faite sur l’ensemble des minerais de la province, conduit à réaliser un tableau représentant les pourcentages des éléments chimiques dans les deux types (Bernard et Soler 1974) :

chimiques dans les deux types (Bernard et Soler 1974) : TABLEAU 6 : Composition moyenne exprimé

TABLEAU 6 : Composition moyenne exprimé en % des minerais pyriteux et complexes de la province Sud- Ibérique (G.K. Strauss 1970, In Bernard et Soler 1974)

[25]

III_ Les isotopes de Plomb

STU S6 - 2015

Les compositions isotopiques sont regroupées en deux populations (Tableau 5 et Fig. 21). Une première population avec ( 206 Pb/ 204 Pb entre 17,49 et 17,82), qui se dispersent aux alentours de l’isochrone 575 Ma, comprend les gîtes de Maria-Luisa, Fuenteheridos, Granada de Rio Tinto et Puebla de la Reina. Une seconde population plus radiogénique ( 206 Pb/ 204 Pb entre 17,92 et 18,05) est présente aux abords de l’isochrone Pb/Pb 400 Ma. Elle comprend les gîtes d’Aguas Blancas et de Nava Paredon. Les signatures isotopiques reflètent la présence d’au moins deux époques métallogéniques, briovérienne et éo-hercynienne. Bien que seule cette seconde époque donne lieu à des minéralisations économiques là où la contribution crustale est maximale, la présence de signatures briovériennes est en faveur de l’existence d’au moins un événement orogénique précambrien. Les signatures isotopiques traduisent également la présence, dans la ceinture d’Aracena, de terrains à affinités mantelliques.

d’Aracena, de terrains à affinités mantelliques. TABLEAU 7: Compositions isotopiques du plomb des

TABLEAU 7: Compositions isotopiques du plomb des minéralisations analysées (Marcoux et al. , 2002).

des minéralisations analysées (Marcoux et al. , 2002). [26] Fig. 21 : Compositions isotopiques du plomb
[26]
[26]

Fig. 21 : Compositions isotopiques du plomb des minéralisations analysées dans les diagrammes Pb/Pb (Marcoux et al. , 2002) :

SK : courbe de croissance normale de StaceyKramers; les autres courbes de croissance du plomb sont extraites de Doe et Zartman.

Synthèse et Comparaison

Domaine

Jebilet

Guemassa

Anti-Atlas Central

Sud-Ibérique

Gisement

Draa Sfar

Kettara

Hajjar

Bleida

La Zarza et Tharsis

Corps minéralisé

lentille, stratiformes, syngénétiques+ stockwerk

Amas stratiforme

Amas stratiforme , morphologie lenticulaire+ stockwerk

Amas + stockwerk

Amas stratiforme +stockwerk

Encaissant

volcano-sédimentaire.

volcano-sédimentaire.

Volcano-sédimentaire

volcano -sédimentaires

Volcanique, volcano-sédimentaire, sédimentaire.

Âge de l’encaissant

Viséen supérieur

Viséen supérieur

Viséen supérieur

Neoprotérozoïque

Viséen supérieur

Magmatisme

bimodale (Huvelin, 1977)

bimodale

Bimodale

basique

Bimodale

métamorphisme

bas à moyen degré

épizonal

épizonal

épizonal (schiste vert), facies Amphibolite

Régionale de faible degré

Déformation

hercynienne

hercynienne

hercynienne

Panafricain

hercynienne

 

Extension continental

Extension continental

tectonique décro-chevauchante sénestre

   

Contexte géodynamique

Pull-apart

Pull-apart

un contexte extensif

Extension continental Pull-apart

Minéralogie

sphalérite, chalcopyrite, galène, pyrite et arsénopyrite

pyrrhotite, chalcopyrite et pyrite

pyrrhotite, arsénopyrite, sphalérite, chalcopyrite, pyrite.

Pyrite, chalcopyrite, bornite

Pyrite, sphalérite, galène, pyrrhotite Chalcopyrite, arsénopyrite,

Texture

rubané et lité, massif, bréchique, minerais filonien et disséminé.

massif à pyrrhotite, bréchique pyriteux, rubané à pyrrhotite et chalcopyrite

Minerai rubané, Minerai lité, Minerai remobilisé (de stockwerk)

Massif, minerai rubané et lité bréchique

Rubanement primaire structure sédimentaire

Hydrothermalisme

au mur chlorite+ séricite et au toit séricite

Chloritisation au mur Séricitisation au toit.

chloritisation, biotitisation et une silicification au mur séricitisation au toit

Hématitisation, séricitisation et une Chloritisation.

Chloritisation au mur Séricitisation au toit.

   

VMS Kuroko (Souaré, 1988) ou SEDEX (Ben Aissi,

     

Typologie

VMS Kuroko (Marcoux, 2008

VMS Kuroko (Hibti, 2001)

SEDEX (Mouttaqi, 1997)

VMS Kuroko (Almodovar et al., 1997).

 

2008).

 

Chapeaux de fer +stockwerk +hydrothermalisme

Chapeaux de fer + hydrothermalisme +stockwerk

Chapeaux de fer + hydrothermalisme

 

Chapeaux de fer + stockwerk + hydrothermalisme

Guide de minéralisation

stockwerk

 

TABLEAU 8 : Comparaison des caractéristiques des gisements VMS Marocains et celles de Sud-Ibérique

[27]

Corrélation

Corrélation Fig. 22 : Corrélation des logs des différents gisements étudiés Le log du gisement de

Fig. 22 : Corrélation des logs des différents gisements étudiés

Le log du gisement de bleida ne peut pas être corréler avec les autres logs, tenant compte de l’âge, totalement différents entre eux.

Conclusion

La mise en place des gisements VMS au Maroc est liée à un contexte géodynamique extensif « pull appart ». Celles de la province hercynienne présentent une similarité majoritaire de point de vue minéralogique, dont la paragenèse est à dominance de pyrrhotite massive, et/ou litée. Encaissée dans des formations volcano- sédimentaires déformés, et métamorphisés lors de l’orogenèse hercynien. Ces critères structuraux, minéralogiques, …, etc., abrite des preuves strictes d’un hydrothermalisme synsédimentaire, liée l’ascension du magma bimodale des Jbilets. En revanche, Le gisement de Bleida est encaissé dans une série volcano-sédimentaire appartient à l’orogenèse panafricain, et présente une paragenèse à pyrite, bornite, et chalcopyrite. Comparant ces gisements avec leurs équivalents dans la province Sud-Ibérique, on note des ressemblances d’âge (Viséen supérieur), de processus de genèse, et de roches encaissantes. La seule différence entre eux est l’abondance de la pyrrhotite comme sulfure majeur dans les gisements de la province hercynienne marocaine, tandis que dans la province Sud-Ibérique c’est la pyrite qui domaine.

[28]

Références bibliographiques

Aarab El Mostafa, 1995. Genèse et différentiation d'un magma tholeïtique en domaine extensif intracontinental: l’exemple du magmatisme pré-orogénique des Jebilet (Maroc hercynien). Thèse Sciences, Université Cadi Ayyad, Marrakech, 253 p. AIT RAHOU M. (2013). CARACTERISATION MINERALOGIQUE ET GEOCHIMIQUE DE GISEMENT A CUIVRE ET OR DE SIDI M’BAREK (DRAA SFAR, JBILETS CENTRALES, MAROC). Mémoire de fin d’étude Master GARME, Univ Cadi Ayyad, Faculté des Sciences, Marrakech, P44-45. Autigua Abdelhak (2012). Le bloc central du gisement polymétallique de Draa Sfar (Jebilet centrales, Hercynien, Maroc), Gitologie et relations entre l’or et les métaux de base. Mémoire de fin d’études, Master GARME Univ. Cadi Ayyad, Faculté des Sciences, Marrakech, P53-55 BARAKAT A., MARIGNACC., BOIRONM.C. & BOUABDELLIM. (2002) : Caractérisation des paragenèses et des paléocirculations fluides dans l’indice d’or de Bleïda, Anti-Atlas, Maroc.C. R. GEOSCIENCES,334, 35-41 A. BELKABIR, H.L. Gibson, E. Marcoux, D. Lentz, S. Rziki (2008). Geology and wall rock alteration at the Hercynian Draa Sfar ZnPbCu massive sulphide deposit, Morocco/ Ore Geology Reviews 33 (2008) 280306 BENAISSI L., ALBOUKHARI A. , HIBTI M., EL HARFI M., MAACHA L., ZiNBi Y. : ALTERATION HYDROTHERMALE ET DEFORMATION DUCTILE DES ROCHES VOLCANIQUES ACIDES ASSOCIEES AU GISEMENT SULFURE DE DRAA SFAR (JEBILET CENTRALES, MAROC)/ C. R. Geoscience 334 (2002) 3541 BENAISSI, 2008. Contribution à l’étude gitologique des amas sulfurés polymétalliques de Draa Sfar et de Koudiat Aicha : comparaison avec les gisements de Ben Sliman et de Kettara. Thèse Doct. Univ. Cadi Ayyad, Faculté des Sciences, Marrakech Bocar DIAGANA, (2001).L'importance des remobilisations des métaux (Cu, Zn, Au) lors du métamorphisme rétrograde: Étude des paléofluides et des assemblages minéralogiques des amas sulfurés sud-ibériques de Tharsis et La Zarza. Thèse Doct. Univ. Henri Poincaré, Nancy1. Bernard et Soler (1974). APERÇU SUR LA PROVINCE PYRITEUSE SUD-IBÉRIQUE, CENTENAIRE DE LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE BELGIQUE, GISEMENTS STRATIFORMES ET PROVINCES CUPRIFÈRES, LIÈGE, 1974, 287-315. Eric Marcoux, Abdelhay Belkabir, Harold L. Gibson, David Lentz, Gilles Ruffet.(2008) Draa Sfar, Morocco: A Visean (331 Ma) pyrrhotite-rich, polymetallic volcanogenic massive sulphide deposit in a Hercynian sediment- dominant terrane/ Ore Geology Reviews 33 (2008) 307328. Éric Marcoux, Emilio Pascual, Jérôme Onézime. (2002). Hydrothermalisme anté-Hercynien en Sud-Ibérie :

apport de la géochimie isotopique du plomb/C. R. Geoscience 334 (2002) 259265 Georges Beaudoin (2006) : Manuel de cours Gîtologie et métallogénie GLG-10351. H. IBOUH, M. HIBTI, M.OUTHONJITE, M. ESSAOUDI, S. BOUKERROU, M. ZOUHAIR & L. MAACHA. Le gisement polymétallique VMS de Draa Sfar (Jebilet centrales). In A. Michard, O. Saddiqi, A. Chalouan, E.C. Rjimati & A. Mouttaqi (Eds.) Nouveaux guides géologiques et miniers du Maroc, vol 9, Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc,564,

215-220.

Huvelin P. , 1977 : Etude géologique et gîtologique de massif hercynien de Jebilets (Maroc occidental). Note et Mem. Serv. Géol. Maroc 232bis. 307p HIBTI M. (2001): Les amas sulfurés des Guemassa et des Jebilet (Meseta Sud Occidentale, Maroc): témoins de l’hydrothermalisme précoce dans le bassin mésétien. Thèse Doct. Univ. Cadi Ayyad, Marrakech. HIBTI M. (1993) : L'amas sulfuré de Hajjar : contexte géologique de mise en place et déformations superposées. (Haouz de Marrakech, Meseta Sud-Occidentale, Maroc). Thèse 3ème cycle, Université Cadi Ayyad, Marrakech. INGLIS J.D., MACLEAN J.S., SAMSON S.D., D'LEMOS R.S., H. ADMOU Et HEFFERAN K.(2004) : A precise U-Pb zircon age for the Bleïda granodiorite, Anti-Atlas, Morocco : implications for the timing of deformation and terrane assembly in the eastern Anti-Atlas.,J. Afr. Ear. Sci.,39, 277-283.

[29]

L.YAHYAOUI et A.ESSAIFI. (2011). Sédiments syntectoniques carbonifères, magmatisme et amas sulfurés à Cu-Pb-Zn. InMichard A.,Saddiqi O., Chalouan A. & Mouttaqi A. (Eds.), Nouveaux guides géologiques et miniers du Maroc, vol. 8. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 563, 71-82 L. MAACHA, B. MAAMAR, M. KERSIT, A. SAQUAQUE & A. SOULAIMANI. Le cuivre de Bleïda (boutonnière de Bou Azzer-El Graara), In A. Michard, O. Saddiqi, A. Chalouan, E.C. Rjimati & A. Mouttaqi (Eds.) Nouveaux guides géologiques et miniers du Maroc, vol 9, Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc,564. P105-109 M. EL GHORFI, L. MAACHA, A. ENNACIRI, H. BAOUTOUL, M. ZOUHAIR & A. SOULAIMANI. La minéralisation aurifère de « Bleïda-Far West » (Boutonnière de Bou Azzer-El Graara, Anti-Atlas central), In A. Michard, O. Saddiqi, A. Chalouan, E.C. Rjimati & A. Mouttaqi (Eds.) Nouveaux guides géologiques et miniers du Maroc, vol 9, Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc,564. P111-116 Nicholas T. Arndt et Clément Ganino : RESSOURCES MINÉRALES (Origine, nature et exploitation) Rachide SANHAJI (2008) : Initiation à l’étude géologique et métallogénique d’un gisement : Application au gisement de Kettara, Jebilets centrales, Mémoire de fin d’études, Master GGE Univ. Cadi Ayyad, Faculté des Sciences, Marrakech, P35-37.

[30]